Navigation – Plan du site
2004
286

Cartographie du risque naturel dans le monde. Etude comparative entre une approche d’ordre social et une approche d’ordre économique de la vulnérabilité

Global natural hazard mapping. Comparative study between a social approach and an economical approach of the vulnerability

Gilles André
Traduction(s) :
Natural hazard mapping across the world. A comparative study between a social approach and an economic approach to vulnerability

Résumés

Depuis une vingtaine d'années les catastrophes naturelles (C.N.) occupent une place importante dans nos esprits, dans les médias et sur la scène politique. Hier encore, jugées comme la manifestation de la colère de dieu ou de la fatalité, les progrès scientifiques ont conduit à une rationalisation des modes de pensée qui nous rend moins tolérant vis-à-vis des catastrophes naturelles. Si de nombreuses études ont été menées pour mieux cerner et comprendre les mécanismes qui engendrent de tels phénomènes, rares sont celles qui se sont intéressées à une estimation globale du risque naturel à l'échelle de la planète, selon différentes approches de la vulnérabilité. Nous présentons, dans cet article, une étude comparative de l'estimation du niveau d'exposition au risque naturel de chaque pays à partir de deux approches de la vulnérabilité (sociale et économique) combinées à une approche probabiliste de l'aléa naturel. Ce travail permet de faire ressortir l'existence d'inégalités entre les pays "riches" et les pays "pauvres" face au risque naturel en considérant l'aspect social de la vulnérabilité, alors que dans l'approche économique, la tendance s'inverse, mettant les pays "riches" parmi les pays les plus exposés au risque naturel.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Voilà plus de 10 ans que dans le sillon de la "décennie de lutte mondiale contre les catastrophes naturelles", émergeait une nouvelle science du risque : la cindynique.  Cette science dont l'objectif est d'étudier et de comprendre non seulement les phénomènes naturels d'un point de vue physique mais également d'estimer les facteurs de vulnérabilité des biens et des sociétés afin de déboucher sur des actions de prévention. Si un certain nombre d'efforts portant sur la compréhension de certains aléas naturels, sur leur prévision et leur prévention a été réalisé, il demeure que la caractérisation de la vulnérabilité des biens et des enjeux reste encore un problème délicat en raison des nombreuses approches et définitions que l'on peut donner à la vulnérabilité. Cette difficulté à estimer la vulnérabilité d'une société ou d'un territoire en termes de quantification physique ou de causes et de conséquences sociales conduit à ne pas pouvoir mener d'études comparatives d'un territoire à l'autre, ou d'une société à l'autre. Les facteurs de vulnérabilité étant souvent étroitement liés au vécu des sociétés, les études de vulnérabilité se sont toujours portées sur des territoires précis et bien délimités (Chardon, 1994). Les comparaisons entre différents territoires et sociétés n'étaient que trop rarement effectuées. La conséquence de cette absence de comparaison est qu'il est difficile de relativiser un événement naturel, et de crier à la catastrophe, quand l'Aude et ses affluents débordent faisant une dizaine de morts, alors qu'au même moment, les coulées de boues qui se produisaient sur la côte Nord du Venezuela faisaient à elles seules près de 50.000 morts.

  • 1  Ministère de l'écologie et du développement durable.

2Sans chercher à dénoncer un certain égoïsme de nos sociétés, nous proposons à travers cette étude d'estimer l'exposition de chaque pays au risque naturel. Comme nous venons de le souligner précédemment, il est difficile d'estimer la vulnérabilité des biens et sociétés exposés en raison de la relative ambiguïté de ce concept. Néanmoins, si l'on se réfère à la définition du risque naturel du MEDD1 selon laquelle le risque naturel correspond à la conjonction d'un phénomène naturel dit "aléa" et d'une vulnérabilité des biens et des personnes exposés, nous devons, dans notre étude comparative sur le niveau d'exposition aux risque naturel de chaque pays, mettre au point une méthode d'estimation globale de la vulnérabilité pour chaque pays.

