Navigation – Plan du site
Ville et capitalisme

Crise, métropolisation, et aménagement

Crisis, metropolization and urban planning
Jean-Albert Guieysse et Thierry Rebour

Résumés

Ce texte développe une conférence tenue à Notre-Dame-des-Landes, lors du rassemblement, le 4 août 2013, des opposants au projet d’un aéroport international pour la métropole de Nantes.
La métropolisation, telle que présentée à l’opinion publique, est l’avenir urbain de l’humanité. Nous montrons ici qu’elle est d’abord le résultat de la Crise longue ouverte dans les années 1970, dans laquelle le capitalisme survit en s’adonnant à ses penchants pour la rente, l’économie prédatrice, et la « solution spatiale » de la Mondialisation. Les métropoles sont les points d’ancrage spatial de cette « nouvelle économie ». La métropolisation, dans laquelle, comme toutes les études géographiques le montrent, les déséquilibres et les inégalités s’accroissent, est le faux-semblant urbain d’une réalité d’inversion spatiale et de désurbanisation, soumise aux flux centrifuges créés par la Crise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Crise et la Mondialisation, qui marquent la fin du vingtième siècle, désignent des faits historiques bien identifiés - et par là-même ces mots peuvent devenir des noms propres. Ces processus aboutissent paradoxalement à une métropolisation généralisée de l’espace. Comme la Mondialisation, celle-ci nous est présentée comme un fait quasi-naturel, auquel les territoires, les villes, les campagnes et leurs habitants, mis en compétition, doivent s’adapter, sous peine de déclassement et de chômage.

2Nous montrons qu’il ne suffit pas d’invoquer la métropolisation pour justifier les politiques économiques actuelles, ou celles d’aménagement du territoire. Loin d’être un signe de modernité, la métropolisation, et la Mondialisation dans laquelle celle-ci s’inscrit, ne sont que le résultat de la Crise du capitalisme, qui exacerbe les tendances rentières et prédatrices de celui-ci.

3Vu l’importance de la compréhension de ces notions, nous exposerons, dans la première partie de notre propos, les définitions de l’économie prédatrice et rentière d’une part, et de la métropolisation d’autre part. Les liens entre ces deux éléments seront soulignés. Nous analyserons, dans une deuxième partie, l’un des effets principaux de la métropolisation : l’accroissement des inégalités. Dans une troisième partie, nous proposerons une interprétation théorique des phénomènes analysés : la Mondialisation et la métropolisation, comme conséquences de la Crise longue.

La métropolisation, outil géographique d’une économie prédatrice et rentière

L’économie prédatrice et rentière, solution de facilité

4Le concept de Raubwirtschaft, en Allemagne à la charnière des XIXème et XXème siècles (Raumolin, 1984), a été repris, sous le nom d’économie prédatrice, par Jean Brunhes (1934), qui réagissait aux « dégâts environnementaux » (dirions-nous aujourd’hui) des activités humaines, et à leurs conséquences irréversibles. Son frère, le physicien Bernard Brunhes (1909), travaillait sur la dégradation de l’énergie, elle aussi irréversible. Ainsi, la géographie peut s’intéresser à l’évolution de la Terre, et s’opposer légitimement à ses dégradations irréversibles, mais évitables, quand elles sont le fait de l’action humaine.

5Aujourd’hui, nous nous indignons contre les chantiers d’ « aménagement du territoire », du rond-point petitement inutile jusqu’à l’aéroport monstrueusement inutile, qui détruisent des terres agricoles, dont l’utilité est indéniable. L’économie prédatrice la plus spectaculaire est l’exploitation des matières premières : carrières, mines, forages pétroliers, etc... qui entraînent des modifications parfois irréversibles de la surface de la Terre. De manière générale, l’économie prédatrice prospère sur la destruction, et sur la violence. L’extorsion de la plus-value en est le premier degré ; elle s’associe aujourd’hui à la destruction du milieu naturel ou cultivé, par les moyens mécaniques au service de puissants intérêts, le tout assorti de l’expulsion des occupants : Afrique, Amazonie, et... Notre-Dame-des-Landes. Cette « accumulation par dépossession » (Harvey, 2010), se fait aussi « en douceur », par la « délégation de service public » à une grande entreprise.

6L’économie rentière en est la conséquence ; ainsi, par exemple, la cession des péages autoroutiers au secteur privé, tout comme la gestion des ports et des aéroports. L’économie rentière se fonde sur le droit de propriété, dont l’origine est aussi un acte de violence, un coup de force (Rebour, 2000 ; Jean-Jacques Rousseau, 1755, seconde partie). Le droit de propriété légitime la rente foncière. Pour les économistes classiques et pour Karl Marx, la rente foncière est une ponction sur la richesse créée par les producteurs. Les propriétaires fonciers sont des parasites sociaux, mais ils bloquent de surcroît le plein développement du capitalisme. Toutefois, Guigou et Topalov (Guigou J-L., 1982) ont pointé l’aporie du marxisme, pour lequel la théorie de la rente foncière et celle de l’exploitation ne sont pas compatibles. Pour Marx, la rente n’est qu’un résidu de la valeur-travail, et la terre n’a pas de valeur en soi. A l’inverse, dans la Théorie du Rachat (Rebour, ibid), la terre est socialement considérée comme valeur. C’est sa pénétration sur le marché qui permet l’accumulation et la valorisation de la production (la rente est dépensée par les propriétaires pour leur consommation). En conséquence, loin d’être une ponction sur la richesse, la rente est le moteur de la croissance économique. Mais, depuis la fin des Trente Glorieuses, cette dynamique est arrivée à son terme. Les terres sont en totalité passées dans le marché, et la rente aussi, qui est devenue le revenu d’un simple facteur de production, comme les salaires et les profits.

