Navigation – Plan du site
2014
668

Impact de l’artificialisation sur les ressources en sol et les milieux en France métropolitaine

Evaluation selon trois sources d’informations indépendantes
Impact of artificialization on soils and their environments in the metropolitan French territory. Evaluation by three independent databases
Philippe Chéry, Alexandre Lee, Loïc Commagnac, Anne-Laure Thomas-Chery, Stéphanie Jalabert et Marie-Françoise Slak

Résumés

Le développement urbain et périurbain est l’une des causes les plus sous-estimées de destruction des sols. À l’aide d’outils permettant de rendre compte de l’occupation des sols et de ses dynamiques à l’échelle de la France métropolitaine, nous abordons dans cet article le phénomène de l’artificialisation et de ses impacts sur les sols et les milieux. Trois sources d’information indépendantes d’évaluation du phénomène de l’artificialisation ont été étudiées. Elles s’appuient sur : l’enquête TERUTI du Service central des enquêtes et études statistiques (SCEES), le zonage en aires urbaines (ZAU) de l’Insee et Corine land cover (service de l’observation et des statistiques, ex-IFEN). Le croisement entre ces différentes bases de données d’occupation des sols et la carte des sols de France au 1/1 000 000 (Inra, 1998) nous permet alors de caractériser quels types de sols et quels types de milieux sont les plus touchés par l’artificialisation sur le territoire français. Selon les trois méthodes, les types de sols les plus menacés par l’artificialisation restent globalement les mêmes, avec un taux d’artificialisation supérieur à 50 % de leur surface : HISTOSOLS, FLUVIOSOLS dystriques, FLUVIOSOLS eutriques, NEOLUVISOLS, REDUCTISOLS et VERTISOLS. L’enquête TERUTI met en évidence une artificialisation marquée sur les solums salsodiques, en plus des six sols précédents. Les ANDOSOLS, PODZOSOLS, BRUNISOLS DYSTRIQUES, ALOCRISOLS, VERTISOLS et RANKOSOLS semblent quant à eux protégés de l’artificialisation. L’impact de l’artificialisation a également été calculé pour des types de milieux différents. Les 18 classes de sols sont caractéristiques de trois grands types de milieux : les agrosystèmes, les écosystèmes forestiers et les zones humides et littorales. L’augmentation de l’artificialisation met en évidence la forte consommation des sols des zones humides, compartiments de l’environnement aux enjeux majeurs en termes de biodiversité, de qualité des eaux et de prévention des risques naturels.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier Jean-François Larché pour la relecture de cet article et plus généralement pour son appui technique aux travaux concernant les sols.
Les parties concernant l’enquête TERUTI ont été soumises à l’autorisation du Service central des enquêtes et études statistiques (SCEES) auquel nous adressons nos sincères remerciements. Nous remercions en particulier Michel Adnot, Nicole Bonneviale et Véronique Rabaud pour les nombreux travaux menés en commun lors de leur passage au SCEES.

Introduction

1Les ressources naturelles sont désormais considérées comme un patrimoine collectif commun à l’ensemble des hommes voire des êtres vivants. Cette approche a conduit à l’adoption de réglementations dédiées à la protection de ces ressources (lois sur l’eau, sur l’air, déclaration sur la biodiversité…). Ces réglementations contribuent indirectement à la protection des sols. Cependant, au même titre que les autres ressources naturelles, le sol constitue un patrimoine à préserver. En effet, les sols sont une ressource essentielle, car ils sont nécessaires à toute production de biomasse, non seulement pour assurer la production de ressources alimentaires mais également pour la protection des espèces vivantes. Ils assurent le maintien d’habitats, de populations et d’écosystèmes (Cheverry et Gascuel-Odoux, 2002). Enfin, les sols garantissent le recyclage de la matière organique et le stockage de carbone, et possèdent un pouvoir épurateur primordial dans la filtration des eaux superficielles.

2De ce fait, il est nécessaire d’assurer leur protection vis-à-vis de toutes les agressions dont ils sont victimes, car les sols sont une ressource non renouvelable à l’échelle d’une génération humaine. Cette dégradation s’accélère entraînant des effets néfastes sur la santé humaine, les écosystèmes naturels ou les climats. Les causes de dégradation des sols sont nombreuses : le ruissellement et l’érosion (Le Bissonnais et Le Souder, 1995 ; Le Bissonnais et al., 1998b ; Cerdan, 2001 ; Le Bissonnais et al., 2002 ; Cerdan et al., 2006), l’acidification (Thomas, 1998 ; Party, 1999), la pollution par les éléments traces, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et autres sources de contamination (Barriuso et al., 1996 ; Yaron et al., 1996 ; Villanneau et al., 2009), la perte en matière organique (Balesdent, 1996), ainsi que le phénomène de tassement ou de salinisation (Cheverry et Bourrié, 1998). Cependant, l’une des causes les plus sous-estimées de destruction des sols est celle due au développement urbain et périurbain (Chéry et al., 1999 ; Laroche et al., 2006 ; Cheverry et Gascuel, 2009, Chéry et al., 2009). L’artificialisation des sols, qui cause la destruction des sols en les imperméabilisant mais le plus souvent en les décapant, est une des menaces reconnue par la Commission européenne dans la « stratégie thématique en faveur de la protection des sols » (Commission des communautés européennes, 2006).

3La France est un pays extrêmement favorisé quant à son environnement naturel. Pourtant, c’est aussi l’un des pays les plus affectés par une croissance urbaine rapide et des pertes en sols causées par l’artificialisation (Prieler, 2008). Les chiffres varient selon les sources mais on estime à 55 000 ha par an en moyenne la progression des surfaces artificialisées en France (SCEES).

4Cet article a pour objet de mesurer la consommation des différents types de sols par artificialisation à l’échelle nationale et ses impacts sur les milieux associés.

L’enjeu de l’artificialisation des sols nécessite d’aller au-delà d’une simple mesure des surfaces consommées. En effet, du fait de leurs propriétés physico-chimiques, tous les sols n’ont pas les mêmes potentialités pour la production de biomasse ou pour être le support de milieux écologiquement remarquables. De plus, si certains types de sols sont très présents sur le territoire national, d’autres beaucoup moins fréquents sont associés à des milieux spécifiques. Il est donc important d’une part de travailler sur la notion de qualité agronomique ou écologique des sols concernés par l’artificialisation, d’autre part de tenir compte de leur fréquence d’apparition.

5La mesure du phénomène d’artificialisation pouvant être étroitement liée à l’outil de mesure, ce travail valorise différentes sources d’information indépendantes pour l’évaluer : (1) l’enquête TERUTI du SCEES, (2) le zonage en aires urbaines (ZAU) de l’Insee et (3) Corine land cover (CLC). Le croisement entre les différentes bases de données d’occupation des sols et la carte pédologique de France au 1/1 000 000 (Inra, 1998) nous permet alors de caractériser quels types de sols, et par extension quels types de milieux, sont les plus touchés par le phénomène d’artificialisation sur le territoire français selon les différentes sources d’information utilisées.

Matériels et méthodes

Définition de l’artificialisation

6Le terme d’artificialisation est employé pour traduire un changement d’occupation des sols dont le résultat est d’aboutir à :

  • Une occupation bâtie (habitations, locaux d’activités commerciale, industrielle et autres, cimetières par exemple) ;

  • Une occupation revêtue (voies de circulation et parkings par exemple) ;

  • Une activité d’extraction (carrières, gravières), ou de stockage de déchets.

7Nous utilisons aussi ce terme à propos de transformations d’espaces agricoles en espaces verts urbains qui, bien que non détruits physiquement, ne pourront plus être utilisés par l’activité agricole (Slak et al., 2009).

8L’urbanisation est une notion différente et se définit comme un processus démographique de concentration de la population dans les villes et d’extension de l’espace bâti. En d’autres termes, c’est une transformation d’un lieu en lui donnant les caractères de la ville.

