Navigation – Plan du site
2015
721

Roger Dion, toujours vivant !

Etienne Delay et Marius Chevallier

Résumés

Cet article explore au moyen d’un modèle en système multi-agent (SMA) les conditions d’émergence et de structuration historique des territoires de production des vins de qualité décrits dans l’œuvre de Roger Dion, et plus particulièrement dans son article intitulé “Querelles des anciens et des modernes sur les facteurs de la qualité du vin” de 1952 (Dion, 1952).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette manière de concevoir la viticulture de qualité est très proche de la manière dont on définit (...)
  • 2 En l’absence de nom d’auteur, toutes les références sont extraites de Dion, 1952.

1Dans les années 1950, la qualité du vin, selon l’hypothèse dominante, est une conséquence directe des caractéristiques pédoclimatiques, qui sont utilisées dans les textes juridiques et législatifs pour la protection des appellations d’origine des vins tout au long du 20ème siècle1. Or, Roger Dion rappelle, dans son article “Querelle des Anciens et des Modernes sur les facteurs de la qualité du vin“, que cette hypothèse n’a pas toujours dominé ( : aux yeux des hommes des 16ème et 17ème siècles, “c’est dans l’ordre social et non dans la nature qu’ils situaient les plus décisives des circonstances (Dion, 1952, p. 421)2 : “si les fondateurs de nos vignobles avaient été aussi dociles qu’on le dit aux suggestions de la nature, ils se fussent bien garder d’aventurer leurs plantations hors de la région méditerranéenne (…). La propagation de cette plante sous le climat de la France du Centre et du Nord-Est est une violence faite à la nature (ibid, p. 429).

2Roger Dion donne de nombreux exemples de terres inadaptées à la culture de la vigne mais que les producteurs, à force de travail, sont parvenus à améliorer pour produire un vin de qualité. Mais cette stratégie n’est possible que pour les producteurs de rang social élevé : elle nécessite d’une part des capitaux financiers importants pour investir ou pour employer une main-d’œuvre nombreuse et d’autre part d’avoir accès à des consommateurs capables de payer leur vin plus cher. Au final, “ la qualité du vin est considérée comme l’expression d’un milieu social ” (ibid, p. 420). Les producteurs moins aisés n’auront pas intérêt à rechercher la qualité, car ils auront difficilement accès aux consommateurs aisés et leurs efforts pour la qualité ne seront pas suffisamment rémunérés pour compenser la perte en quantité (ibid, p. 423).

3Toutefois, l’élite sociale locale est en nombre nécessairement limité, ce qui contraint les débouchés pour un vignoble de qualité : “quiconque avait un rang cultivait la vigne pour l’honneur autant que pour le profit, en sorte que la seule présence d’un château ou d’une bourgade rehaussée de quelques maisons opulentes suffisait à faire apparaître un vignoble qui restait nécessairement petit, quand le site était peu propre au commerce ” (p. 426). Ce ne sont donc pas tant les caractéristiques pédoclimatiques de leurs territoires d’appartenance qui vont faire qu’un vignoble de qualité se développera plus dans une région que dans une autre, mais les caractéristiques commerciales. Or, “ avant les chemins de fer, les plus belles possibilités de débit, celles qu’assuraient les grands marchés de l’Europe septentrionale, où le vin se vendait au plus haut prix, étaient limitées aux abords des ports maritimes, des rivières navigables et de quelques grandes routes de terre, aptes aux charrois lourds (p. 419). C’est parce que des producteurs ont accès à des consommateurs riches et nombreux que la culture de la vigne peut passer d’une activité honorifique à une activité commerciale produisant de plus grandes quantités.

4Roger Dion considère au final que le développement des appellations d’origine protège autant les intérêts sociaux des catégories sociales supérieures que les caractéristiques naturelles (p. 423-425) et qu’il n’est pas possible de trancher en faveur d’une hypothèse ou d’une autre (p. 427). Selon lui, les grandes aires de production sont des conséquences directes de la géographie commerciale, de la géographique administrative et de l’histoire, et ce n’est qu’à l’intérieur des zones que ces facteurs contribuent à définir, que le producteur prend en compte “ce qui, dans la disposition naturelle des lieux, pouvait favoriser son dessein (…). Par là s’établit mais dans le menu détail, bien plus que dans les grandes lignes, le lien de la géographie viticole à la géographique physique” (p. 428). Autrement dit, la géographie commerciale joue dans la définition des grandes aires de production de qualité (les aires rattachées à un débouché de consommateurs riches) tandis que la géographie physique intervient pour expliquer les différences de qualité à l’intérieur de ces aires.

5Dans cet article, nous réinterrogeons l’hypothèse de Roger Dion selon laquelle la géographie viticole s’explique largement par la géographie commerciale et en particulier que l’apparition de débouchés commerciaux constitue un facteur favorable à des “dépenses sans compter” (p. 421) et par conséquent à l’émergence d’un terroir de qualité. Pour cela, nous recourons à une méthode alternative à l’approche historique de Roger Dion – la simulation informatique – qui permet de projeter dans un modèle purement conceptuel un certain nombre d’hypothèses avancées par Roger Dion. Le modélisateur est capable d’introduire petit à petit les variables qu’il souhaite étudier et ainsi d’isoler leur impact. La modélisation n’est pas une reproduction formalisée de la complexité du réel, mais un outil simplifié pour analyser l’impact de certains comportements et évolutions sur la dynamique globale. Elle nous permet d’explorer les comportements probables des marchés et leurs implications spatiales. Le développement des pratiques de simulation est directement relié aux progrès de l’informatique. Il a émergé dans le champ de la physique nucléaire (Berman, Izrailev, 2004) ou encore de la biologie (Varenne, 2010) dans les années 50. Les Sciences Humaines et Sociales ont petit à petit intégré ces nouveaux outils, avec les travaux de simulation de Schelling en 1969 sur la ségrégation sociale montrant que « les ghettos étaient surtout des phénomènes émergents, non voulus par les acteurs, puisque même un “faible” racisme pouvait contribuer à créer, à la longue, de véritables ségrégations spatiales » (Varenne, 2011, p. 178). Les années 1980 et 1990 marquent pour les sciences sociales le début de l’appropriation des systèmes-multi-agents (Varenne, 2011, chapitre 5), en tant qu’outils permettant la prise en compte des interactions entre les sociétés et leur environnement (Schmitt, Pumain, 2013). Cette méthode est utilisée en particulier dans l’analyse des phénomènes qui s’inscrivent dans le temps long (voir par exemple Varien et al., 2007 qui analysent l’évolution de peuplements villageois aux États-Unis sur six siècles). Laperrière (2004) l’a utilisé dans le champ de la viticulture pour simuler l’impact des changements de modes de désherbage sur les vignobles. Banos et al. (2011) suggèrent de l’exploiter pour revisiter les travaux majeurs de la géographie, à commencer par Christaller (1933) dont ils réactualisent ainsi la portée.

