Navigation – Plan du site
2014

Piketty T., 2013, Le capital au XXIe siècle, Seuil, Coll. « Les livres du nouveau monde », 970 p.

Clémentine Cottineau

Texte intégral

  • 1 Fait illustré notamment par les revues de son ouvrage, plus ou moins laudatives, réalisées par Paul (...)

1Déjà considéré comme une contribution majeure en France et au États-Unis1, l’ouvrage de Thomas Piketty, résultat de 15 années de recherche en économie, se présente à la fois comme une thèse, un manifeste de science sociale et un livre citoyen. Cet économiste français engagé à gauche, acculturé à la recherche américaine avant de fonder l’École d’économie de Paris, dirige aujourd’hui des recherches à l’EHESS, et n’hésite pas à se réclamer d’historiens (comme F. Furet) plutôt que des représentants de « sciences » économiques, auxquelles il préfère le terme d’économie politique.

2Cette posture épistémologique et académique se manifeste dans la structure et la problématique de l’ouvrage qu’il livre en 2013. Si l’objectif affiché est de « raconter l’histoire de l’évolution des revenus et du capital dans 20 pays sur 3 siècles », on trouve de fait trois motivations dans cet ouvrage : effectivement, présenter la structure et l’évolution des inégalités économiques dans le monde sur le temps long et à travers le monde ; faire la revue des approches théoriques permettant d’interpréter l’évolution des inégalités (notamment leur convergence et/ou divergence), pour en suggérer de nouvelles lorsque les explications classiques s’avèrent insuffisantes ; et proposer des mesures et outils de politique économique permettant de corriger la divergence des inégalités de revenu et de patrimoine observée actuellement.

3Cette ambition large se concrétise dans un cheminement intellectuel de 950 pages, qui amène le lecteur d’une mise à plat des concepts économiques et de leurs relations dans la première partie « Revenu et Capital », à l’étude de la « Dynamique du rapport capital/travail », où T. Piketty présente à la fois l’évolution empirique de ce rapport et les raisons de l’accumulation du capital, en lien avec l’histoire démographique et politique. Ces ceux parties préliminaires servent de support conceptuel au cœur de l’ouvrage, la troisième partie consacrée à la structure des inégalités, disséquant et analysant avec une grande variété de registres explicatifs la façon dont sont répartis les revenus du travail et le capital dans la société capitaliste depuis la Belle Époque. Enfin, dans la lignée des grands économistes de la répartition (Riccardo, Marx), cet ouvrage d’économie politique se clôt sur une partie consacrée à la régulation du capital pour le XXIe siècle, au travers d’une expertise comparative des différents leviers d’action économique accessibles à la classe politique, et un plaidoyer pour le recours à un impôt progressif sur le capital mondial.

4Avant de détailler le contenu de ces quatre composantes, il convient de préciser que, en cohérence avec une vision de l’économie politique comme science sociale et citoyenne, la lecture à plusieurs niveaux de l’ouvrage est accessible à un public très large dans le champ scientifique et social, par l’utilisation pédagogique d’un grand nombre d’astuces comme la mise à disposition en ligne de toutes les annexes méthodologiques et techniques2, le recours massif à des exemples chiffrés et des illustrations littéraires, cinématographiques et sociétales contextualisées.

5Le point de départ du livre est le constat que les inégalités de patrimoine retrouvent le niveau (élevé) qu’elles atteignaient à la Belle Époque. De là, T. Piketty présente sa thèse, qui est que la tendance à la divergence des niveaux de revenu et de capital dans la société prend le dessus de manière mécanique, car la croissance de l’économie est faible, et notamment plus faible que le taux de rendement du capital. Le capital se renouvelle donc plus vite que les richesses ne se créent et se distribuent dans la société. Ainsi, la part de la richesse héritée retrouve de l’importance et s’accroît. « Dès lors que le taux de croissance de la population et de la productivité est relativement faible, les patrimoines accumulés dans le passé prennent une importance considérable, potentiellement démesurée et déstabilisatrice pour les sociétés concernées » (p. 29-30). Dès lors, il convient selon l’auteur de mettre en place d’autres mesures que le repli protectionniste et nationaliste pour prendre le contrôle du capitalisme : à savoir la régulation démocratique des niveaux démesurés d’accumulation patrimoniale. Contrairement à ce que laissent penser les critiques du Wall Street Journal3, T. Piketty n’est pas un marxiste utopique : il considère que le capitalisme permet une bonne allocation des ressources, mais qu’il faillit dans une répartition juste des revenus.

6Dans la première partie, l’auteur définit les concepts de patrimoine et de revenu, donne certains ordres de grandeur (un revenu moyen, en France par exemple, autour de 2000 euros par adulte, et un niveau de patrimoine autour de 200 000), et rappelle le fait que la répartition des patrimoines, moins visible que les inégalités salariales, donnent lieu à une concentration beaucoup plus forte que celle des revenus, puisque la moitié la moins dotée de la société détient généralement un patrimoine nul ou presque : « cette réalité profonde – le patrimoine est tellement concentré qu’une bonne partie de la société ignore pratiquement son existence, et s’imagine parfois qu’il est possédé par des êtres irréels et des entités mystérieuses – rend d’autant plus indispensable l’étude méthodique et systématique du capital et de sa répartition » (p. 407). Deux forces de réduction des inégalités sont pourtant identifiées comme efficaces à long terme : la diffusion des connaissances et la croissance démographique, « car elle diminue l’importance des patrimoines issus du passé, et donc de l’héritage : chaque génération doit en quelque sorte se construire par elle-même » (p. 141). L’enjeu de la période actuelle est donc de réduire les inégalités dans un régime de croissance faible.

