Navigation – Plan du site

L’AAG pour les nuls

The AAG for Dummies
Marianne Blidon

Résumés

Ce papier s’adresse aux collègues et aux étudiants qui ne connaitraient pas The Association of American Geographer annual meeting et qui s’interrogeraient sur la pertinence de leur participation à ce congrès (d’où le titre). De l’enregistrement à la communication en passant par le programme, il offre, sous la forme d’un récit personnel, un mode d’emploi partiel et partial, destiné à tirer le meilleur parti de cette manifestation scientifique internationale.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Toute ma reconnaissance à Claire Hancock et à tou-te-s celles/ceux dont la bienveillance, la convivialité ou les idées partagées ont rendu cette expérience si réjouissante.

À chacun son AAG

  • 1 Ces derniers se verront remettre un prix durant l’AAG Awards Luncheon pour leur endurance et leur f (...)
  • 2 Pure spéculation… je n’ai aucune info sur la question !

1Il y a les vieux routards un peu blasés, les rompus à l’exercice, les enthousiastes (de la première fois ou de la 50e fois1), les timides, les opportunistes, les sceptiques qui se demandent bien à quoi bon, ceux qui prennent leurs vacances avant ou après, ceux qui louent une villa et passent la semaine à Venice Beach, ceux qui restent enfermés et n’auront rien vu de la ville, les émerveillés qui se promettent de renouveler l’expérience l’an prochain, ceux qui n’y (re)mettront jamais les pieds par principe ou faute d’opportunité, ceux qui vont retrouver de vieilles connaissances, s’en faire de nouvelles, les solitaires et les grégaires, ceux qui communiquent (ou pas), les financés (ou pas) avec (ou sans) perdiem, ceux qui reviennent avec une proposition d’article, un visiting ou plus vraisemblablement des cartes de visite qui ne serviront jamais, ceux qui font du shopping chez Banana Republic, Abercrombie, Urban outfitters ou Hollister, ceux qui rapportent un jean, des converses, les nouveautés de Routledge, Ashgate ou Taylor & Francis, ceux qui rentrent bredouilles, à découvert ou avec un reliquat de perdiem, ceux qui vont au Hilton ou en auberge de jeunesse, ceux qui partagent une chambre ou un appart Airbnb, ceux qui viennent seuls, en famille (avec ou sans enfants), avec leur labo ou leur promo (de master de l’ENS), ceux qui font leur jogging, ceux qui courent les sessions, ceux qui ont mal à la tête, ceux qui ont des happy face, ceux qui vont s’enrhumer à cause de l’air conditionné, ceux qui reviendront motivés, ceux qui passeront à côté, les déçus, les satisfaits, ceux qui gèrent efficacement le(ur) programme, ceux qui s’y perdent, ceux qui renoncent, ceux qui repartent à deux ou plus si affinité2, ceux qui font la queue au Starbucks, celles qui font la queue aux toilettes, ceux qui mangent des burgers, des tacos, des pizzas, des caesar salad, ceux qui oublient de manger, ceux qui abusent du café, ceux qui reviennent avec du poids, des cernes ou des idées, ceux qui se réveillent à 2h, 4h ou 6h, ceux qui restent entre Français, ceux qui les évitent, ceux qui cherchent David Harvey ou des petits pots de bébé, ceux qui ont eu du mal à s’enregistrer, les stressés, ceux dont le power point est prêt (et les autres), ceux qui cherchent une place dans le hall, ceux qui s’y endorment, ceux qui parlent très bien anglais et ceux qui parlent moins bien anglais… Bref à chacun son AAG !

Framework !