6Dans la lignée de ces travaux, nous combinons l’application des SMA à la géographie viticole et à la réinterprétation des Anciens : à partir d’un SMA développé sur la plateforme Netlogo3 (Wilensky, 1999), nous réinterrogeons les travaux de Roger Dion sur la viticulture, considéré comme l’un des inspirateurs de la géographie viticole pour ses études sur la structuration historique des vignobles de France. Nous nous attacherons en particulier à son article publié en 1952, intitulé “Querelle des Anciens et des Modernes sur les facteurs de la qualité du vin”, qui analyse la géographique viticole sur le temps long.

7De nombreux exemples historiques concrets sont analysés dans l’article de Roger Dion. L’objectif de notre article n’est pas de compléter cette étude de 1952 par des références plus récentes mais de montrer qu’une approche par la simulation permet de retrouver les résultats de Roger Dion tout en en proposant une nouvelle analyse. La simulation dans un cadre conceptuel permet de mieux mettre en évidence la logique des différents exemples historiques étudiés par Roger Dion pour asseoir la portée générale de ses résultats. On en déduit une complémentarité entre les deux méthodes : l’analyse historique permet de définir les hypothèses à étudier et la simulation permet de généraliser les résultats en dégageant la logique à l’œuvre.

8Dans un premier temps, nous décrivons les choix de modélisation pour pouvoir ensuite procéder à l’analyse des résultats en trois parties : un modèle de base concentré sur un effet quantité non abordé par Roger Dion et deux extensions permettant d’aborder l’effet qualité. La première extension étudie l’évolution quantitative de ce modèle dans un monde à qualité uniforme des sols et des vins : comment répond dans la durée le territoire de production face à un choc extérieur de demande, en l’occurrence l’ouverture d’une voie commerciale promettant de toucher une clientèle aisée nombreuse ? Cette partie explore le cadre général du modèle avant d’introduire les hypothèses de Roger Dion sur la qualité. La deuxième extension lève l’hypothèse d’une uniformité de la qualité des vins et endogénéise cette dernière comme une fonction du temps (l’ancienneté d’exploitation) tout en maintenant l’hypothèse de qualité uniforme des sols, qui est levée dans la troisième et dernière partie, reprenant le dialogue introduit par R. Dion entre les Anciens et les Modernes sur la combinaison des géographies commerciale et physique dans la compréhension de l’émergence de vignobles de qualité.

Description de la modélisation4 : hypothèses et méthode

9La simulation débute par l’ouverture d’une voie commerciale entre un territoire de production et un territoire de consommateurs aisés (par exemple l’arrivée des Anglais en Guyenne via le port de Bordeaux). Les hypothèses du modèle de base sont les suivantes :

    • 5 Nous ne prenons pas en compte ici les considérations politiques inhérentes a la protection de l’out (...)

    Sur un territoire donné, il y a un unique acheteur extérieur (ci-après intitulé “marché étranger”) qui est en contact avec un unique vendeur (appelé ci-après “marché local principal”). Ce dernier s’approvisionne sur l’aire de production qui lui est rattachée ou auprès des marchés locaux voisins en fonction des coûts des vins (voir hypothèse 3)5. Toutes les parcelles produisent la même quantité et vendent la totalité à l’unique négociant représenté par le marché local.

  1. Le prix du vin est fixe quels que soient les déséquilibres entre l’offre et la demande. Cette hypothèse est une conséquence logique de l’analyse historique de Roger Dion selon lequel les marchés nordiques, auxquels les ports et grands fleuves permettaient l’accès, étaient ceux où les prix étaient les plus élevés. Or, comme les demandeurs ont plusieurs aires d’approvisionnement - par exemple le Bordelais ou Porto pour les Anglais (Hinnewinkel et al. 2010)- l’augmentation de l’offre de vin de qualité en Bordelais ne se répercute pas directement sur l’équilibre entre l’offre et la demande. Le prix peut donc être considéré comme une donnée exogène définie sur le territoire d’importation.

    • 6 Cette simplification acceptée à l’origine de l’économie géographique de Von Thünen en 1910 a donné (...)

    Le coût varie uniquement en fonction de la distance entre le vendeur et les parcelles cultivées. On retrouve une hypothèse similaire dans l’article de Roger Dion selon laquelle l’étendue des vignobles autour de villes se faisait “dans la limite des distances que les moyens de transport d’alors permettaient d’atteindre en l’espace d’une journée” (p. 428)6. Ces coûts de transport sont de deux natures : il y a le coût individualisé pour acheminer la production de la parcelle à son marché local et, lorsque la parcelle n’est pas sur un marché local directement connecté au marché étranger (voir hypothèse 1), le coût mutualisé pour acheminer les vins de ce marché local voisin vers le marché local principal, seul connecté au marché étranger.

  2. La qualité des vins est stable dans le temps : cette hypothèse appliquée dans le modèle de base est levée dans la première extension ainsi que dans la deuxième, où l’on pose que la qualité des vins est une fonction additive du temps (chaque année, elle gagne en qualité). Ainsi elle n’est pas égale dans toutes les parcelles selon que ces dernières ont été cultivées depuis plus ou moins longtemps et de manière plus ou moins continue. Roger Dion note qu’il est possible de produire des vins de qualité sur des parcelles peu adaptées à la culture de la vigne, mais que cela “ne se fait qu’à la longue” (p. 428).

    • 7 Il serait également possible de lever les hypothèses 2 de prix fixe et 3 de coûts uniquement dépend (...)

    la qualité des vins ne dépend pas ces caractéristiques des sols : cette hypothèse appliquée dans le modèle de base et dans la première extension est levée dans la deuxième extension du modèle, où distingue des sols plus ou moins favorables à la production de vins de qualité, conformément à l’hypothèse prévilégiée par les Modernes, et intégrée par Roger Dion, quoique secondairement, à la fin de son article : “c’est un fait d’expérience que la maigreur du terrain, en diminuant la puissance de la végétation de la vigne, améliore le fruit, relève le degré alcoolique du vin” (p. 429)7.

Les concepts de la construction : les classes, les variables, les échelles

  • 8 “UML” (de l’anglais Unified Modeling Language), ou Langage de modélisation unifié, est un langage d (...)

