Navigation – Plan du site
2015

Sala Pala V., 2013, Discriminations ethniques. Les politiques du logement social en France et au Royaume-Uni, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Res Publica », 302 p.

Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1Avec l’ouvrage Discriminations ethniques. Les politiques du logement social en France et au Royaume-Uni, Valérie Sala Pala aborde de manière très stimulante et particulièrement éclairante la problématique des discriminations ethniques en entrant dans la boîte trop souvent noire des attributions de logements sociaux, à Birmingham et à Marseille. Considérant le logement comme une ressource matérielle rare et fortement différenciée, la question posée est la suivante : en quoi et comment la politique du logement social est-elle un révélateur privilégié de la façon dont l’action publique, en particulier dans sa gestion locale, participe à l’ethnicisation et à la minorisation de certains groupes sociaux ? La mise en regard des deux métropoles pourra surprendre : certes, en 2009, la part du logement social y est à peu près la même (voisine de quelques 18 %) ; mais les contextes dans lesquels se font ces attributions y semblent bien éloignés, pour ne pas dire opposés : histoire du parc social, structures et niveaux de décision des attributions et, bien sûr, référentiel global de l’action publique, multiculturalisme britannique d’un côté et universalisme républicain de l’autre.

2Au fil des pages, le lecteur comprendra vite la portée de cet ouvrage qui restitue les résultats d’un travail de thèse de sociologie. Qu’il s’agisse du corpus théorique exploré ou du solide travail de terrain conduit dans une perspective comparatiste, cette recherche bouscule nos habitudes de penser et d’agir à propos de questions brulantes traversant aujourd’hui les dynamiques de construction des sociétés et des territoires urbains. Ce n’est pas là son moindre mérite, même s’il y a encore loin entre les diagnostics formulés et le dessin de nouvelles perspectives pour l’action.

3Dans une première partie intitulée « Penser la construction des frontières ethniques par l’action publique », l’auteur précise judicieusement l’appareil conceptuel mobilisé, que les travaux français avaient peu exploré jusqu’au début des années 2000. Après avoir inventorié de possibles articulations entre sociologie de l’ethnicité et sociologie de l’action publique (chapitre 1), l’ouvrage livre un examen critique du concept de « racisme institutionnel » qui, selon son auteur, tendrait à effacer la diversité des processus cognitifs de construction à l’œuvre très concrètement dans les catégorisations, discriminations et ségrégation spatiale qui construisent les frontières ethniques. Plaçant cette diversité au cœur de sa recherche, Valérie Sala Pala propose (chapitre 2) une grille d’analyse qui puisse s’appliquer tant au cas anglais qu’à celui de la société française, en dépit des spécificités de son modèle républicain d’intégration.

4La deuxième partie de l’ouvrage, « Catégoriser, discriminer, ségréger : voyage au centre des attributions », explore les modes de gestion des attributions de logements sociaux. L’attention est en premier lieu attirée sur le cas de Birmingham (chapitre 4), le cas marseillais étant abordé dans les trois chapitres suivants. D’un point de vue comparatif, et en dépit de l’opposition des deux modèles, multiculturaliste britannique et universaliste français, les similarités des deux terrains apparaissent frappantes. Dans les deux cas, la force des processus de construction de frontières ethniques continue de se déployer : les acteurs d’attribution des logements sociaux y mobilisent couramment des grilles de lecture ethnicisées des problèmes et des situations. De tels mécanismes s’incrustent, tant à Birmingham qu’à Marseille, dans des considérations de bonne gestion, d’autant plus explicites que les attributaires bénéficient, surtout à Marseille, d’un fort pouvoir discrétionnaire. Pourtant, l’enquête de terrain pointe aussi de vraies différences : ainsi en va-t-il de la référence française à la mixité sociale, source de processus discriminatoires et ségrégatifs (ce point aurait mérité d’être approfondi), ou encore, de la complexité invraisemblable du systèmes des attributions à Marseille, qui donne à la chaine des opérations d’attribution des zones d’opacité et de flou favorables au déploiement de pratiques ethnicisées. Des différences sont aussi sensibles dans les appuis cognitifs mobilisés par les acteurs du développement social, dans la mesure où constructions symboliques des frontières ethniques et frontières raciales ne jouent pas toujours de la même manière. À Birmingham par exemple, les acteurs construisent plus souvent leurs stéréotypes ethniques sur des préférences supposées, comme par exemple le goût pour l’entre soi, alors que les acteurs marseillais produisent plus facilement des stéréotypes négatifs présentant la culture de certains groupes comme problématique. Enfin, les différences entre les deux terrains proviennent de l’expérience de la lutte contre les discriminations ethniques, engagée depuis les années 1980 à Birmingham, alors qu’elle est encore balbutiante à Marseille.

5Partant de ce constat de relatif échec des politiques d’attribution du logement social menées au nom de l’égalité de part et d’autre de la Manche, la troisième partie « Lutter contre les discriminations : inventions et apories des politiques locales » pousse plus loin l’analyse avec une interrogation sur cet échec relatif. Elle introduit le lecteur à la fois dans l’univers théorique de ces politiques (chapitre 7) et dans celui des politiques locales de lutte contre les discriminations menées dans chacune des deux villes, en examinant les modalités de leur formulation et de leur mise en œuvre (chapitre 8). Sont finalement considérées les formes de mobilisations pour l’égalité construites à l’extérieur de la sphère publique (chapitre 9). Cette troisième partie met en évidence certaines contradictions de la lutte contre les discriminations, qui se retrouvent tant en contexte différentialiste qu’en contexte universaliste. Au terme de la démonstration, une conclusion s’impose à l’auteur. Alors que tout semble opposer les deux terrains, un même problème des discriminations dans l’expérience des populations minoritaires et dans la production des inégalités ethniques surgit. Deux discours paradoxalement opposés (référence à la différence culturelle à Birmingham, référence à l’inégalité sociale à Marseille) légitiment une marginalisation de la lutte contre les discriminations. Or, ces dernières sont renvoyées à des caractéristiques propres des minoritaires et non à la construction d’un ordre social ethnicisé.

6Tous ceux que ces questions préoccupent, qu’ils soient chercheurs ou acteurs urbains, auront grand intérêt à lire attentivement cet ouvrage stimulant. Puis-je au terme de ce compte rendu soulever une petite question : quel est le statut des cartes en noir et blanc parfois quasi illisibles (tirages en noir et blanc de cartes initialement réalisées en couleur à partir d’une discrétisation de variables centrées [cartes 12,13 et 14], reléguées en fin d’ouvrage et jamais évoquées dans le texte) ? Est-ce tout ce que méritait la résultante territoriale des processus marseillais de discrimination ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Saint-Julien, « Sala Pala V., 2013, Discriminations ethniques. Les politiques du logement social en France et au Royaume-Uni, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Res Publica », 302 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26749

Haut de page

Auteur

Thérèse Saint-Julien

CNRS/UMR Géographie-cités
therese.saint-julien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page