Navigation – Plan du site
2015
734

Les premières géographes universitaires en France : enquête sur les débuts d’une féminisation disciplinaire (1913-1928)

The first female geographers in France : an Inquiry on the early feminisation of the French academic geography (1913-1928)
Nicolas Ginsburger

Résumés

Dans le premier quart du XXe siècle, la géographie universitaire française connaît une féminisation lente et difficile, mais réelle, accélérée par la Grande Guerre. C’est le temps des pionnières, autant dans les revues disciplinaires que dans l’institution académique. Cependant, si plusieurs noms sont déjà connus parmi ces premières géographes féminines, il s’agit ici de systématiser l’étude, de quantifier et d’expliquer le phénomène, et d’évaluer la réalité de cette présence dans un champ scientifique jeune mais considéré comme particulièrement rétif aux femmes, en particulier dans le travail de terrain. A ce titre, une large place est accordée aux marges de la discipline, aux outsiders masculins et féminins et à la comparaison internationale, pour donner une vision plus équilibrée d’une évolution jusqu’ici sous-estimée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au début de l’année 1924, le professeur de géographie à l’université de Grenoble Raoul Blanchard (1877-1965) fait, comme tous les semestres, la chronique de son Institut de géographie alpine. Il termine son récit par « une triste nouvelle » :

Nous avons perdu Mlle Marie Gadoud, fidèle collaboratrice, qui a donné à cette Revue d’excellents travaux (…) [Elle] a formellement demandé qu’il ne lui fût pas consacré de notice nécrologique. C’est en silence que nous honorerons sa mémoire (Blanchard, 1924).

  • 1 Selon des usages aujourd’hui très largement admis dans les études historiques, nous utiliserons ici (...)
  • 2 Par commodité, on appellera ici systématiquement la revue de l’Institut de géographie de Grenoble l (...)
  • 3 Un tableau récapitulatif des différentes géographes notables que nous rencontrerons est placé en an (...)
  • 4 Ainsi, concernant Gadoud, on ne connaît précisément ni son histoire personnelle, ni sa date de nais (...)
  • 5 On compte près de 9 % d’étudiantes dans les universités françaises en 1913, en 1936 plus de 25 % (C (...)

2La nouvelle du décès inattendu d’une des rares auteures1 régulières de la Revue de Géographie Alpine (RGA)2 est donc paradoxalement marquée par une absence cruelle d’hommage, organisée… par elle-même3 ! Mutisme disciplinaire sur cette figure placée, comme la plupart de ses paires du premier quart du XXe siècle, dans un angle mort de la science4, et désespoir du chercheur, confronté, ici comme ailleurs, aux « silences de l’histoire » quand il s’agit de celle des femmes (Perrot, 1998). Pourtant, on constate au milieu des années 1920 une présence féminine certaine dans l’enseignement supérieur5, notamment en géographie, phénomène qui a été jusqu’ici assez peu pris en compte et analysé en tant que tel dans l’historiographie de cette discipline. Une étude a certes insisté sur plusieurs figures féminines notables pendant l’entre-deux-guerres, mais uniquement à partir des Annales de géographie (AG), reflet du milieu parisien, pour conclure ainsi :

Les trente-quatre noms relevés (…) ne représentent que quelques gouttes d’eau dans un océan masculin. (…) La féminisation de la géographie est donc très relative. Importante dans l’enseignement secondaire, elle est faible dans la recherche et nulle au niveau universitaire. (…) On pourrait enfin se demander s’il existe une façon féminine de faire de la géographie. (…) On chercherait en vain chez elles une manière spécifique de choisir des sujets et de traiter les problèmes géographiques (Broc, 2001, p. 180).

  • 6 Ceci est vrai pour d’autres disciplines, par exemple les mathématiques (Hulin, 2002), ou l’histoire (...)
  • 7 On considèrera ici non seulement les personnes identifiées comme femmes ayant une activité savante (...)

3Ce constat sévère renvoie à l’idée incontestable de leur sous-représentation dans le champ disciplinaire de l’époque, malgré quelques exceptions, telle la Belge Marguerite-Alice Lefèvre (1894-1967), première femme à soutenir une thèse de géographie en France (Denis, 1986 ; Robic et alii, 2006) avant de faire carrière à l’université de Louvain (Robic, Rössler, 1996). Légitimement décrite comme une « créatrice » à « l’activité inlassable d’enseignante et de chercheuse […] de stature nationale et internationale durant les années 1930-1960 » (Robic, 2013), elle est une de ces « pionnières » vénérables dont l’histoire des femmes au XXe siècle est parsemée, dotée de qualités « du genre masculin », « énergique et célibataire », « une forte tête », bref une personnalité singulière, telle que la discipline a longtemps voulu imaginer et accepter les inévitables exceptions à la loi implicite d’une géographie réservée aux hommes (Pumain, Robic, Rössler, 2013, p. 1725)6. Entre cette vision un peu « héroïsante » de l’histoire des femmes dans la géographie universitaire, alors dans son époque « classique » (Claval, Sanguin, 1996), et un portrait très descriptif des auteures, petites et grandes, à travers le seul prisme d’une revue (Broc, 2001), nous estimons qu’il y a matière à mener une enquête renouvelée sur la situation française. Notre objectif est ici d’explorer à la fois la faible visibilité des femmes ainsi que l’évolution de leur présence dans le champ disciplinaire, et de comparer ce cas avec d’autres situations nationales, au moment où de nombreuses études réévaluent la place des femmes dans la géographie mondiale aux XIXe et XXe siècles, dans sa dimension exploratoire (Anderson, 2006 ; Boulain, 2012) ou académique, notamment aux Etats-Unis (Monk, 2003, 2004 et 2008) ou en Grande-Bretagne (Maddrell, 2009). Il ne s’agit pas de nier la marginalité de la présence des femmes dans un système universitaire alors fortement hiérarchisé et masculin, mais au contraire de la confirmer et de la documenter pour la nuancer et l’expliquer. On essaiera ainsi d’échapper au biais biographique et de saisir l’itinéraire d’un groupe, allant de l’étudiante à l’enseignante7, dans une perspective prosopographique déjà mise en œuvre pour les titulaires de chaires (Broc, 1993), de manière à « marier quantification et travail dit qualitatif (…), mélanger les résultats obtenus par les deux voies, les faire se répondre les uns aux autres, se confirmer ou dissoner de manière féconde » (Lemercier, Zalc, 2013, p. 142). Face à l’exclusion des femmes des postes majeurs de l’enseignement scolaire et universitaire, il s’agira également de s’intéresser

aux « épouses dévouées », aux « techniciennes habiles », aux « collectionneuses zélées » et autres « col≈laboratrices anonymes » dont les noms ont disparu de l’histoire officielle de la science, (…) collaboratrices invisibles (…) en marge de la science, (…) pour rendre justice à la contribution concrète des individus qui l’ont exécuté, mais aussi pour changer notre vision de la science (Löwy, 2004, p. 203-204).

4On essaiera donc d’approcher non pas seulement les « grandes femmes » de la géographie ou les auteures des revues consacrées, mais aussi les « petites mains », les « auxiliaires », moins visibles et valorisées, mais dont l’action d’intermédiation est fondamentale pour la circulation et la fluidité de la discipline, exerçant en la matière une fonction d’« accompagnatrice ou de médiatrice (…) sinon de techniciennes (…), prolongement de l’espace domestique » (Jégou, Chabrol, de Bélizal, 2012). Plus que de « la » féminisation de la géographie, on va donc étudier « les » féminisations, les formes diverses prises par les « incursions féminines dans une discipline masculiniste » (Hancock, 2004), à la fois au centre et dans les périphéries du champ disciplinaire.

  • 8 On n’a connaissance d’aucun fonds d’archives spécifique à une géographe féminine française.
    Si les (...)
  • 9 En la matière, on se gardera de leur faire des procès d’intention, et on ne jugera de leur éventuel (...)
  • 10 Je remercie les quatre lecteurs (-rices) anonymes qui ont évalué une première version de cet articl (...)

5On essaiera aussi de documenter et d’analyser la perception que les géographes ont eue de ces phénomènes de féminisation. Si l’opinion des géographes féminines sur les blocages et obstacles que la société de l’époque opposait à leur activité scientifique est très difficile à connaître8, on peut mieux accéder au regard des universitaires masculins de l’époque ; on les considérera moins comme savants que comme hommes, dans leurs rapports avec leurs élèves et collègues féminines, et dans la façon dont la féminisation, réelle ou ressentie, a été appréhendée, acceptée, encouragée ou rejetée, voire utilisée par les enseignants titulaires, les « mandarins » inscrits dans une relation hiérarchique très forte9. Si ces nouvelles « filles de Socrate » (ou mieux ici, de Strabon) se sont globalement inscrites dans la même « filiation intellectuelle » que leurs condisciples masculins (Waquet, 2008), il s’agit de considérer en quelque sorte les « relations de genre » qui se sont nouées dans la discipline avec sa féminisation. On souhaite ainsi répondre en partie à « la question des pesanteurs, des réticences qu’elles ont pu rencontrer » (Hancock, 2004), mais aussi des avantages que certains ont pu tirer de ce phénomène général, en nous concentrant particulièrement sur les cas de Blanchard, depuis 1906 en poste à Grenoble, mais aussi des Parisiens Marcel Dubois (1856-1916), Jean Brunhes (1869-1930), Emmanuel De Martonne (1873-1955) et Albert Demangeon (1872-1940), ces deux derniers nommés professeurs en Sorbonne respectivement en 1909 et 1911. Femmes d’abord, ou d’abord géographes, dans quelle mesure ont-elles été des « géographes féminines », voire « féminisées », c’est-à-dire peu ou prou assignées à leur genre par les vidaliens10 ? On verra que ce phénomène est plus complexe qu’une exclusion de principe à leur égard et qu’il correspond à des dynamiques à la fois internes et externes à la discipline, certaines conjoncturelles, d’autres structurelles.

  • 11 L’étude déjà très riche de Numa Broc sur les AG (Broc, 2001) sera étendue à la RGA à partir de 1913 (...)
  • 12 En plus de la liste des anciens élèves de l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres (AA (...)

6Tous ces thèmes ne sont pas aisés à appréhender de manière nuancée. Nous mènerons donc cette étude selon plusieurs approches : d’abord à travers le miroir, traditionnel mais biaisé, déformant et filtrant, des revues spécialisées de géographie11, permettant d’envisager de manière diachronique « les femmes de papier », jugées légitimes dans le champ disciplinaire ; ensuite à l’aide de certaines sources plus quantitatives, des listes produites par les institutions, permettant une étude plus synchronique en termes de cohortes12 ; enfin en puisant dans des archives complémentaires, pourvoyeuses de documents plus intimes et parfois plus significatifs, allant des lettres aux journaux intimes ou aux photographies d’excursion. Ce sont ces sources mêmes qui nous ont conduit à distinguer ici la période 1913-1928, qu’il s’agit de justifier.

  • 13 « Triomphe de la division sexuelle » après une parenthèse de liberté (Thébaud, 1992) ou redéfinitio (...)
  • 14 Ainsi, la question de la féminisation et de ses limites ne sera pas étudiée ici à travers les texte (...)
  • 15 Dès lors, si les femmes représentent 6 % des bacheliers en 1914, elles sont 12 % en 1920, 18 % en 1 (...)

