Navigation – Plan du site
2014
691

Des territoires et des contrats au service de l’environnement. Le Lalangina, sur le versant ouest du COFAV (corridor forestier Ambositra Vondrozo) à Madagascar

Territories and contracts for the Environment. The Lalangina region, on the western slope of the Ambositra Vondrozo forest corridor, Madagascar
Hervé Rakoto Ramiarantsoa, Chantal Blanc-Pamard, Dolys Andriantseheno et Haingo Ramamonjy

Résumés

Cet article traite des enjeux liés à la notion de service environnemental (SE) dans le champ des politiques publiques concernant le milieu rural en zone forestière à Madagascar. Il analyse la manière dont ce concept renouvelle les politiques environnementales, sa mise en pratique et son appropriation paysanne au niveau local. Autrement dit que signifie « acheter et vendre le maintien de l’environnement », quels en sont les mécanismes et les résultats par rapport au double objectif de conserver la biodiversité et de réduire la pauvreté ?
Cette étude de paiements pour services environnementaux (PSE) est menée dans la région du Lalangina en pays Betsileo sur le versant ouest du Cofav (Corridor forestier Ambositra Vondrozo). La nouveauté introduite par le PSE est qu’il est désormais question d’un paiement pour protéger la nature en privatisant le bien collectif qu’est l’environnement.
Une grande diversité de systèmes existe mettant en relations différents acheteurs et vendeurs. Dans le cas présent, les destinataires des paiements sont des communautés locales. Elles sont rémunérées par le programme de petites subventions du Fond pour l’environnement mondial (GEF/SGP/PNUD) pour réduire leurs usages de la nature et contribuer ainsi à la protection de l’environnement. Ce dispositif conditionne la contribution à un changement d’attitude, via de nouvelles activités rémunératrices hors de la forêt qui mobilisent des pratiques à la fois favorables au service environnemental et à la production agricole et/ou artisanale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce sont deux types de Transferts de gestion des ressources naturelles renouvelables (TGRNR) : la GC (...)

1Considéré par les naturalistes comme l’un des sept pays dans le monde abritant une richesse écologique exceptionnelle, Madagascar a mis en œuvre, depuis les années 1990, des politiques environnementales dans un contexte de libéralisation et de démocratisation. L’engagement dans une décentralisation de la gestion des ressources naturelles et forestières, impliquant une participation des communautés locales, instaure de nouveaux territoires avec un objectif de gestion contractualisée des forêts (GCF et GELOSE1). Après le congrès mondial sur les Parcs à Durban en 2003, la création du système d’aires protégées à Madagascar (SAPM) symbolise la volonté de l’État malgache appuyé par des ONG internationales et de grands bailleurs de fonds. La définition des corridors forestiers s’inscrit dans une approche écorégionale et, à partir de 2006, une politique des nouvelles aires protégées (NAP) est activement menée. La protection de la biodiversité, objectif de ces différents dispositifs, est désormais un moyen de lutte contre la pauvreté.

2Le dernier né des dispositifs, les paiements pour services environnementaux (PSE), entraîne lui aussi des transformations dans les modalités des politiques environnementales. Il reconfigure l’occupation de l’espace et les usages des ressources naturelles, mobilise des acteurs de l’espace rural, assigne des objectifs précis dans le cadre de fonctions de régulation (biodiversité, paysage, eau…) prenant en compte les activités productives et les dimensions environnementales d’un développement durable.

  • 2 Le Lalangina était l’un des quatre royaumes historiques du Betsileo. Ce nom désigne actuellement un (...)

3Par une concentration et une diversité en dispositifs environnementaux, par une multitude d’intervenants dans différents domaines, agricole, artisanal et touristique, le district du Lalangina2 en pays Betsileo sur le versant ouest du corridor forestier Ambositra Vondrozo (Cofav) est particulièrement intéressant pour analyser à la fois la territorialisation des politiques, leur articulation les unes avec les autres mais aussi leur appropriation locale. La mise en place de l’instrument PSE à travers la filière carbone s’inscrit dans ce territoire forestier d’une manière particulière.

4Cet article analyse la manière dont le concept de PSE renouvelle les politiques environnementales, sa mise en pratique et son appropriation paysanne au niveau local. Autrement dit que signifie « acheter et vendre le maintien de l’environnement », quels en sont les mécanismes et les résultats par rapport au double objectif de conserver la biodiversité et réduire la pauvreté ?

  • 3 Le problème de l’observatoire est sa durée qui n’est pas toujours assurée au cas où la question sci (...)

5Notre dispositif de recherche s’appuie sur une étude de terrain menée depuis 2003 sur le versant ouest du corridor forestier, dans la commune rurale d’Androy et le fokontany d’Amindrabe riverain du parc national de Ranomafana. Le fokontany d’Amindrabe est un site d’étude privilégié et constitue un observatoire3, un dispositif d’investigation à l’échelle locale d’un grand intérêt dans sa dimension de recherche (figure 1).

Figure 1 : Carte de localisation

Figure 1 : Carte de localisation
  • 4 A succédé à l’ANGAP (Association nationale pour la gestion des aires protégées) en 2008.
  • 5 Le REDD est un mécanisme financier destiné à réduire la déforestation et la dégradation des forêts (...)

6De 1991, année de création du parc national de Ranomafana, à 2011, année de mise en place du plus récent des outils de conservation de la biodiversité, le PSE, le fokontany d’Amindrabe a connu de nombreux dispositifs mettant en relation, du global au local, des territoires de différents niveaux et une multiplicité d’acteurs (bailleurs de fonds, ONG internationales et locales, État, Madagascar National Parks4, paysans). Ces dispositifs ont contribué en deux décennies à une recomposition des territoires, des savoirs et des pouvoirs. Celle-ci n’est pas établie puisque la mise en place du mécanisme REDD5 ne saurait tarder sur le territoire approprié qui vient d’être défini, celui du Cofav. Et pourtant, lors de son intervention à la conférence des Nations-Unies Rio +20 en juin 2012, le président de la Haute autorité de la transition de Madagascar a déjà mis l’accent sur l’agriculture avec l’objectif que la grande île devienne « le grenier de l’océan Indien et du continent africain » en retenant « le modèle de l’économie verte et de l’agriculture intensive ». Cette perspective s’éloigne du cap que, jusqu’ici, fixait la « vision Durban ».

7Dans la grande diversité des PSE qui mettent en liaison différents acheteurs et vendeurs, notre étude se focalise sur les communautés locales comme destinataires des paiements. Il s’agit de PSE incitant ces dernières, rémunérées par un programme de petites subventions du Fonds pour l’environnement mondial (GEF/SGP), à des pratiques à la fois favorables au service environnemental et à la production agricole et/ou artisanale. Nous analyserons le PSE mis en place à l’échelle du fokontany d’Amindrabe avec pour but une réduction des activités préjudiciables sur la forêt (photo 1).

Photo 1 - En route pour Amindrabe : une présence humaine en zone forestière.

Photo 1 - En route pour Amindrabe : une présence humaine en zone forestière.

Le fokontany d’Amindrabe

La commune rurale d’Androy dans le district du Lalangina est composée de 10 fokontany avec une population de 12 001 habitants en 2007, soit une densité de 46,6 hab/km². L’augmentation actuelle de la population est importante, avec un taux de croissance annuelle de 3,1 %.

Le fokontany d’Amindrabe, entièrement en forêt, regroupe 31 villages et hameaux et compte un millier d’habitants. Son chef-lieu se trouve à une quinzaine de kilomètres à vol d’oiseau d’Androy, centre administratif de la commune éponyme lui-même localisé à 35 km au nord-est de la capitale de la région, Fianarantsoa. Le village, accessible uniquement à pied, est très éloigné des marchés hebdomadaires les plus proches, Alakamisy Ambohimaha (le jeudi, 6 heures de marche vers le sud-ouest) et Sahambavy (le dimanche, 6 heures de marche vers le nord-ouest).

Un environnement de moyenne montagne, de 1 100 m à 1 500 m d’altitude, caractérise le secteur. Des dénivellations marquées séparent les lignes de crête des talwegs où s’observe une alternance d’axes d’écoulement en pente forte et de bas-fond à secteur marécageux. Une mosaïque végétale de faciès forestiers habille l’ensemble : des plantations d’eucalyptus, mais surtout la forêt dense ombrophile multi-strate à Weinmannia et Tambourissa.

Depuis 1999 le fokontany bénéficie d’actions agro-environnementales avec financements de l’USAID (programme LDI devenu PTE puis ERI) puis du FEM (programme de petites subventions).

En décembre 2003, un contrat de transfert de gestion, GCF, a été signé avec les membres de la Communauté locale de base (Coba). La Coba Analameva (litt. à-la-belle-forêt) réunissait 149 membres en 2003, et 297 en 2011. La superficie totale du périmètre forestier transféré est de 5 212,66 ha, soit les trois quarts du territoire du fokontany d’Amindrabe, répartis entre zone de conservation (3 396 ha) et zone de droits d’usage (1 103,66 ha) (figure 2).

Figure 2 : La GCF d’Amindrabe dans le district de Lalangina

Figure 2 : La GCF d’Amindrabe dans le district de Lalangina

Politiques environnementales et dispositifs territorialisés

8Cette première partie retient une approche à la fois diachronique (au cours des trois dernières décennies) et multiscalaire justifiée par l’empilement des dispositifs et la multiplication dans le temps et dans l’espace du nombre d’acteurs et de territoires de différents niveaux. Les PSE actuels ne peuvent se comprendre qu’en prenant en compte les dispositifs antérieurs, aux échelles nationale, régionale et locale, que ce soit les aires protégées, les corridors forestiers et les transferts de gestion des ressources naturelles renouvelables.

Échelle nationale : un processus de reclassement territorial

9Madagascar a été classée parmi les 25 premiers biodiversity hotspots de la Terre dès l’apparition de ce concept en 1988 (Myers et al., 2000). L’île fait aussi partie des « Global 200 », les écorégions définies par le WWF (Olson et Dinerstein, 1998). Elle participe par ailleurs au groupe des pays « Mégadivers » très impliqués dans la création du groupe de travail sur l’accès et le partage des avantages tirés des ressources génétiques de la Convention sur la diversité biologique (CDB). Enfin, la mise en place d’une politique environnementale ambitieuse en 1989, connue sous le nom de PNAE (Plan national d’action environnementale), avec l’appui de la Banque mondiale, des agences internationales et d’organisations non gouvernementales, est reconnue comme une initiative pionnière.

10La Charte de l’environnement, adoptée sous forme de loi d’État, cadre l’exécution de la politique nationale de l’environnement. L’objectif est de renverser la « spirale de dégradation » en « intégrant la politique de l’environnement dans le développement global du pays » et en dépassant l’impasse de l’opposition préservation/développement par la conception de politiques de lutte contre la pauvreté (Ministère de l’Environnement, des eaux et forêts, 2004).

11Annoncé lors du congrès de Durban, l’engagement malgache de tripler la superficie des aires protégées porte le niveau de conservation à 10 % de la surface totale de l’île, conformément aux recommandations de l’UICN. Ceci s’est traduit par la création du SAPM (système d’aires protégées à Madagascar). Par la suite, Madagascar a mis en place une Fondation pour les aires protégées et la biodiversité, puis s’est positionné sur le mécanisme REDD comme outil de financement de la conservation. Crédité par la communauté internationale, le pays est devenu depuis le début des années 1990 un bon élève sur la scène des politiques publiques de gestion de la nature.

  • 6 Elle a entrainé le remplacement du président Marc Ravalomanana par Andry Rajoelina, actuel dirigean (...)

12La crise politique6 en 2009 met le pays à l’index car elle rime avec désastre environnemental et destruction continue de la forêt (Randriamalala et Liu, 2010 ; Galibert, 2011), ce dernier point alimentant un débat toujours d’actualité (Pollini, 2010). C’est également l’année de renouvellement du PNAE, au bilan mitigé après deux décennies d’action. La première phase (PE1, de 1990 à 1995) en a été jugée trop conservationniste, la deuxième (PE2, de 1996 à 2002) a introduit la gestion communautaire des forêts, une innovation saluée (Bertrand et al., 2009), mais en même temps questionnée (Maldidier, 2001 ; Randrianarison et Karpe, 2010 ; Pollini et Lassoie, 2011 ; Blanc-Pamard, 2012), quand elle ne fait pas l’objet d’un constat d’échec sur un plan plus général (Hutton et al., 2005). Une influence marquée des ONG internationales de l’environnement, fondamentalement biocentrées, caractérise la troisième phase (PE3, de 2003 à 2009) et se traduit par une priorité accordée à la protection de la nature : elle exclut les activités humaines d’espaces autrefois utilisés, moyennant un système de compensations économiques qui tarde à se concrétiser (Rakoto Ramiarantsoa et al., 2012). Mais, au-delà de ces résultats en demi-teinte dans ce pays où l’instabilité politique et la pauvreté s’imposent comme des données structurelles, la fin du PNAE pose la question du financement durable de la conservation. Le contexte néolibéral prégnant incite Madagascar, déjà volontaire pour le mécanisme REDD (Rakotoarijaona, 2012), à valider une approche économique des fonctions de sa biodiversité pour pouvoir la conserver. Cette marchandisation à travers les paiements pour services environnementaux apparaît comme une nouvelle manne financière.

