Navigation – Plan du site
2014

Blais H., Deprest F., Singaravélou P., 2011, Territoires impériaux. Une histoire spatiale du fait colonial, 2011, Paris, Publications de la Sorbonne, 336 p.

Henri Chamussy
Référence(s) :

Blais H., Deprest F., Singaravélou P., 2011, Territoires impériaux. Une histoire spatiale du fait colonial, Paris, Publications de la Sorbonne, 336 p.

Texte intégral

1Voilà un ouvrage à la fois fort intéressant, homogène quant à sa thématique centrale, et fort hétérogène quant aux matériaux rassemblés. C’est ce qu’on appelle, dans la production anglophone, un text book, genre assez peu fréquent en littérature géographique francophone : onze auteurs, dont les trois directeurs. Une certaine hétérogénéité est certes la loi du genre dans cette forme de présentation.

2L’unité est donc la thématique, originale et fort bien précisée par le sous-titre : une histoire spatiale du fait colonial. Sauf que ce titre est un peu ambitieux et donc un peu trompeur. Car on ne trouvera pas « une histoire » du fait colonial, mais des histoires, ou mieux encore, des épisodes. On ne verra pas le fait colonial, pas même le fait colonial français, ou britannique, ou belge, mais des événements et des attitudes symptomatiques du fait colonial. Certes on y voit à l’action, tout au long des chapitres, les grands impérialismes de la seconde moitié du XIXe siècle et de la première moitié du XXe et la mise en scène d’idéologies géopolitiques très prégnantes. Mais l’hétérogénéité – on peut même risquer le mot de dispersion – est sensible, tant sur la durée de la période envisagée qui couvre plus d’un siècle, depuis les débuts de la conquête française de l’Algérie jusqu’après la Seconde Guerre mondiale avec les travaux de Richard-Mollard en Afrique occidentale française dans les années 1940-50 et ceux de Pélissier et Sautter dans les années 1960.

3Le volume couvre aussi d’immenses portions de la surface terrestre, l’Afrique, du Maghreb au Katanga, l’Amérique latine, et – surprise finale – de minuscules territoires : les concessions internationales de Tientsin et les stations d’altitude, existantes ou envisagées (Dalat, Simla, les projets dans le Fouta-Djallon...).

4L’introduction, rédigée par les trois directeurs du volume, expose au lecteur quelles sont les références historiques, géo-historiques et épistémologiques qui sous-tendent la construction et la rédaction des onze chapitres constituant l’ouvrage. Les sources sont nombreuses, souvent britanniques en raison de la place de l'historical geography dans la production scientifique anglophone. Une référence fort bien venue est faite à Edward Saïd et à ses pages sur la géographie imaginaire (je préférerais le mot « imaginée ») des espaces coloniaux construite par les colonisateurs. Je suis un peu étonné de l’absence de références à la « méta-géographie » que développe Philippe Pelletier, alors que certaines proximités intellectuelles sont sensibles malgré d’indéniables différences d’approche et de problématique, avec certaines pages de son Extrême-Orient, invention d’une histoire et d’une géographie. S’agissant de l’invention d’une histoire et d’une géographie, on trouve la même approche pour dire la construction d’une méta-vision du lointain et de l’exotisme par les Européens (ou les Étatsuniens...). Il est vrai que Territoires impériaux et le livre de Philippe Pelletier ont paru tous les deux en 2011 et que les auteurs n’en avaient probablement pas eu une connaissance réciproque, mais les idées étaient dans l’air et des colloques en avaient été l’écho.

5L’ouvrage est construit en trois parties dont les titres indiquent les cadres théoriques et référentiels du contenu.

6La première partie, « Savoirs, inventaires, catégories », présente les problèmes auxquels se heurtent les colonisateurs, aidés souvent par des scientifiques, pour découper des espaces qu’ils connaissent mal, qui restent souvent à explorer, pour les faire entrer dans des cadres administratifs exigés par les métropoles (en l’occurrence la France et la Belgique). Au passage, on découvre que les limites et frontières dessinées par les colonisateurs l’ont été de manière moins aléatoire qu’on ne le dit souvent. Il y a parfois eu volonté de tenir compte des espaces occupés par des peuples différents, mais ces peuples étaient évidemment fort mal connus, ce qui explique des non-sens sur les découpages spatiaux mis en œuvre.

