Navigation – Plan du site
2015
726

L’espace-temps des Turcs et de la Turquie, de l’Eurasie à l’Anatolie : essai de modélisation graphique

Space-time of the Turks and Turkey, from Eurasia to Anatolia : graphic modeling attempt
Michel Bruneau

Résumés

Les Turcs du VIe au XXIe siècles ont, dans la longue durée, suivi une trajectoire eurasiatique qui, de l’Asie centrale à l’Europe occidentale, a fait de ce peuple nomade conquérant, impérial, un peuple mobile de migrants, ancré dans un territoire national anatolien difficilement sanctuarisé. La Turquie, dont la recomposition démographique s’est effectuée dans la violence au cours de la première partie du XXe siècle, voit sa relative homogénéité ethno-nationale confrontée, à ses interfaces frontalières maritimes ou continentales, aux peuples et espaces voisins hérités de l’Empire ottoman. Cinq modèles graphiques, ou chrono-chorotypes, permettent de mieux saisir, dans l’espace et le temps étroitement associés, l’impact des Turcs entre Europe et Asie, et les contraintes et défis auxquels est confrontée la Turquie dans son environnement moyen-oriental et européen.

Haut de page

Texte intégral

1Les peuples turcs ont un rapport au temps et à l’espace qui diffère lorsqu’on se situe dans la longue durée (du VIe au XXe siècles) ou bien dans des temps plus courts (fin XIXe-début XXIe siècles). On a d’un côté un vaste espace eurasiatique et méditerranéen impérial allant de l’Asie centrale à l’Europe occidentale, et d’un autre l’Asie Mineure ou Anatolie, qui devient la Turquie en une décennie (1913-1923), le territoire d’un État-nation. Les peuples nomades aux structures claniques et tribales sont devenus, un millénaire et demi plus tard, soit une nation (la Turquie) qui a construit son État territorialisé, négociant son entrée éventuelle dans l’Union Européenne, soit des minorités ethniques dans d’autres États-nations (Russie, Iran, Irak, Chine), soit de nouveaux États-nations en cours de formation (Kazakhstan, Ouzbékistan, Turkménistan, Kirghizstan). Pour rendre compte de ce phénomène de l’espace et du temps de peuples qui ont connu plusieurs mutations mais qui ont conservé tout au long du processus de leur évolution un noyau dur identitaire, des continuités, il nous a semblé que le recours à divers modes de représentations cartographiques diachroniques schématisées et graphiques modélisées (chrono-chorotypes) pourrait être d’un grand intérêt. Ils pourraient contribuer à clarifier les phénomènes ethno-impériaux ou ethno-nationaux de la turcité, dans le temps et dans l’espace toujours associés. Cette étude est une synthèse à partir de la documentation existante, qui est très riche, mais dont on n’a retenu en bibliographie que les références sur lesquelles on s’est appuyé pour bâtir les modèles graphiques et cartographiques contribuant à visualiser le phénomène aux deux échelles de temps et d’espace choisies. On ne prétend pas aborder cette question d’une façon qui tendrait à l’exhaustivité ni apporter des faits nouveaux, mais simplement montrer de façon synthétique et concise l’expansion territoriale d’un ensemble de peuples, appartenant à un même groupe linguistique (langues turques) et ayant créé plusieurs formes d’État successives ou vivant en minorité dans des États dirigés par d’autres. Dans la première moitié du XXe siècle, l’un d’entre eux a constitué un État-nation en Asie Mineure sur une région centrale de l’Empire ottoman. Cet État-nation, la Turquie, relativement homogène sur le plan ethnique, se trouve en interface littorale et/ou continentale avec ses espaces voisins de cinq manières différentes. Comment peut-on représenter graphiquement/cartographiquement ou modéliser ces phénomènes de la longue durée qui combinent des éléments de continuité et des discontinuités dans le temps et dans l’espace ? Comment peut-on représenter/cartographier/modéliser les interfaces de la Turquie qui sont en rapport avec son passé multi-ethnique, et qui sont à la source de conflits potentiels ou de fragilités malgré la sanctuarisation de son territoire national ?

Les Turcs : le modèle spatial d’un peuple eurasiatique de la longue durée

2Pour comprendre la logique territoriale turque, il faut remonter aux empires des steppes et à la vaste aire linguistique eurasiatique turco-mongole. Stéphane de Tapia (2005) reprenant les travaux de L. Bazin (1986) et A. Gökalp (1989) ou de J.-P. Roux (1984) présente le « fait turc », ou « paradigme turc », combinant une vaste aire ethnolinguistique continentale, celle de la turcophonie, un espace nomade qui se définit par la mobilité et une dimension collective de la migration, enfin une tradition très majoritairement musulmane. Il s’agit d’un « cas majeur d’expansion linguistique » (L. Bazin) dont le fil conducteur est constitué par des migrations conquérantes, fondant des États impériaux plus ou moins éphémères, agrégeant des ethnies diverses autour de dynasties turques ou mongoles rivales. La seule qui ait connu une longue durée est celle des Ottomans. Cette aire turque eurasiatique (de l’Asie centrale à la Méditerranée), qui s’étale sur un millénaire et demi, est composée de « sociétés segmentaires, fortement hiérarchisées et militarisées, foncièrement instables, mais capables si les conditions s’y prêtent (contexte écologique, économique et politique général, apparition d’un personnage charismatique, émergence d’un projet collectif fort) de bâtir des constructions politiques sophistiquées » (de Tapia, 2005, p. 350-351). La culture de la mobilité et l’usage nomade de l’espace ont été au cœur de l’ensemble ethnoculturel turc.