7C’est en 1913 qu’on note la publication du premier article signé par une femme dans une revue universitaire française, au moment où plusieurs signes montrent l’émergence d’étudiantes géographes, jusque là très diffuse, désormais certaine. S’ouvre alors une période inattendue et singulière, celle de la Première Guerre mondiale et de ses lendemains immédiats (Ginsburger, 2010). Si sa signification par rapport à l’histoire des femmes fait aujourd’hui l’objet de débats13, elle aboutit à une redéfinition implicitement négociée de la place des femmes dans la communauté universitaire légitime, une sorte de « géographie d’hommes par les femmes », une géographie « au féminin » (Broc, 2001), un même discours d’une valeur comparable pour des praticiens différents mais égaux dans la production de la science, tout autant constitutifs de la discipline académique de l’époque14. Ce processus se poursuit pendant toutes les années 1920, qui doivent être étudiées en elles-mêmes, et aboutit en 1928 à la soutenance de la première thèse de géographie signée par une Française, tandis que le Bulletin de l’Association de Géographes Français (BAGF) voit paraître la même année ses deux premiers articles signés par des géographes féminines. Point d’orgue de la féminisation, cette année correspond cependant à une rupture paradoxale, jusqu’ici méconnue. S’il faut attendre en effet plus de vingt ans pour qu’un autre doctorat de géographe féminine soit soutenu en France, on constate également une évolution spectaculaire, conséquence directe du décret de Léon Bérard (Mayeur, 1977, p. 420-428) qui a modifié en 1924 le système éducatif français dans un sens plus égalitaire, bien qu’encore différencié15 : si seulement 4,5 % des diplômes d’études supérieures (DES) de géographie sont féminins en 1928, cette proportion atteint brusquement presque 16 % en 1929, plus de 25 % en 1930 (Tableau 1).

Tableau 1 : La féminisation des DES de géographie soutenus en France (1923-1931)

Lieu

1923-24-25

1928

1929

1930-1931

Aix

0 (0)

1 (0)

0 (0)

2 (0)

Alger

0 (0)

1 (0)

0 (0)

0 (0)

Besançon

0 (0)

0 (0)

0 (0)

5 (2)

Bordeaux

2 (0)

0 (0)

0 (0)

3 (0)

Caen

0 (0)

0 (0)

0 (0)

0 (0)

Clermont-Ferrand

0 (0)

1 (0)

2 (0)

0 (0)

Dijon

0 (0)

0 (0)

0 (0)

4 (2)

Grenoble

5 (1)

2 (0)

1 (1)

1 (0)

Lille

1 (0)

0 (0)

0 (0)

0 (0)

Lyon

2 (0)

1 (0)

0 (0)

10 (4)

Montpellier

6 (0)

0 (0)

1 (0)

1 (0)

Nancy

0 (0)

0 (0)

0 (0)

2 (1)

Paris

23 (3)

13 (1)

11 (2)

17 (3)

Poitiers

0 (0)

0 (0)

0 (0)

0 (0)

Rennes

2 (0)

1 (0)

1 (0)

2 (1)

Strasbourg

1 (0)

1 (0)

0 (0)

1 (0)

Toulouse

5 (0)

2 (0)

3 (0)

6 (1)

Total

47 (4)

23 (1)

19 (3)

54 (14)

Part de femmes

08,5 %

04,5 %

15,8 %

26 %

NB : pour chaque case : nombre de mémoires de DES déclarés (nombre de DES écrits par une femme)

Sources : AG, 1926, vol. 35, N° 194, 183-184 ; AG, 1929, t. 38, n° 213, 287 ; AG, 1930, vol. 39, N° 220, 430-431 ; AG, 1931, vol. 40, N° 228, 676-677.

8Ainsi, 1913 et 1928 sont deux jalons légitimes d’une « première vague » de féminisation dans la discipline, « moment » important pour les géographes féminines mais période complexe et contrastée. On y voit à la fois des figures de pionnières, majeures mais contrariées, déjà relativement bien connues mais qui méritent d’être mieux cernées, et des personnalités plus « ordinaires », plus nombreuses bien que mal renseignées, qui révèlent tout autant les mutations internes que les mécanismes sociaux et disciplinaires d’exclusion et d’inclusion à l’œuvre dans la géographie universitaire française de l’époque.

Avant 1915 : la géographie française, un bastion masculin en mutation ?

9Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la géographie est bien en France « une affaire d’hommes » (Broc, 2001, p. 175). Ceci ne veut pas dire cependant qu’on n’a pas quelques traces de féminisation, tendance lourde de l’enseignement supérieur des pays développés à l’époque, qui voit ses premiers exemples de « pionnières » à la veille de 1914, mais aussi, déjà, la naissance d’un milieu de femmes familier des cours de géographie universitaire.

Le milieu des géographes parisiens, une exception très masculine ?

10Entre 1891, date de sa fondation, et 1915, aucune publication n’a jamais été signée par une femme dans les AG, principal organe disciplinaire, et aucune géographe n’est à noter dans les listes de DES qui y sont publiées, ni évidemment dans celle des thèses de géographie régionale typique de « l’École française de géographie » vidalienne, toutes écrites par des anciens élèves de Paul Vidal de la Blache (1845-1918), très souvent issus de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, exclusivement masculine (Robic et alii, 2006). La France paraît en la matière en retard sur les nations aux systèmes académiques équivalents, notamment l’Allemagne ou les Etats-Unis, pour lesquels on trouve des figures féminines dès les années 1890, dans le cadre d’échanges et de circulations internationales remarquables. En 1891, la première étudiante connue assistant à un cours de géographie est l’Américaine Ellen Churchill Semple (1863-1932), auditrice aux cours de Friedrich Ratzel (1844-1904) à Leipzig. En 1899, l’Allemande Martha Krug (épouse Genthe) (1871-1945) devient la première femme docteure de géographie, à Heidelberg, sous la direction d’Alfred Hettner (1859-1941), avant d’émigrer aux Etats-Unis. Même si d’autres femmes sont à l’époque notables dans une géographie déjà internationalisée, comme la Française Clémence Royer (1830-1902), première savante présente à un Congrès international de géographie, à Paris en 1875, Krug et Semple sont les deux premières diplômées connues en géographie, pionnières que l’on retrouve au niveau international, lors du Congrès international de géographie de Washington en 1904 (Robic, Rössler, 1996). Il ne s’agit pas d’exagérer leur place, ni de nier que les géographies allemande et américaine sont, au début du XXe siècle, masculines de façon écrasante, mais ces femmes sont bien acceptées en tant que telles dans les instances nationales légitimes de leurs pays ; connues et reconnues par leurs pairs, elles sont, par exemple, membres fondatrices de l’Association de géographes américains en 1904, aux côtés du chef de la communauté disciplinaire états-unienne, le géomorphologue de Harvard William Morris Davis (1850-1934). Rien de tel en France où la géographie de la « Belle Epoque » est exclusivement virile, même s’il y a évidemment des femmes dans le milieu des vidaliens, y compris dans la famille du « patron ». Ainsi, De Martonne épouse, en novembre 1900, la fille unique de son maître, Louise (1879-1956) (Sanguin, 1993, p. 196). Son frère, le géographe et capitaine Joseph Vidal de la Blache (1872-1915), se remarie en avril 1910 avec une Sévrienne (promotion 1900), titulaire de l’agrégation féminine d’histoire (1903) et enseignante au lycée de jeunes filles de Reims, Suzanne Roos Van den Berg (1882-1972), dont le père, Emmanuel (1841-1884), était un proche ami de Paul et un de ses camarades de promotion à Ulm en 1864. Cette endogamie disciplinaire dissimule une relégation relative des filles, sœurs et femmes de vidaliens, mais pas encore en situation d’en être les élèves. Louise n’a pas de formation universitaire particulière, et le mariage de Suzanne puis ses maternités en 1911 et 1913 (Sanguin, 1993, p. 277) provoquent l’interruption de sa carrière de pédagogue ; elle reprend cependant son enseignement par la suite, après le décès de son époux dans les combats en 1915, jusqu'à parvenir au lycée Lamartine.

11Cependant ce constat doit être nuancé, car l’École normale supérieure de jeunes filles (ENSJF) de Sèvres, fondée en octobre 1881, considérée comme la « fabrique » de l’élite de l’enseignement féminin, mais largement sous le contrôle de professeurs masculins, de préférence d’anciens normaliens d’Ulm (Coll., 1932 ; Mayeur, 1977, p. 106-140 et 410-419 ; Margadant, 1990), est bien pourvue d’un enseignement de géographie. A son ouverture, c’est l’historien Alfred Rambaud (1842-1905) qui est chargé des conférences d’histoire et de géographie, vite remplacé par Louis Désiré Brissaud (1822-1889) de 1882 à 1889, puis par Dubois. Maître de conférences de géographie à la Sorbonne depuis 1885, professeur de géographie coloniale à partir de 1893, il enseigne à Sèvres vingt-cinq ans de manière continue, de 1890 à 1915 (Mayeur, 1977, p. 121-122). Dans le livre du Cinquantenaire de l’Ecole, Jeanne Ben-Aben se dit son ancienne élève à ses débuts, ajoutant : « il était l’inventeur d’une méthode nouvelle en géographie, toute brillante de logique, et qui séduisait mon esprit amoureux de méthode. Il l’exposait avec une passion entraînante, irrésistible » (Coll. 1932, p. 230, cité par Margadant, 1990, p. 90). Il faut dire que, selon le témoignage de Lucie Bérillon, une élève de la première promotion de 1881 :

Rambaud, plus historien que géographe, excellait dans les statistiques. Nous connaissions alors le nombre des chevaux, des moutons, des vaches, etc… en France. M. Marcel Dubois changea de méthode : « Adieu, veaux, vaches, cochons, couvées ! » Les nombres ont dû varier souvent depuis. (Coll., 1932, p. 378)

  • 16 Brissaud n’est pas évoqué par Bérillon, qui en fut cependant sûrement l’élève.
  • 17 Lors de la première session en 1895, ce concours accepte 5 lauréates ; à l'agrégation « d’histoire (...)
  • 18 Elle était la fille de Timothée Colani (1824-1888), docteur en théologie et pasteur protestant alsa (...)
  • 19 Ce terme évidemment significatif, est issu d’un rapport d’inspection générale de 1901, contenu dans (...)

12Certes ces témoignages sont peu précis, et relativement peu fiables au niveau des dates16, mais on n’en sait pour l’heure pas plus sur l’enseignement véritable de Dubois à l’ENSJF, même s’il est réputé brillant orateur à la Sorbonne (Robic, 2001, p. 83-84). Cette activité est intimement liée à l’agrégation féminine d’histoire (Efthymiou, 2003), débouché professionnel presque « naturel » pour les Sévriennes, mais très étroit et n’ouvrant pas du tout aux mêmes carrières que l’épreuve masculine17. En définitive, seules deux Sévriennes géographes d’avant 1915, devenues professeures en lycée de jeunes filles, sont présentes parmi les premiers membres de l’AGF en 1920 : Jeanne Colani, issue d’une famille d’universitaires18, qualifiée d’« esprit viril » lors d’une de ses inspections19, et Anne Dorne, à peine nommée au lycée de Chambéry pour une période continue de 35 ans (Veyret, 1953). Cependant, ni l’une ni l’autre n’inaugure les pages des revues disciplinaires et c’est ailleurs qu’il faut chercher les véritables pionnières.

