Navigation – Plan du site
2015
723

Images, textes et visions du monde : les dispositifs à l’œuvre dans les magazines grand-public de géographie

Iconology, texts and worldviews: the ways of objectifying reality in mainstream magazines dealing with geography
Guilhem Labinal

Résumés

Cet article analyse les dispositifs iconologiques et textuels mis en œuvre dans les publications grand public de géographie telles que Geo ou National Geographic magazine. Nous proposons d’identifier les figures du discours et les postures retenues par les magazines pour présenter l’information au public, en les différenciant suivant la distance accordée aux lecteurs pour raisonner sur l’espace et les sociétés. En nous inspirant de l’iconologie, du structuralisme littéraire et des recherches sur la vulgarisation, notre ambition est de montrer comment le traitement des espaces, la mise en scène de l’information et l’utilisation des images définissent des logiques spécifiques de communication et développent une vision du monde entre exotisme, idéalisation, rejet ou désenchantement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le site Internet DOC2GEO, par exemple, a été créé « pour regrouper et diffuser les films réalisés p (...)
  • 2 Un site Internet détaille l’activité des cafés géographiques et propose de nombreuses ressources, c (...)

1Si la rubrique « discours géographique et médias » est inépuisable, il y a « peu de revues ou de livres de géographie à gros tirage, sauf National Geographic et Geo, face à l’inflation de titres en forme d’Histoire, Historia, L’Histoire, etc. » (Bailly, Ferras, 2001, p. 150). Aujourd’hui, qu’ils relèvent de l’audiovisuel ou de l’Internet, les moyens de diffusion sont multiples. De nombreux blogs ont été créés par des géographes et la diversité des projets initiés dans le domaine de l’image1 permettent, à l’instar des succès rassurants des Cafés géo2, du Festival International de Géographie de Saint-Dié ou d’émissions telle Planète Terre sur France Culture, de nuancer ce bilan. Toutefois, dans des magazines imprimés comme Geo, Ulysse ou National Geographic, et à l’exception de rares supports de vulgarisation s’élabore une géographie de création autonome et coupée, pour l’essentiel, des cercles universitaires de la discipline. Une situation observée hors des frontières hexagonales, où les médias ignorent le travail des géographes (Johnston, 2009b). Un « abîme » séparerait, même, la géographie populaire de la géographie académique (Bonnett, 2002). Pourtant, ce que le grand public connaît du monde dépend - au moins en partie - de ce que les médias lui en disent et de la façon dont ils le font. C’est cette conviction qui nous a amené à leur consacrer une thèse dont nous souhaitons rendre compte, ici, de certains résultats (Labinal, 2009). Il ne s’agit pas d’entrer dans une approche monographique de tel ou tel magazine, mais de donner des clés pour étudier le contenu des discours médiatiques en géographie. Nous le faisons en développant une grille de lecture articulant l’image, le texte et les dispositifs qui leur sont associés, à partir d’un travail portant sur un corpus exploratoire de supports.

La géographie en question

2« Géographie grand public », « géographie populaire » ou « géographie des médias »… Dans le monde scientifique de la géographie, les désignations ne manquent pas pour désigner l’information produite par l’ensemble de la presse audio-visuelle de grande diffusion à laquelle il convient d’ajouter les blogs, les sites Internet, les récits littéraires associés au voyage, les guides, la presse et les magazines diffusés dans les kiosques. De tels recours taxinomiques sont difficilement contournables mais ils noient l’hétérogénéité des productions dans un ensemble réduit, parfois, à une géographie spectacle. La géographie grand public et celle des magazines imprimés a longtemps été considérée par les géographes comme une géographie commerciale : elle a été qualifiée, à ce titre, de « paragéographie » (Chevalier, 1989). Son usage a cependant été encouragé et son intérêt souligné par les universitaires, surtout pour la richesse de son iconographie.

3Appréhender cette géographie sans la disqualifier invite à postuler qu’il existe un mode de formalisation du réel défini par des règles distinctes de celles issues de la sphère savante. Les voies de construction de l’information, les contraintes d’édition, les finalités diffèrent de celles de la géographie scientifique : chaque mode de production dispose de critères de validité propres. Dans le champ médiatique, la mise en scène de l’information répond, par exemple, à l’objectif de motivation d’un public non captif, libre de ne pas acheter ou de se détourner de ce qui lui est proposé. Elle est jugée indispensable. La déontologie journalistique apporte aussi son lot de règles : la recherche d’objectivité, la distinction entre information et opinion, le refus de la propagande et le respect de la vérité sont inscrits dans la Charte de Munich (1971) respectée par les journalistes européens et par le code éthique des journalistes américains (qui a été adopté en 1996 dans sa version actuelle). Le contenu des publications peut être examiné à l’aune de ces critères.

Un champ d’étude renouvelé

4L’article proposé par Béatrice Giblin (1977) sur le National Geographic a ouvert la voie, en France, à l’analyse critique des magazines. Depuis l’article de Michel Chevalier (1989) qui en a présenté la diversité, les géographes français se sont surtout intéressés à la littérature, aux romans, aux guides de voyage et à divers médias. Au travail d’Arnaud Bennetot (2009) consacré à la géoéthique territoriale dans la presse-magazine se sont ajoutées les recherches développées sur la bande dessinée (Champigny, 2010) et les jeux vidéo (Rufat et Ter Minassian, 2011). Les géographes qui travaillent sur le cinéma, tels Luisa Simoes ou Bertrand Pleven, ne font plus exception. Notre recherche s’inscrit dans ce contexte de diversification des objets d’étude et elle emprunte, aussi, aux cultural studies. Les travaux portant sur les représentations du Canada et de l’Espagne attestent du rôle joué par le National Geographic magazine dans la construction des identités (Baudreau, 2002 ; García-Álvarez et Marías-Martínez, 2013). Des analyses approfondies ont déjà souligné, dans une perspective historique, son caractère idéologique (Rothenberg, 1993, 2007 ; Hawkins, 2010). Au tournant du 19ème et du 20ème siècle, le National Geographic a contribué à légitimer, par exemple, l’expansionnisme américain aux Philippines (Tuason, 1999). L’anthropologie visuelle américaine décrit comment le National Geographic, à travers les représentations qu’il diffuse, construit l’idée d’un monde idéalisé, exotique, cheminant vers une modernité incarnée par le modèle occidental (Lutz et Collins, 1993). Nombreuses sont les pistes de recherche partant, dans cette perspective, des réflexions d’Edward Said (1978) et des travaux anglo-saxons relatifs à la tropicality ou, plus particulièrement, de ceux de David Arnold (1996) qui a inspiré les études postcoloniales en transposant l’orientalisme sur le schème tropical/tempéré (Robic, 2010). L’étude de l’érotisme révèle la façon dont le National Geographic élabore sa vision du monde tropical : celle d’un milieu excessif dont découle l’infériorité des peuples et qui, rabattu sur leur caractère psychologique, fonde des identifications sexuelles mises au service d’une domination culturelle (Labinal, 2008). On sait du reste que la danse exotique participe du processus de domination coloniale à travers la photographie, la peinture ou le cinéma (Staszak, 2008).

5Identifier les postures adoptées par les magazines imprimés pour décrire et pour expliquer le monde à leurs lecteurs : tel est le but de cet article. Dans sa dimension théorique et méthodologique, notre travail est indissociable des recherches sur la vulgarisation et du formalisme littéraire. Nous postulons, en nous appuyant sur des recherches pluridisciplinaires, qu’il est possible de spécifier des types iconologiques et des modalités textuelles permettant de caractériser des logiques de communication de divers supports. Nous ne travaillons ni sur la réception effective du discours des magazines ni sur les stratégies explicites et contextualisées des patrons de presse et des équipes éditoriales. L’une et l'autre de ces directions de recherche supposeraient une toute autre approche. Cet article évalue la place et le rôle de l’iconographie (photographies, dessins, schémas, etc.), les structures formelles de l’image et l’association texte-image en partant des travaux d’iconologie géographique de Didier Mendibil (2001 ; 2008) et des recherches des spécialistes de la vulgarisation, tel Daniel Jacobi (1987 ; 1989). A côté des écrits structuralistes de référence comme ceux de Roman Jakobson, de Tzvetan Todorov ou encore de Gérard Genette, l’analyse des textes s’inspire des travaux d’Olivier Orain (2000 ; 2003 ; 2008) qui a examiné l’écriture des géographes post-vidaliens avec les outils de la poétique. Puiser dans l’étude iconologique, la narratologie et la linguistique permet d’analyser les contenus médiatiques en géographie ; les magazines imprimés proposent une vision des lieux, des schèmes que les lecteurs peuvent intégrer et remobiliser : les dispositifs de mise en page, les options iconographiques et les stratégies textuelles y concourent.

Le corpus à l’étude

  • 3 Précisons qu’à partir de 1900, le Bulletin de la Société de géographie connut une mue générique pui (...)

6Croisant le goût de la découverte, du voyage et de l’encyclopédisme, les magazines de géographie sur lesquels nous avons travaillé sont les héritiers d’une tradition spécifique. La rhétorique sur laquelle fonctionne leur propos est ancienne car les hommes ont toujours rêvé d’un ailleurs. Plusieurs parutions, tels Le Monde Illustré (1857) ou le Journal des voyages et des aventures de Terre et de Mer (1877-1929) ont contribué sinon à ériger, du moins à révéler la spécificité d’un regard sur les territoires les plus éloignés en les rendant plus accessibles par les récits d’exploration. Aux États-Unis, le National Geographic magazine a été émis par une société savante créée en 1888 sur le modèle des grandes sociétés de géographie européenne. Sa version française est encore publiée aujourd’hui, titrant à plus de 67000 exemplaires mensuels (source : OJD, Association pour le contrôle et la diffusion des médias, 2013). Le magazine La GéoGraphie, version modernisée des parutions liées à la Société de Géographie de Paris éditée, pour le grand public, en association avec l’Institut géographique national par le groupe Glénat de 2008 à 2010, est l’héritier du Bulletin émis par la Société. La publication de ce dernier précéda de plusieurs décennies celle de la première grande revue scientifique de la discipline fondée en 1891 par Vidal de la Blache, les Annales de Géographie. Son contenu en resta éloigné parce que la Société préféra infléchir le fond de son propos pour cibler le public le plus large, loin des caractéristiques de la discipline universitaire en structuration3. Ainsi, le projet éditorial des magazines de géographie s’inscrit dans la lignée de quelques ancêtres dont il pourrait sinon s’être inspiré, du moins avoir été marqué de l’esprit et du temps.

7Pour identifier les logiques du discours présentes dans les magazines de géographie, il faut prendre appui sur un corpus suffisamment étendu de dossiers et de reportages pour que des éléments plus rares puissent y prendre place sans pour autant rendre l’étude infaisable. Les revues touchant à la diffusion dans un cadre pédagogique ou didactique sont exclues, dans la mesure où il s’agit d’instruments professionnels de l’enseignement. Un manuel est imposé, tandis qu’un magazine est choisi (Jacobi, 1987). Nous avons retenu une sélection limitée de titres pour les analyses détaillées, ce qui autorise l’examen d’un plus grand nombre d’articles d’une même publication (certains décomptes, issus de nos travaux de thèse, s’appuient sur la période 2004-2008). Avec un échantillon diversifié mais réduit de supports, il s’agit de travailler le plus finement possible sur l’iconographie et le texte d’un type de publications que nous nommons magazines de géographie. Dans ces dernières en effet, la géographie dispose d’un statut particulier du fait d’un projet éditorial attaché à la compréhension du monde, à son exploration et à la découverte paysagère. C’est le cas de Geo qui, issu de la transposition du magazine allemand édité par Gruner & Jahr depuis 1976, est publié en France depuis 1979 ; le magazine titre, dans un contexte de baisse généralisée du nombre de lecteurs pour la presse magazine, à près de 190000 exemplaires (OJD, 2013). C’est aussi le cas du National Geographic France qui, malgré un caractère pluridisciplinaire, se donne pour but premier de promouvoir les « connaissances géographiques ». Une partie importante de son contenu restant conforme à celui de la publication américaine, il permet aux lecteurs français de bénéficier d’un regard outre-Atlantique.

8La sélection de ces deux magazines édités, en France, par le groupe Prisma n’enlève ni l’intérêt des autres, ni même la possibilité d’y recourir pour multiplier les points de vue. Parce que nous focalisons notre attention sur les supports papier, nous n’évoquerons ni les émissions télévisées ni les sites Internet associés aux magazines imprimés. Cependant, afin de faire figurer un ensemble plus complet de ressemblances et de différences catégorielles de publications, nous avons intégré Ushuaïa magazine édité, de 2004 à 2011, par TF1 Entreprises pour prolonger les émissions télévisées de Nicolas Hulot. Dans l’application de certains protocoles, nous avons retenu Ulysse, le bimestriel de Courrier International qui développe une approche culturelle du voyage, de même que deux publications nous offrant un registre distinct parce qu’elles tendent davantage vers la vulgarisation : La GéoGraphie, déjà évoquée plus haut, et Sciences humaines. Cette dernière reste particulière dans notre corpus, dans la mesure où la géographie n’y est pas prépondérante. Mais il était intéressant de l’examiner car des dossiers réalisés par des géographes y sont ponctuellement proposés aux lecteurs. En réfléchissant sur les magazines de géographie à partir d’une telle sélection, donc, c’est surtout la manière dont on étudie les contenus, les grilles que l’on applique qui permettent de suggérer la représentativité des phénomènes observés.

9Nous souhaitons détailler les dispositifs retenus pour informer le lecteur des magazines. Nous le ferons en travaillant, d’abord, sur l’iconographie, avant d’étudier les stratégies textuelles des reportages qu’ils contiennent. Ceci nous amènera ensuite, en définissant les modalités de l’agencement mutuel du texte et de l’image, à identifier les logiques d’ouverture ou de fermeture du discours et de caractériser, enfin, les visions du monde proposées par ce type de publications. L’analyse des dispositifs iconographiques et textuels des magazines permet de dégager sinon des invariants, à tout le moins des schémas récurrents, des formes et des figures qui, reproduites par ailleurs, suggèrent l’existence de modèles de construction et de diffusion de l’information.

L’image et ses dispositifs

Une accroche : la photographie

10« L’espace géographique peut faire l’objet de multiples représentations. Elles traduisent chacune un certain rapport à l’espace, pour le parcourir, en prendre la mesure, l’organiser, le dominer, matériellement certes, mais aussi mentalement », note Jean-Pierre Chevalier (1996, p. 62). La plupart des magazines accordent une large place à l’illustration et, dans cet ensemble, la photographie occupe une place prépondérante (tab. 1). Du fait de la séduction qu’elle est susceptible d’exercer (par son esthétisme) ou de sa dimension intégratrice (liée aux choix de ses sujets et de ses configurations), son rôle d’accroche est essentiel. Cependant, les photographies ne sauraient épuiser, dans les magazines, la diversité iconographique, les images pouvant disposer d’une fonction heuristique importante. C’est, du moins, ce que nous proposons de montrer en premier lieu.

Tableau 1 : La répartition des images dans trois publications grand public de la géographie

Publication

Proportion

de photographies

d’autres images

Geo
(sur 1799 images répertoriées)

81.5 %

18.5 %

National Geographic France
(sur 963 images répertoriées)

87.5 %

12.5 %

Ushuaïa magazine
(sur 1809 images répertoriées)

84 %

16 %

* Relevé réalisé sur 12 numéros du National Geographic France et de Geo (de janvier à décembre 2005) et sur 10 parutions d’Ushuaïa magazine (du numéro 1 paru en juin-juillet 2004 au numéro 10 de la version initiale, soit juillet-août 2006).

La belle photographie

  • 4 On veillera à ne pas confondre le « grand imagier » de Laffay de « l’imagier sélectif », le second (...)

11Avec leur dispositif iconographique, les magazines définissent, pour d’autres, les vues qui orienteront leur regard sur la base d’un « imagier sélectif »4 - c’est-à-dire d’un système de représentations susceptible de fonder, comme l’a montré Didier Mendibil (2001, p. 17) pour certains manuels scolaires, une pensée faite de clichés réducteurs. « Plaire est un impératif. Fournir une illustration attrayante, intéressante, y satisfait » car le « lecteur aime à se rincer l’œil d’une belle image, originale, un peu énigmatique de préférence », écrit le chimiste Pierre Laszlo au sujet de la vulgarisation scientifique (Laszlo, 1993, p. 79). Dans les magazines de géographie, l’esthétisme des photographies permet d’embellir le réel. En témoigne ce courrier adressé au National Geographic magazine, réputé pour la beauté des images qu’il propose aux lecteurs :

  • 5 Courriel de Dominique Savel (National Geographic magazine France, décembre 2007, n° 99, rubrique "F (...)

« Vos images et photos rendent beau ce qui ne l’est pas forcément, les sujets et les couleurs sont liés de la plus belle des manières, autant dire que je vous apprécie. Votre revue ne s’acquiert pas pour grossir les rangs sur une étagère, elle se corne et s’orne d’annotations. Bien entendu, selon les différentes sensibilités, les sujets sont détaillés ou survolés, mais ils s’impriment tout de même dans un coin de la mémoire5 ».

12Pour le public, le rapport à l’image photographiée se substitue à l’expérience première dont serait née une vision du lieu et des formes. Ainsi que Jean-Marc Besse (1990, p. 173) l’a souligné en reprenant l’idée d’Éric Dardel, l’esthétique « est la première liaison de l’homme au monde, sa première manière de s’y situer, de le comprendre (...) ». La photographie dispose d’une crédibilité sensorielle (ce que l’on voit, on le croit) renforçant sa capacité à émerveiller et à convaincre. Son impact sur les représentations est d’autant plus puissant qu’elle s’imprime, comme le signale le lecteur du National Geographic cité plus haut, dans un coin de la mémoire. Les reportages permettent donc d’éprouver une sorte d’expérience du lieu, celle par laquelle nous fixons les images au contact du monde ainsi découpé et perçu. Mais rendre « beau ce qui ne l’est pas forcément » fait question ; l’esthétique recherchée par les magazines interroge le géographe. Dans Passe-Frontières, bimestriel publié de 2002 à 2009, un commentaire d’une photographie du volcan chilien Osorno signale par exemple :

  • 6 Cf. "Grands lacs : San Carlo de Bariloche", Passe-Frontières, n° 32, volume 3 : 2008, 72-73.