10Le modèle est constitué de 4 classes d’agents (illustration 1). Chaque classe est décrite selon le formalisme UML8 avec en haut le nom de la classe, au milieu les caractéristiques attributaires de la classe et en bas les modalités d’évolution de ces caractéristiques. Les modalités d’évolution des caractéristiques sont régies par des sous-modèles présentés dans le paragraphe suivant. Dans ce paragraphe et le suivant, nous détaillons successivement les caractéristiques des classes puis les modalités d’évolution de ces caractéristiques.

11Le territoire (au sens spatial du terme) est une classe constituée de l’agrégation de sous-unités que sont les parcelles. Si son existence, d’un point de vue computationnel, est virtuelle (les rangées de caractéristiques et d’évolution sont vides), il définit le cadre général, en l’occurrence l’échelle à laquelle on va observer l’émergence de structures spatiales. Sur les illustrations 4 à 6, le territoire est la totalité du cadre.

12Les parcelles, elles, sont la véritable unité spatiale du territoire. L’attribut “Type de production” informe sur le fait que la parcelle est cultivée en vignes ou non : seules celles qui sont cultivées en vignes sont représentées dans les illustrations. Si elles le sont, elles dépendent alors d’un marché local renseigné dans la caractéristique “propriétaire”. On peut prendre en compte leur âge et leur qualité, ces caractéristiques n’étant activées que dans les deux extensions du modèle. L’ensemble des parcelles cultivées rattachées à un marché local constitue l’aire de production de ce marché local (non représenté dans la simulation mais utilisé dans l’analyse). Les marchés locaux constituent la seule opportunité de vente pour les parcelles. Sur les illustrations 4 à 6, les parcelles sont représentées par des tâches de couleurs.

13Le marché local possède les caractéristiques suivantes :

  • une offre (la quantité de parcelles cultivées ; les quantités de parcelles cultivées des marchés voisins) ;

  • une demande (la demande extérieure pour le marché local principal ; la demande du marché local principal pour les marchés voisins) ;

  • un coût de production (qui se réduit à un coût kilométrique) ;

  • ses connexions avec les autres marchés locaux ou extérieur ;

  • une population d’habitants (permet de définir la consommation et donc la production locale avant l’ouverture d’une voie commerciale vers un marché étranger).

  • 9 Sauf dans l’illustration 6 où la forme suit celle des coteaux

14Les marchés locaux sont hiérarchisés grâce à la variable réseau, qui permet de connaître la position hiérarchique d’un marché sur le territoire. Il ne peut y avoir qu’un seul marché principal auquel vient se connecter la dernière classe d’agents de notre système, le marché étranger. Sur les illustrations 4 à 6, les marchés locaux sont représentés par une maison qui est le siège où se situe le négociant et à partir duquel sont calculées toutes les distances. Chaque marché local possède une aire de production représentée par un cercle9 monochrome de taille plus ou moins importante selon le nombre de parcelles cultivées). Le marché étranger est défini par une demande que les marchés locaux doivent/voudront assouvir, un prix fixe auquel il acceptera d’acheter le vin et le marché local auprès duquel il s’approvisionne (“monMarché”). Ce marché étranger est représenté par un bateau.

Illustration 1 : Diagramme UML représentant les classes du modèle

Illustration 1 : Diagramme UML représentant les classes du modèle

Etienne Delay, 2014

15Lors de l’initialisation, un marché étranger au territoire est connecté au territoire par l’intermédiaire d’un marché local. Ce marché étranger va générer une demande supérieure à celle de la population locale, ce qui va encourager le marché local à l’expansion et donc à une double conquête : une conquête spatiale avec la mise en culture de nouvelles terres (l’augmentation de son aire de production), et une conquête économique avec la recherche de marchés secondaires quand les nouvelles terres s’avèrent trop éloignées et induisent des coûts de transport trop importants.

Modélisation dynamique : modalités d’évolution des caractéristiques

Les dynamiques de colonisation et de mise en production des parcelles (illustration 2)

  • 10 Cette hypothèse, non tirée de l’article de R.Dion, paraît réaliste dans la mesure où on peut imagin (...)

16Tant que les coûts de production restent inférieurs au prix fixe de vente, de nouvelles parcelles sont mises en culture à chaque itération. Si le coût devient trop important en raison de la distance des parcelles encore disponibles au négociant du marché auquel la parcelle est rattachée, la colonisation est arrêtée. Sinon, il y a mise en culture de nouvelles parcelles, dans la limite de 5 parcelles par itération. De cette manière, nous souhaitons prendre en compte de manière empirique le temps de diffusion des pratiques viticoles dans des espaces initialement consacrés à d’autres usages. Le choix de ces 5 nouvelles parcelles se fait dans l’entourage des parcelles déjà en culture10. Dans cet entourage, les parcelles à plus haute qualité sont privilégiées (dans le cas des extensions 1 et 2 du modèle) ou bien sont sélectionnées de manière aléatoire (dans le cas du modèle de base à qualité uniforme des vins et des parcelles).

17A l’initialisation, les parcelles sont situées de manière aléatoire sur le territoire dans un périmètre défini autour du marché auquel elles appartiennent. Lorsque le marché principal ouvre une nouvelle voie commerciale (voir paragraphe suivant sur la construction des réseaux de marchés), cela peut rendre non rentables, en raison de leur éloignement, des parcelles mises en culture sur le marché principal avant l’ouverture d’un approvisionnement sur les marchés voisins. Un mécanisme de mise en friche (abandon d’une parcelle) se met alors en place à la vitesse d’une parcelle par itération (pour prendre en compte de manière empirique le temps de réorientation des choix productifs et la résistance au changement) : les premières parcelles abandonnées sont les plus distantes du siège du marché. En cas d’égalité de distance, ce sont les parcelles produisant des vins de moins bonne qualité qui sont abandonnées.

Illustration 2 : Diagramme d’activité pour la colonisation de parcelles par le marché

Illustration 2 : Diagramme d’activité pour la colonisation de parcelles par le marché

Etienne Delay, 2014

Les stratégies de construction du réseau de marchés

18Le négociant du marché principal choisit de solliciter la mise en culture d’autres parcelles de son marché ou bien de faire appel à des marchés secondaires voisins (marchés B sur l’illustration 3) en comparant les coûts de transport de chacune des solutions. Lorsque le nombre de parcelles mises en culture est important, une nouvelle mise en culture implique des coûts de transport importants car les nouvelles parcelles seront très éloignées du lieu du négociant du marché local. Il est alors possible qu’il revienne moins cher de faire venir du vin de marchés secondaires en prenant en compte la somme des distances parcelles/négociant du marché secondaire + la distance négociant du marché secondaire/négociant du marché principal. Le seul facteur limitant de cette dynamique de mise en culture est le prix maximum fixe que sont prêts à payer les consommateurs étrangers : tant que le coût de production reste inférieur au prix, il est possible d’augmenter la production.