Les bases de données utilisées

La carte des sols de France au 1/1 000 000 (Inra, 1998)

9La base de données géographique des sols de France se présente sous la forme d’unités typologiques de sols (UTS) dont les caractéristiques sont décrites pour un certain nombre de variables (nom du sol, texture de surface, pierrosité, nature du matériau parental, épaisseur du sol, etc.). Ces UTS sont regroupées en unités cartographiques de sols (UCS) afin d’être représentées à l’échelle du 1 000 000ème. En effet, les U.T.S. au sein des U.C.S. ne sont pas géographiquement localisées. Une UCS correspond à l’association d’une ou plusieurs UTS dont on connaît uniquement le pourcentage de surface au sein de chaque association.

10La figure 1 montre une extraction de la base de données initiale. Les UTS ont été regroupées en 18 types de sols, exprimés selon le référentiel pédologique (AFES, 2009). Ce regroupement a été déjà utilisé dans la thèse de J-P Party (1999). Il associe les UTS selon leurs caractéristiques chimiques (pH, CaCO3, NaCl…) et physiques (épaisseur, intensité du lessivage…). Il s’agit d’obtenir pour chaque catégorie de sols, distinguée par un critère physico-chimique ou pédogénétique, une double modalité dans l’intensité des phénomènes retenus (présence de calcaire, intensité du lessivage, podzolisation…). La représentativité de chaque UTS au sein des UCS ayant été prise en compte pour ces regroupements, cette classification est appropriée pour évaluer les potentialités des sols selon leur occupation.

D’autre part, ce regroupement nous a permis d’utiliser une carte synthétique en termes de propriétés physico-chimiques des sols pour les croisements avec les bases de données d’occupation du sol.

Figure 1 : Les sols dominants en France métropolitaine, répartis en 18 types de sols.

Figure 1 : Les sols dominants en France métropolitaine, répartis en 18 types de sols.
  • 1 Les sols sont nommés selon le Référentiel Pédologique 2008 (AFES, 2009).

11La répartition des différents types de sols1 sur le territoire national (tab.1) laisse apparaître une nette dominance des Brunisols dystriques et des Alocrisols (type 4) ainsi que des sols calci-magnésiens (types 1 et 2). Notons d’autre part que les Brunisols eutriques, Néoluvisols et Luvisols (types 3, 5 et 6) représentent chacun 10 % de la proportion totale des sols français.

Tableau 1 : Description et répartition des 18 types de sols en France métropolitaine.

Nom du sol

Proportion en France

Description sommaire du sol

Principales localisations

1

LITHOSOLS calcaires, RENDOSOLS

12,8 %

Sols calcaires peu épais à contrainte hydrique et risques de chlorose élevés

Régions Rhône-Alpes et P.A.C.A., Causses, bassins parisien et aquitain

2

CALCOSOLS, CALCISOLS

15,8 %

Sols calci-magnésiens plus ou moins épais sur roches mères basiques (calcaire, dolomie)

Bassins parisiens et aquitains, Champagne

3

BRUNISOLS EUTRIQUES

9,1 %

Sols bruns épais, à fort potentiel agronomique

Beauce, Bretagne, Lorraine

4

BRUNISOLS DYSTRIQUES, ALOCRISOLS

17,2 %

Sols bruns acides peu épais, à faible pourcentage d’argile

Bretagne, Vendée, Massif Central

5

NEOLUVISOLS

9,3 %

Sols faiblement lessivés, à fort potentiel agronomique

Beauce, bassins aquitain et parisien

6

LUVISOLS, PLANOSOLS

11,1 %

Sols lessivés à tendance limoneuse et plus ou moins hydromorphes (drainage souvent nécessaire)

Ouest du bassin parisien, Sologne, terrasses de la Garonne et de l’Adour

7

REDUCTISOLS

0,5 %

Sols hydromorphes à nappe permanente caractéristiques de zones humiques (ZH)

Fonds de vallées, bords des cours d’eau

8

HISTOSOLS

0,3 %

Sols des tourbières, riches en matières organiques caractéristiques de ZH

Massif Central

9

PODZOSOLS ocriques

0,5 %

Sols sableux acides forestiers

Landes de Gascogne, Vosges, Sologne, Auvergne

10

PODZOSOLS

6,0 %

Sols noirs sableux acides forestiers plus ou moins hydromorphes

Landes de Gascogne, Vosges, Sologne, Auvergne

11

FLUVIOSOLS eutriques

7,6 %

Sols peu évolués, riches en eau et en minéraux, d’apports fluviatiles

Fonds de vallées, bords des cours d’eau, terrasses récentes

12

FLUVIOSOLS dystriques

0,3 %

Sols peu évolués acides d’apports fluviatiles

Fonds de vallées, bords des cours d’eau, terrasses récentes

13

LITHOSOLS, REGOSOLS, ARENOSOLS

2,0 %

Sols peu évolués des dunes ou de pentes fortes

Cordons dunaires, zones de montagnes

14

RANKOSOLS

2,6 %

Sols peu évolués de montagne

Zones de montagnes

15

THALASSOSOLS, THIOSOLS, SULFATOSOLS

0,5 %

Sols salés des bordures maritimes

Marais poitevin, de Guérande, Camargue

16

PALEOFERSIALSOLS et FERSIALSOLS

3,7 %

Sols rouges méditerranéens, Terres rouges à châtaigniers, anciens sols sub-tropicaux

Provence, Corse, Poitou, Dordogne

17

VERTISOLS

0,1 %

Sols très argileux à fort potentiel de retrait-gonflement

Région Centre, Dordogne

18

ANDOSOLS

0,9 %

Sols issus de roches volcaniques riche en minéraux ferro-magnésiens

Auvergne

12Enfin, il est intéressant de constater qu’il existe une proportion non négligeable de sols podzoliques (type 9 et surtout 10) et de Fluviosols eutriques (type 11) sur le territoire. Mis à part les Paléofersialsols (type 16) qui apparaissent à hauteur d’environ 4 %, les autres sols représentent chacun moins de 3 % de la totalité des sols de France.

La carte des communes

  • 2 Deux enregistrements ne correspondent à aucune commune existante : il s’agit de l’étang de Berre et (...)

13La carte des communes utilisée pour effectuer le croisement des données pédologiques et des données de l’Insee est issue de la base de données de l’IGN (BD GEOFLA®) dont la géométrie est de l’ordre du 1/1 000 000ème. Celle-ci comporte 36 646 enregistrements et donne pour chaque commune la superficie, le nombre d’habitants et le code communal. On peut relier cette base de données à celle de l’Insee en utilisant le code de la commune comme lien2.

La typologie en aires urbaines des communes (Insee)

14La classification de l’Institut national de la statistique et des études économiques est une typologie des communes en aires urbaines réalisée grâce aux données du recensement de la population. A partir de ces résultats, l’Insee a élaboré en 1996 une nouvelle nomenclature spatiale : le zonage en aires urbaines (ZAU). Il a pour but de donner une définition précise des villes et de leur zone d’influence en proposant différentes limites de celles-ci (Le Jeannic, 1996). Organisé dans une base de données disponible auprès des services de l’Insee, il divise le territoire de la France métropolitaine en deux grands espaces : l’espace à dominante urbaine, l’espace à dominante rurale.

Tableau 2 : La nomenclature d’occupation du sol et la caractérisation de l’artificiel. En gras les catégories retenues pour caractériser les zones artificialisées.

Base de données

Principales catégories d’occupation du sol

Zones Urbaines

Zonage en aires urbaines (I.N.S.E.E.)

