Navigation – Plan du site
2006
355

L’ambulantage : Représentations du commerce ambulant ou informel et métropolisation

Ambulantism : Representation of Informal or Street Trade and Metropolization
Jérôme Monnet

Résumés

Les représentations sociales font du commerce dit ambulant, informel ou de rue un ensemble flou d’activités liées à l’illégalité, à l’archaïsme et au sous-développement. En première partie, une cybergéographie de ces représentations présente les trois identifications dominantes de ce type de commerce et différencie des approches selon que l’on s’exprime en anglais ou en français et en espagnol. Cependant, elles ont en commun de marginaliser le commerce ambulant, et en particulier de ne pas corréler son existence aux mutations de la vie urbaine ; c’est dans cette perspective que la seconde partie explore les relations que l’on peut établir entre ce qu’il est proposé d’appeler « ambulantage » et les mobilités métropolitaines contemporaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : commerce et mobilité

1Le commerce est fondamentalement lié à la mobilité, car cette activité implique soit d’apporter un bien au client susceptible de l’acheter, soit d’amener le consommateur final jusqu’à un espace qui expose les produits à vendre. Les espaces de flux et de croisement sont privilégiés par les implantations marchandes et, symétriquement, les concentrations commerciales génèrent d’importantes circulations. Depuis la Révolution industrielle, et en particulier depuis la fin du 19ème siècle, la géographie commerciale des villes s’est de plus en plus organisée autour du déplacement du consommateur, l’apogée de cette évolution semblant marquée par l’invention et la diffusion massive dans la seconde moitié du 20ème siècle du centre commercial ou de l’hypermarché. Ces grandes surfaces de vente entourées de parcs de stationnement pour les véhicules individuels de leurs clients, ont été installées à proximité d’importants axes routiers ou de carrefours, souvent à l’interface entre l’agglomération urbaine et son aire de chalandise régionale ; l’organisation de ces établissements tout comme leur architecture renvoie à une conception fonctionnaliste de la ville et du consommateur.

2Depuis la fin du 20ème siècle, on observe cependant une nouvelle tendance au développement des services de livraison à domicile, les géants de la grande distribution tout comme les petites entreprises de proximité proposant de plus en plus à leurs clients de leur apporter leurs courses. Désormais, certains distributeurs n’opèrent plus que par Internet, et n’ont donc pas d’établissements de vente au public. Cette évolution récente renoue vaguement avec l’antique pratique du porte à porte, lorsque des marchands ambulants sillonnaient les villes et les campagnes pour atteindre directement les consommateurs à demeure. En dehors des éventaires des halles, ou des échoppes d’artisans qui vendaient leur production réalisée sur place, une autre pratique commerciale très ancienne consistait à vendre des produits dans l’espace public, aux passants : les transactions se déroulaient à la criée, aux carrefours, la rencontre entre le vendeur et le consommateur étant une opportunité à saisir par l’un et/ou par l’autre.

3Cette forme de vente ambulante est toujours présente dans la plupart des villes du monde, depuis le petit camelot à la sauvette jusqu’à la caravane spécialement aménagée pour vendre des gaufres ou des frites, en passant par les chariots des marchands de glaces. Mais, alors qu’il est relativement marginal dans les villes des pays les plus riches, ce type de distribution marchande prend un caractère massif dans les villes des pays pauvres.

  • 1  Les analyses présentées ici s’appuient sur les travaux du réseau international de chercheurs « Amb (...)

4Le propos de cet article est d’analyser les représentations sociales existantes d’un secteur d’activité, et d’en proposer une nouvelle conceptualisation. Les propositions avancées ici s’appuient sur des recherches de terrain menées systématiquement à Mexico et plus ponctuellement dans d’autres villes d’Amérique latine,1 ainsi que sur des observations préliminaires à Paris ; pour décrire ces recherches, nous renvoyons à d’autres publications (Commerce et mobilités urbaines à l’heure de la métropolisation, 2005 ; Monnet, 2005, 2006 ; Monnet & Bonnafé, 2005).

5Nous verrons dans une première partie comment sont structurées les représentations du commerce dit informel, ambulant ou de rue. Sur le constat que ces représentations tendent à « réduire » ce secteur d’activité à l’archaïsme, à l’illégalité et au sous-développement, nous proposerons dans la deuxième partie d’utiliser un néologisme, « ambulantage », pour rendre compte des relations que ce commerce entretient avec la mobilité des citadins et, en conséquence, avec les conditions de la métropolisation contemporaine.

Commerce de rue, ambulant ou informel ?

6Le commerce ambulant est aujourd’hui identifié dans les représentations sociales (y compris médiatiques, scientifiques ou politiques) principalement de trois façons, qui correspondent à des manières bien différentes de représenter, d’expliquer ou d’agir sur une réalité multiforme: comme secteur (ou économie) informel(le); comme vente ambulante; comme commerce sur la voie publique.

7Afin d’illustrer l’importance respective de ces trois identifications, explorons maintenant le monde des sites web en anglais, espagnol et français. Il s’agit de mettre en œuvre une géographie des représentations (Bailly, 1992), telle qu’elle a pu être appliquée aux romans, à la presse ou aux réglementations d’urbanisme (Monnet, 1993, 1995), en considérant que la Toile mondiale est autant qu’un autre média un espace de production et de circulation de significations, et donc d’énoncés performatifs qui organisent notre action sur le monde (Bourdieu, 1982 ; Ledrut, 1973).

Une cybergéographie des représentations : conditions et limites

  • 2  Merci à Hugo Monnet-Darras de son aide dans l’inventaire des occurrences et le traitement des donn (...)

8En utilisant le moteur de recherche “Google” (www.google.com), j’ai mené une recherche sur les expressions récurrentes dans les pages web2, en associant systématiquement certains substantifs liés au commerce ou à la vente avec une gamme limitée d’adjectifs ou compléments (informel, ambulant, “de rue”), dans trois langues (anglais, français, espagnol). Par exemple : « street vending » en anglais, « marchands de rue » en français, « comercio informal » en espagnol.

