Navigation – Plan du site
2014
666

Patrimonialisation et (re)valorisation touristiques dans la métropole d’eThekwini (KwaZulu-Natal, Afrique du Sud) : à la croisée des enjeux politiques et économiques

Heritage and promotion of tourism in the eThekwini metropolitan area (KwaZulu-Natal, South Africa): at the crossroad of political and economical issues
Fabrice Folio

Résumés

Le KwaZulu-Natal se situe à la confluence des flux touristiques domestiques et étrangers en Afrique du Sud. En 2009, la province a accueilli 1,21 million de visiteurs étrangers et 8,8 millions de séjours touristiques internes. En son sein, le lieu le plus prisé est la cité littorale d’eThekwini, plus connue sous le nom de Durban. Troisième ville du pays, eThekwini est une métropole pluriethnique jouant un rôle clé dans l’économie sud-africaine, par son parc industrialo-portuaire, son activité d’affaire et son secteur du tourisme balnéaire. Depuis quelques années, la municipalité développe des attractions touristiques qui relèvent clairement d’une logique de patrimonialisation. Des lieux et/ou des hommes – et leur histoire – sont réhabilités et mis en scène, en phase avec un idéal national. Dans le contexte sud-africain, cette tendance va au-delà de la préservation de sites matériels, et des enjeux à la fois économiques et politiques apparaissent et s’entremêlent. Nos études de cas portant sur la Inanda Heritage Route et la revitalisation du front de mer d’eThekwini illustrent cette réalité, où différents publics ou clientèles semblent interpellés. Entre la nécessité de s’imposer sur la scène mondiale d’une part, les défis du développement et de la réconciliation locale d’autre part, la ville tente de trouver sa voie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Avec 10,5 % du total national, le KwaZulu-Natal se situe au troisième rang national en nombre de nu (...)
  • 2 Si en Afrique du Sud les vacances sont l’apanage du marché ultramarin (pour plus de 50 % des Améric (...)

1Le KwaZulu-Natal, l’une des neuf provinces d’Afrique du Sud, se situe à la confluence des flux touristiques domestiques et étrangers du pays. Les différentes clientèles, qu’elles soient étrangères (hors continentale et continentale) ou locales, arpentent ce même lieu d’agrément. En 2009, la province a accueilli 1,21 million de visiteurs étrangers et 8,8 millions de séjours touristiques internes (Tourism KwaZulu-Natal2010). Dans le premier cas, elle occupe une place non négligeable à l’échelon national ; dans le second cas, elle est en situation de leadership1. En termes de pratiques, les visiteurs extérieurs ont coutume d’expérimenter ici la découverte du patrimoine culturel et de la vie sauvage, de la vie nocturne ou les achats. Cette diversité de pratiques – on peut parler de combiné – est plutôt axée sur le dépaysement pour le public non continental ou ultramarin et le shopping pour les ressortissants africains2. Quant à la clientèle domestique, ses pratiques s’orientent avant tout vers la balnéarité et les paysages naturels. Toutes catégories confondues, le lieu plébiscité est la métropole littorale d’eThekwini (à hauteur de 79 % pour les étrangers et de 33 % pour les locaux, qu’ils soient originaires ou non de la province).

2La municipalité d’eThekwini – anciennement Durban – se situe sur la côte nord-est du KwaZulu-Natal. Au bord de l’océan Indien, elle compte 3,36 millions d’habitants en 2009. Troisième ville du pays (après Johannesburg et Le Cap), eThekwini est une métropole pluriethnique, dont le rôle est prépondérant dans l’économie sud-africaine grâce à son parc industrialo-portuaire, à l’activité d’affaire récente et au secteur du tourisme.

3Les attractions touristiques que développe la ville depuis quelques années relèvent clairement d’une logique de patrimonialisation. Cette dernière se définit comme un processus de réinvestissement d’espaces désaffectés (Gravari-Barbas, Veschambre, 2000). Des lieux et/ou des hommes – et leur histoire – sont réhabilités et mis en scène. On sait que ce mouvement de patrimonialisation est désormais un vecteur majeur de l’activité touristique (Sol, 1994, Fainstein, Glastone, 2005). Dans le contexte sud-africain, la patrimonialisation va au delà de la seule préservation de sites matériels, et des enjeux à la fois économiques et politiques s’entremêlent. La Inanda Heritage Route située dans les faubourgs de la ville, ainsi que l’opération de régénération du waterfront touristique, en sont deux exemples intéressants. Un effet symbolique associé à un vœu d’impulsion socio-économique semble incontestable. Ainsi, les discours de la reconstruction de la nation arc-en-ciel cristallisent des moments, des figures et des territoires qui inspirent les initiatives touristiques. La Inanda Heritage Route en est l’illustration et sa mise en tourisme s’inscrit dans une zone périphérique précaire. Du côté du front de mer d’eThekwini, les aménagements récents semblent répondre à un désir de relancer une destination stagnante depuis deux décennies et ainsi repositionner la station balnéaire dans un contexte postapartheid.

4Nous présenterons d’abord ces deux sites pour ensuite souligner les conséquences sur leur mise en tourisme des jeux d’échelle. Ainsi, il conviendra, dans le cas d’Inanda, de s’interroger sur l’articulation scalaire entre le discours de la réconciliation nationale et l’histoire locale. Le site touristique ne s’accommode-t-il pas à ce moment de certains raccourcis historiques ? Dans le cas du littoral touristique, un effet vitrine semble recherché dans la concurrence urbaine que se livrent aujourd’hui entre elles les métropoles sud-africaines. Au delà du constat, une des priorités n’est-elle pas aussi de capter une clientèle spécifique – celle internationale – plus rémunératrice voire prestigieuse ?

La Inanda Heritage Route : culture, histoire et icones

Un marketing de personnalités en territoire précaire

  • 3 Soit les cinq grands animaux de la brousse, réputés être les plus dangereux à chasser sous la pério (...)

5À l’inventaire de ses produits d’appel touristiques, le KwaZulu-Natal est une province richement dotée. Elle comprend un long liseré dunaire baigné par une eau traversée par le courant chaud des Aiguilles, des lagunes étendues (telle celle de Sainte Lucia), un contrefort montagneux (avec la muraille du Drakensberg à la frontière avec le Lesotho), ainsi que des réserves animalières (Hluhluwe, uMkuze, Phinda) où il est aisé d’apercevoir les « big fives »3. Deux de ses sites – Isimangaliso Wetland Park et uKhahlamba-Drakensberg Park – sont d’ailleurs classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour finir, la province est marquée par la culture bantoue zouloue, et son peuplement est d’origine indienne et britannique.

  • 4 Entretien avec M. Tifflin, (Tourism KZN) tenu en juin 2009.
  • 5 Soit l’ensemble des lieux et des événements qui sont objet du tourisme (Dewailly, Flament, 2000).

6Plus d’un tiers des visiteurs ayant quitté le KwaZulu-Natal en 2009 déclaraient avoir exercé une activité liée à la culture et à l’histoire durant leur séjour (Tourism 2010 Statistics South Africa, 2010). Si cela reste en deçà des pratiques relatives à la vie sauvage (48 %), à la balnéarité (50 %) ou au shopping (72 %), cette part est importante et en vive progression, principalement chez les visiteurs étrangers ultramarins4. Dans ce contexte, on recense actuellement dans la province une riche « matière touristique »5 portant le sceau du culturel (Fig.1). Elle décline des prestations qui ont toutes en commun de s’appuyer sur des personnalités célèbres comme Nelson Mandela, le roi Shaka ou Gandhi. Ces dernières sont alors érigées en icones : en premier lieu, elles sont liées par leur histoire personnelle à celle du KwaZulu-Natal ; en second lieu, elles disposent d’une célébrité qui dépasse désormais le seul cadre géographique de la région.

  • 6 Pris ici dans le sens de « groupes » tantôt raciaux (les Indiens aux côtés des Noirs, Blancs et Mét (...)

7Le KwaZulu-Natal a pour originalité une histoire agitée où se sont, entre autres, illustrées les communautés zouloue et indienne (Folio, 2007)6. La première appartient au groupe bantou et a fini par prendre un ascendant militaire, politique et territorial tout au long du XIXe siècle, jusqu’à forger un empire redouté. Les Zulu sont actuellement le premier groupe ethno-linguistique du pays (24 % de locuteurs), essentiellement regroupés dans cette province. La seconde est arrivée dès 1860 en tant que coolies (travailleurs sous contrat) dans les champs de canne à sucre et les mines, rejointe ensuite par d’autres vagues de peuplement (de commerçants notamment). Ces Sud-africains d’origine indienne comptent aujourd’hui pour 2,6 % de la population nationale, concentrés pour l’essentiel dans cette province (dont environ 1 million à eThekwini). Il existe ainsi une cohabitation intéressante de leur histoire respective, qu’il est fréquent de ramener à des personnalités que sont notamment le roi Shaka, fondateur de la nation zouloue, ou Mohandas Karamchand Gandhi, chantre de la résistance passive active, dont la jeune histoire a connu une inflexion décisive en terre sud-africaine.

8La traduction, en termes d’attraction touristique, en est le cortège de villages culturels zoulous : on en compte près d’une vingtaine dans la province (Folio, 2010a), dont les plus connus sont Phezulu, Dumazulu ou encore Shakaland. De la même manière, il est possible d’effectuer des tours urbains (à Durban comme à Pietermaritzburg) organisés autour de la culture indienne et des pérégrinations locales du Mahatma (Folio, 2011). Ces attractions font écho à une réalité nationale, où des personnages et/ou des groupes notoires de l’histoire sud-africaine sont communément mis en tourisme. On citera le Freedom Park à Pretoria, le musée de l’apartheid à Johannesburg, le Hector Pieterson Memorial à Orlando West (Soweto) ou encore le District 6 et Robben Island au Cap.

