Navigation – Plan du site
2013
651

La résilience de la ville de Dublin aux inondations : de la théorie à la pratique

Serge Lhomme, Richard Laganier, Youssef Diab et Damien Serre

Résumés

La ville de Dublin doit faire face à des inondations d’origines diverses et à un développement urbain continu qui requiert d’aménager certaines zones identifiées comme étant inondables. Pour faire face à ces inondations, les gestionnaires de la ville de Dublin affirment mettre en œuvre des mesures visant à améliorer la résilience de leur territoire. Or, comme dans le même temps la résilience fait l’objet de nombreux débats dans le domaine académique, il est logique de s’interroger sur sa portée opérationnelle. Cet article montre alors que le flou entourant le concept de résilience interroge de manière tangible sa pertinence pratique. Ainsi, l’absence de vision systémique du territoire dublinois en matière de gestion des inondations, soulignée par une analyse de la résilience de ses réseaux techniques, illustre la difficile prise en compte par les praticiens d’un concept non stabilisé dans le domaine académique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La ville de Dublin a connu un développement économique important depuis 1990 (Ellis & Kim, 2001), rattrapant ainsi en partie son retard sur d’autres capitales européennes, alors même qu’elle apparaissait dans le milieu des années 1980 comme une ville industrielle en déclin (McLaran, 1984, Crotty, 2000). Ce développement pose problème car la ville de Dublin est confrontée à des inondations récurrentes (Lhomme, 2012). Ainsi, ces dix dernières années, elle a subi trois inondations majeures (Leahy, 2011). Dans les faits, la ville de Dublin apparait comme un « cas d’école » en matière de gestion des inondations en milieu urbain. En effet, ce territoire doit faire face à des inondations d’origines diverses (des inondations fluviales, côtières et pluviales) et à un développement urbain continu qui exerce une pression foncière importante sur les zones inondables.

2Pour faire face à ces inondations, les gestionnaires de la ville de Dublin prétendent mettre en œuvre des mesures visant à améliorer la résilience de leur territoire (Leahy, 2011). Or, comme la résilience fait l’objet de nombreux débats dans le domaine académique (Klein et al., 2003 ; Djament-Tran & Reghezza-Zitt , 2012 ; Lhomme & Djament-Tran, 2012), il est logique de s’interroger sur sa portée opérationnelle (Reghezza-Zitt et al., 2012). Considérée par certains comme une simple notion (Brand & Jax, 2007), par d’autres comme un concept (Dauphiné & Provitolo, 2007), voire comme un nouveau paradigme (Hollnagel et al., 2006), la résilience est de surcroît utilisée dans de nombreuses disciplines qui en donnent des interprétations multiples (Rufat, 2009 ; Lhomme et al., 2010). L’objectif de cet article est alors de confronter l’utilisation « opérationnelle » de la résilience à son emploi plus « théorique » en s’appuyant sur un exemple concret.

3La mise en place de mesures visant à améliorer la résilience de ce territoire apparaît désormais pour les gestionnaires et les acteurs politiques comme un impératif. La présentation du contexte dublinois permettra de comprendre pourquoi. Puis, les actions mises en œuvre par les gestionnaires de la ville de Dublin, relevant selon eux de la résilience, seront comparées aux acceptations académiques afin d’identifier certains décalages. Enfin, la résilience des réseaux techniques de la ville de Dublin sera analysée pour appréhender la résilience de ce territoire (Lhomme et al., 2010 ; Serre, 2011). Il conviendra alors de déterminer si l’affichage des gestionnaires dublinois correspond à ce qu’il convient d’attendre d’une politique de gestion centrée sur le concept de résilience.

Concilier développement urbain et gestion des inondations

Une « petite » capitale en plein essor

4Une des principales spécificités de la capitale irlandaise tient à son nombre peu élevé d’habitants : avec environ 520 000 habitants (www.cso.ie) il est possible de considérer la ville de Dublin comme une « petite » capitale européenne. Ce constat doit être nuancé si l’on prend en compte l’agglomération dublinoise qui compte un peu plus d’un million d’habitants, ou le Grand Dublin qui regroupe un peu plus de 1 800 000 habitants (www.cso.ie). La prise en compte des comtés voisins permet de mieux appréhender la réalité du territoire dublinois, puisque ces derniers soulignent une autre spécificité de ce territoire : sa faible densité.

5Si le centre de Dublin est plutôt dense, environ 4500 hab/km², son aire urbaine affiche au contraire une densité très faible pour une capitale européenne, environ 230 hab/km² (www.urbanaudit.org). La densité du Grand Dublin, qui est de 25 hab/km², illustre bien la diversité de cet espace, regroupant une ville centre assez densément peuplée, des zones de lotissement où se concentre la majorité de la population et des espaces majoritairement ruraux dans l’arrière-pays (« hinterland »).

6D’un point de vue économique, au début des années 1980, l’économie irlandaise est surtout tournée vers l’agriculture (Crotty, 2000 ; Grison, 2004). A la fin des années 1980, l’Irlande s’oriente vers une politique volontairement libérale (voire néolibérale) qui consiste à attirer des investisseurs étrangers et à concentrer le développement du pays sur trois secteurs d’activité : les produits chimiques et pharmaceutiques, les technologies de l’information et de la communication, et les services financiers (Crotty, 2000). Des aides logistiques et financières sont alors prévues pour les entreprises étrangères et les taux d’imposition sur les bénéfices des sociétés sont abaissés. Enfin, une grande flexibilité du marché du travail, conjuguée à des forts investissements dans l’éducation, assurent à l’Irlande une forte croissance économique : 6 % par an entre 1995 et 2007 (Grison, 2004). C’est ce développement qui lui a valu l’image du « tigre celtique » en comparaison aux tigres asiatiques (Crotty, 1998).

7Or, la croissance irlandaise s’est surtout concentrée sur les villes de Dublin et de Cork, principale ville du sud du pays (Crotty, 2000 ; Grison, 2004). Ce développement économique s’accompagne d’un accroissement démographique important (Fig. 1).

Figure 1 : Evolution de la population de la région de Dublin de 1840 aux années 2000 (graphique semi-logarithmique).