Vaughan, Sclafert et Foncin : premières traces féminines en géographie

  • 20 Contre presque 30 % en Suisse (Tikhonov, 2009).
  • 21 Un dixième dans celles des sciences, tandis que les facultés de droit et de médecine sont très peu (...)

13À la veille de la Grande Guerre, la féminisation des universités françaises est en cours. On y compte 9 % d’étudiantes20 en 1913, un tiers dans les facultés de lettres21 où on trouve à l’époque l’essentiel des cours de géographie académique, et cette discipline, comme les autres, voit bien émerger les premières étudiantes. À Montpellier, Jules Sion (1879-1940) écrit à Demangeon en 1912 :

  • 22 BM, 1912, S12.

Des cours difficiles à faire cette année, à cause du manque d’homogénéité de l’auditoire. 20 élèves ! C’est beaucoup trop, et je n’ai pas de matériel pour les exercices pratiques – pas moyen de faire des lectures de cartes avec cette foule. D’ailleurs sur les 20, il y a 10 étudiants en droit qui ne f. rien, et 3 ou 4 fillettes qui viennent préparer Fontenay. Par contre 3 ou 4 types tout à fait intéressants22.

  • 23 Nous sommes conscient du fait qu’un tel pourcentage, établi à partir d’un échantillon relativement (...)
  • 24 Feyel est condisciple de Demangeon à Ulm (promotion 1892), agrégé d’histoire en 1898 et auteur, en (...)

14La grande familiarité du ton adopté par Sion ne doit pas cacher ce qui nous intéresse ici : il compte bien « 3 ou 4 » femmes pour vingt étudiants (sans doute en licence), soit 15-20 %23, mais ne semble pas leur accorder beaucoup de valeur, postulantes à l’École normale supérieure d’institutrices de Fontenay-aux-Roses (fondée en 1880) où un enseignement de géographie est également présent, jusqu’ici peu étudié. À Paris, dont l’académie « fournit à elle seule près de la moitié des inscriptions féminines » universitaires en 1913 (Tikhonov, 2009), plusieurs noms d’étudiantes sont connus, en particulier dans le cercle de Demangeon, particulièrement accueillant. En 1912, Paul Feyel (1870-1942)24 lui recommande ainsi une étudiante de l’université de Londres qui, après avoir passé sa licence à Paris en suivant les cours de Demangeon à la faculté des lettres et du géologue Charles Vélain (1845-1925) à celle des sciences, voudrait préparer une thèse sous la direction de Demangeon. Il précise :

  • 25 BM, 1912, F4.

Te dirais-je que notre amie est un peu peureuse à l’idée d’aborder un professeur de Sorbonne ? Je l’ai rassurée en lui affirmant que les normaliens de la « Petite Charrette » avaient reçu des grâces spéciales pour accueillir les dames (d’ailleurs charmantes) qui veulent bien recourir à leurs bons offices25.

  • 26 Pour la session de juin 1913, sur 34 candidats, on ne compte qu’une femme, Eugénie Maurel (soit env (...)
  • 27 Son dossier aux Archives Nationales (F/17/28300) est malheureusement actuellement indisponible.
  • 28 Parfois définitivement, mais parfois seulement pour quelques années. Remarquons malgré tout qu’ils (...)
  • 29 BM, 1914, F9.
  • 30 Pas du tout spécialiste du Sud de la France ni de ce sujet en particulier.

15Derrière ces mots marqués par la connivence normalienne et virile, c’est une certaine attitude de Demangeon qui est ainsi dévoilée et, en miroir, l’accueil favorable qu’il a pu réserver aux étudiantes de plus en plus nombreuses dans les amphithéâtres, même si cette femme n’est pas particulièrement connue pour avoir travaillé avec lui. Si on note quelques étudiantes pour le DES d’histoire avant 191426, on n’en observe aucune en géographie jusqu’à Myriem Foncin27, admise à la session de juin 1915 avec mention honorable, seule géographe parmi les cinq femmes (Tableau 2). Si ce pourcentage reflète bien la situation très particulière du début de la Grande Guerre, où beaucoup d’étudiants masculins sont mobilisés en masse et doivent abandonner leurs études28, le cas de Foncin montre qu’il s’agit en fait de la continuité d’une situation précédant le conflit et, qu’à ce niveau d’études, les femmes n’ont pas pris la place des hommes, mais ont gardé les leurs. Licenciée ès lettres et ès sciences (Roncière, 1978), elle travaille en effet dès 1913 sur un DES traitant des cultures maraîchères sur la Côte d’Azur, sous la direction de Demangeon. Son intérêt pour la géographie, sans doute appuyé, sinon suscité par son père, le géographe et inspecteur général Pierre Foncin (1841-1916), est certainement freiné, mais pas interrompu par la déclaration de guerre : le 23 novembre 1914, elle envoie à son professeur un plan pour approbation et déclare vouloir commencer la rédaction de son étude29. Elle profite vraisemblablement de facilités matérielles, à savoir l’acquisition par son père, en 1890, d’un domaine important dans la ville de Cavalaire-sur-Mer (Var), ce qui pose la question du choix du sujet du DES, sans doute négocié entre l’enseignant30 et l’étudiante, dans ce qui apparaît comme un sujet passablement genré, traité sur un mode très méthodique et avec de nombreuses statistiques. Son étude est publiée très rapidement sous la forme d’un article assez long (vingt et une pages) sur « la culture et le commerce des fleurs et primeurs sur la Côte d’Azur, de Toulon à Menton » dans les AG, premier article d’une femme dans le périodique parisien.

  • 31 Titulaire d’un M. A. de l’université de Liverpool.

16Pourtant, ce texte n’est pas le tout premier article féminin dans les revues disciplinaires françaises, événement qui se produit en 1913 à Grenoble. C’est d’ailleurs le premier texte tout court de la RGA, après le manifeste de son fondateur, Blanchard. L’auteure, la jeune Anglaise D. M. Vaughan, écrit ainsi une longue « étude géographique et historique sur la route du Lautaret », dans laquelle elle insiste davantage sur son caractère d’étrangère31 que de femme. C'est donc un article singulier, Vaughan n’étant ni française, ni une véritable géographe, élève de Blanchard seulement parce qu’elle « avait suivi un an [s]es cours » (Blanchard, 1963, p. 150), ni une personnalité bien identifiée ou récurrente dans la RGA (c’est son seul article) mais il témoigne malgré tout de l’apparition timide, bien qu’éclatante ici, de femmes dans le champ disciplinaire, peu de temps avant la Grande Guerre. Cependant, un autre signe montre que le jeune professeur grenoblois est accueillant pour les étudiantes, à savoir la figure intéressante bien que surprenante de Thérèse Sclafert, cas limite dans notre sujet (Cadène, 2004b). Institutrice d’origine modeste, venue du Périgord, suivant son amie, la directrice d’école primaire supérieure bordelaise Anne-Marie (Christine) Grauvogel (1868-1948) promue à la direction de l’École normale de Grenoble (Zemon Davis, 1992), Sclafert est nommée directrice de l’École d’application de Grenoble, reprend des études, obtient sa licence de lettres « avant 1914 », à un âge assez avancé (plus de trente-cinq ans) (Blanchard, 1962), puis commence des recherches dans les archives de la région, y courant « pour y utiliser l’heure, la demi-heure que lui laissait parfois un service scolaire très chargé » (Blanchard, 1926, p. 665). Blanchard se souvient quelques années plus tard : « Mlle Sclafert est une de mes plus anciennes élèves : j’ai eu le plaisir de lui inspirer le goût de la géographie » (Blanchard, 1926, p. 665-666). C'est une disciple atypique car relativement âgée (un an de moins que son maître), en activité professionnelle et historienne, mais élève quand même d’un géographe déjà confirmé ; elle n’est pas la seule femme dans son entourage, ce que le conflit révèle en l’accentuant. Ainsi, lorsque les cours reprennent en novembre 1914, Blanchard compte 18 étudiants dans son public, dont 12 femmes (soit 66 %) (Blanchard, 1963, p. 117), et une certaine A. Main publie un compte rendu et une étude d’hydrographie de plus de 90 pages, seule étude du 3e fascicule de la RGA en 1915, puis disparaît du champ. Ce sont autant de traces certaines mais fugitives et éphémères d’étudiantes dans le milieu des géographes universitaires français avant 1915.

La Grande Guerre et son ombre (1915-1922) : intrusion opportuniste ou mobilisation légitime ?

  • 32 Ce réfugié du Nord, exempté en raison de son amputation de la jambe droite et de son âge, est alors (...)
  • 33 BM, 1916, S1.

17En 1914, les femmes-géographes deviennent sinon plus nombreuses, du moins plus visibles, ce que les titulaires de chaire apprécient plus ou moins. En juin 1916, l’historien moderniste de Lille Philippe Sagnac (1868-1954)32 observe avec un humour un peu grinçant, vu le contexte de la bataille de Verdun, mais selon une métaphore notable pour ce spécialiste des guerres révolutionnaires : « Les femmes se précipitent ; c’est une offensive générale33. » Frilosité, voire hostilité à la présence croissante de femmes dans les géographies universitaires, sans doute davantage en réaction aux conséquences humaines de la Grande Guerre que par misogynie à proprement parler, ce genre d’appréciations n’est que transitoire. Voyons le détail de cette évolution, en considérant des situations locales.

Le hasard et la nécessité : Blanchard, Todd et le « miracle » américano-grenoblois

18À Grenoble, Blanchard met en avant des signatures de femmes pour poursuivre la parution de la très jeune RGA, tandis que ses collaborateurs habituels sont au combat (Ginsburger, 2010). En 1915, il note de façon très positive : « Les cours groupent un personnel qui déjà atteint une vingtaine d’élèves, soit les deux tiers du chiffre d’avant la guerre : et cela, par une véritable affluence de jeunes filles. (…) [Leur] empressement [à assister aux cours de géographie] est un encouragement précieux » (Blanchard, 1915, p. 457). Pourtant, il ne s’agit pas non plus d’un raz-de-marée, ni d’un monopole : si les numéros de 1915 et 1916 sont fortement féminisés en terme de signatures ou de pages, le phénomène s’atténue avec le retour progressif des auteurs masculins, au fil de leurs blessures et démobilisations. Le principal auteur de la Grande Guerre est Blanchard lui-même, réformé et très actif, même s’il laisse bien une place à certaines géographes féminines, dans le cadre d’une sorte de mobilisation scientifique de l’arrière et du « front intérieur », à dimension fortement professionnalisante et légitimante. Plusieurs d’entre elles sont ainsi notables entre 1915 et 1919. Après A. Main en 1915, c’est Jeanne Folliasson, professeur au lycée de jeunes filles de Grenoble, qui signe en 1916 un article de près de deux cents pages sur la population en Maurienne au XIXe siècle, d’abord paru dans les Annales de l’Université de Grenoble. À sa suite, Gadoud fait paraître en 1917 une très longue étude probablement issue de son DES (plus de cent pages sur les forêts du Haut Dauphiné), puis en 1920 deux articles de géographie humaine. En 1919, la RGA voit la publication d’un article de Suzanne Ténot, sans doute tirée de son DES, sur la géographie humaine du massif de Belledonne. La table décennale de la revue entre 1913 et 1922 indique soixante auteurs, dont seulement six femmes (10 %) : on est évidemment très loin d’une quelconque parité, mais la tendance inaugurée par Vaughan se confirme.