« En face du Bariloche, de l’autre côté de la Cordillère au Chili, le volcan Osorno est un stratovolcan situé dans la région de los Lagos au Chili. D’une altitude de 2661 mètres, il est toujours actif et très similaire en apparence au Mont Fuji (Japon)6 ».

13On retrouve dans les publications du tourisme et du voyage « l’artialisation » in visu du paysage telle que l’a identifiée Alain Roger - à savoir son embellissement au moyen d’un modèle (Berque, Conan, Donadieu, Lassus, Roger, 1999, p. 45). Ici, Hokusai se cache derrière l’image du volcan qui accompagne ce commentaire car celle-ci se déploie comme une estampe japonaise ; la dimension artistique s’insère dans le discours. Le procédé est fréquent et qu’il introduise des directions de lecture des paysages n’a rien de condamnable. Il s’agit de faire rêver un lecteur qu’il faut nécessairement capter.

L’immersion par le cadrage

  • 7 Cf. "Madagascar. La revanche des pauvres", Geo, n° 343, septembre 2007, 102-103.

14En travaillant sur les stratégies « icono-graphiques » de certains géographes français pour mesurer la fonction cognitive conférée aux images, Didier Mendibil (2008) a souligné l’opposition entre les cadrages objectivants qui « se resserrent sur la globalité d’un élément, sur un objet aux limites bien visibles, pour attirer l’attention sur sa matérialité d’objet » et les cadrages qualifiés de subjectivants parce qu’ils « mettent en scène la relation spatiale vécue par le spectateur avec son environnement proche au moment de la prise de vue ». L’observation des photographies, dans les magazines de notre échantillon, montre que ce type de cadrage est adopté fréquemment. La perception des lieux est orientée, ainsi, par la réaction provoquée par l’image plus que par le raisonnement induit par le sujet de cette dernière. Par exemple, rencontrer les enfants de Manjakaray dans un reportage de Geo à Madagascar, c’est accepter d’entrer dans un match de rugby sur un terrain vague d’Antananarivo, le cadrage permettant de découvrir la scène de l’intérieur avec les yeux d’un enfant7. De telles images sont proposées car elles rythment les sujets traités en immergeant le lecteur pour mieux le faire participer aux reportages. Dans les publications du tourisme sportif, c’est d’autant plus vrai que l’on donne ainsi au lecteur la possibilité de s’identifier aux journalistes dont il suit les déplacements et les périls éventuels. Les magazines s’offrent alors comme des portes ouvertes sur le monde mais aussi sur l’action.

  • 8 Cf. "Moscou la nuit", National Geographic France, août 2008, n° 107, 72-73.
  • 9 La photographie intègre le lecteur dans une scène située sur la piste du Propaganda, « l’une des ce (...)
  • 10 Ibidem, 84-85. La scène se déroule près de la gare de Koursk.
  • 11 L’allo-empathie, qui résulte de la possibilité de voir une scène avec les yeux d’un autre (dans le (...)

15Certaines publications mobilisent continuellement ces cadrages en associant le lecteur à des scènes insolites pour le divertir et pour rendre attractif le discours. C’est le cas du magazine de voyage, d’exploration et de découverte scientifique qu’est le National Geographic. Un reportage sur Moscou place, par exemple, l’observateur d’une photographie au milieu d’hommes qui « finissent la soirée avec des choppes de bière et du poisson fumé aux bains Sandounov, un sauna vieux de 200 ans où les travailleurs moscovites aiment se retrouver »8. Le cliché est pris à la table où le lecteur a l’impression d’être assis avec des convives qui, torses nus, s’adonnent aux bacchanales. Un bras en provenance de l’appareil tend un verre à celui qui fait face et qui sert la bière. Le bras constitue un lien direct et fait le pont entre la posture d’observateur et celle d’actif participant. Le verre déborde, le lecteur s’apprête à boire et à manger en étonnante compagnie. Il est situé par une image pensée pour susciter son rejet ou son adhésion. La photographie serait anodine si le procédé n’était pas exploité sans cesse : après avoir visité une boîte de nuit grâce à un montage photographique qui le plonge dans un franc décolleté9 et, après s’être immergé dans un métro bondé, le lecteur est invité à s’agenouiller près d’un sans-abri au visage tuméfié, à côté d’une bénévole qui soigne sa jambe abîmée10. L’allo-empathie11 est suscitée à dessein car, en procédant ainsi, on donne au lecteur la possibilité de regarder un moment difficile comme s’il était présent dans la scène. L’émotion recherchée va à rebours d’une distanciation utile pour enrichir notre regard sur la réalité moscovite. La vision de la ville que le reportage véhicule sollicite les affects plus que le sens critique qui peut être diminué par une telle immersion.

La photographie pour choquer

16On peut le supposer : l’intégration du public aux reportages rend l’impact des photographies beaucoup plus efficace. Le traitement affectif de l’image autorise sans doute une prise de conscience mais l’information est susceptible d’être altérée par l’emphase. Suite à la publication d’un reportage sur la situation en Tchétchénie, un lecteur du National Geographic écrit :

  • 12 Courrier de Jeff Shaver (Lloydminster, Alberta-Canada) transmis au National Geographic magazine et (...)

« Avant de lire cet article, je n’arrivais pas à me sentir émotionnellement proche de ce conflit. Mais c’était avant de voir les yeux de Markha Mutalipova »12.

  • 13 Le reportage évoqué a été publié en juillet 2005 dans le magazine : « TCHETCHENIE. Comment en est-o (...)
  • 14 Ibidem, p. 85.

17Dans le reportage auquel ce courrier se réfère, l’émotion est mobilisée d’autant plus que la sensation de proximité est renforcée par une succession d’images choquantes. Toutes les barrières sont rompues : le regard d’un soldat interpelle le lecteur en le responsabilisant, la brutalité de la mort est montrée sans fard et, enfin, la douleur est personnifiée13. La souffrance est incarnée par Markha Mutalipova, enfant de trois ans qui a perdu ses deux jambes durant une attaque menée par les Russes. Elle fixe l’objectif et lui impose une culpabilité à laquelle le lecteur ne peut se soustraire14. L’horreur de la guerre n’est pas contestable mais, ici comme ailleurs, ce choix n’est pas obligatoire. La mort, très présente dans ce magazine, nourrit d’ailleurs quelques oppositions. Un lecteur français écrit :

« Fidèle lecteur, j’ai toute la collection dont le jaune commence à être du plus bel effet sur les rayons de ma bibliothèque. Au fil des numéros, j’ai pu observer que la passion (très américaine) pour le morbide occupait beaucoup de place, mais votre numéro d’avril bat tous les records… Pouvez vous imaginer un magazine sans photos répétitives de squelettes, os, crânes, tombes, cadavres, etc. ? (…)

  • 15 Courrier transmis par Pierre Guillet, publié dans la rubrique « Forum » du National Geographic Fran (...)

Le spectacle du monde est suffisamment varié et vivant pour y trouver matière à de nombreux articles. Merci alors d’accorder une place moins importante à la mort et au passé sous toutes ses formes. Vive la vie, vive l’avenir !15 ».

  • 16 Cf. "Les fruits de la paix", National Geographic France, janvier 2006, n° 76, 50-51.

18Il arrive, comme c’est le cas ici, qu’un magazine confère une dimension violente à son propos (rite de purification, etc.) en inspirant par ce biais la pitié. Les reportages peuvent convoquer une rhétorique cathartique provoquant, certes, le désaveu de certains lecteurs, mais suscitant l’intérêt de beaucoup d’autres grâce à la logique du spectaculaire. « Faire preuve de bon goût. Éviter de se laisser attirer par une curiosité malsaine », prescrit le Code américain de déontologie de la Société des journalistes professionnels. C’est sans doute là une affaire de point de vue. Dans le titre que nous venons d’évoquer, la photographie d’Hamina Khidhir Abdullah, victime d’une explosion de mine dans le nord de l’Irak alors qu’elle « cueillait des herbes dans la montagne », est exemplaire à cet égard tant le regard extérieur soutient difficilement l’observation de ses jambes (l’une est sectionnée, l’autre est une plaie béante). Les visions transmises cherchent à imprimer la conscience en la heurtant avec force16. Diffuser la connaissance géographique est l’un des objectifs du National Geographic mais, en présentant ainsi l’information, la vision du monde qu’il propose est saturée d’émotions. Dans les médias de la géographie, la plupart des reportages embellissent le réel et favorisent, par les cadrages et les sujets retenus, une adhésion des lecteurs. Mais certains magazines vont plus loin et font le jeu du voyeurisme des lecteurs.

La diversité de l’iconographie

19Malgré le poids écrasant de la photographie, d’autres types d’images sont utilisées et permettent, dans les magazines grand public de géographie, de figurer l’abstraction, surtout lorsque celle-ci est susceptible de ne pas avoir de traduction évidente dans l’esprit des lecteurs. « Le dessin est plus net, plus facile à comprendre qu’une photo ; tous les artefacts expérimentaux, tous les aspects superflus ont été gommés », a écrit Pierre Laszlo (1993, p. 93). Avec la carte, le dessin ou le schéma, les journalistes et les éditeurs disposent d’une latitude importante pour modeler le réel selon leurs stratégies de figuration.

Utilité et intérêt des images

  • 17 Le commentaire du dessin précise que les chasseurs « sondent la glace à l’aide d’un pic, à la reche (...)

20Le schéma et le dessin peuvent contribuer à manifester l’originalité d’une approche éditoriale car ils ont une portée esthétique. Les dessins sont choisis au détriment de la photographie pour étayer le cachet naturaliste et anthropologique des magazines. Des représentations naïves d’Inuits pistant les phoques permettent, par exemple, à un reportage de bénéficier d’une vision romantique du voyage avec esquisses sur papier17. Ces dernières apportent une forme d’authenticité : celle de l’iconographie réalisée dans l’instant, celle du contact premier. L’information est éprouvée par l’expérience du journaliste voyageur. Parfois, ce sont les temps fort de l’itinéraire de voyage qui sont dessinés. Expression d’une expérience sensible du lieu en même temps qu’il traduit le processus intellectuel à l’œuvre durant le parcours, le dessin témoigne alors d’une construction intellectuelle. Une construction de sens associée à un cheminement, à un processus de création participant, peut-être, des savoirs hodologiques tels qu’ils sont étudiés aujourd’hui à travers les démarches artistiques (Olmedo, 2012).

21Les vertus illustratives ou artistiques des dessins n’enlèvent rien à leur fonction heuristique. Les dessins et schémas utilisés dans les magazines sont multiples et, selon les cas, ils projettent plus ou moins le propos dans le didactisme. Les illustrations de type cartographique, graphique ou satellitaire représentent 8 % de l’ensemble iconographique de Geo et de National Geographic et 4 % de celui d’Ushuaïa magazine, publication diffusée de 2008 à 2011 (tab. n° 2). Certes, dans beaucoup de parutions, on ne trouve pas de graphiques et de tableaux. Mais il est rare qu’il ne soit fait usage d’aucune carte pour étayer le propos.

Tableau n° 2 : Au-delà des photographies, la répartition des dessins et des autres images dans Geo, Ushuaïa magazine et National Geographic France

Publication :

Relevé réalisé sur 12 numéros du National Geographic magazine France et de Geo (de janvier à décembre 2005) et sur 10 parutions d’Ushuaïa Magazine (du numéro 1 paru en juin-juillet 2004 au numéro 10 de la première version, soit juillet-août 2006).

Proportion sur l’ensemble des images :

(photographies incluses)

de dessins

de cartes, schémas, graphiques et organigrammes

Geo (sur 1799 images)

10.5 %

8 %

National Geographic France (sur 963 images)

4.5 %

8 %

Ushuaïa magazine (sur 1509 images)

12 %

4 %

  • 18 Cf. "Les compagnons des sommets", Geo, avril 2005, n° 314, p. 148.
  • 19 Cf. Brunhes, J., 1947, La Géographie humaine, Paris, PUF, p. 309. Cité par Claval, P., 1995, La Géo (...)

22Les magazines régionaux (Alpes Loisirs, etc.) présentent souvent des éléments de cartes topographiques ou des extraits de feuilles IGN de référence sur le sujet qu’ils abordent. Dans les publications du tourisme sportif comme Carnets d’Aventures ou dans les magazines du voyage tels que Bouts du monde, cet usage est mis au service d’un exercice strict de localisation : on ne suggère pas une réflexion confrontant des données dans le but d’expliquer. Certaines publications réalisent ou présentent néanmoins des images plus spéculatives, c’est-à-dire qui répondent à un processus d’analyse. Pour ces types observables dans Sciences Humaines, Geo ou National Geographic, la localisation des éléments met en perspective des variables et permet aux lecteurs de raisonner leurs relations de causalité en les associant spatialement. Dans un numéro d’avril 2005, un reportage de Geo sur les compagnons couvreurs propose par exemple une « carte de France des toitures » parce qu’elle « reflète les traditions régionales et la composition géologique du territoire »18. Elle rappelle les cartes émanant de certains manuels de géographie (telle celle qui présente les deux principaux types de toits observables en France dans La Géographie humaine de Jean Brunhes et de Pierre Deffontaines, reprise ensuite par Paul Claval)19. Elle témoigne ainsi de l’objectif d’éducation d’un magazine grand public qui, comme d’autres, se donne aussi pour but de transmettre un savoir loin de l’unique divertissement.

Les différents types d’images

  • 20 Mendibil, D., 1998, Textes et images de l’iconographie de la France (de 1840 à 1990). Essai d’icono (...)
  • 21 Ibidem, p. 91.

23Une expérimentation durant laquelle des instituteurs devaient dessiner ce qu’ils voyaient à partir d’une vue sur le Puy-en-Velay a permis, à Didier Mendibil, de dresser un tableau synoptique constitué d’axes localisant les solutions adoptées pour la reproduction d’un paysage20. Ce travail l’a amené à souligner que « la part d’abstraction qu’implique toute représentation du monde constitue un niveau d’élaboration intellectuelle des différents types d’images utilisées en géographie ». Il a dès lors pu établir un ordre dissociant par paliers les relations de l’image à son référent selon qu’elles s’élaborent sur une forte abstraction (carte factorielle, anamorphose...) ou, au contraire, suivant une sensation croissante (peinture, caricature, etc.)21. S’inspirant de cette démarche pour un type distinct de représentation, nous avons conçu une typologie des images (hors photographies) constituée de 16 catégories en prenant en considération pour chacune d’entre elles sa modalité de construction, sa part d’expressivité et de réalisme, sa dimension analytique et sa portée didactique (tab. n° 3). Puis nous les avons classées en ordonnant les types en vertu de leur niveau d’intellectualisation, du plan-vu (type 1) et des images topographiques (type 2) dont les fonctions sont très illustratives aux cartes, graphiques, organigrammes et images plus spéculatives (type 16) dont la démarche est analytique et explicative. Les rendus sont variables dans la mise en forme iconographique et les effets de sens suivent le niveau de conceptualisation du réel auquel les images se réfèrent (cf. figure 1 : la progression du marron foncé aux tons clairs suit la progression du réalisme à l’abstraction). Aussi avons-nous avons gradué la typologie en la structurant autour de quatre pôles témoignant du degré d’intellectualisation des images et de leur fonction : de la reproduction (images les plus descriptives ou dont la fonction esthétique ou expressive est première) à la figuration (éloignement d’une reproduction visuelle du réel et conception plus argumentative - parfois polémique) puis à l’information (construction plus explicative, didactisme prononcé) et, enfin, à l’abstraction (importante technicité de l’image, portée conceptuelle, forte dimension didactique ou spéculative). Nous avons ensuite mesuré les recours iconographiques des magazines au tamis de la typologie, les catégories allant du réalisme à l’abstraction, du portait quasi-pictural du détail à la mise en avant des lignes signifiantes et à la modélisation.

Tableau 3 : Les différents types de cartes, dessins, schémas dans les magazines grand public de géographie

1

Le plan-vue correspond à une représentation dans laquelle certains bâtiments sont figurés en perspective, donnant à considérer un volume sans nécessaire respect d’échelle dans l’application de la projection (procédé ludique ou patrimonial de visualisation pour des approches urbaines).

2

Les images topographiques investissent le terrain d’une représentation tridimensionnelle de l’espace par l’abandon du plan. Elles permettent une localisation de précision inégale, sans offrir (le plus souvent) la possibilité de déterminer des coordonnées ; la recherche d’une véritable analogie au réel les démarque du dessin de repérage et elles n’intègrent pas la dynamique des phénomènes spatiaux (le cas échéant, elles relèveraient des images à caractère « spéculatif »).

3

Le dessin de repérage fait référence aux croquis de localisation dont la réalisation relève d’une figuration expressive, voire artistique. Ce procédé est surtout utilisé pour des aires géographiques limitées, pour lesquelles on souhaite un repérage ludique et imagé des lieux évoqués ; imprécisions et déformations sont donc assumées, contrepoints des effets d’esthétisme qui régissent la construction.

4

Les dessins morphologiques présentent les aspects externes et/ou internes d’un objet, d’un instrument, d’un individu appartenant à une espèce définie (animale, botanique, etc.) ou d’un membre d’une communauté, que l’on cherche à dévoiler de manière dépouillée ou au contraire détaillée (dans ce cas, des mentions textuelles d’explicitation peuvent accompagner le dessin). Cette option de figuration est adoptée soit par défaut (manque de documentations photographiques), soit par choix dès lors qu’il s’agit d’établir en les individualisant les lignes maîtresses de ce que l’on souhaite représenter (rapport d’apprentissage). Il s’agit parfois d’un choix esthétique.