9Au KwaZulu-Natal, cette existence de sites culturels va plus loin car elle peut jouer sur la complémentarité autour d’une même prestation. Le cas de la Inanda Heritage Route, produit phare de la province, l’illustre bien. En effet, la mise en scène d’une union des deux histoires a été réalisée au sein de ce vaste quartier pauvre excentré dans la partie périurbaine nord d’eThekwini (Vaugham, 1999). Il s’agit d’une zone précaire où vit majoritairement la communauté noire, longtemps refoulée aux portes de la ville et exprimant de ce fait une contre-culture urbaine. Le site a été ouvert au tourisme dans la décennie 1990, à l’initiative de l’autorité provinciale, de la ville de Durban, des familles, de fonds et de congrégations associés aux différents sous-espaces, ainsi qu’au forum des représentants locaux d’Inanda concernant les programmes de formation de guides. Les tours organisés sont aujourd’hui conduits par des prestataires privés accrédités.

Figure 1 : La matière touristique du KwalZulu-Natal

Figure 1 : La matière touristique du KwalZulu-Natal

­

10Inanda fut une aire d’implantation spontanée sur site viabilisé. Son peuplement y est actuellement assez dense et son bâti offre un aperçu saisissant de la complexité des aires périphériques sud-africaines. S’y mélangent de l’habitat en dur informel quoique toléré et des bidonvilles sur terre publique ou coutumière. A cela s’ajoute un passé à la fois africain et indien. Inanda – et plus précisément le secteur de Phoenix Settlement – a abrité cette dernière communauté par le passé, et notamment la personne célèbre de Gandhi.

11Alors jeune avocat, Mohandas Karamchand Gandhi est arrivé en 1893 en Afrique du Sud. Le porte emblème de la résistance civile active non violente (et non passive), a fait ses classes pendant 21 ans en grande partie dans la région. Au départ, Gandhi a défendu quelques membres de sa communauté. Puis il a progressivement élargi son combat à celle-ci dans son intégralité, devant les inégalités de traitement racial constatées. Gandhi a ainsi fondé le Natal indian congress en 1894, comme fer de lance de son combat pour les droits civiques. De cette lutte a émané le satyagraha (la « force de la vérité »), dont il a précisé lui-même qu’elle s’est initiée après son éviction contrainte d’un train à Pietermaritzburg (Gandhi avait alors été sommé de quitter le compartiment réservé aux Blancs, ce qu’il refusa de faire).

Figure 2 : Les étapes de la Inanda Heritage Route

Figure 2 : Les étapes de la Inanda Heritage Route

­

12Dans l’ordre du tour, on accède à la maison de presse réhabilitée de Gandhi, où ce dernier publia le journal engagé : The Opinion ; puis on visite le Ohlange Institute, fondé par John Dube, dont on peut apercevoir à gauche la statue de bronze (pour l’anecdote, en 1994, sitôt son devoir civique effectué, Nelson Mandela s’est recueilli devant sa tombe adjacente en déclarant : « Mr. President, I have come to report to you that South Africa is free today ») ; enfin, l’étape suivante mène au site d’Ekuphakameni de l’église syncrétique de Nazareth créée par Isaiah Shembe, à la couleur opaline reconnaissable. Clichés : F. Folio, 2010.

13Tout au long de la Inanda Heritage Route, les jeunes années de Gandhi au KwaZulu-Natal sont ainsi narrées. Et ce dernier est associé à d’autres individualités, zouloues cette fois (Fig.2). Après sa maison de presse récemment réhabilitée, le tour d’Inanda s’arrête en effet sur le Ohlange Institute. Là s’est illustré un personnage célèbre dans le pays : John Langalibalele Dube. Ce dernier fut le premier président du futur African national congress (ANC, au pouvoir depuis la fin de l’apartheid). Auteur également du premier roman en langue isiZulu (Insila kaChaka, 1935), il fonda dans le quartier en 1901 un institut éducationnel africain sans équivalent en Afrique australe : pour lui, l’émancipation des Noirs passait avant tout par l’éducation. Ce n’est pas un hasard si Nelson Mandela déposa ici son bulletin de vote en 1994 (une grande statue illustre aujourd’hui cet épisode). Une autre étape du tour conduit le visiteur au quartier d’Ebuhleni. Il peut en cet endroit découvrir le culte baptiste de Nazareth, celui de l’église de Shembe (la plus large du KwaZulu-Natal, avec deux millions de fidèles) et le parcours de son prophète Isaiah Shembe. Ce dernier a appris aux Zoulous à transcender la religion chrétienne, en y incorporant les tenants de leur propre culture.

14Ces trois personnages finissent par être réunis en une forme de trinité provinciale (Fig.3). Les officiels arguent communément que le quartier d’Inanda abrite la plus forte richesse de lieux patrimoniaux au mètre carré de toute l’Afrique du Sud. La tutelle de Nelson Mandela n’est également jamais très loin… On finit par comprendre que le trait commun de ces trois personnages serait leur exaltation de l’affirmation de soi et l’impulsion d’un esprit de résistance à l’influence extérieure et/ou oppressive, qu’elle soit coloniale ou d’apartheid. Il s’agit, dans ce contexte, de présenter au visiteur un discours qui s’accorde parfaitement avec le credo de l’Afrique du Sud postapartheid : la fierté de la lutte commune pour la liberté et l’émancipation, la nation arc-en-ciel pacifiée et le grand dessein de la réconciliation et de la reconstruction nationale. Ce discours aujourd’hui notoire, déclamé urbi et orbi, est-il seul de nature à séduire la clientèle, notamment internationale ?

Figure 3 : La trinité des icones provinciales à Inanda : Shembe, Dube et Gandhi

Figure 3 : La trinité des icones provinciales à Inanda : Shembe, Dube et Gandhi

Cliché : F. Folio, 2010

Un mythe sud-africain vivace : quelle portée du discours ?

  • 7 Entretiens avec les prestataires privés que sont Meluleki Tours (M. Mgobhozi) et Sobantu Tour (M. M (...)

15Les produits touristiques culturels et historiques, tels que la Inanda Heritage Route, occupent une place de plus en plus notable dans l’activité économique nationale. Une idée couramment entretenue par les divers opérateurs est qu’ils restent généralement l’apanage d’une population étrangère ultramarine7. Au KwaZulu-Natal, les touristes domestiques et continentaux demeurent avant tout attachés à l’aspect récréatif du littoral de la province. Au sein de la communication marketing des prestataires (diffusée dans les brochures touristiques ou sur les sites Internet), le touriste « hyper-occidental » – au sens de non spécifique à un territoire, mais alliant les traits de modernité, d’individualisme et de consommation de masse (Allemand et al., 2005) – est prioritairement interpellé. En son sein, c’est particulièrement le public européen et nord-américain qui est concerné.

  • 8 Pris ici dans le sens d’un ensemble de services fournis au client, ces prestations proposant généra (...)

16On pourrait justifier cela par plusieurs aspects. D’une part, ces prestations diversifient l’offre touristique sud-africaine par des niches vues comme innovantes. La demande mondiale actuelle lie la recherche de dépaysement, de sensations et d’enrichissement personnel. Elles font écho, de la sorte, à l’émergence planétaire de « segments » qui seraient liés à de nouvelles attentes – la quête de l’unique et de l’instructif –, qu’ils soient, on le voit de nos jours, alternatif, responsable ou soutenable (Poon, 1993). Sur place, il en émane un produit touristique8 culturel et historique pour le moins original, avec une vocation pédagogique sur les apports san, bantou, boer/afrikaner, britannique ou encore indien, à l’Afrique du Sud. En conséquence, ces produits qui dépendent de personnages, de monuments ou de sites architecturaux, ont vocation à commémorer les hauts-faits et les bifurcations historiques du pays. Cela éclaire le volet patrimoine. Dans le même temps, les motivations des visiteurs s’expliquent aussi par le regard qu’ils portent sur d’autres peuples et la compréhension de ce qui leur est dissemblable (l’Autre). Ces produits s’inscrivent alors dans le secteur du tourisme dit culturel, qui s’en trouve ainsi légitimé (Ramchander, 2004).

17D’autre part, ces prestations renvoient aux ressortissants ultramarins des personnages ou des groupes fameux et une curiosité – un magnétisme – associés à un « exotisme » séculaire, qu’il soit africain ou indien, symboles d’un « Sud » à la fois lointain et romantique (Staszak, 2008 ; Tomaselli, 2001). Depuis quelques années se multiplient dans le pays des prestations du type township tours (la découverte des ex-quartiers noirs légalement ségrégués en périphérie des villes), cultural villages (l’immersion dans les zones tribales), battlefields (la visite des champs de bataille ayant opposé, par exemple, les Zoulous aux Boers ou les Anglais aux Zoulous), et un maillage de musées liés à l’histoire de l’Apartheid (Apartheid museum). Ces produits s’appuient principalement sur les populations noires (à degré moindre métisses ou indiennes). Spatialement, ils se concentrent dans les principales provinces du pays, là où les visiteurs séjournent le plus. Ils se doublent d’une instrumentalisation d’icônes historiques.

  • 9 Cela marque une différence d’attitude entre les deux personnages, interpellant d’autant plus que Ma (...)

18A Inanda, dans le tour comme sur les brochures, Gandhi est clairement mis en représentation. En outre, dans sa maison de presse, on le trouve associé, à travers les pièces du musée, le plus souvent à Nelson Mandela (Fig.4). Ce dernier est affiché comme son alter ego naturel africain. Le discours de Gandhi entre alors en résonnance avec les valeurs de la nouvelle Afrique du Sud, portées par son premier président démocratique. Avec Mandela, on obtient le binôme de ces mythes liés à la résistance active, à la non violence et à la réconciliation (en révolte contre un impérialisme originaire de la partie du monde dont peuvent être issus ces visiteurs), soit les messages emblématiques que la nation arc-en-ciel aime à projeter sur la scène internationale. Il nous semble que cela peut rapidement devenir un raccourci historique : les parcours de Gandhi et de Mandela ont été différents. Si on peut parler d’un idéal d’action excluant la violence sous toutes ses formes pour Gandhi, Mandela ne s’est lui jamais vu comme un pacifiste (on se réfèrera à l’ouvrage Conversations with Myself, 2010). Mandela a notamment établi les « lances de la nation », des commandos menant des actes de sabotage contre les infrastructures. Après avoir épousé les thèses de la non violence, il a durci son combat avant de revenir à ses préceptes premiers9.