Échelle régionale - La région de Fianarantsoa : le corridor

13Dans la région de Fianarantsoa, le corridor Ranomafana-Andringitra-Ivohibe (RAI) entre le parc national de Ranomafana au nord et la réserve spéciale du Pic d’Ivohibe au sud en passant par le parc national d’Andringitra, créé en 1995, est une bande forestière étroite (de 5 à 15 km de largeur) qui « joue un rôle primordial non seulement pour les écologues mais aussi pour les populations locales » (Freudenberger et al., 1999).

  • 7 Le concept de corridor est apparu en écologie du paysage dès le début des années 1980 (Forman et Go (...)

14Pendant la décennie 1990, l’approche corridor écologique7, conçue en vue d’une meilleure conservation de la biodiversité, a été mise en place à différentes échelles dans les pays du nord et les pays du sud. Cette approche passe d’une nature à conserver sur un territoire donné à une gestion du territoire dans un processus qui intègre différents espaces, usages et acteurs (Carrière-Buchsenchutz, 2006).

Le corridor forestier Fandriana Vondrozo (Coffav)

  • 8 Soit une augmentation de 76 % par rapport au corridor Ranomafana-Andringitra-Ivohibe.

15En 2006 est créée une nouvelle aire protégée plus étendue correspondant au corridor forestier Fandriana Vondrozo (Coffav). Sa superficie atteint 499 598 ha et englobe la majeure partie de la forêt humide d’altitude de la province de Fianarantsoa. Longue de 300 km8, elle est significative d’une volonté politique de compléter les aires protégées existantes.

Du Coffav, aux Cofav et Coffam

  • 9 La discussion sur l’attribution de la délégation de gestion du Cofav était toujours en cours fin 20 (...)

16Le Coffav a été divisé en 2008 en deux grands blocs, principalement pour des raisons administratives : au nord le Coffam (le corridor forestier Fandriana Marolambo), et au sud le Cofav (corridor forestier Ambositra Vondrozo). Le Cofav touche cinq régions (Amoron’i Mania, Vatovavy Fitovinany, Atsimo atsinanana, Ihorombe et Haute Matsiatra), neuf districts (Ambositra, Ambohimasoa, Ifanadiana, Lalangina, Fianarantsoa, Ambalavao, Ikongo, Ivohibe, Vondrozo), 42 communes et 167 fokontany (figure 3). Avec une altitude variant entre 200 et 1900 m, il a une longueur de 200 km et une largeur variant entre 2 et 50 km ; il couvre une superficie d’environ 290 281 ha. Le Coffam concerne quatre régions (Antsinanana, Vatovavy Fitovinany, Amoron’i Mania et Vakinankaratra) et 23 communes (figure 3). La gestion du Coffam est confiée au Madagascar National Parks et celle de Cofav, à un service du ministère de l’Environnement et des forêts9.

Le partage du COFAV

17Dans les faits, une entente entre les deux grandes ONG de l’environnement que sont WWF et CI a été trouvée pour départager leur action au sein du Cofav. La partie nord, d’Ambositra au parc de l’Andringitra, est gérée par CI, tandis que la partie sud d’Ivohibe à Vondrozo, l’est par WWF.

  • 10 NODE : Programme d’octroi de petites subventions ; SEP : service écologique participatif ; PHCF : p (...)

18A une autre échelle, CI et WWF se répartissent le territoire en différents programmes pour mettre en œuvre des mécanismes de type PSE. CI propose l’approche par des programmes NODE et SEP. WWF pour sa part focalise sur une approche PHCF10.

19Parmi les acteurs de la mise en place du Cofav figure le Comité multilocal de planification (CMP), créé en 1999. Le CMP regroupe les principaux intervenants des actions de conservation/développement : représentants de l’État, sociétés civiles et acteurs de programmes. En 2007 cette plateforme crée le CMP Tandavanala, une ONG « œuvrant pour la conservation des ressources naturelles et le bien-être de la communauté », et au discours rejoignant les grands principes des actions pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’atténuation des changements climatiques11. C’est aussi une manière de se positionner sur les financements destinés au corridor.

De l’échelle régionale du Cofav à celle communale des transferts de gestion : une fabrique de territoires qui se recoupent et se chevauchent

20La nouvelle aire protégée Cofav est désormais matérialisée par une limite, ce qui n’était pas le cas du premier corridor forestier défini en 1995. Le territoire de toute la forêt est zoné, considéré comme une « Réserve de Ressources Naturelles » (Ministère de l’environnement et des forêts, 2009), ce qui traduit la notion de patrimoine national et lui confère une dimension de bien public mondial.

  • 12 Les aires protégées sont héritières des dispositifs coloniaux : RN, Réserves Naturelles dès 1927 – (...)
  • 13 Le dispositif GCF (gestion contractualisée des forêts) domine. En 2010, on comptait 90 transferts d (...)

21Les dispositifs de gestion de la biodiversité sont appliqués à deux échelles, celle du Cofav et celle des communes en périphérie de celui-ci. La première installe des aires protégées12, alors que la seconde œuvre avec les transferts de gestion13. Cette politique environnementale génère un archipel de territoires de conservation à différentes échelles et reliés entre eux, autant d’éléments créant des frontières et des zonages qui se recoupent et se chevauchent.

22Dans le domaine des transferts de gestion, la GCF implique les populations locales à travers les contrats de gestion passés entre communautés de base (Coba) et services techniques déconcentrés. Le dispositif constitue un territoire de conservation par zonage, l’exploitation de la forêt devant s’effectuer conformément à un plan d’aménagement qui fixe le volume annuel de prélèvement et le zonage des unités : zone de conservation où est interdite toute exploitation, zone de droits d’usage – utilisation quotidienne locale de produits forestiers – et zone de production où l’exploitation à but commercial est autorisée selon certaines prescriptions inscrites dans le cahier des charges. Le transfert de gestion pâtit souvent d’une mise en place trop rapide qui a produit des réglementations au statut incertain ou contesté et, en fin de compte, une inquiétante incurie. Les marges d’interprétation sont importantes et les membres de la Coba en jouent (Blanc-Pamard, 2012).

  • 14 ZUC : zone d’utilisation contrôlée, également dénommée ZUD –zone d’utilisation durable-. ZOC : zone (...)

23Le zonage de la NAP est appliqué sur le territoire des communes situées en périphérie du Cofav. Pour la commune d’Androy, la figure 4 indique, à l’ouest de la bordure du parc national de Ranomafana dans le fokontany d’Amindrabe, une zone prioritaire de conservation (ZPC), et une zone tampon qui se subdivise en ZUC, ZOC et ZET14. La figure 5 qui enregistre deux dispositifs territorialisés rend compte d’un double zonage, celui du Cofav et celui de la GCF Amindrabe.

Figure 4 : Le zonage de la NAP dans la commune d’Androy

Figure 4 : Le zonage de la NAP dans la commune d’Androy

Figure 5 : Le COFAV et la GCF d’Amindrabe

Figure 5 : Le COFAV et la GCF d’Amindrabe
  • 15 De plus, les couleurs et les termes changent pour un même zonage.

24Cette multiplication des zonages par type de conservation fabrique des territoires qui ne sont pas toujours cohérents ni concordants15 et sur lesquels s’appliquent des réglementations portant à la fois sur des espaces physiques délimités et sur des droits d’usage, d’accès, de production et de commercialisation. Dans tous les cas, un nouvel ordre environnemental fait de règles, de restrictions et d’exclusions est mis en place. Et tout ceci, comme le montrent les deux figures 4 et 5, aboutit à produire un territoire inintelligible, voire illisible.

25Cela est encore plus complexe car, en réalité, l’enjeu est ailleurs. Les bailleurs du mécanisme REDD demandent que les unités de forêt soient bien individualisées en tant que formations naturelles. La perspective de paiements pour services environnementaux a modifié le contenu et la taille des zones en forêt puisque les projets sont d’autant plus intéressants que leur grande étendue permet d’éviter les « fuites » (Karsenty et Pirard, 2007) et de réaliser des économies d’échelle (Smith et Scherr, 2002). La logique du PSE et du mécanisme REDD guide désormais la gestion du corridor devenu un marché de la biodiversité. Ce qui échappe aux acteurs locaux est que, avec ce modèle de développement, leur adhésion participative au transfert de gestion n’en fait plus des gestionnaires de la forêt. C’est pourtant cette fonction qui était la raison de leur engagement. Ce changement se joue sur la scène mondiale et n’est pas exprimé au niveau local. Il est conditionné par la nécessité de trouver de nouveaux financements de la politique environnementale après la fin de la phase PE3 en 2009.

  • 16 SAHA (Sahan’Asa Hampandrosoana ny eny Ambanivohitra) est un programme d’appui au développement rura (...)
  • 17 Koinonia : association créée en 2005, partenaire d’une ONG italienne Averiko (litt. donner-en-retou (...)
  • 18 Créée en 2000, Haonasoa collabore avec les Projets et Institutions régionales et nationales pour la (...)

26Dans cette relation désormais obligatoire avec le niveau international, des programmes et/ou des ONG nationales qui ont un bureau à Fianarantsoa jouent un rôle d’intermédiaire, à l’exemple de Saha Betsileo16, de Koinonia17, ou encore de l’association Haonasoa18, très présente dans notre zone d’étude et reconnue pour son expertise sur les projets de conservation/développement du corridor. Ces organisations mettent en œuvre différents types de partenariat qui vont de l’accompagnement à la prestation, suivant les termes du contrat, et travaillent aussi bien avec des bailleurs de fond qu’avec divers organismes publics et/ou privés, gérant des projets sous forme de mandats.

27Dans leur inscription spatiale, les politiques environnementales malgaches œuvrent à différentes échelles, ce qui, sur les mêmes lieux, entraîne des arrangements et des agencements de nouveaux territoires. Le Cofav décline un empilement de dispositifs territorialisés, le Cofav lui-même étant un dispositif. La reconfiguration des territoires dans un objectif de conservation génère des formes spatiales d’incertitude, ce qui crée une confusion alors que l’objectif est de produire des structures d’organisation durables. Le réaménagement entraîne aussi un nouveau classement des usages passés et un ré-agencement des groupes qui les développent ainsi que des relations sociales qui encadraient ces usages : il y a désappropriation ou appropriation territoriale. Le PSE, dernier né des perspectives de la conservation, s’articule aux autres dispositifs. Tous sont actifs : en recomposition pour le Cofav, en création ou renouvellement pour les transferts de gestion et en construction pour les PSE. Les acteurs locaux sont livrés à eux-mêmes dans leur apprentissage des dispositifs successifs, ce qui va permettre à certains d’en tirer parti.

Instruments de conservation de la biodiversité, de développement rural et de réduction de la pauvreté

28Deux types d’instruments de préservation de la biodiversité, liés aux dispositifs territorialisés de conservation, sont à l’œuvre. Il s’agit d’une part d’actions qui visent à coupler conservation et développement rural et, d’autre part, de programmes de financement d’un développement local préservant les ressources environnementales. Tous deux entendent compenser les restrictions sur l’utilisation de la forêt.

Articuler conservation de la biodiversité et développement rural

  • 19 Voir notamment les numéros 257 et 258 des Cahiers d’Outre-Mer (2012), consacrés au thème « Enjeux e (...)

29Les études les plus récentes sur la préservation forestière19 continuent de mettre en avant l’importance d’une articulation entre conservation et développement au bénéfice des populations locales. Pour que celles-ci ne soient pas perdantes, le changement du mode de gestion traditionnel en une approche plus durable sur le plan écologique et équitable au niveau de la distribution des retombées reste une tâche difficile. Les solutions à ce dilemme socio-écologique persistant sont de deux types : une compensation financière, via les droits d’entrée dans l’aire protégée (DEAP) des parcs nationaux, versée aux communes riveraines de ces parcs et un développement d’opportunités économiques avec le mouvement Kolo Harena pour ces mêmes communes.