2Ce qui suit est un mode d’emploi partiel et partial (le géographe qui se pique d’anthropologie dirait, de manière plus légitimante, une ethnographie située mais distanciée), totalement empirique et totalement subjectif mais éventuellement heuristique pour qui voudrait se lancer dans l’expérience de participer à cet événement professionnel qui s’impose de plus en plus comme un rite de passage (« ma première AAG ! »), un incontournable (« pour exister, va à l’AAG ! ») et une forme de distinction (« t’es jamais allé à l’AAG ? ! ») pour les géographes francophones en manque de grande messe annuelle susceptible de fédérer la communauté, de nourrir leur curiosité ou de satisfaire leur besoin naturel de reconnaissance. Il s’appuie sur l’expérience de ma participation à six AAG depuis 2008.

3Ce papier vise aussi à désamorcer certains écueils afin de dépasser les critiques de collègues dépités pour qui l’AAG : « ça ne sert à rien », c’est « too big », « 15 minutes de présentation standardisée, c’est trop court », « ma session était à 8h le dernier jour, il y avait trois pelés et un tondu dans la salle », « l’AAG n’offre aucune visibilité », « ce n’est pas rentable », « ces grands congrès internationaux, ça ne sert à rien, c’est une perte de temps et d’argent »... Ce qui est à la fois extrêmement vrai et incroyablement faux. La possibilité de satisfaire à une logique de rentabilité et de maximiser les profits matériels et symboliques, outre le fait qu’elle appellerait une discussion de fond dans un contexte de raréfaction des ressources et de mise en concurrence, est étroitement liée aux thématiques de recherche, aux logiques de réseaux, aux étapes de la carrière ou d’un programme de recherche, ainsi qu’à l’investissement de chacun-e en termes d’attentes, de temps et d’énergie consacrés ou de ténacité.

L’AAG, en résumé

  • 3 Si l’association comptait à sa fondation, en 1904, 48 membres, elle s’honore d’en compter aujourd’h (...)

4Chaque année depuis 1904, entre la mi-mars et la mi-avril, des géographes anglophones ainsi que des confrères et sœurs venus du (presque) monde entier3 convergent en masse vers une métropole américaine de la côte Ouest ou de la côte Est (New York, San Francisco, Boston, Chicago, Los Angeles, Seattle, Las Vegas...) et investissent durant cinq jours les moindres recoins d’une luxueuse chaine hôtelière internationale (Hilton, Hyatt, Sheraton, Marriott…) localisée dans un quartier d’affaires hérissé de tours. Cette transhumance a pour nom The Association of American Geographer annual meeting, AAG pour les initiés ou les adeptes de la concision.

5L’AAG, c’est l’hypermarché de la géographie mondiale. Ce n’est ni familial ni artisanal, ce qui implique d’être :

    • 4 Depuis 2004, le seuil des 5 000 inscrits est systématiquement dépassé avoisinant les plus ou moins (...)

    démesurément grand (la manifestation accueille chaque année plusieurs milliers de congressistes4 qui se répartissent dans plus de 90 sessions parallèles ; sessions qui s’enchainent de 8h à 19h – à l’exception des 20 minutes de pause réglementaire entre chaque session qui occasionnent le déversement dans les couloirs et l’emplacement stratégique du lobby d’un flot d’AAGistes éreintés, (in)satisfaits ou repus de science) ;

  • peu soucieux de soutenabilité et autre durabilité qui font recette en session, et ce malgré l’effort notable de la direction de fournir à chaque inscrit une gourde afin d’éviter une surconsommation de gobelets en plastique ;

  • éclectique et pratiquement exhaustif (jeune padawan, si tu travailles sur un sujet que tes collègues trouvent bizarre et non géographique, que tu te sens seul-e au monde ou incompris… et bien à l’AAG, tu trouveras forcément TA communauté ! Des sessions remplies d’ami-es avec qui partager le même souci pointilleux pour n’importe quel sujet possible et inimaginable). D’Africa à Wine en passant par Bible, Animal Geographies, Socialist and Critical Geography ou Cryosphere mais aussi Cartography, Urban geography ou Geomorphology (à chacun ses classiques et son exotisme), le meilleur comme le pire coexistent parmi une soixantaine de spécialités constituées en speciality groups ;

  • géré de manière drastique (gare à celui ou celle qui dépassera les 15 ou 20 minutes allouées à sa présentation) et totalement standardisé (tout ici est calibré) sous l’œil d’une armada de volontaires en tee-shirt jaune recrutés parmi les étudiants de master ou de doctorat qui se voient offrir l’accès à la manifestation contre quelques heures d’aide à l’orientation ou de maintenance logistique (ça marche aussi pour les Français !).