Figure 4 : Hall du musée Gandhi à Inanda

Figure 4 : Hall du musée Gandhi à Inanda

­

19Le musée s’attache notamment à la promotion de Mohandas Karamchand Gandhi. Celui-ci est ici mis en représentation, au travers de la statue au premier plan, dans les habits du mahatma (« la grande âme ») et non dans ceux du jeune avocat fringant fraichement émoulu d’une université britannique qu’il était à son arrivée en Afrique du Sud. Les affiches à l’arrière-plan évoquent par ailleurs une filiation avec le combat de Nelson Mandela. Enfin, la ville de Durban et son iconographie zouloue chaleureuse rappellent la toile de fond géographique. Cliché : F. Folio, 2010.

20Pour finir, on ne peut nier que ces circuits touristiques se déroulent dans des espaces longtemps refoulés, voire craints. Ils illustrent une contre-terrorialité qui, de nos jours, peuvent séduire le touriste passablement blasé, avec pour attrait les marges des sentiers battus de la planète tourisme. Le tour d’Inanda s’inscrit dans une prestation qui fait florès en Afrique du Sud et qui est celle des township tours (Hughes, 1994). Ceux-ci s’articulent sur le couple admiration-répulsion pour populariser leur offre (Folio, 2010b). Il est vrai que cela n’est pas évoqué en ces termes : c’est plutôt l’intérêt culturel qu’exhibent en règle générale les prestataires privés ; officiellement ces circuits visent à faire prendre conscience, en le lisant dans le paysage, ce qu’ont été et sont encore les marques de l’apartheid urbain pour une majorité d’individus. Cette facette s’additionne à la possibilité de mesurer le chemin parcouru depuis 1994 en termes de politiques de rénovation et de réhabilitation (Masland et al., 2002). Cependant, derrière cette immersion pédagogique, une fascination singulière se noue autour de la visite de ces espaces reculés, peu visibles et à la réputation marquée. Foyers de la lutte contre l’apartheid, les townships conservent l’image de quartiers dangereux en Afrique du Sud. Cela doit être nuancé : les centres-villes le sont parfois tout autant et ce sont souvent des sections des townships qui sont concernées. Il n’en reste pas moins que ce sont des espaces démunis, où chômage et activités souterraines sont importants. Aussi leur ouverture au tourisme est souvent critiquée (Butler, 1999 ; Holliger, 2005) : d’une part il est dénoncé un voyeurisme (la visite de ces espaces vécus, authentiques, peut s’apparenter à celle d’un zoo humain) et d’autre part un produit prospérant sur un certain côté sensationnel à tout le moins déplacé, au vu de l’image sulfureuse que ces quartiers conservent.

21Evidemment, tous ces points ne forment pas les seuls motifs à retenir : le caractère multi-sensoriel et interactif d’un tour comme Inanda joue aussi un rôle. Mais en réalité, en dépit du fait que les visiteurs étrangers ultramarins sont friands de ce type de tours, ceux-ci finissent par toucher un public plus large – bien qu’assez spécifique – à travers notamment les sorties scolaires et les comités d’entreprise. En somme, si les prestations culturelles en Afrique du Sud semblent en phase avec une demande globale (Naidu, 2011 ; Urry, 2007), elles se nourrissent en ce pays d’une tradition historique. La patrimonialisation touristique à Inanda a finalement le mérite de réhabiliter des espaces périphériques longtemps répulsifs, en instrumentalisant des personnages majeurs. L’aspect symbolique sert une cause politique qui est celle de la réconciliation nationale. En cela, l’anglicisme « héritage » est peut-être ici plus adapté contextuellement que le terme de patrimoine, dans la mesure où il exprime la question si importante du traitement du passé et de la mémoire en Afrique du Sud (Rassool, 2000). Le cas du front de mer de la ville d’eThekwini est intéressant de la même manière, car la régénération récente du site étaye le discours de la nouvelle Afrique du Sud (re)conquérante, bien que le public concerné ne soit pas ici a priori le même.

Le waterfront d’eThekwini : balnéarité, ludisme et urbanité

Revitalisation à l’œuvre dans le cadre de la World cup 2010

22Le secteur du tourisme local ou domestique est connu à Durban pour combiner la balnéarité et l’héliotropisme (Fig.5). Les vagues à rouleau de l’océan Indien, réchauffées par le courant des Agulhas, y déferlent pour le plaisir des baigneurs et des surfeurs, le long d’une esplanade ponctuée de grands hôtels. C’est durant les années 1900, dans une phase de colonisation anglophone, que le site de Durban a été classé aire touristique et que l’essor d’infrastructures fut encouragé. De nos jours, eThekwini se qualifie à la fois comme le moteur touristique domestique au plan national, ainsi qu’une destination – dans les faits secondaire – pour les étrangers (eThekwini Economic Review2010). En 2011, la métropole a accueilli 669 585 visiteurs internationaux (soit 55,2 % du total provincial). Dans le même temps, on relevait un chiffre notable de 9,95 millions de visiteurs internes.

Figure 5 : La matière touristique locale différenciée d’eThekwini

Figure 5 : La matière touristique locale différenciée d’eThekwini

­

23Le front de mer de Durban connaît depuis peu une ambitieuse opération de revitalisation. Celle-ci se place dans une optique de re-développement urbain (Hoyle et al., 1988). Le contexte s’y est prêté idéalement : l’Afrique du Sud a été le premier État africain à être choisi par la Fifa (Fédération internationale de football association) pour organiser la Coupe du monde de football en 2010 (plus grand évènement sportif planétaire avec les Jeux olympiques). Durban fut l’une des villes hôtes sélectionnées – elle a notamment accueilli une des demi-finales de la compétition – et la manifestation a constitué un élément justificatif de cette politique de réaménagement littoral. Souhaitant marquer les esprits, eThekwini ne s’est pas contentée de ravaler les façades et de consolider les équipements sportifs existants. En effet, elle s’est lancée dans une politique de grands travaux avec un budget de 5 milliards de rands (470 millions d’euros) dans le cadre d’une association publique-privée (dont un tiers financé par la municipalité).

  • 10 D’une capacité de 62 760 places, le stade a vocation à être étendu à 85 000 places. Durban a en eff (...)

24Le Moses Mabhida Stadium figure parmi les projets d’envergure. Il s’agit d’un impressionnant complexe sportif de couleur blanche inséré dans le tissu urbain péricentral nord, et visible quelque soit l’endroit où l’on se situe en bord de mer. Traversé par une arche en Y donnant accès à une plate-forme d’observation s’élevant à 106 mètres de hauteur, il est comparable avec le Soccer City de Johannesburg10. Les autres réalisations, en prise à la fois avec la Coupe du monde de football et le front de mer touristique, ont eu pour but de régénérer la vieille esplanade centrale (connue sous le nom de Golden Mile, soit une aire de promenade de 6 km de long). Cette aire littorale a été un vaste chantier pendant plusieurs mois pour créer un nouveau corridor côtier, plus long et plus large (Fig.6). Proche du Moses Mabhida stadium, le corridor relie en fait la plage de Battery beach au nord à la pointe de l’entrée de la baie de Durban au Sud (où se trouve également un nouveau parc d’attraction marin : uShaka Marine World), en passant par le Golden Mile central.

Figure 6 : La nouvelle esplanade du front de mer d’eThekwini

Figure 6 : La nouvelle esplanade du front de mer d’eThekwini

­

25Il s’agit d’un vaste tronçon pédestre populaire, au cachet « tropical et maritime » : les palmiers sont présents et la décoration au sol dessine les ondulations des vagues. Le cœur a pu accueillir le FIFA fan Park et un Fan Mile (aire de regroupement des supporteurs visionnant les matchs sur écrans géants, avec débits de boissons et points de restauration) pendant la Coupe du monde de football en 2010 (Durban Tourism Workshop, 2010). Le stade apparaît à l’arrière-plan. Actuellement, les visiteurs s’y rassemblent, flânant, faisant du vélo ou du roller, avant d’aller bronzer ou se baigner. Cliché : F. Folio, 2010.

26Finalement, le nouveau front de mer de Durban est fréquemment comparé à celui de Miami en Floride. Un réseau de busway (aux tickets réutilisables dans l’heure et demi) dessert le tout et assure la jonction entre les points d’intérêt. Mais la ville est allée plus loin encore. Dans la partie la plus méridionale du secteur, le grand projet de Durban a pu enfin aboutir (Fig.10) : la réappropriation à des fins résidentielles, commerciales et récréatives, du quartier originel et décadent du Point. Il s’agit à ce niveau d’une entreprise de requalification du front d’eau (ou waterfront), ce secteur faisant tampon entre le port plurifonctionnel de Durban (situé dans la baie en arrière) et cette bande côtière touristique. La revitalisation de ce secteur portuaire fait partie de longue date de l’agenda municipal mais le temps de latence fut long tant il se révélait ardu à mettre en œuvre. Il faut dire que le quartier, au patrimoine britannique repère des dockers et peu à peu des acteurs interlopes, était devenu au fil du temps une aire répulsive (filières de prostitution, réseaux de drogues). Les défis étaient importants mais les enjeux économiques ont fini par l’emporter, ce secteur étant considéré comme l’un des mieux situés et des plus sous-utilisés de la ville. La requalification récente a pu avoir lieu grâce à la réunion d’un ensemble de circonstances : l’élan de la coupe du monde, l’empreinte qu’a voulu laisser le city manager médiatique quoique controversé M. Sutcliffe (Nondumiso, 2011) et surtout la pression que subissent les villes sud-africaines pour favoriser les grands développements urbanistiques dans un contexte de globalisation économique, dont l’une des conséquences au niveau local est l’activation de réseaux bien établis (Houghton, 2011 ; Houghton, 2013).

  • 11 Ou politique d’entreprenariat sud-africaine (sous l’impulsion de l’ex-président Thabo Mbeki), passa (...)

27L’année 2003-2004 a constitué le prélude à un partenariat public-privé (PPP), pour ce qui est devenu – l’aménagement du quartier étant toujours en cours – l’une des plus larges opérations de requalification que connaît le pays, débouchant par ailleurs sur sa gentrification vers le haut standing (Glass, 1964). Elle est portée par une collaboration très pragmatique au sein de la Durban Point development company (DPDC) entre divers acteurs : (ex)membres de la municipalité, compagnies étrangères, hommes d’affaires locaux dont certains émargeant au Black economic empowerment (BEE)11, tels que les groupes Usebe developments ou Mion investment. Cette entreprise est par conséquent un projet urbain global et concerté (Smith, 2003), où promoteurs privés et institutions publiques s’unissent pour recréer un style de vie, au sein d’une ville s’érigeant, plus encore que par le passé, dans la dualisation de l’économie et des modes de vie (Sassen, 2001).