Les DEAP, une efficacité limitée

30Les DEAP sont des instruments de réduction de la pauvreté en périphérie des parcs nationaux. Leur attribution permet de mettre en place des activités alternatives à la déforestation pour les communautés riveraines. Ce faisant, en plus de leur rôle dans la conservation de la biodiversité, les parcs nationaux constituent « en matière de développement économique et social durable une zone et un facteur significatif de développement socio-économique au niveau local, régional et même provincial » (ANGAP, 2002). Les moyens accordés donnent aux populations bénéficiaires constituées en associations « le pouvoir d’initiative et de décision dans la définition et la mise en oeuvre des actions de conservation et de développement dans la zone périphérique » (op. cit.).

31C’est ainsi que l’ANGAP a consacré, dès 1994, 50 % des droits d’entrée dans les DEAP pour financer des actions de développement lancées par des associations paysannes mises en place dans les fokontany de la zone périphérique.

32Dans le fokontany d’Amindrabe, l’association pour les DEAP a reçu un financement à quatre reprises depuis 1994. Après une phase pendant laquelle les fokontany étaient censés recevoir ces crédits du parc national de Ranomafana (PNR) pour des projets de développement local, la donne a changé en 2003. Il faut une constitution formelle d’associations paysannes composées d’un minimum de sept membres pour bénéficier de ce financement. Une grande effervescence en a résulté avec douze projets d’associations en 2004 dans le fokontany : neuf conçus pour l’aménagement de rizières, un pour la pisciculture, un autre pour l’élevage de poules pondeuses et un dernier pour l’élevage porcin. Aucun de ces projets n’a reçu d’accord, ce qui explique la réduction par la suite à seulement deux propositions, la principale réunissant 80 membres en vue d’aménager des rizières.

  • 20 La procédure est très longue avec les étapes suivantes : montage du projet, validation par le maire (...)
  • 21 En 2008, sur un total de 375 000 touristes, 55 % ont visité des parcs nationaux (chiffres donnés pa (...)
  • 22 Alors que l’instituteur prend en charge la constitution du dossier et assure le relais entre la pop (...)

33La complexité de la constitution du dossier20 ainsi que les recettes limitées à partager entre les parcs nationaux et leurs communes riveraines21 sont des facteurs participant au faible nombre des demandes honorées. On peut cependant remarquer que, à travers ces initiatives, les activités ciblent seulement quelques catégories de personnes qui ne sont pas toujours les plus défavorisées ; par ailleurs ce sont la plupart du temps les mêmes personnes qui s’engagent dans plusieurs associations. La majorité d’entre elles reposent sur une structure lignagère en relation avec le lieu de résidence. Elles reproduisent la hiérarchie sociale puisque ce sont un lettré et/ou un notable qui en sont les présidents22.

34Au total, le bilan des apports des parts de recettes DEAP au développement local est bien faible. Par ailleurs, la majorité des demandes vise à obtenir en quelque sorte un crédit pour aménager des bas-fonds en rizières : c’est une extensification qui, en débordant des zones actuellement occupées, ne constitue pas réellement une alternative aux pressions sur l’aire protégée.

Le mouvement associatif Kolo Harena, à l’avantage des plus aisés

35Le programme LDI/Fianarantsoa, devenu ERI (programme d’initiatives éco-régionales), est intervenu dès 2001 en appui au mouvement associatif Kolo Harena (litt. « entretenir richesse ») (Freudenberger, 2002).

36Les premières associations se sont constituées en 1998 et n’ont cessé de se développer en nombre. L’objectif est de lier gestion des ressources naturelles et développement économique, en aidant la population à trouver des moyens d’existence qui n’aggravent pas la déforestation et qui appuient la conservation de la biodiversité. Il s’agit de réduire la pression sur le corridor en augmentant les revenus paysans hors de la forêt, en proposant des activités comme l’arboriculture (pépinières de caféiers et d’orangers), la pisciculture, l’apiculture avec installation de ruches aux abords des maisons, la riziculture améliorée… L’adoption des cultures de contre-saison comme la pomme de terre est également encouragée par Kolo Harena. L’intensification des pratiques agricoles (cultures en courbes de niveau sur les interfluves, techniques de riziculture améliorée dans les bas-fonds) reste limitée, au bénéfice des ménages les plus aisés.

37Dans la commune d’Androy, ce mouvement associatif est actif dans le fokontany de Iambara et le village d’Ambendrana, avec 40 groupements Kolo Harena totalisant 445 paysans. Il ne concerne pas le fokontany d’Amindrabe où ce sont les seuls DEAP du parc national qui financent les projets paysans.

Les paiements pour services environnements

Qu’est ce qu’un PSE ?

38Les paiements pour services environnementaux sont de nouveaux outils de conservation de la biodiversité fondés sur des relations marchandes. Ils constituent des modes d’intervention qui complètent la panoplie des instruments de politique environnementale classiques, comme les dispositifs territorialisés prescriptifs et réglementaires. Une grande diversité de systèmes existe, mettant en relation différents acheteurs et vendeurs.

  • 23 Thèse soutenue le 3 mai 2010 (AgroParisTech et Université d’Anatananarivo) sous le titre « Les paie (...)
  • 24 Serena : Services environnementaux et usages de l’espace rural (Madagascar, Costa Rica, France), 20 (...)
  • 25 Pesmix : Paiements pour services environnementaux : nouvelle panacée ou auxiliaire pour gérer les t (...)

39La littérature consacrée à cette notion et à ses définitions est abondante, en langues française et anglaise. Il s’agit d’articles théoriques et méthodologiques d’auteurs de disciplines diverses (économie au premier rang, écologie, agro-économie, géographie, sciences politiques). En ce qui concerne Madagascar, signalons le travail pionnier de Mino Randrianarison23, des recherches menées à l’ESSA (Ranoarisoa, 2010) et des programmes de recherche financés par les ANR Serena24 et Pesmix25.

40Swen Wunder, fort de son expérience en Bolivie et au Vietnam, a le premier défini les PSE : « Les PSE sont une transaction volontaire, où un service environnemental bien défini est acheté par au moins un acheteur à au moins un vendeur si et seulement si le service est effectivement préservé. » (Wunder, 2005). Cette définition sert de référence aux différents auteurs et acteurs investis sur la question, qui précisent aussi leurs sensibilités. Diane Simiu indique le champ global du service : « le PSE consiste en une négociation entre les agents économiques acceptant de payer pour réduire un problème environnemental et ceux acceptant une compensation pour réduire l’activité à l’origine du problème environnemental. » (Simiu, 2008). Pour l’Agence française de développement, « Le PSE est un outil économique grâce auquel un producteur de service(s) environnemental(aux), non contraint, est rémunéré pour mettre en œuvre des pratiques qui assurent le maintien de ce(s) service(s) environnemental(aux) » (Laurans et al., 2011). Alain Karsenty souligne que « un PSE est une rémunération d’un agent économique pour un service rendu à d’autres agents (où qu’ils soient dans le temps et dans l’espace) à travers une action intentionnelle visant à préserver, restaurer ou augmenter un service environnemental convenu » (Karsenty, 2011 ; Karsenty et al., 2010). Un autre éclairage met en avant le fait qu’il s’agit d’une « incitation financière des usagers des ressources pour que soit ils ne dégradent pas les écosystèmes fournissant ces ressources, soit ils adoptent des pratiques maintenant, voire produisant des SE » (Barnaud et al., 2011).

  • 26 L’auteur a analysé trois cas différents de contrats : contrats de conservation, suivis écologiques (...)

41Mino Randrianarison ne donne pas une définition des PSE, arguant du fait que c’est le terme de « contrat de conservation » qui a été employé dès 2001 : « les PSE apparus récemment dans le discours des ONG […] consistent à compenser les fournisseurs de services environnementaux en fonction de leurs efforts26. Pour ce faire, des accords sont passés entre la personne qui doit protéger les ressources naturelles et le bailleur, une ONG de conservation. » (Randrianarison, 2011). Plus récemment, le rapport national élaboré à l’occasion de la participation de Madagascar à Rio +20 consacre 11 pages sur 136 à la « gestion de la biodiversité » dont un court paragraphe sur les PSE présentés comme des « initiatives qui intègrent l’aspect socio-économique dans les interventions visant la préservation de la biodiversité » (Rapport national Madagascar, 2012).

  • 27 Il faut remarquer que, à l’inverse, les contrats de transfert de gestion, qui ont pourtant des term (...)

42Avant de préciser notre définition établie à partir de notre travail sur le terrain, résumons les innovations marquantes des PSE à Madagascar. Les PSE consistent en une rémunération contractuelle et directe des acteurs-paysans pour les inciter à mener des actions favorables à l’environnement et/ou à renoncer à des pratiques néfastes. Les opérateurs intermédiaires jouent un rôle important en accompagnant les communautés locales dans la création des PSE. Ils aident à définir les termes du contrat ainsi qu’à fixer et faciliter les transactions financières. Plus encore, ils sécurisent les bénéficiaires comme les fournisseurs de services environnementaux. Par ailleurs, la durée des contrats est le plus souvent de deux ans renouvelables sur une même période, l’idée étant que, une fois les activités opérantes, la rémunération ne sera plus nécessaire27. Enfin la formation, négligée dans les actions de transfert de gestion, occupe une place importante dans les interventions afin de donner aux Coba les capacités humaines, organisationnelles et techniques nécessaires à leur fonctionnement.

Les PSE dans le Cofav : paiements indirects, paiements directs

43Les PSE s’adossent aux transferts de gestion et aux Coba, c’est-à-dire à une structure et à un fonctionnement. Dans la mesure où les contrats PSE locaux n’ont pas de base légale car il n’y a pas de loi les administrant, ces contrats se servent des outils offerts par les transferts de gestion formalisés : plan d’aménagement, plan de gestion, cahier des charges. Les PSE contribuent ainsi à réengager les COBA dans la gouvernance des ressources de leur terroir. Nous exposons ici les deux types de paiements en rapport avec des services environnementaux qui intéressent le Lalangina

44Les paiements indirects. Ils sont de plusieurs types selon les ONG qui les pilotent : le pacte de conservation avec CI (programmes NODE et SEP) ; le PHCF (Programme holistique de conservation des forêts) avec WWF. Ils sont territorialisés suivant les zones d’action de CI et WWF dans le Cofav. Le pacte de conservation de CI (programme NODE et SEP), une des traductions de cette forme de paiement, représente un outil pour la responsabilisation des communautés locales.

Contrat signé entre CI et une communauté de base (Coba), un « pacte de conservation » permet d’opter pour la conservation, de protéger les ressources naturelles, en échange de bénéfices pour les communautés. Ces bénéfices sont négociés et conditionnés à la réalisation d’objectifs de conservation, […]. Ce contrat vient en complémentarité aux transferts de gestion existant […]. CI travaille en partenariat avec des ONG locales qui assurent l’accompagnement continu des communautés dans la mise en œuvre de cette approche. Dans le Cofav, […] jusqu’en juin 2012, vingt Coba reparties dans trois secteurs du corridor seront bénéficiaires de ces appuis : 17 Coba des secteurs Ikongo Nord et Ikongo Sud, Région Vatovavy Fitovinany et 3 Coba du secteur Ambalavao, Région Haute Matsiatra ».

Extrait du journal Songadina, n° 10, juillet-septembre 2011.

45Cette description du pacte de conservation témoigne qu’il s’agit bien d’un contrat de type PSE avec une distribution de revenus procurés par des actions de préservation, à l’exemple de la réduction de la déforestation, aux communautés locales. C’est aussi pour CI une autre façon de fidéliser des communautés et de marquer son territoire dans le Cofav.

  • 28 Janvier 2013, 1 ariary = 0,0003 euro.

46Ces contrats relèvent pour une part des programmes d’octroi de petites subventions (NODE) qui, depuis 2004, figurent dans l’agenda de CI. Ils visent à retenir les populations hors de la forêt, ce qui se traduit de différentes manières par des actions d’intensification agricole, de formation à de nouvelles techniques et d’amélioration du bien-être. « Véhiculer des bonnes pratiques en matière de conservation » est un objectif de ce type de projet, le terme « bonnes pratiques » renvoyant aux opérations de développement rural qui proposaient des techniques appropriées. Depuis 2007 l’approche NODE s’est précisée, confiant à un prestataire de service la mise en œuvre et la gestion du projet (figure 6a). Les projets ciblés s’orientent désormais plus nettement vers des mécanismes de type PSE et concernent des ménages dont les activités ne nécessitent pas de gros investissements. On parle de micro-projets s’élevant à 2 millions d’ariary (soit 680 euros)28 en moyenne par association. Ce sont des subventions « coup de pouce » sur deux ans.

