Navigation – Plan du site

Voyage (à vélo) au pays de Poutine

Travel (by bike) to the country of Putin
Поездка на велосипеде в стране Путина
Bruno Koper

Résumés

La Russie de Poutine est sous les feux de l’actualité. Pour s’en faire une idée, même superficielle, quel meilleur moyen qu’une randonnée à bicyclette. Du haut de la selle, le voyageur en prise direct avec les hommes, la nature et la culture, écoute, voit et hume l’ambiance du pays ainsi visité. Certes, Saint-Pétersbourg n’est pas la Russie, mais sans la cité tricentenaire de Pierre-le-Grand, il n’y aurait pas de Russie d’aujourd’hui. Les trésors des églises, les chefs d’oeuvre des musées, l’or des monastères et la monumentalité des palais permettent d’apprécier la mentalité et l’âme russes. La Russie à vélo ? Pourquoi pas ? Une opportunité à ne pas rater sous aucun prétexte ! Bonne lecture et bon voyage!

Haut de page

Texte intégral

Parti d’Helsinki il y a trois jours et de Kotka ce matin, j’arrive après 270 km à la frontière finno-russe – Mai 2014

1Vaalimaa (frontière entre la Finlande et la Russie). On colporte tant de choses négatives sur le passage des frontières avec la Russie qu’on approche ce lieu fatidique avec une appréhension tout à fait légitime. Pas un voyageur ne fait l’économie de conter ses déboires vécus au passage de la douane russe. Je m’approche donc du poste frontière avec beaucoup de précautions, imaginant je ne sais quoi… (Je n’ai même pas remarqué avoir quitté la Finlande et « l’Europe ».)

2Surprise ! Tout se passe bien à part les quatre ou cinq vérifications détaillées de mes documents. La douanière (belle fille blonde) scrute mon visage, compare mon faciès avec l’ancienne photo du passeport et la récente du visa, pianote quelque chose sur le clavier de son PC, me demande de remplir un questionnaire et…me prie de passer ! Au suivant ! Quoi ! Déjà, passer ? Et le contrôle ? La fouille des sacoches ? L’examen détaillé de la bicyclette ? Des regards pleins de soupçons ? Tout cela c’est fini. Où sont les "bonnes vieilles" habitudes des douanes soviétiques ? Rentre-t-on- en Russie de Poutine comme dans un moulin ? Incroyable !

Photo 1 : Entrée en Russie

Photo 1 : Entrée en Russie

3100 mètres après la douane, je m’arrête pour prendre une photo. Ce n’est pas tous les jours qu’on est en Russie à vélo et pour moi c’est une première. Sur l’immense panneau est précisé que je pénètre dans le canton de Vybord (Выборгский район) du département de Léningrad (Ленинградская обасть) Je suis entouré de forêts de sapins qui ressemblent comme deux gouttes de vodka "Smirnoff" aux forêts de Finlande que je viens de traverser sur 270 km.

4Saint-Pétersbourg est encore à 210 km.

5En quittant la frontière, il me vient à l’esprit que j’ai pris un risque car j’ai décidé de passer la nuit pas en Finlande, mais en Russie dans un hostel (à 52 $) trouvé sur internet et situé au lieu-dit Torfianovka (Торфяновка), à 5 km après la frontière ; je ne suis pas sûr qu’il y aura des chambres libres en ce jour dominical. Leur absence compliquerait sérieusement les choses car, d’après la carte, il n’y a aucun autre endroit et moyen pour se loger entre la frontière et Vyborg situé à 60 km. Où dormirai-je alors ?

6Trois kilomètres plus loin, je trouve, caché derrière un rideau de sapins, l’hostel "Medvied" (Медведь = ours) assez élégant avec restaurant, bar, station-service, parterres de fleurs, bosquets taillés et parking surveillé. Très "top européen". Hélas, il est complet, mais la réceptionniste m’informe que quelques kilomètres plus loin, sur ma gauche, près de la station-service "Лукойл" (Loukoïl) il y a un autre hostel (ou motel) où il y aura certainement des places. "Evidemment, ajoute-t-elle avec fierté et une petite note de condescendance, il n’est pas du même standing que le nôtre ".

7En effet, elle aura raison sur tous les points l’établissement n’avait pas été signalé sur internet.

8A gauche de la rangée des « odoriférantes » pompes à essence de la station "Loukoïl", j’aperçois une baraque plate, basse, au toit de tuiles rouges, simple, sans fioritures en forme de « longère » comme on en trouve dans le Pays de Retz : pas d’erreur, c’est bien le motel "Гиелиос" ("Hélios") dont le nom ("soleil"), pour le moment, ne correspond pas exactement à ce que je vois quand je regarde le ciel. Une dame d’un certain âge, d’apparence très russe (que j’ai pris d’abord pour la femme de ménage), me reçoit gentiment et m’assure que, oui, il y a des chambres libres. Mais un petit bémol imprévu gâche le plaisir si beau et si inopiné qu’il ne pouvait être de longue durée. La nuit coûte 1480 roubles завтрак, zavtrak, (petit déjeuner) compris. OK ! Le prix n’est pas excessif, (env. 30 euros, en mai 2014) mais le problème, c’est qu’à la « maison », on n’accepte pas les CB. N’ayant pas prévu cette éventualité, je n’avais pas changé mes euros à la frontière, je comptais payer ma chambre à l’hôtel "Medvied" (visiblement de meilleur standing) par CB et changer mes euros seulement demain, à Vyborg. Que faire ?

9Dans la supérette de la station-service, il n’y a pas de bureau de change ni de distributeur de billets ("bankomat"), personne ne pouvait (ou ne voulait ?) me changer mes quelques petits euros. On me conseille de retourner à la frontière où il y a un "Измен валюты" (bureau de change) ; » il n’y pas d’autre solution« me dit-on. J’avoue que je me voyai mal remonter sur la bicyclette, (re)pédaler jusqu’à la frontière, changer les sous et revenir au motel. Bon, c’est vrai, ce n’est pas loin, à peine 10 km, mais je fus pris d’une soudaine et irrémédiable attaque de paresse…

10Que faire ? Alors que je ne trouvai pas d’autres moyens que de remonter sur la selle de mon vieux « Peugeot » et de retourner à la frontière, la providence prit forme d’un homme qui avait entendu mes doléances. Il me proposa de m’amener en voiture à la frontière.

11J’avais remarqué cet homme solide d’une soixantaine d’années, cheveux gris, qui assis immobile sur la terrasse du motel devant un verre d’eau semblait perdu dans ses pensées et me paraissait être le seul client de l’établissement. En arrivant, j’avais eu la bonne idée (et le pressentiment), de le saluer et d’engager la conversation. Il me raconta qu’il était scotché sur place depuis une semaine et que son fils venait d’être opéré à Helsinki dans une clinique hautement spécialisée. "Il n’y a que deux cliniques de ce type dans le monde qui opèrent son mal : à Helsinki et en Israël". Voyant son air déconfit et malheureux, je n’ai pas osé lui demander de quel mal souffrait son fils ni quel était son âge. L’homme est de Kazan (2500 km d’ici) et il a fait déjà plusieurs allers-retours en voiture Torfianovka-Helsinki-Torfianovka. Son fils a été opéré avant-hier et il attend son coup de fil annonçant sa sortie de la clinique pour aller le récupérer en Finlande et le ramener définitivement à Kazan.

12En voiture, (une vieille Ford) le trajet est vite fait. Je change 100 euros et reçois 4880 roubles. Ça devra me suffire pour quelques jours… Au retour, je propose à mon sauveur d’aller au bar de la station-service boire une bière, un café ou un thé, mais il refuse.

13Ma chambre n° 4 côté route, possède tout le confort qui devait sans doute éblouir autrefois ses hôtes : rideaux et couvre-lit tapissés d’un épais tissu "royal" (rouge brodé d’or), petite salle d’eau avec toilettes propres, pq, douche, eau chaude, deux serviettes, shampoing…Le luxe, quoi !

14Comme il fait beau et que le ciel s’est entre temps complètement dégagé donnant raison au patronyme mythologique du motel, je m’offre pour tuer le temps une promenade le long de la nationale E18-M10 qui est le tronçon russe de la "Route des rois" que j’ai suivie depuis Helsinki. Certes, je l’avoue, il y a des endroits plus charmants et plus pittoresques que sur une Nationale aux abords immédiats d’une station-service russe, mais on a ce qu’on a. Mal m’en a pris, je n’avais pas remarqué que non loin de la station était installé un barrage routier. M’ayant aperçu de loin, un soldat quitta sa guérite pour s’avancer vers moi à grands pas, et m’interpella d’un "Что вы сдесь делаете ?" (Que faites-vous ici ?) Son air menaçant (il n’était pas armé) ne me fit pas peur, j’avais sur moi, par chance, mon passeport et le visa en règle. Je répondis avec un zeste d’insolence : "гуляю, это запрещено ?" (je me promène, est-ce interdit ?) "Нет, acquiesça-t-il, но, здесь это граничная стефа" (non, mais ici c’est la zone frontalière). " Я живю в этом мотеле" (je vis dans ce motel) ajoutai-je, montrant la « longère » au toit rouge. Le soldat - rassuré – feuilleta le passeport, vérifia mon visa, ne trouva rien à redire, rendit le document, salua sans claquer des talons et retourna d’un pas lent au poste de contrôle. Sans doute était-il déçu de ne pas avoir pris « la main dans le sac » un espion américain qui rôdait dans les forêts environnantes de la frontière. Morale : mieux vaut avoir ses papiers quand on s’aventure près des frontières

15La chambre 4 possède un vieux poste de TV où une bourrasque polychrome balaye l’écran et cette neige m’empêche de reconnaître les images. Je tombe au hasard sur une chaine et sur un programme où l’Ukraine, Poutine, la Crimée, Odessa, passent en boucle. Certes, me dis-je, c’est de la propagande professionnelle qui formate l’opinion, mais n’est-elle pas une réponse adéquate à la nôtre, pareillement professionnelle, qui manipule la société ? Les images de la guerre civile fratricide entre Ukrainiens sont terribles : des morts, du sang, des chars, des foules, des cris, des pleurs, de la cruauté et du désespoir. Aujourd’hui, ont lieu les élections à Donetsk dans la région du Donbass. Les indépendantistes d’origine russe traitent les Ukrainiens de "fascistes" et accusent le gouvernement autoproclamé de Kiev d’être vendu aux Occidentaux, par contre, les Ukrainiens du Maïdan considèrent leur compatriotes d’origine russe comme étant des "terroristes" à la solde de la Russie. Qui a raison et qui a tort ? Va savoir ! Qui est celui qui oserait porter un jugement objectif sur une situation qui le dépasse ? Je crains que la situation ne s’aggrave, surtout, si les étrangers s’en mêlent. A la longue, selon Védrine, la partition de l’Ukraine paraît inévitable sinon souhaitable. Poutine est à Sébastopol en Crimée où il a fait un discours patriotique, quant au défilé militaire du 9 mai sur la Place Rouge, il fut des plus "soviétiques". "Tu veux la paix, prépare la guerre" - disaient les Romains qui s’y connaissaient en affaires militaires. 

