Navigation – Plan du site
2014
698

L’occupation et l’utilisation du sol en période de crise

Le cas de la commune de Tabarre (Port-au-Prince, Haïti) suite au séisme du 12 janvier 2010
Land use and occupancy after major catastrophes. The case of Tabarre municipality (Port-au-Prince, Haiti) after the earthquake of January 12th, 2010
Jérémy Robert et Robert D’Ercole

Résumés

Cet article propose une réflexion sur les logiques d’occupation et d’utilisation du sol suite à de grandes catastrophes à partir du cas de Tabarre, une des communes de la capitale haïtienne frappée par le séisme du 12 janvier 2010. Ce séisme, comme d’autres événements de grande ampleur, a montré la place centrale du sol dans la gestion des crises, alors que cette question n’est que très rarement abordée en tant que telle. L’analyse s’appuie sur une cartographie qui représente les transformations de l’occupation du sol en période de crise. Différents types de modifications peuvent ainsi être mis en évidence, ouvrant des pistes de réflexion à portée opérationnelle mais aussi plus théoriques sur les logiques de développement et de résilience des territoires urbains.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier les différentes personnes qui ont contribué à la production d’information utilisée dans cet article, en particulier Jean Frantz Théodat (Directeur technique de protection civile de Tabarre) et des membres du projet SIRV-TAB : Pierre Vernier (base de données), Roxana Popescu (décombres), Giana Salomé (camps), Simon Etaby (transport), Enrico Ponte (population, camps), Julian Miralles (cartographie), Morena Zucchelli et Tiziana Vicario (coordination du projet). Nous souhaitons aussi remercier les relecteurs et éditeurs pour leur attention.

Introduction

« Six mois après le tremblement de terre qui a provoqué la mort de 250 000 personnes, des centaines de milliers de tonnes de gravats occupent les quartiers de la capitale haïtienne… Tant que les gravats sont là, la reconstruction des logements du million de sans-abri ne peut démarrer. L’espace manque en effet dans la capitale au relief tourmenté. Les rares terrains libres ont été transformés en camps dans lesquels s’entassent encore aujourd’hui un million de sinistrés…Même quand ils disposent encore d’un toit en état de les accueillir, la majorité des rescapés refusent de regagner leur domicile. Ils ont peur d’une nouvelle secousse, mais pas seulement. C’est dans les campements que se concentre l’aide humanitaire »
(La Croix, 11 juillet 2010)1

1Ces quelques lignes tirées du journal La Croix, mais aussi de nombreuses autres références concernant le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti ou d’autres catastrophes survenues ces dernières années (l’ouragan Katrina en 2005, séisme et tsunami au Japon en 2011, le typhon Haiyan aux Philippines en 2013) soulignent l’importance de l’occupation et de l’utilisation du sol en période de crise.

2Suite à un séisme majeur, l’espace tend à manquer. Inutilisable à proximité d’édifices susceptibles de s’effondrer, notamment tant que durent les répliques sismiques, il est aussi en partie occupé par les décombres. Les terrains qui restent disponibles sont convoités par différentes institutions pour des usages multiples : refuges, dépôt de décombres, hôpitaux de campagne, lieux de stockage de l’aide internationale, etc. L’importance de la disponibilité de l’espace, la compétition pour cet espace et les conflits pour son utilisation demandent d’incorporer cette question dans les plans de gestion de crise comme dans les plans de développement territoriaux.

  • 2 On définit la période « normale » en toute relativité, en contraste avec une période de crise.

3Le sol urbain est considéré ici comme un espace ou portion d’espace, support physique d’infrastructures et de services nécessaires aux activités humaines. Le sol ainsi défini représente une ressource pour les activités qui permettent le fonctionnement et le développement d’un territoire et, dans certains cas, pour la gestion de situations de crises engendrées par des catastrophes, ce qui ici constitue notre principal centre d’intérêt. Alors que les logiques et les modalités d’occupation et d’utilisation du sol ont été largement explorées pour comprendre le fonctionnement et l’évolution des territoires en période « normale »2, elles sont largement méconnues dès lors que l’on se place en période de crise. Comment occupe-t-on le sol en situation de crise ? Quels sont les besoins et pour quels usages ? Quels sont bouleversements par rapport à une période normale ? Est-il possible d’anticiper ? Cet article propose une réflexion sur les logiques d’occupation et d’utilisation du sol suite à une catastrophe, avec comme fil directeur la production de connaissances utiles pour la préparation à la gestion de crise. L’objectif est de montrer l’intérêt de cette question à partir d’un cas concret et d’identifier les éléments de base permettant aux gestionnaires d’anticiper les difficultés prévisibles (et cartographiables) en matière d’occupation et d’utilisation du sol dans la perspective d’une catastrophe à venir.

4Nous définirons tout d’abord le cadre d’analyse d’un point de vue conceptuel, en soulignant l’intérêt de cette question et les travaux qui s’en rapprochent. Nous justifierons ensuite le choix du territoire d’étude correspondant à la commune de Tabarre, une des huit communes qui conforment l’arrondissement de Port-au-Prince, capitale haïtienne frappée par le séisme du 12 janvier 2010. Ces éléments introduiront la troisième partie consacrée à l’analyse des modifications de l’occupation et de l’utilisation du sol à Tabarre suite au séisme, démontrant l’intérêt opérationnel de la démarche et de l’outil cartographique. Cette analyse permet de soulever des pistes de réflexion à partir de la question du sol en situation crise pour une meilleure compréhension des logiques de développement des territoires et de leur résilience.

La place du sol dans la gestion de crise

Cadrage conceptuel : le sol comme support et ressource

5Une première définition du terme « sol » est celle des pédologues qui s’intéressent à la formation et à l’évolution de la partie superficielle de la couche terrestre. Le sens qui nous intéresse ici est différent et s’inspire de la définition donnée par J. Levy et M. Lussault qui considèrent le sol à la fois comme « support et ressource aux constructions humaines (habitat, infrastructures) ainsi qu’aux divers usages productifs et sociaux que lui affectent les sociétés » (2003, p. 862). Cette conception du sol renvoie aussi au terme de « foncier », préféré par les sciences de l’économie et les sciences humaines évitant celui de « sol » davantage associé aux sciences naturelles (Buhot, 2012). La question du statut et de la propriété du sol, privilégiée dans les études foncières, n’est cependant pas l’objet central de notre propos et ne sera retenue que dans la mesure où elle considère sa disponibilité ou ses conditions d’utilisation.

  • 3 Il est courant de faire la distinction entre l’occupation du sol qui désigne un type de couverture (...)

6La réflexion qui est menée ici s’intéresse à l’occupation et à l’utilisation du sol3, entendu comme support et ressource pour les activités humaines, dans un contexte urbain et plus spécifiquement à la suite de grandes catastrophes. Si l’espace disponible est une ressource rare en milieu urbain, il revêt une importance particulière en situation de crise où les pressions pour accéder à cette ressource sont exacerbées aussi bien d’un point de vue quantitatif que qualitatif. La réflexion part donc de l’idée que le sol (en servant de support aux différentes activités qui permettent de répondre aux besoins d’une population) représente une ressource du fonctionnement du territoire, et que cette ressource est sollicitée selon de nouvelles modalités en situation de crise. L’analyse des grandes catastrophes montre en effet que l’occupation du sol fait l’objet de bouleversements, d’intérêts et d’actions spécifiques parfois en compétition, montrant des situations très différentes en fonction du contexte.

Exemples d’occupation et d’utilisation du sol suite aux catastrophes

7Le séisme du 12 janvier 2010 dans la capitale haïtienne a illustré l’ampleur des défis de gestion autour de la question de l’occupation et de l’utilisation du sol. Ces défis ont concerné aussi bien l’abandon des logements et l’ampleur des besoins en espaces libres pour les camps, que les besoins de la réponse humanitaire ou l’importance des espaces à déblayer. D’autres événements comme l’ouragan Katrina aux États-Unis en 2005, le tsunami de 2004 en Asie du Sud-Est ou le typhon Haiyan aux Philippines en 2013, ont souligné ce problème.

8Un des premiers aspects qui ressort des grandes catastrophes est le manque de terrains disponibles. Ceci est particulièrement vrai suite aux séismes, aux tsunamis ou aux ouragans qui provoquent la perte de logements (par destruction ou suite aux inondations) et qui génèrent de grandes quantités de débris à déblayer. À Aceh, plus de 80 000 hectares ont été inutilisables temporairement suite à la submersion par le tsunami, incluant entre 15 000 et 50 000 parcelles supportant chacune une famille. Au total, plus de 120 000 personnes ont dû chercher une nouvelle terre pour vivre (OXFAM, 2005). Au Sri Lanka, plus de 50 % des besoins de terres pour 39 000 logements ont nécessité l’identification et l’occupation de nouveaux terrains (OXFAM, 2005). Un des principaux défis de la catastrophe liée à Katrina fut l’étendue spatiale des dommages : l’ouragan toucha une superficie égale à un peu plus du tiers du territoire français (20 millions d’hectares). Plus de 80 % de la ville de La Nouvelle-Orléans a été inondée sous plusieurs mètres d’eau. Au total, ce sont plus de 750 000 personnes qui sont allées chercher refuge dans les 50 États du pays (Lagadec, 2007). Le typhon qui toucha les Philippines en novembre 2013 a, pour sa part, provoqué le déplacement de plus de 4 millions de personnes4 et une grande partie du territoire de Tacloban, ville de plus de 220 000 habitants, a été submergée par les vagues et inondée sous plusieurs mètres d’eau.