Figure 6 : À propos des PSE : paiement indirect, paiement direct, fonctionnement

Figure 6 : À propos des PSE : paiement indirect, paiement direct, fonctionnement

6a : Paiement indirect
6 b : Paiement direct
6 c : Le fonctionement du PSE

47L’ensemble des programmes Node arrive à son terme fin 2011 et l’évaluation ex-post décide de leur renouvellement ou non : l’agenda traduit l’absence d’obligations de résultats comme indicateur pendant la durée du financement. Un tel transfert de don peut-il être considéré comme un élément de responsabilisation des Coba, ce qui est un autre objectif central de Node ?

Exemple d’un programme Node à Ambendrana

Ambendrana, un de nos deux villages d’étude de la commune rurale d’Androy, est concerné par un projet Node. Il porte sur « l’amélioration du bien-être des villageois » à travers la fourniture en eau, ce qui entre dans le champ de la conservation. En effet, s’appuyant sur le discours « Protéger la forêt, c’est sous-entendu protéger l’eau », la Coba d’Ambendrana soulève son problème de pénurie en eau potable en période de cyclone car les sources auxquelles s’alimente le village sont inondées pendant 2 ou 3 jours. La demande présentée en 2007 auprès de MNP dans le cadre des droits de DEAP de zone périphérique d’aire protégée aboutit à :

- un crédit de MNP ;
- des conseils de MNP de demander à la commune un financement auquel la COBA a droit ;
- un financement par contrat NODE pour lequel Ambendrana bénéficie de l’appui d’un technicien du PNR.

5 bornes fontaines ont été réalisées, 3 à Ambendrana et 2 à Analalava.

Le programme Node a pris en charge l’adduction d’eau et la construction des bornes fontaines, le chantier s’est achevé en novembre 2008. La réception officielle des bornes a été l’occasion d’une fête. Le pont accédant au village a été un gain supplémentaire.

48Pour une autre part, CI mobilise le Suivi écologique participatif (SEP). C’est un contrat avec une Coba suivant une collaboration directe entre agents de CI et membres de Coba. Les Coba s’engagent à mener des activités de conservation et reçoivent en contre partie des appuis en moyens, matériels pour effectuer des patrouilles afin de suivre l’évolution d’espèces faunistiques et floristiques, et financiers pour indemniser les agents de contrôle, ainsi que le financement de micro-projets de développement. Il s’agit d’un paiement indirect d’actions de protection de l’environnement, même si, contrairement à la structure Node, il n’y a pas ici d’interface entre CI et les Coba concernées. CI envisage de combiner SEP et Node. Le Programme Holistique de Conservation des Forêts (PHCF) est une autre forme traduisant un paiement indirect.

Extrait de la présentation du Programme Holistique de Conservation des Forêts (PHCF) – Alternative Carbone (website : actioncarbone.org ; un programme de la fondation GOODPLANET)

[…] BENEFICES ENVIRONNEMENTAUX

Réduction des émissions de gaz à effet de serre […] ;

Protection de la biodiversité de l’île via la diminution du taux de déforestation/dégradation des forêts ;

Préservation et restauration des services écologiques rendus par les écosystèmes forestiers (protection des sols, des nappes phréatiques) ;

Sensibilisation des populations aux enjeux du changement climatique et de la gestion durable des forêts ;

BENEFICES SOCIAUX

Amélioration de la qualité de vie des communautés locales, grâce à la diversification des productions agricoles et à l’amélioration de leurs rendements ;

Création d’emplois : recours à de multiples sous-traitants spécialisés (infrastructures agricoles, alphabétisation, inventaires écologiques, etc) ;

Renforcement des capacités locales aux niveaux institutionnel et universitaire (acquisition de matériel, transfert de compétences) […].

49Le PHCF29 a été mis en place dans le cadre du programme Footprint (empreinte écologique) de WWF. Il couvre plus de 515 000 ha tant en forêt humide qu’en forêt épineuse, sur cinq sites distincts, dont celui de Vondrozo touchant ainsi l’infrastructure écologique du Cofav. Sur ce dernier site, ce sont des micro-projets : activités de reboisement (pépinières d’eucalyptus et d’acacias), cultures d’haricots et d’arachides, élevage de lapins. Le PHCF développe des activités alternatives rémunératrices, en étroite collaboration avec les associations locales : c’est pourquoi il compte aussi, dans ses interventions, des « transferts de gestion qui servent de support à ses actions ». L’objectif du PHCF vise à « améliorer les conditions de vie des communautés qui vivent au contact des forêts car pour WWF il n’est plus question aujourd’hui de protéger les forêts (et par conséquent le climat), sans protéger les hommes et les femmes dont la vie en dépend », ce qui constitue une forme de paiement indirect à des fins de services environnementaux. Le PHCF comporte également un important volet « Comptabilité Carbone » destiné à évaluer le plus finement possible l’impact bénéfique sur le climat des diverses activités mises en œuvre sur le terrain pour lutter contre la déforestation (Rapport PHCF WWF, 2011). Ce n’est pas encore un mécanisme REDD, mais un « Carbon Learning Project » pour évaluer le carbone stocké. Cette première phase constitue une étape avant le passage à des projets de déforestation évitée. Il s’agit bien aussi pour WWF de marquer son territoire dans le Cofav.

  • 30 Le GEF/SGP, Global Environment Facility/ Small Grants Program, a commencé ses activités à Madagasca (...)

50Les paiements directs. Ils représentent le second type de rémunération pour services écologiques. Ils introduisent des dispositifs de financement qui installent une inversion des flux de crédit donnant des moyens aux Coba pour mener à terme leurs projets. C’est l’esprit du GEF/SGP30, programme sous financement Pnud, selon une conception des Coba comme gestionnaires des ressources naturelles. Ce programme a lancé un appel à projets communautaires pour la gestion durable de la biodiversité dans notre zone d’étude au début de l’année 2011. Il accorde de petites subventions pour contribuer « au renforcement des organisations communautaires de base en soutenant des actions concrètes liées à la mise en œuvre des objectifs des conventions internationales et de développement durable sous leur responsabilité directe » (Rapport GEF/SGP, 2012).

Appel à projets communautaires pour la gestion durable de la biodiversité (GEF/SGP ou Global Environment Facility/ Small Grants Programme)

Le programme de petites subventions du Fonds pour l’Environnement Mondial (GEF/SGP) est réalisé par le Pnud au nom de trois agences de réalisation du FEM et est exécuté par l’UNOPS (Bureau des Nations unies pour les services d’appui aux projets).

Le Comité national de pilotage du programme, composé d’acteurs nationaux, en majorité de la société civile, approuve chaque année des financements en faveur des communautés locales, pour la préservation de la biodiversité et la gestion durable des ressources naturelles malagasy, de valeur mondiale.

Valeur et durée des financements : entre 10 000 (projets communautaires) et 50 000 US$ (projets intercommunautaires) d’une durée de 6 à 24 mois.

Organisations éligibles : Organisations communautaires de base et organisations non étatiques œuvrant avec/pour les communautés locales.

Projets éligibles ; ils répondront aux principaux critères suivants :

- Impacts positifs sur la durabilité de la biodiversité ou des ressources naturelles de valeur mondiale concernées (objectif global) ;
- Responsabilités et capacités accrues des communautés locales dans la gestion durable des ressources naturelles et dans la gestion du projet (objectif spécifique 1) ;
- Amélioration notable des conditions de vie des communautés locales avec de préférence, des techniques ou technologies adaptées ou innovantes (objectif spécifique 2).

51Cet appel a été adressé à toutes les communes riveraines du Cofav. Dans le cas d’une réponse positive, la signature du contrat (avec le financement) se fait sur place au village entre le porteur du projet (responsable d’une organisation communautaire) et le représentant du Pnud.

52La figure 6b (approche ACB) schématise le paiement direct des vendeurs de services environnementaux. Les destinataires des paiements sont des communautés locales rémunérées pour réduire leurs usages de la nature et contribuer ainsi à la protection de l’environnement, à charge pour elles de nouer un partenariat avec un prestataire pour la réalisation du dossier et du projet (figure 6c). Il s’agit bien d’un paiement direct pour services environnementaux. Le service vendu (ce pour quoi le vendeur est payé), qui est la protection de la forêt à Amindrabe, est en effet distinct du service acheté (ce pour quoi l’acheteur paye), qui réside dans l’aménagement d’un territoire de 250 ha à des fins de production. Cette dissociation entre le vendeur et l’acheteur se produit dans la mesure où d’un côté, l’accès à la forêt est réglementé et, de l’autre, la production agricole est valorisée en termes de sécurité alimentaire et de revenus. Mais chacune des parties est gagnante, ce qui introduit une grande différence par rapport aux mesures coercitives ou compensatoires de gestion de l’environnement.

53Si l’inversion des flux permet aux Coba de disposer de moyens d’action, le rôle des intermédiaires entre Coba et programme GEF/SGP n’en reste pas moins vital, car ceux-ci assurent le montage du dossier, la rédaction du rapport en fin de contrat, mais aussi la rédaction d’un autre dossier pour renouveler le contrat (figure 6c). Ce rôle important représente un coût pour ce dernier, soit 25 % du paiement reçu. Il est la plupart du temps assuré par une ONG locale ayant son siège à Fianarantsoa. Cet acteur intermédiaire, qui existait avant les PSE, se voit ainsi renforcé par le PSE car indispensable pour la mise en œuvre, le déroulement et le renouvellement du contrat. On peut alors se demander si la réponse à l’appel à projet est une co-construction de l’ONG avec la Coba, ou si les responsables de la Coba sont « guidés » pour « bien répondre », l’ONG étant avertie des mots et thèmes-clés attendus par les financeurs. Dans tous les cas, les acteurs du programme GEF se retrouvent sur des services écologiques supposés menacés (la forêt et les ressources naturelles dans le Cofav) et sur des actions supposées œuvrer au service de l’environnement et de la lutte contre la pauvreté (pisciculture, apiculture ou vannerie par exemple).

De la théorie à la pratique : la définition de paiement pour services environnementaux (PSE) à Amindrabe

54Donnons la parole aux paysans d’Amindrabe et plus précisément au vice-président de la COBA Analameva, porteur du programme GEF/SGP : « Ce n’est plus la destruction de la forêt (pour la culture sur abattis-brûlis et l’exploitation de ses ressources), mais au contraire sa préservation, avec une contrepartie, qui va créer des revenus »… « Mais pour autant, nous ne voulons pas être les gardes forestiers de nos forêts pour le monde ». Pour notre interlocuteur c’est « une contrepartie pour vivre sur son territoire et protéger l’environnement », en résumé « un financement pour protéger la forêt ».

55La définition de Wunder (2005), concise, nous a aidés à construire, sur le terrain, au cours de notre recherche, notre définition avec les acteurs ; celle-ci insiste sur la contractualisation et la marchandisation. Il s’agit bien d’un mécanisme de type PSE que nous définissons ainsi :

  • Un contrat

  • ou un service environnemental bien défini

  • est rétribué par un acheteur à un vendeur

  • à la condition que le service soit préservé.

  • 31 Mikajy = prendre soin, avec une idée de calcul (kajy = compter) ; mikolo = prendre soin, avec idée (...)
  • 32 Tambiny = une contrepartie (pour consoler) ; takalo = échange (utilisé aussi pour le troc, ce qui m (...)

56Le concept de PSE est énoncé en français, mais dans la mesure où le français est étranger aux contractants, il reste peu accessible, d’autant plus que les lettrés sont rares. C’est pourquoi un exercice de traduction en malgache a été mené à Amindrabe avec les villageois. « Environnemental » n’a pas posé de problème ; il est traduit par l’expression malgache tontolo iainana, expression élaborée lorsque les politiques publiques ont mis en avant l’importance de la conservation de la nature dans les années 1980 et, depuis, acceptée et utilisée à tous les niveaux, dès lors qu’il est question d’action sur la nature. L’expression malgache signifie littéralement « monde (ou ensemble) où on vit ». La recherche du terme adéquat pour services a fait discuter plusieurs mots31 ; celui retenu par tous, fiarovana, littéralement « protection », se rapproche le plus de l’idée d’agir pour maintenir, pérenniser. La même discussion a prévalu pour traduire paiement32 et retenir le terme sarany, employé dans les campagnes avec l’idée de service rendu contre paiement (le prix du voyage en taxi brousse, le prix de l’école ou écolage…). L’exercice nous permet de proposer la traduction malgache suivante pour le PSE : Saran’ny fiarovana ny tontolo iainana.

