Navigation – Plan du site
2015

Corbillé S., 2013, Paris bourgeoise, Paris bohème. La ruée vers l’Est, Paris, Presses universitaires de France, 286 p.

Arnaud Delamarre

Texte intégral

1L’ouvrage de Sophie Corbillé (Maître de conférences au Celsa, Université Paris-Sorbonne) est issu de sa thèse en anthropologie sociale et ethnologie (soutenue en 2006), dirigée par Marc Abélès à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et intitulée « Vivre ensemble et séparés dans les quartiers du nord-est de Paris. Ethnologie d’un nouveau monde urbain ». L’ouvrage intègre les enquêtes de terrain effectuées durant sa thèse (2002-2006), mais aussi des enquêtes réalisées lors de sa maîtrise et de son mémoire de DEA (2000-2002), ainsi que des enquêtes postérieures (2006-2010), couvrant ainsi l’intégralité de la décennie 2000.

2Cette publication s’inscrit dans un contexte particulièrement fécond en sciences humaines et sociales concernant les recherches sur la redéfinition de l’urbain à l’aune des transformations économiques, socio-spatiales et culturelles résultant de la globalisation, la métropolisation ou la gentrification. Les processus et dynamiques du phénomène de gentrification ont été particulièrement abordés par les géographes dans ces dernières années, notamment dans un contexte parisien. Citons notamment Anne Clerval dont l’ouvrage, issu de sa thèse de doctorat (soutenue en 2008), analyse le processus de gentrification et d’embourgeoisement de Paris en explorant ses répercussions sur les habitants et ses implications politiques (Clerval, 2013). Marie Chabrol, dans sa thèse sur le quartier de Château-Rouge à Paris (2011), a quant à elle mis en évidence les dynamiques résidentielles et commerciales liées à la gentrification à une échelle micro-locale (le quartier), montrant ainsi la complexité d’un phénomène protéiforme.

3Les géographes peuvent également s’appuyer sur une importante littérature sociologique sur ces questions : Catherine Bidou-Zachariasen s’est intéressée au retour des classes moyennes dans le cœur des métropoles (2003), Sylvie Tissot s’est focalisée sur les processus de gentrification d’un quartier populaire de Boston (2011), Anaïs Collet, quant à elle, vient de publier un livre (2015) insistant sur les ressorts sociaux qui se cachent derrière les mutations urbaines des anciens quartiers populaires. Plus récemment, les ethnologues et anthropologues se sont aussi penchés sur ces questions. Délaissant peu à peu les terrains lointains et « exotiques » à partir des années 1990 pour se consacrer à des enquêtes de terrain des territoires du « proche », ils ont favorisé l’essor d’une anthropologie urbaine prenant pour objet d’étude la ville, et la vie qui s’organise dans ces espaces urbains. Ce tournant épistémologique a eu pour effet de rapprocher l’anthropologie de la sociologie urbaine, mais également de la géographie, celle-ci s’engageant depuis les années 1990 dans un rapprochement progressif avec les autres sciences sociales. Ainsi, les travaux d’Emmanuelle Lallement sur Barbès (2010) ou encore de Sophie Chevalier sur les sociabilités liées aux courses à l’échelle du quartier (2007) peuvent être avantageusement mobilisés par les géographes pour des recherches consacrées à Paris. Les travaux de Sophie Corbillé s’inscrivent dans ce tournant et visent notamment à définir les identités citadines dans les quartiers parisiens en voie de gentrification, au travers des dispositifs d’échanges (marchands ou non marchands) et en analysant les conséquences de la globalisation sur la transformation des modes de vie dans les territoires du quotidien.

