Navigation – Plan du site
2013
655

Géohistoire du « néolibéralisme »

Retour sur une étiquette intellectuelle malléable et mouvante
A Geo-history of neoliberalism. Rethinking the meanings of a malleable and movable intellectual label
Arnaud Brennetot
Traduction(s) :
Geohistory of “neoliberalism”

Résumés

L’analyse de la diffusion spatiale des discours exprimés sur le néolibéralisme depuis les années 1930 permet de mettre en évidence une série de transpositions géographiques associées à des ruptures sémantiques récurrentes. Apparue en France pour désigner un mouvement d’idées européen, la référence au néolibéralisme a ensuite été appliquée à des ensembles géographiques différents (Allemagne de l’Ouest, États latino-américains, monde) pour qualifier des fonctionnements politiques eux-mêmes contrastés. Ces décalages géosémantiques successifs ont abouti à rendre cette étiquette polysémique, confuse et contradictoire. Dans ces conditions, il apparaît nécessaire de chercher à mieux préciser la variété des formes de néolibéralismes qui structurent aujourd’hui l’organisation politique des territoires et des sociétés qui les habitent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le calcul des occurrences a été effectué grâce aux outils de recherche lexicale proposés par les éd (...)

1Sans être tout à fait neuve, l’utilisation du terme néolibéral est de plus en plus fréquente dans la géographie académique. Dans la plupart des revues anglophones, cet usage s’affirme au cours des années 1990 avant de connaître une accélération notable dans les années 2000 (Figure 1). En France, la tendance est similaire, même si l’évolution interannuelle est plus irrégulière (Figure 2)1.

Figure 1 : Nombre d’articles contenant au moins une référence au « néolibéralisme » dans quelques revues anglophones de géographie

Figure 1 : Nombre d’articles contenant au moins une référence au « néolibéralisme » dans quelques revues anglophones de géographie

Réalisation : Brennetot, 2013

Figure 2 : Nombre d’articles contenant au moins une référence au « néolibéralisme » dans quelques revues francophones de géographie

Figure 2 : Nombre d’articles contenant au moins une référence au « néolibéralisme » dans quelques revues francophones de géographie

Réalisation : Brennetot, 2013

  • 2 La recension des ouvrages a été effectuée à partir de l’outil de recherche lexicale de la base Worl (...)

2Cette inflation de la référence au néolibéralisme au sein de la sphère académique renvoie à une prolifération dans la production éditoriale en général. En effet, entre 1939, date de publication du premier ouvrage dont le titre faisait explicitement référence au néolibéralisme (Pirou, 1939), et 1980, l’édition mondiale d’ouvrages consacrés au néolibéralisme est demeurée faible et discontinue. Or celle-ci n’a cessé de croître depuis, atteignant en moyenne 8,4 ouvrages par an dans les années 1980, 49 dans les années 1990 et 117 dans les années 2000 (Figure 3)2.

Figure 3 : Nombre de livres publiés dans le monde contenant le radical néolibéral dans le titre

Figure 3 : Nombre de livres publiés dans le monde contenant le radical néolibéral dans le titre

Source : Worldcat, 2013. Réalisation : Brennetot, 2013

3Qu’il soit question de simples allusions ou de réflexions plus approfondies, cette banalisation traduit une tendance de plus en plus fréquente à rattacher divers aspects du monde actuel à un certain courant de la pensée politique, le néolibéralisme, souvent associé à la promotion de l’économie de marché. Depuis plusieurs années, divers chercheurs en sciences sociales, dont plusieurs géographes (Brenner, 2002 ; Harvey, 2005, 2006 et 2007 ; Peck, 2004 et 2010, Roberts, 2003 ; Sparke, 2006), se sont ainsi engagés dans une entreprise d’élucidation des caractéristiques propres à la pensée néolibérale afin de l’utiliser comme grille théorique d’analyse du fonctionnement et de l’organisation spatiale des sociétés contemporaines.

4Cette démarche présuppose l’existence d’une pensée néolibérale offrant un socle minimal de cohérence et de transparence. Malgré son succès grandissant, cette posture épistémologique a été critiquée récemment par certains auteurs notamment parce qu’elle ignorerait l’existence de désaccords doctrinaux importants à l’intérieur de la « nébuleuse néolibérale » (Audier, 2012) qui autoriseraient à douter de son existence et à poser la question de son efficience heuristique (Boas, 2009). Selon la politologue W. Brown (2004), « nous manquons certes d’une généalogie sérieuse du néo-libéralisme tel qu’il est aujourd’hui en acte : une cartographie qui replacerait dans leur contexte les contributions de ces deux écoles d’économie politique » que sont la pensée ordo-libérale et l’École de Chicago, identifiées dès 1978 par M. Foucault dans son cours au Collège de France sur la Naissance de la Biopolitique.

5En procédant à un examen géohistorique des discours sur le néolibéralisme, cet article entend montrer comment s’est opérée la diffusion spatiale d’une étiquette intellectuelle devenue, pour beaucoup, équivoque et insaisissable. L’analyse de la trajectoire des pratiques terminologiques et des contextes géopolitiques associés au néolibéralisme permet de démêler les différentes significations attribuées à cette appellation et d’identifier les grandes étapes du processus d’élargissement sémantique qui a accompagné sa propagation géographique et sa diffusion dans le débat public mondial.

La France : foyer du mouvement néolibéral

6Le néolibéralisme ne désigne pas n’importe quelle forme de rénovation du libéralisme : dès la fin du XIXe siècle, le New Liberalism anglais d’inspiration social-libérale propose, par exemple, un programme de refondation doctrinale sans pour autant faire appel à l’étiquette neoliberal (Audard, 2009). Si à cette époque le mot néolibéralisme est déjà employé dans diverses langues dans le cadre de quelques pratiques idiosyncrasiques, allusives et non conceptualisées (Armstrong, 1884 ; Gide, 1898 ; Barnes, 1921), il faut véritablement attendre la fin des années 1930 et la tenue du colloque Lippmann organisé à Paris en 1938 pour observer une première utilisation collective et explicite.

  • 3 Sur le néolibéralisme de La Cité Libre, voir Brennetot (2012) et Urbain-Clave (2005). Plus largemen (...)

7En 1938, le philosophe L. Rougier profite de la venue à Paris du journaliste états-unien W. Lippmann pour organiser un colloque destiné à discuter les thèses contenues dans La Cité Libre. Dans ce livre qu’il vient de publier, Lippmann énonce l’agenda d’un nouveau libéralisme qui tiendrait compte des échecs du vieux libéralisme du XIXe siècle tout en rejetant les solutions collectivistes expérimentées dans les pays soumis à des régimes totalitaires. À la place, Lippmann propose un système fondé sur la coopération démocratique et l’optimisation utilitariste de la division du travail, à la fois à l’intérieur des États et à l’échelle internationale3. Plusieurs ouvrages publiés simultanément en Europe font écho aux thèses de Lippmann : L. Rougier (1938) et L. Marlio (1938) en France, L. Mises (1938) en Autriche, L. Robbins (1938) au Royaume-Uni ou, avant eux, O. Y. Gasset (1929) en Espagne.

8Outre W. Lippmann, le colloque réunit vingt-cinq congressistes majoritairement européens (Figure 4). Douze d’entre eux vivent alors hors de leur pays d’origine et, à ce titre, sont intégrés dans des réseaux académiques internationaux. Plusieurs ont fui pour des raisons politiques : trois Autrichiens (L. Mises, S. Possony, A. Schütz), deux Allemands (W. Röpke, A. Rüstow), un Espagnol (J. Castellijo) et un Polonais (M. Heilperin). D’autres se sont installés hors de leur pays pour des raisons professionnelles : un Autrichien (F. Hayek), un Hongrois (M. Polanyi) et un Français (É. Mantoux) au Royaume-Uni, un Néo-Zélandais (J. Condliffe) et un Français (R. Auboin) en Suisse. Avant le colloque, plusieurs congressistes se sont rencontrés à la London School of Economics dirigée par L. Robbins, et à l’Institut Universitaire de Hautes Études Internationales de Genève, proche de l’Université voisine de Besançon où L. Rougier enseigne alors. À Paris où se tient le colloque, L. Rougier sollicite plusieurs polytechniciens (A. Detœuf, L. Marlio, E. Mercier, J. Rueff) actifs au sein de mouvements comme le Redressement français ou « X-Crise » (Dard, 1995), ainsi que deux jeunes philosophes membres de Cercle de documentation sociale de l’École normale supérieure (R. Aron, R. Marjolin).

9Le colloque se conclut par la formulation d’un agenda du libéralisme et la création d’un Centre international pour l’étude et la rénovation du libéralisme (CIERL) dont le siège est fixé à Paris. Dans un premier temps, une convergence de vues semble se dessiner autour de la nécessité de réhabiliter le libéralisme en l’établissant sur des bases nouvelles qui permettront de remédier aux imperfections du vieux libéralisme tout en jugulant la montée des périls totalitaires. Si la Seconde Guerre mondiale met fin aux activités naissantes du CIERL, les publications ultérieures des divers participants révèlent tout de même des divergences substantielles, en particulier entre W. Lippmann ou les Allemands W. Röpke et A. Rüstow d’une part, partisans d’un remaniement ample et profond du libéralisme au profit d’une action déterminée de la puissance publique, et L. Mises d’autre part, qualifié par les précédents de paléo-libéral et favorable à une restauration du libéralisme dans la forme traditionnelle du laisser-faire.

Figure 4 : L’implantation professionnelle des participants au colloque Lippmann organisé à Paris par L. Rougier en 1938

Figure 4 : L’implantation professionnelle des participants au colloque Lippmann organisé à Paris par L. Rougier en 1938

 

10Repris dans les cahiers du CIERL rédigés en français, les débats organisés au cours du colloque Lippmann témoignent d’hésitations concernant le choix de la dénomination du rassemblement intellectuel né à cette occasion. J. Rueff parle de « politique libérale de gauche, parce qu’elle tend à donner aux classes les plus démunies le plus de bien-être possible » (Audier, 2008, p.343). De son côté, l’industriel et économiste L. Marlio propose d’autres dénominations : « J’aimerais mieux qu’on appelât cette doctrine  »libéralisme positif« ,  »libéralisme social«  ou  »néo-libéralisme«  mais pas le mot de gauche qui indique une position politique » (Audier, 2008, p.344). Dans Les Mystiques économiques (1938), L. Rougier avait suggéré l’expression « libéralisme constructeur ». Toutefois, peu après le colloque, c’est le terme de « néo-libéralisme » proposé par L. Marlio qui s’impose rapidement : en effet, dans les mois qui suivent, A. Piatier (1938) et G. Pirou (1939) identifient l’existence d’une nouvelle École « néo-libérale » en Europe. En France, le recours au préfixe « néo » est à l’époque relativement fréquent : à côté du néo-libéralisme, diverses formules similaires sont proposées (néo-capitalisme, néo-corporatisme, néo-socialisme, néo-saint-simonisme, etc.), témoignant du besoin de rénovation intellectuelle que la crise économique et politique de ces années suscite dans le pays.