28L’avènement du parc d’attraction d’uShaka (cf. supra) a constitué le déclic : il a rassuré les investisseurs en leur indiquant qu’il était possible de se réimplanter en ce lieu marginalisé. En outre, le système de réticulation et de purification de l’eau du parc a conduit à optimiser le maillage de canaux pour évacuer l’eau vers l’océan. Cela a pu offrir un cachet au secteur (à l’instar des Docklands de Londres) : le bâti est à présent inséré dans un entrelacs de drains sillonnés par des pédalos voire des gondoles véniciennes (Fig.7).

  • 12 Que J. Lévy propose de définir par la conjonction de deux facteurs : densité et diversité des fonct (...)

29Dans ce contexte, et sur 55 hectares, le Point developement a l’ambition de concurrencer des villes comme Le Cap (Victoria & Alfred Waterfront), Sydney (Darling Harbour) et Boston (Quincy Market). L’esthétique recherchée est celle d’une image moderne archétypale de la mondialisation. Le tout amène à un côté sensiblement normé de l’entreprise. Le partage de l’espace suit la mixité suivante : 67 % résidentiel, 15 % hôtelier, 11 % commercial et 7 % d’affaires. On peut en effet y vivre, y travailler et se divertir, le tout sous surveillance des caméras en circuit fermé 24h/24. Ce faisant, l’Afrique du Sud adhère à un idéal d’urbanité12 à l’européenne, que le zonage fonctionnel de l’apartheid avait fini par asphyxier. La montée en gamme du secteur est en cours (avec des appartements vendus aujourd’hui entre R260 000 et R300 000 – soit entre 24 et 28 000 euros ce qui reste toutefois en deçà des prix pratiqués au Cap) et le public cible est les Sud-Africains aisés, en quête souvent d’une résidence secondaire pour leurs vacances. En quoi, la totalité de ces opérations semble-t-elle, de prime abord, redirigée à l’endroit d’une clientèle nationale ?

Figure 7 : Le Point development, opération de gentrification d’eThekwini.

Figure 7 : Le Point development, opération de gentrification d’eThekwini.

­

30Les matériaux récents, les lignes homogènes, la mixité entre le résidentiel et le fonctionnel (axée sur le haut de gamme et vidéo-protégée), ainsi que l’utilisation des canaux à des fins ludiques, tout inspire une ambitieuse opération de requalification urbaine littorale, au sein d’un ex-quartier dégradé (photographie de gauche). Architecturalement, les façades des demeures edwardiennes du début du XXe siècle ont été conservées et réhabilitées dans un souci de sauvegarde patrimoniale, tandis que le reste du bâti était démoli et reconstruit à l’identique (photographie de droite). Clichés : F. Folio, 2010.

Réhabiliter une image dégradée au fil du temps

31Durant la décennie 1990, Durban générait R3 milliards (soit 280 millions d’euros) par an de recettes via la branche du tourisme domestique (Creemers, Wood, 1997). Pour autant, un enjeu s’est posé aux acteurs en charge de la municipalité d’eThekwini – devenue aire métropolitaine – au début des années 2000 : il s’agissait de l’image répulsive que renvoyait peu à peu la ville. Sur deux décennies (1983-2003), la part de marché de Durban dans l’arrivée des touristes nationaux est passée de 34 à 26 % (Business Report, 2003). Pourtant, l’image de Durban a historiquement été associée à un lieu de vacances réputé en Afrique du Sud.

32Tout d’abord, il convient de rappeler que l’actuelle nation arc-en-ciel a une tradition récréative ancienne et bien ancrée en Afrique sub-saharienne. D’un point de vue historique, les parcs naturels britanniques liés aux safaris (Ndebele, 1998) et les traditionnels séjours en terre sauvage (mêlant bakkie, boat et braai – véhicule pick-up, bateau de pêche et barbecue) sont l’expression de ces activités de repos, de jeu et de découverte imprégnant une partie de la société sud-africaine (que permettent aussi un niveau de vie, du temps libre et le rôle des acteurs institutionnels). C’est dans cette perspective qu’il faut considérer l’avènement de la balnéarité, d’inspiration européenne, au XXe siècle, surtout sur le littoral de l’océan Indien. L’ensemble des communautés est aujourd’hui concerné. Au total, 13,4 millions de vacanciers internes ont été comptabilisés en 2010 (pour 29,7 millions de séjours sur le territoire). La côte du KwaZulu-Natal notamment demeure une destination prisée.

33Historiquement, dès 1908 Durban devient un pôle de vacances officiel en Afrique australe. La ville attire à cette période environ 15 000 touristes (Maharaj, 1996). En 1923, la Durban publicity association (financée par le conseil de ville et l’administration du port et des chemins de fer) lance une grande campagne d’information vantant le slogan : « Delightful Durban - South Africa’s Seaside Resort ». La station qu’est Durban devient rapidement un terrain de jeu (national playground), pour un public multi générationnel, préférant la saison de mai à septembre jugée moins chaude et humide. La clientèle est originaire des terres intérieures mais aussi d’Afrique australe, avec une aire d’attraction s’étirant jusque sur les Rhodésies. Ce public déjà électif et à forte composition européenne est devenu encore plus circonscrit durant la période d’apartheid qui débute en 1948.

34En effet, en vertu du Group areas Act (1950) et du Separate amenities Act (1953), l’existence « compartimentée » des quatre groupes raciaux (Blancs, Indiens, Métis et Noirs) est mise en application en Afrique du Sud. Les meilleures plages (soit les plus centrales) sont alors réservées aux populations blanches (Fig.8). Cette ségrégation raciale accompagne l’avènement du Golden Mile durant les décennies 1950 à 1970 : hôtels et restaurants émergent, face à une esplanade abritant un petit parc d’attraction, des piscines, un sea world et un mini-musée urbain. Un tourisme de masse réservé est à l’œuvre. L’expression n’est pas contradictoire au sens ou les cohortes de Sud-Africains blancs affluent durant les périodes de congés et de vacances scolaires. Les hôteliers leur proposent des tarifs assez bas du fait des faibles charges d’un secteur en situation de monopole, dont les taux d’occupation sont une priorité (Maharaj et al., 2008). Durban devient une destination populaire, mais pour une fraction – de surcroît minoritaire – du spectre racial de l’apartheid. Sur les plages, les panneaux rédigés en afrikaans « Net vir blankes » (réservé aux Blancs) illustrent cet idéal ségrégationniste.

Figure 8 : La législation d’apartheid et ses conséquences au plan local

Figure 8 : La législation d’apartheid et ses conséquences au plan local

­

35Ces documents historiques sont issus du nouveau musée de l’apartheid à Pietermaritzburg. Par delà la caricature, ils retranscrivent le registre mesquin de l’application à grande échelle du développement séparé (Petty apartheid), codifiant l’espace public et les commodités quotidiennes. Dans « la Mecque du tourisme » qu’était Durban, l’occupation spatiale fut des plus inégalitaires : 2 100 mètres de plages étaient accordées aux Blancs (dans le prolongement du centre-ville), contre respectivement 650 et 550 mètres aux Noirs et aux Indiens, sur les écarts plus au nord (Folio, 2009). Clichés : F. Folio, 2010.

  • 13 Les périodes du nouvel an (notamment 1992 ou 1995) sont l’occasion, à l’aide de photographie aérien (...)

36En dépit des pressions émanant des milieux conservateurs, la ville est obligée d’ouvrir ses plages à l’ensemble des races en 1989. Dans une période transitoire instable, cette déségrégation a débouché sur l’appropriation de ce lieu de sociabilité par les groupes restés à l’écart. Conjointement, on a observé un tassement puis une érosion de la fréquentation blanche. Il faut dire que la couverture médiatique du moment, encore partiale, décrivait un chaos généralisé dans un contexte empreint de tensions raciales13. Une partie de la population, la chambre régionale du commerce et les hôteliers locaux font état de leurs inquiétudes. Les entrepreneurs exogènes, ayant investi localement, en viennent à négliger leur parc de logement et le niveau de prestations inhérent. Cela a conduit peu à peu à l’aspect passablement décati du bâti, à une désuétude inexorable du cadre d’ensemble et à une montée de la criminalité. A ce moment, Durban ne répond plus vraiment aux normes du marché.

37Lieu de vacances festives historique des Johannesbourgeois, la ville perd sa prééminence récréative au profit d’autres destinations. CapeTown voire l’étranger sont ainsi plébiscités. Les Sud-Africains, ne se considérant plus comme des parias depuis 1994, se mettent à voyager de nouveau, par exemple dans des pays voisins offrant une matière touristique similaire (Ponta do Ouro, Bilène ou Bazaruto au Mozambique par exemple). Dans la province, les stations littorales d’Umhlanga Ridge, de Zimbali ou de Ballito au nord, remportent aussi désormais les faveurs des touristes appartenant aux couches moyennes à supérieures.

38Avec du recul, on peut avancer que ce contexte postapartheid a induit une nouvelle composition socio-économique des visiteurs, à laquelle n’étaient sans doute pas préparés les acteurs historiques. La dégradation des lieux peut être explicitée par une réappropriation subite, comme par l’appréhension, la perte de confiance et finalement un certain désintérêt pour ce lieu. Or, cette phase est transitoire, les nouveaux venus n’aspirant qu’à épouser le modèle de la société récréative et du « relâchement des contraintes » (Elias, Dunning, 1994) des civilisations touristiques. Rappelons d’abord qu’ils s’identifient enfin pleinement à des pratiques et à des espaces qui les ont longtemps renvoyés à leur condition de citoyens de seconde classe. En outre, ils peuvent être perçus comme un marché prometteur, d’autant que les politiques étatiques (discrimination positive, entrepreneuriat noir) font apparaître une nouvelle bourgeoisie noire en Afrique du Sud. Mais dans ce contexte, la priorité des élus métropolitains en charge est de briser la spirale négative et de faire revenir la clientèle historique. L’objectif est certes de maintenir Durban dans son rôle de leader national mais le message politique va plus loin : il s’agit aussi de relever le défi de refaire de Durban – cette fois dans un contexte postapartheid, i.e. dans un cadre pluriethnique – la station de vacances courue qu’elle a pu incarner dans le passé. C’est dans cette optique qu’il faut comprendre leur mobilisation tous azimut et la reconquête du front d’eau évoquée. En outre, cette dernière entreprise s’inscrit également dans un cadre plus vaste, celui de la troisième génération de waterfronts (après la première impulsion américaine des années 1960, puis européenne et australienne des années 1970-80) : celle-ci touche aux pays nouvellement industrialisés et en développement, dans un contexte postmoderne de tertiarisation économique (Bonillo, 1992 ; Chaline, 1994 ; Hall, 1993). Dès lors, les enjeux paraissent, on le verra dans la partie suivante, plus larges encore.