16Comment arrêter la tragédie qui se déroule sous nos yeux ?

17Petit déjeuner sur un plateau, vraiment « service minimum » : ni croissants au beurre, ni confitures.

18Il a mouillé cette nuit et les grosses flaques le prouvent, pourtant le ciel d’hier soir était d’un bleu de rêve. Mais il ne pleut plus, seuls les cumulus sont si bas qu’ils donnent l’impression de caresser les pointes sombres des sapins.

19En partant pour Vyborg, je trouve l’homme déjà assis sur la terrasse qui attend toujours un coup de fil de son fils pour le récupérer à la clinique. Ce sera son dernier aller à Helsinki, puis, il filera directement par Saint-Pétersbourg, Moscou et Nijni Novgorod, à la maison, à Kazan, capitale du Tatarstan dans le "deep south" russe. Il ne sait pas encore combien de temps va durer cette épreuve qui le mine et combien de temps lui faudra-t-il végéter dans ce no man’s land qu’est la station-service "Loukoïl" ? Je le remercie encore une fois d’un "спасибо" (merci) sincère pour son geste d’hier qui m’a fait économiser dix kilomètres supplémentaires et je monte sur mon "cheval mécanique" bien harnaché de trois sacoches et tout beau, prêt à affronter les routes de la Russie… de Poutine !

20Adieu aux belles routes départementales finlandaises avec leurs pistes cyclables, adieu au revêtement impeccable et aux informations kilométriques et cartographiques fréquentes et précises. Seul, le décor, l’environnement, n’a pas changé. Je traverse les belles forêts caréliennes de sapins, taches sombres blanchies par les bouleaux qui, en position d’avant-garde, remplissent leur fonction de protecteurs des forêts. Nombreux sont les arbres qui trempent leurs racines dans l’eau, il a dû beaucoup pleuvoir et la récente fonte des neiges a laissé aux moustiques un champ d’action d’intense reproduction. Dès qu’il fera plus chaud, ils s’attaqueront à la chair fraîche des promeneurs de Saint-Pétersbourg qui viennent nombreux en été, friands d’une nature sauvage, se balader dans ce paradis sylvestre.

21La Nationale E18-M10 est bourrée de gros camions qui viennent de ou qui foncent vers Vyborg (et peut-être, Saint-Pétersbourg) qui me croisent ou me dépassent en m’envoyant en plein visage des bouffées de gazoline russe. Merci Loukhoïl ! L’idéal serait de rouler avec un masque à gaz…Ceci dit, je suis intoxiqué, mais en sécurité, car tout fous qu’ils paraissent, les routiers m’évitent sans m’importuner en prenant la précaution de me dépasser avec une large marge de sécurité. Je ne me sens pas en danger.

Vyborg (Выборг)

22À Кондгатьево (Kondratievo), petite bourgade au bord de la route, je remarque à ma gauche, perchée sur la petite colline, une très pittoresque église russe en bois avec des frises finement sculptées et avec deux petites coupoles dorées. Elle est si neuve, si blanche, qu’on dirait, vue de la route, qu’elle fait partie d’un décor concocté par Potemkine. Non, elle est vraie, mais, malheureusement, fermée.

23Avant de pénétrer dans la vielle ville, il faut traverser deux fois les bras de la large baie de Vyborg (Выборгский Залив). Le premier pont, immense, surplombe les eaux calmes et sombres de ce bras de la Baltique qui fait (topographiquement) ressembler Vyborg à Kotka, le second pont, plus petit, appelé Замковый мост (pont du château), propose un beau panorama sur la ville et surtout sur le château fort (замок) posé sur un minuscule îlot rocheux qui défend depuis le XIIIème siècle la cité avec sa tour qui dut être blanche à l’origine, mais que l’usure du temps et l’indifférence des édiles locaux, ont laissé se salir et s’abîmer. C’est pourtant le symbole de Vyborg qui figure sur tous les dépliants touristiques. Sur l’île entre les deux ponts, se trouvent les fortifications « vaubaniennes » édifiées par Pierre-le-Grand (début XVIIIème siècle), connues sous le nom de « fortification d’Anna » (аннинские укрепления) du nom de la nièce du tsar, l’impératrice Anna Ivanovna.

24L’église orthodoxe (Спасо-преображенский собор) sur la Place du Théâtre est une belle bâtisse de style néo-classique (fin XVIIIème siècle) rénovée récemment et avec un intérieur clair et spacieux. Au fond de la nef, une petite iconostase qui cache le sanctuaire et autour des piliers, la présence dorée de grands tableaux, d’icônes joliment encadrées au dessus desquelles brille une petite lampe rouge. C’est devant elles que les fidèles prient en répétant plusieurs fois le signe de la croix. Ici, comme dans toutes les églises de rite chrétien oriental, il n’y a ni chaises, ni bancs, rien pour s’asseoir ; on écoute la messe et on prie debout. L’église fut édifiée par Catherine II pour marquer la présence russe à Viipuri, alors encore ville suédoise.

25Le vieux quartier de Vyborg (ou de ce qui en reste) est dans un état catastrophique. Les belles maisons art nouveau et art déco qui bordent la principale rue de la vielle ville (rue du Château) et qui ont dû être fort jolies et riches, tombent en ruine et semblent condamnées à la démolition. Des palissades bancales protègent les passants d’une éventuelle chute des pierres et pour éviter l’écroulement des balcons en état avancé de décrépitude.

26En fait, le vieux quartier n’occupe qu’une infime partie de l’énorme superficie de Vyborg, ville étalée d’un côté sur des îles et des presqu’îles entourées par les multiples bras de la Baie de Finlande et de l’autre, butant sur les contreforts des collines boisées. Après les bombardements de la dernière guerre, les urbanistes soviétiques ont décidé de ne pas reconstruire la vielle ville (à moitié détruite), mais d’établir à côté une ville nouvelle, plus spacieuse et plus verte.

27C’est là, sur le large « prospekt » (boulevard) Souvorov, que se trouve la bibliothèque municipale construite par Alvar Aalto en 1935, chef d’oeuvre de ce genre d’architecture minimaliste que j’ai peine à admirer. Froideur, blancheur, rigueur - autant de "critères" modernistes qui m’horripilent. Cette architecture sèche et inhumaine, privée de courbes et d’arrondis où les principes calculés de l’angle droit et de la ligne droite, remplacent ce que nous offre la nature : la vie, tout simplement ! L’intérieur cependant est agréable et fonctionnel.

28Sur la Place Rouge (Красная площадь) locale, Lénine « bronzé » vêtu d’un lourd manteau d’hiver, serrant dans la main droite sa casquette légendaire, reste toujours debout regardant l’avenir "lumineux" avec un air décidé et même agressif, on dirait qu’il ne veut pas qu’on lui prenne son fameux couvre-chef. Les marches qui conduisent au monument sont dans un mauvais état et je m’étonne que sur le piédestal ne figure pas le nom du statufié.

29Je savoure le silence du hall de la gare (вокзал) de chemin de fer qui, de l’extérieur, ressemble à un palais classique doté des deux côtés de petits frontons triangulaires et, en guise de façade, d’une colonnade blanche aux chapiteaux corinthiens. À l’intérieur deux rangées de colonnes de porphyre rouge coiffées de chapiteaux bizarroïdes qui se font face sous le plafond à caissons fleuris, me rappellent mes premiers émois ressentis il y a 45 ans ici même, devant cet exemple édifiant de l’architecture stalinienne. Jeune, j’étais épaté par cette architecture grandiloquente et monumentale.

30Je reviens de la gare en longeant le boulevard "maritime" qui borde la petite baie Salakka-Lahti (curieusement, les Russes ont gardé le nom finnois). Arrivé sur la Place du Marché (риночная пл.), je remarque l’étrange tour ronde, obèse et blanche de chaux en forme d’un donjon solitaire ; solide construction du XVIème siècle qui était une des portes d’entrée ou plutôt qui remplissait le rôle de barbacane protégeant la ville alors entourée de murailles. Classée comme monument d’une "importance fédérale" (памятник федерального значения), elle est le lieu aujourd’hui d’un élégant restaurant "Круглая башня" de 150 couverts et dont l’originalité culinaire repose sur les surprises du "menu médiéval"…

31De retour à l’auberge de jeunesse, où je suis toujours l’unique client. Je revois mes notes, la documentation et me remémore la promenade dans Vyborg.

32La ville produit une impression mitigée ; elle est divisée en deux parties bien distinctes : l’ancienne, (suédoise jusqu’en 1810, russe jusqu’en 1917, finlandaise jusqu’en 1940) et la nouvelle (soviétique à partir 1945). La première ville est complètement délaissée et périclite à l’exception des deux églises : l’orthodoxe et la cathédrale luthérienne St. Pierre et St. Paul, fermée. La seconde ville présente des immeubles sans aucun intérêt dont la Place Rouge avec un Lénine paletoté, debout sur son socle anonyme gardant précieusement sa casquette, en est la meilleure illustration. Il y a par contre beaucoup d’espaces verts, de jardins, de squares et de parcs.

33Le "bijou" touristique du vieux Vyborg c’est le château médiéval, celui de la nouvelle ville, et c’est certainement la bibliothèque d’Aalto qui est comme il est écrit dans le guide : "один из памятников архитектуры мирового значения" (un des monuments d’importance mondiale).

Saint-Pétersbourg (Санкт Птербург)

34Me voilà à 25 km du centre de Saint-Pétersbourg, à la périphérie d’une gigantesque mégapole. Le quartier excentré nommé "Парнас" (Parnasse) est une monstrueuse agglomération de gratte-ciels flambant neufs posés sur un terrain vague ; collés les uns aux autres, ils forment un tas de tours de béton qu’on a colorié pour en alléger l’aspect rédhibitoire. C’est le "downtown" en banlieue. Le nom du quartier est avenant, certes, mais Il est vraiment très loin de son "modèle" grec (montagne des Muses dédiée à Apollon).

35Frigorifié, je déplie le plan de Saint-Pétersbourg ("карта для гостей города" acheté à Moscou par ma fille Isabelle) et j’ai la chance de trouver le nom "Parnasse" niché tout en haut de la feuille. Sur le plan, le trajet pour rejoindre le centre (que constituent pour moi, le Palais d’Hiver et le Prospekt Nevski) est rectiligne et en direction tout sud. Il me faudra traverser les quartiers de Озерки (Ozierki), Удельная (Oudielnaya), Лесной (Liesnoï), Петрогродская Сторона (Pietrogradskaya Storona) et à la fin, passer par l’île Vassilevski (Василевский Остров). Je devrai suivre les « prospekts » Энгельса, Медикова, Каменносровский, Большой et traverser trois ponts sur la Neva et ses deux bras : Каменностровский,Тужкова et Дворцовый.