3La trajectoire spatio-temporelle des Turcs (figure 1) s’étend sur une période de 1 500 ans environ, mais de 900 ans seulement en Asie Mineure ou Anatolie. Dix différentes formes sociales et/ou étatiques et territoriales se succèdent dans le temps. Elles interagissent avec le noyau central identitaire constitué par des éléments structuraux au nombre de trois, qui assurent une certaine continuité sur la longue durée. Ce sont les structures sociales claniques et tribales de populations nomades, des structures linguistiques et culturelles (turcophonie et une religion syncrétique qui est de plus en plus dominée par l’Islam), enfin des comportements récurrents liés à des guerres de conquêtes et des structures politiques despotiques et centralisées (émirats, sultanats, empire). Ces éléments structuraux ont été constamment repris aux différentes époques. Dotés d’une relative permanence, ils se sont moulés dans les cadres étatiques et territoriaux qui par leur succession traduisent des ruptures ou de simples discontinuités. L. Bazin (1986, p. 82-83) a décrit la première forme de ce noyau identitaire sous la forme d’une « communauté de traditions socioculturelles » avant même la conversion à l’Islam, qui est intervenue après la bataille de Talas (751) gagnée par les Arabes contre les Chinois, mais surtout à partir des Xe-XIe siècles en Asie centrale. Enfin, la couronne la plus externe montre les principaux apports extérieurs religieux (Islam arabo-persan) ou politiques, provenant des empires voisins (iranien, mongol ou byzantin), puis de l’Europe occidentale (figure 1).

  • 1 Une ethnie est une population dénommée qui partage un mythe sur ses origines (ou « mytho-moteur »), (...)

4L’approche proposée dans cet article s’appuie sur celle du sociologue britannique A. D. Smith (1986) qui voit dans les structures ethniques de la longue durée l’origine des nations1. Le paradoxe de l’ethnicité est sa durabilité à travers ses changements et mutations (Smith, 1986, p. 22-31). Proche de la notion d’ethnie, celle de peuple s’applique à une réalité historique de la longue durée qui traverse les périodes historiques, les dynasties, avec un ancrage territorial. Il comporte des éléments de continuité (langue, structures sociales et politiques, spécificité religieuse) et de discontinuité (formations étatiques dynastiques, nation, État-nation) qui sont suscités ou influencés par des événements extérieurs. L’historiographie des Turcs atteste la présence de populations de langues turques très étroitement apparentées entre elles dans les monts de l’Altaï aux limites de la Sibérie et de la Mongolie dès les Ve-VIe siècles. Ces tribus turques se sont ensuite répandues en Asie centrale (Turkestan russe et chinois) pour y fonder des États qu’on nomme parfois empires des steppes à l’égal de ceux fondés par les Mongols (Pelliot, 1929 ; Hambis, 1953 ; Roux, 1984 ; Bazin, 1986). Telles sont les origines de l’ethnicité turque ou des peuples turcs.

  • 2 Cette conception de A. D. Smith a pu être critiquée comme essentialiste ou nominaliste, concevant l (...)

5A. D. Smith (1986, p. 79-82) distingue les« ethnies horizontales aristocratiques » ayant une extension territoriale grande mais mal délimitée et définie : par exemple, les Perses achéménides, les Arabo-musulmans, les Ottomans. Leur État aristocratique n’avait pas les moyens techniques et administratifs d’intégrer sa population dans une unité culturellement homogène, mais seulement dans une unité politiquement unifiée dans le cadre d’une société différenciée en classes et en « nations » ethno-religieuses (millet). J.-P. Roux (1984, p. 30) discerne des caractères communs dans la longue durée à ces différentes formes étatiques turques qui sont « des mosaïques de peuples qu’elles s’efforcent de faire vivre ensemble dans l’harmonie, en leur laissant, sous un pouvoir fortement centralisé et despotique, leur identité, leur langue, leur culture, leur religion, souvent leurs chefs ». L’ethnie aristocratique impériale des Ottomans a dû pour survivre à l’ère des nationalismes, au XIXe siècle, se transformer en une « ethnie verticale ou démotique » dans laquelle une seule culture ethnique imprègne à des degrés variables les différentes couches de la population. Elle ne peut être réservée à une seule classe (Smith, 1986, p. 84-87). C’est ce processus qui a pu aboutir à la formation de la nation turque sous l’influence de l’idéologie nationaliste du Comité Union et Progrès puis du Kémalisme, qui ont mis en œuvre une « ingénierie démographique » pour essayer de créer un État-nation ethniquement homogène (Akçam, 2013)2.

6Les représentations graphiques et cartographiques des figures 1 et 3, le modèle de la figure 2, permettent de mieux montrer les éléments de continuité et les grandes discontinuités qui caractérisent l’évolution des différents peuples turcs dans la longue durée, et plus particulièrement ceux qui précèdent l’actuelle nation turque qui s’est formée au début du XXe siècle.

Figure 1 – Trajectoire spatio-temporelle des Turcs

Figure 1 – Trajectoire spatio-temporelle des Turcs

Figure 2 – Modèle chrono-spatial des Turcs

Figure 2 – Modèle chrono-spatial des Turcs

7Les modèles spatiaux ou chorotypes (Brunet, 1990, 195), modèle chrono-spatial des Turcs (figure 2) et carte diachronique de la trajectoire euro-asiatique des Turcs issus des tribus Oghouz (figure 3), montrent sous la forme de quatre anneaux de croissance l’expansion conquérante puis migratoire des Turcs dans le temps long, de l’Asie centrale à l’Europe occidentale, et sa traduction dans la répartition spatiale actuelle des populations turques sur le continent eurasiatique. À la différence des modèles grec, indien ou chinois (Bruneau, 2001, p. 198-203), il n’y a pas l’équivalent de l’espace central de concentration démographique, berceau culturel et identitaire dans la longue durée, que sont le bassin égéen, l’espace indien ou la Chine des Han. Si l’Anatolie joue aujourd’hui ce rôle c’est un phénomène récent qui date du XXe siècle. Au lieu d’un noyau central dans la longue durée, il y a un axe eurasiatique est-ouest à travers les steppes, de l’Asie centrale à l’Anatolie, le long duquel les tribus nomades turques et turkmènes, puis les Turcs ottomans, ont migré et progressé de façon conquérante entre le VIIe et le XVIIe siècle, pendant un millénaire, construisant divers sultanats, émirats ou empire, dominant divers peuples antérieurs à leurs conquêtes. Cet axe s’est prolongé au XXe siècle par le champ migratoire de trois à quatre millions de migrants économiques turcs, formant aujourd’hui une « communauté transnationale » turque dans l’espace européen et les pays arabes producteurs de pétrole (Arabie saoudite, émirats du golfe arabo-persique, Libye). Il s’agit d’un phénomène purement migratoire, d’origine économique ou plus rarement politique (droit d’asile), d’une tout autre nature que les « invasions » ou conquêtes qui s’étaient déroulées antérieurement dans la longue durée.