  • 34 Sauf W. M. Davis, parfaitement francophone.

19La relative ouverture de Grenoble aux femmes est confirmée par une deuxième nouveauté, très peu connue, clairement liée au contexte de la guerre, bien que de manière surprenante : le titre de première femme enseignante dans la géographie académique française revient, par une sorte de greffe paradoxale du modèle américain, à l’Américaine Millicent Todd (Berman, 1987 ; Ginsburger, 2010, p. 564-574). Produit du système américain d’éducation supérieure différenciée, ancienne élève du Vassar College, établissement exclusivement féminin dont est également issue Semple qu’elle rencontre en 1916 et qui l’attire vers la géographie par son enseignement à l’université de Chicago, elle s’inscrit dans l’annexe féminine de Harvard, le Radcliffe College. C’est dans ce cadre qu’elle est à l’origine d’une petite révolution dans l’enseignement de la géographie aux Etats-Unis, à savoir sa présence exceptionnelle comme étudiante de Harvard, à égalité avec les hommes, provoquée par l’invitation de Blanchard comme professeur d’échange. En effet, le Grenoblois, qui débarque à New York début 1917, ne parle pas anglais, et Todd est la seule francophone du département, la seule à pouvoir communiquer avec lui et traduire ses paroles, pour elle, pour les autres étudiants et même pour les professeurs34. Elle est donc admise à ses cours, d’abord et avant tout comme scribe, sous la pression de la nécessité, ce qui l’agace au plus haut point, comme en attestent de nombreux passages de son journal intime (Ginsburger, 2010, p. 564-566). Son efficacité et sa personnalité permettent que se développe un lien particulier avec le Français, en raison d’une familiarité personnelle, d’un projet de publication en anglais de ses cours à partir des notes de la jeune femme, et d’un intérêt pédagogique progressif du professeur qui propose à l’étudiante de travailler sous sa direction en France, dans l’optique d’un doctorat. C’est pour lui l’occasion d’une ouverture internationale, de publications nouvelles et d’un élargissement des centres d’intérêt de sa RGA aux montagnes péruviennes que connaît bien Todd, voire la possibilité de transformer la RGA en une revue de géographie générale des montagnes. C’est pour elle la perspective de découvrir la France et d’échapper au système américain de relégation des géographes féminines, même si Chicago est en la matière beaucoup plus ouverte qu’Harvard. Cependant elle n’accepte pas immédiatement, d’abord pour des raisons familiales, ensuite pour terminer son MA sur le guano péruvien, à l’été 1917, et Blanchard rentre seul en France.

  • 35 MTB, Serie I, Select Correspondance, Boîte 21, Family Correspondence, dossier 341, lettre de Millic (...)
  • 36 MTB, Serie VII, Boîte 135, Diaries (1918-1925), dossier 55, journal de 1919, p. 118.

20L’entrée en guerre contre les Puissances centrales décidée par Wilson en avril 1917, puis les modalités de la mobilisation de la société américaine, du campus de Harvard et singulièrement de Millicent Todd changent la donne. Elle décide en effet de venir en France : à la fin du mois d’avril 1918, elle se retrouve bientôt à Angers, canteen dans une YMCA hut, occupant une fonction importante de proximité, d’aide et d’encadrement moral pour les soldats en repos ou en convalescence, fonction classiquement dévolue aux femmes, « anges blancs » du combattant, très éloignée de ses compétences académiques. Elle est cependant vite impliquée dans des projets de rédaction d’ouvrages de vulgarisation sur la géographie de la France, sur la base de l’enseignement et des idées de son mentor français. Elle le rejoint à Grenoble, y reste entre octobre 1918 et juin 1919 et y acquiert une série de compétences qu’elle n’aurait pas pu espérer obtenir en période normale à Harvard, du fait des circonstances de la démobilisation (Ginsburger, 2010, p. 724-742). En effet, elle bénéficie d’une part d’un enseignement presque particulier de la part de Blanchard, pour la rédaction d’un livre à destination des soldats américains, puis pour la retranscription de ses cours destinés aux officiers démobilisés en attente de retour au pays et, d’autre part, d’une expérience nouvelle en matière d’enseignement, activité qu’elle n’avait absolument jamais pratiquée jusqu’ici. Il s’agit d’abord de prononcer des conférences, en anglais, sur la géographie de la France, ce dont Blanchard est incapable, toujours pour des questions linguistiques : elle joue de nouveau le rôle d’intermédiaire éclairée, de vulgarisatrice compétente et surtout bilingue. Le 24 mars 1919, elle commence son enseignement dans le cadre de l’U.S. Army Education Corps, de la YMCA et du Comité de patronage des étudiants étrangers de la faculté des lettres de l’université de Grenoble (Barrera, 2010). Il s’agit de leçons, pour les étudiants américains, sur la base d’un texte de Blanchard, Geography of France, écrit à quatre mains avec Todd, sorti fin décembre et publié par la YMCA, mais aussi de conférences publiques. Ses cours sont bien les seuls de l’université en langue anglaise, avec un effet inattendu : « Les étudiants français commencent à essayer de venir [au cours], parce que, connaissant le sujet, ils pensent qu’ils pourront apprendre l’anglais plus facilement35 » Son succès public se poursuit jusqu’au 18 juin, avec un cours consacré à la « houille blanche ». Elle reçoit alors de nombreux compliments : « D’innombrables hommes m’ont dit qu’il s’agissait du cours le plus passionnant qu’ils aient jamais eu, que cela ouvrait une nouvelle vie, qu’ils penseraient toujours à moi en regardant un nouveau pays36. » Ainsi se clôt pour elle une période exceptionnelle, correspondant à la présence des troupes américaines et à une collaboration inédite dans son intensité avec Blanchard. Pour des raisons personnelles, elle décide, le 13 juin 1919, de rentrer au plus vite aux Etats-Unis, quitte la France le 30 juin et arrive à New York le 11 juillet. C’est donc ici un changement, certes provisoire, de la place des femmes dans la géographie universitaire, les différents obstacles institutionnels disparaissant brutalement avec les impératifs de guerre. Si le conflit a changé la manière de faire de la science, d’un point de vue souvent plus technique et logistique (MacLeod, 2014 ; Rasmussen, 2004 et 2014), il a, dans le cas de Todd, permis à une femme de conquérir un nouveau bastion, avec l’appui très actif du titulaire de Grenoble. Mais cette nouveauté se produit dans le cadre plus large d’une « culture de guerre » (Audoin-Rouzeau, Becker, 2000) qui transforme l’identité disciplinaire dans le sens d’une féminisation permise par une reformulation des critères de scientificité, en particulier la reformulation de la norme du travail de terrain, la constitution d’une identité sociale nouvelle par la prévalence de la géographie appliquée, la popularisation savante et l’expertise, et la reconfiguration des liens personnels entre scientifiques, au niveau national et international (Ginsburger, 2010). Ces quelques mois pendant lesquels une jeune femme (étrangère) a enseigné la géographie à des hommes (étrangers et français) dans une université française et provinciale sont donc tout à fait singuliers mais révélateurs.

Une place au soleil ? Les élèves féminines de Demangeon et les difficultés de la professionnalisation

21À Paris, les frontières bougent également pendant et juste après la Grande Guerre, comme le montrent des sessions de DES d’histoire et géographie, sans surprise extrêmement féminisées pendant la mobilisation, mais qui le restent encore relativement dans les premières années de l’après-guerre (Tableau 2).

Tableau 2 : La féminisation des DES d’histoire et géographie à l’université de Paris (1915-1921)

Année

Nombre total de DES

Nombre de DES féminins

Taux de féminisation

Nombre d’étudiantes géographes

1915

11

5

45 %

1

1916

21

13

63 %

0

1917

25

17

68 %

2

1918

17

9

53 %

2

1919

26

7

26 %

3

1920

19

5

26 %

1

1921

43

12

28 %

1

Source : registre des DES soutenus en histoire et géographie à la faculté des lettres de la Sorbonne (AN, AJ/16/4956)

  • 37 Même si on repère le nom de Geneviève Vergez-Tricom, jeune femme de 27 ans ; elle soutient un mémoi (...)
  • 38 Cette géographe coloniale n'est probablement pas une élève de Dubois décédé en 1916, mais d’Augusti (...)
  • 39 Publiant son étude dans les AG en 1920, elle est sans doute alors élève à la fois de Demangeon et d (...)
  • 40 Faut-il voir dans ces initiales le prénom « Jeanne-Marie » ?

22Si, en juin 1916, on ne remarque aucun sujet géographique chez les étudiantes parisiennes37, la situation change en 1917, avec Marthe Lenoir et Suzanne Nouvel38, et en 1918 avec Andrée Choveaux39 et Jeanne Moreau. La session de juin 1919 est marquée par la démobilisation des étudiants et un certain « retour à la normale » à la Sorbonne, avec le reflux certain des étudiantes, sans pour autant retrouver tout à fait la situation d’avant 1914, puisqu’on y compte paradoxalement trois géographes féminines (Madeleine Basserre, Renée Hainneville, Lucie Lemoigne). Dès lors, les listes des auteurs de DES restent encore un certain temps assez féminisées (à hauteur de plus d’un quart), avec au moins une géographe à chaque session : en 1920 Cécile Long, Blanche Tolmer en 1921, Cécile Pierrot en 1922. Dans les AG, Marcelle Vessereau en 1921, J.–M.40 Chartrou en 1922 ou Juliette Allix en 1923 sont autant de noms également remarquables à la même période (Broc, 2001), même si nous ne pouvons guère préciser leur itinéraire : l’ancrage des femmes dans la géographie parisienne est donc désormais visible, même s’il reste bien sûr très minoritaire. C’est aussi au début des années 1920 que l’on voit apparaître la Belge Lefèvre. En 1919, à vingt-cinq ans, elle entre comme élève libre à l’université de Louvain qui s’ouvre enfin aux femmes, mais, n’y trouvant aucun cours de géographie, elle s’efforce de suivre régulièrement les cours de géographie physique du professeur chanoine Paul Michotte (1876-1940) à l’université de Liège, puis vient à Paris assister aux cours de De Martonne et de Demangeon (Denis, 1986). Sa première étude sur l’habitat rural en Belgique, publiée dans les AG et en lien direct avec les problématiques de Demangeon, date de 1922.

