Navigation – Plan du site
2014

Maudet J.-B., 2010, Terres de taureaux. Les jeux taurins de l’Europe à l’Amérique, Madrid, Casa de Velazquez, 494 p.

Henri Chamussy

Texte intégral

1Sur la quatrième de couverture, il est écrit : « Ces pratiques [taurines...] témoignent […] d’un processus de construction territoriale où se relaient deux temps forts de la mondialisation occidentale : l’impérialisme ibérique, contemporain de la colonisation de l’Amérique à partir du xvie siècle, et l’hégémonie culturelle étasunienne qui s’affirme dès le début du xixe siècle ».

2Le champ historique et géographique de ce superbe travail est ainsi parfaitement délimité. Comment ne pas s’interroger sur la figure du taureau (et même de l’auroch, peint et repeint sur les parois de la grotte de Lascaux) qui apparaît de manière récurrente dans de nombreuses sociétés. L’auteur s’interroge d’ailleurs sur une éventuelle filiation, depuis la Crête, le Minotaure et la fameuse peinture d’un jeu taurin, et aussi des cultes clairement religieux (le taurobole par exemple) jusqu’aux formes contemporaines telles que les rodéos d’Amérique du Nord.

3Pourquoi cette fascination ? Dans les sociétés fondées sur l’élevage des bovins, le taureau est évidemment le symbole de l’accroissement et de la pérennité du cheptel, et donc de la richesse ; c’est aussi la force mâle, métaphore de la virilité fécondante. Mais l’auteur n’insiste pas sur cette filiation, ce n’est pas le plus intéressant dans son projet d’étude ; il entre tout de go, dans la première partie de l’introduction (13 pages, quand même !) dans le cœur de la problématique : une aire culturelle de la tauromachie (qu’une carte succincte permet de visualiser), et conclut par un passage à méditer : géographie, sciences humaines et tauromachie.

4À plusieurs reprises, l’auteur déplore un peu que les jeux taurins, dans leur diversité étonnante et mal connue (tant que l’on a pas lu ce livre !), soient réduits, dans l’image du public, à la corrida de toros espagnole qui connaît aussi ses succès en Amérique latine (surtout, semble-t-il, au Mexique) et, dans un périmètre restreint, en France méridionale. Tout le livre va exposer la variété de ces jeux taurins, rodéos étasuniens et même canadiens, chiliens, vaquejada du Nordeste brésilien, corridas portugaises, courses landaises, etc. Par la lecture des pages de l’ouvrage de J.-P. Maudet, on est bien persuadé de ne plus faire cet amalgame. Il n’empêche : l’introduction se termine par un beau petit album de 36 photos, dont les premières représentent des corridas de toros espagnoles (la première de toutes représentant une véronique à Avila en 2007), telles qu’on se les imagine ou dont on se souvient, puis à des photos de corridas portugaises qui, pour les non-initiés, ne diffèrent pas tellement des corridas espagnoles, ce d’autant que de nombreuses corridas « espagnoles » ont lieu au Portugal.

5Toute la première partie est consacrée aux jeux taurins. On y découvre une grande diversité culturelle, sociale et événementielle que les touristes, en Espagne ou à la féria de Nîmes, ne soupçonnent pas du tout, et peut-être pas non plus les aficionados madrilènes ou sévillans… Opposition entre la tauromachie professionnelle, celles des grands toreros médiatisés, et de leurs humbles serviteurs, et la tauromachie participative, celle des novilladas de villages.

6Et puis, qui dit tauromachie dit évidemment élevage de taureaux, et ces élevages jouent un rôle économique non négligeable, en Andalousie par exemple, toros bravos et toros mansos. Enfin l’auteur nous emmène en Amérique du Nord, dans l’espace des rodéos, de style latino-américain au Texas, de style nord-américain et bull-riding sur la côte pacifique, qui déborde au Canada avec le célèbre stampede de Calgary. Sans oublier les jeux de rue et encierros, lâchers de taureaux qui sont le type même du jeu taurin participatif.

7Les deuxième et troisième partie sont celles qui doivent les plus intéresser, professionnellement s’entend, les géographes ; c’est en effet une étude spatio-temporelle de l’espace tauromachique. Sont décrites les limites et les discontinuités, qui sont souvent le résultat d’interdictions, soit presque totalement, des jeux taurins, soit seulement des corridas avec mise à mort. C’est le cas en France, où l’on sait que la réglementation est sévère, dans beaucoup de pays latino-américains (l’Argentine par exemple), en Californie, etc. Dans la péninsule ibérique elle-même, les corridas sont désormais interdites dans la généralité de Catalogne (cette interdiction est postérieure à la rédaction du livre, mais on en parlait déjà bien avant ; sauf erreur, il n’en est nulle part question ici. On dit beaucoup que cette interdiction est essentiellement politique).