11Apparu en France, le terme néolibéralisme demeure pendant plusieurs années une exclusivité francophone. Plusieurs auteurs emploient régulièrement la référence au néolibéralisme, notamment pour désigner le mouvement intellectuel international lancé à l’occasion du colloque Lippmann : L. Marlio (1940), L. Rougier (1938 a et b, 1939, 1957), A. Piatier (1938), L. Baudin (1942, 1946, 1953, 1957), A. Marchal (1946), J. Weiller (1950), Y. Mainguy (1951), C.-J. Gignoux (1952, 1953), J. Rueff (1953, 1958, 1967, 1977) et R. Courtin (1962). D. Marculesco (1942) et J. Cros (1956) consacrent tous deux leur thèse d’économie politique au mouvement néolibéral. La collection de La Librairie de Médicis, éditée par M.-T. Génin à Paris, publie les travaux des auteurs dits néolibéraux, qu’ils soient français (M. Allais, L. Baudin, L. Rougier, J. Rueff, D. Villey) ou étrangers (notamment F. Hayek, M. Heilperin, W. Lippmann, L. Mises, L. Robbins, W. Röpke). Après la Seconde Guerre mondiale, des auteurs plus jeunes rejoignent le mouvement (D. Villey, M. Allais).

12Dans nul autre pays, le terme néolibéralisme n’est employé aussi fréquemment et par un aussi grand nombre d’auteurs. Les intellectuels allemands présents au colloque Lippmann (W. Röpke et A. Rüstow) préfèrent, par exemple, brandir la bannière de « l’ordo-libéralisme » quand les Autrichiens (F. Hayek et L. Mises), moins audacieux, s’en tiennent au classique et traditionnel libéralisme.

13Jusqu’en 1950, le néolibéralisme demeure une appellation avant tout francophone, utilisée pour désigner un mouvement de pensée politique très majoritairement européen né à l’occasion du colloque Lippmann. On notera cependant que le travail de positionnement des néolibéraux autoproclamés au sein de la tradition libérale demeure incomplet : l’absence de référence au social-libéralisme né à la fin du XIXe siècle en Europe, notamment à la branche britannique du « New Liberalism », ou les ambiguïtés sur la place des Autrichiens au sein du mouvement néolibéral, contribuent à entretenir une certaine confusion.

La repolarisation du discours sur le néolibéralisme autour du cas de l’Allemagne de l’Ouest

14À partir des années 1950, le terme néolibéral commence à être utilisé pour désigner des politiques mises en œuvre dans plusieurs pays d’Europe occidentale, notamment pour qualifier les réformes économiques de L. Erhard en Allemagne de l’Ouest à partir de 1948, ainsi que celles de L. Einaudi et d’A. De Gasperi en Italie à partir de 1947, ou encore d’A. Pinay en 1952 et de J. Rueff en 1958 en France. J. Rueff fait d’ailleurs partie de ceux qui envisagent la construction européenne (CECA, CEE puis Marché commun) comme une réalisation positive du néolibéralisme (1958, 1977).

15Avec le temps, l’usage du terme néolibéral se répand peu à peu à d’autres langues. En allemand par exemple, le terme « neoliberalismus » est mobilisé par plusieurs observateurs (Ritschl, 1950 ; Dohrendorf, 1952 ; Dürr, 1954 ; Nell-Breuning, 1961) pour désigner les liens établis depuis 1945 entre l’École de Fribourg, le mouvement ordo-libéral constitué autour de la revue Ordo - Jahrbuch für die Ordnung von Wirtschaft und Gesellschaft, et les politiques de L. Erhard, ministre de l’Économie du chancelier Adenauer dans les années 1950. Diverses formules comme le wirtschaftsordnung (l’ordre économique) ou la soziale marktwirtschaft (l’économie sociale de marché) résument l’esprit de la politique néolibérale ouest-allemande (Commun, 2003).

  • 4 D’autres intellectuels français participent également à la SMP, sans pour autant revendiquer leur a (...)

16Cette diffusion du terme s’effectue à l’intérieur des réseaux académiques internationaux, en particulier au sein de cercles d’économistes partageant des vues communes et qui, pour cette raison, ont l’habitude de se lire mutuellement, de se traduire et de se réunir. En 1947, plusieurs intellectuels néolibéraux français (L. Baudin, J. Rueff et M. Allais) répondent à l’invitation de F. Hayek de participer à la création de la Société du Mont-Pèlerin (SMP) destinée « à contribuer à la préservation et au développement de la société libre » (Mont Pelerin Society, 1947)4. En 1957, se déroule à Ostende un « Colloque international du libéralisme économique » (10-13 septembre) organisé par le centre Paul Hymans afin, « après vingt ans d’intervalle environ, de tester l’agenda établi en 1938 » lors du colloque Lippmann (Hatry, 1957, p.17). Les participants sont là encore majoritairement européens (Figure 5). En 1959, M. Allais organise quant à lui à Paris un « Colloque pour une société libre » à l’origine d’un manifeste éponyme (Lhoste-Lachaume, 1960).

Figure 5 : L’implantation professionnelle des participants au colloque d’Ostende sur le libéralisme économique (1957)

Figure 5 : L’implantation professionnelle des participants au colloque d’Ostende sur le libéralisme économique (1957)

 

17À partir du milieu des années 1950, le terme néolibéralisme n’est plus seulement utilisé par les auteurs francophones qui se disent proches du mouvement (Kunz, 1962 ; Bilger, 1964) mais également par des observateurs extérieurs, des politologues anglophones et germanophones pour la majorité, qui souhaitent analyser le contenu de la doctrine et, au besoin, s’en démarquer (Friedrich, 1955 ; Oliver, 1960a et b ; Hanslowe, 1960 ; Grosser, 1963 ; François-Poncet, 1969). Ce glissement des utilisations du terme néolibéral, passant des promoteurs auto-proclamés aux analystes extérieurs, s’effectue parfois au prix de certaines simplifications ou oublis. Les politologues états-uniens C. Friedrich et H. Oliver considèrent, par exemple, l’ordo-libéralisme allemand comme le foyer originel du néolibéralisme, négligeant les racines françaises de l’appellation et le moment fondateur que représente le colloque Lippmann.

  • 5 Les articles de revues académiques contenant au moins une occurrence du radical néolibéral ont été (...)

18Cette focalisation presque exclusive sur le cas allemand est facilitée par l’incapacité des néolibéraux français à faire école, malgré leur influence réelle sur les pouvoirs publics et sur de nombreuses générations d’étudiants (Denord, 2007). Si leurs idées bénéficient d’un large écho dans les débats intellectuels et médiatiques, elles ne sont que rarement identifiées à un quelconque néolibéralisme. Cette faible visibilité du néolibéralisme français explique pourquoi jusqu’au début des années 1980 l’étiquette néolibérale est appliquée avant tout à la branche allemande du mouvement. Le décompte des intellectuels ou responsables politiques présentés comme néolibéraux dans la production académique internationale entre 1950 et 1980 révèle d’ailleurs une très forte polarisation géographique des références autour des auteurs allemands, en particulier W. Röpke et L. Eucken (Figure 6). À leurs côtés, figurent également les économistes de l’École de Fribourg (F. Böhm, K. Paul-Hensel, F. Lutz, K. Maier, L. Miksch) ainsi que divers intellectuels libéraux allemands (A. Rüstow longtemps exilé à Istanbul, A. Müller-Armack, inventeur de la notion d’« économie sociale de marché », H. Grossman-Doerth, et d’autres). L’augmentation du nombre d’articles académiques mentionnant le néolibéralisme au début des années 1950 tient ainsi au fait que les ordo-libéraux allemands apparaissent désormais, sur le plan international, comme les principaux représentants de ce courant de pensée politique en plein essor, auquel on attribue notamment le « miracle allemand » des années 1950 (Figure 7)5. Les auteurs français et autrichiens forment des pôles secondaires, à la périphérie du mouvement, tandis que les anglophones jouent un rôle négligeable à l’exception de W. Lippmann. Cette repolarisation du discours académique international à propos du néolibéralisme, plaçant désormais les intellectuels et hommes politiques ouest-allemands au cœur de la discussion, aboutit à masquer l’origine géographique de ce courant inventé en France, par des auteurs français qui partageaient des vues communes avec certains de leurs homologues européens.

Figure 6 : La « nébuleuse néolibérale » entre 1950 et 1980 : la prépondérance des ordo-libéraux allemands

Figure 6 : La « nébuleuse néolibérale » entre 1950 et 1980 : la prépondérance des ordo-libéraux allemands

Source : Jstor. Réalisation : Brennetot, 2013

Figure 7 : Nombre d’articles faisant référence au « néolibéralisme » dans un échantillon large de revues académiques publiées entre 1930 et 1990

Figure 7 : Nombre d’articles faisant référence au « néolibéralisme » dans un échantillon large de revues académiques publiées entre 1930 et 1990

Source : Jstor. Réalisation : Brennetot, 2013

Une géographie de plus en plus mouvante des références au néolibéralisme

19Si l’Allemagne de l’Ouest se présente comme le principal centre géographique de réflexion et de mise en œuvre politique de la pensée néolibérale jusqu’à la fin des années 1970, plusieurs auteurs, états-uniens pour la majorité, commencent au cours des années 1960 à utiliser la référence au néolibéralisme pour analyser d’autres situations territoriales, opérant différentes formes de transpositions géo-sémantiques plus ou moins discutables. S’inspirant de la lecture que C. J. Friedrich (1955) fait du néolibéralisme allemand, le jeune politologue N. M. Bailey interprète, par exemple, la prolifération d’associations patronales et politiques engagées dans la promotion de l’économie de marché qu’il observe en Amérique latine depuis la fin des années 1950 comme une manifestation de la montée en puissance du néolibéralisme dans cette région du monde (Bailey, 1965a et b, 1967). Le même type de transposition géographique et intellectuelle est effectué par C. W. Anderson en 1970 pour rendre compte des réformes engagées en Espagne à partir de 1957 : l’auteur qualifie de « néolibéralisme keynésien » le Plan national de stabilisation économique (liberté des prix, convertibilité monétaire, réduction douanière, équilibre budgétaire, ouverture aux investissements étrangers) mis en place en 1959 par le gouvernement des « technocrates » (A. Ullastres, M. N. Rubio), soutenus par le général Franco et l’Opus Dei (Anderson, 1970). R. L. Ayres qualifie quant à lui de néolibérale la politique menée par le gouvernement de J. Alessandri au Chili, de 1958 à 1964, pour promouvoir la stabilité monétaire, la lutte contre l’inflation et la réduction des barrières douanières (Ayres, 1973 et 1975). À la fin des années 1970, l’historien R. Kuisel (1977, 1984) prend l’habitude de qualifier de néolibéraux les planificateurs français, à l’instar de F. Bloch-Lainé, J. Coutrot, R. Courtin, A. Detœuf, F. Lehideux et J. Monnet, qui des années 1930 aux années 1950 engagèrent le pays sur les voies de l’économie concertée, de l’expansion et de l’ouverture à la concurrence internationale.

