Navigation – Plan du site
2014
664

Du robinet au consommateur : qualité de l’eau potable dans le contexte domestique de l’agglomération de Khartoum, Soudan

From the tap to the mouth, drinking water quality in the domestic context in Khartoum, Sudan
Émilie Lavie et Noha Hassan El-Tayib

Résumés

La ville de Khartoum a connu une croissance rapide et un étalement urbain vers sa périphérie, aujourd’hui plus dense que le centre. La planification urbaine n’a pas pu suivre le rythme effréné de l’accroissement migratoire de la population, et la mise en place d’un réseau d’eau potable « correct » se fait lentement. La turbidité des eaux potables, les nombreuses coupures et les baisses de pression incitent la population à s’affranchir des variations quantitatives, et donc à stocker l’eau de consommation. Les mauvaises habitudes de stockage, le manque d’efficacité des stations de traitement, et l’absence de maintenance du réseau collectif de distribution sont responsables d’une baisse significative de la qualité physique et biologique de l’eau potable, entraînant le développement de maladies hydriques (symptômes diarrhéiques et maladies rénales notamment). Cette étude démontre que privilégier la quantité sans faire cas de la qualité dans la gestion institutionnelle de l’eau potable à Khartoum se révèle être inefficace. Avec moins d’eau et moins de gaspillage, les traitements seraient plus efficaces et l’eau de meilleure qualité sanitaire.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail, financé par l’ANR, a été réalisé dans le cadre d’un post-doctorat (E. Lavie) et d’une recherche doctorale en cours (N. Hamza). Par ailleurs, nous tenons à remercier Monique Fort pour le temps passé à la relecture de nos travaux.

Introduction et objectifs

1Dans un contexte de décennies de guerres civiles et de crises sanitaires au Sud-Soudan, au Darfour, ou même en Éthiopie et Érythrée voisins, Khartoum n’a cessé d’accueillir les populations fuyant les famines et les zones de guerre. Peuplée de près de 6 millions d’habitants, la capitale soudanaise n’a pas su anticiper ce flux de migrants en ce qui concerne la planification urbaine. Un exemple parmi tant d’autres l’illustre : l’accès à une eau potable de qualité dans toute l’agglomération relève encore de l’utopie.

2Il existe un gradient infrastructurel puis structurel de distribution de l’eau potable du centre vers la périphérie. À la confluence du Nil Blanc, venu du lac Victoria, et du Nil Bleu, né au lac Tana en Éthiopie, l’agglomération de Khartoum est dans les faits constituée de trois villes (Figure 1, encadré). Khartoum, au sud entre Nils Blanc et Bleu, est la ville coloniale, politique et économique ; à l’ouest, Omdurman est la ville religieuse, arabe, la plus peuplée et vraisemblablement la plus populaire ; Bahri, au nord-est, est une ville industrielle qui accueille quelques quartiers résidentiels.

Figure 1 : Réseau infrastructurel d’alimentation en eau potable dans le Grand Khartoum, et localisation des quartiers étudiés

Figure 1 : Réseau infrastructurel d’alimentation en eau potable dans le Grand Khartoum, et localisation des quartiers étudiés

3Pour chacune des trois villes constituant l’agglomération, le centre-ville, situé sur les rives des Nils, est alimenté par un réseau collectif d’eau nilotique traitée ; la proche périphérie dispose de micro-réseaux reliés chacun à un puits creusé dans les aquifères plus ou moins profonds ; la périphérie la plus lointaine et la plus pauvre est alimentée par des caros, des charrettes tirées par des ânes qui distribuent l’eau porte-à-porte. La gestion structurelle et les infrastructures d’alimentation en eau potable sont très hétérogènes dans l’agglomération, ce qui soulève la question de la qualité de cette eau en fonction des types de distribution. En effet, il semble que les problèmes de maladies liées à l’eau soient plus nombreux dans les secteurs périphériques de l’agglomération. La géographie des maladies hydriques est-elle le reflet de la géographie de la qualité de l’eau à Khartoum ? Il est relativement simpliste de poser la question en ces termes. En effet, entre les nombreuses coupures d’eau, les baisses de pression et l’éloignement aux puits de certaines familles, les consommateurs n’ont que peu d’accès direct à l’eau du robinet, et la stockent afin d’éviter les pénuries. De plus, dans les secteurs alimentés en eau nilotique, l’eau du robinet est tellement turbide qu’il vaut mieux la laisser décanter avant de la boire. L’eau est donc moins consommée au robinet que dans des récipients de stockage.

4De fait, à la question de l’inégalité de l’accès à une eau de qualité selon les secteurs s’ajoute celle des manipulations de l’eau dans la sphère privée : transport, stockage et filtrations.

Étudier la qualité de l’eau dans les villes africaines, état de la question

  • 1 Dont le récent Africa Water Atlas (2010).
  • 2 Services d’eau en Afrique subsaharienne : la fragmentation urbaine en question.
  • 3 L’eau, une ressource menacée ?
  • 4 On peut également citer en dehors de la géographie, l’ouvrage de Virginie Raisson 2033, Atlas des F (...)
  • 5 Les doctorats de géographie de Salma Abdallah (en cours) et d’Anne-Sophie Beckerdorf (2012) pourron (...)

5La question de l’eau en Afrique, plus particulièrement de l’eau potable dans les grandes villes africaines des milieux arides ou semi-arides, a déjà fait l’objet de nombreux travaux. Les rapports du PNUD1, ou encore les géographes comme Sylvy Jaglin (2005)2 et David Blanchon (2010)3,4 abordent tous les problèmes d’accès à l’eau dans les périphéries des grandes villes africaines, et les problèmes de tensions aux échelles internationales ou nationales, voire locales. Certains ouvrages ont également été publiés sur la gestion de l’eau dans l’agglomération même de Khartoum. C’est le cas de S-B Musa et A. S. Musa (1991) sur l’organisation de l’approvisionnement en eau potable de la ville, ou de M. Nègre (2004) sur les actions menées par l’ONG Action Contre la Faim à Omdurman. Ce dernier ouvrage présente le système structurel et infrastructurel de la distribution d’eau potable. Les travaux de M. Nègre ont été ensuite enrichis et actualisés par L. Crombé (2009), qui poursuit d’ailleurs son étude de terrain dans le cadre de sa thèse en géographie sur les inégalités d’accès à l’eau à Omdurman (Crombé, en cours)5.

  • 6 Exception faite de Gestion de la qualité de l’eau, conflits et risques dans la ville de Bangui (Rép (...)

6Malgré une bibliographie pourtant fournie sur la gestion, les pratiques et l’accès à l’eau dans les villes africaines, et au sein même de l’agglomération de Khartoum, il reste rare de pouvoir disposer de références sur la qualité physique, chimique ou biologique de cette eau consommée. Et lorsqu’elles existent, ces données s’appuient généralement sur un suivi hydro-chimique ne tenant pas compte des pratiques sociales ou de gestion6.