Figure 1 : Evolution de la population de la région de Dublin de 1840 aux années 2000 (graphique semi-logarithmique).

Serge Lhomme, 2012. Données issues du site : www.cso.ie

8Dublin est une petite capitale en plein essor. La population du Grand Dublin devrait atteindre les 2,4 millions d’habitants en 2020 (GDSDS, 2005). Ce développement exerce une pression importante sur l’ensemble des infrastructures techniques de la ville, comme par exemple les transports (Ellis & Kim, 2001). Ainsi, la ville de Dublin connait des embouteillages conséquents. Selon des classements établis par la société de GPS TOMTOM et par le producteur de données routières NAVTEQ, Dublin se classerait parmi les 30 villes les plus embouteillées d’Europe. Certains mois, la ville de Dublin a même pu être classée parmi les 10 villes européennes les plus embouteillées (NAVTEQ, 2011).

9La crise financière de 2008 réinterroge le modèle de développement économique irlandais : la ville de Dublin n’est plus aujourd’hui classée parmi les 40 premières places financières mondiales alors même qu’elle a pu faire partie des 10 premières en 2009. Or, la population de Dublin va continuer à augmenter (GDSDS, 2005). Ce développement démographique interroge alors une politique d’aménagement qui repose sur un étalement urbain de plus en plus important, alors que les investissements nécessaires pour redimensionner les infrastructures techniques se font attendre.

Une ville fortement exposée aux inondations

10Lundi 24 octobre 2011, des pluies diluviennes se sont abattues sur la côte Est de l’Irlande. En l’espace de trois heures, la pluviométrie a atteint 80 millimètres, soit l’équivalent de trois jours de précipitations (Maguire, 2012). Deux cours d’eau qui traversent la ville, les rivières Dodder et Camac, sont sortis de leur lit, inondant environ 300 habitations et noyant deux personnes (Leahy, 2011). Dans le même temps, les pluies torrentielles ont inondé de grands axes routiers et l’un des plus grands centres commerciaux de Dublin, le Merrion shopping centre. Cet événement majeur a nécessité le déclenchement d’un plan d’urgence (Leahy, 2011). Il rappelle que la ville de Dublin est exposée à des inondations dont les sources sont variées (Fig. 2).

Figure 2 : Dublin et ses différentes zones inondables selon leur source.

Figure 2 : Dublin et ses différentes zones inondables selon leur source.

Leahy, 2009

11Dublin est une ville exposée aux inondations, d’abord en raison de sa situation géographique (Fig. 3). Dublin est une ville côtière (Mer d’Irlande) traversée par trois rivières principales (Liffey, Dodder, Tolka), des canaux (Royal Canal, Grand Canal) et de nombreux autres cours d’eau (Wad, Poddle, Camac) dont certains sont désormais souterrains. De plus, elle est soumise à de très fortes pluies et à de nombreuses tempêtes. En outre, deux cours d’eau (la rivière Liffey et la rivière Dodder) se rejoignent en plein cœur de Dublin. Cette confluence, conjuguée à la présence de nombreux petits cours d’eau, donnent naissance à une situation hydrologique et hydraulique complexe au niveau de l’estuaire de la Liffey.

Figure 3 : Les principaux cours d’eau de Dublin.

Figure 3 : Les principaux cours d’eau de Dublin.

Serge Lhomme, 2012

12La ville de Dublin est traversée et délimitée par des cours d’eau dont les bassins versants sont plutôt petits et réactifs (Leahy, 2011), les crues pluviales et fluviales s’additionnent souvent, formant alors un événement majeur. Cela explique aussi l’attention apportée à la prévision et à la modélisation de ces aléas par le service de l’eau, des déchets et de l’environnement du Dublin City Council (Maguire, 2012). Les possibles effets du réchauffement climatique sur les inondations côtières inquiètent les gestionnaires du DCC (Leahy, 2009). Ces gestionnaires mobilisent ainsi des moyens importants afin de modéliser cet aléa et les effets du réchauffement climatique sur celui-ci. Les crues pluviales soulignent le sous-dimensionnement du réseau d’écoulement des eaux pluviales ainsi que sa vétusté dans certaines parties de la ville de Dublin. Les enseignements tirés des inondations d’Octobre 2011 confirment que de nombreuses infrastructures du réseau d’assainissement doivent être remplacées et redimensionnées (Maguire, 2012). Ce sous-dimensionnement est une illustration concrète de la pression exercée par le développement de la ville de Dublin sur ses infrastructures.

La résilience : de la théorie à la pratique

13Contraint par la forte exposition de son territoire et par son développement urbain, le DCC a multiplié les actions afin d’être en mesure de faire face aux inondations (Fig. 4). La crue de Février 2002 avait été l’événement déclencheur qui a conduit le DCC à revoir sa politique de gestion (Leahy, 2009).

Figure 4 : Les principales actions menées par la ville Dublin afin de faire face aux inondations durant la période 2005-2008.

Figure 4 : Les principales actions menées par la ville Dublin afin de faire face aux inondations durant la période 2005-2008.

Serge Lhomme, 2012

Dublin et sa politique de résilience : les actions des gestionnaires

14Le DCC s’appuie actuellement sur l’approche définie dans le cadre du projet FloodResilienCity, qui repose elle-même sur l’approche écossaise des 4A : Awareness, Allaviation, Avoidance, Assistance (Ashley et al., 2012). Cette approche se veut holistique : elle englobe les différentes phases de la gestion des risques et différentes mesures, de protection (avec la construction de digues), d’adaptation (avec la construction de bâtiments considérés comme résilients) et d’assimilation (acception des inondations dans certaines zones pour laisser plus de place à l’eau). Les nombreuses actions entreprises par le DCC, qui peuvent sembler au premier abord disjointes, reposent désormais sur cette politique générale. Cette politique promeut des mesures visant à améliorer la résilience de leur territoire (Leahy, 2011), sans pour autant que le terme de résilience soit défini ou explicité. Il semble que pour les gestionnaires, comme pour les politiques, l’ensemble des actions entreprises depuis 2002 afin de faire face aux inondations rentre dans ce cadre. Quelles sont alors les caractéristiques de ces actions ?