Zones péri-urbaines

Zones multipolaires

Zones rurales

Territoires artificialisés

Territoires agricoles

Corine land cover (fen)

Forêts et milieux semi-naturels

Zones humides

Surfaces en eau

Artificiel

TERUTI (SCEES)

Agricole

Naturel

15L’espace à dominante urbaine est divisé en trois catégories (Le Jeannic, 1996 ; tab.2) :

  1. les pôles urbains : unités urbaines offrant plus de 5 000 emplois et n’appartenant pas à la couronne périurbaine d’un autre pôle urbain ;

  2. les communes de la couronne périurbaine dont plus de 40 % de la population travaille dans le pôle urbain. Un pôle urbain entouré de couronnes périurbaines forme une aire urbaine ;

  3. les communes multipolaires, caractérisées par une attraction de leur population active pour des emplois localisés en ville et ne s’exerçant pas au bénéfice d’un pôle unique. Lorsque plus de 40 % de leur population active va travailler dans plusieurs aires urbaines, ces communes sont dites multipolarisées. Elles doivent en outre former avec les aires urbaines correspondantes un ensemble connexe, dans lequel toutes les communes sont contiguës les unes aux autres. Cet ensemble connexe se nomme l’espace à dominante urbaine.

16Nous avons considéré ici que l’aire urbaine est soumise dans sa totalité à une forte pression sur le foncier agricole de la part des usages urbains. Et donc, si ce foncier n’est pas déjà affecté à un usage urbain, l’usage agricole s’exerce sous une forte contrainte quant à sa durabilité.

17Enfin, l’espace à dominante rurale comporte les communes non comprises dans l’espace urbain. Il comprend à la fois des petites communes urbaines et des communes rurales. Nous constatons que cette définition inclut les petites unités urbaines qui offrent moins de 5 000 emplois et sous-entend la présence de sols artificialisés au sein de l’espace à dominante rurale.

Les ZAU utilisés dans le cadre de ce travail sont ceux issus des recensements de population de 1990 et de 1999.

Corine land cover

18Corine land cover (CLC) est un programme européen visant à « rassembler, collecter, assurer la cohérence de l’information sur l’état de l’environnement et des ressources naturelles de la Communauté » (Conseil des communautés européennes, 1985). Il constitue un inventaire géographique de l’occupation des sols pour 29 Etats européens et pour les bandes côtières du Maroc et de la Tunisie. En France, le maître d’ouvrage de cette étude est le Service de l’observation et des statistiques du ministère chargé de l’environnement.

19A partir de la photo-interprétation d’images satellites (SPOT/LANDSAT), et complétée par interprétation d’orthophotoplans, les données sont traitées par système d’information géographique pour obtenir une couverture de polygones (format vecteur) à une échelle de travail de 1/100 000. CLC présente un seuil de description en dessous duquel les unités sont considérées comme homogènes en termes d’occupation physique du sol. Les unités sont cartographiées à partir d’un seuil minimal de 25 hectares pour les objets surfaciques et 100 mètres en largeur pour les éléments linéaires, tels que les routes ou les cours d’eau.

20Deux périodes sont ici utilisées. La couverture CLC 1990 est issue de données récoltées entre 1987 et 1994. La seconde, CLC 2000, correspond à des données récoltées entre 1999 et 2000.

L’occupation du sol est renseignée dans une nomenclature emboîtée en 3 niveaux, répartis de la manière suivante : le niveau 1 comprend 5 postes, présentés dans le tableau 2. Le niveau 2 compte 15 postes, alors que le niveau 3, le plus détaillé, en recense 44.

TERUTI (SCEES)

21TERUTI est une enquête sur l’utilisation du territoire réalisée par le Service central des études et enquêtes statistiques (SCEES) du ministère de l’Agriculture. Elle permet, grâce à l’observation directe par enquêteur de plus de 550 000 points chaque année, de connaître l’occupation de l’ensemble du territoire français selon une méthode stabilisée depuis le début des années 1980.

Figure 2 : Système d’échantillonnage TERUTI : 36 points répartis au sein d’une grille carrée de 2 km de côté.

Figure 2 : Système d’échantillonnage TERUTI : 36 points répartis au sein d’une grille carrée de 2 km de côté.

22Les années 1990 et 2000 ne peuvent être comparées en raison d’un renouvellement des points échantillonnés en 1991 et 1992. A partir de 2004, le nombre de points diminue pour des raisons budgétaires et TERUTI est remplacée depuis 2005 par l’enquête TERUTI - LUCAS. En raison de changements à la fois du nombre de points échantillonnés et de leur localisation, ces relevés annuels ne peuvent être comparés qu’au sein des périodes 1982-1990 et 1992-2003. Afin de garder un intervalle de 10 ans pour mesurer les évolutions, et en tenant compte des contraintes précédentes, les données utilisées dans le cadre de ce travail sont celles de 1992 et 2002.

23Le tirage de l’échantillon est un tirage systématique à deux degrés. Les points enquêtés sont générés à partir d’un échantillon de plus de 15 500 photographies aériennes réparties tous les 6 km sur l’ensemble du territoire métropolitain. Une grille de 4 km² comportant 36 points est reportée sur chaque photographie aérienne ; les points sont distants de 300 m et couvrent chacun une superficie d’environ 10 m² (fig.2).

24La valorisation habituelle des résultats de l’enquête TERUTI s’opère via un dépouillement par point selon une nomenclature de 81 classes, emboîtée en 3 niveaux. Les trois catégories principales du premier niveau sont : naturel, agricole et artificiel (tab.2). La quatrième catégorie de TERUTI « zones interdites » n’est pas prise en compte ici.

Traitement des bases de données

Recodage (ZAU, Corine land cover, TERUTI)

25Afin de caractériser l’artificialisation des sols entre 1990 et 2000, les occupations du sol ont été recodées en deux catégories : « artificiel » et « non artificiel » (tab.2). Dans les ZAU, l’artificiel est assimilé à l’ensemble des communes appartenant à l’espace à dominante urbaine. Le non artificiel correspond à l’espace à dominante rurale. Dans le cas de Corine land cover, l’artificiel correspond au poste n°1 « Territoires artificialisés » du premier niveau de la nomenclature, les 4 autres étant regroupés dans la catégorie « non artificiel » (tab.2). Dans le cas de TERUTI, l’artificiel correspond à la catégorie principale du même nom, les autres étant regroupées dans la catégorie « non artificiel ».

Caractérisation de l’artificialisation (ZAU, Corine land cover, TERUTI)

26La dynamique d’artificialisation a été caractérisée au sein de chaque base de données de la manière suivante :

  • Pour le zonage en aires urbaines, l’échelle d’observation est la commune. Une commune est sujette à l’artificialisation des terres si elle n’est plus comprise dans l’espace rural en 1999, alors qu’elle en faisait partie en 1990. L’ensemble de la surface communale est comptabilisé (fig.3).

Figure 3 : Caractérisation de l’artificialisation à l’aide du zonage en aires urbaines de l’Insee.

Figure 3 : Caractérisation de l’artificialisation à l’aide du zonage en aires urbaines de l’Insee.
  • Pour Corine land cover, toute zone classée comme « non artificielle » en 1990 et classée « artificielle » en 2000 est artificialisée (fig.4).

Figure 4 : Caractérisation de l’artificialisation à l’aide de Corine land cover.

Figure 4 : Caractérisation de l’artificialisation à l’aide de Corine land cover.
  • Pour TERUTI, le raisonnement s’effectue à l’échelle de la grille de 36 points. Une grille est artificialisée si le nombre de points classés en « artificiel » en 2002 est strictement supérieur au nombre de points classés en 1992 (fig.5). Dans l’exemple présenté en figure 5, les grilles n°2 et 3 s’artificialisent. Les grilles n°1 et 4 ne subissent pas cette dynamique.

Figure 5 - Caractérisation de l’artificialisation à l’aide de TERUTI.

Figure 5 - Caractérisation de l’artificialisation à l’aide de TERUTI.

