Navigation – Plan du site
2013
657

La diffusion de la géographie théorique et quantitative européenne francophone d’après les réseaux de communications aux colloques européens (1978-2011)

Communications networks in European colloquiums and diffusion of French-speaking European theoretical and quantitative geography (1978-2011)
Sylvain Cuyala

Résumés

Ce travail vise à analyser le développement et la diffusion de la géographie théorique et quantitative européenne francophone. L’hypothèse d’un développement de ce mouvement scientifique en trois moments (émergence, amplification/normalisation et diversification) est testée à travers l’étude d’un événement particulier : les colloques européens de géographie théorique et quantitative. Deux corpus sont utilisés : la liste des communications aux différents colloques et un ensemble de cinquante-cinq entretiens d’acteurs du mouvement. Le rythme des communications puis les réseaux de communications spatialisés des auteurs selon leur rattachement institutionnel sont analysés. Cela permet de montrer un développement du mouvement marqué par le passage de collaborations intra-laboratoires à l’émergence de collaborations intersites puis internationales.

Haut de page

Notes de l’auteur

Un document annexe “Complément d'analyse quantitative des réseaux de co-communication aux Colloques européens” a été ajouté par l’auteur le 26 février 2015.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Une communication incluant les premiers résultats détaillés dans cet article a été présentée en 201 (...)

1Cet article1 s’inscrit dans une recherche doctorale qui vise à comprendre et à caractériser le développement de la géographie théorique et quantitative européenne francophone. Notre travail prend appui d’une part sur le modèle théorique proposé par S. Frickel et N. Gross (2005) qui permet d’étudier les « mouvements scientifiques ou intellectuels » (MSI) d’un point de vue sociologique, et d’autre part sur les analyses des réseaux sociaux appliqués à l’activité scientifique. Comme le rappellent S. Sun et S.M. Monson (2011) dans leur étude sur le développement de la communauté des spécialistes de SIG, ce champ de recherche en est encore à ses premiers développements dans l’histoire des sciences géographiques. Notre approche est complétée par une spatialisation des réseaux sociaux. Cette dernière posture s’inscrit dans le mouvement en extension de la géographie des sciences (Livingstone, 1995, 2003 ; Besse, 2004 ; Jacob, 2007 ; Livingstone, Withers, 2011 ; Eckert, Baron, 2013 ; Robic, 2013), dans lequel plusieurs études sur la géographie ont déjà montré leur fécondité. La spatialisation permettra de mettre en évidence des caractéristiques particulières de l’organisation du mouvement et ainsi de mieux comprendre sa dynamique.

2Aucun auteur n’a étudié en tant que telle la géographie théorique et quantitative européenne francophone. Quelques historiens de la géographie, parfois eux-mêmes acteurs ou compagnons de route du mouvement (par exemple Claval, 1998 ; Pumain et Robic, 2002 ; Orain, 2009), ont analysé l’émergence et la diffusion du mouvement français. Cependant, ils ne tenaient pas véritablement compte d’une cohérence européenne francophone, mais faisaient plus souvent référence à ses origines anglo-américaines et à des « passeurs » ayant séjourné aux Etats-Unis ou au Canada.

3Cet article vise à étudier le développement de la géographie théorique et quantitative et les configurations spatiales de ce mouvement scientifique dans le cadre d’un espace européen comprenant les institutions de recherches francophones de la France, de la Belgique, de la Suisse et du Luxembourg. Ce choix limite l’étendue de l’observation et assure une cohérence des corpus de travaux effectués dans la même langue. Il permet également de tester l’hypothèse d’une diffusion du mouvement amorcée à partir d’influences d’origine étrangère. La dimension diachronique est ici privilégiée afin d’analyser de manière qualitative la construction de réseaux scientifiques, sans qu’il soit pour autant possible d’entrer dans le détail du contenu épistémologique des travaux.

  • 2 Le sigle anglais ecTQG pour European colloquium of Theoretical and Quantitative Geography est utili (...)

4L’examen d’événements scientifiques spécifiques à ce champ disciplinaire, ou tout du moins étiquetés comme tels, représente l’une des voies permettant d’appréhender le développement et la diffusion de la géographie théorique et quantitative. Pour plusieurs acteurs interrogés, les colloques européens de géographie théorique et quantitative (ecTQG2) sont un lieu important d’échange et de visibilité du mouvement théorique et quantitatif européen francophone même s’ils restent spécifiques. Si le mouvement est apparu à la fin des années 1960 en France, les ecTQG firent leur apparition dix ans plus tard, en 1978. Nés après l’émergence, ils semblent d’autant plus intéressants à étudier qu’ils sont l’expression d’une étape particulière du développement d’un mouvement scientifique (amplification puis diversification) tourné vers l’Europe et plus largement vers l’international. L’année 1978 vit naître à Strasbourg le premier ecTQG, à l’initiative principale de Sylvie Rimbert alors présidente de la commission de géographie théorique et quantitative, créée en 1975, du Comité national français de géographie (CNFG).

  • 3 Il est possible de retrouver le programme, les actes et les listes de participants de ces colloques (...)

5Pour S. Rimbert, le premier ecTQG avait pour objectif de « faire partager la géographie théorique et quantitative, de lui donner une vitrine et de créer des contacts entre plusieurs nations européennes ». Des contacts antérieurs, établis notamment entre géographes européens francophones dès les premiers colloques de Besançon (1972) intitulés « L’analyse des données en géographie » puis « L’application des méthodes mathématiques à la géographie »3, ainsi qu’au Géopoint de 1976 (Genève), ont favorisé la mise en place de cette manifestation. Les colloques Géopoint, nés de l’initiative de géographes suisses tels que C. Raffestin et J.-B. Racine, et de géographes français du groupe Dupont en particulier, ont permis des échanges entre géographes de différentes nationalités. Ont participé à cette rencontre des Strasbourgeois tels que S. Rimbert, des Allemands de Karlsruhe tels qu’A. Kilchenmann, et le conférencier britannique S. Grégory. Ces chercheurs d’horizons divers furent à l’origine de cette idée de colloque européen. Les participants souhaitaient la création d’une manifestation européenne plus formelle portant sur la géographie quantitative. D. Unwin (1999) a retracé leur histoire à l’occasion du 11ème colloque à Durham au Royaume-Uni. Trente-quatre ans après Strasbourg, cette manifestation se perpétue et le nombre de ses participants ne cesse d’augmenter, tout comme la diversité des pays représentés : de quatre en 1978 à vingt pour le dix-septième colloque qui s’est tenu à Athènes en 2011.

6Dans quelle mesure les géographes européens francophones ont-ils participé aux divers ecTQG ? Ces rencontres leur ont-elles permis de constituer des réseaux de collaborations de plus en plus complexes (nombre de liens entre géographes ou entre géographes et chercheurs d’autres disciplines) ? La cohérence de notre aire d’étude, l’Europe francophone, sera également interrogée par l’étude de collaborations (ou de l’absence de collaboration) entre Français, Suisses, Luxembourgeois et Belges. Une autre hypothèse est que ce mouvement se caractérise par des relations fortes avec les autres disciplines telles que les mathématiques, l’informatique ou l’économie. Après avoir exposé notre positionnement théorique, la nature du corpus utilisé et son traitement, cet article présentera d’abord une analyse de l’évolution ― du volume et de la proportion ― des communications de Francophones aux différents ecTQG. L’intérêt se portera ensuite sur les auteurs des communications afin de caractériser la diffusion du mouvement théorique et quantitatif européen francophone au moyen d’une spatialisation des auteurs et de leurs relations selon leur rattachement institutionnel.

Une analyse des réseaux de chercheurs pour caractériser l’évolution d’un mouvement scientifique

Les acteurs participant à des événements collectifs

  • 4 Voir à ce propos les travaux de N. Elias sur La société des individus (1991) et L. Fleck sur Genèse (...)

7Les chercheurs s’inscrivent dans des réseaux particuliers tout en ayant une autonomie d’action. Ils ne sont pas des atomes isolés mais des individus en interaction qui se co-influencent à l’intérieur d’une structure relationnelle savante4. En retour, la structure a une influence sur leurs décisions ou leurs parcours. La récurrence d’un même événement scientifique permet de construire une telle structure et de favoriser la constitution d’un réseau contribuant à la formation d’un mouvement scientifique.

8Les réseaux se structurent selon les positions relatives des individus qui constituent les nœuds de ce réseau, d’après la nature du lien qui les rassemble. Quelles sont les personnes qui jouent et ont joué un rôle pivot dans cette structuration ? Plus précisément, quelles sont celles qui ont été régulièrement présentes aux colloques ? Quels sont le rôle et la force de ces individus dans la configuration du réseau dans lequel ils se situent ? Le réseau des géographes de ce mouvement est-il mono-centrique ou un réseau poly-nodal hiérarchisé autour de plusieurs leaders ? En ce cas, ce mouvement scientifique se caractérise-t-il par la disparition d’une telle hiérarchie ? Dans quelle mesure la formation de doctorants a pu modifier la structure du réseau et l’évolution de ce mouvement scientifique ?

9Les personnes impliquées dans ces réseaux sont des chercheurs, des enseignants-chercheurs ou encore des ingénieurs de recherche qui entretiennent entre eux des relations particulières liées à la nature de leur activité. Il s’agit d’une activité de recherche qui entraine des relations potentiellement nombreuses et de nature différente : institutionnelles, amicales, formelles ou informelles, ponctuelles ou répétitives, et ce à travers l’appartenance à un même laboratoire, à un même groupe de recherche, ou une communication en commun dans un colloque. Cette étude participe donc de l’analyse des réseaux sociaux (Degenne, Forsé, 1994).