4En se penchant sur les identités citadines et les styles de vie développés par les habitants dans les quartiers, Sophie Corbillé pose ici son regard sur l’Est parisien, défini par les « rues de faubourg et des anciens villages qui recouvrent donc le quart nord-est de la capitale et se situent à cheval sur les 10e, 11e, 12e, 18e, 19e et 20e arrondissements » (p. 5). Ce choix s’explique selon elle par la profusion de discours, notamment médiatiques et journalistiques, vantant au début des années 2000 une « ruée vers l’est » (p. 4) des populations de classes moyennes qui s’installent dans les quartiers populaires de l’Est parisien. Une terminologie employée pour souligner la différence avec un Ouest parisien souvent considéré, à tort ou à raison, comme le bastion de la « bourgeoise traditionnelle ». Corbillé se fixe alors comme principal objectif d’étudier ce discours sur ce « nouvel est » (p. 4) parisien en privilégiant une approche anthropologique fondée sur la compréhension d’un espace (l’Est parisien) évoquant « un monde, un espace régi par une manière spécifique de se comporter, un espace également lié à un imaginaire particulier de la ville » (p. 7). L’auteur souhaite moins se focaliser sur les processus de transformation des quartiers, que décrire et analyser ce qu’elle considère être « la transformation d’un nouveau monde urbain » (p. 7).

  • 1 Lire à ce propos le compte-rendu d’Anne Clerval sur l’ouvrage de David Brooks, Les bobos : http://c (...)

5Afin d’atteindre cet objectif, Sophie Corbillé précise que son analyse porte essentiellement sur les « classes moyennes supérieures, un groupe social dont il est difficile de tracer les limites et sur lequel de nombreux débats sociologiques portent » (p.7) précise-t-elle, précautions de l’auteur, avant d’ajouter plus loin : « que le langage courant désigne comme “les bobos” » (p. 7). De nombreux débats ont agité, et continuent d’agiter, les cénacles scientifiques autour de l’éventuelle scientificité du terme « bobo »1. Nous y reviendrons plus loin.

6L’auteur a mis en œuvre une enquête ethnographique fondée sur ce qu’elle appelle « faire l’école buissonnière » (p. 9), expression empruntée à Marc Abélès. Une méthodologie qui a pour principale caractéristique de « laisser venir le terrain à soi » en prenant appui sur les personnes rencontrées pour progresser dans l’enquête, ce qui suppose l’absence d’un « protocole préétabli » (p. 9), afin de saisir « la singularité de chaque situation ou existence croisée, et comprendre la production du collectif. » (p. 9). Une démarche qui nécessite donc une intégration de la subjectivité des enquêtés dans l’analyse et un engagement du chercheur dans son terrain. Un biais inévitable selon Sophie Corbillé pour « chercher d’abord à produire une connaissance “du dedans” » (p. 13) et donner sens à sa posture d’ « étudier en ethnologue un monde urbain » (p. 13) et de pratiquer une « “anthropologie du familier” » (p. 13). Une démarche d’autant plus justifiée que l’auteur confie résider depuis 2000 dans la rue Oberkampf (11e arrondissement), bien avant le début de ses enquêtes de terrain. À la fois chercheuse et résidente du quartier qu’elle étudie, Sophie Corbillé propose ainsi une expérience de réflexivité où « le terrain n’a pas vraiment de limite, [où] la distinction travail/hors travail n’est jamais très claire car le quotidien devient l’objet d’une réflexion intermittente mais régulière » (p. 10).

7Le livre comporte quatre parties et quatorze chapitres, plutôt thématiques. La première partie, composée de cinq chapitres, est la plus dense, occupant à elle seule un tiers de l’ouvrage. L’auteur y discute l’émergence d’un Paris des « bobos » dans les quartiers de l’Est parisien. Le rôle de l’installation de nouveaux habitants des classes moyennes dans ces quartiers est souligné (chapitre 1, p. 23-25) pour mieux expliquer la hausse des prix de l’immobilier dans les années 2000. Un renouvellement de la population qui se traduit par une redynamisation de la vie du quartier au travers de l’apparition de nouveaux commerces à leur image, créant un « effet village » (chapitre 2, p. 34-35). Les quartiers de Ménilmontant ou de Belleville sont ainsi présentés comme porteurs d’un imaginaire fort pour ces Parisiens, incarnations à la fois d’un Paris historique, ouvrier et populaire. La forte présence de populations d’origine immigrée confèrerait ainsi à ces quartiers une ambiance cosmopolite recherchée par les classes moyennes supérieures (ou « bobos »). En creux, est défini un mode de vie empreint de cosmopolitisme où le multiculturalisme est associé à une identité « communautaire » forte, mais néanmoins conviviale.