Photo 2 : La place du Palais d’Hiver avec la colonne Alexandre Ier

Photo 2 : La place du Palais d’Hiver avec la colonne Alexandre Ier

36Une fois passé le pont du Palais en face de l’Ermitage, je n’aurais qu’à traverser l’immense place avec, au centre, la colonne d’Alexandre Ier, passer sous l’imposant arc de l’Etat-Major et par la petite rue Morskaya rejoindre le Prospekt Nevski, les "Champs Elysées" de Saint-Pétersbourg. Oui, d’accord, sur le plan tout paraît simple et clair, la réalité est cependant un peu plus compliquée car je ne me suis pas rendu compte des distances. Elles sont énormes, et les prospekts (boulevards ou avenues) ont largement plusieurs kilomètres chacun. D’où quelques inquiétudes, hésitations et doutes, plusieurs demandes de renseignement aux passants et la permanente consultation du plan (vélo arrêté) au bord d’une circulation d’enfer.

37Deux heures plus tard, me voilà sain et sauf en bas du Nevski Prospekt où vont commencer les vrais ennuis pour trouver un hébergement.

38Au départ, je possède deux adresses de deux hostels pas chers trouvés sur internet : Гостинича Норд (hostel Nord) et mини-oтепь Евро-Хостель. (eurohostel). Pour les trouver, je perds deux heures et fais plusieurs kilomètres en marchant et pédalant, tournant en rond des deux côtés du Prospekt Nevski, entre les canaux Moïka et Griboïédov. Quand j’arrive enfin au n° 10 de la rue Bolchaya Morskaya où doit se trouver l’hostel "Nord", il n’y a aucune trace d’hôtel. Et pour cause ! Je me suis trompé de rue et me trouve, je ne sais comment, sur la rue Bolchaya Koniouchennaya. Dans une boutique de souvenirs, on m’informe qu’il faut que je revienne sur le Nevski Prospekt, avance de deux rues plus loin et tourne à gauche. OK. Je repère le n° 10 et je ne trouve rien, aucun hôtel. Là, on me dit que je suis sur la Malaya Morskaya et non la Bolchaya. Finalement, après plusieurs errements, sauvé par la gentillesse des habitants, guidé par leur patience, j’arrive à l’adresse voulue : rue Bolchaya Morskaya n° 10. Rien. Je vérifie, j’ai tout bon, la rue et le numéro, mais aucune trace d’un quelconque hostel. Dans une boutique de souvenirs, le jeune homme assis derrière le comptoir me dit de tout ignorer de l’existence d’un hostel dans cette rue. Il consulte son iPod et constate, qu’en effet, il y avait à cette adresse un hostel, mais qu’il n’est plus. Il ne sait depuis quand.

Photo 3 : Sur le Nevski Prospekt

Photo 3 : Sur le Nevski Prospekt

39Tant pis. J’ai une autre adresse qui se trouve dans les parages. Quand j’arrive à la bonne adresse, on me dit que l’Eurohostel" "не работает", qu’il est fermé et qu’il n’existe plus. Décidément…(Merci, pour les mises à jour de l’internet !).

40Là, se pose un problème plus grave, car je n’ai aucune autre adresse et chercher au hasard un locum à Saint-Pétersbourg ressemble à de la folie douce. Mais je sais qu’il ne faut jamais désespérer ; dans une autre boutique, la jeune vendeuse me dit qu’elle connait un hostel au n° 11 de la rue Bolchaya Koniouchennaya "это недалеко от сюда " (ce n’est pas loin d’ici) m’assure-t-elle, mine apitoyée, voyant sans doute mon air épuisé à force de circuler dans tous les sens dans le quartier. Si c’est un hostel, le prix ne doit pas être excessif. En effet, au bout d’un passage il y a une entrée discrète et peu engageante, c’est à peine qu’on voit l’écriteau "хостель", on dirait la cage d’escaiier d’un HLM minable.. Au premier étage (ici, c’est le second) se trouve l’hostel " Друзья Эрмитажа" (Les amis de l’Ermitage) dont le prix est fort salé : 60 euros la nuit. Que faire ? Je suis fatigué, abruti, je n’ai plus envie de traîner mes savates et pousser ma bécane pour chercher un hôtel et puis, je ne sais pas si j’en trouverai un moins cher et si je reviendrai encore ici.

41Je sors couvert du poncho pour me protéger de l’ondée et pour jeter un coup d’oeil sur "Piter" (c’est ainsi que les habitant nomment leur ville) ou, plutôt, pour (re)faire "connaissance" avec une cité que j’avais visité avec Gizela deux fois, en 1968 et il y a quelques années. Saint-Pétersbourg m’a toujours plu, même si c’est Moscou qui a ma préférence pour avoir exercé sur mon imagination (lors de mon séjour en 1968) une fascination due sans doute à son aspect oriental, byzantin (les ors du Kremlin !).

42On l’a dit mille fois, que Saint-Pétersbourg est une ville "européenne" voulue comme telle par la volonté farouche de son fondateur Pïerre-le-Grand, mais c’est une « Europe » démultipliée, surmultipliée aux dimensions russes c’est-à-dire : colossales. Notre Grand Louvre ferait petit palais et ses pauvres façades n’ont rien de comparable avec les façades pétersbourgeoises aux milles colonnades, pilastres, frises, chapiteaux fantaisistes et frontons grecs, romains aux ordonnances classiques, baroques ou rococo.

43Place du Palais en face du musée de l’Ermitage dont la grille d’entrée fait partie de mes souvenirs cinématographiques. Dans le film d’Eisenstein "Octobre"(1928) on voit une foule grimper sur la dentelle des ornements dorés de cette belle grille en fer forgé surmontée de l’aigle bicéphale couronné. A l’intérieur de la cour dans une flaque se reflète l’arrière de la façade du palais pareillement peinturlurée de "turquoiseries". Ici, le baroque est moins celui de la forme que celui de la couleur et celles-ci sont claires (prédominance du jaune et du blanc) comme pour éclairer les jours sombres de la ville et illuminer les nuits blanches en juin. Tout est immense. Le bâtiment de l’Amirauté n’en finit pas et il faut bien faire au moins un kilomètre le long de la Néva (aujourd’hui, légèrement agitée) pour arriver à la fameuse statue équestre de Pierre-le-Grand commandée en 1767 par Catherine II à Etienne Falconet (1716-1791) à peine cinq ans après sa prise du pouvoir.

Photo 4 : L’imposante église Saint Isaac

Photo 4 : L’imposante église Saint Isaac

44Le "Panthéon" local, l’église Saint-Isaac, est toute proche, et on dit que son "modèle" parisien aura également bientôt son dôme décoré de dorures comme ici. Иссакевский собор (St.Isaac) produit par son revêtement de marbre blanc et rouge de Carélie, de ses colonnes lisses et brillantes, un effet plus de puissance que d’élégance, contrairement au Panthéon de Soufflot dont la blancheur (la pierre de Paris) des colonnes cannelées le rend plus léger, plus fin.

45Je remonte l’artère principale de la ville, le très long Prospekt Nevski dont je ne vois pas le bout. Il faudrait traduire "prospect" par "perspective", même si l’expression "perspective" ne correspond pas tout à fait à celle qu’on a quand on regarde les Champs Elysées du pied de l’Obélisque. Le "prospekt" de Saint-Pétersbourg est presque plat et trop bâti pour plaire vraiment, à moins qu’on apprécie le "métissage" des styles.

46Il se met à pleuvoir et j’assiste à l’éclosion des parapluies. Je me cache dans une librairie où je constate l’énorme quantité d’albums d’affiches de l’époque soviétique. Je les connais bien ces affiches originales et révolutionnaires, remarquables et efficaces. Cent mètres plus loin (en direction de la gare de Moscou) avant le pont sur la Moïka, je m’offre un cappuccino dans le salon de thé, le café « Volkonski »(Волконский) qui se vante de produire des tartes originales créées artisanalement (авторские торты ручной работы). (Rien d’exceptionnel). Je remonte encore la "perspective". Beaucoup d’immeubles qui bordent cette grande avenue sont de vraies "tartes à la crème" ; il y en a pour tous les goûts : solides bâtisses entourées de colonnes, chapeautées de frises aléatoires, couvertes de dômes fantaisistes ; cette architecture bourgeoise d’une boursouflure esthétique parfois indigeste, fait pâlir les immeubles haussmanniens.

Photo 5 : La cathédrale Notre-Dame de Kazan

Photo 5 : La cathédrale Notre-Dame de Kazan

47La cathédrale Notre-Dame-de-Kazan (Казанский собор) terminée en 1812 par l’architecte russe Voronikhine est une énorme, une monumentale église néo-classique avec un hémicycle (péristyle) d’une centaine de colonnes - ce qui fait un peu penser à l’hémicycle du Bernin devant la Basilique Saint-Pierre à Rome. Malgré sa puissance et sa force, l’intérieur du "sobor" (église) inspire à la prière. Les chants grégoriens murmurés par les voix de basses russes rendent l’ambiance proche du sacré. Des fidèles prient devant les icônes éclairées d’une lumière céleste, d’autres font la queue pour baiser la fameuse icône miraculeuse de Kazan (икона Богоматери Казанская). Debout, dans le transept, je renifle les effluves d’encens, j’écoute les chants divins et j’ai l’impression d’être au paradis… Un moment rare. Quand je pense qu’à l’époque soviétique cette église a été transformée en…"musée de l’athéisme" ! Cependant, que dire du petit temple luthérien sur le perspective Nevski qui fut transformé en…piscine ?

48Juste en face du péristyle en demi-cercle de l’église de Kazan et au coin du Nevski prospekt et du canal Griboïédov, se trouve la maison « Singer » fondée par le fabricant américain des machines à coudre, superbe "tarte à la crème" de 1900 saupoudrée d’un zeste « d’art nouveau ». Au R-de-Ch se trouve une immense librairie (дом книги), la plus grande de la ville (dit-on), un magasin de quincaillerie touristique (très chère !) et au premier étage, un élégant café avec vue « imprenable » sur l’immense colonnade de N-D-de-Kazan où, il y a quelques années, j’étais venu avec Gizela déguster le délicieux breuvage nommé café.