Figure 3 – Carte diachronique de la trajectoire eurasiatique des Turcs issus des tribus Oghouz, des Turcs de Turqui et des Azéries (VIIe-XXe siècles)

Figure 3 – Carte diachronique de la trajectoire eurasiatique des Turcs issus des tribus Oghouz, des Turcs de Turqui et des Azéries (VIIe-XXe siècles)

8La trajectoire spatio-temporelle des Turcs (figure 1) permet d’établir un lien, si ténu soit-il, entre les tribus turcophones d’Asie centrale connues à partir des Ve-VIe siècles ap. J. C et l’actuelle nation turque, à travers les différentes configurations étatiques et territoriales qui se sont succédées dans les temps longs selon un axe géo-historique qui va de l’Asie centrale à l’Europe occidentale en passant par l’espace impérial ottoman (figure 3).

9Les tribus turcophones les plus anciennement connues (Ve-VIe siècles) étaient des « gens de la forêt » dans les monts de l’Altaï mongol et sibérien, où ils semblent toujours être présents (Altaïens, Khakas, Touva). Du VIe au XIe siècles, ils se sont regroupés en confédérations de grandes tribus, puis ont fondé en direction du Sud-Ouest des États. Louis Hambis (1953, p. 33-35) a décrit à partir de sources chinoises les premiers États ou empires turcs (dès le VIe siècle) des T’ou-kiue ou Türküt : celui des Turcs orientaux en Mongolie, et celui des Turcs occidentaux au Turkestan. Ils ont été suivis par les empires des steppes plus ou moins éphémères des Ouïghours, Ghaznévides, Karakhanides, qui étaient comparables à ceux des Mongols voisins (figures 1 et 3) (Bazin, 1986, p. 83-84). Ce passé originel des Turcs en Asie centrale, antérieur à l’adoption de la religion musulmane, a été mythifié par les idéologues nationalistes kémalistes qui ont produit un discours qui a irrigué la société turque actuelle notamment à travers les manuels d’histoire de l’école et de l’université turque, comme l’a montré Étienne Copeaux (1997).

10Ensuite l’empire des Grands Seldjoukides d’Iran, puis le sultanat Roum de Konya (XIe-XIIIe siècles), ont été des constructions étatiques de dynasties turques, dont les structures politiques et la culture musulmane devaient beaucoup au fond antérieur de la civilisation iranienne des Sassanides reprise par les Abbassides. Les conquêtes mongoles des Ilkhan (XIIIe-début du XIVe siècles) ont eu pour conséquence une atomisation des sultanats seldjoukides en émirats turkmènes (ou turcomans) états tribaux de Gazi (combattants de la guerre sainte aux frontières) : Danishmendites, Karamanites, Isfendiyer à Kastamonu… et Ottomans ou Osmanlis. Ces derniers ont peu à peu absorbé les principautés voisines au cours du XIVe siècle, ont pénétré dans les Balkans, encerclant ainsi l’Empire byzantin et, malgré un coup d’arrêt provisoire que leur a infligé Tamerlan au début du XVe siècle, ont mis fin à l’Empire byzantin en prenant Constantinople en 1453. Ils ont à leur tour bâti aux XVe et XVIe siècles un empire analogue à celui des Byzantins (Mantran, 1989).

11Ces tribus turques agissaient essentiellement dans le domaine militaire et politique, imposant leur dynastie, mais vivant en symbiose avec les populations commerçantes telles que les marchands sogdiens d’Asie centrale dont les réseaux s’étendaient le long de la route de la soie jusqu’en Chine à l’est et en Crimée à l’ouest (de la Vaissière, 2002). Elles utilisaient aussi les compétences des administrations locales iraniennes, héritées des Empires sassanide puis abbasside. L’Asie Mineure, jouant le rôle d’un cul de sac à une extrémité de cet axe, a recueilli un plus grand nombre de membres de ces tribus turques et turkmènes (Gazi, combattants de la foi) dont la migration vers l’ouest était favorisée par les sultans Grands Seldjoukides, peu désireux de conserver sur leur territoire (en Iran) ces éléments particulièrement turbulents. Dans la longue durée (XIe-XVe siècles), il y a donc eu une densification progressive en Asie Mineure de ces populations turques et turkmènes conquérantes toujours minoritaires mais militairement dominantes. Elles ont suscité ou même provoqué de nombreuses conversions à l’Islam et imposé peu à peu leur langue aux populations chrétiennes antérieures, héritées de l’Empire byzantin. Ce processus de conversions et d’assimilation linguistique, plus ou moins contraintes, s’est poursuivi tout au long de l’Empire ottoman jusqu’au XIXe siècle. Ce phénomène d’islamisation et de turquisation, entre le XIe et le XVe siècle, d’une Asie Mineure antérieurement hellénisée a été analysé, en particulier, par l’historien grec américain Speros Vryonis (1971).

12Cette trajectoire spatio-temporelle des Turcs a été constamment enrichie par les logiques extérieures de l’Islam arabo-persan et de ses institutions héritées des Sassanides et Samanides persans, des Mongols puis de l’Empire byzantin dont les Ottomans ont repris des éléments structurels (figure 1). La fin de l’Empire ottoman, qui aurait pu se traduire par la disparition de tout État turc, a débouché, à travers plusieurs épisodes guerriers très violents (guerres balkaniques, Première Guerre mondiale, guerre gréco-turque), sur un État-nation turc sanctuarisant l’Asie Mineure ou Anatolie et la Thrace orientale en un territoire national, qui se voulait exclusivement turc et avait tendance à nier toute présence minoritaire non musulmane sunnite ou non turcophone.