  • 2 L’article de la sociologue Anaïs Collet (2012) sur la portée symbolique du loft pour les population (...)

8Ce style de vie se traduit par la recherche du logement « original », de préférence situé dans une ancienne usine désaffectée, pour mieux la transformer en lofts doté de grands volumes. Le loft s’établit comme l’expression d’un désir de construire son propre chez soi, qui participe à « fabriquer son lieu de vie » (chapitre 3, p. 60)2. Une forme d’appartenance sociale qui montre l’importance tant économique, sociale que symbolique du lieu où on réside pour Sophie Corbillé (p. 69-72). Le chapitre 4 s’attache surtout à décrire les changements commerciaux, sociaux et culturels entraînés par la « ruée vers l’est », un phénomène tant lié à l’arrivée des « bobos » qu’à des politiques de réhabilitation des quartiers déshérités à partir des années 1970 sous la houlette de l’État, et poursuivies dans ces dernières décennies par les municipalités de droite puis de gauche (depuis 2001).

9Après avoir proposé un tour d’horizon des quartiers de l’Est parisien, la première partie s’achève par un chapitre 5 plutôt théorique et conceptuel où l’auteur aborde la catégorie du « bobo », terme utilisé à de nombreuses reprises mais jusqu’ici pas encore défini. Corbillé déconstruit l’homogénéité supposée d’un terme recouvrant en réalité une grande diversité d’origines socio-économiques, mais qui soulignerait malgré tout une réalité culturelle commune : des situations professionnelles liées à la « nouvelle économie » et des modes de vie relativement proches. Corbillé tranche ainsi une épineuse question : les bobos ne sont, et ne peuvent pas constitués une classe sociale dans son sens marxiste (classe en soi/classe pour soi) mais plutôt :

« un vaste ensemble couvrant la bourgeoisie, la petite bourgeoisie et la classe moyenne supérieure […] un ensemble social qui occupe donc une place plutôt élevée dans la hiérarchie sociale, doté d’un certain volume de capital économique même si variable, et d’un capital culturel et social solide lié à l’origine familiale, aux études menées et aux pratiques professionnelles. » (Corbillé, 2013, p. 96)

10Sophie Corbillé ne manque pas pour autant de rappeler les origines journalistiques du terme « bobo », celui-ci s’apparentant plutôt à un style de vie, un socio-style inventé par les professionnels du marketing pour s’appliquer aux processus de « segmentation » et de « ciblage » de l’offre de produits (chapitre 5, p. 99). Un terme qui tendrait ainsi à masquer la réalité des classes sociales. Sans trancher la question de sa légitimité scientifique, Corbillé souligne que le terme bobo, se situant à la conjonction des champs journalistique, marketing et sociologique, dispose d’une dimension discursive et rhétorique réelle pour générer des processus d’identification par les personnes visées. L’auteur le considère comme un « élément récurrent des échanges entre personnes et avec l’ethnologue, le “bobo” est donc une donnée de terrain et un fait social à analyser en tant que tel » (Corbillé, 2013, p. 102).