Photo 6 : Café Singer avec vue sur N-D de Kazan

Photo 6 : Café Singer avec vue sur N-D de Kazan

49Après une courte pause, le ciel se fâche et il se remet à pleuvoir. Je rentre d’urgence dans le "Supermag" (supermarché) "Реаль" - cвежие продукты" (produits frais) de ma rue (Bolchaya Koniouchennaya) m’acheter quelques nourritures pour le dîner et le petit déjeuner (qui n’est pas compris dans le prix de la nuit) : yoghourt, (37,70 roubles) kéfir (50 r), tomates (300 g, 35 r), bananes (kg 51 r) saucisson (91 r)…

50Il pleut…

51Je remonte la perspective Nevski admirant les "gâteaux" d’architecture du début du siècle dernier. L’étonnant bâtiment en granite rose de la maison "Elisseïev" (1901-1903) la plus élégante épicerie fine de la ville, expose dans toute son impertinence plastique un « modern style » décadent, gonflé de boursouflures baroques auquel s’ajoute une goutte "sauvage" d’éclectisme slave. Ses façades aux grandes baies vitrées sont cadrées par d’immenses sculptures allégoriques de bronze. L’intérieur de ce magasin de luxe (genre « Fauchon »), étincelant de verreries, de miroirs, de lustres en cristal, de dorures, de mosaïques et de vitraux polychromes, est rempli de boutiques, de comptoirs (charcuteries, fromages, gâteaux, souvenirs…) Au milieu on a "planté" un vrai palmier et il y a aussi un piano mécanique qui joue tout seul. Un immense miroir entouré d’une guirlande d’ampoules sert de fond réfléchissant doublant ainsi les étals bondés de pyramides de sucreries de toutes sortes, de toutes odeurs et de toutes couleurs. À l’intérieur, on se croirait être dans une bonbonnière aromatique ; les odeurs de saucisson, les parfums douceâtres des crèmes, mièvres des chocolats, des gâteaux et les effluves étouffantes du café, suffocantes des confiseries et des thés exotiques vous font chavirer l’esprit et voguer sur les nuages mélodieux (et quelque peu sirupeux) de l’opulent bien-être.

52Mais dehors, c’est l’hiver. La température "freezy" est de 6°C (ressentie 3°C !) et le vent humide et froid soufflant de la Neva remonte comme par un couloir climatique la Perspective. La brise glaciale me mortifie et me gifle le visage. J’enfile les gants jusqu’aux coudes, le bonnet jusqu’aux oreilles et me boutonne la vareuse jusqu’au menton. Brrrr ! Vivement l’été !

Photo 7 : La statue de Pouchkine devant le Musée Russe

Photo 7 : La statue de Pouchkine devant le Musée Russe

53Par la rue d’Italie, je me dirige vers le Musée Russe (Русский музей), le seul que j’ai vraiment envie de voir, plutôt de revoir, car la dernière fois, le visitant avec un groupe de Polonais accompagné par une guide imbécile et xénophobe, j’avais traversé trop vite des salles que j’aimerais aujourd’hui revisiter et pouvoir savourer "à bon escient et sans parcimonie" les œuvres exposées. J’ai tout mon temps, autant le remplir utilement, pleinement, et puis, à l’intérieur, il fera certainement plus chaud… Prix d’entrée : 350 roubles (7 euros en mai 2014).

54Par quoi ou par où commencer la visite de ce musée aux collections exceptionnelles ? Je choisis la visite chronologique (qui est celle du musée) et je tombe aussitôt devant une série d’icônes venues de Novgorod, de Pskov ou de Volgoga. Chaque style local affirme ses différences esthétiques et sa singularité plastique. Même un amateur reconnaîtra les styles et sera subjugué par les brillances mystiques des ors et les surfaces argentées des armures ("opravas"). Quelque soit leur attrait artistique, y a t-il un sens de présenter ces images saintes dans un lieu laïc en les détournant de leur « fonction » ? Dans une grande salle, les justes portraits de Carl Brullov (1789-1852) fascinent, mais sa toile très kitsch "Les derniers jours de Pompéi" (1780), tableau "pompier" du meilleur jus, peut, à la rigueur, amuser. Quant aux immenses marines d’Ivan Aïzovsky (1817-1900) elles étonnent, comme cette imposante toile intitulée "La vague" (1889) où on ne voit sur les 6 m2 du tableau que la mer et un petit bateau en perdition balloté par la colère des flots. C’est très bien rendu et on a l’impression d’assister au naufrage du fragile esquif. Comment ne pas remarquer le très beau portrait de Mme Vorontsov peint en 1780 par Levitsky ? Est-ce à cause des avances imprudentes envers cette femme qui fut celle du gouverneur que Pouchkine fut chassé d’Odessa ? Au-dessous, le portrait (par le même peintre) du mari bafoué nous regarde avec un air de « cornuto ». À côté, le noble portrait (un peu figé, trop officiel) de l’impératrice Catherine-la-Grande (1783). Sylvestre Chtchédrine (1791-1830) a beaucoup voyagé et ses paysages romantiques de Rome, Amalfi, Vico tout illuminés par le soleil de la Grande Bleue qu’ils sont, ne produisent pas l’effet "boeuf" de l’étonnante et mystérieuse toile "Naples la nuit" (1829) où les formes fantomatiques du Vésuve s’infiltrent dans l’obscurité magnétique du paysage qu’on devine à peine. Réalisée un an avant sa mort, était-ce son oeuvre testamentaire ? Je ne le sais pas.

55Les salles consacrées aux peintres slavophiles (courant intellectuel et artistique de la seconde moitié du XIXème siècle) sont les plus intéressantes car les plus "russes", slaves, authentiques et non polluées par les références et les influences occidentales. Victor Vasnetsov (1848-1926) en était l’un des artistes les plus engagés dans cette occidentophobie ; son œuvre dont les sujets sont l’histoire, les légendes et les contes slaves, est très intéressante, Sourikov (1848-1916) avec son amusant " Vieux jardinier" et son immense portrait du cosaque révolté Stepan Razine ouvrent la collection "slavophile" du musée (exposée sous le nom édulcoré de « Искуство 2-гой пол. XIX века », (peinture de la seconde moitié du XIXème s.). Il est difficile de rester insensible devant les remarquables portraits d’Ilya Répine (1844-1930), du plus grand portraitiste russe, toujours fins et justes. Quant à la grande toile orientaliste "La porte d’entrée de la mosquée" (1873) de Verestchaguine (1842-1901) elle nous éblouit par la finesse du crayon et la précision du pinceau qui ont su saisir les plus intimes détails de cette porte en bois aux pans gravés d’une arabesque aux infinis entrelacs. (J’aurais aimé contempler un peu plus longtemps cette toile et les autres, mais aucun siège n’est mis à la disposition des visiteurs).

56Une salle spéciale est consacrée à l’immense toile-panorama représentant la cérémonie commémorant le 100ème anniversaire du Conseil d’Etat en présence de Sa Majesté Impériale, le tsar Nicolas II qui la commanda à Repine. C’est un peu comme l’avait fait David pour illustrer "Le sacre" de Napoléon. Une galerie de portraits d’abord peints individuellement, puis incorporés dans l’ensemble. Impressionnant !

57La visite continue. La salle des paysages est remarquable, comme le sont les « paysages caniculaires » de Levitan (1860-1900) ainsi que "Le paysage breton" très "gauguinien" d’Alexandre Benois (1870-1960). Je remarque en passant l’étonnant portrait de Léon Bakst (1866-1924) intitulé "Dîner" (Ужин, 1902) où une femme vêtue de noir est assise devant une table couverte d’une nappe blanche.

58Il faut monter au premier étage du Palais Makhailovski pour voir la "collection Benois" (корпус Бенуа) qui contient quelques oeuvres à ne pas rater. Surtout celles de Vroubel (1856-1910) avec ses tableaux noirs et étranges. Il est précisé, qu’il est "l’un des géniaux créateurs du modernisme russe" (один из гениальных твоpцов русского модерна) Personnellement, je tiens aussi ce peintre d’origine polonaise pour l’un des précurseurs du surréalisme. Admirons aussi les tableaux religieux de Nesterov (1862-1942), les portraits de Serov (1865- 1911) notamment celui, très beau, de la Princesse Youssoupova (1902) l’épouse de l’assassin de Raspoutine ; très beau portrait en pied et grandeur nature d’une femme élégante exposant tous les attributs de la noblesse du corps, de l’âme et du statut social. On ne peut éviter d’admirer le beau tableau carré "Promenade" (1917) de Chagall (1887 -1985) dans lequel le peintre se présente avec sa femme Bela qui vole (au sens propre et figuré) de bonheur. Ce fut indubitablement, la meilleure, la plus créatrice période du peintre.

59L’enfilade des salles de 66 à 85 consacrées aux avant-gardes russes (constructivisme, cubo-futurisme, supprématisme…) sont d’une exceptionnelle richesse (et enfin visibles) : Malévitch, Kandinsky, Larionov, Rozanova, Rodtchenko, Gontcharova, Lebedev (et bien d’autres) présentent un large éventail de ce qui était à la pointe de l’art moderne au début du siècle passé. J’ai aimé la toile de Malévitch (1878-1939) intituléе : "Сложное предсувстбие" (1932) où un homme chauve qui nous tourne le dos, regarde devant lui l’horizon géométrique de couleurs, créant une situation statique et énigmatique digne des meilleurs réalisations de Giorgio de Chirico. J’ai admiré l’excellent portrait d’Anna Akhmatova (1922) par Kouzma C. Petrov-Vodkine (1878-1939) et surtout j’ai été séduit par la charmante toile d’Anatoly Levitine (1922-) "Теплый день" (chaude journée) où une femme de ménage ayant abandonné seau et serpillière, est assise sur le rebord de la fenêtre et prend la pause, le visage tourné vers le soleil ; peint dans un style post-impressionniste panaché de réalisme socialiste (ou le contraire) : le tableau est une impossible mixture étonnement réussie. La toile "La guerre" (Война, 1986) du jeune Soundoukov (1952-) montre dans une surprenante perspective en diagonale descendante une file de gens qui font la queue. Boulatov (1933) clôt les salles de l’art contemporain par sa toile "Тающие облака" (nuages en fuite) d’un curieux regard vers le ciel dans une clairière de pins (comme si le peintre était couché sur le dos)

60Je termine la visite du Musée russe par l’immense toile de Henryk Siemiradzki (1843-1902) intitulée : "Phryné au festival de Poseïdon à Éleusis" sans doute sa dernière oeuvre qui a dû l’épuiser vu ses dimensions colossales. Genre de peinture hyper-classique qui permet à l’artiste d’exercer ses talents et d’explorer les secrets érotiques de ses fantasmes. Ce peintre polonais, chantre du "pompiérisme", fit ses études aux Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg à l’époque où la Pologne n’existait pas et où les Polonais étaient des sujets russes, c’est pourquoi, il a trouvé place sur toute une cimaise du musée.