8Ces deux parties sont passionnantes. L’auteur décrit la formation de l’espace tauromachique européen, puis de l’espace tauromachique américain et étudie ensuite chacun des espaces, en les décomposant en sous-espaces, avec de très belles formules (« La frontière taurine France-Espagne : le désir d’hispanité » et « La frontière taurine Espagne-Portugal, entre frères ennemis et nations-sœurs »). Des formules du même genre sont utilisées pour les espaces taurins en Amérique : « La charreada ou la nostalgie mexicaine en pays cow-boy » ou bien, en Equateur : « Loin des Andes, loin du cœur : le rodéo montubio », etc.

9La conclusion de cette énorme somme taurine est sans équivoque pour les géographes. Car on a oublié de le souligner, l’auteur est un géographe, et ce livre est la présentation d’une thèse de doctorat faite à la Casa de Vélazquez. Sans équivoque car cette conclusion s’intitule « la tauromachie comme marqueur territorial ». Tous les concepts, tous les mots de la tribu que nous employons volontiers, on les retrouve, appliqués aux espaces taurins : centre-périphéries, identités territoriales, diffusion, rayonnement, coexistence, frontières.

10Enfin, cum grano salis, le livre est complété d’un cédérom : arènes et spectacles en Espagne, France, Portugal, Colombie, Venezuela et Pérou.

11On l’a compris (j’espère), c’est un travail énorme, et un résultat formidable sur un sujet qui semble n’avoir jamais été traité, du moins aussi massivement, en géographie. Cela dit, le livre est complété d’une énorme bibliographie qui montre que beaucoup de gens – et même d’autres géographes… – se sont intéressés à la tauromachie. Mais cette bibliographie est très éclectique, et elle est largement ouverte sur les concepts géographiques signalés plus haut, ce qui permet de trouver des références à Roger Brunet, à Torsten Hägerstrand, etc.

12L’ensemble du livre présente, il faut le souligner, une somme de connaissances stupéfiante. On y apprend le nombre de corridas dans telle province en telle année, puis la diminution qui amorce peut-être moins d’appétence de la population. On y apprend où sont les arènes, si elles sont anciennes, etc. On se perd parfois un peu dans les détails ; qu’importe, on y revient car on est confondu par une telle érudition (au bon sens du terme).

13Outre les tables, la bibliographie – et outre le cédérom signalé ci-dessus – on trouve un index fort utile au lecteur non aficionado, la tauromachie ayant son dialecte et son vocabulaire bien spécifiés. On trouve aussi des résumés, en français, en espagnol (à tout seigneur tout honneur !) et en anglais.

14La loi du genre veut qu’il n’y ait pas d’éloges sans quelques petites critiques. On peut en trouver. Le plan de l’ouvrage, très complexe et prenant les sujets dans tous les sens pour quadriller en quelque sorte l’objet géographique, social, culturel, conduit fatalement à un certain nombre de redites. Ainsi en est-il entre le chapitre V (« la formation de l’espace tauromachique » et les chapitres VII et VIII (« dynamiques récentes des espaces tauromachiques européens » et « structures et dynamiques des espaces tauromachiques américains ») ; ce ne sont pas des vraies redondances dans la mesure où les problèmes ne sont pas abordés de la même manière, mais enfin on trouve des redites ; l’abondance de l’information est telle qu’il faut les débusquer.

15Enfin, on peut regretter une froideur générale qui fait que, sauf erreur, il n’y a pas d’allusion à tout un environnement de la tauromachie qui est littéraire et artistique. On aurait aimé y trouver un bref salut à Picasso, à Hemingway, à Vicente Blasco Ibanez, et peut-être surtout à Federico Garcia Lorca, et à bien d’autres… L’auteur a adopté une posture détachée, froide, un peu sèche, qui est sans doute louable scientifiquement, mais un peu triste aussi.

16Et cette réflexion conduit à une mise en garde à ceux qui, fermement révoltés par le spectacle des corridas, ce qui est une attitude morale qu’on ne saurait blâmer même si on le la partage pas, se refuseraient à ouvrir ce livre. On l’a dit, l’auteur est très détaché, et on ne trouvera chez lui ni approbation ni condamnation. De plus, bien que la corrida de toros « classique » tienne une place nécessairement assez importante dans ces pages, il y est aussi question des jeux taurins innocents, des rodéos consistant à dresser un animal rétif, non à le tuer, des courses de vachettes landaises, qui sont des spectacles à mettre « en toutes les mains… ». Ce livre est un livre de science et de connaissance, il ouvre des horizons nombreux sur cultures et sociétés, et comme tel mérite d’être lu et apprécié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Chamussy, « Maudet J.-B., 2010, Terres de taureaux. Les jeux taurins de l’Europe à l’Amérique, Madrid, Casa de Velazquez, 494 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 12 novembre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26554

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page