11La deuxième partie de l’ouvrage (chapitres 6, 7, 8, 9) se penche essentiellement sur les types de sociabilité qui se développent entre « bobos » au sein des quartiers. Un panorama particulièrement contrasté est dressé par l’ethnologue. D’une part, on observe des échanges amicaux et conviviaux intenses entre habitants des mêmes immeubles (chapitre 6). On assiste à la construction des « identités de quartier » qui passent par une appropriation symbolique de celui-ci (chapitre 7), et dont l’aboutissement demeure une plongée au sein d’un vide-grenier organisé par les habitants du quartier Sainte-Marthe dans le 10e arrondissement (chapitre 9). Mais ces sociabilités, fort bien décrites, apparaissent en réalité comme très cloisonnées et ne se limitent souvent qu’à la fréquentation de ses « semblables » : les bobos et les autres populations du quartier ne se « mélangent » pas. Le choix des écoles (chapitre 6, p. 129), les stratégies résidentielles ou les commerces branchés, destinés exclusivement aux « bobos », engendrent des tensions et des inimitiés au sein des quartiers entre les différentes populations (chapitre 8). Si bien que le vide-grenier, vanté comme un espace où « des personnes aux appartenances socio-économiques et culturelles très diverses interagissent alors qu’elles ne se croisent que peu ou pas dans le contexte résidentiel ou scolaire » (chapitre 9, p. 173), peut également alimenter la fiction d’un quartier-village multiculturel (p. 177) où la célébration de la « vie de quartier » présente le « risque d’entre-soi ségrégatif » (p. 178), celui-ci se muant alors en une norme sociale « bobo » gravée dans l’espace.

12Un constat qui conduit l’auteur à poser la question de la diversité et de l’altérité au sein des quartiers gentrifiés dans la troisième partie (chapitres 10, 11 et 12). Abordant les mythes de « l’ethnique » et de « l’exotique » dans les modes de consommation alimentaires des bobos (chapitre 10) puis dans les discours touristiques et médiatiques sur les quartiers de l’Est parisien, l’auteur y montre l’exaltation du « multiculturalisme » dans les comportements de consommation des « bobos », un mode de « communication ethnographique » caractérisée par :

« la découverte comme mode de relation aux autres et aux espaces, la culture comme notion d’appréhension des autres, et enfin l’authentique comme élément participant du processus de découverte et de fabrication de la culture. » (chapitre 10, p. 200)

13L’exotisme répondrait donc à un ensemble de discours fondé sur des mythes, des représentations et un travail d’imagination des « bobos ». La caractérisation des quartiers en fonction de critères gastronomiques, touristiques ou médiatiques, participerait selon Corbillé à la valorisation de « territoires ethnographiques » (p. 208). Une ethnicisation constante soulignée par Sophie Corbillé dans les comportements des commerçants (chinois ou maghrébins), expliqués et justifiés systématiquement à l’aune de leur culture d’origine préjugée. La critique envers les Chinois dans le quartier de Belleville met en évidence selon l’auteur leur prépondérance dans l’espace public où ils deviennent trop envahissants pour les autres populations nouvellement installées, en premier lieu les « bobos ».

14Corbillé esquisse ainsi l’existence d’une norme de l’espace public où la présence des différentes « communautés » doit être équilibrée. Tout en glorifiant le multiculturalisme, les bobos attendent en réalité des autres communautés du quartier qu’elles « jouent » le jeu de la « convivialité » et de l’« échange » édicté par eux-mêmes. L’altérité apparaît dans ces quartiers comme étant essentiellement une affaire de personnes : « Les rapports d’altérité, parce qu’ils se jouent donc en partie à hauteur d’individu, en sont certainement complexifiés » (chapitre 12, p. 223). Un constat qui peut s’expliquer selon l’auteur par l’essor de l’individualisme dans un contexte de mondialisation. La ville globalisée, telle que Paris, apparaît comme le réceptacle d’une confrontation à l’altérité entre des populations en recherche d’identité locale et de vie de quartier, et d’autres populations mobiles en provenance des cinq continents.