Illustration 3 : Diagramme d’activité pour le choix d’ouverture t de fermeture des routes commerciales

Illustration 3 : Diagramme d’activité pour le choix d’ouverture t de fermeture des routes commerciales

Etienne Delay, 2014

La “ construction ” de la qualité

19Cette notion de qualité est le mécanisme central de l’article de Roger Dion. Dans la lignée des Anciens dont il réactualise et défend la thèse, Roger Dion fait dépendre la qualité de l’ancienneté de mise en culture de la parcelle, mais il intègre également, dans un second temps, la thèse des Modernes selon laquelle la qualité dépend également, mais secondairement, de la qualité des sols.

20Dans l’extension 1 (levée de l’hypothèse 4), la qualité devient fonction du temps. Elle augmente avec les années d’exploitation, et diminue si les parcelles sont abandonnées selon l’équation suivante :

qt+1 =qt+(a × qt)

où :

qt+1 est la qualité finale après l’itération
qt est la qualité à l’instant t
a est un coefficient d’augmentation de la qualité que nous fixons à 0.1 : négatif quand il s’agit d’une parcelle abandonnée, positif sinon.
La qualité ne peut pas décroître en dessous de la qualité initiale de la parcelle.

  • 11 Nous avons également exploré le comportement de notre système en utilisant un modèle évolutif r/K q (...)

21Cette équation induit une qualité illimitée, ce qui peut paraître contre-intuitif11. Toutefois, elle présente l’avantage de pouvoir maintenir un écart durable de qualité entre les crus, conformément à l’article de R.Dion. Il relève en effet que la notion de qualité a été longtemps liée à la réputation et la position sociale de son propriétaire (p421). Cette notion a persisté jusqu’à nos jours, au moins dans le vocabulaire des dénominations bordelaises. En effet on distingue encore aujourd’hui les crus classés des crus bourgeois et paysans. Pour conserver ce type de hiérarchie, la qualité ne peut pas être une fonction finie.

22Dans l’extension 2 (levée de l’hypothèse 5) la qualité des vins varie selon les caractéristiques des sols, en l’occurrence l’altitude de la parcelle : plus l’altitude est élevée, plus la qualité du vin issu de la parcelle augmente. Nous intégrons donc dans l’illustration 6 des coteaux dans le territoire. Les parcelles en coteau profitent d’une qualité initiale supérieure à celle des zones de plaine. Dans cette extension 2, la qualité dépend à la fois de l’ancienneté de sa culture et de l’altitude. Il est donc possible qu’une parcelle de plaine mise en culture très tôt car à proximité du négociant soit de meilleure qualité qu’une parcelle de coteau exploitée plus tardivement. On retrouve ici l’analyse de Roger Dion à propos des parcelles de plaine en bord de Gironde : “ Pour donner au vignoble une importance en rapport avec les avantages économiques exceptionnels que lui assurait le port de Bordeaux, on ne pouvait éviter de l’étaler sur ces terrains plats où les inconvénients du manque d’abri, à si peu de distance de la mer, sont aggravés par un ciel pluvieux. L’esprit inventif des viticulteurs antiques eut raison de ces difficultés ” (p. 430).

Résultats et discussion

  • 12 30 simulations pour 3 nombres de marchés locaux différents.

23Nous initialisons notre modèle dans un environnement à qualités de vins et de sols uniformes, avec une vingtaine de marchés locaux. Lors de l’initialisation du modèle, l’ensemble des marchés est distribué aléatoirement dans l’espace. L’ensemble des parcelles de base est également généré de manière aléatoire dans l’espace. Seuls les résultats robustes, c’est-à-dire qui se retrouvent à chaque fois que nous avons fait tourner le modèle (90 simulations12), sont commentés dans cet article.

24L’un de ces marchés locaux est mis en contact d’un marché étranger. Nous observons qu’au bout de 300 itérations nous sommes en mesure de retrouver les dynamiques dont parle Dion, ce qui est conforme avec les temps longs de la structuration des vignobles analysés dans son article.

Modèle de base : Expansion spatiale dans un monde à qualité uniforme des vins

25Intéressons-nous ici aux dynamiques spatiales des marchés. Elles se déroulent à chaque nouvelle simulation en 3 phases identifiables, visibles sur l’illustration 4 :

  • Phase 1 : la demande du marché étranger (représentée par un bateau) est dirigée sur un marché local (représenté par une maison). Le négociant de ce marché intitulé marché principal (marché A) répercute la demande de sorte que de nouvelles parcelles sont mises en culture. Le marché principal répond à la demande via son marché local tant que les coûts de transport (qui croissent au fur et à mesure que les parcelles nouvellement mises en culture sont éloignées du négociant) restent compétitifs face aux coûts de transport faisant venir du vin d’un marché local voisin.

  • Phase 2 : au début de cette phase, le marché A a atteint une taille importante si bien que les coûts de transport sont trop importants et le négociant cherche désormais à ouvrir une voie commerciale vers d’autres marchés locaux, capables de fournir la production et ainsi faire baisser les coûts de transport. Ce mécanisme, que nous pouvons observer sur l’image du centre de l’illustration 4, conduit à une phase de recul du nombre de parcelles et donc de l’aire de production du marché A : certaines parcelles qui étaient rentables avant l’ouverture de voies commerciales ne le sont plus et se trouvent donc abandonnées.

  • Phase 3 : d’autres marchés sont ouverts dans le but de pouvoir fournir la demande, tout en proposant des coûts de transport les plus bas possibles.

26L’intérêt de ce premier modèle de base réside dans la fluctuation de la taille des vignobles. On retrouve une dynamique historique familière à proximité des zones portuaires, ou lors de l’ouverture du réseau ferré (Mollevi Bortolo, 2012) : par exemple, le vignoble du bordelais, qui a connu un accroissement fort de la demande avec la consommation britannique, conformément à notre modèle, a connu une phase de forte emprise de la viticulture sur l’espace et a permis le développement de vignobles plus à l’intérieur des terres comme celui de Cahors, conduisant à une réduction des différences de tailles des deux vignobles.

Illustration 4 : Trois phases de la simulation permettant de visualiser l’évolution de l’air d’influence des marchés (les traits blancs symbolisent les routes commerciales)

Illustration 4 : Trois phases de la simulation permettant de visualiser l’évolution de l’air d’influence des marchés (les traits blancs symbolisent les routes commerciales)

Etienne Delay, 2014, réalisé avec Netlogo

Extension 1 : L’évolution de la qualité des vins dans un monde à qualité uniforme des sols

  • 13 c’est-à-dire “avec le temps”, souligné par les auteurs.

