Navigation – Plan du site
2015

Fol S., Miot Y., Vignal C. (dir.), 2014, Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 255 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Issu d’une journée d’études organisée par les laboratoires TVES et CLERSE de Lille, avec la ville de Roubaix, ce livre rassemble une dizaine de contributions d’universitaires et de praticiens. Un préambule de Jean-Yves Authier justifie le titre « Mobilités résidentielles ». Nous reviendrons sur ce choix éditorial probablement lié au thème de la journée d’études qui a donné matière à l’ouvrage.

2La première partie de l’ouvrage s’intéresse aux déterminants et aux effets des mobilités résidentielles. La deuxième partie est focalisée sur les politiques de rénovation urbaine qui créent des contraintes et des incitations pour les mobilités résidentielles. La troisième partie, enfin, traite de l’ancrage local comme frein aux mobilités résidentielles.

3Les auteurs abordent trois questions principales qui ne sont pas sans rapport entre elles : le marché du logement, ses logiques, ses défaillances ; la ségrégation sociale qui relègue et concentre dans certains quartiers des populations en difficulté ; l’ancrage local vu comme ressource en termes de liens matériels et sociaux. Il faut ajouter que les approches comportent souvent une dimension diachronique. Sur les périodes considérées, de 30 à 50 ans, de nombreux changements ont affecté la société française, comme par exemple l’immigration, les mobilités professionnelles, l’automobilisation généralisée, influant sur les questions ci-dessus sans que le livre puisse les embrasser tous.

4Le titre suggère que les éditeurs ont relié les trois questions ci-dessus par le biais des mobilités résidentielles. Ce parti n’est pas sans pertinence du point de vue théorique. Cependant, il s’avère difficile à tenir eu égard à la variété des auteurs et des approches. De la synthèse à la monographie de terrain, en passant par le témoignage de praticien, les mobilités résidentielles apparaissent sous des angles bien différents. Entre la statistique, la biographie et les comparaisons internationales, il n’est pas toujours aisé pour le lecteur de faire la synthèse.

5Pourtant, au total, des idées fortes ressortent. Le contexte économique, la métropolisation, l’ancrage local jouent leur rôle pour expliquer les difficultés et atermoiements de politiques publiques pourtant fortes et déjà anciennes. Les mobilités résidentielles ne vont pas là où on les attend. Elles nourrissent la métropolisation mais perturbent la rénovation urbaine qui devrait l’accompagner ou la favoriser.

6Ce livre n’a pas la prétention d’être un traité sur les mobilités résidentielles. Il est un jalon qui balise des pistes de recherche. Compte tenu de l’importance des enjeux politiques dans ce domaine, on souhaite encourager les auteurs à poursuivre et à compléter leurs travaux, parfois à approfondir telle ou telle étude de cas. En attendant, le lecteur tirera profit de cette œuvre collective accompagnée d’une très bonne bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Fol S., Miot Y., Vignal C. (dir.), 2014, Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 255 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 09 mars 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26828

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page