Navigation – Plan du site
2015

Garcia Ramon M. D., Ortiz Guitart A., Prats Ferret M. (ed.), 2014, Espacios públicos, género y diversidad. Geografías para unas ciudades inclusivas, Edition Icaria, collection Ακαδημεια, Género y sociedad, No.151, 280 p.

Lucile Biarrotte

Texte intégral

  • 1 Leurs noms sont les suivants : Abel Albet i Mas (chap. I), Alejandro Armas Díaz (chap. IX), Mireia (...)
  • 2 La recherche espagnole est en effet en pointe sur le sujet, avec l’existence notable d’un autre col (...)

1Cet ouvrage, dont on pourrait traduire le titre par Espaces publics, genre et diversité. Géographies pour des villes inclusives, réunit dix-neuf membres1 du Groupe de Recherche en Géographie et Genre de l’Université Autonome de Barcelone. Il synthétise en espagnol castillan leurs travaux sur l’aire urbaine barcelonaise, réalisés des années 1990 à aujourd’hui, dont les résultats avaient jusqu’ici fait l’objet de publications éparses en anglais ou catalan. Les professeures M. D. Garcia Ramon, A. Ortiz Guitart et M. Prats Ferret y ont ainsi rassemblé douze études, fruit de thèses de doctorat et d’enquêtes collectives financées par des projets nationaux ou régionaux. Elles offrent une rétrospective de l’évolution thématique et méthodologique d’un groupe de recherche sur les vingt dernières années, constituant un pan entier de ce que l’on pourrait aller jusqu’à définir comme une École ibérique de géographie du genre2.

2Dans le prologue, considérant qu’inégalités, dynamiques d’exclusion et rapports de force capitalistes s’y projettent, Jordi Borja définit les espaces publics comme des espaces de pouvoir et des espaces de citadinité, en distinguant les deux notions. À la seconde il rattache l’exercice de la démocratie et la vie sociale quotidienne, qui sont, dans notre imaginaire tout du moins, souvent considérées comme des caractéristiques des villes méditerranéennes. Ce cadrage conceptuel englobe un second niveau de contextualisation : celui de la métropole barcelonaise, elle-même particulière au sein du territoire espagnol. Sans remonter jusqu’au développement urbain d’Idelfons Cerdà, les informations historiques sont distillées selon les besoins au fil des chapitres afin d’explorer les résultats d’expérimentations urbaines variées, dans leurs soubresauts, leurs échecs et leurs réussites. Partant des années 1960 sous la dictature de Franco, lors des grands mouvements de migration vers la Catalogne depuis le reste du pays (chapitre VII), on passe par la période de transition démocratique des années 1980, la désindustrialisation puis la rénovation de Barcelone, sa montée comme métropole d’envergure internationale grâce au marketing territorial et à l’organisation de grands événements (JO de 1992, Forum Universel des Cultures de 2004). L’idée de « modèle barcelonais » comme stratégie consciente d’amélioration des espaces publics pour transformer la ville est d’ailleurs critiquée d’emblée (chap. I). Nombre de chapitres se focalisent sur la période contemporaine, avec l’essor des intérêts privés capitalistes (chap. IX), la gentrification (chap. VIII), le développement durable ou les effets de la dernière crise économique.

  • 3 Pour rappel, le genre est la répartition de rôles sociaux (féminin ou masculin) attribués selon des (...)

