Navigation – Plan du site
2013
656

Recompositions territoriales en Provence-Alpes-Côte d’Azur : Analyse croisée par les mobilités quotidiennes et résidentielles

Territorial Reorganisation in the Provence-Alpes-Côte d’Azur Region: Cross-Analysis through Daily and Residential Mobility
Giovanni Fusco et Floriane Scarella

Résumés

L’organisation spatiale des flux de mobilité constitue la clé d’entrée privilégiée pour comprendre les recompositions territoriales en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les flux de mobilité permettent de définir des réseaux urbains et de suivre leur évolution dans le temps. Dans cette contribution sont analysés les flux interurbains dominants des mobilités quotidiennes et résidentielles issues des données de recensement des années 1980 et 1990. Globalement, les réseaux urbains régionaux se renforcent et se complexifient au cours du temps, donnant naissance à deux véritables réseaux métropolitains aux configurations réticulaires fort différentes. D’autres spécificités concernent la portée spatiale des flux dominants de la mobilité domicile-travail, révélatrice du fonctionnement quotidien des aires métropolitaines, et celle de la mobilité résidentielle, davantage liée aux cycles de vie des ménages.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les mobilités façonnent l’espace dans lequel elles se déroulent (Bonnet et Aubertel, 2006). Déchiffrer l’organisation spatiale des flux de mobilité est ainsi une clé d’entrée pour comprendre la structuration du territoire. En particulier, les ménages, dans leurs arbitrages entre mobilités quotidiennes et résidentielles (Kaufmann, 2000), évoluent dans des structures urbaines et territoriales héritées du passé, et participent à leur transformation. Ces structures spatiales sont constituées, entre autres, du semi urbain, de la hiérarchie des différents centres (Fusco et Decoupigny, 2008) et surtout des relations entre ces différentes unités fortement liées aux mobilités des populations. Nous proposons de suivre dans le temps les changements qui s’opèrent sur les structures spatiales produites par ces relations afin de saisir les recompositions territoriales impulsées par le processus de métropolisation.

2L’espace d’étude du présent travail est celui de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Région complexe, aux fortes contraintes topographiques et à l’urbanisation ancienne, la région Paca a connu au cours des dernières décennies l’émergence de deux espaces métropolitains polycentriques (Fusco et Decoupigny, 2008 ; Decoupigny et Fusco, 2009). À l’ouest, le binôme Aix-Marseille interagit de façon croissante avec les villes de l’Étang de Berre et de l’aire toulonnaise. À l’est, l’aire azuréenne est en train de se constituer en espace métropolitain littoral, autour de Nice, Monaco, Cannes et Antibes. De vastes portions de l’arrière-pays alpin dépendent directement du fonctionnement métropolitain de ces deux principales concentrations urbaines. D’autres, de moins en moins nombreux, semblent rester à l’écart de ces transformations territoriales.

Encadré 1 : Caractéristiques principales des bases de données utilisées

Encadré 1 : Caractéristiques principales des bases de données utilisées

3Ici, l’objectif est de comprendre les transformations des hiérarchies territoriales dans l’espace régional de Paca, saisi avec une granulométrie communale, par l’analyse des flux domicile-travail et des migrations résidentielles au cours des années 1980 et 1990. L’application proposée révèle les structures réticulaires (produites et hiérarchisées par les flux) et tente de les expliquer. Elle s’appuie sur la base des données des recensements Insee (Encadré 1). Seront ainsi analysées les matrices intercommunales des mobilités quotidiennes de 1982, 1990 et 1999 ainsi que les matrices des migrations résultantes (comparaison des lieux de résidence entre 1975 et 1982, 1982 et 1990, 1990 et 1999). En plus de démontrer la complexification croissante des hiérarchies urbaines définies par les mobilités de populations (tout comme Rabino et Occelli, 1997), cet article interroge les interactions entre les structures produites par les mobilités quotidiennes et résidentielles, l’une des deux formes pouvant précéder l’autre et ainsi fournir des éléments de réflexion prospective. La première section décrit le protocole méthodologique d’extraction des structures spatiales à partir des données sur les mobilités ainsi que les choix méthodologiques effectués. Les deux sections suivantes portent sur l’analyse des résultats produits pour la région Paca, en premier lieu par les mobilités quotidiennes et en second lieu par les mobilités résidentielles.

Choix méthodologiques : l’approche des flux dominants

4La réflexion méthodologique et la mise au point de protocoles d’analyse constituent une partie essentielle du présent travail. L’analyse des flux de navetteurs et de migrations résidentielles a traditionnellement fait l’objet de deux approches. La première est celle de la mise au point de modèles statistiques, notamment gravitaires, et de l’étude des résidus par rapport à ces modèles. En France, les travaux de Daniel Courgeau (1970, 1988) ont été fondateurs, puis repris à la fois en matière de migrations (Poulain 1981, Courgeau et Baccaïni 1989) et de navettes domicile-travail (Baccaïni 1996, 1997). La seconde approche consiste en l’étude des flux de déplacements et de migrations résidentielles en tant que marqueurs des organisations réticulaires dans un espace régional. Une méthode particulièrement employée dans cette seconde approche est celle des flux dominants, proposée par John N. Nystuen et Michael F. Dacey (1961) et successivement développée par plusieurs auteurs (Kipnis, 1985 ; Rabino et Occelli, 1997 ; Bottazzi et Rabino, 2006 ; Berroir et al., 2006). Les algorithmes de détermination des flux dominants permettent d’extraire de la matrice d’interaction spatiale un graphe primaire, correspondant à la hiérarchie des centres de l’espace étudié.

5Pour extraire et analyser les flux dominants des mobilités quotidiennes et résidentielles dans l’espace régional, un nouveau protocole méthodologique a été développé. Il a été implémenté sur une plateforme logicielle particulière (la plateforme d’Analyse des Réseaux Territoriaux, Art, Fusco, 2009) permettant l’analyse statistique et cartographique des flux de mobilité. Art permet de sélectionner les différents types de relations réticulaires, de les projeter dans l’espace géographique et de les analyser de façon comparative entre plusieurs dates. Il est ainsi possible d’appréhender l’étendue spatiale et la configuration des réseaux urbains produits par les comportements des individus et des ménages dans le cadre des processus de métropolisation de l’espace régional.

  • 1 Le choix de déterminer le seuil relatif sur l’ensemble de la population communale a été fait pour r (...)

6Dans un premier temps, ce sont les flux dominants qui sont extraits des matrices d’interaction. Les relations de domination sont recherchées parmi les flux sortants (pour les navettes) et entrants (pour les mobilités résidentielles) de chaque unité spatiale. Si l’on prend les mobilités quotidiennes, une commune périphérique est ainsi dominée par un centre urbain si son flux sortant maximal est en direction d’un centre de niveau a priori supérieur (par rapport à sa taille démographique). Pour les mobilités résidentielles, le flux dominant sera en revanche le flux maximal en provenance d’un centre de niveau a priori supérieur. La détermination du flux dominant a été enrichie par la prise en compte d’une notion de significativité (Rabino et Occelli, 1997). Une relation est considérée comme significativement dominante si elle dépasse un certain seuil absolu (un certain nombre de navetteurs par exemple) pour éviter de prendre en compte de toutes petites relations à faible significativité statistique. De même, pour être significative une relation dominante doit atteindre un certain seuil relatif1 (un pourcentage minimum de la population de la commune d’origine / de destination) afin d’éviter de considérer comme dominante une relation ne concernant qu’une fraction très limitée de la population communale, même s’il s’agit du flux maximal.

7Les seuils spécifiques à chacune des applications proposées sont mentionnés et justifiés plus loin, leur choix découle d’une connaissance fine du territoire et d’une analyse de sensibilité des résultats à leur variation (Fusco et al., 2009). Une fois tous les flux significativement dominants sélectionnés, ils peuvent être projetés sur une carte. Les centres dominants peuvent alors être mis en évidence et il est aussi possible de leur attribuer un niveau hiérarchique déterminé par la complexité de l’arborescence des flux au sein de leurs bassins de domination. Les cartes permettent de saisir le rôle et le niveau hiérarchique de chaque unité spatiale (les communes) au sein d’un bassin de domination, contrairement à la plupart des cartes issues de méthodes agrégatives dans la délimitation d’aires fonctionnelles. C’est le cas, par exemple, des cartes des aires urbaines de l’Insee, produites par le logiciel Mirabelle (Terrier, 1986) où l’attraction de plusieurs communes est agrégée dans la délimitation de l’appartenance à une aire urbaine.

8Des études déjà menées sur des structures métropolitaines régionales (notamment Berroir et al., 2006) ont montré que les mouvements ascendants, qui s’établissent depuis un point de niveau inférieur vers un point de niveau supérieur, demeurent importants mais sont globalement en déclin au profit des mouvements horizontaux (entre unités de même niveau) et a-hiérarchiques. Il semblerait que la multiplicité des schémas de mobilité des populations bouleverse les hiérarchies urbaines classiques et, dans ce contexte, il devient indispensable de quantifier et surveiller l’évolution de ces flux autres que dominants.

