Navigation – Plan du site
2014
678

Les réseaux de firmes multinationales dans les villes d’Europe centre-orientale

Multinational firms’ networks in central-eastern european cities
Olivier Di Lello et Céline Rozenblat

Résumés

Vingt ans après la dislocation du bloc communiste, les villes d’Europe centre-orientale se sont intégrées à des degrés divers au nouveau système économique libéral au sein duquel elles sont désormais amenées à évoluer. Cette intégration est soumise tant à d’anciennes logiques issues des héritages communistes, voire antérieures à cette période, qu’aux processus généraux contemporains de la mondialisation. L’analyse des réseaux de firmes multinationales dans les villes de cette partie du monde permet d’évaluer l’intégration des villes d’Europe centre-orientale en adoptant une approche empirique et comparative et d’en souligner les principaux facteurs. Elle révèle le poids de l’Europe de l’Ouest dans l’internationalisation de l’économie des villes d’Europe centre-orientale (y compris pour Kiev), face à une influence russe limitée en termes de nombre d’entreprises. Dans ces réseaux, les positions des villes d’Europe centre-orientale sont équivalentes du fait de leurs nombreuses positions de dépendance, et leurs échanges réciproques sont très limités, montrant une région peu cohérente en termes d’échanges d’entreprises multinationales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis une vingtaine d’années, le monde bipolaire constitué de deux systèmes économiques fortement opposés (le capitalisme et le communisme) a subitement disparu pour faire place à un nouvel ordre mondial, où ne règne plus que l’unique système économique libéral et capitaliste. Si pour le « monde occidental » cette disparition s’est produite dans une certaine continuité, elle a en revanche signifié ruptures et bouleversements pour les territoires issus de l’ancien système communiste. En passant d’une économie de type planifiée et centralisée à une économie de marché, les territoires anciennement soumis à un régime communiste ont dû se reconstruire, s’adapter et s’intégrer au nouveau paradigme économique. Cela a précocement touché les villes, placées au cœur de ces processus de restructuration et de mise en réseau dans la mondialisation, par les entreprises multinationales qui sont les acteurs essentiels de la reconversion de cette partie du monde en une économie de marché (Veltz, 1996 ; Rozenblat, 2004).

2Les facteurs nationaux d’adaptation à ce nouveau système ont été primordiaux grâce aux restructurations opérées au niveau des États dans leurs organisations juridiques, institutionnelles et sociales (Lintz et al., 2005). Une période de transition a nécessité plusieurs étapes de pré-transformation, d’effondrement du système politique, de césure structurelle avant de parvenir à une consolidation et une remontée soutenue (Philipov, Dorbritz, 2004). Ces étapes de restructurations se sont succédées dans les années 1990, à des vitesses diverses selon les pays, tardant parfois jusque dans les années 2000 pour retrouver les niveaux de production antérieurs à la transition.

3Toutefois, les disparités internes aux territoires nationaux demeurent nombreuses et semblent même s’accroître (Radvanyi, 2004 ; 2007). On trouve des développements territoriaux à plusieurs vitesses, entre les villes intégrées et les autres territoires, mais également entre les villes très intégrées et celles qui ne le sont que très peu. Ici plus qu’ailleurs encore, les villes, et en particulier les plus grandes, sont les lieux principaux où se sont opérés les processus majeurs d’intégration de l’économie dans la mondialisation.

4Le présent article propose d’aborder la question de l’insertion différentielle des villes d’Europe de l’Est dans la mondialisation des firmes multinationales. À travers une étude empirique portant sur un large échantillon d’entreprises multinationales, nous évaluerons les degrés d’intégration des villes d’Europe centrale et orientale dans cette globalisation. On s’interrogera en particulier, dans cette intégration, sur le rôle de l’Union européenne et de ses entreprises face à l’influence russe, et sur les concentrations spatiales des firmes multinationales qui structurent le système urbain de cette région.

L’Europe centrale et orientale comme un espace mondialisé par ses villes

5Tous les anciens pays ayant fait partie de l’URSS ou du Comecon (Conseil d’assistance économique mutuelle) sont concernés par l’entrée rapide dans l’économie de marché et l’insertion de leurs territoires dans les réseaux des entreprises multinationales à partir des années 1990. Néanmoins, par souci de cohérence spatiale, nous avons particulièrement exploré l’Europe appelée de « l’entre deux » par Violette Rey et Roger Brunet (1996), concept qui, selon les auteurs « permet de saisir ce qui entretient la spécificité d’une Europe centre-orientale dont l’extension a beaucoup varié. Métaphoriquement, le point de vue de l’entre-deux repose sur l’image du rivage, de ses flux et reflux, plutôt que sur l’image du pont et du passeur » (p.10).

6Cette Europe centre-orientale a connu depuis vingt ans un destin singulier, demeurant encore aujourd’hui en tension politique et économique (en particulier dans le domaine énergétique) entre l’Union européenne en phase de consolidation, et la Russie redevenue une puissance politique mondiale majeure. Cet espace géographique comprend des territoires hétérogènes qui possèdent toutefois deux points communs : la prédominance avérée d’un système communiste durant la plus grande partie de la deuxième moitié du XXe siècle et la possibilité d’intégrer l’Union européenne, même si cela peut être une perspective très éloignée pour certains États. Ainsi, nous considérerons ici 23 États, dont 16 ont acquis leur indépendance dans les années 1990 (Foucher, 1993) :

  • Les dix États européens issus de l’ancienne Union soviétique (Estonie, Lettonie, Lituanie, Russie (partie occidentale), Biélorussie, Ukraine, Moldavie, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan) ;

  • Les six pays d’Europe centrale voire orientale anciennement satellites de l’Union soviétique (République Tchèque, Slovaquie, Pologne, Hongrie, Roumanie, Bulgarie) ;

  • Les six républiques issues de l’ancienne Yougoslavie (Slovénie, Croatie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Macédoine) ;

  • L’Albanie qui a connu un isolement économique après deux décennies passées dans le sillage de l’Union soviétique.

  • L’Allemagne de l’Est, par son intégration dès 1990 à l’Allemagne réunifiée en fait un cas bien différent et ne sera pas examinée dans cette étude.