Pour une spatialisation de l’analyse des réseaux scientifiques

  • 5 Stages de formation organisés par l’ORSTOM et la Maison des Sciences humaines de Paris en 1971, ave (...)

10Davantage qu’une analyse de réseaux sociaux classique, cet article vise à déterminer pour chaque colloque l’origine des auteurs selon leur rattachement institutionnel, et les liens qu’ils entretiennent entre eux, ce qui introduit donc la contrainte de localisation dans l’analyse des réseaux. Peu d’auteurs ont spécifiquement rendu compte de la spatialisation de la géographie théorique et quantitative. Cependant, par exemple, C. Cauvin (2007) montre que le mouvement français ne s’est pas diffusé de manière homogène en France : il se serait concentré au nord-est d’une ligne Montpellier/Rennes. Elle le montre en prenant appui sur la localisation des stages de formation aux méthodes quantitatives et sur l’origine des participants à ces stages5. Elle montre cartographiquement la spatialisation de chaque stage par l’agrégation des individus selon leur lieu d’origine (au niveau des villes universitaires). Ce travail cherche à affiner cette spatialisation par l’étude des formes collaboratives au niveau des individus et l’élargissement de l’analyse à l’aire européenne francophone.

Les moyens de l’analyse

11La règle qui a longtemps prévalu dans l’organisation des ecTQG était de demander aux participants de rédiger un résumé long de leur communication, de l’ordre de 4 ou 5 pages. Ces résumés étaient rassemblés dans une brochure distribuée aux participants au début du colloque. Les informations recueillies dans les brochures des ecQTG successifs ont été complétées par un corpus d’entretiens effectués auprès de 55 acteurs de la géographie théorique et quantitative européenne francophone, et de quelques personnes extérieures au mouvement, interrogés sur leur point de vue par rapport à celui-ci.

Cartographier les réseaux grâce aux listes de communication

12Les listes de communication des colloques les plus récents sont téléchargeables sur les sites internet des différents colloques. Les résumés de communications de tous les colloques peuvent être consultés, à l’exception de ceux de Cambridge (1980), de Rostock (1997), et de Strasbourg (1978) pour lesquels subsiste seulement la liste des participants. Ces documents comprennent, en plus du résumé (dans la plupart des cas) et du titre de la communication, le nom et le prénom des auteurs ainsi que leur université, laboratoire et pays d’attache. Ne sont renseignés ni leur nationalité, ni leur discipline d’appartenance, ni leur âge.

13Le nombre et la proportion des présentations françaises, belges, suisses et luxembourgeoises francophones dans le total de chaque colloque renseignent le rythme des communications européennes francophones (Figures 1 et 2). Pour qu’une présentation soit considérée comme francophone, il faut qu’au moins l’un des signataires soit rattaché à une institution européenne francophone et située sur un territoire européen francophone. Ainsi, les Européens francophones basés hors de cet espace linguistique sont comptabilisés comme étrangers.

  • 6 Pour une initiation claire à ces logiciels, se reporter au document suivant : Beauguitte, 2009.

14La spatialisation et l’interprétation de la structure du mouvement impliquent de formaliser les réseaux de communicants et leurs configurations, ce qui a été fait par la construction d’une matrice carrée où les lignes et les colonnes représentent les auteurs des communications ; chaque cellule du tableau de données indique le nombre de communications en commun. Comme la taille de l’échantillon (moins de 200 auteurs) le permet, les logiciels Ucinet et Netdraw6 ont servi à réaliser les différentes cartes présentées dans cet article.

15Plus formellement, les auteurs de communications et leurs éventuels liens de co-communication ont été cartographiés pour chaque colloque. Les cartes représentent donc les auteurs européens francophones, les auteurs non européens francophones ayant communiqué avec des auteurs européens francophones, et leurs liens directs (collègues d’une même université ou co-communicants durant le même colloque). Nous faisons ainsi l’hypothèse d’une proximité très forte, directe ou indirecte, de ces individus avec le monde européen francophone. Les chercheurs et enseignants-chercheurs représentés sont des géographes, mais également des mathématiciens, des statisticiens ou des spécialistes d’autres disciplines (démographie, économie ou encore physique). Le réseau des affinités est sans doute sous-estimé : en effet, plusieurs communications séparées peuvent relever d’un même programme ou contrat, d’une même logique de recherche, sans que cela n’apparaisse par des liens directs entre des auteurs. Par ailleurs, certains auteurs, réalisant une communication en collaboration avec d’autres chercheurs, n’indiquent parfois que leur nom dans le résumé et non ceux de leurs éventuels co-signataires. Les politiques de co-signature sont fluctuantes à la fois entre les pays et à l’intérieur même d’un pays entre les laboratoires, voire entre les personnes appartenant à un même laboratoire. D’après les entretiens réalisés, il semblerait tout de même que l’incitation à publier à plusieurs ait été plus forte et précoce en Belgique. Certains laboratoires préfèrent voir les doctorants signer seuls, alors que d’autres privilégient une co-signature directeur de thèse et doctorant, relevant d’une certaine façon de pratiques mandarinales et administratives même si on ne peut exclure de réelles collaborations entre ces deux parties. En outre, de nombreux méthodologues aident les thématiciens dans la réalisation d’une présentation mais n’apparaissent pas systématiquement signataires. Enfin, des communications peuvent être absentes du résumé général et d’autres présentes alors que leur auteur s’est désisté du colloque. Finalement, sans pouvoir prétendre déterminer de manière exhaustive le réseau des chercheurs de la géographie théorique et quantitative à travers les ecTQG, cette étude apporte des indications solides sur sa structuration. Et malgré ces difficultés, étudier ces listes permet de visualiser le développement des pôles de la géographie théorique et quantitative et des interactions entre ces pôles.

  • 7 Certains, tels que Pierre Frankhauser, étaient non géographes puis sont devenus géographes.
  • 8 Cela ne préjuge par ailleurs pas de la langue maternelle de l’auteur de la communication.

16Sur les différentes cartes (Figures 3, 4, 6 à 10), les sommets représentent les auteurs (acteurs du système social). La couleur des sommets varie selon que l’auteur a communiqué seul (en bleu) ou avec d’autres (en rouge). Les arêtes indiquent l’existence d’au moins une communication en commun (variable relationnelle) (Lazega, 1998). La couleur des arêtes dépend du caractère de la co-signature : collaboration interne, entre auteurs d’un même laboratoire ou d’une même ville (en bleu), ou bien externe, entre auteurs de laboratoires ou villes différents (en vert). L’appartenance disciplinaire est indiquée par une différenciation entre « géographe ou apparenté » et « non géographe ». La première catégorie comprend les auteurs ayant fait des études de géographie (1er, 2ème, 3ème cycle), suivies d’un recrutement dans des laboratoires ou des départements de géographie au moment de la communication7, mais elle intègre également les informaticiens, mathématiciens ou statisticiens (donc plutôt méthodologues) recrutés dans des institutions de géographie (département universitaire ou laboratoire de recherche) et ayant réalisé des travaux de géographie (contenu de la publication ou revue dans laquelle ils publient). La deuxième catégorie comprend les autres auteurs (économistes, médecins, physiciens ou autres) qui sont plutôt thématiciens. Le nom de ces derniers est indiqué en italique sur les figures. Enfin, les différents sous-ensembles ont été disposés manuellement de façon à respecter au mieux la localisation des villes des communicants. L’aire linguistique d’appartenance institutionnelle des auteurs a également été délimitée. Par exemple, dans le cas de la Belgique, les aires francophone et néerlandophone8 ont été différenciées.

17Notons enfin qu’un utile travail complémentaire sur les listes de participants aurait été nécessaire pour mieux déterminer les individus présents et donc l’interaction effective ayant lieu lors des colloques, mais la plupart des exemplaires n’ont pas été conservés.

Interpréter grâce aux discours des acteurs des ecTQG

18Un corpus d’entretiens réalisés auprès d’acteurs du mouvement scientifique étudié a été utilisé comme complément à la précédente source. S’ajoutant aux informations formelles et institutionnelles apportées par les listes des communications, les entretiens permettent de compléter et d’enrichir l’analyse en apportant des éléments de contexte.

19Ces entretiens individuels ont été menés dans le cadre d’un travail plus général visant la compréhension de l’émergence et du développement de la géographie théorique et quantitative européenne francophone au-delà du seul cas des ecTQG. Ils comportent un certain nombre de questions sur les ecTQG ainsi que sur les réseaux des participants à ces colloques (quelles rencontres déterminantes ?, quelles relations privilégiées ?). Ce matériau comprend cinquante-cinq entretiens d’une durée moyenne de deux heures et demi.

  • 9 Le plus âgé des interviewés est né en 1926 et le plus jeune en 1978.

20L’échantillon se veut diversifié. Il comprend des Français, des Luxembourgeois, des Belges et des Suisses francophones. Ont été interviewés aussi bien des chercheurs à temps plein que des enseignants-chercheurs ou des ingénieurs de recherche. Pour comprendre le réseau, des spécialistes de plusieurs champs de la géographie ont été sollicités, aussi bien en géographie humaine que physique. Des statisticiens, des informaticiens et des économistes ont également été interrogés en plus des géographes qui forment la grande majorité des acteurs présents dans le corpus. Différentes générations de chercheurs sont représentées9 : certains passeurs ou pionniers, également les premiers formés aux méthodes quantitatives par des géographes, et enfin les générations les plus récentes.

