Navigation – Plan du site
2014

Febvre L., 2014, Michelet, créateur de l’histoire de France. Cours au Collège de France, 1943-44, Paris, Vuibert, 445 p. Édition établie par Brigitte Mazon et Yann Potin

Federico Ferretti

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’édition commentée de l’un des plus importants parmi les documents qui viennent de sortir des archives personnelles de Lucien Febvre (1878-1957), déposées au service des archives de l’EHESS après la mort du fils de l’historien, Henri, en 2012. Grâce au travail de Brigitte Mazon, Yann Potin et d’autres, on met progressivement à la disposition du public des matériaux qui, pour plusieurs raisons, n’avaient pas été publiés à l’époque de leur rédaction.

2Il s’agit notamment du texte des 30 leçons que Febvre a données au Collège de France dans l’année académique 1943-44, consacrées à l’Histoire de France de Jules Michelet (1798-1874), auteur que Febvre considérait, avec Élisée Reclus et quelques autres, comme l’un de ses « véritables maîtres » (Febvre, 1953, p. 4). On pourrait se demander pourquoi recenser cet ouvrage dans une revue de géographie, alors qu’il s’agit d’un cours que le prince des historiens de la première moitié du xxe siècle consacre au prince des historiens du siècle précèdent, d’autant plus sur un thème très classique de sa discipline comme l’histoire de France.

3Une première réponse concerne la démarche scientifique de Michelet, qui a été considéré, déjà à la fin du xixe siècle, comme l’un des premiers géographes français (Courcelle, 1899 ; Drapeyron, 1898) en vertu de son approche, exemplifiée par l’exergue de son Tableau de la France : « l’histoire est d’abord toute géographie » (Michelet, 1861). Michelet, lecteur de Humboldt, de Ritter et ensuite de Reclus (Michelet, 1976), soulignait plus que les autres historiens de son temps l’importance des milieux et des espaces pour les recherches historiques. Il affirmait que l’étude des objets de l’histoire, tels que les nations, a besoin « qu’on mît dessous une bonne forte base, la terre, qui les portât et les nourrît. Sans une base géographique, le peuple, l’acteur historique, semble marcher en l’air comme dans les peintures chinoises où le sol manque. Et notez que ce sol n’est pas seulement le théâtre de l’action. Par la nourriture, le climat, etc., il y influe de cent manières. Tel le nid, tel l’oiseau. Telle la patrie, tel l’homme » (Michelet, 1880, p. VI).Vidal de la Blache rendra hommage à Michelet au début de son Tableau de la Géographie de la France (1903), et l’expression « tel le nid, tel l’oiseau », bien que controversée, sera souvent reprise en représentation de ce qu’on reconnaît comme « la géographie de Michelet » (Petitier, 1997).

  • 1 Voir les programmes du séminaire « Histoire et géographie : temps et espace. Croisements et fertili (...)

4Michelet, tout comme Febvre, participe donc du long parcours des « croisements et fertilisations »1 de l’histoire et de la géographie, sujet qui occupe de plus en plus les chercheurs au niveau français et international (Mayhew, 2012 ; Verdier, 2009). L’un des ouvrages les plus connus de Febvre, La Terre et l’Évolution humaine (1922), également controversé, a exercé en tout cas une influence durable sur la pensée géographique. De l’autre côté, on sait que la géographie a joué un rôle très influent dans la formation de l’école historique des Annales, dont Febvre est l’un des fondateurs, notamment par son intégration de l’environnement et de l’espace dans le déroulement d’une analyse historique complexe dépassant la vieille « histoire-bataille ».

5Comme l’a affirmé Marie-Claire Robic, le géographe de cette époque « compose aussi une érudition historique critique. Ainsi en est-il de la réévaluation qu’il propose des origines de la nation, en travaillant sur un monde qu’ignorent les archives, celui des paysans et des provinces ou petits pays perdus, alors que l’histoire -officielle- de la nation rend compte du seul côté Cour » (Robic, 1996, p. 363).Si plusieurs chercheurs soulignent que la démarche historique des « Annalistes » garde « un dialogue continué avec la géographie » (Müller, 2003, p. 248), on remarque par ailleurs que « l’éloignement des deux disciplines est malaisé à expliquer. Plutôt que sur des affrontements réels, il semble reposer sur des malentendus » (Ozouf-Marignier, 1992, p. 102).

6Il n’est donc pas étonnant de trouver de nombreuses références à la géographie et aux géographes au fil des pages de l’ouvrage dont nous nous occupons.

7Une autre réponse réside dans le caractère de cette source, et se réfère à l’un des aspects de plus grand intérêt et originalité de la présente édition critique, notamment le contexte dans lequel le cours sur Michelet se déroule. En 1943-44, Paris est en pleine occupation nazie et Febvre, qui n’a pas partagé le choix de son collègue et ami Marc Bloch de passer à la Résistance clandestine mais qui garde des contacts avec lui (Müller, 1994), reste dans la capitale pour poursuivre son travail d’historien.