15Dans la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, l’auteur conclue sur un Paris en transformation, où l’Est devient un mythe « bourgeois-bohème » trouvant sa source dans un autre, plus ancien, celui du Paris « populaire » du XIXe siècle mis en scène par Zola, Balzac ou Hugo. L’attachement à un héritage passé naîtrait ainsi de sa disparition, nourrissant un discours nostalgique mythifié sur le Paris d’antan (chapitre 13, p. 235). Des représentations mobilisées aujourd’hui pour légitimer les importantes politiques de patrimonialisation et de réhabilitation de la Mairie de Paris dans des quartiers dotés d’un bâti ancien et de mauvaise qualité (le quartier Sainte-Marthe par exemple, p. 237). Ces quartiers « mythiques » incarneraient ainsi les reliques du « vrai » Paris historique, celui-ci servant de décor de cinéma dans des films où l’action n’est d’ailleurs pas toujours en concordance avec le lieu de tournage : « Ici, le fictif produit de l’authentique, et le mythe repose, d’une certaine manière, sur la falsification du Paris populaire » (p. 238). Une fiction patrimoniale qui devient un mode de production de l’urbain, dans laquelle les personnes sont conscientes de la « duperie », mais y adhèrent délibérément (p. 239). Un Paris fictif qui semble masquer l’extension du Paris bourgeois de l’ouest vers l’est. Si les différences entre classes sociales s’estompent intra-muros, elles se déplacent en banlieue. Une polarisation sociale qui semble moins accentuée à Paris que dans d’autres grandes métropoles mais qui n’efface pas pour autant la barrière psychologique que continue d’exercer le Périphérique. Dans un Paris engoncé dans ses frontières de 1860, Corbillé souligne la nécessité de la mise en place du Grand Paris (au 1er janvier 2016) pour tenter de faire éclore une « culture métropolitaine » à même de réduire les écarts sociaux (p. 246). La culture associée à « la mode » apparaît ici comme un marqueur de Paris, les « bobos » incarnant une forme de « vie branchée » dont la traduction géographique serait les quartiers de l’Est, images d’un Paris mondialisé, singulier et hétérogène.

16Les propositions de Sophie Corbillé ne manquent pas d’intérêt et d’originalité. Son propos, qui vise à saisir « de l’intérieur » ce monde urbain en train de se faire, est particulièrement convaincant tant par la précision des observations (notamment dans le chapitre 3 consacré aux lofts, ou dans le chapitre 9 consacré au vide-grenier) que par leur diversité : les chapitres alternent entre des descriptions purement ethnographiques, des restitutions d’entretiens ou des analyses, laissant parfois une impression un peu décousue, mais qui évite une lecture trop monotone, et la rend finalement très agréable. Cet ouvrage décrit principalement des faits, et l’exercice est en ce sens parfaitement réussi : à la fin de la lecture, on dispose d’un panorama exhaustif des éléments qui caractérisent la vie des quartiers gentrifiés du Nord-Est parisien. En revanche, on ne peut qu’être déçu du manque de pistes d’explications, d’analyses éventuelles ou d’enjeux soulevés par ce qui est présenté (bien que certaines analyses apparaissent dans les derniers chapitres). Il apparaît globalement difficile d’identifier véritablement un argumentaire sous-tendant l’exercice descriptif, laissant à penser que l’auteur veut demeurer à bonne distance des propos de ses enquêtés. Cette posture est tout à fait louable du point de vue scientifique mais est discutable dans la mesure où elle n’est pas toujours pleinement assumée, ou du moins exposée.

17En effet, la singularité de l’auteur repose sur le choix d’une posture réflexive présentée dès les premières pages : le regard porté sera celui de quelqu’un de l’intérieur et non éloigné du terrain. Une posture pertinente lors de la phase des entretiens où l’auteur démontre l’apport de son implication dans son terrain, qui permet notamment des rencontres fortuites faisant progresser son enquête. Mais elle semble alors laisser de côté les biais possibles induits par ce mode opératoire. Il semble que l’ethnologue se laisse parfois trop immerger dans son sujet, dans la mesure où les propos des entretiens ne dépassent que rarement le stade de la restitution brute, sans que leur subjectivité ne soit analysée ou réellement mise en perspective.

18Deux exemples peuvent montrer ces limites. La description du vide-grenier dans le chapitre 9 nous fait pénétrer au cœur des relations marchandes, et non marchandes, entre habitants d’un quartier gentrifié. Si l’intérêt anthropologique et sociologique est indéniable, il n’est pas toujours évident de voir en quoi ce quartier parisien se distinguerait particulièrement par son type de relations marchandes d’un autre quartier, qu’il soit populaire ou gentrifié. On peut ainsi penser qu’une partie de l’ouvrage repose sur un a priori (souvent positif d’ailleurs) de l’auteur concernant la singularité des quartiers observés à Paris, sans que leur justification n’apparaisse clairement.