15Cette politique se concentre sur des mesures de protection et sur la mise en place de systèmes de prévision et d’alerte (Leahy, 2009). Ces mesures sont aujourd’hui mises en œuvre à l’échelle des différents bassins versants de la ville. Par exemple, une étude topographique et hydrologique détaillée de la rivière Dodder et de ses affluents a été effectuée. L’objectif était de fournir des données géolocalisées afin de modéliser le fonctionnement de cette rivière. A partir de cette modélisation, une identification précise des zones inondables a pu être obtenue. Des modèles de prévision couplés à un système d’alerte sont aujourd’hui en phase de développement (Leahy, 2011).

16En s’appuyant sur ces modélisations, un bureau d’études a élaboré des mesures spécifiques afin de réduire les risques dans le bassin versant de la rivière Dodder. Les mesures qualifiées de structurelles ont pour objectif de réduire l’aléa (construction de nouvelles digues, de barrages, de barrières mobiles…). Les mesures qualifiées de non structurelles se focalisent sur l’organisation et l’aménagement du territoire (comme la préservation des plaines inondables par un zonage spécifique). Cette étude propose un éventail complet de mesures viables, prenant en compte une série de critères techniques, économiques et environnementaux à l’échelle du bassin versant de la rivière Dodder (Leahy, 2009). Cette approche a ensuite été appliquée pour chaque bassin versant.

17Parallèlement à ces mesures, les gestionnaires tentent de sensibiliser la population aux risques d’inondation afin de développer une certaine culture du risque (Leahy, 2011). Sans totalement rompre avec sa politique passée, fondée sur des mesures de protection, le DCC a donc adapté et diversifié ses modes de gestion. Par exemple, la ville inonde la ville : l’imperméabilisation grandissante des sols et le sous-dimensionnement des réseaux d’assainissement conduisent ceux-ci à déborder de plus en plus fréquemment. Le DCC, qui a conscience de ces enjeux urbanistiques, tente pour le moment d’y faire face en ayant recours à des solutions locales et techniques. L’objectif est de réduire le ruissellement à l’aide d’une végétalisation des espaces urbanisés, de laisser les crues inonder les jardins des particuliers, et non plus de construire des digues pour se protéger. A l’échelle de l’agglomération, ce sont les politiques d’aménagement qui sont questionnées. L’objectif général est de donner plus d’espace à l’eau. L’atténuation du ruissellement urbain passe alors par différents modes d’actions et par différentes législations mettant en œuvre des mesures préventives et curatives.

18Contrairement à ce qui était proposé par le passé, ces stratégies ne sont plus fondées sur un principe d’opposition à l’aléa (une stratégie du « tout protection »), mais se veulent plus globales et plus complètes en apportant des réponses complémentaires par l’utilisation de mesures non structurelles, liées à l’urbanisme et à une meilleure gestion de l’espace. C’est en combinant d’une part des mesures classiques de lutte contre les inondations et d’autre part des actions d’aménagement dépassant le seul cadre des inondations, que les gestionnaires du DCC prétendent améliorer la résilience de leur territoire. Pour les gestionnaires dublinois, la résilience repose sur le triptyque suivant : une approche intégrative et globale (les 4A) ; des mesures non structurelles conjuguées à des mesures structurelles ; le développement de la culture du risque chez les administrés (population, acteurs économiques…).

19Néanmoins, il reste difficile de comprendre ce que les gestionnaires dublinois entendent par « résilience », car les mesures prises ne diffèrent pas des politiques de réduction de la vulnérabilité ou des politiques de prévention déjà éprouvées sur d’autres territoires. Ces mesures ne bouleversent en rien la conception de l’aménagement urbain, même s’il existe des réflexions ponctuelles sur l’aménagement des quartiers de Ringsend et de Spencer Dock. Dans les faits, les logiques d’aménagement restent les mêmes, puisque, selon les gestionnaires, les conséquences des inondations peuvent être atténuées.

20Malgré l’émergence d’un nouveau vocabulaire chez les gestionnaires et les acteurs politiques, la cartographie des actions menées par le DCC (Fig. 4) illustre que les logiques de gestion ne sont pas novatrices. L’ensemble des actions entreprises se concentre dans les zones susceptibles d’être inondées, alors même que les plans de gestion se déclinent à l’échelle du bassin versant dans son ensemble. Tout se passe comme-ci les décisions d’aménagement prises en dehors des zones inondables n’avaient aucune conséquence sur les inondations et que seules les zones inondables subissaient les conséquences des inondations (que ce soit les impacts économiques, sociaux…). Il semble donc que le recours au concept de résilience par les gestionnaires et les acteurs politiques dublinois ne soit pas approprié. En effet, l’emploi de ce concept suggère que la politique menée en la matière est novatrice. Or, dans la pratique, la majorité des actions entreprises ne le sont pas.

La résilience face aux inondations : différents positionnements académiques

21La ville de Dublin n’est pas une exception. D’autres villes affichent aussi des politiques visant à améliorer la résilience de leur territoire afin de faire face aux inondations (Mayence, Nimègue, Stuttgart…) (Ashley et al., 2012). La résilience est « à la mode » aussi bien chez les gestionnaires que chez les scientifiques. Or, dans le domaine académique, l’omniprésence de la résilience interroge sa pertinence (Lhomme, 2012).

22Les diverses acceptations de la résilience dans le domaine académique, liées en partie à sa polysémie, sont illustrées par les différentes interprétations possibles du lien existant entre vulnérabilité et résilience. En effet, le rapport entre ces deux concepts se révèle pluriel (Cutter et al., 2008). Certains chercheurs ont alors entrepris de résumer de façon didactique diverses acceptations de cette relation (Cutter et al., 2008). Une des acceptations courante oppose ces deux concepts. Dans ce cadre, la résilience et la vulnérabilité constitueraient les deux faces opposées d’une même médaille (Folke et al., 2002). La résilience serait alors un attribut positif d’un système qu’il serait nécessaire d’augmenter, tandis que la vulnérabilité serait un attribut négatif qu’il serait nécessaire de diminuer (Rufat, 2012). Or, toute résilience n’est pas bonne à prendre (Reghezza et al., 2012). La résilience n’est donc pas forcément une propriété désirable des systèmes. De plus, cette interprétation du lien entre résilience et vulnérabilité mène à des raisonnements tautologiques : qu’apporte le concept de résilience, s’il n’est que le décalque positif de la vulnérabilité (Rufat, 2012) ?