13Le modèle chrono-spatial de la figure 2 donne sous la forme de quatre anneaux de croissance une représentation schématisée de la façon dont les peuples turcs se sont répartis dans l’espace terrestre à partir d’un axe qui relie l’Asie centrale à l’Anatolie et qui constitue le noyau originel d’où dérivent les différentes populations turques. Le premier anneau anatolien correspond à l’espace dans lequel se sont concentrées progressivement, dans le temps long, les populations turcophones les plus denses, issues de tribus turques ou turkmènes conquérantes et de conversions à l’Islam et à la turcophonie d’une grande part des populations chrétiennes antérieurement présentes, dans le cadre du sultanat seldjoukide puis de l’Empire ottoman. Les autres peuples turcophones, États-nations en cours de formation (en Asie centrale et dans le Caucase) ou minorités nationales au sein de la Fédération de Russie ou de la Chine, se répartissent sur de vastes espaces eurasiatiques.

14Ainsi le second anneau de croissance est constitué par cette vaste aire culturelle irano-turque, turcophone et musulmane, allant des Balkans au Caucase et à l’Asie centrale, qui, au XXe siècle, a donné naissance à des États-nations à base linguistique nés de la politique des nationalités de Staline créant des républiques fédérées au sein de l’URSS, dont l’implosion leur a donné le statut d’États indépendants (Ouzbékistan, Kirghizstan, Turkménistan, Kazakhstan, Azerbaïdjan). Les Azéris d’Iran, sans identification institutionnelle, se situent dans cet anneau, mais avec la particularité d’une très forte intégration à la République islamique d’Iran dont la très grande majorité d’entre eux n’envisage pas de se dissocier (Rigoulet-Roze, 2011, p. 144-151).

15Un troisième anneau comprend des populations turcophones musulmanes périphériques plus éloignées dans l’espace, ayant le statut de minorités en Russie ou en Chine : Tatars de Crimée, peuples de la Volga (Turcs de Kazan, Tchouvaches, Bachkirs) ou Iakoutes de Sibérie, Ouïghours du Xinjiang chinois. Les turcophones d’Iran autres que les Azéris ou bien les turcophones d’Afghanistan, dispersés et souvent sans statut, sont aussi très éloignés de la turcophonie plus dense du second anneau. Au-delà, en Europe centrale et occidentale, et sur les continents du Nouveau Monde ou de l’Afrique, s’est constituée plus récemment une communauté transnationale et des diasporas.

16Le quatrième anneau de croissance s’est ainsi formé au XXe siècle avec le développement d’un vaste champ migratoire en direction de l’Europe occidentale à partir de la Turquie, donnant naissance à une communauté transnationale turque et à l’intérieur de celle-ci à des diasporas kurde, alévie ou assyro-chaldéenne. Les migrants Ouzbeks, Kazakhs, Turkmènes, Kirghiz, originaires de l’Asie centrale, entretiennent des liens culturels plus ou moins étroits avec les immigrés turcs. Les migrations turques ne sont plus seulement orientées vers l’Europe et les États pétroliers du Moyen-Orient, elles s’orientent également vers l’Asie centrale, la Russie et l’Afrique en fonction de la croissance économique des entreprises turques du BTP et des PME, ou vers le Nouveau monde (Amérique, Australie), mais cela ne concerne que de faibles effectifs comparés aux premiers (Bazin, de Tapia, 2012, p. 276-288).

La recomposition démographique de l’Asie Mineure ou Anatolie (1830-1924)

  • 3 Le tracé des frontières de la Turquie postérieures à 1923 (traité de Lausanne) ne correspond pas à (...)

17De la fin du XVIIIe siècle au début du XXe, l’Asie Mineure ou Anatolie, devenue la Turquie, a connu une recomposition démographique profonde au cours du déclin de l’espace impérial ottoman, dont elle était le centre, et au moment de sa transformation en un territoire national turc (Yerasimos, 2005 ; Bruneau, 2015). La carte des expulsions et déplacements de minorités en Asie Mineure et dans les espaces voisins (figure 4) donne une représentation schématique de ces bouleversements démographiques survenus en un peu plus d’un siècle3. Les populations musulmanes (Tatars, Circassiens, Abkhazes, Tchétchènes) de Crimée et du Caucase qui ont été expulsées de leur territoire d’origine rattaché à l’Empire russe vers l’Empire ottoman, lors des guerres russo-ottomanes de 1854-56 et de 1877-78, ont été estimées à 1,2 million par J. McCarthy (1995), dont plusieurs centaines de milliers seraient venus se réfugier en Anatolie. Des Balkans sont venus se réfugier 500 000 Turcs ou autres Musulmans (Albanais, Bosniaques, Pomaks) lors de la guerre de 1877-78, auxquels il faut ajouter 400 000 réfugiés musulmans des guerres balkaniques (1912-13) toujours selon les estimations de McCarthy (1995). Il faut ajouter à cela environ 400 000 Musulmans échangés entre la Grèce et la Turquie (1923-1924) selon le traité de Lausanne (Rollan, 2013, p. 32-179).

18On peut donc estimer qu’au cours de cette période (1855-1924) environ 2 millions de Musulmans, les muhacir, les « migrants » par excellence, sont venus se réfugier en Anatolie, sans tenir compte de ceux qui avaient péri dans ces guerres : 630 000 dans les guerres balkaniques selon McCarthy (1995, p. 164). Dans le sens inverse, les minorités chrétiennes grecque (1,5 million selon D. Panzac, 1988), arménienne (1,5 million selon T. Akçam, 2013) et assyro-chaldéenne (250 000 selon D. Gaunt, 2013), soit en tout 3,25 millions ont été massacrées ou déportées et expulsées, selon les estimations les plus basses et les mieux documentées. La plupart des déportations de Kurdes dont le nombre très mal connu s’élèverait à moins de 10 000 (Ülker, 2007 ; Rollan 2013, p. 183-280), ne sont pas ici prises en compte car elles ont eu lieu à l’intérieur du territoire national turc. Non seulement la population de l’Anatolie avait perdu plus d’un million d’habitants, mais sa composition ethnique avait radicalement changé. Elle était en 1924 à 99 % musulmane, la seule minorité non turcophone statistiquement importante étant, à cette date, celle des Kurdes.

Figure 4 – Expulsions et déplacements de minorités en Turquie et autour (1830-1924)

Figure 4 – Expulsions et déplacements de minorités en Turquie et autour (1830-1924)

19Ce territoire national qui se veut ethno-nationalement homogène, héritier de l’Empire ottoman malgré sa mutation radicale en république laïque à l’initiative de Mustafa Kemal Atatürk, ne peut être compris et analysé qu’en relation avec ses espaces voisins.