6L’AAG n’est d’ailleurs pas un produit original puisque le concept se décline dans toutes les disciplines : l’AAA dite triple A en Anthropologie, la PAA en sciences de la population, l’ASA en sociologie à ne pas confondre avec l’AAS qui s’adresse aux astronomes… rappelant par là même le poids écrasant des États-Unis dans la production scientifique mondiale. En même temps, c’est écrit dessus, c’est LEUR congrès, ce qui a pour effet l’imposition de leur échelle de valeur et de leur écrasante domination.

7L’AAGiste, quant à lui, est reconnaissable au cordon vert au bout duquel pend fièrement son sésame, géolocalisé et nominatif, qui prouve qu’il s’est acquitté des frais d’inscription requis dont la somme indécente – inversement proportionnelle aux services octroyés - n’a d’égale que le nombre de pages du programme. Mais je m’égare…

Registration / L’important, c’est de s’inscrire (ou du moins c’est un préalable)

8Contrairement à beaucoup de colloques, l’AAG n’est pas sélective. Sous réserve de s’être inscrit et d’avoir dûment acquitté des frais d’inscription, elle est ouverte à tous (d’où le meilleur côtoyant le pire). Néanmoins, une légère subtilité départage les participants entre ceux qui se sont inscrits dans une session constituée et ceux qui ont soumis seul leur proposition de communication. Ces derniers s’exposent indubitablement à atterrir dans une session placée en début ou en fin de journée, dans un lieu reculé, où l’auditeur se fera rare et dont ils se demanderont longtemps quelle est la cohérence scientifique. C’est donc le scénario le moins confortable et une source probable d’insatisfaction !

9Il importe donc en amont d’avoir accès aux appels à communication transmis dès l’été via les listes de diffusion5 afin de soumettre une proposition dans un panel thématique ou de candidater à un author meet critics (ce type d’appel est rare car les organisateurs préfèrent généralement constituer eux-mêmes leur panel de commentateurs). Si la proposition est retenue, il appartient au participant de s’inscrire et de transmettre aux organisateurs de la session son code PIN afin que ces derniers l’enregistrent (d’où la nécessité de ne pas attendre le dernier moment au risque de s’exposer à un problème de serveur). À de rares exceptions, une session organisée par des francophones sans assisse internationale forte a peu de chances de séduire les anglophones dont les espaces de légitimation et de valorisation professionnelle sont ailleurs. Certaines sessions sont ainsi uniquement constituées de géographes français s’adressant en anglais à un auditoire majoritairement francophone... Certains collègues européens ont aussi fait l’expérience déstabilisante de voir venir à eux des doctorants qui se sont éclipsés à peine énoncé leur université de rattachement, manifestant par là leur désintérêt manifeste pour des chercheurs qui ne leur sont a priori d’aucune utilité pour la suite de leur carrière. Si l’objectif est de faire connaître ses travaux au-delà des frontières hexagonales, mieux vaut co-organiser une session, sponsorisée par un ou plusieurs speciality group (mentionnés précédemment… d’Africa à Wine), avec un-e collègue anglophone apte à solliciter des propositions et à susciter l’intérêt des auditeurs.

