Navigation – Plan du site

La Crimée et l’Ukraine du sud à vélo

Récit de voyage : 19 avril - 4 mai 2013
Bruno Koper

Résumé

Par nature, par curiosité, je suis surtout intéressé à l'histoire des contrées peu connues et peu visitées. Mes randonnées vélocipédiques en solitaire (que je pratique depuis un demi-siècle) m'ont souvent conduit vers des coins du monde dédaignés par les touristes et ignorés des voyagistes. L'Ukraine a fait longtemps partie de ces pays oubliés. Et si les stations balnéaires de la Crimée méridionale (Aouchta, Yalta, Foros...) sont connues, les cités historiques de la Crimée occidentale (Balaklava, Sebastopol, Evpatoria...) le sont beaucoup moins. Et pour cause, certaines villes, sièges des bases militaires secrètes, étaient à l'époque des Soviétiques interdites aux étrangers. Quant aux villes de la steppe et de l'Ukraine du sud (Skadovsk, Kherson, Mikolaev...) elles ne figurent même pas (ou si peu) dans les guides touristiques. Il fallut, hélas, les événements qu'on sait, pour que les médias regardent enfin de ce côté de l'Europe.
Ma randonnée ukrainienne eut lieu en avril-mai 2013 quand le pays était calme et que rien n'annonçait la tempête. Ainsi, mes impressions « physiques » de cycliste, les descriptions géographiques des lieux, les biographies des bâtisseurs des cités et l'évocation de l'histoire de la région et des villes peu connues - font l'objet de cette relation.

Haut de page

Texte intégral

Photo 1 : Trajet - Simferopol - Alouchta - Yalta - Balaklava - Sebastopol - Evpatoria - Skadovsk - Kherson - Mikolaïv - Odessa (766 km)

Photo 1 : Trajet - Simferopol - Alouchta - Yalta - Balaklava - Sebastopol - Evpatoria - Skadovsk - Kherson - Mikolaïv - Odessa (766 km)

Source : Peinture de Bruno Koper

SIMFEROPOL (Симферополь)

1Quand on débarque à midi du train de nuit à Simferopol (Симферополь) on est ébahi par la prestance du bâtiment de la gare qui fait penser à un palais italianisant de la Renaissance. Certes, on n'est pas en Toscane, mais les portiques, les arcades et les colonnades aux chapiteaux gréco-romains évoquent un style que les Soviétiques revendiquaient comme « historique socialiste » - fruit original d'un parfait métissage culturel et qui se refuse à toute référence artistique « capitaliste » fusse-t-elle plusieurs fois séculaire. Il est vrai que bien avant, les Américains et les Européens, pour qui le développement du train au début du XX° siècle inspira des gares-palais, véritables palaces (les gares de Washington, de Londres, de Rome ou de Paris), devinrent des exemples pour les architectes soviétiques capables de dépasser en invention et dimension les modèles occidentaux. L'intérieur du hall de la gare de Simferopol est tapissé de portraits encadrés en médaillons sculptés (bas-reliefs) représentant les personnages illustres de l'histoire russe et soviétique. J'ai reconnu avec peine les scientifiques Lomonosov et Mendeleiev, plus facilement les poètes Pouchkine, Chevtchenko et bien sûr, la « troïka » fondatrice : Marx, Engels et Lénine, mais aussi Souvorov, Potemkine, Vorontsov et Koutouzov, héros militaires russes. On me dit que la gare, récemment rénovée, a été construite à la fin des années 40' par les prisonniers allemands capturés à Stalingrad.

2Je n'ai eu aucune peine à récupérer ma bicyclette et, pour cause : je l'ai sous la main, elle a voyagé avec moi dans le même compartiment, « occupant » la couchette du bas, tandis que j'occupais celle du milieu et un jeune couple les deux du haut. À Odessa j'appris que le seul train de la journée en partance pour Simferopol était de nuit (23h59) avec des couchettes obligatoires et qu'il n'avait pas de fourgon à bagages ni même de local à vélo. La seule solution - m'avait conseillé le chef de gare - c'est mettre la bicyclette dans le wagon et d'acheter un billet comme pour un simple passager. C'est ce que j'ai fait et personne dans le wagon-lit ne s'en est offusqué, habitués que sont les Ukrainiens aux pires excentricités des voyageurs dans les trains de nuit.

3Pour me loger sur place et à moindre frais, je trouve dans les dépendances de l'immense gare de Simferopol un gîte pour voyageurs qui fonctionne comme ceux des chemins de fer indiens où dans les gares du Radjastan on trouve souvent des lieux pas chers pour passer la nuit.

4En face de la gare, au début du square Lénine qui sépare en deux le boulevard Lénine, se trouve la statue du héros éponyme.

Photo 2 : La statue de Lénine à Symféropol

Photo 2 : La statue de Lénine à Symféropol

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

5Le père de la Révolution bolchévique est assis confortablement dans un fauteuil (dont l'aspect bourgeois de la posture n'a pas dû troubler le sculpteur) jambe gauche par dessus la droite, tenant dans sa main droite un livre dont on n'arrive pas à déchiffrer le titre. Le regard plongé dans l'au-delà de la Place de la Gare (вогзальная площад) Lénine semble faire une pause dans sa lecture et médite sur son futur et sur les « lendemains qui chantent ».

6Pour visiter Simferopol qui est la capitale officielle de la République Autonome de Crimée, il faut quitter la statue du chef de la Révolution, marcher au moins sur deux, trois kilomètres pour arriver au centre animé de la ville moderne et il est bon d'y ajouter encore un ou deux kilomètres pour atteindre la vieille cité scythe qui n'est aujourd'hui qu'un tas de ruines. Ces vieilles pierres dispersées dans un champs sont les seules traces de ce qui reste d'une cité qui sous le nom de Neapol fut pendant sept siècles (du III° s avant J-C au IV° s après J-C) la capitale de l'Etat des Scythes, une puissante peuplade nomade venue des steppes d'Asie au VIII° siècle av. J-C qui occupait une bonne partie de la péninsule de Crimée connue alors sous le nom de Chersonèse Taurique. C'est tout à côté de cette antique cité que les Russes, après avoir annexé la région, vont fonder en 1784 Simferopol. Le comte Vorontsov dont les magnifiques palais sont nombreux en Crimée, fera bâtir ici une superbe résidence blanche de style néo-classique entourée d'un parc. Vorontsov - voici un nom que je rencontrerai tout au long de ma randonnée à travers la Crimée et l'Ukraine du Sud.

7Mikhail Siemionovitch Vorontsov (1782-1856) avait battu Napoléon à Borodino et fut chargé par Alexandre Ier de commander le corps d'occupation en France entre 1815 et 1818. Il deviendra en 1823 le gouverneur général de la Nouvelle Russie ainsi que vice-roi de Bessarabie et finira sa carrière militaire en tant que Maréchal de l'Empire russe.

8Sur le chemin des vestiges découverts en 1827, on passe à côté d'une petite mosquée blanche au minaret octogonal. Ce discret édifice Kebir-Djami a une longue histoire car elle date du début du XVIe siècle, de l'époque de l'arrivée des Tatars dans la région qui fondèrent ici même, sur les hauteurs du site, une forteresse et un village nommé Ak-Mesczit. La petite mosquée fut détruite au XVIIIe siècle par les Russes qui occupèrent et anéantirent le « khanat » tatare. Elle fut reconstruite pendant le court moment, quand la Crimée fut formellement indépendante avant d'être annexée en 1783 par le puissant voisin russe. Avant d'arriver à la mosquée, on passe devant la chapelle de Constantin et Hélène, lieu de prière dont une plaque fixée sur la façade informe qu'il fut honoré par la visite de la tsarine Catherine II en 1787.

9A deux pas de la cathédrale Alexandre Nevski en réfection (on redore les immenses bulbes) et de l'immonde transformateur électrique posé ici comme par hasard, se trouve la bâtisse très "bunkeroforme" du Conseil Supérieur de la République Autonome de Crimée (Верховная рада автономной Республики Крым). En me promenant en ce lundi d'avril 2013 dans les parages déserts de cette construction où la solidité des formes épurées épate le regard, je ne pensais pas, qu'à peine un an plus tard, ce lieu si calme et si paisible, sera le témoin des manifestations de colère (des Ukrainiens) et de joie (des Russes) au moment de la signature de l'accord sur le rattachement de la Crimée à la Russie (16 mars 2014).

Photo 3 : Le Bâtiment du Conseil Supérieur de la République Autonome de Crimée

Photo 3 : Le Bâtiment du Conseil Supérieur de la République Autonome de Crimée

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

10Tout à côté, au pied d'un long mur on a déposé une dizaine de gerbes fleuries qui témoignent que les citoyens de Crimée n'ont pas oublié les sacrifices de la guerre qu'on appelle ici " patriotique " et gardent toujours en mémoire celui qui a vaincu le fascisme ; dans une gerbe, une main discrète a glissé la photographie de Staline.

11Je quitte Simferopol en traversant une longue banlieue qui ressemble à toutes les banlieues industrielles des grandes villes. La petite rivière Angara longe des fabriques et hangars, des garages et ateliers dont la piètre qualité trahit leur âge ; le cours d'eau visiblement contaminé sert aussi - hélas - de déversoir des déchets industriels. Après Zarietchnoïé et un peu plus haut, près de Privolnoïé, au pied de la côte, je remarque des superbes datchas enfoncées dans la verdure qui brillent par leur luxe et dégagent une sérénité de bon ton.

12Les alentours de la belle route E105 sont agréables mais inquiétants pour tout cycliste qui n'aime pas spécialement la montagne. La route est large, le revêtement est excellent, les bas-côtés sont propres, clairs et sécurisés. Les indications précises et nombreuses. Le massif qui sépare la plaine au nord où repose la capitale de Crimée de la mer au sud qui baigne le chapelet des stations balnéaires, n'est pas vraiment haut ni spécialement abrupt ; c'est donc sans peine que je gravis le flanc boisé de l'imposant Chatyr-Dag qui pointe au soleil du matin son sommet dénudé (1527 m). Je passe le col Angarski (752 m) qui marque le partage des eaux. Puis, une fois le col franchi, la route descend à pic en dangereux zigzags vers Alouchta. La végétation du flanc méridional du massif est couverte de cyprès dont les pointes secouées par la brise se penchent. Au loin, par une curieuse illusion d'optique due à la forte déclivité de la chaussée, on a l'impression que la mer bleu foncé est plus haute que le sol, la ligne d'horizon, et se substitue au ciel. Ceux qui pratiquent le mountainbike savent que la descente est parfois plus fatigante que la montée ; les mains serrant les cocottes se crispent et font mal, quant aux patins des freins, leur frottement contre la jante exhale l'inquiétante odeur du caoutchouc brûlé.