7Cet espace post-communiste s’est intégré à divers degrés au phénomène de mondialisation économique, suivant principalement un gradient ouest-est (EBDR, 2009). En 2003, les investissements étrangers représentaient dans certains pays comme la Pologne, la République Tchèque ou la Slovaquie plus de 30 % du PNB (Spiridonova, Novakova, 2005). Les entreprises multinationales ne sont toutefois pas accourues immédiatement après la chute du mur dans ces anciens pays communistes. Elles ont souvent attendu plusieurs années avant d’y risquer leurs investissements, le temps que les conditions économiques et surtout juridiques soient réunies (Swain, Hardy, 1998). C’est surtout à partir de la seconde moitié des années 1990 qu’ont commencé à s’installer leurs premiers « bureaux représentants » d’entreprises occidentales, en particulier en Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie (Rozenblat, 1997). Les investissements étrangers ont alors constitué une manne primordiale pour le redressement économique, par l’apport « d’argent frais » qu’ils offraient localement. Les premiers investissements sont toutefois demeurés prudents, réservés à des domaines ne nécessitant pas d’investissements lourds : agro-alimentaire (Hongrie, Pologne, Roumanie, pays baltes), textile (Pologne, Roumanie), meubles et filière bois (Pologne, Roumanie, Slovaquie), ou encore électroménager et informatique (Mer noire) (Conseil de l’Europe, 2003).

8La redéfinition des maillages territoriaux, bien souvent accompagnée de réformes de leurs compétences, a facilité le développement d’une diversité de réseaux sociaux et de réseaux d’entrepreneurs (Grabher, Stark, 1997 ; Rozenblat et al., 2008). L’arrivée des firmes multinationales a permis de dynamiser les réseaux locaux de firmes qui se sont développés dans une complexification croissante de leur système d’interactions (Stark, Vedres, 1996) en augmentant à la fois la diversité de leurs ressources, mais également la diversité de leurs organisations (Grabher, Stark, 1997).

9L’attraction des territoires pour les entrepreneurs dépend en premier lieu des facteurs macro-économiques nationaux (Michalet, 1999 ; Ernst & Young, 2007), puis ils choisissent dans un second temps, à l’intérieur des pays, les régions et villes les plus appropriées à leurs objectifs (Mayer, Mucchielli, 1999). L’intégration dans la globalisation des villes et régions d’Europe centrale et orientale s’est donc opérée à deux niveaux géographiques distincts : au niveau national, les pays ont joué un rôle déterminant pour l’attractivité moyenne de leurs régions et de leurs villes, puis à l’intérieur de chaque pays, des zones ont été plus favorisées que d’autres (Rozenblat et al., 2008).

10Certains investissements étrangers se sont appuyés sur les anciennes régions industrielles, riches d’une main-d’œuvre qualifiée et bon marché (Pavlinek, Smith, 1997). Toutefois, la plupart de ces régions industrielles héritées du communisme avaient des infrastructures obsolètes, et ont connu des reconversions lentes et pas encore achevées au milieu des années 2000 (Hudson, 1997 ; Blaha, 2003, Lintz et al., 2005). De plus, les nombreux travaux qui se sont intéressés aux déterminants macroéconomiques des investissements directs étrangers suggèrent que la motivation des firmes multinationales réside davantage dans la recherche de nouveaux marchés de consommation que dans le souci de bénéficier d’une main d’œuvre peu coûteuse (Holland, Pain, 1998 ; Resmini, 1999 ; Bevan, Estrin, 2000). Cela aurait conduit à une plus forte orientation en Europe centre-orientale vers les grands marchés urbains (Rozenblat et al., 2008).

11Tant les recompositions institutionnelles que les aménagements infrastructurels ont favorisé la concentration des investissements vers les villes (Rozenblat et al., 2008). La tendance spatiale de croissance économique a donc principalement été marquée par l’accroissement des écarts de richesse entre d’un côté les grandes villes, le plus souvent les capitales, et d’un autre côté les périphéries nationales ayant des économies souvent peu diversifiées et soumises aux reconversions (Marinov, 2002 ; Hamilton et al., 2005 ; Lintz et al., 2005). La Pologne a vu le redéploiement de son industrie largement guidé par les investissements directs étrangers (notamment automobile) et demeure le pays d’Europe de l’Est le plus attractif (Okraska, 2005 ; Domanski et al., 2005). Ces investissements se sont orientés principalement vers les grandes villes (Varsovie, Poznan, Krakow, Wroclav, Bielko-Biala, Gdansk, Szczecin). En Slovaquie, plus de 60 % des investissements étrangers se sont concentrés dans la capitale (notamment Volkswagen, Tesco, Volksbank) ce qui représentait en 2003 un tiers du PIB national concentré dans cette région urbaine (Finka et al., 2005). De même en Hongrie, où l’écart s’est creusé entre Budapest et le Nord-Ouest (Györ-Moson-Sopron, Vas, Fejér) plus attractifs, et le reste du pays (Visy et al. 2005).

12Les entreprises se sont souvent implantées avec l’aide de services de conseil, comme Deloitte, KPMG, Ernst & Young ou Price Waterhouse Coopers (Rozenblat et al., 2008). Ces services sont eux-mêmes très concentrés dans les villes et en particulier dans les capitales. Leur accès aux informations et aux réseaux nationaux sont surtout locaux et leur propre localisation influence donc directement la nature même de leurs conseils. Les choix d’implantation des firmes, quel que soit leur secteur économique, ont donc été en grande partie orientés par les propres localisations des firmes de conseil et par les réseaux interpersonnels qu’elles déploient, ces réseaux étant la plupart du temps concentrés dans les capitales.

13Ces concentrations se produisent dans le cadre de systèmes urbains nationaux hérités d’une histoire singulière d’espaces demeurés, bien plus longtemps qu’à l’Ouest, à dominante rurale. Les territoires de l’Europe centre-orientale sont donc parsemés de nombreuses villes petites et moyennes (Rozenblat, 1995 ; Rey, Saint-Julien, 2005), avec une croissance des capitales nationales longtemps réfrénée et des capitales régionales relativement fortes (Moriconi, 1993). On peut s’interroger sur les effets de cette rapide concentration des investissements dans les capitales et de leur redistribution dans un polycentrisme urbain centre européen (Dostal, 2000). Ces investissements ont-ils la capacité de renforcer le rôle moteur des capitales régionales dans les développements territoriaux à la manière de Rostov-sur-le-Don, ville frontalière avec l’Ukraine au sud de la Russie, face à Moscou qui développe actuellement une puissance hégémonique sur les villes russes (Cottineau, 2011) ?

14Les questions de ces mises en réseau des territoires de l’Europe centre-orientale dans la globalisation se posent à plusieurs échelles géographiques :

  • Intra-nationales : comment ces réseaux des firmes multinationales se diffusent dans les systèmes urbains nationaux et permettent de renforcer les rôles de coordinateurs des capitales régionales ?

