Navigation – Plan du site
2015

Débarre S. (dir), 2014, Géographies entre France et Allemagne - Acteurs, notions et pratiques (fin XIXe siècle - milieu XXe siècle), Revue Germanique Internationale, No.20, 212 p.

Federico Ferretti

Texte intégral

1Ce numéro spécial de la Revue Germanique Internationale est issu d’une série de rencontres entre chercheurs de l’équipe EHGO (Épistémologie et Histoire de la Géographie, UMR Géographie-cités) et de l’équipe Theorie, Methodik und Geschichte der Geographie de l’Institut für Länderkunde de Leipzig, dans le cadre du Programme Procope « Géographie allemande, géographie française : histoire croisée ».

2Dans l’introduction, Ségolène Débarre évoque la longue tradition des échanges franco-allemands en géographie, à partir des années parisiennes d’Alexander von Humboldt et d’un Élisée Reclus « passeur » de la géographie de Carl Ritter (Ritter, 1859). En s’inspirant de l’idée bourdieusienne de « circulation internationale des idées » (p. 5), l’auteure insiste sur le fait que ces passages interculturels ont gardé une certaine continuité malgré les relations troubles qui ont caractérisé l’histoire politique des deux pays entre le 19e et le 20e siècle. Les participants ont d’ailleurs délibérément choisi de limiter leur travail aux géographes « universitaires » et donc à une période qui commence à la fin du 19e siècle, lorsque la géographie fait son entrée dans les universités. Du point de vue méthodologique, S. Débarre expose une série de problèmes de définition et de traduction que les auteurs de ce travail ont dû prendre en compte. Par exemple, si en français le mot « géographie » est généralement accepté pour définir toute la discipline, en allemand les définitions et les nuances sémantiques sont plus compliquées. « Alors que les termes d’Erdkunde ou d’Erdbeschreibung tombent, à cette époque, en désuétude, celui de Geographie est réservé à l’enseignement primaire et secondaire sauf lorsqu’il est adjectivé, comme pour la Wirtschaftsgeographie, l’Anthropogeographie, la politische Geographie ou encore la Kolonialgeographie » (p. 6), sans oublier les différentes définitions de géographie régionale telles que Heimatkunde, Länderkunde ou Landschaftskunde.

3De même, les différences d’organisation institutionnelle entre Allemagne et France sont prises en compte par les auteurs qui soulignent en conséquence « l’importance de la question des transferts et de l’ambiguïté des importations mêlant arguments scientifiques et rationalité politique » (p. 7). Les difficultés des passages culturels avaient déjà été abordées dans la même revue (Robic, 2013).

4Parmi les différents cadres conceptuels évoqués directement ou indirectement (histoire globale, histoire comparée, histoire croisée, transnational turn), les auteurs adoptent « une approche transnationale, dans la mesure où les faits, les acteurs et les objets considérés conservent une inscription nationale particulière » (p. 9), en valorisant donc le rôle que les lieux et les cultures jouent dans la construction des pratiques scientifiques, ainsi que la « pluralité des approches permettant de penser la fabrique transnationale de la géographie » (p. 11-12).

5L’essai de Marie-Claire Robic, intitulé « La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914) », fait état d’abord d’une réévaluation de la contribution du géographe allemand à la géographie humaine, longtemps déconsidérée en raison de la mauvaise renommée d’une géographie politique souvent accusée d’avoir inspiré la géopolitique nazie. Robic montre que Ratzel est non seulement une référence « incontournable pour la géographie française de l’époque » (p. 17), mais qu’il est en plus un auteur cité en dehors de la géographie, comme le démontre « sa présence mesurée mais durable dans [la production] des sociologues durkheimiens, voire aussi dans celle d’historiens proches de la géographie » (p. 19).