21En définitive, il est apparu nécessaire de combiner ces deux sources (listes de communications aux ecTQG et interviews d’acteurs) pour pouvoir comprendre le développement et la diffusion du mouvement théorique et quantitatif d’un point de vue spatial et dans la diversité de ses approches. Chaque source comporte plusieurs lacunes, sans remettre en cause leur utilité pour opérer cette analyse.

Une tendance générale au développement de la géographie théorique et quantitative

22D’après la liste des participants, seuls des Allemands, des Autrichiens, des Anglais et des Français étaient présents à la première table ronde européenne de géographie théorique et quantitative en 1978. Comme l’indique D. Unwin (1999), chaque délégation ne pouvait présenter que quinze personnes (Allemands et Autrichiens confondus). Cette année-là, l’anglais, l’allemand et le français étaient les trois langues officielles du colloque. La langue française en est donc une constituante importante dès le départ. Il est d’autant plus nécessaire de le souligner que l’effectif des quantitativistes de ces pays était très inégal à l’époque. D’après D. Unwin (1999) et les informations recueillies auprès des pionniers du mouvement, l’Angleterre comptait déjà un nombre très élevé de géographes engagés dans la géographie théorique et quantitative (plus d’une centaine) contre un nombre bien plus restreint en France (une quarantaine environ) et en Allemagne (près d’une vingtaine).

Un nombre de communications d’Européens francophones en augmentation

  • 10 Durant la même période, la population des géographes français est également en nette augmentation a (...)

23Comme le montre la figure 1, entre 1978 et 2011, une augmentation significative du nombre de communications des auteurs européens francophones s’est produite, passant d’une quinzaine à une cinquantaine, même si la tendance n’est pas totalement régulière. L’accroissement est principalement dû aux communications faites par les Français10, au nombre de trente à quarante lors des trois derniers colloques. D’ores et déjà, cela donne une première indication du développement de la géographie théorique et quantitative française. A contrario, le nombre des communications de Belges reste relativement stable, inférieur à 10. Si les Suisses francophones présentent ponctuellement une à deux communications par colloque jusqu’à la fin des années 1990, ce n’est qu’ensuite qu’ils s’investissent dans les colloques, avec un pic en 2007 lorsqu’ils organisent à Montreux leur premier ecTQG. Un fort effet local se manifeste ici, alors qu’il n’en a rien été pour la Belgique en 1995 lors du colloque organisé à Spa.

Figure 1 : Évolution du nombre de communications francophones européennes aux ecTQG (1978-2011)

Figure 1 : Évolution du nombre de communications francophones européennes aux ecTQG (1978-2011)

Source : Listes de communications aux ecTQG, 1978-2011. Réalisation : S. Cuyala, 2013

Une proportion des francophones aux ecQTG également à la hausse

24Sur la figure 2, la tendance est relativement semblable à celle du précédent graphique, et en premier lieu le rôle prépondérant des auteurs français dans cette évolution. Il n’existe qu’une exception par rapport aux tendances de la figure 1 qui concerne encore une fois, et fort logiquement, le colloque suisse. Remarquons également la récente apparition des présentations venues du Luxembourg (2009 et 2011). Enfin, les plus faibles proportions de communications d’universitaires francophones aux colloques de Tomar en 2005 et d’Athènes en 2011 sont principalement dues à une très forte présence des communiquants locaux, davantage que lors des autres ecTQG.

Figure 2 : Évolution de la part des communications européennes francophones aux ecTQG (1978-2011)

Figure 2 : Évolution de la part des communications européennes francophones aux ecTQG (1978-2011)

Source : Listes de communications aux ecTQG, 1978-2011. Réalisation : S. Cuyala, 2013

25Enfin, un certain paradoxe existe : au fur et à mesure des colloques, l’anglais est devenu la langue obligatoire des ecTQG (colloques internationaux) alors que les communications de scientifiques européens francophones sont devenues de plus en plus importantes dans le total des communications. L’emploi de l’anglais semble montrer la volonté des organisateurs d’ouvrir au plus grand nombre de nationalités ce colloque biennal et de favoriser l’internationalisation du mouvement.

Comment expliquer l’augmentation des communications de francophones aux ecTQG ?

26Plusieurs éléments sont susceptibles d’expliquer une présence croissante des Européens francophones dans les ecTQG. Les réponses des chercheurs auxquels cette question a été posée permettent d’avancer un certain nombre d’hypothèses explicatives.

27De nombreux interviewés parmi les universitaires français ont déclaré éprouver un grand intérêt pour la géographie européenne de manière générale. Ils soulignent en particulier l’importance des ecTQG comme lieux de débat et d’interaction à l’échelle européenne où de nombreuses initiatives ont été stimulées : la revue européenne Cybergeo, créée en 1996 à la suite des rencontres de Spa de 1995, l’engagement dans le programme ESPON depuis 2002 ou encore la création du GDRE S4 (Simulation Spatiale pour les Sciences Sociales) en 2006, qui rassemble aujourd’hui plus de cent cinquante membres (incluant une minorité de non francophones).

  • 11 Association Européenne de Science Régionale.
  • 12 Association des Géographes Américains.
  • 13 Société Royale de Géographie.

28Parmi les personnes interrogées, Denise Pumain ou Cécile Tannier affirment que les ecTQG offrent un accès plus facile et plus diversifié à la coopération internationale pour les Européens francophones par rapport aux revues de langue anglaise et aux colloques dominés par les agendas de recherche anglo-américains. Par ailleurs, les auteurs anglophones sont peut-être plus enclins à communiquer dans d’autres colloques, comme le suggère D. Unwin dans une interview, notamment du fait de la pression engendrée par la mise en place des facteurs d’impacts. Une remarque fréquente valorise aussi les ecTQG en tant que « colloques à taille humaine », en comparaison des « colloques qui bénéficient de soutiens institutionnels, tels que ceux de l’European Regional Science Association11 (ERSA), de l’Association of American Geographers12 (AAG), et de la Royal Geographical Society13 (RGS) britannique » que certains n’hésitent pas à qualifier de « grand-messes ». Leurs témoignages sont corroborés par l’exploitation des brochures des colloques successifs. Aux ecTQG, sur trois jours, seules trois séries de communications ont lieu au même moment et le nombre de participants oscille généralement entre 50 et 120 (Athènes 2011 fait figure d’exception avec 150 personnes). A titre de comparaison, au niveau européen, le colloque organisé par l’ERSA en 2010 à Jönköping (Suède) a réuni plus de 1000 participants. A une échelle davantage mondiale, le colloque de l’AAG qui a eu lieu à New-York en 2012 comportait chaque jour plus de 80 sessions parallèles pour un total de plus de 2500 participants.

29D’un point de vue plus spécifiquement institutionnel, les réunions entre géographes quantitativistes ont été très régulières et pérennes à partir du début des années 1970, notamment en France (stages de formation, réunions du groupe Dupont ou encore colloques de Besançon). Ces réunions ont été, pour une large part, tenues en dehors de soutiens institutionnels ou de créations d’institutions formelles ad hoc. Des financements réguliers du CNRS ont toutefois existé (aides pour l’organisation des colloques en France, puis aides individuelles pour financer les participations). Concernant les ecTQG, François Durand-Dastès rappelle qu’aux colloques de « Bardonecchia ou de Chantilly avait été évoquée la possibilité de mettre sur pied une sorte de bureau, mais qu’ [ils n’ont] jamais été bien loin dans ce domaine ». Également, au colloque de Cambridge, certains géographes français étaient intervenus au nom de la commission de géographie théorique et quantitative du CNFG. De nombreux participants auraient été réticents à l’intervention d’une institution considérée par beaucoup comme « mandarinale et réactionnaire ». Ces exemples confirment le choix et certainement le désir des participants d’organiser ce colloque en dehors des institutions.

30La pérennité de ces réunions dans des conditions difficiles prouve l’existence d’un « groupe dynamique » et d’un « fort sentiment de nécessité ». En effet, parmi les autres raisons, les universitaires européens francophones participant aux ecTQG affirment qu’il existe d’importantes synergies entre les chercheurs des différents pays européens francophones.

31D’autres avancent l’idée qu’il existe un investissement continu d’un large groupe de géographes belges et français en analyse spatiale alors que d’autres pays ont vu leurs effectifs décliner. Cet investissement continu est effectif depuis les premières importations de l’analyse spatiale provenant de la Suède, du Royaume-Uni et des Etats-Unis dans les années 1970. L’analyse des ecTQG semble mettre en lumière des décalages dans la diffusion de la géographie théorique et quantitative en Europe. Une explication possible est la plus grande liberté laissée à la recherche française grâce aux positions permanentes des chercheurs et enseignants-chercheurs à l’inverse de l’Allemagne où ce mouvement a peu à peu décliné. Si ce développement est plutôt continu en Europe francophone et surtout en France, ce n’est pas le cas des Pays-Bas qui ont participé de plus en plus aux ecTQG avant de se retirer pour se tourner vers d’autres choix internationaux comme en atteste leur présence dans les publications anglophones et américaines. Enfin, il est possible que la plus grande précocité du mouvement en France, par rapport à ce qui s’est passé en Espagne ou au Portugal puisse expliquer ces différences. Ces deux derniers pays ont émergé bien plus tard. L’analyse quantitative du nombre et de la part des communications d’auteurs francophones montre donc une tendance générale au développement et à la diffusion de la géographie théorique et quantitative en Europe francophone.