  • Intra-régionales : les réseaux des firmes multinationales tissent-ils des relations internationales et transfrontalières entre les villes de la région d’Europe centre-orientale ?

  • Continentales : Comment s’équilibrent les influences Est/Ouest dans les villes de cette région à travers les flux des investissements des entreprises multinationales ?

  • Mondiales : peut-on identifier une position caractéristique des villes de cette région dans la division internationale du travail ?

Afin de répondre à ces interrogations, nous testerons formellement cinq questions :

  • L’Europe est-orientale, qui formait auparavant un bloc économique très intégré, constitue-t-elle encore, avec l’effet de la globalisation, un ensemble régional cohérent, entretenant des relations internes privilégiées ?

  • L’Europe est-orientale présente-t-elle essentiellement des relations dissymétriques avec le reste du monde ? Autrement dit, dans quelles mesures ses villes sont-elles très investies par les firmes externes, elles-mêmes n’en contrôlant que peu dans le reste du monde ?

  • Observe-t-on un phénomène gravitaire important dans la connexion des villes d’Europe de l’Est ? Dans quelles mesures sont-elles en tension entre la puissance russe et la puissance de l’Union européenne ?

  • Dans quelle mesure l’entrée dans l’Union européenne est-elle un moteur important expliquant l’état de l’intégration des villes d’Europe de l’Est dans la globalisation ?

  • Dans quelles mesures les pays d’Europe est-orientale développent-ils une hyper-concentration des investissements dans leurs villes-capitales ?

Réseaux d’entreprises multinationales pour évaluer l’intégration des villes dans la globalisation

15Afin d’étudier la position des villes dans les réseaux d’entreprises multinationales, nous avons utilisé des données issues de la base de données ORBIS 2010 produite par le bureau Van Dijk. Ces données ont été organisées par aires urbaines à l’échelle du monde par l’équipe de Céline Rozenblat à l’IGD de l’Université de Lausanne. La base ORBIS/IGD répertorie les réseaux des 3 000 premières entreprises multinationales mondiales par leur chiffre d’affaire (soit environ 800 000 entreprises et un million de liens de filiation). Elle renseigne à la fois sur la localisation, le chiffre d’affaire, le nombre d’employés ou encore le secteur économique de chaque entreprise composant les groupes multinationaux. L’un de ses points remarquables est qu’elle renseigne sur les parts de capital d’une entreprise détenues par d’autres entreprises. Cela permet de reconstituer l’organisation à l’échelle mondiale des liens de capitaux et de filiation entre les entreprises composant les groupes multinationaux. A partir des localisations (regroupées par aires urbaines) nous obtenons un réseau de villes mises en relation les unes par rapport aux autres, les plaçant ainsi dans le champ du transnational.

Limites de la base de données des entreprises multinationales

16Nous sommes conscients que les données dont nous disposons sont parfois incomplètes selon les pays où la qualité des données demeure parfois difficile à évaluer. Cela est particulièrement frappant en Europe centre-orientale qui regroupe des pays possédant des qualités de données fort diverses pouvant éventuellement influencer certains de nos résultats. Par exemple, les pays d’Europe centrale, faisant partie de l’Union européenne, offrent des données qui paraissent largement satisfaisantes, et cela semble également le cas pour la Russie. Au contraire, les pays du Caucase ou certains pays comme la Biélorussie ou la Moldavie manquent cruellement de certaines informations, entrainant probablement une légère sous-estimation de leur rôle au niveau mondial. Bien souvent, la situation économique et politique de ces pays suffit à elle seule à expliquer ce manque d’information.

Amélioration de la base de données : corrections et localisations

17Partant de la base mondiale des 3 000 premiers groupes par leur chiffre d’affaire et de leurs 800 000 entreprises liées directement ou indirectement (Rozenblat, FOCI, 2011), nous avons extrait toutes les entreprises qui étaient situées dans les pays de l’ancien bloc soviétique. Un travail manuel important de correction et de précision de nombreuses localisations d’entreprises a duré plusieurs mois. Puis les différentes entreprises localisées ont pu être regroupées par aires urbaines, afin de prendre en compte des objets urbains comparables, sans influence des maillages administratifs communaux très inégaux en Europe (Rey, Saint-Julien, 2005). En effet, si un grand nombre d’activités se sont implantées au cœur même des villes, certaines se sont en réalité localisées dans les périphéries des villes, notamment dans les zones industrielles. Cela implique que certaines entreprises sont physiquement localisées dans des entités administratives extérieures aux villes proprement dites mais auxquelles elles sont fonctionnellement liées.

18C’est pour cette raison que nous avons privilégié le concept d’aire fonctionnelle urbaine (FUA) qui englobe toutes les entités périphériques à la ville principale susceptibles d’en faire partie – en termes de fonctionnement spatial effectif. Si ce type de définition est relativement clair et complet pour les pays de l’Union européenne (ESPON FOCI, 2011) et l’Amérique du Nord (Bretagnolle et al., 2008), elle n’a pas toujours été appliquée ailleurs dans le monde. En particulier, la partie plus orientale de l’Europe centrale ne connaît pas de définition officielle d’aires fonctionnelles urbaines. Par conséquent, nous avons tenté d’appliquer cette définition aux pays qui n’en possédaient pas. Cela s’est révélé moins difficile et long que prévu, puisqu’une majorité de villes importantes ont eu des frontières communales qui ont été adaptées à l’étalement de leur croissance.

19Ainsi nous avons effectué des agrégations de communes selon les aires urbaines fonctionnelles définies par ESPON (2011) pour les villes situées dans l’UE (plus la Suisse et la Norvège), et l’équivalent à partir de Google Maps et des hypothèses possibles à partir des voies de communication pour les aires urbaines de tous les autres pays.

20Après avoir agrégé les données des entreprises au niveau des FUA, nous obtenons les relations de filiation entre FUA, soit les liens de filiations entre des entreprises présentes dans ces FUA. Ces liens sont dirigés puisqu’ils sont caractérisés par une origine (l’entreprise contrôlant un certain capital) et une destination (l’entreprise contrôlée). Les liens pris en compte dans cette étude concernent ainsi les FUA de l’Europe Est-orientale mais également d’autres FUA situées dans le reste du monde dans la mesure où elles entretiennent des liens de filiation directs avec des entreprises situées en Europe Est orientale.

L’Europe Est-orientale : un ensemble régional ?

