Navigation – Plan du site
2013

Lacquement G., Born K. M., von Hirschausen B. (dir.), 2013, Réinventer les campagnes en Allemagne. Paysages, patrimoine et développement rural, Lyon, ENS Editions, 280 p.

Jean-Louis Tissier

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble les contributions d’un colloque franco-allemand tenu en 2007. Cette manifestation a confronté les expériences et les réflexions de chercheurs français et allemands en sciences sociales travaillant sur les sociétés et les espaces ruraux allemands. La traduction en français des textes des collègues allemands explique sans doute ce délai, qui a été aussi mis à profit pour établir une édition soignée avec des documents originaux (plans, cartes, photographies) une riche bibliographie bilingue et un glossaire bienvenu.

2Au total 15 contributions, 10 allemandes et 5 françaises, permettent au lecteur de prendre la mesure des héritages, des mutations et de la part des premiers dans les secondes, au début du XXIe siècle. C’est sans doute là précisément que se justifie le terme de réinvention qui prend en compte l’urbanisation globale de la société allemande et la recomposition territoriale majeure qu’a constitué la réunification de la fin du XXe siècle. Le texte, après une conséquente introduction générale des directeurs, est articulé en trois sections équilibrées, où la diversité des approches historiques, culturelles ou aménagistes est mise en perspective par une présentation pertinente de chacune des sections.

3L’introduction générale replace les campagnes allemandes contemporaines dans leur contexte européen, elle insiste sur la singularité de leur histoire récente, notamment dans la partie orientale, et sur l’importance du cadre fédéral. Le parti choisi combine des analyses générales à l’échelle nationale et des études de cas locaux balisant le territoire du nord au sud et de l’ouest à l’est.

4La première section envisage la construction du rural comme ressource diversifiée et non plus seulement comme bassin de production agricole. S Depraz y examine les modalités et les ambigüités de la définition de l’espace considéré comme rural dans un contexte national largement urbanisé, c’est donc à l’échelon régional que la ruralité relative des territoires est prise en compte. W. Shenk, en analysant la littérature administrative concernant l’aménagement du territoire dans les trente dernières années, montre comment les politiques ont évolué d’une conception « résiduelle » de l’espace rural à une valorisation paysagère et culturelle susceptible d’accueillir des fonctions de résidence et de loisir. E. Vonau restitue la généalogie de la conception patrimoniale du paysage au début du XXe siécle, notamment dans les ouvrages de Hugo Conwentz (1855-1922) qui prônent la reconnaissance et la protection des « monuments naturels ». Ces monuments sont envisagés comme des marqueurs ou des emblèmes d’un territoire donné, leur naturalité est aussi chargée de valeurs culturelles. G. Garner replace la question de la ressource rurale dans les réflexions menées au tournant des XVIIIe et XIXe siècles quand l’économie politique dé-territorialisée dans la lignée libérale d’A. Smith supplante les approches des sciences camérales en termes de Land et de Landwirtshaft qui visaient antérieurement à une organisation équilibrée et productive de l’espace rural. P. Burggraaf et K.-D. Kleefeld exemplifient cette mise en ressource contemporaine par l’étude de la conversion de l’économie régionale de l’Eifel, massif ancien longtemps répulsif et militarisé devenu parc de loisirs accessible depuis les régions densément urbanisées qui l’entourent.

5La seconde section propose des analyses sur le remodelage et la mise en récit des campagnes : l’invention du patrimoine rural. Les contributions prennent appui sur des œuvres littéraires, des lieux et des figures emblématiques. Elles traitent aussi des territoires de la partie orientale, qui sont en quelque sorte des lieux retrouvés. D. Merchiers traite du roman Heimatmuseum (1978) de Siegfried Lenz, écrivain né en 1926 en Prusse orientale, devenue polonaise en 1945. Le récit est celui de l’histoire d’un musée consacré à la Mazurie, pays de forêts et de lacs, disputé entre l’Allemagne et la Pologne pendant la première moitié du XXe siècle. À travers cette histoire mouvementée, S. Lenz (dont le roman La leçon d’allemand a établi l’audience en France) explore et illustre ici la notion complexe de Heimat qui, à partir de l’étymologie du lieu de naissance, se décline en connotations multiples, culturelles et politiques. À Postdam, haut-lieu patrimonial regroupant un ensemble de résidences princières, de jardins et de parcs classés au patrimoine mondial en 1990, la réforme administrative de 2003 a adjoint au domaine monumental princier sept villages contigus du Brandebourg. R.S. Dornbusch présente les enjeux à venir dans cet ensemble territorial composite aux marges de la métropole berlinoise. Examinant les atouts dont disposent les campagnes du Land de Mecklembourg-Poméranie, durement frappé depuis 1990 par l’exode rural, A. Halama distingue l’héritage du grand domaine seigneurial qui a encadré ces campagnes pendant plusieurs siècles. La phase pionnière de cette géographie historique avait été magistralement analysée par C. Higounet. Les avatars plus contemporains n’ont pas fait table rase de ce patrimoine prussien, de ses parcs et de ses grandes demeures. La ressource bâtie est vaste et permet de constituer des gîtes, certains espaces agricoles peuvent être recyclés en productions biologiques. On assiste presque à un retour du junker en hôtelier prévenant, comme si les deux figures emblématiques von Thünen ou von Bismarck se convertissaient enfin à l’économie du loisir. Dans cet esprit de retrouvaille patrimoniale, C. Robert présente la figure du Prince Pückler ; paysagiste romantique, libéral excentrique, il est une ressource pour la Lusace qui a été en partie défigurée par l’exploitation du lignite. Le parc paysager projeté permet en outre de par sa position frontalière d’établir un lien pacifié avec la Pologne. La chute du mur de Berlin ouvre la campagne du Brandebourg proche aux lecteurs de Théodore Fontane qui avait fait il y a un siècle de ce territoire la référence de ces Pérégrinations. La contribution d’I. Solères atteste que T. Fontane et son œuvre deviennent un label revalorisant ces campagnes périmétropolitaines.