9À Port-au-Prince, le centre de la ville a été bloqué par les décombres, empêchant toute circulation. Leur volume a été estimé à 10 millions de m³ soit l’équivalent de 4 000 piscines olympiques (PNUD, 20115). Les opérations de déblaiement ont représenté un défi logistique, compliqué par les difficultés de déterminer la propriété des constructions et des terrains à déblayer. Face à l’ampleur des destructions, ce sont plus de 2,3 millions de personnes qui ont abandonné leur logement, pour quitter la ville ou aller dans un camp. Dès les premiers jours, tous les espaces libres – rues, parcs, places publiques, tous les interstices de la ville – ont été occupés avant que ne se mettent en place des camps plus structurés. Selon la norme internationale (projet Sphère6), les camps d’hébergements doivent pourvoir 45 m² par personne (incluant les équipements sanitaires), surface qui fut impossible à respecter dans le contexte urbain de Port-au-Prince. L’espace disponible a aussi manqué pour la réponse médicale. La grande majorité des blessés a d’abord été traitée dans les cours des hôpitaux et dans la rue, soit parce que les infrastructures se sont écroulées, soit par peur des répliques. Par la suite, 21 hôpitaux de campagne étrangers ont été mis en place à Port-au-Prince, à proximité d’hôpitaux existants, sur les terrains de l’aéroport ou bien dans tout autre espace disponible (Ville de Goyet, Sarmiento, Grünewald, 2011).

10Ce besoin d’espaces pour les refuges, les hôpitaux ou encore les décombres s’est accompagné de l’émergence de nouveaux usages. L’exemple le plus frappant concerne l’aéroport de Port-au-Prince qui s’est constitué en quartier général des organisations nationales et internationales, forcées d’abandonner le centre-ville. L’aéroport de La Nouvelle-Orléans avait aussi eu un rôle « multi-usage » lors de la catastrophe de 2005, se trouvant transformé en hôpital de campagne, en centre d’hébergement et en morgue, tout en assurant ses fonctions habituelles. Toujours à La Nouvelle-Orléans, une portion d’autoroute avait dû être mobilisée par les institutions pénitentiaires, forcées d’évacuer leurs installations inondées (Huret, 2010, p. 52).

11L’occupation de certains espaces pour répondre aux besoins de l’urgence pose rapidement problème. C’est le cas de l’occupation des terrains privés par les campements spontanés à Port-au-Prince, ces derniers faisant l’objet d’évictions forcées dès fin 2010. Suite au séisme de Pisco au Pérou en 2007, l’installation de nouveaux quartiers dans des zones de protection archéologiques, ou encore les décombres laissées dans une zone déclarée de protection écologique intangible sur le bord de mer sont d’autres exemples de situations conflictuelles (OCHA et UNEP, 2007). La résolution des conflits liés à l’occupation du sol (qui peuvent prendre différentes formes selon les cas) dépend en grande partie des décisions et intérêts des autorités, de même que la définition de priorités d’intervention. En ce sens, les espaces symboliques de la ville – places publiques, palais présidentiel, etc. – touchés lors de ces événements sont les premiers espaces récupérés par les autorités publiques, leur permettant de favoriser un retour à la normale et d’affirmer leur capacité d’action. Allant dans ce sens, une des premières actions fortes de l’État haïtien suite au séisme de 2010, a été de récupérer la place du Champ de Mars au cœur de la ville de Port-au-Prince et occupés par les camps.

12Les difficultés se poursuivent pendant la phase de reconstruction où surgissent des enjeux et intérêts parfois contradictoires autour de l’occupation des terres rendues peu ou pas utilisables pour diverses raisons. À Fukushima, les terrains contaminés par les fuites radioactives de la centrale nucléaire ont été évacués et les populations qui vivaient d’une activité agricole sont dans l’impossibilité de revenir sur leurs terres. L’imposition de contraintes pour la construction des bords de mer dans le golfe asiatique a fait l’objet de nombreuses discussions. La création de « zones tampons », inexistantes avant le tsunami de 2004 en Inde et au Sri Lanka, entre en contradiction avec les modes de vies des communautés de pêcheurs (OXFAM, 2005). Dans le contexte français, les conflits qui ont surgi au lendemain de la catastrophe de la Faute-sur-Mer (2011) autour de la zone « d’extrême danger », « noire », ou de « solidarité nationale » vouée à l’expropriation et au gel des terrains, montrent la puissance des intérêts se manifestant autour de la question de l’occupation des espaces disponibles (Pigeon, 2012).

13Au-delà de la diversité des exemples et des contextes, toutes ces situations ont en commun le bouleversement de l’occupation du sol suite à une catastrophe, dont les modalités sont définies par une multitude de variables.

Une question jamais abordée de front

  • 7 Les crises considérées ici (liées à des grandes catastrophes) se définissent entre autres par des d (...)
  • 8 Comme précisé antérieurement, la définition de la « normalité » est ici entendue en toute relativit (...)

14Malgré la place centrale de l’occupation du sol dans la gestion des crises7 liées aux grandes catastrophes et qui vient d’être soulignée, cette question n’est que très rarement abordée en tant que telle. L’objectif qui guide notre réflexion est de savoir comment le sol – entendu comme support et ressource – est occupé et utilisé suite à une catastrophe. Pour ce faire, l’idée est de s’appuyer sur les cartes d’occupation et d’utilisation du sol couramment réalisées et employées en période normale, en s’intéressant spécifiquement aux périodes de crises et aux évolutions rapides qui peuvent être alors observables. L’originalité de l’approche réside dans la temporalité étudiée, ce moment bien spécifique à partir de l’impact jusqu’aux premiers temps du retour à la normale8.

  • 9 La question de l’occupation et de l’utilisation du sol en cas de catastrophe ne fait pas non plus d (...)

15De manière générale, la cartographie de l’occupation du sol est un instrument essentiel de compréhension de l’évolution historique, économique et sociale d’un territoire tout en constituant un outil d’aide à la décision pour le développement à venir. En France, le Plan Local d’Urbanisme (PLU), qui remplace depuis 2000 le Plan d’Occupation du Sol, contient entre autres un zonage qui définit les secteurs et les grands choix réglementaires en matière d’habitat et de protection. Pour les communes exposées à des aléas, le PLU doit être complété par un Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN), opposable aux tiers, qui définit la constructibilité et les restrictions des différentes zones du territoire communal. La question des risques y est abordée uniquement de manière préventive, et la question de l’occupation et de l’utilisation du sol en cas de catastrophe n’y est pas traitée alors qu’elle pourrait permettre d’anticiper et de mieux préparer la gestion des crises9.

16En plus de ces documents administratifs et règlementaires, certains travaux s’intéressent de plus près aux crises provoquées par des événements catastrophiques. La cartographie des dommages directs permet de fournir une information sur l’occupation du sol dans ce contexte particulier, avec l’objectif principal de spatialiser ces dommages (D’Ercole et Metzger, 2000 ; Leone et al., 2007 ; Lavigne et Paris, 2009 ; Curtis, 2010). Les transformations territoriales à la suite de catastrophes ont aussi fait l’objet de recherches montrant des dynamiques à plus long terme (D’Ercole, 1996 ; Gaillard, 2001).

17Les modifications d’occupation et d’utilisation du sol qui caractérisent le moment de la crise restent quant à elles peu explorées. Une des difficultés est de cerner les changements, souvent très rapides et temporaires, qui caractérisent un état transitoire et mouvant du territoire. L’idée reste cependant moins de faire une photographie du territoire à un instant « t » que de montrer les types de bouleversements que le territoire peut connaître et les formes d’occupation et d’utilisation du sol qui peuvent apparaître et que l’on peut parvenir à prévoir. C’est avec cet objectif que nous proposons une analyse de l’occupation et de l’utilisation du sol qui a fait suite au séisme du 12 janvier 2010 en Haïti.

Tabarre face au séisme du 12 janvier 2010

Le choix de la commune de Tabarre

  • 10 Le projet est officiellement nommé « Création d'un Système d'Information sur les ressources et les (...)
  • 11 La catastrophe a été à l’origine d’une forte mobilisation de la communauté de géomaticiens nationau (...)

18Plusieurs arguments justifient le choix de la commune de Tabarre, une des huit municipalités qui composent l’agglomération urbaine de Port-au-Prince, pour explorer la question de l’occupation du sol en situation de crise. Le premier est d’ordre pratique et concerne la possibilité de disposer de données pour mener une analyse détaillée. Le projet SIRV-TAB « Système d’information sur les ressources et les vulnérabilités de Tabarre » réalisé par l’IRD et l’ONG COOPI entre 2012 et 201310 nous a permis de constituer une base de données dans une perspective de préparation à la gestion de crise et à la gestion préventive sur ce territoire. L’existence de données de qualité (et de première main) s’avère d’autant plus utile que la grande quantité d’informations produites suite au séisme de 2010 n’est pas forcément fiable, ni utilisable11.

19L’autre raison concerne la pertinence de la commune de Tabarre par rapport aux objectifs fixés. En effet, si elle ne fait pas partie des communes les plus affectées par le séisme, elle présente un profil particulièrement intéressant au vu de la diversité et de la spécificité des situations qu’elle concentre, autant en temps normal qu’en situation de crise comme celle vécue en 2010.

20Périphérie récente de par sa situation excentrée vis-à-vis du centre historique de l’agglomération de Port-au-Prince (carte 1), elle fait l’objet d’une forte dynamique d’urbanisation qui contribue à la positionner comme nouvelle centralité. Créée en 2002 (son territoire faisait alors partie de la commune de Delmas), c’est une commune relativement jeune à forte dominante rurale jusqu’au début des années 1990. Aujourd’hui, moins de 8 % du territoire sont d’usage agricole. L’aéroport qu’elle accueille en 1964 est au départ totalement excentré par rapport à l’agglomération de Port-au-Prince. Néanmoins, le carrefour de la Croix des Missions – ancien centre de Tabarre – concentre déjà un certain nombre d’activités autour de l’église catholique et de plusieurs institutions publiques nationales tel que le Tribunal de Justice et le ministère de l’Agriculture.