61Je quitte le musée, la tête pleine d’images, de dates et de noms que j’ai précieusement notés pour ne pas oublier. En somme, c’est un musée qu’on visite sans stress ; le parti pris de la chronologie des productions repose, rassure et semble s’opposer à la tendance actuelle de nos musées, dont les expérimentations plus ou moins originales et réussies de la présentation des oeuvres, compliquent la lecture, gênent la visibilité et rendent la visite pénible car chaotique. Rien de tel ici ; au Musée Russe tout est logique, clair et clean ; dans chaque salle une femme (que des babouchkas !) se lève dès qu’on entre et traverse la salle, suit et surveille attentivement le visiteur, mais sans manifester un excès de curiosité intempestive comme c’était le cas, l’année dernière, à Odessa. Peu de touristes, surtout des visites scolaires, des écoliers en uniformes et des conférencières à la patience d’ange.

62En sortant du musée sur la Place des Arts, je longe le canal Griboïédov et contourne l’église-mémorial du Sauveur-sur-le-sang, en russe : Храм Спаса-на-крови. Cette église orthodoxe (bien sûr) qu’on aperçoit du Nevski Prospekt est neuve, construite deux ans après l’assassinat d’Alexandre II en 1881 sur les lieux du crime. A l’intérieur on peut même voir l’endroit précis (on a quand même effacé les traces de sang) où eut lieu le meurtre de ce tsar réformateur qui avait notamment aboli le servage vingt ans plus tôt. Il a fallu néanmoins un quart de siècle (1883-1900) pour construire cette impressionnante église de style "renouveau russe » qui est un ensemble hétéroclite d’ors, de porphyres, de mosaïques : une vraie "tarte à la crème" de styles divers inspiré de l’architecture traditionnelle où tout connaisseur d’art trouvera sa part de douceurs esthétiques. Tout cela est trop neuf, trop kitsch et pour celui qui connait l’église de Basile-le-Bienheureux sur la Place Rouge à Moscou saura reconnaître la qualité et l’originalité.

Photo 8 : L’église Saint-Sauveur-sur-le-sang

Photo 8 : L’église Saint-Sauveur-sur-le-sang

63Il fait toujours aussi froid, mais j’ai l’impression que le vent a faibli. Hélas, ce n’est qu’une impression ! Encore heureux qu’il ne pleuve pas Inutile de se lamenter, rien n’est meilleur pour le moral et pour me réchauffer (ma chambre n’est pas chauffée, le radiateur est froid) que de repartir en ville faire une nouvelle balade à pied.

64Je longe la Moïka, tourne à gauche pour voir le théâtre Marinsky (Маринский театр) dont l’architecture de 1860 ne colle plus à son extension super-moderne de 2007 en verre et métal. Le hall d’entrée du vieux théâtre fait pauvre et coincé, mais la salle pleine de dorures a vu défiler tant de danseurs-étoiles qu’on lui pardonne son côté vieillot et ranci. Me dirigeant vers la Neva, je longe ce qui s’appelle "La Nouvelle Hollande" (Ансамбль Новая Голландия) un quartier qui semble complètement abandonné où les immenses entrepôts de la marine russe en brique rouge aux fenêtres vaguement calfeutrées sont arrosés par les eaux sales du petit canal Krioukov qui ressemble à un petit ruisseau aux eaux mortes, encrassé, envasé et envahi par la végétation sauvage et… "bio". J’ai lu que ce terrain laissé pour compte est l’enjeu de nombreux projets architecturaux et que même mon architecte préféré l’Anglais Norman Foster fit un projet d’aménagement qui tomba à l’eau…

65Sur le pont du Lieutenant Schmidt, une grande plaque en bronze précise que la première version de ce pont fut construite en 1842 "по проекту русского инженера" (d’après le projet de l’ingénieur russe) Kierbiedj, (Kierbiedź en polonais) le même qui avait construit avant la guerre le pont métallique à Varsovie qui portait son nom et qui après 1945, fut appelé "śląsko-dąbrowski" (trasa WZ). Sans doute cet ingénieur - tout en étant Polonais était Russe, ou le contraire… (Le pont actuel fut reconstruit dans les années 1937-38 par les ingénieurs soviétiques Perederia et Noskov).

66La vue du pont est littéralement "imprenable", le panorama à 180° embrasse les deux rives de la Neva et l’enfilade lointaine des autres ponts. Sur la rive droite (en regardant à gauche), sur l’île Vassilievsky, on ne peut rater l’immense palais néo-classique de couleur jaune et blanche occupé par l’Académie des Arts (Академия Художеств) institution fondée en 1757 mais école bâtie en 1789. Répine en fut l’élève comme beaucoup d’autres, notamment, le Polonais Siemiradzki. Comme j’ai lu dans un guide qu’au premier étage du bâtiment il y a une très belle salle de conférence avec un magnifique plafond peint par Chebouiev, je me dirige directement vers la cible de ma curiosité. À la porte de la salle une babouchka acariâtre m’interdit de photographier le plafond et exige que je paye l’entrée. Je suis sauvé par la présence d’un appariteur qui explique à la baba au mauvais caractère (je comprends le russe) que je suis étranger et lui ordonne de me laisser tranquille et libre de prendre la photo. Il me dit qu’il est de Kaliningrad. Je me permet alors de dire que je trouve absolument anormal qu’on garde toujours ce patronyme communiste d’un apparatchik bolchevik effacé (Kalinine) qui fut pendant dix ans président de l’URSS (1938-1946) et qui a échappé aux purges staliniennes sans doute à cause de son insignifiance et qu’il serait temps, - j’ose ajouter -, de débaptiser Kaliningrad et de lui redonner son nom d’origine Köningsberg. "Точно, это ненормально" (exact, ce n’est pas normal), me répond-il en souriant.

67Je passe à côté du Palais Menchikov de couleur jaune, de style baroque, construit par l’Italien Fontana et l’Allemand Schädel, un des premiers de la ville bâti en pierre (1710, modifié 1760). C’est l’annexe du Musée de l’Ermitage (objets divers, costumes, tissus, coffres, mobilier…). J’arrive au bout de l’île appelée "la flèche" (Cтрелка) d’où la vue sur la forteresse Pierre et Paul est magnifique, surtout, en ce moment, quand sous un ciel d’un gris foncé, presque noir, l’or de la flèche fine comme une aiguille, brille encore davantage. Je passe le pont du Palais et traverse en diagonale la place du Palais vide et glaciale. Où sont les touristes ? Au coin de la rue Malaya Morskaya et du prospekt Nevski je m’offre un chocolat chaud "fait maison" (домашный) qui n’a rien de génial, c’est du cacao. Où est le vrai chocolat de chez "Angelina" de Paris ou de chez "Wawel » de Cracovie ?

68Mon avis sur Saint-Pétersbourg est clair : c’est une ville que la Neva mouille et les canaux arrosent, l’humidité est partout à n’importe quelle heure et à n’importe quelle saison. Les crépis colorés repeints tous les ans, ne tiennent pas longtemps, se décollent, les façades s’effritent et font réapparaître les murs en briques grignotées par les champignons. Même les bâtiments classés "monuments historiques" (le Palais d’Hiver, p. ex.) montrent par endroits des plaies provoquées par le climat.

69Je ne sais pas combien j’ai fait de kilomètres aujourd’hui, mais je les sens dans les jambes. Allongé sur le "king size bed", je regarde les nouvelles (новости) à la TV. Finalement, le référendum à Donetsk a donné 97 % de "oui" pour l’indépendance du Donbass. Bien sûr, cette initiative et le résultat du scrutin ne sont pas reconnus par la "communauté internationale ». J’apprends que le fils du vice-président américain Biden va faire partie du conseil de direction d’une entreprise ukrainienne. On se scandalise d’une adoption d’un bébé russe par le chanteur anglais et gay Elton John.

70C’est mon dernier jour à Saint-Pétersbourg et il commence sous le soleil, mais la fraîcheur persiste (7°C). Je sors en ville et longe (pour la énième fois) le canal Griboïédov, passe à côté de l’église où fut assassiné le tsar Alexandre II et traverse le Parc Mikhailovsky d’une belle ordonnance du XVIII siècle. Il donne sur la façade arrière du Musée Russe (anciennement Palais Mikhailovsky, (Михаиловский дворец) qui est aussi impressionnante que la façade côté Place des Arts. Je saute par-dessus la Moïka par le Most Sadovyï (pont du Jardin) et pénètre dans l’immense Jardin d’Été (Летний сад), le lieu préféré des Pétersbourgeois… oui, mais pas aujourd’hui, quand le froid glacial venu de Carélie a chassé les humains et a fait taire les oiseaux… Seuls les canards s’amusent comme si de rien n’était, dans l’étang aux eaux mortes. Ne dit-on pas « froid de canard » ? Je me promène donc seul dans ce beau jardin entouré de deux petits canaux suivant des allées tracées à la règle se croisant à l’angle droit. Les arbres sont encore nus, les pelouses chauves, ce qui ajoute à l’air frais et dénudé des bosquets et parterres une ambiance hivernale. On dit que c’est Pierre-le Grand en personne qui aurait choisi l’endroit et conçu les plans du jardin, subjugué par ce qu’il avait vu à Versailles. On retrouve donc au Jardin d’Été le style de jardin "à la française", (fontaines, statues, kiosques, pergolas, théâtres…) où la culture dresse et ordonne la nature. Pour apprécier le lieu, je dois faire appel à l’imagination : promenade estivale entre les Dianes, Hercules et Apollons statufiés dans leur plus simple appareil, balades au pas sous l’épaisse verdure des marronniers et pins, repos dominical bienvenu dans la fraîcheur du ronronnement des fontaines à l’ombre des bosquets fleuris. On peut toujours rêver…

71Je traverse le pont Stroïcki, le plus long de la ville, construit au début du XXème siècle sous lequel la Neva large, souveraine et impériale coule ses eaux calmes et sombres ; il relie Петроградский остров (l’île de Pétrograd) la plus grande île de la ville au continent. A l’occasion je remarque que les Russes appellent leur ancienne capitale soit Санкт-Петербург (Saint-Pétersbourg), soit Ленинггад (Léningrad), soit Петроград (Pétrograd), sans doute, selon leur sensibilité politique et l’âge. En plus, les trois appellations fonctionnent toujours du point de vue administratif : la ville seule porte le nom de "Saint-Pétersbourg", elle a une île qui s’appelle "Pétrograd" et le département se nomme "Léningrad". Résultat d’une histoire compliquée et complexe. A gauche du pont, la forteresse Pierre et Paul dont l’or éclaire le ciel d’acier et à droite, au loin, les cheminées noires du cuirassier "Avrora" (Аврора) d’où, selon la légende bolchévique, serait partie le signal du coup d’Etat. Le navire a été déplacé, il se trouvait en octobre 1917 sous les fenêtres du Palais d’Hiver.