6Robic analyse d’abord la construction de la définition de géographie politique en France à partir de la fin du 19e siècle dans un contexte où les mots d’anthropogéographie et de géographie politique étaient presque considérés comme des synonymes, en soulignant la nature politique et géopolitique de ces définitions scientifiques. L’auteure cite l’exemple de l’Italien Filippo Porena, lequel regrettait que sa proposition de substituer la définition d’anthropogéographie par celle de géographie humaine, censée être « plus latine », se soit réalisée seulement grâce aux géographes français en raison du prestige scientifique majeur de leur langue. « Le champ international de la géographie [...] est un champ de forces avec ses centres et ses périphéries » (p. 23).

7Finalement, d’après M.-C. Robic, c’est en empruntant (de manière critique) à Ratzel le concept de Biogeographie que l’école vidalienne arrive à construire son « paradigme écologique » (p. 26). Celui-ci servira pour produire un chef d’œuvre comme le Tableau de la Géographie de la France, « pierre de touche » (p. 28) de la lecture vidalienne de Ratzel, où le lien écologique entre la nation française et son sol est l’un des exemples majeurs de l’absorption de la géographie politique « par une géographie humaine naturalisante » (p. 28).

8Ratzel est également mobilisé dans le cadre de l’école sociologique fondée par Émile Durkheim, qui utilisera les travaux du géographe allemand pour la construction de son concept de « morphologie sociale », de même que son neveu Marcel Mauss. La morphologie sociale, d’après ces sociologues, se pose explicitement comme alternative à la définition d’anthropogéographie, en tant que science censée comprendre les dynamiques de la société « avec les secours de quelques auxiliaires » (p. 32). « Il y a donc de 1893 à 1913 un long parcours de la critique du groupe durkheimien autour de la figure de Ratzel » (p. 35), avec comme finalité de construire un discours sociologique en empruntant aux sciences voisines.

9Si les auteurs de ce numéro spécial acceptent généralement l’idée que l’établissement des disciplines par rapport aux « spécialités » est relativement récent (Blanckaert, 2006), il en résulte néanmoins que les travaux de Ratzel ont joué un rôle remarquable dans la définition de ces disciplines en France, ce dont témoigne « une référence commune aux géographes et aux sociologues universitaires français [qui manifestent cependant], dans leur ambivalence, le jeu de tensions qui subsume leur co-rencontre avec Ratzel » (p. 38). Nous soulignons au passage que la littérature scientifique allemande fait état des différents regards des géographes français sur l’Allemagne (Ahlbrecht, 2006).

10L’essai de Gaëlle Hallair, « Siegfried Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale : mécanismes, enjeux et acteurs de la réception d’un géographe allemand en France », s’inscrit conceptuellement dans « l’étude des passeurs » (p. 41) français de ce géographe, tâche très sensible à partir du moment où Passarge a adhéré au nazisme, la référence à ses travaux présentant alors des problèmes à plusieurs niveaux. À travers un dépouillement systématique des références à Passarge dans la BGI, considérée comme « un véritable organe de l’école française de géographe » (p. 45), G. Hallair démontre l’importance de la référence à Passarge, dont la production imposante est systématiquement sous la loupe de ses collègues français. « Sur les 351 articles et ouvrages qu’il a publiés, 105 sont recensés dans la BGI de 1892 à 1945 » (p. 47). Le problème est alors de comprendre quels thèmes ont suscité le plus d’intérêt chez les géographes français. Le thème qui semble être le mieux reçu est celui de la géographie coloniale africaine : les écrits de Passarge sur l’Afrique ont très bonne presse à la fois dans la BGI et dans les Annales, ce qui n’est pas étranger aux intérêts impériaux de la France sur le continent africain où elle est notamment en compétition avec l’Allemagne. La géomorphologie de Passarge est également appréciée, même si dans la rude controverse entre ce dernier et l’Américain William Morris Davis sur le cycle d’érosion, les géographes français « réagissent majoritairement en intégrant peu à peu les positions davisiennes » (p. 51).