23On retrouve donc dans le domaine académique la problématique soulevée par l’analyse des mesures entreprises par les gestionnaires dublinois. La mise en opposition de ces deux concepts a été discutée et contestée (Klein et al., 2003 ; Cutter et al., 2008 ; Dauphiné et Provitolo, 2007 ; Provitolo, 2009 ; Reghezza et al., 2012), mais elle a pourtant été retenue par un organisme de référence comme la Resilience Alliance.

24Selon les sources, la résilience englobera plus ou moins les différentes phases de la gestion des risques (Lhomme, 2012). Ainsi, d’un concept limité à la post-catastrophe (au retour à la « normale »), associé à l’idée de « rebond », de rétablissement, de récupération (Vale & Campanella, 2005), la résilience peut être considérée comme un concept englobant l’ensemble des mesures entreprises pour réduire les risques, avant, pendant et après la crise (Bruneau et al., 2003).

25En matière de gestion des inondations, un premier courant a une vision très englobante de la résilience. Dès lors, les « mesures de résilience » s’appliquent à différentes échelles – du bâtiment au bassin versant – avec des actions qui sont diverses. La résilience des communautés censées faire face aux aléas est prônée et la résilience des infrastructures critiques est posée comme un impératif. Pour soutenir ce positionnement, il est possible de s’appuyer sur les actions entreprises par les différents gestionnaires revendiquant mettre en pratique le concept résilience sur leur territoire. Pour certains, la résilience constituerait alors le modus operandi permettant de mettre en place des politiques de gestion des risques plus durables (Pasche & Geisler, 2005 ; Toubin et al., 2012). On retrouve cette vision dans les projets européens INTERREG qui impliquent universitaires et gestionnaires (FloodResilienCity et FREEMAN project). Les chercheurs associés à ces projets proposent d’étudier et d’évaluer la résilience en tenant compte de tous les paramètres contribuant à améliorer la gestion des risques (Serre, 2011 ; Schelfaut et al., 2011). Ces travaux, qui se veulent opérationnels, se nourrissent du discours et des pratiques des gestionnaires. Certains gestionnaires prétendent alors s’appuyer sur ces travaux académiques pour mettre en œuvre leur politique de résilience.

26Dans ce cadre, la résilience est parfois présentée comme une politique de gestion des risques, consistant à ne plus lutter contre l’aléa, mais à s’adapter à celui-ci afin d’en réduire les impacts négatifs au minimum (Pasche & Geisler, 2005). Un deuxième courant donne une interprétation plus restrictive de la résilience. La résilience est dès lors définie en référence à une autre stratégie, celle de résistance (De Bruijn, 2005). La réaction d’un système à une inondation dépend alors de sa résilience et de sa résistance (De Bruijn, 2005 ; Serre 2011). Ce positionnement rappelle les travaux de Burton et White (1978). En effet, la réponse d’un système peut être envisagée de deux manières. Premièrement, une absence de réaction, car l’inondation a été annihilée par les systèmes de protection, relevant d’une stratégie de résistance (une stratégie de protection). Deuxièmement, les impacts engendrés par l’inondation nécessitent une réaction (évacuation, reconstruction…), relevant d’une stratégie de résilience (De Bruijn, 2005).

27Une stratégie de résistance consiste alors à ne pas être inondé et une stratégie de résilience consiste à se remettre d’une inondation (De Bruijn, 2005). Les stratégies de résistance consistent à lutter contre les inondations afin de les supprimer, cette stratégie du tout « protection » implique la mise en place de mesures structurelles. Les stratégies de résilience admettent l’inondation et nécessitent de se préparer à faire face, ce qui implique des mesures non-structurelles. Il s’agit davantage de « vivre avec les inondations » (Vis, 2003). Cette approche est plus proche de ceux qui considèrent la résilience dans une logique d’assimilation et non d’opposition aux aléas (Dauphiné & Provitolo, 2007). Ce deuxième courant n’est plus centré sur une logique du zéro dommage. Il est plutôt centré sur une logique de rétablissement rapide (qui n’est pas un retour à l’état initial puisque la résilience nécessite un processus d’apprentissage pour ne pas répéter les erreurs passées) ou de continuité de fonctionnement malgré des endommagements.

28Pour résumer, au moins deux courants académiques existent en matière de résilience face aux inondations. Un premier courant considère la résilience comme englobant l’ensemble des approches entreprises pour gérer les risques, les stratégies classiques de protection y étant alors incluses (Serre, 2011). Un deuxième courant tend à distinguer, voire à opposer, les stratégies de protection et les stratégies de résilience, la gestion des risques pouvant combiner ces deux approches (Fig. 5). Or, si les gestionnaires dublinois se réfèrent à la résilience d’une manière assez englobante, leur politique de gestion fait abstraction du rétablissement après une inondation. Cet aspect est pourtant présent dans les deux courants académiques présentés et semble donc constitutif de la résilience.

Figure 5 : La résilience appréhendée par les scientifiques et les gestionnaires dublinois. Des discordances possibles.

Figure 5 : La résilience appréhendée par les scientifiques et les gestionnaires dublinois. Des discordances possibles.

Serge Lhomme

L’analyse des infrastructures réseaux de la ville de Dublin

Positionnement adopté pour analyser la résilience de la ville de Dublin aux inondations

29Deux termes semblent se dégager des différentes définitions de la résilience : l’absorption et la récupération (Lhomme et al., 2010). Le terme d’absorption est très utilisé en écologie, tandis que la récupération est très présente dans les études de risques afin de caractériser le rétablissement des systèmes étudiés.