3Au regard des différentes définitions proposées pour la vulnérabilité, il ressort que deux approches peuvent être retenues : une première approche visant à estimer la vulnérabilité en fonction des pertes financières qu’occasionnerait une catastrophe naturelle, et une approche intégrant un large panel de facteurs sociaux, démographiques, culturels et historiques. Dans notre étude, nous avons donc cherché un ensemble d’indicateurs pouvant nous permettre de caractériser la vulnérabilité selon les deux approches retenues. Ces indicateurs devaient présenter l’intérêt d’être disponibles pour l’ensemble des pays du globe, et de présenter une certaine fiabilité. Face à la grande difficulté de trouver des indices socio-économiques et démographiques détaillés pour tous les pays, nous nous sommes contraints à l’utilisation de quatre indices synthétiques : le Pib par habitant, l’Indice de développement Humain, le taux d’urbanisation, et la croissance démographique.  

  • 2  Programme des Nations Unies pour le Développement
  • 3 Centre for Research on the Epidemiology of Disasters

4Un premier travail a donc consisté à compiler les informations nécessaires aux différents calculs de la vulnérabilité ainsi qu’à l’estimation de l’aléa. Pour la vulnérabilité, nous avons cherché les indicateurs dans les différentes bases de données mondiales des Nations Unies, du PNUD2 (PNUD, 2003). L’estimation des aléas s’est faite grâce à la base de données EMDAT du CRED3 qui recense plus de 13000 catastrophes naturelles dans le monde depuis 1900. Les catastrophes naturelles y sont classées par pays et grands types de phénomènes (séisme, inondations, tempêtes, cyclones, tempêtes tropicales, avalanche, glissement de terrain, sécheresse etc…). Ce travail de compilation a été effectué à partir de sources hétérogènes telles que les rapports d’ONG, de gouvernement, de compagnies d’assurance, les coupures de presses. Il est bien évident, que comme dans tout travail de compilation, le niveau de fiabilité et d’exhaustivité de l’information diffère d’un pays à l’autre et surtout d’une époque à une autre. Aussi, nous avons décidé de nous intéresser uniquement aux 30 dernières années, pour lesquelles nous estimons que l’information recueillie est plus exhaustive et plus fiable. À partir de ces données relatives aux catastrophes naturelles, nous avons effectué des regroupements selon les origines des aléas en quatre classes : séismes, inondations, sécheresse, phénomènes éoliens (cyclone, tempête). Nous avons délibérément écarté les phénomènes comme les avalanches ou les glissements de terrains, qui ne représentent pas une grande part dans les aléas à l’origine de catastrophes naturelles.

5Le travail de compilation de données étant réalisé, nous avons intégré l’ensemble des ces informations dans un système d’information géographique afin de calculer d’une part le niveau d’exposition des chaque pays aux phénomènes naturels et d’autre part la vulnérabilité selon les deux approches retenues. Nous présentons donc dans une première partie, les méthodes de calcul de l’aléa et de la vulnérabilité, puis nous discutons les résultats obtenus dans une seconde partie.  

Le calcul de l'aléa

6En considérant la définition acceptée par tous dans laquelle " le risque naturel correspond à la conjonction d'un aléa naturel de la vulnérabilité des enjeux exposés ", nous devons au préalable présenter les différentes méthodes de calcul de ces paramètres en fonction des approches retenues.

7L'aléa étant indépendant de l'une ou de l'autre des approches, nous utiliserons la même méthode de calcul de celui-ci dans les deux approches d'estimation du risque naturel.

8En nous référant à la définition du MEDD, nous proposons une approche probabiliste du calcul de l'aléa à partir de la somme des probabilités d'occurrence des quatre grands types de phénomènes naturels retenus dans le cadre de notre étude. Cette probabilité est calculée à partir des observations faites sur les 30 dernières années disponible dans la base de données EDM-DAT du CRED. Les phénomènes naturels n'ayant pas tous la même intensité dommageable, nous avons pris le parti de pondérer chaque probabilité par le nombre moyen de victimes (morts) qu'occasionnent ces phénomènes. Un poids de 1 a été retenu pour les inondations, de 2,2 pour les phénomènes éoliens (cyclone, tornade, tempête), de 8,3 pour les séismes et de 15,4 pour les sécheresses.