13Alouchta surprend par son calme et le silence, c'est pourtant, affirment les guides, le second (après Yalta) centre touristique de la côte sud de Crimée et, sur une publicité municipale, il est noté que la villégiature jouit de 239 jours de soleil par an. Il est vrai cependant qu'en fin d'avril, ce n'est pas encore la saison, les nombreux sanatoriums sont vides, le complexe SPA qui porte un nom inquiétant (« Tsunami ») semble abandonné, les statues de Lénine, Pouchkine et Gorki esseulés, les parcs et plages déserts et les nombreux restaurants, buvettes et bars fermés. Par contre, son emplacement en amphithéâtre au pied des montagnes lui assure une vue imprenable sur la mer. Paradoxalement, cette ville scotchée à la mer, attire davantage les amateurs qui aiment crapahuter dans les broussailles piquantes du mont Chatyr-Dag troué de grottes longues et profondes que les aficionados des plages. Quant aux courageux randonneurs qui ne savent pas nager, ils peuvent grimper les pentes du mont Demerdji (1239 m) pour voir dans la Vallée des Fantômes à quel point la Dame Nature usant de l'érosion et du temps a pu se substituer aux meilleurs artistes.

14Mon hôtel fraîchement repeint s'appelle Flamingo ce qui explique sa couleur rose qui choque, mais attire. Un peu plus haut, sur la place Soviétskaïa où se trouve le grave bâtiment de l'université européenne (Европейский университет) il y a des grands magasins ; c'est le quartier commercial, mais aussi historique car c'est ici qu'on peut encore voir les deux tours (une carrée, l'autre ronde) faites de grosses pierres rondes et les vieilles murailles de la citadelle datant du VIe siècle de ce qui était alors Alouston avant l'arrivée au XIVesiècle des Tatars qui ont construit la mosquée Youkari-Djami qui domine de son minaret le haut quartier d'Alouchta. Tout à côté, les chrétiens russes ont répondu aux musulmans turcs en bâtissant l'église de Tous les saints de Crimée et de Saint Fiodor Stratilate.

15Plus bas, par contre, sur la Promenade Lénine (Набережная Ленина), c'est le côté balnéaire, en ce moment désert. D'un côté du quai, Maxime Gorki et, de l'autre, Pouchkine, tous les deux statufiés face à la mer, semblent s'ennuyer à mort. Il faut avoir ici vraiment une envie irrépressible pour vouloir se baigner, car les petites plages de gravillons gris coincées entre des jetées en béton, n'inspirent rien qui vaille malgré une eau cristalline…

16La route T2703 (E105) entre Alouchta et Yalta est une route « panoramique », une chaussée de bonne qualité accolée aux pentes sauvages du massif Babougan qui domine de ses 200-300 mètres la mer ainsi que les petites villes, ports et villages.

17On est si haut sur ce belvédère naturel suspendu dans le silence qu'on a parfois l'impression de voler en ballon et de voir par dessus la nacelle le rivage, parfois sauvage et inaccessible. La distance entre les deux principales stations balnéaires de Crimée n'est que de 35 km et le vélo n'est peut-être pas le meilleur moyen de communication entre ces villégiatures et c'est bien pourquoi il existe une ligne de trolleybus qui relie Simferopol à Yalta en passant par Alouchta. Pourtant, je reste persuadé que seule la randonnée à bicyclette peut rendre ce court trajet plein d'émois, d'émerveillements et… d'efforts ! Toutefois, pour quitter le centre d'Alouchta et atteindre la route en question, il faut remonter les 300 mètres et s'offrir sous un soleil matinal, mais déjà estival, une grimpette de quatre kilomètres. Le « zavtrak » (petit déjeuner) que je m'offre au restaurant « Lesnoï » composé d'une omelette de trois oeufs et d'un tchaï et servi avec élégance et gentillesse me donne une dose d'énergie pour pédaler sur une route dont l'environnement exceptionnel fait oublier l'effort et gomme la fatigue. Car cette route « panoramique », côté gauche, offre à chaque tournant des vues d'une beauté suffocante sur l'immensité d'une mer qui porte mal son nom ; ce matin elle est lisse, claire et lumineuse. Côté droit, les parois agressives de roches nues, qui surplombent la chaussée, semblent me protéger des vents déséquilibrants du nord, mais ce cocooning tellurique par une étrange contradiction des forces de la nature, me donne l'impression d'être à la fois en sécurité et en danger. Juste après le Mont Aïou-Dag (577 m) qui domine le cap volcanique où se trouvent encore les vestiges chrétiens du VIIIe-XVe siècles, je passe à côté du fameux centre de vacances « Artek » (дитячий табир Артек) où, merveilleusement situé au bord de la mer et au pied des pentes boisées dudit mont, passaient à l'époque soviétique leurs étés insouciants les enfants protégés de la nomenklatura communiste internationale.

YALTA (Ялта)

18Puis, arrive la descente vertigineuse par la rue Sverdlova, un vrai serpent de route, vers Yalta, également étalée dans un cirque volcanique en forme d'amphithéâtre ouvrant ses bras sur la mer. Je m'installe tout en bas de la rue Moskovskaïa au bord du ruisseau Bala, en plein centre, tout près de la mer dans le vieil hôtel « Krym », un imposant bâtiment digne des palaces de la Côte d'Azur qui dû connaître les honneurs des bons vieux temps du stalinisme triomphant. Aujourd'hui, son état de déshérence et de misère camouflée, justifie le bas prix (12 euros), pratiquement introuvable dans cette ville très chère.

19Pour le monde entier le nom de « Yalta  »est synonyme de la rencontre des Trois Grands qui a fixé en février 1945 pour un demi-siècle les frontières de l'Europe et a divisé le Vieux Continent en deux camps aux idéologies opposées. L'événement eut lieu dans le village de Livadia à cinq kilomètres de Yalta, dans un beau palais blanc « Renaissance » caché dans un splendide parc aux arbres centenaires regardant la mer, derrière une haute colline qu'on grimpe par des routes en serpentines. Abandonnant le vélo qui se repose dans ma chambre 307, je prends rue Moskovskaïa la marchroutka n° 47 (minibus d'une dizaine de personnes) qui grimpe la rue Komounardov et descends à l'arrêt «  Livadiïskiï dvorets ». Le palais que le tsar s'était fait construire en 1910-11 sur un terrain acheté en 1860 au prince polonais Léon Potocki, remplaça un palais construit par l'Italien Moniguetti en 1840. Etait-il trop modeste pour l'empereur de toutes les Russies ? Peut-être, en tout cas, c'est ici que le dernier des Romanov déguisé en paisible retraité, espérait demeurer avec sa nombreuse famille après son abdication et avant le coup d'Etat des Bolchéviks. Le palais conçu par l'architecte Krasnov impressionne par ses dimensions.

Photo 4 : Palais de Livadia où eut lieu la Conférence deYalta en février 1945

Photo 4 : Palais de Livadia où eut lieu la Conférence deYalta en février 1945

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

20Dans une aile du château, un mini musée est consacré aux locataires de 1917 et de 1945 dont les silhouettes en cire sont d'une indiscutable laideur. Dans la première salle est reproduite « en vrai » la fameuse photo sur laquelle les Trois Grands sont assis devant les arcades italiennes de la cour intérieure du palais. Un texte informe d'un détail qui a échappé aux fines analyses du déroulement de la conférence et de la signature du traité, la taille des signataires : Roosevelt mesurait 1m 80, Churchill 1m 64 et Staline seulement 1m 58. Dans l'autre salle, toute la famille du tsar avant d'être fusillée à Iékaterinebourg est assise sagement et attend, figée d'horreur, le cruel verdict de l'Histoire. A côté, est assis Raspoutine, plus beau et plus propre que nature.

21C'est bien sûr, le palais lui-même qui vaut la visite et on se promène librement dans les salons, escaliers, couloirs et les cours évitant les tables, chaises et fauteuils où vécurent et négocièrent les trois chefs. Le décor est sobre, on est loin des fastes de Versailles, et tout rappelle le moment fort de l'histoire contemporaine : les photos, les films, les objets, les drapeaux. Staline en est la vedette, l'histoire est « déléninisée » et le petit père des peuples ramasse la donne. Je lis qu'après l'assassinat du tsar, le palais devint un sanatorium pour les travailleurs socialistes méritants où se reposèrent en 1928-29 les écrivains Maïakovski et Gorki. Pendant la guerre, les Allemands pillèrent le palais et brûlèrent la plupart des bâtiments du complexe Livadia.

22C'est la marchroutka N° 5 qui me ramène en 25 minutes au centre de Yalta en dévalant les pentes de la colline livadienne à tombeau ouvert.

23Si Alouchta m'accueillait avec une sérénité calme et somnolente, Yalta m'agresse avec une multitude qui se défoule sur le quai Lénine. Au pied de la haute colonne sur laquelle le révolutionnaire montre à ses successeurs le chemin à suivre, des babouchkas d'un âge certain enveloppées d'un embonpoint de bonne santé, dansent seules ou à deux, au rythme des mélodies russes. Vu, le monde qui déambule dans le quartier piéton, on dirait qu'à Yalta la saison estivale a déjà commencé. Assis dans une stolovaïa près du port et dégustant quelque chose qui ressemble vaguement à des perojkis fourrés de ce qui est peut-être de la viande, j'étudie l'histoire du lieu.

24Ce sont les Grecs qui ont fondé ici les premiers comptoirs commerciaux aux Ve et VIe siècles. Au XIIe siècle, un voyageur arabe signale l'existence d'un village appelé Djalida. Entre le XIVe siècle et 1920, Yalta fut occupée par les Génois, les Turcs (qui lui ont donné son nom « La ville des jardins »), les Tatars, les Russes, les Soviétiques. En 1954, la Crimée a été rendue par Khrouchtchev (qui était Ukrainien) à l'Ukraine, geste généreux que les Russes n'en finissent pas de regretter.

25Pour quitter Yalta il faut recommencer une longue grimpette par la rue Kirova (on passe à côté de la maison de Tchékhov) pour atteindre la route panoramique qui porte encore le nom de la route de la rive sud (Южнобережное шоссе), puis, plus loin, la T2703 qui double la H19, plus grande et plus fréquentée. Hélas, à partir d'Aloupka, la première rejoint la seconde et la randonnée prend un autre tour. La route ensoleillée promettant des litres de sueur, autant s'armer de patience ou plutôt de fatalité. Je m'étonne que certains « montagnards » du vélo aiment ce genre d'exercice… La route tangue, ondule, tourne et retourne, saute, tousse, monte et descend, surplombant le plus souvent un panorama de rêve. A ma gauche, tout en bas, quelque part au lointain, des grands sanatoriums et des petites maisonnettes dont la tache blanche égaie la sombre verdure des flancs. Plus loin, l'azur sombre et inquiétant de la mer (jamais) Noire. A ma droite, tout en haut, par dessus les pointes des ifs, cyprès et pins, je ne vois que de la broussaille qui me cache les éperons rocheux des massifs d'Al-Petrynska-Yayla du Parc Naturel de Yalta.