9D’autres (Rabino et Occelli, 1997) avaient déjà repéré l’insuffisance, à eux seuls, des flux dominants à révéler cette complexification croissante et proposent d’étudier « les flux complémentaires » (ibid) issus d’une certaine typologie hiérarchique de relations inter-urbaines. Selon ce prolongement, nous proposons notre propre typologie prenant en compte 16 catégories de flux, regroupées en quatre grandes familles (Figure 1) :

  1. Les flux internes à l’unité spatiale : il s’agit des flux qui ont le même lieu pour origine et pour destination. La part de ces flux est révélatrice de l’autonomie de l’unité spatiale par rapport aux logiques réticulaires régionales.

  2. Les flux hiérarchiques reliant les lieux le long d’une même branche de domination. Ce type de flux permet de vérifier la pérennité de certaines organisations hiérarchiques classiques issues de la théorie des lieux centraux. Les flux dominants font partie de cette famille, ils relient chaque unité spatiale au centre qui la domine.

  3. Les flux para-hiérarchiques englobent les relations entre lieux faisant partie d’un même réseau mais pas le long de la même branche de domination. Ils complexifient les schémas de mobilité à l’intérieur d’un bassin de domination.

  4. Les flux inter-hiérarchiques sont toutes les relations qui s’établissent entre des lieux qui ne font pas partie du même bassin de domination.

Figure 1 : Une nouvelle typologie des flux inter-urbains

Figure 1 : Une nouvelle typologie des flux inter-urbains

10L’ensemble des flux externes (hiérarchiques, para- ou inter-hiérarchiques) peuvent se distinguer selon l’écart de niveau hiérarchique des deux centres qu’ils relient. Ainsi, un flux allant d’un niveau supérieur à un niveau directement inférieur dans une même branche de domination est appelé flux anti-hiérarchique direct. Pour les flux hiérarchiques on distingue ainsi des flux hiérarchiques supérieurs directs, des flux hiérarchiques supérieurs indirects, des flux anti-hiérarchiques (ou flux hiérarchiques inférieurs) directs et des flux anti-hiérarchiques indirects, selon le modèle illustré (Figure 1).

11Il est également possible d’envisager un emboîtement d’échelles dans l’analyse, passant aux interactions spatiales non pas entre communes mais entre réseaux de communes. Les flux dominants permettent en effet de définir des agrégats de communes formés par les bassins de domination. Une nouvelle matrice d’interaction spatiale peut alors être recalculée à partir de ces nouvelles entités et les traitements réitérés. L’intérêt de ce changement d’échelle est double. D’un point de vue purement technique, ce protocole produit un nouvel échelon d’observation, plus grossier que le précédent, mais qui s’affranchit du découpage communal tout en gardant du sens, permettant ainsi de répondre en partie au modifiable area unit problem bien connu des géographes (Openshaw et Taylor, 1979). D’un point de vue de l’apport en connaissance, ce protocole, suivi d’un filtrage, permet d’identifier des véritables structures métropolitaines polycentriques qui auparavant se perdaient dans la multitude de structures autour des communes-centres. Un réseau métropolitain peut ainsi être défini comme une « confédération hiérarchisée » de réseaux communaux produits par les flux dominants. L’ensemble de la démarche d’analyse peut être résumé par le schéma de la Figure 2.

Figure 2 : Une démarche d’analyse en plusieurs étapes

Figure 2 : Une démarche d’analyse en plusieurs étapes

12Le Tableau 1 permet de saisir les grandes tendances des familles de flux en ce qui concerne les mobilités quotidiennes et résidentielles en région Paca entre 1982 et 1999.

13D’ores et déjà, on peut mettre en évidence la baisse du poids des flux internes dans la totalité des flux au cours du temps. Elle est extrêmement marquée aussi bien pour les mobilités quotidiennes que résidentielles. L’intensité des mobilités inter-communales a donc augmenté : les actifs travaillent de plus en plus loin de leur lieu de résidence, et les ménages changent de logement de moins en moins au sein de la même commune. Cette seconde observation doit être nuancée par le fait qu’au cours des recensements successifs, les périodes intercensitaires sont passées de 7 à 9 ans (Encadré 1), augmentant ainsi la probabilité d’un changement de domicile entre deux recensements. Cependant, cet allongement joue particulièrement sur la somme des flux. Le raisonnement se focalise ici sur le poids relatif des différentes typologies des flux.

14Les flux hiérarchiques englobent environ 45 % du total des flux externes pour les navettes et 18 % pour les migrations résidentielles. Ces poids ont tendance à stagner, avec un léger recul des flux hiérarchiques directs. Le poids des flux para-hiérarchiques est en constante augmentation pour les deux types de mobilité, signe d’une complexification des relations inter-communales au sein des réseaux urbains. En parallèle, on constate une baisse du poids des flux inter-hiérarchiques, c’est-à-dire ceux qui se font entre différents bassins de domination. Ainsi, la métropolisation semble renforcer les liens intra-métropolitains plutôt que les liens inter-métropolitains. De plus, avec l’extension métropolitaine et la coalescence de plusieurs bassins de domination dans un plus grand réseau urbain, les flux inter-hiérarchiques diminuent naturellement. On remarquera que les flux de type « autres » sont des flux inter-hiérarchiques échangés avec le reste du territoire national et l’étranger. Ces observations générales seront précisées par la spatialisation des flux et de leurs changements au cours du temps.

Tableau 1 : l’évolution des flux de mobilités quotidiennes et résidentielles en région Paca entre 1982 et 1999

Flux :

totaux

 % internes

externes

 % hiérarchiques dominants

 % hiérarchiques

 % para-
hiérarchiques

 % inter-
hiérarchiques

 % autres

Navettes
1982

1 443 471

68,1

460 249

31,8

45,9

13,3

31,0

9,8

Navettes
1999

1 640 171

54,4

748 626

30,3

45,3

24,1

21,4

9,2

Migrations
1975-1982

2 415 909

43,6

1 363 728

12,4

17,7

7,6

22,8

51,8

Migrations
1990-1999

2 742 100

37,1

1 726 108

10,6

18,1

11,2

20,7

50,1

15Ces premiers éléments de méthode et de constat montrent quel type de résultat le protocole mis en œuvre est en mesure de proposer. Le raisonnement s’établit ici de manière emboîtée. D’abord, les flux dominants permettent de mettre en évidence les principales structures territoriales, soit ce qui est majeur et déjà bien inscrit dans l’espace. Or, la structure des flux dominants constitue un modèle des réalités territoriales et comme tout modèle il comporte des résidus. Ces derniers peuvent alors être analysés par la taxonomie classant les différents types de flux, de manière à obtenir une vision complémentaire à celles des flux dominants en précisant la complexité de la structuration hiérarchique, en révélant des complémentarités inter-urbaines plus locales ou encore en repérant des centralités émergentes.

La structuration territoriale produite par les navettes domicile-travail : domination des centres et diversification des schémas de mobilité

16Les mobilités quotidiennes sont à la base des formes de structuration territoriale classiquement prises en compte par les organismes statistiques nationaux. Leur complexification (Orfeuil, 2000) est directement liée aux transformations de l’organisation des territoires. Sandrine Berroir et al. (2006) ont mis en évidence ces diversifications pour le grand delta rhodanien passant tantôt à un renforcement du polycentrisme par l’accroissement des interconnexions entre les pôles centraux et leurs relais ; tantôt à une accentuation des mouvements ascendants venant bouleverser les organisations hiérarchiques traditionnelles ; l’ensemble de ces bouleversements étant lié à la multiplication des schémas de mobilité. L’application proposée pour la région Paca rejoint en partie ces conclusions.

Les flux dominants : une assimilation métropolitaine progressive du territoire régional

17Les relations de domination des navettes domicile-travail sont recherchées parmi les flux sortants de chaque unité spatiale. Ici, seront particulièrement mis en évidence les espaces sous influence métropolitaine en matière d’emplois.

Figure 3 : Niveaux hiérarchiques des centres urbains 1982, 1990, 1999

Figure 3 : Niveaux hiérarchiques des centres urbains 1982, 1990, 1999

18Une attention particulière sera accordée à la portée spatiale de l’aire de domination de chaque centre. En effet, le redéploiement périphérique des ménages est allé beaucoup plus loin (en volume comme en portée spatiale) par rapport à celui des emplois, et les communes-centres demeurent des pôles d’emploi particulièrement polarisants (Wiel, 1999).

  • 2 Effectivement, une partie des résultats des recensements de 1982 et 1990 sont dépouillés au quart, (...)

19En ce qui concerne les seuils, ici, une relation est considérée comme significativement dominante seulement si elle dépasse 5 navetteurs2. Le seuil relatif, quant à lui, correspond à 2 % de la population totale de la commune émettrice.

La cartographie des flux dominants de navetteurs 

20Les flux dominants significatifs définis par les migrations alternantes intercommunales en région Paca révèlent plusieurs réseaux urbains hiérarchisés, forts différents en termes de taille, d’étendue spatiale et de complexité réticulaire (Figure 3).