9Ainsi nous définissons l'aléa selon la formule suivante [2.1]

10[2.1]

11où Pi correspond à la probabilité d’occurrence de chaque type de phénomènes noté i, xi au nombre de morts par phénomènes, et n au nombre total de catastrophes naturelles par type de phénomènes.

12Dans cette approche de l'aléa, nous aurions pu uniquement nous intéresser à la probabilité d'occurrence des phénomènes, mais cela aurait consisté à placer sur une même échelle d'intensité des phénomènes aux conséquences différentes. L'aléa devant être défini par son intensité (Dauphiné 2001), il nous a donc semblé nécessaire de pondérer chaque phénomène naturel par une intensité moyenne estimée à partir du nombre de morts.

13L'aléa étant défini, nous allons maintenant nous intéresser à la quantification de la vulnérabilité selon deux approches : humaine ou sociale et économique.

Les deux approches de la vulnérabilité

Estimation de la vulnérabilité selon une approche d'ordre sociale.

14Cette première approche de la vulnérabilité, que nous qualifions d'ordre social, privilégie les facteurs sociaux, démographiques et culturels, et ne prend pas en compte les facteurs économiques qui cherchent à quantifier en termes de coûts financiers les dommages et les pertes liées à une catastrophe naturelle. Le choix des paramètres entrant dans le calcul de la vulnérabilité a été conditionné par deux facteurs : le facteur disponibilité des informations, et le facteur échelle. Nous avons donc retenu un ensemble de paramètres disponibles pour la plupart des pays qui sont d'ordre socio-économique et démographique.

15Le premier paramètre retenu est l'Indice de Développement Humain (IDH) proposé par le PNUD, qui est un indice synthétique "commode" selon d'Ercole et Pigeon (1999), combinant plusieurs facteurs socio-économiques (santé, richesse et éducation) représentatifs du niveau de développement d'un pays. Dans le calcul de la vulnérabilité, nous entrons donc l'IDH en valeur inversée, car nous considérons ici que plus un pays est développé, plus il saura se protéger des phénomènes naturels.

16Le second paramètre utilisé est le produit intérieur brut (PIB) par habitant estimé en indice et en valeur logarithmique inversée. Ici encore, nous considérons que la richesse d'un pays permet à celui-ci de développer des moyens de prévention, de prévision des catastrophes naturelles, et d'intervenir rapidement en cas de crise. En effet, on observe (André 2003) que la plupart du temps, l'efficacité des secours, les structures d'accueil sanitaire, le nombre d'hôpitaux disponibles et la capacité de lutte contre les épidémies sont fonction de la richesse du pays. L'emploi du PIB, ici, conjugué à celui de l'IDH peut paraître redondant. Cependant, bien qu'entrant dans le calcul de l'IDH, le PIB et ce dernier indice ne présentent pas une très forte corrélation (coefficient de corrélation entre le PIB/hab et l’IDH de 0.30 sur 174 observations). La transformation de la valeur du PIB/hab en valeur logarithmique permet de minimiser les effets de taille dans le calcul final de la vulnérabilité.

17En reprenant la définition de la vulnérabilité d'Ercole et Thouret (1994) qui  est la propension à subir des dommages, suivant la capacité de réponses des sociétés concernées vis-à-vis des menaces d'origines naturelles, nous considérons que plus une société est riche et moins elle aura de difficulté à retrouver un équilibre après une catastrophe naturelle. Inversement, plus cette société et pauvre et moins sa capacité de réponse vis-à-vis de la menace sera forte et donc le retour à un équilibre rapide.

18Le troisième paramètre retenu dans le calcul de la vulnérabilité est celui de la part de la population urbaine dans la population totale du pays. Même si ce paramètre ne peut être directement corrélé avec une augmentation du risque, il demeure que pour certains auteurs (Ledoux 1995, Blaikie 1994), l'urbanisation, synonyme de concentration spatiale de la population, est un facteur aggravant de la vulnérabilité. Cependant, une urbanisation réfléchie et planifiée, qui évite l'implantation des populations dans des zones exposées aux aléas naturels (plaine d'inondation, versants instables ou versant de volcans etc…), peut être un facteur réducteur de la vulnérabilité. Globalement, nous pouvons dire que les zones urbanisées les plus vulnérables sont celles qui connaissent une croissance exponentielle non maîtrisée en raison d'un exode rural prononcé lié à une paupérisation des campagnes. Pour Ledoux (1995) le taux d'urbanisation dans les pays en voie de développement est un bon révélateur de la vulnérabilité dans la mesure où "le processus d'urbanisation est lié à la fois à une migration de populations rurales et à une croissance démographique forte ; les populations s'installent en masse en ville, ne laissant pas le temps aux infrastructures de les accueillir".