Lost in Hyatt’s levels (ou comment naviguer dans une offre pléthorique)

10Une fois son inscription réussie et après voir trouvé une place dans le programme, reste à naviguer dans une offre pléthorique propre à décourager les meilleures volontés. En effet, comment choisir parmi 98 sessions parallèles quand au moins 10 vous intéressent ? Je n’ai pas la réponse si ce n’est de télécharger à l’avance le programme afin de s’y repérer ou de s’aider d’une requête par noms, mots-clés ou spécialités sur le site de l’AAG en fonction de ses centres d’intérêt scientifiques et pédagogiques (ce que je devrais idéalement faire mais que je fais rarement faute de temps… à part pour savoir qui j’y retrouverai).

  • 6 Le site mentionne : « Whether you're looking for your first job, considering graduate school, or ch (...)

11S’il est principalement question d’enjeux en terme de recherche, l’AAG est aussi une formidable opportunité pour mettre à jour ses enseignements tant au plan des connaissances (visite de la ville incluse) que de la didactique. Il existe d’ailleurs de nombreuses sessions consacrées à ces questions qui peuvent être extrêmement stimulantes par le décentrement et la confrontation avec d’autres espaces académiques qu’elles offrent. Le programme comporte de nombreux panels rafraichissants ou incongrus pour les géographes français peu familiers du système académique états-unien ou britannique à commencer par des workshops dont le nombre de places est limité et auxquels il faut s’inscrire à l’avance, éventuellement en s’acquittant de frais. Leurs thématiques, aussi déclinées en sessions, sont principalement dédiées à des enjeux professionnels tels que la pédagogie (Understanding International Students in Our Classrooms), la prise en compte des conditions de travail et de la conduite de la carrière (Visions of the Future : Precarious Working Conditions in Academia ; Supporting Women in Remote Sensing and GIS), l’organisation du travail et la conciliation (Family and Academia : Strike a Balance), la valorisation de ses travaux (Networking : Promoting Yourself by Making Connections that Count ; Professional Networking Strategies), l’insertion professionnelle et le soutien aux étudiants (Beyond the Ivory Tower A : Preparing Geographers for Business and Private Sector Careers ; Opportunities in Science Policy for Geographers and Envrionmental Scientists ; Working Abroad : International Job Opportunities for Geographers ; Speed-Dating with an NSF Program Officer (Opportunity 1 of 3) ; Career Mentoring6 ; Meet the Author : How to Design ; Write, and Present a Successful Dissertation Proposal…) qui sont rarement discutés ou pris en charge collectivement en France.

12Si l’overdose menace, il y a toujours la possibilité de se replier sur l’exhibition hall, l’espace dévolu aux éditeurs, dont les stands replets présentent les dernières nouveautés rendues attractives par les rabais octroyés pour l’occasion ou les goodies offerts (« Houah un stylo Taylor & Francis, je comprends mieux pourquoi ma bibliothèque est endettée sur 10 générations pour que j’aie accès à son bouquet de revues… Tiens, je vais en prendre deux ! » mais une fois de plus je m’égare…).

13Une fois satisfaite sa soif de connaissances, l’AAGiste se voit proposer un autre genre d’activité, nouvelle occasion de socialiser, à savoir tous les social events dont les plus studieux sont les business meeting des groupes de travail et les plus détendus sont les parties organisées par l’AAG (« Ah ! voir son idole se déhancher au son d’un air des années 50s… »), par des revues (confère les tarifs des abonnements susmentionnés !), des associations d’étudiants ou des universités (il y a des cotations mais je maîtrise mal… donc se renseigner !) en mode « on boit des verres et on fait connaissance » (en tout bien tout honneur… c’est pas non plus les fêtes de Canal+ sur la croisette !). Pour qui débarque seul-e au milieu de groupes largement constitués, ce moment peut néanmoins s’avérer légèrement délicat. C’est donc une raison supplémentaire de participer aux pré-conférences.