  • 33 3 juillet 2008, troisième jour du colloque international sur « Les parties prenantes de la gestion (...)
  • 34 A ce sujet, voir Ferguson, 2009. Ce chercheur a par ailleurs en 2010 à une conférence à l’Universit (...)

57Dans un tout autre contexte33, l’expression mivarotra rivotra, « vendre du vent », a été utilisée par un responsable d’une Coba pour énoncer la dimension marchande que représente la présence d’une forêt et que véhiculent les discours sur les crédits carbone et le marché du carbone forestier. Cette expression a été reprise, ce qui a créé une vive polémique34.

58Les dispositifs de conservation qui intéressent le Cofav se trouvent, dans les faits, liés aux Coba. Cela peut être explicite dans les textes, à l‘exemple des actions Kolo Harena, ou découler de l’antécédence des COBA qui offrent des structures et des règlements fonctionnels. Ces dispositifs apportent aux deux ONG internationales présentes dans le Cofav suivant des zones d’intervention partagées, WWF dans la partie sud et CI dans la partie nord, une validation de leur agenda d’action, conformément aux directions de leur siège. Dans ce sens, ils assoient la continuité de leur financement.

59L’arrivée récente dans le Cofav de formes de paiement direct pour services environnementaux traduit un contexte plus global qui fait évoluer les marchés environnementaux, celui d’une nature désormais perçue comme un bien rare. L’évolution profite aux populations sur leurs terroirs, à la fois par la légitimité qui leur est reconnue et les rétributions dont elles bénéficient. Elles n’en sont pas moins toujours en relation ambiguë avec leurs partenaires ONG : si l’inversion des flux leur permet de faire appel à ces derniers comme prestataires de services, les ONG restent ceux qui « tiennent la plume » pour préparer le dossier en réponse à l’appel d’offres, comme pour effectuer les bilans des actions. Ce type de relation demeure un point clé de la réduction de la pauvreté des populations riveraines des ressources.

Figure 7 : Le fokontany d'Amindrabe

Figure 7 : Le fokontany d'Amindrabe
  • 35 Amindrabe, c’est-à-dire le fokontany d’Amindrabe ; le village central porte le même nom, il peut ég (...)
  • 36 litt. là où il y a une forêt d’anjavidy (Ericacées, Philippia sp.)
  • 37 De même en Europe, dans le cadre de la PAC, des mesures agro-environnementales territorialisées con (...)

60La mise en pratique : un PSE à Amindrabe35. L’exemple d’Amindrabe porte sur un PSE local avec une rémunération directe pour des actions compensatoires menées hors de la forêt, en échange du renoncement à des activités préjudiciables sur la forêt – ce qui correspond à l’objectif de service environnemental. Il s’agit d’un PSE incitant à des pratiques à la fois favorables au service environnemental et à la production agricole. Son acceptation sociale et locale rapide relève d’une conjoncture temporelle précise, fruit de la succession des dispositifs et agendas des grands acteurs de la conservation au sein du Cofav. L’aménagement de la plaine d’Analanjavidy36 (figure 7) sur quelque 250 ha à des fins de production, renseigne sur le mécanisme d’appropriation et de distribution de la rémunération en conséquence du renoncement à l’exploitation des ressources forestières37.

Amindrabe, de l’isolement à l’arrimage à des réseaux

  • 38 Institutions, c’est-à-dire associations et ONG.

61Amindrabe, en limite orientale du district du Lalangina, donne l’image d’un territoire isolé. Les relations d’Amindrabe avec l’extérieur ont toujours été difficiles du fait de sa situation enclavée en forêt à l’écart de la route. Le fokontany a été délaissé par les services techniques, les institutions38 nationales et internationales qui ont toutes leur siège à Fianarantsoa, ainsi que par les actions de développement qui se sont succédées dans la région.

62Les relations sont aussi difficiles avec ses voisins : la Coba limitrophe à l’ouest et le PNR au nord. En 2002, lors de la délimitation de son périmètre de GCF, la Coba d’Ambendrana a annexé la partie nord-ouest de la forêt d’Amindrabe, (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 2007). Avec les agents du parc national de Ranomafana, les rapports ont toujours été très tendus : les troupeaux n’ont plus été, dès la création du parc en 1991, autorisés sur les pâturages riverains du parc dont la plaine d’Analanjavidy. A partir de 2001, les bouviers continuant à y conduire des troupeaux et à allumer des feux, les responsables du PNR en ont interdit l’accès. Cet espace mis sous cloche a fait l’objet de convoitises et de tensions entre les groupes d’ancestralité, constitutifs du peuplement du fokontany.

63Par ailleurs, l’empilement de dispositifs environnementaux imposés entraîne une triple contrainte à l‘échelle de celui-ci : celle des limites du PNR créé en 1991 qui empiètent sur son territoire traditionnel et en gèlent une partie ; celle du zonage de la gestion de sa forêt établie dans le cadre de la GCF (contrat signé en 2003, renouvelé pour dix ans en 2011) ; enfin celle du Cofav, aux bornages matérialisés sur le terrain depuis 2008 (figures 4 et 5).

Photo 2 : Dans une salle de classe de l’école primaire publique, l’instituteur expose l’action PSE conduite dans le nord du fokontany d’Amindrabe

Photo 2 : Dans une salle de classe de l’école primaire publique, l’instituteur expose l’action PSE conduite dans le nord du fokontany d’Amindrabe

Traduction du titre du document affiché au tableau : collaboration avec GEF SG

  • 39 Vahiny = étranger, ici au sens de non originaire de la commune d’Androy où se trouve le fokontany d (...)

64Dès son arrivée en 1998, l’instituteur de l’école primaire a joué un rôle de leader (photo 2). Malgré son statut de vahiny39, il a su s’insérer dans le tissu social en construisant des connivences avec certains notables. Il a été le premier président de la Coba Analameva et en est l’actuel vice-président. A partir d’Amindrabe, il circule beaucoup, ne quitte pas son téléphone portable, va régulièrement à la mairie d’Androy et à Fianarantsoa à la recherche d’informations, toujours à l’affût de projets qui pourraient être bénéfiques. Il a su s’associer à des notables pour déposer des projets auxquels peut prétendre le fokontany, par exemple dans le cadre des DEAP. Il a bénéficié de formations assurées par les techniciens du PNR à Ranomafana et a fait des essais au village en apiculture, pisciculture et pépinières d’eucalyptus. Il met en relation milieu rural et milieu urbain et est devenu un interlocuteur incontournable. Il fait preuve d’une grande flexibilité et souplesse pour s’adapter aux innovations proposées et en tirer parti.

65Les initiatives de l’instituteur ont été essentielles pour deux acquis importants du fokontany :

  • Le transfert de gestion en 2003 dont le renouvellement, acquis en 2008 et signé en septembre 2011, a permis à la Coba Analameva de réintégrer la zone d’Analanjavidy et ainsi d’étendre son territoire au Nord (figure 8).

  • Le PSE, signé entre la Coba et le programme GEF/SCP en avril 2011.

Figure 8 : La réintégration d’ Analanjavidy dans le périmètre de la GCF d’Amindrabe

Figure 8 : La réintégration d’ Analanjavidy dans le périmètre de la GCF d’Amindrabe

Le PSE : la revanche du village de forêt

66En permettant la conduite d’activités concrètes sur le territoire d’Analanjavidy récupéré, le PSE génère une recomposition indéniablement favorable au fokontany, ce que souligne le bilan des premières actions. Les réalités du terrain montrent cependant que cet avantage est fragile.

Analanjavidy, un territoire réintégré, sous PSE

67Dans la partie nord du fokontany, la plaine d’Analanjavidy est localisée dans une sorte de cirque oblongue avec exutoire vers l’ouest, fermée au sud, à l’est et au nord où elle jouxte les limites du PNR (photo 3. A une altitude moyenne de 1260 m, la topographie se relève légèrement sur les bords de la plaine, de part et d’autre du drain principal, sur lesquels s’inscrivent des vallons. Le paysage est herbacé, ouvert, inédit sur les Hautes Terres car très peu occupé bien que désormais marqué par quelques signes d’aménagement : drains, étangs, rizières, trous de reboisement. C’est un espace vide d’hommes puisque les rares habitations sont localisées dans la partie aval, à l’ouest.

  • 40 La toponymie en rend compte : la rivière Amboroka (Am = là où ; miroaka = paître. Amboroka = où-l’o (...)

68Lors de la mise en place du plan d’aménagement et du zonage du transfert de gestion en 2003, cette zone, sans forêt, en a été exclue. C’était un pâturage extensif, une ressource commune à tous les membres des lignées du fokontany. Les animaux y étaient envoyés une partie de l’année, après le piétinage des rizières, car l’alimentation bovine y était de qualité et en quantité40 (photo 3).

Photo 3 : La plaine d’Analanjavidy

Photo 3 : La plaine d’Analanjavidy

69C’est lors du renouvellement du contrat de gestion en 2008, ratifié seulement en 2011, que cette même zone a été inscrite dans les limites du nouveau plan d’aménagement : le document mentionne explicitement la limite nord du fokontany, en annexant Analanjavidy une réserve foncière de 250 ha (figure 8). A cela s’ajoute, en cette même année 2011, la réponse de la Coba Analameva au programme GEF/SGP/PNUD : l’initiative en revient à son vice-président, avec l’aide de l’ONG Haonasoa (VOI Analameva, 2011).

Projet : Protection et gestion durable des ressources naturelles de la forêt d’Amindrabe du corridor Fandriana-Vondrozo, par le développement de la riziculture et de la pisciculture à Amindrabe, commune rurale Androy, Région Matsiatra Ambony, Madagascar.

Objectif général du projet : Valorisation et gestion communautaire durable des ressources naturelles renouvelables d’Amindrabe afin d’améliorer progressivement le niveau de vie des membres de la communauté locale de base et celui des habitants locaux.

  • 41 C’est-à-dire les « habitants locaux ».

Objectif spécifique 1 : Engagement et prise de responsabilité des membres de la COBA et de la population41 dans le reboisement, la restauration, la gestion durable de la forêt d’Amindrabe afin d’assurer la viabilité de biodiversité.

Objectif spécifique 2 : La dépendance de la population envers la forêt naturelle pour l’alimentation et les revenus doit diminuer de façon progressive et le niveau de vie des membres et celui des habitants locaux être améliorés.

Extrait de : Haonasoa, 2011, VOI Analameva. Projet version janvier 2011 pour le GEF SGP, Fianarantsoa, 33 p.

  • 42 La somme a été créditée sur le compte en banque de la Coba Analameva, ouvert à Fianarantsoa.
  • 43 Trois autres rapports intermédiaires doivent être remis avant le rapport final début 2013.

70La Coba a obtenu un financement de 14 000 US$ soit 28 000 000 ariary, versé en 5 tranches42. Le programme s’étend sur 22 mois avec la possibilité d’obtenir un second financement pour une même durée. Les activités ont commencé en avril 2011, focalisées sur deux actions phares, la pisciculture (photos 4 et 5) et le reboisement pour l’apiculture (photo 6). Si l’essentiel des investissements est prévu dans la zone d’Analanjavidy, les réalisations intéressent aussi d’autres espaces du fokontany : 22 ha de reboisement d’eucalyptus sur les terroirs de Sahataitoaka, Ampandradoaka et Analamaka Amindrabe (figure 7) ; pépinières d’eucalyptus proches du village d’Analamaka Amindrabe ; actions de riziculture intensive et/ou améliorée. Un premier rapport « de première période » réalisé avec l’appui technique de Haonasoa et remis après six mois d’activités présente un bilan satisfaisant43.

71Seuls 105 membres sur les 297 ont pris connaissance du contrat GEF/SGP. A cela, plusieurs raisons :

  • le désintéressement, voire la méfiance de certains membres, notamment les non lettrés ;

  • l’éloignement de leur lieu de résidence par rapport à Analanjavidy, notamment pour les villages et hameaux au sud d’Amindrabe (figure 7) ;

  • le contrôle de l’information par les réseaux sociaux dominant à Analamaka-Amindrabe.

  • 44 Le poste « personnel ou main d’œuvre communautaire » représente la moitié du budget de la première (...)