5

Le dessin-caricature relève de certaines options de représentations (3, 4, 7, 9, 10, 11, 12) à la différence que les traits de figuration s’y trouvent exagérés ; les illustrations humoristiques entrent dans cette catégorie.

6

Les cartes classiques renvoient aux cartes topographiques, singulières, qui sont susceptibles d’admettre certains éléments d’ordre thématique mais dont les métriques restent euclidiennes (un plan de ville, une carte de localisation ponctuelle ou précisant un itinéraire d’expédition et de voyage, etc.).

7

Le dessin narratif renvoie à un système de représentations qui s’enchâssent (type bande dessinée). Elles peuvent être soit cloisonnées et présentées sous la forme d’une série dont le sens de lecture s’impose par logique factuelle ou par codes (de gauche à droite par exemple), soit incluses au sein d’une même image, dans laquelle elles tendent à s’autonomiser, constituant des éléments distincts mais qui peuvent être interdépendants dans la logique de narration (effet Koulechov).

8

Le schéma actionnel présente le détail d’un mouvement, d’un geste ou d’une posture, que l’on estime nécessaire pour renseigner la compréhension de certains traits culturels, savoir-faire ou activités d’un groupe ou d’une communauté.

9

Le dessin historique est une modalité de figuration d’événements ou de personnages du passé, qui permet de soustraire le lecteur à des représentations d’ordre pictural, sculptural, mosaïqué ou gravé, dont on estime qu’elles demeurent incomplètes ou inappropriées.

10

Le dessin tableau présente les caractéristiques d’un lieu (un site, un monument…) mais aussi d’une espèce, d’une société ou d’une communauté - ainsi que leurs savoir-faire - photographiables car actuelles. Son recours est dicté soit par la volonté de proposer la représentation stylisée d’une scène particulière, soit par celle de montrer au sein d’une même image toutes les singularités inhérentes à ces sujets, qu’une photographie non synthétique aurait tendance à taire (elle n’autoriserait pas, sur un même cliché, la réunion synchronique de tous les traits spécifiques).

11

et

12

Le dessin morpho-théorique procède d’une même logique de construction, mais renvoie à un réel sur lequel on spécule à partir d’une théorie scientifique d’interprétation (nous nommerons type analeptique [11] cette modalité rétrospective de figuration, proposant par exemple l’ébauche d’un individu disparu dont il ne reste que des ossements incomplets), ou sur la trame d’une anticipation (type proleptique [12]) s’il s’agit d’un construit qui n’a pas encore été finalisé (un satellite en cours de réalisation, etc.). Dans ce cas, le choix du procédé de figuration s’impose par défaut.

La caractérisation des deux modalités du dessin morpho-théorique se réfère au statut des anachronies spécifié par G. Genette à l’aune des diverses relations temporelles que les segments du récit entretiennent entre eux, « désignant par prolepse toute manœuvre narrative consistant à raconter ou évoquer d’avance un événement ultérieur, et par analepse toute évocation après coup d’un événement antérieur au point de l’histoire où l’on se trouve » (1972, p. 82).

13

Le schéma-coupe permet de révéler un agencement dans un but didactique. Il possède une dimension démonstrative dès lors qu’il représente un type d’habitat ou lieu de vie, un espace de travail (une mine par exemple) ou une aire géomorphologique remarquable dont il met à jour les différents aspects, strates et organisations dans leurs dimensions externes mais aussi internes (figuration translucide ou coupe de visualisation interne).

14

Le schéma de synthèse propose l’explication d’un fonctionnement général en réunissant l’ensemble des composantes par ailleurs évoquées ; le schéma-coupe est susceptible d’en être un incluant, lorsqu’il fait écho à la ligne directrice du déroulement informatif de l’article.

15

Les cartes à vision médiate ne reprennent pas tous les éléments de la topographie (elles s’affranchissent de ses contraintes en figurant certains flux ou mouvements militaires pour une carte historique par exemple) et peuvent inclure des formes non euclidiennes (distance-coût, distance-temps…), devenant ainsi topologiques. Parce qu’elles relèvent d’un processus d’analyse et résultent d’un projet explicite de démonstration, elles se confondraient avec le type suivant - dont le critère de définition n’est pas fondé sur la seule sémiologie graphique – à condition que le sens de la figuration leur confère un degré d’abstraction suffisant.

16

Les cartes, organigrammes, graphiques ou images spéculatives, loin d’être réduits au rôle de « simples » illustrations, ont une portée didactique, intègrent une démarche explicative et suivent éventuellement une voie nomothétique. Leur grande variabilité de figuration nous impose de les déterminer ici, par défaut, selon ce critère globalisant et fonctionnel.

Le dessin mimétique

  • 22 Nous faisons référence ici à l’expression de Christian Jacob (1992) qui évoque ces cartes « dont la (...)

24Dans les magazines analysés, il n’est pas rare que l’iconographie adhère aux « jeux de la mimésis », c’est-à-dire à un souci de coller au réel ou de chercher l’esthétisme22. Lorsqu’elle existe, par exemple, l’image satellite présente rarement les fausses couleurs : on préfère l’image retravaillée quitte à perdre les nuances - à moins de bénéficier de sa dimension techno-scientifique. Les concepteurs des magazines jouent sur les préférences visuelles du lecteur pour mieux canaliser l’attention.

  • 23 Ushuaïa magazine (seconde version), n° 3, décembre 2006-janvier 2007, 51-53.
  • 24 Ushuaïa magazine (seconde version), n° 5, avril-mai 2007, 51-52.
  • 25 Ushuaïa magazine (seconde version), n° 1, octobre 2006, 51-52.
  • 26 Les dessins morphologiques constituent 23,5 % des représentations figurées (hors photographie) dans (...)

25Les représentations figurées semblent choisies lorsque les photographies ne sont pas satisfaisantes ou lorsqu’il s’agit de mettre en avant des éléments spécifiques dans l’image. A titre d’exemple, sur les trente numéros d’Ushuaïa magazine analysés, le naturalisme s’accompagne de nombreux dessins permettant d’étayer la dimension environnementale. On donne au lecteur la possibilité de comprendre l’étagement végétal dans un dossier portant sur les volcans23, d’identifier les caractéristiques des acacias, des dattiers ou des plantes rampantes du Sahara24 ou encore de dissocier les types de cactus dans un reportage sur la Basse-Californie25. Geo favorise davantage les cartes (fig. 2) mais, si l’on intègre ses dépliants, les dessins représentent un quart de l’appareil iconographique du support (hors photographies) et sont surtout utilisés pour décrire des paysages régionaux. Au souci du détail se joint le pittoresque des aquarelles accentuant l’authenticité du reportage : on introduit la dimension prototypique des cartes postales que l’information photographiée n’assume pas, Geo cherchant à se démarquer de la presse des voyagistes26. L’édition d’un titre distinct pour occuper ce champ (Geo Voyage) témoigne de cette volonté de proposer un « magazine de connaissance du monde » et de revendiquer un contenu qui « s’étend bien au-delà du voyage » (publicité du groupe Prisma, juin 2014).

  • 27 Décompte opéré sur 12 numéros du premier magazine – de janvier à décembre 2005 et sur 10 livraisons (...)

26Souvent, dans les magazines grand public de géographie, on observe que les dessins donnent de l’épaisseur à la dimension onirique des lieux, des sociétés et des espèces (dans Geo, ceux qui prennent la forme de peintures et de tableaux constituent plus de 9 % des représentations figurées27). Le but des publications de voyage et de tourisme est de lever le voile sur un monde surprenant et esthétisé. Le merveilleux doit être crédible et le dessin fait pardonner les écarts. Il n’a pas à débattre du sentiment de vérité dont est doté a priori la photographie car il n’est pas justiciable devant la confiance accordée à sa réception. La photographie donne à voir le monde tel qu’il est, dans toute sa splendeur ou dans toute son horreur alors que le dessin révèle un monde sensible et idéalisé par touches difficilement perceptibles. Il véhicule l’unique, l’exceptionnel et le contemplatif dans Ushuaïa. Dans Geo il traduit l’insolite.

Expliquer par l’image

L’image pour instruire ?

  • 28 "L’ouragan Katrina. Les raisons d’une catastrophe", National Geographic France, novembre 2005, n° 7 (...)
  • 29 Ibid., p. 2-19.

27A côté de ces photographies qui créent, avec les filtres et les cadrages, des atmosphères originales sont proposées des représentations tournées davantage vers l’abstrait. Dans National Geographic, la dimension spectaculaire des photographies contraste avec la présence de schémas explicitant des fonctionnements que nous nommons, dans notre typologie (tab. 3), des « schémas de synthèse » (un schéma visualisant le rôle joué par les îles-barrières s’opposant à l’onde provoquée par l’ouragan Katrina par exemple)28. Elle contraste avec des représentations résultant d’un processus d’intellectualisation de niveau supérieur comme les organigrammes ou des images complexes. Celles-ci, nommées dans notre typologie « images spéculatives » (tab. 3), représentent 1/4 des représentations hors photographies de la version française de National Geographic alors que cette proportion n’atteint par 1/10e dans Geo. Sur la figure n° 1, l’éclaircissement de l’anneau matérialise cette tendance : le National Geographic ne se résume pas à la description du spectaculaire : son propos cherche à articuler des processus. L’un de ses dossiers sur Katrina en offre une bonne illustration29 : le discours se structure sur des principes généraux (quelques éléments de morphogénèse et de la dynamique ondulatoire) pour mieux expliquer le singulier (les conséquences de cet ouragan à la Nouvelle-Orléans) en validant une théorie initiale (lorsque telle et telle conditions sont réunies au mépris du bon sens, la catastrophe est inévitable). Ce type de raisonnement déductif, dont la formalisation par l’image plaide en faveur du didactisme n’est pas rare. Le seuil d’intellectualisation fixé ici grâce au décompte et à la hiérarchisation des représentations figurées présentes dans le magazine en témoigne (fig. 1). Comme d’autres publications, National Geographic permet à ses lecteurs d’accéder à une forme d’intelligibilité. Certains de ses dossiers les invitent à articuler le local et le global, le particulier et le général et, ce faisant, à faire le lien entre des postulats et leur validation à l’épreuve de situations concrètes. De façon générale, les schémas et les cartes contribuent de façon essentielle à de telles explicitations.

Figure 1 : La distribution des dessins, cartes, graphiques et le rapport au réel dans les magazines

Figure 1 : La distribution des dessins, cartes, graphiques et le rapport au réel dans les magazines

Calculs réalisés sur 293 représentations figurées (hors photographies) pour Geo, 120 pour le National Geographic France (12 numéros : janvier - décembre 2005) et 243 pour Ushuaïa Magazine (juin-juillet 2005 - juillet-août 2006).

Figure 2 : Le rapport dessins/cartes et graphiques

Figure 2 : Le rapport dessins/cartes et graphiques

Calculs réalisés sur 293 représentations figurées (hors photographies) pour Geo, 120 pour le National Geographic France (12 numéros : janvier - décembre 2005) et 243 pour Ushuaïa Magazine (juin-juillet 2005 - juillet-août 2006).

L’image pour dire…

  • 30 Par exemple, celle du reportage sur la Basse-Californie : Ushuaïa magazine, n° 1, octobre 2006, p.  (...)

28Si les cartes sont généralement de simples images de localisation sans échelle ni orientation, utilisées pour visualiser le lieu d’un reportage ou le tracé d’un itinéraire30, dans les magazines de notre corpus, les schémas publiés révèlent une volonté de transmettre un savoir. Renvoyant au couple « énonciateur-récepteur » et à la tradition du « schéma mnémonique » (Jacobi, 1999), ils montrent que le projet des magazines ne se réduit pas à faire du monde un spectacle dénué de sens. Articulées à leurs commentaires, les cartes et les graphiques peuvent contribuer, même, à donner une épaisseur prédictive aux reportages.

  • 31 Cf. "La pénurie d’eau douce, une affaire d’États", Ushuaïa magazine, n° 9, janvier-février 2008, 18 (...)

29C’est le cas dans les dossiers centrés sur des problématiques environnementales : cartographier les « 10 fleuves les plus en danger du monde » parce qu’ils souffrent tout à la fois des « pollutions domestiques, industrielles, agricoles », de la « multiplication des barrages », de « l’invasion d’espèces exotiques » mais aussi de la « surpêche » ou de « l’irrigation excessive31 » suscite une prise de conscience en faveur de la protection des ressources, des réserves naturelles ou de l’environnement. Dans les publications de notre corpus, les spécialistes interviennent pour crédibiliser le discours journalistique et vont, souvent, dans le sens d’un engagement pour l’environnement.

… Et pour prédire

  • 32 L’échelle de la carte est précisée (« Dans l’œil des condors. Une vision aérienne de l’Amérique lat (...)
  • 33 La carte est rattachée par le magazine à une « géographie de la vie quotidienne » : cf. "Un monde b (...)
  • 34 National Geographic France, août 2008, n° 107, p. 106.
  • 35 Carte publiée dans le National Geographic France, septembre 2007, n° 96, p. 66. Il s’agit ici d’une (...)
  • 36 Cf. "Amazonie. La piste de la déforestation", Geo, septembre 2007, n° 103, p. 112.

30Ainsi, les magazines ne se limitent pas à décrire : avec ce type d’images, ils évaluent et ils prescrivent. National Geographic se singularise par le grand nombre de cartes qu’il propose à ses lecteurs. Certaines prennent la forme d’images topographiques et de projections classiques utiles au repérage des lieux évoqués (même si le fond est souvent travaillé pour donner l’illusion d’un relief en trois dimensions). Proposer une vision aérienne de l’Amérique latine est l’occasion, par exemple, de situer les photographies présentées par des figurés ponctuels sur une carte légendée32. D’autres cartes permettent aux lecteurs de localiser des données aussi diverses que les modèles de prises électriques33 ou les traces d’impacts laissés par les météorites qui ont pu affecter « les paysages, le climat et la vie elle-même sur une bonne partie de la planète »34. L’iconographie renforce la capacité des magazines à transmettre des messages. Ici comme ailleurs, depuis une quinzaine d’années, les réflexions sur la protection des espaces remarquables sont de plus en plus récurrentes (National Geographic visualise une zone de protection transfrontalière entre le Canada et les États-Unis35, Geo présente la situation des réserves dans la forêt amazonienne36, etc.).

  • 37 Il s’agit d’un dépliant attaché au corps du magazine ("France d’outre-mer. Les clés du Paradis", Ge (...)
  • 38 Ibidem, p. 66.
  • 39 Geo, février 2008, n° 348, 76-79.

31Partout l’image instruit le public des actions de préservation ou des risques encourus par l’environnement. Lorsqu’un dossier sur la France d’outre-mer visualise l’ensemble des îles et archipels ultramarins français dans Geo37, les cartes rapprochent ce dossier d’un travail d’identification et de localisation tel qu’il serait réalisé dans le champ scolaire ; mais ce sont bien des « trésors d’outre-mer » constitués d’atolls, de forêts tropicales et de « terres glacées » qui sont présentés : les lieux sont donnés pour être des « paradis » ou des « précieux lointains » de biodiversité dans lesquels vivent des populations qui « ont beaucoup à nous apprendre sur le respect de la nature38 ». Or lorsqu’elles sont, comme ici, cohérentes, les successions d’images constituent, au fil du numéro, des photogrammes transmis avec pédagogie, élaborant un sens comparable à ce que les théoriciens du récit cinématographique nomment la monstration. Celle-ci se définit comme une « couche de narrativité » résultant du « travail conjoint de la mise en scène et de la mise en cadre » : elle renvoie à une articulation cinématographique de premier niveau mais l’agencement des images donne naissance, à travers les plans, à « un niveau supérieur à la monstration » qui, suivant cette hypothèse, serait équivalent à la narration (Gaudreault et Jost, 2000, p. 55). Dans notre exemple, une pensée écologique définit ce niveau supérieur : elle constitue un lien narratif et définit une cohérence dans la succession des images. Les commentaires des images sont éclairants : tandis que la terre Adélie « résiste encore au réchauffement climatique », « Bora Bora est un modèle d’équilibre entre tourisme et écologie39 ». L’ailleurs est idéalisé sur l’idée du respect de la terre et un message politique est transmis. La perspective choisie détermine le contenu écologique du discours et soumet le lecteur à un engagement qui l’implique. L’invite-t-on à débattre des représentations spatiales et sociétales véhiculées dans les reportages ? A cette question, l’étude des images montre que ce n’est pas toujours le cas. Ceci d’autant plus que les stratégies textuelles renforcent les effets induits par l’image.

Des stratégies textuelles spécifiques pour (d)écrire le monde

32Quelle que soit la suprématie de l’image, l’étude des textes demeure indissociable de celle portant sur l’iconographie. Les procédures choisies pour formaliser un propos en géographie, par l’image et le texte, conditionnent la nature du savoir transmis. L’examen de nombreux textes de notre échantillon révèle, sinon des canons d’écriture, à tout le moins des pratiques récurrentes pour élaborer les discours. Ces derniers prennent des formes multiples, alternant les registres pour adapter les contenus au public. Ils sont le fait d’observateurs et de producteurs d’une connaissance parfois originale, mais aussi de médiateurs entre les savoirs spatiaux et les lecteurs.

Des discours de voyageurs

33Dans les magazines de géographie, l’information résulte souvent de la démarche d’un promeneur qui est tout à la fois l’instigateur - direct ou indirect - de l’expérience de terrain et l’auteur des déductions et des conclusions rendues possibles par ses observations. Les scripteurs sont des voyageurs. Par exemple, dans la première mouture de Bouts du monde (qui a connu un changement d’éditeur en 2010), un reportage photographique de Raphaël de Casabianca cheminant sur l’Himalaya est introduit de la façon suivante :

  • 40 "Mon rêve himalayen", Bouts du monde, n° 3, septembre-décembre 2008, p. 25.