30A partir de cette définition, une approche permettant d’appréhender la résilience urbaine face aux inondations a récemment été proposée (Lhomme et al., 2010 ; Serre, 2011). Cette approche générale considère la ville comme un système. En effet, la résilience est un concept qui s’applique à des systèmes et peut même être considérée comme un concept issu du paradigme de la complexité menant à privilégier les approches systémiques. Pour cela, il est possible de s’appuyer sur une littérature importante définissant la ville comme un système (De Rosnay, 1975 ; Pumain, 1997 ; Lajoie, 2007 ; Nabaa, 2011).

31Les réseaux techniques se révèlent être le support des relations entre les différents composants du système urbain (entreprises, habitants, productions…). Ipso facto, les dysfonctionnements de ces réseaux impliquent l’isolation de certains composants du système urbain et par conséquent une remise en question du fonctionnement de la ville. On en déduit que ces réseaux jouent un rôle essentiel dans les mécanismes de diffusion du risque entre les différents composants urbains (capacité d’absorption) et dans les mécanismes de remise en service du système urbain (capacité de récupération) (Lhomme et al., 2010 ; Lhomme, 2012). Cette hypothèse est corroborée par les retours d’expérience post-catastrophe (Ponton et al., 1988 ; Rouzeau et al., 2010) et par l’analyse des dysfonctionnements des réseaux techniques (Matisziw et al., 2008 ; Johansson & Hansel, 2010).

32Si l’analyse des forces et des faiblesses des réseaux techniques peut s’apparenter à un diagnostic de vulnérabilité, il se trouve qu’elle contribue à examiner la résilience des territoires étudiés. Il existe dans les faits un continuum entre ces deux concepts, la vulnérabilité étant centrée sur l’endommagement, tandis que la résilience se focalise davantage sur la récupération, le rétablissement des systèmes (Fig. 6). Or, comme l’endommagement des réseaux techniques conditionne la récupération (le retour à la « normale », la remise en service) des territoires, il détermine en partie leur résilience. De même, au sein de ces réseaux, les endommagements subits conditionnent leur remise en service et par conséquent leur résilience. Dans ce contexte, les deux concepts ne sont pas opposés l’un à autre et peuvent difficilement être disjoints.

Figure 6 : Résilience et vulnérabilité dans un même continuum.

Figure 6 : Résilience et vulnérabilité dans un même continuum.

Lhomme et al., 2010

Les infrastructures réseaux face aux inondations passées

33La ville de Dublin est régulièrement exposée à des crues pluviales provoquées par une incapacité du réseau d’assainissement à faire face aux précipitations (Leahy, 2009). Le réseau du quartier des Docks fonctionne actuellement à sa pleine capacité (Corcoran, 2007). Deux lacunes ont été identifiées dans ce quartier : le sous-dimensionnement des canalisations et les capacités insuffisantes des pompes de relèvement. Tout développement dans le quartier des Docks peut contribuer à augmenter le ruissellement urbain et par conséquent la fréquence et l’amplitude de ces inondations déjà récurrentes. Une étude produite en Juillet 2002 a conclu que la seule solution viable impliquait la construction d’une nouvelle station de relèvement dans ce quartier (GDSDS, 2005).

34Depuis le 18ème siècle, le réseau d’assainissement et la ville de Dublin se sont développés conjointement (GDSDS, 2005). Ce réseau d’assainissement est aujourd’hui centralisé autour d’une unique station de traitement (Ringsend) qui va bientôt atteindre ses limites (GDSDS, 2005). Ce réseau va bientôt rentrer dans une nouvelle phase de développement, qui est nécessaire pour faire face au développement de Dublin. La construction d’une nouvelle station de traitement devrait ainsi infléchir cette centralisation exacerbée.

35De nombreuses rues peuvent être inondées par des crues pluviales (Leahy, 2009). Le réseau routier de Dublin, qui est déjà congestionné en « temps normal », peut devenir saturé en période de crue, comme l’attestent les inondations de 2011 (Leahy, 2011). Ainsi, les voyageurs censés se rendre à l’aéroport de Dublin étaient conviés à vérifier au préalable si leurs itinéraires étaient praticables. De plus, malgré l’envoi de nombreuses pompes, une partie du périphérique a été fermée pendant plus de 24h. D’importantes perturbations ont été enregistrées sur les autoroutes M1 et M7 (plus d’une heure de retard sur un trafic déjà surchargé en temps normal). Dans les faits, le fonctionnement du réseau routier dublinois est conditionné par celui du réseau d’assainissement en période de crue.

36Le réseau électrique de Dublin est plutôt bien maillé. En effet, son port assure un approvisionnement efficace en charbon des stations d’alimentation situées dans le quartier des Docks. Au sud, une station hydroélectrique a été construite à Pollaphuca dans les montagnes de Wiclow. Enfin, des stations de transformation comme Inchicore et Maynooth (à l’Est) ou encore Finglas (au Nord) sont essentielles afin d’assurer la connexion du réseau de la ville de Dublin à l’ensemble du réseau national (Combes & O’Shea, 2012). Ce réseau n’apparait pas vulnérable aux inondations. En effet, les gestionnaires du réseau électrique semblent bien appréhender ces aléas et il n’y a pas eu de blackout (panne électrique généralisée) durant les précédentes inondations. Au niveau national, un tel événement est même jugé improbable. Néanmoins, près de 1 200 personnes étaient privées d’électricité le 27 Octobre 2011 suite à des coupures préventives. De plus, ces coupures ont pu toucher des infrastructures essentielles pour la vie quotidienne des Dublinois. Ainsi, le Merrion shopping Centre s’est vu privé d’électricité pendant plusieurs jours pour des raisons de sécurité (Leahy, 2011).

Les réseaux techniques de Dublin face à une crue côtière bicentennale

37Il existe plusieurs manières d’appréhender les réseaux techniques. Le choix a été fait d’analyser l’infrastructure matérielle, son fonctionnement et son rétablissement face à un aléa donné en tenant compte des interdépendances existant entre ces réseaux. Les travaux menés se fondent sur des analyses de configuration et non pas sur des analyses de flux. Dans cette partie, les analyses des capacités de résistance des réseaux d’assainissement et d’électricité sont présentées.