7Le premier chapitre est passionnant : il montre comment la France n’a pas pu s’arrêter en occupant le Sahara. Il n’y avait pas volonté systématique, tout au moins au début, de coloniser le Sahara, mais, dans sa volonté de protéger l’Algérie « utile », ce qu’on appelait le Tell, l’armée a poussé à occuper les « hauts plateaux » (le « petit désert » disait-on à l’époque) puis, de plus en plus vers le Sud, le Sahara ou « grand désert », jusqu’à faire la jonction avec les colonies de l’A.O.F. C’est en fait cette jonction qui a fait naître la volonté d’un Sahara français, et des projets assez délirants comme celui d’un chemin de fer transsaharien. On retrouvera l’étude de cette véritable « course à l’échalote » de la domination française à travers le Sahara, vue sous un autre angle, dans la troisième partie.

8La deuxième partie, intitulé « Cultures visuelles », est consacrée à la vision cartographique des espaces colonisés ou à coloniser : la fameuse carte de l’Amérique espagnole voulue par l’American Geographical Society, et le rôle d’Isaac Bowman. C’est le seul chapitre qui traite de l’Amérique et d’un impérialisme autre que celui des nations européennes. La géopolitique économique des États-Unis avait besoin, pour se déployer, d’une bonne connaissance cartographique – premier stade : cartographier pour dominer – de l’arrière-cour de l’Union, afin de faire triompher la doctrine de Monroë. Le résultat scientifique ne fut pas à la hauteur des espérances. L'impérialisme ne s’en déploya pas moins.

9De manière différente mais avec les mêmes buts, les explorateurs, cartographes, géographes britanniques déployèrent une intense activité pour cartographier le gigantesque Empire britannique. Enfin, un chapitre un peu marginal, mais pas du tout inintéressant, présente les voyages faits en Afrique du Nord entre 1908 et 1939 par le géographe lyonnais Maurice Zimmermann pour le compte de l’Association des Anciens Élèves de l’Enseignement Colonial de la Chambre de Commerce (de Lyon). L’étude de ces voyages (itinéraires, rapports, articles divers) fait ressortir nettement une idéologie et une vision géopolitique. Zimmermann s’intéresse particulièrement à la construction des espaces par les transports, réseau routier et ferroviaire. C’était un de ses thèmes favoris, qu’il montrait bien en tenant dans les Annales de Géographie une véritable chronique des lignes ferroviaires à travers les Alpes. Il a pu appliquer sa forte connaissance de ce thème à l’Afrique du Nord.

10Le titre de la troisième partie est : « Espaces, territoires, lieux: des productions impériales? ». Et en effet, les quatre chapitres s’intéressent davantage aux espaces qu’aux limites de ces espaces. On le voit bien avec le chapitre 9, dont la ligne directrice est le problème de la jonction entre l’Algérie et le Soudan (Soudan français, aujourd’hui le Mali). Dans la première partie, on a vu comment les colonisateurs français (essentiellement les militaires) envisageaient les lignes de traversée du Grand Désert. Ici, il s’agit d’élargir l’emprise française sur ces immensités, cet « Empire de sable », de passer en quelque sorte de l’unidimensionnel au bidimensionnel, de la ligne à la surface.

11Des évènements récents (2013-2014) montrent que le contrôle surfacique du Sahara est plus que jamais d'actualité : les katibas d’AQMI lancent des raids sur le désert depuis la Libye, et c’est aussi de Libye que vinrent les senoussistes qui tuèrent Charles de Foucauld en 1916.

12Un autre chapitre est consacré à la fameuse « affaire de Laminia » (1893-1894), fameuse à l’époque, car je pense que personne aujourd’hui ne saurait de quoi il s’agit avant de lire ce chapitre fort révélateur des problèmes posés par les débuts de la colonisation en Afrique sub-sahélienne. On ne va pas résumer ici cette « affaire » et on se contentera de dire qu’elle pose le problème de l’ambiguïté des relations entre administration militaire française et chefferies ou royaumes locaux « protégés », lors du découpage de l’espace entre les colonies qui vont former l’A.O.F., en l’occurrence ici le Sénégal et le Soudan français.