Photo 9 : Vue sur la forteresse Pierre-et-Paul

Photo 9 : Vue sur la forteresse Pierre-et-Paul

72La visite du site de la forteresse Pierre-et-Paul (Петропавловская крепость), prend du temps. En fait, c’est une ville dans une ville, et une île en forme d’étoile difforme, un ensemble de bâtiments du XVIII et XIXème siècles au centre duquel se trouve la cathédrale éponyme dominée par une fine flèche dorée de 120 mètres. La forteresse a été commencée en 1703 et c’est la date officielle de la naissance de Saint-Petersbourg fêtée le 16 mai. Tout au long des siècles, l’espace entouré de solides et hautes murailles, fut rempli par des bâtiments d’utilité publique : la Bourse, la Monnaie (1724), le siège du Gouverneur (1741), la Maison des Ingénieurs (1748)… Les énormes tours (bastions) Goloviev, Zotov, Narychkine (1725) "dispatchés" tout autour de l’espace intérieur à peine claustrophobe, donnent du caractère à l’ensemble des fortifications. Le bastion du coin sud "Troubetskoï" (1718) un des premiers, servit de prison où furent enfermés Dostoïevsky (1849) et Trotsky (1905). Dans un petit square se trouve une statue de bronze de Mikhaïl Chémiakine datée de 1991 qui représente Pierre-le-Grand assis dans un fauteuil ; il est assez méconnaissable car sans cheveux (perruque ?) et sans sa fameuse moustache. Quant à la tête, elle est disproportionnée et beaucoup trop petite. Oeuvre osée, à la limite du sacrilège car ici, dans "sa" ville, il est indigne de porter atteinte au génie bâtisseur de son fondateur. A midi pile, un coup de canon a fait fuir les dernières mouettes qui se chauffaient sur les tuiles des bâtiments, il était si fort qu’il fit trembler les murs de l’enceinte et m’a fait peur.

73Côté Neva, au pied des hauts remparts du bastion Narychkine, s’étale la plage de Saint-Petersbourg. Sur le sable, quelques promeneurs emmitouflés regardent l’autre rive et écoutent les discrets clapotis du fleuve, des babouchkas dans des vestes rembourrées balayent la plage déserte et ramassent les canettes de bière en chantant. Au pied des murailles, plusieurs amateurs impénitents de "bronzing" torse nu et même en string, s’exposent aux rares rayons du soleil hésitant, allongés sur des planches appuyées contre les murs. Je suis entré dans la forteresse par la Porte d’Ivan et le pont Ianovsky, je la quitte par le pont (en bois) Kronwerk. La météo se gâte, le ciel se couvre de cumulus qui défilent au-dessus des interminables palais sur les quais de la Neva comme à la parade. Va-t-il pleuvoir ? La TV a annoncé nuages et soleil mais pas de précipitations. Je sens les kilomètres de marche dans mes jambes, aucune inquiétude, je me reposerai demain matin sur le…vélo !

74Sur la pelouse lunaire de la "Стрелка" (Strielka, la "Flèche") de l’île Vassilevsky, un homme fait voler un mini-hélicoptère, un drone télécommandé qui vole et filme. Ici, c’est autorisé, mais pas en France où un jeune homme de Toulouse s’est fait interdire de filmer la Place du Capitole à partir d’un drone de sa fabrication. Secret militaire ou imbécillité de l’administration ? Il semblerait que l’armée garde jalousement le joujou pour elle.

75Le quotidien "Métro" existe également à Saint-Pétersbourg et est distribué, comme chez nous, à la sortie des bouches du métro. Dans l’édition de ce jour j’apprends que le Festival de Cannes a ouvert ses portes et que le film "Léviatan" (Левиaфан) de Andreï Zviaguintsev "…может взять главную награду" (peut obtenir la Palme d’Or). On va voir… (Le film a reçu le prix du meilleur scénario.)

76Je décide de prendre le métro pour arriver le plus vite possible, il se fait tard, à l’ancien couvent Smolnyï fréquenté jadis par les jeunes filles de bonnes familles.

77A la station "Гостинный Двор" (Gostinnyï Dvor) sur le prospekt Nevski j’achète le jeton à 28 roubles, prends la ligne N° 3 (bleue) direction "Rybatskoïe" change à la station "Маяковская" (Maïakovskaya) pour prendre la N° 1 (rouge) direction "Dieviatkino" et descendre à la station "Чернышевская" (Tchernychevskaya), la première. Le réseau du métro pétersbourgeois (comme du moscovite) est d’une grande profondeur et des escaliers mécaniques vous descendent aux…Enfers ! Une centaine de mètres plus bas, les quais vous étonnent par de riches décorations en rapport avec le nom de la station. Les couloirs et les quais tapissés de granite et de marbre sont larges et confortables, tomber sur les rails est impossible, car les barrières de sécurité sont nombreuses et impénétrables. Les trains d’aspect poussif et anciens arrivent régulièrement et la disposition des banquettes à l’intérieur des wagons ressemble au "tube" londonien. Les voyageurs assis sur des banquettes en bois se font face. De la station "Tchernychevskaya" m’attendait, pour arriver à Smolnyï, une petite trotte de deux kilomètres, notamment à travers le joli parc Tavritchevsky (Таврический Сад) avec comme fond minéral la façade côté jardin du Palais de Tauride (Товрический дворец) de style néo-palladien construit pour le Prince Potemkine (alors gouverneur de Tauride, autrement dit : de la Crimée) et la longue et ennuyeuse rue Tverskaya.

Photo 10 : L’église de l’ancien monastère Smolnyi

Photo 10 : L’église de l’ancien monastère Smolnyi

78Au bout de la perspective se trouve la place Rastrelli et, visible de loin, l’ancienne cathédrale de la Résurrection du couvent (ou plutôt monastère) de Smolnyï entourée d’un parc et d’un ensemble de bâtiments (anciennement) conventuels (aujourd’hui, bureaux municipaux). Aujourd’hui ces lieux servent de salles d’exposition et de concerts de musique classique. Certains historiens de l’art considèrent cet édifice de pur style baroque russe (1748-1764) appelé (en anglais) "Petrine baroque", comme le chef d’oeuvre de Bartolomeo Francesco Rastrelli architecte italien (né à Paris), artiste préféré d’Elisabeth (fille de Pierre-le-Grand) et l’auteur de son Palais d’Hiver (1754-1762) dans lequel se trouve le Musée de l’Ermitage, un des plus riches du monde. Saint-Pétersbourg s’est beaucoup développé au XVIIIème siècle et les maîtres bâtisseurs étrangers comme Trezzini, Rastrelli ou le Français Le Blond, invités par la tsarine, ont eu comme collègues ou disciples Zemtsov, Korobov ou Yéropkine - d’excellents architectes du cru. L’arrivée au pouvoir de la Grande Catherine en 1762 a obligé les artistes de changer l’orientation esthétique. L’épouse de Pierre III, d’origine allemande, préférait le "néo-classicisme", plus imposant, plus spectaculaire et c’est pourquoi beaucoup de monuments baroques pétersbourgeois sont panachés d’un zeste de (néo)classicisme. Ce "métissage" a produit (parfois) des effets réussis. C’est précisément le cas du complexe de Smolnyï commencé dans le style baroque et terminé vingt ans plus tard dans le style néo-classique. Je suis surpris par l’absence de l’or, il semble avoir disparu de la coupole, des bulbes blanches et la couleur turquoise (si appréciée par Rastrelli) a beaucoup pâli au point que certaines parties de la façade de l’église et des bâtiments adjacents semblent blanches. Devant la cathédrale on a posé une grosse cloche suspendue à une construction de poutres..

79Au retour à la station "Tchernychevskaya" je remarque de loin sur une placette en retrait de la rue Spaliernaya, le monument consacré à Félix Djerjinsky, le fondateur de la Tchéka. Les tristes héros bolchéviques restent toujours debout…

Bolchaya Ijora (Большая Ижора)

Photo 11 : Départ matinal à l’ombre des griffons du pont de la Banque

Photo 11 : Départ matinal à l’ombre des griffons du pont de la Banque

80Départ sans petit déjeuner. Il fait froid, je me réchauffe près du pont de la Banque aux côtés des superbes griffons aux ailes dorées qui veillent sur la petite passerelle piétonne suspendue au-dessus du canal Griboiedov. Cette œuvre d’un Allemand (le pont) et d’un Russe (les griffons) date de 1826 et est considérée comme l’un des plus beaux ponts parmi les 800 de Saint-Pétersbourg.

81Le plus difficile c’est de quitter une grande ville entourée d’une immense agglomération qu’on ne connait pas. Malgré le plan, je perds une bonne heure en traversant les quartiers d’Avtovo, Oulianka, Ligovo où tout se ressemble, les rues, les places, les tours et les immeubles. Il me faut demander le chemin une dizaine de fois pour arriver, enfin, sur la Nationale A121 en direction de Peterhof (Петергоф). J’ai le plaisir de constater que tous les passants apostrophés par moi connaissent bien leur quartier et leurs conseils sont sans faille. Sur un panneau je trouve écrit : "Tallinn", OK, mais avant, il me faut arriver à Liébiajé (Лебяжь), est-ce la bonne route ?

82A Петродворец (Péterhoff) je ne bifurque pas pour visiter les fameuses fontaines en cascades de la résidence d’été des tsars, je me contente de jeter un coup d’oeil, à ma droite, sur le charmant palais à dimension humaine, que s’est concocté Pierre-le-Grand à quelques kilomètres du palais pour échapper à la foule adhésive des courtisans. Je ne peux le visiter, il est trop tôt. Ce "petit Trianon" de Pierre entouré d’un parc aux bouleaux élancés et d’une pelouse fraîchement rasée, est un rare bijou de simplicité qu’à dû être la vraie vie du tsar.

Photo 12 : Discrète résidence de Pierre-le-Grand

Photo 12 : Discrète résidence de Pierre-le-Grand

83J’ai cependant un sérieux problème qui me trotte dans la tête. Yaroslava, la réceptionniste de "Drouzya" m’a dit avant le départ qu’elle n’a pas pu trouver (sur internet) un hôtel à Лебяжье (Liébiaje) et que la ville voisine Sosnovyï Bor (Сосновый Бор) est une cité "interdite aux étrangers". Il y aurait, dit-elle, une base navale secrète ; ne peuvent y pénétrer que les citoyens russes. Quant à savoir s’il y a des hôtels dans les parages de ces deux villes, elle ne le sait pas. Je pourrais passer la nuit à Kronstadt, me dis-je, en voyant au loin l’île, mais ça m’obligerait à faire 20 km de plus et je ne suis même pas certain qu’il y ait là bas un coin pour dormir...

84Je m’arrête à Ломоносов (Lomonosov) pour déguster une solyanka à la viande. C’est une soupe très populaire en Russie, en Biélorusie et en Ukraine. Je compte qu’elle va me donner un surplus d’énergie et de tonus, des forces que j’ai usées (psychologiquement) en cherchant à me dépêtrer des banlieues sud de Saint-Pétersbourg.

