Navigation – Plan du site
2015

Imbert C., Dubucs H., Dureau F., Giroud M., 2014, D'une métropole à l'autre. Pratiques urbaines et circulations dans l'espace européen, A. Colin, coll. « Recherches », 485 p.

Jean-Baptiste Frétigny

Texte intégral

  • 1 Projet ANR co-porté par les UMR Migrinter et Géographie-cités en relation avec d’autres unités de r (...)

1Cet ouvrage nous plonge dans la construction, la réalisation et l’exploitation d’une vaste enquête sur les circulations des individus mobiles auxquelles participe la métropole lisboète. L’enquête a mobilisé une trentaine de chercheur.e.s, d’ingénieur.e.s et d’étudiant.e.s et porte plus précisément sur l’investigation des mobilités circulaires entre les métropoles et les reconfigurations des espaces de vie qu’elles engendrent (Merev), pour reprendre l’intitulé du projet ANR qui l’a vue naître1. Se plaçant d’emblée à large échelle, le projet tranche sur l’immense majorité des travaux existants sur les mobilités urbaines, qui privilégient plus classiquement les échelles infra-urbaines et régionales des mobilités dites quotidiennes. Il vise aussi à s’affranchir d’une inscription franche dans les autres sous-champs classiques d’appréhension des mobilités, tels que celui des mobilités résidentielles ou celui des migrations internationales.

2C’est dans le cadre de cette lecture non compartimentée par sous-champs de mobilités que les auteurs investissent la notion de circulation, entendue dans un sens très englobant de mouvement répétitif entre deux lieux distants. D’un point de vue pratique, ils considèrent comme circulant tout individu ayant séjourné au moins deux fois dans l’année dans un lieu hors de son agglomération de résidence de référence. Une telle notion marque une certaine filiation avec la notion de circulation migratoire développée dans l’étude des migrations internationales, notamment au sein de l’UMR Migrinter, qui a par ailleurs porté l’enquête. Elle se place aussi dans le sillage des travaux plus anciens de Wilbur Zelinsky (1971) sur la diversification croissante des espaces et des temps des mobilités.

3La réflexion est également de nature interdisciplinaire, à la croisée tout spécialement de la géographie et de la démographie. Pour dépasser l’examen d’une forme de mobilité pour elle-même (quotidienne, migrante, résidentielle, etc.), le pari des auteurs est d’élargir l’investigation à partir de l’une d’entre elles, la mobilité résidentielle, dont les quatre principaux auteurs sont spécialistes, par une investigation biographique des mobilités. Celle-ci est centrée sur la notion de situation de mobilité, envisagée comme une configuration individuelle de lieux fréquentés et de pratiques résidentielles prenant tout son sens par rapport à un contexte social, professionnel et familial donné. Une attention toute particulière est portée aux enjeux méthodologiques qu’une telle démarche soulève, comme le montre la progression de l’ouvrage.

4Trois grandes parties structurent l’analyse. La première propose un état des lieux des recherches en se penchant sur le tournant biographique des enquêtes et sur l’observation des mobilités quotidiennes à micro-échelle. Une vaste étude de bilans de travaux français, africains et latino-américains rarement accessibles souligne d’abord la contribution des recherches sur les mobilités résidentielles au développement des approches biographiques (chapitre 1). L’investigation des enquêtes biographiques et de leurs modes de collecte met en évidence l’intérêt de la matrice biographique, outil de recueil permettant un suivi année après année des trajectoires de chaque individu, voire de son entourage, qu’elles soient migratoire, résidentielle, éducative ou professionnelle, voire sanitaire. Elle interroge les méthodes d’analyse des trajectoires ainsi recueillies à travers l’exemple des trajectoires résidentielles. Celles-ci soulèvent la question du codage des états résidentiels qui les composent, de plus en plus complexes avec le développement des formes de multirésidence, mais aussi celle des méthodes statistiques mobilisées pour les classer en tant que successions d’états. Aux yeux des auteurs, cette montée en puissance des analyses des parcours individuels dans la littérature ne s’accompagne pas d’une prise en compte suffisante du contexte dans lesquels ils prennent sens, que la notion de situation de mobilité vise précisément à mieux intégrer. L’analyse de la littérature sur l’observation de la mobilité quotidienne à l’échelle intra-urbaine est plus succincte, sans doute en raison de l’absence de réalisation de la partie du projet d’enquête prévue à ce sujet (chapitre 2). L’étude des micro-mobilités à l’œuvre dans les espaces publics y est plus spécifiquement abordée, en portant une attention fine aux conditions et aux modalités concrètes d’enquête sur place.