11Plus problématique est la réception des parties les plus théoriques et conceptuelles de l’œuvre du géographe allemand. La portée de sa notion de Kulturlandschaft, mot traduit par « paysage culturel, au sens où il porte les marques et les traces de l’évolution des activités humaines » (p. 52), ne semble pas avoir été bien comprise par les géographes français à ce moment. De même, ses écrits théoriques sur la régionalisation, élaborant les thèmes de la Länderkunde et de la Landschaftskunde, ont une réception très faible, ce qui n’est pas surprenant si l’on considère l’imperméabilité des géographes français de cette époque à l’exploration des « questions conceptuelles et théoriques » (p. 53). On connaît d’ailleurs la méfiance de l’école post-vidalienne par rapport à la réflexion épistémologique, exprimée par le paradigme du « plain-pied du monde » (Orain, 2009).

12G. Hallair s’interroge ensuite sur la « sociologie des médiateurs » (p. 55) à propos de la liste et du poids respectif des recenseurs français de Passarge, qui sont nombreux et s’inscrivent dans des secteurs disciplinaires les plus divers, en raison de l’ampleur des thèmes traités par le géographe allemand et d’une réception généralement positive mais assez floue dans son ensemble.

13Dans son essai « Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940) », Denis Wolff examine le cas d’un géographe, Demangeon, dont les attaches avec l’Allemagne semblent bien moindres que plusieurs de ses compatriotes géographes. L’analyse de son itinéraire scientifique présente également un grand intérêt, car l’auteur fait l’hypothèse que le parcours de Demangeon reflète les fluctuations complexes des relations franco-allemandes. Dans une première période, définie comme de « cordialité distante » (p. 65) et allant jusqu’à la Grande Guerre, D. Wolff fait état des recensions assez positives de l’œuvre de Demangeon dans les revues allemandes, ainsi que de ses recensions de géographes allemands dans la BGI et les Annales de Géographie, dont une critique très positive d’un ouvrage de Passarge sur le Kalahari. Une anecdote ironique est tirée de la correspondance inédite de Demangeon et porte sur sa première rencontre avec des collègues allemands à l’époque de l’excursion transcontinentale américaine de 1912. « La société paraît assez mélangée ; pas mal de fumistes […]. Les Allemands sont nombreux et pas trop encombrants. Les Américains sont nombreux et complaisants » (p. 68). Un deuxième moment (1914-1920) voit la mobilisation sans réserve de Demangeon pour la victoire dans la Grande Guerre, tandis qu’une troisième période, celle des années 1920, est définie comme « l’Europe sans l’Allemagne » (p. 70). Demangeon se concentre alors sur les problèmes de l’Europe après la guerre, en étudiant la Grande-Bretagne comme indispensable partenaire politique de la France ; les références à l’Allemagne semblent disparaître et les comptes-rendus allemands des volumes de la Géographie universelle rédigés par Demangeon reprochent à ce dernier des questions comme, dans le chapitre sur la Belgique, « un point de vue pro-wallon et antiallemand » (p. 72). La dernière période se construit autour de la polémique qui a suivi un article de 1932 publié dans les Annales de Géographie, où Demangeon attaque frontalement la Geopolitik de Carl Haushofer, en affirmant que « la géopolitique est un coup monté, une machine de guerre » (p. 74-75). La polémique semble s’apaiser avec la participation allemande au congrès de l’UGI de 1934 et avec des recensions positives, en Allemagne, de la monographie sur le Rhin que Demangeon a écrite avec Lucien Febvre. Ce dernier est l’auteur de la partie historique de cet ouvrage (alors que la partie géographique est l’œuvre de Demangeon), qui est au contraire critiquée parce que l’historien y aurait nié « l’appartenance des pays du Rhin au sol du peuple allemand » (p. 78).