7Les revenus du capital résistent mieux à la crise que les salaires et les rentes (fixés à l’avance), dans la mesure où ils sont beaucoup plus flexibles. C’est ainsi que le rapport Dividendes / Investissement, qui se montait, dans les années 1980, à 1 pour 3, s’est inversé aujourd’hui, à 3 pour 1. La part des revenus du capital dans le gâteau national s’est accrue de 15 % au cours des quarante dernières années (Comptes de la Nation, Insee), aux dépens des revenus du travail. De même, dans le PIB mondial, d’après l’OCDE, la part des revenus financiers a surpassé la part des revenus productifs. Des économistes lillois (Cordonnier & al., 2013) ont calculé (d’après la Comptabilité nationale) que, dans l’économie française, les revenus financiers nets annuels versés par les entreprises excèdent de cent milliards le montant qu’elles consacrent à l’acquisition des biens capitaux dont elles ont besoin. Ce sont cent milliards créés par les salariés des entreprises qui leur échappent et qui, par définition, ne sont investis dans aucun projet de modernisation ou d’innovation productive. Il s’agit là d’une ponction dommageable à l’économie productive : cette richesse non réinvestie va principalement à l’épargne, et non à la consommation.

Qu’a tout ceci à voir avec la métropolisation ?

8En 1964, l’État, préoccupé d’Aménagement du territoire, désigna huit « métropoles d’équilibre », Lille, Metz-Nancy, Strasbourg, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, et Nantes.

9Il s’agissait, dans le cadre d’une politique volontariste, et en période de croissance économique, de réduire l’écart Paris-Province, et de développer les régions ; la réduction des déséquilibres de développement et de richesse entre les villes et les régions étant le but de l’aménagement du territoire.

10Les résultats apparaissent aujourd’hui dans l’urbanisme, l’équipement hospitalier, universitaire, culturel, et routier. Critiquée à l’origine pour ses faibles résultats, cette politique de développement des périphéries finit par coïncider avec les nouvelles dynamiques centrifuges à l’œuvre depuis les années 1970, fruit de la Crise économique longue qui s’installait. C’est ainsi que la décentralisation industrielle, commencée dans les années 1950 comme une déconcentration dans un système productif en forte croissance, représenta à partir de 1970 une dynamique centrifuge qui soutint, jusqu’au début des années 1980, le rééquilibrage du territoire français - malgré la crise qui s’annonçait dans ces mouvements centrifuges mêmes. Puis, la crise se poursuivant, un déséquilibre nouveau, inverse de celui des années 1950, apparut sur le territoire national : essor des périphéries, déclin des centres.

11À partir des années 1980-90, il ne s’agit plus tant, pour les aménageurs, de limiter l’influence déséquilibrante de la métropole parisienne, que de la développer pour peser dans le réseau mondial des plus grandes métropoles, dont Paris fait incontestablement partie. Nous avons changé d’époque.

12Dans ce contexte, la métropolisation signifie la croissance des plus grandes villes, qui contrasterait par sa vigueur avec la stagnation des villes moyennes et petites. C’est aussi, indéniablement, dans les plus grandes villes, la concentration des emplois les plus qualifiés, et des activités en croissance. Ce sont en outre les fonctions décisionnelles surreprésentées : les sièges sociaux, les échelons supérieurs de l’administration ; les fonctions de services qualifiés aux entreprises, la recherche, privée et publique (universités, grandes écoles, etc...).

13Cette définition primitive de la métropolisation, telle que la présente le géographe Paul Claval (1989), semble aujourd’hui oubliée. Le terme a subi par la suite un glissement sémantique. La métropolisation est devenue l’étalement de la grande ville dans l’espace géographique, ledit étalement étant compris comme une « modalité nouvelle » de la croissance urbaine, sans véritable justification théorique. Une telle justification s’avérerait du reste difficile, puisque la composante fondamentale de cette métropolisation est une dynamique spatiale centrifuge, strictement inverse de la concentration centripète, nécessaire à l’essor des métropoles. On assimile ainsi l’étalement urbain à la croissance urbaine, masquant le contresens théorique indéniable par le terme ronflant de métropolisation.

Les métropoles : emploi, dynamiques spatiales

14Une analyse factuelle de ladite « métropolisation » démythifie ce concept.

15Tout d’abord, depuis 20 à 30 ans, l’essor des métropoles (les plus grandes villes), s’essouffle, du fait du ralentissement général du rythme de l’urbanisation. L’évidence est, qu’au-delà d’un taux d’urbanisation de 75 % à 80 % (proportion de population vivant dans les villes), un plafond est atteint : les campagnes cessent de se vider, depuis 1975.

16Mieux : le rythme de croissance des communes rurales et des petites villes est devenu le plus fort - en liaison avec la péri-urbanisation, autour de toutes les agglomérations, moyennes et grandes (Guieysse, Rebour, 2012).

17Les perdantes sont les villes moyennes, dont l’influence est « court-circuitée » par celle des plus grandes villes, dotées des grands équipements et des économies d’échelle conséquentes. Par exemple, avec les autoroutes, on ne s’arrête plus guère dans les villes-étapes d’autrefois. De plus, les villes moyennes, déjà touchées par la crise des industries qu’elles avaient accueillies dans les Trente Glorieuses, perdent des habitants du fait de la péri-urbanisation.

18Alors, les opérations d’aménagement public des zones urbaines et péri-urbaines sont un moyen de limiter les méfaits de la crise, qui permet au passage la privatisation des bénéfices (exemple de la privatisation des autoroutes), et un transfert de richesse, dans les « partenariats » public-privé.

19Comme dans l’exploitation des matières premières pour les pays qui en sont riches, les travaux publics sont une activité non délocalisable, et rentable sans frais de recherche. Vente du sol, spéculation foncière, construction, encaissement des bénéfices dans une activité routinière et peu innovante, suivent la loi du moindre effort.

20Mais, en dehors de quelques actions ponctuelles, l’inaction qui tient lieu de réponse au projet étatique de grand plan d’isolation des bâtiments, et d’économies d’énergie, est le signe de l’appauvrissement d’une majorité de propriétaires par la baisse des salaires réels ; c’est le cas des « copropriétés dégradées » (un million de logements, selon la Fondation Abbé Pierre). Les grands équipements, eux, sont la solution des oligopoles des travaux publics. Ils sont censés attirer des créations d’emplois nouveaux, dits « métropolitains ». Mais il s’agit d’emplois du tertiaire le plus immatériel qui soit : services informatiques, numériques, et financiers, susceptibles de disparaître au premier krach venu, alors que, parallèlement, les besoins élémentaires de la population restent en partie non satisfaits.