  • 3 Citons notamment l’anthropologue Jean-Pierre Hassoun (2009, 2010), le sociologue Antoine Pécoud (20 (...)

19De la même façon, le chapitre 10, consacré aux questions de « l’ethnique » et de « l’exotique », peut laisser perplexe quant à l’emploi systématique de ces termes pour désigner des commerces de bouche d’origine étrangère. Ces termes sont aujourd’hui beaucoup discutés dans les sphères universitaires pour leur ethnocentrisme sous-jacent, et particulièrement parmi les chercheurs en anthropologie et ethnologie travaillant sur les questions des commerces d’origine immigrée dans la ville3. Si l’ethnologue ne fait ici que restituer les catégories employées par ces enquêtés, celles-ci ne sont pour autant pas discutées ou mises en perspective avec les discours idéalisés sur le « multiculturalisme » de ces mêmes enquêtés. Pourtant, l’auteur établit une comparaison entre de petits commerçants étrangers garants de l’ « authenticité » et des supermarchés qui « ethnicisent » leurs produits :

« Dans ces supermarchés, les marchandises, pour autant qu’elles soient associées à une identité ou une culture spécifique, semblent en quelque sorte mises en équivalence sur les rayons. Un relativisme néanmoins teinté parfois d’ethnocentrisme quand il s’agit de réunir dans un même rayon les produits « ethniques », autrement dit non occidentaux, reproduisant en quelque sorte une vision du monde héritée de l’époque coloniale qui opposait le “eux” au “nous”. » (Corbillé, 2013, p. 192-193)

20Si l’analyse est difficilement contestable, ne pourrait-on pas cependant appliquer cette même logique d’essentialisation aux propos des enquêtés, ceux-ci qualifiant la cuisine africaine de « trop lourde et à base de viande » (p. 190) tandis que la « cuisine asiatique » (p.190) est reconnue comme « très saine et très à la mode » (p. 191) ? On peut ainsi regretter que l’auteur n’ait pas mené l’analyse jusqu’au bout, ou alors que sa posture initiale ne soit pas explicitée (une vision a priori positive du petit commerce vu comme « authentique » face au supermarché homogénéisant, et un crédit a priori positif accordé aux propos des enquêtés). On peut comprendre que l’auteur ne veuille pas commenter les propos de ces enquêtés afin de ne pas les dénaturer. Mais Corbillé s’appuie finalement sur ces derniers pour proposer ses propres analyses concernant une différenciation somme toute dichotomique entre le commerce ethnique de quartier garant d’un rapport à « l’Autre familier », et offrant un « rapport d’altérité », tandis que les supermarchés ne proposent que de « l’altérité marketée » et qu’un « effet d’altérité ». Si le raisonnement peut tenir, il pourrait néanmoins être nuancé, dans la mesure où « l’ethnique » est un discours très répandu chez les « bobos », et a été depuis largement exploité par la grande distribution ou par les petits commerces branchés de quartier comme une marque d’« authenticité ». Une analyse que ne propose pas l’auteur, se focalisant sur un argument financier pourtant pertinent mais qui n’est malheureusement pas détaillé :

« Un effet qui expliquerait peut-être que les personnes ne s’approvisionnent pas toujours en produits “exotiques” dans ce type de supermarché, sans compter qu’ils sont souvent plus chers que dans les petites épiceries. » (Corbillé, 2013, p. 193)

21Au-delà de ces remarques, l’ouvrage demeure d’un intérêt scientifique indéniable pour tout chercheur en sciences sociales s’intéressant à l’urbain, aux identités citadines, à la construction symbolique des lieux et à la vie des habitants dans les quartiers gentrifiés. Son mérite est de porter le regard au-delà de l’analyse des processus et de leurs conséquences sur la ville (mondialisation, métropolisation, gentrification, ségrégation…) pour s’intéresser d’abord au terrain, à l’observer et l’analyser. Une méthodologie qui peut parfois dérouter le géographe pour son manque d’ancrage spatial ou d’approche multiscalaire, tout autant qu’il pourra être frustré par le manque de cartes. Cependant, la bibliographie est particulièrement complète et diversifiée, la géographie figurant en bonne place. L’ouvrage peut également s’adresser à un public non-spécialiste du fait de son caractère actuel et concret, en particulier ceux qui voudront s’initier à une anthropologie de Paris somme toute passionnante.