26Il fait si chaud que j'abandonne l'idée de bifurquer 10 km après Yalta et de descendre vers le fameux « nid d'hirondelle » (Ласточкино Гнездо) situé sur une falaise de 100 mètres, oeuvre fantasque d'un baron fou et dont l'image figure sur toutes les affiches touristiques réclamant la Crimée. Tant pis, je me contenterai des cartes postales. De même, je renonce à visiter le palais Vorontsov, construit par un Anglais, d'un style étrange (maure ou turco-mongol), pareillement bien situé près de Simeyiz dans un bouquet de verdure, entouré d'un parc-jardin du XIXe siècle conçu par un Allemand et considéré comme le plus exotique de Crimée ; je serais obligé de descendre jusqu'au niveau de la mer et de remonter sur ma route panoramique ; ce hors d'oeuvre cyclotouristique serait indigeste à cause des incessantes « montagnes russes » que j'assimile mal. Je me contenterai de mon imagination. Foros, dont je traverse les quartiers supérieurs, ne m'attire pas davantage, même si ce lieu fut en son temps (1991) d'une brûlante actualité lors du putsch qui chassa momentanément du Kremlin Mikhaïl Gorbatchev. J'ai vu sur une photo la maison au toit de tuiles romaines où était assigné à résidence le dernier président soviétique.

27Je reste donc sur les hauteurs de la route « panoramique » H19, je pédale dans les « vapes » ne m'intéressant qu'à la chaussée, l'oeil fixé sur le bitume et le compteur, avalant au compte-goutte les kilomètres, appréhendant les montées, craignant les dangereux dépassements des cars et camions pour qui un cycliste n'est pas un obstacle qu'on évite.

28Quelques kilomètres après Foros, où il m'a fallu me méfier d'un tunnel où l'éclairage défaillant rendait sa traversée périlleuse, la route glisse entre les montagnes de 600 mètres, suit des courtes vallées du Parc National Paysager de Baïdarski et après un petit col la route se calme un peu et le paysage change.

29Apparaît alors une plaine couverte de vignobles. Les vins de Crimée sont fameux, lauréats de nombreux prix internationaux, hélas, ils ne traversent pas les frontières économiques de l'Europe, on ne les connait pas, on les sous estime. Pourtant, ce sont les Grecs qui plantèrent les premiers vignobles sur cette terre dont le sol est riche et l'ensoleillement suffisant pour que s'établisse une politique viticole plus ancienne que chez nous. D'ailleurs, un petit cocorico ! Ce fut un Français, Armand Emmanuel du Plessis, duc de Richelieu, gouverneur d'Odessa, qui a réintroduit ici en 1800 avec l'autorisation du Tsar Alexandre 1er, la culture du vin après que l'ancienne, héritée des Grecs, fut interdite au XIVe siècle par l'arrivée des Tatars musulmans. Curieusement, les vignobles plantés par le duc furent arrachés par…Gorbatchev qui en pleine propagande de pérestroïka et glassnost voulut par ce geste insensé occire le penchant un peu trop volubile de ses concitoyens pour l'alcool. Depuis, on replanté et la plaine d'Inkerman qui précède Sebastopol est couverte de vignobles dont certains plants malgré leur jeune âge semblent centenaires. Dès 1870 les vins de Crimée commencèrent à gagner des prix à l'étranger et la viticulture se développa au galop. On me dit que les vins d'ici sont très variés : les vignobles de la steppe (la partie septentrionale de la péninsule) produisent un vin sec, la partie orientale orientée vers le Caucase, des vins mousseux ou « champanskoïe ».

30Enfin Balaklava ! Arrivé à 10 km avant Sebastopol, la présence du discret croisement en plein champ, d'où une petite route appelée « boulevard Krestovskovo » descend entre les vignobles vers ce charmant port, m'apparaît comme une délivrance… Le touriste en Crimée qui n'a pas visité Balaklava (« nid de poissons » en turc) ne connaîtra jamais la beauté suave et pittoresque, le charme discret quasi « méditerranéen » qui émane du petit port de pêche et de plaisance lové au fond d'une anse enserrée par des collines déplumées par le soleil, la brise, le sel marin et les hommes.

Photo 5 : Balaklava

Photo 5 : Balaklava

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

31Aujourd'hui, havre de paix et de calme, ce lieu n'a pas toujours été paradisiaque. Au contraire, l'endroit était particulièrement animé et troublé car c'est dans ses proches parages à Sapoun Gor qu'eut lieu le 25 octobre 1854 pendant la guerre de Crimée la bataille qui vit la cuisante défaite d'une armée anglaise dirigée par un commandant incompétent sous le regard des Français, pourtant alliés mais témoins passifs de la déroute. Un siècle plus tard, pendant les années de la guerre froide et jusqu'à la chute du communisme, la situation géographique du site particulièrement adapté au camouflage, servit les Soviétiques qui creusèrent une colline (comme les Britanniques le Rocher de Gibraltar) pour en faire la principale base navale souterraine et sous-marine de leur flotte nucléaire de la mer Noire. Le trou béant et obscur sans fond par où entraient ou sortaient les sous-marins atomiques ne donne aucune envie de visiter ces casemates désaffectées qui, heureusement, n'ont jamais vraiment servi.

32En cette belle journée d'avril 2013, Balaklava n'est qu'un petit port cossu, paisible ouvert au monde où sur le quai Nazoukine des peintres du dimanche exercent leur talent et où se promènent des vacanciers qui admirent le « parking » des élégants hors-bords et yachts aux formes aérodynamiques réunis au fond de l'anse.

33Des courageux amateurs de la gaule armés d’une patience pêchent dans les eaux poissonneuses de la friture. Visiblement les touristes, les mariniers et les plaisanciers qui « stationnent » à Balaklava ne sont pas les nécessiteux d'Ukraine. Pour les amateurs d'antiquités qui ont lu L'Odyssée d'Homère la déception sera grande car il y a rien qui rappelle la prétendue halte d'Ulysse, mais la colline orientale nommée Tchembalo est un terrain de découvertes qui compensera la désillusion car les trois vieilles tours ruinées du XIVe siècle (restes de la forteresse) posées sur la pente abrupte rappellent que ce charmant coin de Crimée fut occupé dès le Moyen-Âge par les Génois puis, après 1475, par les Turcs. Personnellement, je garderai de Baklava le souvenir mitigé de deux chiens qui s'étaient attaqués à mes sacoches avec une étrange voracité.

34Il ne me reste qu'une dizaine de kilomètres pour arriver à Sebastopol (qu'on prononce ici « sievastopol » avec l'accent sur « va ») caché derrière les collines nues. La route, en fait, le boulevard Novikova écrasé sous le soleil monte, monte et monte et cette fâcheuse impression de grimper sans arrêt ne me quitte pas. Mes forces s'épuisent, fondent dans la chaleur, se liquéfient dans la sueur ; seule la certitude que j'arriverai bientôt en ville me donne l’ultime sursaut d'énergie.

SEBASTOPOL (Севастополь)

35« Sebastopol - la - Blanche », c'est ainsi qu'on devrait surnommer cette belle ville dont la blancheur de neige de ses palais, monuments et maisons contraste si bien avec le ciel et la mer colorés de bleus différents. Une fois installé dans un petit hôtel de la rue Koutchera, je pars explorer la ville. J'ai rendez-vous demain avec la conservatrice en chef du musée des beaux-arts et avec la directrice de l'Alliance française, les deux institutions se trouvant sur la perspective Makhimov qui est le grand boulevard de la ville ; je constate que Sebastopol est une ville énorme, son centre spacieux, les rues larges, les places vastes où les distances s'étirent à l'infini. Nous sommes bien dans une ville russe où l'architecture de l'horizontalité (contrairement à verticalité américaine) étale le tissu urbain dans toutes les directions.

36Dès sa fondation par les Grecs aux VIe et Ve siècles av. J-C, Khersonès (Chersonèse) fut une colonie importante et un puissant comptoir commercial, le site devint vite l'un des points les plus stratégiques de l'empire romain puis byzantin et ne désintéressa pas les Tatars qui au XIIIe siècle l'occupèrent et la baptisèrent Ak-Ïar. La place forte située sur une colline entre deux bras de mer fut remarquablement bien adaptée à l'attaque comme à la défense. C'est Potemkine qui fonda la ville en juin 1783 exauçant le voeu de la Grande Catherine désirant établir au bord de la mer Noire une ville et un grand port : il fut appelé « Sebastopol » qui en grec veut dire : « la ville de la gloire ». La cité, en fait, une forteresse imprenable, qui devait symboliser la nouvelle puissance maritime de l'empire tsariste fut construite dans le style de l'époque : le néo-classicisme naissant, où les nobles façades blanchies à la chaux des palais se couvrent de colonnades aux chapiteaux fleuris, portiques, pilastres et frontons sculptés ; un urbanisme grandiloquent et solennel, obéissant à l'ordre où la symétrie et la ligne droite des perspectives étaient de principe.

37A l'époque soviétique, quand l'Ukraine faisait encore partie de l'URSS, la ville, avant tout port de guerre, secret et sévèrement gardé, était interdite aux étrangers. Lové au fond de la baie Privdienna (Привденна бухта) se trouvait l'essentiel de la flotte russe de la mer Noire et l'obsession de « l'espionnite » battait son plein. Les temps ont changé. Depuis l'indépendance en 1991, Sebastopol est une ville ukrainienne, mais le port militaire niché dans le bras sud de la baie et sur lequel flotte un immense drapeau tricolore (russe), reste une concession russe et, l'accord signé entre les présidents Poutine et Ianoukovitch, garantit cet état jusqu'en 2042. A moins que…

38En visitant la ville, on remarque aussitôt les monuments et les nombreuses plaques commémoratives qui rappellent les deux moments héroïques et tragiques de la cité : son siège en 1854/55 et sa destruction presque totale par les Allemands en 1942.

39La guerre de Crimée (1853-1856), guerre de conquête inutile, fut provoquée par les Occidentaux (Anglais et Français) pour des raisons territoriales. Le prétexte admis et officiel du déclenchement du conflit était de porter secours aux Turcs « protecteurs des Chrétiens » qui venaient d'être défaits par la flotte russe à Sinope (1853), c'était aussi le soupçon avéré que les Russes désiraient démembrer l'empire ottoman. Mais le but inavoué était de freiner l'expansion et la domination russe sur la mer Noire et s'opposer à son désir d'atteindre les Détroits. La Turquie déclara la guerre à la Russie en octobre 1853 suivie par la France et l'Angleterre en mars 1854 et même par la Sardaigne en janvier 1855. Finalement, après des années de combats sur mer et sur terre, la guerre qui fit des milliers de victimes se termina par le Traité de Paris (1866) qui aboutit à la neutralisation de la mer Noire et à la réaffirmation de l'intégrité territoriale de l'empire ottoman garantie par les puissances signataires. On sait que ce statu quo n’a pas duré.