Géoréférencement (TERUTI)

27Les données de l’enquête TERUTI nécessitent d’être géoréférencées pour pouvoir être croisées avec la carte pédologique à 1/1 000 000. Pour des raisons de confidentialité statistique, nous ne disposons pas des coordonnées précises des points, ni des grilles de 36 points. Les coordonnées relatives de chaque grille par rapport aux autres sont connues, permettant ainsi de produire des images cartographiques dont la forme est proche de celle du territoire national. L’une de ces images a été géoréférencée par Bordeaux Sciences Agro l’ENITAB par superposition à la carte pédologique (fig.1). La précision du géoréférencement est d’environ 2 km (erreur quadratique moyenne calculée sur 10 points de calage). Cette valeur pourrait donc fortement modifier les résultats du croisement avec la carte des sols. Afin de tester la robustesse de ce géoréférencement, un test a été mis en place. Il consiste à décaler les données TERUTI de 2 km dans les 4 directions principales (fig.6).

Figure 6 : Dispositif de test du géoréférencement des données de TERUTI.

Figure 6 : Dispositif de test du géoréférencement des données de TERUTI.

28Cinq jeux de données sont obtenus et sont croisés avec la carte des sols, pour tester la variabilité des résultats.

Croisement des bases de données (ZAU, Corine land cover, TERUTI)

29La carte pédologique au 1/1 000 000 est croisée sous le système d’information géographique ESRI ArcInfo®, avec les couvertures d’occupation du sol du début des années 1990 et celles du début des années 2000, pour chacune des trois bases de données. Selon la base de données utilisée, les résultats sont de nature différente. Dans le cas du ZAU et de CLC, les croisements sont des intersections entre couvertures de polygones. Les résultats sont donc des couvertures de polygones contenant des informations sur l’occupation et la nature du sol.

Dans le cas de TERUTI, les intersections entre couvertures de points et couvertures de polygones renvoient des résultats sous forme de couvertures de points auxquels sont attribués un type de sol.

Validation du géoréférencement (TERUTI)

30Après croisements des cinq jeux de données avec la carte pédologique, nous avons étudié si les décalages de 2 km engendraient des changements de types de sols échantillonnés. Pour chaque croisement, la part des UCS au sein des grilles d’échantillonnage TERUTI est comparée à celle au sein de la carte pédologique de France au 1/1 000 000. Les résultats obtenus (tab.3) montrent deux tendances.

Tableau 3 : Résultats du test de géoréférencement des données TERUTI sur l’ensemble du territoire national.

Numéro d’unité cartographique de sols (U.C.S.)

 % de chaque UCS après croisement avec TERUTI

 % de chaque UCS dans la carte pédologique

TU 1

TU 2

TU 3

TU 4

TU 5

1

13,18

12,82

13,03

12,65

13,03

12,81

2

15,92

15,83

16,26

16,01

16,26

15,82

3

9,23

9,22

9,35

9,21

9,35

9,09

4

17,17

17,33

16,97

17,21

16,97

17,15

5

9,02

9,35

9,15

9,05

9,15

9,26

6

11,41

11,34

11,12

11,38

11,12

11,07

7

0,39

0,38

0,40

0,38

0,40

0,46

8

0,32

0,27

0,31

0,32

0,31

0,30

9

0,49

0,53

0,51

0,50

0,51

0,51

10

5,66

5,93

5,87

5,68

5,87

5,96

11

7,56

7,67

7,76

7,88

7,76

7,63

12

0,18

0,19

0,20

0,23

0,20

0,25

13

1,51

1,52

1,30

1,55

1,31

2,01

14

2,26

2,04

2,20

2,31

2,20

2,54

15

0,44

0,39

0,39

0,46

0,39

0,45

16

3,13

3,10

3,04

2,99

3,04

3,66

17

0,11

0,10

0,10

0,12

0,10

0,10

18

0,95

0,94

1,00

0,97

1,00

0,93

Total

100

100

100

100

100

100

TU 1 : Jeu de données TERUTI principal, géoréférencé par superposition à la carte pédologique ; TU 2, TU 3, TU 4 et TU 5 sont les jeux de données TERUTI après translation de 2 km vers le nord, l’est, le sud et l’ouest, respectivement.

31D’une part, quelque soit la direction du décalage, la part des sols sur lesquels se positionnent les grilles échantillonnées reste stable. Une imprécision de 2 km n’aura donc qu’une influence négligeable sur les résultats. D’autre part, les écarts avec les pourcentages de types de sols recensés sur la carte pédologique au 1/1 000 000 sont faibles (<0,5 %). Les points échantillonnés par TERUTI sont alors représentatifs de la distribution des sols français. Une extrapolation des résultats à la surface nationale peut donc être envisagée.

Extrapolation des résultats (TERUTI)

32Les données de TERUTI sont de nature ponctuelle ; il est nécessaire de les transformer en surface et les extrapoler au territoire national pour pouvoir les comparer avec les résultats des autres bases de données.

33Lorsqu’une grille est artificialisée, le phénomène ne concerne en général pas l’ensemble de la grille. La surface artificialisée au sein d’une grille de 4 km², comportant 36 points, peut être estimée de la manière suivante :

34On considère que chaque point représente non pas 10 m², mais 1/36ème de la grille soit 4km²/36, soit 0,11 km². Donc, pour connaître la surface artificialisée sur la grille, on multiplie le nombre de points artificialisés par 0,11.

35Il est ensuite nécessaire d’appliquer un coefficient multiplicateur (Cm) aux surfaces artificialisées estimées par TERUTI de façon à les ramener à la surface nationale. Ce coefficient est égal à la surface de la France métropolitaine divisée par la surface couverte par l’enquête TERUTI :

36TERUTI ne relève l’occupation du sol que sur un échantillon de la surface nationale, que l’on peut estimer par le nombre de points de relevés (environ 550 000) que multiplie la surface représentée par chaque point (environ 10 m², soit 0,001 ha).

Résultats et discussion

Artificialisation du territoire – Comparaison des 3 sources d’information

37Si la tendance à l’artificialisation des sols est montrée dans tous les cas, de fortes variations peuvent être observées selon la source d’information utilisée (tab.4). Le zonage de l’Insee détecte dix fois plus de surfaces artificialisées que l’enquête TERUTI, qui, elle-même, en détecte plus de cinq fois que CLC. Ces différences ne sont pas surprenantes car les finalités de ces bases de données sont très différentes.

Tableau 4 : Evaluation de l’artificialisation des sols selon les trois sources d’information : ZAU / TERUTI / Corine land cover.

Sources d’information

Périodes d’étude

Taux d’artificialisation
- état initial (en %)

Taux d’artificialisation - état final (en %)

Évolution (en %)

ZAU

1990-1999

28,8

40,5

+ 11,7 (64 652 km²)

TERUTI

1992-2002

6,5

7,6

+ 1,1

(6 142 km²)

Corine land cover

1990-2000

4,15

4,4

+ 0,25

(1 179 km²)

38Notre propos n’est pas de comparer les résultats (en valeurs absolues) issus de ces sources de données mais de montrer que malgré leurs nombreuses différences, elles présentent des tendances similaires concernant l’impact de l’artificialisation sur les types de sols.

Artificialisation des sols français

39Les 18 grands types de sols définis à partir de la carte pédologique à 1/1 000 000 sont diversement menacés par l’artificialisation (fig.7).

40En se référant au ZAU de l’Insee, le taux de surface artificialisée maximal pour un type de sol était de 44 % en 1990. En 1999, ce taux passe à 60 %. Six types de sols semblent particulièrement menacés avec un taux supérieur à 50 % de leur surface. Il s’agit des HISTOSOLS, FLUVIOSOLS dystriques, FLUVIOSOLS eutriques, NEOLUVISOLS, REDUCTISOLS et VERTISOLS. Pour la plupart, ce sont des sols rares, présents sur moins de 1 % de la surface nationale, ce qui rend l’enjeu de leur protection encore plus fort.