14Dans l’essai « Deux collègues géographes en Anatolie ? Parcours, méthodes et analyses de terrain des professeurs Ernest Chaput et Herbert Louis en Turquie (1928-1939) », Nicolas Ginsburger compare les parcours parallèles de deux spécialistes de géographie physique, le Français Ernest Chaput et l’Allemand Herbert Louis, envoyés enseigner le premier à Istanbul et le deuxième à Ankara, dans le cadre de missions scientifiques fortement teintées de géopolitique. L’auteur souligne en effet la position stratégique de la nouvelle nation kémaliste dans l’échiquier de la Méditerranée et de l’Europe orientale. Les démarches des deux géomorphologues s’intéressent aux différences que l’on pourrait presque qualifier d’exemplaires entre « école française » et « école(s) allemande(s) » : si l’approche de Chaput est plutôt descriptive et vise à combler des blancs dans la carte géomorphologique, l’objectif de Louis apparaît « plus orienté, plus démonstratif [...], à savoir l’étude de l’empreinte glaciaire an Anatolie » (p. 89) à partir du vaste corpus de travaux et hypothèses que d’autres géographes et géologues allemands, dont Albrecht Penck, avaient laissé. La nature politique de ces travaux se révèle aussi dans l’aide inégale que les autorités turques accordent aux deux savants. « Chaput avait été nommé à Istanbul d’abord pour y mettre en place un enseignement rénové sur le modèle français, [censé se fonder] sur l’observation directe du terrain, tandis que Louis était davantage, depuis 1935, un représentant officiel de l’Allemagne à Ankara dans le cadre d’une diplomatie culturelle affirmée du IIIe Reich à l’égard de la Turquie » (p. 97). Des cartes des itinéraires respectifs de Chaput et Louis, ainsi que des images tirées de leurs travaux de terrain, sont aussi reproduites.

15Dans l’essai « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale », Géraldine Djament-Tran présente le cas de la circulation compliquée des idées de l’Allemand Walter Christaller, considéré lors de la révolution quantitative des années 1960-70 comme un « père de la géographie théorique » et un précurseur « de l’analyse spatiale » (p. 107). Comme déjà souligné, la période où Christaller tente une redéfinition « du régime de scientificité de la géographie » (p. 109) ne voit pas en France des grands débats épistémologiques à ces sujets. De plus, sa théorie des lieux centraux s’oppose à l’approche naturaliste des géographes français pour se présenter comme une forme de modélisation essentiellement sociale. « Il utilise le fonctionnalisme comme machine de guerre contre le déterminisme naturaliste […]. Le terrain de la géographie du peuplement change fondamentalement de statut : de terrain naturaliste, il devient un terrain social » (p. 112). Dans les Annales de Géographie, la thèse de Christaller « se trouve implicitement classée parmi les études qui ‘témoignent un effort de généralisation excessif ou prématuré’ » (p. 117). Dès les années 1940, un « double basculement » (p. 118) caractérise la circulation des idées de Christaller : engagé directement dans « différentes institutions nazies » (ibid.), il participe à la planification du IIIe Reich, pour passer en 1945 au Parti communiste et en 1959 au SPD, tandis que son épisode nazi « est en général passé sous silence » (p. 119). Ensuite, Christaller est récupéré aux États-Unis, par des géographes comme William Bunge, comme l’un des pères de la « géographie théorique » naissante, et ce n’est qu’à partir des années 1970, notamment autour de la revue L’Espace Géographique, que les idées de Christaller commencent à être prises au sérieux en France, où alors « la référence directe à Christaller forme système avec une interprétation épistémologique de l’analyse spatiale, qui retient de la géographie américaine non seulement ses techniques, mais prioritairement sa démarche déductive » (p. 126). En définitive, l’analyse spatiale française fait de l’œuvre de Christaller « un levier dans la lutte contre la géographie régionale et urbaine descriptive, idiographique » (p. 128). En géographie, pour traverser le Rhin, s’impose parfois un détour par les États-Unis.