40L'épisode héroïque de Sebastopol, de cité affamée et assiégée pendant presqu'un an (de septembre 1854 à septembre 1855) par les armées de la coalition anglo-franco-turque est indéniablement le moment fort du conflit. Il est raconté sur une immense (115 mètres de long sur 14 mètres de haut) et impressionnante peinture murale (sur toile marouflée) panoramique (360°) peinte sous la direction de l'artiste munichois F. Roubo dont la ressemblance physique avec Lénine est stupéfiante. Cette étonnante fresque retrace avec une précision quasi photographique les importants moments du siège, la vie du camp retranché russe, les tentatives de contre-offensive russe et les préparations à l'attaque finale des armées anglo-françaises. Cette immense peinture se trouve au musée de la héroïque défense et de la libération de Sébastopol (Музей героической обороны и освобождения Севастополя) situé dans un bâtiment circulaire appelé « Panorama » construit et aménagé en 1905 pour recevoir cette gigantesque fresque. Il a été détruit en partie pendant les bombardements de la dernière guerre ; la fresque également abîmée, a été repeinte par un collectif d'une centaine d'artistes soviétiques et le bâtiment reconstruit. Et si les traces de cette terrible guerre sont nombreuses dans toutes les villes de Crimée, à Sebastopol et à Simferopol en particulier, Paris en garde deux souvenirs : le nom d'un boulevard (Sebastopol) et d'une banlieue (Malakoff).

41C'est dans les jardins qui entourent la bâtiment rond de « Panorama » , près de l'imposant monument dédié au général Edouard Ivanovitch Totleben (1818-1884) qui a organisé les fortifications reliées par des tranchées pendant le siège de la ville, que je rencontre le premier et le seul cyclotouriste de ma randonnée. Il s'agit de Dmitri Kozitsyne, Russe, la quarantaine dynamique, petit homme râblé, venu à vélo (VTT) de Tcheliabinsk en Sibérie, où il est le président du cyclo-club « Marathon » de la ville. (Il m'écrira un mois plus tard, qu'à peine de retour de son voyage à Sebastopol, il a participé à un marathon cycliste de…500 km !). Totleben, qui est témoin de notre rencontre, fut nommé vingt ans plus tard gouverneur de la Nouvelle Russie et de la Bessarabie

42Si la guerre de Crimée et son siège héroïque n'avaient pas anéanti la ville, la Seconde Guerre Mondiale l'a fait avec une cruauté de désespoir et un esprit de vengeance. Sebastopol subira en 1942 un nouveau siège de 250 jours par la Wehrmacht avant de tomber aux mains des Allemands qui, sous les ordres du général Dietrich von Choltitz la raseront presque entièrement. Félicité par Hitler, le général (que les Ukrainiens préfèrent appeler « le boucher  ») sera récompensé par la nomination de gouverneur de Paris.

43Sur l'ordre de Staline, Sebastopol, élevée à la dignité de « ville-héros de l'Union Soviétique » et le fleuron des ports d'attache de la marine de guerre, est reconstruite à une vitesse qui surprend même les stakhanovistes actuels des reconstructions. En dix ans (1945-1955) la ville devient une cité flambant neuve. Certes, le néo-classicisme « à la Potemkine » d'origine a été corrigé et panaché avec une solide dose d'esthétique dite : « réaliste-socialiste » qui appliquait en architecture le principe de base stalinien (qui était d'abord napoléonien) : « tout ce qui est grand est beau ». Les nombreux palais et monuments construits au XIXe siècle et au début du XXe par les architectes russes locaux (certains nés à Sebastopol) Alexandre Brioulov, Alexieï Avdieïev, Ivan Chreder, Valentin Feldmann avaient retrouvé tout leur lustre grâce aux jeunes architectes soviétiques comme Iouriï Trautmann, Nikolaï Tomskiï, Viktor Pietropavlovskiï qui n'hésitèrent pas à « socialiser » les modèles de l'art ancien « capitaliste », sous les yeux ébahis des Sébastopoliens.

44Ainsi, Sebastopol, métropole de 400 000 habitants, surprend. On pourrait supposer à priori que cette ville de fortifications, de garnison, de port de guerre, de chantiers navals et de base militaire, n'est qu'une cité fonctionnelle enlaidie par la disgrâce des casernes, des arsenaux, des quais poisseux, des hangars et des docks.

45Eh bien, non ! La cité blanche, la plus « russe » des villes d'Ukraine, surprend par une ambiance de ville du sud où règnent la décontraction, le laisser-aller et la désinvolture quasi marseillaise ; elle charme les visiteurs souvent surpris, toujours séduits.

Photo 6 :Les quais du port de Sebastopol

Photo 6 :Les quais du port de Sebastopol

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

46Il y a une certaine élégance dans la tenue et un semblant d'orgueil dans le comportement des habitants où les sobres matelots russes en uniformes impeccables et immenses casquettes se fondent dans la joyeuse foule multicolore.

47Sebastopol est aussi une ville de culture et ses richesses artistiques sont nombreuses. Mme Natalya Bandyoukova, directrice du musée municipal des beaux-arts Krochitski qui me reçoit est fière de son établissement qui contient non seulement une belle collection de peintres russes et ukrainiens du XVIIIe et XIXe siècles (Borbov, Aïbazovski, Tropinine, Vorobiev ou Verestchaguine), présente le beau portrait de Tourguiéniev par Repine, les paysages de Chichkine ou de Polenov mais aussi quelques tableaux d'artistes européens dispersés dans le temps et l'espace, comme : Bassano, Morandi, Francesco Casanova, Snyders ou Van Schotten. Il y a même un faux Léonard de Vinci décrit comme « artiste florentin inconnu » (неизвестный флорентинский художник). La conservatrice en chef du musée peut légitimement s'enorgueillir de l'état de son établissement doté par la municipalité et visiblement mis en valeur touristique.

48Telle n'est pas la situation de Mme Irina Anfilatova à qui je rends visite dans les locaux presque insalubres et étroits de l'Alliance française dont elle est la directrice-enseignante. La pompe à finance ne fonctionne pas, les dotations venues de France sont chiches et insuffisantes ; pourtant, la directrice m'affirme que l'intérêt des jeunes pour la langue française en Ukraine ne cesse de croître, les inscriptions sont nombreuses mais les places rares. D'ailleurs, Mme Anfilatova ne peut me consacrer beaucoup de temps : une classe l'attend et elle doit commencer son cours car à ses tâches administratives s'ajoute le travail pédagogique.

49Du bac qui me transporte avec ma bécane accrochée au bastingage à 7 heures du matin à Sieviernaya, petit port et embarcadère situé de l'autre côté de la baie de Sebastopol, je peux revoir les quais aménagés en promenade, le boulevard maritime (Приморский бульвар), l'arche à colonnes et la balustrade courbe de l'embarcadère (Графская пристань) qui servait jadis aux passagers et qui n'est aujourd'hui qu'un monument, la porte de la ville qui s'ouvre sur la mer. Un peu plus à gauche j'aperçois l'autre symbole de la ville : la fine colonne de l'Aigle (1905) dressée en souvenirs des 80 navires russes sabordés ou coulés dans le port et la rade de Sebastopol pendant la guerre de Crimée (памятник затопленным кораблям). Lentement, Sebastopol s'éloigne et disparaît dans la brume matinale devenant une présence nébuleuse dont le flou marin ravive le mystère de la cité blanche.

50J'ai à pédaler aujourd'hui 120 km de Sebastopol à Evpatoria à travers un paysage bien différent de la Crimée du sud. Les fines bouches considèrent que le pays situé au nord de Sebastopol ne fait plus partie de la « vraie » Crimée. Il est juste que je traverse un tout autre paysage ; finis les montagnes, les rochers, les palmiers et les cyprès, terminées les côtes et les descentes, adieu la route « panoramique » et les vues « imprenables » sur la mer. Le petit ruban de bitume T0104 qui au début se faufile entre les coteaux ou saute par dessus des petites collines, devient plat et droit traversant des vignobles bien taillés, coupés et soignés. Les nombreuses indications qui me facilitaient en Crimée l'orientation, se font rares et il me faut plusieurs fois demander mon chemin pour ne pas me perdre dans la platitude inintéressante et quelconque du paysage traversé. Malgré la carte et mon attention redoublée, je rate un croisement stratégique de la T0104 près du village Chevtchenkoé, sort qui me fait découvrir un chapitre de l'histoire de Crimée.

51Demandant ma route dans un petit magasin au bord de la route sur lequel flotte un drapeau bleu pâle avec une lettre en forme de signe (il s'agit de la lettre T de l'alphabet tatar), je suis accueilli par un homme avenant dont la moustache et le poil noirs me font penser à un Tatar. Je ne me trompe pas car, en effet, par le plus grand des hasards, je me trouve dans le local qui sert de QG du parti tatar et l’homme qui m’invite en est le chef. La cellule se trouve au sous-sol, où l’obscurité enfumée fait régner une joyeuse atmosphère de complot et de clandestinité. On m’accueille les bras ouverts, une bienvenue sincère et non dépourvue de curiosité et peut-être, d’arrière-pensée. On me sert un thé noir, offre des chocolats, et l'homme à moustache (qui se prépare à la députation) me présente ses camarades de la cellule qui préparent des bulletins de vote. Il m'informe que son parti indépendantiste se prépare au référendum qui doit reconnaître officiellement la « tatarité » du Crimée pour que la République Autonome de Crimée devienne la République Tatare de Crimée. « Nous sommes revenus sur cette terre qui est la nôtre depuis sept siècles, elle nous a été confisquée par les Russes et nous avons été chassés par les Soviétiques. Nous sommes des Tatars de Crimée (крымские Татары) et revendiquons non seulement l'autonomie, mais surtout l'indépendance culturelle, linguistique et politique. Dites-le en France ». Je demande à la femme qui me propose les chocolats s'ils parlent le tatare « Non, nous avons été russifiés par la force et peu d'entre nous connaissent notre langue, on communique donc en russe. »

52L'histoire des Tatars de Crimée est bien connue. Après que la Crimée, appelée Tauride, fut habitée par les Grecs, les Scythes, les Sarmates, les Goths, les Huns, les Byzantins et les Slaves - ce sont les Tatars turcs qui fondèrent au XVe siècle (1443) le premier khanat indépendant de Crimée avec pour capitale Bakhchysaraï. Au XVIIIe siècle, les Russes occupèrent la Crimée et liquidèrent le khanat. En 1921, les Bolchéviks rétablirent une hypothétique « république (tatare) de Crimée » mais qui perdit vite son adjectif national remplacé par « soviétique ». En août 1944, Staline accusant les Tatars de « collaboration avec l'ennemi fasciste » les déporta massivement en Asie Centrale (Kazakhstan) et Sibérie. Depuis l'indépendance de l'Ukraine, les Tatars reviennent « au pays » ; « c'est notre terre (это наша землия) et il faut que le monde le sache » - me répéta plusieurs fois le futur député tatar de la future République tatare de Crimée.

