Navigation – Plan du site
2013

Frankhauser P., Ansel D. (dir.), 2012, La décision d’habiter ici ou ailleurs, Paris, Economica-Anthropos, Collection Villes, 383 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Ce livre résulte du projet ANR ECDESUP (l’Évaluation, le Choix et la Décision dans l’Usage des Espaces Urbains et Périurbains). Les deux directeurs de la publication, Pierre Frankhauser et Dominique Ansel, ont mobilisé sur un même sujet 21 auteurs (parmi lesquels 13 rattachés à l’Université de Franche-Comté).

2Le sujet est assez classique. On se souvient peut-être du fameux Why Families Move? de Peter H. Rossi, publié en 1956. Pourtant, ici, la formulation du titre n’est pas anodine. Si la mobilité résidentielle est, dans un pays comme la France, bien appréhendée au plan statistique, ses déterminants sont moins bien connus. Surtout, la reconnaissance des causes du choix du lieu d’habitation est variable selon la discipline. L’économiste privilégie, comme il se doit, le prix du logement. Le sociologue insistera sur le voisinage avec lequel l’on souhaite (ou non) s’identifier. Le psychologue retiendra la résistance au changement, etc.

3Le livre se veut justement multidisciplinaire. Tel chapitre est rédigé par un psychologue, un autre par des économistes, un autre par un sociologue, d’autres encore par des géographes. Il y a peu à dire sur ces chapitres « disciplinaires » généralement bien rédigés, souvent avec un vrai souci de pédagogie, comme si les auteurs faisaient l’effort de s’adresser à d’autres disciplines que la leur. Les références bibliographiques sont nombreuses. Elles figurent à la fin de chaque chapitre et relèvent donc à chaque fois de la discipline de l’auteur (ou des auteurs) du chapitre. Ces chapitres montrent aussi, en creux, les limites de l’approche de chaque discipline sur le sujet imposé.

4Comment surmonter ces limites, comment passer de la juxtaposition de disciplines à une interdisciplinarité susceptible de produire des résultats originaux, de nouveaux modèles opératoires ?

5Pour ce qui est des limites des approches disciplinaires sur la question, on retiendra un exemple. Les psychologues constatent que le concept de bien-être, supposé fonder la décision d’habiter « ici ou ailleurs », est « éminemment complexe » et reconnaissent qu’il conduit à une impasse pour leur discipline. Dans un autre chapitre rédigé par des économistes, la signification de la décision mène à une discussion épistémologique intéressante mais sans issue bien nette.

6Il est vraisemblable que le projet ANR à l’origine de ce livre ne donnait pas les moyens d’une confrontation au réel grâce à des enquêtes et traitements de données. La tonalité reste donc nécessairement très conceptuelle, sans que des éléments empiriques viennent confirmer ou infirmer les hypothèses des auteurs.

7Par ailleurs, le passage à l’interdisciplinarité s’avère problématique, ce qui n’est guère étonnant. Les responsables de la recherche se sont efforcés d’introduire des lignes de transversalité (nommée ici transdisciplinarité). Épistémologie, synergétique, neurosciences sont appelées à la rescousse de cette transversalité. Les textes correspondants sont stimulants, mais ne contribuent guère à ce qui était semble-t-il un objectif du projet ANR, à savoir « servir de base pour une modélisation spatio-temporelle ». On attendrait ici ce que Thierry Ramadier (l’un des auteurs, psychologue) nomme très justement une « triangulation disciplinaire ». Celle-ci, et au-delà une véritable interdisciplinarité sur un tel sujet, impliquerait sans doute des méthodes différentes, plus de moyens, plus de temps, mais aussi peut-être un dispositif de recherche plus resserré.

8C’est sans doute pour cette raison que le chapitre conclusif se veut modeste. Les auteurs écrivent : « nous ne présentons pas… un modèle abouti mais... nous souhaitons donner des pistes pour une modélisation ».

9C’est effectivement le mérite de ce livre. Autour d’un sujet majeur, il montre les possibilités et les limites de chaque discipline et laisse entrevoir des méthodes de travail interdisciplinaires innovantes. On comprend également à sa lecture combien la véritable interdisciplinarité est exigeante en temps et en moyens humains. La route est longue mais cet ouvrage marque une étape.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Frankhauser P., Ansel D. (dir.), 2012, La décision d’habiter ici ou ailleurs, Paris, Economica-Anthropos, Collection Villes, 383 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26070

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page