La problématique du stockage dans l’agglomération de Khartoum

  • 7 Les travaux présentés ici ont été réalisés dans le cadre d’un programme de recherche intitulé WAMAK (...)

7Au-delà des questions de gestion de l’eau dans une grande agglomération de milieu aride, l’originalité de l’ANR WAMAKHAIR7, au sein de laquelle nous avons réalisé cette étude, est de travailler en interdisciplinarité, sur des sujets liant l’eau aux sociétés. Une des thématiques du projet portait sur la qualité de l’eau potable et ses conséquences sur la santé des consommateurs. C’est dans ce cadre que nous sommes intervenues.

  • 8 Dans le cadre de ses travaux de doctorat de géographie à Mendoza en Argentine.

8Il s’agissait dans un premier temps de réaliser un diagnostic hydro-qualitatif de l’eau domestique dans l’agglomération, et donc de prélever de l’eau aux robinets dans les secteurs centraux, et dans les puits pour la périphérie, en suivant une méthodologie déjà utilisée par E. Lavie (2009)8. À titre de comparaison, nous avons dans un premier temps utilisé les publications existantes sur la qualité de l’eau superficielle des Nils (Walsh, Musa, 1991, p. 51) ou de l’eau du robinet (Musa et al., 1999, p. 681 ; Sanaa, Rawda, 2009, p. 357), qui révélaient une faible minéralisation et une forte turbidité des eaux nilotiques. Ces caractéristiques qualitatives se retrouvaient dans les eaux du robinet, avec une turbidité plus faible dans les eaux traitées et distribuées aux robinets. Les eaux souterraines avaient été étudiées dans le quartier d’Al Riyad de Khartoum par Abd Alghaffar (2000, p. 263), indiquant une pollution de l’aquifère supérieur par les fosses septiques des habitations.

9Or si, sur le plan technique, il était possible de réaliser un état des lieux qualitatif des eaux du robinet, nous nous sommes très vite heurtées au problème des pratiques de consommation de l’eau. En effet, l’eau est relativement peu consommée directement au robinet. Les travaux de N. Hamza (2008) et de L. Arango (2009) en anthropologie sur les modes de consommation de l’eau à Khartoum nous ont permis d’intégrer la question des usages de l’eau dans la sphère domestique.

10Les coupures d’eau pour des questions économiques ou par manque d’eau traitée sont nombreuses, de même que les baisses de pression. Certains quartiers périphériques ne bénéficient d’une distribution d’eau que dans certaines plages horaires, et les quartiers les plus éloignés ne sont même pas raccordés au réseau collectif et reçoivent l’eau par le biais du porte-à-porte. Cette situation fait que le stockage de l’eau est une étape obligatoire dans le processus de consommation.

11Au-delà d’une question de disponibilité technique, les nécessités de stockage, liées au climat et à l’hydrologie des Nils, sont ancrées dans les habitudes culturelles des sociétés depuis qu’elles ont commencé à aller chercher l’eau à la rivière ou au puits. Khartoum est située en zone aride sahélienne, on distingue donc généralement trois saisons : l’ « hiver » de novembre à février : sec et frais (30-35°C les après-midis) ; l’ « été » de février à juin : sec et chaud (45-55°C les après-midis) ; et la saison des pluies de juillet à octobre : humide et moyennement chaude (35-40°C les après-midis). Les faibles précipitations annuelles (160 mm) se concentrent sur quelques journées (entre 5 et 10 jours), mais l’air est humide pendant toute la saison. La ressource superficielle a été indispensable au développement de la ville, et les populations ont toujours été dépendantes des variations quantitatives et qualitatives des Nils, à savoir une eau turbide et une nappe phréatique affleurante de juin à octobre.

12Ces habitudes de stockage n’ont pas été abandonnées, du fait des coupures et baisses de pression fréquentes au robinet. Au-delà de l’aspect quantitatif, au vu des enquêtes réalisées par L. Arango (2009) dans le quartier de Deim et de nos propres entretiens avec les habitants des foyers-tests, les Khartoumis n’ont pas vraiment confiance en la qualité de l’eau qui coule au robinet, eu égard à l’aspect trouble, terreux et coloré qu’elle présente. Le stockage pour la décantation est aujourd’hui au moins aussi important que le stockage quantitatif. De plus, il permet de refroidir l’eau, ce qui est plus qu’appréciable lorsque la température de l’air avoisine 50°C et que l’eau du robinet dépasse 30°C (mesures in situ, juillet-août 2010). Il est donc très rare de voir des habitants boire directement l’eau au robinet. Ce stockage se fait traditionnellement dans des amphores de terre, les ziirs (Figure 2), que l’on nomme sabils lorsqu’elles sont déposées dans la rue pour les passants. Aujourd’hui, d’autres méthodes de stockage et de filtration ont pris le relais : water-coolers ou cold-keepers (Figure 2) pour garder l’eau au frais, maintien au réfrigérateur ou encore filtres modernes individuels.

Figure 2 : photographies des types d’éléments de stockage et de filtration

Figure 2 : photographies des types d’éléments de stockage et de filtration

13La finalité de ce travail était donc d’identifier les problèmes de qualité de l’eau potable du Grand Khartoum : d’une part, en suivant l’objectif initial, en fonction des types de distribution (eau traitée du Nil, eau souterraine distribuée par le réseau ou par le porte-à-porte) ; d’autre part en fonction des usages à l’intérieur de la sphère domestique, pour mieux évaluer les actions à mener en termes de politique sanitaire. Nous présenterons ici les résultats du post-doctorat en géographie d’Emilie Lavie (réalisé à l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense), dont la méthodologie s’appuie sur le doctorat en anthropologie de Noha Hamza (en cours, Université de Khartoum), sur les relations entre santé et eau de consommation à Khartoum.

Méthodologie

14La question posée n’étant pas celle d’un unique diagnostic hydro-qualitatif, mais celle d’une relation entre usages de l’eau et qualité de celle-ci, les méthodes classiques d’échantillonnage ont dû être adaptées. Nous avons privilégié des secteurs, témoins des différentes pratiques et étudiés en profondeur, plutôt qu’un échantillon représentatif de tous les usages et de tous les types de distribution.

Adapter les paramètres évalués

15Pour chaque prélèvement ont été mesurés à l’aide d’un conductimètre-pHmètre de la marque Consort (C561) la température (en °C), le pH, la conductivité électrique (CE, en µS/cm à 25°C) et les Solides Dissous Totaux (Total Dissolved Solids ou TDS, en mg/l). Les échantillons ont été portés au laboratoire de l’UNESCO Chair for water ressources de Khartoum afin d’analyser la turbidité (en NTU, Nephelometric Turbidity Unit), l’oxymétrie (en mg/l, par titrimétrie), les nitrates et les phosphates (en mg/l, par spectrocolorimétrie). Les conditions de prélèvement et de maintien au frais des échantillons étaient relativement précaires dans cette ville où les embouteillages sont fréquents, la chaleur extrêmement forte et la salubrité limitée ; il nous a donc été impossible de réaliser des analyses de bactériologie. L’oxygène dissous fut donc davantage un paramètre d’interprétation de la santé biologique de l’eau qu’une évaluation stricte de la pollution bactériologique.