  • 41 BM, 1914, G1.
  • 42 BM, 1915, B6. Seule sa version féminine est organisée entre 1915 et 1918.
  • 43 Le jeune Théodore Lefebvre (1889-1943), récent agrégé mobilisé, écrit ainsi à son maître Demangeon  (...)
  • 44 Évidemment très marginales dans des promotions d’une vingtaine de jeunes filles pour les lettres.
  • 45 Cette personnalité est relativement bien connue par les historiens de l’école des Annales, notammen (...)

23Cette situation suscite la résistance de certains des professeurs. Ainsi, en octobre 1914, Lucien Gallois (1857-1941), professeur à la Sorbonne, écrit à Demangeon : « Nous ferons des cours publics et des cours généraux de licence - s’il y a des étudiants. Mais il y aura toujours malheureusement des étudiantes. Elles feraient tout aussi bien en ce moment d’aller soigner des blessés41. » Infirmières davantage qu’étudiantes, telle est la place exclusive que le géographe assigne aux femmes dans l’urgence de la mobilisation face à l’invasion et aux combats qu’il ne s’imagine pas encore durer plus de quatre longues années, alors que les universités françaises reprennent les cours. Pourtant, on observe à la fois une multiplication des auteures féminines et une diversification de leur encadrement. En la matière, il faut faire de nouveau une place toute particulière à Demangeon, à plus d’un titre. En 1915, alors que Dubois est gravement malade, la directrice de Sèvres, Louise Belugou (1860-1938), lui demande de le remplacer dès la rentrée de septembre, en particulier pour les cours d’agrégation42. Il accepte et y reste jusqu’en 1922, secondé par l’inspecteur général et géographe scolaire Louis Gallouédec (1864-1937) entre 1916 et 1919, sans doute également par Antoine Vacher (1872-1920), maître de conférences de l’université de Lille, réfugié à Paris pour cause d’occupation allemande43, et enfin par Henri Busson (1870-1946), normalien et professeur au lycée Carnot, entre 1919 et 1921. La continuité de cet enseignement, faisant le lien avec la Sorbonne, suscite quelques vocations44, dont l’exemple le mieux documenté est celui de Suzanne Dognon45. Après Sèvres, puis l’agrégation, elle enseigne brièvement à Agen, se fait mettre en congé en novembre 1920 pour préparer une thèse ; puis elle profite de la nomination au poste d’assistant à la chaire de physique de la faculté de médecine de Strasbourg de son jeune frère de vingt ans, André, pour se rendre dans la capitale alsacienne et devenir, à partir du début de 1921 et grâce à l’appui et la recommandation de Demangeon, l’assistante de Henri Baulig (1877-1962), fraîchement nommé titulaire de la chaire de géographie de la faculté des lettres de Strasbourg. Cet accueil très favorable est sans doute autant dû aux titres académiques personnels de la jeune femme qu’à son milieu d’origine, car elle est, comme Myriem Foncin peu de temps avant elle, la fille d’un collègue, à savoir Paul Dognon (1857-1931), historien médiéviste et professeur à Toulouse, chargé de l’enseignement de la géographie. Mais au-delà de Suzanne Dognon, plusieurs témoignages indiquent que l’enseignement de Demangeon a été suivi par d’autres Sévriennes moins connues. Jeanne Marre indique par exemple :

L’enseignement de M. Demangeon est un de ceux qu’on ne peut oublier. Ses descriptions suggestives et vivantes des faits géographiques, la clarté, la vigueur et la concision de ses cours, l’enthousiasme avec lequel il nous initiait à une science qu’il aimait, l’entrain qu’il mettait à conduire des promenades géologiques dans les environs de Paris, ont laissé des traces profondes dans l’esprit de ses élèves (Coll., 1932, p. 268).

24Rachel Moncoutié déclare pour sa part :

C’est avec M. Demangeon que j’ai eu l’impression d’un Maître, et les heures passées à travailler avec lui, ont été les seules décisives pour mon orientation et la formation de mon esprit d’historienne aussi bien que de géographe (Coll., 1932, p. 269).

  • 46 Après les fortes perturbations de l’agrégation masculine pour cause de mobilisation alors que l’agr (...)

25Ces deux femmes n’ont cependant pas fait carrière dans la discipline, ce qui pose de nouveau très clairement la question de la professionnalisation des étudiantes géographes. C’est que, comme le concède une des anciennes élèves : « Notre destinée n’était pas celle du « docteur » qui par sa thèse éclaircit un point contesté, mais celle d’un professeur de Lycée. Et notre rôle alors est très humble ! » (Coll., 1932, p. 270) Même avec des maîtres bienveillants, les Sévriennes ne sont donc pas censées prendre place dans l’enseignement supérieur ou la recherche, tout juste ont-elles une place dans les concours d’enseignement46.

  • 47 Elle est une des premières femmes à être recrutée par la Bibliothèque nationale, et y reste 43 ans, (...)
  • 48 Ce poste de secrétaire n’est pas forcément vu par les contemporains comme négligeable. Ainsi, lorsq (...)
  • 49 Elle fonde ainsi en 1923 la branche féminine des Équipes sociales où elle anime des cercles d'étude (...)
  • 50 BM, 1917, G3.

26Cependant d’autres fonctions ou carrières, marginales, sont possibles. Gallois recommande ainsi Myriem Foncin comme stagiaire à la section de géographie de la Bibliothèque nationale, en juin 1920, en des termes très chaleureux, écrivant qu’« elle est une jeune fille très intelligente passionnée pour la géographie. Je ne pourrais pas offrir de candidat mieux préparé aux fonctions qu’il aurait à remplir » (Roncière, 1978, p. 322 ; Lethève, 1993). Gageons que cette recommandation tient autant aux qualités de la jeune femme qu’aux liens professionnels et personnels qui unissaient Gallois à son père. Elle obtient ainsi un poste fixe47 dans le paysage sinon disciplinaire, du moins savant, manière pour elle à la fois de gagner sa vie et d’avoir un statut incontestable, d’autant qu’elle occupe également le poste de secrétaire de l’AGF48, ce qui lui ouvre de droit les portes du Comité français de géographie, dépendant de l’Institut de France et elle s’engage par ailleurs dans des activités militantes d’éducation populaire49. Ce n’est pas la seule parmi les nouvelles géographes féminines à occuper une position d’auxiliaire scientifique, d’intermédiaire ou de médiatrice. Ainsi, Blanchard indique que l’animation de la vie de l’Institut grenoblois est, pendant les premiers mois de la Grande Guerre, largement fondée sur la présence des femmes, dont « Mme Benoit qui a [eu] l’idée d’organiser un service de polycopie de [s]es cours, qui seront distribués gratuitement [aux] mobilisés » (Blanchard, 1963, p. 179). « Directrice de l’Ecole primaire supérieure de jeunes filles de Grenoble », elle met en place ce système, « qui permettra [aux hommes] absents de retrouver les cours professés pendant la durée de la guerre » (Blanchard, 1915, p. 237), et qui dure au moins deux années universitaires. D’une manière comparable, on connaît le cas de Claire Gravier, fille d’un industriel du Nord, née en 1895, n’ayant pas suivi en elle-même de cursus universitaire, qui épouse, juste avant la guerre, un élève de Demangeon, Gaston Gravier, lecteur de français à Belgrade préparant une thèse de géographie sur la Serbie. Or celui-ci meurt dans une tranchée le 30 mai 1915 sans l’avoir terminée (Ginsburger, 2010). Dès lors, Claire n’a de cesse que de rendre hommage à son époux et père de son nouveau-né, le futur démographe Jean-François Gravier (1915-2005), en menant la rédaction du doctorat à un état satisfaisant pour en permettre la publication, avec l’aide de Demangeon. Elle reçoit le manuscrit en janvier 1917, dans le but de « voir réaliser le plus vite possible le désir qu’avait [s]on mari, en travaillant à cet ouvrage, pour lequel [elle] l’[a] bien peu aidé, puisqu[‘elle] l’[a] simplement [sic] écrit sous sa dictée50. » Ainsi, de secrétaire, Claire accède, par transition, au statut de rédactrice, absolument non créditée dans le résultat final. Le manuscrit, entre les mains de Demangeon mi-mars 1917, est publié en 1919 par Armand Colin, dans le cadre d’une culture du deuil à laquelle elle participe donc directement, d’un point de vue scientifique. Cette fonction de secrétariat est également visible dans l’après-guerre, à travers la Sévrienne et agrégée Anne Dorne qui « [accomplit] les travaux ingrats, anonymes et nécessaires (…) - tables décennales, lecture et correction de manuscrits, lecture d’épreuves » pour la RGA (Blanchard, 1933 ; Veyret, 1953).

  • 51 Qui épouse en 1920 le psychologue Walter VanDyke Bingham (1880-1952), mais n’a pas d’enfant.
  • 52 Cette situation est symbolique de l’alliance traditionnelle (mais dissymétrique) entre la géographi (...)
  • 53 Aucune des Sévriennes (lettres et sciences) de l’année 1916 ne soutient de doctorat, tandis qu’en 1 (...)

27À cette fonction d’intermédiation s’ajoute la question du statut marital. Le célibat, fréquent parmi les enseignantes de l’époque, est la norme pour les géographes féminines en activité, à l’exception de Todd51. Pour elles comme pour de nombreuses autres étudiantes et scientifiques de l’époque dans d’autres champs disciplinaires, se marier, puis devenir mère, signifie renoncer, au moins temporairement, à chercher et à publier. Suzanne Dognon est typique de ce processus social d’éviction des femmes hors du champ universitaire, pour des raisons sociales et matrimoniales. En effet, à Strasbourg, elle rencontre l’historien Lucien Febvre (1878-1956) (Zemon Davis, 1992, p. 122), se fiance et se marie avec lui en 1921, malgré une différence d’âge de dix-neuf ans. Dès lors, la jeune femme de vingt-quatre ans abandonne toute activité scientifique ou pédagogique : elle se consacre à l’éducation des trois enfants qui naissent du couple entre 1922 et 1927, aide son époux pour ses propres publications (Roudinesco, Schöttler, 1993, p. 146-147), mais se refuse à en être l’assistante de recherche52, parcours typique cependant pour une Sévrienne de sa génération53.

Entre géographie humaine et géographie physique : enseignement, publication et terrain au féminin ?

  • 54 BM, 1917, V4.
  • 55 Par exemple le canal de Panama, la population néo-zélandaise, l’hydrologie de la Yougoslavie, la cu (...)
  • 56 Bref, discret et circonscrit à un public très singulier de soldats démobilisés en attente d’être ra (...)
  • 57 La présence de femmes dans l’enseignement de la géographie britannique est précoce et bien installé (...)
  • 58 Semple enseigne régulièrement à l’université de Chicago dans les années 1910, et à la Clark Univers (...)
  • 59 Marguerite Lefèvre est à partir de 1926 assistante au séminaire de géographie de l’université de Lo (...)