21La hiérarchie urbaine à l’intérieur de ces réseaux a été définie par le biais de la logique des subalternes (Fusco, 2009). Selon cette approche, le dernier niveau hiérarchique est celui des unités spatiales qui n’en dominent aucune autre. Le niveau supérieur est constitué par celles qui dominent les unités de dernier niveau, et ainsi de suite, jusqu’à atteindre les centres dominants. On peut alors différencier le niveau hiérarchique des centres dominants, car le niveau dépend de la complexité de l’arborescence qui est subordonnée à chaque centre (il existe des centres dominants de premier, de second, de troisième niveau, etc.).

22Appliquée aux réseaux urbains définis par les flux dominants des navetteurs, la logique des subalternes aboutit à la mise en évidence des principaux pôles métropolitains (Marseille, Nice, mais également Avignon, Toulon, Cannes, Monaco), capables de dominer de vastes sous-espaces. Seuls les réseaux autour de Gap, Briançon et Draguignan ont une profondeur comparable à celle des réseaux produits par ces pôles métropolitains. En même temps, une différenciation est opérée parmi les pôles métropolitains : seule Marseille est un centre dominant de niveau 1 ; Nice, Avignon, Toulon, Cannes et Monaco constituant des centres de niveau 2 ou 3. La profondeur réticulaire du bassin marseillais est tout particulièrement renforcée par la présence du centre-relais de niveau 2 d’Aix-en-Provence. La logique des subalternes permet ainsi de cerner le rôle des centralités relais (telles que Aix, Antibes, Grasse ainsi que Carpentras et Cavaillon à partir de 1999) structurant d’importants sous-espaces à la faveur des centres métropolitains dominants.

Le changement d’échelle : la structuration du territoire régional par des réseaux hiérarchisés de bassins de domination

23L’application réitérée de l’analyse des flux dominants (phases 4 et 5 du schéma dans la Figure 2) permet d’identifier les aires métropolitaines de la région Paca (Figure 4), en tant que « confédérations hiérarchisées » de réseaux communaux.

24Comme précédemment, à partir des flux dominants des réseaux peuvent être mis en évidence, non plus des réseaux de communes mais des réseaux d’agrégats de communes. On considère qu’ils constituent de véritables bassins métropolitains s’ils rassemblent un minimum de 300 000 habitants répartis dans au moins deux agrégats. Le choix des seuils résulte d’une expertise territoriale et méthodologique qui a conduit à déterminer des valeurs capables d’appréhender l’évidence empirique du territoire régional de Paca. Ce filtre fait apparaître au total quatre réseaux métropolitains : dès 1982 ce sont ceux de Marseille-Aix et de Nice, puis à partir de 1990 les réseaux métropolitains d’Avignon et Toulon s’y ajoutent.

25D’un point de vue diachronique, le resserrement des flux dominants observé précédemment à l’échelle des communes s’observe également à l’échelle des relations métropolitaines. Autour de Marseille, les flux dominants métropolitains se consolident avec le temps, ils s’agrègent pour faire apparaître de façon de plus en plus nette l’organisation multi-réticulaire de l’ouest de la région Paca constituée du réseau urbain marseillais et des petits réseaux urbains qui l’entourent. L’extension de la polarisation du réseau marseillais se fait préférentiellement sur un axe est-ouest. Arles se rattache ainsi progressivement à Martigues qui à son tour se rattache à Marseille dès 1990. De la même manière à l’est, Brignoles tombe dès 1990 dans la dépendance de la métropole marseillaise. Tout en étendant sa zone d’influence, l’évolution de la structuration urbaine marseillaise est marquée par sa multi-polarité hiérarchisée.

26Du côté du réseau métropolitain azuréen, une organisation bipolaire émerge avec deux sous-réseaux majeurs : celui de Nice qui, en 1999, est un réseau de niveau 1 tout comme le réseau marseillais, et celui de Cannes-Grasse qui, en 1999, est un réseau de niveau 3. L’intérieur du territoire azuréen est beaucoup moins structuré. La contrainte du relief et, surtout, un fonctionnement territorial très focalisé sur le littoral sont responsables de cette situation : les communes de l’arrière-pays azuréen ont déjà été intégrées au réseau urbain niçois et aucun agrégat de communes d’une certaine importance n’émerge pour relayer à l’intérieur des terres les réseaux de Nice, Cannes et Monaco. Avec le temps on constate que le réseau métropolitain azuréen s’articule de plus en plus autour de cet axe littoral qui absorbe toute autre forme de structuration métropolitaine. On voit néanmoins émerger à l’ouest de cette métropole un sous-réseau plus ou moins hiérarchisé entre Cannes, Grasse et plus récemment Fayence qui tombe dans la dépendance azuréenne dès 1990. La métropole azuréenne s’exporte ainsi vers l’ouest, toujours sur un axe littoral, pour atteindre l’est du département du Var.

Figure 4 : Les flux dominants et les niveaux hiérarchiques à l’échelle des agrégats en 1982, 1990, 1999

Figure 4 : Les flux dominants et les niveaux hiérarchiques à l’échelle des agrégats en 1982, 1990, 1999

27Le réseau de Monaco reste indépendant malgré sa proximité au réseau de Nice. Cela s’explique par les particularités locales liées à sa situation transfrontalière. Les différentiels fiscaux favorables à l’implantation d’entreprises et les contraintes du foncier ont en effet une double conséquence sur le fonctionnement du centre monégasque : la relative indépendance des actifs de la Principauté par rapport à l’offre d’emploi niçoise et la gravitation sur Monaco de nombreuses communes de la Riviera (Fusco et Scarella, 2007).

28Le réseau urbain toulonnais s’étend également par absorption des réseaux à proximité et devient à partir de 1990 un réseau métropolitain à part entière, même si son emprise spatiale stagne comparativement à celle des autres réseaux métropolitains.

29À l’ouest, dans le Vaucluse le réseau métropolitain avignonnais passe du premier niveau au troisième niveau de la hiérarchie territoriale entre 1982 et 1999, conséquence d’une simplification progressive de la « confédération hiérarchisée » d’agrégats communaux. Le réseau métropolitain avignonnais suit la même logique que le réseau marseillais : il se développe de plus en plus en interaction avec les réseaux qui l’entourent, tout en absorbant les réseaux qui lui sont très proches (Carpentras, Cavaillon). C’est par cette dynamique que le réseau avignonnais s’étend, notamment vers le sud et vers l’est.

30Dans la partie alpine et périalpine de la région, on assiste à un renforcement de quelques pôles secondaires tels que Briançon, Sisteron et Digne. Contrairement à l’espace marseillais ou avignonnais, cet espace alpin n’est pas réellement structuré par un polycentrisme hiérarchisé mais par une multipolarité naissante entre réseaux d’agrégats indépendants.

Les flux dominants des mobilités quotidiennes : une vision d’ensemble

31Les flux dominants des mobilités quotidiennes mettent en évidence la diversité des structurations territoriales observables en région Paca avec une forte opposition ouest/est en matière de complexité hiérarchique des réseaux territoriaux (Figure 5).

Figure 5 : La structuration territoriale engendrée par les flux dominants des navettes domicile-travail

Figure 5 : La structuration territoriale engendrée par les flux dominants des navettes domicile-travail

32Le réseau marseillais particulièrement structuré (grâce aux pôles relais hiérarchisés) s’oppose au réseau niçois qui souffre d’une structuration faible et d’une prégnance de l’axe littoral. À l’échelle des réseaux métropolitains, seuls ces deux derniers sont présents dès 1982 mais sont complétés dès 1990 par ceux d’Avignon (émergeant par absorption des réseaux proches) et de Toulon (limité dans son extension par ceux de Nice et Marseille). L’espace alpin, où aucun réseau métropolitain n’émerge, ressemble davantage à ce qui se passe à l’ouest, avec une structuration naissante autour de Gap. Dans un futur proche, les réseaux urbains ayant la capacité d’absorber d’autres réseaux auraient des potentiels considérables en matière de renforcement de la structuration hiérarchique et de déploiement d’un réseau métropolitain. Gap pourrait ainsi renforcer, à la fois, la structuration interne de l’espace alpin et l’équilibre littoral/intérieur de l’ensemble de la région. Inversement, si les plus grandes structures métropolitaines se renforcent, l’extension du réseau marseillais pourrait, à terme, phagocyter celui de Toulon, voire ceux des Alpes et du Vaucluse (hésitant entre un rattachement à Marseille et l’extension de son propre réseau vers Nîmes). De même, le réseau niçois continuerait à s’étendre vers l’Est-Var sans pour autant renforcer sa structuration hiérarchique. Les analyses successives permettront de préciser ces scénarios.

Analyse des flux complémentaires : à la recherche des différents schémas de mobilité quotidienne

  • 3 Dans les analyses qui suivent, la significativité des flux complémentaires sera déterminée, sauf in (...)