9Cet exercice présente certaines limites :

  • Le poids relatif de chaque langue est différent selon qu’on se réfère au nombre de locuteurs effectifs, à l’utilisation de cette langue sur le web, ou à la fréquence d’usage d’un vocabulaire particulier comme celui qui nous intéresse ici. Ainsi, selon Ethnologue (1996), l’espagnol est la langue d’usage quotidien d’un plus grand nombre de personnes (358 millions) que l’anglais (322 millions), alors que les sites recensés dans notre étude sont quatre fois plus nombreux en anglais qu’en espagnol. Le français est de son côté dix fois moins présent que l’anglais dans les sites web étudiés, alors que ses locuteurs quotidiens (77 millions) sont « seulement » 4,5 fois moins nombreux que ceux des deux autres langues. Sans nous y arrêter, évoquons certaines des variables qui expliquent la surreprésentation de l’anglais, comme le taux d’accès aux nouvelles technologies d’information-communication, le recours massif à l’anglais comme langue scientifique, administrative ou médiatique. Pour contourner le biais de la surreprésentation de l’anglais dans la cybergéographie du Monde, nous comparerons ici essentiellement les proportions d’occurrences dans une même langue et d’une langue à l’autre, et non les volumes absolus.

  • Une autre limite tient à la linguistique et à la sémantique. D’une part, l’anglais est plus riche en vocabulaire banal pour les activités commerciales et les vendeurs (à partir des cinq racines de commerce, trade, vending, sales, merchants) que les deux autres langues (commerce et vente en espagnol, auxquels s’ajoute marchand en français). D’autre part, la façon de construire les compléments permet à l’anglais d’associer “street” à une grande variété de substantifs, alors que le français est plus limité dans la construction d’expressions avec le complément “de rue” ; en espagnol, l’adjectif “callejero/a” peut être assez souplement associé à un certain nombre de substantifs. L’analyse présentée ici n’explore pas ces dimensions, qui pourraient donner lieu à d’autres approches plus franchement linguistiques.

  • Une autre étude pourrait sans doute mesurer la variation qu’introduit la publication sur le web par rapport à l’ensemble des publications, pour préciser dans quelles conditions une analyse des discours rencontrés sur le web est extrapolable à l’ensemble des discours. Enfin, il faut prêter attention aux biais introduits par le mécanisme même du moteur de recherche « Google », tels qu’ils ont été décrits par exemple par Jean Véronis (2005).

10Malgré ces limites, les résultats de la recherche sur Google sont intéressants, car ils montrent des points de convergence et de divergence frappants dans les occurrences, qui sont cohérents avec des informations en provenance d’autres sources. Au-delà des résultats concernant la géographie des représentations du commerce qui est ici notre objet, on obtient aussi des indications suggestives sur les différentiations spatialisées des langues.

Les identifications du commerce informel, ambulant ou de rue sur la Toile mondiale

11La prépondérance de l’informalité est frappante dans les trois langues, puisqu’elle représente les 2/3 des occurrences en français (Tableau A1) et la moitié en anglais (Tableau A2) et en espagnol (Tableau A3). Cela s’applique essentiellement à « l’économie informelle », ou à un « secteur informel » de l’économie (comme l’anglais et le français préfèrent nettement le dire). Quand il ne s’agit plus de qualifier un vaste et hétérogène « secteur », mais plus précisément l’activité d’échange (trade, trading, comercio) ou de vente (venta, sales, vending) et ses acteurs, les préférences divergent significativement : alors que la seconde identification la plus fréquente en espagnol désigne les “vendedores ambulantes” et la troisième en français les “marchands ambulants”, l’anglais préfère les appeler “street vendors”.

Tableau A : Identifications du commerce informel, ambulant ou de rue sur la Toile mondiale

  • 3  La recherche par « expression exacte » est une fonction de la « recherche avancée » de Google qui (...)

(nombre de pages web identifiées avec « Google » par « expression exacte »3, mai 2005).

12En règle générale, en cumulant toutes les expressions (Tableau B), ce type de commerce et de commerçant sont identifiés en anglais par leur lieu d’exercice (la rue, dans plus de 50% des occurrences), tandis qu’ils le sont par leur caractère mobile (ambulant) en espagnol (40%) et en français (30%). En résumé, alors que le français accorde une forte prépondérance à l’informalité qui identifie un secteur économique, c’est cependant le caractère ambulant qui l’emporte quand il s’agit de qualifier le commerce et ses acteurs (vendeurs, commerçants ou marchands). Il en va de même pour l’espagnol, l’informalité restant de peu l’identification majoritaire. En anglais, cette dichotomie sépare de façon presque égale les occurrences de l’informalité et celles de la rue.

Tableau B :Comparaison : en proportion d’occurrences dans chaque langue

13Cette première analyse à l’échelle mondiale peut être affinée à l’échelle d’une seule et même langue, qui connaît d’importantes variations nationales et régionales.

Les variations des occurrences entre le web de langue espagnole et le Mexique

14En limitant la recherche détaillée par « expression exacte » à la langue espagnole (Tableau C), on obtient des résultats supplémentaires. Les expressions retenues ici ont été compilées au cours de nos recherches lors d’entretiens avec des chercheurs ou de lecture de la presse locale. Dans trois villes latino-américaines ont été relevés des termes particuliers : à Mexico (ambulantaje), Guatemala (ambulantismo) et Lima (ambulatorio). Au total, ce sont 22 expressions qui ont été recensées. Il faut souligner ici que pour simplifier l’étude des requêtes dans Google, seules les expressions au singulier ont été retenues quand il s’agit de l’activité générique (comercio, venta, economia), car elles sont rarement utilisées au pluriel. Inversement, dans le cas des acteurs (vendedores, comerciantes, etc.), seules les expressions au pluriel ont été conservées car elles sont systématiquement plus utilisées que leur version au singulier (l’exemple de « vendedor ambulante/vendedores ambulantes » a été maintenu pour montrer cette différence).

