Navigation – Plan du site
2015

Bernt M., Grell B., Holm A. (eds), 2013, The Berlin Reader. A compendium on urban change and activism, Bielefeld, Transcript Verlag, 280 p.

Aude Le Gallou

Texte intégral

1À travers seize textes publiés de 1991 à 2013 et rassemblés ici, The Berlin Reader retrace les évolutions urbaines qu’a connues Berlin depuis la chute du Mur. Sociologues, historiens, politologues, architectes ou encore aménageurs se côtoient dans cette anthologie traduite en anglais dans le but de rendre accessibles à un public non germanophone les travaux de ces chercheurs très majoritairement allemands. L’ouvrage, qui s’inscrit dans le champ des urban studies à l’anglo-saxonne, adopte une perspective résolument critique : il s’agit de mettre en lumière les logiques néolibérales qui sous-tendent le développement urbain berlinois depuis la réunification et d’en dénoncer les conséquences sociales, économiques et politiques sur l’organisation de la ville. Structuré de manière chronologique plus que thématique, l’ensemble présente successivement les quatre grandes périodes que l’on peut distinguer dans le développement berlinois depuis la réunification.

2La première partie s’intéresse à la « mégalomanie » berlinoise du début des années 1990. Dès la chute du Mur s’impose en effet le fantasme d’un Nouveau Berlin, qui serait appelé à devenir une ville globale très dynamique : les textes reproduits ici montrent comment, en conséquence, l’aménagement de la nouvelle capitale est régi par des critères économiques et esthétiques qui semblent prendre le pas sur les enjeux sociaux. Hartmut Häussermann et Walter Siebel jugent ainsi que la décision de faire de Berlin la capitale de l’Allemagne réunifiée ne peut que compliquer la gestion des défis déjà existants, nombreux dans une ville qui doit faire face à l’héritage de la division. Volker Eick dénonce quant à lui la politique sécuritaire dont s’accompagne le transfert des institutions à Berlin, tandis que Wolfgang Kil et Simone Hain soulignent les errements des politiques urbaines post-réunification. Pilotées par quelques acteurs hégémoniques et caractérisées par une intense spéculation immobilière, une privatisation massive et la réalisation hâtive de grands projets dépourvus de vision d’ensemble, elles se traduisent par une « occidentalisation » de l’espace urbain berlinois et font peu de cas des spécificités de l’ex-Allemagne de l’Est. Les années qui suivent la chute du Mur sont donc présentées comme une véritable ruée vers l’or aux conséquences problématiques mais largement ignorées par les pouvoirs publics.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à la période d’entre-deux que connaît Berlin dans la seconde moitié des années 1990 : confrontée à l’échec de ses ambitions, la ville subit alors les retombées d’une forte désindustrialisation, d’une forte spéculation immobilière et d’une paupérisation de sa population. Uwe Rada montre qu’en dépit de politiques d’aménagement pensées pour attirer les investissements occidentaux, Berlin se heurte dans les faits à une immigration d’Europe de l’Est et au développement d’une économie de petits emplois peu qualifiés, dimension qui reste cependant peu prise en compte par les pouvoirs publics. Le texte d’Hartmut Häussermann et celui d’Andreas Kapphan et de Margit Mayer décrivent les nouveaux clivages socio-spatiaux qui résultent de cette situation ; loin de s’atténuer, les divisions s’accentuent selon de nouvelles lignes de fracture qui font apparaître de nouvelles concentrations de pauvreté tout comme de nouveaux îlots de richesse. Mayer montre par ailleurs que les réponses politiques censées résorber les inégalités ont pour seul effet de les figer, voire de les aggraver. Dans ce contexte, le phénomène de gentrification que connaît Berlin dès la réunification constitue l’un des facteurs de fragmentation de l’espace urbain. S’appuyant sur le cas emblématique du quartier de Prenzlauer Berg, Andrej Holm et Matthias Bernt analysent les spécificités de la gentrification berlinoise et insistent sur l’importance des particularités locales et notamment du cadre législatif : incitations à l’investissement par les pouvoirs publics et instruments de régulation du marché du logement ont joué un rôle majeur dans l’évolution du processus. Il s’agit donc dans un second temps d’explorer les conséquences à moyen terme des mécanismes décrits précédemment.