53Je traverse la ville de Saki qui se veut être l'une des plus anciennes stations balnéaires du pays datant du début du XIXe siècle mais sans être directement au bord de la mer. Saki n'est, en fait, qu'un ensemble de bicoques dispersées dans des terrains vagues ; ce n'est pas une ville, mais un camp. C'est aussi une station thermale où les eaux atteignent 45°C.

54Ma ville-étape d'aujourd'hui n'est pas loin, il reste encore 22 km, mais le tronçon entre Saki et Evpatoria sera l'un des plus pénibles de ma randonnée. La route P25, une Nationale dénudée, est un long et fin boudin de terre plate et sauvage situé entre deux eaux sur lequel règne en maître absolu l'impitoyable Eole. A ma gauche, la très venteuse et large plage de sable de la baie Kalamitski (Каламитский залив) et à ma droite, les odeurs de pourriture qui arrivent d’au-delà des broussailles qui cachent le lac Sossik (озеро Сосык).

55Après la bonne centaine de kilomètres dans les jambes, c'est avec plaisir que j'aperçois ou plutôt, je devine au loin, derrière le rideau de brume qui caresse la mer, Evpatoria dont le gigantesque panneau en acier à l'entrée de la ville précise qu'elle a 2500 ans d'existence. Ici aussi tout à commencé avec les Grecs au VIe siècle av. J-C qui fondèrent une colonie. La ville devait changer plusieurs fois de nom, appelée par les fondateurs Kerkinitidus, par les Turcs (XVes) Guezlev ou Kozlov et, enfin, par les Russes en 1783 Evpatoria (du grec « eupatris » qui veut dire « qui eut un père célèbre »). C'est à Evpatoria que les armées françaises et anglaises avaient débarqué en septembre 1854 pour tenter de prendre par le nord la puissante forteresse de Sébastopol, déclenchant par cet acte d'agression la guerre de Crimée.

56Je m'installe à l'hôtel « Krim » (Crimée) rue de la Révolution qui fut jusqu'en 1958 la seule auberge de la ville qui changea aussi plusieurs fois de nom : « Paris », « France », « Grand Hôtel », ce qui prouverait qu'il reçut avant la guerre des visiteurs de France, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui, où je suis le seul locataire étranger. A deux pas se trouve le monument qui est le plus spectaculaire de la ville : la mosquée Djouma-Djani construite en 1552 par l'architecte turc Khodja Sinan qui exerça ses talents à Istambul et Adrianopole. L'immense construction trapue aux quatre minarets ressemble comme deux gouttes d'eau à Sainte Sophie qui a dû certainement inspirer son concepteur.

Photo 7 : La grande mosquée Djouma-Djani à Yevpatoria

Photo 7 : La grande mosquée Djouma-Djani à Yevpatoria

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

57Evpatoria est une importante station balnéaire qui se prépare pour la saison. La spécificité ethnique de la ville est qu'elle habitée depuis le XIXe siècle par les Karaims qui sont une population juive, une secte qui se serait séparée à Babylone au VIIIe siècle du principal courant du judaïsme, reconnaissant par exemple la tora mais rejetant le talmud. Il n'y aurait que 12 000 karaims dans le monde dont 2 000 habitent en Crimée. A Evpatoria on peut encore voir dans la vieille ville leurs maisons et la bibliothèque, près de laquelle se trouve un petit restaurant où l'on peut goûter leur cuisine. On doit surtout visiter leurs temples, les « kenessa » construites au XIXe siècle.

58Il n'est pas facile de traverser une centaine de kilomètres de steppe à vélo, luttant contre le vent sans rencontrer âme qui vive. C'est bien ce qui se passe autour de la route T0111 qui traverse des terrains vides où pousse l'herbe encore verte en avril, quelques buissons rachitiques, des arbres rabougris et où la route évite les villages et villes comme Novosielivskié ou Piervomaïskië. Je m'arrête pour souffler à Razdolnoïé, un gros bourg agricole perdu dans l'espace infini de la steppe où parfois j'aperçois près de la route des bergers promenant leurs moutons blancs et bruns bien poilus. J'ai parfois l'impression de n'être nulle part…

59Entre Krasnoperekopsk et Yarmansk je traverse, le vent de face, une platitude de marais glauques et malodorants, voisins du lac Sivach aux eaux poissonneuses et paradis des oiseaux. Quelques kilomètres après Yarmansk, cité ouvrière, béton et misère, où il n'y a absolument rien à voir, un panneau m'informe que je quitte la Crimée, pour l'oblast (département) de Kherson.

Photo 8 : La frontière entre la Crimée et l'Ukraine (à l'époque symbolique, aujourd'hui, réelle)

Photo 8 : La frontière entre la Crimée et l'Ukraine (à l'époque symbolique, aujourd'hui, réelle)

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

60Je pénètre dans l'Ukraine du sud, une région beaucoup moins visitée que l'est, l'ouest du pays ou la Crimée. En route je visite un cimetière de campagne très fleuri de gerbes « artistiques » très colorées, mais artificielles. A Kazalchiok je m'offre un borstch avec du savoureux pain noir et j'arrive deux heures plus tard à Skadovsk.

SKADOVSK (Скадовск)

61Qui connait Skadovsk ? Aucun guide disponible n'en parle ; il me faut donc déchiffrer l'essai (en ukrainien) d'Oleg Likhovid « Le pays de Skadovsk » (Скадовский край) (éd. AC, Skadovsk, 2012, 200 p.) afin de glaner des informations et faire connaissance avec la très riche histoire de cette paisible station balnéaire, paradis pour enfants car jouissant grâce à sa situation géographique d'un climat particulièrement doux.

62Comme la plupart des villes de la Crimée voisine dont elle partage le destin, la ville de Skadovsk (qui était habitée dès le néolithique) fut « découverte » par les Grecs qui créèrent un aréopage et l'endroit fut même remarqué par Strabon (1er siècle), Hérodote (Ves) Guido de Ravenne (IXes) le géographe arabe Al-Idrissi (XIIes) et par bien d'autres voyageurs intrépides. La région nommée Tauro-Scythae et Tartarie Minor apparaît sur les cartes de Al-Idrissi (1154), de Djenkinson (1562), de Mercator (1584) et de Sanson (1694). La cité a pareillement subi l'invasion des Sarmates, des Romains (IIIes), des Mongols (XIIes), des Turcs et des armées russes aux ordres des généraux Petro Ivanovitch Panine et Maxime Vassilovitch Begrou (1770).

63Un peu plus tard, on assiste à un surprenant « épisode français ». Fuyant la Révolution en 1791, le graf (prince) François Emmanuel de Guignard de Saint-Prix, ancien ministre des affaires étrangères de Louis XVI et ministre de l'intérieur au tout début de la Révolution, est invité en Russie par Catherine II qui le nomme gouverneur de la région fraîchement rattachée à l'Empire. En 1815, le prince quitte la région de Kherson-Skadovsk, rentre en France et devient sous la Restauration pair du Royaume. Ses enfants : Guillaume, Armand, Emmanuel, et Carl refuseront de rentrer en France, resteront au bord de la mer Noire et occuperont jusqu'en 1863 des postes importants dans le gouvernement local. Cependant, c'est la famille d'aristocrates polonais (blason « Dolenga » de Varsovie) les Skadovskiï, à commencer par Jan le patriarche, ses fils Balthasar et Jacob et leurs descendants, qui vont marquer jusque dans les années staliniennes la ville au point de la baptiser de leur patronyme « Skadovsk ». La ville et toute la région tombent dans l'escarcelle de l'empire russe avec l'absorption en avril 1783 sur l'ordre donné par Potemkine au baron Ivan Fersen, du khanat de Crimée. Les Russes vont construire la nouvelle ville sur le schéma d'un damier où les rues du centre se croisent à l'angle droit. C'est donc auprès des autorités russes qu'en 1895, Sergueï Baltazarovitch Skadovskiï, arrière-petit-fils de Jan, propriétaire terrien, bienfaiteur et créateur du port, de l'hôpital, de l'école et même de la cathédrale (1903) demande au gouverneur de la région Piotr Lazarev l'autorisation d'appeler « sa petite ville », « Skadovsk ». Un an plus tard la demande lui est accordée. Aujourd'hui, une statue est consacrée au fondateur de la ville (засовник мiста) au pied de laquelle on dépose régulièrement des gerbes.

64Je trouve sans peine l'hôtel « Black Sea » situé au bout de la rue Proletariatskaïa, encore fermé et en pleins préparatifs pour la saison qui commence le 1er mai. L'établissement dont l'aspect extérieur n'a rien d'attrayant, se trouve pratiquement sur la plage, en avril sale, sombre, terreuse et complètement vide d'hommes mais couverte d'algues (водоросты) qui forment des congères noires. Le directeur de l'hôtel Sergueï Akoulovitch me prépare, malgré la fermeture, une chambre avec vue sur la mer. L'intérieur est moderne, propre, « américain » et décoré avec des vues de New York. J'apprécie le geste de l'hôte et profite de son hospitalité. L'homme, solide quinquagénaire, est avenant et communicatif (il parle anglais), cordial et direct, ancien pilote d'avion il a abandonné la profession après le crash d'un avion-cargo où périrent ses amis. Il n'a plus jamais voulu remonter dans un avion. Recyclé en homme d'affaires, il surveille à présent les travaux de rénovation de l'hôtel ; sans cesse en mouvement, le mobile collé à l'oreille, Sergueï semble être en permanent contact avec l'au-delà.

65Je découvre une petite station balnéaire où le calme et le silence règnent en maître, on n'entend que le vent qui fait murmurer les feuilles des immenses peupliers qui protègent du soleil d'été les jeunes estivants. Car Skadovsk est connu dans toute l'Ukraine pour la douceur de sa mer dont la température des eaux, la sagesse de ses humeurs et la teneur en iode sont exceptionnelles. Il est vrai que ses plages donnent sur l'île Djarilgatski qui se trouve en face et que les Grecs nommaient Dromos Archilles ; la fine langue de sable protège et la baie du même nom (Джарилгацька затока) et la cité des colères toujours possibles de la mer Noire. D'où beaucoup de « sanatoriums », de maisons de repos, de retraite, de camps de jeunes et de colonies de vacances qui profitent d'un ensoleillement dû au micro-climat. Skadovsk est une agréable villégiature familiale, sans prétention, ni ambition. Sur la place centrale, « Oulianov alias Lénine » vêtu d'un long manteau d'hiver dont l'élégance de la coupe étonne, contraste avec les tenues estivales et décontractées des premiers vacanciers qui semblent ignorer la statue.

Photo 9 : Vladimir Oulianov (Lénine) à Skadovsk (Ukraine du sud)

Photo 9 : Vladimir Oulianov (Lénine) à Skadovsk (Ukraine du sud)

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

66D'ailleurs, le dépliant touristique édité par la municipalité consacré à Skadovsk contenant de nombreuses illustrations de la ville, ignore Lénine et ne montre pas son monument.