20Au fur et à mesure que l’usage du terme se diffuse dans l’espace académique européen et nord-américain, son application à des cas nationaux de plus en plus variés aboutit à une dilution relative du sens, les usages pratiqués n’étant plus que partiellement en phase avec les visions du néolibéralisme issues du colloque Lippmann ou de l’ordo-libéralisme allemand. Les auteurs cités ici se contentent de la présence de quelques normes inhérentes au néolibéralisme originel pour appliquer l’étiquette : le libre-échange, la liberté des prix, la libre concurrence, la lutte contre les monopoles, l’équilibre budgétaire, la stabilité monétaire, le multilatéralisme international, etc. Pour tous ces auteurs, peu importent que la correspondance ne soit pas complète avec le projet arrêté lors du colloque Lippmann ou que les responsables politiques qualifiés auparavant de néolibéraux n’aient jamais revendiqué une telle appellation.

21Avec le temps et au fur et à mesure que la grille néolibérale se trouve appliquée à des cas nationaux de plus en plus variés, ces décalages vis-à-vis du socle doctrinal sur lequel les premiers néolibéraux s’étaient mis d’accord ne cessent de s’amplifier. Cependant, jusqu’à la fin des années 1970, les flottements géo-sémantiques observés depuis un peu plus d’une décennie demeurent minoritaires, et le sens ordo-libéral continue à prédominer dans le discours académique.

L’extension géo-sémantique du néolibéralisme à l’Amérique latine

  • 6 La méthode de recension des publications est la même que pour le Figure 3. Les traductions d’ouvrag (...)

22Dans ce contexte de flottement géo-sémantique, plusieurs publications du continent américain commencent à partir du milieu des années 1970 à assimiler le néolibéralisme au monétarisme de l’École de Chicago et aux politiques que ce courant économique inspire dans plusieurs pays d’Amérique latine (notamment chez Chossudovsky, 1975, 1977a et b ; Mouffe, 1981 ; Foxley, 1982 ; Sigmund, 1983 ; Tironi, 1987). Un nombre croissant de publications s’intéressant aux dictatures latino-américaines (Argentine de Videla ou Chili de Pinochet par exemple) font alors référence au néolibéralisme de manière péjorative pour dénoncer les effets des politiques économiques mises en œuvre par ces régimes. Dans les années 1980 et 1990, l’Amérique latine devient même la région du monde la plus souvent associée au néolibéralisme (Figure 8). De même, alors que jusqu’en 1980 l’Allemagne et la France demeuraient les principaux centres d’édition d’ouvrages sur le néolibéralisme, dans les années 1980 et 1990 les États d’Amérique latine les dépassent nettement (Figure 9). Ce repositionnement géographique qui place désormais l’Amérique latine au centre du discours sur le néolibéralisme, s’accompagne d’une augmentation des articles et des livres publiés sur ce thème (Figures 3 et 8)6. Ce recentrage géographique sur l’Amérique latine est également visible dans l’évolution des langues de publications : à partir des années 1980, les productions hispanophones et lusophones dominent l’édition mondiale d’ouvrages sur le néolibéralisme, loin devant l’édition anglophone ou germanophone (Figure 10).

Figure 8 : Géographie des pays associés au « néolibéralisme » (1938-2000)

Figure 8 : Géographie des pays associés au « néolibéralisme » (1938-2000)

 

Figure 9 : Géographie des publications sur le « néolibéralisme » (1938-2000)

Figure 9 : Géographie des publications sur le « néolibéralisme » (1938-2000)

 

Figure 10 : Nombre d’ouvrages publiés dans le monde dont le titre fait référence au « néolibéralisme » en fonction des langues

Figure 10 : Nombre d’ouvrages publiés dans le monde dont le titre fait référence au « néolibéralisme » en fonction des langues

Réalisation : Brennetot, 2013. Source : Worldcat, 2012

23Appliqué aux pays d’Amérique latine, le terme néolibéralisme sert désormais à désigner l’abandon des politiques économiques de substitution aux importations pratiquées depuis la crise des années 1930 et l’adoption, sous l’influence des Chicago Boys, de politiques d’ouverture économique, de stimulation des exportations et d’attraction de capitaux et d’investissements étrangers. On assiste alors à un double glissement, géographique et sémantique, du néolibéralisme et à un élargissement spatial du réseau des intellectuels identifiés comme néolibéraux.

24La confusion entre le néolibéralisme et le monétarisme de l’École de Chicago s’explique en partie car, à l’époque, cette dernière se rattache difficilement aux grands courants de la pensée libérale et paraît malaisée à catégoriser : certains auteurs n’hésitent pas à l’étiqueter tantôt comme « libertarienne » (Foley, 1975 ; McKinney, 1975 ; Tilman, 1976), tantôt comme « néolibérale » (Dow, 1974 ; Trebing, 1976 ; Lepage, 1978). C’est finalement cette deuxième appellation qui l’emporte à partir des années 1980, l’étiquette néolibérale devenant, en Amérique latine, un repoussoir idéologique pour les opposants aux dictatures.

25Cette application du qualificatif néolibéral à l’école de Chicago et aux politiques qu’elle inspire en Amérique latine confine dans une large mesure au contresens. La dictature d’A. Pinochet a en effet peu à voir avec le néolibéralisme primitif et est même en totale contradiction avec les avis exprimés lors du colloque Lippmann, visant à prémunir les sociétés contemporaines contre la montée de l’autoritarisme et des régimes totalitaires. Ce malentendu tient sans doute au rôle longtemps resté obscur joué par la Société du Mont-Pèlerin, considérée par certains observateurs comme la base réticulaire du néolibéralisme international depuis la fin de la Seconde guerre mondiale (Halimi, 2004 ; Mirowsky, 2009 ; Peck, 2010) et par le rôle de pivot joué par F. Hayek, à la fois membre de la nébuleuse néolibérale née à l’occasion du colloque Lippmann et animateur de plusieurs cercles libéraux influents comme la Société du Mont-Pèlerin et la seconde École de Chicago.

La Société du Mont-Pèlerin : base réticulaire d’une Internationale néolibérale ?

  • 7 La seule allusion effective concerne un court article publié par M. Friedman en 1951 dans la revue (...)

26Réunie sous l’impulsion de F. Hayek, la conférence du Mont-Pèlerin, organisée à Vevey en Suisse du 1er au 10 avril 1947, aboutit à la création de la Société du Mont-Pèlerin, censée favoriser le renouvellement de la réflexion intellectuelle en faveur du libéralisme (Hartwell, 1995 ; Mirowsky, 2009). L’établissement d’un lien entre le réseau international de la SMP et le néolibéralisme prête cependant à confusion, notamment car il ne tient pas compte du fait que le néolibéralisme est au départ un mouvement européen, dont le seul lien avec les États-Unis réside dans la personne de W. Lippmann. Or, si la SMP rassemble plusieurs congressistes éminents du colloque Lippmann (R. Aron, L. Baudin, F. Hayek, M. Heilperin, L. Mises, J. Rueff), elle compte aussi dès 1947 de nombreux intellectuels et économistes états-uniens dont rien n’assure qu’ils partagent les vues des premiers néolibéraux (Figure 11). Tout comme F. Hayek ou L. Mises, les membres des différentes générations de l’École de Chicago (F. Knight, H. Simons, J. Viner, A. Director ou M. Friedman7) n’ont jamais revendiqué leur adhésion, ni reconnu leur appartenance à un quelconque mouvement néolibéral. Entre 1947 et 1998, aucune des sessions organisées lors des meetings de la SMP n’a d’ailleurs été explicitement consacrée à la question du néolibéralisme (Mont Pelerin Society, 2003).

Figure 11 : L’implantation professionnelle des participants au Congrès du Mont-Pèlerin organisé à Vevey (Suisse) en 1947 par F. Hayek

Figure 11 : L’implantation professionnelle des participants au Congrès du Mont-Pèlerin organisé à Vevey (Suisse) en 1947 par F. Hayek

 

27Sur le plan doctrinal, la confiance en un ordre spontané propre à l’économie de marché telle que l’expriment les penseurs états-uniens de la Chicago School ou les Austro-Américains (L. Mises, F. Hayek, F. Machlup) diverge sensiblement de la vision interventionniste des premiers néolibéraux soucieux de remédier aux graves insuffisances du laisser-faire. En effet, pour ces derniers, le marché se présente comme une construction artificielle incapable de s’épanouir sans une action énergique de l’État, alors que pour les économistes de Chicago les ingérences de la puissance publique apparaissent comme un facteur préjudiciable de perturbation des mécanismes spontanés d’autorégulation des marchés. C’est ainsi que l’on peut interpréter leur condamnation systématique des politiques keynésiennes et leurs appels répétés en faveur d’un désengagement de l’État de la sphère économique. Un économiste comme L. Mises (1957) rejette même explicitement les différentes formes d’intervention proposées par les néolibéraux français ou les ordo-libéraux allemands, condamnées, selon lui, à mener tôt ou tard au dirigisme et au totalitarisme. On retrouve ici le point de vue développé par F. Hayek dans son best-seller The Road to Serfdom (1944) puis dans The Constitution of Liberty (1958). Malgré leur présence commune dans divers colloques ou publications, la position des Austro-Américains semble donc, sur bien des points, difficilement conciliable avec celle des néolibéraux revendiqués. Ces derniers n’hésitent pas à dénoncer les imperfections de « la théorie physiocratique et manchestérienne du ’laisser-faire, laisser passer » et à considérer que « non seulement l’intervention de l’État n’est pas toujours évitable ; mais, dans maints cas, elle est absolument requise pour assurer le bon fonctionnement de l’économie du marché ou atteindre des fins collectivement préférables à la recherche du maximum de rendement économique », notamment pour « éviter des disparités trop grandes de niveaux de vie » (Rougier, 1957, p.279).