Tableau C : Détail des expressions en espagnol

(nombre de pages identifiées avec « Google » par « expression exacte », mai 2005)

15Conformément à ce que nous avons déjà vu, les sept plus importantes expressions (entre près de 10 000 et plus de 75 000 occurrences) se réfèrent autant à l’activité (vente, commerce) qu’aux acteurs (vendeurs, commerçants), qui sont tous essentiellement identifiés comme « informel » ou « ambulant », ces deux termes apparaissant ainsi comme des substituts l’un de l’autre en espagnol. Il faut atteindre le huitième rang pour que l’identification par la rue apparaisse (vendedores callejeros), et le neuvième pour que le premier substantif générique apparaisse, le terme mexicain « ambulantaje », avec plus de 7000 occurrences chacun.

16Cette hiérarchie se trouve sensiblement modifiée si l’on calcule la proportion de sites mexicains dans le total des sites identifiés par « Google » par « expression exacte » en espagnol. Il ne faut prendre ces résultats que comme des indications, étant donné que la reconnaissance de la « nationalité » des sites par Google est approximative. Cependant, apparaissent des ordres de grandeur significatifs.

17Les références à la voie publique sont constituées à plus de 50% voire 90% de citations de sites mexicains. Cela s’explique aisément par le fait que ces expressions sont utilisées presque exclusivement par le langage administratif mexicain (lois et règlements ou discours politiques). De même, le fait que les ¾ des occurrences de « Ambulantaje » proviennent de sites mexicains s’explique facilement par le fait que ce terme est un mexicanisme (RAE, 2001 ; Steel, 2000).

18Ce tour d’horizon cybergéographique a permis de vérifier d’une part la prédominance du paradigme de l’informalité pour désigner un secteur de l’économie dans les trois langues et, d’autre part, que l’attribut « street », qui domine en anglais dans plus de la moitié des cas, trouve sa traduction dans l’adjectif « ambulant » en espagnol et en français, lorsqu’il s’agit d’identifier les acteurs de cette économie,. L’identification de ce secteur et de ses acteurs est donc incertaine et changeante, ce qui résulte sans doute du caractère intrinsèquement « fluide et flou » (Monnet, 2001) du commerce dit informel, ambulant ou de rue.

Trois approches différentes pour une même activité ?

19La prédominance de l’identification d’une activité économique par son caractère informel se vérifie dans la littérature scientifique, qui voit dans le commerce informel la face visible d’un secteur de l’économie dit non régulé, non déclaré, non enregistré, ou souterrain, marginal, voire illégal, parfois appelé marché noir, antinomique de l’économie formelle. Cette dichotomie a été illustrée par Milton Santos (1975) qui opposait « les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés » de la façon suivante :

20Comme l’explique Bruno Lautier (2004), l’usage courant de l’expression « secteur informel » implique, à tort, de considérer l’informalité comme un secteur à part dans l’économie, alors que c’est une composante de la plupart des relations économiques. C’est pour cette raison que M.Santos insistait sur l’interdépendance des circuits « supérieur » et « inférieur » de l’économie. La conceptualisation de l’informalité résulte initialement des efforts des économistes eux-mêmes pour analyser et évaluer un pan de l’économie des pays et des ménages dont l’importance s’avère immense pour comprendre comment se reproduisent des sociétés entières, en particulier dans les pays pauvres, mais qui échappe aux instruments de mesure de l’économie dite formelle (inscription aux registres fiscaux ou autres, recensements).

  • 4 « Conferencia de prensa del jefe de Gobierno del Distrito Federal, Andrés Manuel López Obrador, en (...)

21L’économiste Hernando de Soto (1986) est devenu célèbre en soutenant que les excès de réglementation du secteur formel, en bridant l’esprit d’initiative et d’entreprise, obligent les “petits” acteurs économiques à jouer en dehors des règles tandis que les grands ont les moyens soit de les contourner, soit de négocier des arrangements formels, soit de se délocaliser. De son côté, John Cross (2005) souligne que toute la société est bénéficiaire de l’informalité, depuis les populations les plus pauvres qui y trouvent non seulement un emploi mais aussi un approvisionnement, jusqu’aux plus riches qui s’y fournissent en main d’œuvre domestique non déclarée. Il existe aussi une vulgate politico-médiatique qui fait de l’économie informelle une réponse aux crises ou aux rigidités de l’économie formelle: le secteur informel serait celui où l’on peut créer son propre emploi pour éviter le chômage qui frapperait le secteur formel, “soupape de sécurité” face à la pauvreté comme a dit le gouverneur de Mexico4, après bien d’autres experts et gouvernants (BIT, 2000 : 20-21).

  • 5  Par exemple, Labordoc, la base de données de la Bibliothèque de l’Organisation Internationale du T (...)

22Cependant, à côté des représentations de l’informalité qui dominent la littérature scientifique ou technique internationale5, les représentations médiatiques mettent en avant le commerce dit « ambulant ». Cela fait porter l’attention sur un aspect visible, élément de l’expérience commune des citadins dans diverses régions du monde : on oppose ainsi les marchands reconnaissables à la mobilité de leur dispositif de vente (chariots, roulottes, étals, etc.), aux commerces considérés comme « établis », c’est-à-dire les boutiques et magasins caractérisés par leur permanence et leurs dispositifs fixes de gestion de l’interface public/privé (vitrines, portes, rideaux, etc.). C’est dans ce registre « ambulant » que s’inscrit le « colportage » traditionnel et sur lequel nous reviendrons. Enfin, dans les réglementations (urbanistiques ou autres, au Mexique comme en France), c’est le fait que le vendeur réalise l’acte de vente dans l’espace public qui semble importer d’abord, et non sa mobilité ou son informalité. C’est cette identification qui permet au droit français de différencier le colportage (« la distribution sur la voie publique ») d’autres formes de distribution, comme nous le verrons plus loin.

