Navigation – Plan du site

Observation, observation, observation

Denise Pumain
Traduction(s) :
Observation, observation, observation

Texte intégral

1Voilà que celles dont on a longtemps déploré la rareté, la lenteur de préparation, et les difficultés d’accès, et qui évoquaient plutôt des reliefs montagneux, en un mot les données utiles aux sciences humaines et sociales, voilà qu’elles surgissent de partout, en masses fluides, par grandes vagues déferlantes, et déjà l’expression anglaise qui les désigne devient un nouveau champ de connaissances : les big data sont nées ! Comme la plupart des systèmes qui les enregistrent comportent une géolocalisation (joli pléonasme), du GPS au téléphone mobile, des caméras de surveillance aux capteurs embarqués dans les véhicules ou disséminés dans l’environnement, jusqu’aux localisations virtuelles des textes et des dialogues affichés sur la toile, dans des espaces de proximités connectives ou sémantiques, la géographie est partie prenante pour l’analyse et le traitement de ces informations nouvelles.

2Traces laissées par nos passages et nos échanges sur tous les réseaux numériques, les big data renferment certes des indices de notre présence, mais elles sont loin de parler seules : que révèlent-elles de nos préférences et de nos mouvements, quelle part de vérité contiennent-elles, peut-on s’y fier vraiment ? Pour en tirer parti, des recherches d’un nouveau genre sont requises à tous les niveaux : observation soigneuse des technologies et des services qui produisent les données massives, dont les intentions impliquent rarement celle d’améliorer la connaissance sociale ; observation – si possible participante ! – des pratiques et des usages qui en utilisent ou en détournent les fonctionnalités ; observation des apports de leur analyse aux savoirs préexistants, obtenus avec d’autres méthodes et d’autres indicateurs. Il serait en effet désolant de ne redécouvrir avec elles que la pertinence du modèle gravitaire, alors qu’elles nous informent bien plus subtilement quant au façonnement réciproque des structures territoriales et des pratiques et des représentations dans des sociétés inégalement hyper-mobiles. Observation encore, pour détecter les risques associés aux usages non éthiques, aux intrusions dans les vies privées, aux confiscations de l’information, et à ses mésinterprétations….

3À big data, grandes découvertes ? La géographie y aura sa part si nous parvenons à collaborer dans des équipes pluri-disciplinaires, et à recomposer nos concepts à l’aide de méthodes allant de l’enquête classique aux analyses exploratoires des données massives, aux outils de visualisation et à la modélisation des variations spatio-temporelles. Paradoxalement peut-être, la numérisation fait plus que jamais de notre discipline une science d’observation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Observation, observation, observation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26248

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page