39Inanda et le waterfront d’eThekwini expriment des politiques touristiques fondées sur la patrimonialisation au sein de la nouvelle Afrique du Sud, où les enjeux politiques nationaux épousent les velléités matérielles de réhabilitation d’hommes et/ou d’espaces perçus comme marginalisés. Dans les deux cas, l’État central et la municipalité, chacun aux mains de l’ANC, sont sur la même ligne et dans les deux cas les initiatives locales sont initiées puis appuyées par la ville bien que largement conduites, concernant l’activité touristique, par le secteur privé (dans le cadre d’un affichage original public/privé et qui plonge dans les liens entre milieu d’affaire et monde politique local)(Houghton, 2011). Deux types de clientèles semblent en outre respectivement privilégiés. Il nous importe à présent d’approfondir le jeu des échelles en montrant que d’autres intérêts entrent en considération, aux deux extrémités que sont les niveaux de lecture infra-urbains (cas d’Inanda) puis globaux (cas du littoral).

Développement local et vitrine mondiale, ou comment lier les aspirations d’une métropole touristique sud-africaine

La Inanda Heritage Route face au défi de l’intégration locale

40Si le type de prestation qu’est Inanda a tendance à concerner particulièrement un public ultramarin, il suit en parallèle une logique interne tout aussi stratégique. Les enjeux du développement, puis de la (re)construction identitaire locale, seront ici abordés.

  • 14 Malgré une politique de discrimination positive qui a été entérinée (affirmative action), la ségrég (...)
  • 15 Cela a été particulièrement sensible lors des évènements xénophobes de 2008, où la recherche de bou (...)

41Dès 1996, le Livre blanc sur le Tourisme a souligné les enjeux de l’investissement communautaire au sein de l’industrie touristique du pays. Il y est invoqué la nécessité d’une contribution, par le biais d’un secteur jugé porteur, à une politique de rattrapage socio-spatial qui cible précisément les populations défavorisées, celles notamment discriminées par la politique de développement séparé. De surcroît, l’Afrique du Sud demeure l’un des États les plus inégalitaires au monde (selon les dires de l’économiste sud-africain Haroon Bhorat), alors même que les espérances intérieures sont intenses dans un contexte postapartheid14. Aux inégalités raciales du passé se sont substituées de nouvelles inégalités sociales qui se traduisent in fine par de vifs ressentiments15.

42Face à cela, le tourisme est vu, dans l’agenda national aussi bien qu’international (notamment dans l’Organisation mondiale du tourisme), comme un levier de développement dans les pays dits du Sud. Il est vrai que sur le terrain, les touristes étrangers contribuent à 8,5 % du PIB national (Pali Lehohla Statistician-General, 2010). Les prestations touristiques créent des emplois, directs et indirects (au total 530 700 en 2009). Ainsi, pour les décideurs, il s’agit d’œuvrer pour que les Sud-Africains, et notamment les catégories de la population les moins aisées, puissent accéder à au moins une part de cette manne des devises extérieures.

43Cette volonté éclaire la mise en place de politiques de développement local par le tourisme (Goudie et al., 1999). Celles-ci prennent des appellations génériques : tourisme communautaire, écoutourisme, tourisme pro-pauvre (Ashley et al., 2000). Les exemples connus sont la participation des zones tribales à la conservation des réserves naturelles (par exemple le parc Hluhluwe-Imfolozi au KwaZulu-Natal, ou le clan Makuleke au Parc Kruger), l’immersion dans les communautés villageoises (San, Shangaan…), ou encore la visite des quartiers noirs comme Inanda. Et lorsqu’elles appellent de leur vœu une célébration patrimoniale, ces orientations acquièrent une seconde justification, tournées non pas seulement vers des intérêts nationaux comme cela a été vu mais aussi locaux (Rogerson, Visser, 2004).

44On constate donc un processus de polarisation de formes de tourisme patrimonial. Derrière le paravent du tourisme culturel au cachet historique et pédagogique, ces formes réhabilitent des richesses communautaires longtemps dévalorisées (par la colonisation puis par l’apartheid). Il faut bien mesurer ce devoir de mémoire, qui s’apparente à un sentiment de revanche sur l’histoire et de projection d’un idéal commun vers l’avenir. En pratique, cela traduit un désir de vendre une histoire nationale connue, (ré)appropriée par le bas et qui induit un tourisme cathartique, c’est à dire visant à extérioriser les traumatismes anciens. L’étude de 2005 (DEAT) sur la « compétitivité globale de l’industrie du tourisme en Afrique du Sud » a souligné cet aspect. Il en émane ce que d’aucuns intitulent parfois une fascination voire une obsession du pays pour ce qui touche à la célébration et à la marchandisation de « l’héritage ». Le concept même d’héritage – dont on a vu qu’il était peut être plus pertinent que celui de patrimoine dans ce contexte – est ambigu. En effet, l’expression intègre des aspects tangibles du passé – des sites –, et des aspects immatériels d’une culture – des pratiques, des traditions orales –, eux-mêmes évolutifs. Mais dans tous les cas, ce concept procède d’une sélection de faits historiques et d’une représentation de ces faits, au regard d’enjeux contemporains, en l’occurrence le discours du renouveau national. En cela, c’est une catégorie construite, un outil politique (Burnett, 2001). Pour Ashworth et al. (2007), il s’agit même d’un des instruments principaux de l’application de politiques publiques au sein des sociétés plurielles.

45Pour revenir à notre exemple, la mise en tourisme d’Inanda est assez symptomatique de la réalité suivante : l’Afrique du Sud prône a priori une politique multiculturelle qui va logiquement à la rencontre de sa stratégie touristique. Celle-ci consacre un plein épanouissement de l’ensemble des communautés, élargissant le spectre des groupes hérités de l’apartheid. Or, S. Marshall (2010) a démontré que c’est davantage un africanisme « englobant » qui préside désormais aux décisions nationales : tout ce qui est vu comme tendant vers cet idéal de la lutte pour la liberté et de la réconciliation trouve grâce aux yeux des décideurs touristiques. Les minorités sont reconnues mais doivent embrasser les valeurs de la nation postapartheid pour se réaliser. L’ensemble se retrouve alors dilué dans une certaine conscience, qui par un habile glissement, est plutôt devenue afro-centrée, puisque l’ANC, parti de la libération, est au pouvoir sans interruption depuis 1994. Mais on peut plus sûrement dater ce glissement à la promotion de la « renaissance africaine » chère à l’ex Président Thabo Mbeki.

  • 16 Sans aller jusqu’à épouser des thèses extraites de la biographie polémique de J. Lelyveld (Great So (...)

46C’est par cette grille de lecture qu’il faut aborder la fusion de l’héritage indien dans une prestation du type d’Inanda. Tout au long du tour, Gandhi n’est jamais seul mais accolé à des personnalités africaines. Or, le rôle même de Gandhi en Afrique du Sud est controversé quant à son engagement pour les Noirs16. En outre, l’histoire locale nous renseigne sur des faits évacués par la mise en tourisme contemporaine d’Inanda (Fig.9). En 1985, le quartier où s’est implanté Gandhi fut marqué par des violences interethniques (Inanda riots). Dans un contexte de fortes densités, de carences en services publics et de rapports se détériorant entre propriétaires Indiens et locataires Africains, ce quartier fut détruit et squatté par des immigrants. Le secteur, rebaptisé Bambayi, est devenu un vaste quartier informel. Cette période a tendance à être occultée dans la belle harmonie inter-communautaire et dans le langage commun de la promotion touristique du KwaZulu-Natal. Ces différends sont masqués par la mise en tourisme du quartier maintenant africain appuyée par la ville, couverte par de nouveaux prestataires privés appartenant à la communauté noire et qui fait travailler des associations et des guides locaux.

Figure 9 : Le site de Gandhi à Inanda et ses aires limitrophes

Figure 9 : Le site de Gandhi à Inanda et ses aires limitrophes

­

47Localement, les traces des émeutes de la décennie 1980 sont encore perceptibles. Sur la première photographie, on peut apercevoir, en partie, la maison familiale réhabilitée au premier plan, et une annexe détruite par un incendie criminel au second plan. Le site touristique est dorénavant une enclave réappropriée, neuve, située en plein territoire précaire. Juste en face, le bidonville de Bambayi déploie ses shacks (cabanons précaires) dans un dédalle de venelles. Clichés : F. Folio, 2010.

48La mise en tourisme d’Inanda ne sert donc pas que la cause d’un discours national lointain sur le bien-fondé de la nation arc-en-ciel. A grande échelle, derrière la matérialisation de politiques économiques en zones précaires, elle tend à modeler une certaine vision des choses, même si cela passe par quelques généralisations et/ou omissions historiques. Elle tend de ce fait vers un passé local mythifié qui aplanit les incohérences de l’histoire, avec en visé un produit plus parfait que la réalité elle-même (Gravari-Barbas, 1998 ; Harvey, 1990).

Le waterfront de Durban ou la quête d’une nouvelle notoriété

49De manière similaire, il a été avancé précédemment que la matière touristique offerte par le nouveau littoral d’eThekwini répondait à un désir de consolider une position nationale en qualité de moteur du tourisme domestique. Néanmoins, là encore, à l’instar de l’exemple d’Inanda, ce qui peut de prime abord être vu comme une stratégie touristique plutôt tournée en direction d’une clientèle donnée, doit en réalité être décrypté dans un périmètre autre. C’est bien un repositionnement urbain total que cherche actuellement à adopter la municipalité d’eThekwini à travers le (ré)aménagement de son front de mer.