8Comme d’après Febvre l’histoire est une manière « d’organiser le passé en fonction du présent » (Febvre, 1953, p. 420), la valeur de son cours pour l’actualité de ses jours est au centre de l’interprétation des éditeurs. Dans son introduction (p. 7-26), Y. Potin nous présente ces leçons exactement comme une manière d’exercer une opposition par le savoir, ou bien une « résistance civile » (p. 17).

9Il faut rappeler que Febvre était un ancien militant socialiste influencé par le syndicalisme révolutionnaire et par la tradition libertaire de la Fédération Jurassienne (Lecuir, 2012) et qu’il admirait le « fis du peuple » (p. 28) Michelet pour ses humbles origines. D’après Potin, l’opération intellectuelle entamée par Febvre pour démontrer que Michelet n’est pas seulement l’inspirateur, mais bien « le créateur de l’histoire de France » (p. 10) passe par l’invention d’une histoire qui parle au présent. « Par le truchement de la Renaissance que Michelet a inventée comme rupture avec le sombre Moyen Age resurgit ainsi, de façon nécessaire, un autre Michelet : le prophète de la Libération, sinon de la Résistance » (p. 21).

10Toujours selon Potin, l’enjeu politique principal du cours de Febvre est son affirmation que « Michelet a chassé la race de notre histoire » (ibid.). Cela signifierait alors la construction d’un contre-discours par rapport à la débordante propagande raciale du régime de Vichy : toute affirmation historique s’appuyant sur le concept de race est bannie et attaquée violemment par Febvre, qui isole pour cela le « géant » Michelet par rapport aux autres historiens de son époque, comme Augustin Thierry et François Guizot, auteurs d’histoires dites « sans vitamine » (p. 145), pour en faire le seul père légitime de l’histoire de France.

11Mais si l’identité française ne peut pas se construire en partant du concept de race, il est intriguant de constater que la géographie est considérée comme l’un des principaux facteurs alternatifs, jouant donc un rôle primordial dans la « résistance intellectuelle » de Febvre. Le géographe de référence de ce dernier est ici Paul Vidal de la Blache, dont le Tableau de la Géographie de la France, « merveilleux de finesse, de mesure et de savoir discret » (p. 72) succède au Tableau de Michelet. Le point qui nous semble central est que pour Febvre, qui reprend ici sa polémique contre la tradition du déterminisme environnemental, l’alternative à la race n’est pas le sol, mais bien « la conception vidalienne des genres de vie, cette grande idée formulée par Vidal de la Blache, le seul géographe à idées que nous ayons jamais eu » (p. 86). Et l’historien d’ajouter :« Race, non. Groupement d’êtres humains habitués à vivre en commun, depuis longtemps et dans cette vie, par cette vie [oui] » (p. 87).

12C’est donc en convoquant le grand « géographe à idées » de l’école française que Febvre trouve les « vitamines » nécessaires à sa bataille contre le racisme vichyste ; d’ailleurs, il avait déjà utilisé la géographie humaine de Vidal de La Blache pour son combat contre la géopolitique allemande (Farinelli, 1980).

13On a l’impression que ce qui intéresse Febvre, ce n’est pas Michelet, ou Vidal de la Blache, en tant qu’arguments d’étude, mais plutôt leur mobilisation comme soldats dans une bataille plus vaste, voire comme prétextes pour un combat qui sort du champ scientifique. Le talent de Febvre, comme admis par lui-même lorsqu’il dit que « toute histoire est nécessairement la création d’un historien » (p. 425), réside alors dans sa capacité d’inventer sa science et ses acteurs dans le cadre de son propre discours, quitte à se passer de contradictions éventuelles entre ses affirmations et celles des personnages qu’il convoque. Par exemple, lorsqu’il rencontre un passage où Michelet se déclare « tenté par la géographie » car « l’histoire ne peut s’en passer » (p. 318), en ajoutant des considérations sur des faits physiques « qui peuvent expliquer l’histoire » (ibid.), considérations qui devaient sentir le « déterminisme », Febvre se préoccupe tout de suite de minimiser cette page de journal en la présentant comme « une de ces notes comme nous en jetons tous sur le papier chaque jour » (ibid.).

14Ne manquent pas d’autres riches références à la géographie et à d’autres géographes. Jules Sion (1879-1940), ami personnel de Febvre, a l’honneur d’être comparé, pour sa méthodologie, à Michelet lui-même. Là, Febvre répond aux critiques de ceux qui avaient reproché à Michelet d’avoir peu voyagé à l’intérieur de la France et donc de parler de pays qu’il ne connaissait pas. L’historien cite implicitement les débats courants sur le géographe de cabinet et le géographe de plein-vent et utilise comme exemple le volume sur l’Asie des Moussons de la Géographie universelle vidalienne, rédigé par Jules Sion, en le définissant comme l’un « des plus intelligents, des plus évocateurs » (p. 331). D’après Febvre, « quand je prétends qu’un bon géographe peut faire un excellent livre, un livre vrai entendez bien, sur l’Extrême-Orient sans avoir jamais franchi l’isthme de Suez, je prétends qu’un Michelet peut nous dire sur le Languedoc des choses pertinentes et justes, alors qu’il n’a jamais vu de ses yeux Saint-Sernin ou les tours de Carcassonne » (ibid.).