  • 8 Le minarchisme assigne à l’État un rôle minimal, réduit aux fonctions régaliennes du maintien de l’ (...)

28Dans ces conditions, l’utilisation du qualificatif néolibéral pour caractériser l’ensemble du réseau intellectuel de la SMP revient à diluer la notion dans un ensemble lâche et disparate ainsi qu’à négliger les différences de conceptions de l’économie de marché développées par les partisans du laisser-faire d’une part et par les néolibéraux interventionnistes d’autre part. Ces divergences conduisent d’ailleurs à des controverses régulières et à des crises ouvertes au sein de la SMP (Audier, 2012) : avec le temps, plusieurs grandes figures du libéralisme européen (notamment R. Aron, A. Hunold, B. Jouvenel et W. Röpke) en viennent même à quitter la Société en raison de désaccords profonds avec la ligne dominante incarnée à partir des années 1960 par des intellectuels proches du libéralisme économique classique comme L. Mises, F. Hayek ainsi que B. Leoni, W. Rappard, H. Hazlitt ou les membres de l’École de Chicago. On assiste alors à une radicalisation progressive de la SMP que F. Hayek ouvre aux courants les plus anti-étatistes du libéralisme, aussi bien les représentants de l’École du public choice basée en Virginie (J. Buchanan, G. Tullock ou V. Smith pour les plus connus) que des penseurs anarcho-capitalistes et minarchistes8 (comme L. Liggio, R. Raico, P. Salin). Ces derniers s’inspirent du mouvement libertarien en plein essor aux États-Unis à partir des années 1960, sous l’influence d’A. Rand, M. Rothbard, R. Nozick ou D. Friedman.

  • 9 Pour beaucoup de ses détracteurs, le fait pour M. Friedman d’avoir accepté l’invitation du général (...)

29Assimiler les libéraux austro-américains, l’École de Chicago et l’ensemble des membres de la SMP au néolibéralisme, comme certains auteurs le font en Amérique à partir des années 1970, revient donc à intégrer des intellectuels ayant des conceptions de la liberté parfois très différentes de celles défendues par la majorité des participants du colloque Lippmann ou des ordo-libéraux allemands. Ceux qui voient dans les réformes économiques mises en œuvre en Amérique latine au cours des années 1970 et 1980 une application concrète du néolibéralisme ne retiennent de ce courant d’idées que le soutien en faveur de l’économie de marché et du libre-échange, oubliant la nécessité simultanée de respecter l’État de droit et la démocratie. Dès lors, ils n’hésitent pas à qualifier de néolibéraux tout un ensemble hétérogène d’économistes anti-keynésiens, dont certains n’hésitent pas à exprimer des visions extrémistes, voire pour certains à se compromettre avec les dictatures latino-américaines9. Cette réinterprétation approximative, d’origine américaine, entraîne un glissement sémantique qui entre partiellement en contradiction avec le sens originel donné au néolibéralisme en Europe. Cette acception américaine d’un néolibéralisme radical tient sans doute aussi au fait que, depuis les années 1950, notamment aux États-Unis, ce courant est avant tout perçu à travers les figures de L. Mises et F. Hayek, tous deux exilés aux États-Unis (respectivement à New York pour l’un et à Chicago pour l’autre). Les thèses de ces deux économistes trouvent d’ailleurs un écho bien plus favorable dans ce pays qu’en Europe, ce qui leur permet de jouer un rôle déterminant dans la structuration des réseaux libertariens, aux États-Unis, autour de l’École de Chicago, et de part et d’autre de l’Atlantique, grâce à la SMP.

30À la fin des années 1970 et au cours des années 1980, cet usage dérivé, envisageant le néolibéralisme comme une Internationale monétariste et antikeynésienne, pénètre peu hors d’Amérique. En Europe, plusieurs auteurs comme A. F. Utz (1975) et M. Foucault (1978) continuent à se référer à l’acception ordo-libérale.

31En outre, le néolibéralisme acquiert aux Etats-Unis deux significations nouvelles, indépendantes des définitions déjà usitées à propos de l’Europe et de l’Amérique latine. Un groupe de jeunes parlementaires démocrates mené par C. Peters et G. Hart déclare en effet former un mouvement « neoliberal » afin de rénover le « liberalism » des démocrates de la génération Kennedy, en proposant une relance économique fondée sur les nouvelles technologies (Rothenberg, 1984, Peters, 1985). Si des figures notables comme R. Reich ou A. Gore sont issues de ce courant, ce nouvel usage du terme neoliberal ne survit pas au-delà des années 1980. Cette étiquette montre néanmoins qu’à l’époque la politique menée par les républicains depuis l’élection de R. Reagan n’est pas encore associée au néolibéralisme. Dans le même temps, le néolibéralisme commence aussi à désigner une nouvelle branche au sein des études sur les Relations internationales, lancée par J. Nye (1988) et R. Keohane en réponse au « néoréalisme » de K. Waltz. À l’échelle internationale, cette polysémie contribue à une confusion croissante.

La mondialisation du néolibéralisme

32Au cours des décennies 1990 et 2000, l’usage du terme néolibéralisme dérivé de l’expérience latino-américaine tend à se diffuser et à s’imposer au reste du monde sans pour autant effacer les autres acceptions. De plus en plus de pays sont en effet associés par les observateurs à diverses politiques monétaristes rétrospectivement considérées comme néolibérales : le Royaume-Uni depuis M. Thatcher, les États-Unis depuis R. Reagan mais également la Corée du Sud, le Japon ou la Turquie (Figure 12). L’Amérique latine n’est plus le pôle majeur d’édition d’ouvrages sur le néolibéralisme et d’autres pôles émergent à l’instar de l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie de l’Est. À partir des années 2000, les ouvrages publiés dans d’autres langues que l’espagnol ou le portugais deviennent même majoritaires (Figure 10).

Figure 12 : Géographie des ouvrages publiés sur le néolibéralisme au cours des années 2000

Figure 12 : Géographie des ouvrages publiés sur le néolibéralisme au cours des années 2000

 

33À partir du milieu des années 1990, outre ces applications à diverses réformes de niveau national, le terme est également de plus en plus souvent associé à des phénomènes d’échelle mondiale (Figure 13). Le néolibéralisme sert alors à désigner la mondialisation d’une économie de marché devenue instable, caractérisée par la dérégulation, la spéculation financière et par un retour à un capitalisme présenté comme « sauvage ». Dans le monde de l’après-Guerre froide, rares sont désormais les pays ou les régions du monde qui semblent épargnés par les politiques dites néolibérales. À partir de la fin des années 1990, l’anti-néolibéralisme devient le signe de ralliement de tous ceux qui entendent, au sein de la gauche altermondialiste puis, également, chez les souverainistes de gauche et de droite, dénoncer les excès et les défaillances perçus de la mondialisation économique (Boas, 2009).

Figure 13 : Nombre d’ouvrages publiés dans le monde dont le titre fait simultanément référence au « néolibéralisme » et à l’échelon mondial

Figure 13 : Nombre d’ouvrages publiés dans le monde dont le titre fait simultanément référence au « néolibéralisme » et à l’échelon mondial

Source : Worldcat. Réalisation : Brennetot, 2013

34Plusieurs intellectuels de renom, proches de la gauche radicale, reprennent à leur compte le qualificatif « néolibéral » pour dénoncer les dérives de cette mondialisation économique qu’ils perçoivent comme une régression préjudiciable à la sécurité et aux droits sociaux des populations. Ils appellent les peuples et les États à se mobiliser contre le chaos et la spoliation introduits par le nouveau capitalisme financier. Traduits dans de nombreuses langues, ils contribuent à diffuser des interprétations de plus en plus extensives du néolibéralisme.

35Dès 1994, N. Chomsky par exemple assimile le néolibéralisme au « Consensus de Washington » qu’il définit comme un « ensemble de principes guidés par le marché, conçu par le gouvernement américain et les institutions financières internationales et mis en œuvre par eux de différentes manières – souvent sous forme de programmes d’ajustement structurel très stricts à l’intention des sociétés les plus vulnérables. En bref, les règles de base consistent à libéraliser le commerce et la finance, à laisser les marchés fixer les prix, à mettre un terme à l’inflation (la « stabilité macro-économique ») et à privatiser. L’État doit  «rester à l’écart » – et donc (conclusion implicite) la population aussi, dans la mesure où le gouvernement est démocratique ». N. Chomsky reprend ensuite les arguments de la théorie de la dependancia sur l’échange inégal pour présenter l’ordre néolibéral comme un projet visant à permettre aux plus puissants du monde de s’approprier les profits au détriment des peuples.

  • 10 Une telle interprétation du néolibéralisme ignore manifestement les thèses antipositivistes défendu (...)

36Dans un célèbre article publié en 1998 dans Le Monde diplomatique, le sociologue P. Bourdieu présente de son côté le néolibéralisme comme une « utopie » défendue par des « hommes politiques conservateurs ou sociaux-démocrates convertis aux démissions rassurantes du laisser-faire », aveuglés par le « mythe walrasien (…) d’un marché pur et parfait » censé permettre « l’institution pratique d’un monde darwinien de la lutte de tous contre tous ». Ici, le néolibéralisme prend les traits d’une « nouvelle croyance » scientiste fondée sur la réactivation positiviste de l’économie néo-classique10, incapable de saisir les risques de chaos qu’elle ferait peser sur l’ensemble de « l’ordre social ».

37Peu de temps après, l’économiste altermondialiste R. Passet dénonce quant à lui « les cinq cent initiés de la secte fondée par Friedrich von Hayek, l’un des marabouts du libéralisme contemporain » qui « se réunissent en grand mystère au mont Pèlerin » (Passet, 2000) pour concevoir ce que le journaliste I. Ramonet nomme, au milieu des années 1990, la « pensée unique ». Selon ce dernier, cette nouvelle idéologie se caractérise par « le marché, idole dont la main invisible corrige les aspérités et les dysfonctionnements du capitalisme, et tout particulièrement les marchés financiers, dont les signaux orientent et déterminent le mouvement général de l’économie ; la concurrence et la compétitivité, qui stimulent et dynamisent les entreprises, les amenant à une permanente et bénéfique modernisation ; le libre-échange sans rivages, facteur de développement ininterrompu du commerce, et donc des sociétés ; la mondialisation aussi bien de la production manufacturière que des flux financiers ; la division internationale du travail, qui ’modère les revendications syndicales et abaisse les coûts salariaux‘ ; la monnaie forte, ’facteur de stabilisation‘ ; la déréglementation ; la privatisation ; la libéralisation, etc. Toujours ’moins d’État‘, un arbitrage constant en faveur des revenus du capital au détriment de ceux du travail. Et une indifférence à l’égard du coût écologique » (Ramonet, 1995).