21Les portées géographiques des liens entretenus par les villes de l’Europe Est-orientale renseignent sur les échelles d’intégration des villes dans la globalisation à travers les entreprises multinationales (figure 1).

Figure 1 : Portée géographique des liens de firmes multinationales en Europe de l’Est.

Figure 1 : Portée géographique des liens de firmes multinationales en Europe de l’Est.

22Les liens de filiation externes à cette région (définie par les 23 pays), représentent 26 % du total des liens, ce qui est plus élevé que la moyenne mondiale des proportions de liens inter-régionaux (continents définis par l’ONU) qui est de 20 % (Rozenblat, 2011). Ce phénomène peut être expliqué par l’importance des liens de filiation entrants dans cette région, dont nous préciserons l’ampleur plus bas.

23Les liens de filiation entre les villes d’Europe Est-orientale (intra-régionaux) ne représentent guère plus de 1 % du total (figure 1) alors que ce type de liens représente près de 15 % des liens de filiation dans les autres régions du monde (Rozenblat, 2010). Cela révèle donc une région à cohésion interne très faible, du moins par le canal des entreprises multinationales. Avec la dislocation de l’ancienne structure communiste, cette région a souffert d’un manque de capitaux pour des investissements à l’étranger et les liens de villes à villes sont donc très réduits, davantage tournés vers l’extérieur ou l’intérieur.

24Les liens intra-nationaux représentent une part importante des liens totaux développés par les villes d’Europe de l’Est. Ceux-ci s’élèvent ici à 73 % (y compris les liens intra-urbains), ce qui représente une proportion largement plus élevée que la moyenne mondiale, se situant à 66 % (figure 1) (Rozenblat, 2010). Cela signifie que la logique intra-nationale y est bien plus présente que dans le reste du monde. Il s’agirait donc moins, pour les entreprises multinationales implantées, de mettre en relation leurs filiales avec d’autres entreprises dans le continent ou le monde, que d’intégrer des marchés et des systèmes nationaux de production. Ceci confirme donc l’hypothèse des macro-économistes selon laquelle les firmes multinationales rechercheraient davantage dans cette région de nouveaux marchés de consommation, plutôt qu’une main d’œuvre peu coûteuse (Holland, Pain, 1998 ; Resmini, 1999 ; Bevan, Estrin, 2000). Ainsi, à travers ces développements des marchés, les entreprises multinationales complexifient les réseaux intra-nationaux, ce que Stark et Vedres (2006) ont observé pour la Hongrie, mais on peut ajouter ici qu’elles étendent également plus qu’ailleurs les liens spatiaux hors de la région d’Europe Est orientale (26 % hors de la région comparés à une moyenne mondiale de 20 %), du fait d’une forte dépendance que l’on précisera plus loin.

25Les liens de filiations de multinationales en Europe de l’Est entre des entreprises situées au sein des mêmes villes (FUA) sont assez importants (30 %), face à la moyenne mondiale qui est de 25 % (Rozenblat, 2010). La surreprésentation de ces liens intra-urbains s’explique par les processus d’implantation des entreprises multinationales externes qui, conseillées par les entreprises de conseil et d’audit situées dans les villes capitales, mais aussi dans le cadre d’un environnement relativement incertain, s’appuient essentiellement sur des réseaux locaux d’entreprises (Rozenblat et al., 2008). On y privilégierait plus qu’ailleurs les villes où existent une structure institutionnelle plus stable et visible, et un réseau dense d’entreprises et de services, diminuant les risques.

Figure 2 : Liens de contrôle (à gauche) et de filiation (à droite) des entreprises multinationales des villes les plus importantes d’Europe de l’Est.

Figure 2 : Liens de contrôle (à gauche) et de filiation (à droite) des entreprises multinationales des villes les plus importantes d’Europe de l’Est.

26La distinction entre les liens de contrôle et les liens de filiation (figure 2), permet d’évaluer les poids respectifs et les portées géographiques des liens entrants de filiation (subsidiarité : contrôle externe de filiales présentes dans les villes), et des liens de filiations sortants (contrôle depuis la ville de filiales à l’extérieur) pour les six villes les plus importantes d’Europe centre-orientale.

27Moscou développe beaucoup plus de liens que les cinq autres villes réunies, ce qui a notamment des répercussions quant au pouvoir de Moscou sur les autres villes de la région. Toutefois, ce poids de Moscou doit être relativisé par la forte proportion de liens internes à l’aire urbaine moscovite Moscou (près de 40 %). Ces liens locaux d’entreprises sont bien souvent de multiples entreprises de holding intermédiaires, créées en proportion égale par des entreprises russes et par des entreprises étrangères dans tous types d’activités mais en particulier des banques et des entreprises d’énergie.

28Hormis Moscou et Kiev, les villes d’Europe centre-orientale sont largement plus dépendantes par leurs liens de filiations qu’elles n’émettent de liens de contrôle. Par ailleurs, la majorité des liens de contrôle sont développés aux échelles intra-urbaines et intra-nationales. Au contraire, les liens de dépendance sont davantage reçus depuis l’échelle intercontinentale, et les liens intra-régionaux sont pratiquement inexistants. Cette asymétrie des portées des liens suggère pour les villes un rôle de porte d’entrée des investissements venus de l’extérieur de l’Europe centre-orientale et de leur redistribution essentiellement dans un cadre national. Cette configuration s’inscrit plus généralement dans une forte dépendance par rapport à l’extérieur, que l’on peut analyser plus précisément.

L’Europe de l’Est : un système dépendant

29Si l’Europe de l’Est ne semble plus constituer un ensemble économique cohérent à l’échelle mondiale, on peut se demander si ses villes se placent pour autant dans une position équivalente par rapport aux grands ensembles régionaux. Ainsi, les plus grandes villes d’Europe centre-orientale sont de manière générale majoritairement plus investies et donc contrôlées depuis l’extérieur, que investissant vers l’extérieur (figure 3). Cet équilibre est inclus dans le rapport des villes depuis l’échelle nationale jusqu’à l’échelle du monde dans les réseaux d’entreprises multinationales.

Figure 3 : Différence entre les liens de contrôle et de subsidiarité dans les villes d’Europe centre-orientale.

Figure 3 : Différence entre les liens de contrôle et de subsidiarité dans les villes d’Europe centre-orientale.