72Au total, ce sont seulement 9 membres de la Coba, dont 8 habitent à Analamaka-Amindrabe, qui bénéficient via celle-ci de ce financement. Et, sur les 12 membres du bureau de la Coba, 3 sont présents à Analanjavidy. La rémunération directe est intéressante, mais surtout l’accès au foncier et encore plus un aménagement qui n’est pas financièrement à la charge des membres impliqués dans le projet. Elle permet de concrétiser des aménagements restés trop souvent sans suite par le passé dans le cadre des projets collectifs (DEAP). Ainsi des projets de pisciculture : la construction des étangs, financée, évite aux exploitants de supporter les lourds coûts d’investissement car le travail est effectué par les membres de la Coba rémunérés par le PSE44 ; c’est une manière de s’approprier « gratuitement » du foncier. De même pour les reboisements en eucalyptus, alimentés par les pépinières installées à proximité d’Analamaka Amindrabe, Analanjavidy étant le site phare du reboisement de la Coba : il s’agit tout à la fois de reforester, ce qui est un service environnemental ; de prévenir l’érosion des sols par une couverture pérenne, autre service environnemental ; de procurer des arbres mellifères afin de retenir les abeilles ; mais aussi, de marquer la terre.

73La figure 9 montre l’installation dans 8 vallons, sur les 10 que compte la plaine, de membres du village d’Analamaka-Amindrabe. Deux vallons font l’objet d’aménagements collectifs avec trois étangs piscicoles qui ont mobilisé 78 membres de la Coba. Analanjavidy est désormais en majorité approprié individuellement par des exploitants qui ont commencé dans les vallons à aménager des étangs piscicoles et à délimiter des rizières : celles indiquées comme telles sur la figure 9 ne sont pas à proprement parler productives ; il s’agit de parcelles à potentialité rizicole qui résultent d’anciennes tentatives d’installation (2004, 2008) ou de parcelles délimitées en cours d’aménagement. Cette enriziculture et les aménagements qui l’accompagnent (canal, drain) sont absents des objectifs, mais en revanche très présents à Analanjavidy. C’est l’amélioration de la production rizicole par la maîtrise de la technique relative aux SRI/SRA qui est affichée avec l’objectif d’un rendement supérieur à 1,3 tonne par hectare. S’y ajoute le droit de culture durable que crée le fait d’aménager une rizière, de même que l’étang piscicole (qui peut être transformé en rizière) ou la plantation d’arbres. Le travail investi dans une parcelle ouvre un droit sur cette terre, ce qui n’est pas le cas s’il s’agit d’une récolte ou d’une cueillette ou d’un aménagement d’un champ planté en manioc ou patate douce pour 2 à 3 cycles de culture.

Figure 9 : La mise en pratique d’un PSE à Analanjavidy : le partage d’un territoire (Nord du fonkontany d’Amindrabe, COBA Analameva)

Figure 9 : La mise en pratique d’un PSE à Analanjavidy : le partage d’un territoire (Nord du fonkontany d’Amindrabe, COBA Analameva)

74A travers l’implantation spatiale de membres de la Coba, la figure 9 traduit une transposition de la trame sociale du terroir d’Analamaka-Amindrabe où, rappelons-le, cohabitent sept lignées principales (Blanc-Pamard, Rakoto Ramiarantsoa, 2005) :

  • Le doyen du village d’Analamaka Amindrabe, appartenant à la fois aux lignées 1 et 2 et ex-président du fokontany, a eu le privilège de choisir en premier un vallon où il possède actuellement des étangs piscicoles sous financement GEF. Il s’est fixé dans la partie centrale, au nord du drain principal.

  • L’instituteur d’Analamaka Amindrabe et vice-président de la Coba a pu imposer son statut de lettré et mettre en avant sa connivence avec le doyen, son allié social, ce qui lui a permis de choisir le vallon à l’est de celui-ci.

  • Quatre autres exploitants, tous issus de la lignée 2, se sont regroupés et occupent les quatre vallons situés sur la partie méridionale d’Analanjavidy. L’un des quatre est le président du fokontany. L’aîné des membres de ce sous-groupe a pu obtenir des parcelles de rizière supplémentaires situées en aval de son vallon, dans la partie plane jouxtant le canal de drainage.

  • Le seul membre de la lignée 6 présent lors de la réunion de partage a pris le vallon situé à l’extrême nord-est de la plaine, ce qui lui accorde une position en amont du cours d’eau.

  • Les futurs exploitants ont attribué à un membre de la lignée 1, absent lors de la réunion mais connu pour avoir déjà essayé de s’approprier des terres d’Analanjavidy, un espace vers l’aval, à proximité de l’unique représentant de la lignée 4 : ce dernier est établi à demeure près de ses rizières ; il est le seul à être ainsi installé pour le moment.

  • Enfin, dernier attributaire, un autre instituteur du fokontany en poste à l’EPP de Sahataitoaka : localisation dans un vallon sur le versant nord d’Analanjavidy. Il consolide ainsi sa présence dans le fokontany d’Amindrabe et dans la zone.

75Ainsi, des membres de la Coba s’impliquent, volontaires, dans l’aménagement d’un territoire, autrefois pâturage communautaire, pour enrayer l’utilisation de la forêt (défrichement, cueillette, chasse, pêche, bois d’œuvre et de construction) en vendant un service environnemental.

76Ce partage territorial montre une rupture dans la mesure où les seules lignées 1, 2, 4, 6 sont présentes (3, 5 et 7 étant absentes) et où l’appropriation familiale des parcelles par vallon l’emporte sur le traditionnel partage foncier en blocs de terre indivis des lignées. Le Programme GEF/SGP apparaît ainsi en décalage avec le dispositif de GCF. Dans le transfert de gestion, il y a une reconnaissance des intérêts de l’ensemble des lignées et plus encore une instrumentalisation de la coutume ancestrale – « ritualisation » est le terme officiel – afin d’aboutir. Avec le programme GEF/SGP qui se caractérise par un usage stratégique et sélectif du territoire et des membres, il y a exclusion de certains groupes et de leurs éléments. Ce décalage pose la question de la légitimité de l’un comme de l’autre type d’intervention qui, tous deux, œuvrent pour la conservation des forêts. On en vient à se demander si une telle politique territoriale est durable.

77Toujours est-il qu’un foncier restant insécurisé et une inégalité sociale marquée sont les deux points problématiques de la construction insufflée par le gain territorial d’Analanjavidy. La préoccupation foncière reste d’actualité. En effet, même si les exploitants présents sont vigilants vis-à-vis de l’extérieur pour éviter que d’autres ne viennent exploiter l’espace désormais partagé, approprié et en voie d’aménagement, le statut de la plaine reste à clarifier. Soit, comme l’indique la carte du document « Renouvellement du transfert de gestion », le territoire n’est pas dans le périmètre GCF, auquel cas les exploitants devront mener des processus administratifs de bornage. Soit ce territoire est intégré dans le périmètre (texte de ce même document), ce qui permettra aux exploitants de continuer à mettre en valeur les vallons et à rechercher des projets pour financer. Du statut d’Analanjavidy et de son contrôle dépendra l’avenir de ce territoire.

78Par ailleurs, l’instrument PSE rime ici dans son application avec inégalité sociale. D’une part, seulement un tiers des membres de la Coba a été informé. Et les membres impliqués, une minorité de neuf personnes, sont des acteurs locaux, plus précisément une coalition d’acteurs appartenant à des lignées influentes, ou bien sont hors lignées. Ces membres que nous qualifions d’éco-opportunistes opèrent ici individuellement une relecture des objectifs du projet afin de les ajuster pour les transformer en opportunité technique, économique et/ou foncière. Les deux lettrés, les instituteurs, ont su mobiliser un dispositif pour s’approprier des biens collectifs (étangs piscicoles, reboisement) et individuels (vallons) dans une perspective de développement territorial. Les neuf exploitants verrouillent un système qu’ils ont construit pour leur intérêt. Il y a, à leur profit à Analanjavidy, une captation de la rente du PSE, cette dernière étant gratuite car elle ne coûte ni travail en temps et en argent, ni investissement si ce n’est l’effort pour une bonne insertion. La cohésion sociale est affectée par ce financement concentré au bénéfice de quelques-uns, en compensation d’un service environnemental. Et par contrecoup, les autres paysans déjà matériellement démunis se trouvent être les perdants dans la situation actuelle.

79D’autre part, l’approche dite « gestionnaires des ressources naturelles » adoptée par le GEF/SGP crée indirectement une autre forme d’injustice sociale entre les populations habitant à l’intérieur du corridor forestier et celles qui résident à l’extérieur de la forêt. Les premières peuvent en effet bénéficier des financements en contrepartie de leurs actions en faveur de la conservation des forêts via les Coba alors que les autres sont privées de cette opportunité et ne peuvent prétendre aux subsides de cet organisme. A un autre niveau, la contractualisation directe que propose ce programme du Pnud avantage les lettrés qui ont les compétences nécessaires pour formuler des demandes de financements de leurs projets. Le cas de la Coba Analasoa d’Ambendrana, qui n’a pas décroché de financement PSE, en est une illustration : son président, quasi-illettré et sans appui de l’ancien président démis bien que lettré, n’a pas les capacités requises (formulation de projet, partenariat) pour soumissionner un dossier auprès du GEF/SGP.

80Un point central apparaît à l’étude du PSE à l’œuvre depuis avril 2011 dans le fokontany d’Amindrabe : il s’agit de la territorialisation des politiques de gestion de l’environnement. Le projet d’Analanjavidy s’inscrit dans une géographie de dispositifs conçus depuis les années 1980 dans une perspective libérale de marchandisation de la nature (Rakoto Ramiarantsoa et al., 2012). C’est ainsi qu’Analanjavidy reproduit localement le système des aires protégées malgaches, structure mise en place à l’échelle nationale en 2003 : la plaine relève à la fois du Cofav, d’une zone périphérique de parc national et d’un transfert de gestion par GCF. Ces emboîtements apportent de réelles opportunités, comme la relégitimation des actions de communautés locales sur leurs terroirs et dans des secteurs bénéficiaires de financements, qui peuvent aussi être problématiques, à l’exemple de limites contestables (menaces de déguerpissement) ou exclusives et alors facteurs d’inégalité sociale.

81Pour l’heure à Analanjavidy, le financement permet l’aménagement des étangs piscicoles, le drainage du bas-fond et la mise en place des futures rizières. Les Betsileo sont des riziculteurs et pour eux la finalité reste la rizière ; ce qui est durable se rapporte à la production du riz. Un bas-fond d’une telle superficie (250 hectares) exige une centralisation des actions d’aménagement et une discipline de l’eau. Les exploitants devront passer de l’échelle des vallons maîtrisés par les membres des lignées à celle d’une plaine. Ceci nécessitera une structure politique qui, depuis l’époque des royaumes betsileo, n’a pas été promue. Dans leur projet d’enriziculture, cette organisation reste à mettre en place. C’est l’enjeu des exploitants quand le bas-fond sera totalement mis en valeur.

Conclusion

  • 45 Une piste destinée à la circulation des véhicules tout-terrain des ONG dans une région où la charre (...)

82Territoires et contrats sont des outils au service de la gestion de l’environnement. Ils impliquent des acteurs et génèrent des activités dans une perspective de conservation et de développement. C’est un choix de politique publique affiché depuis les années 1990 et la conduite du PNAE. Leur mobilisation à l’échelle nationale a touché le Cofav, remarquable par sa riche biodiversité, et les régions qui le composent. Le Lalangina, district situé sur le versant ouest du Cofav, a ainsi bénéficié de l’application de dispositions contractuelles successives sur son territoire : le transfert de gestion des ressources forestières aux Coba, les partenariats sollicitant ONG internationales et nationales de l’environnement, les programmes PSE qui s’appuient sur des associations locales. Les dispositifs successifs mis en place ont apporté des réalisations profitables aux populations locales, forestières ou non, du district. Citons l’aménagement d’une piste carrossable pour atteindre Ambendrana45, l’installation de bornes fontaines dans des villages, la réfection de ponts, ou encore quelques aménagements liés à des techniques d’intensification agricole. La légitimation de l’action des populations locales sur leurs terroirs et leurs ressources « naturelles » est une dimension particulièrement remarquable, grâce à la gestion contractualisée des forêts, après une phase d’administration exclusive par les services de l’État. De même, la promotion de paiements pour projets de développement en échange d’un service environnemental rendu est une innovation adéquate pour une population à l’économie très dépendante de l’usage des ressources « naturelles ».