  • 11 Sur ce point, voir également Audier (2012).
  • 12 En s’éloignant ainsi des sources et en s’exonérant de mener un travail critique minutieux sur les a (...)

38Ces quelques exemples montrent qu’il existe chez les anti-libéraux une hétérogénéité d’interprétations et de motifs de désapprobation11. La référence au néolibéralisme tend de plus en plus à dénoncer diverses politiques ayant pour point commun de soutenir le développement de l’économie de marché : le soutien fiscal au secteur privé, la dérégulation financière, les privatisations d’entreprises appartenant à l’État, la mise en place d’une nouvelle gouvernance fondée sur la gestion concurrentielle des territoires et des services publics, la réduction des dépenses publiques, l’adoption de mesures anti-inflationnistes, la destruction de l’État providence, voire la soumission des politiques économiques locales aux intérêts d’une nouvelle ploutocratie transnationale (firmes privées, fonds spéculatifs, traders, etc.), soutenue par l’impérialisme états-unien. Les nuances ou contradictions entre ces différentes politiques sont rarement identifiées, notamment les divergences en matière de gouvernance entre la régulation concurrentielle, effectivement prônée par les premiers néolibéraux français et allemands, le laisser-faire intégral et la protection des privilèges des plus favorisés. Une telle accumulation de reproches de natures diverses n’empêche cependant pas ses détracteurs de présenter le néolibéralisme comme une idéologie unitaire et cohérente : amalgamer sous une même étiquette réprobatrice l’ensemble des critiques adressées, non plus seulement aux économistes austro-américains ou aux membres de l’École de Chicago, mais désormais aux promoteurs de l’économie de marché en général, sans tenir compte de leurs désaccords internes, permet alors d’identifier un ennemi commun contre lequel orienter la lutte idéologique. La politologue W. Brown par exemple, si elle n’ignore pas les différentes sources historiques du néolibéralisme (l’ordo-libéralisme et l’École de Chicago), déclare ne pas souhaiter en tenir compte. Elle suppose une cohérence a priori entre elles : « pour ma part, je traiterai de la rationalité néo-libérale sans m’arrêter à ces distinctions » (2004)12.

  • 13 Cette généralisation est d’autant plus facile à diffuser dans l’opinion que de nombreux penseurs ul (...)
  • 14 Avant cela, se serait déroulée une période d’« embedded liberalism », notion que D. Harvey emprunte (...)

39Cette stratégie discursive est d’autant plus efficace que le néolibéralisme est envisagé par les anti-libéraux comme un projet extrémiste, les idées défendues par les libéraux les plus anti-étatistes étant présentées comme la forme dominante, sinon unique, du libéralisme contemporain, autorisant à ignorer ou à ne pas tenir compte de l’existence d’autres tendances13. Cette perception du néolibéralisme comme un projet ultralibéral qui ferait consensus est particulièrement perceptible dans l’idée selon laquelle les politiques de développement par le marché menées depuis les années 1970 et 1980 correspondraient à un même programme ubiquiste, appliqué à différentes échelles et dans des contextes géographiques et politiques très variés. Cela découle de l’application universelle des idées de F. Hayek, de l’École de Chicago et de leurs relais au sein des partis et des cercles de réflexion politique. Dans la plupart des présentations anti-libérales du néolibéralisme, les significations successives, fluctuantes et parfois contradictoires attribuées à ce terme au cours de l’histoire intellectuelle récente, de même que les controverses internes au libéralisme, sont systématiquement occultées ou ignorées, au profit d’une vision uniformisante, radicalisée et chronologiquement raccourcie. C’est précisément cette perspective que diffuse le géographe D. Harvey dans sa Brève histoire du néolibéralisme (2007) qui, selon lui, commencerait dans les années 197014, à l’occasion d’une phase de mutation du capitalisme. Cette transformation aurait permis à la conception anti-démocratique du libéralisme développée par la SMP de s’imposer comme une nouvelle orthodoxie selon laquelle « la meilleure façon de promouvoir le bien-être humain réside dans la libéralisation des possibilités d’entreprise individuelle à l’intérieur d’un cadre institutionnel caractérisé par de puissants droits de propriété privée, des marchés et un commerce libres ».

40On assiste ainsi, à partir de la fin des années 1990, à la diffusion d’une reconstruction tronquée de l’histoire intellectuelle du néolibéralisme, justifiée par la nécessité stratégique de dénoncer les effets d’un nouveau capitalisme mondialisé, perçu comme le résultat de la dérégulation économique, d’un concurrentialisme sans limite et d’une vision absolutiste de la propriété privée et de l’esprit d’entreprise. Le discours sur le néolibéralisme sert alors à construire et à diffuser l’idée selon laquelle une forme particulièrement radicale et anti-démocratique de libéralisme économique se serait imposée, de façon progressive à partir du milieu des années 1970, à la majorité des pouvoirs institutionnels dans le monde, aux démocraties comme aux dictatures. Les quelques auteurs qui n’ignorent pas le rôle fondateur du colloque Lippmann (Halimi, 2004, Mirowsky, 2009) cherchent parfois à établir une continuité entre le néolibéralisme européen des origines et la montée en puissance du minarchisme à l’échelle internationale au cours des années 1970, bien que les origines géographiques et doctrinales de ces deux courants du libéralisme ne se recoupent que partiellement.

Conclusion générale

41Le suivi géohistorique des discours exprimés à propos du néolibéralisme laisse entrevoir un phénomène de diffusion spatiale qui prend sa source en France (années 1930 et 1940), avant de se répandre en Europe de l’Ouest et aux États-Unis à partir des années 1950, puis en Amérique latine, qui devient le principal pôle d’édition sur le néolibéralisme dans les années 1980 et 1990, et enfin au cours des années 2000 dans le reste du monde. Cette diffusion spatiale du terme s’est appuyée sur l’existence de réseaux et de pôles académiques internationaux (universités, colloques, éditeurs) : d’abord au sein des cercles néolibéraux européens (années 1940 et 1950), ensuite chez des universitaires intéressés par les études politiques en Europe et aux États-Unis (années 1960 et 1970) et, enfin, dans les milieux hostiles au néolibéralisme, en Amérique puis dans le monde entier (depuis les années 1980). Au fur et à mesure de sa propagation, cette notion a été appliquée pour décrire des ensembles géographiques différents : Allemagne de l’Ouest dans les années 1950, dictatures latino-américaines dans les années 1980 et 1990, le monde depuis le milieu des années 1990. Ces transferts géographiques successifs se sont souvent accompagnés de déformations sémantiques liées à des usages de plus en plus approximatifs et malléables de la référence au néolibéralisme. Aux États-Unis, à partir des années 1960, plusieurs politistes appliquent l’étiquette néolibérale pour caractériser des politiques hétérogènes. Ce faisant ils ouvrent la voie à des utilisations de plus en plus disparates et imprécises, toute politique favorable à l’économie de marché finissant par pouvoir être qualifiée de néolibérale. L’examen de la circulation géohistorique du terme permet alors de comprendre comment s’est construite la polysémie que nous observons dans les utilisations actuelles :

  • Une première acception désigne le réseau d’intellectuels réunis lors du colloque Lippmann pour proposer un socle programmatique commun de rénovation du libéralisme, malgré des divergences internes notables (Audier, 2012). Des années 1950 à la fin des années 1970, ce premier sens sert principalement à désigner la version ordo-libérale allemande du mouvement international né à cette occasion. Depuis les années 1980, cette interprétation perdure chez les lecteurs de M. Foucault (1978) qui voient dans le néolibéralisme une forme de gouvernementalité mise en œuvre en Europe de l’Ouest après la Seconde Guerre mondiale et dont l’étude archéologique permet de comprendre certains fonctionnements politiques toujours à l’œuvre aujourd’hui (Burgin, 2012 ; Dardot, 2007 et 2010 ; Denord, 2009 et 2010 ; Laval, 2004 ; Schwartz, 2010).

  • Une seconde acception résulte d’associations opérées dans les années 1970 entre le néolibéralisme originel et l’École de Chicago pour rendre compte des politiques économiques mises en œuvre par les dictatures latino-américaines à cette époque. F. Hayek a sans doute facilité la confusion entre ces politiques de privatisations et le néolibéralisme originel en intégrant des penseurs libéraux de plus en plus hétérogènes au sein de la Société du Mont-Pèlerin.Récupérée par la gauche radicale et les mouvements altermondialistes à partir des années 1990, rejoint ensuite par des souverainistes de diverses tendances, cet usage dérivé permet de rassembler dans une même catégorie l’ensemble des politiques que les anti-libéraux entendent dénoncer. Ils présentent le néolibéralisme comme une idéologie absolutiste, inégalitaire et anti-démocratique, au service des intérêts des classes dominantes, qui serait parvenue à s’imposer à la majorité des élites politiques du monde actuel.

  • Un troisième sens né aux États-Unis dans les années 1980 s’est développé de façon indépendante au sein des études sur les relations internationales pour désigner les thèses de J. Nye et R. Keohane.

42Devant cette situation, le philosophe S. Audier invite à prendre acte de l’existence de plusieurs néolibéralismes distincts (2012). Cette polysémie pose néanmoins deux problèmes. Tout d’abord, la disjonction sémantique entre la première et la deuxième acception est rarement perçue. Selon les auteurs, le néolibéralisme en vient parfois à désigner des choses aussi différentes que le marché institutionnel et le laisser-faire, la concurrence réglementée et la compétition sauvage, la coordination économique et la dérégulation, un mode de gouvernementalité et la fin de l’État, le multilatéralisme international et l’impérialisme états-unien, une pensée commune et une doctrine radicale.

  • 15 Par bien des aspects, la politique monétaire de l’Union européenne témoigne de la survivance actuel (...)