21L’immatériel et les technologies nouvelles créent peut-être des emplois à un moment donné, mais les richesses créées, avec une productivité élevée, ne sont pas partagées. Les très peu nombreux propriétaires des nouveaux moyens de production confisquent la valeur ajoutée, épargnent et spéculent. L’économie métropolitaine ne diffuse alors pas la richesse.

22Ce processus inégalitaire, déséquilibré, explique le déclin industriel de la France (dont le déficit commercial est la traduction désormais indiscutable). Nous développons la finance, le commerce et les transports, mais pas la base de la production physique qui répondrait aux besoins réels, matériels, du pays.

23Corrélativement, nous bâtissons les agglomérations où siège cette économie carencée, ce colosse métropolitain aux pieds d’argile.

24La métropolisation est ainsi la forme géographique qui concrétise la spoliation et le gâchis dans une économie non productive, et qui ne répond pas aux besoins élémentaires et universels des hommes.

Le développement des « réseaux »

25La métropolisation, stricto sensu, désigne le processus d’émergence des métropoles définies plus haut, y compris les relations « horizontales » que les métropoles entretiennent entre elles, de préférence aux relations « classiques », « verticales » que les villes entretiennent avec leur arrière-pays, ou « zone d’influence ».

26Cette organisation de réseau concerne, surtout, les liaisons rapides (autoroutes, TGV, lignes aériennes), et les télécommunications : téléphone, internet.

27Du point de vue économique, les réseaux tentent d’approcher la fiction néoclassique du libre marché, où l’information circule sans entrave, au service de l’Équilibre Général cher aux libéraux. Or, c’est la situation inverse que nous connaissons : la spéculation en temps réel nous enfonce dans la crise financière, de bulles en krachs, au fil des déréglementations et privatisations.

28Les réseaux sont censés rapprocher les hommes, par l’intermédiaire du commerce qu’ils supportent. En réalité, on assiste à la concurrence généralisée des sociétés et des territoires, au profit du moins-disant économique et social, rendu géographiquement accessible par des transports rapides à des prix abordables.

29Dans l’espace géographique, les réseaux raccourcissent les distances-temps, et l’ « effet-tunnel » dégrade la desserte des lieux situés entre les grands pôles.

D’un point de vue sociétal, les réseaux nous rendent dépendants de technologies fragiles, et nous entraînent à aller chercher au loin ce que nous pourrions trouver à notre porte.

La géographie des réseaux devient tributaire de la croissance de la techno-structure, et accroît aussi les inégalités : l’usage des réseaux n’est pas gratuit, et de plus en plus réservé à ceux qui savent s’y connecter et maximiser leur utilité.

Métropolisation et inégalités géographiques

Échelles mondiale et nationale

30À l’échelle mondiale, les métropoles sont les points d’ancrage de la mondialisation.

Les métropoles accueillent les états-majors des multinationales et de la finance. Il est difficile de concevoir qu’elles soient alors, avec de telles références, au service des populations locales ; d’autant que, dans la mise en concurrence mondiale des territoires, les métropoles rivalisent pour attirer lesdits états-majors, ce qui coûte très cher aux collectivités, en infrastructures géantes et parfois somptuaires.

Dans les pays en voie de développement, les métropoles apparaissent toujours aujourd’hui, comme des enclaves du monde développé.

31À l’échelle nationale, la répartition géographique des plus grandes villes décalque l’organisation politique du pays. Ainsi, en France, pays centralisé, l’ « ombre de Paris » ne laisse se développer que les métropoles régionales situées à bonne distance, hors du « Grand bassin parisien » ; l’agglomération lilloise, carrefour européen, faisant exception.

32Les métropoles s’organisent en réseau de relations privilégiées. Il reste un territoire national désarticulé entre ce réseau, et les vides qui s’étendent entre les grands pôles. Voilà la fracture territoriale métropolitaine.

33Ainsi, la couverture du territoire par l’influence des grandes villes est inégale. Elle fait défaut, en particulier dans le Massif Central. Ceci pose problème, par exemple, aux étudiants, obligés de partir se loger à Lyon, ou à Limoges, voire même à Toulouse. Le Massif Central est un espace dit « mal métropolisé ». Le territoire national se partage donc entre les « espaces métropolisés » (sous l’influence d’une grande ville), et les autres, pour le développement desquels il serait nécessaire de chercher une solution...

34Mais faire résulter le développement régional de l’influence de la métropolisation (même par l’effet du « ruissellement », qui jette aux pauvres les miettes du festin capitaliste), n’est pas pertinent.

35Par exemple, la région Languedoc-Roussillon, malgré Montpellier, dont le « dynamisme » est porté au pinacle, détient tout de même le record national du chômage. Il est vrai que les flux migratoires positifs (premier rang des régions françaises) sont en partie à l’origine de cette situation.

36Autre exemple, en Lorraine : les indicateurs de la crise sont au rouge (perte globale d’emplois, chômage), quoique Nancy joue depuis vingt ans au moins, la carte de la nouvelle économie immatérielle (informatique, télécommunications).

37Une interrogation est toutefois nécessaire : quelle est la marge de manœuvre, en matière de développement, d’autonomie, que peuvent attendre des agglomérations comme Rennes et Nantes (entre autres), face au poids de Paris, qui reste écrasant ? Cette question sera de plus en plus importante, au vu du projet du Grand Paris, qui vise le maintien de Paris dans le peloton de tête des métropoles mondiales.

38Face à cette problématique, nous disons que jouer le jeu de la métropolisation, c’est-à-dire de la concurrence de tous les territoires contre tous les territoires, n’est pas la solution : ceci ne fait qu’aggraver les inégalités.