Adapter l’échelle temporelle de travail

  • 9 Lors du suivi estival, nous avons dû écourter la fréquence entre les jours de mesure d’une part, et (...)

16Sur le plan climatique, nous avons distingué trois saisons (hiver, été, saison des pluies). Or, selon les techniciens de la Khartoum State Water Corporation, organisme technique en charge de l’alimentation en eau potable de l’État (fédéral) de Khartoum, on observe en réalité deux saisons hydrologiques : une saison dite sèche et hivernale (novembre à avril) où les Nils sont en débit d’étiage, où l’air est sec et les usages de l’eau restreints, et une saison humide estivale (mai à octobre) où les besoins augmentent, où les Nils sont en crue, et les nappes phréatiques affleurantes. Elles sont d’ailleurs en contact avec les fosses septiques des habitations. Par conséquent, au robinet, en « hiver », la pression est forte dans les tuyaux, l’eau est relativement limpide et coule de façon presque continue. En « été », il n’y a presque plus de pression, les écoulements sont intermittents et l’eau est extrêmement trouble et colorée. Préférant respecter les temporalités hydrologiques et hydrauliques plutôt que climatiques, nous avons étalé nos campagnes sur ces deux saisons : quatre prélèvements ont eu lieu en saison sèche entre février et avril 2010, avec une fréquence de douze à quatorze jours ; deux autres prélèvements ont été effectués en juillet-août 2010, à onze jours d’écart9.

De l’eau brute au foyer : échantillonner à l’échelle de l’agglomération

17En nous appuyant en grande partie sur l’échantillonnage déjà réalisé par Noha Hamza dans le cadre de sa thèse (en cours) sur les impacts sanitaires des pratiques domestiques de l’eau, nous avons déterminé cinq quartiers représentatifs de l’alimentation en eau potable de l’agglomération. Les quartiers sont délimités par le ministère de la planification, et sont déterminés selon trois classes, de la 1ère à la 3ème classe (Franck, 2007). Différents éléments sont pris en compte : la taille de la parcelle, le matériel de construction et la largeur des routes. Ces classes sont très importantes pour nous, car outre le niveau socio-économique et le niveau d’éducation probable, elles déterminent aussi le prix de la facture d’eau potable, relatif au quartier et non au volume consommé.

18Nos choix se sont donc portés sur des quartiers alimentés exclusivement par de l’eau du Nil traitée en station : le village insulaire de Tuti (Figure 2), le quartier de classe 2 (classe moyenne à haute) d’Hillat Hamat, et le quartier de classe 3 (quartier pauvre) de Deim. Nous y avons ajouté un quartier principalement alimenté par une station de traitement, et quelques fois par des puits lors des coupures : le quartier central (classe 3) d’Al Umda.

19Mais tous les espaces urbanisés ne sont pas planifiés : les vagues migratoires successives ont été plus rapides que la planification urbaine. Khartoum est donc entourée de quartiers dont la population est en situation précaire, alimentée en eau par du porte-à-porte. C’est le cas du quartier de Salama, qui disposait d’un système de distribution par le porte-à-porte lors de notre première campagne (février-mars 2010), puis par micro-réseau collectif relié à un puits lors de notre seconde campagne (août 2010). Cependant, la population n’utilisait cette nouvelle eau collective au robinet que pour la cuisine, la douche et les tâches ménagères. En effet, elle trouvait que l’eau du micro-réseau leur faisait mal au ventre ; elle continuait de consommer l’eau des caros.

Du robinet à la bouche : échantillonner en fonction des pratiques domestiques

20Notre idée initiale était de choisir un certain nombre de robinets à l’intérieur de chaque quartier, ou au puits dans le quartier de Salama. Or, les Khartoumis préfèrent consommer l’eau dans les récipients de stockage, alors qu’ils disposent d’eau dans les maisons, les dispensant de la stocker, comme ils avaient l’habitude de le faire avant la mise en place du réseau d’adduction par les Britanniques au début du XXème siècle, ou lorsqu’ils vivaient dans les villages ruraux. Cela leur permet d’une part de s’affranchir des fréquentes coupures d’eau, et d’autre part de la rendre moins turbide, grâce à la décantation. À l’intérieur de ces quartiers, nous avons choisi de prélever de l’eau au robinet ou au puits (site témoin), pour ensuite choisir les sites où l’eau était véritablement consommée. À titre d’exemple, dans le quartier d’Al Umda à Omdurman, le site O1 est pris au robinet à partir duquel on remplit le sabil O2. Cette double analyse, du point d’acquisition au point de consommation (Figure 3), nous permet ainsi d’observer les incidences des manipulations de l’eau dans la sphère domestique, sur la qualité de cette eau consommée. Dans chaque quartier, nous avons donc déterminé les principaux types d’utilisation de l’eau potable grâce aux travaux de N. Hamza (en cours) pour l’ensemble des quartiers, complétés par ceux de L. Arango pour Deim (2009) et pour Tuti (Arango, en cours).

21Par exemple, dans le cadre domestique, une famille reçoit l’eau au robinet, mais elle la transporte (avec un tuyau souple appelé khartuche, ou via des bassines) vers un récipient de stockage traditionnel en terre ou moderne, appelé ziir. Elle fait généralement de même avec les sabils qu’elle laisse dans la rue. Ce principe simple a été complexifié au fur et à mesure, et certains foyers disposent aujourd’hui de réserves sur le toit ou dans la cour, de filtres individuels, de pompes électriques pour avoir plus de pression… (Figure 3).

Figure 3 : Schéma des usages de l’eau dans la sphère privée domestique

Figure 3 : Schéma des usages de l’eau dans la sphère privée domestique

22À partir de ces informations, nous avons donc déterminé une stratégie d’échantillonnage qui permettait de réaliser un diagnostic hydro-qualitatif relativement représentatif des types d’usage, à défaut d’être exhaustif.