41TERUTI et CLC confirment les résultats de l’I.N.S.E.E. Si les valeurs absolues sont nettement plus faibles, les types de sols les plus menacés par l’artificialisation restent globalement les mêmes : REDUCTISOLS, FLUVIOSOLS eutriques, FLUVIOSOLS dystriques, THALASSOSOLS, Solums salsodiques, THIOSOLS et SULFATOSOLS, et NEOLUVISOLS selon TERUTI ; FLUVIOSOLS dystriques, FLUVIOSOLS eutriques et dans une moindre mesure, REDUCTISOLS, HISTOSOLS et NEOLUVISOLS selon CLC. Ces résultats semblent d’autant plus fiables qu’ils sont confirmés par les trois sources d’information dont les données sont strictement indépendantes.

42D’autres types de sols semblent davantage protégés de l’artificialisation. C’est le cas des ANDOSOLS, des PODZOSOLS et des BRUNISOLS DYSTRIQUES et ALOCRISOLS dont les taux de surface artificialisée sont très inférieurs à la moyenne et ce, quelle que soit la source d’information utilisée. TERUTI et CLC montrent une relative préservation des VERTISOLS alors que l’Insee et TERUTI indiquent une préservation des RANKOSOLS.

Figure 7 : Taux d’artificialisation (en %) par type de sol selon les trois sources d’information.

Figure 7 : Taux d’artificialisation (en %) par type de sol selon les trois sources d’information.

Evolution de l’artificialisation des sols français

43En termes de taux d’augmentation de l’artificialisation, les résultats sont davantage variables selon la source d’information utilisée (tab.5).

Tableau 5 : Evolution de l’artificialisation selon les 3 sources d’information.

Unités cartographiques de sols (UCS)

Taux d’augmentation de l’artificialisation ( % et rang)

Nom

% de sol / France

Insee

(1999-1990)

TERUTI

(2002-1992)

CLC

(2000-1990)

Lithosols calcaires,

Rendosols, Rendisols (1)

12,8

12,1

rang 9

0,98

rang 13

0,19

rang 10

Calcosols, Calcisols (2)

15,8

12,1

rang 8

1,07

rang 9

0,19

rang 9

Brunisols eutriques (3)

9,1

13,6

rang 5

1,15

rang 6

0,20

rang 7

Brunisols dystriques,

Alocrisols (4)

17,2

9,5

rang 13

1,06

rang 10

0,15

rang 15

Néoluvisols (5)

9,3

15,6

rang 3

1,29

rang 4

0,24

rang 6

Luvisols, Planosols (6)

11,1

12,6

rang 7

1,11

rang 8

0,18

rang 12

Réductisols (7)

0,5

9,4

rang 14

1,71

rang 1

0,50

rang 2

Histosols (8)

0,3

17,3

rang 2

1,12

rang 7

0,15

rang 14

Podzosols ocriques (9)

0,5

10,5

rang 12

0,80

rang 16

0,19

rang 8

Podzosols (10)

6,0

7,8

rang 16

0,69

rang 17

0,17

rang 13

Fluviosols eutriques (11)

7,6

13,4

rang 6

1,51

rang 2

0,46

rang 3

Fluviosols dystriques (12)

0,3

15,5

rang 4

0,96

rang 14

0,78

rang 1

Lithosols, Régosols, Arénosols (13)

2,0

7,3

rang 17

1,24

rang 5

0,31

rang 5

Rankosols (14)

2,5

8,3

rang 15

1,00

rang 11

0,18

rang 11

Thalassosols, Solums salsodiques,

Thiosols et Sulfatosols(15)

0,5

10,6

rang 11

0,99

rang 12

0,15

rang 16

Paléofersialsols (16)

3,7

10,7

rang 10

1,39

rang 3

0,35

rang 4

Vertisols (17)

0,1

26,0

rang 1

0,87

rang 15

0,11

rang 17

Andosols (18)

0,9

3,3

rang 18

0,62

rang 18

0,02

rang 18

moyenne

11,7

moyenne

1,1

moyenne

0,2

44Si les tendances se rejoignent pour montrer une forte augmentation de l’artificialisation sur les FLUVIOSOLS eutriques et les NEOLUVISOLS, les résultats sont différents pour les autres types de sols fortement menacés. TERUTI et CLC montrent une forte progression de l’artificiel sur les REDUCTISOLS, les PALEOFERSIALSOLS et les LITHOSOLS, REGOSOLS, ARENOSOLS. Les zones artificialisées se multiplient autour des grandes agglomérations ainsi que le long des axes fluviatiles (Guillerme, 2000) et de communication (Annexe 1). En effet, l’artificialisation progresse dans la vallée du Rhône (Ifen, 2005) et sur le pourtour méditerranéen où la présence de PALEOFERSIALSOLS, FLUVIOSOLS eutriques, et LITHOSOLS, REGOSOLS, ARENOSOLS est importante. Les PALEOFERSIALSOLS très présents en Corse sont également touchés par l’extension des villes d’Ajaccio et Bastia.

45Le phénomène d’artificialisation s’étend également dans le nord de la France, le long des axes Paris-Lille et autour de ces grandes villes, où les sols sont majoritairement des NEOLUVISOLS. L’Insee et Corine land cover montrent une forte progression de l’artificiel sur les FLUVIOSOLS dystriques. Pour les HISTOSOLS, l’Insee montre une progression de l’artificiel largement supérieure à la moyenne (+ 17,3 %), celle montrée par TERUTI se situe dans la moyenne (+1,1 %) tandis que CLC l’évalue comme inférieure à la moyenne de progression de l’artificiel (+0,15 %). L’augmentation de l’artificialisation des HISTOSOLS caractérisée par le Z.A.U. peut être expliquée par leur localisation autour de certaines villes. On trouve des HISTOSOLS autour des villes de Calais, Amiens, Caen, la Rochelle, St-Nazaire et son parc régional de Brière ou encore Angoulême. La périurbanisation de ces villes est mieux prise en compte par le ZAU.

46Les différences de résultats entre les trois sources d’information semblent assez fortement liées à des différences de résolution. La résolution (au sens de la taille du plus petit objet identifiable) du zonage en aires urbaines est la plus grossière puisque cette source ne travaille pas en dessous de l’échelle communale. Le ZAU nous semble néanmoins pertinent pour identifier les zones où l’artificialisation des sols est ou sera un enjeu à court ou moyen terme. Si ce zonage conduit sans doute à une surestimation de l’artificialisation, au contraire, par sa résolution de 25ha, Corine land cover a tendance à sous-estimer l’artificialisation et en particulier le mitage.

47Il est difficile de dire définitivement quelle est la méthode la plus performante pour évaluer le phénomène à l’échelle nationale. Au final, on pourrait supposer que TERUTI soit la méthode qui s’approche le plus de la réalité mais du fait de la discontinuité de ses mesures, elle ne prend pas suffisamment en compte les sols peu fréquents et souvent remarquables d’un point de vue écologique, comme par exemple les FLUVIOSOLS dystriques.

Impacts sur les types de milieux

Classement des sols par grands types de milieux

48Nous avons considéré de façon très générale que les différentes classes de sols étaient caractéristiques de trois grands types de milieux : les zones humides et littorales, les agrosystèmes et les écosystèmes forestiers.

49A partir de ce découpage, nous proposons d’établir une évaluation approximative de l’impact de l’urbanisation sur ces grands types d’écosystèmes associés aux 18 types de sols étudiés. Chaque unité cartographique de sol peut-être associée à un grand type de milieu (tab.6).