38Cette analyse est effectuée à partir d’un aléa d’origine : une inondation côtière bicentennale (probabilité de 1/200 de se produire chaque année). En effet, compte tenu des effets probables du changement climatique, les inondations côtières mobilisent en partie l’attention des gestionnaires dublinois. De plus, cet aléa touche une partie du centre-ville historique de Dublin.

39Les gestionnaires du DCC nous ont fourni les données géographiques qu’ils possédaient concernant les deux réseaux à étudier. Néanmoins, ces données ne contenaient pas d’informations sur la vulnérabilité de ces réseaux aux inondations. C’est pourquoi, il s’est révélé nécessaire d’émettre des hypothèses afin de simuler les conséquences d’une crue. Ces hypothèses sont à l’origine de deux scénarios. Le premier scénario sera considéré comme le scénario « principal », car il s’appuie sur les retours d’expérience des inondations passées à Dublin, le réseau d’assainissement est alors considéré comme très vulnérable et le réseau électrique comme peu vulnérable. Le second scénario sera considéré comme le scénario « alternatif », car il s’appuie sur une analyse critique du premier scénario et sur une connaissance générale de la vulnérabilité des réseaux techniques aux inondations, le réseau d’assainissement est alors considéré comme ponctuellement vulnérable et le réseau électrique comme globalement vulnérable.

40Dans le scénario principal, le réseau d’assainissement est amené à subir des dommages importants (Fig. 7) tandis qu’au contraire le réseau électrique ne subit aucun dommage. Ces résultats sont la conséquence directe des hypothèses émises et peuvent donc être considérés comme faisant partie intégrante du scénario initial. Dans un second temps, il convient d’analyser comment les réseaux réagissent face à ces endommagements potentiels, tout en tenant compte des interdépendances pouvant exister entre les réseaux. Cette analyse souligne l’opposition entre, d’une part un réseau d’assainissement perturbé, et d’autre part un réseau électrique qui fonctionne presque normalement. En effet, le réseau d’assainissement, qui est structuré de manière arborescente, n’est pas en mesure de pouvoir faire face aux endommagements identifiés. Ainsi, comme des composants endommagés sont localisés à proximité de la station de traitement de Ringsend, les dysfonctionnements induits par ces endommagements perturbent une grande partie du réseau d’assainissement (Fig. 7).

Figure 7 : Endommagements et dysfonctionnements consécutifs à une inondation côtière bicentennale sur le réseau d’assainissement d’après le scénario principal.

Figure 7 : Endommagements et dysfonctionnements consécutifs à une inondation côtière bicentennale sur le réseau d’assainissement d’après le scénario principal.

Serge Lhomme, 2012

41Dans un premier temps, les résultats du scénario alternatif diffèrent des résultats du scénario précédent. Le réseau électrique apparait ainsi segmenté suite à l’inondation. Le réseau d’assainissement subit quant à lui beaucoup moins de dommages en comparaison du scénario précédent. Les nouvelles hypothèses de départ semblent donc changer les résultats. Néanmoins, dans un deuxième temps, compte tenu de son maillage et du positionnement géographique des postes sources, le réseau électrique ne devrait pas subir de forts dysfonctionnements. Ils se limitent aux parties pouvant être coupées préventivement. En revanche, la situation est beaucoup plus préoccupante pour le réseau d’assainissement (Fig. 8). En effet, le réseau électrique, très agressif envers les autres réseaux techniques, perturbe le réseau d’assainissement. Ainsi, des pompes de relevage, situées à proximité de la station de traitement de Ringsend, sont menacées par les perturbations du réseau électrique. Or, une partie importante du réseau d’assainissement dépend du fonctionnement de ces pompes. Finalement, les perturbations provoquées par le réseau d’électricité sur le réseau d’assainissement se révèlent problématiques (Fig. 8).

Figure 8 : Malgré des hypothèses plutôt favorables en ce qui concerne la résistance du réseau d’assainissement, ce réseau reste fortement perturbé d’après le scénario alternatif.

Figure 8 : Malgré des hypothèses plutôt favorables en ce qui concerne la résistance du réseau d’assainissement, ce réseau reste fortement perturbé d’après le scénario alternatif.

Serge Lhomme, 2012

42Dès lors, diverses répartitions d’enjeux majeurs peuvent être analysées afin d’appréhender en partie la résilience du territoire étudié. Les répartitions de certains enjeux majeurs « reconnus » (par exemple : les hôpitaux, les casernes de pompiers) et de certains enjeux caractéristiques d’une capitale ont été analysées (par exemple : les ministères, les ambassades) (Tab. 1). Si les différents enjeux analysés se concentrent en dehors des zones inondées, ils seront presque tous touchés par les dysfonctionnements du réseau d’assainissement (Tab. 1). En revanche, le réseau électrique de la ville de Dublin devrait être peu perturbé compte tenu de son bon maillage.

43Pour conclure, la politique menée par les gestionnaires dublinois en matière de gestion des inondations néglige la relation complexe entre risque et territoire, alors qu’une analyse de la résilience de ce territoire met précisément en exergue cette complexité.

Figure 9 : La répartition des hôpitaux et le fonctionnement du réseau d’assainissement.

Figure 9 : La répartition des hôpitaux et le fonctionnement du réseau d’assainissement.

Serge Lhomme, 2012

Tableau 1 : Synthèse des résultats obtenus concernant la répartition de certains enjeux vis-à-vis du fonctionnement du réseau d’assainissement.