  • À Al Umda (Omdurman, sites commençant par la lettre O) et à Hillat Hamat (Bahri, sites commençant par la lettre B), nous avons prélevé aux robinets (O1 ; O3 ; O5, B1, B3, B5) et aux sabils (O2, O4, B2, B4), soit des usages publics de voisinage (Figure 3) ;

  • à Deim (Khartoum city, sites commençant par la lettre D) et à Tuti (Tuti Island, sites commençant par la lettre T), nous avons choisi de nous intéresser aux usages familiaux. D2 et D4 sont des filtres privés dont la finalité est de rendre l’eau des robinets D1 et D3 de meilleure qualité. Dans deux familles, l’eau est laissée dans un cold-keeper (D5 et T2) pour être plus fraîche. Dans d’autres maisons, l’eau est prélevée au robinet (D6 et T3) et laissée à décanter dans un ziir familial traditionnel (D7 et T4) ;

  • enfin, à Salama, l’eau est prélevée au puits du quartier (S1), transportée en porte-à-porte par caro (S3), puis distribuée aux familles qui les stockent dans des ziirs (S2) ou dans des sabils (S4).

23Le temps de stockage de l’eau est extrêmement variable, de quelques minutes à plusieurs mois. Dans un foyer, la femme nous a assuré changer l’eau de son ziir tous les trois jours, tandis que son mari nous a dit le faire deux fois par an, se contentant de le maintenir à niveau. Il nous a été impossible de mesurer la même eau à chaque fois ; nous avons donc, pour chaque foyer-test, pris en même temps un échantillon au robinet ou au puits, ainsi qu’un échantillon sur le site auquel nous voulions le comparer.

La qualité de l’eau d’approvisionnement

24Afin d’évaluer l’impact des manipulations de l’eau sur sa qualité, il nous fallait déterminer un site témoin, qui est le site d’acquisition de l’eau par le foyer. L’eau d’approvisionnement est pompée soit au robinet, soit au puits de forage collectif dans le cas de Salama.

25D’une manière générale, nous pouvons noter que selon les paramètres, les résultats sont très contrastés. Si les teneurs en minéraux et le pH sont relativement faibles, et en deçà des seuils recommandés par l’OMS et des normes maximales de potabilité soudanaises, la turbidité et l’oxygène dissous révèlent en revanche des résultats inquiétants pour la santé humaine (Tableau 1).

Tableau 1 : Valeurs moyennes mesurées par paramètre dans les eaux du robinet ou de puits

Tableau 1 : Valeurs moyennes mesurées par paramètre dans les eaux du robinet ou de puits

En gras les valeurs dépassant (ou en dessous pour l’oxygène dissous) les normes soudanaises. Le point D1 n’ayant pas été accessible en été, les valeurs moyennes sont celles des quatre mesures hivernales.
* A cette altitude, 6,5 mg/l est le niveau de saturation : une eau doit donc être proche de cette valeur pour être bien oxygénée. Il n’y a pas de norme légale pour ce paramètre.

26Les paramètres mesurés et analysés (CE, TDS, nitrates et phosphates) montrent une faible minéralisation des eaux potables à Khartoum. Même si les eaux souterraines sont un peu plus salines que les eaux superficielles, la qualité de l’eau est très en deçà du maximum recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et dans les standards soudanais (Tableau 1). En effet, le Nil Bleu est connu pour son pouvoir de dilution, tandis que le Nil Blanc possède une capacité d’épuration des minéraux (notamment dans les marais du Sudd) (Walsh, Musa, 1991). Malgré son contact avec les fosses septiques des populations, l’eau souterraine n’est pas polluée par les traceurs domestiques comme les nitrates et les phosphates. De ce fait, contrairement aux hypothèses que nous fondions sur les travaux d’Abd Alghaffar (2000), la pollution par l’assainissement individuel des eaux usées domestiques ne semble pas se traduire par une hausse des traceurs domestiques dans les eaux puisées pour l’alimentation en eau potable.

  • 10 Eau à la fois issue de pompages en aquifère et d’eau des Nils traitée.

27Au-delà de ces conclusions générales, des différences entre les quartiers apparaissent néanmoins. Le secteur alimenté uniquement par eau souterraine (Salama) est plus minéralisé que les quartiers recevant de l’eau des Nils traitée. Par ailleurs, Omdurman (quartier d’Al Umda), secteur alimenté par de l’eau à la fois superficielle et souterraine, montre des valeurs moyennes, typiques d’une eau mixte10.

28Le pH, quant à lui, est stable. Il est neutre à très légèrement basique (entre 7,5 et 8,5), conformément aux recommandations de l’OMS.

29La turbidité est le seul paramètre qui montre des différences saisonnières : elle est bien plus élevée en période de crue du Nil qu’en hiver. Elle est aussi nettement plus importante dans les eaux superficielles que dans les eaux mixtes ou souterraines. À quelques exceptions près, l’eau des quatre quartiers centraux est non consommable au regard des recommandations de l’OMS et des standards soudanais (5 NTU). Sur l’Île de Tuti, l’eau du robinet peut même dépasser 1000 NTU en été. À l’inverse, à Salama, elle est très en deçà des seuils maximaux de potabilité, très limpide. Seule l’eau de puits est potable en ce qui concerne la turbidité, ce qui implique que les stations de traitement destinées à rendre l’eau des Nils potable ne sont pas efficaces vis-à-vis de ce paramètre de qualité physique.

30Comme nous n’avons pas pu réaliser d’analyse bactériologique (cf. supra), seul l’oxygène dissous peut nous donner des indications quant à la présence d’êtres vivants consommateurs d’oxygène dans l’eau potable. C’est un paramètre difficile à appréhender : d’une part, sa valeur doit être au-delà de 6 à 6,5 mg/l (à ce niveau de pression atmosphérique) pour révéler une bonne santé biologique du milieu, d’autre part, afin d’éviter la corrosion dans les canalisations, les stations de traitement maintiennent les valeurs d’oxygène dissous au plus bas.

31Contrairement à ce que l’on observe généralement, les résultats présentés ici (Tableau 1) sont à l’opposé de ceux de la turbidité. Tuti est, pour ce paramètre, le seul secteur où l’eau serait potable. Pour les quatre autres quartiers, les valeurs sont en général basses, ce qui traduit une consommation d’oxygène, soit par les organismes vivants présents dans l’eau potable, soit par les sols. En effet, notre principale hypothèse est que l’hypoxie est due à une consommation de l’oxygène par les organismes vivants présents dans l’eau potable, au premier rang desquels les bactéries. Il faut reconnaître que les gestionnaires des stations de traitement des eaux nilotiques limitent l’usage du chlore, pour des questions économiques, mais aussi parce que la population se plaint du goût. Une eau non désinfectée en station et peu chlorée avant distribution est susceptible de laisser se développer les bactéries. Par ailleurs, on peut proposer une autre hypothèse autour de la consommation de l’oxygène par les sols : 40 % de l’eau distribuée sont perdus dans les canalisations dégradées et fendues d’un réseau de distribution précaire. La baisse d’oxygène peut donc être liée à la consommation de l’eau et de l’oxygène par les sols.