19Pour permettre une séparation entre les pays dont le fort taux d'urbanisation est un héritage, de ceux dont l'urbanisation relève de processus récents liés en grande partie à la paupérisation des campagnes et à une forte croissance démographique, nous avons pris le parti de pondérer ce taux d'urbanisation par le taux de croissance démographique des dix dernières années.

20À partir de ces quatre paramètres, nous proposons une estimation de la vulnérabilité par pays selon la formule suivante [3.1].

21[3.1]

22où IDH est l'indice de développement humain de 1999, le PIB/hab est le produit intérieur brut de 1999 par habitant, U est la part de la population urbaine dans la population totale du pays et Cp est le taux de croissance démographique de 1990 à 2000.

L'approche économique de la vulnérabilité

  • 4  RN = aléa * enjeux
  • 5  MunichRe

23Cette seconde approche de la vulnérabilité se base sur l'estimation globale, a priori, des pertes économiques occasionnées par une catastrophe naturelle. Elle repose donc sur le calcul du montant des enjeux et est fréquemment exprimée en unité monétaire. Dans cette approche, plus la valeur des biens exposés est importante et plus la vulnérabilité sera grande. Cependant, ne pouvant prendre uniquement en compte la valeur des biens exposés, au risque de retomber dans la première définition du risque naturel proposée par Thouret (1996)4, il nous faut obligatoirement évaluer la vulnérabilité à partir d'autres critères que celui de la valeur. En effet, deux biens de même valeur ne présenteront pas la même vulnérabilité face à un aléa en fonction du degré de protection de ceux-ci, et de la capacité à prévenir le phénomène naturel. Si le degré de protection peut être estimé à grande échelle, il est quasiment impossible de l'estimer à l'échelle d'un pays ou d'un continent; le niveau de protection des enjeux étant étroitement lié aux politiques de prévention et au degré de développement des pays. À titre d'exemple, nous pouvons retenir l'approche proposée par la société munichoise de réassurance5, qui estime, pour une trentaine de mégas poles du monde, la vulnérabilité en fonction du type de construction, des politiques de prévention et de protection, de la densité de population et d'urbanisation. Tout ceci est ensuite combiné avec une valeur du bâti, le PIB par habitant et le poids de chacune des villes dans le réseau économique global (MunichRE, 2002). Cette approche, qui présente l'avantage de combiner des facteurs physiques et économiques, ne peut être utilisée dans le cadre d'un travail à l'échelle planétaire pour laquelle l'estimation de la valeur du bâti et sa vulnérabilité physique ne peut être faite correctement. Elle reste toutefois pratique pour travailler à l'échelle d'une ville.

24La méthode de calcul de la vulnérabilité que nous proposons ici selon une approche économique repose sur l'utilisation combinée d'indices économiques comme le PIB par habitant, et d'indices socio-économiques et démographiques comme l'IDH, la part de la population urbaine et le taux de croissance de la population depuis 10 ans. La formule du calcul de la vulnérabilité économique est présentée dans l'équation suivante (cf. équation 3.2).

[3.2]

25où IDH est l'indice de développement humain, le PIB/hab est le produit intérieur brut de 1999 par habitant, U est la part de la population urbaine dans la population totale du pays et Cp est le taux de croissance démographique de 1990 à 2000.