Une caractérisation d’un développement en trois moments

  • 14 Cependant, si cette périodisation est globale et concerne l’ensemble du mouvement, il paraît raison (...)

32Les listes des communicants offrent la possibilité d’analyser de manière qualitative les réseaux des co-auteurs de communications pour caractériser le développement de la géographie théorique et quantitative européenne francophone. Nous formulons l’hypothèse de l’existence de trois périodes dans l’histoire de ce mouvement : l’émergence, l’amplification, et la diversification14.

L’émergence (années 1970)

  • 15 Il faut souligner à ce propos que si M. Chesnais était en poste à Caen, l’essentiel de son activité (...)
  • 16 Ces derniers sont des pères fondateurs du groupe Dupont formé dès 1972. Ce groupe, fonctionnant dès (...)

33L’étude des ecTQG ne permet pas véritablement de valider l’existence de la première période qui est celle de l’émergence puisque le premier d’entre eux date de 1978 (Strasbourg). Les informations disponibles pour ce premier colloque renseignent, pour le cas français, sur la présence de petits groupes et d’auteurs isolés, plutôt originaires d’une grande moitié est de la France. La majorité de la délégation française est composée de maîtres-assistants ou de chargés de recherche. Parmi les professeurs ou les directeurs de recherche se trouvent les principaux passeurs de la géographie théorique et quantitative en France. C’est le cas à Strasbourg, ville organisatrice, où sont présents quatre géographes dont H. Reymond, rentré d’Amérique du nord, déjà docteur d’État et donc appartenant à une génération fondatrice, tout comme S. Rimbert, directeur de recherches, ayant également visité l’Amérique du Nord. Ils sont accompagnés de deux maîtres-assistants. Le deuxième groupe le plus important est formé de trois parisiennes : D. Pumain, V. Rey et T. Saint-Julien, jeunes maîtres-assistantes. Elles ont une trentaine d’années et n’occupent pas encore de position hiérarchique élevée dans l’université. Ce sont elles qui ont formé plus tard l’équipe PARIS. Les autres contributeurs sont isolés : Y. Guermond de Rouen et M. Chesnais de Caen15, J.-C. Wieber de Besançon et plusieurs participants en provenance du sud-est de la France (P. Dumolard, A. Douguedroit, A. Dauphiné, H. Chamussy, M. Le Berre, F. Auriac et M. Vigouroux)16.

34Deux ans plus tard s’est tenu un nouveau colloque à Cambridge (1980). Un compte-rendu en a été publié dans AREA (1981) par un collectif d’auteurs britanniques ayant participé à ce colloque, ainsi qu’un ouvrage comportant une partie des actes et des textes ajoutés a posteriori (Bennett, 1981). Si la participation des Européens francophones est en légère baisse, le sud-est de la France s’est fortement mobilisé : de nombreux membres du groupe Dupont sont présents avec la volonté de montrer les avancées théoriques et quantitatives en géographie physique. Par exemple, A. Douguedroit et F. Durand-Dastès participèrent à la table ronde sur les modèles en géographie physique. M. Chesnais, A. Dauphiné ou encore, en dehors du groupe Dupont, J.-L. Mercier (Strasbourg) participèrent à des groupes de géographie physique.

35Symboliquement, ces rencontres signent la reconnaissance d’une sensibilité française dans le concert théorico-quantitativiste européen, comme en atteste l’appréciation de la contribution de F. Auriac et F. Durand-Dastès sur les systèmes, relevée comme « an exceptionnally stimulating paper which restated the traditional French holistic approach of physical, social and economic interlinkages in place, but added the more novel development that this uniqueness of development of place in space and time should be best viewed through a systems framework » (Bennett et al., 1981).

  • 17 Patrice Langlois affirme : « Il est arrivé que je présente trois ou quatre communications dans le m (...)

36Le colloque d’Augsbourg (1982) est le premier pour lequel apparaît la liste complète des communications avec le nom des contributeurs. Il est difficile de le comparer avec les précédents colloques puisque le type d’information n’est pas le même (simple liste de participants pour Strasbourg, compte-rendu des communications pour Cambridge contre liste de communications pour Augsbourg). Deux communications collectives y sont présentes (Figure 3) : l’une provenant du laboratoire de J.-C. Wieber à Besançon, et l’autre du laboratoire d’Y. Guermond à Rouen, tous deux déjà présents à Strasbourg. Des mathématiciens tels que J.-P. Massonie (Besançon) et P. Langlois (Rouen) co-signent aux côtés des géographes. Ces deux derniers ont largement contribué au développement de ces deux pôles d’après leurs témoignages17. Le groupe Dupont n’est représenté que par A. Douguedroit, mais d’autres étaient présents sans qu’ils ne fassent de communications, à en croire la liste consultée. La présence simultanée de spécialistes de géographie humaine et physique (essentiellement des climatologues) est typique d’un champ sous-disciplinaire dépassant les clivages traditionnels de la discipline. En 1982, des chercheurs de Rouen et de Besançon se mobilisent, avec la présence de plusieurs individus, ce qui montre la forte structuration de ces deux lieux de la géographie théorique et quantitative dans des collaborations principalement intra-laboratoires (Figure 3).

Figure 3 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG d’Augsbourg (Allemagne, 1982)

Figure 3 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG d’Augsbourg (Allemagne, 1982)

Source : Liste des communications de l’ecTQG d’Augsbourg, 1982. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013

L’amplification du mouvement (années 1980-1990)

37Le colloque de 1985, situé dans les environs d’Eindhoven aux Pays-Bas, correspond au début de la phase d’amplification du mouvement, qui se manifeste par une nette augmentation des communications d’Européens francophones (Figure 1). Les Belges, proches du lieu du colloque, sont relativement nombreux. Sont présents H. Beguin, pionnier et figure centrale de la géographie théorique et quantitative belge, ainsi que J. Thisse, économiste qui, comme l’attestent plusieurs témoignages, l’a beaucoup influencé dans sa vision de la géographie et l’utilisation de méthodes mathématiques. Aussi, la collaboration entre ces deux chercheurs a très tôt permis l’interdisciplinarité.

  • 18 Auparavant, les jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs préparaient une thèse de doctorat d’Éta (...)
  • 19 Un numéro spécial des Brouillons Dupont a été consacré aux « communications françaises à Eindhoven  (...)

38Des doctorants préparant leur thèse dans le cadre prévu par les décrets de 198418 communiquent pour la première fois aux ecTQG. Il s’agit, par exemple, de L. Sanders, élève de F. Durand-Dastès, non seulement membres du groupe Dupont mais aussi du pôle parisien reconnu dès 1984 par le CNRS sous l’appellation de « Jeune équipe » P.A.R.I.S. (Pour l’Avancement des Recherches sur l’Interaction Spatiale). Le groupe Dupont est très présent avec huit communications différentes : d’après H. Chamussy, il s’agissait de « montrer ce que le groupe Dupont, en tant que collectif, avait à proposer et donc montrer en quelque sorte sa légitimité et son opérationnalité »19.

  • 20 C. Grasland en a réalisé un compte rendu intitulé « Les lieux de la géographie. Le 5è Colloque euro (...)
  • 21 J.-C. Thill travaillera plus tard aux États-Unis.
  • 22 H. Beguin prononce par ailleurs à Bardonecchia le discours d’ouverture en proposant une relecture c (...)
  • 23 L. Sanders et D. Pumain affirment dans des entretiens que ces dernières interactions sont le fruit (...)

39Le colloque de Bardonecchia (1987) montre quant à lui l’émergence de collaborations internationales (Figure 4)20. Les jeunes quantitativistes, après une phase de formation aux méthodes quantitatives et l’appropriation de nouvelles théories de l’espace, cherchent à développer le mouvement et donc mettent en place ces collaborations, en partie préparées grâce aux colloques précédents ou à d’autres manifestations du même genre. J.-C. Thill, géographe belge, y a signé une communication avec un universitaire américain21, témoignant de la forte ouverture à l’international de Louvain-la-Neuve sous l’impulsion d’H. Beguin22, comme les témoignages l’attestent. De même, des universitaires français interagissent avec des Allemands et des Italiens23. Remarquons enfin que la plupart des communications relève de la partie nord-est de l’aire francophone européenne.

Figure 4 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Bardonecchia (Italie, 1987)

Figure 4 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Bardonecchia (Italie, 1987)

Source : Liste des communications de l’ecTQG de Bardonecchia, 1987. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013

  • 24 A noter que C. Cauvin et H. Reymond n’étaient pas présents physiquement à Chantilly mais ont partic (...)
  • 25 Ils apparaissent sur la photographie de groupe, parmi lesquels, de gauche à droite, C. Grasland, M. (...)