32Dans les quartiers reliés au réseau collectif de distribution des eaux des Nils traitées, seul le village urbain de Tuti présente des eaux normalement oxygénées. Or, c’est le site le plus proche de la station de traitement des eaux. De même, Hillat Hamat, à peine plus éloigné de la station de Bahri, connaît des valeurs très proches de 6 mg/l. En revanche, Deim, assez éloigné des stations de Mogran et de Soba qui l’alimentent, montre les plus faibles teneurs en oxygène dissous. De manière générale, plus le site est éloigné d’une station, plus il est déficitaire en oxygène. Il semble donc que les hypothèses sur la précarité du réseau et le manque de chlore se confirment.

33Enfin, nous observons une très basse qualité pour ce paramètre au puits de Salama, ce qui suggèrerait que l’eau souterraine ne semble pas exempte de polluants organiques. Dans ce cas, la proximité entre fosses septiques individuelles et forages dans l’aquifère jouerait peut-être un rôle.

34Les résultats de notre diagnostic hydro-qualitatif de l’eau du robinets dans l’agglomération de Khartoum confirment les études antérieures (Walsh, Musa, 1991, p. 51 ; Musa et al., 1999, p. 681 ; Sanaa, Rawda, 2009, p. 357) : l’eau superficielle est peu minéralisée et assez turbide, notamment en période de crue. Le traitement de ces eaux pour la consommation ne modifie pas sa minéralisation, mais abaisse un peu sa turbidité. Néanmoins, les stations ne sont pas d’une capacité suffisante pour rendre l’eau potable sur un plan physique, ce qui est inquiétant. Le traitement biologique semble également très insuffisant. La dépollution ne se fait que par ajout de chlore, en quantités trop faibles pour empêcher le développement des bactéries dans le réseau de canalisations, hypothèse confirmée par la baisse des quantités d’oxygène dissous en parallèle avec l’éloignement des sites par rapport aux usines de production d’eau potable. C’est d’autant plus problématique que les bactéries apprécient les eaux turbides pour leur développement.

35Quant à l’eau souterraine, elle semble connaître quelques problèmes de pollution biologique, vraisemblablement dus au contact entre la nappe phréatique affleurante et les fosses septiques des habitations. Ce constat avait déjà été fait et validé par Abd Alghaffar (2000, p. 263), suite à un suivi de 16 puits dans un secteur de la municipalité de Khartoum. La minéralisation des eaux souterraines est en revanche un peu plus élevée que dans l’eau des Nils, mais les teneurs restent dans les recommandations de potabilité de l’OMS et dans les normes soudanaises. La turbidité y est très faible.

L’impact des manipulations dans la sphère domestique sur la qualité de l’eau de consommation

36Du robinet ou du puits de forage, jusqu’au consommateur, la population manipule l’eau, soit par obligation dans le cadre de la distribution par le porte-à-porte, soit pour s’affranchir des trop grandes variations quantitatives et qualitatives. Or c’est cette eau qui est consommée et c’est celle-ci dont nous avons voulu connaître la qualité. Les résultats présentés précédemment sont donc à considérer comme des points témoins de la différence de qualité entre le robinet et le point de consommation, et non comme des valeurs représentatives de l’eau effectivement consommée.

37Cette comparaison va notamment nous permettre d’observer les changements de qualité au sein des éléments de stockage et dans les filtres individuels modernes. Contrairement à la population, nous sommes parties de l’hypothèse que si le stockage a visiblement un effet sur la turbidité par décantation, il abaisse aussi la qualité chimique et biologique de l’eau, notamment par l’évaporation du chlore.

38Nous avons donc comparé les résultats connus aux robinets avec les données recueillies d’une part dans les récipients de stockage, d’autre part dans les filtres individuels, afin d’en observer les effets sur la qualité de l’eau. Enfin, nous avons comparé le suivi du point de caro aux autres sites du quartier de Salama, de manière à observer l’impact du transport de l’eau par le porte-à-porte dans les secteurs périphériques.

Le stockage accentue la pollution des eaux

39Au regard du Tableau 2, même si la minéralisation est faible pour l’ensemble des points de suivi, on observe une très légère hausse de la charge minérale dans les récipients de stockage. Les valeurs restent très en deçà des normes maximales de potabilité, mais il semble que l’évaporation, qui a lieu depuis les récipients, rende l’eau non-évaporée plus saline. Néanmoins elle ne présente pas de risque sur ce plan pour la santé humaine, même si les Khartoumis la trouvent trop salée au goût.

Tableau 2 : Variation de la qualité de l’eau depuis les robinets jusqu’aux récipients de stockage

Tableau 2 : Variation de la qualité de l’eau depuis les robinets jusqu’aux récipients de stockage

En gras les valeurs dépassant (ou en dessous pour l’oxygène dissous) les normes soudanaises. En grisé, les taux de variations (en %).
* A cette altitude, 6,5 mg/l est le niveau de saturation : une eau doit donc être proche de cette valeur pour être bien oxygénée. Il n’y a pas de norme légale pour ce paramètre.

40Le constat est le même pour le pH, qui reste dans les normes de potabilité, mais qui augmente un peu dans les récipients de stockage.

41En revanche, les récipients de stockage, quels qu’ils soient, tendent à augmenter les valeurs de turbidité quand celle-ci est basse (de + 6,1 à + 456 %, Tableau 2), ce qui peut vraisemblablement s’expliquer par les manipulations manuelles de l’eau (transvasement, utilisation de gobelets pour boire directement dans les récipients…). À l’inverse, ils semblent très efficaces dans leur rôle de décanteur lorsque l’eau est très turbide (de - 18,4 à - 98,2 %). Il s’avère en conséquence que, si les stations avaient une action efficace sur la turbidité, le traitement individuel par décantation serait inutile.

42Enfin, les éléments de stockage accentuent encore la baisse de l’oxygène dissous contenu dans l’eau. Les ziirs, sabils ou matériels plus modernes étant imperméables, il est difficile de trouver une autre explication que le développement de matière organique microscopique dans les eaux.

43D’autres études (Musa et al., 1999 ; Sanaa, Rawda, 2009) sur le développement bactériologique et sur l’augmentation du risque de symptômes diarrhéiques dans les ziirs et sabils par rapport aux eaux du robinet ou des puits, nous confortent d’ailleurs dans nos hypothèses.

L’efficacité des filtres modernes

44Certaines habitations, notamment dans les quartiers les mieux classés socio-économiquement parlant, disposent de filtres individuels. Dans un appartement de Deim, nous avons effectué un prélèvement au robinet (D1) et dans un filtre à céramique indépendant (D2 ; Figure 2). Dans un second appartement, nous avons prélevé au robinet (D3), au filtre directement branché à une arrivée d’eau (D4), puis dans un cold-keeper où est versée l’eau filtrée (D5). Ces filtres sont-ils plus efficaces que le stockage en ziirs et sabils ?