27Comme annoncé dans la procédure, nous levons maintenant l’hypothèse 4 d’uniformité de la qualité des vins. Dans cette deuxième étape, la qualité des vins ne varie qu’en fonction du temps : l’hypothèse d’uniformité de la qualité des sols est maintenue. Selon Roger Dion, l’ancienneté d’un vignoble peut expliquer que la qualité varie considérablement à caractéristiques pédoclimatiques identiques. “Il est toujours possible à qui peut dépenser sans compter d’apporter de substantielles améliorations à l’état naturel du terrain. Il faut que la côte de Champagne en ait reçu d’innombrables pour qu’un agronome ait pu dire des vignes de ce lieu fameux qu’elles poussent dans un sol artificiel qui a fini par acquérir, à force d’apport incessant13, une constitution qui favorise à un haut degré leur prospérité” (Muntz, 1893, p. 21, cité dans Dion, 1952, p. 421).

28Les 3 phases précédemment évoquées ne sont plus aussi visibles sur l’illustration 5. L’ouverture à des marchés secondaires induisait une baisse du taux d’exploitation des parcelles en phase 2. Mais lorsque la qualité est prise en compte, les parcelles qui ont déjà été mises en culture pourront avoir atteint un niveau de qualité que les exploitations concurrentes mises en culture plus récemment atteindront plus tardivement (c’est ce qu’on observe entre la figure centrale et la figure de droite de l’illustration 5 : le marché local principal a durablement (y compris dans la troisième phase au bout de 300 ans) des vins de qualité moyenne supérieure à celle des vins des autres marchés locaux voisins, la qualité étant représentée par la clarté évoluant du noir vers le rouge). Ainsi, des parcelles peuvent être maintenues en culture en raison de leur qualité. Plus généralement, on peut considérer que le premier territoire connecté à une demande étrangère acquiert un avantage comparatif durable en terme de qualité, étant donné l’antériorité d’une dynamique d’amélioration de la qualité. On retrouvera dans les marchés B des zones aussi qualitatives, mais jamais en aussi grand nombre que celles que nous pouvons observer en A. On comprend donc que la domination du marché A soit plus durable, lorsque la qualité est prise en compte.

Illustration 5 : Trois phases de la simulation permettant de visualiser l’évolution de la qualité des parcelles (la qualité augmente du noir au rouge)

Illustration 5 : Trois phases de la simulation permettant de visualiser l’évolution de la qualité des parcelles (la qualité augmente du noir au rouge)

Etienne Delay, 2014, réalisé avec Netlogo

29L’idée que la qualité est fonction du temps s’inscrit dans une tradition d’économie géographique autour des systèmes productifs locaux. Au-delà de l’hypothèse mise en avant par Roger Dion et basée sur l’ancienneté de trajectoires individuelles, la diffusion des modes et pratiques des uns et des autres permet une augmentation générale de la qualité avec le temps. Lorsque la viticulture gagne du terrain, s’ensuit un phénomène de type “district local” : avec la “concentration d’industries spécialisées dans certaines localités” (Marshall, 1906, p. 460), “les secrets de l’industrie cessent d’être des secrets ; ils sont pour ainsi dire dans l’air, et les enfants apprennent inconsciemment beaucoup d’entre eux” (Marshall, 1906, p. 465). Ainsi, l’effet quantité se traduit par un effet qualité : avec le temps, des savoir-faire se diffusent dans le milieu. Dans la lignée de Becattini (1979) reprenant les travaux de Alfred Marshall, une littérature empirique et théorique importante a permis d’identifier le rôle des connaissances tacites et informelles dans la performance des entreprises d’un même secteur concentrées sur un même territoire (Aydalot, 1984 ; Courlet, Pecqueur, 1991 ; Colletis, Pecqueur, 2005). Une partie de ces travaux a porté sur l’agriculture et notamment sur les AOC, montrant qu’au-delà des spécificités topologiques des territoires, l’émergence des AOC s’expliquent beaucoup par la capacité des acteurs à s’organiser formellement et/ou par l’existence de relations informelles de confiance (Torre, 2000, 2006). Ainsi il est raisonnable de faire l’hypothèse que, dans le cas d’une concentration d’entreprises d’un même secteur telle que ce à quoi aboutit le modèle de base, ces connaissances issues de l’expérience ainsi que ces relations formelles et informelles se développent avec le temps et contribuent à une amélioration générale de la qualité, à la fois en raison de l’expérience acquise sur son vignoble par un exploitant et ses successeurs et en raison de l’expérience collective acquise sur un territoire se diffusant par le bouche-à-oreille et étant difficilement exportable sur des aires de production voisines mais non contigües.

Extension 2 : le rôle microspatial de la qualité des sols

30La phase précédente (illustration 5) permettait de comprendre qu’il puisse exister des différences durables de qualité entre le marché principal et les marchés secondaires. Cette dernière extension du modèle permet de comprendre, en levant l’hypothèse 5 d’homogénéité des sols, qu’à l’intérieur d’un même marché il existe également des différences importantes. Le seul effet du temps aurait pu conduire à une plus grande concentration des zones de qualité à proximité du négociant. En effet, pour des raisons de coût, le négociant commence par convertir en terres viticoles les parcelles à proximité au fur et à mesure de l’augmentation de la demande, de sorte que ces parcelles prennent de l’avance dans l’amélioration de la qualité (illustration 5). Mais si l’on admet qu’il existe certaines zones plus adaptées à la production de vins de qualité (Dion, 1952, p. 427-431 ; Mollevi Bortolo, 2012), cette modélisation permet de rendre compte de différences micro-locales de qualité. Une fois que les parcelles ont été mises en culture, du fait de leur qualité supérieure et du processus de choix des marchés, elles seront moins souvent abandonnées que les autres, de sorte que leur qualité continuera de s’améliorer relativement aux autres parcelles, venant démultiplier l’effet pédoclimatique par un effet socio-économique.