83Tout cela n’aurait pu se faire hors du contexte porteur de la décentralisation. Cette dernière est-elle pour autant porteuse de développement local ? L’analyse du programme de PSE en cours à Analanjavidy permet de poser la question. L’action est en effet monopolisée au bénéfice des lignées locales déjà puissantes, maîtrisant les réseaux de l’information et alliées avec les compétences requises, au détriment des groupes qui, sur place, auraient le plus besoin d’articulation avec l’extérieur. L’inégalité sociale est maintenue sinon accentuée par ce PSE qui, en réservant l’action sur un gain territorial de 250 ha à des acteurs ruraux déjà privilégiés, prend un air d’injustice spatiale. Elle l’est d’autant plus que l’on observe une synergie limitée entre le programme financeur et les autres intervenants du Cofav (CI, WWF, associations locales, élus) dont la connaissance des réalités sociales est plus éprouvée.

84Une autre observation porte sur l’importance que joue le financement. Avec les opportunités de « paiement direct » des PSE, il saute aux yeux que l’argent façonne les territoires (photos 4, 5 et 6). Ce qui apparaît trivial n’en est pas moins remarquable, dans une organisation lignagère où les notions de groupes de descendance et d’alliances restent fortes et établissent des priorités qui ne sont pas de dimension vénale. Le rapide changement de paysage par l’argent que l’on observe ici relève d’une dynamique plus générale (Bouquet, 2012). Sur ce plan, assiste-on à Analanjavidy à des prémisses, appelant l’action publique à une ouverture du crédit à l’endroit des changements attendus, en premier lieu de la production agricole dont la faiblesse explique la pauvreté économique de ces territoires ruraux ? Faut-il subventionner l’agriculture ? Il est remarquable que, dans les documents de ce programme GEF/SGP, les bailleurs n’utilisent pas le terme paiement, mais subvention, don ou transfert de dons.

Photo 4 : Plaine d’Analanjavidy : canal drain et étangs piscicoles

Photo 4 : Plaine d’Analanjavidy : canal drain et étangs piscicoles

Photo 5 : Plaine d’Analanjavidy : étang piscicole, avec plantation de vetiver sur la diguette au premier plan

Photo 5 : Plaine d’Analanjavidy : étang piscicole, avec plantation de vetiver sur la diguette au premier plan

Photo 6 : Plaine d’Analanjavidy : sur les rebords, trous de reboisement pour plants d’eucalyptus

Photo 6 : Plaine d’Analanjavidy : sur les rebords, trous de reboisement pour plants d’eucalyptus

85Enfin, dernière réflexion qui prolonge la thématique de l’appui à accorder aux changements attendus, cet outil des territoires au service de l’environnement, autrement dit de protection de la biodiversité malgache, a de fortes ressemblances avec les programmes de développement rural que Madagascar connaît depuis des décennies. Le financement direct pour acheter les services environnementaux diffère, mais le développement agricole a les mêmes pratiques et les mêmes conséquences : enjeux et conflits, appropriation par certains au détriment d’autres, leaders mettant le local en lien avec l’extérieur. Le statut de la terre et sa sécurisation sont toujours au premier plan, non résolus (Rakoto et al., 2012). La vente des services environnementaux, comme ici à Analanjavidy, rémunère des exploitants individuels qui ne sont qu’usufruitiers de la terre au regard du droit moderne. Ceci est la cause d’inégalités socio-spatiales qui sont à l’échelle locale particulièrement sensibles et qui n’œuvrent pas dans le sens d’un développement durable.

86Tout cela est-il nouveau ? Car la problématique centrale reste la même, à savoir réduire la pauvreté. La question posée est « Que se passera t-il quand les PSE s’arrêteront ? ». On s’est posé la même question pour les opérations de développement rural, ainsi que pour le renouvellement des transferts de gestion. Ces interrogations soulignent que, dans une société où les campagnes fournissent la majorité des forces vives du pays, le développement du monde rural reste la clé des problèmes environnementaux.

Haut de page

Bibliographie

ANGAP – Agence nationale pour la gestion des aires protégées, 2002, La gestion des Aires protégées par l’ANGAP dans le cadre de l’exécution de la Composante Aires protégées et Écotourisme, CAPE du PE-2.

Antona M., Bonin M., Bonnin M., Hrabanski M., Le Coq J.-F. (dir.), 2012, « Dossier Émergence et mise en politique des services environnementaux et écosystémiques », VertigO, vol. 12, No.3, Url : http://vertigo.revues.org/12717.

Bertrand A., Rabesahala Horning N., Montagne P., 2009, « Gestion communautaire ou préservation des ressources renouvelables : histoire inachevée d’une évolution majeure de la politique environnementale à Madagascar », VertigO, vol. 9, No.3, Url : http://vertigo.revues.org/9231.

Barnaud C., Antona M., Marzin J., 2011, « Vers une mise en débat des incertitudes associées à la notion de service écosystémique », VertigO, vol. 11, No.1, Url : http://vertigo.revues.org/10905.

Blanc-Pamard C., Rakoto Ramiarantsoa H., 2003, « Madagascar : les enjeux environnementaux », in Lesourd M. (dir.), L’Afrique, Vulnérabilités et défis, Nantes, Éditions du Temps, 354-376.

Blanc-Pamard C., Rakoto Ramiarantsoa H., 2005, Foncier et territoires entre pouvoirs locaux et politiques publiques environnementales. Pratiques, acteurs, enjeux (corridor betsileo, Madagascar), Rapport GEREM/IRD-CNRE, CNRS-EHESS CEAf, UR 168.

Blanc-Pamard C., Rakoto Ramiarantsoa H., 2007, « Normes environnementales, transferts de gestion et recompositions territoriales en pays Betsileo (Madagascar). La gestion contractualisée des forêts », Natures Sciences Sociétés, No.15, 253-268.

Blanc-Pamard C., Rakoto Ramiarantsoa H., 2008, « La gestion contractualisée des forêts en pays betsileo et tanàla. Les effets biaisés d’un modèle universel », Cybergeo, article 426, Url : http://www.cybergeo.eu/19323.

Blanc-Pamard C., 2012, « La gestion contractualisée des forêts en pays betsileo et tanàla (Madagascar) : un dispositif dissymétrique », Cahiers d’Outre-Mer, No.257, 47-84.

Boisvert V., Vivien F.-D., 2010, « Gestion et appropriation de la nature entre le Nord et le Sud, Trente ans de politiques internationales relatives à la biodiversité », Revue Tiers Monde, No.202, 15-32.

Bouquet, C., 2012, « En Afrique, les terres appartiendront à ceux qui les achètent », Bulletin de l’Association de Géographes Français, No.3, 388-398.

Carrière-Buchsenchutz S., 2006. « L’urgence d’une confirmation par la science du rôle écologique du corridor forestier de Fianarantsoa », Etudes Rurales, No.178, 181-196.

Ferguson B., 2009, « REDD comes into fashion in Madagascar », Madagascar Conservation and Development, vol. 4, No.2, 132-137.

Ferraro P. J., Kiss A., 2002, « Ecology : Direct Payments to Conserve Biodiversity », Science, vol. 298, No.5599, 1718-1719.

Freudenberger K., Ravelonahina J., Whyner D., 1999, Le corridor coincé : une étude sur l’économie familiale et la gestion de ressources naturelles dans la comunauté d’Alatsinainy, Madagascar., Rapport LDI, Fianarantsoa.

Freudenberger M., Freudenberger K., 2002. « Contradictions in agricultural intensification and improved natural resource management : Issues in the Fianarantsoa forest corridor of Madagascar », in Barrett C.B., Place F., Aboud A.A. (eds), Natural Resources Management in African Agriculture : Understanding and Improving Current Practices, Wallingford, CABI Publishing, International Centre for Agroforestry, 181-192.

Galibert D., 2011, « Rigidités et ’glocalisation’ : un regard anthropologique sur la crise malgache (2009-2011) », Cahiers d’Outre-Mer, No.255, 413-426.

Karsenty A., 2011, « Coupler incitation à la conservation et investissement », Perspective, No.7, 1-4.

Karsenty A., Pirard R., 2007. « Changement climatique : faut- il récompenser la ‘déforestation évitée’ ? », Natures Sciences Sociétés, No.15, 357-369.

Karsenty A., Sembres T., Randrianarison M., 2010, « Paiements pour services environnementaux et biodiversité dans les pays du sud. Le salut par la ‘déforestation évitée’, Revue Tiers Monde, No.202, 57-74.

Laurans Y. ; Leménager T., Aoubid S., 2011, « Les paiements pour services environnementaux. De la théorie à la mise en œuvre, quelles perspectives dans les pays en développement ? » Paris, Agence Française de Développement, Collection « À savoir ».

« Madagascar : la gestion durable de l’environnemen. Enjeux, opportunités, contraintes. », Numéro spécial, 2006, Économie rurale, No.294-295.

Méral Ph., Froger G., Andriamahefazafy F., Rabearisoa A., 2008, « Le financement des aires protégées à Madagascar : de nouvelles modalités. », in Aubertin C., Rodary E. (eds.), Aires protégées : espaces durables ?, Marseille, Objectifs Suds, IRD, 135-155.

Méral Ph., 2012, « Économie politique internationale et conservation », in Rakoto Ramiarantsoa H., Blanc-Pamard C., Pinton F. (eds.), Géopolitique et environnement. Leçons de l’expérience malgache, Montpellier, Éditions de l’IRD, 79-104.

Ministère de l’Environnement et des forêts, 2009, Plan global d’aménagement et de gestion de la réserve de ressources naturelles Fandriana Vondrozo, Antananarivo, Direction du système des aires protégées.

Myers N., Mittermeier R.A., Mittermeier C.G., Da Fonseca Gustavo A.B., Kent J., 2000, « Biodiversity hotspots for conservation priorities », Nature, vol. 403, No.24, 853-858.

Nayar A., 2009, « Carbon trading in Madagascar : How to save a forest », Nature, No.462, 26-29.

Niesten E., Rice R., 2004, « Gestion durable des forêts et incitations directes à la conservation de la biodiversité », Revue Tiers Monde, No.177, 129-162.

Olson, D., Dinerstein, E., 1998, « The Global 200 : a representation approach to conserving the earth’s most biologically valuable ecoregions », Conservation Biology., No.12, 502-515.

Pollini J., 2010, « Environmental degradation narratives in Madagascar : from colonial hegemonies to humanist revisionism », Geoforum, No.5, 711-722.

Pollini J., Lassoie J., 2011, « Trapping Farmer Communities Within Global Environmental Regimes : The Case of the GELOSE Legislation », Madagascar, Society & Natural Resources : An International Journal, vol. 24, No.8, 814-830.

PNUD, DESA, 2012, Madagascar, Rapport national, PNUD, DESA, Rio +20, MEF.

Rakoto Ramiarantsoa H., Ramamonjisoa B., Razafy Fara L., Ranaivoson S., 2012, « Échec ou succès ? La foresterie paysanne contractualisée dans ses paradoxes », Les cahiers d’Outre-Mer, No. 258, 301-310.

Rakoto Ramiarantsoa H., Blanc-Pamard C., Pinton F., 2012, Géopolitique et Environnement. Les leçons de l’expérience malgache, Montpellier, Éditions de l’IRD.

Rakotoarijaona J-R, 2012, « L’environnement pour le développement ? Une analyse de la REDD », in Rakoto Ramiarantsoa H., Blanc-Pamard C., Pinton F., Géopolitique et Environnement. Les leçons de l’expérience malgache, Montpellier, Éditions de l’IRD, 253-272.

Randriamalala H., Liu Z., 2010, « Bois de rose de Madagascar : entre démocratie et protection de la nature », Madagascar Conservation & Development, vol. 5, No.1, 11-22.

Randrianarison M., Karpe P., 2010, « Efficacité et équité des contrats de conservation à Madagascar. Cas de la région de Didy », Mondes en développement, No.151, 83-97.

Randrianarison M., 2011, Protection de la biodiversité à Madagascar. Les Paiements pour Services Environnementaux PSE, Paris, L’Harmattan.

Ranoarisoa P., 2010, Analyse de la répartition des bénéfices du projet de suivi écologique participative (SEP) et du conservation stewardship program (CSP) : cas de cinq VOI dans le district de Vondrozo (corridor sud de Fandriana Vondrozo), Mémoire de fin d’études, ESSA, Université d’Antananarivo.

Smith J., Scherr S.J., 2002, Forest carbon and local livelihoods : assessment of opportunities and policy recommendations, Paper No. 37,ClFOR.

