Navigation – Plan du site
2015

Peraldi M., Duport C., Samson M., 2015, Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 124 p.

Nicolas Douay

Texte intégral

1Dix ans après la publication de Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais (Peraldi et Samson, 2005), le sociologue Michel Peraldi et le journaliste Michel Samson (Comolli et Samson, 2006) s’associent à la sociologue Claire Duport pour nous livrer leurs visions de la Sociologie de Marseille et viennent ainsi compléter la collection « Repères Sociologie » qui a pour ambition de présenter une vision synthétique d’une ville tout en insistant sur ses particularités. Cet ouvrage s’inscrit donc dans la lignée de portraits de Marseille plus ou moins récents (Donzel, 1998 et 2014 ; Morel, 1999 ; Roncayolo, 1996 et 2014) et vient nourrir les débats sur le grand projet Euroméditerranée (Bertoncello et Dubois, 2010) et le titre de capitale européenne de la culture (Grésillon, 2011).

2L’objectif principal du livre est d’aller au-delà des légendes et fantasmes qui accompagnent les représentations de la deuxième ville de France. Le Marseille « imaginé » par les médias, le cinéma ou la littérature est ainsi souvent en décalage par rapport à la réalité de la ville « habitée ».

3L’ouvrage est organisé en huit chapitres regroupés en trois parties. La première partie présente les cinquante dernières années de l’histoire de la ville et les transformations de sa structure socioéconomique. Puis la deuxième partie analyse la « gestion de la crise » et les rapports sociaux qui s’y organisent, notamment autour des notables. Et la dernière partie porte sur le renouveau économique.

4Le premier chapitre est consacré à « la possibilité d’une autre ville » en analysant le décalage entre le mythe et la réalité. Loin de l’image fantasmée d’une ville industrielle, de migration ou encore d’un grand port de commerce connecté au monde, la réalité de la ville « habitée » renvoie à une agglomération qui regarde plus vers Paris que vers la Méditerranée. Ainsi, l’État est le principal employeur et si la ville présente bien des fractures sociales importantes, celles-ci sont plus subtiles que la traditionnelle division entre le nord et le sud et doivent plutôt se lire à l’échelle d’une métropole étendue et polycentrique, structurée par de nombreux flux et organisée par une division fonctionnelle de l’espace.

5Le deuxième chapitre revient sur les effets de la crise économique en insistant sur la violence des mutations. Alors que le port fait système, la quasi totalité de l’industrie marseillaise (huileries, savonneries, réparation et construction navales…) s’inscrivant dans un district industrialo-portuaire, la décolonisation entraîne la disparition de ce système. La crise est marquée pendant quelques années par l’arrivée des rapatriés d’Afrique du Nord, qui alimente la construction, et surtout par l’action de l’État. Celui-ci aménage un complexe industrialo-portuaire à Fos autour de la sidérurgie qui est déplacée de Lorraine. Même si le port reste le 1er port français et de justesse le 1er port de Méditerranée, il est largement dépassé par les ports de la mer du Nord et ne réussit pas à développer le trafic containers ; seul le trafic des croisiéristes se développe rapidement et soutient la gentrification des espaces urbains portuaires, notamment grâce au chantier d’Euroméditerranée lancé par l’État et la ville.

6Le troisième chapitre présente le système politique local en insistant sur son inertie, avec seulement trois maires depuis les cinquante dernières années, tous formés dans l’orbite de Gaston Deferre. Avec la présence de nombreux « héritiers », les pratiques clientélistes sont prégnantes et s’appuient sur la distribution de ressources publiques (emplois, logements, allocations…) au travers de relations personnalisées. Toutefois, alors que les médias insistent beaucoup sur la situation clientéliste marseillaise, celle-ci ne diffère par réellement des autres villes françaises.

7La deuxième partie débute avec le quatrième chapitre qui revient sur les relations entre pauvreté, migration et responsables politiques. Il est question de la diversité des quartiers nord où quelques « grands ensembles » côtoient de nombreux « noyaux villageois » et lotissements pavillonnaires. La situation de ces quartiers se fragilise lorsque les élus manquent de ressources à distribuer à leurs « clients ».

8Le cinquième chapitre s’intéresse à la fin d’un système migratoire en insistant ici aussi sur le décalage entre le mythe du cosmopolitisme, qui s’appuie sur les représentations de l’exil et du transit, et la réalité de la diversité dans la sédentarité et les clivages sociaux. Il est aussi question des traditions de mode de représentation politique de l’ethnicité et des communautés avec le basculement dans le champ des communautés religieuses au début des années 1990.