Carte 1 : Évolution de la tache urbaine de l’agglomération de Port-au-Prince (1982-2012)

Carte 1 : Évolution de la tache urbaine de l’agglomération de Port-au-Prince (1982-2012)

21Progressivement, l’urbanisation se met en place le long des axes routiers et notamment du Boulevard 15 Octobre qui traverse Tabarre de part et d’autre, permettant la connexion avec Pétion-Ville qui surplombe l’agglomération et se raccorde avec le centre de Port-au-Prince. Ce développement s’accompagne d’un déplacement des centralités internes à Tabarre avec un nouveau « centre-ville » situé un peu plus au sud du Carrefour de Croix des Missions autour de la mairie et en direction de Delmas. L’ambassade des États-Unis est inaugurée en 2007, ainsi que le Parc Historique de la Canne à Sucre12, puis le parc industriel à proximité de l’aéroport.

22Dès la fin des années 1990, de nombreux propriétaires vendent leurs terres agricoles profitant d’une forte demande, en ne conservant qu’un petit espace comme lieu de résidence. Le sud de la commune connaît un développement accéléré et une forte dynamique industrielle et commerciale, favorisés par l’arrivée d’institutions internationales qui contribuent à son attractivité : la MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti) à partir de 2004, et plus tard l’OIM (Organisation Internationale des Migrations) et le PAM (Programme Alimentaire Mondial). En 2011, près de 10 % du territoire est occupé par des industries et des commerces (tableau 1). Ce développement s’accompagne de l’implantation d’écoles, d’une antenne de l’Université Quisqueya ainsi que certaines institutions d’État (notamment des institutions de Police). La présence de grands terrains, déjà prisés par d’importantes industries nationales comme l’usine de cigarettes « Comme il faut » ou de fabrication du Rhum Barbancourt, attire aujourd’hui les entreprises fortes consommatrices d’espaces, notamment des concessionnaires automobiles qui ne peuvent plus assurer leurs activités à Delmas ou dans le centre de Port-au-Prince. En 2013, la création d’une zone franche pour le développement d’un parc industriel à Tabarre par le Ministère du Commerce et de l’Industrie13, renforce les dynamiques déjà en cours. Les constructions résidentielles constituent aussi un facteur important de l’occupation du sol, majoritairement pour les classes moyennes à élevées (près de 40 % du territoire est de type résidentiel et plus de 6 % est actuellement en construction – tableau 1). Si la pression sur le foncier résidentiel provient principalement des municipalités de Delmas, de Pétion-Ville et de Port-au-Prince, Tabarre accueille aussi des populations fuyant Cité Soleil, municipalité voisine ou grand bidonville qui a connu des montées de violences dans les années 2000. Ces populations viennent gonfler les quartiers populaires en particulier au bord de la rivière Grise.

Tableau 1 : Types d’occupation du sol à Tabarre en 2011 et superficies correspondantes

Type d’occupation du sol

Superficie

(en ha)

 % de la surface totale

Espaces résidentiels

1097

38,6

Espaces résidentiels en construction

182

6,4

Camps de déplacés du séisme de 2010

55

1,9

Grands équipements

406

14,3

Industries et commerces

271

9,5

Espaces agricoles

217

7,6

Espaces boisés

20

0,7

Espaces vacants

394

13,9

Lit et rives de la rivière Grise

199

7,0

Total

2840

100

Sources : Projet Agire / COOPI et projet DIPECHO (2010-2012)

23Au vu de l’évolution de la tache urbaine depuis les années 1980, Tabarre apparaît dans une position de plus en plus centrale au sein de l’agglomération urbaine de Port-au-Prince qui s’étend maintenant au-delà de la Rivière Grise sur le territoire de Croix des Bouquets.

24Les disponibilités foncières supérieures à d’autres communes et la présence d’éléments stratégiques sur son territoire (aéroport, organismes internationaux, etc.) influencent non seulement les logiques d’occupation du sol mais ont aussi été déterminants pour la gestion de la crise provoquée par le séisme de 2010.

Le séisme de 2010 à Port-au-Prince et à Tabarre

  • 14 En 2013, Haïti est classé en 161ème position et a perdu 12 positions par rapport à 2009 (http://hdr (...)

25Le 12 janvier 2010, un puissant séisme ravage la capitale haïtienne et provoque selon les sources officielles plus de 220 000 morts, plus de 300 000 blessés, 2,3 millions de déplacés et des destructions majeures d’édifices et de logements. La catastrophe concerne tous les domaines de la gestion urbaine, le séisme venant empirer une situation caractérisée par le déficit généralisé d’infrastructures (en particulier en services de bases) d’un des pays les plus pauvres du monde, 149ème sur 182 selon l’indicateur du développement humain du PNUD en 200914. L’approvisionnement en eau, en énergie, en aliments, la distribution de l’aide humanitaire, la prise en charge des blessés mais surtout la précarité et la complexité des trop nombreux camps de déplacés ont représenté chacun des défis majeurs au vu des capacités limitées du pays et de l’ampleur des besoins. L’État haïtien a été affaibli et pris de cours. Les institutions internationales présentes sur place ont aussi été touchées, en premier lieu l’ONU. La mobilisation massive de l’aide internationale a été nécessaire pour faire face aux difficultés locales.

  • 15 Ces chiffres s’appuient sur un système d’identification et de classification par niveau d’endommage (...)

26Quels sont les défis auxquels Tabarre a dû faire face ? Ce territoire a d’abord dû affronter les mêmes problèmes que l’ensemble des communes de Port-au-Prince, à l’image des dommages aux logements. Selon les évaluations réalisées par le Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), plus de 10 % des logements (plus de 2000) ont souffert de dommages trop sévères pour être reconstruits et plus de 20 % ont été endommagés mais réparables15. À l’échelle de l’ensemble de l’agglomération de Port-au-Prince, ces chiffres atteignent respectivement 19 et 25 %. Dans un contexte chaotique, les autorités municipales de Tabarre ont tenté tant bien que mal d’apporter de l’aide avec les moyens à disposition, généralement très limités.

  • 16 Rapport du Secrétaire Général sur la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti, 22 f (...)

27L’aéroport ainsi que d’autres éléments stratégiques comme l’ambassade des États-Unis, les forces de la MINUSTAH, les voies d’accès au Nord du pays et à la République Dominicaine, ont conféré à la commune de Tabarre une place particulière dans la gestion de crise. En effet, le centre-ville de Port-au-Prince, secteur le plus touché, est resté quasiment inaccessible pendant le premier mois en raison des décombres qui bloquaient les rues. Les autorités et les grandes infrastructures du centre telles que le marché de gros ne pouvaient plus fonctionner dans ces conditions. Les membres du gouvernement ont abandonné leurs édifices, dont une grande majorité a été détruite ou fortement endommagée, pour s’installer provisoirement à proximité de l’aéroport. Ce dernier a été rapidement pris en charge et contrôlé par l’armée américaine et s’est constitué comme centre logistique de l’aide internationale. À la fois carrefour stratégique et point d’entrée, Tabarre a donc reçu la quasi-totalité l’aide humanitaire sur son territoire (aussi bien celle arrivant par voie aérienne que par voie terrestre en provenance de la République Dominicaine). L’autre voie d’accès routier en provenance du nord passant par Cité Soleil a été peu utilisée en raison des difficultés à assurer la sécurité des convois. Stockée dans l’enceinte de l’aéroport, dans les espaces vacants des institutions internationales ou accommodés sur le tas, l’aide a ensuite été distribuée dans le reste de l’agglomération. Le déblaiement de la route nationale n° 1, qui joint le centre de Port-au-Prince et l’aéroport, a d’ailleurs été un des premiers chantiers entrepris par la MINUSTAH16. Tabarre s’est donc retrouvée au cœur de la gestion de crise, hébergeant les acteurs de la décision et les forces logistiques.

Tableau 2 : Population, dommages aux logements et camps de déplacés par municipalités à Port-au-Prince

Population

Dommages aux logements

Camps et déplacés

Rapport nbre déplacés / population
(en %)

Municipalités de l’agglomération de Port-au-Prince

Population en 2009

Densité de population / ha

 % de logements rouge (dommages majeurs)

 % de logements jaune (dommages modérés)

Nbre de camps (octobre 2010)

Nbre de déplacés (octobre 2010)

Port-au-Prince

897859

262,1

11,1

18,0

168

277801

30,9

Carrefour

465019

28,3

18,9

25,9

157

132820

28,6

Delmas

359451

138,1

16,6

28,3

255

296882

82,6

Pétion Ville

342694

21,8

28,8

28,8

101

98854

28,8

Cité Soleil

241055

112,6

18,1

30,5

46

61687

25,6

Croix des Bouquets*

227012

3,5

14,6

24,1

84

54708

24,1

Tabarre

118477

41,6

10,9

20,7

79

53861

45,5

Kenscoff

52232

2,6

6,1

25,9

0

0

0,0

Thomazeau*

48163

1,6

6,4

31,3

0

0

0,0

Gressier

33152

3,7

39,3

29,4

30

6683

20,2

Total

2785114

16.7

19,0

25,6

920

983296

35,3

* Communes qui ne font pas partie de l’agglomération de Port-au-Prince d’un point de vue administratif, mais qui se situent dans la continuité du tissu urbain.

Sources : MTPTC, 2010 ; IHSI, 2009 ; E-Shelter & CCCM Cluster, IASC, DTM (Displacement Tracking Matrix), octobre 2010 http://www.eshelter-cccmhaiti.info/​

  • 17 Selon les données du DTM (Displacement Tracking Matrix) construites par le cluster Emergency Shelte (...)