50Pour le comprendre, il convient de repartir des préoccupations récentes des édiles locaux, en charge pour certains de la planification touristique. A l’échelle du pays, il est assimilé que c’est bien le marché extérieur qui rapporte davantage de subsides. Et on concède que ce dernier est moins influent ici qu’au Cap ou qu’à Johannesburg (le Gauteng ou le Western Cape étant les principales portes d’entrée du pays). Dans le détail, la branche du tourisme interne contribue à 79,8 % du volume touristique global (en nombre de personnes), soit l’essentiel du secteur (Marketing Mwanzi to South Africans, 2009). Par contre, en termes de recettes, elle rapporte moins que le tourisme étranger (26 % en 2007). En moyenne, un touriste domestique dépensera R730 par jour contre R1 110 pour un visiteur étranger (soit respectivement 70 et 100 euros). On peut en partie imputer cela au fait que les nuitées des touristes internes se font souvent chez la famille/amis ou dans une résidence secondaire et moins dans l’hôtellerie marchande.

51De surcroît, la puissance publique locale a mesuré le fait que ce marché était en transformation ces dernières années. Outre le secteur rémunérateur des affaires, l’avancée des intérêts culturels et écologiques nuance la primauté des vacances « Sea, Sun, Sand ». À la fin de la décennie 1990, lorsque la municipalité se lance dans une politique urbaine d’ampleur visant à repositionner la ville de Durban, elle a en ligne de mire ces enjeux. Son objectif est double : d’une part réancrer la centralité durbanite dans un esprit éminemment concurrentiel sur la scène nationale tout autant que mondiale (Chaline, 1999), et d’autre part régénérer un littoral balnéaire auprès d’un public varié. Certes, il n’est pas question de se passer de la clientèle interne, mais il importe de capter une part notable de celle internationale. Précédant la réhabilitation totale du waterfront de Durban, les premières mesures du plan de reconquête littorale ont ainsi vu émerger le « triangle doré » (Vermeulin, 2006), destiné à répondre à ces attentes. Celui-ci consiste en une phase volontariste initiale, annonciatrice de la recomposition globale toujours en cours : elle a mené à l’apparition de symboles architecturaux situés à des points stratégiques de le la ville (littoral nord, sud et centre-ville), lesquels avaient vocation à susciter un effet d’entrainement sur les espaces interstitiels tout en élargissant le spectre de la clientèle touristique (Fig.10).

  • 17 D’une valeur de R280 millions et rebaptisé Inkosi Albert Luthuli convention centre, il avait déjà g (...)

52Le premier pilier de ce triangle, situé côté Est (c’est à dire pénétrant le plus à l’intérieur du centre-ville), a conduit à l’émergence d’un centre de congrès à vocation mondiale dès 1997 : le International Convention Centre (ICC). Financé par les pouvoirs publics et accolé à un hôtel Hilton, il envoie à ce moment un signal limpide : Durban se positionne désormais comme une plaque tournante des manifestations d’envergure. Depuis 2006, l’ICC peut recevoir 10 000 participants dans 32 000m²17. Sur les huit dernières années, il a été élu à sept reprises comme le plus performant sur le continent (et classé généralement parmi les dix meilleurs au monde). Le centre a pu accueillir des manifestations célèbres comme la conférence internationale sur le Sida en 2000 et le Mouvement des non-alignés en 2004. Il a également accueilli la Conférence contre le racisme organisée par l’ONU en 2001 et du Sommet mondial sur le climat (UN COP17 Climate Change) en 2011. Pour cette dernière, près 20 000 visiteurs provenant de 200 pays sont venus à Durban, incluant chefs d’État, délégués et médias étrangers. L’ensemble a généré R1 million (environ 100 000 euros) de recettes directes et indirectes dans l’économie locale. L’industrie hôtelière en a étroitement profité, eThekwini affichant des taux d’occupation de 100 % durant la durée du Sommet.

53Le second pilier du triangle doré a concerné la pointe nord, vers la plage de Battery beach, où a été construit le Suncoast Casino en 2003. D’obédience privée, le pôle ne s’agence pas uniquement autour des jeux d’argent puisque un centre commercial doté d’un cinéma multiplexe, des hôtels de luxe et une plage surveillée le complètent, prolongés par une aire de parking sécurisée. L’initiative a entraîné une croissance des valeurs foncières sur ses pourtours.

  • 18 Toutefois, c’est la compagnie uShaka Island Management (Pty) Ltd (UISM), une société en participati (...)

54Enfin, le dernier pilier de ce triangle doré se situe à l’extrémité sud, aux abords de la zone considérée comme la plus répulsive de Durban : le secteur du Point, dont on a déjà décrit la gentrification en cours. C’est là que fut construit en août 2002 uShaka Marine World, aujourd’hui le plus grand parc marin d’Afrique. Initié par la municipalité, il s’agit alors d’un projet d’une valeur totale de R735 millions (68 millions d’euros). La municipalité a créé une compagnie – le Durban Marine Theme Park – pour en faciliter la construction, incluant les institutions financières Development Bank SA et CitiBank, ainsi que la South african association for marine biological research (SAAMBR) pour en garantir la caution scientifique18. De ce fait, uShaka se situe à l’interface de l’activité ludique (autour des jeux aquatiques : uShaka Wet’n Wild), commerciale (sa galerie marchande : uShaka Village Walk), scientifique (son musée aquatique niché dans une épave de bateau : uShaka Sea World) et récréative (sa plage située dans son prolongement direct : uShaka beach). Avec ses 1,4 millions de visiteurs par an (Ingg, 2003) uShaka se place dans la rivalité avec le parc d’attraction de Ratanga Junction au Cap et celui de Gold Reef City à Johannesburg. Pour les autorités municipales, uShaka se doit surtout de demeurer étroitement lié au ICC, en ayant pour objectif d’incarner l’enclave ludique associée à tout séjour d’affaire dans la ville.

Figure 10 : La revitalisation progressive du front de mer d’eThekwini

Figure 10 : La revitalisation progressive du front de mer d’eThekwini

­

55Finalement, sur le terrain, en considérant l’ensemble des opérations de régénération du front de mer de Durban (le triangle doré initial, auxquels se sont ensuite agrégés les éléments urbanistiques liés à la Coupe du monde et le Point development), les conséquences sur les acteurs locaux historiques et le profil de la clientèle apparaissent. Sur le vieux Golden Mile central, le cortège de commerçants informels s’établit à présent sous des abris en dur, au devant du mur d’hôtels. De même, des petits restaurants populaires (comme les XL et 101) ont dû fermer leurs portes. Tout cela n’a pas manqué de faire dire aux durbanites que le nouveau front de mer est plus élitiste que par le passé. Quant aux SDF et aux enfants des rues qui avaient pris l’habitude d’errer dans ce secteur (une quarantaine pour les premiers et près de 200 pour les seconds selon le Independant on Saturday – Waterworth, 2012), la police municipale se fait ponctuellement agressive à leur encontre : en effet, ils disparaissent dès lors qu’une manifestation se tient au ICC : ils sont emmenés et relâchés en périphérie dans les quartiers d’Umlazi, de Sydenham ou de Verulam, quand ils ne sont pas enfermés dans la station de police CR Swart (Boomgaard, 2011). Aux yeux de la municipalité, sans doute estime-t-on que c’est aussi à ce prix que se forge la nouvelle image de la ville.

56En somme, la promotion de la méga-cité d’eThekwini est une des fixations des acteurs locaux et elle vise à la fois le marché sud-africain et la clientèle internationale. Si le caractère maritime des différents projets (on pense spécifiquement à celui du Point) a été réinterprété (Vermeersch, 1998) et que l’eau reste bien l’un de leurs produits phares, c’est aussi l’effet vitrine du nouveau front de mer, à l’heure de la mondialisation, qui est mis en scène. Ce passage du local au global, ce désir de s’insérer dans le club des métropoles mondiales, peut amener à une certaine uniformisation de l’urbanisme et des fonctions représentées. La critique du « macwaterfront » de Durban n’est plus très loin, nonobstant quelques ingrédients locaux confinant à des touches d’indigènéité (étals d’artisanat africain, thème empruntant au roi zoulou Shaka). Mais, à l’instar de R. Rodrigues Malta (1996), on pourrait également évoquer le cosmopolitisme avéré des villes portuaires… Quant à la finalité de ces projets urbanistiques sur les clientèles touristiques et de loisirs, elle apparaît en filigrane : l’accent semble désormais se porter sur la classe supérieure locale (au sens de sud-africaine) en ce qui concerne le nouveau parc immobilier du Point. Pour ce qui est de la fréquentation du front de mer, c’est davantage une association de cette dernière, d’une classe domestique plus populaire et des touristes étrangers (en partie liés au secteur ponctuel des affaires, amené à prendre une place primordiale dans la ville) qui est recherchée. La requalification du secteur balnéaire d’eThekwini se comprend dans une vision d’ensemble, et non uniquement tournée vers les enjeux domestiques.

Conclusion

57Le mouvement de patrimonialisation, soit le processus de revalorisation d’objets et de lieux désaffectés et d’acteurs longtemps marginalisés, a gagné aujourd’hui une grande partie des lieux touristiques de la planète. Comme l’avance V. Veschambre (2007), le patrimoine constitue en outre le support privilégié de construction de mémoires collectives. Derrière les oripeaux de la protection et de la valorisation matérielles, nos études de cas concernant la métropole littorale d’eThekwini font émerger deux couples de la mise en tourisme en milieu urbain sud-africain : la célébration culturelle et l’héritage (au sens peut-être plus adapté que patrimonialisation) en premier lieu ; la réhabilitation – voire la régénération – et la gentrification en second lieu. Dans les deux cas, l’image d’une ville arc-en-ciel triomphante, assumant et exorcisant son passé tout en se projetant vers la modernité et l’avenir, est mise en représentation. La métropole d’eThekwini a ainsi vocation à devenir un site de mémoire et de désir (Murray, 2007). Géographiquement, on peut souligner que ce sont à chaque fois des espaces répulsifs, qu’ils soient anciens (townships et camps informels) ou plus récents (les no go areas postapartheid, telles certaines parties centrales et littorales), qui se retrouvent de la sorte raccrochés et réintégrés à l’économie urbaine, réarticulant de ce fait une ville sud-africaine hybride et découpée.