16Les deux essais « Des connaissances pour l’action, la géographie coloniale de Marcel Dubois et Maurice Zimmermann » de Pascal Clerc et « Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) » de Nicolas Ginsburger dialoguent au sujet des respectives « géographies coloniales ». P. Clerc analyse la participation des géographes français au « tournant colonial » (p. 135) de la Troisième République à travers la comparaison des cas différents de Marcel Dubois et de Maurice Zimmermann et des respectifs cours de géographie coloniale. Dubois, considéré comme le héraut de la géographie coloniale en France, enseigne dans ce lieu très central qu’est la Faculté des Lettres de la Sorbonne, tandis que Zimmermann se produit dans un lieu apparemment plus périphérique, avec par exemple des cours de géographie à la Chambre de commerce de Lyon. Si le prestige académique de ce poste est moindre, Zimmermann est néanmoins l’un des protagonistes des échanges entre science et monde des affaires au sujet de la colonisation : dans l’industrie lyonnaise comme dans les assises scientifiques, le mot d’ordre est alors « point de salut (colonial) sans géographie » (p. 141).

17Dubois et Zimmermann sont unanimes dans la réprobation de l’« ignorance cartographique » (p. 142) qui conduit à des erreurs dans l’œuvre de colonisation, pour laquelle la géographie est censée servir de guide. La figure des concurrents de la France (dont, à ce moment-là, l’Allemagne) est aussi mobilisée lorsque Zimmermann affirme que « la concurrence est rude, nos rivaux bien armés » (p. 143), du point de vue à la fois militaire et scientifique. Même si la littérature récente s’est interrogée sur l’ancien lieu commun de la relative extranéité à la colonisation de géographes comme Vidal de la Blache, P. Clerc rappelle opportunément que c’est quand même Dubois qui plaide alors pour une « géographie coloniale » comme savoir formalisé en opposition à des termes plus génériques comme celui de « géographie des colonies » proposé, parmi d’autres, par Georges Hardy. Si Zimmermann, de son côté, est plus éloigné de préoccupations épistémologiques, il met néanmoins en œuvre, parallèlement à Dubois, ce « tournant géographique en lien notamment avec les questions coloniales » (p. 146).

18Dans son essai, N. Ginsburger analyse la réception plutôt contrastée, en Allemagne, de ces termes. L’Allemagne, en effet, rentre tardivement dans la course aux colonisations, après la conférence de Berlin de 1885, et en sort précocement avec la Grande Guerre, tandis qu’une partie importante de ses aspirations impériales ne cesse de se tourner en direction de l’Europe orientale (Ostforschung). Cependant, « il a bien existé une géographie coloniale allemande, favorisée par des milieux similaires d’épanouissement de l’idéologie coloniale (industrie, commerce, banque), présente dans les sociétés de géographie, dans les structures administratives comme dans les lieux d’enseignement supérieur » (p. 149). La première chaire de géographie coloniale est créée en 1912 à Berlin, avec presque vingt ans de retard par rapport à la France, mais un poste, occupé par Passarge, existait déjà dès 1908 au Kolonialinstitut d’Hambourg. Selon Ginsburger, cela relève d’un côté des réticences d’une géographie que l’on voudrait unitaire par rapport à l’institutionnalisation de sous-disciplines, et de l’autre côté de la légitimité de la réflexion sur un terrain prioritaire comme celui des colonisations.

19Si en France les géographes coloniaux sont surtout des savants de cabinet, en Allemagne la géographie des colonies est traditionnellement liée plutôt aux explorations, et ce n’est qu’avec la génération qui occupe les chaires coloniales que les spécialistes de ce secteur sortent du terrain pour produire des savoirs académiques.