28Relativement moins endommagée que d’autres communes comme Port-au-Prince ou Delmas, Tabarre a néanmoins subi des dommages conséquents (tableau 2). Ces dommages et la logique de distribution de l’aide humanitaire ont poussé les habitants de la commune à évacuer leur logement pour rejoindre les camps de déplacés qui ont mobilisé de nombreux espaces disponibles. En plus de ces mouvements internes à la commune, Tabarre s’est rapidement vu attribuer l’étiquette de « commune d’accueil » aussi bien par les acteurs de l’humanitaire que par les autorités de la commune elle-même. Bien que non quantifiés, les déplacés provenant d’autres communes, notamment de Delmas et Port-au-Prince beaucoup plus densément peuplées et où les terrains disponibles faisaient défaut, mais aussi de Cité Soleil connue pour son insécurité, sont venus « gonfler » les camps de Tabarre. En octobre 2010, 79 camps et près de 54 000 occupants (c’est le maximum atteint à Tabarre) ont été recensés, c’est-à-dire l’équivalent de près de la moitié de la population de la commune d’avant-séisme. À cette même date, à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération, près d’un million de personnes sont dispersées dans 920 camps17. Le rapport entre le nombre de déplacés et la population est un des plus élevé à Tabarre, à l’exception de Delmas où le nombre de déplacés représente plus de 80 % de la population de la commune. Cela peut s’expliquer par des mouvements internes provoqués par les dommages aux logements et la crainte des répliques sismiques mais aussi par l’arrivée de déplacés en provenance d’autres communes. De fait, un nombre important de camps situés sur le territoire de Tabarre (et parmi les plus grands) se situent à la limite avec la commune de Delmas.

29La municipalité de Tabarre présente donc des points communs avec les autres communes de Port-au-Prince mais aussi des spécificités en raison de sa position en rapport au reste de l’agglomération et la place stratégique qu’elle a tenue dans la gestion de crise de 2010. Dans ce contexte, quelles ont été les modalités d’occupation et d’utilisation du sol dans les temps qui ont suivi le séisme du 12 janvier ?

Occupation et utilisation du sol à Tabarre suite au séisme de 2010

Cartographie de l’occupation du sol en période de crise

30Le travail de cartographie a pour but de rendre visibles les bouleversements de l’organisation spatiale et les modalités d’occupation du sol durant ce moment bien spécifique qu’est la période de crise. Il cherche à mettre en évidence les conséquences de l’événement (notamment en termes de dommages) et les différents espaces mobilisés pour les camps de déplacés, les hôpitaux de campagne, le dépôt de décombres ou le stockage de l’aide humanitaire. Durant un temps plus ou moins long allant de quelques mois à plusieurs années, ces ressources ou activités, devenues indispensables, vont occuper et mobiliser le sol urbain, qu’elles aient été planifiées ou pas, alors que les disponibilités en espaces ont été réduites.

  • 18 Une première couche d’information sur l’occupation du sol de Tabarre en 2011 a été construite dans (...)

31Dans cet esprit, nous avons réalisé une série de cartes d’occupation du sol à différentes dates. Deux cartes se révèlent particulièrement intéressantes à comparer : la carte d’avant-séisme (carte 2) et la carte d’occupation du sol de Tabarre durant les premiers mois qui ont suivi le séisme de 2010 (carte 3). Elles se basent sur plusieurs sources d’informations : les données existantes du CNIGS (Centre National d’Information Géo-Spatiale) et de l’IHSI (Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique) ont été prises comme base et ont été complétées par photo-interprétation d’images Google et par un travail de terrain18.

  • 19 Voir notamment l’éditorial du n°7 de janvier 2013 (Théodat, 2013)  - http://www.reconstruction-hait (...)

32Le choix de la temporalité à considérer après l’impact du séisme mérite une attention particulière. Nous avons opté pour représenter les modifications de l’occupation du sol qui ont eu lieu essentiellement dans les trois premiers mois qui ont suivi le séisme. Nous avons aussi inclus certaines modifications, moins nombreuses, ayant eu lieu dans un temps plus long allant jusqu’à un an. Si les principaux bouleversements sont observables à court terme (dans les premiers jours et les premières semaines), la gestion de crise s’étend sur un temps beaucoup plus long. Suite à un séisme aussi dévastateur que celui du 12 janvier 2010 et compte tenu des difficultés de redressement du pays, on peut considérer que la période de crise a duré plus d’une année. On peut même aller jusqu’à dire qu’elle n’est pas terminée si l’on considère que plus de 135 000 personnes occupent encore 243 camps de déplacés selon les chiffres d’OIM en avril 2014, ce que corroborent les travaux publiés par l’Observatoire de la reconstruction19.

Carte 2 : Occupation du sol de la commune de Tabarre en 2009 (avant séisme)

Carte 2 : Occupation du sol de la commune de Tabarre en 2009 (avant séisme)

 

Carte 3 : Occupation du sol de la commune de Tabarre en 2010 (après séisme)

Carte 3 : Occupation du sol de la commune de Tabarre en 2010 (après séisme)

 

Types de modifications de l’occupation du sol

33L’observation de la situation post-séisme et la mise en comparaison avec la situation précédant le séisme permet de mettre en évidence plusieurs types de modifications de l’occupation du sol, s’échelonnant selon plusieurs temporalités. Ils concernent en particulier le logement, les camps de déplacés, l’aide humanitaire et les aspects logistiques, la santé, les décombres et les voies de communications. La majorité de ces modifications concerne le court terme, de quelques semaines à quelques mois, en réponse aux besoins immédiats pour faire face à la catastrophe. D’autres modifications portent sur le plus long terme, avec des ancrages plus profonds dans les logiques territoriales, posant alors un nouveau décor et de nouveaux défis pour le futur (figure 1).

Figure 1 : Quelques repères temporels des modifications de l’occupation et de l’utilisation du sol suite au séisme de 2010 à Port-au-Prince

Figure 1 : Quelques repères temporels des modifications de l’occupation et de l’utilisation du sol suite au séisme de 2010 à Port-au-Prince

Les modifications de l’occupation et de l’utilisation du sol à court terme

34Des espaces résidentiels désertés. Dès les premiers instants, les logements sont évacués et les gens se retrouvent dans la rue. On se méfie des bâtiments encore sur pied. La municipalité appuyée par la police locale (surtout à travers des annonces radio), conseille dans un premier temps à la population de rester dans un endroit dégagé, éloigné des constructions en béton qui risquent de s’effondrer avec les répliques. Elle recommande ensuite de ne pas retourner dans les maisons avant que l’état de celles-ci ne soit évalué par le ministère des Travaux Publics, évaluation qui ne débutera que 4 à 5 mois après le séisme.

Photo 1 : Quartiers désertés de leurs occupants dans le centre de Port-au-Prince

Photo 1 : Quartiers désertés de leurs occupants dans le centre de Port-au-Prince

Source : D’Ercole R., 14 mars 2010

  • 20 Six mois après le séisme, de nombreuses familles n’avaient pas encore réintégré leur logement même (...)

35Une partie des espaces résidentiels est abandonnée en raison de l’importance des destructions (photo 1) ou de la peur des répliques et ce, quel que soit l’état du logement. Dans ce contexte, la majorité des habitants est amenée à vivre en dehors du lieu de résidence habituel, hors de la maison, dans une tente à proximité de cette dernière ou dans des camps de déplacés. Ce qui était considéré comme espace résidentiel avant le séisme ne l’est plus ensuite, du moins durant plusieurs semaines, voire des mois20.

36La prolifération des camps de déplacés. L’abandon des logements s’accompagne d’un mouvement d’un grand nombre de personnes vers les camps de déplacés qui se mettent en place à Tabarre, d’abord de façon spontanée puis de manière plus structurée par la suite, notamment avec l’intervention des organismes d’aide humanitaire.

Photo 2 : Camp de déplacés « Parc Clébert » au milieu d’un quartier résidentiel encore en place en 2013 : les lieux de résidence sont invertis.

Photo 2 : Camp de déplacés « Parc Clébert » au milieu d’un quartier résidentiel encore en place en 2013 : les lieux de résidence sont invertis.

Source : G. Salomé, 2013

  • 21 Estimations réalisées par Enrico Ponte dans le cadre du projet SIRV TAB à partir de photo-interprét (...)

37Entre janvier et mars 2010, le nombre de personnes dans les camps augmente très vite. On passe de 49 camps pour une population estimée à 6 000 personnes six jours après le séisme, à 74 camps hébergeant 35 000 personnes au bout de trois mois21. Cette dynamique se poursuit de manière moins intense mais soutenue pendant sept mois, jusqu’en octobre 2010, pour atteindre près de 54 000 personnes dans 79 camps. À partir de cette date, le nombre de camps et de déplacés diminue.

Carte 4 : Camps de déplacés et dommages au bâti résidentiel liés au séisme de 2010 (situation d’octobre 2010)

Carte 4 : Camps de déplacés et dommages au bâti résidentiel liés au séisme de 2010 (situation d’octobre 2010)

 

38L’emplacement des camps semble influencé par deux facteurs de localisation. On observe d’abord qu’une grande partie d’entre eux se situent à la fois à proximité des zones résidentielles (en particulier des plus affectées) et des grands axes de communications (carte 4). Cela peut s’expliquer par la volonté de rester proche du lieu de résidence par crainte de la perte de la propriété ou pour le maintien du réseau de voisinage, ainsi que pour bénéficier de l’accessibilité offerte par le réseau routier principal pour recevoir de l’aide ou pour se déplacer. Le deuxième facteur de localisation des camps est lié aux disponibilités foncières de Tabarre, celles-ci étant plus nombreuses que dans d’autres communes plus affectées comme Delmas et Port-au-Prince. En conséquence, on observe la présence d’un grand nombre de camps à la limite entre Tabarre et Delmas, dont certains sont parmi les plus grands de l’agglomération (en surface et population) comme ceux de Mais Gâte 1 et 2, à proximité de l’aéroport, qui ont regroupé jusqu’à plus de 2 000 familles chacun.