« Les hauts plateaux du Ladakh m’ont toujours fasciné. Je me suis longtemps imaginé traversant l’Himalaya à pied, sac au dos et l’appareil en bandoulière. De Paris, les photos d’Olivier Föllmi faisaient office de cartes géographiques imaginaires. Il me fallait voyager pour confronter mon "rêve himalayen" à la réalité40 ».

34Se confronter à l’altérité, au-delà de ce que l’on en projette pour rendre compte de cette expérience, traduit la rhétorique de production de l’information utilisée par les auteurs de ce des publications du même type, comme Passe-Frontières pour lequel mécanisme intellectuel fait sens. L’auteur d’un reportage au Burkina-Fasso y écrit :

  • 41 "Une utopie nomade. Peuls du Burkina Fasso", Passe-Frontières, octobre-novembre 2008, Volume 4, n°  (...)

« Je cherchais un village peul dénommé Dokuy, caché au milieu des collines que j’apercevais au loin. A plusieurs reprises, j’avais entendu parler de ce lieu qui avait nourri mon imagination (…)41 ».

35L’image que les voyageurs se font, avant de s’y rendre, des territoires influence la façon dont ils les abordent. Dans les magazines grand public de géographie, les voyageurs proposent un regard personnel sur les lieux avec lesquels ils entretiennent un rapport affectif. Un lien qui n’exclut pas les prétentions documentaires. En suivant un carnet sur le Guatemala, on lit :

  • 42 "Guatemala. Les Mayas des hautes terres", Bouts du monde, n° 3, septembre-décembre 2008, p. 40.

« Nous voilà à Todo Santos, peu connu des touristes. Le pueblo a été rasé en partie et les cultures brûlées au début des années 1980. Les Indiens guatémaltèques ont été torturés et exécutés. Dans la campagne environnante, de nombreuses croix de bois témoignent des exactions commises par la dictature militaire. Aujourd’hui, la photographie semble une agression supplémentaire. Mais après un regard méfiant, la population nous offre sa gentillesse. Tout le monde arbore le même chapeau de paille. Les hommes continuent à porter leur pantalon rouge à rayures blanches (…)42 ».

36Dans cet extrait, l’auteur apporte une information au public qui va au-delà de la description. Dans toutes les pages du magazine, la narration du monde alterne avec un discours historique et explicatif modifiant le registre du discours. Les affirmations ont l’avantage d’être contextualisées parce qu’elles sont exprimées à l’intérieur d’un cadre plus large, celui d’un propos personnel mettant à nu une subjectivité potentielle. Lorenza Mondada a déjà établi que « la description fait réflexivement partie des circonstances qu’elle décrit » (2000, p. 25). Quand, dans les magazines de géographie, le discours s’exprime comme ici sur un mode préfigurant une visée empirique, il ne peut expulser de son propre sujet les conditions de son élaboration. La description reste un construit de voyageur et, parce qu’elle est présentée comme tel, le public en prend acte pour le reste de ce qu’il lit. Si les sources des savoirs extérieurs mobilisés dans les passages documentaires ne sont pas précisées, le lecteur est mis en situation de critiquer l’information parce qu’elle provient d’un voyageur qu’il pourrait lui-même être. Un voyageur qui n’exerce pas d’autorité sur son jugement et qui, en définitive, ne le contraint pas à une posture de strict récepteur. Le discours l’invite à éprouver et à comprendre un ressenti qui n’est pas le sien.

Des discours de journalistes et d’intercesseurs

37Le jeu des temps est un indicateur pertinent pour évaluer la façon dont on rend compte des territoires dans les publications de notre corpus : les évolutions spatiales y sont souvent conçues comme le fruit de ruptures, telles des révolutions enclines à nourrir l’inédit (Labinal, 2010). Toutefois, les magazines savent nuancer leur propos et faire preuve de mesure. Dans certains titres, comme Ulysse par exemple, l’information géographique n’est pas rythmée par les épisodes du voyage et des aléas qui le ponctuent car la dimension documentaire prime sur les événements constitutifs du récit. Les informations transmises font peu référence à des productions précises émanant de la sphère scientifique mais les scripteurs convoquent, sans le nommer, un discours de spécialiste. La situation de parole est à cet égard éclairante : l’emploi de tournures impersonnelles permet de créditer l’information d’une certaine transparence, d’une rigueur relative aux savoirs validés. Dans nombre de magazines, la mixité du marquage énonciatif est fréquent : quand la manifestation des énonciataires établit une proximité avec les lecteurs, son effacement suggère en parallèle le professionnalisme.

38Ainsi, les reporters suivent des expéditions qui leur donnent l’occasion de décrire les caractéristiques des lieux visités et de mettre en avant le regard des spécialistes. En évoquant un naturaliste dont il a suivi une mission, l’auteur d’un reportage du National Geographic sur la forêt de Tongass écrit :

  • 43 Cf. "La vérité sur la forêt de Tongass", National Geographic France, juillet 207, n° 94, p. 28.

« Là où je vois le sol s’élever brusquement, il voit un ancien rivage soulevé depuis que les glaciers ont commencé à reculer, soulageant la terre de leur poids – un phénomène appelé « rebond glaciaire ». C’est un processus continu. Tongass est un tout petit peu plus élevé d’heure en heure43 ».

  • 44 Cf. "À la cime des arbres d’Auvergne", Ushuaïa magazine, novembre 2008, n° 13, 78-83.
  • 45 La citation est en italique dans le texte original. La maladie de Lyme est une infection transmise (...)
  • 46 Le discours n’est donc pas désincarné. Les attributs de sa formalisation sont lisibles dans les élé (...)
  • 47 Il note, par exemple, que « [c]ette étude effectuée sur les nématodes des forêts (…) intéresse les (...)

39L’acuité du naturaliste est confrontée à la vue d’un l’observateur mis en position de néophyte. Le décalage est intéressant pour les lecteurs puisque le journaliste les renvoie ainsi à leur propre regard. La nouveauté est apportée par une forme d’intrusion autorisée mais inhabituelle dans le monde des savants - considéré comme hermétique. Par exemple, Ushuaïa magazine a proposé un reportage sur une expédition qui a mobilisé une « quarantaine de chercheurs de plus de quinze nationalités » dans le but d’étudier et de « recenser la biodiversité d’une forêt tempérée »44. Plus qu’il ne dresse un inventaire complet et rigoureux des résultats, le texte insiste sur les conditions matérielles et techniques de sa réalisation (la pratique de l’accrobranche, l’usage d’un aéronef, la pause de pièges entomologistes et l’étude au microscope, un symbole de la pratique scientifique qui permet de voir ce que les autres ne peuvent pas voir). Des précisions sont toutefois apportées sur les espèces trouvées. Le langage technique n’est pas contourné et le propos s’inscrit dans le didactisme. L’auteur décline les sigles (ZNIEFF : « Zones naturelles d’intérêt écologique faunistique et floristique ») et il explicite les notions abstraites en passant au concret grâce à l’emploi de tournures métonymiques (« l’entomofaune, soit les insectes ») ou en procédant à des reformulations. Les magazines utilisent des techniques d’explicitation (définitions en apposition, pléonasmes sémantiques, tournures paraphrastiques, etc.) et l’emploi de tropes telles que les métonymies ou les synecdoques en font partie pour clarifier ou éviter les mots trop complexes. Ainsi, la reformulation de termes après en avoir fait l’emploi révèle ici d’une posture d’écriture adaptant le discours au public visé par la diffusion. L’activité d’intercession est signalée par un important recours aux signes diacritiques : les parenthèses pour indiquer en quoi consistent les métiers de l’aranéologue « (spécialiste des araignées) », des lépidoptéristes « (spécialistes des papillons) » ou du « myrmécologue (spécialiste des fourmis) » et une multitude de tirets pour caractériser les espèces (« [c]ette étudiante en biologie récolte des informations sur l’étrange symbiose qui unit les nématodes – minuscules verts ronds qui parasitent des larves d’insectes – et les bactéries »). Toutefois, à la différence de ce que l’on observe dans les magazines de vulgarisation, les marques de l’exhibition méta-discursive servent moins la valorisation d’une position de traducteur d’un texte source, d’intermédiaire entre un discours défini et une communauté de lecteurs, que celle d’un intercesseur entre deux champs distants de la connaissance (savoir savant/savoir populaire). Il s’agit là, en effet, d’un texte écrit par un reporter témoignant, lorsqu’il présente les moyens mis en œuvre par l’expédition, de ce qu’il a consenti lui-même afin de satisfaire la curiosité des lecteurs (« [n]ous marchons péniblement le long des layons détrempés où à chaque pas nous risquons de glisser dans la boue (…) », « [i]l est 5 heures du matin, quand le réveil sonne dans la tente »). Et qui invite le public à considérer les risques qu’il a encourus (« [j]e repense à la tique que s’est faîte ôter l’un des scientifiques ce matin ; "il y a des possibilités de se choper la maladie de Lyme" m’a-t-il précisé45 »). Dans nombre de publications grand public de géographie, les journalistes s’érigent ainsi en acteurs du savoir retranscrit46. Ici, le journaliste réalise une analyse écologique et met en perspective l’expédition dont il rend compte en fonction de ses propres objectifs de démonstration47.

Des textes scénarisés

40Relever que l’information contenue dans les textes bénéficie d’une scénarisation et d’une mise en scène est incontournable même lorsqu’on ne veut pas réduire le contenu des magazines à un simple spectacle. Les conclusions de Roland Barthes (1957) sur le Guide bleu sont symptomatiques de canons d’écriture normant ce type de discours. Les discours médiatiques de la géographie érigent un imaginaire social que les productions scientifiques ne peuvent nourrir, sans doute, qu’au prix d’un détournement de leurs procédés d’élaboration (en théâtralisant le propos et en jouant sur la narration). L’introduction d’un reportage du National Geographic sur Dubaï nous offre un exemple éloquent :

« Il était une fois un émir qui avait fait de grands rêves. Son royaume, sur les rives du golfe Persique, était un village assoupi, brûlé par le soleil, peuplé de pêcheurs de perles et de poissons, ainsi que de marchands qui amarraient leurs boutres fatigués et leurs bateaux de pêche dans l’étroit bras de mer qui serpentait dans la ville. Là où d’autres ne voyaient qu’un canal saumâtre, cet émir, Rachid Ben Saïd al-Maktoum, vit une route s’ouvrir au monde.

Un jour de 1959, il emprunta à son riche voisin pétrolier, le Koweit, des millions de dollars pour draguer le bras-de-mer jusqu’à ce que celui-ci soit suffisamment large et profond pour accueillir des navires. Il construisit des quais et des entrepôts, planifia des routes, des écoles et des maisons. Les uns pensaient qu’il était fou, les autres qu’il se trompait, mais l’émir Rachid Ben Saïd al-Maktoum croyait au pouvoir du renouveau. Parfois, à l’aube, il arpentait le front de mer vide avec son jeune fils Mohammed et dessinait son rêve dans l’air avec force mots et gestes. Et, à la fin, tout se passa comme il l’avait dit. Son rêve devint réalité.

  • 48 "Une ville instantanée. Dübai, rêve futuriste, surgit des sables et du désert", Geo, janvier 2007, (...)

C’est son fils, l’émir Mohammed ben Rachid al-Maktoum, qui désormais dirige Dubaï, et il a bâti autour de cette anse son rêve à lui, transformant la vision de son père en un monde irréel de gratte-ciel, d’illuminations et d’air conditionné, où vivent un million de personnes. Avec son horizon hérissé comme à Manhattan, son port de classe mondiale et ses gigantesques centres commerciaux, le petit Dübai attire désormais plus de touristes que l’Inde, plus de cargos que Singapour et plus de capitaux que bien des pays européens48 ».

41L’auteur décline l’information sous la forme d’un conte ou d’une fable suivant un modèle dont les magazines utilisent de longue date les ressorts. Dans cet extrait le terme « rêve » apparaît à quatre reprises, définissant une armature complétée par les expressions de la fondation (« s’ouvrir au monde », « renouveau ») et de la puissance (« pouvoir », « force ») : le réseau associatif plonge le lecteur dans le registre du merveilleux. Le portrait de Dubaï n’est pas tant celui d’une succès économique que celui d’une féerie. Un développement lumineux érigé en balise à suivre, une volonté princière examinée au tamis de l’American dream (« [so]n rêve devint réalité »)… Le romanesque ou une forme motivée de théâtralisation sont légitimes dans le jeu des contraintes médiatiques. Toutefois, l’exploitation du procédé permet aussi au journaliste d’imposer ses valeurs. Le reporter est ici un conteur qui déroule l’action de personnages dans un cadre spatio-temporel et construit une fable étonnante. Il raconte l’histoire de protagonistes - l’émir puis son fils - vivant sur un lieu circonscrit (le site de Dubaï) et suit un schéma narratif classique puisqu’il y a une situation initiale (le temps du rêve et du projet), une situation atténuée de péripétie (le temps d’expression des opposants : « [l]es uns pensaient qu’il était fou, les autres qu’il se trompait »), un dénouement (« [e]t, à la fin, tout se passa comme il l’avait dit ») et un moment final sous l’émir Mohammed ben Rachid al-Maktoum. Un exemple identificateur est d’ailleurs proposé au lecteur : Mohammed Alabbar, dont le père est simple pêcheur, « a grandi dans une tente de palmes » mais il parcourt aujourd’hui le monde dans son avion privé et dirige une riche société immobilière, grâce à une réussite formidable qu’il ne doit qu’à lui-même. L’apologue n’oublie donc pas la morale (vouloir c’est pouvoir) issue de la plus pure tradition narrative. Le public jouit d’un récit du monde dont l’effet est renforcé par le registre didactique relatif au genre convoqué : le conte l’instruit d’un modèle de réussite économique valorisant le capitalisme, lequel est incarné par un parangon de réussite libérale.

  • 49 Dans tous les reportages de ce magazine, même quand l’énonciation engage le récit des événements d’ (...)

42Dans les magazines de géographie, le schéma n’est pas toujours aussi abouti mais les textes sont très souvent construits sur le mode du récit. Le double niveau discursif créé par l’alternance texte narratif – texte explicatif sert l’argumentation en permettant au contenu géographique de dépasser l’anecdotique49. Plus ou moins consciemment, les rédacteurs adaptent la structure de leurs textes pour favoriser l’intérêt du public. Poursuivons avec un extrait de Geo au Kenya. Evoquant la ville côtière de Malindi, la reporter écrit :

  • 50 "Le Kenya, côté mer", Geo, n° 344, octobre 2007, p. 101.

« Echanges amoureux, disputes et bousculades, la ville ancienne s’anime surtout au petit matin. Mais le vieux port, lui, reste presque muet. C’est le nouveau site de Kilindini, situé sur la côte ouest de l’île, qui a la main haute sur les marchandises. Le temps des boutres, beaux bateaux arabes aux voiles latines, est révolu. Et c’est tant mieux. Entre le viie et le xixe siècle, le littoral a fait ses choux gras de la traite des esclaves : 4 millions d’entre eux ont été traînés dans ce petit paradis tropical avant d’être expédié dans le golfe Persique. Un commerce si fructueux que la disparition tardive de l’esclavage, à la fin du xixe siècle, a entrainé le déclin des Swahilis. Cent ans plus tard, l’ancien débarcadère qui a vu circuler ivoire, épices et huiles de palme n’accueille plus que de petits cargos limités au commerce côtier. Calot musulman réglementaire mais T-shirt obligatoire, le capitaine Abou Mohammed a fait le plein de boîtes d’allumettes « première qualité non inflammable ( ?) ». A bord de son rafiot, il compte vingt heures pour rejoindre Zanzibar. Mombasa-Zanzibar : la routine. Pas de quoi rester bouche bée devant la jetée… mais si j’insistais, le capitaine pourrait bien m’embarquer. Dommage : nous devons mettre le cap sur le nord50 ».

  • 51 Cette modalité d’écriture s’oppose aux phrases complexes des textes scientifiques dont la compréhen (...)

43Au-delà des opinions personnelles du reporter qui donnent du dynamisme au texte et rendent vivant son contenu (« [e]t c’est tant mieux », « [d]ommage »), la rapidité de la lecture s’allègue des effets de simultanéité induits par l’alternance narration-explication et par le rythme de la description historique de la ville. Ce rythme est motivé par un recours ordonné à des phrases verbales simples (voire sans verbe) ainsi qu’à des rythmes ternaires : la journaliste répond ainsi à une exigence d’accroche et, précipitant le défilement des idées, elle stimule une lecture soumise au discours qu’elle propose51. Ce passage intervient peu après une description de la vieille ville de Mombasa où l’effet était encore plus prononcé :

  • 52 Ibidem, 100-101.

« Ici, la beauté a déserté les maisons et les palais (…)
Mais la beauté s’est installée dans la rue : contre les venelles qui n’ont plus ni nom ni numéro ; à travers les refrains échappés de Mandhry Msikiti – la mosquée blanche en pain de sucre vieille de quatre cent quarante ans ; et dans les cris perçants des charretiers, « viazi ! machungwa ! chai ! » (pommes de terre ! oranges ! thé !), qui jouent des coudes entre les passants. Et surtout, la beauté a migré dans le visage des Swahilis, galets polis par des siècles de métissage ; et dans celui des indiennes, arrière-petites-filles des ouvriers du chemin de fer recrutés par la reine Victoria ; ou dans celui des pêcheurs de Mascate, assombris par l’inquiétude des jours de pluie. Et qu’importe les gravats et les poubelles, si on a les yeux fertiles. Alors, les proverbes imprimés qui ornent les jupes des femmes se mettent à parler. A l’intention d’un époux volage : « pas la peine de changer de boucherie, c’est partout pareil ! » ; d’un soupirant : « dans la canne à sucre, le meilleur est au-dessus » ( ?) ou d’une voleuse de mari : « attention ! L’abeille garde jalousement son miel52 ».