5La deuxième partie expose les modalités de la recherche mise en œuvre sur le terrain lisboète. Elle en montre tout d’abord l’intérêt au regard du positionnement original de Lisbonne dans le système de villes européen et mondial, qui l’inscrit dans des faisceaux variés de mobilités migratoires, touristiques ou de travail (chapitre 3). Les auteurs présentent ensuite le dispositif complexe d’enquête par questionnaire ou par entretien mis en place, précisant les modalités successives de sélection de la population enquêtée, composée de 609 personnes, dont 312 circulants, pour l’essentiel résidant au moins une partie de l’année à Lisbonne (chapitre 4).

6Forts du matériau constitué, les chercheurs se livrent dans une troisième partie à la présentation des résultats. Ils opèrent une classification des pratiques de circulation des enquêtés ou situations de circulation, qui dépend notamment de l’intensité de déplacement des individus (chapitre 5). Contrairement à de nombreux travaux portant sur des périmètres limités de populations mobiles, la fraction particulièrement large de la population étudiée leur permet de souligner le caractère fortement diffusé dans la population des pratiques de circulation. Les auteurs soulignent en effet que parmi les non-circulants, nombre d’entre eux ont été engagés dans des pratiques de circulation à un moment ou un autre de leur parcours biographique. Cette banalisation des expériences de circulation n’empêche pas les auteurs d’identifier la marque des inégalités sociales à l’œuvre dans la circulation, à l’aide de tableaux de synthèse et d’analyses de parcours individuels, tout spécialement en matière de rapports sociaux de genre (chapitre 6). Ils soulignent cependant la complexité de la relation entre parcours socio-professionnels et évolution de la circulation, invoquant notamment l’importance des logiques familiales. C’est la prégnance de cette ultime clé de lecture que confirme l’étude suivante des types de systèmes de lieux fréquentés au cours du temps, des plus simples aux complexes, le rôle de la famille apparaissant majeur dans leur évolution (chapitre 7).

7C’est enfin une analyse à plus fine échelle des pratiques des circulants qu’abordent les deux derniers chapitres. Le premier se penche sur les activités déployées à Lisbonne et à Londres par ceux qui partagent leur temps entre les deux villes, pour comprendre comment elles font système, entre complémentarité et continuité ou plutôt, au regard des enquêté.e.s, entre similitudes et contrastes (chapitre 8). C’est surtout l’absence de relation mécanique entre systèmes d’activités d’un côté et degré de familiarité ou durée de séjour annuelle dans la métropole de l’autre qui est mise en avant. Les espaces touristiques par exemple apparaissent fortement investis par les circulants enquêtés, quel que soit leur degré de familiarité avec la ville. C’est ce même constat d’une relation non univoque que formulent les auteurs lorsqu’ils sondent le lien entre les expériences pénibles de la circulation et les formes de mobilité auxquelles elles sont associées (chapitre 9). Pour autant, la conjonction d’un recours aux modes de transport les moins chers, de séjours longs et de conditions de logement inconfortables est suffisamment fréquente pour que la pénibilité liée à la circulation apparaisse bien partie prenante de l’expérience des inégalités sociales.

8Les apports de cet ouvrage sont ainsi considérables à bien des titres. La qualité et le brio des synthèses proposées sur les travaux existants, en première partie mais aussi au début des chapitres suivants, le rendent à eux seuls des plus intéressants pour qui s’intéresse aux mobilités, voire aux espaces publics où elles sont mises en pratique. L’originalité en outre de l’enquête déployée, par sa focalisation sur les mobilités à large échelle d’un large spectre de populations et par son constat majeur de formes de circulation très répandues, retient aussi grandement l’intérêt, comme l’analyse proposée des parcours biographiques. La notion proposée de situation de mobilité se révèle aussi particulièrement convaincante pour penser ensemble l’expérience de la mobilité et le contexte dans lequel elle acquiert sa signification.