3Abordant le concept de genre, J. Borja affirme que la prise en compte des différences et inégalités de genre dans l’étude de ces évolutions urbaines permet d’atteindre une compréhension plus complète et donc universelle des espaces publics. Cette perspective genrée reste cependant trop souvent réduite à une vision « spécifique » des femmes, face à une vision masculine restant la norme et le général, en particulier dans les domaines techniques de l’architecture et de l’urbanisme. L’ouvrage cherche donc à rééquilibrer la balance en montrant pourquoi et comment la perspective de genre permet de faire de la géographie et de l’urbanisme de manière plus inclusive, en représentant « le plus grand public possible, et ainsi, rendre service au plus grand nombre de personnes possible » (p. 24). Mais de façon surprenante, la notion de genre n’est par la suite pas discutée plus avant : la plupart des études de cas l’abordent selon une approche se résumant à la prise en compte des inégalités homme/femme, comme une variable de plus à généraliser et intégrer3. Cela permet certes d’affiner la connaissance des usages, temporalités et normes selon une division sexuée, qui plus est de manière intersectionnelle lorsque la « variable » genre est recoupée avec d’autres facteurs comme l’âge (personnes âgées, enfants et adolescents), la classe sociale, la sexualité (pratiques et perceptions lesbiennes), ou l’origine ethnique minoritaire. Mais un grand pan de l’aspect critique de la notion est laissé de côté, notamment dans les acceptions que lui donnent aujourd’hui la géographie des sexualités et la théorie queer. Seuls deux chapitres discutent des liens et tensions entre le concept de genre et celui d’espace public (chap. IV). Ainsi, aucune définition du genre n’est donnée et peu de références théoriques générales féministes sont citées. À noter également l’absence d’études incluant l’expérience de personnes handicapées, ce qui est un biais validiste de la géographie (Chouinard, Grant, 1995).

4La métropole barcelonaise se révèle être cependant un terrain foisonnant pour l’exploration d’hypothèses de la gender geography, qui furent développées par des chercheuses anglophones dès les années 1980, comme Gill Valentine (1993, 2007). Cette littérature nourrit et accompagne le travail de ces géographes catalans jusqu’à aujourd’hui, et les transpositions de concepts et méthodologies mettent en lumière la complexité des espaces publics : les conclusions ne sont pas toujours similaires selon les contextes, et les positionnements des chercheurs, allant des relations entre usagers à celles des habitants avec l’espace, permettent de comprendre l’espace public comme un ensemble de relations en évolution constante, et non un donné préexistant à toute interaction sociale.

5L’introduction retrace l’historique du groupe de recherche et souligne le processus de réflexion commune et l’importance de la cohérence méthodologique. La méthodologie qualitative se révèle en effet être le fil d’Ariane de ces douze études, qui les rattache à une tradition de recherche féministe : les techniques d’entretien, d’observation participante, de co-construction et le positionnement réflexif y ont une importance primordiale. Cette explication laisse ensuite place au foisonnement des études de cas dont les limites spatiales, chronologiques, thématiques et les échelles (de la plus locale à la métropolitaine) expliquent le choix du pluriel Géographies pour le titre de l’ouvrage. Dépassant le biais métropolitain de nombreux géographes et urbanistes, plusieurs chapitres se penchent de manière critique sur l’inadéquation des réaménagements urbains avec les besoins et usages des habitants locaux, au profit d’une mise en scène métropolitaine faite pour attirer les étudiants en architecture et les touristes. Une grande attention est apportée à des quartiers défavorisés, périphériques ou en cours de réhabilitation, plutôt qu’aux quartiers centraux et mieux connus des urbanistes. Ils se penchent alors sur les ressentis, usages et détournements des habitants du quotidien.

6Les chapitres se répartissent ainsi en trois parties, suivant une construction qui se veut moins chronologique (quant au déroulement des enquêtes), que méthodologique et thématique. La première rassemble les travaux plutôt traditionnels de géographie urbaine, réalisés au prisme du genre, ce qui donne une facture classique à l’ensemble des informations qui y sont développées. On y traite du cadre général depuis les années 1980, puis on s’intéresse aux usages différenciés d’espaces publics (place du Nou Barris, parc des Couleurs de Mollet del Vallès) en fonction du genre et de l’âge, ainsi que de l’origine ethnique, selon les moments de la journée, soulignant les tensions entre les intérêts des usagers à l’échelle locale et ceux des concepteurs, qui aspirent à créer davantage d’espaces d’envergure métropolitaine. Une place est faite aux significations symboliques des réaménagements et des pratiques.