Casernes de pompiers

Hôpitaux

Ministères

Ambassades

Zones inondées

0 %

0 %

7,7 %

15,6 %

Zones perturbées

scénario 1

75 %

90,6 %

100 %

100 %

Zones perturbées

scénario 2

62,5 %

65,6 %

100 %

100 %

Serge Lhomme, 2012

Conclusion

44Les difficultés pour dégager les caractéristiques attachées aux « mesures de résilience » promues par la ville de Dublin afin de faire face aux inondations font écho aux différentes acceptations de la résilience dans le domaine académique. Les gestionnaires dublinois semblent considérer la résilience comme un antonyme de la vulnérabilité et un synonyme de la lutte contre l’aléa, la résilience combinant selon eux ces deux aspects. Ce positionnement renvoi à une vision englobante de la résilience, mais en néglige une des principales caractéristiques : le rétablissement (la remise en service, la récupération) du territoire suite aux inondations. Dans ce contexte, la politique de gestion des inondations de la ville de Dublin n’est pas novatrice. En effet, elle repose sur une logique classique du zéro dommage. Elle ne repose donc pas sur une acceptation des dommages nécessitant de se focaliser sur le fonctionnement des territoires durant ces endommagements (i.e. sur les capacités d’absorption de ces territoires) et sur le rétablissement des territoires (i.e. sur les capacités de récupération de ces territoires).

45De plus, la méthodologie développée met en exergue l’absence de vision systémique du territoire dublinois en matière de gestion des inondations. En effet, l’analyse de la résilience des réseaux techniques de la ville de Dublin ne fait pas encore partie intégrante de la politique de gestion des inondations du DCC, alors même que ces réseaux sont nécessaires à son bon fonctionnement. Ainsi, dans le cas d’une crue bicentennale, si presque tous les enjeux majeurs sont situés en dehors des zones inondables, il ressort que ces enjeux majeurs seront très affectés par les dysfonctionnements du réseau d’assainissement. Or, la politique menée par le DCC ne tient pas compte du lien complexe existant entre les risques et les territoires.

46L’absence de vision systémique du territoire dublinois pour faire face aux inondations, alors même que la résilience est un concept issu du paradigme de la complexité, peut sembler surprenante. Cette absence illustre la difficile prise en compte par les praticiens d’un concept non stabilisé dans le domaine académique. Le flou entourant la résilience interroge donc de manière tangible sa pertinence pratique. Quoi qu’il en soit, les analyses menées sur les réseaux techniques de la ville de Dublin intéressent les gestionnaires dublinois et n’auraient pas été possibles sans leur implication, marquant peut-être un tournant vers de véritables mesures visant à améliorer la résilience de leur territoire.

Haut de page

Bibliographie

Ashley R. M., Blanskby J., Newman R., Gersonius B., Poole A., Lindley G., Smith S., Ogden S., Nowell R., 2012, « Learning and Action Alliances to build capacity for flood resilience », Journal of Flood Risk Management, 5, pp. 14–22.

Brand F. S., Jax K., 2007, « Focusing the meaning(s) of resilience: resilience as a descriptive concept and a boundary object », Ecology and Society, 12(1).

Bruneau M., Chang S. E., Eguchi R. T., Lee G. C., O’Rourke T. D., Reinhorn A. M., Shinozuka M., 2003, « A Framework to Quantitatively Assess and Enhance the Seismic Resilience of Communities », Earthquake Spectra, 19(4), pp. 733-752.

Burton I., White G. F. et Kates, R. W., 1978, The Environment as Hazard, 1ère éd., Oxford University Press, New York, 240 p.

Combes L., O’Shea M., 2012, The history of the national Electrical Grid in Ireland, Institute of the technology Blanchardstown, 15 p.

Corcoran M., 2007, Water, Drainage, People and Heritage, Engineers Ireland, 14p.

Crotty W., 1998, « The Celtic tiger: Economic modernization and social and political ramifications in Ireland », Lille, France, European Federation of Association and center of Irish Studies.

Crotty W., 2000, « Ireland: Economics and the Reinventing of a Nation », Policy Studies Journal, 28(4), pp. 799-814.

Cutter S., Barnes L., Berry M., Burton C., Evans E., Tate E., Webb J., 2008, « A place-based model for understanding community resilience to natural disasters », Global Environmental Change, 18(4), pp. 598-606.

Dauphiné A., Provitolo D., 2007, « La résilience : un concept pour la gestion des risques », Annales de Géographie, n° 654, pp. 115-125.

De Buijn K. M., 2005, Resilience and flood risk management - A systems approach applied to lowland rivers, Thèse de doctorat, Delft University Press (Hydraulics select series), 210 p.

De Bruijne M., Boin A., Van Eeten M., 2010, « Resilience exploring the concept and its meanings », in Designing Resilience. Preparing fo Extrem Events, ed. Comfort L. K., Boin A., Demchak C., Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, pp. 13-32.

De Rosnay J., 1975, Le Macroscope, vers une vision globale, Seuil.

Djament-Tran G., Reghezza-Zitt M., 2012, Résiliences Urbaines. Les villes face aux catastrophes, Le Manuscrit, Fronts pionniers, 360 p.

Ellis G., Kim J., 2001, « City profile Dublin », Cities, 18(5), Elsevier, pp. 355-364.

Folke C. et al., 2002, Resilience and Sustainable Development: Building Adaptive Capacity in a World of Transformations, Environmental Advisory Council to the Swedish Government, Stockholm, Sweden.

GDSDS (Greater Dublin Strategic Drainage Study), 2005, Final Strategy report, 200 p.

Grison L., 2004, « Les enjeux du Grand Dublin », Mappemonde, 75(3), pp. 73-75.

Hollnagell E., Woods D. D., Leveson N., 2006, Resilience Engineering: Concepts et Precepts, Ashgate, 397 p.

Johansson J., Hassel H., 2010, « An approach for modelling interdependent infrastructures in the context of vulnerability analysis », Reliability Engineering & System Safety, 95(12), Elsevier, pp. 1335-1344.

Klein R. J., Nicholls R. J., Thomalla F., 2003, « Resilience to Natural Hazards: How Useful is the Concept? », Environmental Hazards, vol. 5, n° 1-2, pp. 35-45.

Lajoie G., 2007, Recherches en modélisation urbaine, habilitation à Diriger des Recherches, Université de La Réunion, 345 p.

Leahy T., 2009, Flood Risk Management in Dublin, A strategic overview, Dublin City Council, September 2009 Meeting.

Leahy T., 2011, Flood Risk in Dublin, Interim Report on Extreme Pluvial Flooding event 24th October 2011.