45Une baisse de minéralisation est d’abord notable entre les eaux du robinet et les eaux filtrées (Tableau 3). Si le consommateur apprécie cette eau douce, on peut toutefois regretter sa faible teneur en minéraux utiles pour la santé (calcium, potassium, magnésium…). Par ailleurs, nous observons une efficacité générale des filtres quant à la pollution physique (de -57,8 à - 95,7 % de valeurs de turbidité, Tableau 3), ce qui est, aux yeux des propriétaires, leur finalité. En revanche, nous ne pouvons que constater une baisse des quantités d’oxygène dissous. Dans le cas D1-D2, c’est assez logique puisque l’eau est laissée à filtrer et que le chlore a le temps de s’évaporer pendant la filtration, qui dure quelques heures. Dans le cas D3-D4, il semble que ce soit une particularité du filtre lui-même, qui filtrerait tout, même l’oxygène. Or ce n’est pas un cas très inquiétant : en effet, l’eau étant filtrée par un goutte-à-goutte toute la nuit par cette famille puis stockée dans un cold-keeper (D5, Figure 2), les quantités d’oxygène dissous ré-augmentent un peu, puisqu’en contact avec l’air (Tableau 3).

Tableau 3 : Variation de la qualité de l’eau des robinets munis de filtres modernes

Tableau 3 : Variation de la qualité de l’eau des robinets munis de filtres modernes

En gras les valeurs dépassant (ou en dessous pour l’oxygène dissous) les normes soudanaises. En grisé, les taux de variations (en %).
Les points D1 et D2 n’ayant pas été accessibles en été, les valeurs moyennes sont celles des 4 mesures hivernales.
* A cette altitude, 6,5 mg/l est le niveau de saturation : une eau doit donc être proche de cette valeur pour être bien oxygénée. Il n’y a pas de norme légale pour ce paramètre.

La distribution de l’eau par le porte-à-porte

46Enfin, la dernière manipulation à prendre en compte concerne le transport de l’eau par le porte-à-porte via les caros, ces charrettes tirées par les ânes. Ayant nous-mêmes constaté que les vendeurs d’eau touchaient leurs ânes, les tuyaux d’eau et leurs citernes sans se laver les mains, nous nous sommes un peu inquiétées des résultats dans le secteur de Salama, inquiétudes confirmées par le fait que les maladies hydriques sont plus présentes dans les secteurs périphériques (Hamza, en cours). Salama, quartier précaire et anti-gouvernemental, était un secteur problématique pour notre sécurité en cette période pré-électorale, nous n’avons donc pu prélever qu’un seul caro à chacun de nos passages, mais ce ne fut jamais le même puisqu’il fallait écourter notre présence dans le quartier.

47Au regard du Tableau 4, des valeurs de pH proches pour les quatre sites et une minéralisation plus faible dans les caros, toujours dans les normes de potabilité, peuvent être observées. En revanche, même si la turbidité est très faible, elle augmente un peu dans les récipients de stockage. Le seul paramètre problématique est l’oxymétrie, très faible, ce qui peut s’expliquer par la présence d’un assainissement très précaire en contact avec les aquifères proches de la surface, qui, en milieu sableux, ont un pouvoir filtrant limité.

48De manière générale, le point de mesure de l’eau des caros (S3) présente des résultats moins inquiétants que les eaux stockées en S2 et S4. Sans disculper la responsabilité de ces vendeurs de porte-à-porte dans les changements qualitatifs, il nous semble que le stockage de l’eau est là encore le problème principal.

Tableau 4 : Qualité de l’eau dans le secteur de Salama

Tableau 4 : Qualité de l’eau dans le secteur de Salama

En gras les valeurs dépassant (ou en dessous pour l’oxygène dissous) les normes soudanaises.
* A cette altitude, 6,5 mg/l est le niveau de saturation : une eau doit donc être proche de cette valeur pour être bien oxygénée. Il n’y a pas de norme légale pour ce paramètre.

49En conclusion de ce diagnostic physico-chimico-bactériologique, il apparaît que l’eau du robinet est relativement polluée par la turbidité et les bactéries et que le stockage accentue cette dégradation qualitative. Sans étude sur les maladies à long terme (cancers par exemple), seules les maladies à court terme et les crises sanitaires peuvent nous éclairer sur la santé des populations, et elles concernent avant tout les bactéries. Les premiers résultats de la cartographie des maladies hydriques (Hamza, en cours) présentent un risque plus important en périphérie et en été. Or c’est à la fois dans ces quartiers en période estivale que les manques d’eau se font les plus importants et que les consommateurs ont le plus recours au stockage. Le stockage consécutif au manque d’eau semble être un facteur aggravant du développement de maladies liées à l’eau de consommation.

La qualité de l’eau consommée : une problématique avant tout quantitative

50Notre diagnostic conclut donc à quatre observations : (1) le stockage augmente la minéralisation ; (2) il est efficace sur les fortes turbidités, mais est un problème lorsque les eaux sont assez limpides ; (3) la turbidité est plus faible dans les eaux souterraines, alors que les stations de traitement des eaux nilotiques semblent inefficaces (le secteur de Tuti, alimenté par la station la plus petite et la moins avancée sur le plan technologique, présente d’ailleurs les plus graves problèmes de turbidité) ; (4) l’oxygène dissous semble consommé par les sols et par les bactéries. Le réseau est très mal entretenu et le chlore déficitaire ; la baisse d’oxygène dans l’eau semble être liée en priorité à l’éloignement à la station de production d’eau potable, et au stockage.

  • 11 La question économique de la maintenance du réseau est évidemment une donnée à prendre en compte. L (...)

51Entre les stations de traitement des eaux du Nil et les puits creusés dans les aquifères, l’agglomération produit 1,15 millions de m3 d’eau par jour pour 5,5 millions d’habitants, soit 209 litres d’eau par jour et par habitant. Khartoum, agglomération de Pays En Développement en milieu aride, dispose donc d’autant d’eau potable qu’un Européen ! Pourquoi donc autant de coupures et de baisses de pression ? Certes la platitude du terrain ne facilite pas la distribution sur le plan technique, mais cela ne suffit pas. En effet, la précarité du réseau collectif de distribution est telle que les pertes en eaux sont estimées à 40 % des volumes. Afin de compenser ces pertes d’eau, les gestionnaires de la KSWC (Khartoum State Water Corporation) en produisent tantôt plus, quitte à accélérer le processus de traitement, tantôt la coupent pour faire des économies11. La population dispose donc d’une eau turbide et intermittente, et pallie ces problèmes par le stockage et la décantation. Or, c’est bien ce stockage que nous avons désigné comme facteur aggravant de la baisse de qualité.