7La seconde partie porte sur des travaux qui se revendiquent davantage de l’approche intersectionnelle et développent des méthodologies plus originales. Prenant en compte des publics longtemps oubliés par la géographie, les auteurs se penchent sur l’expérience des enfants et des adolescents dans l’espace public, en expliquant l’utilisation du dessin dans les entretiens. Le chapitre VII s’intéresse dans le temps long aux stratégies de coopération et de survie en temps de crise dans un quartier populaire, recoupant l’histoire des vagues d’immigrations avec l’étude intergénérationnelle, démontrant l’impact des infrastructures sur la vie quotidienne et la répartition des activités entre le public et le privé, dont les limites floues évoluent selon les générations, ce qui mène à des sentiments d’appartenance plus ou moins forts et à des incompréhensions. Les chapitres VIII et IX discutent l’aspect plus ou moins volontaire du processus de gentrification enclenché par de grands projets d’aménagement, dans le but de se débarrasser de certaines populations marginales (personnes immigrées ou travailleuses du sexe), et montrent comment de tels objectifs sont parfois détournés par les usagers locaux.

8La dernière partie, la plus brève, mais sans doute la plus stimulante, rassemble des travaux innovants, tant d’un point de vue théorique que méthodologique. Elle intègre en effet des paradigmes originaux et méthodologies exploratoires, tels que la géographie des sexualités, la théorie queer ou le non-humain. Croisant les questionnements sur la jeunesse et l’hétéronormativité en se focalisant sur les stratégies d’invisibilité et de subversion d’adolescentes lesbiennes (d’origines ethniques variées), le chapitre X apporte une vision qu’on aurait espéré voir ailleurs, en réalisant un état de l’art des géographies contemporaines de la jeunesse et de la sexualité. Il discute en profondeur les notions de public et de privé, en montrant les relations de pouvoir et discriminations qui peuvent aussi se jouer à l’intérieur des foyers. Le chapitre XI se penche sur le concept de third space et l’applique à l’étude de femmes arabes vivant à Barcelone. Hanaa Hamdan-Saliba s’appuie sur une réflexion philosophique très poussée, se rattachant aux cultural studies et à la géographie post-moderne, intégrant à la fois les pratiques, les sentiments et les représentations dans une étude transnationale qui s’attache au sujet polémique en Europe et dans les milieux féministes qu’est le port du voile islamique. Le dernier chapitre du livre introduit pour sa part les théories de l’acteur-réseau et de la non-représentation, qui s’intéressent à l’agentivité du non-humain, c’est-à-dire à l’influence des constructions architecturales sur le vécu qualitatif des usagers. Cela passe par l’usage de méthodologies sensibles laissant place aux affects et au corps.

9En conclusion, cet ouvrage offre un beau panorama du chemin parcouru par les géographes catalans sur les questions de genre, avec une application de ses méthodologies et problématiques à un cas européen, dont les particularités sont contextualisées pour mieux dialoguer avec des interrogations plus générales. L’intégration des questions de genre et leur évolution vers des études intersectionnelles montrent la logique d’affinement des interrogations et le temps long sur lequel cette expérimentation et ces dialogues prennent place. On ne peut que saluer ce travail de longue haleine réalisé par tout un département de géographie, soutenu par des financements successifs, qui démontre la volonté de prendre en compte ces questions sur le long terme, et non comme un stratagème marketing. Il est dommage que les avancées les plus récentes esquissées par les derniers chapitres ne soient pas remises en perspective avec les travaux précédents. Peut-être ce manque de discussion est-il dû à des chapitres courts, qui se lisent facilement, mais laissent parfois un certain sentiment de frustration et de rapidité des démonstrations, ce qui pousse à aller consulter les autres publications des auteurs. On regrettera enfin l’absence de conclusion générale, qui ne permet pas de savoir dans quelles directions ces chercheuses et chercheurs comptent désormais s’orienter, et si cet ouvrage signale une étape ou le point final de ce travail collectif.