67Alors, oublié Lénine ? A la question pourquoi tant de statues de Lénine trônent encore dans les villes d'Ukraine, on me répondit que « Lénine est le créateur de l'Ukraine car c'est après la Révolution d'Octobre qu'il traça ses frontières d'aujourd'hui et lui octroya une  »indépendance«  et une identité géographico-politique  ». La réalité est, évidemment, bien plus subtile, plus complexe, pour ne pas dire, autre. C'est vrai qu'avant la création de l'Etat soviétique, l'Ukraine n'existait pas en tant qu'Etat. Elle faisait partie soit de la Pologne, soit de l'Autriche, soit de l'empire russe et une partie de son territoire était occupé par des tatars turcs. Profitant de la Révolution en Russie, l'Ukraine rompit ses relations avec Moscou et proclama (sur les territoires occupés par la Russie) en novembre 1917 son indépendance sous le nom de République Populaire d'Ukraine, mais la lutte pour le pouvoir des différentes factions et la rivalité entre les fortes personnalités (Krouchevsky, Skoropadsky, Petloura), des coups d'Etat militaires, des insurrections locales, des interventions étrangères (Pologne, Turquie, Russie, Allemagne) provoquèrent le chaos politique et facilitèrent l'arrivée de l'Armée Rouge et des bolchéviks qui mirent de l’ordre et proclamèrent en janvier 1919 à Kharkov la République Socialiste Soviétique d'Ukraine. Cette « république » vaguement autonome sera en décembre 1922, inclue dans l'URSS. Sans façon. Finalement, c'est le coup d'Etat ourdi par Ianaïev en août 1991 à Moscou et la destitution provisoire de Gorbatchev qui incita l'Ukraine à proclamer son Indépendance le 24 août, acte approuvé par 90 % d'Ukrainiens lors d'un référendum postérieur. Toujours est-il que, pour beaucoup d'Ukrainiens qui n'ignorent pas l'histoire et qui ont un passé communiste, Lénine, malgré tout, reste le « fondateur » de l'Ukraine…

68Communiste ? C'est le cas de l'homme qui me parle de Lénine. Vu son âge et les quelques médailles soviétiques (au profil de Lénine) accrochées sur sa veste civile, c'est visiblement un ancien membre du Parti et un ancien combattant de la « guerre patriotique » (1941-45) qui affiche fièrement sa préférence politique. En plus, la fête du Premier Mai est une excellente occasion pour manifester sa contribution à la victoire sur le nazisme, on dit ici « fascisme ». Je remarque cependant qu'il a un drôle d'accent et même une prononciation qui m'empêche de le comprendre. Mon russe est quand même suffisant pour comprendre l'essentiel d'une conversation.

69L'homme est un Ukrainien et me parle en ukrainien qui est la langue officielle du pays depuis l'indépendance. On dit qu'elle est très proche du russe et du biélorusse et encore plus proche du polonais ou du slovaque. Détrompez-vous ! Tout en ressemblant aux quatre langues voisines, l'ukrainien ne ressemble à aucune d'elles. C'est une langue à part entière dotée d'un système phonétique spécifique et d'une structure grammaticale distincte. Certes, sa graphie cyrillique héritée du IXe siècle créée par les frères missionnaires de Salonique Cyrille et Méthode fait pencher la balance alphabétique vers le russe et le biélorusse, mais les différences et les « faux amis » peuvent créer des amusantes surprises et même des méprises.

70De retour à l'hôtel, Sergueï tout sourire, m'informe qu'une journaliste de la gazette locale viendra m'interviewer à 16 heures. (« Vous savez, vous êtes le premier cyclotouriste français que nous rencontrons à Skadovsk ») OK ! Mieux, il m'annonce qu'il vient de prévenir un ami qui travaille à la télévision de Kherson et qu'une équipe du journal TV m'attendra sur le pont du Dniepr à Kherson demain à 14 heures pour me filmer et m’interviewer. Bon, c’est sur mon chemin, il y a environ 100 km entre Skadovsk et Kherson, la route est plate, si je pars vers 9 heures du matin, j'arriverai sans peine à 14 heures au rendez-vous. Puis, mon bon Samaritain a des très bons amis, les Datchenko, dont la femme est peintre : il faut absolument que je les rencontre ; d'ailleurs « ils attendront, dès votre installation à l'hôtel, votre coup de fil »- conclut-il.

71Le lendemain, prévoyant une longue étape, Sergueï me prépare un petit déjeuner d'ogre. Même l'english breakfast en comparaison me paraîtrait pingre.

72La route P75 est de bonne qualité, seules les indications kilométriques sont incohérentes, mieux vaut se fier au compteur fixé sur le guidon ; cela permet de se situer dans l'espace. Le paysage est silencieux, l'horizon plat, sans fin et sans points de repères. Parfois un bouquet d'arbres égaye la route droite, sans hoquets ni virages. Je traverse une rangée d'arbres dans lesquels des milliers de corneilles couvent leurs petits dans des milliers de nids coincés entre les branches, au point que les arbres sont presque entièrement noirs.

73Au 20ème kilomètre, je m'arrête à Novaïa Mikolavka, où se tient le marché et, après le village Hladivka, je suis surpris par la présence de dunes de sable et des forêts de pins maritimes. La route longe le parc naturel d'Askania Nova créé à la fin du XIXe siècle par un Allemand, l'un des premiers et des plus importants d'Ukraine et aussi réserve de biosphère de la mer Noire, où vivent en (semi) liberté des animaux exotiques : zèbres, antilopes, bisons d'Amérique, chevaux sauvages de Pjevalsky, guanacos, biches et une multitude d'oiseaux plus ou moins tropicaux. La présence annoncée de taureaux d'Afrique ne m'incite guère à m'attarder dans les parages !

74A 25 km avant Kherson, je passe par Gola Pristan, où se trouve le port posé sur un des bras de l'embouchure. Ici, le Dniepr rejoint la mer après avoir traversé le pays sur près de 1000 km. La route quitte le parc, tourne à droite et s'approche de Kherson qu'on peut voir étalée en amphithéâtre sur la rive droite. Pour entrer en ville il faut traverser l'immense pont sur le fleuve aux eaux paresseuses qui, une dizaine de kilomètres en aval, s'étalant en large delta, rejoint Dnieprovski Liman, puis la mer Noire.

KHERSON (Херсон)

75Par rapport à Skadovsk, Kherson dont le nom donné au XVIIIes est un hommage au nom historique (grec) de la région (Khersonès) est une grande ville (400 000 h) et fut toujours le siège du gouvernorat de la région, que les Russes après l'avoir conquise en 1774 appelèrent « Novaïaroussia » (La Nouvelle Russie). Bien située au bord du Dniepr, la ville avant d'être fondée en 1778 sur l'ordre de Catherine II, fut habitée par les Scythes, les Sarmates, les Tatars et les Turcs. Pendant des années, c’était un important centre politique et économique de la région, mais la chute du communisme et la séparation avec l'URSS provoqua une grave crise dont les traces sont encore visibles dans la partie portuaire, jadis le fleuron de Kherson.

76C'est dans cette ville qu'est enterré (on dit que le fils de Catherine, Paul Ier, jaloux et vindicatif, fit disperser les restes de celui qui fut pendant une année l'amant de sa mère) le graf Grigori Aleksandrovitch Potemkine, le colonisateur des steppes d'Ukraine, conquérant et fondateur de Kherson et aussi de Nokolaïev, Sébastopol, Iekateronslav (aujourdh’ui Dniepropietrovsk). Sur ces terres de steppe et de mer qu'il mit en valeur après le traité de Kütchük-Kainardji (1774) s'établit la puissance russe. Potemkine est un personnage héroïque, légendaire et indépassable ; les monuments qui le représentent dans une posture de fier conquérant, la poitrine couverte de médailles et d'ordres, sont partout et les traces de son action, nombreuses. Le feld-maréchal, favori de la terrible tsarine, Potemkine annexa la Crimée (1783) et s'empara de la Bessarabie. Grâce à lui, toute la rive nord de la mer Noire appartint à la Russie. Son seul échec : l'inaccomplissement de son rêve : la conquête d'Istanbul, du détroit des Dardanelles et la restauration de l'Empire byzantin au profit de la Russie. C'est tout de suite après l'occupation de la Crimée que le favori organisa pour Catherine la visite du pays conquis (l'empereur Joseph II et le roi de Pologne Stanislas Poniatowski furent du voyage) et c'est lors de cette « excursion » qu'il bâtit le long du trajet de faux « villages » qui portent son nom...

77Je rentre dans Kherson sous le soleil en traversant l’immense pont Antonovski (1985) sur le Dniepr ; je suis en sueur et avec 99 km dans les jambes pas très frais. L'équipe, de la télévision locale alertée par Sergueï Akoulovitch est au rendez-vous, me suit, me filme et la journaliste, une belle Ukrainienne nommée Aza, me pose quelques questions auxquelles je réponds dans un russe des plus approximatifs. (Je passerai quelques jours plus tard au journal TV du soir où on me consacrera cinq minutes.)

78Installé à l'hôtel « Le monde enchanté » (Затеряный мир) à 360 gryvien (36 euros) la nuit, je prends contact avec Oleg Diatchenko, autre ami de Sergueï, également businessman affichant sans complexe sa bonne fortune. Lui aussi passe son temps avec le super mobile collé à l'oreille. Il vient me chercher dans son 4x4 rutilant en compagnie de son épouse Antonina Pavlenko, diplômée des Beaux-Arts de Kiev, dont les peintures « commerciales » sont exposées dans un magasin d'antiquités. Oleg et Antonina voyagent beaucoup et ont déjà visité la Thaïlande, l'Egypte et la Turquie. La soeur d'Oleg, mariée à un Anglais, habite à Londres. Pourtant, le couple, qui vit à l'aise, est conscient des difficultés que rencontrent les Ukrainiens pour quitter le pays ; les passeports sont distribués au compte goutte, coûtent très cher, il faut aller les chercher à Kiev et les visas sont difficiles à obtenir. L'étonnant c'est que le principe de réciprocité ne fonctionne pas entre l'UE et l'Ukraine. Les ressortissants de l'Union peuvent visiter l'Ukraine sans visa tandis que le contraire est impossible (avec l'exception compliquée des voyages en Pologne).

79Tous les deux me font visiter leur ville qu'ils apprécient beaucoup pour la douceur du climat et le calme. Kherson s'avère être une cité de parcs et de jardins mais qui cache mal la déchéance de sa principale source de richesse et de gloire : les chantiers navals qui fabriquaient à la fin du XVIIIe siècle les premiers navires de guerre de la jeune flotte russe qui régnait sur la mer Noire. C'est d'ici que fut lancé par Vorontsov en 1828 le premier navire à vapeur sur la mer Noire. Kherson (tout comme Skadovsk Mikolaïev, Iekaterinoslav) était la ville qui faisait partie de l'intense implantation russe après 1873 et de la politique de russification, d'industrialisation et d'investissement. Curieusement, on passe plusieurs fois devant un tank, qui posé sur un piédestal, rappelle que Kherson a été libéré des « fascistes » allemands par les Soviétiques. Près du boulevard Souvorov, je visite la petite église Sainte Catherine où se trouve la tombe de Potemkine et, plus bas, sur le quai j'admire la belle perspective qui s'étale sur l'estuaire du Dniepr.