30Cette tendance se vérifie essentiellement pour les villes d’Europe centrale et dans une moindre mesure pour les villes russes et ukrainiennes. Ces dernières offrent un visage plus contrasté, certaines contrôlant davantage de filiales à l’extérieur que de filiales contrôlées depuis l’extérieur. Cette situation est illustrée par les deux villes de Moscou et de Kiev qui présentent toutes deux un bilan de contrôle positif, respectivement 0.68 et 0.54. Cependant, celui-ci est principalement expliqué par le fait que ces deux villes contrôlent un grand nombre de filiales à l’intérieur de leur propre pays.

31L’Europe centre orientale ne forme donc plus un système régional économique cohérent en soi, du point de vue des liens entre les entreprises, mais les villes y observent une intégration assez similaire dans la globalisation en étant situées dans les réseaux davantage en position de dépendance que de contrôle.

L’intégration des villes d’Europe centre-orientale dans la mondialisation par les firmes multinationales

32Le système formé par les liens des firmes multinationales agrégés au niveau des villes, peut être représenté par un graphe où le positionnement de chaque ville est évalué dans l’ensemble (figure 4). La proximité des villes dans le graphique varie en fonction de leurs relations directes et de leurs liens à des voisins communs. Ainsi, les villes ne sont pas situées selon leur localisation géographique mais selon leurs relations (seules celles qui en ont plus de 5 sont représentées) dans le réseau.

Figure 4 : Réseau des firmes multinationales entre les villes d’Europe de l’Est.

Figure 4 : Réseau des firmes multinationales entre les villes d’Europe de l’Est.

Encadré méthodologique :

Centralité de degré : Nombre de villes voisines de la ville dans les réseaux

Centralité globale : Nombre de plus courts chemins de toutes les villes du réseau à toutes les autres passant par la ville (en prenant en compte l’orientation des liens).

33On distingue trois principaux sous-systèmes sur la figure 4. Premièrement, Moscou est au centre d’un important réseau en étoile essentiellement composé de l’ensemble des villes russes, qui sont toutes reliées à Moscou sans entretenir de liens significatifs entre elles. Un deuxième sous-système regroupe essentiellement les villes ukrainiennes centrées autour de Kiev. Dans ces deux systèmes, la très forte centralité des villes-capitales capte et distribue presque la totalité des relations de firmes multinationales dans chacun de leur système respectif. Un troisième sous-système regroupe des villes aussi bien d’Europe centrale que d’Europe de l’Ouest. Ce dernier sous-système est très interconnecté et comporte des relations denses entre les différentes villes qui le composent. En retirant les villes russes et ukrainiennes (hormis Moscou et Kiev) (figure 5), ce dernier sous-système apparaît plus clairement. Moscou est très affaiblie et Kiev disparaît même du système des liens de plus de 5 filiations. Varsovie devient très centrale, suivie de villes d’Europe de l’Ouest : Paris, Amsterdam et Vienne principalement. A l’Est, loin derrière Varsovie, apparaissent Budapest, Sofia et seulement Prague.

Figure 5 : Réseau des firmes multinationales dans les villes d’Europe centre-orientale (liens de filiations supérieurs à 5 filiales).

Figure 5 : Réseau des firmes multinationales dans les villes d’Europe centre-orientale (liens de filiations supérieurs à 5 filiales).

34Ce qui ressort essentiellement de ce graphe, est la forte présence des villes d’Europe de l’Ouest, dépassant largement les villes nord-américaines, russes ou asiatiques. La faiblesse des villes allemandes peut étonner. En effet, si l’Allemagne est une puissance importante d’investissement en Europe de l’Est, les sièges des entreprises multinationales allemandes sont bien plus éparpillés et concernent un nombre plus important de villes qu’en France ou en Grande-Bretagne. En Allemagne rien que pour l’automobile par exemple, on trouve pratiquement autant de villes que de sièges sociaux de firmes (Volkswagen à Wolfsburg, Audi à Ingolstadt, Mercedes à Stuttgart, BMW à Munich).

35La position centrale de Varsovie est en grande partie due à des entreprises étrangères de l’Ouest, prenant appui sur la capitale polonaise pour investir plusieurs capitales de la région. C’est par exemple le cas de l’entreprise d’assurance UNIQA ou de la banque Raiffeisen. D’origine polonaise, il n’y a guère que l’entreprise d’assurance Powszechny Zakład Ubezpieczeń (PZU) qui a des filiales à Vilnius, ainsi que l’entreprise Zaklady Farmaceutyczne Polpharma S.A. des filiales à Moscou, ou encore LPP S.A., une marque leader de vêtements polonais qui a des filiales à Vilnius, Tallin, Riga et Budapest. Seules une dizaine d’entreprises sont dans ce cas, toutes sans exception soutenues par le gouvernement polonais qui détient une part de leur capital. De fait, on ne trouve que très peu de grands groupes d’Europe centre-orientale (à part de Russie ou d’Ukraine) dans notre échantillon des 3 000 premiers groupes mondiaux.

36Par ailleurs, le graphe de la figure 5 ne reflète pas suffisamment le rôle des villes-capitales dans leurs pays respectifs (tableau 1). Ainsi sans exception toutes les villes-capitales d’Europe de l’Est attirent plus de la moitié des filiales de leur pays respectif détenues depuis l’étranger. À l’inverse, la Russie et l’Ukraine sont les pays où les villes-capitales concentrent moins qu’ailleurs l’ensemble des filiales (étrangères et nationales), redistribuant une partie de leurs entreprises multinationales (ou grosses entreprises nationales internationalisées) dans des contrôles vers leurs satellites régionaux. Ainsi, Moscou et Kiev sont des passages obligés des investissements étrangers vers leurs pays respectifs, ce qui est bien moins le cas dans les autres pays d’Europe centre-orientale.

Tableau 1 : Concentrations nationales des filiales étrangères dans les villes-capitales des pays d’Europe de l’Est.

Pays

Ville-capitale

Nb de filiales étrangères dans le pays

Nb de filiales étrangères dans la ville-capitale

 % Filiales étrangères dans la(es) ville(s) principale(s)

KOSOVO

PRISTINA

14

14

100

AZERBAÏDJAN

BAKOU

69

69

100

ARMENIE

EREVAN

33

32

97

ALBANIE

TIRANA

72

67

93

GEORGIE

TBILISSI

69

63

91.3

MOLDAVIE

CHISINAU

55

50

90.9

ESTONIE

TALLINN

612

547

89.3

BIELORUSSIE

MINSK

73

65

89

LETTONIE

RIGA

431

374

86.8

MONTENEGRO

PODGORICA

41

34

82.9

HONGRIE

BUDAPEST

3383

2612

77.2

BULGARIE

SOFIA

734

561

76.4

CROATIE

ZAGREB

725

527

72.7

SERBIE

BELGRADE

497

348

70

SLOVENIE

LJUBLJANA

537

370

68.9

MACEDOINE

SKOPJE

91

86

68.9

LITUANIE

VILNIUS

441

303

68.7

POLOGNE

VARSOVIE

5649

2880

68.4

SLOVAQUIE

BRATISLAVA

1218

833

68.4

ROUMANIE

BUCAREST

1826

1215

66.5

REP. TCHEQUE

PRAGUE

3082

2028

65.8

BOSNIE-HERZ.