85Je stoppe devant un cimetière (горoдское кладбище) qui se trouve dans un bois de bouleaux où chaque tombe est entourée d’une "cage" en grille métallique.

86Un peu plus loin, je remarque "à babord" le très long palais rouge que s’était fait construire en 1727 par l’Italien Fontana le prince Menchikov pour ne pas être trop loin de la résidence du tsar à Петродворец.

87J’ai le vent dans le dos et ça roule très bien, seul le revêtement de la route A121 laisse à désirer m’obligeant à slalomer et à bien regarder ce qui arrive devant la roue avant. La vieille chaussée mal bitumée et usée, est particulièrement dangereuse avec des trous, des crevasses et des cloques qu’on ne voit qu’au dernier moment. Mais le terrain est plat et avec la complicité d’Éole, je m’offre sur une dizaine de kilomètres une bonne moyenne sans trop d’efforts.

88Entre Bolchaya Ijora (Большая Ижора) et Liébiaje, je m’arrête pour profiter de la plage qui se trouve à ma droite juste derrière un fin rideau de pins. La vue sur le Golfe de Finlande est belle et j’aperçois au loin, éloignée d’une dizaine de kilomètres, l"île Kotline (остров Котлин) et même, beaucoup plus loin, comme un sombre pointillé horizontal, les contours flous de la côte sud de la Baie Nevski (Невская Губа) avec la tache claire du port de Zelenogorsk. C’est sur cette petite île plate reliée au continent au nord et au sud par deux longs ponts, que se trouve la base navale de Kronstadt connue pour ses mutineries (1905) et surtout pour son insurrection contre-révolutionnaire en 1917 écrasée dans le sang par Trotsky.

89Me reposant sur le sable recouvert de roseaux secs (d’où viennent-ils ?) et m’étonnant de la couleur brunâtre de l’eau, j’étais loin d’imaginer ce qui allait m’arriver une dizaine de kilomètres plus loin. Aux portes de Liébiaje, au lieu-dit : Чайка (Tchaïka), je suis arrêté au poste de contrôle routier où un jeune soldat me demande gentiment mes papiers et la "propouska" (пропуска), le document autorisant l’entrée en ville. Je n’en ai pas, bien sûr, car je supposais que si Sosnovyï Bor (Pinède) vingt kilomètres plus loin était, en effet, une ville fermée aux étrangers, je ne pensais pas que la limite d’interdiction commençait à Liébiajé, et même avant cette ville, à Tchaïka.

90" - Je ne peux absolument pas vous laisser passer car sans la ’propouska’ c’est impossible. Il vous fallait demander cette autorisation au bureau de Saint-Pétersbourg." Le soldat me le dit avec beaucoup de politesse, regardant le vélo, voyant mon équipement et comprenant ma déception. "D’ailleurs, vous avez certainement vu le panneau qui annonçait la zone interdite". J’avoue, que j’avais négligemment jeté un coup d’oeil distrait sur ce panneau sans tenir compte de l’avertissement espérant qu’on me laisserait passer, à titre exceptionnel, vu ma qualité de cyclotouriste. Je n’avais aucune excuse car le panneau était bilingue et il était bien spécifié que c’était une "zone of the border control" et qu’on pouvait y pénétrer qu’avec des "passes and documents only". Je n’ai donc aucune excuse. Quand je lui explique, que je suis en mauvaise posture car je comptais passer la nuit à Liébiajé, le soldat réfléchit et me dit : "Si vous revenez sur vos pas à Bolchaya Ijora" dix kilomètres d’ici, vous trouverez un hôtel au bord de la route, mais je ne sais pas s’il est ouvert.". Voilà une bonne nouvelle, fut-elle incertaine, qui me console de ma mésaventure, dont je suis - je le reconnais - l’unique responsable et l’unique victime. "Sinon, ajoute-t-il, revenez un peu plus loin, jusqu’à Lomonosov, là bas, vous trouverez plusieurs hôtels". Cela m’embêterait beaucoup car ça me ferait reculer de 20 km et c’est une ville que je viens à peine de traverser où il n’y a rien à voir, malgré son ancien nom plus connu d’ « Oranienbaum » (Ораниенбаум) qui pèse son poids d’histoire.

91Je reprends la route que je viens de faire et 10 kilomètres plus loin j’arrive à Bolchaya Ijora, une bourgade sans aucun charme entourée de forêts et collée au Golfe. Si le village Bolchaya Ijora ("Ijora" est le nom d’une petite rivière qui traverse le village) n’inspire aucune admiration, son environnement, par contre, est fort agréable et on sent dans l’air iodé le parfum ambré des pins. Disons, que le lieu ressemble un peu à Jastrzębia Góra en Poméranie polonaise, en plus "sauvage", en plus abandonné. Le village où la place centrale est en dur, le reste est en piètre état, et sur le chemin en terre battue vers la mer, on croise des maisons abandonnées faites de bric-à-brac, des bidonvilles couverts de planches, de tôles, de cartons qui exhibent l’extrême misère qui s’est installée ici après la chute du communisme. La Bolchaya Ijora garde cependant quelques beaux souvenirs (des belles datchas inhabitables) de l’époque quand un certain général Petrosian dirigeait la région ; militarisée, un peu ville de garnison, Bolchaya Ijora située au bord du "zaliv" (baie) était bien dotée sans être prospère. Il n’y a pas de plage. Il y a, par contre, des marécages pleins de troncs qui pourrissent et dans ces eaux stagnantes "poussent" des arbres squelettiques. Il faut éviter l’escadre des moustiques pour arriver au bord de l’eau dont la couleur marron ne donne aucune envie de se baigner. D’ailleurs, la plage est déserte et la mer grignote la rive avalant des arbres qui s’écroulent et tapissent le sable. Ces arbres morts rincés et lissés par les flots, sont devenus des objets étranges aux formes baroques dispersés dans un paysage surréaliste, on dirait une « installation » artistique conçue par un démiurge marin. Ce triste spectacle est cependant beau à voir. De loin, j’aperçois l’île et l’église blanche de Kronstadt qui brille au soleil couchant.

92Une fois installé dans le dortoir en compagnie de ma bécane, je m’offre au restaurant de l’hôtel complètement vide un "dîner de tsar" : une salade "grecque" et une bière tchèque (brune) ; tout cela pour la modique somme de 190 roubles. Mais voilà ! Comme il n’y avait plus de bière brune, la serveuse me conseille en baissant la voix d’aller en acheter une dans la supérette attenante à l’hôtel et la boire ici. Elle pose (discrètement) sur la table l’ouvre-capsule. Ce que je fais illico presto.

93Andreï est un petit blondinet de 27 ans, fraîchement libéré de son service militaire qui travaille comme directeur adjoint au supermarket de Bolchaya Ijora. Comme il a l’air d’être volubile, avoir l’esprit libre et s’intéresser au monde, impossible de ne pas évoquer la situation en Ukraine. Andreï - comme tous les Russes rencontrés sur ma route, est un patriote farouche, fier de son pays et satisfait de la gouvernance de Poutine.

94"Gospodine Bruno, (il prononce "brouno" en accentuant fortement sur la première syllabe) se lance-t-il dans un long monologue, les années "perestroïka" de Gorbatchev furent décevantes, l’époque "démocratique" de Yeltsine fut la pire de toutes avec le bradage aux potentats privés et juifs des pans entiers de l’industrie nationale (pétrole, gaz, charbon, acier), la dispersion aux mains étrangères des richesses naturelles du pays et l’abandon aux Américains du leadership politique mondial. Eltsine a terni l’image de la Russie et ne fit rien pour l’armée, la laissant dans un état de totale désuétude et obsolescence. Imaginez-vous, gospodine Brouno, qu’à son époque, les soldats, pratiquement désarmés, leurs fusils n’avaient pas de balles et les chars d’essence, ne recevaient plus pendant des mois leur solde, beaucoup furent obligés de déserter et chercher pitance ailleurs et ceux qui restèrent crevaient de faim dans des casernes obsolètes condamnés à survivre par leurs propres moyens en chapardant dans les environs ou en vendant leurs armes. L’arrivée de Poutine a complètement modifié la donne : les soldats ont reçu leur solde avec les arriérés, l’armée a été restructurée et professionnalisée, dotée d’armes modernes et les casernes refaites à neuf. C’est vrai et vous pouvez me faire confiance, gospodine Bruno, il y a encore six mois j’étais militaire. Un pays sans armée est un pays faible qui ne compte pas et qui n’est pas respecté. Poutine fut l’homme de la situation et prouve qu’on peut compter sur lui pour redonner à notre pays le rang, la puissance et l’importance qui furent les nôtres avant la "catastrophe Eltsine".

95-" Mais l’affaire de Crimée…" je tente de prendre la parole qui m’est aussitôt coupée : "Gospodine Brouno, vous savez bien, la Crimée a toujours été russe et elle le sera pour toujours. En la rendant à la patrie, Poutine est devenu un héros et il est fêté et respecté comme tel."

96Pendant qu’il pérore ainsi, je goûte (avec quelque suspicion) à son plat qu’il est venu m’apporter je ne sais d’où, en guise de "zavtrak" (petit déjeuner). Je vois sur la vieille poêle des morceaux de poulet baignant dans une sauce indéfinie et grasse qui durcit à vue d’oeil. Andreï me passe du pain noir et me conseille de le tremper dans la sauce. "C’était le plat du ‘zavtrak’ à l’armée" me dit-il. Bon, je goûte, c’est mangeable, d’accord, mais je plains les pauvres militaires de Poutine qui sont obligés d’ingurgiter aux aurores cette étrange mixture qui ne manque pas de goût.

97Andreï qui s’est pris d’une réelle amitié pour le cyclotouriste désargenté que je suis, m’accompagne sur la place du village où arrive la "marchroutka" n° 502 qui en 30 minutes me dépose à Lomonosov sur le prospect Dvortsovyï (bd. de la Gare) à 200 mètres de la banque "Сберьбанк Росии" (Sberbank) où je retire avec ma CB 3000 roubles (60 euros mai 2014). Le minibus est bancal, il a dû faire au moins dix fois le tour du monde, mais il roule. La conductrice, jeune femme dont la corpulence explique le juste choix de son métier, apprenant que je suis Français est heureuse de me dire le seul mot qu’elle connait de la langue de Molière : "amourrrr".

98Au retour, je suis attendu par mon "ami" Andreï qui m’offre pour la route une conserve militaire et un souvenir de sa copine.

99Pas d’autres solutions pour me diriger vers la frontière avec l’Estonie que de prendre la A120 et de pédaler vers le sud afin d’atteindre 30 km plus loin, à Черемыкино (Tcheremikino), la magistrale E11 qu’on appelle ici "Таллинская шоссе" (Tallinska chossè). Si tout va bien, j’arriverai en fin d’après-midi à Ivangorod où je compte passer la dernière nuit en Russie.