40En 1989, le colloque de Chantilly (deuxième ecTQG à se situer en France) illustre la consolidation des relations entre les quantitativistes allemands et français. Les mêmes auteurs sont concernés, rejoints par H.-P. Schwefel. Le pôle strasbourgeois y est particulièrement actif (C. Weber, M. Pruvot, S. Rimbert, C. Cauvin et H. Reymond24). Plusieurs chercheurs de l’Institut national d’études démographiques (INED) ont également communiqué à ce colloque, dont des démographes tels que D. Courgeau. De nombreux doctorants parisiens ont participé à l’organisation du colloque, manifestant l’émergence d’une nouvelle génération, socialisée précocement dans cette ambiance internationale25. Néanmoins, peu de ces nouveaux doctorants français sont présents dans les communications, en raison du caractère récent de leur entrée en thèse (par exemple N. Cattan et C. Rozenblat ont soutenu leurs thèses en 1992). L’absence de continuité entre cette nouvelle vague et les générations antérieures s’explique par l’arrêt des recrutements de géographes dans l’université française durant les années 1972-1981, tant et si bien que certains acteurs de la géographie théorique et quantitative française pensent que la période de l’amplification du mouvement a été en partie retardée par cette interruption institutionnelle. Ce colloque a été marqué, selon certains de ses participants, comme la plupart des autres, par une ambiance festive et un fort sentiment de cohésion autour de la géographie théorique et quantitative (Figure 5).

Figure 5 : Photo de groupe de certains participants de l’ecTQG de Chantilly (1989)

Figure 5 : Photo de groupe de certains participants de l’ecTQG de Chantilly (1989)

Source : P. Haggett en illustration de son ouvrage The Geographer’s Art (1995). Réalisation : S. Cuyala, 2013

  • 26 Il est composé des fondatrices, T. Saint-Julien et D. Pumain, associées à la nouvelle génération re (...)

41Le développement de la géographie théorique et quantitative francophone se poursuit ainsi au début des années 1990 avec l’apparition à Stockholm de jeunes docteurs et doctorants issus du DEA A.T.E.G. (Analyse théorique et épistémologique en géographie) dirigé par P. Pinchemel et F. Durand-Dastès. Ce cursus est mis en place dès 1985 à Paris et reflète bien cette phase d’amplification du mouvement (Figure 6). La présence d’un jeune doctorant belge, J.-M. Decroly, indique que le phénomène est plus large. Deux de ces élèves de la géographie théorique et quantitative européenne francophone (C. Grasland et J.-M. Decroly) inaugurent les coopérations franco-belges dans les ecTQG. Les groupes déjà contributeurs au cours des précédents colloques sont présents — Strasbourg, Louvain-la-Neuve autour d’H. Beguin, Besançon et Paris avec l’équipe éponyme — signant la grande continuité des pôles du mouvement et la localisation géographique particulière de ce dernier au nord de notre aire d’étude. Trait caractéristique, le groupe parisien est en grande majorité composé de femmes26 : il semble que de nouveaux rapports de genre soient apparus en géographie grâce au mouvement de la géographie théorique et quantitative française, où des femmes ont pu jouer un rôle majeur, ce qui était jusque là exceptionnel.

Figure 6 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Stockholm (Suède, 1991)

Figure 6 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Stockholm (Suède, 1991)

Source : Liste des communications de l’ecTQG de Stockholm, 1991. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013

42Le déplacement en Hongrie (Budapest, 1993) fut marqué par un nombre de communications moins élevé et un réseau d’auteurs francophones moins présent, certainement dû au coût élevé du transport (absence de billets d’avion de type low cost à cette époque-là). P. Frankhauser avait rejoint Besançon et créé le lien entre Paris et ThéMA, son nouveau laboratoire bisontin. Rares étaient depuis le début des ecTQG les collaborations directes entre pôles français de la géographie théorique et quantitative. Caractéristique fréquente du sous-champ, des statisticiens sont co-auteurs telle H. Mathian. La Belgique est également bien représentée, sans connexion cette fois-ci avec la France. Enfin, la jeune génération représentative de cette période d’amplification du mouvement est de plus en plus présente avec par exemple C. Weber (Strasbourg) ou C. Voiron-Canicio (Nice).

43Le colloque de 1995 à Spa, en Belgique, ressemble assez sensiblement à celui de Budapest, mis à part un nombre de communications plus important probablement dû à la proximité géographique du colloque. Des relations entre la France et l’Allemagne se confirment et marquent le retour des communications internationales. L’effet local dû à la présence du colloque en Belgique n’est pas très important, le nombre de communications belges étant stable. On peut y lire une forte implication des Belges dans les ecTQG autour d’H. Beguin et d’I. Thomas, quelle que soit leur localisation et dans la limite des capacités structurelles des effectifs universitaires et de recherche belges. Enfin, il faut noter l’expansion du pôle rouennais avec six communications de huit contributeurs différents — nombre largement supérieur à ceux des colloques précédents — parmi lesquels P. Langlois, mathématicien, joue un rôle central de méthodologue.

44Le colloque de Durham (1999) marque la transition entre les moments d’amplification et de diversification. Le nombre total de communications augmente encore et certains groupes sont assez développés pour envoyer une délégation importante. Ainsi, les Rouennais ont présenté six communications pour douze contributeurs, préfigurant le futur colloque qu’ils ont organisé en 2001 à Saint-Valéry-en-Caux. Plus généralement, les francophones ont largement communiqué avec des confrères étrangers, vérifiant l’hypothèse d’une internationalisation du réseau des collaborations.

Le développement dans la diversification (années 2000 à nos jours)

45D’après l’étude des ecTQG, la première période de développement du mouvement perdure jusqu’à la fin des années 1990 et se caractérise par une augmentation numérique, quelques collaborations et un renouvellement des générations. Même si les pôles présents en 2001 sont majoritairement les pôles historiques, une diversification des lieux de la géographie théorique et quantitative européenne francophone se produit au cours de cette période et se prolonge jusqu’à nos jours.

46Les Rouennais et les Parisiens ont joué un rôle majeur lors du colloque de Saint-Valéry-en-Caux (2001), avec de nombreuses communications, ce qui est probablement dû à la proximité du lieu du colloque. Cela confirme les effets proxémiques d’un événement scientifique (toutes choses égales par ailleurs), même si la dynamique du pôle rouennais (autour d’Y. Guermond) a sans doute renforcé cette tendance (Figure 7). Des relations entre la France et la Belgique existent et notamment entre Louvain-la-Neuve, Besançon et Dijon. D’autres groupes historiques sont présents comme Nice ou Strasbourg, tandis que d’autres apparaissent comme celui de Montpellier autour de C. Rozenblat, avec des liaisons peu nombreuses entre membres du groupe Dupont dans le Sud-Est.

Figure 7 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Saint-Valéry-en-Caux (France, 2001)

Figure 7 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Saint-Valéry-en-Caux (France, 2001)

Source : Liste des communications de l’ecTQG de Saint-Valéry-en-Caux, 2001. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013

  • 27 Tous les deux font par exemple partie du groupe Dupont.

47Le colloque de Lucca montre quant à lui de fortes collaborations entre des pôles historiques de la géographie théorique et quantitative tels que Strasbourg et Besançon en France et Louvain-la-Neuve en Belgique (Figure 8). Il existe en effet une véritable nébuleuse de collaborations franco-belges comprenant non seulement des auteurs européens francophones mais aussi des auteurs néerlandophones d’Anvers et de Bruxelles avec une forte présence de non géographes tels que des économistes flamands. Associées à celles des précédents colloques, ces collaborations indiquent la constitution d’un espace européen francophone interdisciplinaire autour de la géographie théorique et quantitative. Par ailleurs, des liaisons lointaines telles que celles entre Montpellier et Metz, via C. Rozenblat et S. De Ruffray peuvent s’expliquer par la co-appartenance des auteurs à d’autres réseaux27.

Figure 8 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Lucca (Italie, 2003)

Figure 8 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Lucca (Italie, 2003)

Source : Liste des communications de l’ecTQG de Lucca, 2003. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013

  • 28 C. Cauvin affirme que la relation entre Strasbourg, le Vietnam et l’Iran s’est faite par l’entremis (...)

48La nouveauté à Tomar (Portugal, 2005) vient de communications entre des Français et des universitaires de pays avec lesquels la coopération était rare aux ecTQG : Canada, Vietnam et Russie. Elle traduit un recrutement international des doctorants28, de sorte qu’il semble difficile d’analyser ces interactions comme des collaborations internationales distales, à l’image de celle existant entre P. Frankhauser et I. Thomas, liée à leur travail sur des sujets communs. Néanmoins, cela atteste d’une part d’un rayonnement des compétences de la géographie théorique et quantitative au-delà des frontières de l’Europe, et d’autre part du renforcement de réseaux internes. Des co-directions transdisciplinaires apparaissent aussi avec M. Granet (géophysique du globe) ou D. Courgeau (démographie). Il se produit donc une certaine diversification de la nature des liaisons.

49Le colloque de 2007 à Montreux est marqué par un très fort effet local : les Suisses étaient peu nombreux aux ecTQG précédents. Les collaborations entre différents sous-groupes français se renforcent, notamment entre Bordeaux, Montpellier, Besançon et Paris. Enfin, les connexions avec des pays étrangers sont plus diversifiées : France-Belgique-Suisse-Australie, Suisse-Russie et France-Italie.

50En Irlande, en 2009, le réseau de communications le plus notable inclut des connexions entre des universitaires de Louvain-la-Neuve, Paris, Besançon et Dijon (Figure 9). Il faut souligner la présence importante d’informaticiens (G. Vuidel de ThéMA à Besançon) et d’économistes (J. Cavailhès de ThéMA à Dijon).

Figure 9 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Maynooth (Irlande, 2009)

Figure 9 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Maynooth (Irlande, 2009)

Source : Liste des communications de l’ecTQG de Maynooth, 2009. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013

  • 29 Comme l’a exposé G. Caruso dans un entretien, deux pôles existent de nos jours dans ce pays. Le pre (...)