Les interfaces de la Turquie, héritages de l’Empire ottoman

20Une vision géohistorique de l’espace actuel, qui correspond à la Turquie, présente un intérêt parce qu’il est le résultat d’une unification plus poussée que dans les périodes historiques antérieures (figure 5). Jamais cet espace qui est formé par le territoire de la République turque n’a eu une telle cohérence et homogénéité relative. Il n’a été précisément délimité qu’à une date relativement récente (1923 et 1939), mais résulte de rapports de force avec ses voisins et surtout avec les grandes puissances proches ou plus lointaines, car il occupe une position stratégique à l’échelle mondiale et à celle du Moyen-Orient. Il est aussi le produit de mouvements de populations à plusieurs échelles de temps à partir de et vers ses espaces voisins : temps longs de l’Antiquité à la fin du XVIIIe siècle, temps plus courts du XIXe et début du XXe siècle. Sa forme rectangulaire comporte une masse continentale centrale qui a recueilli des populations originaires d’Asie centrale à plusieurs périodes de son histoire (Turcs, Mongols), à l’extrémité occidentale de leurs poussées conquérantes ou de leur parcours migratoire.

21Cinq interfaces avec les espaces voisins, qu’ils soient maritimes ou continentaux, définissent ses périphéries dans lesquels il n’y a que deux angles morts (figure 5). Ces interfaces sont et ont été des lieux ou espaces à la fois d’échanges, de migrations et de confrontations : populations, commerces, influences culturelles, confrontations militaires... Les flux, les échanges se sont faits dans les deux sens, de l’extérieur vers l’intérieur et vice-versa. Dans la longue durée, les périodes de fragmentation de l’Asie Mineure ont été nombreuses, celles d’unification peu nombreuses, débordantes sur les espaces voisins et durables (Empires byzantin et ottoman). La Turquie, territoire national précisément délimité, est une création récente.

22Il y a d’abord une enveloppe maritime : Méditerranée orientale, mer Egée, mer Noire (Pont-Euxin dans l’Antiquité) et mer de Marmara (Hellespont ou Propontide) reliée à ces deux dernières par deux détroits, Dardanelles au sud-ouest et Bosphore au nord-est. Il y a d’autre part des barrières et bordures montagneuses à l’Est : Taurus, Anti-Taurus, Alpes pontiques, Anti-Caucase, montagnes d’Arménie prolongeant le Zagros. C’est sur ces périphéries littorales ou montagneuses que se situent les interfaces (figure 5) :

  • 4 La notion de synapse proposée par Roger Brunet (1992, p. 471) correspond à un « lieu de communicati (...)

231) Au nord-ouest, se situent une interface majeure et une synapse4. La Thrace orientale est l’interface continentale avec les Balkans : frontière avec la Grèce et la Bulgarie avec le centre frontalier, ancienne capitale, d’Édirne. C’est ce qui reste de l’espace balkanique de l’empire ottoman. Les populations grecques et bulgares de la Thrace orientale ont été expulsées et remplacées par des réfugiés musulmans des Balkans et du Caucase. Cet espace a été recomposé pour être un espace frontalier sûr de la Turquie entre 1914 et 1923. La synapse majeure d’Istanbul-Constantinople le domine.

242) À l’ouest et au sud-ouest, l’interface égéenne et méditerranéenne, des Dardanelles au golfe d’Antalya, est un espace ouvert aux flux, échanges, migrations en provenance de la Méditerranée (de l’Espagne à Venise et Gênes), de la mer Égée (Grèce et Empire romain). C’est un espace qui a été dans la longue durée grec et hellénisé, en symbiose avec l’archipel égéen. Aux XVIIIe et XIXe siècles c’est l’espace par lequel passaient les échanges et les influences européennes, notamment par le port de Smyrne (Izmir), synapse entre l’Anatolie et la Méditerranée depuis le XVIe siècle, mais qui s’est développée surtout au XIXe siècle en fonction d’une étoile de voies ferrées drainant les produits agricoles de l’intérieur de l’Anatolie et de la région égéenne. Les populations grecques ont été expulsées et échangées avec la Grèce (1923), des réfugiés musulmans des Balkans et de la Grèce (Macédoine et Crète en particulier) y ont été installés dans les années 1920.

Figure 5 – Environnement géohistorique et interfaces de la Turquie (XIXe – XXe siècles)

Figure 5 – Environnement géohistorique et interfaces de la Turquie (XIXe – XXe siècles)

253) Au nord, l’interface mer Noire et Caucase est un espace à la fois maritime et continental, au contact des Empires ottoman et russe. Le second a connu une expansion du XVIIIe au début du XXe siècle aux dépens du premier qui s’étendait au XVIIe siècle sur tout le pourtour de la mer Noire. C’est une interface de confrontations militaires récurrentes. La conquête russe de la Crimée et du Caucase a refoulé une grande partie des populations musulmanes qui y habitaient : Tatars, Circassiens, Abkhazes, Tchétchènes... qui sont venues se réfugier dans l’Empire ottoman. La Russie a attiré pour repeupler ces territoires des populations chrétiennes ottomanes, des Grecs et des Arméniens surtout. Chacune des guerres russo-turques a entraîné ces populations à suivre l’armée russe dans sa retraite, jusqu’en 1918. Entre les empires russe et ottoman certaines populations ont joué un rôle charnière : les Lazes, les Arméniens et les Grecs pontiques. Les provinces de Kars et Ardahan occupées par la Russie pendant quarante ans (1878-1918), d’où les populations musulmanes étaient parties, ont été un espace de l’entre-deux, repris par les Ottomans à la paix de Brest-Litovsk. La frontière est ouverte avec la Géorgie et fermée avec l’Arménie. Trébizonde (Trabzon) a joué jusqu’au XIXe siècle le rôle d’une synapse entre la Perse, le Caucase, l’Arménie et les côtes russes ou balkaniques de la mer Noire ainsi que de relais en direction d’Istanbul.