28La géographie humaine est la norme pour ces géographes féminines, de la Grande Guerre au début des années 1920. Geneviève Vergez-Tricom, d’abord historienne, puis élève de Demangeon, lui écrit, le 7 septembre 1917, de Villeneuve le Roi, sur l’état d’avancement de ses études sur la ceinture maraîchère de la région parisienne54 : de nouveau, donc, comme pour Myriem Foncin un peu avant, une affaire de fruits et légumes. On peut supposer qu’il s’agit d’un thème de recherches correspondant à un projet global de Demangeon, peut-être réservé aux jeunes femmes parmi ses élèves. Évidemment, elles n’en sont pas restées aux choses domestiques, et la recherche féminine s’est rapidement étendue aux régions et zones rurales ou urbaines, selon les paradigmes vidaliens repris par Demangeon, ne se différenciant guère en la matière de leurs condisciples masculins (Broc, 1993). Foncin est ainsi l’auteure de trois articles scientifiques dans les AG en 1919, 1920 et 1931, sur la géographie urbaine de l’agglomération parisienne (à savoir l’étude de Belleville, Versailles et la Cité), mais aussi dans la revue La Vie urbaine (Foncin, 1920). Elle écrit donc régulièrement dans les AG, cas rare mais comparable à celui de Vergez-Tricom, plus polyvalente. Cette dernière signe la troisième table décennale des AG (1912-1921) ainsi que huit articles entre 1920 et 1930, souvent courts et consacrés à des sujets internationaux variés55. Entre 1920 et 1925, elle publie également en parallèle plusieurs articles d’histoire du XIXe siècle, sa spécialité d’origine, en particulier sur la révolution de 1848 et les débuts du Second Empire, dans le Bulletin de la société d’histoire de la Révolution de 1848. « Sous l’influence d’Emmanuel de Martonne », « elle s’oriente vers la géomorphologie. Son mémoire sur le relief des environs de Paris (1924) [fait] autorité aux travaux de Baulig et de Cholley », puis elle travaille en géographie urbaine, en particulier sur Bucarest à laquelle elle consacre une longue étude en 1927, cosignée avec Robert Ficheux (1898-2005) (Broc, 2011, p. 179). Elle est donc la première à faire montre de capacités variées, d’une grande polyvalence en termes de géographie humaine et physique, d’une ouverture sur le champ international remarquable, et même d’un début d’intégration professionnelle : chargée de travaux pratiques à la Sorbonne entre 1922 et 1926 (Wolff, 2005, p. 415 et 796) puis, grâce à De Martonne, détachée à l’Institut français de Bucarest (1924-1927), elle obtient l’agrégation masculine d’histoire et géographie en 1928, enseigne dans divers lycées de province (en particulier à Lille) et termine sa carrière au lycée Jules Ferry, à Paris, en classe préparatoire (Broc, 2001, p. 179). Cette promotion académique, qui tourne court, montre qu’une femme ne peut pas encore prétendre enseigner la géographie à l’université en France, malgré le précédent très particulier de Todd56, alors qu’on observe déjà des cas en Grande-Bretagne57, aux Etats-Unis58 ou en Belgique59.

29Se pose ainsi la question du terrain, de la formation des jeunes femmes non pas dans la salle de classe, mais dans les excursions. L’attitude de Demangeon à Sèvres, entre 1915 et 1922, est sur ce point remarquable, lui qui, selon l’expression de Jeanne Marre, met de « l’entrain (…) à conduire des promenades géologiques dans les environs de Paris » (Coll., 1932, p. 268). Est-ce par méprise que la professeure utilise le mot « promenade » en lieu et place d’excursion, ou bien parce que son maître n’amène ses élèves que pour une durée très limitée (une journée), sur un terrain plat et jugé plus « facile » à observer, lui qui pourtant a le goût des expéditions plus longues, sans doute limitées cependant par le contexte de la guerre (Wolff, 2013) ? Vergez-Tricom, écrivant à Demangeon début septembre 1917, montre une application très scrupuleuse de ses méthodes de recherche (en particulier le questionnaire), des capacités certaines en termes d’analyse, de recherches et de mobilité sur le terrain, et une confiance très explicite dans la bienveillance de son professeur :

  • 60 BM, 1917, V4.

La partie la moins avancée de mon étude est celle qui concerne la région de Palaiseau-Longjumeau et Sceaux, c’est-à-dire la région maraîchère. C’est la plus éloignée de l’endroit que j’habite ; elle est mal desservie : il me faut la visiter en bicyclette et, malheureusement, le temps s’est mal prêté aux randonnées. J’ai préparé un questionnaire sur la région et l’ai remis à quelqu’un qui l’habite et la connaît bien : j’aurai ainsi des renseignements que je n’aurai qu’à contrôler ou compléter. Dès maintenant, la région apparaît comme relativement simple, vivant de la culture des légumes et des arbres fruitiers ; peu ou pas d’industrie et ce phénomène me paraît dû au manque de voies de communications naturelles et à la pauvreté du réseau ferré. (…) La région de la vallée de la Seine est beaucoup plus compliquée. Vous m’avez signalé, dans votre dernière lettre, deux aspects : le plateau agricole et la vallée de la Seine proprement dite. Il me semble qu’il y aurait lieu d’en ajouter un troisième : le coteau lui-même, c’est-à-dire la bande de terre, en pente souvent assez raide où affleurent l’argile verte et le calcaire de Brie et qui joint la vallée au plateau. (…) L’industrie et le développement de la villégiature ont bouleversé la vie de la région. Les villages sont descendus vers la Seine : ainsi en est-il de Choisy-le-Roi, Villeneuve-le-Roi et Juvisy. La facilité des transports y est pour quelque chose. Depuis la guerre même, la région se transforme à vue d’œil, les usines se multiplient. Villeneuve-le-Roi, autrefois cantonné dans sa vie paysanne et étroite, est devenu port de charbon, grâce à une sablière établie là depuis longtemps. (…) Le questionnaire que vous m’avez envoyé m’a rendu grand service et je vous remercie beaucoup de votre empressement. Je l’adapte à mes besoins comme je le peux. Si vous avez des objections à présenter à ce que je vous ai dit ou si vous croyez devoir me donner quelques conseils, vous savez que je les accepterai avec plaisir ; je me permets même de les solliciter, vous sachant toujours prêt à les donner60.

  • 61 Dont celui de son élève tardive Jacqueline Beaujeu-Garnier (1917-1995).

30Un peu plus tard, en 1922, Choveaux, dans son étude sur la région industrielle de la Forest of Dean, entre l’Angleterre et le Pays de Galles, sans doute inspirée par Demangeon, spécialiste de la géographie des Îles britanniques, effectue également un travail « sur place au cours d’un séjour de plusieurs mois et de nombreuses excursions », mais aussi des visites de mines et d’usines (Broc, 2001, p. 177). Cependant, la question du terrain est plus épineuse du point de vue de la géographie physique, même si quelques rares femmes sont également acceptées dans les « courses » des enseignants, en particulier Blanchard et De Martonne. Pendant son séjour à Grenoble, en 1918-1919, Todd est ainsi amenée sur le terrain des Alpes et exercée à l’observation guidée de terrain, par des excursions fréquentes en compagnie de Blanchard. C’est pour elle, plus habituée aux paysages du Massachusetts, une grande nouveauté ; elle en tire un plaisir certain et une faculté à l’étude du relief que Blanchard lui reconnaît publiquement lorsqu’en 1925, la RGA publie sous son nom un long texte (25 pages) sur le relief du Pérou, peu après la soutenance de sa thèse (1923). Enfin, toujours dans le milieu grenoblois, on doit donner une place à Anne Dorne, réputée « habituée des excursions, surtout des grandes » (Blanchard, 1933 ; Veyret, 1953). Quant à De Martonne, très réservé selon plusieurs témoignages tardifs 61 à propos de la présence de femmes dans les excursions géographiques, car jugées incapables d’effectuer un véritable travail de terrain et d’observation, on a peu de sources directes sur les années 1920, mais on peut remarquer par exemple qu’une photographie des participants à une excursion de 1921 dans les Carpates le montre assis aux côtés de Vergez-Tricom, une des deux femmes présentes dans le groupe de vingt participants (10 % donc) (Ficheux, 1973, figure 2). Blanche Tolmer est également présente dans son groupe d’étudiants en géographie physique, même si l’« évolution des méandres dans les plaines alluviales » est certes une question de géographie physique, mais ne demande pas les mêmes efforts sur le terrain que l’étude de sommets montagneux. En 1924, rendant compte de la « première excursion de plusieurs jours organisée par l’AGF » (sous sa direction) dans le Morvan et la Côte d’Or (quatre jours pendant les vacances de Pâques), De Martonne note d’un air satisfait la présence, parmi les vingt-six participants, d’Anne Dorne et de « Mlle Cook, professeur de géographie à Londres », que « nous avons très volontiers admis[e] » (De Martonne, 1924, p. 5) : évidemment, son commentaire est contraint par les exigences de la courtoisie et du genre de ce texte. Il ne cite pas le nom de tous les participants (parmi lesquels on peut au moins supposer la présence de Vergez-Tricom), mais on ne peut de toute façon pas vraiment imaginer que le groupe soit beaucoup plus féminisé. L’excursion, en particulier le terrain de géographie physique, reste ainsi au moins jusque dans les années 1950 un « domaine réservé » pour les hommes, citadelle « particulièrement androcentrique », où de rares femmes ne pouvaient s’aventurer qu’au prix du renoncement relatif de leur féminité (Jégou, Chabrol, de Bélizal, 2012). La géographie humaine, en revanche, leur semble plus ouverte : à la rudesse sauvage du terrain physique, de la nature hostile à dominer par le groupe d’hommes, s’oppose ainsi symboliquement le terrain humain, la ville ou la campagne habitée, lieu de la sociabilité, de l’échange, de l’organisation des activités sociales, le lieu des femmes donc, règle qui connaît bien sûr des exceptions, et ce dès les années 1920. Ainsi, au-delà de Vergez-Tricom, on peut remarquer le cas de Marie-Louise Arviset, qui étudie le Châtillonnais dans son DES publié dans les AG en 1928, article de géographie régionale où les signes d’excursion (sans doute individuelle) sur le terrain sont très clairs dans la partie consacrée à la géographie physique.

Les « années folles » de la géographie française (1922-1928) : des évolutions contrastées

31Une fois la période exceptionnelle de la Grande Guerre et de la reconstruction refermée, la présence des femmes dans la géographie française est définitivement affirmée, aboutissant à de nouvelles conquêtes, en particulier l’accès de quelques-unes au doctorat. Cependant leur présence n’est pas complètement normalisée et plusieurs obstacles persistent.

Une « fidélité charmante » : des femmes plus nombreuses, mais encore à la marge

  • 62 Blanchard a également eu comme élèves et collaborateurs de nombreux instituteurs, professeurs d’éco (...)
  • 63 La liste des DES publiée en 1926, concernant la période de 1923 à 1925, indique que sur les 23 DES (...)