44L’accélération des cadences d’exposition de la trame textuelle permet de plonger le lecteur dans ce qu’il lit. Le rythme favorise son intégration à la scène en lui restituant des impressions géographiques et en lui décrivant une atmosphère, comme s’il la saisissait en qualité d’authentique voyageur. Une énergie est apportée à la description, un souffle dont la constance est renforcée par une polysyndète spécialement appuyée par l’emploi réitéré de la liaison « et ». De sorte que l’écriture est garante d’une intégration du lecteur au déroulement de la description, laquelle permet une rencontre en simulant presque une exploration par les sens. Les yeux sont peut-être « fertiles » mais le regard est syncopé car il embrasse un ensemble en mouvement qui défile sans l’attendre. Dans la plupart des magazines, la découverte géographique se mue en expérience de terrain assurée par l’écrit. Ce type de texte donne sans doute au lecteur le sentiment d’être dans un monde perçu grâce à l’intercession du reporter, dans lequel il a conscience de son existence et sur lequel il peut avoir l’impression intuitive d’agir. Suivre les pas d’un voyageur en s’y substituant peut donner le sentiment d’être un citoyen du monde ; suivre des expéditions dont le but est la protection de la nature permet peut-être, au lecteur, de se rattacher à la communauté des gens soucieux de la planète qu’ils légueront aux générations futures.

45A l’examen de notre corpus, il apparaît donc que jouer sur la narration permet de répondre à une exigence vitale, celle de toucher le plus large public. Toutefois, en cassant la distance établie entre les lecteurs et les phénomènes qui leur sont présentés ou en radicalisant le propos, les médias sont susceptibles de suivre une logique assertive qui assigne des représentations. Par leurs choix iconographiques et textuels, ils agissent sur la possibilité accordée ou non aux lecteurs de mobiliser l’information pour la mettre en perspective de façon enrichissante.

Ouverture et fermeture du discours

46Des ensembles de préférences éditoriales et/ou auctoriales associant des modalités de mise en page et des traits dominants d’expression (écrite et figurée) sont identifiables à l’examen des magazines. L’évaluation de la proportion texte/illustration, la qualité des plages visuelles (formes et aspects quantitatifs : nombre, volume) et l’ordre scriptural (colonnes, orientations, paragraphes) permettent de capter, en partie tout du moins, des éléments de leur posture de communication. Pour les livres de géographie, Didier Mendibil (2008) a montré qu’en fonction de l’indice iconographique - « le nombre moyen d’images par page » - l’illustration a plus ou moins de chance d’être symbolique (deux ou trois images dans la publication), sélective et emblématique (pour un indice inférieur à 0.25) ou bien représentative si elle suit « pas à pas le texte courant » (plus de 0.5). Il a souligné qu’aucune conclusion définitive ne peut être proposée sans mettre en relation l’agencement des images avec le contenu des textes et des renvois établis par les différents auteurs. Malgré cette limite, le repérage de tendances, que nous nommerons ici logiques scripto-visuelles en empruntant aux recherches portant sur la vulgarisation scientifique, reste utile car elles indiquent un positionnement choisi pour transmettre des messages, entre une ouverture du discours encline à favoriser la circulation des idées et sa fermeture, qui n’invite pas à la distanciation.

La circulation des idées

  • 53 Calcul réalisé sur des sujets de géographie présents dans plusieurs numéros, pour un total de 3700 (...)

47Nous avons étudié les « aires scripto-visuelles » de plusieurs magazines, désignant dans les travaux sur la vulgarisation scientifique ces doubles pages des revues ouvertes mettant en forme l’organisation interne des reportages (Jacobi, D. et Schiele, B., 1988). La comparaison d’un exemplaire de chaque publication de notre échantillon principal, réalisée à l’aide d’une grille de points quadrillant les aires (sur un décompte de plus ou moins 10 000 unités selon le nombre de pages des supports), confirme les intuitions premières (fig. 3) : le texte ne domine que dans Sciences Humaines où l’image n’est présente que sur 17.1 % des aires scripto-visuelles (le numéro concerné a été retenu pour la dimension géographique de ses thématiques). Cette configuration définit le texte comme la source d’information principale car l’illustration constitue une périphérie qui met en valeur l’espace scriptural (21.1 % d’illustration pour 78.78 % de texte dans les articles étudiés)53. L’iconographie est choisie avec soin et elle est sélective. Ici comme dans Ulysse, l’indice iconographique est inférieur à 0.3/0.4 car le texte constitue plus de 60 % des aires scripto-visuelles. Mais pour la plupart des magazines grand public de géographie, l’indice est supérieur à 0.5.

Figure 3 : le rapport texte/image dans les magazines

Figure 3 : le rapport texte/image dans les magazines
  • 54 Article de Karine Hurel et Patrick Poncet (« Le monde comme vous ne l’avez jamais vu », La Géograph (...)
  • 55 "Quand les cartes se numérisent", Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, n° 11, 68-70.

48Une première posture peut être illustrée par les revues de vulgarisation comme Sciences Humaines qui développent une logique d’ouverture du discours et encouragent, dans une certaine mesure, la mise en perspective de l’information développée. Dans les dossiers de ce magazine, le sérieux des mentions auto-informatives, comme les nuances de trame, contribuent à baliser un parcours de lecture enrichi par les encadrés, sans disperser le lecteur qui peut en hiérarchiser l’intérêt. L’organisation des aires scripto-visuelles répond à un contrat accepté dans l’acte d’achat : il repose sur une sorte de « cahier des charges » assurant la crédibilité du magazine en répondant à des exigences sociales de sérieux par l’écrit. C’est aussi le cas des numéros de La GéoGraphie édités par Glénat. Dans ce type de publications, la mise en page impose une cohérence qui écarte le ludique du jeu visuel au profit du savoir. A la différence de nombreux magazines, les deux titres donnent la parole aux spécialistes et, en particulier, aux membres de la Société de géographie pour le support qui lui est affilié. Il n’y est pas rare de présenter les outils des géographes en même temps que leurs conclusions et de permettre aux lecteurs de réfléchir sur le statut de l’information. En proposant, par exemple, un article sur les anamorphoses colorées de Worldmapper54 tout en suggérant l’idée selon laquelle la carte est un outil mis au service de la représentation d’une réalité et non la réalité elle-même. Les dossiers cherchent, en effet, à intégrer des éléments théoriques à leurs développements ; la géographie y est présentée pour ce qu’elle est : un construit fondé sur une approche raisonnée et choisie. Lorsque dans Sciences Humaines le géographe Henri Desbois propose une mise au point sur la révolution numérique qui a accompagné l’évolution des pratiques cartographiques ces dernières décennies55, l’intertextualité est favorisée. L’auteur convoque Marc Monmonier (spécialiste de l’histoire de la cartographie), le géographe américain Michael Curry mais mais également Christian Jacob et les renvois bibliographiques sont clairement établis : la polyphonie est mise en valeur par des présentatifs (« Comme l’a montré Denis Cosgrove… ») et les travaux sont identifiés dans le paratexte. Loin d’être suturé, le discours est ouvert : la mobilisation de ces références est suffisamment motivée pour ne pas être opacifiante et la fonction informative du discours se double d’un projet didactique. Dans La Géographie (2008-2010), le raisonnement est ainsi structuré autour de paragraphes distincts, l’ensemble des sigles sont définis et les contenus sont annoncés par des sous-titres exposant les points importants de l’énoncé. De sorte que, dans ces publications, les options formelles favorisent la compréhension et le suivi des développements plus complexes même si le discours reste tiraillé par des logiques divergentes, entre séduction et éducation. Dans La Géographie, l’encart introductif d’un dossier consacré aux îles précise :

  • 56 La Géographie, n° 1 (nouvelle formule), hiver 2008, p. 11. Ancienne numérotation : n° 1528.

« On n’a jamais tant parlé d’îles. Tant écrit sur elles. La publicité exhibe quotidiennement leur image pour éveiller les rêves et vendre du voyage. Comment ce désir s’est-il imposé dans notre imaginaire collectif ? Qu’est-ce qui l’entretient et comment le renouveler ? Du désir d’îles au projet d’îles, plaidoyer pour une meilleure (re)connaissance de ces cultures si singulières56 ».

  • 57 Dans ces deux magazines, les procédures discursives visent soit à limiter la dramatisation et l’int (...)

49Les enjeux de la réflexion sont abordés avec des outils rigoureux (un encart est proposé sur les cartes mentales, par exemple) mais le sujet est formulé puis appréhendé afin de prendre en considération le désir d’évasion du public. La situation est moins marquée dans Sciences Humaines la géographie ne représente qu’une discipline parmi d’autres : le magazine se concentre sur des interrogations politiques et développe des thèmes comme la mondialisation, la mobilité, les inégalités. Les sujets sont aussi choisis pour interpeller l’acheteur potentiel mais lorsque le magazine sollicite son imaginaire, c’est pour mieux l’envisager de façon réflexive (L’imaginaire du voyage, n° 240, août-septembre 2012). Dans tous les numéros, grâce aux modalités de mise en page, le dialogue établi entre le texte et l’image induit une lecture dynamique : les aires scripto-visuelles favorisent une démarche active de mise en relation des idées et des sources. Malgré des adaptations concédées aux nécessités de la diffusion grand public, les contrepoints sont nombreux pour maintenir un niveau de rigueur57. Les discours enrichissent ainsi les perceptions communes parce qu’ils sont construits sur des logiques de circulation qui donnent au public la possibilité de se forger un avis circonstancié sur le monde. Le lecteur peut s’armer pour aborder la complexité des questionnements contemporains sur des espaces en changement. Ce qui n’est que variablement le cas des dossiers proposés par les autres publications que nous avons étudiées.

Fermeture et effets d’immersion

50Certains magazines accentuent les traits de mise en forme visant à clôturer le discours géographique sur lui-même. Il s’agit là d’une posture bien différente de celle développée précédemment puisqu’ils renforcent l’impact de leur propos en forçant l’adhésion. Cela ne signifie pas que les lecteurs sont désinformés, mais l’exercice d’un contrôle les incite à suivre un regard prédéfini sur les lieux, les groupes ou les sociétés sans disposer a priori - c’est à dire indépendamment des capacités de chacun à s’extraire du discours assigné - d’une latitude suffisante pour pouvoir le guider librement. Des analyses seraient intéressantes à mener sur la réception, nous l’avons souligné, pour mesurer l’influence effective des discours auprès du public. C’est une limite de cette recherche dont le propos reste d’examiner les traces objectivables d’une médiation. Les magazines donnent à voir le monde mais aussi à le concevoir, et la vision qu’ils proposent reste définissable - à un certain degré au moins - en éclairant les effets de sens associés à telle ou telle modalité iconographique et textuelle.

  • 58 Selon cet historien de la cartographie, l’Allemand Arno Peters l’a enduré, par exemple, après avoir (...)

51Afin d’éviter une litanie d’exemples pour comprendre comment fonctionne la fermeture du discours et l’effet d’immersion qu’il induit, nous avons dressé un tableau synthétique visualisant les procédures dont nous avons identifié les formes à l’examen des magazines. Inutile de préciser, toutefois, que la lourdeur d’une étude discursive n’autorise pas un décompte exhaustif des procédures sur une année de parution. Si nous l’avions tenté, nombre d’entre elles auraient échappé à notre vigilance et la fiabilité des statistiques, en particulier pour les textes, s’avérerait critiquable. Il s’agissait de réaliser une observation attentive des contenus au prisme d’une dizaine de critères (tab. 4), lesquels ont été appréhendés de façon sériée afin d’éviter que les impressions d’ensemble prennent le pas sur une spécification objective. Par exemple, nous avons cherché à estimer l’importance de l’interpénétration texte-image parce qu’elle est susceptible de nuire à la hiérarchisation de l’information (critère n° 2), à relever si les sujets des reportages s’inscrivent dans une actualité saisissante ou s’ils s’en détachent (critère n° 3), si les sources sont mentionnées et si l’intertexte est favorisé (critère n° 4) ou encore à évaluer la plus ou moins grande présence d’images choquantes (critère n° 7) parce qu’elles sont susceptibles de favoriser le sensationnalisme et de limiter la réflexion. Si les résultats sont discutables dans le détail, l’aspect cumulatif des effets permet de dégager des tendances limitant l’éventualité d’une méprise. Aussi les avons-nous rendues visuelles pour saisir quels sont, des magazines analysés, ceux qui tendent le plus à capturer les lecteurs (fig. 4). Sans doute semblons-nous, ici, adopter une attitude que John Brian Harley désignerait peut-être comme un « chauvinisme scientifique » comparable à celui des chercheurs qui, du haut de leur autorité, distribuent des « mauvais points » aux productions discordantes avec les normes de leur propre travail58. Mais nous le gardons à l’esprit : les logiques d’immersion sont suivies, consciemment ou inconsciemment, par une majorité de magazines. Reconnaître ce qui peut être considéré comme une nécessité pour séduire le lecteur ne doit pas interdire l’identification des procédures utilisées pour transmettre l’information. Et d’en tirer des conclusions, car tout est affaire de dosage.

Tableau n° 4 : Procédures et effets d’immersion des lecteurs dans les magazines

Procédures

Effets d’immersion

Publications

Appréciation par critères

Geo

Ushuaïa

magazine

NG Fr.

Ulysse

1) Accentuer la perception des évolutions sur les espaces et sociétés en opposant les temporalités

⇔ Canalise l’attention du lecteur en le focalisant sur les ruptures plutôt que sur les éléments de continuité

⇔ Joue sur le spectaculaire et limite les possibilités de mise à distance de l’information présentée

●‎

●‎●‎

●‎

●‎

2) Multiplier les traits d’organisation des aires scripto-visuelles forçant le regard (jeu sur les contrastes de couleurs et l’énergie des signes) ou contribuant à le « brouiller » (interpénétration texte – image)

⇔ Inspire un cheminement visuel et intellectuel prédéfini dans lequel se perd l’attention du lecteur

⇔ Contraint les modalités de la lecture

●‎

●‎

●‎●‎

3) Préférer des contenus informatifs s’inscrivant de plain-pied dans l’immédiateté plutôt que détachés d’une actualité saisissante

⇔ Limite les possibilités de prendre du recul par rapport à l’information transmise (dont le sens est contraint au jeu des affects)

⇔ Favorise le sensationnalisme

●‎

●‎●‎

●‎

●‎

4) Ne pas mentionner les sources dans les textes et limiter l’intertextualité

⇔ N’engage pas sur la voie d’une mise en relation des informations ni sur celle de leur vérification, préalables indispensables à la confrontation des données et à la réfutation des points de vue

●‎

●‎

●‎

5) Utiliser un codage complexe dans la réalisation de l’iconographie ou exagérer les procédés de légitimation du discours

⇔ Crédite l’information d’une autorité démesurée en la rendant opaque et par la même peu vulnérable aux armes des non spécialistes

⇔ Ne favorise ni le débat ni la critique

-

●‎

-

6) Utiliser des cadrages qui subjectivent le point de vue de l’observateur en l’intégrant à la scène

⇔ Participe d’un effet intégrateur exhortant à l’adhésion au discours proposé.

●‎●‎

●‎

●‎●‎

●‎

7) Affirmer les tensions dramatiques de façon excessive en présentant des images marquantes ou choquantes

⇔ Fait de l’impressif un moyen assertif

⇔ Peut signaler une visée éditoriale en prise avec la raison idéologique

●‎

●‎●‎

8) Exagérer les critères de la théâtralisation dans l’image par des successions de photographies donnant l’illusion d’une continuité diégétique avec des raccords visuels

⇔ Dissimule un verrouillage du discours susceptible d’engager affectivement le lecteur spectateur par le relais des acteurs mis en scène

●‎

●‎●‎

●‎●‎

9) Exagérer les critères de la théâtralisation dans le texte par la précipitation du niveau rythmique de la trame d’exposition du discours

⇔ Stimule la narration au détriment de l’explication

⇔ Renforce la capture de l’attention des lecteurs pour lesquels il est plus difficile de se distancier du propos des auteurs

●‎●‎

●‎●‎

●‎●‎

●‎

10) Rechercher l’incongruité, détailler le singulier au détriment du général

⇔ Limite la réflexion à l’anecdotique

⇔ Ne permet pas de raisonner sur les logiques (n’engage pas sur la voie nomothétique)

●‎

●‎

●‎●‎

●‎

Légende des signes appréciatifs :
- Configuration agissant toujours contre l’effet mentionné
❍ Situation très rare, effets peu significatifs
●‎ Emplois notables, effets limités
●‎●‎ Recours fréquents, effets importants

Figure n° 4 : Des discours favorisant plus ou moins la capture des lecteurs

Figure n° 4 : Des discours favorisant plus ou moins la capture des lecteurs

Des magazines oscillant entre ouverture et fermeture

  • 59 Extraits de la rubrique "Forum", National Geographic France, septembre 2007, n° 96.
  • 60 "Les guerres de l’ivoire. Au parc national de Zakuma", National Geographic France, n° 90, mars 2007 (...)

52Ulysse cherche très peu les effets d’immersion et, dans Geo ou dans Ushuaïa magazine, la tendance au cloisonnement est modérée. En revanche, dans le National Geographic qui joue sur la dimension expressive de l’image pour visualiser les lieux, les sociétés et les phénomènes qu’il aborde, ces effets bien plus nombreux (le tableau n° 4 et la figure n° 4 l’illustrent). « Impressionner » est, au premier sens du terme, la voie privilégiée pour amener le public à une découverte qui doit, si possible, solliciter ses sens. Dans une certaine mesure, c’est ce que recherchent les lecteurs qui apprécient la « sensibilité » et la « beauté » de photographies, dont certaines peuvent leur « couper le souffle »59. Mais passer par l’émotion n’encourage pas la mise à distance. En voici une illustration : un reportage réalisé dans un parc national au Tchad présente le un espace où l’on tente de protéger les éléphants du braconnage sans « toutefois réussir totalement »60. L’auteur suit les gardes qui en ont la charge et son parti pris pour la cause des pachydermes est lisible :

  • 61 Ibidem, p. 45.