6Sous le titre « Politiques publiques et changements fonctionnels », la troisième section regroupe moins les héritages que les projets ou les pratiques dans l’aménagement contemporain des campagnes. U. Grabski-Kieron traite de développement rural intégré des campagnes de ses modalités générales à l’échelle régionale et des enjeux de ces pratiques. C. Quéva évalue les effets de ce « marketing régional » dans le cadre restreint mais précis de la Thuringe méridionale. Il analyse méthodiquement le rôle des villes « moyennes », la fonction de la forêt et du massif de la Rhön. Cette étude s’appuie sur des sources de discours et d’images ; elle prend en compte les inerties idéologiques d’avant la réunification et leur destin actuel, elle a une portée méthodologique bien au delà de la Thuringe. F. Höchtl et W. Konold traitent de la gestion paysagère telle qu’elle est pratiquée à l’Institut de Fribourg-en-Brisgau une institution qui associe recherche, enseignement et formation pratique. Cette gestion paysagère, Landespflege, met en œuvre un spectre disciplinaire large de l’écologie aux sciences politiques, des études de cas présentent brièvement les stratégies adaptées à des sites et des thèmes différents. S. Arens étudie le bâti agricole hérité et sa reconversion ; elle compare les trajectoires différentes de ces constructions dans des contextes ruraux eux-mêmes contrastés : denses ou non, enclavés ou desservis. P. Dehne s’attache à une région considérée comme périphérique, la lagune de Stettin. Région de basse densité, région frontalière distante des métropoles, elle reste une région d’émigration. Ces caractères, qui peuvent comparativement devenir un potentiel de développement sur des bases nouvelles, n’ont pas encore été décisives pour ce développement périphérique.

  • 1 Traduction française : George L. Mosse, 2006, Les racines intellectuelles du Troisième Reich, Paris (...)

7Cet ensemble rend compte des mutations des réalités rurales allemandes mais aussi des approches thématiques et méthodologiques nouvelles. Les études de cas empiriques permettent au lecteur de s’approcher de ces territoires ruraux qui sont à la fois distants des processus de métropolisation mais qui recèlent aussi bien des images – des iconographies aurait dit Jean Gottmann – qui restent fortes, mémorables et qui lestent d’un poids certain les territoires contemporains. Du passé des territoires on ne fait pas aisément table rase. La part de l’histoire est importante dans cette réinvention : lieux, sites, paysages, œuvres picturales et littéraires sont mobilisables, recyclables dans les discours et les pratiques contemporaines. Naturdenkmal, Heimat, Kulturlandshaft… Les travaux qui nous sont présentés parlent d’une réinvention qui prend appui sur un héritage du XIXe siècle, bien avant l’expérience de la RDA et aussi avant les deux décennies du Troisième Reich. Sur ce point qui n’est pas mineur et compte tenu du parti historique choisi, il paraît étonnant que les travaux de George L. Mosse sur le versant rural de l’idéologie conservatrice völkish dans The Crisis of German Ideology1 paraissent méconnus ou écartés. Ils permettent en effet à notre sens de nuancer la part de la réinvention en montrant les déclinaisons des notions de Heimat, Kulturlandschaft dans les premières décennies du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Traduction française : George L. Mosse, 2006, Les racines intellectuelles du Troisième Reich, Paris, Calmann-Lévy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Tissier, « Lacquement G., Born K. M., von Hirschausen B. (dir.), 2013, Réinventer les campagnes en Allemagne. Paysages, patrimoine et développement rural, Lyon, ENS Editions, 280 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 18 octobre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26069

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page