32Malgré le « retour à la normale » de l’après-guerre, plusieurs plumes féminines nouvelles restent remarquables. À Grenoble, on observe d’abord tout un réseau d’institutrices et professeures de lycée, informatrices locales s’essayant à une description de leur espace professionnel ou spectatrices des activités scientifiques de l’Institut de géographie alpine, comme Aimée Bigallet en 1922 ou Marcelle Billon, contributrice très parcimonieuse à la RGA (un seul article, en 1925), mais présence très fidèle aux côtés de Blanchard (Blanchard, 1936)62. En 1922, ce dernier présente l’article de Bigallet d’une manière positive, bien qu’assez condescendante : « Sur ma demande et par l’obligeant intermédiaire de Mlle Billon, [elle] a bien voulu noter pour les lecteurs de la Revue de Géographie alpine les impressions du séjour qu’elle a fait l’hiver dernier dans le Haut-Vénéon. Institutrice au hameau des Etages, commune de Saint-Christophe-en-Oisans, à 1603 mètres d’altitude, Mlle Bigallet a noté avec une fidélité charmante tout ce qu’elle a vu et retenu de cette vie d’hiver en haute montagne, si nouvelle pour elle. Nous sommes persuadé que les géographes liront ces impressions avec plaisir et profit » (Bigallet, 1922, p. 625). Plusieurs « simples » étudiantes grenobloises sont notables à partir de 1924, comme Amélie Dellozcour, Marcelle Richard ou Jeanne Bouchet, et on compte une dizaine de femmes-géographes grenobloises remarquables entre 1913 et 1928. N’exagérons cependant pas la féminisation de la géographie à Grenoble dans les années 1920 : entre 1923 et 1925, 5 DES y ont été soutenus, dont 1 seul par une femme. À Paris, quelques exemples jalonnent également les années 1920, au moins un cas par an, que l’on peut désormais recouper avec la liste officielle des DES de géographie, parue dans les AG. Pour les DES, on note en 1923 les noms de Marcelle Bresson et Madeleine Page, en 1925 ceux de Madeleine Ayral et Simone Glorieux63, en 1926, de Marie-Louise Arviset et en 1927 celui de Hélène Raverez. Enfin, en 1928, deux des quatre femmes qui présentent le DES d’histoire et géographie parmi les 30 candidats parisiens (soit 13 % de féminisation) sont des géographes, à savoir Mlle Delanglade et Valentine Rivier, future agrégée féminine d’histoire en 1930.

  • 64 Elle épouse dès 1927 le sculpteur Raymond Delamarre (1890-1986), dont elle a quatre enfants (Segale (...)
  • 65 Marthe Oulié est une personnalité singulière et intéressante. Titulaire du baccalauréat à l'âge de (...)
  • 66 Cette question concerne peu de personnes : à l’époque « le corps professoral de l’enseignement publ (...)

33Deux éléments sont à noter pour cette période. D’abord, remarquons ici la place tenue par les héritières, montrant de nouveau une certaine reproduction disciplinaire familiale. Après Foncin et Dognon, c’est la fille de Brunhes, Mariel Jean-Brunhes64, qui devient également géographe, d’abord dans le sillage de l’œuvre paternelle, « sous la houlette d’un père autoritaire et aimant, à qui, dès l’âge de treize ans, elle servit de secrétaire » (Segalen, 2002, p. 529), début de carrière très précoce et marqué par des voyages pour le compte des « Archives de la Planète » mais aussi à dimension sportive (Crète en 1925, Canada en 1928). Elle signe ainsi en 1926 sa première publication, un ouvrage thématique et illustré consacré à l’île grecque, coécrit avec l’archéologue voyageuse Marthe Oulié (1901-1941)65, publié et primé par la Société de géographie de Paris (Jean-Brunhes, Oulié, 1926). De plus, la fille de Demangeon, Suzanne, fait sous sa direction un mémoire de DES consacré à l'approvisionnement de Paris en fruits et légumes en 1927, publié l'année suivante dans les AG : son mariage, la même année, signe la fin de sa (très courte) carrière universitaire qui renoue avec le thème « domestique » que Foncin et Vergez-Tricom avaient étudié avant elle, sous la férule du même professeur. Ensuite, considérons de nouveau la question des Sévriennes. L’enseignement y est alors marqué par une certaine instabilité et une fermeture par rapport à l’université. Demangeon abandonne l’ENSJF en 1922, Camille Vallaux (1870-1945), professeur agrégé à Janson de Sailly, fait la transition en 1923 et, de 1921 à 1938, y enseigne Edmond Chassigneux (1875-1967), professeur agrégé au collège Chaptal de Paris de 1920 jusqu’à sa retraite, à la fin des années 1930, très versé dans les questions de la géographie coloniale de l’Indochine mais sans relais académique (Coll., 1932, p. I ; AAEENS, 2010, p. 674). Dès lors les Sévriennes, rarement géographes, disparaissent complètement du champ disciplinaire pour être directement absorbées par le secondaire à travers l’agrégation66. Les choses changent un peu à ce niveau, avec la réforme Bérard de 1924 ouvrant toutes les agrégations masculines aux filles. En 1925, ce sont 19 hommes et 7 femmes qui sont reçus en histoire et géographie, mais aucune géographe. Celle qui l’obtient en 1928, Vergez-Tricom, sort de fait du champ de la géographie universitaire en intégrant immédiatement l’enseignement secondaire.

  • 67 A savoir Choveaux, Colani, Dorne, Foncin et Nouvel.
  • 68 Colani, Dorne, Vergez-Tricom, Lefèvre, Bresson, Brunhes-Delamarre et Foncin.
  • 69 Mlles Félicie Jacq et Marie Pardes, Mmes Bass, Richard, Spindler, Marie-Louise Debesse-Arviset et R (...)

34Élargissons l’enquête au niveau national. La liste des premiers membres de l’AGF, montre la faiblesse de la féminisation au sortir de la Grande Guerre : en 1922, on compte 5 femmes sur 136 noms (à peine 4 %), mêlant les écoles de Grenoble et de Paris67 (Ginsburger, 2010, annexes, p. 763). À l’Assemblée générale de l’AGF du 10 avril 1924, on note 2 femmes (Bresson, Foncin) sur les 18 présents (11 %), tandis que Choveaux s’implique dans la vie de l’association, organise et raconte l’excursion de l’association dans le port de Paris, le 25 février 1925. En 1926, sa mort, à 29 ans, est évoquée avec émotion par Brunhes, qui parle d’elle comme « prématurément emportée par la maladie (…), personnalité si courageuse et si sympathique » (Brunhes, 1926). La liste des DES entre 1923 et 1925 montre que 47 DES de géographie ont été soutenus en France dans cette période (16 par an en moyenne), dont la moitié (23) à Paris et seulement 4 par des femmes (8,5 %), tous à Paris (3) et Grenoble (1). En janvier 1928, on compte 14 femmes sur les 189 membres de l’AGF (soit 7,5 %) : parmi elles, 8 enseignantes du primaire et du secondaire, 1 du supérieur belge et 5 sans profession certaine, et on peut remarquer un certain renouvellement des noms, plus ou moins en lien avec la liste des DES, avec 7 « historiques »68 et 7 « nouvelles »69. Pourtant, signe de reconnaissance et de montée en force, le BAGF voit alors paraître ses deux premiers articles signés par des femmes, de nouveau Vergez-Tricom, à l’époque enseignante au lycée de Cherbourg, avec un article consacré à la géographie humaine de la Roumanie tiré d’une conférence prononcée le 2 février, puis, en décembre, un exposé de Marcelle Bresson sur l’économie et la pêche dans la presqu’île du cap Sizun. Enfin, au Congrès international de géographie de Cambridge en 1928, Foncin est invitée à parler de « l’habitat rural dans les Maures », reconnaissance internationale remarquable et confirmation de sa spécialisation en géographie humaine, sur un thème où pourtant on ne l’attendait pas vraiment (Foncin, 1930).

Une floraison de thèses féminines

35Pendant la Grande Guerre, Blanchard propose à Todd de commencer une thèse sous sa direction. Ceci n’aboutit pas car la jeune femme souhaite rester dans le champ américain, et le professeur grenoblois ne trouve personne pour réaliser avec lui la dernière conquête féminine dans les bastions de la discipline, à savoir le doctorat. C’est à Paris qu’est franchie cette nouvelle étape de la normalisation, au sommet de l’édifice académique, par Marguerite-Alice Lefèvre. Sa thèse d’université (et non d’Etat) est soutenue en 1925, sous la direction de Demangeon : elle traite de géographie humaine, singulièrement de l’habitat rural en Belgique. En la matière, elle précède de très peu celle de Sclafert, qui quitte Grenoble pour la région parisienne, suivant sa mentor Grauvogel, devenue directrice de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses en 1917 (Zemon Davis, 1992 ; Thébaud, 2007, p. 40). À plus de quarante ans, elle y devient répétitrice de latin et de grammaire, s’inscrit en doctorat d’histoire à Paris, sous la direction de Ferdinand Lot (1866-1952), et soutient sa thèse en 1926. Avec ce travail sur le Haut-Dauphiné au Moyen Âge, Sclafert est bien l’une des rares historiennes professionnelles de l’époque (Dumoulin, 1998), une médiéviste dans la lignée des Annales (Zemon Davis, 1992) et l’une des premières femmes à avoir acquis en la matière une position de reconnaissance académique avant 1945 (Charle, 1999). Mais elle est aussi géographe, à la fois spécialiste de géographie historique et très sensible à la dimension géographique, voire écologique de l’histoire médiévale : elle publie aussi des articles sur le Dauphiné, Sisteron et la question du déboisement dans les Alpes du Sud dans les AG et la RGA en 1926, 1928 et 1933, et consacre sa thèse complémentaire à « l’industrie du fer dans la région d’Allevard au Moyen Âge ». Cette étude est certes nourrie de citations en latin tirées de documents conservés aux archives de l’Isère, mais comporte également de nombreuses références aux œuvres de Blanchard qui rappelle d’ailleurs cette généalogie intellectuelle dans son compte rendu de lecture, à la fois élogieux et critique :

Ce n’est pas sans quelque émotion que je vois paraître ce gros volume. (…) C’est un livre d’histoire, et nul doute que les historiens ne l’utilisent beaucoup. Mais à mon avis, et je crois bien de l’avis de l’auteur, c’est avant tout un livre de géographie. (…) [Ici], la géographie prend sa revanche. Au fond, dans ce volume, l’histoire est la science auxiliaire avec laquelle on fabrique de la géographie. De ces textes historiques, l’auteur tire une description géographique du Dauphiné au Moyen Âge, une étude de géographie rétrospective (Blanchard, 1926, p. 665-667).

  • 70 Elle demeure répétitrice à Fontenay jusqu’en 1935, date à laquelle sa protectrice Grauvogel quitte (...)
  • 71 Ce qui est comparable au champ de l’histoire, puisque Hedwig Hintze, la première dans cette discipl (...)
  • 72 Moscheles est juive et doit fuir l’Europe à la veille de la Seconde Guerre mondiale face aux perséc (...)