33Les flux dominants ont révélé les grandes formes d’organisation territoriale de la région Paca. Ces morphologies peuvent être confortées ou nuancées par l’apport des flux issus de notre typologie (Figure 1) appelés flux complémentaires, mettant ainsi en exergue des spécificités locales et des situations émergentes3.

34En premier lieu, l’ensemble des flux hiérarchiques a été cartographié (Figure 6) et révèle des structures réticulaires proches de celles des flux dominants. Cependant, en termes de diachronie, la baisse tendancielle observée pour les flux hiérarchiques est plus faible que celle observée pour les seuls flux dominants (les baisses enregistrées entre 1982 et 1990 sont, respectivement, de 4,7 % et de 1,2 %). Les flux hiérarchiques non dominants permettent d’appréhender les différentes facettes de la domination territoriale des principaux pôles urbains (couplage d’une domination directe et d’une domination indirecte par le biais d’un pôle relais, coexistence de relations anti-hiérarchiques vers les centres dominés, etc.). Une attention particulière est portée ici aux flux hiérarchiques secondaires non dominants et aux hiérarchiques inférieurs (anti-hiérarchiques). Les flux hiérarchiques non dominants s’accentuent dans le temps et confortent la profondeur territoriale des principaux réseaux. Ils sont donc plus nombreux autour de Marseille ou Avignon qu’autour de Nice (toujours concentrés sur le littoral). D’autre part, les flux anti-hiérarchiques révèlent des particularités locales telles que le fonctionnement des binômes urbains comme Fréjus et Saint-Raphaël (continuité touristique), Antibes et Valbonne (technopole de Sophia-Antipolis), ou encore entre Martigues et Fos-sur-Mer (zone industrialo-portuaire). D’un point de vue économique, ces villes sont de même niveau, elles sont donc complémentaires, produisant des flux anti-hiérarchiques aussi importants, selon un schéma de type dyadique (Anderson et al., 1994).

Figure 6 : Poids et cartographie différenciée des flux hiérarchiques pour les mobilités quotidiennes de 1999

Figure 6 : Poids et cartographie différenciée des flux hiérarchiques pour les mobilités quotidiennes de 1999

35Les flux para-hiérarchiques (Figure 7) confirment la complexification croissante des réseaux urbains (en matière de remise en discussion de leur organisation hiérarchique) puisqu’ils sont en nette augmentation depuis 1982. Ils confirment aussi l’importance des pôles relais tout en dégageant le dynamisme de certains sous-espaces qui accueillent de petits centres secondaires. Les flux para-hiérarchiques équivalents se concentrent autour des principaux satellites des pôles régionaux : Aubagne et ses voisines autour de Marseille, La Seyne et La Valette-du-Var autour de Toulon, les villes des vallées du Var et des Paillons autour de Nice ainsi que quelques villes dans l’axe Cannes-Grasse plus à l’ouest, et enfin, quelques communes de la périphérie avignonnaise. Il s’agit d’axes au fort dynamisme économique et démographique, caractérisés par la présence de plusieurs centres hiérarchiquement équivalents donnant souvent lieu à des fonctionnements de type « district » industriel ou artisanal. Ici, la dépendance commune à une grande centralité métropolitaine se somme à des fonctionnements caractéristiques d’un réseau équipotentiel (Rabino et Occelli, 1997). Les flux para-hiérarchiques supérieurs s’observent plutôt autour des grands pôles relais (Aix, Pertuis ; Antibes, Grasse ; Hyères ; Carpentras, Cavaillon) des principaux centres régionaux et confirment l’importance de leur rôle dans le fonctionnement des réseaux urbains.

Figure 7 : L’importance des différents pôles relais à la lecture des flux para-hiérarchiques en 1999

Figure 7 : L’importance des différents pôles relais à la lecture des flux para-hiérarchiques en 1999

36Les flux inter-hiérarchiques permettent aussi de mettre en évidence des sous-espaces à enjeux dans l’extension future de ces réseaux. Effectivement, ils sont particulièrement nombreux dans les espaces de transition (Figure 8) situés entre deux réseaux urbains, comme dans le nord du département du Var, ou dans les espaces de comblement métropolitain déjà mis en évidence. Ces flux ont tendance à diminuer entre 1982 et 1999, toutefois ils concernent de plus en plus de communes. Ils sont particulièrement intéressants en matière de réflexion prospective puisqu’ils permettent de repérer les espaces « disputés » par différents réseaux urbains et constituant ainsi d’importants potentiels de développement. Plus spécifiquement, les flux inter-hiérarchiques supérieurs, sont un bon indicateur du pouvoir d’influence des principaux pôles urbains et métropolitains, au-delà de leurs bassins de domination. Ils sont ainsi particulièrement importants autour du réseau marseillais. Dans l’ensemble, leur structure a tendance à se simplifier au cours du temps, sauf pour quelques réseaux urbains qui voient leurs échanges se renforcer : entre Marseille, Salon et Martigues, ou encore entre Arles, Tarascon et Saint-Martin-de-Crau ; plus à l’est entre Nice et Monaco. Plus généralement, en matière de cohérence régionale, une forte dichotomie apparaît entre l’ouest, dont les réseaux urbains sont davantage inter-connectés, et l’est, où le réseau urbain niçois apparaît presque « enclavé », ce qui confirme les différences de structuration entre ces deux sous-espaces.

Figure 8 : Une forte dichotomie entre l’ouest et l’est révélée par les flux inter-hiérarchiques en 1999

Figure 8 : Une forte dichotomie entre l’ouest et l’est révélée par les flux inter-hiérarchiques en 1999

Structuration territoriale produite par les mobilités quotidiennes : complémentarité des lectures par les différents types de flux

37Les matrices des flux de mobilité quotidienne domicile-travail sont des bases de données riches et doivent être filtrées pour être compréhensibles. Le protocole présenté ici « décortique » l’information de manière ordonnée. Les différents traitements proposés confrontent différentes lectures des dynamiques territoriales révélées par ces flux. Premièrement, les flux dominants mettent en évidence les principales structures régionales et les différences considérables, de structuration interne et de portée spatiale, entre l’ouest de la région et la partie orientale, brièvement rappelées dans le tableau ci-dessous (Tableau 2). Puis, ces structures sont confortées, précisées voire nuancées par celles induites par les flux complémentaires. Ont ainsi été mis en évidence des dynamiques locales autour des principales vallées de la région, des fonctionnements particuliers de villes en binôme ou encore des espaces à enjeux constituant des potentiels de développement pour les principaux réseaux régionaux. L’information ainsi produite est organisée et hiérarchisée.

Tableau 2 : Synthèse des principaux apports de l’analyse différenciée des flux de navetteurs en PACA

Réseaux

Analyse par les flux dominants

Analyse différenciée par type de flux

Marseillais

Multipolarité hiérarchisée et multi-scalaire

Accroissement des relations para-hiérarchiques qui complexifient la structure du réseau

Renforcement des relations inter-hiérarchiques qui confirment la multipolarité aux deux échelles d’organisation territoriale

Avignonnais

Renforcement de sa polarisation

Forte extension de sa polarisation qui se maintient grâce à de multiples relations para-hiérarchiques notamment avec Carpentras et Cavaillon

Alpins (plusieurs réseaux)

Polycentrisme mais sans dépendances des pôles les uns des autres

Renforcement et simplification des relations inter-hiérarchiques en faveur des quatre principaux pôles alpins : Gap, Digne, Briançon et Sisteron

Toulonnais

Stagnation de l’avancée de sa polarisation

Renforcement important de la cohérence de sa structure hiérarchique interne au détriment de ses relations avec les métropoles marseillaise et azuréenne

Niçois

Forte monopolarité nuancée seulement par l’existence de deux réseaux indépendants (Cannes, Monaco)

Relations para-hiérarchiques et inter-hiérarchiques limitées à la bande littorale, aucune complexification des relations vers l’intérieur des terres.

38L’ensemble de ces considérations révèle la grande diversité des structures hiérarchiques définies par les navettes domicile-travail. Les structures produites par les mobilités résidentielles sont-elles cohérentes avec celles des navettes ?

La structuration territoriale produite par les mobilités résidentielles 

39La plupart des études portant sur les migrations résidentielles ont révélé, outre l’accentuation croissante des mobilités centrifuges (Sencébé et Lepicier, 2007), l’importance des interactions entre la mobilité résidentielle et les mouvements pendulaires (Pochet et Routhier, 2002). Ainsi, dans l’analyse des mobilités résidentielles qui suit, une attention particulière sera portée aux comparaisons avec les structures spatiales produites par les flux de navetteurs, notamment en termes de portée spatiale des principaux pôles régionaux et d’importance des différents types de flux dans l’organisation territoriale. La mobilité résidentielle répond à des besoins liés aux cycles de vie : agrandissement du ménage, ascension sociale, volonté d’accession à la propriété, départ en retraite accompagné d’aspirations vers des modes de vie moins (ou plus) urbains, etc. Répondre à ces besoins se fait sur des espaces d’ampleur différente de celle de la navette domicile-travail. Face à cette distinction, la polarisation des centres régionaux révélée par la mobilité résidentielle sera comparée à celle de la navette, tout en vérifiant l’existence de centres jouant un rôle de relais.