Haut de page

Bibliographie

Bofill A., Dumenjó Martí R. M., Segura Soriano I., 1998, Las Mujeres y la ciudad: manual de recomendaciones para una concepción del entorno habitado desde el punto de vista del género, Barcelona, Fundació Maria Aurèlia Capmany.

Chouinard V., Grant A., 1995, "On being not even anywhere near 'the project': revolutionary ways of putting ourselves in the picture", Antipode, vol.27, n°2, 137-166.

Col·lectiu Punt 6, 2012, Dones treballant. Guia de reconeixement urbà amb perspectiva de gènere, Collectiu Punt 6.

Dorlin E., 2008, Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe, Paris, Presses Universitaires de France.

Muxí Martinez, Z., 2011. “Reflexions entorn de les dones i el dret a la ciutat des d’una realitat amb miratges”. El Dret a la ciutat, Sèrie Drets Humans Emergents, n°7, 103–115.

Valentine G., 1993, (Hetero)sexing space: lesbian perceptions and experiences of everyday spaces, London, Pion.

Valentine G., 2007, "Theorizing and Researching Intersectionality: A Challenge for Feminist Geography", The Professional Geographer, vol.59, n°1, 10-21.

Haut de page

Notes

1 Leurs noms sont les suivants : Abel Albet i Mas (chap. I), Alejandro Armas Díaz (chap. IX), Mireia Baylina Ferré (chap. VI, X), Carmen Gloria Calero Martín (chap. IX), Rosa Cerarols Ramírez (chap. VII), Ariadna Cucurella Grifé (chap. III), Carmen Rosa Delgado Acosta (chap. IX), Fabià Díaz-Cortés (chap. IV, VII), Ma del Carmen Díaz Rodríguez (chap. VIII), Brais Estévez Villarino (chap. XII), Luz Marina García Herrera (chap. VIII), Maria Dolors Garcia Ramon (chap. I, II, IV, VII), Hanaa Hamdan-Saliba (chap. XI), Antonio Luna García (chap. VII), Anna Ortiz Guitart (chap. II, VI, VIII, IX), Maria Prats Ferret (chap. II, VI), Maria Rodó-de-Zárate (chap. X), Isabel Salamaña Serra (chap. V) et Anna Serra Salvi (chap. V).

2 La recherche espagnole est en effet en pointe sur le sujet, avec l’existence notable d’un autre collectif de chercheuses en architecture et urbanisme rattachées à l’École Polytechnique de Barcelone autour de Muxí Martinez (2011 ; Col·lectiu Punt 6, 2012) et d’autres chercheuses comme Maria Sánchez de Madariaga ou Anna Bofill (1998).

3 Pour rappel, le genre est la répartition de rôles sociaux (féminin ou masculin) attribués selon des critères biologiques et sociaux qui définissent le sexe (femelle ou mâle) d’après une division binaire naturalisée. Construction culturelle et idéologique variable selon les sociétés et les époques, cette bicatégorisation est indissociable d’un système hiérarchisé de domination masculine fondé sur un ordre hétérosexuel (Dorlin, 2008). Elle influence les pratiques matérielles tout autant que symboliques (partage des ressources, du travail, du pouvoir politique, des droits), au même titre que d’autres formes de discriminations. Les études de genre ont pour but de mettre en lumière ces inégalités basées sur ce système binaire, tout en essayant de le déconstruire. Cela implique par exemple de prendre en compte l’existence d’un spectre des sexes biologiques et des identités de genre, en intégrant les personnes trans ou intersexes, ou encore de se pencher sur les sexualités, ici envisagées dans un seul chapitre seulement comme hétérosexuelles ou homosexuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Biarrotte, « Garcia Ramon M. D., Ortiz Guitart A., Prats Ferret M. (ed.), 2014, Espacios públicos, género y diversidad. Geografías para unas ciudades inclusivas, Edition Icaria, collection Ακαδημεια, Género y sociedad, No.151, 280 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 04 septembre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27136

Haut de page

Auteur

Lucile Biarrotte

Doctorante au Lab’Urba
Université Paris-Est
lucile.biarrotte@univ-paris-est.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page