26Dans cette seconde approche, le PIB par habitant (exprimé en valeur logarithmique) permet d'estimer la richesse globale d'un pays et donc la valeur des biens exposés. Le PIB est donc un facteur d'augmentation de la vulnérabilité. Afin de juger en partie de la capacité d'un pays à prévoir et se protéger contre les catastrophes naturelles, nous utilisons l'IDH inversé. Nous considérons ici que plus un pays est développé, plus il développera des politiques de prévention et de prévision des catastrophes naturelles et plus il mettra de moyens pour la protection de ces biens exposés. L'IDH est donc utilisé comme un facteur réducteur de la vulnérabilité. Par exemple, concernant les mesures de protection contre les séismes, nous constatons que les règles de construction parasismique sont globalement bien appliquées et respectées dans les pays "riches" alors que pour les pays en voie de développement comme la Turquie, l'Algérie ou encore les pays d'Amérique du Sud, ces règles sont quasi inexistantes ou alors non respectées. Le cas le plus flagrant est celui du séisme d'Izmit (1999) en Turquie, pour lequel nous avons constaté qu'une grande partie des immeubles détruits était des immeubles construits durant les années 90, période à laquelle les règles de construction parasismique étaient déjà en vigueur dans ce pays (André, 2003). Ce même phénomène a été observé lors du séisme d'Alger en mai 2003 (André et al. 2003). De même que pour les règles parasismiques, les plans de prévention des risques et les plans d'urbanisme dont sont dotés les pays développés, font très souvent défaut dans les pays en voie de développement. À partir de ces constatations, il nous est apparu nécessaire d'utiliser un indice de développement comme facteur de pondération dans le calcul de la vulnérabilité. Enfin, comme le fait remarquer Ledoux (1995), le taux d'urbanisation est aussi révélateur de la vulnérabilité d'une société. A priori, les zones fortement urbanisées et peuplées sont plus vulnérables du fait de la concentration spatiale des enjeux et des richesses. Cependant, les urbanisations anciennes sont pour la plupart dotées de plans d'urbanisme. Elles ont déjà connu des catastrophes naturelles et en ont tiré un certain nombre de leçons. Elles apparaissent moins vulnérables que les urbanisations récentes qui sont le produit d'une croissance démographique importante et non maîtrisée, ainsi que d'un exode rural soutenu par la paupérisation des campagnes. Ces nouvelles urbanisations ne contrôlent pas le flux d'immigrants qui bien souvent s'installent à la périphérie des centres historiques, dans les secteurs les plus exposés aux aléas naturels. C'est pourquoi, dans l'optique d'intégrer une composante historique caractérisant la structure urbaine d'un pays, nous utilisons comme derniers facteurs dans le calcul de la vulnérabilité, le facteur de la part de la population urbaine pondéré par l'inverse de la croissance démographique ; ceci permettant de différencier deux types de structure urbaine.

27Les deux approches de la vulnérabilité étant définies, nous pouvons définir le risque naturel selon les deux équations suivantes (cf. équation 3.3 et 3.4).

28Le risque naturel selon une approche sociale :

[3.3]

29Le risque naturel selon une approche économique :

[3.4]

30où Pi correspond à la probabilité d’occurrence de chaque type de phénomènes noté i, xi au nombre de morts par phénomènes, et n au nombre total de catastrophes naturelles par type de phénomènes, IDH est l'indice de développement humain, le PIB/hab est le produit intérieur brut de 1999 par habitant, U est la part de la population urbaine dans la population totale du pays et Cp est le taux de croissance démographique de 1990 à 2000.

31À partir de ces deux définitions du risque naturel, nous avons calculé pour chaque pays un niveau d'exposition au risque naturel selon les deux approches. Le chapitre suivant présente les résultats sous la forme de cartes d'exposition au risque.

Résultats et discussions

32Avant même de présenter les résultats des deux approches du risque naturel sous la forme de cartes, il nous semble primordial, pour une meilleure interprétation des résultats, de se pencher sur le niveau d’exposition aux aléas naturels responsables de catastrophes de chaque pays. Le risque naturel étant la conjonction d’un aléa et d’une vulnérabilité, ne pas présenter les différents niveaux d’exposition de chaque pays à l’aléa risque de conduire à des interprétations erronées des résultats finaux concernant les risques à l’échelle de la planète, et la comparaison des deux approches retenues dans le calcul du risque.

L’exposition des pays aux aléas naturels responsables de catastrophes naturelles.