9De plus, la réflexion méthodologique constitue une contribution majeure de l’ouvrage et en fait un modèle du genre en matière d’enquête sous un angle quantitatif. L’attention fine portée aux modes de construction de la mesure, à l’analyse de la complexité des dispositifs qu’elle implique comme aux procédures de vérification des informations produites s’accompagne de propositions d’analyses variées et stimulantes. Plus que dans la mobilisation de méthodes mobiles promues ailleurs dans le champ des mobilités, l’innovation méthodologique proposée réside résolument ici dans le changement, l’approfondissement et le croisement des usages des techniques d’enquête. La production graphique accompagnant l’ouvrage illustre aussi cet apport méthodologique à travers la variété et l’originalité des représentations proposées. La visualisation multiscalaire de la trajectoire résidentielle de l’enquêté.e et de son entourage familial en est exemplaire, forme de traduction graphique longitudinale de sa matrice biographique inspirée des travaux doctoraux de Matthieu Giroud (p. III et IV). Les grilles proposées synthétisant l’intensité de fréquentation de chacun des quartiers de la métropole par chacun.e des enquêté.e.s résidant à Lisbonne et à Londres en sont aussi emblématiques (p. V et VI). Cartes, diagrammes en tous genres, tableaux synthétiques particulièrement travaillés et encarts méthodologiques attestent aussi de la richesse des documents accompagnant la lecture.

10Deux principaux éléments appellent davantage à discussion. Le premier tient à la démarche englobante des mobilités proposée, qui comme bien souvent en pareil cas, est elle-même située en s’opérant à partir d’une forme de mobilité, ici celle des mobilités résidentielles. L’imprégnation résidentielle de l’univers des auteurs s’avère très fructueuse. Mais elle contribue aussi à privilégier une appréhension spécifique des mobilités, qui prête davantage attention aux lieux associés aux déplacements, notamment aux lieux de résidence, qu’au mouvement. C’est ce qui explique que le titre, D’une métropole à l’autre, et la photographie de couverture, marquant la contemplation d’un tableau de départs des vols à l’aéroport, soient en relatif décalage avec l’étude. L’ouvrage aurait pu gagner par exemple à envisager au-delà d’une juxtaposition de métropoles, dans une approche inter-urbaine, un espace urbain déployé à vaste échelle, dans une approche relationnelle.

11Par contraste avec les mobilités résidentielles, l’évocation de la littérature liée aux mobilités quotidiennes, malgré sa densité et son intérêt, aurait pu être moins succincte. Écarter de vastes pans des études de mobilités parce qu’ils n’aborderaient que la mobilité pour elle-même ne semble pas pleinement satisfaisant. S’il existe des travaux qui étudient les déplacements pour eux-mêmes (et non les mobilités), bien des études auraient pu être invoquées qui montrent combien l’étude des mobilités oblige nécessairement à interroger nos sociétés dans leur ensemble, notamment sous un angle social et politique, donc à toujours penser le déplacement et l’immobilité de manière englobante. De plus, l’attention portée plus spécialement aux lieux de résidence dans l’enquête tend en partie à réduire l’analyse aux logiques familiales de mobilités, comme le reconnaissent les auteurs en conclusion, quand le rôle des activités touristiques, de travail ou autres dans la circulation pourrait aussi retenir fortement l’attention.

  • 2 Les lifestyle mobilities désignent, pour ceux qui les étudient, un vaste ensemble de mobilités élec (...)
  • 3 La notion de régime de mobilité renvoie à l’ensemble des politiques publiques, des normes et des di (...)

12La mobilisation des acquis des travaux existants sur les mobilités à large échelle aurait permis de plus de préciser et d’asseoir l’originalité de l’enquête et des résultats dégagés, notamment au regard de la littérature anglophone, qu’on pense aux travaux d’Axhausen et al. (2003), de Favell (2008) comme de Larsen et al. (2006). On peut aussi regretter plus largement l’absence de positionnement par rapport au vaste champ anglophone des mobilities studies, comme aux études variées des mobilités liées au travail, au tourisme, aux lifestyle mobilities2 ou aux régimes de mobilité3, dont la contribution à une réflexion sur la circulation paraît aujourd’hui majeure.