39Le déploiement des infrastructures de la logistique et de l’aide humanitaire. La catastrophe a provoqué des besoins humanitaires massifs et une mobilisation internationale d’une ampleur extraordinaire. La quasi-totalité de l’aide humanitaire, qui est arrivée par voie aérienne ou depuis la République Dominicaine, a transité par Tabarre. Les espaces occupés par les organismes internationaux présents avant le séisme ou déployés après celui-ci ont pris une importance majeure non seulement en termes de superficies mais aussi en termes logistiques et stratégiques, provoquant l’émergence des nouvelles centralités.

Photo 3 : Base logistique de l’aide internationale dans l’aéroport de Port-au-Prince le 26 janvier 2010.

Photo 3 : Base logistique de l’aide internationale dans l’aéroport de Port-au-Prince le 26 janvier 2010.

À droite de la piste d’atterrissage, se mêlent les tentes des acteurs de l’humanitaire, des containers et des dépôts de matériels divers. À son extrémité, l’hôpital de campagne de la MINUSTAH (grandes structures blanches à droite de l’image).

Source : Google Earth

40Parmi ces espaces, l’aéroport a constitué une pièce vitale de la gestion de crise. Suite au séisme, il a été rapidement pris en charge par l’armée américaine. Son organisation et les usages de l’espace disponible au sein de l’aéroport ont été largement modifiés pour répondre à l’augmentation des flux aériens, mais surtout aux besoins des acteurs de l’aide internationale (photo 3). Malgré de lourds dommages (perte de la tour de contrôle), il a dû passer en quelques jours de 3 à 100 vols quotidiens22. L’habilitation de sept pistes d’atterrissage de l’héliport de l’aéroport pendant environ huit mois a permis une rotation de nombreux hélicoptères pour l’évaluation des dommages, le transfert de blessés graves ou encore la distribution de vivres. En plus des défis spécifiques du trafic aérien, l’espace au sein de l’aéroport a été transformé en plateforme logistique. Trois zones ont été aménagées et mobilisées pendant les quatre premiers mois pour le stockage de l’aide mais aussi pour accueillir les tentes des organismes internationaux et des ONG. La « Log Base » (base logistique) des Nations Unies fonctionnait aussi au sein de l’aéroport.

41Les institutions déjà sur place, comme la MINUSTAH qui disposait de quatre sites à Tabarre avant le séisme, voient leurs activités et les besoins d’espaces se démultiplier, contribuant à renforcer la centralité de Tabarre dans la gestion de la crise.

42Une emprise au sol non négligeable pour la santé d’urgence. La santé a été un des grands défis de la crise de 2010, et si l’emprise au sol des infrastructures de soins reste limitée (par exemple en comparaison aux camps de déplacés), elle est loin d’être négligeable. Les vingt premiers jours suivant la catastrophe ont constitué un véritable « rush » pour la santé d’urgence et les besoins d’espaces se sont fait ressentir immédiatement. L’ensemble des structures ont dû être mobilisées, d’abord les hôpitaux existants avec l’appui rapide de structures légères, puis les hôpitaux de campagne installés de façon temporaire. Avant le séisme, Tabarre comptait cinq établissements de soins soit privés, soit tenus par des institutions caritatives, avec des capacités d’hospitalisation plus ou moins grandes (de quelques lits à plus de 100). Le jour du séisme, les dommages aux infrastructures furent relativement limités mais les services furent très rapidement totalement saturés. Pendant les premières semaines, les cours des établissements furent utilisées, parfois la rue, pour le triage des patients, pour les soins qui ne nécessitaient pas d’opérations complexes et pour l’hospitalisation. Face à l’afflux massif de blessés et à la saturation des établissements en place, la municipalité de Tabarre a aussi organisé la prise en charge de soins dans la cour de la mairie. Pendant les trois premiers jours, des soins ont été dispensés sur des tables. Le personnel d’une clinique privée située à proximité et le stock de trois pharmacies ont été mobilisés. Après trois jours, une grande tente d’environ 500 m² est installée par la municipalité.

43En parallèle, les équipes médicales internationales sont rapidement venues prêter main forte, parfois en s’intégrant dans une structure existante mais le plus souvent de façon indépendante. Rappelons qu’à l’échelle de l’agglomération, 21 hôpitaux de campagne étrangers et cinq navires-hôpitaux ont été mobilisés. Six de ces hôpitaux de campagne (ainsi qu’une morgue) ont fonctionné à Tabarre dont trois dans l’enceinte de l’aéroport et un autre juste en face.

  • 23 Le déblaiement de la route entre l’aéroport de Tabarre et le centre de Port-au-Prince se fait dans (...)

44La multiplication des espaces de dépôt des décombres. Les dépôts de décombres du séisme sont aussi devenus un élément important du paysage urbain, de par leur emprise au sol et leur impact aussi bien environnemental que visuel et symbolique. Après le tremblement de terre, l’État n’a pas été en capacité de donner rapidement une réponse claire concernant les espaces de dépôt des décombres (qu’il s’agisse d’espaces de dépôts permanents ou provisoires) alors que plusieurs projets de déblaiement de routes et de démolition de bâtiments susceptibles de s’écrouler avaient déjà démarré durant les premières semaines suivant la catastrophe23, sans compter les déblaiements réalisés par la population.

  • 24 Entretiens réalisés en 2013 par l’équipe de projet auprès de l’entreprise privée du secteur des tra (...)

45Deux facteurs sont à la source de ce problème. Tout d’abord la difficulté d’identifier des espaces qui répondent aux exigences de sécurité et de salubrité (absence de pollution, éloignement de la population), dans un contexte de manque d’information concernant l’occupation du sol de la zone métropolitaine. Des facteurs d’ordres légaux sont aussi intervenus : les espaces privés n’ont pas été pris en compte afin d’éviter des conflits ultérieurs sur la propriété des décombres et le trafic illégal de ceux-ci. Le problème foncier n’a pas porté sur l’occupation d’espaces privés en tant que telle mais sur les conflits potentiels liés à la réutilisation et la revente de ces matières premières24.

46Le premier site officiel désigné par l’État haïtien pour recevoir les décombres fut le site de port Varreux (Cité Soleil) mais le contrat a été annulé en raison de l’absence de la prise en charge du tri des débris récupérés par le prestataire. Ce n’est qu’en avril 2011 que la décharge de déchets ménagers de Port-au-Prince, Truitier-Cité Soleil, a été officiellement désignée comme le site de dépôt permanent de décombres et centre de tri et de recyclage.

47Ce long délai (plus d’un an) pour la désignation d’un site officiel a favorisé les pratiques de dépôts informels lors des premiers moments de la gestion de crise, sur des espaces déjà utilisés à de telles fins (notamment des sites de dépôts de matériaux de construction), ou dans des espaces nouveaux. Le bord de la rivière Grise fut un secteur privilégié, car peu peuplé et assez facilement accessible. On voit ici comment une planification préalable de l’utilisation du sol aurait pu éviter (ou tout du moins limiter) un certain nombre de problèmes.

48L’encombrement des routes. Si l’emprise au sol du réseau de transport est relativement limitée, sa récupération est vitale pour faciliter le retour à la normale, résoudre les problèmes des décombres et de l’accessibilité des quartiers endommagés. La distribution de l’aide, les secours, la réhabilitation des services de bases et la reprise de l’ensemble des activités passent nécessairement par la remise en service des axes de communications. La crise impose des priorités et seuls les axes routiers majeurs ont été déblayés dans un premier temps, à commencer par la route nationale n° 1 qui permettait la connexion entre le Nord du pays et la République Dominicaine, l’aéroport et le centre de Port-au-Prince. Pendant les premiers mois au moins, ces axes routiers majeurs ont toujours été très congestionnés mais ce furent les seuls à être opérationnels alors que les voies secondaires ou résidentielles étaient peu utilisables en raison des dommages, de leur mauvais état, mais aussi car elles étaient occupées par des familles sinistrées. Les modifications de l’occupation et de l’utilisation du sol sont de fait dépendantes de la remise en service du réseau routier.

49Au vu de ces différents exemples, on constate la diversité des bouleversements de l’occupation et de l’utilisation du sol, qui peuvent être de l’ordre du changement de nature de l’occupation ou du moins d’une diversification de l’utilisation. Si ces bouleversements se sont réalisés durant les premiers mois de la crise, d’autres transformations sont observables à plus long terme.

Modifications de l’occupation et l’utilisation du sol à plus long terme

50Au-delà des défis à la fois les plus immédiats et les plus marquants, l’ensemble des activités à Tabarre a été largement bouleversé plus ou moins durablement. Le fonctionnement des grands équipements, des industries et commerces, du secteur immobilier ou agricole a été entravé pour cause de destructions, de décès, de problèmes de mobilité ou en raison de la paralysie généralisée des activités économiques et sociales. Les dynamiques d’occupation et d’utilisation du sol ont repris peu à peu leur cours, dans un autre contexte. Certains secteurs ont cependant connu des transformations importantes, dans la continuité de la réponse à la situation d’urgence.

51C’est notamment le cas de la santé où des structures de soins relativement importantes ont été installées après le paroxysme de la crise. Elles viennent en appui aux structures existantes, alors que les hôpitaux de campagne ont été désactivés depuis déjà un certain temps. Ces infrastructures sont mises en place plus ou moins ex nihilo, selon des logiques particulières avec comme dénominateur commun la présence d’espace disponible à Tabarre. La commune voit ainsi apparaître trois nouveaux hôpitaux, le premier d’entre eux en juillet 2010, le deuxième en octobre 2010 et le troisième fin 2011.