33Afin de définir un niveau d’exposition aux aléas pour chaque pays, nous avons, dans un premier temps, réalisé une carte d’estimation de l’exposition à partir du traitement des probabilités d’occurrences de chaque aléa naturel retenu dans le cadre de notre étude, calculées sur une période de 30 ans. Cette première méthode ne tenant pas compte de l’intensité et de la dangerosité des aléas, nous a conduit à classer les 2/3 de la planète comme fortement exposés aux aléas naturels dommageables.

34Cependant, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment (cf. § 2), les différents aléas naturels ne présentent pas tous le même pouvoir destructif, il faut donc pondérer la probabilité de chaque aléa par un facteur de dangerosité ou d’intensité globale du phénomène. Nous avons donc repris la formule [2.1] proposée dans le paragraphe précédent pour calculer un niveau d’exposition globale aux aléas par pays (cf. figure 4.1), pondéré par l’intensité des aléas. Cette seconde méthode de calcul de l’exposition aux aléas nous permet de constater que les pays les plus exposés à des phénomènes naturels destructeurs sont les Etats-Unis, le Mexique, la partie nord de l’Amérique du sud, l’Asie mineure, centrale et orientale, l’Océanie ainsi que l’Afrique Sahelo-soudanaise et l’Afrique de l’Est. Concernant l’Europe, cette dernière présente des valeurs fortes sur la façade océanique, et moyennes dans sa partie orientale.

Figure 4.1 : carte d’estimation du niveau d’exposition des pays aux aléas naturels réalisée à partir de la somme des probabilités d’occurrence de chaque type d’aléa pondérées par la dangerosité des phénomènes.

35Cette seconde carte nous permet donc de mettre en avant les différenciations spatiales du niveau d’exposition à des aléas responsables de catastrophes naturelles. Du point de vue de la composante physique du risque naturel, on peut donc avancer que tous les pays et toutes les régions du globe ne sont pas sur un même pied d’égalité. Cette constatation étant faite nous allons maintenant nous intéresser à l’estimation de la composante « non physique », et non aléatoire du risque : à savoir la vulnérabilité, estimer ici selon les deux approches précédemment présentées.

Estimation du risque naturel selon les approches sociales et économiques de la vulnérabilité.

36Dans cette section, nous présentons les résultats finaux sur la caractérisation du risque naturel à partir, d’une part des données relatives à l’exposition aux aléas présentées précédemment et d’autre part, à partir des deux approches de la vulnérabilité que nous avons définies dans le paragraphe précédent. Nous présentons donc dans un premier temps une estimation du risque naturel selon un approche sociale puis dans un deuxième temps, selon une approche économique. Les résultats sont présentés ici, sous forme cartographique afin de pouvoir discuter et comparer les deux méthodes employées. Pour chacune d’entre elles, nous avons défini quatre niveaux de risque, allant du risque faible à très fort, basés sur une discrétisation selon la méthode moyenne 1 écart-type.

37La représentation sociale du risque (cf. figure 4.2) confirme nos suppositions sur l’existence d’une inégalité Nord-Sud des pays face au risque naturel. Nous observons, en effet, une dichotomie de la planète, avec d’une part les pays « riches » de l’hémisphère Nord, d’Océanie et d’Amérique du Sud, pour lesquels le niveau de risque naturel est relativement faible, et d’autre part, les pays « pauvres » ou PVD, d’Amérique centrale et du Sud, d’Afrique et d’Asie pour lesquels le niveau de risque naturel est relativement important.

Figure 4.2: carte d’estimation du niveau de risque par pays réalisée
selon une approche sociale de la vulnérabilité.