Dynamiques spatiales des inégalités à l’échelle régionale

39Depuis 1975, la crise touche particulièrement l’activité des régions industrialisées aux XIXème et au XXème siècles.

40L’ « inversion spatiale » du territoire apparaît. Les anciennes périphéries (Ouest, Sud) se développent aux dépens de la France du Nord-Est. Cette évolution relève des dynamiques spatiales de la Crise.

41Les emplois créés dans les campagnes et les petites villes, depuis la décentralisation industrielle (1955-1975) sont particulièrement menacés. Le rééquilibrage par la diffusion des activités productives dans tous les territoires est remis en cause, par la métropolisation, qui tend à retenir les emplois (d’une certaine qualification) à proximité des métropoles.

42Une capitale régionale « traditionnelle » exerçait son attraction et son rayonnement sur sa région, alors qu’une capitale régionale, sous le « nouveau régime » de la métropolisation (depuis les années 80-90), joue la concurrence avec ses homologues, au travers du réseau métropolitain, comme vu plus haut. L’arrière-pays régional n’est que l’arrière-cour de la métropole. Quel rapport peut-il y avoir entre la vitrine métropolitaine, et une PME industrielle installée dans une petite ville, en milieu rural ?

43Il n’est pas surprenant que le dynamisme d’une métropole comme Toulouse, contraste avec l’atonie relative des agglomérations dans sa zone d’influence. Ceci est la logique métropolitaine, qui étouffe les villes moyennes de la région.

Autre cas de figure (non exclusif du premier), le décalage, l’extra-territorialité, peut-on dire. Dans le Nord, Lille connaît un succès certain dans les affaires et l’économie immatérielle autour de l’internet. Mais l’ensemble de la région est dans le peloton de tête du chômage, et en queue, pour les indicateurs sociaux (espérance de vie, santé).

Enfin, une région comme le Limousin, sous-métropolisée, c’est le moins que l’on puisse dire, est pourtant très bien placée pour les « indicateurs sociaux » (Gadrey, 2012).

Échelle locale : étalement urbain, péri-urbanisation ; le cas de Nantes

44À l’échelle de l’agglomération, le même questionnement s’impose : inégalités, organisation géographique, dynamiques spatiales de la Crise.

45Les géographes et les sociologues ont mis en évidence les dynamiques sociales urbaines actuelles. La gentrification désigne le processus de conquête des villes par les classes privilégiées, par le biais de la rente foncière toujours plus élevée. En revanche, les salaires du bas et du milieu de l’échelle régressent (s’ils augmentent, c’est bien moins rapidement). C’est pourquoi les classes populaires sont reléguées dans les quartiers dits « à problèmes », « sensibles » ; ou dans les périphéries de la couronne péri-urbaine. La métropolisation, en elle-même, entraîne ces inégalités et ségrégations socio-spatiales, comme le montrent les travaux des géographes et sociologues qui s’intéressent à la question (Cary, Fol, 2012 ; Guilluy, 2013).

46La situation à Nantes est analysée par J-L. Porquet (2012). Un hôtel de luxe va ouvrir à Nantes (dans les murs de l’ancien palais de justice, beau symbole). L’auteur montre que l’aménagement de l’aéroport de Notre Dame des Landes s’inscrit dans la même logique. L’argumentation « technique » du pouvoir aménageur a déjà été démontée par les adversaires du projet. La vraie raison de ce projet est donnée par les promoteurs de l’aéroport eux-mêmes, qui constatent que « les territoires sont entrés dans une logique de compétition pour attirer les investissements, ainsi que les événements porteurs d’image et de retombées économiques tels que les congrès, salons ou événements culturels majeurs » (J-L.Porquet, 2012). En arrière-plan, c’est toujours le chantage à l’emploi, comme le souligne le sociologue J-P. Garnier (2012) : « Qui doit-elle (la ville) attirer ? Toujours les mêmes : les investisseurs d’une part, et la matière grise de l’autre. Autrement dit : les banquiers, les patrons de firme, les managers, les promoteurs, les cadres, les techniciens de rang supérieur ».

47Le cas de Nantes est révélateur d’une « métropolisation » dont les aspects inégalitaires sont indéniables. Le « dynamisme » de la zone d’emploi nantaise suscite une question : « mais de quels emplois s’agit-il ? » (cf.§1.3).

48Enfin, les métropoles, comme toutes les villes, s’étalent, selon un phénomène appelé péri-urbanisation. On dénonce depuis longtemps le gâchis d’espace qui sévit dans le péri-urbain, l’absence de politique de maîtrise foncière, le non-respect des lois et réglementations. Rien n’y fait. L’explication est simple : le bien commun, la surface terrestre sur laquelle nous vivons, qui est une matière première inépuisable, est source d’accumulation du capital pour les entrepreneurs de l’immobilier et de la construction.

49C’est ainsi que l’agglomération nantaise (ville-centre, et villes de banlieue) s’étale, du fait de son solde migratoire négatif (recensement de la population, Insee, 2009). La commune de Notre-Dame-des-Landes est incluse dans la couronne de l’aire urbaine de Nantes.

50La carte ci-jointe (Source : Insee), Revenu net moyen imposable par foyer fiscal (2009), toute délicate d’interprétation qu’elle soit, fait ressortir quelques faits, généralisables.