Les flux dominants : une polarisation métropolitaine de dimension supérieure ?

40À la différence des navettes domicile-travail, les relations de domination des migrations résidentielles sont recherchées parmi les flux absorbés par chaque unité spatiale. Au sein du processus de métropolisation, les centres urbains dominent en effet de vastes bassins résidentiels en les colonisant par des flux de nouveaux résidents. Il s’agit d’un renversement de tendance par rapport au processus d’urbanisation achevé au cours des Trente Glorieuses, où la domination urbaine sur la campagne était encore marquée par l’absorption des flux migratoires vers la ville.

Une simplification des schémas résidentiels au profit des logiques de domination régionales

41La cartographie des flux dominants des migrations résidentielles absorbées par les communes de Paca confirme dans l’ensemble les mêmes structures spatiales que celles produites par les navettes malgré quelques variantes (Figure 9). Effectivement, celui de Marseille demeure le principal réseau urbain de la région. Néanmoins, la portée spatiale du bassin résidentiel est nettement supérieure à celle du bassin de domination des navettes, Marseille arrivant ainsi à polariser, directement ou indirectement, une bonne partie de l’espace alpin, même très éloigné. L’ampleur de ce réseau s’appuie, tout comme pour la navette, sur une structuration interne relativement articulée autour d’un premier pôle relais, Aix-en-Provence, et un second pôle relais plus en périphérie, Manosque, faisant de Marseille le seul centre dominant de premier niveau dans l’espace régional. Cette étendue est toutefois limitée à l’ouest par la présence de plusieurs petits bassins résidentiels comme ceux de Carpentras, Cavaillon, Avignon ou Arles, dont la portée spatiale est quasi équivalente à celle produite par les mobilités quotidiennes. Elle est également limitée au nord par la présence de petits bassins résidentiels indépendants.

Figure 9 : Niveaux hiérarchiques des centres urbains définis par les mobilités résidentielles entre 1975 et 1999

Figure 9 : Niveaux hiérarchiques des centres urbains définis par les mobilités résidentielles entre 1975 et 1999
  • 4 Les données de migrations résidentielles n’étant pas disponibles pour la principauté monégasque, Mo (...)

42Dans la partie orientale de la région, même constat que pour la navette, la profondeur réticulaire (en termes de nombre de niveaux hiérarchiques) du bassin de domination azuréen est très limitée et renvoie une nouvelle fois à la faiblesse de sa structuration. Sa poussée, principalement concentrée sur le littoral, connaît toutefois une nouvelle direction d’extension vers le nord sans pour autant proposer de pôles relais périphériques. Comme pour la navette, une structure polycentrique émerge grâce au déploiement de deux bassins indépendants à l’ouest de Nice, autour de l’axe Cannes-Grasse, et à l’est, autour de Menton4. Toulon développe son propre bassin résidentiel, certes bien moins étendu que ceux de Marseille ou Nice, mais en tout cas plus structuré que ce dernier. Dans l’ensemble, les structures observées sont les mêmes que pour la navette, mis à part deux éléments majeurs : la portée spatiale des bassins de domination marseillais et, dans une moindre mesure, niçois, ainsi que la considérable simplification des schémas de mobilités résidentielles entre 1982 et 1999, du fait de la diminution des flux dominants en provenance de Paris et du reste de la France.

Le changement d’échelle : deux stades d’évolution

43Le passage au niveau des agrégats confirme l’arrêt de la domination parisienne au profit de logiques plus régionales (Figure 10). Le réseau métropolitain azuréen n’existe pas encore en 1982 puisque le littoral azuréen, constitué de quatre agrégats principaux - Menton, Nice, Antibes et Fréjus Saint-Raphaël - est dominé par un agrégat, Cannes, lui-même dominé par Paris. Cela signifie que jusqu’en 1982, la logique résidentielle qui s’imposait sur la Côte d’Azur était celle de l’accueil des actifs et retraités, surtout, du bassin parisien et d’éventuels reports de population en provenance de Cannes. C’est durant la seconde période intercensitaire que la domination parisienne sur la Côte d’Azur disparaît laissant place au réseau métropolitain azuréen dominé par l’agrégat niçois et englobant ceux de Cannes-Grasse, Menton et Fréjus Saint-Raphaël. Ce même réseau métropolitain évolue positivement entre 1990 et 1999 puisque le réseau autour de Draguignan est arraché à la domination marseillaise pour s’y intégrer, élément qui n’était pas visible au seul niveau des réseaux de communes. Seule Saint-Tropez demeure dominée par Paris durant cette période.

44Face aux bouleversements se produisant à l’est, à l’ouest le réseau métropolitain marseillais se caractérise par une plus grande stabilité temporelle mais aussi spatiale malgré des extensions vers l’arrière-pays alpin, en suivant l’axe de la Durance. Le changement d’échelle est ici très révélateur de l’invariance de la structuration polycentrique et hiérarchisée de la métropole marseillaise qui s’articule ainsi autour d’une multitude de réseaux résidentiels indépendants au premier niveau de l’analyse, tels que ceux de Salon-de-Provence, Avignon, Carpentras, Gap, Toulon. Par l’intermédiaire des réseaux de Briançon et Gap, la métropole marseillaise parvient à dominer la quasi-totalité du territoire alpin.

45Cette connaissance des structures majeures et de leur évolution dans le temps permet de formuler des hypothèses en matière de réflexion prospective. La relative stabilité du réseau métropolitain marseillais renforcée par une structuration polycentrique, hiérarchisée et multiscalaire (invariante aux deux échelles d’analyse) devrait beaucoup moins évoluer à l’avenir que le réseau métropolitain azuréen, émergent et en phase de structuration.

Figure 10 : Les flux dominants et les niveaux hiérarchiques à l’échelle des agrégats pour les mobilités résidentielles entre 1975 et 1999

Figure 10 : Les flux dominants et les niveaux hiérarchiques à l’échelle des agrégats pour les mobilités résidentielles entre 1975 et 1999

Les flux dominants des migrations résidentielles : une vision d’ensemble

46Les flux dominants des mobilités résidentielles révèlent de fortes différences en matière de portée spatiale des bassins résidentiels (Figure 11). Marseille et Nice se distinguent toujours : la première occupant une grande partie de la région et ayant atteint une certaine stabilité grâce à une organisation polycentrique et hiérarchisée ; la seconde ayant émergé entre 1982 et 1990 et en voix de structuration pour dominer le secteur oriental de la région. La portée spatiale de ces bassins résidentiels est en liaison directe avec le développement de fonctions métropolitaines dans leurs centres. Marseille, Nice et Aix attirent les jeunes en formation ou en début de carrière et, en même temps, certains ménages ou retraités quittent ces centres pour s’installer dans les vastes espaces périphériques (Fusco et Scarella, 2011).

47En revanche, les bassins résidentiels observables tout autour de ces deux grandes métropoles et dans la partie alpine de la région sont de moindre portée spatiale, leur dimension est comparable à celle des réseaux urbains formés par la mobilité quotidienne. Cela s’explique par une attractivité moindre pour les jeunes et pour les activités métropolitaines, produisant des pressions centrifuges moindres sur les ménages avec enfants et les retraités.

Figure 11 : Les structures territoriales engendrées par les flux dominants des mobilités résidentielles

Figure 11 : Les structures territoriales engendrées par les flux dominants des mobilités résidentielles

Des flux complémentaires des mobilités résidentielles révélateurs de recompositions territoriales plus rapides

48Comme pour les mobilités quotidiennes, l’analyse des flux non dominants permet de faire apparaître des phénomènes secondaires, voire émergents, dans l’organisation des mobilités résidentielles. Cela est d’autant plus important dans la mesure où les structures liées aux mobilités résidentielles sont en évolution plus rapide que celles de la navette domicile-travail.

49Les flux hiérarchiques, surtout les flux dominants, diminuent considérablement sur les trois périodes intercensitaires, et de manière plus marquée au cours de la seconde période (1982-1990). En effet, auparavant les flux hiérarchiques semblaient être particulièrement structurants dans tout le territoire alpin. La structuration hiérarchique du territoire marseillais imposée par les flux dominants est confortée par la présence des flux hiérarchiques non dominants, qui viennent consolider le réseau et étendre la portée spatiale de l’influence directe marseillaise (Figure 12). Autour de Nice, les flux hiérarchiques non dominants sont moins nombreux, confirmant une organisation hiérarchique plus simple.

50Malgré une simplification considérable de la provenance des flux hiérarchiques au profit des centres métropolitains, les mobilités résidentielles sont marquées par de nombreux flux échangés avec le reste de la France, hors Paca, rendant moins lisibles les relations inter-urbaines régionales et augmentant l’intérêt de l’analyse des autres types de flux.