Tableau 6 : Répartition des sols de France en fonction de leurs vocations

Potentialités des sols

Types de sols

Surface sur le territoire

Sols à vocation plutôt agricole

CALCOSOLS, CALCISOLS

BRUNISOLS

NEOLUVISOLS

FLUVIOSOLS

PALEOFERSIALSOLS

VERTISOLS

25 106 ha (~ 45 %)

Sols à vocation plutôt forestière

ALOCRISOLS

LUVISOLS, PLANOSOLS

PODZOSOLS OCRIQUES

PODZOSOLS

PALEOFERSIALSOLS

20 106 ha (~ 36 %)

Sols caractéristiques des milieux humides et littoraux

RÉDUCTISOLS

HISTOSOLS

FLUVIOSOLS

THALASSOSOLS, SOLUMS SALSODIQUES, THIOSOLS ET SULFATOSOLS

REGOSOLS, ARENOSOLS

6 106 ha (~ 11 %)

N.B. : Seuls 15 types de sols ont pu être associés aux trois grands types de milieux : les agrosystèmes, les écosystèmes forestiers et les zones humides et littorales

Impacts de l’artificialisation sur les milieux

50L’impact de l’artificialisation est ensuite calculé pour chaque type de milieu (tab.7). Ainsi, nous constatons que les trois sources d’information utilisées montrent une augmentation de l’urbain sur tous les milieux, bien qu’elles soient indépendantes. Cependant, cette progression est différente selon les milieux et surtout selon les sources de données, telle que nous l’avons déjà observé sur l’évolution de l’artificialisation (cf. § artificialisation du territoire). On remarque que les sols à vocation agricole sont toujours les plus touchés en surface quelle que soit la source d’information utilisée. Les sols des milieux humides sont les plus touchés en pourcentage pour TERUTI et CLC. Notons que leurs surfaces sont 3 à 4 fois moins élevées que celles des autres milieux. Quant aux sols des milieux forestiers, ils restent, au niveau national, les moins touchés quelles que soient les sources d’information.

Tableau 7 : Impacts de l’artificialisation sur les grands types des milieux : agrosystèmes, écosystèmes forestiers et zones humides et littorales

Types de milieux

Aire totale

Artif. 1990 - Z.A.U.

Urbain en %

Artif. 1999 - Z.A.U.

Urbain en %

Progression

Agrosystèmes

25 m d’ha*

8,66 m d’ha

34,8

11,97 m d’ha

48,0

3,31 m d’ha (+13,2 %)

Ecosystèmes forestiers

20 m d’ha

4,75 m d’ha

22,8

6,88 m d’ha

33,0

2,14 m d’ha (+10,2 %)

Zones humides et littorales

6 m d’ha

2,39 m d’ha

39,6

3,12 m d’ha

51,7

0,73 m d’ha (+12,1 %)

Types de milieux

Aire totale

Artif. 1990 - CLC

Urbain en %

Artif. 2000 - CLC

Urbain en %

Progression

Agrosystèmes

25 m d’ha*

1,33 m d’ha

5,3

1,39 m d’ha

5,6

0,07 m d’ha (+0,3 %)

Ecosystèmes forestiers

20 m d’ha

0,62 m d’ha

3,0

0,66 m d’ha

3,1

0,04 m d’ha (+0,2 %)

Zones humides et littorales

6 m d’ha

0,55 m d’ha

9,1

0,58 m d’ha

9,6

0,03 m d’ha (+0,4 %)

Types de milieux

Aire totale

Artif. 1992 - TERUTI

Urbain en %

Artif. 2002 - TERUTI

Urbain en %

Progression

Agrosystèmes

25 m d’ha*

1,81 m d’ha

7,3

2,12 m d’ha

8,5

0,31 m d’ha (+1,2 %)

Ecosystèmes forestiers

20 m d’ha

1,23 m d’ha

5,9

1,44 m d’ha

6,9

0,22 m d’ha (+1 %)

Zones humides et littorales

6 m d’ha

0,56 m d’ha

9,3

0,65 m d’ha

10,7

0,08 m d’ha (+1,4 %)

*m d’ha = millions d’hectares

51Ainsi, malgré les nombreuses limites de ce travail, nous avons pu mettre en évidence le fort impact de l’artificialisation sur les sols à vocation agricole et surtout sur les sols caractéristiques des milieux humides. Dans le contexte actuel de volonté de protection des milieux humides, ce constat renforce encore les enjeux qui y sont liés. Quant aux sols à vocation agricole, même si les surfaces en jeu ne sont pas du même ordre de grandeur, la consommation effrénée de terres agricoles compromet le devenir de l’agriculture autour des zones urbanisées.

52Notons que les PALEOFERSIALSOLS et les FLUVIOSOLS sont associés à deux types de milieux en raison de leurs potentialités à être cultivés selon les régions et leur mise en valeur. En effet, les PALEOFERSIALSOLS sont très souvent cultivés en région Poitou-Charentes ou dans le sud-est de la France et généralement forestiers en Dordogne. Quant aux FLUVIOSOLS, très souvent caractéristiques de zones humides selon leur degré d’hydromorphie (Arrêté du 1er octobre 2009), ils sont souvent utilisés pour la production de biomasse après mise en valeur (drainage). Enfin, les ANDOSOLS, les RANKOSOLS et les RENDOSOLS n’ont été retenus dans aucun de ces trois grands types en raison de leur spécificité plutôt montagnarde pour les deux premiers et leur caractère plutôt ubiquiste pour le dernier.

Limites de l’étude

Sur les données pédologiques

53La base de données pédologiques utilisée est issue de la carte des sols de France à 1/1 000 000 fournie par l’unité INFOSOL de l’Inra d’Orléans (1998). Les différentes unités typologiques de sols ont été regroupées selon des critères physico-chimiques dans un but de simplification des croisements de données. Même si cette carte a été validée dans les travaux de J-P Party (1999), d’autres regroupements auraient pu être envisagés. Une autre méthode aurait consisté à extraire des cartes thématiques de la base de données pédologiques au millionième (réserve utile, charge en éléments grossiers, taux de calcaire, teneur en matière organique) et de croiser celles-ci avec chaque carte d’occupation, mais cela aurait généré une multitude de cartes, difficiles à interpréter dans un cadre national.

54Le regroupement des différents types de sol en grands types de milieux peut aussi donner lieu à discussion. En effet, certains sols (PALEOFERSIALSOLS, FLUVIOSOLS) sont présents dans 2 catégories, alors que d’autres, comme les LITHOSOLS, RENDOSOLS et RENDISOLS, ne sont pas pris en compte bien que largement représentés sur le territoire national (13 %). Enfin, le classement des LUVISOLS dans la catégorie des sols à vocation plutôt forestière résulte du caractère fortement acide des UTS correspondantes.

Sur l’évaluation de l’artificialisation

55Le zonage en aires urbaines définis par l’Insee n’est pas une typologie fondée sur l’occupation physique du sol mais sur des critères liés à l’emploi. Il ne tient donc pas compte des zones agricoles existantes dans l’espace à dominante urbaine, mais il est certain que la pression foncière y est largement suffisante pour mettre en très grande difficulté la durabilité des espaces gérés par l’agriculture sur ces communes (Slak et Vivière, 2000). De plus, on peut considérer que cette sous-estimation des territoires agricoles est largement compensée par le fait que les zones rurales comportent elles-mêmes une proportion non négligeable de sols artificialisés (passages de réseaux de communication, emprises et extensions urbaines des communes rurales). Le ZAU doit être vu davantage comme une source montrant les zones où l’artificialisation des terres est, ou sera, un enjeu à court ou moyen terme, que comme une source de localisation précise des zones artificialisées.

56Les programmes Corine land cover utilisés (1990 et 2000) présentent un seuil de 25 ha en dessous duquel les unités ne sont pas cartographiées. Ce seuil ne permet pas la prise en compte de la dynamique d’artificialisation de façon fine qui, par définition, touche souvent de petites surfaces (cas de mitage de zones agricoles ou forestières). Cette limite explique pour une large part les faibles chiffres de l’artificialisation par rapport aux deux autres sources de données.