51Le dernier colloque de notre étude, localisé à Athènes en 2011, montre une certaine continuité par rapport aux précédents, et donc la poursuite de cette diversification des localisations et des collaborations (Figure 10). Le fait le plus remarquable est cependant l’explosion de la participation des doctorants, confortant l’idée d’un renouvellement important de la géographie théorique et quantitative européenne francophone. Dans cet esprit, le pôle parisien est le plus important mais le moins collaboratif avec une majorité de contributions individuelles. La récente apparition des présentations venues du Luxembourg se confirme également29.

Figure 10 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG d’Athènes (Grèce, 2011)

Figure 10 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG d’Athènes (Grèce, 2011)

Source : Liste des communications de l’ecTQG d’Athènes, 2011. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013

Quels enseignements de l’étude des ecQTG depuis 1978 ?

52L’hypothèse d’une périodisation en trois moments du développement et de la diffusion de la géographie théorique et quantitative européenne francophone n’a pas véritablement été validée puisque, par l’étude des ecTQG, un développement exponentiel et sans discontinuité intrinsèque significative a été observé. En effet, la supposée phase 3 consiste ici en une amplification de la phase 2 avec un développement plus net des collaborations internationales. Les témoignages permettent malgré tout de constater que si la première période s’arrête bien à la charnière des années 1970 et 1980, la deuxième période se poursuit jusqu’à la fin des années 1990, sans doute en partie du fait de l’absence de recrutements de géographes dans les universités françaises dans les années 1980. Cela a considérablement freiné la diffusion de la géographie théorique et quantitative, comme l’indiquent de nombreux quantitativistes français interrogés. Au-delà de l’augmentation prononcée des présentations de géographes européens francophones à partir de la fin des années 1990, une diversification importante des lieux de la géographie théorique et quantitative se produit. Ainsi, le nombre de lieux/villes représentés est passé de 8 en 1991 à 16 en 2001 et à une vingtaine pour les deux derniers colloques.

  • 30 Au sujet de Pau par exemple, C. Cauvin souligne la diffusion réalisée en provenance de Strasbourg a (...)

53Néanmoins, ces sous-groupes demeurent globalement concentrés au nord-est d’une diagonale Nantes-Montpellier, et ne concernent pas la majorité des lieux où la discipline géographique est enseignée à l’université. Certaines universités françaises n’ont jamais été réellement touchées par la diffusion de la géographie théorique et quantitative. Les intervenants du sud-ouest de la France n’apparaissent que tardivement et correspondent surtout à des « migrants » comme l’affirment les pionniers du mouvement30. Cette répartition spatiale des pôles de la géographie théorique et quantitative peut en partie s’expliquer par des barrières à la diffusion du mouvement : certains acteurs l’expliquent par la présence de bastions opposés à la géographie théorique et quantitative et ils citent l’exemple de la géographie tropicale à Bordeaux ou des héritiers de B. Kayser à Toulouse.

54Par ailleurs, le nombre de co-auteurs par papier augmente tout au long de la période et surtout vers la fin de celle-ci, même si pour le dernier colloque de nombreux doctorants parisiens communiquent seuls. Cette tendance résulte pour partie de l’accroissement du caractère collectif de la recherche, sous l’effet de son organisation en laboratoires, de sa technicité croissante ou des progrès de l’interdisciplinarité. Cela est particulièrement vrai dans le champ de la géographie théorique et quantitative européenne francophone, où la participation de méthodologues est souvent nécessaire en plus de celle des thématiciens. Les méthodes de l’analyse spatiale, les bases de données et les systèmes d’information géographique sont aussi susceptibles de favoriser davantage des comparaisons internationales.

55Enfin, notre analyse a mis en lumière que les communications d’universitaires européens francophones s’insèrent de plus en plus dans des collaborations internationales incluant des relations avec l’Italie, l’Allemagne, voire des pays plus lointains, soutenues par des co-tutelles de thèse et la priorité donnée aux thématiques communes par rapport aux contraintes distales. Cette remarque d’H. Reymond est bien confirmée par notre étude qualitative des réseaux de collaborations qui correspondent de plus en plus à des proximités thématiques ou méthodologiques et non à des proximités spatiales. Cela est surtout vrai dans la dernière période. Le contexte d’échanges établi par les ecTQG peut avoir eu comme conséquence l’apparition et le développement de ces collaborations nationales et internationales.

Conclusion

56La constitution des réseaux des participants aux ecTQG permet d’observer un développement et une diffusion continus de la géographie théorique et quantitative européenne francophone. Les témoignages dessinent plus concrètement une partition de ce développement en trois périodes (émergence, amplification, diversification), le tout dans des espaces globalement circonscrits à un grand Nord-Est de notre aire d’étude.

57La première période, le moment de l’émergence, se caractérise par l’activisme de quelques personnes relativement isolées ou commençant à former des petits groupes dans un nombre restreint de lieux. Ces précurseurs se forment aux méthodes quantitatives, n’ont pas encore d’élèves, et ne sont encore qu’assistants ou maîtres-assistants pour les plus jeunes. Sans être homogènes, les années suivantes marquent une phase d’amplification du mouvement. La géographie théorique et quantitative devient légitime et installée en Europe francophone. Cela se manifeste par la constitution progressive de pôles avec la formation de doctorants. Les premières coopérations internationales apparaissent, facilitées par la langue commune dans le cas des francophones, mais c’est principalement le réseau national qui se constitue. Enfin, dans une troisième période, le développement de la géographie théorique et quantitative se révèle bien plus important, se matérialisant par des doctorants plus nombreux et qui peu à peu peuvent former des réseaux à leur tour. Un essaimage se produit avec une diversification des lieux de la géographie théorique et quantitative en Europe francophone. Facilitée par la révolution de l’Internet et plus généralement des télécommunications, cette troisième période voit une généralisation des coopérations internationales et pluridisciplinaires. La proximité géographique devient moins importante, ce qui a par ailleurs été bien démontré dans la littérature relative aux activités scientifiques (Howells, 1995 ; Bougrain, 1999). Et ce sont surtout les thèmes de recherche qui prévalent pour instituer des collaborations. En effet, les TIC sont les principaux éléments qui influent sur la transmission des connaissances comme l’ont exposé de nombreux auteurs (Brousseau, Rallet, 1999 ; Flichy, Quéré, 2000 ; Revelli, 2000 ; Brousseau, Curien, 2001).

58Sur le plan méthodologique, cette étude est fondée sur deux sources très différentes : une source homogène relative à un événement spécifique et un corpus d’entretiens effectués auprès de participants du mouvement. Grâce à cela, nous avons dessiné les contours de l’investissement et des collaborations des Européens francophones autour des ecTQG. Malgré tout, les sources utilisées ne suffisent pas pour connaître l’histoire précise de ces collaborations et leur aboutissement constitue l’une des perspectives de recherche. Elles montrent néanmoins une envie de plus en plus forte de chercheurs confirmés, mais également de doctorants, de se rendre à une manifestation qui dure maintenant depuis plusieurs décennies. Finalement, les ecQTG successifs ont été des événements scientifiques spécifiques ; ils sont un marqueur essentiel de la diffusion de la géographie théorique et quantitative dans l’espace européen francophone.

Haut de page

Bibliographie

Bahrenberg G., St-Blien G., Taubmann, W. (eds), 1983, « Theoretical and Quantitative Geography », in Proceedings of the Third European Colloquium, Augsburg, Allemagne, 13-17 Septembre 1982, Bremer Beiträge zur Geographie und Raumplanung, Heft 8.

Beauguitte L., 2009, Ucinet et Netdraw. Logiciels pour l’analyse des réseaux sociaux. Petit Mode d’emploi. Url : http://thema.univ fcomte.fr/IMG/pdf/_EMPLOI_v1.01.pdf

Bennett, R. J., Blacksell, M., Cliff, A.D., Cox, N., Gatrell, A.C., Harris, R., Senior, D., Wrigley, N., 1981, « Second European Colloquium on quantitative and theoretical geography », Area, vol. 13, 104-108.

Bennett R. J., 1981, European Progress in spatial analysis, London, Pion.

Besse J.-M., 2004, « Le lieu en histoire des sciences. Hypothèses pour une approche spatiale du savoir géographique au XVIe siècle », MEFRIM, T.116, 401-422.

Bougrain F., 1999, « Les enjeux de la proximité institutionnelle lors du processus d’innovation », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 4, 765-784.

Brousseau E., Rallet A., 1999, Technologies de l’information, organisation et performances économiques, Paris, Commissariat Général du Plan.

Brousseau E., Curien N. (dir.), 2001, « Économie de l’internet », Revue économique, vol. 52, n° hors-série.

Cauvin C., 2007, « Géographie et mathématique statistique, une rencontre d’un nouveau genre. Trente ans de stages de mathématiques et statistique appliquées à la géographie », La revue pour l’histoire du CNRS., n° 18. Url : http://histoire-cnrs.revues.org/4131

Chamussy H., 2000, « Le groupe Dupont ou les enfants du paradigme », in Knafou R. (dir.), L’état de la géographie. Autoscopie d’une science, Paris, Belin, 134-144.

Condé C., Massonie J.-P., Wieber J.-C., 1983, « Dix ans de pratique en géographie quantitative à travers le colloque de Besançon », Annales de Géographie, vol. 511, 257-267.

Degenne A., Forsé M., 1994, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, Coll. « U sociologie ».

Eckert D., Baron M., 2013, « Construire une géographie de la science », M@ppemonde, n° 110.

Elias N., 1991, La société des individus, Paris, Fayard.