SARAJEVO

153

96

62.7

RUSSIE

MOSCOU

4799

2872

59.8

UKRAINE

KIEV

859

474

55.2

TOTAL Europe Est orientale

25463

16520

64.9

Source: ORBIS-BVD, Di Lello, 2013.

37Si l’on compare ce phénomène de concentration des filiales dans les villes capitales avec d’autres régions du monde (tableau 2), seules Athènes et Dublin concentrent plus de 90 % des filiales étrangères de leurs pays respectifs. Des villes plus importantes comme Paris, Londres et Tokyo en concentrent environ 70 %, ce qui est relativement proche des valeurs que l’on retrouve en Europe Est-orientale. En revanche, ce phénomène de concentration est moindre dans des pays comme la Chine et l’Inde, où la concentration des filiales n’est pas aussi marquée, même en agrégeant les deux villes les plus importantes. Ainsi Delhi/Bombay et Pékin/Shanghai n’accueillent ensemble que respectivement deux tiers et 46 % des filiales détenues depuis l’étranger dans leur pays. La faiblesse de cette concentration est encore bien plus marquée aux Etats-Unis et en Allemagne où les deux plus grandes villes, New York et Francfort, n’accueillent chacune pas plus de 20 % des filiales étrangères.

Tableau 2 : Concentrations nationales des filiales étrangères dans les villes principales de quelques pays du monde.

PAYS

Nbre de Filiales étrangères dans le Pays

Ville(s) principale(s)

Nbre de Filiales étrangères dans la(es) ville(s) principale(s)

 % Filiales étrangères dans la(es) ville(s) principale(s)

BELG

4 192

BRUSSELS

2 833

68

CHIN

2 135

BEIJING + SHANGHAI

1 010

47

DENM

2 223

COPENHAGEN

1 735

78

FINL

1 663

HELSINKI

1 405

84

FRAN

8 867

PARIS

6 481

73

GERF

12 750

FRANKFURT

2 332

18

GREC

1 079

ATHENS

1 011

94

INDA

2 276

MUMBAY+ DELHI

1 513

66

IRLD

5 183

DUBLIN

4 690

90

ITAL

5 465

MILANO + ROMA

3 857

71

JAPN

9 151

TOKYO

6 368

70

NETH

8 255

AMSTERDAM

5 115

62

PORT

1 533

LISBON

1 096

71

SPAN

6 863

MADRID

3 770

55

SWTZ

3 783

ZURICH

2 088

55

UNKG

31 262

LONDON

21 582

69

UNST

33 683

NEW YORK

5 432

16

Source: ORBIS-BVD-IGD, Rozenblat, 2013.

38L’Europe centre-orientale présente donc une concentration importante de filiales étrangères dans ses villes capitales, puisque celles-ci, sans exception, concentrent bien plus de la moitié des filiales détenues depuis l’étranger. Cette situation peut être en partie expliquée par l’héritage légué par la période communiste où les hiérarchies urbaines nationales étaient dominées par les villes-capitales qui concentraient les pouvoirs politique et économique. Toutefois, ce phénomène n’est pas exclusif à cette partie du monde, puisque d’autres villes, notamment d’Europe de l’Ouest, concentrent l’essentiel des flux d’entreprises multinationales étrangères de leur pays respectif.

Intégration des villes d’Europe centre-orientale par l’Europe de l’Ouest

39L’influence de l’Europe de l’Ouest en Europe est-orientale doit essentiellement être mise en regard avec celle de Moscou, dont le poids dans ce système tient essentiellement à son hégémonie sur les villes russes. Les liens de filiations des entreprises multinationales originaires d’Europe occidentale représentent une large majorité des liens de filiation (figure 5).

40Un gradient Ouest-Est révèle une tendance à ce que les villes les plus proches de l’Europe occidentale, soient plus investies par les entreprises venues de l’Ouest. C’est notamment le cas des villes des pays de Visegrad qui présentent un nombre de liens de filiations originaires d’Europe occidentale élevé tant en valeur absolue qu’en valeur relative (République Tchèque (86,1 %), Pologne (84,7 %), Hongrie (80,9 %), Slovaquie (80,6 %)). D’une manière générale, les villes d’Europe centre-orientale situées dans des pays ayant rejoint l’Union européenne en 2004 apparaissent plus investies par des firmes d’Europe occidentale que les villes d’autres pays (tableau 3).

41Plus on s’éloigne de l’Europe occidentale, moins les villes comportent un taux de liens de filiation en provenance d’Europe occidentale. Toutefois, Kiev, capitale de l’Ukraine, compte environ les deux tiers de ses liens étrangers de filiation en provenance d’Europe occidentale. Seuls 2 % des liens viennent de Moscou et l’influence européenne en Ukraine est ici révélée. Par ailleurs le reste du système urbain ukrainien demeure assez fermé et plus de 90 % des liens des autres villes ukrainiennes viennent de Kiev.

Figure 5 : Filiales contrôlées depuis l’Europe de l’Ouest et depuis Moscou dans les villes d’Europe Est orientale.

Figure 5 : Filiales contrôlées depuis l’Europe de l’Ouest et depuis Moscou dans les villes d’Europe Est orientale.

Tableau 3 : Parts de filiales contrôlées depuis l’Europe de l’Ouest

Ville

Nb de filiales détenues par une entreprise située en Europe occidentale

 % des filiales de la ville détenues par une entreprise située en Europe occidentale sur l’ensemble des firmes détenues depuis l’étranger

Wroclaw

966

92.5

Zagreb

512

87.3

Tallinn

463

84.3

Prague

1 317

81.3

Varsovie

2 360

80.9

Bucarest

723

79.8

Ljubljana

221

79.7

Belgrade

265

78.6

Györ

933

77.6

Bratislava

469

77.5

Riga

311

77.3

Budapest

1 103

72.6

Sofia

390

70.9

Moscou

1 538

70.8

Kiev

252

63.8

Source: ORBIS-BVD, Di Lello, 2013.