57La résolution très fine de l’enquête TERUTI permet la détection de phénomènes très localisés d’artificialisation. Cependant, l’enquête n’offre pas une couverture exhaustive du territoire et une extrapolation en surface a été nécessaire. A ce niveau, plusieurs approximations ont été réalisées (nombre de points, surface couverte par chaque point). La surface artificialisée estimée par la méthode mise en place dans cette étude est cohérente avec celle fournie par le SCEES, +6100 km² entre 1992 et 2002 (Lee et Slak, 2007), ce qui conforte nos résultats (tab.3). De plus, si la tentative de géoréférencement des résultats de l’enquête TERUTI a été autorisée par le SCEES, elle relève de la responsabilité des auteurs et ne serait pas utilisable à une échelle plus grande que celle du niveau national.

58Les données utilisées peuvent sembler relativement anciennes, d’autant plus que le programme Corine land cover est disponible pour l’année 2006 et qu’un zonage en aires urbaines a été publié à partir du dernier recensement de la population. Par contre, les données de l’enquête TERUTI-LUCAS de 2006 ne peuvent rigoureusement pas être comparées à celles de l’enquête TERUTI d’avant 2004, l’échantillonnage ayant été modifié entre ces deux dates. Plutôt que d’actualiser les données au maximum, nous avons choisi d’utiliser des données un peu plus anciennes, pour pouvoir comparer davantage les sources d’information.

59Les dynamiques d’artificialisation des sols se sont néanmoins largement poursuivies depuis 2000, selon les mêmes tendances que dans les années 1990, c’est-à-dire principalement aux dépens des espaces agricoles. Leur rythme qui s’était ralenti entre 2000 et 2006 (SOeS, 2009) semble s’être de nouveau accéléré depuis : près de 86 000 hectares (Morel et Jean, 2010) gagnés par l’artificialisation chaque année entre 2006 et 2009. Les impacts de l’artificialisation sur les pertes en sols restent donc un enjeu majeur en termes de gestion de l’espace.

60Ce constat général présenté ici à l’échelle nationale mériterait d’être précisé par des approches régionales permettant d’utiliser des données plus précises tant en termes de sols (cartes du Référentiel régional pédologique au 1/250 000) que d’occupation du sol (bases de données issues de photo-interprétation de première phase de l’Institut national de l’information géographique et forestière).

61Enfin, les impacts de l’artificialisation vont bien au-delà de la destruction des sols. Ce phénomène tend à fermer le paysage et met en danger l’identité de l’habitat et le devenir de l’agriculture (Chéry et Lee, 2006). La fragmentation des espaces agricoles et forestiers par des usages urbains exacerbe les pressions et les menaces qui pèsent sur la biodiversité (destruction d’habitats, rupture de corridors écologiques, pollutions diverses…) (Slak et Vivière, 2000 ; Bonnin et al., 2007). Ainsi, les décisions destinées à la protection du patrimoine sol ne doivent-elles pas être raisonnées ponctuellement, mais en tenant compte des organisations spatiales des parcellaires.

Conclusion

62L’objectif de ce travail était de comparer l’évaluation de l’artificialisation et ses impacts sur les sols en France métropolitaine selon 3 sources de données indépendantes, le zonage en aires urbaines, le programme Corine land cover et l’enquête TERUTI. Si toutes ces sources de données montrent une progression de l’artificialisation, la part de surface artificialisée et le taux d’accroissement sont très différents. Ces écarts proviennent essentiellement des méthodes de mesure.

63Cependant, et c’est l’intérêt de ce travail, les trois sources d’information se rejoignent pour montrer que l’artificialisation affecte préférentiellement certains types de sols (NEOLUVISOLS, LUVISOLS, REDUCTISOLS, HISTOSOLS, FLUVIOSOLS dystriques et eutriques), qui constituent un réservoir de terres à fort potentiel agricole. Quelques sols parmi les plus rares (ils couvrent moins de 1 % de la surface de la France métropolitaine) sont également fortement affectés (FLUVIOSOLS dystriques, REDUCTISOLS, HISTOSOLS). Ces types de sols peu fréquents sont à court terme directement menacés par l’artificialisation. De plus, ces sols sont caractéristiques des zones humides telles que définies dans l’arrêté du 1er octobre 2009 précisant les critères de définition et de délimitation des zones humides (ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, 2009). À ce titre, ils devraient être référencés et protégés afin de maintenir la biodiversité et la qualité des eaux dans ces milieux qui peuvent également servir de zones d’épandages de crues et de protection contre les risques naturels. Par extension, tous les types de milieux voient des sols consommés par l’artificialisation et notamment les sols à vocation plutôt agricole, potentiellement les plus propices à une agriculture durable, sont également fortement consommés ce qui montre à quel point la durabilité de l’agriculture est compromise.

64Tous ces résultats prouvent que les facteurs pédologiques ne sont pas pris en compte pour maîtriser la progression de l’artificialisation dans les documents de planification. Il ne s’agit pas d’une volonté des décideurs mais simplement d’une méconnaissance des enjeux liés aux ressources en sols.

65L’adoption de programmes de cartographie des sols est primordiale pour permettre aux aménageurs de prendre des décisions compatibles avec des perspectives de développement durable, par exemple pour mettre en œuvre l’article L108 de la loi d’orientation agricole prévoyant les zones agricoles protégées ou pour appliquer en connaissance de cause des documents de planification communaux ou intercommunaux (plan locaux d’urbanisme, PLU intercommunaux, schémas de cohérence territoriaux). La prise en compte des potentialités des sols dans les documents d’urbanisme apparaît indispensable dans la perspective d’un développement durable et ceci, des échelles locales aux échelles nationales voire européennes.

66Pour cela, il apparaît d’autant plus essentiel que les sols ne soient plus perçus comme un patrimoine privatif, dont les propriétaires ont libre usage, pour être considérés comme un patrimoine commun, au même titre que l’air, l’eau ou les paysages.

Haut de page

Bibliographie

AFES, 2009, Référentiel pédologique français 2008, Paris, Quae.

Balesdent J., 1996, « Un point sur l’évolution des réserves organiques des sols en France », Étude et gestion des sols, vol.3, No.4, 245-260.

Barriuso E., Calvet R., Schiavon M. et Soulas G., 1996, « Les pesticides et les polluants organiques des sols Transformations et dissipation », Étude et Gestion des Sols, vol. 3 No.3, 279-296.

Bonnin M., Bruszik A., Delbaere B., Lethier H., Richard D., Rientjess S., Van Uden G., Terry A., 2007, « Le réseau écologique européen : état d’avancement, Sauvegarde de la Nature », Editions du Conseil de l’Europe, No.146.

Cerdan O., 2001, Analyse et modélisation du transfert de particule solides à l’échelle de petits bassins versants cultivés, Thèse de doctorat, Université d’Orléans.

Cerdan O., Le Bissonnais Y., Souchère V., King C., Antoni V., Surdyk N., Dubus I., Arrouays D., Desprats J.-F., 2006, « Guide méthodologique pour un zonage départemental de l’érosion des sols », in Rapport n°3 : Synthèse et recommandations générales. Rapport BRGM-RP-55104-FR.

Chéry P., Lee A., 2006, « Causes et impacts de l’urbanisation sur les terroirs viticoles de la région bordelaise », La lettre du GIS Sol, No.10.

Chéry P., Lee A., Slak M.-F., 2009, « Impact de l’urbanisation en espace rural sur l’empreinte écologique – Prise en compte du patrimoine sol », in Actes des journées d’études « Urbanisme raisonné en milieu rural - De nouveaux modes d’habiter à inventer », 1-2 octobre 2008, Agen, 17-20.