Carte 1 : Revenu moyen imposable des foyers fiscaux par commune (en euros)

Carte 1 : Revenu moyen imposable des foyers fiscaux par commune (en euros)

51Les parties centrales des agglomérations ne montrent pas les revenus moyens les plus élevés. Ceci s’explique par une diversité sociale héritée, mélange de revenus élevés et d’habitants pauvres : domestiques, étudiants, retraités, etc ; n’empêchant pas que des communes pauvres apparaissent aussi dans les banlieues. La dynamique de gentrification des centres n’apparaît pas sur l’image, qui est un instantané. La carte semble suggérer que la richesse est dans les couronnes, mais cette impression est due à l’homogénéité sociale de celles-ci (Guilluy, 2013). De plus, les revenus, du côté extérieur des couronnes, diminuent nettement, se situant autour de 20 000 €, (soit 1600 € mensuels par foyer fiscal), ce qui se situe en-dessous de la moyenne nationale (France métropolitaine), qui est de 23 433 € en 2009. Plus loin encore, surgit la grande pauvreté des communes rurales éloignées des grandes agglomérations, présente aussi dans nombre de petites villes. La péri-urbanisation s’inscrit donc dans une structure de ségrégation sociale concentrique, développée dans des migrations centrifuges, que les métropoles, fondées sur l’ « affinage » du centre des aires urbaines, ne peuvent qu’aggraver. Les structures radiales urbaines (Rebour, 2000, 2010 ; Schwabe, 2007, §54, et fig.7), sont peu visibles à cette échelle, plutôt régionale ; ceci peut s’expliquer aussi par le calcul de la moyenne dans laquelle le poids des revenus les plus élevés est minimisé par la fraude fiscale, ou par la non-concordance a priori entre le découpage communal et les structures sociales dans l’espace.

Interprétations théoriques : la Crise et ses aspects spatiaux

52Nous montrons que la Mondialisation est la conséquence de la Crise longue du capitalisme. Les capitaux du Nord sont investis au Sud, tant que ces opérations sont jugées rentables, puisque le Nord est en crise. Les déréglementations ont rendu possibles ces mouvements de capitaux à la recherche de rentabilité.

53La crise du capitalisme comprend trois aspects intriqués, relevant de rythmes différents.

  • La crise immobilière dite « des subprimes », qui éclate en 2007, et qui devient financière en 2008. Les crédits aux citoyens américains ont été gonflés au-delà du raisonnable, pour absorber les surplus de la production mondiale, sans financement issu de la production. La spéculation s’est aussi étendue de la finance aux matières premières, en particulier agricoles, dont les prix flambent. Le krach financier sanctionne des pratiques risquées et douteuses (la titrisation des dettes). Les surplus de production ne trouvent alors plus preneur, et une crise économique s’ajoute à la crise financière.

  • Une crise économique de sous-consommation, ou de surproduction, liée aux salaires insuffisants, tirés vers le bas par la mise en concurrence des salariés du Nord et du Sud, dans le cadre de la Mondialisation, depuis les années 1980-1990.

  • La Crise économique longue, entamée à la fin des années 1960, quand les taux de profit commencèrent à baisser. Ils furent restaurés via l’inflation dans les années 1970, puis par la Mondialisation à partir des années 1980. Cette Mondialisation n’est qu’une stratégie spatiale du capital pour restaurer ses profits. Mais ses effets déflationnistes reviennent en boomerang, frapper les pays qui l’ont mise en œuvre.

La Crise longue, mère de toutes les crises

54Cette crise affecte les pays développés, avec quelques décalages temporels et spatiaux, selon l’état d’avancement de l’économie des pays et des régions. Nous étudions ici la séquence française.

55Au début des années 1960, les prix industriels et agricoles, et les profits, commencent à baisser dans certaines branches (mines de charbon, mines de fer, culture de la pomme de terre et de la betterave, etc...), (Rebour, 2000), tandis que la production continue à augmenter, comme cela s’était déjà produit à la fin du XIXème siècle. Au cours des trente années qui ont suivi, toutes les branches de la production physique seront touchées les unes après les autres. Toutefois, les capitalistes ayant appris de la crise antérieure (fin du XIXème siècle), que l’augmentation de la production conduisait inévitablement à la faillite à cause de la déflation, ils parvinrent, grâce aux monopoles issus des Trente Glorieuses, à contrôler les volumes pour soutenir les prix.

56De ces faits, peuvent être avancées des explications marxistes, et non marxistes.

  • La baisse tendancielle du taux de profit, dans un capitalisme de monopoles, qui ne peut guère aller plus loin dans la direction de la production de masse.

  • L’usure du processus des « Trente Glorieuses » : il apparaît une surproduction relative, sur des marchés en voie de saturation, où le simple renouvellement supplante l’équipement initial.

  • L’arrivée de l’économie au « Point Nodal » (Rebour Th., 2000), qui marque la fin du processus de « rachat de valeur », où la pénétration des terres sur le marché est supposée être le moteur de l’accumulation capitaliste. Au point nodal, lorsque toutes les terres sont sur le marché, le « rachat de valeur » s’arrête et, avec lui, la croissance économique. Durant les « Trente Glorieuses », les classes moyennes s’étaient lancées dans l’achat de leur logement en pleine propriété, faisant pénétrer de la sorte les terres concernées sur le marché. Pour ce faire, les entrepreneurs leur versaient des salaires généreux. Ce processus constituait un puissant multiplicateur de croissance. Profits et rentes se stimulaient donc les uns les autres.

57La crise, au Point nodal (baisse des prix et des profits, et donc de l’emploi) touche successivement les différents secteurs d’activité : agriculture, industries extractives, textile, sidérurgie, etc.... Les régions d’activités traditionnelles sont les premières atteintes. Les derniers secteurs touchés sont les plus modernes, comme l’électronique. L’économie entre dans la crise longue, progressivement, comme un navire qui sombre de l’avant.

58La hausse des prix des années 1970-80 permit aux entreprises de retrouver la rentabilité en situation de rendements décroissants, en produisant des séries limitées (ce qui devint un argument de vente) ; alors qu’auparavant, la production de masse standardisée était liée à des rendements croissants (les résultats augmentaient plus vite que les avances, ce qui permettait de recommencer le cycle productif suivant, tout en augmentant les profits et les salaires, qui augmentaient toujours plus la demande).

59Ainsi, durant les Trente Glorieuses, comme dans les grandes périodes historiques de croissance, les prix augmentaient en même temps que les volumes, alors que la période de rendements décroissants qui suit, voit les volumes diminuer avec la hausse des prix. Les « ciseaux » se sont ouverts. C’est ainsi que les oligopoles industriels se sont efforcés de contrecarrer la crise structurelle du capitalisme. Dans ce contexte, le choc pétrolier de 1973 n’est rien d’autre que la crise touchant le secteur énergétique (baisse des volumes, hausse des prix).