23C’est dans ce contexte que je propose le néologisme « ambulantage » pour conceptualiser l’espace instable des transactions et des interactions entre des vendeurs et des clients ambulants.

Du colportage à l’ambulantage : une évolution liee aux mutations urbaines ?

  • 6 “México. Actividad del vendedor ambulante” (RAE 2001).

24Le terme « Ambulantaje » est défini comme suit par le Dictionnaire de l’Académie Royale Espagnole : “Masculin. Mexique. Activité du vendeur ambulant”.6 Je propose d’adapter ce terme en français avec la graphie « Ambulantage », ce qui est phonétiquement et sémantiquement cohérent avec “colportage”, le terme le plus couramment utilisé dans le français quotidien pour désigner l’activité du vendeur ambulant (Tableau D).

Tableau D : Détail des expressions en français

  • 7  Les résultats diffèrent entre les tableaux A1 et C car ils ont été obtenus à 6 mois d’intervalle. (...)

(nombre de pages identifiées avec « Google » par « expression exacte », 8 novembre 20057).

25Le terme « colportage » (“Action de colporter, métier du colporteur”) remonte à 1723, mais c’est dès le début du 16e siècle que seraient fixés en français les termes “colporteur” (1533) et “colporter” (1539):

  • Colporteur: “1. (…) Marchand ambulant qui vend ses marchandises de porte en porte. - 2. Camelot. Colporteur qui parcourt les campagnes, va de ville en ville. Colporteur d'articles de mercerie, de toiles, de livres”;

  • Colporter: “1. Transporter avec soi (des marchandises) pour vendre. Colporter son bagage sur le dos, sur une petite voiture. Colporter des marchandises, des livres” (Le Grand Robert, 1997).

26Pourquoi ne pas traduire simplement le mexicain “ambulantaje” par le français “colportage”, puisque dans les deux cas les définitions des dictionnaires semblent s’accorder pour en faire l’activité du vendeur ou marchand ambulant ? Pour justifier que l’on recoure plutôt à l’innovation lexicale, je propose trois raisons.

Du colportage antique à l’ambulantage contemporain

27La première raison est d’ordre historique. Le colportage est un « métier oublié », qui renvoie essentiellement à une activité du passé préindustriel en France, celle d’un « gagne-petit », vendeur isolé distribuant des biens en petites quantités (Berrouet & Laurendon, 2001 : 82). Dans cette acception, la traduction de “colporteur” est “buhonero” en espagnol et « hawker » ou « peddler/pedlar » en anglais.

  • 8  « Reglamento de Ambulantaje, Puestos semifijos y Mercados sobre ruedas para el Municipio de Playas (...)

28De son côté, “ambulantaje” est un terme mexicain actuel, qui renvoie à la présence massive dans les rues des métropoles, de milliers de vendeurs qui installent quotidiennement leur stand de vente de restauration alimentaire rapide ou de produits associés à la globalisation et à la consommation de masse (montres, disques, étuis de téléphone…), souvent “pirates” (issus de la contrebande, de la contrefaçon ou du marché noir). Dès 1989, le commerce ambulant était un thème obsessif dans la presse de Mexico et le terme“ambulantaje” était d’usage courant (Monnet, 1993, 1995). Dans le grand quotidien Reforma, entre le 30 novembre 2002 et le 12 juin 2005, on peut compter 500 articles où est apparu le terme, soit une fois tous les deux jours en moyenne (http://www.reforma.com [12.VI.2005]). Des textes législatifs et juridiques officialisent le terme, comme le “Règlement concernant l’ambulantage, les stands démontables et les marchés de plein air pour la municipalité de Playas de Rosarito”, publié en 1998 au Journal Officiel de l’état fédéré de Basse Californie.8

  • 9  Dans ce corpus, les 32 références à « ambulantaje » sont mexicaines. Cf. Real Academia Española: B (...)

29La reconnaissance de “ambulantaje” hors du Mexique est récente. Alors qu’il n’était pas encore intégré dans la première édition du “Dictionnaire de l’espagnol usuel au Mexique” (Diccionario del Español Usual en México) en 1996, il est mentionné dans le Corpus de Référence de l’Espagnol Actuel (RAE : CREA)9 à partir de la même année. Il faut attendre 2001 pour que le mot fasse son entrée dans le dictionnaire de l’Académie royale espagnole.

Diffusion des idées ou service aux voyageurs ?

30La deuxième raison de choisir « ambulantage » tient à une acception contemporaine du terme “colportage” en français, strictement liée à la diffusion des écrits et des idées. Dans les “questions fréquentes” du portail de l’administration française (www.service-public.fr) consacrées aux professionnels et aux entreprises, à la question « Qu’est-ce que le colportage? », la réponse de l’administration publique est :

  • 10  Textes légaux de référence de cette réponse : loi du 29 juillet 1881, loi du 03 janvier 1991 et ar (...)

“le colportage est la distribution sur la voie publique ou dans tout autre lieu public ou privé, d’écrits de toute nature ou d’images : livres, brochures, journaux, gravures, photographies, cartes postales illustrées. […] Le colportage occasionnel, par exemple la distribution d’écrits électoraux ou de tracts à l’occasion d’une manifestation, n’est pas soumis à déclaration”.10

31Il est intéressant de constater que la définition légale du colportage réduit les objets “colportables” aux écrits et aux images, qui ne sont pas nécessairement vendus mais peuvent être distribués gratuitement, dans un espace qui n’est pas défini “de porte en porte” ou “de ville en ville”, mais comme “voie publique”.