38Une analyse minutieuse nous permet de constater qu’il existe un premier groupe de pays à fort niveau de risque, comprenant l’Afrique Sahelo-soudanaise, l’Afrique des grands lacs, le sub-continent indien, la Chine et l’archipel indonésien ainsi que le Mexique, le Pérou et la Bolivie. Dans ce premier ensemble, nous pouvons observer que de fortes disparités demeurent quant au niveau de développement de chaque pays en termes social, technologique et économique. Certains pays comme la Chine, l’Inde ou encore le Mexique, présentent un bon niveau de développement technologique et économique. Leur affectation à une classe de pays à fort niveau de risque, peut donc être en partie expliquée par une inégale répartition des richesses au sein des populations, ou encore par une forte exposition aux phénomènes naturels destructeurs. Le groupe Afrique ne peut quant à lui expliquer son très fort niveau de risques par une forte exposition aux aléas naturels. Bien que très meurtrières, les sécheresses, qui frappent cette région du globe, restent peu fréquentes, et ne suffisent pas expliquer à elles seules ces valeurs de risque. Il faut donc chercher du côté de la vulnérabilité sociale, qui ici reste très forte pour expliquer cette situation. Cette partie de l’Afrique correspond aux pays les moins développés, avec des indices socio-démographiques, sanitaires, et économiques toujours très faibles.

39Du point de vue des pays présentant un niveau moyen à faible de risque, l’analyse du niveau d’exposition aux aléas naturels nous apprend que majoritairement ces pays sont fortement exposés aux phénomènes naturels. Ce qui réduit, en définitive, leur niveau global de risques et donc une très faible vulnérabilité sociale liée à une fort développement économique, technologique, et à une meilleure répartition des richesses et du savoir au sein des populations.

40Si la caractérisation du risque naturel selon une approche sociale de la vulnérabilité a permis de faire ressortir des inégalités Nord-Sud des sociétés vis-à-vis du risque naturel, qu’en est il de la caractérisation du risque selon une approche économique de la vulnérabilité ?

41De même que pour l’approche sociale du risque, nous avons calculé un niveau de risque par pays selon l’approche économique de la vulnérabilité en employant la formule présentée au paragraphe 3 [2.5], puis réalisé une carte du niveau de risque (cf. figure 4.3) en quatre classes selon la même méthode de discrétisation que celle employée dans le calcul du risque selon l’approche sociale.

Figure 4.3 : carte d’estimation du niveau de risque par pays réalisée
selon une approche économique de la vulnérabilité.

42La première constatation que nous pouvons faire à la lecture de la carte (cf. figure 4.3) est que les inégalités Nord-Sud observées dans la première approche du risque naturel sont moins marquées. Bien évidemment, ici, ce sont les pays riches qui présentent le plus fort niveau de risque mais la grande majorité de l’Amérique du Sud, ainsi que l’Inde et la Chine se trouvent aussi dans des classes de niveaux élevés. Ce constat peut s’expliquer par le fait que ces pays, considéré comme « pauvres », ont une très forte activité économique et produisent autant voire plus de richesses que bon nombre de pays « riches ». Seules l’Afrique, la péninsule indonésienne et la Scandinavie présentent des niveaux de risque faibles. Pour cette dernière, il semble que le faible niveau de risque ne peut être imputé à une faible activité économique, mais plus à une exposition très faible aux aléas naturels. Pour le groupe Indonésie et Afrique, le faible niveau de risque s’explique d’avantage par une faible production de richesses économiques que par une faible exposition aux phénomènes naturels.

43Cette seconde approche du risque, nous montre donc en partie des résultats contraires à ceux observés avec l’approche sociale. Les pays les plus exposés sont ici ceux-là mêmes qui avec la première approche présentaient des niveaux faibles de risque.

Conclusions

44Sans être la solution idéale, ce travail, sur la vulnérabilité face aux catastrophes naturelles, a permis de poser les bases d’une réflexion sur les approches à envisager dans l’estimation du risque naturel à l’échelle d’un continent ou de la planète. Bien que les deux méthodes de calcul du risque soient opposées, elles présentent une certaine complémentarité et ne donnent pas systématiquement des résultats contradictoires. Leur combinaison pour une évaluation du risque nous permettrait de faire ressortir trois groupes de pays : un groupe  caractérisé par un risque faible (Scandinavie, Afrique australe atlantique, péninsule indochinoise), un deuxième groupe fortement exposé au risque (Mexique, nord de l’Amérique du Sud, Inde, Chine, Indonésie, Philippines), et un troisième groupe caractérisé par un niveau de risque moyen et regroupant l’ensemble des autres pays du globe.