20Un autre problème est de savoir s’il existe en Allemagne une école nationale de géographie coloniale, ou plutôt des écoles régionales. D’après N. Ginsburger, si la circulation de savoirs entre les sociétés géographiques et les milieux académiques est relativement directe (au contraire de la France), et se déroule souvent à l’échelle locale, la présence d’une nouvelle génération et de revues spécialisées, ainsi que la généralisation de la thématique coloniale, confèrent en revanche une dimension nationale à la géographie coloniale dans les années qui précédent la Grande Guerre.

21Dans l’essai « Geographie der Kolonien, Kolonialgeographie ? Théorisation et objectif de la géographie coloniale dans les leçons inaugurales de Fritz Jaeger (1911) et Hans Meyer (1915) », S. Débarre et N. Ginsburger analysent les leçons inaugurales des cours de géographie coloniale de Fritz Jaeger à Berlin et de Hans Meyer à Leipzig. Meyer, riche éditeur du Bibliographisches Institut, est par ailleurs le bailleur de fonds de ces deux entreprises. De même qu’en France, les définitions de « géographie des colonies » et « géographie coloniale » fluctuent et on accorde en général pour cette raison un statut de sous-discipline plutôt que de « science indépendante » (p. 170) à cette branche de la géographie. Un trait commun entre Français et Allemands est une forte focalisation sur le continent africain : « être spécialiste des colonies, c’est d’abord être africaniste » (p. 173). Si la géographie coloniale en tant que science appliquée contraste avec la tradition allemande de la « science pure », le fait que cette branche de la discipline se trouve institutionnalisée au moment de la perte des colonies renforce également une « conscience nationale » (p. 177), en contribuant à la construction de l’identité allemande pendant des décennies très dramatiques de la vie de cette nation.

22Les textes des leçons de Jaeger et Meyer, traduits par S. Débarre et N. Ginsburger, complètent ce remarquable numéro spécial. Le seul regret est que ce travail ne soit pas sorti des limites de la « géographie universitaire » classique, en analysant tout au long du 19e siècle les circulations des idées de géographes comme Humboldt, Ritter et Peschel chez les géographes français qui ont précédé la démarche vidalienne. Cette étude impliquerait, parmi plusieurs auteurs plus ou moins travaillés, les spécialistes de géographie historique Auguste Himly et Auguste Longnon, le clan familial formé par Franz Schrader et les frères Elie, Élisée et Onésime Reclus, ou encore de dynamiques organisateurs culturels « pré-universitaires » comme Émile Levasseur et Ludovic Drapeyron, bien engagés, ces derniers, à relever le « défi allemand » à partir de la connaissance des géographes de l’autre côté du Rhin. Mais il y aura sans doute d’autres occasions pour poursuivre ce travail.

Haut de page

Bibliographie

Ahlbrecht G., 2006, Preußenbaume und Bagdadbahn, Deutschland im Blick der französischen Geo-Disziplinen (1821-2004), Passau, Verlag Karl Stutz.

Blanckaert C., 2006, “La discipline en perspective. Le système des sciences à l’heure du spécialisme (XIXe-XXe siècles)”, in Boutier J., Passeron J.-C., Revel J. (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS, 117-141.

Orain O., 2009, De plain-pied dans le monde : écriture et réalisme dans la géographie française au XXe siècle, Paris, L’Harmattan.

Ritter C., 1859, “De la configuration des continents et de leurs fonctions dans l’histoire”, Revue germanique, No.5, 241-267.

Robic M.-C., 2013, “À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités”, Revue germanique internationale, No.12, 33-45, http://rgi.revues.org/257

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federico Ferretti, « Débarre S. (dir), 2014, Géographies entre France et Allemagne - Acteurs, notions et pratiques (fin XIXe siècle - milieu XXe siècle), Revue Germanique Internationale, No.20, 212 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26896

Haut de page

Auteur

Federico Ferretti

Enseignant-chercheur au Département de Géographie et Environnement et à la Faculté de Psychologie et Sciences de l’Éducation
Université de Genève
federico.ferretti@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page