Haut de page

Bibliographie

Bidou-Zachariasen C., (dir.), 2003, Retours en ville : des processus de « gentrification » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres, Paris, Descartes & Cie, 267 p.

Chabrol M., 2011, De nouvelles formes de gentrification ? Dynamiques résidentielles et commerciales dans le quartier de Château-Rouge (Paris), Thèse de doctorat, Université de Poitiers, 398 p.

Chabrol M., Dubucs H., Edelstein L. Cohen M., Goreau-Ponceaud A., Li Z., Ma Mung E., Missaoui L., 2015, « Repenser aujourd’hui le commerce alimentaire ethnique : une comparaison de quartiers parisiens » in Desse R.-P., Lestrade S. (dir.), Mutations commerciales et devenir de l’espace marchand, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Espace et Territoires », 431-443 (à paraître).

Chevalier S., 2007, « - Faire ses courses - en voisin. Pratiques d’approvisionnement et sociabilité dans l’espace de trois quartiers de centre-ville (Paris, Lyon et Besançon) », Métropoles, No.1, 95-140. http://metropoles.revues.org/107

Clerval A., 2013, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 254 p.

Collet A., 2012, « Le loft : habitat atypique et innovation sociale pour deux générations de “nouvelles classes moyennes” », Espaces et sociétés, Vol. 2012/1-2, No.148-149, 37-52. http://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2012-1-page-37.htm

Collet A., 2015, Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte, 256 p.

Crenn C., Hassoun J-P., Medina F-X., 2010, « Introduction : Repenser et réimaginer l’acte alimentaire en situations de migration », Anthropology of food, 12 p. http://aof.revues.org/6672

Hassoun J.-P., 2009, « Moderniser “l’ethnique” pour développer l'urbain. La venue d'une industrie de la feuille de brick dans une ville de banlieue », Genèses, Vol. 2009/3, No.76, 52-75. http://www.cairn.info/revue-geneses-2009-3-page-52.htm

Hassoun J.-P., 2010, « Deux restaurants à New York : l’un franco-maghrébin, l’autre africain. Créations récentes d’exotismes bien tempérés », Anthropology of food, No.7, 19 p. http://aof.revues.org/6730

Lallement E., 2010, La ville marchande; enquête à Barbès, Paris, Tétraèdre, 251 p.

Pécoud A., 2012, « Immigration, entreprenariat et ethnicité », Métropoles, No.11, 19 p. http://metropoles.revues.org/4560

Tissot S., 2011, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’Agir, 313 p.

Haut de page

Notes

1 Lire à ce propos le compte-rendu d’Anne Clerval sur l’ouvrage de David Brooks, Les bobos : http://cybergeo.revues.org/766

2 L’article de la sociologue Anaïs Collet (2012) sur la portée symbolique du loft pour les populations « bobos » des quartiers anciennement ouvriers est à cet égard particulièrement éclairant.

3 Citons notamment l’anthropologue Jean-Pierre Hassoun (2009, 2010), le sociologue Antoine Pécoud (2012), ou les travaux du programme de recherche COMET – Commerce alimentaire ethnique à Paris (2012-2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Delamarre, « Corbillé S., 2013, Paris bourgeoise, Paris bohème. La ruée vers l’Est, Paris, Presses universitaires de France, 286 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 28 mai 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27006

Haut de page

Auteur

Arnaud Delamarre

Université Paris-Sorbonne
UMR 8185 ENeC Espaces Nature Culture
arnaud.delamarre@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page