52La KSWC, à toujours vouloir produire plus, ne veut pas s’attaquer aux problèmes de façon frontale. La première mesure à prendre serait de réparer les canalisations existantes afin de limiter, voire de stopper, les pertes quantitatives. Il faudrait prendre le temps d’opérer un traitement efficace des eaux des Nils, ce qui implique une plus faible quantité produite. Les habitudes de stockage domestique sont évidemment ancrées dans la culture des populations et la haute température de l’eau du robinet (en comparaison avec les récipients de stockage, plus frais), restera une des raisons de cette pratique. Néanmoins, les usagers interrogés nous ont tous répondu que le stockage était avant tout un moyen de décanter l’eau et de s’affranchir des coupures, problèmes qui pourraient être résolus via une meilleure gestion de l’offre quantitative en eau potable.

Conclusion

53Le suivi hydro-qualitatif que nous avons opéré est original : il a dû prendre en compte les pratiques sociales de l’eau que peuvent avoir les populations à Khartoum. Notre méthodologie, appuyée sur une interdisciplinarité entre sciences techniques et sciences humaines et sociales, a dû être adaptée : nous avons effectué nos enquêtes sur un échantillon établi à partir des pratiques principales d’accès et de manipulations de l’eau dans des quartiers témoins, et non pas sur un échantillon important sur le plan numérique et représentatif de l’ensemble de l’agglomération. Cette approche, fondée sur un triptyque méthodes techniques / pratiques anthropologiques / diagnostic spatio-temporel, ne se veut pas représentative de la qualité de l’eau dans l’ensemble de l’agglomération, mais s’avère efficace pour atteindre l’objectif que nous nous étions donné : valider ou infirmer des hypothèses sur la qualité de l’eau consommée, afin de réorienter les politiques publiques de gestion de l’eau par l’organe technique de l’État de Khartoum : la Khartoum State Water Corporation.

  • 12 Le 28 février 2011, le Burundi a signé l’accord proposé par l’Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie, l’Ou (...)

54La qualité est un luxe”, disent les responsables de la KSWC, “la priorité est la quantité”. Même si l’Egypte est clairement bénéficiaire du partage des eaux du Nil entre ces deux pays depuis l’agrément de 1959, et même si le nouvel accord signé entre les pays des sources des Nils devrait à terme laisser moins d’eau au Soudan12, Khartoum dispose pourtant d’eau en quantité suffisante pour alimenter sa population. Mais dans un sens, les gestionnaires ont raison, la quantité est la priorité : la gestion de l’eau à Khartoum, qui devrait être plus intégrée et systémique qu’elle ne l’est, doit d’abord répondre aux besoins des populations en termes de quantité, ce qui limiterait les recours au stockage systématique. Le gaspillage privé de l’eau existe, mais les coupures et les pertes en eau dans le réseau d’adduction sont tellement fréquentes que les gestionnaires sont mal placés pour fustiger une population, qui au final est la première victime de ces baisses de qualité dues à la faible efficacité du réseau, eu égard aux problèmes diarrhéiques et rénaux, particulièrement nombreux à Khartoum.

Haut de page

Bibliographie

Abd Alghaffar M., 2000, “Pollution in the water supply wells of Khartoum, Sudan”. Bull. Eng. Geol. Env., No. 58, 257-264

Abdalla S., en cours, Institutionalization of Zakat and the Role of Local Committees. The study of Water Projects in Khartoum – Sudan, Doctorat en géographie de l’Université de Bayreuth, Allemagne.

Ali Khalil K., 2009, “The Present and the Future of Drinking Water in Khartoum State”. KSWC, Séminaire Wamakhair, Khartoum, mars 2009. 10 p.

Arango L., 2009, L’eau derrière le tuyau : de l’homogénéité apparente, la diversification effective et le partage dans le changement. Etude socio-anthropologique de la gestion de l’eau dans le quartier de Deim, Khartoum-Soudan. Mémoire de Master 2 en Anthropologie. Paris, Université Saint-Denis - Paris VIII. 128 p.

Arango L., en cours, Anthropologie de la gestion sociale de l’eau en contexte de globalisation : étude comparative entre les îles de Tuti (Khartoum, Soudan) et tierra Bomba (Catagena, Colombie). Doctorat en anthropologie, Université Paris 8, Vincennes Saint-Denis.

Beckedorf A.-S., 2012, Political Waters. Governmental Water Management and neoliberal reforms in Khartoum, Sudan. Berlin, Lit Ed°, Coll° Forum Politische Geographie, Bd 7, 298 p.

Blanchon D., 2010, L’eau, une ressource menacée ? Paris, La Documentation photographique. Dossier No. 8078. Nov-Dec. 2010. 64 p.

Crombé L., 2009, L’eau dehors, l’eau dedans : évolutions des modes d’accès à l’eau dans un quartier périphérique du Grand Khartoum, Dar es Salam, Omdurman, Soudan. Mémoire de Master 2 en Géographie. Paris, Université de Nanterre - Paris X. 149 p.

Crombé L., en cours, L’eau dehors, l’eau dedans : évolutions des modes d’accès à l’eau à Khartoum, Soudan. Université Paris-Ouest-Nanterre, et Université de Fribourg, Suisse.

El Rofaei Abdel Hadi N.-G., 2000, Microbiological examination of drinking water for the displaced people living around Khartoum State, Thèse de Doctorat en Botanique et Biotechnologie, Khartoum, University of Khartoum, 111 p.

Franck A., 2007, Produire pour la ville, produire la ville : étude de l’intégration des activités agricoles et des agriculteurs dans l’agglomération du Grand Khartoum (Soudan), Thèse de Doctorat en Géographie, Paris, Université de Nanterre - Paris X, 508 p.

Hamza N., 2008, Socio –Economic Factors Associated with Water Quality and Kidney Diseases in the City of Khartoum – Sudan, Rapport de Stage auprès du Cedej de Khartoum et de l’Université de Khartoum, 34 p.

Jaglin, S., 2005, Services d’eau en Afrique subsaharienne : la fragmentation urbaine en question. Paris, CNRS Ed°. 244 p.

Lavie E., 2009, Activités anthropiques et qualité de l’eau dans l’oasis de Mendoza (Argentine) : diagnostic, enjeux et durabilité, Thèse de Doctorat en Géographie, Bordeaux, Université Bordeaux 3, 384 p.

Lavie E., 2010, From the tap to the mouth: chemical-geographical diagnostic of drinking water in Greater Khartoum (Sudan), Post-Doctorat en Géographie, Paris, Université de Paris-Ouest-Nanterre, 80 p.

Lavie E., 2011, “Coup de théâtre dans le bassin du Nil”. Vox géographi. [En ligne] site des cafés géographiques, http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=2197

Musa S-B., Mua A. S., 1991, “Water supply in greater Khartoum”, in Abu Sin M.-E., Davies H.-J.-R. The future of Sudan’s capital region: a study in development and change. Khartoum, Khartoum University Press, 65-76.