Figure 12 : Des flux hiérarchiques non dominants particulièrement présents dans le bassin résidentiel marseillais

Figure 12 : Des flux hiérarchiques non dominants particulièrement présents dans le bassin résidentiel marseillais

Figure 13 : L’importance des pôles relais révélée par les flux para-hiérarchiques

Figure 13 : L’importance des pôles relais révélée par les flux para-hiérarchiques

51Les flux para-hiérarchiques produits par les mobilités résidentielles se distinguent en quantité, par rapport à ceux de la navette, mais aussi par le fait qu’ils concernent un très grand nombre de communes du territoire régional (Figure 13). Leurs poids est ainsi en augmentation constante, plus particulièrement dans l’espace alpin, mais demeure globalement plus important au sein du réseau métropolitain marseillais qu’au sein du réseau niçois. Ce sont surtout les flux para-hiérarchiques supérieurs qui augmentent ; ils structurent de plus petits bassins résidentiels, notamment autour des pôles relais, comme ceux d’Aix-en-Provence et d’Aubagne ou encore ceux de Hyères, Antibes et Cannes. L’importance de ces flux révèle le rôle des centres urbains intermédiaires dans l’organisation des bassins résidentiels et indique que des organisations polycentriques moins hiérarchisées émergent pour les mobilités résidentielles plus que pour les navettes.

Figure 14 : Les flux inter-hiérarchiques : relations avec la capitale et connexions entre sous-ensembles régionaux

Figure 14 : Les flux inter-hiérarchiques : relations avec la capitale et connexions entre sous-ensembles régionaux

52Les flux inter-hiérarchiques, quant à eux, révèlent à peu près les mêmes structures que celles relevées pour les navettes, ils touchent préférentiellement les espaces de transition dont on a déjà parlé (Figure 14). En ce qui concerne la localisation de ces flux, une précision s’impose : ne sont cartographiés que les flux supérieurs à 50 individus et à 1 % des flux entrant pour chaque commune. L’élément le plus frappant est la prépondérance des relations entre les villes côtières de la région Paca et la métropole parisienne. Même si ces flux baissent considérablement au cours du temps, l’attractivité environnementale des communes côtières de la région Paca pour les populations parisiennes se maintient. Outre ces flux, les relations inter-hiérarchiques de « proximité », c’est-à-dire concernant des réseaux qui sont voisins, augmentent. On le voit bien entre Marseille, Salon-de-Provence et Toulon mais aussi entre Nice, Antibes, Cannes et même Draguignan. Les relations entre Marseille et Gap se renforcent également ce qui est un moyen pour Marseille d’étendre son aire d’influence à l’espace alpin du nord de la région. Les relations du bassin niçois avec les autres bassins de la région sont très limitées accentuant toujours plus les contrastes entre l’extrémité orientale de la région et le reste du territoire.

53Les schémas des migrations résidentielles se simplifient au profit des relations intra-métropolitaines, ce qui renforce l’émergence et l’autonomie interne des bassins résidentiels des métropoles naissantes (telles que la métropole azuréenne) ou déjà affirmées (comme celle de Marseille).

54Dans le cas des migrations résidentielles, beaucoup de relations inter-hiérarchiques sont classifiées comme « autre » du fait qu’elles concernent des flux provenant de communes françaises voire étrangères qui n’exercent pas une domination directe sur le territoire de Paca. Le poids de ces flux diminue au cours du temps dans l’ensemble de la région mais demeure particulièrement important dans les principaux pôles urbains régionaux tels que Marseille, Cannes, Nice (relations avec la Corse) et Avignon mais aussi Arles (proximité à l’espace languedocien).

55Au regard de l’intérêt de la cartographie des « contre-flux » notamment hiérarchiques, il a été décidé de proposer un nouveau filtre des mobilités résidentielles afin de mettre en évidence davantage de flux anti-hiérarchiques (Figure 15). Les flux anti-hiérarchiques échangés avec Paris doivent être nuancés puisque l’assignation de son niveau hiérarchique ne relève que de ses relations avec Paca. Pour le reste, on voit apparaître de nombreux flux anti-hiérarchiques autour de Marseille et de Nice et dans une moindre mesure Toulon, Gap et Avignon. Ces relations mettent bien en évidence la permanence de l’attrait résidentiel des principaux centres urbains envers les communes périphériques, allant dans le sens contraire de la périurbanisation métropolitaine (migrations vers les centres urbains liées à la recherche d’un premier emploi, à la poursuite d’études supérieures, etc.). De petits binômes résidentiels peuvent également être révélés : entre Menton et Roquebrune-Cap-Martin (dans l’est des Alpes-Maritimes), entre Fréjus et Saint-Raphaël (dans l’est Var), entre Bandol et Saint-Cyr-sur-Mer (dans le Var) et entre Martigues et Port-de-Bouc (dans les Bouches-du-Rhône).

56Que ce soit pour la navette domicile-travail ou les mobilités résidentielles, la représentation des flux anti-hiérarchiques fait apparaître très facilement des fonctionnements complémentaires de binômes, et de façon plus générale, en relâchant les seuils de significativité, met en évidence la dialectique entre périurbanisation résidentielle et attractivité des pôles métropolitains dans le cadre du processus de métropolisation.

Figure 15 : Les flux anti-hiérarchiques : persistance du pouvoir d’attraction des villes et spécificités locales

Figure 15 : Les flux anti-hiérarchiques : persistance du pouvoir d’attraction des villes et spécificités locales

Une vision d’ensemble des structures résidentielles induites par les différents types de flux

57La confrontation constante de ces analyses portant sur les mobilités résidentielles avec celles menées pour la navette domicile-travail permet de dégager ce qui est propre aux deux fonctionnements métropolitains : celui du quotidien et celui lié à des besoins qui se font sur le long terme (habitat, études, carrière, cycle de vie du ménage). De ces comparaisons ressortent deux constatations majeures.

Tableau 3 : Synthèse des principaux apports de l’analyse différenciée des flux résidentiels

Réseaux

Analyse par les flux dominants

Analyse différenciée par type de flux

Marseillais

Grande portée spatiale de l’aire d’influence métropolitaine et grande stabilité de sa structuration interne.

Structuration réticulaire particulièrement complexe : polycentrisme hiérarchisé (flux dominants et relations para-hiérarchiques transversales).

Avignonnais

Une dynamique de simplification de la structuration interne du bassin résidentiel.

Faiblesse des flux para et inter-hiérarchiques qui confirme la simplification de la structure interne du bassin résidentiel.

Alpins (plusieurs réseaux)

Bassins résidentiels correspondant aux aires d’influence des fonctionnements quotidiens.

Renforcement des relations avec la métropole marseillaise qui limite les potentialités d’extension des bassins résidentiels indépendants.

Toulonnais

Structuration métropolitaine émergente des dynamiques résidentielles.

Dynamique d’extension du bassin résidentiel vers le nord-est, limitée à l’ouest par ses relations avec la métropole marseillaise.

Niçois

Face à la baisse de la domination parisienne, de nouvelles dynamiques résidentielles, plus locales, se mettent en place pour faire émerger un réseau métropolitain.

Baisse considérable des flux inter-hiérarchiques qui confirme une simplification des schémas de mobilité résidentielle. Diminution de la domination parisienne au profit de l’émergence d’une dynamique locale. Faiblesse des liens non-dominants.

58D’une part, les structures produites par les mobilités résidentielles sont beaucoup moins stables que celles liées au fonctionnement quotidien de la métropole. D’autre part, la dimension des bassins résidentiels est très variable mais ne dépasse l’aire d’influence des centres urbains produite par les mobilités quotidiennes que dans le cas marseillais, et dans une moindre mesure dans le cas niçois. Les autres bassins résidentiels ont une dimension quasi-équivalente à celles des réseaux urbains produits par les navettes domicile-travail. L’hypothèse selon laquelle les relations observées dans les dynamiques résidentielles puissent dans une certaine mesure préfigurer l’évolution des relations quotidiennes nous semble également plausible. La domination de Cannes sur Grasse ou celle de Marseille sur la moyenne vallée de la Durance ont été observées d’abord à travers les flux de mobilité résidentielle avant de se reproduire sur les flux de mobilité quotidienne.

59La domination du réseau marseillais sur les dynamiques résidentielles de la presque totalité du territoire régional laisse ainsi présager une graduelle résorption des réseaux métropolitains régionaux naissants de Toulon et d’Avignon définis par les navettes domicile-travail.

60Le réseau métropolitain azuréen, affranchi au cours du temps d’une domination résidentielle parisienne, ne s’intégrerait pas forcement à cette dynamique marseillaise mais s’étendrait de façon autonome vers l’Est-Var, pouvant même soustraire à l’aire d’influence marseillaise une partie du centre-Var.

61Finalement, des bassins d’emploi de mieux en mieux structurés émergent dans l’espace alpin, autour de Digne, Sisteron, Briançon et surtout Gap. Cependant, leur dépendance croissante au réseau marseillais en ce qui concerne les dynamiques résidentielles, ne rend pas plausible l’hypothèse de l’émergence d’un réseau métropolitain régional indépendant autour de Gap.