Photo 4 : Hôpital St-Luc, mis en place cinq mois après le séisme de janvier 2010 à Tabarre

Photo 4 : Hôpital St-Luc, mis en place cinq mois après le séisme de janvier 2010 à Tabarre

Source : Robert J., décembre 2012

Photo 5 : Hôpital St-François de Sales mis en place 10 mois après le séisme

Photo 5 : Hôpital St-François de Sales mis en place 10 mois après le séisme

Source : Robert J., décembre 2012

Photo 6 : Hôpital Nap Kenbé de MSF Belgique, mis en place courant 2011 soit plus d’un an après le séisme

Photo 6 : Hôpital Nap Kenbé de MSF Belgique, mis en place courant 2011 soit plus d’un an après le séisme

Source : Robert J., décembre 2012

  • 25 Entretien avec le Dr. Augustin Marc Edson, directeur de l’hôpital.

52L’hôpital Saint-Luc a eu une « naissance prématurée »25. Il a été mis en place de façon précipitée un peu plus de cinq mois après la catastrophe par l’ONG catholique Nos Petits Frères et Sœurs sur un terrain voisin de l’hôpital pédiatrique St-Damien (géré par la même institution). En projet avant le séisme, il commence à fonctionner dans des containers et des tentes fournies par l’aide internationale. Après six mois de fonctionnement dans ces conditions, des structures légères en préfabriqué puis des structures en dur sont construites et hébergent aujourd’hui une cinquantaine de lits. L’installation de l’hôpital de Saint-François de Sales à Tabarre en octobre 2010 correspond au déménagement de l’hôpital principal situé alors dans le centre de Port-au-Prince et presque totalement détruit. Il bénéficie d’un terrain prêté par l’archevêché et fonctionne avec des tentes d’UNICEF et de la fondation Catholic Relief Service. L’hôpital de MSF Belgique initie quant à lui ses fonctions courant 2011 comme centre de référence pour les urgences traumatiques. Pour installer cet hôpital constitué de blocs préfabriqués à proximité de la zone industrielle de l’aéroport, MSF a acquis un terrain pour la première fois de son histoire. Ces infrastructures de soins occupent de nouveaux espaces, modifiant en même temps la situation de Tabarre vis-à-vis de Port-au-Prince en termes d’offre de soins.

53D’autres institutions ont suivi ce modèle. En 2012, la Croix-Rouge Haïtienne acquiert un terrain situé à Delmas mais touchant la commune de Tabarre et proche de l’aéroport, terrain où avait commencé la construction d’un hôtel haut standing de la chaîne Holiday Inn. Le cas n’est pas isolé et Tabarre a vu s’implanter d’autres institutions internationales, humanitaires et de coopération. Elles occupent aujourd’hui 16 terrains (contre huit avant le séisme). La moitié de ces espaces sont mobilisés par les forces de la MINUSTAH (quatre avant le séisme) et de nouveaux acteurs apparaissent comme le PAM (Programme Alimentaire Mondial) qui met en place un espace de stockage, ou encore l’OIM (Organisation Mondiale des Migrations) qui installe ses bureaux à proximité de l’ambassade des États-Unis. Ces nouveaux équipements transforment le paysage urbain de la commune de Tabarre et par la même son attractivité à plus long terme.

  • 26 Appellation donnée aux regroupements de T-Shelters par les autorités (par exemple Village Étienne à (...)
  • 27 Ces trois centres d’hébergement connus sous le nom de Canaan, Jérusalem, et Onaville concentrent 54 (...)
  • 28 Rapport « Matrice de Suivi du Déplacement », version actualisée 2.0, 30 septembre 2013, OIM, DPC, I (...)

54À l’inverse de ces nouveaux atouts territoriaux, les dépôts de décombres reliques d’une réponse laborieuse des autorités continuent de poser des problèmes de pollution et de récupération des espaces occupés. Les camps de déplacés constituent aussi un défi pour l’avenir. Les solutions apportées à la précarité des conditions de vies dans les camps contribuent à la création de nouvelles difficultés. Les T-Shelters (logements transitoires) par exemple, qui représentent une nouvelle forme d’habitat temporaire, sont mis en place au long de l’année 2011. Ces petites maisons préfabriquées, prévues pour une durée de trois ans, sont censées remplacer les tentes avant une solution plus définitive. Plusieurs camps sont ainsi transformés en « villages »26, pérennisant d’une certaine façon l’occupation des terrains et contribuant à la consolidation de nouveaux quartiers précaires. Le retrait en juillet 2013 de trois grands centres d’hébergement informels27 de la liste de camps gérée par l’OIM semble souligner une certaine résignation des autorités. La demande faite par le gouvernement à l’OIM a été motivée par le constat que les caractéristiques de ces centres d’hébergement sont celles « ... de nouveaux quartiers ayant besoin d’un plan d’urbanisme avec une vision à long terme ... »28, et non pas celles de sites de déplacés. En leur reconnaissant un statut de quartier, les autorités contribuent de fait à la pérennisation de ces nouveaux bidonvilles. L’occupation du sol qui s’est faite en période de crise s’intègre ainsi aujourd’hui dans le paysage urbain de la ville. Les modalités d’occupation du sol en situation de crise nous renvoient donc très rapidement aux problématiques de l’aménagement du territoire et de développement urbain futur.

55Au vu de ces exemples, on constate que différents types de modifications de l’occupation et de l’utilisation du sol s’enchaînent voire se superposent selon des temporalités qui peuvent être très variables, et toutes sur un même territoire. Et c’est bien en cela que la question de l’occupation du sol est centrale pour la gestion de crise, justifiant par la même occasion la pertinence de la démarche et de l’appui cartographique.

Conclusion

56Cet essai d’analyse des modifications de l’occupation et de l’utilisation du sol en période de crise permet de mettre en évidence des besoins d’espaces inhabituels et pourtant indispensables dans un contexte de compétition pour l’utilisation du sol. L’exercice cartographique permet, tout en les visualisant, de réfléchir aux problèmes potentiels liés à l’occupation du sol en période de crise, problèmes qui peuvent être anticipés et pris en compte dans les plans de gestion de crise et dans les plans de développement territoriaux. Plusieurs enseignements méritent alors d’être soulignés et discutés.

  • 29 Notamment avec le projet SIRAD (Système d’information sur les ressources pour la gestion des désast (...)

57L’analyse d’un événement passé permet d’identifier les besoins et les modalités d’occupation et d’utilisation du sol pour la gestion de crises à venir. Comme cela a été démontré dans cet article, la cartographie de la situation post catastrophe donne de nombreuses indications sur les modalités d’occupation et d’utilisation du sol, sur la diversité des problèmes qui peuvent se poser en période d’urgence, et sur les domaines où il peut être utile d’anticiper. En montrant la diversité des changements, elle constitue une base pour la définition de l’action, base à partir de laquelle il est envisageable de réaliser des cartes potentielles d’occupation et d’utilisation du sol dans cette optique. L’exercice réalisé à partir d’un événement passé permet de définir une approche et une méthode pour la construction de cartes d’occupation du sol potentielles en cas de catastrophe qui pourraient alimenter des plans de gestion des risques et des crises. Ce travail peut être développé dans d’autres villes susceptibles d’être affectées par de grandes catastrophes, par exemple à Cap Haïtien qui est aussi très exposée à l’aléa sismique. Nos expériences de travail à Lima, capitale du Pérou de plus de neuf millions d’habitants, en attente d’un séisme majeur, vont d’ailleurs dans ce sens (D’Ercole et al., 2011). À partir de l’importante base de données urbaines constituée dans cette ville29 et des réflexions menées à Port-au-Prince (en particulier celles qui sont consignées dans cet article), il est possible d’envisager la construction de cartes d’occupation et d’utilisation du sol potentielles dans l’hypothèse de la survenue d’un séisme majeur dans la capitale péruvienne.

58Ainsi, les besoins en sol peuvent être en partie anticipés et planifiés, au regard des expériences vécues, dans la perspective de nouvelles catastrophes. D’un point de vue opérationnel, cette démarche représente un apport à la fois pour la préparation aux situations de crise et pour la prévention des risques. Cela peut se traduire par la planification de l’utilisation d’espaces publics et l’identification des possibilités et des conditions d’utilisation d’autres espaces. Les besoins d’information de ce type étaient flagrants suite à la crise provoquée par le séisme de 2010 à Port-au-Prince et l’identification de certains espaces a priori aurait pu faciliter la réponse et éviter certains problèmes. À titre d’exemple, l’absence de la définition rapide d’un lieu de dépôt officiel pour les décombres s’est traduite par la multiplication de dépôts informels, en particulier à Tabarre. L’identification d’espaces pour la mise en place d’hôpitaux de campagnes, de refuges temporaires ou encore de plateformes logistiques sont d’autres types d’actions qui nécessitent un travail de préparation et de coordination, sans oublier les considérations techniques (accessibilité, connexion aux services urbains de bases) et les aspects fonciers (statut juridique, droit de propriété, etc.). L’identification a priori de ces espaces, qui peuvent être mis en compétition au moment de l’événement, permet une réponse mieux coordonnée, plus rapide et plus efficace. La répartition de ces espaces, en plus ou moins bonne adéquation avec les besoins, est ainsi une des clés de la gestion de crise, cette dernière se caractérisant par définition par le dépassement des capacités de réponse (Dubois, Maury et Chaline, 2002). La répartition des infrastructures et l’aménagement du territoire dans une logique de prévention se doit aussi de considérer ces questions.