100La route est très agréable, presque plate et coupe en ligne droite des forêts mixtes. Il fait beau, ça sent les champignons, la résine, le soleil brille et la température aux environs de 12°C tempère son ardeur matinale. Ce sont ces moments inoubliables pour lesquels on est capable de subir mille souffrances, moments privilégiés qui permettent aussi d’oublier les peines et la fatigue.

101La situation change du tout au tout, quand la délicieuse petite A120 rejoint l’immonde "Narva" E20 - M11, route expresse, sorte d’autoroute (quatre-voies), voie rapide à la mode locale, surchargée d’une circulation endiablée qui relie Saint-Pétersbourg à Narva puis sous l’appellation E20-1, se poursuit jusqu’à Tallinn. Fini le vagabondage sylvestre et champêtre sur la silencieuse et pittoresque A120, attention aux camions et poids lourds russes qui roulent droit comme des kamikazes déséquilibrant dangereusement par les appels d’air le fragile cycliste. Comme il n’y a pas de piste cyclable, je roule sur ce qui pourrait être le couloir de sécurité d’une autoroute normale, mais celle-ci qui ne l’est pas, n’a, par endroits, aucun couloir m’obligeant à pédaler carrément sur la chaussée. Il me faut donc coûte que coûte quitter cet enfer et bifurquer au plus vite sur une petite route latérale. Hélas, il n’y en n’a pas.

102Le seul avantage de cette "autoroute" c’est son revêtement parfait, lisse, fraîchement refait qui exhale encore l’odeur du goudron chaud, j’ai le vent dans le dos et le soleil, qui commence à taper fort, droit dans les yeux. Depuis Lomonosov, j’ai enlevé ma veste d’hiver qui ne me quittait pas depuis Helsinki et fourré le bonnet et les gants au fond des sacoches en espérant ne plus avoir à les ressortir. Comme au bord de la route il n’y a ni hôtels, ni auberges, ni motels, il ne me reste qu’à pédaler droit devant moi avec la bonne moyenne de 25 - 30 km à l’heure. (Arrivé à Kingisepp, j’aurai parcouru aujourd’hui les 110 km en 5 heures 36 minutes et 11 secondes - ce qui donne une moyenne (avec les arrêts) de 20 km/h.

103En route, j’apprends qu’à Ивангород (Ivangorod) il n’y a rien à voir, que c’est une ville-frontière et qu’il n’y a pas d’hôtels ; en plus, c’est la "пограничная зона" (zone frontalière) ce qui risque de poser des problèmes. J’ai en mémoire mes déboires d’hier à Liebiajé. Mieux vaut donc m’arrêter 20 km plus tôt, à Кингисепп (Kingisepp). Va donc pour cette ville au drôle de nom qui ne sonne pas très russe. En fait, ce sont les bolchéviques qui en 1922 on débaptisé la ville de Yambourg en lui attribuant le patronyme d’un communiste estonien, un illustre inconnu nommé Victor Kingisepp. 

104Dès l’entrée dans la ville je guette, repère et m’arrête au premier hostel venu qui se trouve à ma gauche dans la zone industrielle un peu en retrait du large prospekt Karl Marx qui traverse toute la ville d’est en ouest. Le хостель "Экспресс" (Express) dont l’entrée anonyme se trouve coincée entre deux magasins, n’a pas bonne mine, il a l’air plutôt minable occupant le premier étage minable d’un bâtiment post-industriel également minable, il fait pourtant partie d’un réseau hôtelier de Saint-Pétersbourg. La responsable de la réception (sotroudnitsa) Madame Arkhinienko est, par contre, fort sympathique et enjouée (son large sourire compense la vétusté du local) me propose trois prix : 300 roubles pour le dortoir à 8 lits, 350 roubles pour le dortoir à 4 lits et 400 roubles pour la chambre à deux lits (un pour moi, l’autre pour la bicyclette). Riche comme Crésus depuis la banque de Lomonosov, j’opte pour la dernière offre, d’autant plus, que la dame m’assure que je serai cette nuit le seul locataire étant donné qu’elle a une réservation pour cette chambre que pour demain, dimanche. Elle m’apporte une paire de draps qui sentent bon la lessive et une minuscule serviette de bain. Les douches chaudes sont sur le palier, mais ma chambre n° 5 tout à fait convenable donne sur le prospekt et dispose - quel privilège - d’un lavabo !

105400 roubles (8 euros en mai 2014) c’est peu. Je récapitule les dépenses dues aux logements en Russie : au total : 235 euros pour sept nuits, ce qui fait env. 33 euros /nuit ; ce sont surtout les trois nuits à 60 euros à Saint-Pétersbourg qui ont plombé mes finances.

106Après la balade en ville je rentre à l’hostel "Express" déçu. Kingisepp, malgré ses 50 000 habitants et une longue histoire, produit l’effet d’une petite bourgade de province située à 40 km de la mer qui ne présente aucun intérêt sauf, peut-être, l’ensemble des casernements du XVIIIème siècle qui font face à la mairie "stalinienne" et qui semblent de ne pas être "visitables"

107Pourtant, Kingisepp alors Yam puis Yambourg, est doté d’une riche histoire : le site fit partie aux XVème et XVIème siècles de la République de Novgorod, puis appartint au Royaume de Suède au XVIIème siècle et, à partir de 1703 revint à la Russie, (dépendant du Gouvernerat de Saint-Pétersbourg) devenant cinq ans plus tard, la propriété d’Alexandre Menchikov, le rival malheureux de Pierre-le-Grand.

108La place qui fait face aux anciennes casernes est déserte et dépouillée de la statue de Lénine, par contre, le bâtiment de l’ancien comité central, (aujourd’hui la mairie) est d’une sobriété toute soviétique et plutôt réussie affichant une "modernité" toute occidentale. Certes, il y a au bord de la rivière Louga sur la place Nikolaev une église orthodoxe Sainte-Catherine qui évoque par son style arrondi (baroque finissant du XVIIIème siècle) et ses couleurs (turquoise et blanc), l’art de Rastrelli, mais c’est un autre architecte italien invité en Russie par Pierre III (c’est la même époque) qui en est l’auteur (Rinaldi) ; sa dénomination explique que cette église a été commandée par la tsarine et lui a été, par conséquent, dédiée.

Photo 13 : L’église Sainte-Catherine à Kingisepp

Photo 13 : L’église Sainte-Catherine à Kingisepp

109Tout près, de l’autre côté du prospekt Karl Marx, dans le Parc Romanovka qui longe la rivière, une statue en bronze (fleurie) d’un partisan héros soviétique fait penser aux sculptures antiques, son manteau militaire ressemble à s’y méprendre aux toges des patriciens romains et le geste impérial de la main droite levée donne à l’ensemble l’air martial d’un césar.

110J’apprends que Lénine en personne est venu ici en janvier 1919 pour diriger, paraît-il, la reconquête (ratée) de la ville Narva appartenant à l’Estonie depuis le XVIIème siècle. Mais faut-il croire aux légendes, les unes plus loufoques que les autres, concernant les exploits guerriers du "père de la Révolution" ?

111Quand je rentre à l’hostel qui se trouve de l’autre côté de la ville, tous les commerces sont fermés, les rues sont vides. Il ne se passe rien. Personne. RAS.

112ИВАНГОРОД (Ivangorod) : avec un tel nom, je m’attendais à voir une ville de tsar, et bien, non. Ce n’est qu’une cité dortoir de 10000 âmes prolétaires, une ville neuve pleine de barres et d’HLM à la mode soviétique qui bordent de loin la rue centrale qui, en fait, est toujours "l’autoroute" M11-E20. Large, d’au moins 100 mètres, l’artère internationale Piter-Tallinn devenue "kingisseppski chocè" conduit directement vers la frontière. Et cette frontière est la raison d’exister d’Ivangorod que les Estoniens appelaient Jaanillin. Elle aurait été fondée par le tsar Ivan III-le-Grand au XVème siècle (étymologies : Ivangorod = ville d’Ivan, Jaanillin = la ville de Jaan, Ivan = Jaan = Jean, tout concorde...) et jusqu’en 1945 elle faisait partie de Narva, sa voisine de l’autre côté du fleuve. Ce sont les Soviétiques, acceptant le fleuve Narva frontière avec l’Estonie qui ont séparé les deux villes jumelles. L’état trop neuf de la ville d’Ivangorod est dû aux terribles destructions (bombardements) provoquées par les combats acharnés lors de la dernière guerre. La "bataille de la Narva" qui a duré six moins (janvier-juillet 1944) est un fait de guerre connu des historiens. Un demi-million de Soviétiques sous les ordres du général Fediouninski tentèrent (et réussirent) à repousser les Allemands et "libérer" les Pays baltes. On imagine sans peine de résultat de la bataille : destruction presque totale des deux villes Ivangorod et Narva et des environs.

113Le fleuve Narva a creusé un large et profond sillon et si dès le Moyen-Age ont été bâtis sur les rives opposées des châteaux forts qui se regardaient en oeil de faïence, aujourd’hui, ce sont les bureaux de douane des deux pays qui se font face des deux côtés du pont. Du côté russe, après être passé à côté de la forteresse d’Ivan, les cyclistes et les piétons dévalent la rive droite vers la douane qui se trouve tout en bas en passant par un étroit couloir cerné de grillages ; à la vue de cette funeste ferraille, on pourrait penser un instant que le "rideau de fer" est toujours en place… Après avoir grimpé sur la rive gauche estonienne, on passe la douane à côté de l’immense citadelle Hermann (Hermanni linnus) qui domine du haut de ses murailles flambant neuves, le fleuve.

114En Estonie, il me faut reculer ma montre d’une heure, il n’est donc en "Europe" que neuf heures du matin…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Entrée en Russie
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Photo 2 : La place du Palais d’Hiver avec la colonne Alexandre Ier
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Photo 3 : Sur le Nevski Prospekt
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Photo 4 : L’imposante église Saint Isaac
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Photo 5 : La cathédrale Notre-Dame de Kazan
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Photo 6 : Café Singer avec vue sur N-D de Kazan
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Photo 7 : La statue de Pouchkine devant le Musée Russe
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photo 8 : L’église Saint-Sauveur-sur-le-sang
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Photo 9 : Vue sur la forteresse Pierre-et-Paul
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 10 : L’église de l’ancien monastère Smolnyi
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Photo 11 : Départ matinal à l’ombre des griffons du pont de la Banque
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Photo 12 : Discrète résidence de Pierre-le-Grand
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Photo 13 : L’église Sainte-Catherine à Kingisepp
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26795/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Koper, « Voyage (à vélo) au pays de Poutine », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 03 mars 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26795

Haut de page

Auteur

Bruno Koper

bruno.koper@noos.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page