43En outre, la deuxième acception, aujourd’hui la plus courante à l’échelle internationale, laisse entendre que de nombreux responsables politiques auraient mis en place depuis une quarantaine d’années des politiques néolibérales en raison de leur adhésion plus ou moins consciente aux thèses ultralibérales de l’École de Chicago. Si les économistes de Chicago ont inspiré différents gouvernements en Amérique latine et aux États-Unis, on ne saurait en dire autant d’autres dirigeants auxquels on attribue pourtant souvent la mise en œuvre de politiques néolibérales. En France par exemple, le tournant de la « rigueur » décidé en 1983 par le gouvernement socialiste puis l’engagement en faveur de l’Acte unique européen ont pu être qualifiés de décisions néolibérales (Jobert, 1994, Chevènement, 2011). Ce changement de politique s’explique cependant moins par une adhésion aux idées de M. Friedman, comme le laisserait supposer l’interprétation antilibérale du néolibéralisme, que par la volonté de maintenir la France dans le système monétaire européen. Or, à l’époque, une telle décision supposait un alignement sur l’anti-inflationnisme ordo-libéral en vigueur en Allemagne de l’Ouest depuis l’après-guerre15. Cet exemple permet de souligner l’influence sous-jacente d’un premier néolibéralisme mis en œuvre en Europe de l’Ouest à partir des années 1940 à travers la liberté des prix, la stabilité monétaire, le libre-échange, le respect de la concurrence, la suppression des monopoles et la mise en compétition économique des territoires. En 1977, J. Rueff considérait que la notion de « marché institutionnel » issue du colloque Lippmann avait directement inspiré la construction européenne, se réjouissant que ce néolibéralisme permette désormais d’unir « dans une civilisation commune, tous les individus et tous les peuples qui veulent donner aux hommes la liberté sans le désordre et le bien-être sans la servitude, tout en réduisant, autant qu’il est humainement possible, l’inégalité et l’injustice » (p.26).

44Réduire le néolibéralisme aux thèses radicales de l’École de Chicago, comme le suggère l’acception la plus courante véhiculée par l’anti-libéralisme actuel, empêche de prendre la mesure de ce premier néolibéralisme mis en œuvre en Europe de l’Ouest à partir des années 1940. C’est la raison pour laquelle depuis plusieurs années différents auteurs, majoritairement francophones, se sont engagés dans une entreprise d’exhumation archéologique des principes du néolibéralisme originel afin de comprendre comment celui-ci a pu contribuer à forger une partie du cadre normatif dans lequel œuvrent encore aujourd’hui nombre d’institutions politiques locales, nationales et internationales (Audier, 2007 et 2012 ; Dardot, 2010 ; Denord, 2010). Selon plusieurs de ces analyses, de larges pans de la gouvernementalité actuelle, notamment au sein de l’Union européenne, trouveraient moins leurs fondements dans le libéralisme anti-étatiste de l’École de Chicago que dans ce néolibéralisme primitif. L’influence de ce premier néolibéralisme serait perceptible dans l’adhésion toujours vivace de nombreuses élites politiques au multilatéralisme, aux valeurs utilitaristes (la croissance), au libre-échange, à la libre circulation et aux normes ordo-libérales (la rigueur budgétaire, la concurrence libre et non faussée, la stabilité et la liberté des prix). S’il n’a pas perdu de son influence, ce néolibéralisme primitif s’est peu à peu mué en pensée commune : au fur et à mesure que ses valeurs se sont imposées comme des normes incontournables et parfois comme des évidences pour certains partis démocrates-chrétiens, socio-démocrates et libéraux européens, ce premier néolibéralisme a peu à peu perdu la forme d’une doctrine claire et explicite pour devenir une idéologie diffuse et anonyme.

  • 16 Au sein des pays de l’OCDE, les dépenses publiques passent, en moyenne, de 25,4 % du PIB en 1965 à (...)
  • 17 Dès 1947, bien que participant au Congrès du Mont-Pèlerin, M. Allais refuse de signer le texte cons (...)

45Pour être pleinement compris, ce néolibéralisme originel mérite cependant d’être distingué des préconisations anti-étatistes des courants les plus radicaux du libéralisme (ultralibéraux austro-américains, héritiers de l’École de Chicago, libertariens, anarcho-capitalistes et minarchistes, voire libéraux conservateurs), ce que les interprétations confuses et tronquées diffusées depuis le début des années 1990 par la plupart des critiques anti-libérales du néolibéralisme ne permettent pas d’apercevoir. En particulier, assimiler le néolibéralisme à un fondamentalisme ultralibéral ne permet pas de saisir comment l’extension du domaine du marché concurrentiel peut coexister, dans de nombreux pays, avec la préservation de dispositifs de redistribution et le maintien des dépenses publiques à un niveau élevé16. Si les valeurs du néolibéralisme originel issu du colloque Lippmann paraissent aujourd’hui si présentes dans les politiques publiques, c’est justement car elles ne se confondent pas avec la déréglementation et la restriction des interventions de l’État prônées par les ultralibéraux, lesquelles renvoient plutôt au « vieux libéralisme » anti-étatiste du XIXe siècle que W. Lippmann, L. Rougier ou W. Röpke pourfendaient déjà dans les années 1930. On comprend alors pourquoi en 2010 l’économiste M. Allais, un des plus ardents promoteurs des valeurs du premier néolibéralisme européen, pouvait qualifier de « chienlit mondialiste laisser-fairiste » la version du libéralisme mise en œuvre par les partisans de la déréglementation des années 1970 et 1980, considérant que la mondialisation qui en résulte « conduit à l’injustice »17.

46L’analyse géohistorique des usages du néolibéralisme révèle combien il importe de prendre en compte la façon dont la circulation spatiale des étiquettes doctrinales est susceptible de conditionner les variations de sens et les processus de réinterprétation idéologique qui accompagnent de tels mouvements géographiques. La transposition géo-sémantique du terme néolibéralisme aux politiques mises en œuvre en Amérique latine au cours des années 1970 et 1980 a ainsi abouti à la diffusion massive d’une acception approximative et radicalisée du néolibéralisme, associée vaguement à tous les dysfonctionnements de la mondialisation économique contemporaine. Or, le succès de cette signification dérivée fait aujourd’hui obstacle à la compréhension de tout ce qui, au sein de l’Union européenne notamment, résulte d’un néolibéralisme originel fondé sur le multilatéralisme, le libre-échange, le marché institutionnel, la concurrence et la décentralisation. Dans ces conditions, il paraît souhaitable de chercher à mieux différencier, dans ce qu’on a pris l’habitude d’appeler confusément la gouvernance néolibérale des territoires et des sociétés, les diverses formes de gouvernementalités qui régissent les interactions spatiales entre les autorités publiques et les acteurs économiques.

Haut de page

Bibliographie

Allais M., Diemer A., 2010, « C’est seulement dans la voie d’un immense effort de synthèse que les sciences sociales peuvent réaliser de grands progrès », L’Économie politique, vol. 43, n° 3, 100-112.

Anderson C. W., 1970, The Political Economy of Modern Spain: Policy- Making in an Authoritarian System, Madison, University of Wisconsin Press.

Armstrong R. A., 1884, « Liberal or socialist? », LSE Selected Pamphlets, p. 1-19.

Audard C., 2009, Qu’est-ce que le libéralisme, Éthique, politique, société, Paris, Gallimard.

Audier S., 2008, Aux origines du néo-libéralisme : Le colloque Lippmann, Paris, Le Bord de l’Eau.

Audier S., 2012, Néolibéralismes, Paris, Grasset.

Ayres R. L., 1973, « Political History, Institutional Structure, and Prospects for Socialism in Chile », Comparative Politics, vol. 5, n° 4, 497-522.

Ayres R. L., 1975, « Development Policy and the Possibility of a « Livable » Future for Latin America », The American Political Science Review, vol. 69, n° 2, 507-525.

Bailey N., 1965a, Politics, Economics and Hemispheric Security, New York, F. A. Praeger.

Bailey N., 1965b, « The Colombian » Black Hand : « A Case Study of Neoliberalism in Latin America », The Review of Politics, vol. 27, n° 4, 445-464.

Bailey N., 1967, Latin America in World Politics, New York, Walker and Company.

Barnes H. E., 1922, « Some Typical Contributions of English Sociology to Political Theory », American Journal of Sociology, vol. 27, n° 4, 442-485.

Baudin L., 1942, Précis d’histoire des doctrines économiques, Paris, Les Éditions Daumat-Monchrestien.

Baudin L., 1946, Pour une économie libérée, Paris, SPID.

Baudin L., 1953, L’aube d’un nouveau libéralisme, Paris, Éditions M. Th. Génin.

Baudin L., 1957, « Le néo-libéralisme », Revue des deux mondes, n de mars, p. 42-56.

Bilger F., 1964, La pensée économique libérale dans l’Allemagne contemporaine, Paris, LGDJ.

Boas T., Gans-Morse J., 2009, « Neoliberalism: From New Liberal Philosophy to Anti-Liberal Slogan », Studies in Comparative International Development, vol. 44, n° 2, 137-161.

Bourdieu P., 1998a, « L’Essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique, n° de mars, p. 3.

Bourdieu P., 1998b, Contre-feux, tome 1 : Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, Paris, Raisons d’agir.

Brenner N, Theodore N., 2002, Spaces of neoliberalism: urban restructuring in North America and Western Europe, Malden, Oxford, Wiley-Blackwell.

Brennetot A., 2012, « Le monde est-il vraiment devenu néolibéral ? Retour sur les fondements géoéthiques de la gouvernance néolibérale », colloque Géopoint, 28-29 juin, [Actes à paraître].

Brown W., 2004, « Néo-libéralisme et fin de la démocratie », Vacarme, vol. 29.

Burgin A., 2012, The Great Persuasion, Reinvening Free Markets since the Depression, Cambridge, Harvard University Press.

Chevènement J.-P., 2011, La France est-elle finie ?, Paris, Fayard.

Chomsky N., 1998, Profit over People, Neoliberalism and the Global Order, New York, Londres, Seven Stories-Turnaround.

Chossudovsky M., 1975, « The Neo-Liberal Model and the Mechanisms of Economic Repression: The Chilean Case », Co-existence, vol. 12, n° 1, 34-57.

Chossudovsky M., 1977a, « Legitimised Violence and Economic Policy in Argentina », Economic and Political Weekly, vol. 12, n° 16, 631-633.

Chossudovsky M., 1977b, « Dependence and Transfer of Intellectual Technology: The Case of Social Sciences », Economic and Political Weekly, vol. 12, n° 36, 1581-1583.

Commun P., 2003, L’ordolibéralisme allemand. Aux sources de l’économie sociale de marché, Paris, Travaux et documents du Cirac.

Courtin R., Maillet P, 1962, Économie géographique, Paris, Dalloz.

Cros J., 1956, Le « Néo-Libéralisme » et la Révision du Libéralisme, Paris, Librairie de Médicis.