264) À l’est, la frontière avec l’Iran est très ancienne, dans la longue durée, entre les Empires romain, byzantin puis ottoman d’un côté et la Perse de l’autre, tandis que la frontière avec l’Irak a été établie au lendemain de la Première Guerre mondiale. C’est aussi le territoire très montagneux et morcelé des Kurdes, le Kurdistan, de part et d’autre de cette frontière. Les provinces de Van, Bitlis et Hakkari comptaient beaucoup d’Arméniens qui ont été victimes du génocide de 1915-16. C’est dans la période récente un espace sous tension, de confrontation avec les Kurdes et entre Turquie et Arménie (frontière fermée).

275) Au sud-est, se trouve l’interface avec le monde arabe, au Sud du Taurus et de l’Anti-Taurus. La plaine de Cilicie, les provinces de Gaziantep et de Diyarbakir à l’est et le territoire d’Antakya au sud, sont peuplés à la fois par des Kurdes, des Syriaques, des Chaldéens à côté des Arabes musulmans et des Turcs. Cet espace en contrebas des montagnes du Taurus, de l’Anti-Taurus et de leur prolongement est une zone basse semi-aride de collines, glacis et plaines alluviales traversées par le Tigre et l’Euphrate en continuité avec la Syrie. La frontière dans le temps long avec l’Anatolie a été la chaîne montagneuse du Taurus et de l’Anti-Taurus, qui n’a jamais été franchie durablement par les Arabes. L’Empire byzantin y avait installé des forteresses défendues par ses Akrites contre les guerriers arabes. C’est redevenu depuis la chute de l’Empire ottoman une zone frontière entre la Turquie et la Syrie, avec le sandjak d’Alexandrette attribué un temps à la Syrie sous mandat français (1918-1939).Les réfugiés de la guerre civile syrienne (depuis 2011) y affluent aujourd’hui. La ville de Gaziantep en pleine croissance joue de plus en plus le rôle de synapse entre Turquie et monde arabe, syrien surtout.

28Il existe sur les côtes de la Turquie, très peuplées et reliées à l’extérieur par des ports d’importance variable, deux angles morts qui correspondent à des côtes rocheuses sans plaine littorale ni arrière-pays peuplé et actif. Ce sont au nord la côte paphlagonienne, au sud la côte comprise entre la plaine d’Antalya et la Cilicie, qui correspond à ce qu’on a appelé la Cilicie taurique. Ce sont deux renflements de collines et plateaux de part et d’autre du plateau anatolien, centre ancien du sultanat de Roum (Konya) et centre nouveau de la République de Turquie (Ankara). Chypre est plus orientée vers les côtes de la Syrie et du Liban que vers cette côte méridionale de l’Asie Mineure mal reliée à l’intérieur, les ports industriels de Mersin et Iskenderun ne jouant pas un rôle de synapse comparable à Izmir. Cependant c’est de cette côte anatolienne que la partie nord de l’île, où la population turque a été regroupée à l’issue de l’intervention de l’armée turque en 1974, reçoit un flux significatif d’immigrants turcs.

Les peuples aux interfaces de la Turquie avec les espaces ou peuples voisins

29Entre l’espace « intérieur » anatolien très majoritairement turc et les espaces voisins qui entourent ce quadrilatère, le rôle d’interface a été longtemps facilité et parfois même favorisé par des peuples non turcs (Andrews, 1989). Les Grecs ont été dans la longue durée, et sont encore partiellement, à l’interface de la Méditerranée (archipel égéen et Chypre), de la mer Noire (Grecs pontiques) et des Balkans. Après avoir été jusqu’au XIe siècle le peuple politiquement et culturellement unificateur de l’espace anatolien, ils sont devenus jusqu’en 1923 le peuple majoritairement en interface le long de la plus grande partie des côtes de l’Asie Mineure. Les Arméniens et les Kurdes ont été les deux peuples à l’interface montagneuse à l’est de l’Anatolie, là aussi dans la longue durée. Par contre, les Bulgares ont joué un rôle plus limité et spatialement moins étendu d’interface en Thrace orientale à côté des Grecs, de même les Lazes à la frontière du Pont et du Caucase géorgien, et les Arabes sur le piémont du Taurus, en Cilicie jusqu’à la région de Diyarbakir. Ces peuples ont été, dans une plus ou moins longue durée, à la charnière, au contact, en intermédiaires, avec les puissances impériales qui agissaient sur et/ou menaçaient l’État ottoman puis turc : la Russie au nord, nord-est et nord-ouest, la Perse (renommée Iran au XXe siècle) à l’est, le monde arabe au sud-est, les puissances méditerranéennes à l’ouest, Gênes, Venise, la France, l’Angleterre. La constitution de l’État-nation turc à l’initiative des Jeunes Turcs du Comité Union et Progrès puis des Kémalistes a expulsé, massacré une partie de ces peuples des interfaces et a institué une relation de confrontation-tension récurrente avec eux : Arméniens, Bulgares, Grecs, Kurdes d’Irak, d’Iran et de Syrie, Arabes de Syrie. Les seuls qui aient une relation durablement pacifique sans confrontations épisodiques sont les Lazes, les moins nombreux et surtout les plus proches culturellement et politiquement des Turcs.

30Cette représentation géohistorique modélisée du territoire national turc à partir de cinq interfaces avec les espaces voisins, au cours d’une période d’un peu plus d’un siècle, montre combien les interactions de plus ou moins longue durée avec les aires culturelles et les pays voisins jouent un rôle fondamental dans la compréhension de la Turquie contemporaine. Ces interfaces sont maritimes (Méditerranée, Mer Égée, Mer noire) et continentales (Caucase, montagnes de l’Anatolie orientale, piémonts semi-arides du Sud-Est au contact des déserts syriens). Le monde arabe de l’Irak à la Syrie n’a jamais pu exercer une influence importante et durable au-delà du Taurus. En revanche, la Perse, située sur la trajectoire eurasiatique des Turcs, a été le passage obligé de ceux-ci voulant s’installer en Anatolie. Tabriz a canalisé longtemps les flux migratoires, commerciaux et culturels entre la Perse et la Turquie par l’intermédiaire des Azéris peuple turcophone. Trabzon a été une synapse à l’extrémité de la route de la soie, une importante place commerciale entre la Perse, l’Asie et l’Europe jusqu’à ce que Smyrne attire à son profit ce commerce grâce aux voies ferrées, et jusqu’à l’ouverture du canal de Suez (1869).