13L’autre point de discussion réside, au-delà des analyses objectivantes proposées, dans la prise en compte du point de vue de l’acteur mobile. L’attention à cette saisie de l’intérieur est appelée et manifestée par la mobilisation des notions de pratique et de situation de mobilité, de pénibilité comme par le recours aux entretiens. Cette approche compréhensive gagnerait cependant à être précisée, notamment par une attention accrue aux méthodes qualitatives utilisées. Ainsi, dans un ouvrage qui accorde une très large place à la méthodologie et mobilise très fortement comme matériau le verbatim des enquêté.e.s, il est dommage que les méthodes liées à la constitution et à l’exploitation des entretiens, ou à l’analyse des représentations qu’ils véhiculent, ne soient pas explicitées. Cette question du point de vue concerne également la recherche et ses acteurs eux-mêmes. Une approche réflexive fort appréciable est proposée mais aurait pu être approfondie. Si le caractère non linéaire de leur recherche est affirmé et précisé, on peut se demander si l’attention remarquable aux risques de biais méthodologiques ne s’accompagne pas aussi parfois d’un espoir de pouvoir s’extraire d’un point de vue situé et de produire des informations neutres, d’atteindre en quelque sorte cet horizon régulateur. D’un côté, la recherche de précision méthodologique rend parfois la hiérarchisation des informations et l’objectif de la démonstration moins lisibles. De l’autre, accorder une attention accrue au caractère nécessairement relationnel de toute recherche aurait permis d’affronter plus explicitement par exemple les enjeux éthiques soulevés par les enquêtes de mobilités ou d’implication des enquêté.e.s dans le dispositif mobilisé. Une discussion sur les limites des enquêtes par questionnaire aurait été également intéressante, dans la mesure où elles peuvent contribuer à invisibiliser par exemple la variété des relations à l’entourage, au-delà de la sphère familiale comme de ses modèles dominants et hétéronormés, et plus largement les logiques sociales, culturelles et identitaires des minorités.

14Ce n’est pas le moindre des apports de cet ouvrage très riche, dense et stimulant que de précisément contribuer à soulever des questionnements et de nouvelles réflexions en apportant un éclairage transversal et méthodologique particulièrement bienvenu sous l’angle de la circulation. Il livre non seulement un travail d’enquête colossal et original, mais contribue aussi pleinement à défricher et à faire émerger de nouveaux chantiers de recherche pour l’investigation des mobilités.

Haut de page

Bibliographie

Axhausen K. W., Madre J.-L., Polak J., Toint Ph. (dir.), 2003, Capturing Long Distance Travel, Baldock (Royaume-Uni), Research Studies Press.

Berroir S., Cattan N., Commenges H., Decroly J.-M., Fleury A., Guérois M., 2011, "Entre banalité et exotisme, le panel individuel des destinations touristiques", Mondes du Tourisme, septembre, 50-62.

Berroir S., Cattan N., Decroly J.-M., Fleury A., Guérois M., 2009, "Les mobilités internationales en Europe", Géocarrefour, vol. 84, No.3, 151-161.

Duncan T., Cohen Scott A., Thulemark M. (dir.), 2013, Lifestyle mobilities: intersections of travel, leisure and migration, Farnham (Royaume-Uni), Ashgate.

Favell A., 2008, Eurostars and Eurocities: free movement and mobility in an integrating Europe, Oxford, Blackwell, coll. Studies in urban and social change.

Glick Schiller N., Salazar N. B., 2013, "Regimes of Mobility Across the Globe", Journal of Ethnic and Migration Studies, février 2013, vol. 39, No.2, 183-200.

Koslowski R. (dir.), 2011, Global Mobility Regimes, Basingstoke (Royaume-Uni), Palgrave Macmillan.

Larsen J., Urry J., Axhausen K. W., 2006, Mobilities, networks, geographies, Aldershot (Royaume-Uni), Ashgate, coll. Transport and society.

Zelinsky W., 1971, "The hypothesis of the mobility transition", Geographical review, vol. 61, No.2, 219-249.

Haut de page

Notes

1 Projet ANR co-porté par les UMR Migrinter et Géographie-cités en relation avec d’autres unités de recherche. Pour d’autres résultats du projet, voir notamment Berroir et al., 2009 et 2011.

2 Les lifestyle mobilities désignent, pour ceux qui les étudient, un vaste ensemble de mobilités électives, modelant le mode de vie de ceux qui les engagent, allant des mobilités itinérantes des backpackers aux déplacements d’agrément de certains retraités en passant par les formes de circulations du monde artistique. Elles tendent à brouiller les oppositions classiques entre mobilités temporaires et définitives mais aussi entre tourisme, loisirs et migrations (voir notamment Duncan et al., 2013).

3 La notion de régime de mobilité renvoie à l’ensemble des politiques publiques, des normes et des dispositifs qui encadrent de manière très inégale les mobilités des individus, notamment à l’échelle internationale (voir notamment Koslowski, 2011 ainsi que Glick, Schiller, 2013 et le numéro thématique associé).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Frétigny, « Imbert C., Dubucs H., Dureau F., Giroud M., 2014, D'une métropole à l'autre. Pratiques urbaines et circulations dans l'espace européen, A. Colin, coll. « Recherches », 485 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 12 août 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27134

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Frétigny

Maître de conférences, Université de Cergy-Pontoise
Membre du laboratoire M.R.T.E. et chercheur associé à l’UMR Géographie-cités
jean-baptiste.fretigny@u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page