« [c]omment ne pas déplorer que la grande majorité des éléphants du sud-ouest du Tchad ne meurent pas de vieillesse ? Ils tombent sous la main de l’homme. Pourtant, chez les éléphants de Zakouma, je ne vois ni rage, ni soif de vengeance, juste de la sérénité61 ».

  • 62 Ibid., 28-29.
  • 63 Ibid., 36-37.

53Après avoir observé une scène photographiée en plan large dans le but de montrer des éléphants en pleine santé (ils s’abreuvent dans une rivière), les lecteurs font face à un charnier dans lequel on les plonge sans retenue en renforçant la crudité du point de vue. La photographie immerge, en effet, les spectateurs dans la scène en les plaçant au milieu des restes d’animaux en phase finale de décomposition (« [l]a peau et les os, c’est tout ce qui reste des vingt éléphants tués en mai dernier dernière les limites du parc de Zakouma »)62. La base du cou d’où tombent les viscères constitue un punctum proximum poignant, aux attributs rouge sang. Le cadrage subjectivant s’accompagne d’un commentaire qui fait remarquer que les défenses de l’éléphant ont disparu : la sensation de dégoût se double ainsi d’un sentiment de révolte63. Le regard du lecteur est immergé dans l’image qui, d’évidence, a été choisie pour choquer. Tzvetan Todorov a, depuis longtemps, différencié le discours objectif - « dont la fonction représentative domine la fonction impressive » - du discours idéologique pour lequel « c’est la fonction impressive qui est dominante » (Todorov, 1978, p. 127). Lorsque les publications multiplient, de façon excessive, de telles photographies et qu’elles jouent sur les sentiments, elles conduisent à la soumission intellectuelle des lecteurs plutôt qu’à leur manumission. Le procédé est utilisé dans les pages de National Geographic et il contribue à ce que nous nommons une logique de fermeture : dans les magazines grand-public de géographie, le discours suture l’information quand il ne cherche pas à en faire un matériau critiquable par les lecteurs.

  • 64 Rubrique « Forum », National Geographic France, n° 69, juin 2005. Ces lecteurs font référence à un (...)

54Transmettre une information dépassionnée n’est pas le but de toute publication : les articles les plus sobres s’accompagnent parfois de reportages dont les photographies ou les récits ne peuvent que marquer la conscience. « Mon cœur a failli s’arrêter », précise un courrier adressé à National Geographic après avoir pris connaissance d’une photographie dans un reportage qui livre, selon l’expression d’un autre lecteur, le « récit déchirant » d’un naufrage en mer Baltique64. Le magazine capture l’attention et l’esprit de ses lecteurs en décuplant la puissance d’évocation des images qui mettent en scène l’information, en choisissant des récits incarnés suscitant l’identification, en interpellant la sensibilité, en accentuant les tensions dramatiques et en jouant, aussi, sur une organisation des aires scripto-visuelles intriquant l’information et la publicité pour les rendre peu différentiables (l’utilité du procédé est certaine pour les annonceurs mais ce dernier s’inscrit en faux avec le Code déontologique de la Société des journalistes professionnels qui invite à les dissocier). Ce n’est pas le seul titre à user de tels procédés, mais la mobilisation d’une iconographie impressive y est plus prononcée qu’ailleurs.

55Dans les magazines de géographie, c’est surtout l’image (et son articulation avec le texte) qui dispose d’un pouvoir d’immersion important. Nombreuses sont les publications qui tendent à fermer leur discours avec elle en même temps qu’elles font circuler les idées par d’autres biais pour créer, ainsi, la tension du débat. Si le magazine Ulysse est un cas particulier dans la mesure où l’iconographie y est moins présente qu’ailleurs, dans les autres supports, c’est surtout le courrier des lecteurs qui agit contre la clôture du discours et la théâtralisation de l’information en favorisant les échanges. Les lecteurs ne s’expriment pas que sur des points de détail, ils jugent de l’objectivité des magazines qu’ils achètent. Geo, par exemple, n’hésite pas à publier les reproches qu’on lui oppose même lorsque ces derniers stigmatisent ses égarements :

  • 65 "Geocourrier", Geo, n° 359, janvier 2009, p. 6.

« Je viens de prendre connaissance du numéro titrant sur la nouvelle Amérique. Comme dans certains de vos précédents tirages, je perçois une forme d’abandon du regard libre et sympathique, voire sceptique, du GEO des origines (je suis lecteur du magazine depuis le premier numéro) au profit d’un discours un peu à la mode, largement pétri de bons sentiments (cf. le dossier WWF sur les catastrophes plus ou moins imaginaires qui nous menaceraient, l’éditorial ventant un « papier respectueux de la forêt », l’article sur les expérimentations éoliennes de la Californie, etc.). Une suggestion, donc : gardez la distance traditionnelle du magazine par rapport aux faits et aux gens et sachez rester critique… Cordialement »65.

56Le lectorat discute des représentations transmises dans certains reportages et le courrier des lecteurs peut apporter un correctif non négligeable, tempérant ainsi la portée des effets, multiples, qui font obstacle à la distanciation. Le National Geographic n’a pas non plus pour tradition de verrouiller les critiques ; en voici un extrait qui nous semble éclairant :

  • 66 "Forum", National Geographic France, n° 74, novembre 2005.

« Le dernier spécial Afrique de votre mensuel fleure bon la nostalgie de la belle époque des colonies, avec ses croisières, ses bons pères et ses safaris. Peut-être faudrait-il recoloniser pour que l’œuvre civilisatrice s’accomplisse enfin. Chut ! Ces choses-là ne se disent pas aussi clairement que ça. Mais, en matière de falsification de l’histoire et des faits, vous faites très fort ! Les guerres et l’instabilité éloigneraient-elles les « gros exploiteurs forestiers » ? Depuis quand l’anarchie et la violence dissuadent-t-elles les grandes compagnies du bois ? Est-ce à dire que la déforestation accélérée qu’on observe notamment en Afrique centrale est la faute de ceux que vous appelez « pygmées », et surtout des braconniers et des bûcherons ? (…)66 ».

57Le débat est suscité quand les réductions opérées apparaissent excessives. Dans la plupart des magazines, les caricatures les plus grandes sont dénoncées. Il n’en reste pas moins que, si l’impact des représentations véhiculées par les reportages résulte des capacités particulières de sélection, d’évaluation et de réutilisation des informations par les lecteurs, la façon dont ils reçoivent l’information influence certainement nombre d’entre eux.

Espaces honnis, espaces « louangés » : regards sur le monde 

58Dans nombre de reportages, les dossiers construisent un monde convenu, reproduit en vertu des enjeux de société auxquels leur discours contribue : la découverte authentique s’accompagne du pittoresque, l’engagement écologique fait son miel des infinités paysagères et les prétentions journalistiques des lieux topiques de la pauvreté. Par le texte et l’image, les magazines assignent aux lieux des valeurs dont la charge symbolique est parfois importante. Si l’on ne peut préjuger des possibilités effectives des lecteurs à s’extraire des filtres appliqués à leurs représentations, il n’en reste pas moins vrai qu’un chemin leur est sinon imposé, du moins recommandé pour construire leur vision du monde.

Des espaces mythifiés, aimés…

  • 67 Pour opérer notre bipartition, nous reprenons les expressions de Gaston Bachelard (1957) en partant (...)

59Une étude des contenus des reportages montre que les magazines présentent certains territoires en les personnifiant et en les idéalisant. Ces représentations nous rapprochent de ce qu’il est possible de nommer, depuis Gaston Bachelard, des espaces louangés67.

  • 68 "Iles Féroé", Geo, n° 312, février 2008, 98-110.
  • 69 Ibidem, p. 107.

60Il en est ainsi, par exemple, des zones insulaires qui sont appréhendées très différemment des espaces continentaux. Pas tant parce qu’elles renvoient à un idéal balnéaire stéréotypé, mais plutôt parce qu’elles sont interrogées en tant qu’elles constituent des zones perdues, presque irréelles, dont les attributs et mystères sont restés intacts à travers les âges. Dans Geo par exemple, les Îles Féroé apparaissent « comme un mirage » ; le Fjord de Funningur offre au couchant « un moment unique de quiétude et de magie »68. Geo ne cherche pas à solliciter l’émotion comme le ferait National Geographic mais son regard est pétri de folklore, cheminement le plus court vers un étonnement mesuré. Dans les Îles Féroé, « l’esprit communautaire se nourrit de contes et perpétue avec passion ses traditions »69. Les journalistes partent avec leur imaginaire et les présupposés qui fondent leurs appréciations sont du reste assumés :

  • 70 Ibid.

« Que sommes-nous venus chercher dans ce bout de pays oublié des cartes continentales ? Des contes de fée, des histoires de vikings ? Un eldorado d’air pur ? Une esquisse de société idéale où le dernier crime remonte à plus de dix-sept ans ? Un peu de tout cela70 ».

  • 71 « Dans la lumière des Cyclades », Geo, n° 328, juin 2006, p. 89.
  • 72 Ibidem, p. 125.

61Dans nombre de magazines, le prisme du fabuleux est utilisé pour susciter l’intérêt. Quelques mois auparavant, Geo avait par exemple abordé les Cyclades, ces « filles des amours passionnées des dieux et des vents »71. Là-bas, ce n’étaient pas l’esprit communautaire mais « les odeurs » qui « perpétu[ai]ent l’ancienne civilisation de l’archipel »72. L’évocation porte une louange comparable et réitérée, le charme opérant comme il le fait dans les Îles Féroé. Au reste, c’est aussi par la légende que Geo introduit un texte sur l’île d’Elbe :

  • 73 Geo, n° 338, avril 2008, p. 104.

« [c]elle de la déesse Vénus qui aurait laissé sept perles de son collier, en sortant des flots. Sept perles qui auraient alors formé, au large de Livourne, ces 290 kilomètres carrés de terre semées dans les eaux bleues de la mer Tyrrhénienne73 ».

62Les îles sont présentées comme uniques et originales. Elles sont porteuses de rêve et renferment la diversité. Les constantes de l’insularité sont rarement exposées par les magazines. L’endémie - et ses variations culturelles - propose une clé qui ouvre des portes en même temps qu’elle en fait oublier beaucoup d’autres. Les emprunter permettrait, pourtant, d’apporter des nuances à ce tableau monochrome : le lectorat apprend effectivement, dans les magazines grand public de géographie, que les îles sont des espaces merveilleux dans lesquels s’épanouissent les légendes… et la biodiversité. Les difficultés inhérentes à la vie insulaire ne sont guère évoquées, pas plus que les contraintes pesant sur les aménagements. Les aspects négatifs sont gommés, l’île reste une belle destination. A d’autres espaces le soin de faire le lien avec le monde « réel » - et de représenter la Géhenne.

63Les magazines élaborent ainsi une vision sensible des lieux. Celle-ci s’articule autour de valeurs positives et négatives auxquelles les représentations spatiales se rattachent avec plus ou moins d’évidence. Ce qui rejoint, en un sens, cette pensée d’Eric Dardel, extraite de L’homme et la terre :

  • 74 Dardel, E., 1990, L’homme et la terre, Paris, Editions du CTHS, p. 86 ; 1ère édition, Paris, PUF, 1 (...)

« Chez tous les peuples, il existe deux sortes d’espace relevant de deux cosmogonies différentes : un monde environnant où se manifeste la présence et le travail de l’homme, régions peuplées, terres cultivées, fleuves navigables, mers fréquentées, montagnes accessibles ; un monde inquiétant, étendue désertique, terre sauvage, mer inconnu où nul n’a pénétré74 ».

  • 75 "Sibérie. La vie à l’extrême", Ushuaïa magazine, mars-avril 2008, n° 10, p. 30.
  • 76 "La Sibérie défigurée par les chercheurs d’or", Ushuaïa magazine, mars-avril 2008, n° 10, p. 54.
  • 77 C’est pourquoi la dimension patrimoniale des villes est valorisée, quand son rôle d’accélérateur de (...)
  • 78 Dardel, E., 1990, Ibidem, p. 13

64Une telle polarité subsiste à ceci près que les médias inversent désormais cette lecture. La Sibérie et la région du lac Baïkal constituaient, pour Ushuaïa magazine, un espace de l’extrême abritant « depuis des millénaires une biodiversité endémique »75. Dès que l’homme entre en scène, c’est pour mieux le fustiger. Par exemple, parce qu’il exploite des gisements aurifères : la plaine se trouve « défigurée », au nord de Iakoustk, à cause d’une « activité à l’impact écologique dramatique »76. Le visage de la terre sibérienne est meurtri par les chercheurs d’or. L’absence de l’homme marque, dans bien des reportages, le terrain de ce qui résiste aux conséquences incontrôlables de ses actions. Qu’il s’agisse d’un parc naturel, d’une réserve proche ou de zones éloignées des nœuds de la mondialisation, le lieu de l’évasion est devenu sanctuaire77. « Ce qui est prêt, c’est ce dont on peut disposer sans effort, ce qui est loin exige un effort et, implicitement, un dessein de s’en rapprocher », écrit Eric Dardel78. Cet éloignement ne dépend pas uniquement de la distance effective : la différence ontologique entre l’espace de vie et les espaces d’abri crée l’éloignement intellectuel, une rupture nécessaire à l’intérêt des lecteurs. Elle conjure la réduction des distances qui, du fait de l’amélioration des transports et, par là, de l’accessibilité, négocie de nouvelles proximités. Les espaces exploités, même lorsqu’ils sont voisins, suscitent l’inquiétude. Comme ceux des grandes concentrations.

… ou détestés

65A l’analyse des titres des reportages de notre corpus et des commentaires associés aux images, nous avons constaté que les magazines ont construit ce que nous pourrions nommer, pour reprendre à notre compte l’expression de Gaston Bachelard, des espaces d’hostilité. Ces derniers correspondent aujourd’hui à ceux dont on évoque - dans la plus grande dénégation - les activités cristallisant la démesure d’une humanité en proie aux conflits destructeurs et à la surexploitation. Les périphéries urbaines, les espaces industriels, les lieux de l’agriculture productiviste, les zones du développement dans lesquelles se trouvent les symboles de la mondialisation… Nombreux sont les territoires qui, indépendamment de leur organisation, sont appréhendés à la lueur dépréciative des valeurs qui leurs sont socialement accolées, en ces temps où l’opinion semble acquise à la cause environnementale.

  • 79 Il s’agit de la rubrique voyage du site remanié en 2009 (consulté le 4 mars 2009). URL : http://www (...)
  • 80 "Medellín : visages d’une guère urbain", National Geographic France, n° 66, mars 2005, 88-107.
  • 81 Brunet, R., Ferras, R. et Théry, H. (sous la dir. de), 1993, Les mots de la géographie, dictionnair (...)
  • 82 Silvia Amaty-Sas précise que la trans-subjectivité peut être considérée « au niveau affectif en rap (...)

66Plusieurs pays reçoivent une image exécrable. Et la Colombie représente, à cet égard, un cas d’école. « Pays à la réputation contrastée, connue pour ses cartels de drogue et les FARC autant que pour la magnificence de sa faune et de sa flore tropicales (…) », lit-on dans la présentation du pays sur le site Internet de Geo79. Abordée sur qui fait hostilité à la morale universelle, la Colombie est devenue le symbole de l’état de violence (tout comme Lagos l’est dans les manuels pour les villes d’Afrique). Après avoir réalisé un reportage sur ce « pays de la cocaïne », National Geographic a exploré Medellín pour montrer les « visages d’une guerre urbaine »80. Les visions proposées font vibrer les cordes sensibles du public et érigent la Colombie en haut lieu de cet « antimonde » évoqué par Roger Brunet, tel un symbole des espaces qui « échappent à la loi commune »81. Dans les médias, du fait de la trans-subjectivité de l’image, le cumul des représentations rendent peu à peu normatif, au fil des reportages, un regard détestable sur certains pays82.

  • 83 On notera la particularité du magazine Ulysse dont les approches sont problématisées avec originali (...)
  • 84 Selon l’expression de son rédacteur en chef Jean-Luc Marty, laquelle fut employée lors d’une interv (...)
  • 85 "Kinshasa la débrouille", Geo, n° 327, mai 2006, 35-50.
  • 86 "Ouagadougou invente la banlieue pour les riches", Geo, n° 333, novembre 2006, 144-162.
  • 87 "Les nouveaux barons de Johannesburg", Geo, n° 337, 48-62.

67A une autre échelle, on s’aperçoit que les mégapoles et les périphéries urbaines font l’objet d’un traitement comparable. Si les grands parcs naturels africains jouissent d’une image positive, ce n’est pas le cas des grandes villes subsahariennes qui, la plupart du temps, sont abordées comme les pires espaces d’hostilité. Il existe, bien entendu, des exceptions (et dans certains magazines plus que dans d’autres)83 mais les sujets le confirment aisément. Ne serait-ce que dans Geo, qui prône un journalisme de terrain proche du monde « tel qu’il est »84. Entrer dans Kinshasa, c’est entrer dans une capitale d’après-guerre85. Parler de Ouagadougou, c’est considérer l’effort mégalomaniaque des projets d’aménagement dirigés par l’appétit des spéculateurs86. Et visiter Johannesburg, c’est appréhender la ségrégation urbaine et la corruption87. Évoquer les villes africaines revient donc à révéler ce qui se joue au détriment des plus démunis, à dénoncer ce qui doit être dénoncé.

  • 88 Chesneaux, J., 1999, L’art du voyage : un regard (plutôt) politique sur l’autre et l’ailleurs, Pari (...)