31Le rôle charnière des Lazes, Arméniens et Kurdes à l’interface montagneuse orientale de l’Anatolie doit être souligné, ainsi que celui des Arabes sur le piémont sud-est. La masse russe enveloppant le Caucase et la mer Noire jusqu’aux Balkans a joué un rôle majeur tant dans les flux de populations que dans les échanges économiques. La relation avec les Balkans s’est faite d’abord avec la Bulgarie et la Grèce, mais aussi avec les populations musulmanes des autres pays balkaniques (Macédoine, Bosnie, Kossovo, Albanie). L’archipel égéen, la Crète et Chypre sont dans le prolongement direct de l’interface littorale. Les détroits, les synapses d’Istanbul et de Smyrne (Izmir) assurent les relations majeures avec l’Europe et les rives de la Méditerranée. C’est l’articulation principale de la Turquie, puissance économique émergente, avec le monde. Les pays de l’Asie centrale ont depuis la chute de l’URSS (1991) développé considérablement leurs échanges avec la Turquie et des projets d’oléoducs et de gazoducs pour l’acheminement et l’exportation de leurs ressources pétrolières vers l’Europe et l’Amérique. La coopération avec la Turquie et les entreprises turques leur permet d’éviter une dépendance trop forte vis-à-vis de la Russie. L’État d’Israël au cœur du monde arabe, qui a attiré une part notable des Juifs ottomans, notamment ceux de Thrace orientale et d’Anatolie, est par sa puissance militaire un partenaire important de la Turquie, qui ne peut pas faire abstraction du problème palestinien.

32Ce modèle géohistorique des interfaces (figure 5) montre que la Turquie, malgré l’abri relatif que lui procure sa forteresse anatolienne entourée de mers et de montagnes, doit compter avec trois grands ensembles géohistoriques qui ont exercé une influence et/ou une pression forte dans la longue durée : la Russie, l’Iran, le monde arabe. Elle doit compter également à l’ouest avec la Grèce qui bien que, d’une dimension démographique et d’un poids économique moindres que les précédents et que la Turquie elle-même, contrôle l’ensemble du bassin égéen. Étant très proche, du fait de son archipel, des côtes turques, elle est aussi militairement présente chez son allié chypriote. Bien qu’elle n’ait que 11 millions d’habitants face à une Turquie dont la population s’élève à plus de 75 millions et dont le PNB lui est plus de trois fois supérieur, la Grèce a une capacité de blocage et de nuisance à l’interface maritime méditerranéenne de la Turquie. Le problème du plateau continental et du contrôle de l’espace aérien à la frontière des deux pays a été à plusieurs reprises générateur de tensions, bien qu’ils soient tous deux membres de l’OTAN.

Conclusion : un territoire national sanctuarisé confronté à ses interfaces

33On a combiné dans cet article une approche à deux échelles de temps et d’espace, à l’aide de chorotypes ou plus précisément de chrono-chorotypes. Il s’agit de l’axe eurasiatique, se référant à la trajectoire historique des peuples turcs dans la longue durée (VIIe-XXe siècles) (figures 1, 2, 3), et de l’Asie Mineure ou Anatolie, se référant à l’État-nation turc dans des temps plus courts (fin XIXe-XXe siècles) (figures 4 et 5). Le premier se situe pour l’essentiel dans ce que D. Kitsikis (2002) appelle la « Région intermédiaire », alors que la seconde se limite à la péninsule anatolienne qui fait partie du Proche et du Moyen-Orient, à laquelle a été adjointe la Thrace orientale, tête de pont tournée vers les Balkans. La combinaison de ces deux échelles d’espace et de temps, à l’aide de ces modèles graphiques, permet de mieux comprendre dans quelle mesure la Turquie est ancrée dans un passé impérial et dans un nomadisme conquérant, qui s’est traduit par une grande mobilité de ses populations. Après la Seconde Guerre mondiale, dans un tout autre contexte celui d’une migration économique, s’est développé un vaste champ migratoire européen.

34C’est l’étude des cinq interfaces maritimes et continentales de la Turquie, esquissée ici, qui devrait permettre de mieux appréhender les contraintes que subit cette puissance émergente, à la charnière de l’Europe et de l’Asie, au sein d’un Moyen-Orient aujourd’hui profondément déstabilisé dans sa partie arabe. La très douloureuse recomposition démographique du début du XXe siècle, au moment du passage de l’Empire ottoman à l’État-nation républicain, a diminué considérablement la part des minorités en Turquie. Cette relative homogénéité ethno-nationale, acquise dans la première moitié du XXe siècle au prix d’une politique démographique très coûteuse en vies humaines, est une exception dans la Région intermédiaire. Elle risque constamment d’être fragilisée aux interfaces de la Turquie, qui sont les témoins de son passé multi-ethnique ottoman, ainsi que dans la communauté transnationale turque européenne, dans laquelle les identités minoritaires, trop souvent non reconnues en Turquie, peuvent plus aisément s’affirmer.

Haut de page

Bibliographie

Akçam T., 2013, « The Young Turks and the plans for the Ethnic Homogenization of Anatolia », in Bartov O., Weitz E. D. (ed.), Shatterzone of Empires : coexistence and violence in the German, Habsburg, Russian, and Ottoman Borderlands, Bloomington, Indiana University Press, 258-279.

Andrews P.A., 1989, Ethnic Groups in the Republic of Turkey, Wiesbaden, Dr.Ludwig Reichert Verlag (Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe B, Nr 60).

Bazin L., 1986, « Les peuples turcophones d’Eurasie : un cas majeur d’expansion linguistique », Hérodote, No.42, 75-109.

Bazin M., de Tapia S., 2012, La Turquie : géographie d’une puissance émergente, Paris, A. Colin.

Brunet R., Dollfus O., 1990, Mondes Nouveaux, vol. I de Brunet R. (dir.), Géographie Universelle, Paris / Montpellier, Hachette / RECLUS.