Dard O., 1995, « Voyage à l’intérieur d’X-Crise », Vingtième siècle, n° 47, p. 132-146.

Dardot P., Laval C., 2007, « La nature du néolibéralisme : un enjeu théorique et politique pour la gauche », Mouvements, vol. 50, n° 2, 108-117.

Dardot P., Laval C., 2010, La Nouvelle Raison du monde, Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte.

Denord F., 2007, Néo-libéralisme version française : Histoire d’une idéologie politique, Paris, Demopolis.

Denord F., Schwartz A., 2009, L’Europe sociale n’aura pas lieu, Paris, Raisons d’agir.

Denord F., 2010, « Les rénovateurs du libéralisme », in Bonnelli L., Pelletier W. (dir.), L’État démantelé, Enquête sur une révolution silencieuse, Paris, La Découverte, p. 31-41.

Dohrendorf E.-M., 1952, « Das Problem der Marktkonformität wirtschaftspolitischer Mittel », Jahrbuch für Sozialwissenschaft, vol. 3, n° 1, 22-42.

Dow L. A., Duncan J., 1974, « Economic Neoliberalism: A Behavioral View of the Sportsmanship Assumption », American Journal of Economics and Sociology, vol. 33, n° 4, 351-365.

Dürr E.-W., 1954, Wesen und Ziele des Ordo-Liberalismus, Winterthur, P. G. Keller.

Foucault M., 2004, Naissance de la biopolitique. Cours au collège de France, Paris, Le Seuil.

Foxley A., 1982, Experimentos neoliberales en America Latina, Santiago, CIEPLAN.

Foley D. C., 1975, « Problems vs. Conflicts: Economic Theory and Ideology », The American Economic Review, vol. 65, n° 2, 231-236.

François-Poncet J., 1969, La Politique économique de l’Allemagne occidentale, Paris, Sirey.

Friedman M., 1951, « Nyliberalismen og dens Muligheter », Farmand, vol. 17, n° 2, 89-93.

Friedrich C. J., 1955, « The Political Thought of Neo-Liberalism », The American Political Science Review, vol. 49, n° 2, 509-525.

Gasset O. Y, 1929, La Révolte des masses, Paris, Stock [Édition de 1961].

Gide C., 1898, « Has Co-operation Introduced a New Principle into Economics? », The Economic Journal, vol. 8, n° 32, 490-511.

Gignoux C.-J., 1952, « La Renaissance allemande », La Revue des deux mondes, octobre n° 2, 549-557.

Gignoux C.-J., 1953, « Vers un nouveau libéralisme », La Revue des deux mondes, octobre n° 2, 554-559.

Grosser A., 1963, Préface à l’édition française d’Une politique de l’abondance de L. Erhard, Paris, Robert Laffont, p. 7-27.

Halimi S., 2004, Le Grand Bond en arrière, Paris, Fayard.

Hanslowe K., 1960, « Neo-Liberalism: An Analysis and Proposed Application », Journal of Public Law, vol. 9, n° 1, 96-114.

Hartwell R.-M., 1995, A History of the Mont Pelerin Society, Indianapolis, Liberty Fund.

Harvey D., 2005, Spaces of neoliberalization: towards a theory of uneven geographical development, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

Harvey D., Amin S., 2006, « Qu’est-ce que le néolibéralisme ? », Actuel Marx, n 40/2, p. 12-23.

Harvey D., 2007, A Brief history of neoliberalism, Oxford: OUP.

Hatry P., 1957, Travaux du Colloque international du libéralisme économique, Ostende, 10-13 septembre, Centre Paul Hymans, 2 vol. 

Hayek F., 1944, La Route de la servitude, Paris, PUF [Edition de 1977].

Hayek F., 1979, Droit, législation et liberté, t. 3, L’Ordre politique d’un peuple libre, Paris, PUF.

Jobert B., 1994, Le tournant néo-libéral en Europe, Idées et recettes dans les pratiques gouvernementales, Paris, L’Harmattan.

Klein N., 2007, La Stratégie du choc : La montée d’un capitalisme du désastre, Paris, Actes Sud.

Kuisel R., 1977, « Vichy et les origines de la planification économique (1940-1946) », Le Mouvement social, vol. 98, p. 77-101.

Kuisel R., 1984, Le Capitalisme et l’État en France, Paris, Gallimard.

Kunz P.-A., 1962, L’Expérience néo-libérale allemande dans le contexte international des idées, Lausanne, Imprimerie Centrale.

Laval C., 2004, L’École n’est pas une entreprise. Le néo-libéralisme à l’assaut de l’enseignement public, Paris, La Découverte.

Lepage H., 1978, Demain le capitalisme, Paris, Livre de poche.

Lippmann W., 1938, La Cité libre, Paris, Éditions de Médicis.

Lhoste-Lachaume P., 1960, L’Illusoire compromis de nos démocraties occidentales, Paris, Éditions SEDIF.

Mainguy Y., 1951, « Capitalisme, socialisme et... néo-libéralisme », Économie appliquée, n° 2 Avril-Juin, 211-242.

Marculesco M., 1943, La critique du libéralisme d’après les auteurs néo-libéraux, Paris, Lavergne.

Marchal A, 1946, « Les difficultés du libéralisme économique de 1929 à 1939 », in Baudin L., Pour une économie libérée, Paris, SPID, 47-62.

Marlio L., 1938, Le Sort du capitalisme, Paris, Flammarion.

Marlio L., 1940, Dictature ou liberté, Paris, Flammarion.

Mckinney J., 1975, « Frank H. Knight and Chicago Libertarianism », Journal of Economic Issues, vol. 9, n° 4, 777-799.

Mirowsky P., Plewe D., 2009, The Road From Mont Pelerin: The Making Of The Neoliberal Thought Collective, Harvard UP.

Mises L., 1957, « La liberté économique dans le monde actuel », in Hatry P., Travaux du Colloque international du libéralisme économique, 267-278.

Mises L., 1938, Le Socialisme, Étude économique et sociologique, Paris, Éditions M. Th. Génin.

Mont Pelerin Society, 1947, Statement of Aims, Vevey, Conférence du Mont-Pelerin, 1-10 avril 1947.

Mont Pelerin Society, 2003, Inventory of the General Meeting Files (1947-1998), Gand, Liberaal Archief, Inventaire n° 1.

Mötteli C., 1951, « The Regeneration of Liberalism », Swiss Review of World Affairs, vol. 1, n° 8, 21-23.

Mouffe C., Turner G., 1981, « Democracia y nueva derecha », Revista Mexicana de Sociología, vol. 43, 1829-1846.

Nell-Breuning O., 1961, « Die Sozial und Wirtschaftsphilosophie des Neoliberalismus », FinanzArchiv / Public Finance Analysis, vol. 21, n° 2, 306-311.

Nye J.-S., 1988, « Neorealism and Neoliberalism », World Politics, vol. 40, n° 2, 235-251

Oliver H. M., 1960a, « German Neoliberalism », The Quarterly Journal of Economics, vol. 74, n° 1, 117-149.

Oliver H. M., 1960b, « Ordo and Coercion: A Logical Critique », Southern Economic Journal, vol. 27, n° 2, 81-91.

Passet R., 2000, L’Illusion néolibérale, Paris, Fayard.

Peck J., 2004, « Geography and Public Policy: Constructions of Neoliberalism », Progress in Human Geography, vol. 28, 392-405.

Peck J., 2010, Constructions of Neoliberal Reason, Oxford, OUP.

Peters C., Keisling P., 1985, A New Road for America: The Neoliberal Movement, Lanham, Londres, Madison Books.

Piatier A., 1938, « Ludwig von Mises. Le socialisme ; Louis Rougier. Les mystiques économiques ; Walter Lippmann. La cité libre ; Maurice Bouvier-Azam. La doctrine corporative », Politique étrangère, vol. 3, n° 6, 634-639.

Pirou G., 1939, Néo-libéralisme, Néo-Corporatisme, Néo-socialisme, Paris, Gallimard.

Ritschl H., 1950, « Wirtschaftsordnung und Wirtschaftspolitik », Weltwirtschaftliches Archiv, vol. 65, 218-282.

Robbins L., 1938, L’Économie planifiée et l’ordre international, Paris, Librairie de Médicis.

Roberts S., Secord A., Sparke M., 2003, « Neoliberal Geopolitics », Antipode, vol. 35, n° 5, 886–897.

Rothenberg R., 1984, The Neoliberals: Creating the new American politics, New York, Simon and Schuster.

Rougier L., 1938a, « Retour au libéralisme », Revue de Paris, vol. 45, n° 1, 179-197.

Rougier L., 1938b, Les Mystiques économiques, Paris, Éditions M.-Th. Génin.

Rougier L., 1939, Le Colloque Walter Lippmann, Travaux du Centre international d’études pour la rénovation libéralisme, Paris, Éditions M.-T. Génin.

Rougier L., 1957, « Le libéralisme de stricte observance et le néo-libéralisme. Un essai de définition », in Hatry P., Travaux du Colloque international du libéralisme économique, 279-293.

Rueff J., 1953, « La Résurrection de l’Allemagne », Revue des deux mondes, juin n° 2, 594-608.

Rueff J., 1958, « Le marché institutionnel des Communautés européennes », Le Monde, Paris, 10 février 1958.

Rueff J., 1967, Les Fondements philosophiques des systèmes économiques, Paris, Payot.

Rueff J., 1977, « Le libéralisme depuis cinquante ans », Revue des deux mondes, n° juillet, 19-26.

Ruggie J. G., 1982, « International Regimes, Transactions, and Change: Embedded Liberalism in the Postwar Economic Order », International Organization, vol. 36, n° 2, 79-415.

Salin P., 2002, « Le Néo-libéralisme, ça n’existe pas », Le Figaro, Paris, 6 février 2002.

Schwartz A., 2010, « Comment l’Union européenne ruine le contrôle public de l’économie », in Bonnelli L., Pelletier W. (dir.), L’État démantelé, Enquête sur une révolution silencieuse, Paris, La Découverte, 74-82.

Sigmund P. E., 1983, « The Rise and Fall of the Chicago Boys in Chile », The SAIS Review of International Affairs, vol. 3, n° 2, 41-58.

Sparke M., 2006, « A neoliberal nexus: Economy, security and the biopolitics of citizenship on the border », Political Geography, vol. 25, n° 2, 15–18.

Stedman-Jones D., 2012, Masters of the Universe: Hayek, Friedman, and the Birth of Neoliberal Politics, Princeton, Princeton University Press.