Serpantié G., Rasolofoharinoro, Carrière S., 2007, Transitions agraires, dynamique écologique et conservation. Le « corridor » Ranomafana-Andringitra., Paris, CITE-IRD.

Simiu D., 2008, « Faut-il payer les arbres ? Le paiement pour services environnementaux », Blog Croissance verte, Consulté le 12 mars 2008, Url : http://www.naturavox.fr/Croissance-Verte/.

Tsayem-Demaze M., 2010, « Éviter ou réduire la déforestation pour atténuer le changement climatique : le pari de la REDD », Annales de Géographie, No.674, 338-358.

Wunder, S., 2005, Payments for environmental services. Some nuts and bolts, Paper No. 42, CIFOR.

Haut de page

Notes

1 Ce sont deux types de Transferts de gestion des ressources naturelles renouvelables (TGRNR) : la GCF ou Gestion contractualisée des forêts, la Gelose ou Gestion locale sécurisée. Il s’agit d’arrangements institutionnels de régulation et de délégation de droits d’usage au niveau local dans un objectif de gestion durable des ressources naturelles. Depuis 1996, plus de 500 contrats GCF ont été signés à l’échelle nationale.

2 Le Lalangina était l’un des quatre royaumes historiques du Betsileo. Ce nom désigne actuellement une circonscription administrative, le district, dans la région de la Haute Matsiatra. Région, district, commune et fokontany sont les quatre subdivisons de l’organisation territoriale malgache.

3 Le problème de l’observatoire est sa durée qui n’est pas toujours assurée au cas où la question scientifique n’est plus convaincante, mais ce n’est pas le cas ici.

4 A succédé à l’ANGAP (Association nationale pour la gestion des aires protégées) en 2008.

5 Le REDD est un mécanisme financier destiné à réduire la déforestation et la dégradation des forêts des pays en développement, proposé lors de la conférence des parties de la convention cadre sur les changements climatiques (COP 13 à Bali en 2007). Depuis 2008, le programme Forest Carbon Partnership Facility (FCPF) de la Banque mondiale, auquel ont souscrit 39 pays dont Madagascar, teste des systèmes d’incitations positives pour développer des stratégies de REDD.

6 Elle a entrainé le remplacement du président Marc Ravalomanana par Andry Rajoelina, actuel dirigeant de la Haute autorité de transition (HAT).

7 Le concept de corridor est apparu en écologie du paysage dès le début des années 1980 (Forman et Godron, 1981 ; Noss, 1993 ; Burel et Baudry, 1999 ; De Lage et Métailié, 2000 ; Turner et al., 2001). Dans le contexte de Madagascar, ce concept a été proposé en avril 1995 pendant l’Atelier scientifique sur la définition des priorités de conservation de la diversité biologique à Madagascar.

8 Soit une augmentation de 76 % par rapport au corridor Ranomafana-Andringitra-Ivohibe.

9 La discussion sur l’attribution de la délégation de gestion du Cofav était toujours en cours fin 2011.

10 NODE : Programme d’octroi de petites subventions ; SEP : service écologique participatif ; PHCF : projet holistique de protection des forêts.

11 CMP Tandavanala: http://tandavanala.org/traverseecorridor.html.

12 Les aires protégées sont héritières des dispositifs coloniaux : RN, Réserves Naturelles dès 1927 – devenues RNI intégrales -, RS, réserves spéciales instituées en 1965, PN, parc national créé dès 1958 (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 2003).

13 Le dispositif GCF (gestion contractualisée des forêts) domine. En 2010, on comptait 90 transferts de gestion dans le périmètre du Cofav. L’ONG ERI–USAID a joué un grand rôle jusqu’à son départ en 2008 ; CI lui a succédé. Le premier transfert a été effectué en 2001, le plus récent date de 2006. Six projets de TG sont à l’étude en 2011.

14 ZUC : zone d’utilisation contrôlée, également dénommée ZUD –zone d’utilisation durable-. ZOC : zone d’occupation contrôlée ; l’expression est traduite en malgache par « l’agriculture qui suit les règles ». ZET : zone d’équipement touristique.

15 De plus, les couleurs et les termes changent pour un même zonage.

16 SAHA (Sahan’Asa Hampandrosoana ny eny Ambanivohitra) est un programme d’appui au développement rural, financé par la Coopération Suisse et démarré en janvier 2000. Il intervient dans les domaines de la gouvernance et de l’économie locale pour contribuer à la réduction de la pauvreté.

17 Koinonia : association créée en 2005, partenaire d’une ONG italienne Averiko (litt. donner-en-retour) dont les actions concernent la régénération de la forêt dans un objectif de développement durable.

18 Créée en 2000, Haonasoa collabore avec les Projets et Institutions régionales et nationales pour la promotion des démarches « adéquates permettant de cerner les problématiques de développement local dans toute sa dimension ».

19 Voir notamment les numéros 257 et 258 des Cahiers d’Outre-Mer (2012), consacrés au thème « Enjeux et moyens d’une foresterie paysanne contractualisée. Expérience de systèmes de gestion locale à Madagascar ».

20 La procédure est très longue avec les étapes suivantes : montage du projet, validation par le maire de la commune, avis de la direction du PNR, avis de la direction interrégionale de l’ANGAP pour une prévalidation, transmission à la direction générale pour validation puis déblocage des fonds.

21 En 2008, sur un total de 375 000 touristes, 55 % ont visité des parcs nationaux (chiffres donnés par le journal Songadina, n° 2, juillet-septembre 2009) ; le pays comptait alors 19 parcs.

22 Alors que l’instituteur prend en charge la constitution du dossier et assure le relais entre la population locale et les institutions administratives (commune, ONG, administration forestière), le notable est garant de l’autorité et de la légitimité locales.

23 Thèse soutenue le 3 mai 2010 (AgroParisTech et Université d’Anatananarivo) sous le titre « Les paiements pour services environnementaux pour la protection de la biodiversité » et publiée en 2011.

24 Serena : Services environnementaux et usages de l’espace rural (Madagascar, Costa Rica, France), 2009-2012 ; coordination : Philippe Méral, IRD-UMR GRED-. Voir les nombreuses publications en ligne : http://www.serena-anr.org/. Voir également Antona et al., 2012.

25 Pesmix : Paiements pour services environnementaux : nouvelle panacée ou auxiliaire pour gérer les territoires ? (Madagascar et Mexique), 2011-2013 ; coordination : UPR « Biens et services des écosystèmes forestiers tropicaux », CIRAD. http://pesmix.cirad.fr/le-projet.

26 L’auteur a analysé trois cas différents de contrats : contrats de conservation, suivis écologiques participatifs (SEP) et contrats de conservation avec SEP.

27 Il faut remarquer que, à l’inverse, les contrats de transfert de gestion, qui ont pourtant des termes fixés (3 ans initialement, évaluation puis renouvellement) s’étirent dans le temps et, de ce fait, s’éloignent des objectifs environnementaux communautaires.

28 Janvier 2013, 1 ariary = 0,0003 euro.

29 http://www.actioncarbone.org/index.php/fr/projets/89-programme-holistique-de-conservation-des-forets-a-madagascar ; en partenariat avec GoodPlanet, Air France soutient depuis 2008 ce programme.

30 Le GEF/SGP, Global Environment Facility/ Small Grants Program, a commencé ses activités à Madagascar en 2007 dans la région du Sud Ouest. Le programme, dans sa phase 5 en 2012, concerne 6 régions.

31 Mikajy = prendre soin, avec une idée de calcul (kajy = compter) ; mikolo = prendre soin, avec idée d’application ; manonitra : compenser. A finalement été retenu miaro = protéger, donnant le substantif fiarovana.

32 Tambiny = une contrepartie (pour consoler) ; takalo = échange (utilisé aussi pour le troc, ce qui marginalise la dimension monétaire, financière) ; solo = en remplacement (le mot est trop statique). Sarany a été le mot retenu.

33 3 juillet 2008, troisième jour du colloque international sur « Les parties prenantes de la gestion communautaire des ressources naturelles : coopération, contradictions, conflits », Université d’Antananarivo, ESSA-Forêts, séance plénière en malgache dirigée par des représentants des communautés locales de base.

34 A ce sujet, voir Ferguson, 2009. Ce chercheur a par ailleurs en 2010 à une conférence à l’Université d’East Anglia (UK) fait part de l’expression que les Betsimisaraka emploient sur le site de Makira pour qualifier la REDD : Mivarotra rivotra ny vazaha, dont la traduction littérale est The strangers, they’re selling the wind.

35 Amindrabe, c’est-à-dire le fokontany d’Amindrabe ; le village central porte le même nom, il peut également être dénommé Analamaka-Amindrabe.

36 litt. là où il y a une forêt d’anjavidy (Ericacées, Philippia sp.)

37 De même en Europe, dans le cadre de la PAC, des mesures agro-environnementales territorialisées concernent le maintien d’espaces non cultivés au sein de l’espace agricole, comme des bandes enherbées le long des cours d’eau, des bosquets ou encore des terres non labourées sur des pentes exposées à l’érosion. C’est un engagement volontaire des agriculteurs à l’adoption de bonnes pratiques ; le paiement à l’hectare perçu en retour compense les coûts induits par le changement de pratique.

38 Institutions, c’est-à-dire associations et ONG.

39 Vahiny = étranger, ici au sens de non originaire de la commune d’Androy où se trouve le fokontany d’Amindrabe.

40 La toponymie en rend compte : la rivière Amboroka (Am = là où ; miroaka = paître. Amboroka = où-l’on-paît, pacage) constitue une partie de la limite du pâturage d’Analanjavidy avec le parc.

41 C’est-à-dire les « habitants locaux ».

42 La somme a été créditée sur le compte en banque de la Coba Analameva, ouvert à Fianarantsoa.

43 Trois autres rapports intermédiaires doivent être remis avant le rapport final début 2013.

44 Le poste « personnel ou main d’œuvre communautaire » représente la moitié du budget de la première tranche de financement versée. Le poste « Participation aux séminaires, échanges, visites, formations » aussi est également important, révélant la volonté de rester en lien avec l’extérieur.

45 Une piste destinée à la circulation des véhicules tout-terrain des ONG dans une région où la charrette n’existe pas et où les déplacements se font à pied.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Photo 1 - En route pour Amindrabe : une présence humaine en zone forestière.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 2 : La GCF d’Amindrabe dans le district de Lalangina
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 4 : Le zonage de la NAP dans la commune d’Androy
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Figure 5 : Le COFAV et la GCF d’Amindrabe
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Figure 6 : À propos des PSE : paiement indirect, paiement direct, fonctionnement
Légende 6a : Paiement indirect6 b : Paiement direct6 c : Le fonctionement du PSE
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 7 : Le fokontany d'Amindrabe
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Photo 2 : Dans une salle de classe de l’école primaire publique, l’instituteur expose l’action PSE conduite dans le nord du fokontany d’Amindrabe
Légende Traduction du titre du document affiché au tableau : collaboration avec GEF SG
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 8 : La réintégration d’ Analanjavidy dans le périmètre de la GCF d’Amindrabe
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Photo 3 : La plaine d’Analanjavidy
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 9 : La mise en pratique d’un PSE à Analanjavidy : le partage d’un territoire (Nord du fonkontany d’Amindrabe, COBA Analameva)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Photo 4 : Plaine d’Analanjavidy : canal drain et étangs piscicoles
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 5 : Plaine d’Analanjavidy : étang piscicole, avec plantation de vetiver sur la diguette au premier plan
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photo 6 : Plaine d’Analanjavidy : sur les rebords, trous de reboisement pour plants d’eucalyptus
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26511/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Rakoto Ramiarantsoa, Chantal Blanc-Pamard, Dolys Andriantseheno et Haingo Ramamonjy, « Des territoires et des contrats au service de l’environnement. Le Lalangina, sur le versant ouest du COFAV (corridor forestier Ambositra Vondrozo) à Madagascar », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 691, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26511 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26511

Haut de page

Auteurs

Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Géographe, professeur,
UMR 5185 ADES/CNRS,
Université de Bordeaux 3,
herve.rakoto-ramiarantsoa@u-bordeaux3.fr.

Chantal Blanc-Pamard

Géographe, directrice de recherche,
Centre d’Etudes Africaines, EHESS/CNRS,
cbp@ehess.fr.

Articles du même auteur

Dolys Andriantseheno

géographe,
ONG Doria Antananarivo,
henridolys@yahoo.fr.

Haingo Ramamonjy

Économiste de l’environnement,
Faculté DEGS, Université d’Antananarivo,
rmjhaingo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page