68Ce que Jean Chesneaux définit comme une « antiplanète, dont les masses les plus dures sont constituées par le milliard des êtres humains tombés (…) au-dessous du seuil de la pauvreté »88 renvoie à ce monde abhorré, à ces lieux dotés de valeurs fixant un prisme par lequel ils doivent être observés. Tant pis si leurs organisations les plus positives ne sont pas évoquées et si l’image qui en résulte est déformée in fine. Ces valeurs sont emblématiques d’une réalité à laquelle les reportages s’abandonnent. Quitte à produire cette « représentation outrée du monde » que Pascal Clerc a dénoncée par ailleurs, parce qu’elle fonctionne sur des ressorts qui « forcent le trait » et « accentuent les aspects les plus spécifiques » (2002, p. 86). Or ces valeurs accolées aux lieux exhument des idéaux, voire même des idéologies, qui sont autant d’optiques particulières et transmissibles pour contempler le monde.

Un monde opacifié ?

  • 89 Raymond Aron a rappelé, après Max Weber, cette désacralisation du monde imputable aux progrès de la (...)

69En un sens, par la quête du panorama et du pittoresque, le spectacle proposé par les magazines de voyage agit contre ce « désenchantement du monde » identifié par Max Weber89. La mobilisation des espaces « louangés » y contribue parce qu’ils associent, dans une rencontre féconde, le mystique et le beau. Mais pour décrire et pour vendre, cette alchimie peut être jugée insuffisante. Certains magazines préfèrent donc, à l’occasion, enlaidir le monde qu’ils déploient. Nous avons déjà évoqué l’inclinaison pour le morbide de National Geographic. Immerger le public pour mieux l’empreindre d’une situation en fixant son regard : tel est le parti pris de ce magazine dont la subjectivité s’inscrit dans l’image. L’empreinte idéologique de National Geographic tient d’abord à ce que la structure formelle d’un grand nombre d’articles met en avant la fonction impressive du discours. Celle-ci renforce l’impact des messages que la revue contribue à véhiculer sur certains territoires.

  • 90 Cf. "Dans l’ombre d’Attila", National Geographic France, juin 2005, n° 69, 66-83 (citation : p. 67)
  • 91 Ibid., p. 71.
  • 92 Cf. National Geographic France, août 2008, n° 107, 66-97.
  • 93 Ibidem, p. 178.

70A cet égard, la situation des PECO (Pays d’Europe Centrale et Orientale) s’avère être éclairante. Dans les (rares) reportages centrés sur les pays de l’ex-URSS, le regard porté par le National Geographic sur ces derniers est dévalorisant. Ils sont abordés comme des terres éloignées dans lesquelles s’épanouissent des sociétés arriérées (dont la pensée s’inscrit en faux avec la marche du monde contemporain) ou comme des espaces qui, tardivement intégrés au système capitaliste mondial, s’y adonnent aujourd’hui vulgairement en délaissant leurs vieilleries culturelles au profit des valeurs libérales. La première situation pourrait être illustrée par un reportage sur la Roumanie, pays que National Geographic n’a présenté qu’une fois en dix ans. Et ce à travers une approche des Csangos, un peuple qui resterait attaché « à des coutumes et des croyances d’un autre temps90 ». Dans le reportage, le lecteur est rattaché par l’emploi d’un « nous » inclusif à une modernité dont le reporter s’érige en représentant (« [l]eur existence nous rappelle que le monde est un projet en construction, soumis à d’incessants changements »)91. Il égrène alors les attributs de l’archaïsme recherché : le cheval, le traîneau et l’enfant dormant dans une bassine soulignent le sous-développement, le costume traditionnel et la cérémonie de mariage marquent l’aspect coutumier, celle d’anciennes croix de bois symbolise les croyances et la vue d’une femme morte, allongée dans son cercueil, se conforme à la tradition du support. Le stéréotype est ainsi validé. Dans une logique comparable, le National Geographic a couvert l’ouverture d’un Mac-Donald dans la capitale russe après la dislocation de l’Union Soviétique, en proposant un reportage sur la ville de « Moscou la nuit92 ». Le lecteur y apprend que la moitié des nouveaux riches « ont découvert qu’il est plus rentable de fonder une banque que d’en cambrioler une93 », avant d’accéder à des considérations psychologisantes reliant les Russes à leur passé communiste :

  • 94 Ibid.

« Voilà le monde dans lequel les nouveaux Russes d’aujourd’hui ont grandi. Rien d’étonnant à ce que leur énergie et leur frustration longtemps réprimées aient explosé avec fureur. Les Russes en font des tonnes94 ».

  • 95 "Bons baisers de Sibérie. Le pétrole transforme l’immense territoire ", National Geographic France, (...)
  • 96 Ibidem, 76-77.

71Le regard porté sur la vie des Moscovites est celui d’un Américain qui insiste sur ce qui fait sensation : la guerre des clans observées dans les rues et les tabassages en règle, le champagne coulant à flot dans des lieux de sortie (tels le GQ Bar où l’on « fournit un approvisionnement régulier de mannequins qui sirotent de l’eau à 20 dollars la bouteille ») mais aussi la corruption, la vodka ou encore la circulation automobile et les accidents qu’elle provoque à cause des permis frauduleux. Ce reportage succède à celui qui s’est intéressé à la Sibérie le mois précédent95. Tandis que l’appareil iconographique de ce dernier tempère les retombées de l’exploitation pétrolière, les sources d’inspiration de la Russie et les bonifications du capitalisme apparaissent dans l’amélioration des infrastructures photographiées. Un cliché présente des enfants sortant d’une piscine couverte, lieu de détente « transformé grâce à la manne pétrolière96 ». Au premier plan, une jeune fille exhibe un symbole chrétien qui, dans la scène de bonheur infantile offerte à la vue des lecteurs, dresse un pont visuel en direction de valeurs nord-américaines. Faut-il comprendre que la sérénité, en Russie, ne peut être qu’exogène ? Sur une demi-page, le maillot de bain d’une autre enfant dévoile deux effigies qui se dressent comme des sceaux, tels les garants de cette prospérité : il s’agit de Minnie et de Pluto, le chien du plus célèbre personnage de Disney.

Conclusion

  • 97 Ainsi que le précisent D. Bergez et P. Barberis lorsqu’ils nomment « l’image dans le tapis » : « l’ (...)

72Par les dispositifs iconographiques et les attributs du discours dont nous avons tenté de présenter les figures les plus récurrentes, les magazines de géographie posent un regard sur les espaces et les sociétés qu’ils transmettent au public. Libre à lui, bien entendu, de ne pas accepter cette vision. Mais les médias « donnent à lire et à voir des images de l’espace qui conditionnent les perceptions et façonnent par retour de nouvelles réalités » (Frémont, 1999, p. 82). En fabriquant des espaces détestés ou au contraire louangés, les valeurs accolées aux lieux influencent la façon dont les lecteurs conçoivent le monde, celle dont ils s’y insèrent. C’est d’autant plus vrai que les procédures auxquelles recourent les magazines en font parfois d’authentiques specta(c)teurs impliqués par leurs émotions pour mieux favoriser l’adhésion aux contenus des reportages. A l’heure d’une diffusion de plus en plus dématérialisée de l’information, les géographes doivent porter une attention particulière à l’articulation finalisée du texte et de l’image dans ce type de supports car elle induit une ouverture ou une fermeture du discours encline à transmettre ou à imposer de nouvelles représentations. Il s’agit donc de saisir la signification ou les limites des contenus proposés au grand-public et de débusquer si nécessaire les messages sous-jacents, ces images cachées dans le tapis97 - tissées par les discours et les choix opérés par les médias qui prennent en charge leur diffusion. Les dispositifs que nous avons cherché à identifier pour les magazines imprimés ont pour but d’y contribuer.

Haut de page

Bibliographie

Arnold, D., 1996, "Inventing tropicality", in D. Arnold (éd.), The Problem of Nature: Environnement, Culture and European Expansion, Oxford, Blackwell, 141-168.

Bachelard, G., 1978, La poétique de l‘espace, coll. Quadrige, Paris, PUF, 214 p. 1ère éd., 1957.

Bailly, A., Ferras, R., 2001, Eléments d’épistémologie de la Géographie, Paris, Armand Colin/VUEF, 192 p.

Beaudreau, S., 2002, "The changing faces of Canada: images of Canada in National Geographic", The American Review of Canadian Studies, (Winter), 517-46.

Berque, A., Conan, M., Donadieu, P., Lassus, B., Roger, A., 1999, La mouvance, Cinquante mots pour le paysage, Paris, Éditions de La Villette, coll. Passage, n° 7, p. 45.

Besse, J.-M., 1990, "Géographie et Existence d’après l’œuvre d’Eric Dardel", in Dardel, E. 1990, L’homme et la terre, Paris, Editions du CTHS (1ère édition, Paris, PUF, 1952), p. 173.

Bilous, R., 2011, "Macassan–Indigenous Australian "sites of memory" in the National Museum of Australia and Australian National Maritime Museum", Australian Geographer, 42 (4), 371-86.

Bonnett, A., 2002, "Geography as the world discipline: connecting popular and academic geographical imaginations", Area, 35 (1), 55-63.

Brennetot, A., 2009, Géoéthique du territoire. Le débat public territorial à travers la presse magazine en France, Thèse de doctorat, Université de Rouen, 1009 p.

Brunet , R., Ferras R. et Théry H. (dir.), 1992, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Paris, Belin/Documentation française, 518 p.

Champigny J., 2010, L’espace dans la bande dessinée, Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot, 570 p.

Chevalier, M., 1989, "Géographie et paragéographies", L’Espace Géographique, n° 1. 5-17.

Chevalier, J.-P., 1996, "Enfance des cartes, cartes d’enfants", Images et construction de l’espace. Apprendre la carte à l’école.

Claval, P., 1992, "Géographie et sociologie", in Bailly A., R. Ferras, D. Pumain, 1992, L’Encyclopédie de la Géographie, Paris, Economica, 57-73.

Clerc, P., 2002, La culture scolaire en géographie, Le monde dans la classe, Rennes, Presses Universitaires de Renne, 185 p.

Frémont, A., 1999, La région, espace vécu, Paris, Flammarion, 288 p. ; 1ère éd. 1976.

García-Álvares, J. et Marías-Martínez, D., 2013, "Geographical magazines and popular geographies: the case of the Revista Geográfica Española, 1938-1977", Journal of Historical Geography, 85-98.

Gaudreault, A. et Jost, F., 2000, Le Récit cinématographique : Cinéma et Récit II, Paris, Nathan/HER, 159 p. ; 1ère édition, Paris, Nathan, 1990.

Giblin, B., 1977, "La nation-paysages : The National Geographic Magazine", Hérodote, n° 7, 148-157.

Hawkins, S., 2010, American Iconographic: National Geographic, Global Culture, and the Visual Imagination, Charlottesville, University of Virginia Press, 252 p.

Jacobi, D., 1987, Textes et images de la vulgarisation scientifique, Exploration - Série Recherches en sciences de l’éducation, Berne, Francfort-s. Main, New York, P. Lang, 166 p.

Jacobi, D., 1999, La communication scientifique : discours, figures, modèles, Communication, medias et sociétés, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 277 p.

Jacobi, D. et Schiele, B. (éd.), 1988, Vulgariser la science, le procès de l’ignorance, Champ Vallon, 284 p.

Johnston, R., 2009 (a), "Popular geographies and geographical imaginations: contemporary English-language geographical magazines", GeoJournal, vol. 74 (4), 347-362.

Johnston, R., 2009 (b), "Commentary: On Geographic and geography", New Zealand Geographer, Compilation journal, The New Zealand Geographical Society, vol. 65 (3), 167-170.

Labinal, G., 2008, "L’érotisme dans la géographie grand public. Quelles reconductions idéologiques et visuelles, du Journal des voyages au National Geographic ? ", Sexe de l’espace, sexe dans l’espace, Cahiers Ades, n° 2, 87-93.

Labinal, G., 2009, La géographie des médias. Une analyse iconologique et textuelle des magazines, Thèse de doctorat de géographie, Université Paris 1. 503 p.

Labinal, G., 2010, "Une approche de la rhétorique médiatique sur les territoires : les déformations induites par l’énonciation et le jeu des temps", in Ortega Cantero, N., García Álvarez, J. y Mollá Ruiz-Gómez, M. (eds.), Lenguajes y visiones del paisaje y del territorio, Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, p. 411-421.

Laszlo, P., 1993, La vulgarisation scientifique, Que sais-je ?, Paris, PUF, 127 p.

Lutz, C. A. et Collins, J. L., 1993, Reading national geographic, Chicago, University of Chicago Press, 309 p.

Mendibil, D., 1998, Textes et images de l’iconographie de la France (de 1840 à 1990). Essai d’iconologie géographique, Thèse de doctorat "nouveau régime", Université Paris 1, 772 p.

Mendibil, D., 2001, "Quel regard du géographe sur les images du paysage ? ", in Leroux, A. (coord.), Enseigner le paysage ?, Actes du séminaire de l’IUFM de Caen, 17-24 mars 1999, Caen, CRPD de Basse-Normandie.

Mendibil, D., 2008, "Dispositif, format, posture : une méthode d’analyse de l’iconographie géographique", Cybergeo, Epistémologie, Histoire, Didactique, article 415, mis en ligne le 12 mars 2008. Consulté le 08 juillet 2008. URL : http://www.cybergeo.eu/index16823.html

Mondada, L., 2000, Décrire la ville : la construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Anthropos, 285 p.

Olmedo, E., 2012, "La marche, les artistes et la ville : la production des savoirs hodologiques", Les cahiers du Merlan, Site du Théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille. Consulté le 28 juin 2014. URL http://www.merlan.org/accueil/detail/retours-dexperiences-les-artistes-et-la-ville/

Orain, O., 2000, "Les “ postvidaliens ” et le plain-pied du monde. Pour une histoire de la géo-graphie", in J. Lévy, M. Lussault (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Belin, coll. « Mappemonde », 93-109.

Orain, O., 2003, Le plain-pied du monde : Postures épistémologiques et pratiques d’écriture dans la géographie française au XXe siècle, Thèse de troisième cycle de géographie, Paris 1.

Robic, M.-C., "À propos de transferts culturels. Les congrès internationaux de géographie et leurs spatialités", Revue germanique internationale [En ligne], 12/2010, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 20 juin 2013. URL: http://rgi.revues.org/257

Rothenberg, T. Y., 1993, "Voyeurs of Imperialism: The National Geographic before World War Two" in A. Godlewska et N. Smith (eds), Geography and Empire: critical studies in the history of geography, Oxford, Blackwell, 1993, 155-172. In Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, traduction de C. Hancock, Belin, 116-130.

Rothenberg, T. Y., 2007, Presenting America’s World: Strategies of innocence in National Geographic Magazine, 1888-1945, Hampshire: Ashgate, 202 p

Roques, G., 2006, Décrypter le monde aujourd’hui. La crise de la géographie, Paris, Autrement, 205 p.

Rufat, S. et Ter Minassian, H. (dir.), 2011, Les Jeux vidéo comme objet de recherche, Lecture-Play, coll. Questions théoriques, 200 p.

Said, E. W., 2003, L’Orientalisme : L’Orient crée par l’Occident, Edition du Seuil, 423 p. ; 1ère éd. 1978.

Staszak, J.-F., 2008, "Danse exotique, danse érotique. Perspectives géographiques sur la mise en scène du corps de l’Autre (XVIIIe-XXIe siècles) ", Annales de géographie, 2008/2-3 (n° 660-661), 129-158.

Tuason, J. A., 1999, "The ideology of empire in National Geographic magazine’s coverage of the Philippines, 1898–1908", Geographical Review, 89 (1), 34–53.

Todorov, T., 1978, Symbolisme et interprétation, Paris, Seuil, 170 p.

Haut de page

Annexe

Répartition des illustrations - hors photographies - dans Geo, Ushuaïa Magazine et le National Geographic France

Geo

-

12 numéros :

de janv. à déc. 2005

National Geographic

France

-

12 numéros :

de janv. à déc. 2005

Ushuaïa magazine

-

10 numéros :

de juin 2004 à août 2006

1 - Plan-Vue

1

1

0

2 - Image topographique

5

5

1

3 - Dessin de repérage

3

2

6

4 - Dessin morphologique

69

3

94

5 - Dessin-caricature

0

1

2

6 - Carte classique

97

28

44

7 - Dessin narratif

1

4

12

8 - Schéma actionnel

2

0

4

9 - Dessin historique

2

6

4

10 - Dessin-tableau

27

0

36

11 - Dessin morpho-théorique - type analeptique

7

15

6

12 - Dessin morpho-théorique - type proleptique

2

0

4

13 - Schéma-coupe

4

7

4

14 - Schéma de synthèse

32

7

11

15 - Carte à vision médiate

25

11

10

16 - Carte, organigramme, graphique ou image spéculative

16

28

5

Total :

293

118

243

Haut de page

Notes

1 Le site Internet DOC2GEO, par exemple, a été créé « pour regrouper et diffuser les films réalisés par des géographes » ; il a été lancé par des universitaires tels Martine Tabeaud, Olivier Archambeau et Xavier Browaeys qui s’est investi dans la promotion de l’outil cinématographique en géographie (URL : https://sites.google.com/site/doc2geo/ ; consulté le 18 juin 2014). On pourrait aussi citer Arrimage, association initiée en 1996 dans le cadre de l’Institut de géographie de Paris : elle organise la projection de films documentaires originaux en permettant aux réalisateurs de rencontrer les spectateurs. Le festival Territoires en images (TEI) constitue un moment fort pour diffuser ces travaux, favoriser les échanges et « [f]aire prendre conscience de l’importance de l’image dans le champ de la recherche universitaire ». Site consulté le 10 juin 2014. URL : http://arrimageasso.wordpress.com

2 Un site Internet détaille l’activité des cafés géographiques et propose de nombreuses ressources, comptes-rendus, liens, etc. Consulté le 18 juin 2014. URL : http://cafe-geo.net

3 Précisons qu’à partir de 1900, le Bulletin de la Société de géographie connut une mue générique puisqu’il fut nommé La Géographie et qu’il fut ensuite baptisé Acta Geographica de 1947 à 2001, année durant laquelle il est redevenu GéoGraphie en reprenant sa numérotation d’origine.