7La seconde partie est dédiée à l’analyse dynamique des variables agrégées du capital (ce qu’une société possède à un moment donné) et du revenu (ce qu’elle produit chaque année) nationaux. À partir d’une base de données couvrant une vingtaine de pays, trois dynamiques sont identifiées entre les XVIIIe et XXIe siècles : tout d’abord, un changement de composition du capital, majoritairement privé, où les terres ont laissé place à l’immobilier et aux actifs financiers (à parts égales) dans la composition en valeur du patrimoine. Deuxièmement, en s’appuyant sur des chiffres de comptabilité nationale et sur une histoire des représentations de l’argent dans la littérature du XIXe siècle, T. Piketty montre que la dynamique des revenus du patrimoine et de la dette publique dépend de la dynamique de l’inflation, qui depuis la Belle Époque a suivi une évolution « en cloche ». En retrouvant des niveaux faibles en ce début de XXIe siècle, elle reconstitue l’équivalence entre patrimoine et rente qui existait dans la société de Balzac ou Jane Austen. Cela signifie que le patrimoine produit des rendements réels importants, et, lorsqu’ils sont supérieurs à la création de richesse (mesurée par la croissance du PIB), accentue la concentration de richesse et les inégalités de sa propriété. Enfin, la troisième dynamique étudiée est celle du rapport capital/revenu qui, suivant une évolution inversée (en U), tend aussi à retrouver les niveaux de la Belle Époque, c’est-à-dire un niveau de capital national équivalent à six ou sept années de production, tandis que « la part du capital pourrait se situer autour de 30 %-40 % du revenu mondial, soit à un niveau voisin de celui observé aux XVIIIe et XIXe siècles, et pourrait même le dépasser » (p. 369), contrairement aux prédictions des économistes américains des années 1950 à la suite de Kuznets.

8La structure des inégalités est analysée par le prisme de la théorie du cycle de vie, du discours sur la méritocratie, des cycles économiques et des niveaux de développement, en fonction des types de sociétés et selon différentes strates de concentration de richesse. Il ressort de cette vaste enquête un processus majeur : l’aspect cumulatif de la concentration patrimoniale. En effet, malgré l’explosion des revenus des super-cadres depuis les États-Unis dans une célébration de la méritocratie, les inégalités sociales liées à la formation restent élevées et se traduisent par une translation des qualifications, sans convergence nette. L’héritage social et culturel se double d’un héritage patrimonial qui permet à une moitié de chaque génération d’hériter de l’équivalent d’une vie de travail en moyenne tandis que l’autre doit accumuler pour elle-même. Cette seconde inégalité est amplifiée par le caractère non-linéaire du rendement en fonction de la taille du capital, qui profite plus aux plus riches des mieux dotés en patrimoine. Enfin, l’analyse historique détaillée à partir des exemples, surtout européens, du XXe siècle, montre le caractère pro-cyclique des inégalités, qui ont tendance à augmenter en période de ralentissement de l’activité. Toute cette mécanique de cumulativité des inégalités amène au constat qu’elles ne se réduiront pas d’elles-mêmes au XXIe siècle comme durant les Trente Glorieuses où une classe moyenne patrimoniale est apparue en période de croissance forte de la production et de la population. Pour T. Piketty, il faut donc les réguler. Les modes de régulation font l’objet de la quatrième partie.

9L’analyse comparative de l’inflation, de l’austérité et de l’impôt progressif sur le capital révèle la supériorité redistributrice de ce dernier. À contre-courant des politiques publiques actuelles, en Europe ou dans les pays émergents, l’impôt est considéré par T. Piketty comme un levier d’action démocratique permettant la diffusion des connaissances et l’allocation plus juste et plus précise des revenus. L’ouvrage se termine ainsi sur un appel à l’engagement citoyen et scientifique autour de la problématique du capital : « Il me semble que les chercheurs en sciences sociales de toutes les disciplines, les journalistes et les médiateurs de tous supports, les militants syndicaux et politiques de toutes tendances, et surtout les citoyens, devraient s’intéresser sérieusement à l’argent, à sa mesure, aux faits et aux évolutions qui l’entourent. Ceux qui en détiennent beaucoup n’oublient jamais de défendre leurs intérêts. Le refus de compter fait rarement le jeu des plus pauvres » (p. 950).

10Au final, le géographe pourra certes déplorer quelques faiblesses à cet ouvrage d’économie : l’absence de représentation spatiale du phénomène et quelques représentations graphiques incorrectes, l’annonce un peu rapide d’une analyse mondiale, de fait majoritairement restreinte au monde riche, et plus particulièrement la France, l’Angleterre et les États-Unis ; ainsi que le caractère optimiste (utopique ?) de l’applicabilité d’un impôt mondial sur le capital. Ce dernier point est toutefois assumé par l’auteur. En revanche, sa lecture constitue une expérience riche. En plus de fixer un cadre de représentation de l’ampleur des inégalités économiques dans le temps et l’espace, on trouve un plaisir scientifique au suivi de cette enquête d’histoire économique qui fait le choix de ne se priver d’aucune source et d’aucune méthode, passant des approches classiques aux histoires des représentations, à la modélisation et à l’histoire sociale des institutions. Cette diversité d’approches permet de déconstruire certaines méthodes largement adoptées (comme les indices synthétiques par exemple), tout en proposant des indices, des méthodes et des explications concurrents, argumentés et fondés sur de solides bases empiriques. Enfin, on apprécie la complémentarité de l’enquête d’historien économique et du citoyen prêt à risquer des chiffres et des mesures de politique économique en fonction de ses engagements philosophiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Cottineau, « Piketty T., 2013, Le capital au XXIe siècle, Seuil, Coll. « Les livres du nouveau monde », 970 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 23 juin 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26329

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page