14Les pré-conférences ont généralement lieu deux ou trois jours avant l’AAG dans une ville moyenne plus ou moins proche de la métropole organisatrice qui offre peu de tentations d’évasion (Tacoma par exemple… un campus construit dans un quartier délabré et ségrégé dont la vocation n’était pas d’apporter les lumières de la science aux plus pauvres mais d’éradiquer le trafic de drogue et la prostitution…) et où l’immersion est réellement productive (tu m’étonnes !) : on s’écoute, on discute aux pauses, on déjeune et on fait parfois une visite ensemble… Bref on apprend à se connaître et éventuellement à s’apprécier. C’est alors d’autant plus facile de s’intégrer à l’AAG et de saluer au détour d’un couloir un-e collègue rencontré-e deux jours plus tôt (quand on fait partie des survivor de Tacoma, forcément ça crée du lien…).

15Les field-trip qui rassemblent le temps de quelques heures une quinzaine de collègues peuvent éventuellement remplir la même fonction. Et des field trips, il y en a toujours pour tous les goûts (de la Gentrification and Neighborhood Change in Pilsen en passant par Planting the City: Urban Agriculture, Aquaponics, and Community Gardens on Chicago's South Side, Geographies of Beer, Sacred Places in Chicago, Chicago Architecture Foundation Walking Tour: City of Big Data ou Activism and Activists in Chicago in the 1960s).

16Néanmoins, si les participations aux pré-conférences et aux field trips sont efficaces, elles le sont d’autant plus que cette participation s’inscrit dans la durée. Ce n’est qu’au bout de plusieurs conférences que les collègues anglophones m’ont invitée à participer à des projets collectifs… !

De l’art de la communication à l’AAG

17Bien que je sois loin de maîtriser toutes les subtilités de l’art de la communication en anglais (à commencer par le fait que je le parle très mal dans tous les sens du terme : non seulement mon accent est déplorable mais, à jeun, les mots ont tendance à sortir de manière non hiérarchisée et en dépit de toute convenance grammaticale – je me permets cette confidence honteuse à l’adresse de ceux qui pensent que l’AAG est uniquement réservée aux bilingues, rassurez-vous on peut parler très mal anglais et ne pas mourir foudroyé…), je vais rappeler deux ou trois évidences.

18Si certains Américains peuvent se permettre de parler vite, de manière inaudible et sans power point, il est vivement recommandé aux géographes étrangers de ne pas les imiter... Le power point peut s’avérer un bon investissement (les messages visuels doublant la présentation orale). De même, il convient d’aller à l’essentiel à partir d’une idée directrice qui sera présentée dès le début… La nécessité d’être synthétique est d’autant plus impérative que nos terrains et nos objets sont généralement peu familiers à des Américains pour lesquels il faut localiser et présenter le contexte ce qui ampute d’autant le temps – déjà réduit – imparti à la présentation et cela généralement au détriment de l’analyse. Disons que c’est une mise en pratique intéressante de la domination culturelle…

19Au moment de poser des questions, il convient toujours de saluer de manière amphigourique et démesurément appuyée l’excellence et l’originalité de la présentation dont on remerciera vivement l’auteur pour tant de génie et de clairvoyance (cela permet de garder les pieds sur terre à l’issue de sa propre présentation et de relativiser les « amazing » reçus…).