  • 19 On peut toutefois émettre des nuances à ce constat. Les pratiques des touristes ne sont jamais des (...)

58Les deux exemples étudiés semblent par ailleurs avoir pour originalité de répondre aux motivations de clientèles touristiques à la recherche d’altérité. Ils illustrent un effet de niche finalement caractéristique de la diversification touristique du leader sud-africain, en prise avec la globalisation économique. Alors que le segment du tourisme culturel s’ouvre aux espaces précaires et longtemps refoulés (en usant de l’utilisation mémorielle d’icones des aires en développement), la clientèle s’avère à ce moment plutôt étrangère et ultramarine. Inanda est alors assez représentatif de l’instrumentalisation de personnages archétypaux des aires en développement, d’un « Sud » pour le moins fantasmé. A l’inverse, les clientèles domestiques paraissent plutôt associées aux référents des prestations communément rattachées aux lieux du monde développé, du « Nord », que ce soit à travers l’habillage architectural comme dans l’éventail mondialisé des pratiques proposées sur le front de mer (parc d’attraction, galerie commerciale, casino)19.

59Mais le contexte métropolitain d’eThekwini, à un plan infra-local comme dans le champ du système touristique global, est finalement porteur d’enjeux plus variés. Un second niveau de lecture apparaît : d’un côté autour du rattrapage socio-économique et d’un discours local refaçonné, et d’un autre autour de la concurrence intermétropolitaine, du marketing urbain et de la notoriété internationale. La participation locale et le nouveau ferment identitaire d’une ville au passé mouvementé sont des aspects saillants, quoique peu apparents, du tour d’Inanda. De même, le front de mer d’eThekwini se veut dorénavant répondre aux sollicitations d’un secteur de prestige, en progression, qui est celui des affaires et des méga évènements (Cornelissen, 2005). Finalement, il est assez significatif que dans l’entreprise – le mythe sud-africain dira-t-on – de la réconciliation et de la reconstruction, le site d’Inanda semble plutôt avoir vocation à répondre au premier objectif et l’aménagement du front de mer au second. La ville d’eThekwini tente ainsi de combiner les deux volets proéminents de l’ambitieux discours, tout en veillant parallèlement à répondre à des stratégies à d’autres niveaux d’échelle. Le tourisme est bien cette activité polyforme, ce « fait social global » (Stock, 2003) qui se doit d’être analysé dans toutes ses composantes.

Haut de page

Bibliographie

Allemand S., Dagorn R-E., Vilaça O., 2005, La géographie contemporaine, Le Cavalier Bleu, Paris.

Ashley C., Boyd C., Goodwin H., 2000, « Pro-poor tourism: Putting poverty at the heart of the tourism agenda », Natural Resource Perspectives, No.51, 1-12.

Ashworth, G.J., Graham, B., Tunbridge, J.E., 2007, Pluralising pasts: heritage, identity and place in multicultural societies, Pluto Press, London.

Bonillo J.-L., 1992, « L’espace aux limites. La nouvelle architecture de la ville portuaire », in Bonillo J.L., Donzel A., Fabre M., Métropoles portuaires en Europe, Marseille, Parenthèses, Coll. « Cahiers de la recherche architecturale », No.30-31, 203-212.

Boomgaard M., 2011, “Durban beggars ‘disappearing”, in Independant Newspapers, 23 octobre 2011.

Burnett K.A., 2001, « Heritage, Authenticity and History », in Drummond S., Yeoman I. (eds.), Quality Issues in Heritage Visitor Attractions, Butterworth Heinemann, London.

Butler S.R., 1999, « Townships Tours: packaging the new South Africa », Southern Africa Report, vol. 14, No.4, 24-30.

Chaline C. (dir.), 1994, Ces ports qui créèrent des villes, L’Harmattan, Paris.

Chaline C., 1999, La régénération urbaine, Presses Universitaires de France, Paris.

Cornelissen S., 2005, The Global Tourism System: Governance, development and lessons from South Africa, Ashgate Publishing, Ltd.

Creemers G., Wood, L. 1997, The Economic Contribution of Tourism to the Province of KwaZulu Natal, KwaZulu-Natal Tourism Authority, Interim Provincial Tourism Steering Committee, KwaZulu-Natal (South Africa), Pietermaritzburg.

DACT, 2008, White Paper on the Development and Promotion of Tourism in KwaZulu-Natal, Government of KwaZulu-Natal, Department of Arts, Culture and Tourism.

Department of Environmental Affairs and Tourism (DEAT), 2005, Tourism Competitiveness Study, South Africa Tourism.

Dewailly J-M., Flament E., 2000, Le tourisme, Sedes, Coll. « Campus Géographie », Paris.

DTI, 2004, Conceptual Framework: Principles and Definitions of Broad-Based BEE, Government of South Africa, Pretoria.

Durban Tourism Workshop, 2010, Strategic Projects Unit & 2010.

Elias N., Dunning E., 1994, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Fayard, Paris.

eThekwini Economic Review 2009, 2010, Towards Upliftment and Sustainable Development, Final report, 19 mars 2010, eThekwini Metropolitan Economic Development Department, Global Insight Southern Africa (Pty) Ltd.

Fainstein S., Glastone D., 2005, « Evaluation du tourisme urbain », Les Annales de la recherche urbaine, No.97, 127-135.

Folio F., 2007, « Construction géohistorique du KwaZulu-Natal (Afrique du Sud) », EspacesTemps.net, Url : http://espacestemps.net/document3191.html.

Folio F., 2010a, « Tourisme culturel au KwaZulu-Natal, Afrique du Sud : d’une réhabilitation historique à des produits touristiques controversés », in Jauze J-M., Combeau Y. (dir.), Géographes et Historiens dans la compréhension et la gouvernance des espaces et sociétés de l’océan Indien, Terres et sociétés indocéaniques, Université de La Réunion, 61-82.

Folio F., 2010b, « Les Township tours au KwaZulu-Natal (Afrique du Sud) : d’une réappropriation historique et identitaire à l’avènement d’un socio-tourisme », EchoGéo, Url : http://echogeo.revues.org/12243.

Folio F., 2011, « Shaka et/contre Gandhi : les référents identitaires dans la politique touristique du KwaZulu-Natal, Afrique du Sud », 22e Festival International de Géographie, Saint-Dié-des-Vosges, 6-9 octobre.

Gravari-Barbas M., Veschambre V. (dir.), 2000, « Patrimoine et environnement : les territoires du conflit », vol. 185, No.47.

Glass R., 1964, « Introduction », in Centre for Urban Studies (dir.), London, aspects of change, Macgibbon & Kee, Londres, XII-XLI.

Goudie S.C., Khan F., Kilian D., 1999, « Transforming tourism: Black empowerment, heritage and identity beyond apartheid », South African Geographical Journal, vol. 81, No.1, 22-31.

Gravari-Barbas M., 1998, « Belle, propre, festive et sécurisante : l’esthétique de la ville touristique », Norois, No.178,123-127.

Hall S., 1997, Representation, cultural representation and signifying practices, London, Thousand Oaks, Calif.: Sage in association with the Open University.

Hall P., 1993, « Waterfronts: A New Urban Frontier », in Bruttomesso R. (ed), Waterfronts: a new frontier for cities on water, Città d’Acqua, Venice, 12-19.

Harvey D., 1990, The Condition of Postmodernity, Blackwell, Cambridge & Oxford.

Holliger J., 2005, Quelles possibilités de développement afin de combler les fosses entre populations sud-africaines, Mémoire pour le Diplôme de Gestionnaire en Tourisme, École Suisse de Tourisme de Sierre.

Houghton J., 2011, « Negotiating the Global and the Local: Evaluating Development Through Public–Private Partnerships in Durban, South Africa », Urban Forum, vol. 22, No.1, 75-93.

Houghton J., 2013, « Development in Context: An Exploration of How Leaders, Networks, Locally Embedded Capital, and Time-Space Contingencies Influence Durban’s Public Private Partnerships and Their Urban Interventions », Paper Session: Transformation in South Africa, 4/12/2013 in Mediterranean, Biltmore.

Hughes H., 2007, « Rainbow, renaissance, tribes and Townships: Tourism and Heritage in South Africa since 1994 », in Buhlungu S, Daniel J, Southall R, Lutchman J (eds), State of the nation: South Africa 2007, HSRC, Cape Town, 266-288.

Ingg M., 2003, “uShaka to lure 1.4m visitors next year”, in Business Report, 05 septembre 2003.

Lelyveld, J., 2011, Great Soul: Mahatma Gandhi and His Struggle with India, Knopf Publishing Group, New York.

Lévy J., Lussault M. (dir), 2006, Dictionnaire de la Géographie, Belin, Paris.

Maharaj B., 1996, « The Historical Development of the Apartheid Local State in South Africa: The Case of Durban », International Journal of Urban and Regional Research, No.20, 587-600.

Maharaj B., Pillay V., Sucheran R., 2008, « Durban – A subtropical coastal paradise? Tourism dynamics in a post-apartheid city », Etudes caribéennes, 9-10.

Marketing Mwanzi to South Africans, 2009, South African Tourism, Bojanala House, Chiselurlston.

Marschall S., 2010, « Articulating Culturel pluralism throught Public Art as Heritage in South Africa », Visual Anthropology, vol. 23, No.2, 77-97.

Masland T., Esther P., Mike C., 2002, « Turning History into tourism », Newsweek, vol. 140 No.16, 42-48.

Murray N., Shepherd N., Hall M., 2007, Desire lines: space, memory and identity in the post-apartheid city, Routledge, New York.

Naidu M., 2011, « Indigenous Cultural Bodies in Tourism: An Analysis of Local »Audience« Perception of Global Tourist Consumers », Journal of Social Sciences, vol. 26, No.1, 29-39.

Ndebele N., 1999, « Game lodges and leisure colonialists », in Judin H., Vladislavic I. (eds), Blank Architecture, apartheid and after, David Philip Publishers, Cape Town, 119-123.