60Mais, outre le développement d’un chômage de masse, ce tassement de la production laissait inutilisée une importante masse monétaire, auparavant absorbée dans le rachat des terres, l’investissement et la consommation de masse. Ceci fut la cause de l’hyperinflation des années 1970-1980, mécanique simple qu’explique la Théorie quantitative de la monnaie. Lié à la crise (décroissance ou stagnation des volumes), ce phénomène nouveau - mal compris - fut baptisé « stagflation ».

61Le chômage qui sévissait alors était de type « classique » : le facteur travail était en excédent (dit autrement : trop cher), face à une production qui se réduisait. Selon les préceptes néoclassiques, il aurait fallu réduire les salaires, à la mesure des rendements décroissants, pour restaurer la rentabilité. Faute d’y parvenir (le rapport de force, en 1970-1980, n’était pas favorable au patronat), les entrepreneurs pratiquèrent l’ajustement par les quantités (file d’attente), d’où l’augmentation du chômage.

62Mais cette politique d’adaptation aux rendements décroissants (hausse des prix et contraction de l’emploi) s’avéra inopérante face à la crise, dont l’aspect structurel n’était pas traité : l’économie, plombée par le chômage et le défaut d’investissement, ne repartit pas.

Les pouvoirs publics, pas mieux inspirés, diagnostiquèrent, fin années 1960, un chômage « keynésien » - c’est-à-dire lié à l’insuffisance de la demande - et relevèrent donc les salaires, en 1968, et 1981...

Comme les entrepreneurs n’avaient plus l’intention de relever la production, le résultat de l’opération fut une accélération massive de l’inflation.

Cette situation était nouvelle.

Les interactions entre les différentes crises, dans la Mondialisation

63Dans les années 1970-1980, les capitaux issus des profits ont cessé de s’investir dans la production. Ces capitaux inemployés ont dès lors trouvé deux exutoires : la finance et la Mondialisation.

64La financiarisation de l’économie fut encouragée par les États, qui déréglementèrent la circulation des capitaux, à partir des années 1970, et donnèrent libre cours à l’imagination capitaliste pour créer des « produits financiers » tous plus ingénieux et opaques les uns que les autres. Par effet de retour, ce détournement de capitaux accentuait la baisse de la production physique, ce qui accroissait le chômage classique.

65D’autre part, comme les pays dits en voie de développement n’avaient pas encore atteint le seuil critique des rendements décroissants et de la baisse du taux de profit, ils devinrent logiquement le réceptacle des capitaux expulsés des pays industriels par la crise, qui trouvèrent ainsi une issue géographique à leurs besoins. C’est ce que les économistes appelèrent « Mondialisation », processus d’essence financière qui est non pas le futur radieux de l’humanité, mais la dure conséquence de la crise des pays dits développés, qui diffèrent les effets des contradictions du capitalisme, en les projetant dans l’espace. Dans les années 1980, une phase nouvelle de la crise du capitalisme commençait.

66La Mondialisation met dans la concurrence des pays dits « du Sud », dont les niveaux de salaire sont, à productivité équivalente, dix fois inférieurs à ceux des pays industriels, dits « du Nord ». Il s’ensuit une pression générale à la baisse sur les salaires dans cette partie du monde. La consommation s’en ressent - qui ne voit pas l’accroissement des inégalités, et l’ampleur des besoins non satisfaits ! - et l’économie tourne bien en-dessous du niveau qui serait souhaitable. D’où, pour le coup, la mise en place d’un mécanisme supplémentaire : la formation véritable d’un chômage keynésien.

67La Mondialisation aura abouti à ce paradoxe, inédit dans l’histoire économique du monde, de faire coexister dans les mêmes pays développés, un chômage dit « classique », lié aux rendements décroissants des années 1970-1980, jamais résorbé, et un chômage dit « keynésien », lié aux faibles salaires de la Mondialisation. L’intrication de ces deux logiques est à l’origine de l’impasse dans laquelle se trouve le marché du travail dans les pays développés : élever les salaires pour résorber le chômage keynésien aboutirait à augmenter le chômage classique, et baisser les salaires pour résorber le chômage classique aboutirait à stimuler le chômage keynésien. La Mondialisation, en différant dans l’espace les contradictions du capitalisme, a par conséquent apparemment bloqué pour longtemps toute possibilité de lutte contre le chômage, dans le cadre des politiques jusqu’alors pratiquées. Les pays à bas salaires exportent leurs produits, mais par là-même, leur chômage et leurs déséquilibres. Pour eux, le commerce international est une façon de se défausser sur les pays clients.

68Globalement, la surproduction mondiale est là, inévitable, causée par le chômage et les bas salaires. La conséquence est la déflation nouvelle qui succède à l’inflation des années 1970-80, et qui touche désormais la plupart des secteurs industriels. La mondialisation, il est vrai, aggrave donc la crise longue, en y ajoutant ses effets. Une crise de sous-consommation (ou de surproduction) s’enfle. C’est l’effet en retour, violent, sur les pays du Nord, de leurs investissements au Sud. La relance des investissements (politique de l’offre) reste, dans ces conditions, inopérante. De plus, l’explosion des inégalités fait croître l’épargne inemployée des riches. Cette épargne n’a d’autre choix que de se financiariser, accentuant la spéculation, et l’instabilité de l’économie mondiale. Ceci explique, outre la crise financière, l’inflation des matières premières, devenues le jouet de ces capitaux ; contrastant avec la déflation dans les pays industriels.

69L’origine de la crise actuelle se situe dans les politiques qui privilégient les revenus du capital aux dépens de ceux du travail, l’épargne aux dépens de la consommation. La « Révolution conservatrice » des années 1980 (déréglementation, politique de l’offre) et la Mondialisation, ont ajouté à la crise longue structurelle, une crise de la demande mondiale, une crise de surproduction.