20Enfin, si beaucoup de géographes français utilisent les colloques pour mettre à l’épreuve leurs idées et diffuser les premiers résultats de leur recherche, c’est rarement le cas de nos collègues anglophones qui présentent généralement un travail avancé voire un papier en cours de publication afin d’en préserver la nouveauté pour d’autres audiences. Les communications sont donc généralement beaucoup plus elliptiques que les versions à paraître. Ce décalage de temporalité doublé d’une moindre maîtrise linguistique et éditoriale peut conduire à la situation légèrement paradoxale et ubuesque où vous vous retrouvez enjoint de citer vos (meilleures) idées reprises par des collègues indélicats qui se les sont largement appropriées sans vous citer. Cela m’est arrivé par deux fois. Dans un cas, le doctorant suédois était venu me voir de manière débonnaire à la fin de ma présentation et m’avait demandé de lui faire parvenir mon power point. Je le lui avais non seulement envoyé mais j’avais ajouté un article en anglais (beaucoup plus complet !) que l’organisatrice de la session avait sollicité et qui n’a jamais été publié, cette dernière n’ayant plus jamais donné de nouvelles. Quatre années plus tard, c’est médusée que j’ai assisté à une présentation de ce collègue dans une session de l’AAG, celui-ci ayant repris à son compte dans le cadre de sa thèse, non seulement le sujet de ma communication mais aussi la méthodologie et le cadre conceptuel sans y faire la moindre mention. Comme dirait Michel Audiard, « les ****, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît », ce dernier ne s’est pas démonté et c’est tout sourire qu’il est venu vers moi à la fin de la session me demander avec beaucoup d’insistance sur quoi portaient mes nouvelles recherches... D’aucuns diront que c’est le jeu de la circulation des idées mais à ce jeu évidemment nous ne sommes pas tous égaux à commencer par ceux qui sont hors-jeu, c’est-à-dire hors de l’espace académique et éditorial anglophone. Prudence donc concernant la diffusion de vos idées les plus novatrices au risque qu’elles soient très largement diffusées avant même que vous les ayez vous-même publiées.

Low expectations, no desillusions

  • 7 « I’m asking for your help (again!) for my next Newsletter column. I want to call attention to the (...)

21Pour conclure, je vais m’attarder non pas sur les vices et les vertus de l’AAG, mais sur quelques points qui méritent peut-être notre attention. Tout d’abord, l’AAG est un haut lieu de la géographie internationale dirigé cette année par une géographe féministe britannique – Mona Domosh – qui essaie dans la mesure de ses moyens de faire évoluer cette vénérable institution, ce qui somme toute mérite d’être salué. Pour ce faire, elle a notamment mis au débat la question de la garde des enfants des participants – l’universel va sans dire – ou celle des expériences quotidiennes du sexisme / du racisme / de l’homophobie qui sont encore trop souvent banalisées et déniées au sein de l’Université7. Par là, elle montre que la recherche n’est pas déconnectée des conditions matérielles et symboliques de sa production. C’est aussi un travail qui implique la prise en compte de sa réalisation effective. Car si certains collègues – au masculin, pas l’universel cette fois ! – peuvent encore se permettre de rire de ces basses préoccupations, qu’ils qualifieront avec tout le mépris qui s’impose de « politiquement correctes », il y a fort à parier que, contrairement à leurs homologues féminines, ils se sont fort peu préoccupés avant leur départ de renflouer le stock de goûters, de laver le linge pour que toute la maisonnée dispose de culottes et autres chaussettes propres pour la semaine ou encore de planifier au cordeau les séances de cirque de Camille, celles de danse d’Arthur ou encore celles de solfège de Louise (à moins que ce ne soit l’inverse…).

  • 8 Voir p. 694 de la 3e édition d’Introducing Human geographies coordonnée par Paul Cloke, Philip Gran (...)

22L’AAG, c’est ensuite la possibilité de remiser nos complexes nationaux et de s’apercevoir que le fameux « retard français » ne vaut pas pour tout. Loin d’être hors-jeu, la France comporte un vaste vivier de références théoriques ; le géographe anglophone étant généralement bercé dès la licence de références à Foucault, Bourdieu, Deleuze, Latour, de Beauvoir ou encore le film La Haine8. Nos thématiques de recherche peuvent aussi s’avérer en phase, voire à la pointe des débats scientifiques. Enfin, le doctorant qui repousse la fin de son terrain, se demandant anxieusement si un 98e entretien ne serait pas essentiel pour asseoir la légitimité de son corpus, aura un certain profit à écouter des présentations dont la démonstration, certes remarquable, s’appuie sur deux ou trois entretiens. Du moins, il devrait en ressortir plus détendu, apte à se lancer enfin dans la rédaction de sa thèse (argument à tenter éventuellement auprès de son directeur pour se faire financer une participation à l’AAG !).