4 On veillera à ne pas confondre le « grand imagier » de Laffay de « l’imagier sélectif », le second concept se plaçant plutôt du côté de celui qui intègre (le spectateur) alors que le premier renvoie, dans la narration d’un film, à l’instance de celui ou de ceux qui énoncent leur histoire et déploient un ensemble de références traduisant leurs choix (les options qui permettent la compréhension de ce qui est raconté ou décrit).

5 Courriel de Dominique Savel (National Geographic magazine France, décembre 2007, n° 99, rubrique "Forum").

6 Cf. "Grands lacs : San Carlo de Bariloche", Passe-Frontières, n° 32, volume 3 : 2008, 72-73.

7 Cf. "Madagascar. La revanche des pauvres", Geo, n° 343, septembre 2007, 102-103.

8 Cf. "Moscou la nuit", National Geographic France, août 2008, n° 107, 72-73.

9 La photographie intègre le lecteur dans une scène située sur la piste du Propaganda, « l’une des centaines de discothèques de Moscou » ; les situations se superposent mais le premier plan est occupée par une danseuse évanescente (son visage se dissout dans la piste) dont les attraits anatomiques constituent un punctum proximum qui capte le regard du public bien intentionné… (cf. National Geographic France, août 2008, n° 107, 68-69).

10 Ibidem, 84-85. La scène se déroule près de la gare de Koursk.

11 L’allo-empathie, qui résulte de la possibilité de voir une scène avec les yeux d’un autre (dans le contexte d’un reportage : l’un de ses acteurs), se distingue de l’auto-empathie qui renvoie au regard porté sur soi-même à travers les yeux d’autrui.

12 Courrier de Jeff Shaver (Lloydminster, Alberta-Canada) transmis au National Geographic magazine et publié en novembre 2005 dans l’édition française (n° 74).

13 Le reportage évoqué a été publié en juillet 2005 dans le magazine : « TCHETCHENIE. Comment en est-on arrivé là ? », National Geographic France, n° 70, 72-85.

14 Ibidem, p. 85.

15 Courrier transmis par Pierre Guillet, publié dans la rubrique « Forum » du National Geographic France, juin 2005, n° 69.

16 Cf. "Les fruits de la paix", National Geographic France, janvier 2006, n° 76, 50-51.

17 Le commentaire du dessin précise que les chasseurs « sondent la glace à l’aide d’un pic, à la recherche de leurs trous de respiration » (Ushuaïa magazine (première version), n° 4, mars-avril 2005, p. 27). Notons que les premiers numéros sont d’autant plus intéressants à observer qu’ils posent les bases de l’esprit qui anime le support en (sur)affirmant le projet qui préside à sa création.

18 Cf. "Les compagnons des sommets", Geo, avril 2005, n° 314, p. 148.

19 Cf. Brunhes, J., 1947, La Géographie humaine, Paris, PUF, p. 309. Cité par Claval, P., 1995, La Géographie culturelle, Paris, Nathan, p. 199.

20 Mendibil, D., 1998, Textes et images de l’iconographie de la France (de 1840 à 1990). Essai d’iconologie géographique, Thèse de doctorat "nouveau régime", Université Paris 1, p. 88.

21 Ibidem, p. 91.

22 Nous faisons référence ici à l’expression de Christian Jacob (1992) qui évoque ces cartes « dont la musicalité exotique ne saurait permettre l’identification assurée de l’espace environnant, sinon auprès du marin qui a navigué en ces parages » (L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Bibliothèque Albin Michel Histoire, Paris, Albin Michel, p. 225). La formule est inspirée de Platon qui a désigné ainsi le mode narratif de l’imitation dans la représentation théâtrale ; elle a ensuite été reprécisée par Aristote pour la tragédie.

23 Ushuaïa magazine (seconde version), n° 3, décembre 2006-janvier 2007, 51-53.

24 Ushuaïa magazine (seconde version), n° 5, avril-mai 2007, 51-52.

25 Ushuaïa magazine (seconde version), n° 1, octobre 2006, 51-52.

26 Les dessins morphologiques constituent 23,5 % des représentations figurées (hors photographie) dans Geo et 38.5 % dans Ushuaïa magazine. Ils ont par exemple été utilisés pour détailler les ports bretons de « la baie du Mont-SaintMichel à l’estuaire de la Loire » ou les principaux navires évoluant sur ces cotes (cf. dépliant du magazine Geo, juillet 2005, n° 317).

27 Décompte opéré sur 12 numéros du premier magazine – de janvier à décembre 2005 et sur 10 livraisons du second – de juin 2004 à août 2006.

28 "L’ouragan Katrina. Les raisons d’une catastrophe", National Geographic France, novembre 2005, n° 74, p. 9.

29 Ibid., p. 2-19.

30 Par exemple, celle du reportage sur la Basse-Californie : Ushuaïa magazine, n° 1, octobre 2006, p. 38.

31 Cf. "La pénurie d’eau douce, une affaire d’États", Ushuaïa magazine, n° 9, janvier-février 2008, 18-19.

32 L’échelle de la carte est précisée (« Dans l’œil des condors. Une vision aérienne de l’Amérique latine », National Geographic France, n° 98, novembre 2007, p. 10). Le reportage n’est pas retenu dans la version anglo-américaine qui propose un article sur la chasse. L’édition française a sans doute préféré un sujet plus consensuel pour satisfaire l’opinion de son public.

33 La carte est rattachée par le magazine à une « géographie de la vie quotidienne » : cf. "Un monde branché", National Geographic France, juillet 2005, n° 70 (non paginé).

34 National Geographic France, août 2008, n° 107, p. 106.

35 Carte publiée dans le National Geographic France, septembre 2007, n° 96, p. 66. Il s’agit ici d’une zone chevauchant le Parc National des Lacs-Waterton et du Parc National du Glacier.

36 Cf. "Amazonie. La piste de la déforestation", Geo, septembre 2007, n° 103, p. 112.

37 Il s’agit d’un dépliant attaché au corps du magazine ("France d’outre-mer. Les clés du Paradis", Geo, février 2008, n° 348, 71-74). Même les îles de la Société, les Marquises ou la terre Adélie, dont le détail est parfois oublié des manuels, sont cartographiées à l’échelle régionale.

38 Ibidem, p. 66.

39 Geo, février 2008, n° 348, 76-79.

40 "Mon rêve himalayen", Bouts du monde, n° 3, septembre-décembre 2008, p. 25.

41 "Une utopie nomade. Peuls du Burkina Fasso", Passe-Frontières, octobre-novembre 2008, Volume 4, n° 33, p. 22.

42 "Guatemala. Les Mayas des hautes terres", Bouts du monde, n° 3, septembre-décembre 2008, p. 40.

43 Cf. "La vérité sur la forêt de Tongass", National Geographic France, juillet 207, n° 94, p. 28.

44 Cf. "À la cime des arbres d’Auvergne", Ushuaïa magazine, novembre 2008, n° 13, 78-83.

45 La citation est en italique dans le texte original. La maladie de Lyme est une infection transmise à l’homme par des tiques.

46 Le discours n’est donc pas désincarné. Les attributs de sa formalisation sont lisibles dans les éléments signalant l’expérience du reporter. Une position contemptrice des productions médiatiques, fondée sur une critique de l’absence des mentions théoriques ou expérimentales dont dépend le façonnement de l’information, est de ce fait à tempérer. De tels textes n’en font pas complètement l’économie : ils respectent des impératifs liés à des normes spécifiques de diffusion, lesquels nécessitent de faire apparaître ces mentions de façon implicite.

47 Il note, par exemple, que « [c]ette étude effectuée sur les nématodes des forêts (…) intéresse les acteurs de la lutte bio-pesticide » (Ushuaïa magazine, novembre 2008, n° 13, p. 83).

48 "Une ville instantanée. Dübai, rêve futuriste, surgit des sables et du désert", Geo, janvier 2007, n° 88, p. 8.

49 Dans tous les reportages de ce magazine, même quand l’énonciation engage le récit des événements d’une expédition plutôt que leur commentaire, la dimension explicative ne disparaît jamais pour autant.

50 "Le Kenya, côté mer", Geo, n° 344, octobre 2007, p. 101.

51 Cette modalité d’écriture s’oppose aux phrases complexes des textes scientifiques dont la compréhension nécessite d’en saisir les multiples propositions.

52 Ibidem, 100-101.

53 Calcul réalisé sur des sujets de géographie présents dans plusieurs numéros, pour un total de 3700 unités comptées dans les aires scripto-visuelles, soit 785 pour l’illustration et 2915 pour le texte (n° 145 : 20-35 ; n° 163 : p. 12, p. 72 ; n° 192 : 48-52 ; Les Grands dossiers n° 11 : 4-17).

54 Article de Karine Hurel et Patrick Poncet (« Le monde comme vous ne l’avez jamais vu », La Géographie, n° 2 (nouvelle formule), printemps 2008, 42-47) dont le titre reprend celui du site Internet de Worldmapper (« The world as you’ve never seen it before »). URL : http://www.worldmapper.org L’article de Sciences Humaines, rédigé par Christophe Rymarski, présente neuf de ces cartes ("La difformité du monde", in Sciences Humaines, décembre 2008, n° 199, 6-7).

55 "Quand les cartes se numérisent", Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, n° 11, 68-70.

56 La Géographie, n° 1 (nouvelle formule), hiver 2008, p. 11. Ancienne numérotation : n° 1528.

57 Dans ces deux magazines, les procédures discursives visent soit à limiter la dramatisation et l’intégration du lecteur à la scène (limitation du niveau rythmique, ascendant du discours didactique sur le récit, etc.), soit à désavouer tout recours prononcé au spectaculaire (dépouillement des exemples, abandon des effets phatiques).

58 Selon cet historien de la cartographie, l’Allemand Arno Peters l’a enduré, par exemple, après avoir créé sa projection équivalente (Harley, J.-B., "L’Histoire de la cartographie comme discours", Préfaces, n° 5, décembre 1987- janvier 1988, 70-75).

59 Extraits de la rubrique "Forum", National Geographic France, septembre 2007, n° 96.

60 "Les guerres de l’ivoire. Au parc national de Zakuma", National Geographic France, n° 90, mars 2007, 24-65. Les photographies ont été prises par Michael Nichols et le récit écrit par J. Michael Fay.

61 Ibidem, p. 45.

62 Ibid., 28-29.

63 Ibid., 36-37.

64 Rubrique « Forum », National Geographic France, n° 69, juin 2005. Ces lecteurs font référence à un reportage publié dans le numéro de février 2005 sur le Steuben, paquebot détruit par une torpille soviétique en février 1945 (National Geographic France, n° 65, février 2005, 82-96).

65 "Geocourrier", Geo, n° 359, janvier 2009, p. 6.

66 "Forum", National Geographic France, n° 74, novembre 2005.

67 Pour opérer notre bipartition, nous reprenons les expressions de Gaston Bachelard (1957) en partant de l’orientation donnée aux travaux exposés dans La poétique de l‘espace. Celle-ci se fonde sur une « topophilie » distinguant des « espaces louangés » regroupant « des espaces de possession, des espaces défendus contres les forces adverses, des espaces aimés » et des « espaces d’hostilité » qui, loin d’être attachés à des valeurs de protection, sont les « espaces de la haine et du combat » ne pouvant être « étudiés qu’en se référant à des matières ardentes, aux images d’apocalypse ».

68 "Iles Féroé", Geo, n° 312, février 2008, 98-110.

69 Ibidem, p. 107.

70 Ibid.

71 « Dans la lumière des Cyclades », Geo, n° 328, juin 2006, p. 89.

72 Ibidem, p. 125.

73 Geo, n° 338, avril 2008, p. 104.

74 Dardel, E., 1990, L’homme et la terre, Paris, Editions du CTHS, p. 86 ; 1ère édition, Paris, PUF, 1952.

75 "Sibérie. La vie à l’extrême", Ushuaïa magazine, mars-avril 2008, n° 10, p. 30.

76 "La Sibérie défigurée par les chercheurs d’or", Ushuaïa magazine, mars-avril 2008, n° 10, p. 54.

77 C’est pourquoi la dimension patrimoniale des villes est valorisée, quand son rôle d’accélérateur des échanges de tous ordres est dévalué.

78 Dardel, E., 1990, Ibidem, p. 13

79 Il s’agit de la rubrique voyage du site remanié en 2009 (consulté le 4 mars 2009). URL : http://www.geo.fr

80 "Medellín : visages d’une guère urbain", National Geographic France, n° 66, mars 2005, 88-107.

81 Brunet, R., Ferras, R. et Théry, H. (sous la dir. de), 1993, Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Montpellier-Paris : Reclus – La Documentation Française, p. 36 (3ème édition).

82 Silvia Amaty-Sas précise que la trans-subjectivité peut être considérée « au niveau affectif en rapport à des illusions partagées de foi (sécurité) ou de catastrophe (perte de foi) par l’altération des cadres concrets, ou symboliques, où l’ambiguïté de tous est déposée » ("Honte, ambiguïté et espaces de la subjectivité", Revue française de psychanalyse, Presses Universitaires de France, 2003/5, volume 67, p. 1774).

83 On notera la particularité du magazine Ulysse dont les approches sont problématisées avec originalité.

84 Selon l’expression de son rédacteur en chef Jean-Luc Marty, laquelle fut employée lors d’une interview avec Elise Lucey (journal de 13 heures de France 2 : édition du 5 mars 2009).

85 "Kinshasa la débrouille", Geo, n° 327, mai 2006, 35-50.

86 "Ouagadougou invente la banlieue pour les riches", Geo, n° 333, novembre 2006, 144-162.

87 "Les nouveaux barons de Johannesburg", Geo, n° 337, 48-62.

88 Chesneaux, J., 1999, L’art du voyage : un regard (plutôt) politique sur l’autre et l’ailleurs, Paris, Bayard, p. 229.

89 Raymond Aron a rappelé, après Max Weber, cette désacralisation du monde imputable aux progrès de la sociologie : « [l]a science dépouille la nature de ses charmes, de tout ce qui la rendait proche ou familière, de ce qui touchait à notre sensibilité et nourrissait nos rêves. Elle nous révèle un univers, soumis à un déterminisme, rigoureux ou aléatoire, que les savants n’auront jamais fini de déchiffrer, univers qui ne ressemblera plus jamais au cosmos, pensé par les anciens, dont l’harmonie servait de modèle et de garant à l’ordre humain » (Aron, R., 1971, De la condition historique du sociologue, Gallimard, 47- 48. Cité par Russ, J., 1994, La marche des idées contemporaines : un panorama de la modernité, Paris, Armand Colin, p. 107).

90 Cf. "Dans l’ombre d’Attila", National Geographic France, juin 2005, n° 69, 66-83 (citation : p. 67).

91 Ibid., p. 71.

92 Cf. National Geographic France, août 2008, n° 107, 66-97.

93 Ibidem, p. 178.

94 Ibid.

95 "Bons baisers de Sibérie. Le pétrole transforme l’immense territoire ", National Geographic France, juin 2008, 74-105. Il s’agit ici d’un renvoi au film dans lequel James Bond (Sean Connery) est missionné pour aider une jeune Soviétique à passer à l’Ouest. La référence à ce film, réalisé par Terence Young juste après la crise des fusées (1963, studio Fox), n’est pas présent dans la version originale mais son contenu iconographique est le même (« Send Me to Siberia : Oil transforms the Russian Outpost », National Geographic, vol. 213, n° 6, 60-86).

96 Ibidem, 76-77.

97 Ainsi que le précisent D. Bergez et P. Barberis lorsqu’ils nomment « l’image dans le tapis » : « l’écrivain, comme l’artisan tisse son texte d’images visibles ou voulues, mais la trame dessine une image invisible et involontaire, une image cachée dans le croisement des fils, le secret de l’œuvre (pour son auteur et pour ses lecteurs). (...) Autant d’appels à l’imaginaire, à la parole, à l’activité du sujet lecteur ou spectateur » (Bergez, D, Barberis, P., Biasi (De), P.-M., Marini, M., Valency, G., 1990, Introduction aux méthodes critiques pour l’analyse littéraire, Paris, Bordas, p. 52).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La distribution des dessins, cartes, graphiques et le rapport au réel dans les magazines
Crédits Calculs réalisés sur 293 représentations figurées (hors photographies) pour Geo, 120 pour le National Geographic France (12 numéros : janvier - décembre 2005) et 243 pour Ushuaïa Magazine (juin-juillet 2005 - juillet-août 2006).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26982/img-1.png
Fichier image/png, 215k
Titre Figure 2 : Le rapport dessins/cartes et graphiques
Crédits Calculs réalisés sur 293 représentations figurées (hors photographies) pour Geo, 120 pour le National Geographic France (12 numéros : janvier - décembre 2005) et 243 pour Ushuaïa Magazine (juin-juillet 2005 - juillet-août 2006).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26982/img-2.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 3 : le rapport texte/image dans les magazines
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26982/img-3.png
Fichier image/png, 109k
Titre Figure n° 4 : Des discours favorisant plus ou moins la capture des lecteurs
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26982/img-4.png
Fichier image/png, 155k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guilhem Labinal, « Images, textes et visions du monde : les dispositifs à l’œuvre dans les magazines grand-public de géographie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 723, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26982 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26982

Haut de page

Auteur

Guilhem Labinal

Chercheur associé, équipe Epistémologie et Histoire de la Géographie (E.H.GO, UMR Géographie Cités, CNRS)
Enseignant à l'Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education de l’Université Paris-Est Créteil (ESPE-UPEC)
Courriel : guilhem.labinal@u-pec.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page