31Avec la levée de l’hypothèse 5, les parcelles ont des caractéristiques pédoclimatiques variables que nous synthétisons dans ce modèle avec la prise en compte de l’altitude : dans l’illustration 6 l’altitude varie du noir (la plaine) au blanc (les altitudes les plus élevées). La qualité initiale des vins issus de parcelles en coteaux est meilleure que celle des vins issus de parcelles en plaines. Roger Dion, en parlant de l’étendue et de la position des vignobles expliqués par les opportunités d’ordre humain, ajoute en effet qu’à “l’intérieur de cette aire, le fondateur du vignoble n’a eu garde de négliger ce qui dans la disposition naturelle des lieux, pouvait ça et là favoriser son dessein. Il s’est efforcé d’attacher ses plantations aux sites dont la constitution géologique, le relief et l’exposition lui promettaient un succès plus facile” (p. 428). Pour faciliter la lecture graphique, l’illustration 6 représente séparément deux aspects d’une même simulation de ce monde où la qualité du vin issu d’une parcelle dépend de l’altitude et de l’ancienneté de cette dernière. La première ligne montre l’emprise spatiale des aires de production, tandis que la seconde nous permet de situer les zones de qualité.

32On observe que le comportement n’a pas fondamentalement changé en plaine si les marchés locaux ne sont pas suffisamment proches d’une colline pour la coloniser de proche en proche (c’est le cas pour le marché principal connecté au marché étranger). Mais le comportement est complètement modifié pour les marchés qui sont proches de la montagne. On constate clairement l’effet des zones d’altitude sur la structuration spatiale du vignoble. Ce qui accentue encore les comportements de compétition pour l’espace (la densité de mise en culture des parcelles est très forte sur les coteaux). On relève aussi l’effet positif pour les marchés B du choc de demande sur la structuration de leur espace : sans choc de demande, il est probable que les zones de coteaux, plus éloignées, n’auraient pas été mises en culture par manque de débouchés suffisamment rentables.

33Si l’on s’intéresse maintenant plus spécifiquement à la qualité (la ligne du bas de l’illustration 6) on constate que l’avance historique prise par le marché principal n’est pas remise en cause (en considérant à moyennes de la qualité des parcelles de l’aire de production) par rapport aux marchés voisins, comme dans l’extension précédente représentée dans l’illustration 5. Mais cette avance historique, qui confère au marché principal la plus grande et la plus qualitative des aires de production, est quelque peu contrebalancée par l’avance qualitative que confèrent aux parcelles les zones de coteaux relevant des marchés secondaires. C’est ce qui va permettre aux marchés secondaires, disposant d’un plus grand nombre de parcelles en coteaux dans leur aire de production, de ne pas être complètement distancés d’un point de vue qualitatif. Nous affinons donc ici la hiérarchisation des rôles des géographies commerciales (niveau macro) et physiques (niveau micro) posée par Roger Dion. Si la géographie commerciale est bien prédominante dans l’explication macro, la géographie physique a également un impact macro quoique secondaire : elle joue sur les différentiels de qualité entre aires de production.

Illustration 6 : représentation graphique de l’extension 2 de la simulation.

Illustration 6 : représentation graphique de l’extension 2 de la simulation.

La première ligne représente l’évolution de la mise en culture des parcelles (chaque couleur représente l’aire de production rattachée à un marché). La deuxième ligne représente l’évolution de la qualité.

Etienne Delay, 2014, réalisé avec Netlogo

34L’illustration 7, proposant un zoom autour du négociant du marché principal, permet de noter un phénomène d’émergence déjà observé par Roger Dion : un second zonage émerge de l’entretien historique accentué sur ces parcelles.

35La notion d’émergence est l’une des notions les plus importantes issues des théories de la complexité, sur lesquelles s’appuient largement les travaux recourant à la simulation. L’émergence se produit quand des interactions à un certain niveau d’organisation produisent des effets différents quand on les observe à des niveaux différents (Gilbert et Troitzsch, 2011). Autrement dit, un phénomène est dit émergent quand son observation n’est pas déductible du comportement individuel des agents qui entrent en jeu dans sa composition.

36Les parcelles les plus vieilles acquièrent une avance qualitative (plus claires, identifiées par les flèches) par rapport à celles qui s’ouvrent plus tardivement. L’apparition de ces zones est ici un phénomène émergent (Gilbert, 1995 ; Gilbert et Troitzsch, 2011) à l’échelle du paysage : le positionnement spatial de ces parcelles, très bien identifié d’un point de vue qualitatif, n’est pas déductible des caractéristiques initiales de la parcelle. Alors que le développement des aires de production s’explique par l’ouverture initiale d’une voie commerciale ou que les différences de qualité entre aires de production peuvent découler de la localisation des coteaux, la grande qualité des vins des parcelles identifiées dans l’illustration 7 ne dépend pas des caractéristiques initiales de ces parcelles. A chaque itération, une parcelle peut être maintenue en culture ou abandonnée pour des raisons liées à leur proximité au négociant ou par hasard (lorsqu’elle est en concurrence avec une autre parcelle de même qualité et à même distance). Mais une fois que l’ancienneté lui permet d’acquérir une qualité supérieure, elle est de moins en moins souvent abandonnée de sorte que sa qualité augmente de plus en plus régulièrement. Ce second zonage doit être comparé à l’identification des crus dans le Bordelais ou des clos en Bourgogne. Ces zones sont identifiées comme très qualitatives par rapport à leur entourage : parcelles historiquement cultivées et ayant profité de générations de cultivateurs attentionnés.

37En interprétant la construction spatiale de ces zones hyper-qualitatives comme un phénomène émergent, nous poursuivons l’affinement, initié plus haut, de la hiérarchisation des géographiques physiques et commerciales. La géographie commerciale n’a pas seulement un impact macro, mais également un impact micro, quoique secondaire par rapport à la géographie physique : si une parcelle est maintenue durablement en culture en raison de sa proximité (faibles coûts de transport) et de sa qualité progressive liée à l’ancienneté, elle peut acquérir une qualité supérieure quelles que soient les conditions pédoclimatiques initiales. Enfin au-delà de leur trajectoire individuelle, on peut imaginer que ces parcelles ont une fonction méso-économique stimulant la vente des parcelles voisine par effet de proximité, et ainsi à l’échelle des marché locaux reconstituer la hiérarchie dans les appellations.

Illustration 7 : identification du second zonage àl’intérieur des zones de qualité

Illustration 7 : identification du second zonage àl’intérieur des zones de qualité

Etienne Delay, 2014, Netlogo

38Les dynamiques mises en évidence dans ce marché “ globalisé ” permettent aussi d’interpréter la création des zones de protection de la qualité comme une mesure de sauvegarde des compétences acquises par les exploitants avec l’expérience. En effet, il n’est pas acceptable de voir sa production écartée de la commercialisation (réduction de la couronne d’influence autour des marchés) sous le prétexte de l’arrivée de vins moins chers. La création des AOC, cette ”arme d’un style nouveau, que lui [au viticulteur de qualité] a donné depuis peu la législation sur les appellations d’origine des vins” (Dion, 1952), peut donc être envisagée comme un moyen pour ces viticulteurs de distordre la concurrence à leur profit. Là encore, le facteur temporel joue un rôle important, car les premiers touchés par la crise seront les premiers à réagir et à faire peut être émerger ces formes d’organisation sociale.

