Navigation – Plan du site
2014

Clerval A., 2013, Paris sans le peuple – La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 254 p.

Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1Paris sans le peuple - La gentrification de la capitale s’appuie à la fois sur les recherches engagées par Anne Clerval dans le cadre de la préparation de sa thèse et prolongées par la suite, et sur différents travaux monographiques produits au cours des dernières années sur le sujet. À partir d’une connaissance très fine du terrain, l’ouvrage propose une réflexion d’ensemble sur les expressions et les leviers de la gentrification à Paris. La réflexion de l’auteur s’inscrit dans la droite ligne des travaux de Neil Smith (1954-2012) qui, à propos de la reconquête des centres des grandes villes américaines, a livré une lecture marxiste des processus de cette réappropriation dite de gentrification. Pour Neil Smith, ceux-ci sont inscrits dans les logiques de développement inégal propres au capitalisme ; ils doivent être lus comme « la conséquence de la circulation du capital à la recherche du profit qui, au gré de cycles de valorisation dévalorisation revalorisation, alimente la différenciation spatiale ». La thèse développée par Anne Clerval est que les forces à l’œuvre à Paris concourent à l’éviction du « peuple » en dépit de politiques qui, sous couvert de projet de mixité sociale, ne feraient de qu’accompagner, au plus provisoirement ralentir ce mouvement. Au-delà du cadre théorique adopté, cet ouvrage livre une analyse approfondie des modalités suivant lesquelles se retisse à micro échelle l’espace parisien. Cet ouvrage très stimulant est à lire attentivement par tous ceux qui veulent mieux comprendre les expressions des dynamiques à l’œuvre dans les centres métropolitains français, un peu à l’écart des sentiers battus.

2La première partie de l’ouvrage s’intitule « Histoire et facteurs de la gentrification à Paris ». Situé dans le temps long de l’histoire de l’urbanisme à Paris, le processus de gentrification est surtout sensible selon l’auteur depuis le début des années 1990, moment où la Mairie de Paris a abandonné son soutien aux politiques de rénovation et donné la priorité à celles de réhabilitation. Anne Clerval revient en premier lieu sur l’héritage de la ville industrielle, les rapports de classe conflictuels qui ont marqué à la fois le Paris populaire et les choix de l’urbanisme haussmannien. Elle considère ensuite l’émergence de la ville postindustrielle modelée par le système capitaliste néolibéral dans ses liens avec la formation d’une « petite bourgeoisie intellectuelle », active contributrice à ce modelage. Elle évoque enfin le rôle très ambigu des politiques publiques qui, à bien des égards, ont selon l’auteur joué sur la durée comme accompagnatrices, voire accélératrices, de la gentrification. Via la pensée radicale américaine des deux dernières décennies, l’auteur retrouve, sans les réinterroger vraiment, des catégories marxistes très familières de très larges pans des recherches urbaines françaises jusqu’à la fin des années 1980.

3Adoptant une approche spatiale multiscalaire, la deuxième partie de l’ouvrage, aborde « les modalités et les dynamiques spatiales de la gentrification dans l’espace parisien ». L’auteur retrouve (chapitre 4) les évolutions désormais bien connues des formes spatiales de la polarisation sociale à Paris et dans l’ensemble de l’Île-de-France. Plus originaux et plus stimulants, les deux autres chapitres de cette deuxième partie s’appuient sur différentes monographies de quartiers parisiens et, surtout, sur un travail original d’enquête dans trois quartiers, situés à différents stades de progression de la gentrification (faubourg Saint-Antoine, faubourg du Temple et Château Rouge). Avec grande finesse, Anne Clerval immerge le lecteur dans le « chaudron » de la gentrification à Paris, montrant que ce processus ne se développe ni dans un espace laissé complètement vide, ni dépourvu de la concurrence d’autres dynamiques d’installation et d’appropriation : 1/ un bâti ancien hétérogène et disponible libéré par une partie de ses habitants et de ses entreprises et donc 2/ un dépeuplement et un vieillissement qui ne manquent pas d’aller de pair avec une appropriation transitoire par l’économie souterraine ; 3/ des acteurs locaux de la gentrification, qu’il s’agisse de ménages d’artistes à l’avant-garde ou de nouvelles figures de commerçants, et derrière, mais en très bonne place, bailleurs, banques et tous milieux de l’immobilier qui saisissent l’opportunité ; 4/ un choix municipal d’urbanisme, enfin, qui privilégie la réhabilitation et la mixité sociale.

4Tout aussi stimulante, la troisième partie ouvre un vrai débat à propos des leviers et de la portée des politiques municipales en matière d’urbanisme et de logement social. Anne Clerval interroge l’apparente mixité sociale de ces quartiers, souvent vue comme un signe positif de l’embourgeoisement de l’Est parisien. En rupture avec cette vision, elle considère que mixité et diversité sont des sortes d’images écran derrière lesquelles se cachent des rapports de domination de classe et de « race » pour l’appropriation du territoire. À l’appui de cette thèse, l’auteur procède à une lecture critique des politiques de la municipalité depuis 2001, qui auraient selon elle accompagné une relative confiscation de l’espace populaire au profit de ce qu’elle nomme « la petite bourgeoisie intellectuelle ». Elle identifie ce groupe par un mode de vie spécifique et une trajectoire sociale ascendante, un rôle direct et très actif joué dans la réhabilitation et la création de nouvelles centralités dans l’Est parisien et enfin, par l’entretien de relations particulièrement ambigües avec leurs voisinages populaires et immigrés (la mixité sociale étant alors moins assumée que brandie comme distinction de classe).

5L’auteur porte alors un regard critique sur la politique municipale menée depuis 2001 dans ses rapports avec le processus de gentrification. Reconnaissant que les politiques du logement conduites par la Mairie de Paris ont été particulièrement actives, y compris dans le champ du logement social, elle reproche cependant à celles-ci une adoption assez aveugle du concept de mixité sociale dans son application à l’échelon des quartiers. Pour Anne Clerval, ces choix joints à des politiques actives d’embellissement et de création d’équipements culturels dans l’Est parisien ont eu pour résultat de casser les concentrations populaires à Paris et ainsi d’en fragiliser les cultures, les solidarités et l’enracinement. Selon l’auteur, un tel processus ne peut qu’accompagner le processus de conquête des quartiers populaires par les gentrifieurs, et condamner à terme ces quartiers à un embourgeoisement total. Un vrai débat est ainsi ouvert par cet ouvrage, qui dépasse de beaucoup le cadre strictement parisien, à certains égards spécifique, sachant la très rapide circulation intermétropolitaine des modèles de développement mis en œuvre dans les centres des plus grandes métropoles.

6La vision est certes généreuse et « révolutionnaire » puisqu’elle rebondit en conclusion sur l’utopie de la ville fondée sur la propriété collective et le droit d’usage, certes aussi éloignés du contexte concret de l’action publique que de l’historicité de ces notions ! Mais ne faut-il pas oser pour aller de l’avant ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Saint-Julien, « Clerval A., 2013, Paris sans le peuple – La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 254 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 10 février 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26205

Haut de page

Auteur

Thérèse Saint-Julien

CNRS/UMR Géographie-cités -  therese.saint-julien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page