42De son côté, Moscou étend essentiellement son influence sur les villes russes, où plus de la moitié des filiales en sont originaires. Les filiales russes situées dans les villes d’Europe centrale dont les pays sont entrés dans l’UE sont, à la fois en nombre et en proportion, tout à fait négligeables (figure 5). Le poids important des capitaux russes dans les deux principales villes chypriotes : Nicosie et Larnaka, est remarquable, même si le nombre de filiales que réunissent ces deux villes ne concurrence aucune grande capitale d’Europe centrale.

Chypre comme « relais » de Moscou

43La crise chypriote de 2012 a révélé les investissements russes profitant de ses avantages fiscaux et de la relative opacité de son système bancaire. On les identifie très nettement dans les réseaux d’entreprises. Derrière ces investissements, on trouve l’État russe lui-même, ou des groupes comme Rosprom et Gasprom, dont les investissements passent par Nicosie, Larnaca ou Limassol pour être redirigés vers Londres ou Amsterdam.

44C’est le cas par exemple de OAO Lukoil (figure 6-A), dont certaines filiales russes transitent par Chypre pour réinvestir en Russie. L’entreprise OAO Lukoil est par ailleurs en grande partie détenue par RaboBank situé à Utrecht aux Pays-Bas, mais qui possède plusieurs centaines de filiales à Moscou. Un autre exemple non russe, cette fois, est l’entreprise MOL Magyar, entreprise hongroise, également d’énergie, dont le siège est à Budapest et qui passe par Chypre pour ses investissements vers la Russie (figure 6.B). Les entreprises de transit à Chypre sont la plupart du temps des holdings tout comme c’est le cas aux Îles Cayman (également très utilisées par les entreprises russes vers les Etats-Unis).

Figure 6 : Deux entreprises utilisant Chypre comme intermédiaire de Moscou.

Figure 6 : Deux entreprises utilisant Chypre comme intermédiaire de Moscou.

45Ainsi, le système des entreprises multinationales russes demeure assez isolé et surtout développé en Russie et dès qu’il s’agit de s’internationaliser, les réseaux russes utilisent des sas comme Chypre pour pénétrer l’Europe ou les Etats-Unis. La pénétration russe en Europe centre-orientale est plus directe, mais néanmoins relativement faible en nombre d’entreprises. Il faut toutefois relativiser ce faible nombre par le fort pouvoir individuel des entreprises russes d’énergie dans le paysage international et en particulier dans cette région, ce qui permet à la Russie de maintenir une forte pression sur ces pays notamment pour le gaz.

Conclusion

46Ainsi aux questions posées au départ, on peut répondre que l’Europe centre orientale entretient peu de relations de multinationales internes à la région au regard de sa position de dépendance par rapport notamment aux firmes d’Europe de l’Ouest, très dominantes dans cette région. Les réseaux d’entreprises russes et ukrainiens sont très majoritairement nationaux et moins investis par les firmes de l’Ouest, formant des systèmes bien plus indépendants et très centralisées autour des deux capitales Moscou et Kiev. Les concentrations dans les capitales d’Europe centre-orientale sont également assez fortes en comparaison d’autres villes européennes ou mondiales.

47Toutes ces observations révèlent le retard encore très présent des économies d’Europe centre-orientale quant à leur capacité à soutenir des firmes puissantes, investissant d’autres pays européens voire mondiaux. Si les systèmes entrepreneuriaux se sont complexifiés grâce en partie à l’arrivée des capitaux venus de l’Ouest, il reste aux entreprises nationales à renforcer leurs appuis financiers et leurs organisations managériales, afin de prendre leur indépendance et investir des marchés étrangers. La crise économique retarde depuis 2008 non seulement de nouveaux investissements, mais également les infrastructures routières prévues dans le projet TEN-T européen. Les villes accroissent donc moins vite que dans les années 2000 leur attractivité, mais aussi leurs capacités à soutenir des entreprises puissantes qui s’exporteront. C’est sans doute là une étape très attendue qui marquera la véritable entrée des villes d’Europe centre-orientale dans un jeu d’interactions intégrées et équilibrées avec les métropoles européennes et mondiales.

Haut de page

Bibliographie

Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière D., Van Hamme G. (Eds.), 2010, Villes et régions européennes en décroissance : maintenir la cohésion européenne, Lavoisier, Hermès sciences.

Bevan A., Estrin S., 2000, « The Determinants of Foreign Direct Investment in Transition Economies », William Davidson Institute Working Papers Series 342, William Davidson Institute at the University of Michigan.

Blaha J., 1997, « L’industrie aéronautique », Le courrier des Pays de l’Est, No.416, 57-79.

Bretagnolle A., Giraud T., Mathian H., 2008, « La mesure de l’urbanisation aux Etats-Unis, des premiers comptoirs coloniaux aux Metropolitan Areas (1790-2000) », Cybergeo  : European Journal of Geography. article 427, url : http://cybergeo.revues.org/19683.

Castells M., 1998, La société en réseaux, l’ère de l’information, Paris, Fayard.

Conseil de l’Europe, 2003, Evolution démographique récente en Europe. Luxembourg, url
books.google.ch/books ?isbn =9287153876.

Cottineau C., 2011, « Processus de métropolisation dans l’espace frontalier post-soviétique  : l’exemple de Rostov-sur-le-Don », Cybergeo  : European Journal of Geography, article 563, http://spi.cybergeo.revues.org/24765.

Domanski B., Guzik R., Gwosdz R., 2005, « The new spatial organization of automobile industry in Poland in the context of its changing role in Europe », in T. Markowski (Ed.), Regional Scientific tribute to Professor Ryszard Domanski, Polish Academy od Science. Warsaw, 153-171.

Dostal P., 2000, « The european spatial development perspective and the accession countries: polycentric guidelines versus uneven spatial development », Informationen zur Raumentwicklung, Helf 3/4, 183-192.

EBRD, 2009, Transition Report 2009: Transition in crisis? url:
www.ebrd.com/downloads/research/transition/TR09.pdf‎

Ernst & Young, 2007, European Attractiveness Survey. url: amcham.pl/file/pdf/european_attractiveness_survey_2007_en.pdf.

ESPON, 2011, FOCI : Future Orientation of Cities, Luxembourg, ESPON. url :
www.espon.eu/export/.../FOCI/FOCI_FinalReport_ScientificReport-r.pdf

Foucher M., 1993, Fragments d’Europe : atlas de l’Europe médiane et orientale, Paris, Fayard.