Conclusion

39Soit un milieu viticole produisant du vin pour des consommateurs locaux. Pour des raisons d’ordre géopolitique ou logistique non étudiées ici, une nouvelle demande en vin émerge pour ce territoire. Cette nouvelle demande entraîne une augmentation progressive de la production, aboutissant à une structuration avec un marché local dominant en contact direct avec cette demande étrangère, et des marchés locaux secondaires en contact indirect. La viticulture gagne alors du terrain et la qualité augmente au fur et à mesure à la fois en raison de l’expérience individuelle des exploitants et en raison de la diffusion de proche en proche des innovations selon un phénomène de type district industriel.

40La simulation réalisée permet de donner du crédit au réordonnancement qu’effectue R. Dion en replaçant à leur échelle l’importance des phénomènes en jeu dans la construction de la qualité du vin. Si le rôle du sol et du climat ne sont pas remis en cause localement, l’importance de la géographie commerciale a une très grande implication à l’échelle régionale (Pitte et Collectif, 2010). Cette modélisation permet de comprendre la cohabitation spatiale de vins de diverses qualités. Le processus de mise en place des appellations d’origine contrôlée a été une mesure de ségrégation spatiale distinguant des vignobles de qualité vis-à-vis de leurs voisins, à une période de surproduction qui rendait la différenciation qualitative nécessaire.

41La conception de la viticulture de qualité attribuée aux modernes, mettant l’accent sur la combinaison du cépage du sol et du climat, n’est ici pas à mettre de côté. Comme dans l’article original, elle doit en effet co-exister a l’échelle locale avec l’approche attribuée aux Anciens mettant l’accent sur les voies commerciales dans les variables agissant sur la qualité a une échelle plus large. Notre approche de modélisation retrouve ce résultat où la géographie commerciale joue sur la géographie du vin à l’échelle macro des principales aires de production, tandis que la géographie physique joue sur la géographie du vin à l’échelle micro des différences de qualité dans une même aire de production. Elle encourage donc à garder à l’esprit toute l’actualité de la pensée de Roger Dion dans la construction historique de la qualité des vins.

42La justification de la qualité des vins, a posteriori, grâce aux terroirs, est sans doute une construction intellectuelle partiellement fausse. Elle revient en partie à mettre en place un processus d’auto-justification / auto-validation (Watzlawick, 1984, p. 58). Il faut donc garder à l’esprit que ce quasi-déterminisme de la définition des zones de production de vin de qualité est bien en partie une construction sociale. Dire que si historiquement une région a toujours produit des vins de qualité, c’est grâce à un contexte pédoclimatique particulièrement propice, revient à tracer une cible une fois que l’archer a tiré sa flèche. Et à Roger Dion de nous mettre en garde : “Le spectacle de la création d’un vignoble de qualité en terrain neuf est devenu chez nous, depuis longtemps déjà, chose si rare, que nos contemporains ne se représentent plus ce qu’il faut de labeurs et d’ingéniosité, en pareille entreprise, pour contraindre la nature à donner ce que jamais, d’elle même, elle n’eût offert à l’homme” (Dion, 1952, p. 431).

Haut de page

Bibliographie

Aydalot, P., 1984. Crise & espace. Paris, Economica.

Banos, A., Moreno, D., Pivano, C., & Taillandier, P., 2011, “Christaller, toujours vivant !”, Cybergeo  : European Journal of Geography, accès en ligne à http://cybergeo.revues.org/24877

Banos, A., 2013. Pour des pratiques de modélisation et de simulation libérées en géographie et SHS. Paris 1 - Pantheon-Sorbonne, Paris (France).

Becattini, G., 1979, “Dal settore industriale al distretto industriale. Alcune considerazioni sull’unità di indagine dell’economia industriale”, Rivista di economia e politica industriale n° 1.

Berman, G.P., Izrailev, F.M., 2004, “The Fermi-Pasta-Ulam problem: 50 years of progress”, (arXiv e-print No. nlin/0411062).

Colletis G., Pecqueur B., 2005, “Révélation de ressources spécifiques et coordination située”, Economie et Institution, n° 6-7

Courlet C., Pecqueur B., 1991 “Systèmes locaux d’entreprises et externalités : un essai de typologie”, Revue d’économie régionale et urbaine, vol. 3, No.4, p. 391-406.

Dion, R., 1952,” Querelle des anciens et des modernes sur les facteurs de la qualité du vin”, Annales de Géographie, vol. 61, No.328, 417–431.

Enjalbert, H., 1953. “Comment naissent les grands crus  : Bordeaux, Porto, Cognac (Première Partie)”, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 8, No. 3, p. 315–328.

Gilbert, N., 1995, Emergence in social simulation Autonomous Societies : The computer simulation of social life, p. 144–156.

Gilbert, N., et K. G. Troitzsch, 2011, Simulation For The Social Scientist, 2nd Revised edition, Open University Press, McGraw-Hill Education.

Hinnewinkel, J.-C., 2010, Faire vivre le terroir  : Hommage au professeur Philippe Roudié, Bordeaux, PU Bordeaux.

Laperrière, V., 2004, Modélisation multi-agents du changement de pratiques viticoles, Grenoble : UMR 3S Structures et Dynamiques Spatiales, accès en ligne à http://cormas.cirad.fr/pdf/deaLaperriere.pdf

Marshall, A, Principes d’économie politique, (1890), Livres IV, trad. franc. F. Sauvaire-Jourdan, (1906), Paris, Giard et Brière éditeurs.

Mollevi Bortolo, G., 2012, “Le paysage de la vigne et du vin”, Territoires du vin, Varia sur les Territoires du vin, accès en ligne à http://revuesshs.u-bourgogne.fr/territoiresduvin/document.php?id=1521

Pitte, J.-R., & Collectif, 2010, Le bon vin entre terroir, savoir-faire et savoir-boire  : Actualité de la pensée de Roger Dion. CNRS Editions.

Schmitt, C., Pumain, D., 2013. “Modélographie multi-agents de la simulation des interactions sociétés-environnement et de l’émergence des villes”. Cybergeo  : European Journal of Geography, document 643, mis en ligne le 16 avril 2013, consulté le 25 juillet 2013. URL : http://cybergeo.revues.org/25900

Rey, A., Tomi, M., Tanet, C., Hordé, T., & Collectif., 2011, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Editions Le Robert.