59En plus de cet intérêt opérationnel, l’analyse des modalités d’occupation et d’utilisation du sol en situation de crise soulève plusieurs éléments de réflexion, notamment en termes de vulnérabilité et de résilience. Elle constitue d’abord une façon originale d’aborder la gestion des crises avec un objectif de connaissance, dans la continuité des réflexions menées sur les dimensions spatiales et territoriales des situations de crises (D’Ercole et al., 2012 ; Robert J., 2012). Elle permet ensuite de s’interroger sur la manière dont les modalités l’occupation du sol en période de crise cristallisent et révèlent les vulnérabilités du territoire construites sur le temps long. La réflexion apporte en ce sens des éléments pour une meilleure compréhension des processus de résilience des territoires urbains, entendue comme la capacité à s’adapter, se relever (recover) et rebondir suite à une perturbation tout en conservant ses structures fondamentales (Walker et al., 2004). En s’intéressant à ce moment intermédiaire et de transition, situé entre l’avant-crise et la reconstruction, elle est à même de souligner des dynamiques de continuité ou de rupture qui caractérisent la résilience des territoires. En effet, elle met en évidence des processus passés et futurs : les transformations du territoire opérées en période de crise dépendent en partie des vulnérabilités préexistantes et le développement futur sera influencé par les transformations provoquées par la crise. En ce sens, les décisions prises en période de crise ont un impact sur l’occupation du sol à venir et les modalités d’occupation du sol en situation de crise nous renvoient très rapidement aux problématiques de l’aménagement du territoire et de développement urbain futur. Ce constat rappelle l’importance de la question foncière, qui se pose comme une des grandes difficultés à laquelle fait face Haïti pour la reconstruction (Deprez et Labattut, 2011 ; Levine et al., 2012 ; Redon, 2011), ouvrant de nombreuses perspectives de recherches, en complément et en continuité des aspects développés ici. En suivant cette logique, la période de crise peut, en quelque sorte, être analysée comme le « maillon manquant » à décrypter pour comprendre la capacité (ou du moins les modalités) de résilience d’un territoire. L’objectif serait alors de mettre en évidence les faiblesses qui se construisent dans l’évolution du territoire et celles qui se profilent pour l’avenir, comme l’illustre la situation des camps de déplacés. La période de crise constitue de fait une des clés de la compréhension des dynamiques actuelles et futures du territoire urbain et ici de la société haïtienne.

Haut de page

Bibliographie

Buhot C., 2012, « Démythifier le foncier. État des lieux de la recherche », rapport de l’ADEF, Paris, 110 p.

Curtis A., Mills J.W., 2010, GIS, Human Geography, and Disasters, San Diego, Cognella

Deprez S., Labattut É., 2011, « La reconstruction de Port-au-Prince. Analyses et réflexions sur les stratégies d’interventions en milieu urbain », Rapport de mission d’appui du 5 septembre au 1er octobre 2011, Solidarités International, 76 p.

D’Ercole R., 1996, « La catastrophe et son impact a moyen terme : l’exemple de Popayan (Colombie), dix ans après le séisme du 31 mars 1983 », Cahiers des Sciences Humaines, vol. 9. No.2, p. 445-470

D’Ercole R., Metzger P., 2000, « La vulnérabilité de Quito (Équateur) face à l’activité du Guagua Pichincha. Les premières leçons d’une crise volcanique durable », Cahiers Savoisiens de Géographie, No.1, p. 39-52.

D’Ercole R., Metzger P., Robert J., Hardy S., Gluski P., Vernier P., Sierra A., Perfettini H., Guillier B., 2011, « Recursos de respuesta inmediata y de recuperación temprana ante la ocurrencia de un sismo y/o tsunami en Lima Metropolitana y Callao », Rapport du projet SIRAD - Preparación ante desastre sísmico y/o tsunami y recuperación temprana en Lima y Callao, ECHO, PNUD, INDECI, COOPI, IRD, Lima, 184 p., http://www.indeci.gob.pe/proyecto58530/index.php

D’Ercole R., Hardy S., Metzger P., Robert J., Gluski P., 2012, « Les dimensions spatiales et territoriales de la gestion de crise à Lima », VertigO, http://vertigo.revues.org/12009, vol. 12 No.1, 25 juin 2012

D’Ercole R., Robert J., Hardy S., Ponte E., Vernier P., Popescu R., Etaby S., Salome G., Vicario T., 2013a, « Ressources de gestion de crise concernant Tabarre », Rapport du projet SIRV-TAB vol. 3, COOPI, IRD, ECHO, Mairie de Tabarre, CNIGS, CIAT, DPC, Port-au-Prince, 623 p., http://sirv.tabarre.ht/static/reports/VOLUME_3_SIRV-TAB_-_Ressources.pdf

D’Ercole R., Robert J., Ponte E., Vernier P., Popescu R., Etaby S., 2013b, « Utilisateurs des ressources de gestion de crise et problèmes : la population de Tabarre et ses vulnérabilités », Rapport du projet SIRV-TAB vol. 2, COOPI, IRD, ECHO, Mairie de Tabarre, CNIGS, CIAT, DPC, Port-au-Prince, 121 p., http://sirv.tabarre.ht/static/reports/VOLUME_2_SIRV-TAB_-_Population_Vulnerabilite.pdf

Dubois-Maury J., Chaline C., 2002, Les risques urbains, Paris, Armand Colin

Estacio J., Hattemer C., Popescu R., Vernier P., Sierra A., 2011, « Étude de vulnérabilité de la commune de Tabarre », Rapport final, COOPI, ECHO, Agire, CNIGS, Mairie de Tabarre, 320 p.

Gaillard J-C., 2001, « Implications territoriales et socio-économique des crises et des réponses liées à l’éruption et aux lahars du Mont Pinatubo, 1991-2001 (Philippines) », Thèse de doctorat, Université de Savoie, Chambéry, 378 p.

Huret R., 2010, Katrina, 2005. L’ouragan, l’État et les pauvres aux États-Unis, Paris, Edition EHESS, Cas de Figure

Lagadec P., 2007, « Katrina : Examen des rapports d’enquête, Tome 2 : The Federal Response to Hurricane Katrina “Lessons Learned”, The White House, 2006 », Cahiers du Laboratoire d’Économétrie, No.11, École Polytechnique, Juin 2007, première version, 156 p.

Lavigne F., Paris R., 2009, « Le tsunami du 26 décembre 2004 à Aceh, Indonésie :
apports des géographes dans la compréhension d’une catastrophe historique », Actes du Festival International de Géographie, Saint-Dié-des-Vosges, http://archives-fig-st-die.cndp.fr/actes/actes_2009/lavigne/article.html#haut

Lecerf R., 2008, « Suivi des changements d’occupation et d’utilisation des sols d’origine anthropique et climatique à l’échelle régionale par télédétection moyenne résolution », Thèse de doctorat, Université de Rennes 2, 326 p.

Léone F., Vinet F., Denain J.C., Bachri S., 2007, « Développement d’une méthodologie d’analyse spatiale des destructions consécutives au tsunami du 26 décembre 2004 (Banda Aceh, Indonésie) », Géocarrefour, http://geocarrefour.revues.org/index1501.html, vol. 82 No.1-2, 21 mars 2008

Levine S., Bailey S., Boyer B., Méhu C., 2012, « Faire fi des réalités ! Problématiques foncières, institutions locales et action humanitaire après le tremblement de terre en Haïti », Rapport, Humanitarian Policy Group Working Paper, URD, septembre 2012, 45p., http://www.odi.org/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/8301.pdf

Lévy J., Lussault M., (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin

OCHA, UNEP, 2007, « Impactos Ambientales del Terremoto Ocurrido en Perú - 2007. Resultados de una Evaluación Ambiental Rápida », Rapport technique, 18 p. https://docs.unocha.org/sites/dms/Documents/2007_August_RapidEnvironmentalAssessment_Earthquake_DRAFTSpanish.pdf

OCHA, 2011, « Humanitarian Bulletin (15 April – 07 May 2011)  », Bulletin d’information, OCHA - Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, 7 p.

OXFAM INTERNATIONAL, 2005, « A place to stay, a place to live. Challenges in providing shelter in India, Indonesia, and Sri Lanka after the tsunami ». Oxfam briefing note, 14 décembre 2005, 8 p.

Pigeon P., 2012, « Apports de la résilience à la géographie des risques : l’exemple de La Faute-sur-Mer (Vendée, France) », VertigO, http://vertigo.revues.org/12031, vol. 12, No. 1, 25 juin 2012

PNUD, 2011, « Fast Facts Debris 2011: Time for Recovery », Rapport technique PNUD Haïti, 5 octobre 2011, http://onu-haiti.org/wp-content/uploads/2011/07/UNdebrisfactsheet_September2011.pdf

Redon M., 2011, « La question foncière : un aspect de la reconstruction qui ne peut être sous-estimé ? », in : Rainhorn J.D. (dir.), Haïti, réinventer l’avenir, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Éditions de l’Université d’État d’Haïti, Port-au-Prince, Haïti, p. 297-308

Robert J., 2012, « Pour une géographie de la gestion de crise : de l’accessibilité aux soins d’urgence à la vulnérabilité du territoire à Lima », thèse de doctorat, Université de Grenoble, 555 p., http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00766252

Théodat J.M., 2013, « Le doute et la vertu », L’Observatoire urbain de la reconstruction, No. 7, Janvier 2013, 3-4

UE, 2001, « Manuel des concepts relatifs aux systèmes d’information sur l’occupation et l’utilisation des sols », Luxembourg, Communautés Européennes, 2001, 96 p., http://europa.eu.int

Ville de Goyet C., Sarmiento J.P., Grünewald F., 2011, « La réponse sanitaire au tremblement de terre en Haïti, Janvier 2010. Leçons à retenir pour la prochaine grande catastrophe soudaine », Rapport, Organisation Panaméricaine de la Santé - OPS, Washington, 207 p.