Fleck L., 2008, Genèse et développement d’un fait scientifique, Paris, Flammarion, Coll. « Champs sciences ».

Flichy P., Quéré L. (dir.), 2000, Communiquer à l’ère des réseaux, in Réseaux, vol. 18, n° 100, Paris, Hermès Science Publications.

Frickel S., Gross N., 2005, « A General Theory of Scientific/Intellectual Movements », American Sociological Review, vol. 70, n° 2, 204-232.

Garrison W.L., Marble D.F. (1961), The Structure of Transportation Networks (Unpublished report for the U.S. Army Transportation Research Command, by the Transportation Center at Northwestern University).

Grasland C., « Les lieux de la géographie. Le 5è Colloque européen de Géographie Théorique et Quantitative (Bardonecchia, septembre 1987) », L’Espace Géographique, vol. 16, n° 4, 306-307.

Haggett P., 1966, Locational Analysis in Human Geography, Londres, Edward Arnold.

Haggett P., 1990, The Geographer’s Art, Oxford, Blackwell.

Howells J., 1995, « Going global: the use of ICT networks in research and development », Research Policy, vol. 24, n° 2, 169-184.

Jacob C. (dir.), 2007, Lieux de savoir. 1. Espaces et communautés, Paris, Albin Michel.

Lazega E., 1998, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, PUF, « Que sais-je ?  ».

Le Berre M., 1988, « Itinéraire géographique. Vingt ans après », Brouillons Dupont, n° 17.

Livingstone D. N., 1995, « The spaces of knowledge : contributions toward a historical geography of science », Environment and planning. Society and space, 13-42.

Livingstone D. N., 2003, Putting Science in Its Place : Geographies of Scientific Knowledge, Chicago, University of Chicago Press.

Livingstone D. N., Withers C. W. J. (dir.), 2011, Geographies of Nineteenth-Century Science, Chicago, Uiversity of Chicago Press.

Pumain D., Saint-Julien T., Vigouroux M., 1983, « Jouer de l’ordinateur sur un air urbain », Annales de Géographie, vol. 511, 331-346.

Pumain D. 2001, « Communicating about theory in geography », Cybergeo : European Journal of Geography, article 200. Url : http://cybergeo.revues.org/1007

Pumain D., Robic M.-C., 2002, « Le rôle des mathématiques dans une  »révolution«  théorique et quantitative : la géographie française depuis les années 1970 », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 6, 123-144.

Rey V., Robic M.C., 1983, « La géographie rurale  »quantitative et théorique«  : bilan d’une décennie », Annales de Géographie, n° 511, 305-330.

Robic M.-C., 2013, « Connaître son Monde », Terra Brasilis (Nova Série), n° 2.

Orain O., 2009, De Plain Pied dans le monde. Ecriture et réalisme dans la géographie du XXe Siècle, Paris, L’Harmattan.

Racine J.-B., Reymond H., 1973, L’Analyse quantitative en géographie, Paris PUF.

Revelli C., 2000, Intelligence stratégique sur l’internet, Paris, Dunod.

Sun S., Manson S. M., 2011, « Social Network Analysis of the Academic GIScience Community », The Professional Geographer, vol. 63, n° 1, 18-33.

Unwin D. J., 1978, « First Anglo/Franco/German colloquium on Contemporary problems », in Theoretical and Quantitative Geography, Strasbourg, 28-30 septembre.

Unwin D. J., 1979, « Theoretical and quantitative geography in northwest Europe », Area, vol. 11, 164-166

Unwin, D.J., 1999, « Euroquant at 21 :  »coming of age«  ? », Cybergeo : European Journal of Geography, article 114. Url : http://cybergeo.revues.org/563

Webber M., 1996 [1964], L’urbain sans lieu ni bornes, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube.

Haut de page

Annexe

Complément d’analyse quantitative des réseaux de co-communication aux Colloques européens

En complément de cette analyse31, grâce aux données à disposition, il est possible de mesurer la coordination entre les acteurs du mouvement à travers des indices de connexité, indiqués indice beta et indice gamma dans le tableau ci-dessous qui donne par ailleurs un certain nombre d’informations sur le réseau (nombre de sous-réseaux, nombre de lieux de rattachement des auteurs, nombre d’auteurs, nombre de liens entre auteurs et taux de liens intersites) selon une fréquence décennale (1982, 1991, 2001 et 2011).

Figure 11 - Évolution de la structure du réseau des colloques européens de géographie théorique et quantitative (1982 - 2011)

Dates

Nbre de composantes connexes

Nbre

de lieux

Nbre

de nœuds

Nbre d'arêtes

Tx de liens externes (%)

Indice beta32

Indice gamma33

1982

6

5

17

42

0

2,47

0,077

1991

16

8

26

14

6

0,54

0,043

2001

37

16

71

59

24

0,83

0,024

2011

37

15

87

84

43

0,97

0,022

Sources : Listes des communications des colloques européens de géographie théorique et quantitative d’Augsbourg, 1982, de Stockholm, 1991, de Saint-Valéry-en-Caux, 2001, et d’Athènes, 2011.

Auteur : Sylvain Cuyala, 2014.

Ainsi, en retenant les colloques selon une fréquence décennale, nous constatons une augmentation continue du nombre de sous-réseaux (composantes connexes) entre 1982 et 2001, se stabilisant par la suite. Cette augmentation a lieu tout au long de la période en ce qui concerne le nombre de communicants (multiplié par 5) et le nombre de liens entre eux (multiplié par 3,2). La propension à communiquer avec des personnes extérieures à sa ville d’appartenance institutionnelle34 passe de 0% en 1982 à 43% en 2011, augmentant régulièrement au long de la période, ce qui montre la progression des relations entre les pôles du mouvement théorique et quantitatif. Notre analyse et les cartes réalisées ont mis en lumière que les communications d’universitaires européens francophones s’insèrent de plus en plus dans des collaborations internationales incluant des relations avec l’Italie, l’Allemagne, voire des pays plus lointains, soutenues par des co-tutelles de thèse et la priorité donnée aux thématiques communes par rapport aux contraintes distales. Cette remarque d’H. Reymond est bien confirmée par notre étude qualitative des réseaux de collaborations qui correspondent de plus en plus à des proximités thématiques ou méthodologiques et non à des proximités spatiales. Cela est surtout vrai dans la dernière période. Le contexte d’échanges établi par les colloques européens peut avoir eu comme conséquence l'apparition et le développement de ces collaborations nationales et internationales.

Si la connexité du réseau a été très forte en 1982 en raison de la communication collective des géographes de Besançon (9 personnes sur un total de 17 communicants à cette session) dans un réseau de petite taille, la connexité augmente régulièrement entre 1991 et 2011 en prenant en compte le rapport entre le nombre d’arêtes et le nombre de sommets, témoignant de la structuration de plus en plus importante d’un réseau caractérisé au départ par des collaborations ou des individus isolés. Remarquons cependant que la connexité du réseau est loin d’être maximale puisque l’indice gamma, qui peut être compris en 0 et 1, n’atteint jamais un dixième (« 1 » correspondrait à un réseau complet). Toutefois, en utilisant l’indice de connexité prenant en compte le caractère non planaire du graphe, on se rend compte que la connexité diminue jusqu’en 2001, puis se stabilise. Globalement, c’est davantage par l’augmentation du nombre des personnes concernées plus que par leur proportion en termes de liens potentiels que se manifeste une augmentation des collaborations entre communicants des colloques européens et donc la structuration du réseau qui en découle.

Par ailleurs, le nombre de co-auteurs par papier augmente tout au long de la période et surtout vers la fin de celle-ci, même si pour le dernier colloque de nombreux doctorants parisiens communiquent seuls. Cette tendance résulte pour partie de l’accroissement du caractère collectif de la recherche, sous l’effet de son organisation en laboratoires, de sa technicité croissante ou des progrès de l’interdisciplinarité. Cela est particulièrement vrai dans le champ de la géographie théorique et quantitative européenne francophone, où la participation de méthodologues est souvent nécessaire en plus de celle des thématiciens. Les méthodes de l’analyse spatiale, les bases de données et les systèmes d’information géographique sont aussi susceptibles de favoriser davantage des comparaisons internationales.

Au-delà de l’augmentation prononcée des présentations de géographes européens francophones à partir de la fin des années 1990, une diversification importante des lieux de la géographie théorique et quantitative se produit. Ainsi, le nombre de lieux/villes représentés triple entre 1982 et 2011 comme le montre le tableau de l’évolution de la structure du réseau des colloques européens de géographie théorique et quantitative (1982 - 2011) présenté ci-dessus. En 2013 à Dourdan, si la tendance se poursuit, les géographes francophones belges, luxembourgeois et suisses ne viennent chacun que d’un seul lieu, respectivement Louvain-la-Neuve, Luxembourg et Lausanne. Ces sous-groupes demeurent globalement concentrés au nord-est d'une diagonale Nantes-Montpellier, comprenant par définition la Belgique, le Luxembourg et la Suisse. Comme on l’a vu grâce à l’analyse des thèmes de recherche dans le Répertoire des géographes, cette spatialisation est particulière et ne correspond pas aux effectifs totaux de géographes. Nous observons tout au long des cartes réalisées un vide dans le grand Ouest de l’Europe francophone.

Haut de page

Notes

1 Une communication incluant les premiers résultats détaillés dans cet article a été présentée en 2011. Cf. Cuyala S., « Why are French-speaking scholars so interested in ecTQG? », European Colloquium of Theoretical and Quantitative Geography, 2-5 Septembre, Athènes.