Tilman R., 1976, « Ideology & Utopia in the Political Economy of Milton Friedman », Polity, vol. 8, n° 3, 422-442.

Tironi E., 1987, Pinochet, La Dictature néo-libérale, Paris, L’Harmattan.

Trebing H. M., 1976, « The Chicago School versus Public Utility Regulation », Journal of Economic Issues, vol. 10, n° 1, 97-126.

Urbain-Clave F., 2005, « Walter Lippmann et le néolibéralisme de la cité libre », Cahiers d’économie Politique, vol. 48, n° 1, 79-110.

Utz A. F., 1975, Entre le néo-libéralisme et le néo-marxisme. Recherche d’une troisième voie, Paris, Beauchesne.

Villey D., 1944, Petite Histoire des grandes doctrines économiques, Paris, Génin [Edition de 1985].

Weiller J., 1950, Problèmes d’économie internationale T.2. Une nouvelle expérience : l’organisation internationale des échanges, Paris, PUF.

Wolfelsperger A., 2006, « L’ultra-antilibéralisme ou le style paranoïde dans la critique de l’économie de marché », Commentaires, vol. 29, n° 216, 909-918.Image 14.wmf

Haut de page

Notes

1 Le calcul des occurrences a été effectué grâce aux outils de recherche lexicale proposés par les éditeurs de revues. Pour les revues francophones, la recension a été effectuée sur les grandes revues généralistes de géographie : Les Annales de Géographie, Cybergeo, L’Espace géographique, Espaces et sociétés, Géocarrefour, Hérodote et Mappemonde. Certaines revues n’ont pas pu été prises en compte car elles sont trop récentes (L’Espace Politique, Justice Spatiale, Géographie Économie Société) ou elles n’offrent pas d’indexation complète (Belgéo, Géographie et cultures, L’Information géographique). Les revues régionales ou thématiques n’ont pas été intégrées. Pour les revues anglophones, l’échantillon concerne les principales revues de géographie humaine offrant également une certaine profondeur historique : The Annals of the Association of American Geographers, Antipode, Applied Geography, Area, Geographical Review, Political Geography, Progress in Human Geography et Transactions of the Institute of British Geographers.

2 La recension des ouvrages a été effectuée à partir de l’outil de recherche lexicale de la base Worldcat de l’OCLC (Online Computer Library Center). Seules les publications dépassant 70 pages ont été retenues. Les mémoires et rapports de recherche ne disposant pas d’ISBN ont été exclus. Le requête a été réalisée à partir des différentes déclinaisons du radical « néolibéral » dans les langues suivantes : allemand (225 ouvrages), anglais (432), arabe (15), bulgare (0), catalan (5), chinois (30), coréen (40), croate (3), danois (8), espagnol (637), finnois (7), français (91), hébreu (1), hongrois (2), indonésien (32), italien (33), japonais (77), néerlandais (4), norvégien (7), polonais (9), portugais (167), roumain (5), russe (6), slovène (4), suédois (5), tchèque (1), thaï (0), turc (28).

3 Sur le néolibéralisme de La Cité Libre, voir Brennetot (2012) et Urbain-Clave (2005). Plus largement sur le colloque Lippmann, on consultera Audier (2008).

4 D’autres intellectuels français participent également à la SMP, sans pour autant revendiquer leur adhésion à un quelconque « néolibéralisme » : R. Aron, B. de Jouvenel, G. Leduc, etc.

5 Les articles de revues académiques contenant au moins une occurrence du radical néolibéral ont été recensés et indexés à partir du portail JSTOR. Sans être exhaustive, l’ancienneté du corpus de JSTOR permet de prendre en compte plusieurs grandes revues éditées avant 1980, contrairement aux autres portails existants, et d’être plurilingue (allemand, espagnol, français), même si les articles anglophones prédominent. Les passages faisant référence au « néolibéralisme » ont été lus et les personnes associées relevées dans une base de données. Il ressort que 540 articles comptent une ou deux références tandis que 17 dépassent dix références. Beaucoup d’occurrences correspondent à des usages idiosyncrasiques inventés pour l’occasion par l’auteur de l’article. D’autres n’associent le « néolibéralisme » à aucun acteur ou aucun courant d’idées politiques précis. Sur un peu plus de 700 articles analysés, 537 noms de personnes ont été relevés en lien explicite avec le « néolibéralisme », correspondant à 200 individus différents, pour l’essentiel des intellectuels ou des responsables politiques. Les résultats font apparaître une présence écrasante des ordo-libéraux allemands.

6 La méthode de recension des publications est la même que pour le Figure 3. Les traductions d’ouvrages étrangers n’ont pas été comptabilisées comme des publications locales de même que les rééditions.

7 La seule allusion effective concerne un court article publié par M. Friedman en 1951 dans la revue libérale norvégienne Farmand (Friedman, 1951). Dans cet article, M. Friedman défend un libéralisme modéré, inspiré d’H. Simons, très différent des thèses minarchistes qu’il promeut par la suite.

8 Le minarchisme assigne à l’État un rôle minimal, réduit aux fonctions régaliennes du maintien de l’ordre public. L’anarcho-capitalisme prône, de son côté, la disparition de l’État au profit d’une régulation des relations sociales fondées sur la propriété privée.

9 Pour beaucoup de ses détracteurs, le fait pour M. Friedman d’avoir accepté l’invitation du général Pinochet le 21 mars 1975 et la lettre envoyée en remerciement le 21 avril suivant, dans laquelle il préconise un « shock program » anti-inflationniste, représentent la preuve la plus manifeste de la compromission intellectuelle de l’économiste de Chicago, peu soucieux de dénoncer les crimes de masses que le régime chilien était en train d’accomplir (Klein, 2008).
De son côté, F. Hayek, dans une interview donnée en 1981 au journal chilien El Mercurio (12/01/1981), accorde un satisfecit à la dictature chilienne : « It is possible for a dictator to govern in a liberal way. And it is also possible for a democracy to govern with a total lack of liberalism. Personally I prefer a liberal dictator to democratic government lacking liberalism. My personal impression — and this is valid for South America - is that in Chile, for example, we will witness a transition from a dictatorial government to a liberal government. And during this transition it may be necessary to maintain certain dictatorial powers, not as something permanent, but as a temporary arrangement ». Dans le tome 3 de Droit, Législation et liberté (1979), F. Hayek propose même de remplacer le régime démocratique, accusé d’être la proie de tous les clientélismes, par un régime qu’il nomme la « démarchie », sorte de nouveau régime des sages.

10 Une telle interprétation du néolibéralisme ignore manifestement les thèses antipositivistes défendues par F. Hayek.

11 Sur ce point, voir également Audier (2012).

12 En s’éloignant ainsi des sources et en s’exonérant de mener un travail critique minutieux sur les archives, cette attitude prête le flanc aux critiques de droite qui reprochent aux opposants au néolibéralisme de manquer de rigueur et de mener un combat contre une chimère qu’ils auraient inventée de toute pièce (Salin, 2002, Wolfelsperger, 2006).

13 Cette généralisation est d’autant plus facile à diffuser dans l’opinion que de nombreux penseurs ultralibéraux, hostiles aux interventions de l’État, n’hésitent pas à réduire le libéralisme à leur propre vision radicale, refusant de considérer comme de véritables libéraux des auteurs favorables aux interventions économiques de la puissance publique. La façon dont, en France, un partisan du libéralisme classique comme A. Laurent présente les new dealers états-uniens, J. M. Keynes ou J. Rawls témoigne d’une telle attitude.

14 Avant cela, se serait déroulée une période d’« embedded liberalism », notion que D. Harvey emprunte à J. Ruggie (1982). Ce faisant D. Harvey ignore l’existence d’un courant néolibéral à l’œuvre en Europe occidentale dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, favorable à la réalisation d’un mode de régulation des relations internationales fondé sur le multilatéralisme, le libre-échange et l’intégration concurrentielle des économies nationales.

15 Par bien des aspects, la politique monétaire de l’Union européenne témoigne de la survivance actuelle du credo ordo-libéral.

16 Au sein des pays de l’OCDE, les dépenses publiques passent, en moyenne, de 25,4 % du PIB en 1965 à 34,6 % en 1995 pour se maintenir à 33,8 % en 2009.

17 Dès 1947, bien que participant au Congrès du Mont-Pèlerin, M. Allais refuse de signer le texte constitutif de la Société éponyme en raison d’un désaccord irréconciliable avec F. Hayek concernant la question de la propriété publique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Nombre d’articles contenant au moins une référence au « néolibéralisme » dans quelques revues anglophones de géographie
Crédits Réalisation : Brennetot, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 2 : Nombre d’articles contenant au moins une référence au « néolibéralisme » dans quelques revues francophones de géographie
Crédits Réalisation : Brennetot, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 3 : Nombre de livres publiés dans le monde contenant le radical néolibéral dans le titre
Crédits Source : Worldcat, 2013. Réalisation : Brennetot, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 4 : L’implantation professionnelle des participants au colloque Lippmann organisé à Paris par L. Rougier en 1938
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 5 : L’implantation professionnelle des participants au colloque d’Ostende sur le libéralisme économique (1957)
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Figure 6 : La « nébuleuse néolibérale » entre 1950 et 1980 : la prépondérance des ordo-libéraux allemands
Crédits Source : Jstor. Réalisation : Brennetot, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 7 : Nombre d’articles faisant référence au « néolibéralisme » dans un échantillon large de revues académiques publiées entre 1930 et 1990
Crédits Source : Jstor. Réalisation : Brennetot, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 8 : Géographie des pays associés au « néolibéralisme » (1938-2000)
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Figure 9 : Géographie des publications sur le « néolibéralisme » (1938-2000)
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 10 : Nombre d’ouvrages publiés dans le monde dont le titre fait référence au « néolibéralisme » en fonction des langues
Crédits Réalisation : Brennetot, 2013. Source : Worldcat, 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure 11 : L’implantation professionnelle des participants au Congrès du Mont-Pèlerin organisé à Vevey (Suisse) en 1947 par F. Hayek
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 12 : Géographie des ouvrages publiés sur le néolibéralisme au cours des années 2000
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 13 : Nombre d’ouvrages publiés dans le monde dont le titre fait simultanément référence au « néolibéralisme » et à l’échelon mondial
Crédits Source : Worldcat. Réalisation : Brennetot, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26071/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Brennetot, « Géohistoire du « néolibéralisme » », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 655, mis en ligne le 28 novembre 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26071 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26071

Haut de page

Auteur

Arnaud Brennetot

Université de Rouen, UMR 6266 IDEES, Maître de conférences en géographie.
arnaud.brennetot@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page