80Nous sommes le 1er mai 2013. Toute l'Ukraine célèbre la fête des travailleurs, (празник трудающых) mais on est loin de l'époque des défilés militaires où les liesses humaines marchaient au pas et acclamaient la nomenklatura au pouvoir groupée sur le podium.

81La route vers Mikolaïev (Миклаiв, Mikolaïv en ukrainien) est d'excellente qualité. « C'est une autoroute 'française' » - m'avait assuré à Skadovsk Sergueï pour qui tout ce qui est bon est « frantsouski ». Mais il a tout faux car la route M-23 quoique large, n'est pas une « autoroute » et n'a pas été faite par les Français mais par les Russes. Enfin ! Malgré le vent de face qui balaye la steppe, je pédale vite et sans peine.

82Mikolaïv, coincé dans la boucle du Boug et de son affluent Ingoul, m'accueille avec une banlieue où les immenses HLM de l'époque soviétique construits quand la ville était un pôle économique brillant, tombent en désuétude. Les hideuses constructions lépreuses jamais repeintes, aux balcons rafistolés et aux fenêtres camouflées par des planches et des cartons font penser à une ville fantôme remplie de bunkers. Cette banlieue illustre toute la ruine de l'industrie navale qui en était le fleuron ; avec la chute du communisme et de l'URSS, tout s'est écroulé. A Nikolaïv les chantiers de construction navale sont en peine et on ne fabrique plus de bateaux, le chômage est important et endémique. La ville est immense et il me faut traverser la banlieue sur au moins 5-6 km pour atteindre le centre, c'est-à-dire : la rue Soviétskaïa devenue totalement piétonnière à l'occasion du 1er mai. C'est au coin de la rue Admirala Makarova que se trouve l'hôtel « Kontinent » (pron. « kantiniente »), un bel immeuble des années 30' dont l'entrée sous l’élégant portique à colonnes blanches prouve que l'établissement connut des années fastes et en garde encore les apparences de l’ancienne opulence ; j'ai de la chance : on me propose la dernière chambre disponible pour le prix de 390 gryvien, ce qui est beaucoup pour le standing actuel de l’hôtel.

83C'est la fête, le Premier mai, la « fête des travailleurs »et la principale artère de la ville est transformée en un gigantesque « corso » de 1,5 km qui aboutit au bord de l'anse curviligne de la mer Noire, l'estuaire du Boug, le Bouzkiï Liman (бузкий лиман) où, jadis, se trouvaient les chantiers navals, aujourd'hui moribonds.

84Mikolaïv a été fondée par Potemkine en…1789, une date bien connue des Français. Aujourd'hui, la ville a 500 000 habitants et un urbanisme en rapport : les avenues font 4-5 km de long et n'en finissent pas. Des statues du fondateur, de Pouchkine et de l'inévitable Lénine, décorent les places, mais c'est celle de Mikolaï, le saint patron de la ville, qui est la plus fleurie et la préférée des…pigeons. La rue Soviétskaïa (que les édiles de la cité ont voulu après l'indépendance débaptiser en rue Radnyanska) est noire de monde : des jeunes, des enfants circulent de stands en boutiques, de buvettes en kiosques où on peut se désaltérer, acheter des ballons, se barbouiller de barbe à papa et goûter aux glaces qu'on paye selon leur poids ! On entend de la musique partout, une joyeuse cacophonie emplit l‘air, les bars, les buvettes improvisées et les restaurants ne désemplissent pas, la foule est colorée, bigarrée, visiblement heureuse. À première vue, la jeunesse ressemble beaucoup à celle de chez nous. Les jeunes Ukrainiennes sont vêtues de légères jupes fleuries presque transparentes que les indiscrets coups du vent rendent érotiques, elles portent des cheveux longs et blonds qui semblent être ici la règle. Les garçons chaussés d'Adidas ou de Nike, portent de jeans artificiellement usés et affichent avec ostentation leurs tatouages fantasques. La rue est bordée de beaux immeubles du XIXe siècle dont l'état des façades parfois miséreux est caché par d'immenses panneaux publicitaires.

ODESSA (Одесса)

85Quant on arrive à Odessa par la route M-23 de Mikolaïv, avant d'atteindre le centre-ville, on traverse de nombreux quartiers (Chevtchenko, Ilitchevka, Krijanovka…) hérissés d'immenses HLM, de « barres » d’une vingtaine d’étages le plus souvent en mauvais état avec des balcons rafistolés, des bow windows fait main devenus des vérandas de fortune. D'autres immeubles, construits récemment, s'imposent par leur qualité esthétique et leur puissance. Un mini-New York. On ne remarque même pas l'isthme qui sépare Kouïalnitski Liman de la baie d'Odessa.

86Autant prévenir le lecteur de la subjectivité des lignes qui vont suivre et l'avertir de l'arbitraire de mes jugements : j'aime Odessa : aveuglé par sa beauté et sa puissance, son charme et son harmonie, je ne vois que ses innombrables qualités.

87Comment aborder cette ville qui est un univers ? Tout d'abord, c'est une ville où il fait bon vivre, où l'ambiance « méditerranéenne » libre, légère et décontractée, vous immerge dans l'univers des métropoles cosmopolites comme Alexandrie, Naples, Barcelone, Marseille et puis, c'est une cité de métissage humain, social et culturel où nombre de voyageurs retrouvent une bribe de leurs racines ou des traces du passé égarées dans l'espace et perdues le temps. De toutes les villes citées, Odessa est la plus jeune d'âge, car elle n'a à peine que deux siècles d'existence. Certes, sur le promontoire abrupte qui domine la mer de ses 30 mètres, les inévitables explorateurs Grecs avaient établi leur colonie Istrion, puis au Moyen-âge les Slaves leur point stratégique Katchouba, au XVe siècle, les Tatars leur site Hadjibey, puis au XVIII° siècle les Turcs bâtirent une forteresse appelée Yéni Dounya. En 1791, Potemkine rase la forteresse ottomane et chasse les Turcs ; les conquérants russes construisent un port commercial et militaire appelé Odessa du nom d'un vieux port Odessos fondé par les Grecs qui se trouve dans les parages. Par les voeux de Catherine II, qui veut faire de la nouvelle ville la Saint-Petersbourg du Sud, Odessa devient vite une cité importante, un centre commercial et industriel et, en 1805, est nommée capitale des terres fraîchement conquises : la Nouvelle Russie. Elle deviendra aussi le port le plus important de l'empire et, grâce à son statut particulier de port franc, attirera une main d'oeuvre et sera le refuge sécuritaire des aventuriers de tout poils invités par la tzarine à y faire fortune, venus de Russie mais aussi d’ailleurs. La population d'Odessa atteindra très vite 500 000 habitants et constituera un véritable melting pot de nationalités et de tempéraments pas toujours « pacifiques » ainsi qu'un bouillon de cultures.

88L'amour propre ou la fierté sinon l'orgueil des Français trouve entière satisfaction à Odessa qui est, pour ainsi dire, une ville « française ». Ici, les Français se sentent bien, ils sont chez eux et retrouvent l'ambiance française. La partie la plus ancienne de la ville a été conçue par un prince français qui a fuit la Révolution et a été accueilli par Catherine II. Le sieur Armand-Emmanuel du Plessis, duc de Richelieu et arrière-petit-neveu du cardinal, ne va pas lésiner sur les moyens que lui octroie l'impératrice puis son petit fils Alexandre 1er et va en une décade (1803-1814) construire une ville « à la française », un urbanisme où la raison et l'ordre calment la fantaisie et apaisent les extravagances : larges boulevards, lignes droites, structure en damier, places, parcs et jardins, perspectives.

89Le XIXe siècle est l'âge de la grande prospérité pour Odessa, notamment grâce à l'exportation des céréales (du blé), certes, mais aussi du fait des belles plages de sable, de la douceur du climat et d'un ensoleillement exceptionnel qui font de la ville une station balnéaire à la mode. On connaît les épisodes plus récents de son histoire : la mutinerie du cuirassé « Potemkine » (1905) et la résistance héroïque d'Odessa pendant la dernière guerre. Le premier est surtout fort connu, notamment, grâce au film éponyme d'Eisenstein (1925) dont la séquence de la chute en cascade du landau dans l'escalier est une scène « culte » de la cinématographie mondiale. Le second épisode est fameux par le rôle joué par les nombreuses catacombes creusées dans le grès sous la ville qui permirent aux résistants odessites de défendre la ville.

90Je m'installe à l'Hôtel « Passage », ancien palace, énorme bâtisse de la fin du XIXe siècle (1898) construite dans un style composite par un architecte polonais Vlodek et dont la décoration extérieure d'une exceptionnelle volupté formelle ferait pâlir les boursouflures baroques, Ce « gâteau à la crème » se vantait d'être en 1900 «  le meilleur et le plus confortable de tous les hôtels du sud de la Russie ». Hélas, l'intérieur déçoit, les chambres au mobilier soviétique ont dû servir plusieurs générations de la nomenklatura moscovite et des moujiks de Sibérie. Les murs gardent les traces d'un hypothétique et imaginaire tremblement de terre, le parquet est troué et ressemble par endroit à des sables mouvants, la plomberie est obsolète, la canalisation bouchée et l'eau (toujours froide) coule quand elle veut. C'est probablement la raison pour laquelle, l'établissement ne figure dans aucun guide qui se respecte. Même le populaire trimestriel touristique « Odessa in your Pocket » (Essential City Guides) ignore son existence. Son avantage (à part le fait qu'il n'est pas cher) c'est qu'il possède une âme, ce quelque chose d'insaisissable qui le rend mystérieux, ténébreux et séduisant, en plus, il respire une nostalgie, le blues, le discret parfum d'un passé envolé, disparu, qui rassure et tamise notre désir intempestif de modernité.

91Autre atout : l'hôtel se trouve en plein centre de la ville, au coin de la rue Deribasovskaïa en face du parc municipal (Городской сад) premier parc d'Odessa planté (1803) et de la rue Preobrajenskaïa, vis-à-vis de la place de la cathédrale (Соборная площад) qui est un square boisé où des retraités jouent aux échecs. Au centre, trône la puissante statue du graf Vorontsov qui avec Potemkine et le duc de Richelieu est membre de la troïka des bâtisseurs qui donnèrent vie à Odessa.