2 Le sigle anglais ecTQG pour European colloquium of Theoretical and Quantitative Geography est utilisé dans le reste de l’article.

3 Il est possible de retrouver le programme, les actes et les listes de participants de ces colloques de Besançon dans Les Cahiers de Géographie de Besançon.

4 Voir à ce propos les travaux de N. Elias sur La société des individus (1991) et L. Fleck sur Genèse et développement d’un fait scientifique (2008).

5 Stages de formation organisés par l’ORSTOM et la Maison des Sciences humaines de Paris en 1971, avec le soutien de l’institut de mathématiques de Paris V en 1972, et financés régulièrement par le CNRS à partir de 1974.

6 Pour une initiation claire à ces logiciels, se reporter au document suivant : Beauguitte, 2009.

7 Certains, tels que Pierre Frankhauser, étaient non géographes puis sont devenus géographes.

8 Cela ne préjuge par ailleurs pas de la langue maternelle de l’auteur de la communication.

9 Le plus âgé des interviewés est né en 1926 et le plus jeune en 1978.

10 Durant la même période, la population des géographes français est également en nette augmentation alors que celle des autres géographes francophones est beaucoup plus stable.

11 Association Européenne de Science Régionale.

12 Association des Géographes Américains.

13 Société Royale de Géographie.

14 Cependant, si cette périodisation est globale et concerne l’ensemble du mouvement, il paraît raisonnable de penser que les ecTQG ne sont qu’une manifestation du mouvement parmi d’autres et peuvent avoir leur temporalité propre.

15 Il faut souligner à ce propos que si M. Chesnais était en poste à Caen, l’essentiel de son activité scientifique a longtemps été exercée à Montpellier et au sein du groupe Dupont.

16 Ces derniers sont des pères fondateurs du groupe Dupont formé dès 1972. Ce groupe, fonctionnant dès le départ en réseau dans le sud-est de la France, est l’un des moteurs du mouvement européen francophone, comme l’ont souligné plusieurs textes rétrospectifs (Chamussy, 2000 ; Orain, 2009). Ils sont accompagnés de C.-P. Péguy, passeur important du mouvement pour eux et l’un des principaux rénovateurs de la climatologie française.

17 Patrice Langlois affirme : « Il est arrivé que je présente trois ou quatre communications dans le même colloque. Il y avait plusieurs auteurs par communication, des auteurs géographes et puis des auteurs plus mathématiciens, informaticiens comme Lannuzel ou moi. Je n’ai jamais basculé dans la thématique en quelque sorte. J’étais accessible à toutes les thématiques que les gens me proposaient ».

18 Auparavant, les jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs préparaient une thèse de doctorat d’État, plus exigeante en termes de volume de travail et de durée requise.

19 Un numéro spécial des Brouillons Dupont a été consacré aux « communications françaises à Eindhoven ».

20 C. Grasland en a réalisé un compte rendu intitulé « Les lieux de la géographie. Le 5è Colloque européen de Géographie Théorique et Quantitative (Bardonecchia, septembre 1987) » dans L’Espace Géographique (1987).

21 J.-C. Thill travaillera plus tard aux États-Unis.

22 H. Beguin prononce par ailleurs à Bardonecchia le discours d’ouverture en proposant une relecture critique de la théorie des lieux centraux (« Central place theory : a critical review »). Cela témoigne de son importance et de sa stature dans le mouvement théorique et quantitatif.

23 L. Sanders et D. Pumain affirment dans des entretiens que ces dernières interactions sont le fruit de contacts antérieurs pris lors de rencontres telles que l’École internationale d’été de San Miniato en 1982, intitulée Transformations in space and time et organisée par D. Griffith. Des acteurs francophones majeurs de la géographie théorique et quantitative étaient présents à cette école tels que L. Sanders, D. Pumain et B. Marchand. Des rencontres avec des Anglais, des Allemands, des Italiens y ont eu lieu. Ces écoles et les collaborations qui en ont découlé montrent un double processus : formation et diffusion. D’autres écoles ont suivi en Allemagne notamment, pour la production d’un ouvrage appliquant les méthodes de la synergétique aux migrations interrégionales (Weidlich, Haag, 1988), ce qui explique cette collaboration, au colloque de Bardonecchia, entre D. Pumain, G. Haag et P. Frankhauser. Ce dernier, physicien de formation, prépara une seconde thèse de doctorat en France, sur la fractalité des structures urbaines (1993) sous la direction de D. Pumain et a rejoint Besançon et le laboratoire ThéMA en 1993, soit six ans après le colloque de Bardonecchia.

24 A noter que C. Cauvin et H. Reymond n’étaient pas présents physiquement à Chantilly mais ont participé à la préparation des travaux strasbourgeois.

25 Ils apparaissent sur la photographie de groupe, parmi lesquels, de gauche à droite, C. Grasland, M. Baron, N. Cattan ou C. Rozenblat.

26 Il est composé des fondatrices, T. Saint-Julien et D. Pumain, associées à la nouvelle génération représentée notamment par M. Baron et N. Cattan. De nombreux interviewés ont insisté sur cet aspect.

27 Tous les deux font par exemple partie du groupe Dupont.

28 C. Cauvin affirme que la relation entre Strasbourg, le Vietnam et l’Iran s’est faite par l’entremise d’une doctorante vietnamienne (Tran Dong) et d’une doctorante iranienne (Azadée Kalhori).

29 Comme l’a exposé G. Caruso dans un entretien, deux pôles existent de nos jours dans ce pays. Le premier est constitué de chercheurs du CEPS dont une partie provient du pôle strasbourgeois. De l’autre côté, la création d’un master de géographie puis d’une école doctorale ont entraîné son recrutement à la jeune université de Luxembourg, lui-même originaire de Louvain-la-Neuve. Il est en charge de former des doctorants internationaux en géographie théorique et quantitative, comme en témoigne sa participation très active à un nouveau Master européen intitulé « Geographical Modelling » lancé à l’initiative de C. Grasland en 2012.

30 Au sujet de Pau par exemple, C. Cauvin souligne la diffusion réalisée en provenance de Strasbourg avec D. Badariotti, revenu ensuite à Strasbourg, ou encore à partir de Besançon par A. Banos qui fait à présent partie de l’UMR Géographie-cités à Paris. A.M. Meyer à Bordeaux est un autre exemple d’une telle diffusion ponctuelle (voir le travail de C. Cauvin dans La Revue pour l’Histoire de CNRS [2007]).

31 Ce texte vient en annexe de l’article : DOI : 10.4000/cybergeo.26100 ; http://cybergeo.revues.org/26100

32 L’indice beta est égal au rapport entre le nombre d’arêtes et le nombre de nœuds du graphe.

33 L’indice gamma est égal au rapport entre le nombre d’arêtes observé et le nombre maximal d’arêtes possible en prenant en compte le caractère non planaire de ce graphe (Garrison, Marble, 1961).

34 Cette propension est ici comprise comme le rapport entre le nombre de liens externes et le nombre de liens total.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution du nombre de communications francophones européennes aux ecTQG (1978-2011)
Crédits Source : Listes de communications aux ecTQG, 1978-2011. Réalisation : S. Cuyala, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-1.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 2 : Évolution de la part des communications européennes francophones aux ecTQG (1978-2011)
Crédits Source : Listes de communications aux ecTQG, 1978-2011. Réalisation : S. Cuyala, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-2.png
Fichier image/png, 152k
Titre Figure 3 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG d’Augsbourg (Allemagne, 1982)
Crédits Source : Liste des communications de l’ecTQG d’Augsbourg, 1982. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-3.png
Fichier image/png, 89k
Titre Figure 4 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Bardonecchia (Italie, 1987)
Crédits Source : Liste des communications de l’ecTQG de Bardonecchia, 1987. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-4.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 5 : Photo de groupe de certains participants de l’ecTQG de Chantilly (1989)
Crédits Source : P. Haggett en illustration de son ouvrage The Geographer’s Art (1995). Réalisation : S. Cuyala, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-5.png
Fichier image/png, 778k
Titre Figure 6 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Stockholm (Suède, 1991)
Crédits Source : Liste des communications de l’ecTQG de Stockholm, 1991. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-6.png
Fichier image/png, 86k
Titre Figure 7 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Saint-Valéry-en-Caux (France, 2001)
Crédits Source : Liste des communications de l’ecTQG de Saint-Valéry-en-Caux, 2001. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-7.png
Fichier image/png, 153k
Titre Figure 8 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Lucca (Italie, 2003)
Crédits Source : Liste des communications de l’ecTQG de Lucca, 2003. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-8.png
Fichier image/png, 138k
Titre Figure 9 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG de Maynooth (Irlande, 2009)
Crédits Source : Liste des communications de l’ecTQG de Maynooth, 2009. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-9.png
Fichier image/png, 182k
Titre Figure 10 : Les communicants européens francophones à l’ecTQG d’Athènes (Grèce, 2011)
Crédits Source : Liste des communications de l’ecTQG d’Athènes, 2011. Réalisation : S. Cuyala et F. Delisle, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26100/img-10.png
Fichier image/png, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Cuyala, « La diffusion de la géographie théorique et quantitative européenne francophone d’après les réseaux de communications aux colloques européens (1978-2011) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 657, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26100 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26100

Haut de page

Auteur

Sylvain Cuyala

Doctorant, UMR 8504 Géographie-cités, sylvain.cuyala@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page