Chéry P., Thomas A.-L., Slak M.-F., 1999, « Urbanization, Changes in Agricultural Soil Inheritance, example of France », in Proceedings of Planetary garden, International Symposium on Sustainable Ecosystem Management, Chambéry, 15-17 mars 1999, 306-311.

Cheverry C., Bourrié G., 1998, « La salinisation des sols », in Stengel P. et Gelin S., Sol : interface fragile, Inra, 109-126.

Cheverry C., Gascuel-Odoux C., 2002, « Les Français et leurs sols : essai de prospective à l’horizon 2030 », Courrier de l’environnement de l’Inra, vol.47, No.10, 6-14.

Cheverry C., Gascuel C., 2009, Sous les pavés, la terre, Omnisciences, Collection Ecrin.

Commission des communautés européennes, 2006, « Stratégie thématique en faveur de la protection des sols », Communication de la commission au conseil, au parlement européen, au comité économique et social européen et au comité des régions, COM(2006)231.

Conseil des communautés européennes, 1985, « Directive 85/337/CEE du Conseil du 27 juin 1985 concernant l’évaluation des incidences de certains projets publics et privés sur l’environnement », Journal officiel, No.L 175 du 05/07/1985, 40-48.

Guillerme A., 2000, Les temps de l’eau : la cité, l’eau et les techniques, Eds Champ Vallon.

Ifen, 2005, « Les changements d’occupation des sols de 1990 à 2000 : plus d’artificiel, moins de prairies et de bocages », Les données de l’environnement, No.101.

Inra, 1998, La base de données géographique des sols de France au 1/1 000 000, Inra, Service d’étude des sols et de la carte pédologique de France.

Laroche B., Thorette J., Lacassin J.-C., 2006, « L’artificialisation des sols : pressions urbaines et inventaire des sols ». Étude et gestion des sols, vol.13, No.3, 223-235.

Le Bissonnais Y. et Le Souder C., 1995 « Mesurer la stabilité structurale des sols pour évaluer leur sensibilité à la battance et à l’érosion », Étude et gestion des sols, vol.2, No.1, 43-56.

Le Bissonnais Y., Benkhadra H., Chaplot V., Fox D., King D., Daroussin J., 1998b, « Crusting, runoff and sheet erosion on silty loamy soils at various scales and upscaling from m² to small catchments », Soil and Tillage Research, No.46, 69-80.

Le Bissonnais Y., Thorette J., Bardet C., Daroussin J., 2002, L’érosion hydrique des sols en France, Rapport Inra-Ifen.

Le Jeannic T., 1996, « La délimitation des nouvelles aires urbaines », in Pumain D. et Godard F. (eds.), Données Urbaines, Paris, Anthropos., 45-58.

Lee A., Slak M.-F., 2007, « Les paysages français changent entre 1992 et 2002 : artificialisation et fermeture des paysages aux dépens du mitage ou de la déprise des zones agricoles », Agreste, No.3, 19-40.

Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, 2009, « Arrêté du 1er octobre 2009 modifiant l’arrêté du 24 juin 2008 précisant les critères de définition et de délimitation des zones humides en application des articles L. 214-7-1 et R. 211-108 du code de l’environnement ». Journal officiel, No.272, 2-111.

Morel M.-P., Jean R., 2010, « L’artificialisation atteint 9% du territoire en 2009 », Agreste Primeur, No.246.

Party J.-P., 1999, Acidification des sols et des eaux de surface des écosystèmes forestiers Français : facteurs, mécanismes et tendances. Taux d’altération sur petits bassins-versants silicatés. Application au calcul des charges critiques d’acidité., Thèse de doctorat, Université Louis Pasteur de Strasbourg.

Prieler S., 2008, Built-up and associated land area increases in Europe, International Institute for Applied Systems Analysis, Programme MOSUS.

Slak M.-F., Lee A., Commagnac L., Chéry P., 2009, « Connaître et gérer les sols urbains », in Cheverry C., Gascuel C., Sous les pavés, la terre, Omnisciences, Collection Ecrin, 15-44.

Slak, M.-F., Vivière, J.-L., 2000, « Vers une modélisation du mitage », Études foncières, No.85, 33-38.

Service de l’Observation et des Statistiques, 2009, « La France vue par CORINE Land Cover, outil européen de suivi de l’occupation des sols », Le Point Sur, No.10.

Thomas A.-L., 1998, Analyse spatiale de la sensibilité des écosystèmes gréseux vosgiens à l’acidification., Thèse de doctorat, ENGREF.

Villanneau E., Saby N.P.A., Arrouays D., Jolivet C., Boulonne L., Caria G., Barriuso E., Bispo A., Briand O., 2009, « Spatial distribution of lindane in topsoil of Northern France. », Chemosphere, vol. 77, No.9, 1249-1255.

Yaron B., Calvet R., Prost R., 1996, Soil Pollution. Processes and Dynamics, Springer-Verlag Berlin Heidelberg.

Haut de page

Annexe

Zones artificialisées en France selon les trois sources d’information utilisées : zonage en aires urbaines de l’Insee (1990-1999), enquête TERUTI (1992-2002) et Corine land cover (1990-2000)

Zones artificialisées en France selon les trois sources d’information utilisées : zonage en aires urbaines de l’Insee (1990-1999), enquête TERUTI (1992-2002) et Corine land cover (1990-2000)
Haut de page

Notes

1 Les sols sont nommés selon le Référentiel Pédologique 2008 (AFES, 2009).

2 Deux enregistrements ne correspondent à aucune commune existante : il s’agit de l’étang de Berre et de la commune espagnole Llívia (12 km²) incluse dans le département des Pyrénées-Orientales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les sols dominants en France métropolitaine, répartis en 18 types de sols.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 2 : Système d’échantillonnage TERUTI : 36 points répartis au sein d’une grille carrée de 2 km de côté.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3 : Caractérisation de l’artificialisation à l’aide du zonage en aires urbaines de l’Insee.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 4 : Caractérisation de l’artificialisation à l’aide de Corine land cover.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5 - Caractérisation de l’artificialisation à l’aide de TERUTI.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 6 : Dispositif de test du géoréférencement des données de TERUTI.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-7.png
Fichier image/png, 33k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-8.png
Fichier image/png, 9,3k
Titre Figure 7 : Taux d’artificialisation (en %) par type de sol selon les trois sources d’information.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Zones artificialisées en France selon les trois sources d’information utilisées : zonage en aires urbaines de l’Insee (1990-1999), enquête TERUTI (1992-2002) et Corine land cover (1990-2000)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26224/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Chéry, Alexandre Lee, Loïc Commagnac, Anne-Laure Thomas-Chery, Stéphanie Jalabert et Marie-Françoise Slak, « Impact de l’artificialisation sur les ressources en sol et les milieux en France métropolitaine », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 668, mis en ligne le 28 février 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26224 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26224

Haut de page

Auteurs

Philippe Chéry

Bordeaux Sciences Agro – EA 4592,
philippe.chery@agro-bordeaux.fr

Alexandre Lee

Bordeaux Sciences Agro – EA 4592,
alexandre.lee@agro-bordeaux.fr

Loïc Commagnac

IGN (Institut National de l’Information Géographique et Forestière) travaux réalisés dans le cadre d’un poste précédent, à Bordeaux Sciences Agro,
Loic.Commagnac@ign.fr

Anne-Laure Thomas-Chery

Bordeaux Sciences Agro,
Anne-laure.thomas@wanadoo.fr

Stéphanie Jalabert

Bordeaux Sciences Agro – EA 4592,
stephanie.jalabert@agro-bordeaux.fr

Marie-Françoise Slak

IGN (Institut National de l’Information Géographique et Forestière) travaux réalisés dans le cadre d’un poste précédent, à Bordeaux Sciences Agro,
Marie-Francoise.Slak@ign.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page