45Bien évidemment, il est rare que l’on combine ces deux approches du risque. Soit, on se place du point de vue des coûts financiers (point de vue des assureurs) et l’on retient l’approche économique, auquel cas la géographie du risque présente les pays riches comme étant les plus exposés avec quelques PVD d’Asie et d’Amérique du Sud ; soit on se concentre sur l’aspect social et culturel du risque, et l’on met alors en évidence une très forte inégalité nord-sud avec les sociétés les plus démunies qui demeurent les plus exposées au risque naturel.

46Enfin, dans l’étude du risque naturel, il est souvent observé une dichotomie entre les partisans de l’analyse du risque par les phénomènes naturels (aléas) et ceux, partisans d’une approche par la vulnérabilité, ceci conduisant bien souvent à une analyse imparfaite du risque naturel. En combinant, à la fois l’étude des aléas sous la forme d’une analyse probabiliste et l’étude de la vulnérabilité selon deux approches empiriques (économique et sociale), nous proposons une méthode d’analyse plus complète du risque naturel à l’échelle du globe, ouvrant ainsi sur la possibilité de comparer différentes régions de la planète entres elles, et sortant du cadre très local dans lequel le risque naturel est souvent étudié. Quelques bémols doivent être apportés à cette nouvelle approche du risque, qui reste encore expérimentale. Désireux de proposer une méthode permettant une comparaison par pays, nous avons été contraints de recourir à des indices socio-économiques et démographiques synthétiques disponibles pour l’ensemble des pays. Ces indices peuvent parfois présenter une certaine corrélation mais globalement à l’échelle de la planète, il ne nous a pas été permis de constater de corrélations significatives entre le PIB et l’IDH ou encore entre le taux d’urbanisation et la croissance urbaine. Enfin, pour pallier à des effets de tailles liés à l’emploi du Pib/hab, nous avons opté pour une transformation logarithmique de ce dernier, ce qui permet de réduire le poids de cet indice dans les deux méthode de calcul de la vulnérabilité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

André Gilles, 2003, «  Cartographie des marqueurs et dommages de catastrophes naturelles à partir d’imagerie spatiale optique et radar », Thèse de doctorat de l’Université Paris VII, 348 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

André G., Chiriou L., Mering C., Chopin F., 2003, « Building destruction and damage assessment after earthquake using high resolution optical sensors. The case of the Gujarat earthquake of January 26, 2001. », Proc of the 2003 IEEE International Geoscience and Remote Sensing Symposium (IEEE IGARSS 2003). July 2003, Toulouse, France.
DOI : 10.1109/IGARSS.2003.1294454

Blaikie P., 1994, At Risk: natural hazards, people’s vulnerability, and disasters, Routledge, London, 284 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chardon C., 1994, « Etude intégrée de la vulnérabilité de la ville de Manizales (Colombie) aux risques naturels », Revue de géographie alpine, Tome LXXXII, n°4, Grenoble.
DOI : 10.3406/rga.1994.3777

Dauphiné A., 2001, Risques et catastrophes, Armand Colin, Collection U, Paris, 288p.

D'Ercole R., Thouret J.C., 1994. « Les phénomènes naturels créateurs de dommages :diagnostic, inventaire et typologie », Revue de Géographie Alpine, Tome 82 4, 17-25

Ledoux B. 1995. Les catastrophes naturelles en France., Doc. Payot, Paris 455 p.

MunichRe, 2002,Annual review: Natural catastrophes in 2002, Munich Re Group, 52 p.

Haut de page

Notes

1  Ministère de l'écologie et du développement durable.

2  Programme des Nations Unies pour le Développement

3 Centre for Research on the Epidemiology of Disasters

4  RN = aléa * enjeux

5  MunichRe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles André, « Cartographie du risque naturel dans le monde. Etude comparative entre une approche d’ordre social et une approche d’ordre économique de la vulnérabilité », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 286, mis en ligne le 16 septembre 2004, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/2614 ; DOI : 10.4000/cybergeo.2614

Haut de page

Auteur

Gilles André

Université Paris 7 – Denis Diderot – Pôle Image, 2, place jussieu – 75005 Paris Cedex – Case 7001.
Gilles.andre@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page