92L'anecdote est connue : Vorontsov, le troisième gouverneur d'Odessa, persécuta et s’acharna sur Pouchkine (qui habitait d'ailleurs là, où se trouve mon hôtel) et pour cause : le poète, coureur de crinolines, avait abusé de l'innocence de l'épouse du Gouverneur, séduisant la belle comtesse Polonaise Elisabeth Branicka. L'époux trompé a eu l'élégance de ne pas le provoquer en duel préférant envoyer Pouchkine en exil du côté de Pskov. Dix ans plus tard, l'imprudent poète n'a pas eu la même retenue et, pour les mêmes raisons, provoqua en duel le baron D'Anthès, un officier alsacien et excellent tireur ; celui-ci avait séduit l'épouse du poète Natalya Gontcharova. Ainsi, le poète fougueux, l'arroseur arrosé et piètre gâchette, a payé de sa vie la réparation de l'honneur outragé. La mort de Pouchkine était-elle le fait d'un coup de folie romantique ou, à cause des penchants révolutionnaires de Pouchkine, l'aboutissement d'un sombre complot politique ? La question posée reste sans réponse.

93Un autre monument consacré aux bâtisseurs d'Odessa (Памятник основателям Одессы) conçu par le professeur des Beaux Arts de Saint-Petersbourg Popov et le sculpteur Dimitrenko qui est posé pas loin de l'opéra, représente Catherine II au pied de laquelle se trouvent pas trois, mais quatre fondateurs de la ville. La statue conçue en 1894, inaugurée en 1900, fut déboulonnée par les bolcheviks en 1920 puis remise sur pied en 2007. Mais c'est le Duc de Richelieu qui, pas très loin d'ici, se trouve statufié sur un socle en tenue d'empereur romain que la tsarine montre du doigt, désignant le vrai bâtisseur d'Odessa qui cependant lui tourne le dos. C'est Marie-Antoinette qui l'envoya de Plessis en Russie. Le duc s'engagea aussitôt dans l'armée impériale, participa à la guerre russo-turque et le tsar Alexandre 1er le nomma en 1803 gouverneur d'Odessa.

94Mon hôtel est littéralement accolé à un étonnant passage commercial (d'où son nom) en forme de L, couvert d'une immense verrière et tapissé de bas en haut de reliefs blancs qui se superposent dans une cascade de formes humaines figées dans des postures impossibles. Une dizaine de boutiques vendent une pacotille touristique qui fait concurrence au marché dominical qui se trouve à l'ombre de la nouvelle cathédrale orthodoxe restaurée en 2005.

95Je me promène en ville et je relis mes impressions de la ville notées lors de mon dernier séjour (à vélo) à Odessa il y a dix ans (2003). J'avais alors mon carnet de croquis.

« … Le soleil d'Odessa me redonna le plaisir de peindre et la ville étala devant mes yeux médusés les merveilles de sa palette d'architectures. Assis sur une vieille pierre que le hasard eut la prémonition de placer au bon endroit dans la cour du palais du gouverneur Vorontsov, je tente de coucher sur le papier ce qui s'expose devant moi : une demeure délicieusement délabrée par le temps et les vents marins aux solides colonnes doriques qui soutiennent un lourd portique classique. Ce palais aux airs fantomatiques excite mon oeil et chatouille ma main, je prends un plaisir fou à fixer avec les couleurs délayées un pan d'histoire délavée. Il y a quelque chose de magique dans ce palais aux faux airs d'abandon envahi par la nature aux allures du château de la Belle au bois dormant. Quelques mètres plus loin, se trouve un étrange belvédère composé d'une double rangée de solides colonnades blanches qui jadis donnaient sur la pleine mer et aujourd'hui sur les grues rouillées du port commercial. En trois jours j'aurais croqué à travers la ville des dizaines de colonnes, de pilastres, de portiques, de frontons, de chapiteaux, de statues, de décorations néo-classiques ou composites enveloppés dans une verdure luxuriante qui déborde des trottoirs et ose faire de l'ombre aux crépis pastels des vieilles pierres (…) Le mystère de cette ville vieille à peine de deux siècles d'existence se faufile à travers ses avenues bordées d'acacias et de platanes au pavage noir brillant et diagonal, il se cache derrière les innombrables colonnades des palais officiels et anciennes résidences princières et glisse comme une ombre impalpable sur les extravagantes boursouflures baroques des façades usées aux couleurs pastels ».

96Aujourd'hui, vendredi, 3 mai 2013, le soleil d'Odessa est au rendez-vous. Il fait très beau et la chaleur est modérée (22°C) par la brise venant de la mer. Le palais Vorontsov (ворончовский дворец) et sa colonnade (колоннада), restes épars d'une orangerie, sont toujours bien calés dans un bouquet de verdure. Les deux monuments ont été construits en 1828 à l'endroit même où les Grecs avaient vingt cinq siècles plus tôt établi leur colonie et, où les Turcs du sommet de leur citadelle et de la hauteur du promontoire, pouvaient observer l'infini foncé de la mer Noire. Ce beau palais néo-classique aux formes discrètes et harmonieuses fut une des rares et innocentes victimes des bombardements du 10 avril 1854 quand des canons anglo-français s'acharnèrent sur la ville lors de la guerre de Crimée ; on a dénombré 200 impacts sur le bâtiment et dans les jardins.

97Le lieu le plus fréquenté d'Odessa, et assurément le plus touristique, est l'Escalier Potemkine (Потемкинская лестница) étalé sous les pieds de la statue du Duc de Richelieu.

Photo 10 : Fin de la balade. Repos mérité sur l'escalier Potemkine à Odessa

Photo 10 : Fin de la balade. Repos mérité sur l'escalier Potemkine à Odessa

Source : Photo de Bruno Koper, 2013

98Il descendait à l'origine jusqu'à la mer où se trouvait l’embarcadère. Aujourd'hui, les marches donnent sur l'esplanade du terminal maritime (морской вокзал) surmonté et écrasé par la masse de l'immense building de l'Hôtel Odessa. Le panorama du haut de l'escalier jadis « imprenable » n'existe plus à cause de la présence des bâtiments portuaires et de la gare maritime d'un modernisme prétentieux qui bouchent l'horizon. L'escalier a été conçu en 1825 (installé en 1841) par trois architectes parmi lesquels se trouvait l'Italien Francesco Buffo et a été offert comme cadeau d'amour par le Gouverneur Vorontsov à sa femme Elisabeth pour la somme de 800 000 roubles ; probablement, avant la rencontre de la belle Polonaise avec Pouchkine… Au début, l'escalier s'appelait « Richelieu » mais depuis 1955 il porte le nom « Potemkine » en mémoire du cuirassé dont la mutinerie cinquante ans plus tôt, provoqua en ville des émeutes révolutionnaires. Vu ses dimensions, l'escalier détient nombre de records style Guiness, mais une de ses particularités est que chaque année y a lieu une course d'escalade de ses 194 marches, 130 m de long et 24 m de dénivellation ; le record à battre : 22,8 secondes.

99Bien sûr, Odessa est un centre culturel d'importance, elle le fut toujours ; le nombre de musées, de galeries, d'expositions et de salons artistiques peut satisfaire l'appétit des plus affamés d'art et assoiffés de culture. Au musée des Arts occidentaux et orientaux (Музейй западного и восточного искусства) la collection de la peinture russe et ukrainienne est plus intéressante que celle d'Europe. A part quelques Mignard, Lawrence, (son beau portrait de Vorontsov), Gueda, Hals (« Saint Luc » et « Saint Matthieu ») et les gravures de Piranese, l'art d'Occident est plutôt limité. Ceux qui veulent s'immerger dans l'art russe doivent absolument visiter le musée des Beaux-Arts, un palais « classique » aux magnifiques parquets avec incrustations et aux plafonds où subsistent encore les rares bas-reliefs d'époque. Le palais, aujourd'hui dans un piètre état, a appartenu à la famille polonaise des Potocki ; acheté par la ville, il est devenu musée en 1889.

100Le visiteur du musée qui aurait l'outrecuidance de regarder les œuvres exposées avec une attention soutenue et oserait s'approcher pour examiner de plus près les peintures, risque d'être surpris par la présence presque indécollable et soupçonneuse des surveillantes, des dames âgées aux mines aristocratiques qui vous suivent de salle en salle, allument et éteignent les lumières au fur et à mesure de votre promenade et ne vous quittent pas de l'œil. C'est dans cette « ambiance » légèrement stressante qu'on peut admirer le superbe portrait de Catherine II (Levitsky), les paysages d'Aïzovski qui évoquent de loin les crépuscules flous du Lorrain et son portrait d'un romantisme surranné de « Pouchkine au bord de la mer Noire » (1897). Les « orientalismes » des Svedonski, Iakobi, Bronnikov, Polenov n'ont rien à envier à nos propres orientalistes et la toile « Les Arabes dans le désert » de Verestchaguine est un chef d'oeuvre. Deux heures plus tard, on retrouve dans la rue, le soleil voilé et l'air marin, après une plongée en apnée étroitement contrôlée dans l'océan sans fond de l'art russe et ukrainien. Oufff !

101Il me reste encore quelques heures avant de prendre l'avion. Quel meilleur souvenir qu'on puisse garder d'Odessa sinon de la promenade sur le boulevard maritime (Приморский бульвар) bordé de généreux marronniers et platanes, promontoire qui domine la mer qu'on aperçoit cependant de moins en moins à cause des nouvelles constructions portuaires. A son extrémité sud se trouve l'ancien l'Hôtel de Ville d'Odessa, un palais « classique » de 1834 avec une rangée de colonnes en guise de façade. Devant, sur la place, se trouve le monument dédié à Pouchkine (1888) dont les traits négroïdes me semblent bien marqués. Le boulevard et la statue attirent les foules qui du matin au soir font un va et vient en savourant toute la séduction et l'émerveillement qu’inspire cette ville inoubliable qu'est Odessa.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Trajet - Simferopol - Alouchta - Yalta - Balaklava - Sebastopol - Evpatoria - Skadovsk - Kherson - Mikolaïv - Odessa (766 km)
Crédits Source : Peinture de Bruno Koper
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo 2 : La statue de Lénine à Symféropol
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 3 : Le Bâtiment du Conseil Supérieur de la République Autonome de Crimée
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Photo 4 : Palais de Livadia où eut lieu la Conférence deYalta en février 1945
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 5 : Balaklava
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 6 :Les quais du port de Sebastopol
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Photo 7 : La grande mosquée Djouma-Djani à Yevpatoria
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 8 : La frontière entre la Crimée et l'Ukraine (à l'époque symbolique, aujourd'hui, réelle)
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Photo 9 : Vladimir Oulianov (Lénine) à Skadovsk (Ukraine du sud)
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 10 : Fin de la balade. Repos mérité sur l'escalier Potemkine à Odessa
Crédits Source : Photo de Bruno Koper, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26457/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Koper, « La Crimée et l’Ukraine du sud à vélo », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 19 septembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26457

Haut de page

Auteur

Bruno Koper

bruno.koper@noos.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page