Walker B., Holling C. S., Carpenter S. R., Kinzig A., 2004, « Resilience, adaptability and transformability in social - ecological systems », Ecology and Society, http://www.ecologyandsociety.org/vol9/iss2/art5, vol. 9, No.2

Haut de page

Notes

1 http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Haiti-attend-toujours-le-debut-de-la-reconstruction-_NG_-2010-07-11-554092

2 On définit la période « normale » en toute relativité, en contraste avec une période de crise.

3 Il est courant de faire la distinction entre l’occupation du sol qui désigne un type de couverture physique (forêt, pâturage) et l’utilisation du sol qui dépend de son usage socio-économique et traduit sa « vocation » (agricole, espaces de loisirs ou de protection) (Lecerf, 2008 ; UE, 2001). En milieu urbain, la distinction entre l’occupation et l’utilisation du sol est souvent floue, certaines catégories d’occupation rendant compte dans le même temps d’une fonctionnalité (occupation résidentielle, commerciale, industrielle). L’objectif n’étant pas de discuter ces catégories, nous utiliserons les deux termes sans forcément les distinguer.

4 http://www.unicef.org/infobycountry/philippines_71516.html

5 http://onu-haiti.org/wp-content/uploads/2011/07/UNdebrisfactsheet_September2011.pdf

6 http://www.sphereproject.org/sphere/fr/accueil/

7 Les crises considérées ici (liées à des grandes catastrophes) se définissent entre autres par des désordres généralisés et le dépassement des capacités de réponse (Dubois Maury et Chaline, 2002).

8 Comme précisé antérieurement, la définition de la « normalité » est ici entendue en toute relativité. On considère que le retour à la normale après une catastrophe désigne le retour à la situation antérieure au moins dans les grands traits en ce qui concerne les pratiques quotidiennes et les activités sociales, économiques et politiques (le retour à l’identique étant impossible). Dans le cas d’Haïti, compte tenu de l’ampleur des dommages et d’une déstabilisation affectant tous les domaines, la période considérée est d’au moins un an.

9 La question de l’occupation et de l’utilisation du sol en cas de catastrophe ne fait pas non plus d’une attention particulière dans les dispositifs d’Organisation des Secours (ORSEC) et autres plans de secours spécialisés comme les Plan Communaux de Sauvegardes (PCS).

10 Le projet est officiellement nommé « Création d'un Système d'Information sur les ressources et les vulnérabilités pour la préparation aux catastrophes, la gestion des crises et la gestion préventive du territoire de Port-au-Prince, » (août 2012–décembre 2013). Il a été financé par le Département d'Aide Humanitaire et Protection Civile de la Commission Européenne (ECHO) et réalisé par l’ONG Cooperazione Internazionale (COOPI) et l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) en collaboration avec la Municipalité de Tabarre, la Direction Nationale de la Protection Civile (DPC) et le Centre National d'Information Géo-Spatiale (CNIGS). Les deux auteurs de l’article ont été directement impliqués dans ce projet.

11 La catastrophe a été à l’origine d’une forte mobilisation de la communauté de géomaticiens nationaux et internationaux (voir en particulier le développement d’OpenStreetMap : http://wiki.openstreetmap.org/wiki/WikiProject_Haiti) et de nombreux organismes ont produit des informations sur la situation de Port-au-Prince et du pays.

12 Parc culturel ayant pour thème l’histoire de la canne à sucre (http://www.parchistorique.ht/index.htm)

13 http://www.dzf.gouv.ht/Presse-Signature-SIDSA%20WI-IndustrialM.pdf

14 En 2013, Haïti est classé en 161ème position et a perdu 12 positions par rapport à 2009 (http://hdrstats.undp.org/fr/pays/profils/HTI.html).

15 Ces chiffres s’appuient sur un système d’identification et de classification par niveau d’endommagement suivant un code couleur mis en place par le MTPTC. Les maisons marquées en vert peuvent être immédiatement réoccupées ; la couleur jaune indique qu’elles sont endommagées mais encore stables donc réparables ; le rouge indique que les maisons doivent être démolies.

16 Rapport du Secrétaire Général sur la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti, 22 février 2010.

17 Selon les données du DTM (Displacement Tracking Matrix) construites par le cluster Emergency Shelter & Camp Coordination Camp Management, de la IASC (Inter-Agency Staning Committee - http://www.eshelter-cccmhaiti.info/). Le pic de déplacés hébergés dans les camps dans l’agglomération de Port-au-Prince se situe en juillet 2010 (six mois après le séisme) avant de décroitre progressivement : plus d’un million et demi de personnes occupaient alors 1 555 camps de toutes tailles.

18 Une première couche d’information sur l’occupation du sol de Tabarre en 2011 a été construite dans le cadre du projet Agire/COOPI « Support à la population frappée par le tremblement de terre : réponse immédiate et préparation au désastre » (janvier 2010 -  janvier 2012) et du projet DIPECHO porté par COOPI : « Promotion d’une approche communautaire et différentielle sur la réduction des risques de désastres dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince » (ECHO/HTI/BUD/2011/91005, juillet 2011 – août 2012, voir Estacio et al., 2011). Elle a été retravaillée et complétée à d’autres dates (2009, 2010, 2013) dans le cadre du projet SIRV-TAB en 2013 (D’Ercole et al., 2013a).

19 Voir notamment l’éditorial du n°7 de janvier 2013 (Théodat, 2013)  - http://www.reconstruction-haiti.org/

20 Six mois après le séisme, de nombreuses familles n’avaient pas encore réintégré leur logement même lorsqu’elles étaient en mesure de le faire. Ceci dit, une partie de la population dont le logement n’avait pas été endommagé est progressivement retournée chez elle lorsque les répliques sismiques ont cessé, environ deux mois après le séisme. Souvent, elles vivaient à l’intérieur durant la journée et dormaient la nuit sous une tente dans la cour ou dans la rue.

21 Estimations réalisées par Enrico Ponte dans le cadre du projet SIRV TAB à partir de photo-interprétations d’image Google (D’Ercole et al., 2013b).

22 Ambassade des États-Unis : http://iipdigital.usembassy.gov/st/french/article/2010/01/20100117193442dmslahrellek0.6250116.html

23 Le déblaiement de la route entre l’aéroport de Tabarre et le centre de Port-au-Prince se fait dans les premiers jours après le séisme.

24 Entretiens réalisés en 2013 par l’équipe de projet auprès de l’entreprise privée du secteur des travaux publics « TECINA » et USAID.

25 Entretien avec le Dr. Augustin Marc Edson, directeur de l’hôpital.

26 Appellation donnée aux regroupements de T-Shelters par les autorités (par exemple Village Étienne à Tabarre).

27 Ces trois centres d’hébergement connus sous le nom de Canaan, Jérusalem, et Onaville concentrent 54 045 individus déplacés.

28 Rapport « Matrice de Suivi du Déplacement », version actualisée 2.0, 30 septembre 2013, OIM, DPC, IASC - http://www.eshelter-cccmhaiti.info/, p.2

29 Notamment avec le projet SIRAD (Système d’information sur les ressources pour la gestion des désastres à Lima / Callao), réalisé entre 2010 et 2011 dans le cadre d’une collaboration de l’IRD avec l’ONG Cooperazione Internazionale (COOPI), et financé par la Commission Européenne, supervisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et à destination de l’Institut National de Protection Civile péruvien (INDECI). http://sirad.indeci.gob.pe/login/?next=/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Évolution de la tache urbaine de l’agglomération de Port-au-Prince (1982-2012)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Carte 2 : Occupation du sol de la commune de Tabarre en 2009 (avant séisme)
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Carte 3 : Occupation du sol de la commune de Tabarre en 2010 (après séisme)
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Figure 1 : Quelques repères temporels des modifications de l’occupation et de l’utilisation du sol suite au séisme de 2010 à Port-au-Prince
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-4.png
Fichier image/png, 61k
Titre Photo 1 : Quartiers désertés de leurs occupants dans le centre de Port-au-Prince
Crédits Source : D’Ercole R., 14 mars 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 2 : Camp de déplacés « Parc Clébert » au milieu d’un quartier résidentiel encore en place en 2013 : les lieux de résidence sont invertis.
Crédits Source : G. Salomé, 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Carte 4 : Camps de déplacés et dommages au bâti résidentiel liés au séisme de 2010 (situation d’octobre 2010)
Crédits  
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Photo 3 : Base logistique de l’aide internationale dans l’aéroport de Port-au-Prince le 26 janvier 2010.
Légende À droite de la piste d’atterrissage, se mêlent les tentes des acteurs de l’humanitaire, des containers et des dépôts de matériels divers. À son extrémité, l’hôpital de campagne de la MINUSTAH (grandes structures blanches à droite de l’image).
Crédits Source : Google Earth
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 4 : Hôpital St-Luc, mis en place cinq mois après le séisme de janvier 2010 à Tabarre
Crédits Source : Robert J., décembre 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Photo 5 : Hôpital St-François de Sales mis en place 10 mois après le séisme
Crédits Source : Robert J., décembre 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 6 : Hôpital Nap Kenbé de MSF Belgique, mis en place courant 2011 soit plus d’un an après le séisme
Crédits Source : Robert J., décembre 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26587/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Robert et Robert D’Ercole, « L’occupation et l’utilisation du sol en période de crise », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 698, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26587 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26587

Haut de page

Auteurs

Jérémy Robert

Institut Français d’Études Andines - IFEA (UMIFRE 17, CNRS-MAEE), Université Catholique du Pérou (PUCP)
jrobert@pucp.pe

Robert D’Ercole

IRD, UMR 8686 PRODIG
robert.dercole@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page