Lhomme S., Serre D., Laganier R., Diab Y., 2010, « Les réseaux techniques face aux inondations ou comment définir des indicateurs de performance de ces réseaux pour évaluer la résilience urbaine », Le bulletin de l’association des Géographes français, pp. 487-502.

Lhomme S., 2012, Les réseaux techniques comme vecteur de propagation des risques en milieu urbain. Une contribution théorique et pratique à l’analyse de la résilience urbaine, Laganier R. & Serre D. (sous la dir.), Thèse de doctorat, Université Paris Diderot, 365 p.

Lhomme S., Djament-Tran G., 2012, « Penser la résilience urbaine », In. Résiliences Urbaines, Les villes face aux catastrophes, Djament-Tran G., Reghezza-Zitt M., (eds), Le Manuscrit, Fronts pionniers, pp. 13-46.

Maguire T., 2012, Dublin Flooding October 2011, Wales, 10th National Flooding Conference, 15th March 2012.

Matisziw T. C., Murray A. T., Grubesic T. H., 2008, « Exploring the vulnerability of network infrastructure to disruption », The Annals of Regional Science, 43(2), pp. 307-321.

McLaran A., 1984, « Dublin: city profile », Cities, 1(6), pp. 543–550.

Nabaa M., 2011, Morphodynamique de réseaux viaires, application au risque, Thèse de doctorat, Université du Havre, 237 p.

NAVTEQ, 2011, NAVTEQ Cites Top 10 Most Congested Cities in Europe, NAVTEQ’s Latest Press Releases, http://press.navteq.com/index.php?s=4260&item=23346

Pasche E., Geisler T. R., 2005, « New strategies of damage reduction in urban areas proned to flood », Urban flood management, pp. 101-117.

Ponton A., Deniel J., Estienne J., Villevieille A., Bosc R., 1988, Rapport de la mission technique chargée de tirer les enseignements de la catastrophe de Nîmes du 3 octobre 1988, Secrétariat d’Etat chargé de la prévention des risques technologiques et naturels majeurs.

Provitolo D., 2009, « Vulnérabilité et résilience : géométrie variable des deux concepts », séminaire résilience urbaine de l’ENS, Paris.

Pumain D., 1997, « Pour une théorie évolutive des villes », Espace géographique, 1997/2.

Reghezza-Zitt M., Rufat S., Djament-Tran G., Le Blanc A., Lhomme S., 2012, « What Resilience Is Not: Uses and Abuses », Cybergeo: European Journal of Geography.

Rouzeau M., Martin X., Pauc J. C., 2010, Retour d’expérience des inondations survenues dans le département du Var les 15 et 16 Juin 2010, 87p.

Rufat S., 2009, « Bucarest entre inertie et résilience », in Vallat C., Le Blanc A. (dir), Pérennité urbaine 1 - Traces, Paris, L’Harmattan, p. 92-101.

Rufat S., 2012, « Existe-t-il une mauvaise résilience ? », In Résiliences Urbaines, Les villes face aux catastrophes, Djament-Tran G., Reghezza-Zitt M. (eds), Éditions du Manuscrit, Fronts pionniers, pp. 195-242.

Schelfaut K., Pannemans B., Van der Craats I., Krywkow J., Mysiak J., Cools J., 2011, « Bringing flood resilience into practice: the FREEMAN project », Environmental Science & Policy, 14(7), pp. 825-833.

Serre D., 2011, La ville résiliente aux inondations - Méthodes et outils d’évaluation, Mémoire de HDR, Université Paris-Est.

Toubin M., Lhomme S., Diab Y., Serre D., Laganier R., « La Résilience urbaine : un nouveau concept opérationnel vecteur de durabilité urbaine ? », Développement durable et territoires, vol. 3, n° 1.

Vale J. V., Campanella T. J., 2005, The Resilient City. How modern cities recover from disaster, New York, Oxford University Press.

Vis M., Klijn F., De Bruijn K., 2003, « Resilience strategies for flood risk management in the Netherlands », International Journal of river basin management, 1(1), pp. 33-40.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Evolution de la population de la région de Dublin de 1840 aux années 2000 (graphique semi-logarithmique).
Crédits Serge Lhomme, 2012. Données issues du site : www.cso.ie
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-1.png
Fichier image/png, 328k
Titre Figure 2 : Dublin et ses différentes zones inondables selon leur source.
Crédits Leahy, 2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 3 : Les principaux cours d’eau de Dublin.
Crédits Serge Lhomme, 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 4 : Les principales actions menées par la ville Dublin afin de faire face aux inondations durant la période 2005-2008.
Crédits Serge Lhomme, 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Figure 5 : La résilience appréhendée par les scientifiques et les gestionnaires dublinois. Des discordances possibles.
Crédits Serge Lhomme
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-5.png
Fichier image/png, 160k
Titre Figure 6 : Résilience et vulnérabilité dans un même continuum.
Crédits Lhomme et al., 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 7 : Endommagements et dysfonctionnements consécutifs à une inondation côtière bicentennale sur le réseau d’assainissement d’après le scénario principal.
Crédits Serge Lhomme, 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 8 : Malgré des hypothèses plutôt favorables en ce qui concerne la résistance du réseau d’assainissement, ce réseau reste fortement perturbé d’après le scénario alternatif.
Crédits Serge Lhomme, 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Figure 9 : La répartition des hôpitaux et le fonctionnement du réseau d’assainissement.
Crédits Serge Lhomme, 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26026/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Lhomme, Richard Laganier, Youssef Diab et Damien Serre, « La résilience de la ville de Dublin aux inondations : de la théorie à la pratique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 651, mis en ligne le 10 septembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26026 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26026

Haut de page

Auteurs

Serge Lhomme

PhD, Université Paris Est, EIVP,
serge.lhomme@eivp-paris.fr

Articles du même auteur

Richard Laganier

Professeur des universités, Université Paris Diderot (PRODIG),
richard.laganier@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Youssef Diab

Professeur des universités, Université Paris Est, LEESU, EIVP,
Youssef.diab@eivp-paris.fr

Damien Serre

RESCUE Solutions SAS, Bagneux, France,
rescuesolutions@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page