Navigation – Plan du site

Adapter le modèle de l’édition scientifique

Denise Pumain
Traduction(s) :
Adapting the model of scientific publishing
Adaptar el modelo de la edición científica

Texte intégral

1Les innovations de rupture suscitent en parallèle l’invention de nouvelles fonctionnalités et changent les usages. À ce sujet, le réseau Internet sollicite beaucoup l’imagination. De nouvelles applications se créent chaque jour. Bien des changements des pratiques associées vont dans le sens de la suppression de fonctions voire d’institutions intermédiaires, et entraînent l’émergence de nouvelles formations sociales, de modes de représentation et de discours de référence, en suivant le schéma bien aperçu par Torsten Veblen dans son ouvrage sur la classe de loisirs. Qu’il s’agisse de locations d’appartements entre des particuliers qui bousculent les fonctions hôtelières, de partage de voitures qui ébranlent les sociétés de location ou les compagnies de taxis, de création de nouvelles monnaies qui valident des échanges sans le secours des banques, ou même de mise à disposition d’informations à ses « amis » sur les qualités des lieux de son voisinage, toutes ces fonctionnalités nouvelles ont en commun de faciliter les transactions, d’en augmenter la vitesse et d’en réduire les coûts, tout en modifiant les assises des intermédiations assurant leur sécurité.

2Quelles transformations faut-il attendre de l’activité de publication scientifique ? Supprimer les intermédiaires, contourner les institutions garantes de qualité, n’est sans doute pas la meilleure solution. À voir les dérives entraînées par l’injonction du publish or perish, par la substitution de la quantité des articles à leur qualité, par les concurrences exacerbées entre les revues dans les courses au coefficient d’impact, on imagine sans peine combien la dissolution du modèle d’un comité de rédaction responsable serait catastrophique. La multiplication des articles très incomplets quant à l’état de l’art, répétitifs par rapport à des publications antérieures non citées, mis en ligne pour permettre des évaluations a posteriori qui dans les faits ne sont jamais pratiquées, toutes ces pratiques peu scrupuleuses conduisent vers le naufrage par la surcharge d’informations non pertinentes, et, la mauvaise monnaie chassant la bonne, par la substitution de la réputation, de l’audience, à la valeur scientifique.

3En évitant de propager ces virus, il est possible de tirer un meilleur parti des ressources offertes par Internet, dans le sens d’une mise en pratique d’intelligence collective et de l’intérêt général. De nouvelles fonctionnalités, de nouvelles pratiques émergent, auxquelles Cybergeo apporte sa contribution. Ainsi du principe scientifique de répétabilité des expériences : difficile à mettre en œuvre en sciences humaines et sociales, il devient applicable avec le développement des modèles de simulation. La simulation s’affirme comme un substitut à l’expérimentation, et le progrès des capacités informatiques aide à mieux imaginer les résultats de la complexité des interactions révélée par les analyses exploratoires. En créant une nouvelle rubrique Geopenmod, dans laquelle il est demandé d’apporter toutes les informations nécessaires à la répétition d’une expérience avec un modèle, notre revue ouvre la voie en géographie à un partage plus approfondi de la démarche scientifique, et à un contrôle ouvert par les pairs de la qualité d’une modélisation.

4Mais il ne faut pas croire que cette fonctionnalité nouvelle de garantie de qualité se limite aux seuls aspects les plus formalisés et quantifiés du travail de la discipline. Les analyses qualitatives se prêtent tout autant au partage des sources de l’information et à l’ouverture des bases de données qui permettent d’en contrôler les interprétations, pour conduire ce passage délicat de la donnée à l’information puis à la connaissance. Les fonctionnalités apportées par les analyses sémantiques doivent aussi aider à éviter la perte de mémoire, à rappeler et respecter ce qui a été construit scientifiquement par d’autres. Tout cela relève de la vigilance et de la déontologie des pairs, organisés dans un collectif de rédaction en réseau de compétences complémentaires.

5Nous avons la chance qu’un bon nombre d’entre eux nous fasse ainsi confiance, et que grâce au partage volontaire et bénévole de leur savoir et de leur expérience, notre revue gagne en audience. Un million d’articles ont été téléchargés dans le courant de l’année 2014, et la carte ci-dessous dessinée par Hervé Théry montre un lectorat désormais distribué dans le monde entier. Le modèle de l’accès ouvert qu’a choisi Cybergeo permet notamment à des pays jusque-là moins bien connectés d’améliorer leur accès à l’information scientifique et de valoriser leurs données et leurs travaux, comme l’a par ailleurs récemment montré un colloque dont la revue était partenaire1. Pour mieux aller dans le sens de cette évolution, nous avons mis en ligne une interface dans une troisième langue, l’espagnol, avec l’aide de nos collègues Josefina (Espagne), Gloria (Argentine) et Francisco (Chili). Une nouvelle jeunesse pour Cybergeo : créée il y a 19 ans déjà, la plus ancienne revue entièrement électronique de sciences sociales confirme la vocation du support et du modèle de diffusion qu’elle a choisi, toujours en veille et en adaptation permanente !

Haut de page

Notes

1 Le colloque international « Libre accès et pays du Sud » s’est tenu à Paris le 12 mars 2015. Les communications sont disponibles à l’adresse suivante : http://webcast.in2p3.fr/events-libre_acces.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Adapter le modèle de l’édition scientifique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 06 mai 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26956

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page