Torre A., 2000, “Économie de la proximité et activités agricoles et agroalimentaires, éléments d’un programme de recherche”, Revue d’économie régionale et urbaine, No. 3, p. 407-426

Torre, A., 2006, “Collective action, governance structure and organizational trust in localized systems of production. The case of the AOC organization of small producers”, Entrepreneurship and Regional Development, vol. 18, No. 1, p. 55–72.

Varenne, F., 2010, Formaliser le vivant lois, théories, modèles  ?, Paris, Edition Hermann.

Varenne, F., 2011 Chapitre 15 : “ du modèle à la simulation en sciences sociales ” in Varenne (2011), Modéliser le social : méthodes fondatrices et évolutions récentes. Paris, Dunod.

Varien, M.D., Ortman, S.G., Kohler, T.A., Glowacki, D.M., Johnson, C.D., 2007, “Historical ecology in the Mesa Verde region: results from the Village Ecodynamics Project”, American Antiquity, vol. 72, No. 2.

Von Thünen, J.H., 1966, Isolated state: an English edition of Der isolierte Staat, London, Pergamon Press.

Watzlawick, P., 1984, La réalité de la réalité - Confusion, désinformation, communication. Seuil.

Wilensky, U., 1999, Netlogo. Northwestern University. Evanston, IL: Center for Connected Learning and Computer-Based Modeling, consulté le 25 juillet 2013. URL http://ccl.northwestern.edu/netlogo/

Haut de page

Notes

1 Cette manière de concevoir la viticulture de qualité est très proche de la manière dont on définit le terroir aujourd’hui dans le dictionnaire historique de la langue française (Rey, Tomi, Tanet, Hordé, & Collectif, 2011).

2 En l’absence de nom d’auteur, toutes les références sont extraites de Dion, 1952.

3 Netlogo est une plateforme de modélisation sous licence libre http://ccl.northwestern.edu/netlogo/ .

4 Le code informatique du modèle est téléchargeable sur https://github.com/ElCep/dion_still_alive

5 Nous ne prenons pas en compte ici les considérations politiques inhérentes a la protection de l’outil de production  par exemple la politique de restriction des importations entre Cahors et Bordeaux évoquée par H.Enjalbert (1953), qui pourrait facilement être formalisée pour être intégrée dans une extension du modèle mais qui ne fait pas partie des analyses de R.Dion.

6 Cette simplification acceptée à l’origine de l’économie géographique de Von Thünen en 1910 a donné lieu à de nombreux débats que nous ne pouvons aborder ici. Cela pourrait donner lieu à une prochaine étape du programme suggéré par Banos et al. (2011) de revisiter les auteurs anciens.

7 Il serait également possible de lever les hypothèses 2 de prix fixe et 3 de coûts uniquement dépendants de la distance, mais dans cet article ce qui est privilégié est de simuler les hypothèses de R.Dion. Or, ce dernier n’a pas développé ces aspects.

8 “UML” (de l’anglais Unified Modeling Language), ou Langage de modélisation unifié, est un langage de modélisation graphique à base de pictogrammes. Il est utilisé en développement logiciel et en conception orientée objet. UML est couramment utilisé dans les projets logiciels. UML est l’accomplissement de la fusion de précédents langages de modélisation objet (source: wikipedia).

9 Sauf dans l’illustration 6 où la forme suit celle des coteaux

10 Cette hypothèse, non tirée de l’article de R.Dion, paraît réaliste dans la mesure où on peut imaginer qu’il va plutôt y avoir expansion des viticulteurs en place sur des parcelles à proximité plutôt que création de nouveaux vignobles ad hoc. Une extension du modèle qui permettrait de créer de nouveaux vignobles loin des parcelles existantes serait possible mais ne modifierait pas les résultats qui sont stables quelles que soient les dispositions aléatoires initiales des parcelles en culture.

11 Nous avons également exploré le comportement de notre système en utilisant un modèle évolutif r/K qui permet de considérer la qualité comme quelque chose de fini à une petite échelle de temps (K étant fixe à une petite échelle de temps et variant périodiquement). Les résultats étant suffisamment proches, nous avons opté pour les préceptes KISS (Keep it simple) (Banos, 2013) en privilégiant l’équation à qualité illimitée, moins réaliste dans ses hypothèses, mais peu différente dans les résultats de la modélisation. De plus, le modèle vise essentiellement à formaliser les hypothèses de Roger Dion qui n’entre pas dans ce détail de définition de la qualité.

12 30 simulations pour 3 nombres de marchés locaux différents.

13 c’est-à-dire “avec le temps”, souligné par les auteurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Diagramme UML représentant les classes du modèle
Crédits Etienne Delay, 2014
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26961/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Illustration 2 : Diagramme d’activité pour la colonisation de parcelles par le marché
Crédits Etienne Delay, 2014
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26961/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Titre Illustration 3 : Diagramme d’activité pour le choix d’ouverture t de fermeture des routes commerciales
Crédits Etienne Delay, 2014
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26961/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Illustration 4 : Trois phases de la simulation permettant de visualiser l’évolution de l’air d’influence des marchés (les traits blancs symbolisent les routes commerciales)
Crédits Etienne Delay, 2014, réalisé avec Netlogo
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26961/img-4.png
Fichier image/png, 22k
Titre Illustration 5 : Trois phases de la simulation permettant de visualiser l’évolution de la qualité des parcelles (la qualité augmente du noir au rouge)
Crédits Etienne Delay, 2014, réalisé avec Netlogo
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26961/img-5.png
Fichier image/png, 31k
Titre Illustration 6 : représentation graphique de l’extension 2 de la simulation.
Légende La première ligne représente l’évolution de la mise en culture des parcelles (chaque couleur représente l’aire de production rattachée à un marché). La deuxième ligne représente l’évolution de la qualité.
Crédits Etienne Delay, 2014, réalisé avec Netlogo
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26961/img-6.png
Fichier image/png, 75k
Titre Illustration 7 : identification du second zonage àl’intérieur des zones de qualité
Crédits Etienne Delay, 2014, Netlogo
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26961/img-7.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Delay et Marius Chevallier, « Roger Dion, toujours vivant ! », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], GeOpenMod - Modèles et logiciels, document 721, mis en ligne le 06 mai 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26961 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26961

Haut de page

Auteurs

Etienne Delay

Doctorant en géographie, Geolab, Université de Limoges, etienne.delay@unilim.fr

Articles du même auteur

Marius Chevallier

Maître de conférences en économie, Geolab, Université de Limoges, marius.chevallier@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page