Grabher G., Stark D., 1997, « Organizing diversity: Evolutionary Theory, Network Analysis and Post-socialism. », Regional Studies, vol. 31, No.5, 533-544.

Hamilton I., Dimitrovska Andrews K., Pichler-Milanovic N., 2005, Transformation of cities in Central and Eastern Europe: towards globalization, Tokyo, United Nations University.

Holland D., Pain N., 1998, « The Diffusion of Innovations in Central and Eastern Europe: A Study of the Determinants and Impact of Foreign Direct Investment », working paper NIESR, url:
http://niesr.ac.uk/sites/default/files/publications/140807_123032.pdf.

Hudson R., 1997, « Regional Futures: Industrial Restructuring, New High Volume Production Concepts and Spatial Development Strategies in the New Europe », Regional Studies, vol. 31, No.5, 467‑478.

Lintz G., Müller B., Finka M., 2005, « The Challenge of Structural Change for Industrial Cities and Regions in the CEE Countries », in Müller B., Finka M., Lintz G. (Eds.), Rise and Decline of Industry in Central and Eastern Europe, Berlin, Springer, 1-24.

Marinov M., 2002, Internationalization in Central and Eastern Europe, Aldershot, Ashgate.

Michalet C.A., 1999, La séduction des nations ou comment attirer les investissements, Paris, Economica.

Mucchielli J.-L., 1998, Multinationales et mondialisation, Paris, Seuil.

Müller B., Lintz G., Maros F. (Eds.), 2005, Rise and decline of Industry in Central and Eastern Europe, Berlin, Springer.

Okraska E., 2005, « Poland: Redevelopment Strategies at Different Levels », in Müller B., Finka M., Lintz G. (Eds.), Rise and Decline of Industry in Central and Eastern Europe, Berlin, Springer , 155-177.

Pavlínek P., Smith A., 1998, « Internationalization and Embeddedness in East‐Central European
Transition: The Contrasting Geographies of Inward Investment in the Czech and Slovak Republics », Regional Studies, vol. 32, No.7, 619‑638.

Philipov D., Dorbritz J., 2004, « Les conséquences démographiques de la transition économique dans les pays d’Europe centrale et orientale », Conseil de l’Europe, études démographiques, No.39.

Radvanyi J., 2004, Les États post-soviétiques, Paris, Armand Colin.

Radvanyi J., 2007, La nouvelle Russie. Paris, Armand Colin.

Resmini L., 2000, « The Determinants of Foreign Direct Investment in the CEECs: New evidence from sectoral patterns », The Economics of Transition, The European Bank for Reconstruction and Development, vol. 8, No.3, 665-689.

Rey V., Brunet B. (dir.), 1996, Géographie universelle - Europes orientales, Russie, Asie centrale., Montpellier/Paris, GIP RECLUS/La Documentation française.

Rey V., Saint-Julien Th., (dir.), 2005, Territoires d’Europe : la différence en partage, Lyon, ENS Éditions.

Rozenblat C., 2004, Tissus de villes : Réseaux et systèmes urbains en Europe, Habilitation à diriger des recherches, Université Montpellier III.

Rozenblat C., Bohan C., Benet G., 2008, « Les réseaux d’entreprises multinationales et l’attractivité des villes en Europe centrale », Annales de Géographie, No.664, 70-84.

Rozenblat C., 2010, « Opening the Black Box of Agglomeration Economies for measuring cities‘ competitiveness through international firm networks », Urban Studies, vol. 47, No.13, 2841-2865.

Rozenblat C., 2011, «  Competitiveness: European cities in worldwide multinational firms networks », in FOCI : Future Orientation of Cities, Luxembourg, ESPON, 176-200. Url :
www.espon.eu/export/.../FOCI/FOCI_FinalReport_ScientificReport-r.pdf

Spiridonova J., Novakova M., 2005, « Bulgaria: identifying Regions of industrial decline ». in Müller B., Finka M., Lintz G. (Eds.), Rise and Decline of Industry in Central and Eastern Europe, Berlin, Springer, 45-67.

Stark D., 1996, « Recombinant Property in East European Capitalism », American Journal of Sociology, vol. 101, No.4, 993-1027.

Stark D., Vedres B., 2006, « Social Times of Network Spaces: Network Sequences and Foreign Investment in Hungary », American Journal of Sociology, No.111, 1367-1411.

Swain Shaw A., Hardy J., 1998, « Globalization, Institutions, Foreign Investment and the Reintegration of East and Central Europe and the Former Soviet Union with the World Economy », Regional Studies, vol. 32, No.7, 587-590.

Veltz, P., 1996, Mondialisation, Villes et Territoires : l’économie d’archipel, Paris, Presses universitaires de France.

Visy E., Zala G., Schneller Kr., 2005, « Hungary: an umbrella Plan for the Regions », in Müller B., Finka M., Lintz G. (Eds.), Rise and Decline of Industry in Central and Eastern Europe, Berlin, Springer, 111-129.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Portée géographique des liens de firmes multinationales en Europe de l’Est.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26325/img-1.png
Fichier image/png, 126k
Titre Figure 2 : Liens de contrôle (à gauche) et de filiation (à droite) des entreprises multinationales des villes les plus importantes d’Europe de l’Est.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26325/img-2.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 3 : Différence entre les liens de contrôle et de subsidiarité dans les villes d’Europe centre-orientale.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26325/img-3.png
Fichier image/png, 267k
Titre Figure 4 : Réseau des firmes multinationales entre les villes d’Europe de l’Est.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26325/img-4.png
Fichier image/png, 554k
Titre Figure 5 : Réseau des firmes multinationales dans les villes d’Europe centre-orientale (liens de filiations supérieurs à 5 filiales).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26325/img-5.png
Fichier image/png, 525k
Titre Figure 5 : Filiales contrôlées depuis l’Europe de l’Ouest et depuis Moscou dans les villes d’Europe Est orientale.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26325/img-6.png
Fichier image/png, 339k
Titre Figure 6 : Deux entreprises utilisant Chypre comme intermédiaire de Moscou.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26325/img-7.png
Fichier image/png, 308k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Di Lello et Céline Rozenblat, « Les réseaux de firmes multinationales dans les villes d’Europe centre-orientale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 678, mis en ligne le 20 juin 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26325 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26325

Haut de page

Auteurs

Olivier Di Lello

Université de Lausanne,
olivier.di-lello@etu.hepl.ch

Céline Rozenblat

Université de Lausanne,
celine.rozenblat@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page