Musa H.-A., Shears P., Kafi S., Elsabag S.-K., 1999, “Water quality and public health in northern Sudan: a study of rural and peri-urban communities”, Journal of Applied Microbiology, No. 87, 676–682

Nègre M., 2004, ONG et autoritarisme au Soudan : l’eau en question, Le Caire, Editions du Cedej, coll° 15-20- IREMAM. 112 p.

N’Guimalet C.-R., Balikouzou-Hinna D.-A., Rasoanantoando Gothard-Bassebe M.-C., Semballa S., 2005, “Gestion de la qualité de l’eau, conflits et risques dans la ville de Bangui (République centrafricaine)”, Géocarrefour, vol. 80/4,

URL: http://geocarrefour.revues.org/1295. Consulté le 26 mai 2011.

PNUD (UNEP), 2010, Africa Water Atlas. Nairobi, Ed. de l’UNEP, Division of Early Warning and Assessment (DEWA), 326 p.

Raisson V., 2010, 2033, Atlas des Futurs du monde, Paris, R. Laffont, 1999 p.

Sanaa O.-Y., Rawda Y.-A., 2009, “Microbiological evaluation of the quality of tap water distributed at Khartoum State”. Research journal of microbiology, No. 4-10, 355- 360.

Walsh R.-P?-D., Musa S.-B., 1991, “Hydrology of Sudan’s Capital region”, in Abus Sin M.-E., Davies H.-J.-R. The future of Sudan’s capital region: a study in development and change, Khartoum, Khartoum University Press, 47-61.

Haut de page

Notes

1 Dont le récent Africa Water Atlas (2010).

2 Services d’eau en Afrique subsaharienne : la fragmentation urbaine en question.

3 L’eau, une ressource menacée ?

4 On peut également citer en dehors de la géographie, l’ouvrage de Virginie Raisson 2033, Atlas des Futurs du monde (2010).

5 Les doctorats de géographie de Salma Abdallah (en cours) et d’Anne-Sophie Beckerdorf (2012) pourront nous éclairer plus après sur la gestion religieuse et politique de l’eau dans l’agglomération ;

6 Exception faite de Gestion de la qualité de l’eau, conflits et risques dans la ville de Bangui (République centrafricaine) de Nguimalet et al. (2005) qui mènent une étude plus systémique, mêlant diagnostic hydro-qualitatif et analyse des gestions de l’eau potable dans la ville ;

7 Les travaux présentés ici ont été réalisés dans le cadre d’un programme de recherche intitulé WAMAKHAIR (WAter MAnagement in KHArtoum International Research program). Il s’agit d’un programme ANR franco-allemand (en partenariat avec des chercheurs soudanais et suisses), s’intéressant à la gestion de l’eau dans l’agglomération de Khartoum.

8 Dans le cadre de ses travaux de doctorat de géographie à Mendoza en Argentine.

9 Lors du suivi estival, nous avons dû écourter la fréquence entre les jours de mesure d’une part, et le nombre de mesures d’autre part, puisque le Ramadan commençait. En effet, l’interdiction de boire de l’eau dans la journée pour les adultes était susceptible de fausser la manière dont les populations manipulaient l’eau.

10 Eau à la fois issue de pompages en aquifère et d’eau des Nils traitée.

11 La question économique de la maintenance du réseau est évidemment une donnée à prendre en compte. Les infrastructures ont un coût, malheureusement difficile à évaluer étant donnée la faible vraisemblance des chiffres publiés par la KSWC. Cette approche économique et la mécanique de corruption sous-jacente ont fait l’objet de la thèse d’Anne-Sophie Beckedorf (2012).

12 Le 28 février 2011, le Burundi a signé l’accord proposé par l’Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda et le Rwanda, dans le cadre de l’Initiative du Bassin de Nil, mettant fin à l’hégémonie du couple Egypte-Soudan sur les eaux du Nil. L’accord n’est pas encore ratifié, mais le partage des volumes pourrait évoluer (Lavie, 2011).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Réseau infrastructurel d’alimentation en eau potable dans le Grand Khartoum, et localisation des quartiers étudiés
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26157/img-1.png
Fichier image/png, 586k
Titre Figure 2 : photographies des types d’éléments de stockage et de filtration
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26157/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 3 : Schéma des usages de l’eau dans la sphère privée domestique
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26157/img-3.png
Fichier image/png, 249k
Titre Tableau 1 : Valeurs moyennes mesurées par paramètre dans les eaux du robinet ou de puits
Légende En gras les valeurs dépassant (ou en dessous pour l’oxygène dissous) les normes soudanaises. Le point D1 n’ayant pas été accessible en été, les valeurs moyennes sont celles des quatre mesures hivernales.* A cette altitude, 6,5 mg/l est le niveau de saturation : une eau doit donc être proche de cette valeur pour être bien oxygénée. Il n’y a pas de norme légale pour ce paramètre.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26157/img-4.png
Fichier image/png, 128k
Titre Tableau 2 : Variation de la qualité de l’eau depuis les robinets jusqu’aux récipients de stockage
Légende En gras les valeurs dépassant (ou en dessous pour l’oxygène dissous) les normes soudanaises. En grisé, les taux de variations (en %).* A cette altitude, 6,5 mg/l est le niveau de saturation : une eau doit donc être proche de cette valeur pour être bien oxygénée. Il n’y a pas de norme légale pour ce paramètre.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26157/img-5.png
Fichier image/png, 320k
Titre Tableau 3 : Variation de la qualité de l’eau des robinets munis de filtres modernes
Légende En gras les valeurs dépassant (ou en dessous pour l’oxygène dissous) les normes soudanaises. En grisé, les taux de variations (en %).Les points D1 et D2 n’ayant pas été accessibles en été, les valeurs moyennes sont celles des 4 mesures hivernales.* A cette altitude, 6,5 mg/l est le niveau de saturation : une eau doit donc être proche de cette valeur pour être bien oxygénée. Il n’y a pas de norme légale pour ce paramètre.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26157/img-6.png
Fichier image/png, 96k
Titre Tableau 4 : Qualité de l’eau dans le secteur de Salama
Légende En gras les valeurs dépassant (ou en dessous pour l’oxygène dissous) les normes soudanaises. * A cette altitude, 6,5 mg/l est le niveau de saturation : une eau doit donc être proche de cette valeur pour être bien oxygénée. Il n’y a pas de norme légale pour ce paramètre.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26157/img-7.png
Fichier image/png, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lavie et Noha Hassan El-Tayib, « Du robinet au consommateur : qualité de l’eau potable dans le contexte domestique de l’agglomération de Khartoum, Soudan », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 664, mis en ligne le 05 février 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26157 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26157

Haut de page

Auteurs

Émilie Lavie

Université Paris-Diderot, PRES Sorbonne-Paris-Cité
UMR CNRS8586 PRODIG
emilie.lavie@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Noha Hassan El-Tayib

Département d’anthropologie
Université de Khartoum

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page