Conséquences géographiques de la Crise : mouvements centrifuges et inversions spatiales

70Les économistes (entre autres, l’école de la Nouvelle Économie Géographique) ont montré que les rendements croissants provoquent l’agglomération des facteurs de production (capital et travail) ; autrement dit, des flux centripètes, fondement de l’urbanisation depuis des millénaires. Cette polarisation augmente en retour les externalités positives et les profits (dans les villes). Qui dit croissance économique, croissance des rendements d’échelle, dit concentration des hommes et des activités, et donc : urbanisation.

71L’inverse (crise de rendements décroissants) provoque des flux centrifuges, soit une certaine dispersion de l’établissement humain. Les unités de production tendent à se fragmenter, en même temps que les marchés, atomisés par la montée des inégalités. Les activités les moins rentables se dispersent (dans les périphéries, dans les campagnes), à la recherche de nouvelles sources de profitabilité, et de coûts plus bas.

72C’est ainsi que le solde migratoire des villes françaises est globalement négatif, depuis 1975 (Ferrier, Guieysse, Rebour, 2010 ; Guieysse, Rebour, 2012). Cet état de fait domine dans les régions anciennement industrialisées ; alors qu’au sud, avec l’inversion spatiale (analysée plus haut), l’essor des anciennes périphéries s’impose (de nombreuses villes attirent les migrants). Dans l’ensemble, les petites communes, en majorité rurales, sont atttractives, de par la péri-urbanisation.

73Les mouvements centrifuges (aboutissant à des inversions spatiales) s’exercent à toutes les échelles, des centres vers les périphéries. À l’échelle mondiale, ce sont les investissements et délocalisations du Nord vers le Sud. À l’échelle nationale, c’est l’essor des anciennes périphéries (régions autrefois peu industrialisées), au détriment des anciennes régions industrielles en crise (évolution qui n’a rien à voir avec la théorie monoscalaire et fantaisiste de l’héliotropisme). À l’échelle locale, c’est l’étalement urbain, qui se produit par l’installation des citadins dans les campagnes environnantes (là encore, les explications liées à l’usage de l’automobile ou aux choix individuels, ont le même défaut d’être monoscalaires). La théorie multiscalaire du point nodal et des rendements décroissants qui l’accompagnent, permet au contraire de rendre compte des flux centrifuges à toutes les échelles.

74Concrètement, d’un point de vue économique, c’est le niveau démesurément élevé de la rente foncière dans les centres urbains, associé à l’érosion des revenus et des profits par la Crise, depuis la fin des Trente Glorieuses, qui génère les mouvements centrifuges des individus, et des activités. Le capital, quant à lui, mieux rémunéré que le travail, reste plus polarisé, même si sa mobilité centrifuge n’est pas absente, aussi bien à l’échelle internationale (délocalisations), nationale (décentralisations), que régionale et locale (« desserrements » péri-urbains).

75Les centres des agglomérations se spécialisent dans les activités dont le taux de profit est le plus élevé, et qui sont les plus sensibles aux externalités procurées par les fortes densités. L’intensité du capital s’y traduit concrètement par la construction en hauteur. Véritable antidote contre la rente foncière très élevée de ces centres, l’élévation en hauteur maximise la valeur ajoutée par unité de surface au sol, comme si ce sol était démultiplié par le nombre d’étages (Rebour T., 2010). Les individus et les entreprises installés au centre peuvent ainsi maximiser leur utilité et leurs profits, en surmontant l’obstacle de la rente.

76La « métropolisation », dans son sens de péri-urbanisation, n’est finalement que le résultat de flux centrifuges, à toutes les échelles : l’inverse de ce qui, historiquement, avait provoqué l’urbanisation.

Conclusion : vers une solution

77Il nous est enjoint d’associer la nouvelle économie immatérielle, à la création d’emplois dans les métropoles, dont le dynamisme annoncerait le « futur radieux de l’humanité ».

78La métropolisation privilégie les points d’ancrage d’une économie qui se nourrit des inégalités sociales et spatiales, et de la prédation sociale et environnementale, lesquelles fournissent, grâce à un droit de propriété exclusif et universel, des rentes, et des revenus financiers. Cette économie est avide de confiscation, de privatisation, et de destruction du patrimoine, au sens large du terme. Ses ressorts sont la mise en concurrence de tous les territoires (réseaux, libre-échange), par le moins-disant salarial, social et fiscal... d’où la glorification de l’attractivité.

79La nouvelle économie immatérielle passe volontairement à côté des vrais besoins des populations : la santé, la culture pour tous et l’éducation, devenus des services publics vilipendés par les libéraux, qui en organisent le dépérissement, dans le but de les privatiser plus tard.

Ces agissements maintiennent le développement des inégalités, et de la ségrégation socio-spatiale.

80Des solutions sont préconisées « à gauche », dont une séduisante, pouvant se résumer à « rendre démocratique la métropole ». Mais on n’échappe ni à la répartition déséquilibrée de la population, qui agit au détriment des villes moyennes, ni à la nature inégalitaire des processus économiques sur lesquels se fonde la métropolisation.

81Les solutions de gauche nécessitent toutefois une protection européenne contre le dumping, et permettraient la réindustrialisation du vieux continent. En outre, une grande réforme fiscale, assurant la justice économique et sociale en privilégiant l’impôt sur le revenu, et la création d’une banque centrale, finançant le service de la dette par la création monétaire, comme la FED aux États-Unis, sont aussi préconisées.

82Ajoutons que, pour ce qui est de l’organisation géographique, les réseaux ne devraient servir qu’à transférer entre les territoires ce qu’il est impossible de produire localement. La relocalisation est l’application du principe de subsidiarité.

Les surfaces agricoles, forestières, et non bâties en général, devraient être conservées, en commençant par les ceintures maraîchères périphériques des villes.

Les villes petites et moyennes retrouveraient leur attractivité, et accueilleraient les créations d’entreprises répondant aux besoins sociaux.

La proximité de l’habitat et de l’emploi pourra redevenir une réalité.

Les transports seront organisés en fonction des besoins, mais la demande diminuera, du fait d’une meilleure adéquation entre les localisations des hommes et des activités.