Conclusions

62Les recompositions territoriales caractérisant la dynamique métropolitaine sont multiples et il est certain que ce travail ne propose que la lecture d’une des facettes de ce vaste et complexe processus. En plus des enjeux purement territoriaux, la métropolisation soulève bien des problèmes de méthodologie. Vincent Kaufmann met en évidence, à propos de la mobilité replacée dans son contexte actuel, la « faiblesse de l’appareil conceptuel » (2007, p. 173) mis à la disposition des spécialistes. Le manque d’outils adaptés pour l’appréhension des bouleversements actuels freine énormément la recherche et cantonne souvent les diagnostics territoriaux à la mise en évidence des faiblesses et forces tendancielles des espaces. Dans ce contexte, ce travail est une proposition de discours sur la métropolisation, qui prend appui sur des acquis parfaitement conceptualisés (tels que la théorie des flux dominants) que nous avons tenté d’enrichir. La prise de recul sur ces concepts et leur adaptation au champ d’étude qui est celui de la région Paca nous a conduits à proposer des nuances aux méthodes déjà implémentées et surtout de construire notre discours sur la métropolisation autour d’un vaste champ sémantique que nous avons créé ou réadapté. Les mots constituant la sémantique de ce discours sont les communes en tant qu’unités spatiales de base, les centres dominants et dominés, les agrégats de communes, les réseaux urbains et métropolitains, etc. La syntaxe de ce discours est faite de flux de navetteurs et de migrants, de relations dominantes, de flux hiérarchiques, para-hiérarchiques et inter-hiérarchiques, d’emboîtement d’échelles, etc.

63Ce champ sémantique et cette syntaxe, axés sur une vision « réticulaire » des phénomènes métropolitains, pourraient constituer une première étape qui viendrait remplir la « boîte à outils presque vide » (ibid., p. 173) des chercheurs travaillant sur la mobilité en contexte métropolitain.

64Les perspectives méthodologiques ouvertes par ce travail sont multiples, notamment en ce qui concerne le couplage de l’approche des flux dominants avec les plus récents protocoles d’analyse des réseaux complexes (Fusco et Caglioni, 2011). Il semble en revanche acquis que la prise en compte des seuls flux dominants entre communes, point de passage obligé pour l’extraction des réseaux régionaux, n’est pas suffisante pour appréhender les recompositions territoriales induites par la métropolisation. L’application de la méthode à des échelles emboîtées et la prise en compte des flux autres que dominants apportent des contributions précieuses à l’analyse. La prise en compte d’une dimension diachronique et la comparaison entre plusieurs types d’interaction spatiale, renvoyant à des logiques différentes de mise en réseau, nous semblent également essentielles dans la compréhension du processus de métropolisation.

65En ce qui concerne la connaissance territoriale produite, nos analyses mettent en évidence la diversité des situations au sein de la région Paca. Plusieurs facteurs de différenciation peuvent être soulevés :

  • D’abord, la complexité morphologique, différenciant les deux principaux réseaux métropolitains régionaux. Le réseau marseillais présente ainsi un polycentrisme hiérarchisé et multiscalaire, pouvant compter dès le début de la période analysée sur des relais de centralité en plusieurs directions. Plus simple, le réseau azuréen est davantage marqué par la mono-centralité niçoise, dominant directement un vaste arrière-pays. Il retrouve une certaine complexité réticulaire seulement sur la bande littorale, grâce aux centres de Cannes et Monaco. Le fait marquant des dernières décennies a été néanmoins l’émergence d’un réseau métropolitain azuréen indépendant de Paris en ce qui concerne les migrations résidentielles, confortant des fonctionnements réticulaires déjà en place en ce qui concerne la navette domicile-travail.

  • En deuxième lieu, la taille (et la situation) des villes ainsi que l’ampleur des bassins de domination qu’elles structurent. Les petites communes (souvent à l’intérieur des terres) ont des trajectoires bien plus différenciées que celles observées pour les grandes communes du littoral. Dans l’espace alpin, par exemple, stricte indépendance, organisation dans des réseaux locaux et rattachement aux dynamiques métropolitaines littorales se mélangent. La croissante domination résidentielle des métropoles littorales fait néanmoins présager un rattachement progressif de ces espaces aux fonctionnements métropolitains de type quotidien.

  • En troisième lieu, l’éventuelle correspondance entre les échelles spatiales de la domination quotidienne et résidentielle. L’aire d’influence de la métropole marseillaise correspond ainsi à un bassin départemental dans les fonctionnements quotidiens, et à un bassin régional en ce qui concerne les fonctionnements résidentiels liés aux cycles de vie des ménages. Or ce n’est pas le cas par exemple pour Avignon ou Toulon, où le bassin résidentiel et celui lié à la mobilité quotidienne sont relativement semblables.

  • Enfin, la dynamique : la relative stabilité des structures réticulaires produites par les mobilités quotidiennes s’oppose aux évolutions plus rapides des structures définies par les mobilités résidentielles. S’agit-il d’un décalage historique entre les élargissements respectifs des bassins d’emploi et résidentiels provoqués par la métropolisation ? L’élargissement des bassins de mobilité quotidienne serait désormais acquis et consolidé dans des structures réticulaires relativement stables, tandis que l’évolution des modes de vie et des aspirations qui guident les mobilités résidentielles serait encore en train de produire des recompositions territoriales. Dans une région relativement contrainte et dans laquelle les réseaux de transport ont peu évolué au cours des trente dernières années, les bassins de mobilité autour des principaux centres ont probablement atteint leurs limites. L’extension métropolitaine pourrait alors se poursuivre seulement par l’essaimage de populations et d’activités vers des centres plus lointains, susceptibles de rester dans un rapport subalterne avec les centres métropolitains à un second niveau d’analyse.

66Plusieurs perspectives de développement s’ouvrent également pour l’analyse de cet espace régional. Nos analyses ont particulièrement ciblé les années 1980-1990, période clé de la formation des structures métropolitaines dans l’espace régional de Paca, suite à l’achèvement du processus d’urbanisation des trente glorieuses au cours des années 70 (Ferrier, 1983). Actuellement, l’extension des analyses serait possible avec les données des nouveaux recensements tournants de l’Insee produites à partir de 2006, moyennant des protocoles tenant compte de la spécificité de ces données.

67L’analyse plus fine de l’interaction entre mobilité quotidienne et résidentielle, notamment dans une optique de prospective territoriale, constitue aussi une perspective de recherche (le nouveau recensement de l’Insee permet notamment d’analyser de façon conjointe les mouvements quotidiens et résidentiels des individus).

68Par ailleurs, le moteur résidentiel et touristique de la métropolisation de la région Paca, suggère une analyse croisée avec les mobilités touristiques. La mobilité facilitée (avion, Tgv, autoroutes) et une certaine « fidélisation » de la fréquentation touristique (révélée, par exemple, par la propriété d’une résidence secondaire) pourraient ainsi anticiper des migrations résidentielles à l’occasion d’un changement biographique important (retraite, mutation, nouvelle activité). Ces analyses nécessiteraient l’utilisation d’autres bases de données (notamment Filocom, produite par la Dgi).

69Avec ses spécificités, la métropolisation de la région Paca n’est pas représentative des dynamiques observables dans l’ensemble des régions françaises. Au-delà des connaissances acquises sur ce territoire, nous soulignons néanmoins la reproductibilité de la démarche d’analyse à d’autres espaces d’étude. Une approche comparative dans l’étude des configurations métropolitaines et de leurs changements dans le temps dans différents espaces régionaux serait particulièrement précieuse pour identifier ce qui est spécifique et ce qui est partagé dans les transformations métropolitaines des territoires.

Haut de page

Bibliographie

Anderson J.C., Hakansson H., Johanson J., 1984, « Dyadic Business Relationships within a business network context », Journal of Marketing, No.48, 1-15.

Baccaïni B., 1996, « L’évolution récente des navettes en Île-de-France », L’Espace Géographique, vol. 25, No.1, 37-52.

Baccaïni B.,1997, « Les navettes de périurbains d’Ile-de-France », Population, vol 52, No.2, 327-364.

Berroir S., Mathian H., Saint-Julien T., Sanders L., 2006, « Mobilités et polarisations : vers des métropoles polycentriques. Les cas des métropoles francilienne et méditerranéenne », in Bonnet M., Aubertel P. (dir.), La ville aux limites de la mobilité, Paris, PUF, coll. Sciences sociales et sociétés, 71-82.

Bonnet M., Aubertel P. (dir.), 2006, La ville aux limites de la mobilité, Paris, PUF, coll. Sciences sociales et sociétés, 320 p.

Bottazzi A., Rabino G., 2006, « L’organizzazione territoriale del Piemonte. Stato ed evoluzione », XXVII Conferenza Italiana di Scienze Regionali, Pise, 12-14 octobre 2006, 25 p.

Courgeau D., 1988, Méthodes de mesure de la mobilité spatiale. Migrations internes, mobilités temporaires, navettes, Paris, INED, 301 p.

Courgeau D., 1970, Les champs migratoires en France, Cahiers de l’INED n° 58, Paris, INED / PUF, 158 p.