32On peut sans doute expliquer cette réduction du colportage aux écrits et aux images grâce à l’histoire particulière de la distribution ambulante des livres et des imprimés, qui a joué un grand rôle non seulement dans la diffusion des écrits (par exemple la Bibliothèque de Troyes au 18e siècle) mais aussi dans celle des idées, le colporteur étant aussi celui qui diffusait des nouvelles : « on le disait particulièrement des crieurs de gazettes, d’édits et autres feuilles volantes, qui étaient nouvelles et d’un prompt débit » (Berrouet & Laurendon, 2001 : 48-50). Cet acception a donné lieu à la deuxième définition présente dans les dictionnaires:

  • Colporteur: “2. (Figuré). Un colporteur de nouvelles, celui qui propage les nouvelles autour de lui. Elle est très bavarde; c'est une terrible colporteuse de cancans. Des colporteurs d'idées, de doctrines.”

  • Colporter: “2. Transmettre (une information) à de nombreuses personnes (souvent péjoratif). - Divulguer, propager, rapporter, répandre. Colporter une nouvelle, une histoire scandaleuse, la raconter à l'un et à l'autre. Colporter de faux bruits, des cancans” (Le Grand Robert 1997).

33Or, le phénomène que nous souhaitons conceptualiser avec le terme d’ambulantage ne renvoie pas seulement à la divulgation des idées, mais plus généralement à la diffusion de produits de consommation de masse ou de services rendus et de biens, offerts en cours de déplacement aux voyageurs du quotidien.

Métropolisation et transactions ambulantes

34En effet, la troisième raison de préférer ambulantage à colportage est que ce dernier terme désigne exclusivement l’activité du vendeur, de celui qui colporte, quelque soit le nom qu’on lui donne. En revanche, je propose de considérer que l’ambulantage concerne autant le vendeur que le client, en caractérisant les conditions d’une transaction. Parler de l’ambulantage dans une ville, c’est vouloir parler d’une relation entre un vendeur et un client, c’est concentrer l’attention sur cette relation, et donc non pas seulement sur les caractéristiques du vendeur mais aussi sur la situation d’un acheteur qui ne se trouve pas dans les mêmes circonstances d’achat que dans un autre type de commerce. Et c’est bien en cela que l’ambulantage pourrait succéder au colportage, pour décrire un changement dans le recours au commerce ambulant par la clientèle. Alors que le colportage paraît caractéristique de la commercialisation préindustrielle, l’ambulantage se développerait avec la métropolisation contemporaine.

35Cette dernière est une transformation des villes dans le contexte de la globalisation, marquée par l’interdépendance croissante de chaque ville avec l’économie mondiale (approvisionnements, marchés, flux financiers, circulation de modèles de société et de consommation, cf. CES 2003) et par une croissance spatiale et démographique qui implique l’intégration fonctionnelle d’espaces relevant d’administrations différentes et donc la mise en place de nouvelles modalités de gouvernance et de coopération (Le Galès & Lorrain 2003 ; Trace 2002). Du point de vue sociologique, la métropolisation s’accompagne de la cosmopolitisation de la société citadine par des populations migrantes (travailleurs immigrés et cadres des entreprises transnationales ; cf. Capron et alii 2005) et par une individualisation des modes de vie (modèles familiaux, travail féminin, développement de l’éducation et des loisirs, diversification des pratiques de consommation et d’alimentation, cf. Ascher 1995, 2005 ; Bourdin 2005).

36La métropolisation implique « la mobilité généralisée » (Allemand et alii 2004), avec l’intensification des flux de personnes, de biens, d’idées et de la logistique (Lasserre 2000) qui explique que les dynamiques métropolitaines s’inscrivent essentiellement dans des réseaux (Derycke 1999) et que les limites urbaines en deviennent intrinsèquement indéterminées (Pumain et alii 2006 : 306). C’est pourquoi la corrélation entre les processus de métropolisation et le développement de l’ambulantage ne dépendrait pas tant de la taille des villes que des modalités et des portées des mobilités urbaines.

37L’ambulantage offre des services à la mobilité tout en créant des circuits de travail et d’approvisionnements pour les catégories sociales précaires ou exclues des marchés formels de l’emploi et de la consommation. Il ne faut donc pas réduire le commerce ambulant à une manifestation de l’informalité, d’une économie de la survie caractéristique du Tiers-Monde ou des populations immigrées illégales dans les pays riches, même si cette dimension continue d’être opératoire pour expliquer beaucoup de logiques socio-économiques. Il ne s’agit pas non plus d’en faire fondamentalement une survivance des « métiers du passé » comme nous y invite le terme « colportage », même si les actuels métiers de la rue s’inscrivent dans une longue tradition (Berrouet & Laurendon, 2001).

38Avec la mobilité généralisée, on fera l’hypothèse que la généralisation de l’ambulantage dépend autant sinon davantage de la prolifération des clients que de celle des vendeurs : il s’agit d’observer non seulement la mobilité du prestataire, mais aussi celle du consommateur dans l’espace public. Est client potentiel de l’ambulantage tout usager de l’espace public ou des transports collectifs, toute personne qui pour éviter de « perdre du temps » lors de ses déplacements à travers la métropole (aller au travail, à l’école, revenir à la maison, aller chercher les enfants, faire les courses ou du sport, rendre visite à des amis ou parents, sortir, etc.) va consommer les biens et services d’aide à la mobilité qui lui sont offerts « en chemin ».

39On peut ainsi identifier des espaces-temps caractéristiques de la transaction ambulante :

40l’aliment acheté lors d’un transfert entre deux moyens de transport (photo 1), les fleurs choisies en route vers un rendez-vous (photo 2),  un disque pirate acquis auprès d’un vendeur à la sauvette et immédiatement inséré dans un baladeur, ou une halte au carrefour pour se détendre en écoutant un musicien des rues (photo 3), un parapluie pour continuer sa voie sous la pluie, un jouet pour faire patienter un enfant fatigué ou bien une carte de recharge téléphonique pour continuer à communiquer pendant le trajet (photo 4),  un journal pour s’informer jusqu’à ma descente du train ou du bus.