15Febvre ne cesse jamais de souligner les aspects humains de la « géographie psychologique de l’Europe » (p. 344) et de l’« introduction géographique à l’histoire » (p. 350) dont il crédite Michelet, en plaidant pour la réalisation d’« autant de tableaux géographiques de la France qu’il en faut pour couvrir la série des formulations politiques que nous retenons seules, entre bien d’autres, comme ayant été les ancêtres historiques de la France actuelle » (p. 355).

16Ces considérations semblent proches de la démarche que Roger Dion appellera la « Géographie rétrospective » (Dion, 1949) et Clifford Darby l’« Historical Geography » (Darby, 1953), attentive à la reconstruction des paysages du passé afin de comprendre leur évolution jusqu’au présent, que Febvre attribue à ce moment aux études sur l’Afrique du Nord de « notre grand géographe-historien » (p. 41), Émile-Félix Gauthier (1864-1940).

17La définition de la France d’après ce nouveau Michelet relu par Febvre pourrait être synthétisée par l’expression : « Un être géographique : un pays. Un être historique : une nation » (p. 45).

18Une postface de B. Mazon renseigne le lecteur sur les critères adoptés pour l’édition du manuscrit original, tout en faisant le point sur le traitement des fonds Febvre aux Archives nationales et aux archives de l’EHESS.

19L’ancien militant Febvre écrit ici sur un registre engagé et passionné qui rend cette lecture accessible et agréable pour un public vaste.

Haut de page

Bibliographie

Corcelle J., 1899, Michelet géographe. À propos de son centenaire, Bourg-en-Bresse, Imprimerie du Courrier de l’Ain.

Darby H.C., 1953, “On the Relations of Geography and History”, Transactions and Papers (Institute of British Geographers), No.19, 1-11.

Dion R., 1949, “La Géographie humaine rétrospective”, Cahiers Internationaux de Sociologie, No.6, 3-27.

Drapeyron L., 1898, Comment Michelet est devenu historien et géographe, conférence faite le 12 juillet 1898 à mes élèves du lycée Charlemagne pour son centenaire (21 août), Paris, C. Delagrave.

Farinelli F., 1980, “Come Lucien Febvre inventò il possibilismo” in Febvre L., La Terra e l’Evoluzione Umana, Torino, Einaudi, XI-XXXVII.

Febvre L., 1922, Le terre et l’évolution humaine, introduction géographique à l’histoire, Paris, La Renaissance du Livre.

Febvre L., 1953, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin.

Lecuir J., 2012, “L’originalité du syndicalisme français selon Lucien Febvre (1919-1920)”,Le Mouvement Social, No.238, 3-15.

Mayhew R., 2012, “Border Traffic: Recent Exchanges between Historical Geography and Intellectual History”, Journal of Historical Geography, No.38, 340-343.

Michelet J., 1861, Tableau de la France, Paris, Chamerot.

Michelet J., 1880, Histoire de France, tome I, Paris, A. Lacroix et compagnie.

Michelet J., 1976, Journal, vol.III, Paris, Gallimard.

Müller B., 1994, Introduction, in Bloch M., Febvre L., Correspondance, vol. I, Paris, Fayard, p. I-LVII.

Müller B., 2003, Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel.

Ozouf-Marignier M.-V., 1992, “Géographie et histoire,” in Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de Géographie, Paris, Économica, 93-107.

Petitier P., 1997, La géographie de Michelet, Paris, L’Harmattan.

Robic M.-C., 1996, “Interroger le paysage ? L’enquête de terrain, sa signification dans la géographie humaine moderne (1900-1950)”, Blanckaert C. (dir.), Le terrain des sciences sociales (XVIIIe – XXe siècle), Paris, L’Harmattan, 357-388.

Verdier N., 2009, “Les relations entre histoire et géographie en France : tensions, controverses et accalmies”, Storica, No.40, 64-114.

Haut de page

Notes

1 Voir les programmes du séminaire « Histoire et géographie : temps et espace. Croisements et fertilisations » tenu à l’EHESS par Marie-Vic Ozouf-Marignier et Nicolas Verdier, http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2013/ue/872/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federico Ferretti, « Febvre L., 2014, Michelet, créateur de l’histoire de France. Cours au Collège de France, 1943-44, Paris, Vuibert, 445 p. Édition établie par Brigitte Mazon et Yann Potin », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 21 octobre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26497

Haut de page

Auteur

Federico Ferretti

Enseignant-chercheur au Département de Géographie et EnvironnementUniversité de Genèvefederico.ferretti@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page