23En espérant que ce papier aura donné des clés à ceux qui voudraient tenter l’expérience et en tirer le meilleur, dernier conseil qui m’a été prodigué avec sagesse à l’AAG par une collègue française… Low expectations, no desillusions !

24Nota Bene : Parce que l’AAG est aussi une embodied experience (si tu ne sais pas de quoi il retourne pas de panique, il y a plein de sessions sur le sujet !), petit rappel des trois indispensables de l’AAGiste : l’aspirine déclinable en version paracétamol (une session, ça va… trois sessions d’affilée bonjour les dégâts !), le foulard déclinable en version écharpe ou en chèche selon l’orientation thématique (en session, ça caille rapport à la clim…) et les baskets (éventuellement à acheter sur place… mais attention, il faut prévoir… y a pas de magasins de chaussures dans le centre de Tacoma !).

Haut de page

Notes

1 Ces derniers se verront remettre un prix durant l’AAG Awards Luncheon pour leur endurance et leur fidélité (« Members who have held 50 years of continuous membership will be recognized for their enduring support and contributions to the Association »).

2 Pure spéculation… je n’ai aucune info sur la question !

3 Si l’association comptait à sa fondation, en 1904, 48 membres, elle s’honore d’en compter aujourd’hui plus de 10 000 issus d’une soixantaine de pays (10 544 en 2012 pour être précis). (p. 317 - http://www.aag.org/galleries/publications-files/Handbook.pdf).

4 Depuis 2004, le seuil des 5 000 inscrits est systématiquement dépassé avoisinant les plus ou moins 8 000 ; les variations d’effectifs dépendant en partie de l’attractivité et de l’accessibilité de la métropole investie (p. 318 - http://www.aag.org/galleries/publications-files/Handbook.pdf).

5 Parmi elles, geotamtam qui est une liste francophone (https://sympa.unil.ch/wws/info/geotamtam), les speciality group en ont généralement une (http://www.aag.org/cs/membership/specialty_groups) et plusieurs listes thématiques sont accessibles via des sites académiques (https://www.jiscmail.ac.uk/cgi-bin/webadmin?INDEX) qui recensent notamment la liste des géographes critiques (https://www.jiscmail.ac.uk/cgi-bin/webadmin?A0=CRIT-GEOG-FORUM).

6 Le site mentionne : « Whether you're looking for your first job, considering graduate school, or changing careers, the advice of a mentor can help prepare you for success in today's competitive job market. Researchers from the AAG have assembled a team of experienced geography professionals and faculty members to provide one-on-one and small-group consultation about careers in a variety of industries and employment sectors. Topics for discussion could include creating resumes and cover letters that will grab an employer's attention, finding jobs where you can put your geography skills and training to work, developing your personal and professional networks, and long-term career planning. You can also get information about the numerous career-related sessions that will be held during this year's Annual Meeting ».

7 « I’m asking for your help (again!) for my next Newsletter column. I want to call attention to the everyday ways that many of us experience sexism/racism/homophobia; the so-called ‘small’ ways that people treat us differently because of our perceived ‘otherness.’ These everyday racisms/sexisms/acts of homophobia (that include comments, looks, actions, etc.) are pervasive, insidious, and damaging, but are often overlooked as ‘official’ forms of discrimination and harassment. To call attention to them, I’m asking for fellow geographers to email brief descriptions (no names please, just what happened) of the incidents that they are experiencing over a three-week timeframe, from April 4-25. My plan for the column is to start with a brief introductory paragraph, and then simply include an annotated and anonymous list of ‘everyday’ isms that geographers have experienced over a set time period » (message de Mona Domosh diffusé notamment sur la liste CRIT-GEOG-FORUM@JISCMAIL.AC.UK).

8 Voir p. 694 de la 3e édition d’Introducing Human geographies coordonnée par Paul Cloke, Philip Grang et Mark Goodwin chez Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « L’AAG pour les nuls », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 13 mai 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26977

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

MCF Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
marianne.blidon@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page