Photo 1 : Montreuil (proche banlieue de Paris), esplanade à la sortie de la station de métro « Mairie-de-Montreuil » (juillet 2004) : caravane de vente de glaces

Les points de vente mobiles (caravane, camionnette) sont associés à une occupation temporaire de l’espace public pour une activité alimentaire qui requiert un équipement assez important (pizzas, frites, glaces, etc.). Ils sont implantés en fonction de flux temporaires (manifestation sportive, culturelle ou politique) ou saisonniers (tourisme)

Photo 2 : Paris, Station de métro Dupleix (15ème arrondissement) : vendeur de fleurs à la sauvette (avril 2005).

Ce vendeur en situation illégale joue sur les interstices et la mobilité : alors qu’il est installé dans l’espace public (ce qui lui permet de s’éclipser rapidement en cas de besoin), il vend à travers les grilles à des clients « captifs » dans l’enceinte du métro, qui peuvent profiter de la rupture de charge dans leur déplacement pour faire un achat d’opportunité.

Photo 3 : Paris, carrefour de Saint-Germain des Prés (6ème arrondissement) : musiciens de rue et kiosque à crêpes (avril 2005).

Les kiosques et les musiciens font partie des formes « légitimes » du commerce ambulant dans de nombreuses villes ; les premiers, implantés dans les carrefours centraux ou dans les espaces de transit (gares, etc.), sont souvent des points de distribution de presse ou de restauration rapide ; les seconds sont tolérés dans les espaces touristiques, les rues piétonnes, et parfois dans les transports en commun.

Photo 4 : Mexico, carrefour des avenues Horacio et Ferrocarril de Cuernavaca (Polanco) : les vendeurs aux feux rouges (avril 2004).

Des vendeurs informels comme formels profitent de l’arrêt des automobilistes aux feux rouges pour leur proposer une vaste gamme de produits : billets de loterie (au premier plan), cartes de recharge pour téléphones mobiles (au deuxième plan, dans l’uniforme jaune de l’entreprise Telcel) et poupées en peluche inspirées de personnages de séries télévisées (troisième plan).

41Le voyageur du quotidien est donc un client ambulant potentiel, différent en cela du consommateur qui se rend à un endroit déterminé pour y satisfaire une demande particulière (magasins ou marchés, généralement fréquentés avec une intention précise). Le client ambulant ne se révèle que dans l’opportunité d’un achat, au cours de l’un de ses trajets, même si cet achat opportuniste peut devenir routinier (on peut par exemple être un « habitué » du même vendeur, cf. Akbar, 2005). Les lieux de l’ambulantage sont par définition ceux où le voyageur peut être atteint par le vendeur, les gares, les aéroports, les stations de métro, les arrêts de bus, les feux rouges, les passerelles, les escaliers : les espaces de rupture de charge ou d’intermodalité, les interfaces et interstices qui sont favorisés par les entreprises de communication comme par les acteurs du secteur informel (Monnet, 2006).

42On peut donc conceptualiser l’ambulantage comme un secteur de services (plus ou moins) ambulants destinés à des clients ambulants, ou bien, encore plus précisément, comme le secteur des services à la mobilité de clients ambulants dans un espace de circulation publique (y compris dans l’espace des transports collectifs ou dans des espaces de statut privé comme des centres commerciaux, des hôpitaux etc.). Dans cette acception, le livreur de pizzas ou du supermarché ne participent pas à l’ambulantage, pas plus que le balayeur qui nettoie la rue ou le policier qui règle la circulation, ou la péripatéticienne qui arpente le trottoir. En revanche, le commerce « fixe » qui installe des dispositifs mobiles de vente aux passants, comme nombre de boulangeries, sandwicheries et d’autres commerces (photo 5), relève de l’ambulantage dans la mesure où il permet une transaction « ambulante », un achat « en chemin ».

Photo 5 : Paris, rue Montorgueil (2ème arrondissement) : Présentoirs de cartes postales et comptoir mobile de glace dépendant d’un magasin (avril 2005).

Les commerces établis font aussi de l’ambulantage, en déployant des dispositifs de vente dans l’espace public afin de servir rapidement les clients de passage et pour ralentir les passants afin de les attirer vers les vitrines ou à l’intérieur du magasin.

43Pour observer l’ambulantage, il ne s’agit donc pas de prédéfinir des espaces commerciaux spécialisés, d’attribuer une identité spécifique à certains vendeurs, ni de qualifier juridiquement ou statistiquement un secteur d’activité. Prendre l’ambulantage au sérieux, implique de comprendre que la mobilité crée la possibilité pour tout lieu et tout passant de se transformer en espace-temps et en acteur d’une transaction.

Conclusion : ambulantage et représentations des mobilités métropolitaines

44L’adoption en français du terme mexicain ambulantage s’appuie sur l’hypothèse que la métropolisation entraîne une intensification des mobilités (des personnes, des biens et des informations) et un développement concomitant des services à la mobilité. Des trois grands champs d’identification du commerce dit de rue, ambulant ou informel, il semble donc que c’est celui qui insiste sur la mobilité qui est le plus pertinent pour rendre compte d’une évolution des activités commerciales en ville. La nouveauté qu’essaye de symboliser le néologisme, c’est l’attention croissante qu’il faudrait accorder, non pas seulement au marchand de rue ou vendeur informel, mais aussi, voire surtout, au client ambulant.

45Il ne s’agit pas ici de déplacer une limite, comme celles qui séparent habituellement tous les dispositifs de vente mobile et les ventes réalisées dans un établissement fixe, le secteur informel et le secteur formel, ou encore la transaction traditionnelle et la transaction moderne. Le propos est plutôt de montrer que ces limites ont un caractère aussi flou et fluide que celui des situations sociales, urbaines et marchandes que nous observons. L’ambulantage est un objet d’étude qui implique un double défi : conduire l’analyse géographique là où les théories dominantes sont issues de l’économie et de la science politique, tout en rénovant nos conceptions de l’espace pour pouvoir observer les situations et les interactions qui sont constitutives de notre milieu de vie.