Brunet R., Ferras R., Théry H., 1992, Les Mots de la Géographie : dictionnaire critique, Paris, RECLUS-La Documentation française.

Bruneau M., 2015, De l’Asie Mineure à la Turquie : l’homogénéisation ethno-nationale, Paris, CNRS-Éditions (à paraître).

Bruneau M., 2001, « Peuples-monde de la longue durée : Grecs, Indiens, Chinois », L’Espace géographique, vol. 30, No.3, 193-212.

Copeaux E., 1997, Espaces et temps de la nation turque : analyse d’une historiographie nationaliste 1931-1993, Paris, CNRS-Éditions.

Frödin O., 2003, « Anthony D. Smith revisited in the light of the relational turn », Lund University Department of Sociology, 34 p., http://lup.lub.lu.se/students-paper/record/1355356.

Gaunt D., 2013, « Failed Identity and the Assyrian Genocide », in Bartov O., Weitz E. D. (ed.), Shatterzone of Empires : coexistence and violence in the German, Habsburg, Russian, and Ottoman Borderlands, Bloomington, Indiana University Press, 317-333.

Gökalp A., 1989, « Le prix du changement linguistique ; l’invention du turc, langue nationale », Migrants Formation, No.76, 167-177.

Hambis L., 1953, La Haute Asie,Paris, PUF, coll. Que Sais-je.

Kitsikis D., 2002, « Une vision géopolitique : la Région intermédiaire », Relations Internationales, No.109, 99-116.

McCarthy J. 1995, Death and Exile : The Ethnic Cleansing of Ottoman Muslims, 1821-1922, Princeton, Darwin Press.

Mantran R. (dir.), 1989, Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard.

Panzac D., 1988, « L’enjeu du nombre. La population de la Turquie de 1914 à 1927 », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, No.50, 45-67.

Pelliot P., 1929, « Neuf notes sur des questions d’Asie centrale », Toung Pao, No.24, 201-265.

Rigoulet-Roze D., 2011, L’Iran pluriel, Paris, L’Harmattan.

Rollan F. (dir.), 2013, Quand la violence déplace : mémoires et migrations forces depuis et vers la Turquie, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Roux J.-P., 1984, Histoire des Turcs, Paris, Fayard.

Smith A. D., 1986, The Ethnic Origins of Nations, Oxford, Blackwell.

Speros Vryonis Jr., 1971, The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of Islamization from the eleventh to the fifteenth century, Berkeley, University of California Press.

Ülker Erol, 2007, “Assimilation of the Muslim communities in the first decade of the Turkish Republic (1923-1934)”, European Journal of Turkish Studies (on line), Complete list, On line since 11 january 2008, 21 p. http://ejts.revues.org/822.

Tapia S. de (dir.), 1995, Turcs d’Europe… et d’ailleurs, Paris, INALCO (Les Annales de l’autre Islam No.3), 534.

Tapia S. de, 2005, Ulus et Yurt, entre espace nomade et mondialisation. Territoires, espaces et sociétés de l’aire altaïque au champ migratoire turc, synthèse des travaux présentés pour l’HDR, Université de Poitiers, 3 vol.

Vaissière de la E., 2002, Histoire des marchands sogdiens, Paris, Collège de France, Institut des Hautes Études Chinoises.

Yerasimos S., 2005, « L’obsession territoriale ou la douleur des membres fantômes », in Vaner S. (dir.), La Turquie, Paris, Fayard, 39-60.

Haut de page

Notes

1 Une ethnie est une population dénommée qui partage un mythe sur ses origines (ou « mytho-moteur »), une histoire-mémoire qui relie les générations les unes aux autres, une culture dont la langue et/ou la religion sont le dénominateur commun, et qui est souvent associée à un territoire ou un lieu spécifique, tout en étant dotée d’un sens de la solidarité face aux dangers et menaces extérieurs. Des symboles (icônes) rappellent constamment l’héritage et le destin commun (Smith, 1986).

2 Cette conception de A. D. Smith a pu être critiquée comme essentialiste ou nominaliste, concevant l’ethnicité comme la qualité objective et substantielle d’un groupement particulier, non comme une construction sociale et discursive. Cependant A. D. Smith dit clairement que la communauté ethnique est formatée et reformatée en fonction des circonstances et des changements de son environnement. Les significations des cultures nationales sont continuellement redéfinies et révisées. Mais il affirme que ces changements doivent être contenus à l’intérieur de paramètres de l’appartenance au groupe qui peuvent durer pendant plusieurs générations voire plusieurs siècles. Le discours nationaliste moderne exploite un habitus préexistant et des narrations en vue de permettre les revendications pour un État-nation indépendant. Un discours nationaliste moderne peut attribuer des significations nouvelles à cet habitus préexistant (Frödin, 2003).

3 Le tracé des frontières de la Turquie postérieures à 1923 (traité de Lausanne) ne correspond pas à la période ottomane à la fin de laquelle s’est déroulée cette recomposition démographique (1830-1923). Cependant, il permet de comprendre la façon dont la population de la Turquie actuelle a été largement modifiée par rapport à ce qu’elle avait été dans l’Asie Mineure ou Anatolie antérieure.

4 La notion de synapse proposée par Roger Brunet (1992, p. 471) correspond à un « lieu de communication géographique, d’échange, de transbordement et mieux de transfert » à l’image de la liaison qui fait communiquer des neurones. Ce peut être un isthme, un seuil, une ville « de contact ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Trajectoire spatio-temporelle des Turcs
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2 – Modèle chrono-spatial des Turcs
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 3 – Carte diachronique de la trajectoire eurasiatique des Turcs issus des tribus Oghouz, des Turcs de Turqui et des Azéries (VIIe-XXe siècles)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27019/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 4 – Expulsions et déplacements de minorités en Turquie et autour (1830-1924)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27019/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5 – Environnement géohistorique et interfaces de la Turquie (XIXe – XXe siècles)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27019/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bruneau, « L’espace-temps des Turcs et de la Turquie, de l’Eurasie à l’Anatolie : essai de modélisation graphique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 726, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27019 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27019

Haut de page

Auteur

Michel Bruneau

CNRS-Bordeaux
michel.bruneau7@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page