Nondumiso M., 2011, “A look back at Sutcliffe’s tenure”, 2011, in Daily News, 29 décembre 2011.

Pali Lehohla Statistician-General,. 2010, Tourism 2010 Statistics South Africa, 2010, Report No. 03-51-02, published by STASA,.

Poon A., 1993. Tourism, technology and competitive strategies, CAB. Wallingford, Oxford.

Rassool C., 2000, « The Rise of Heritage and Reconstitution of History in South Africa », Kronos: Journal of Cape History, vol. 26, 1-21.

Ramchander P., 2004. Towards the Responsible Management of the socio-cultural impact of Township tourism, Phd in Tourism Management, Faculty of Economic and Management Sciences, Department of Tourism Management, University of Pretoria.

Rodrigues Malta R., 1996, La ville et le port. Le réaménagement des espaces portuaires délaissés, Thèse de doctorat, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII.

Rogerson CM., Visser G. (eds), 2004, Tourism and Development Issues in Contemporary South Africa, Africa Institute of South Africa, Pretoria.

Sassen S., 2001, The global city: New York, London, Tokyo, Princeton University Press (2d ed), Princeton.

Smith N., 2003, « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la régénération urbaine comme stratégie urbaine globale », in Bidou-Zachariasen C. (dir.), Retours en ville : des processus de « gentrification » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres, Paris, Descartes & Cie, p. 45-72.

Sol M.P., 2004, « La patrimonialisation comme (re)mise en tourisme. De quelques modalités dans les ’Pyrénées catalanes’« , Journées 2004 de la Commission de Géographie du Tourisme du CNFG, Saumur, 17-19 mai.

Staszak J-F., 2008, Qu’est-ce que l’exotisme, Le Globe, Revue genevoise de géographie, Tome 148, 7-30.

Stock M. (dir.), 2003, Tourismes. Acteurs, lieux, enjeux, Belin, Paris.

Tomaselli K. G., 2001, « The semiotics of anthropological authenticity: how cultures change to fit their media image », Journal of Natal and Zulu History, vol. 19, 63-73.

Tourism KwaZulu-Natal, 2010, Statistics of our tourism sector.,Tourism KwaZulu-Natal, Durban.

Urry J., 2007, Mobilities, Polity Press, Cambridge.

Vaughan A., 1999, Inanda Tourism Development Business Plan, McIntosh Xaba and Associates, Durban, Afrique du Sud.

Vermeersch L., 1998, La ville américaine et ses paysages portuaires, entre fonction et symbole, Paris, l’Harmattan, col. Géographie et cultures.

Vermeulin S., 2006, Centralités métropolitaines et disparités socio-spatiales. Le cas de Durban (Afrique du Sud), Thèse de doctorat, Université Paris X.

Veschambre V., 2007, « Le processus de patrimonialisation : revalorisation, appropriation et marquage de l’espace », Les cafés géographiques, Vox geographi, Url : http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1180.

Waterworth T., 2012, “Fight for the children of the night”, In Independant on Saturday, 28 janvier 2012.

Haut de page

Notes

1 Avec 10,5 % du total national, le KwaZulu-Natal se situe au troisième rang national en nombre de nuitées des visiteurs étrangers, derrière le Gauteng (37,7 %) et le Western Cape (25,2 %). Les touristes internationaux viennent principalement du Swaziland (30 % du total), du Lesotho (15 %), de Grande-Bretagne (8,6 %), du Zimbabwe (8 %) et des Etats-Unis (3,8 %). En matière de tourisme interne ou domestique, la province abrite 29 % du total des séjours des Nationaux, devançant le Gauteng, l’Eastern Cape et le Western Cape.

2 Si en Afrique du Sud les vacances sont l’apanage du marché ultramarin (pour plus de 50 % des Américains et Européens contre 12 % des continentaux), du côté des Africains ce sont les achats (à 33 %) et la motivation affinitaire (à 27 %) qui l’emportent. L’Afrique du Sud, phare du continent, attire ses ressortissants par ses grandes villes et sa gamme inégalée de commerces et de services.

3 Soit les cinq grands animaux de la brousse, réputés être les plus dangereux à chasser sous la période coloniale, aujourd’hui arguments de vente des parcs et réserves naturels : lion, buffle, rhinocéros, léopard et éléphant.

4 Entretien avec M. Tifflin, (Tourism KZN) tenu en juin 2009.

5 Soit l’ensemble des lieux et des événements qui sont objet du tourisme (Dewailly, Flament, 2000).

6 Pris ici dans le sens de « groupes » tantôt raciaux (les Indiens aux côtés des Noirs, Blancs et Métis, appellations héritées de l’apartheid), tantôt ethniques (Les Zoulous étant une ethnie Nguni de la famille linguistique bantoue). Pour rappel, l’apartheid a officialisé des groupes raciaux afin d’assurer la suprématie des populations blanches. Les quatre catégories susnommées restent utilisées aujourd’hui (notamment dans les statistiques sud-africaines) et il est légitime pour un chercheur de continuer à les utiliser, bien qu’il reste tout aussi indispensable de marquer une certaine distance avec la discrimination sous-jacente à l’origine des termes.

7 Entretiens avec les prestataires privés que sont Meluleki Tours (M. Mgobhozi) et Sobantu Tour (M. Mthembu).

8 Pris ici dans le sens d’un ensemble de services fournis au client, ces prestations proposant généralement le transport et la visite, parfois même le déjeuner.

9 Cela marque une différence d’attitude entre les deux personnages, interpellant d’autant plus que Mandela a reçu le prix Nobel de la paix en 1994, alors que Gandhi, maintes fois nominé, ne l’a jamais obtenu.

10 D’une capacité de 62 760 places, le stade a vocation à être étendu à 85 000 places. Durban a en effet en ligne de mire les dates de 2020 et 2024 en vue de l’organisation des Jeux olympiques et des Jeux du Commonwealth.

11 Ou politique d’entreprenariat sud-africaine (sous l’impulsion de l’ex-président Thabo Mbeki), passant par le transfert d’une partie des actifs des entreprises privées à des Noirs (DTI, 2004). L’expression BEE renvoie donc au dispositif visant à opter pour une stratégie fondée sur l’avènement d’une classe capitalistique africaine.

12 Que J. Lévy propose de définir par la conjonction de deux facteurs : densité et diversité des fonctions (Lévy, Lussault, 2006). Les villes européennes y occupent, dans l’ensemble mondial, le haut du tableau.

13 Les périodes du nouvel an (notamment 1992 ou 1995) sont l’occasion, à l’aide de photographie aérienne, de dépeindre une plage bondée (100 000 personnes présentes), présentant selon les Mercury et Daily News des mœurs peu avenants : chahut, danse, alcoolisme, cuisine sur la plage, déchets épars…

14 Malgré une politique de discrimination positive qui a été entérinée (affirmative action), la ségrégation raciale historique a laissé place à une stratification socio-spatiale, en partie héritée tout en se complexifiant : de nouvelles classes moyennes et aisées noires sont apparues. Pourtant, si l’extrême pauvreté a diminué, l’écart entre les plus riches et les plus pauvres continué de grandir.

15 Cela a été particulièrement sensible lors des évènements xénophobes de 2008, où la recherche de boucs émissaires a pu concerner des populations africaines immigrées.

16 Sans aller jusqu’à épouser des thèses extraites de la biographie polémique de J. Lelyveld (Great Soul, 2011), on peut avancer, sur la base de ses propres écrits, que Gandhi défendait avant tout les droits de sa communauté. Il est toutefois avéré que son combat a pu impulser une dynamique : Gandhi disait lui même que chacun des Sud-Africains devait mener « sa » lutte pour s’approprier ses droits.

17 D’une valeur de R280 millions et rebaptisé Inkosi Albert Luthuli convention centre, il avait déjà généré plus de R5,5 milliards de revenu en 2007 (plus de 500 millions d’euros), selon le Premier Sbu Ndebele.

18 Toutefois, c’est la compagnie uShaka Island Management (Pty) Ltd (UISM), une société en participation comprenant entre autres la compagnie locale iSundun Leisure (Pty) et le consultant américain de l’industrie du tourisme et des loisirs ProFun Group Inc., qui a contracté la gestion du parc pour dix ans.

19 On peut toutefois émettre des nuances à ce constat. Les pratiques des touristes ne sont jamais des réalités absolues. Il convient davantage de souligner une multiplicité de pratiques chez chacun et évaluer en l’état leur ordre d’importance ou leur intensité, dans le cadre d’un séjour quelconque. Dès lors, il est préférable de parler de « pratiques d’appel » et de « pratiques secondaires ». Au final, c’est bien un combiné ou un bouquet de pratiques que s’offre communément le touriste. En l’espèce, la fréquentation d’Inanda n’est pas uniforme, de la même manière qu’il est fréquent de trouver des visiteurs étrangers musarder sur le front d’eau de Durban.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La matière touristique du KwalZulu-Natal
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 2 : Les étapes de la Inanda Heritage Route
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-2.png
Fichier image/png, 8,1M
Titre Figure 3 : La trinité des icones provinciales à Inanda : Shembe, Dube et Gandhi
Crédits Cliché : F. Folio, 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 4 : Hall du musée Gandhi à Inanda
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 5 : La matière touristique locale différenciée d’eThekwini
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-5.png
Fichier image/png, 347k
Titre Figure 6 : La nouvelle esplanade du front de mer d’eThekwini
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 7 : Le Point development, opération de gentrification d’eThekwini.
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Figure 8 : La législation d’apartheid et ses conséquences au plan local
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Figure 9 : Le site de Gandhi à Inanda et ses aires limitrophes
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Figure 10 : La revitalisation progressive du front de mer d’eThekwini
Crédits ­
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26174/img-10.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Folio, « Patrimonialisation et (re)valorisation touristiques dans la métropole d’eThekwini (KwaZulu-Natal, Afrique du Sud) : à la croisée des enjeux politiques et économiques », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 666, mis en ligne le 07 février 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26174 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26174

Haut de page

Auteur

Fabrice Folio

Département de géographie, CREGUR-OIES,
Université de La Réunion,
fabrice-jm.folio@univ-reunion.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page