46L’ambulantage s’observera où il y a des piétons, des transports collectifs, des ruptures de charge et de l’intermodalité, davantage que dans les espaces les plus monofonctionnels dédiés à la circulation automobile individuelle. Au-delà de la pauvreté et de l’informalité, c’est donc peut-être aussi parce que le véhicule particulier y est moins répandu que le commerce ambulant est plus présent dans les pays les plus pauvres. Pour les mêmes raisons, l’ambulantage caractérisera davantage les espaces centraux et complexes que les autres espaces urbains. Si nous parvenons à démontrer une relation entre l’intensification des mobilités métropolitaines et la croissance de l’ambulantage, compris comme transaction où le vendeur et/ou le client sont ambulants, alors nous pourrons prévoir que le commerce ambulant est destiné à prendre plus de place dans les espaces de circulation, d’attente et de correspondance.

47Au-delà de l’enjeu scientifique de production de connaissances, ce pronostic signale des enjeux de développement économique en terme d’invention de nouvelles formes de distributions, de création d’emplois et de satisfaction de besoins d’approvisionnement. D’autres enjeux concernent les politiques publiques vis à vis des services de proximité et de mobilité, ou encore les aménagements des infrastructures de transport et des espaces de circulation. Après un siècle d’urbanisme fonctionnaliste qui a séparé les fonctions de transport, de résidence, d’achat et de travail, la régulation de l’ambulantage pourrait peut-être créer des occasions d’une nouvelle association de la consommation et de la circulation.

Haut de page

Bibliographie

Allemand (Sylvain), Ascher (François) & Lévy(Jacques) (coord)., 2004. Les sens du mouvement. Modernité et mobilités dans les sociétés urbaines contemporaines. Paris: Belin/ Institut pour la Ville en Mouvement/ Colloque de Cerisy, 336 p.

Akbar (Ali), 2005. Je fais rire le monde… mais le monde me fait pleurer. Paris : Jean-Claude Gawsewitch, 280 p.

Ascher (François) :

1995. Métapolis ou l’avenir des villes. Paris : Odile Jacob, 348 p.

2005. Le Mangeur hypermoderne. Paris: Odile Jacob, 330 p.

Bailly (Antoine), 1992. « Les représentations en géographie », in : Bailly, Antoine, Ferras, Robert & Pumain. Encyclopédie de géographie. Paris: Economica, 371-383.

Berrouet (Laurence) & Laurendon(Gilles), 2001. Métiers oubliés de Paris. Dictionnaire littéraire et anecdotique. Paris: Parigramme, 160 p.

BIT, 2000. Emploi et protection sociale dans le secteur informel. Activités de l’OIT concernant le secteur informel urbain : évaluation thématique. Rapport de la Commission de l’emploi et de la politique sociale à la 277e session du Conseil d’administration du Bureau International du Travail, Genève, mars 2000, 34 p.

Bourdieu (Pierre), 1982. Ce que parler veut dire. L'économie des échanges linguistiques. Paris: Fayard, 245 p.

Bourdin (Alain), 2005. La métropole des individus. La Tour d’Aigues : éditions de l’Aube, 252 p.

Capron (G.), Cortès (G.) & Guétat-Bernard (H.), 2005. « Introduction », Liens et lieux de la mobilité. Ces autres territoires. Paris : Belin (coll. Mappemonde), 9-23

CES, 2003. Avis du Conseil économique et social, 9 avril 2003 (http://www.metropoles.org/metropole/IMG/pdf/jc_bury.pdf)

Commerce et mobilités urbaines à l’heure de la métropolisation, 2005. Séminaire scientifique international, 11-13 juillet 2005, Mexico : CEMCA/ Universidad Autónoma Metropolitana, Iztapalapa/ Universidad Iberoamericana [les actes de ce colloque vont être publiés sous plusieurs dossiers thématiques dans différentes revues scientifiques : « Ambulantage et métropolisation » (Cybergeo, www.cybergeo.presse.fr, à paraître en mars 2007) ; « Comercio y políticas públicas » (Trace, Mexico, à paraître en juin 2007) ; « Commerce et identités urbaines » (Alteridades, Mexico, date de publication non connue)]

Cross (John C.), 2005. “Las organizaciones: la política informal del ambulantaje y la democratización del Distrito Federal”. In: J. Monnet & J. Bonnafé (coords.), Memoria del Seminario “El ambulantaje en la Ciudad de México: investigaciones recientes”. México: Programa de Estudios Universitarios de la Ciudad, Universidad Nacional Autónoma de México / Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, 17 p.

De Andia (Béatrice), 2006. « Aux origines d’une révolution », in : De Andia, Béatrice & François, Caroline (dir.), Les cathédrales du commerce parisien. Grands magasins et enseignes. Paris : Action Artistique de la Ville de Paris (coll. Paris et son patrimoine), p.10-31.

De Soto (Hernando), 1986. El Otro Sendero. Lima : Editorial El Barranco [L’autre sentier. Paris: Éditions La Découverte, 1994]

Derycke (Pierre-Henri), 1999. « Comprendre les dynamiques métropolitaines », in : Lacour (Claude) & Puissant (Sylvette) (coord.), La Métropolisation. Croissance, Diversité, Fractures. Paris : Anthropos-Economica (coll. Villes), 1-19.

Diccionario del Español Usual en México, 1996. México : El Colegio de México (Centro de Estudios Lingüisticos y Literarios), 941 p.

El Universal, México, 20.I.2005: « Crece ambulantaje 53 por ciento en lo que va del sexenio » (http://www2.eluniversal.com.mx)

Ethnologue, 1996. 13e édition, Barbara F. Grimes Editor, Summer Institute of Linguistics Inc.

La Jornada, México, 21.V.2005: « Cero creación de empleo formal en el gobierno de Vicente Fox » (http://www.jornada.unam.mx/2005/may05/050521/020n1eco.php)

Lasserre (Frédéric), 2000. « Internet La fin de la géographie ? ». CYBERGEO n°141, 27/10/2000, 29 p. (http://www.cybergeo.presse.fr/)

Lautier (Bruno), 2004. L’économie informelle dans le tiers-monde, Paris: La Découverte (col. Repères), 118 p.