13La lecture se poursuit par un chapitre sur l’histoire des concessions internationales de Tientsin (on écrit maintenant Tientjin pour respecter les graphies pinyin), beaucoup moins célèbres et moins étudiées que celles de Shanghai. Délimitées sur les terres marécageuses autour de cette ville chinoise à partir de 1861, elles constituent un étonnant patchwork de dix territoires minuscules occupés « légalement » par les puissances à l’affut du marché chinois. Parmi ces puissances qui veulent leur part du juteux commerce avec la Chine (et entre autres de l’opium), il apparaît un État asiatique, le Japon. L’histoire de ces concessions est rythmée par des problèmes entre les pays concernés (parfois en guerre entre eux en Europe…), et entre ces pays et le gouvernement impérial puis républicain chinois. C’est un aspect mal connu de l’impérialisme européen (et japonais...). Curieusement, les États-Unis sont absents de Tientsin.

14Enfin, le livre s’achève par un chapitre très révélateur sur les stations d’altitude créées pour permettre aux Européens, épuisés par les climats des colonies, de se reposer pendant les fortes chaleurs. Dalat, Simla sont les plus célèbres ; elles sont liées, dans l’historiographie et l’iconographie de l’histoire coloniale, avec le casque colonial et... les cures dans les villes d’eaux européennes lors des congés en métropole. Elles permettent aux « Blancs » de se distancier des foules « indigènes » sous le prétexte de leur incompatibilité avec les climats équatoriaux ou tropicaux.

15À l’issue de cette brève revue, il apparaît, comme il a été dit plus haut et quel que soit le faisceau des lieux, des temps et des conceptions des sujets retenus, que ce livre exhale une forte impression de dispersion. Ce n’est pas forcément un défaut. D’abord, chacun des chapitres est passionnant et apporte au lecteur des éclairages nouveaux, même si ce lecteur, lorsqu’il lit l’ouvrage d’une traite, sort de cette lecture un peu déconcerté... Baladé des officiers méharistes français à la volonté cartographique d’Isaac Bowman et aux errances maghrébines de Maurice Zimmermann, et même s’il détecte bien les thèmes englobants, idéologies impérialistes, volonté de couvrir les espaces et de les délimiter, rivalités coloniales, le lecteur conserve cette impression de patchwork. Cela dit, ce qui est peut-être un défaut est aussi une qualité, celle de montrer une grande convergence des points de vue des puissances – France, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, États-Unis (et, timidement encore, on voit apparaître le Japon en Chine) – sur l’appropriation des espaces quasiment considérés comme libres à la colonisation, et dont, le plus souvent, les habitants, s’ils ne sont pas inexistants, peuvent être considérés comme négligeables, ou comme main d’œuvre. Et cette impression de dispersion est encore atténuée par la solidité scientifique des diverses études, par les imposantes bibliographies et listes de sources qui attestent du travail des différents auteurs.

16On l’a compris, pour toute personne curieuse de l’histoire géographique, ou de la géographie historique (il y a une nuance entre les deux) de la colonisation, ce livre est incontournable. Reste que, une fois le matériau malaxé, éventuellement complété pour diminuer un peu le poids de l’Afrique et combler quelques vides, il serait très intéressant (et fort difficile certes) de rassembler les idées et les thèmes, et d’écrire un étude synthétique, transversale au temps et à l’espace, fouillant et précisant les concepts, mettant en lumière la dialectique des idéologies coloniales et impérialistes, comparant les diverses stratégies d’« invention » des frontières et les délimitations des territoires par la cartographie et l’exploration. Presque tout est là, maintenant, encore brut de décoffrage, déjà bien malaxé, mais un peu trop granuleux. Peut-être d’ailleurs les auteurs ont-ils déjà cela en ligne de mire – on les attend avec impatience – pour écrire un volume décisif dont le titre pourrait être : Une histoire spatiale du fait colonial !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Chamussy, « Blais H., Deprest F., Singaravélou P., 2011, Territoires impériaux. Une histoire spatiale du fait colonial, 2011, Paris, Publications de la Sorbonne, 336 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 28 février 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26242

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page