Courgeau D., Baccaïni B., 1989, « Migrations et Distance », Population, vol. 44, No.3, 659-663.

Decoupigny F, Fusco G., 2007, « Interactions entre mobilités potentielles et processus de métropolisation en région Provence-Alpes-Côte d’Azur », XLIII Colloque de l’ASRDLF, Grenoble-Chambery, 11-13 juillet 2007, 16 p.

Ferrier J.P., 1983, Leçons du territoire. Nouvelle géographie de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Aix-en-Provence, Edisud, 294 p.

Fusco G., 2009, « Modelling Urban Networks from Spatial Interaction Data: the ART Platform », in G. Rabino, F. Scarlatti (eds.), Advances in models and methods for Planning, Bologna, Pitagora, 63-72.

Fusco G., Caglioni M., 2011, « Hierarchical Clustering through Spatial Interaction Data. The Case of Commuting Flows in South-Eastern France », in Murgante B., Gervasi O., Iglesias A., Taniar D., Abduhan B.O. (eds.), Computational Science and its Applications ICCSA 2011, Lecture Notes on Computer Science, vol. 6782, Berlin, Springer, 135-151.

Fusco G., Decoupigny F., 2008, « Logiques réticulaires dans l’organisation métropolitaine en région Provence-Alpes-Côte d’Azur », XLVe colloque de l’ASRDLF, Rimouski 25-27 août 2008, 18 p.

Fusco G., Decoupigny F., 2009, « Mobilités potentielles et émergence de structures réticulaires en région Provence-Alpes-Côte d’Azur », Espace géographique, vol. 38, No.3, 267-282.

Fusco G., Ravera A., Scarella F., 2009, « Analyse des réseaux issus des mobilités quotidiennes et résidentielles par la plateforme ART », in Decoupigny F., Fusco G. (dir.), Mobilités et métropolisation : Développement d’une démarche méthodologique d’aide à la décision. Rapport final, PREDIT 3 Groupe opérationnel n° 1 « Mobilités, territoires et développement durable », UMR ESPACE – UNSA, 7-178.

Fusco G., Scarella F., 2007, « La nature multiscalaire des dynamiques territoriales transfrontalières : une application aux mobilités dans l’espace franco-italo-monégasque », XLIIIème Colloque de l’ASRDLF, Grenoble-Chambéry, 11-13 juillet 2007, 22 p.

Fusco G., Scarella F., 2011, « Métropolisation et ségrégation sociospatiale. Les flux de mobilité résidentielle en PACA », L’espace géographique, vol. 40, No.4, 289-304.

Kaufmann V., 2000, Mobilité quotidienne et dynamiques urbaines, la question du report modal, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 252 p.

Kaufmann V., 2007, « La motilité : une notion clé pour revisiter l’urbain », in Bassand M., Kaufmann V., Joye D. (dir.), Enjeux de la sociologie urbaine, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 171-188.

Kipnis B.A., 1985, « Graph Analysis of Metropolitan Residential Mobility: Methodology and Theoretical Implications », Urban Studies, No.22, 179-187.

Nystuen J.D., Dacey M.F., 1961, « Graph Theory Interpretation of Nodal Regions », Papers and Proceedings of the Regional Science Association, No.7, 29-42.

Openshaw S., Taylor P.J., 1979, « A Million or so Correlation Coefficients: Three Experiments on the Modifiable Areal Unit Problem ». In Wrigley N. Statistical methods in the spatial sciences, Pion, London, 127-144.

Orfeuil J.P., 2000, « Evolution de la mobilité quotidienne – Comprendre les dynamiques éclairer les controverses », Synthèse INRETS, No.37, 146 p.

Pochet P., Routhier J.L., 2002, « Mobilités résidentielles et allongement des distances domicile-travail dans la région urbaine de Lyon », in Dureau F., Lévy J.-P. (dir.), L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en question, Paris, l’Harmattan, 167-184.

Poulain M., 1981, Contribution à l’analyse spatiale d’une matrice de migration interne, Louvain-la-Neuve, Cabey, 226 p.

Rabino G., Occelli S., 1997, « Understanding spatial structure from network data: theoretical considerations and applications. », Cybergeo: http: //www.cybergeo.revues.org, No.29, 26 juin 1997, 21 p.

Sencébé Y., Lepicier D., 2007, « Migrations résidentielles de l’urbain vers le rural en France : différenciation sociale des profils et ségrégation spatiale », espacetemps.net, 10.05.2007, http://espacestemps.net/document2270.html, 20 p.

Terrier Ch., 1986, « Les déplacements domicile-travail en France : évolution de 1975 à 1982 », Espace, populations, sociétés, vol. 4, No.2, 333-342.

Wiel M., 1999, La transition urbaine ou le passage de la ville pédestre à la ville motorisée, Liège, Pierre Mardaga, coll. Architecture + Recherche, 150 p.

Haut de page

Notes

1 Le choix de déterminer le seuil relatif sur l’ensemble de la population communale a été fait pour rendre plus aisée la comparaison entre bases de données différentes (navettes domicile-travail et migrations résidentielles). D’autres seuils plus spécifiques auraient pu être déterminés sur la seule population active ayant un emploi (navettes) et sur la seule population ayant changé de logement entre deux recensements (migrations). Néanmoins, ce second choix aurait pu amener à surestimer les liens de domination concernant les petites communes de l’arrière-pays alpin ayant une faible population active et un très fort taux d’immobilisme résidentiel.

2 Effectivement, une partie des résultats des recensements de 1982 et 1990 sont dépouillés au quart, prendre une valeur minimale égale à 5 permet d’évacuer de la sélection des valeurs estimées qui ne correspondraient pas forcément à la réalité.

3 Dans les analyses qui suivent, la significativité des flux complémentaires sera déterminée, sauf indication contraire, par les mêmes seuils que ceux employés pour les flux dominants (cf. Planches cartographiques).

4 Les données de migrations résidentielles n’étant pas disponibles pour la principauté monégasque, Monaco n’apparaît pas sur la carte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Encadré 1 : Caractéristiques principales des bases de données utilisées
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-1.png
Fichier image/png, 154k
Titre Figure 1 : Une nouvelle typologie des flux inter-urbains
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-2.png
Fichier image/png, 328k
Titre Figure 2 : Une démarche d’analyse en plusieurs étapes
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-3.png
Fichier image/png, 384k
Titre Figure 3 : Niveaux hiérarchiques des centres urbains 1982, 1990, 1999
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-4.png
Fichier image/png, 680k
Titre Figure 4 : Les flux dominants et les niveaux hiérarchiques à l’échelle des agrégats en 1982, 1990, 1999
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-5.png
Fichier image/png, 220k
Titre Figure 5 : La structuration territoriale engendrée par les flux dominants des navettes domicile-travail
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-6.png
Fichier image/png, 228k
Titre Figure 6 : Poids et cartographie différenciée des flux hiérarchiques pour les mobilités quotidiennes de 1999
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-7.png
Fichier image/png, 434k
Titre Figure 7 : L’importance des différents pôles relais à la lecture des flux para-hiérarchiques en 1999
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-8.png
Fichier image/png, 410k
Titre Figure 8 : Une forte dichotomie entre l’ouest et l’est révélée par les flux inter-hiérarchiques en 1999
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-9.png
Fichier image/png, 431k
Titre Figure 9 : Niveaux hiérarchiques des centres urbains définis par les mobilités résidentielles entre 1975 et 1999
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-10.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 10 : Les flux dominants et les niveaux hiérarchiques à l’échelle des agrégats pour les mobilités résidentielles entre 1975 et 1999
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-11.png
Fichier image/png, 295k
Titre Figure 11 : Les structures territoriales engendrées par les flux dominants des mobilités résidentielles
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-12.png
Fichier image/png, 167k
Titre Figure 12 : Des flux hiérarchiques non dominants particulièrement présents dans le bassin résidentiel marseillais
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-13.png
Fichier image/png, 514k
Titre Figure 13 : L’importance des pôles relais révélée par les flux para-hiérarchiques
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-14.png
Fichier image/png, 465k
Titre Figure 14 : Les flux inter-hiérarchiques : relations avec la capitale et connexions entre sous-ensembles régionaux
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-15.png
Fichier image/png, 453k
Titre Figure 15 : Les flux anti-hiérarchiques : persistance du pouvoir d’attraction des villes et spécificités locales
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26080/img-16.png
Fichier image/png, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giovanni Fusco et Floriane Scarella, « Recompositions territoriales en Provence-Alpes-Côte d’Azur : Analyse croisée par les mobilités quotidiennes et résidentielles  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 656, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26080 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26080

Haut de page

Auteurs

Giovanni Fusco

Chargé de Recherche,
ESPACE, UMR 7300 CNRS
Université Nice Sophia-Antipolis
giovanni.fusco@unice.fr

Articles du même auteur

Floriane Scarella

Doctorante,
ESPACE, UMR 7300 CNRS
Université Nice Sophia-Antipolis
floriane.scarella@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page