83Y aurait-il des solutions économiques encore plus novatrices, pour réduire les déséquilibres sociaux et spatiaux ? Un partage du travail, même appliqué avec rigueur et résolution, ne serait ni plus ni moins qu’un partage de la pénurie. Seule une indemnisation des chômeurs avec une partie des gains du capital (ne serait-il pas normal que les chômeurs puissent toucher les gains générés par les machines qui les ont privés d’emploi ?) permettrait de maintenir une consommation élevée. Ce chômage assumé permettrait alors aux travailleurs privés d’emploi productif de se consacrer, s’ils en ont envie, à des activités « économiquement non productives » mais néanmoins « utiles » : musique, peinture, littérature et activités bénévoles d’aide à autrui, telles que la garde d’enfants, les soins aux personnes âgées, l’engagement civique associatif, politique, etc...

84En poussant ce type de raisonnement jusqu’à son terme, on pourrait concevoir d’automatiser au maximum la production des biens de première nécessité (secteur agro-alimentaire, textile-habillement, équipement électro-ménager, etc...) - tout en conservant un secteur haut de gamme de l’économie capitaliste ou artisanale traditionnelle, avec des prix élevés - sans craindre le chômage conséquent, pour les raisons précédemment avancées. Les biens ainsi fabriqués seraient d’une part distribués gratuitement, ou à très bas prix, à l’ensemble de la population, et les éventuels surplus, une fois les machines amorties, pourraient même être exportés. Ces biens concurrenceraient alors la production issue des bas salaires de la mondialisation, et obligeraient le reste du monde à adopter le même type d’économie, sous peine de faillite.

85La mise en place d’une telle économie pourrait d’abord être tentée dans un cadre régional, et là encore, si elle fonctionne, les autres régions seront inévitablement amenées à adopter le même modèle. Ainsi, les excès du capitalisme mondialisé seraient vaincus, ironie du sort, par ses armes même, par un processus de concurrence purement capitaliste.

Haut de page

Bibliographie

Brunhes B., 1909, La dégradation de l’énergie, Paris, Flammarion, rééd. 1991, 411 p.

Brunhes J., 1934, La géographie humaine, Paris, Félix Alcan, 3 vol. , PUF, rééd. 1956, 395 p.

Cary P., Fol S., 2012, « Les métropoles face aux dynamiques de ségrégation et de fragmentation », Géographie, Economie, Société, n° 2, 113-126.

Claval P., 1989, « L’avenir de la métropolisation », Annales de géographie, n° 550, 692-702.

Cordonnier L., Dallery T., Duvicquet V., Melniès J., Vandevelde F., 2013, Le coût du capital et son surcoût, Université de Lille 1, http://data.over-blog-kiwi.com/0/44/77/29/201307/ob_431248d41a3ed6a4edffa9d655ed5690_rapportcgtcoutcapitalk.pdf

Ferrier J-P., Guieysse J-A., Rebour Th., 2010, L’ « étalement urbain » dans les pays développés - Désurbanisation ou post-urbanisation ? Saarbrücken, Éditions universitaires européennes, 200 p.

Gadrey J., 2012, « Prospérité sans croissance à l’échelle des régions », Alternatives économiques, http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2012/02/18/prosperite-sans-croissance-a-l’echelle-des-regions/, lien : diaporamaceser.pdf.

Gadrey J., Jany-Catrice F., 2013, Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, 3ème édition, 128 p.

Garnier J-P., 2012, « Aujourd’hui, on attend d’un maire qu’il gère sa ville comme une entreprise », Article 11, 26 mars 2012, http://www.article11.info/?Jean-Pierre-Garnier-Aujourd-hui-on#a_titre

Guieysse J-A., Rebour T., 2012, Le dynamisme démographique rural et la péri-urbanisation, Communication au colloque de l’ASRDLF, Thema, Université de Franche-Comté, 2012, http://thema.univ-fcomte.fr/2012.asrdlf_com/envoitextefinal/auteur/textedef/131.pdf

Guigou J-L., 1982, La rente foncière - Les théories et leur évolution depuis 1650, Paris, Economica, 954 p.

Guilluy Ch., 2013, Fractures françaises, Paris, Flammarion, 187 p.

Harvey D., 2010, Géographie et capitalisme - Vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Syllepse, 279 p.

Porquet J.-L., 2012, « Vive l’aéroport quatre étoiles », Le Canard Enchaîné, 21 novembre 2012.

Raumolin J., 1984, « L’homme et la destruction des ressources naturelles : la Raubwirtschaft au tournant du siècle », Annales Economies, Sociétés, Civilisations, vol. 39, n° 4, 798-819.

Rebour Th., 2000, La théorie du Rachat - Géographie, Economie, Histoire, Paris, Publications de la Sorbonne, 258 p.

Rebour Th., 2010, Hiérarchies urbaines - De l’organisation trimorphique de l’espace géographique, Saarbrücken, Éditions universitaires européennes, 248 p.

Rousseau, J.-J., 1755, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, seconde partie.

Schwabe M., « La ségrégation résidentielle dans les plus grandes villes françaises (1968-1999) : quel modèle urbain ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 398, mis en ligne le 19 septembre 2007, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/10182; DOI : 10.4000/cybergeo.10182

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Revenu moyen imposable des foyers fiscaux par commune (en euros)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26636/img-1.png
Fichier image/png, 291k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Albert Guieysse et Thierry Rebour, « Crise, métropolisation, et aménagement », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Ville et capitalisme, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26636

Haut de page

Auteurs

Jean-Albert Guieysse

Maître de conférences à l’Université d’Orléans,
Château de la Source, avenue du Parc Floral,
BP 6749, 45067 Orléans Cedex 2
UMR 8504 Géographie-Cités, équipe CRIA
jaagui@sfr.fr

Thierry Rebour

Maître de conférences à l’Université de Picardie-Jules Verne,
Chemin du Thil, 80 000 Amiens
UMR 8504 Géographie-Cités, équipe CRIA
rebourthierry@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page