Le Galès (Patrick) & Lorrain (Dominique), 2003. Dossier « Gouverner les très grandes métropoles », Revue française d'administration publique n°107.

Le Grand Robert de la langue française, 1997. Dictionnaire alphabétique et analogique. Paris : Le Robert (CD-ROM).

Ledrut (Raymond), 1973. « Significations, paroles, images ». Les images de la ville. Paris : Anthropos, p.11-37.

Monnet (Jérôme) :

1993. La parabole de Mexico. Usages et images du centre historique de Mexico. Paris: Nathan (Essais & Recherches).

1995. Usos e imágenes del Centro Histórico de la ciudad de México. México D.F. : DDF/CEMCA, 1995, 372 p.

2001. « Pour une géographie du fluide et du flou ». La Géographie. Acta Geographica, hors-série (n°1502 bis), 2001/II, p.89-94(Paris : Société de Géographie)

2005. “Ambulantaje y metropolización: nuevas preguntas para la inclusión social”. Summa de Voluntades, n°5, 36-43 (Sevilla, España: Junta de Andalucía) [http://www.voluntariadosocial.info/documentos/5_10.pdf]

2006. “Le commerce de rue, ambulant ou informel et ses rapports avec la métropolisation : une proposition de modélisation ». Autrepart n°39, 3/2006 (Paris : IRD)

Monnet (Jérôme) & Bonnafé (Juliette) (coord)., 2005. Memoria del Seminario: El ambulantaje en la Ciudad de México. Investigaciones recientes. Mexico: Programa de Estudios Universitarios de la Ciudad, Universidad Nacional Autónoma de México / Centro Francés de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CD-ROM).

PUMAIN (Denise), PAQUOT (Thierry) & KLEINSCHMAGER (Richard), 2006. Dictionnaire La ville et l’urbain. Paris : Anthropos-Economica (coll. Villes), 320 p.

RAE, 2001. Diccionario de la lengua española, 22a edición, Real Academia Española, <http://www.rae.es> [15.VI.2005].

SANTOS (Milton), 1975. L’espace partagé. Les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés. Paris : éditions M.-Th. Génin, 405 p.

STEEL (Brian), 2000. « Ambulantaje », in : Muestra : Breve Diccionario Ejemplificado de Mexicanismos. <http://www.briansteel.net/articsylibros/bdemsamp1ab.htm> [08.XI.2005]

Trace (n°42), 2002. « Experiencia Metropolitana y Ciudadania » (Mexico : Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos).

Véronis (Jean), 2005. « Web : le mystère des pages manquantes de Google résolu », Technologies du langage, 08 février 2005 <http://aixtal.blogspot.com/2005/02/web-le mystre-des-pages-manquantes-de.html> [15.VI.2005]

Haut de page

Notes

1  Les analyses présentées ici s’appuient sur les travaux du réseau international de chercheurs « Ambulantage entre Local et Global », mis en place par le Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines (CEMCA, Mexico) avec l’appui du Ministère français des Affaires étrangères.

2  Merci à Hugo Monnet-Darras de son aide dans l’inventaire des occurrences et le traitement des données.

3  La recherche par « expression exacte » est une fonction de la « recherche avancée » de Google qui permet de ne publier que les pages web où apparaît exactement l’expression recherchée.

4 « Conferencia de prensa del jefe de Gobierno del Distrito Federal, Andrés Manuel López Obrador, en la Sala de Prensa Francisco Zarco, antes de la reunión del Gabinete de Gobierno y Seguridad, en el Antiguo Palacio del Ayuntamiento », 01.VI.2005 (http://www.comsoc.df.gob.mx/noticias/conferenciasj.html?id=749312).

5  Par exemple, Labordoc, la base de données de la Bibliothèque de l’Organisation Internationale du Travail (http://labordoc.ilo.org/) recense infiniment plus de références à l’informalité qu’au caractère ambulant du commerce ou à sa localisation dans la rue.

6 “México. Actividad del vendedor ambulante” (RAE 2001).

7  Les résultats diffèrent entre les tableaux A1 et C car ils ont été obtenus à 6 mois d’intervalle. Plus qu’à une inflation du nombre effectif de sites, le triplement des réponses peut être imputée à des modifications du moteur Google, qui présente plus de fois la même page. Le tableau ci-dessous montre néanmoins que les rapports de proportion sont approximativement conservés d’une période à l’autre :

Image6

8  « Reglamento de Ambulantaje, Puestos semifijos y Mercados sobre ruedas para el Municipio de Playas de Rosarito, B.C. Publicado en el Periódico Oficial N°48, de fecha 27 de noviembre de 1998, tomo CV » : http://www.congresobc.gob.mx/reglamentacion/municipal/Rosarito/
Reglamentacion/Reg_de_Ambulantaje__Puestos_Se/reg_de_ambulantaje__puestos_se.html [15.VI.2005]

9  Dans ce corpus, les 32 références à « ambulantaje » sont mexicaines. Cf. Real Academia Española: Banco de datos (CREA) [en línea]. Corpus de referencia del español actual. <http://www.rae.es> [15.VI.2005]

10  Textes légaux de référence de cette réponse : loi du 29 juillet 1881, loi du 03 janvier 1991 et article L 2212-2 du code général des collectivités territoriales [http://vosdroits.service-public.fr/professionnels/F1834.html [15.VI.2005]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Monnet, « L’ambulantage : Représentations du commerce ambulant ou informel et métropolisation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 355, mis en ligne le 17 octobre 2006, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/2683 ; DOI : 10.4000/cybergeo.2683

Haut de page

Auteur

Jérôme Monnet

Professeur de l’Université de Toulouse-Le Mirail, en délégation auprès de l’Institut Français d’Urbanisme (Université Paris-8)jerome.monnet@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page