4Dans la troisième partie de cette anthologie, il est essentiellement question des politiques urbaines néolibérales qui répondent à la crise économique et financière du début des années 2000, crise dont les grands projets d’aménagement de la décennie précédente sont en partie responsables. Les mesures d’austérité prises par la municipalité affectent alors fortement le tissu urbain, économique, social et culturel de Berlin, contraignant les conditions de vie d’une partie de la population tout comme les possibilités de développement de la ville. Stefan Krätke montre ainsi que la réduction des dépenses publiques sape les bases d’un développement économique régional fondé sur la connaissance et l’innovation, dans la veine des « villes créatives » de Richard Florida, alors même que la capitale allemande dispose d’atouts non négligeables en la matière. Selon lui, la gouvernance berlinoise constitue donc un exemple frappant de « worst practices ». Le texte de Sabina Uffer souligne quant à lui le rôle majeur de la privatisation du parc de logements berlinois dans l’accentuation des inégalités socio-spatiales, les stratégies des investisseurs favorisant l’exclusion des populations pauvres des quartiers centraux rénovés et leur concentration dans des quartiers dégradés et marginalisés. Politiques du logement et stratégies de rénovation urbaine se révèlent par ailleurs essentielles pour comprendre les caractéristiques de la gentrification berlinoise, dont Andrej Holm illustre à ce stade de l’ouvrage la variété des étapes et des formes. Celles-ci différant en fonction de contextes locaux spécifiques à l’échelle des quartiers, Holm insiste sur la nécessité d’une analyse à l’échelle de la ville entière et qui replace le processus dans le contexte historique particulier de la réunification. Dans une perspective plus optimiste, Ross Beveridge et Matthias Naumann évoquent enfin la possibilité d’une gouvernance urbaine dégagée des préceptes néolibéraux à travers l’exemple de la remunicipalisation de la Berliner Wasserbetriebe (Compagnie des eaux berlinoise), partiellement privatisée en 1999 et retombée dans le giron public sous la pression citoyenne en 2010. Cette troisième partie pose en définitive la question fondamentale de la stratégie de développement économique de la capitale, mais aussi de la place qu’y tiennent les enjeux sociaux.

5La quatrième et dernière partie dresse le portrait du Berlin de la seconde moitié des années 2000, alors qu’émergent de nouveaux conflits liés à ses évolutions récentes (croissance des industries créatives, internationalisation de la spéculation immobilière et boom touristique notamment). Stephan Lanz analyse la perception renouvelée des populations migrantes dans une ville qui se revendique ouverte et créative : à l’heure où la métropole vante son caractère cosmopolite, les migrants sont perçus comme un potentiel économique et l’hybridation culturelle comme un facteur d’attractivité et de compétitivité… suscitant de nouvelles formes d’inégalités entre des personnes aux potentiels économiques inégaux au sein même de ces populations. Le boom touristique étudié par Johannes Novy constitue un autre facteur de tension, entre touristes et habitants cette fois puisque ces derniers subissent les effets pervers de l’expansion croissante du phénomène. Novy souligne toutefois que si nombre de Berlinois tiennent les visiteurs pour responsables de cette situation, ce sont bien les pouvoirs publics qui encouragent le développement de cette activité qui constitue pour la ville un pilier économique majeur. Dans un texte qui fait écho à celui de Stefan Krätke, Ingo Bader et Albert Scharenberg montrent que les politiques urbaines berlinoises menacent les conditions nécessaires au maintien de l’industrie de la musique, qui constitue pourtant l’un des rares secteurs dynamiques de la capitale. Sa présence s’explique en effet par l’existence de sous-cultures innovantes liées à un contexte urbain spécifique (espaces disponibles, faible coût de la vie), lequel se trouve menacé par la gentrification et les grands projets d’aménagement. Jan Dohnke analyse enfin l’échec relatif de l’opposition au projet Mediaspree, illustrant la possible mobilisation citoyenne contre un mode d’aménagement urbain non-démocratique grâce aux instruments de la démocratie directe, mais aussi les obstacles à la participation citoyenne dans un contexte de politiques urbaines néolibérales. Si l’apparition de contestations se réclamant d’une lutte pour le droit à la ville semble pour les auteurs un signe encourageant, ils font également le constat des limites de ces mobilisations citoyennes. Cette dernière partie invite ainsi à s’interroger sur l’avenir de Berlin : dans quelle mesure les citoyens berlinois pourront-ils peser sur des modes de décision qui, selon les auteurs, sont fondamentalement antidémocratiques ?

6Ce reader dresse donc un portrait à charge des politiques urbaines berlinoises, révélant les mécanismes complexes et profondément inégalitaires à l’œuvre derrière l’image branchée de la ville. Le choix d’une structuration chronologique des contributions facilite la compréhension des dynamiques temporelles de la néolibéralisation analysée ici, dont les différentes phases correspondent chacune à des conséquences spatiales spécifiques mais protéiformes. En rassemblant des textes qui éclairent ces aspects variés du développement urbain de la capitale allemande, l’ouvrage offre au géographe une vision d’ensemble d’un grand intérêt et dont l’engagement assumé stimule la réflexion. Au-delà du seul cas berlinois, il illustre par ailleurs une dimension essentielle de l’évolution des métropoles contemporaines dans leur ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Le Gallou, « Bernt M., Grell B., Holm A. (eds), 2013, The Berlin Reader. A compendium on urban change and activism, Bielefeld, Transcript Verlag, 280 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 avril 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26947

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page