9La troisième partie se concentre sur le renouveau actuel. Le sixième chapitre revient sur l’importance de l’économie informelle, notamment avec l’Algérie, jusqu’au début des années 1990. Son étiolement a entraîné une précarisation de la rive nord des quartiers centraux. Ensuite, une tentative de reconquête des espaces publics et commerciaux par la mairie pose les bases d’un autre cycle, celui de la gentrification.

10Le septième chapitre présente la dimension paradoxale de la gentrification marseillaise. En effet, avec beaucoup de constance, les pouvoirs publics cherchent à éradiquer la pauvreté du centre mais celle-ci résiste, les classes moyennes qui ont quitté le centre dans les années 1970 n’y revenant pas, contrairement à ce qui se passe dans d’autres grandes métropoles. Finalement la rénovation du centre s’appuie largement sur des organismes HLM ; ainsi, les pauvres que l’on sort du parc privé vétuste reviennent en locataires du parc social sans modifier la sociodémographie des quartiers, avec toutefois un effet de filtrage qui repousse les plus fragiles un peu plus loin du centre. La gentrification se manifeste donc surtout par l’expulsion des commerces, de l’artisanat et autres occupations informelles en privilégiant l’implantation, souvent monumentale, d’institutions publiques.

11Le huitième chapitre se concentre sur le cas des espaces portuaires. Sur 500 hectares, le projet Euroméditerranée développe des bureaux, des logements, des commerces et des équipements culturels avec le MuCEM ou la Ville Méditerranée conçus par des starchitectes et relevant du geste architectural. Le redémarrage économique de Marseille est ainsi mis en scène, on reproduit le modèle de Fos avec toujours un rôle déterminant pour l’État mais la base du développement n’est plus industrielle mais culturelle et touristique. Le titre de capitale européenne de la culture en 2013 symbolise le choix de la culture comme levier de développement. Finalement, à défaut d’attirer de nouveaux habitants, le renouveau de Marseille s’appuie sur l’arrivée des touristes et des visiteurs.

12En conclusion, les auteurs reviennent sur le destin de cette ville internationale tournée vers la Méditerranée et le monde avant même que l’on parle de mondialisation. Cependant, Marseille a changé d’échelle, est devenue provinciale et regarde maintenant bien plus vers Paris que vers la Méditerranée dont on s’obstine à faire un mythe. La spécialisation économique évolue et la parenthèse industrielle se referme au profit du tourisme. La ville est aujourd’hui entrée dans une phase marquée par le rêve tertiaire de la high tech et la frénésie spéculative. Toutefois, beaucoup restent en dehors de ce nouveau développement.

13Alors qu’au 1er janvier 2016 la métropole Aix-Marseille-Provence entrera en vigueur (Douay, 2013), cet ouvrage intéressera les chercheurs ou étudiants en sciences sociales mais aussi l’ensemble des acteurs impliqués dans la vie marseillaise qui s’interrogent quant à l’avenir de la cité phocéenne.

Haut de page

Bibliographie

Bertoncello B., Dubois J., 2010, Marseille, Euroméditerranée, accélérateur de métropole, Marseille, Parenthèses.

Comolli J.-L., Samson M., 2006, Marseille contre Marseille, ensemble de 7 films documentaires, Paris, Doriane Films.

Donzel A., 1998, Marseille, l’expérience de la cité, Paris, Économica.

Donzel A., 2014, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L’Harmattan.

Douay N., 2013, « Aix–Marseille–Provence : accouchement d’une métropole dans la douleur », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Aix-Marseille-Provence.html

Grésillon B., 2011, Un enjeu « capitale » : Marseille-Provence 2013, Paris, Éditions de l'Aube.

Morel B., 1999, Marseille naissance d'une métropole, Paris, L’Harmattan.

Peraldi M., Samson M., 2005, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais,Paris, La Découverte.

Roncayolo M., 1996, Les grammaires d’une ville : essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, Éditions de L’EHESS.

Roncayolo M., 2014 (nouvelle édition), L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle, Lyon, ENS Éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Douay, « Peraldi M., Duport C., Samson M., 2015, Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 124 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 19 juin 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27087

Haut de page

Auteur

Nicolas Douay

Université Paris Diderot – Paris 7
nicolas.douay@gmail.com
Maitre de conférences

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page