36Sclafert est donc en un sens la deuxième femme à avoir conquis, dans les années 1920, la géographie universitaire jusqu’à la thèse. Comme Blanchard l’écrit plus tard : « Lorsque [elle] eut quitté Grenoble pour Paris, [il a] continué à suivre avec toute la sympathie qu’il comportait l’effort par lequel cette simple institutrice s’est élevée au rang de[s] meilleurs savants » (Blanchard, 1926, p. 665-667). Ainsi, « il ne se passait guère d’année sans [que les deux arrivent à se] rencontrer et discuter ferme sur les problèmes de la Haute Provence » (Blanchard, 1962). Même s’il faut parfois se méfier de la tendance de Blanchard à revendiquer des influences peut-être moins fortes que ce qu’il affirme, par souci d’autopromotion, il est cependant clair que Sclafert fait partie de son cercle et qu’il entretient une amitié durable avec elle. Enfin, la troisième docteure en géographie est Basserre qui prépare un doctorat sur l’économie agricole et pastorale du Cantal (dont elle est originaire), sous la direction de Demangeon, au moins à partir de 1923, puis le publie en 1928. Mais la question ici est aussi celle des bénéfices professionnels de ces travaux. Comme Basserre, comme Lefèvre, Sclafert pose la question de la féminisation de la profession de géographe universitaire, c'est-à-dire de la professionnalisation des géographes féminines dans ce premier tiers du XXe siècle, l’institutionnalisation de la présence féminine dans la discipline. Elle représente une génération d’enseignantes qui reprennent et terminent leurs études, sans perspective de carrière, avec une reconnaissance toute relative, dans les interstices du système et dans une position intermédiaire, ici entre le latin, la géographie et l’histoire, entre l’université et l’enseignement secondaire, entre Fontenay, Paris et Grenoble : institutrice docteure, mais sans agrégation. Ceci explique tout autant son absence de « bénéfice professionnel » après sa thèse que les mœurs universitaires de cette « époque malthusienne et misogyne » (Cadène, 2004, p. 286)70. Lefèvre tire profit de sa thèse, mais de manière difficile et par une professionnalisation en Belgique, en devenant assistante à l’université de Louvain. Enfin, Basserre, beaucoup plus jeune, disparaît du champ disciplinaire une fois sa thèse soutenue : elle se marie avec un certain Couillaud et part vivre à Toulon (Association, 1934). Cette période de floraison et de maturité de thèses féminines de géographie (1925-1928) semble tardive quant à l’accès des femmes-géographes au « chef-d’œuvre » universitaire, mais la comparaison avec d’autres pays permet de relativiser ce constat. Aux Etats-Unis, la première femme à obtenir un doctorat de géographie est la Britannique Gladys Wrighley (1885-1975), à Yale en 1917, sous la direction d’Isaïah Bowman (1878-1950), à l’influence duquel elle doit sans doute le choix de son sujet sur les routes et les villes dans les Andes centrales, et qui la recrute pour longtemps comme secrétaire de l’American Geographical Society de New York dont il est le directeur. En 1923, Millicent Todd soutient sa thèse sur le Pérou, seul exemple de doctorat de géographie soutenue par une femme à Harvard. En Allemagne, le doctorat soutenu par Martha Krug en géographie scolaire à Heidelberg en 1899 reste longtemps une glorieuse exception. La première titulaire de l’équivalent du doctorat d’Etat français, l’habilitation, est Lotte Möller (1893-1973), en 1929, à Berlin, spécialisée en océanographie71, tandis que la deuxième, première véritable géographe, Julie Moscheles (1892-1956), soutient sa thèse en 1934 à l’université allemande de Prague. Il s’agit donc ici encore des pionnières paradoxales et marginales dans le champ disciplinaire (océanographe pour la première, tchécoslovaque pour la seconde72).

Entre reconnaissance, réticence et critique : les réactions des hommes

37Quelles furent les réactions des hommes-géographes français à la nouveauté de l’accès des femmes aux diplômes avancés de géographie, en particulier au doctorat ? Analysons, faute de mieux, les comptes rendus publiés à leur sujet dans les revues spécialisées, avec la conscience des limites de ce genre de textes (Ginsburger, 2014). Le seul écho que l’on ait de la réception de la thèse de Lefèvre est le compte rendu que Demangeon en fait dans les AG, après sa publication à Liège. Le professeur parisien insiste à son propos sur son côté systématique, trace d’un « esprit de curiosité géographique », mais aussi sur ses illustrations photographiques comme cartographiques : le ton est très louangeur, tant du point de vue du travail de terrain que de l’analyse, ce qui n’est pas étonnant si l’on considère la nature du texte comme celle des liens académiques entre Demangeon et Lefèvre. Ce qui est un peu plus surprenant est la façon dont il décrit le style de la jeune femme : « Cette description des maisons apporte mille détails pittoresques et charmants, et elle ajoute quelques jolies pages à un livre qui nous satisfait déjà par la solidité de sa méthode » (Demangeon, 1926, p. 370). Il n’est pas anodin d’utiliser ici des termes aussi fortement marqués du point de vue du genre, même s’ils sont associés à des qualités plus générales et communément valorisées par l’écriture géographique de l’époque (le pittoresque, la méthode). De plus, il insiste sur la situation professionnelle de l’auteure, « assistante au séminaire de géographie de l’université de Louvain », et il conclut ainsi son texte : « Qu’il nous soit permis, pour terminer, d’associer au nom de Mlle Lefèvre le nom de son excellent maître, Mr Michotte, professeur à l’université de Louvain » (Demangeon, 1926, p. 370). Si une telle attention est caractéristique de la sociabilité savante européenne de l’époque, il n’est cependant pas vraiment habituel de lier un tel ouvrage à un universitaire qui n’en a pas dirigé la rédaction. Pour Demangeon, Lefèvre est donc bien légitime et son travail de qualité, mais c’est encore en rapport avec ses « patrons » français et belge, et la toute nouvelle docteure en géographie est ici bel et bien féminisée et assignée à son genre. Remarquons, pour nuancer ce propos, que Demangeon traite ses « protégées » avec un égal paternalisme que ses élèves masculins : André Meynier (1901-1983), en 1923 professeur à Aurillac, aurait bien aimé consacrer sa thèse au Cantal, mais, ce sujet étant déjà pris par Basserre, il doit se rabattre vers l’étude du Ségala aveyronnais auquel il consacre sa thèse en 1931 (Broc, 2001, p. 177).

  • 73 La critique contre la thèse de Lefebvre, un autre élève de Demangeon s’intéressant aux Pyrénées cet (...)

38La situation est différente en ce qui concerne la réception de la thèse de Basserre justement, pour le coup totalement géographique, écrite par une Parisienne de l’école de Demangeon sur un sujet considéré comme la « chasse gardée » de l’école de Grenoble (Broc, 1991), à savoir le Cantal et le Massif Central. À ce niveau, il n’y a aucun commentaire de ce livre dans les AG, mais c’est Marc Bloch (1886-1944) qui, dans le numéro inaugural des Annales d’histoire économique et sociale, lui consacre le premier un long article couplé avec la thèse complémentaire de Chabot sur la Dombes orientale, parue en 1927 (Bloch, 1929). Si l’ouvrage de ce dernier est décrit comme « une fine et précise étude », celui de la géographe est selon Bloch « à la fois trop rapide (…) et trop verbeux » et témoigne « de beaucoup d’inexpérience ». Alors que l’historien reproche à Chabot d’avoir négligé de parler des banques et de la fonction financière de Lyon, il précise qu’« il est presque superflu d’ajouter que des oublis de même nature se retrouvent dans le livre de Mlle Basserre » ; et tandis qu’il félicite son collègue d’avoir écrit « un développement intéressant sur la forme des agglomérations », c’est pour rajouter immédiatement « à la différence de Mlle Basserre » (Bloch, 1929, p. 137). L’impression qui se dégage donc ici est celle d’une critique différenciée, hostile à l’œuvre de la géographe. Au même moment, les commentaires des élèves de Blanchard sont réduits à deux comptes rendus parus pour l’un dans la RGA, à la parution du livre en 1928, pour l’autre dans les Etudes Rhodaniennes, deux ans plus tard. Le ton des deux textes est différent, alors que c’est le même géographe qui signe, Philippe Arbos (1882-1956), professeur à Clermont-Ferrand depuis 1919. En 1928, dans une analyse très précise de sept pages, il s’attaque autant à l’auteure de la thèse qu’à l’école parisienne. Il conteste d’emblée la problématique et le sujet choisis (ce « n’est pas une étude exactement semblable aux monographies précédemment publiées par les géographes français »), la définition du Cantal donnée par Basserre, certaines données, qualifiées de « curieuses », même si certains passages font l’objet d’éloges, notamment sur « la vie à la montagne », « des pages drues et pittoresques », ou sur « l’habitation des paysans cantaliens », « des pages qui sont parmi les meilleures de sa thèse (…) empreintes d’un contact direct avec la réalité et qui valent par une précision vivante et pittoresque ». Arbos concède à Basserre « un goût et un sens très vifs [des choses locales], qui confèrent à son ouvrage un réalisme vraiment géographique » (Arbos, 1928, p. 831), en raison notamment de sa connaissance personnelle du terrain. Mais le professeur clermontois « ne peut s’empêcher de regretter qu’elle ait, de propos délibéré, renoncé à donner à son travail plus d’ampleur », n’ait pas « porté une attention plus marquée aux conditions physiques », en particulier aux forêts ou au climat, d’autant que « certaines de nos enquêtes ne concordent pas toujours avec celles de Mlle Basserre » (Arbos, 1928, p. 832). Finalement, Arbos concède que l’ouvrage de la jeune femme, « excellemment illustré et écrit avec une facilité diserte », se lit « avec profit et agrément », au final une « vivante image d’ensemble » du Cantal. Mais il lui semble être « une esquisse, (…) un tableau où les détails et les contrastes » ne sont pas assez mis en valeur, ni « les liens entre les phénomènes », ni « les données de la nature, celles de l’histoire, enfin les études relatives à d’autres régions de montagne » (Arbos, 1928, p. 836). C'est un commentaire somme toute équilibré, certes critique, mais avec le constat qu’il s’agit d’un livre « qu’on ne pourra se dispenser de consulter à l’avenir quand on s’occupera du Cantal ». Le texte de 1930 est beaucoup plus court (dix-sept lignes), mais aussi plus brutal et mordant : « le sujet est ample, varié, complexe. Aussi souhaiterait-on que les développements soient moins généraux ». Il termine son commentaire par une remarque formelle : « regrettons un lapsus qu’on ne s’attendrait pas à trouver dans une thèse de doctorat » (Arbos, 1930, p. 463). Bref : Mlle Basserre, malgré des qualités, n’est pas vraiment, selon Arbos, au niveau de l’exercice… Ces commentaires critiques sont donc globalement négatifs : on ne saurait distinguer en la matière les réelles maladresses de Basserre, l’hostilité à l’égard de Demangeon et de l’École de Paris de géographie humaine73, et une certaine misogynie, considérant que l’ouvrage de la femme-géographe était illégitime, en soi et en tant que thèse.

39Cependant, les doctorats de Lefèvre, Sclafert et Basserre semblent ouvrir la voie, et Myriem Foncin songe elle aussi à mener un doctorat, sous la direction de Demangeon, consacré au « développement de l’agglomération parisienne au cours des derniers siècles », dont la préparation est visible dans ses publications des années 1920 (Roncière, 1978, p. 321). Elle en fait très explicitement état en 1929 dans un exposé devant les membres de l’AGF, même si elle ne semble pas vraiment convaincre son auditoire : De Martonne est très dubitatif sur sa méthode et Demangeon la défend mollement. Finalement, elle ne réussit jamais à l’achever.

Conclusion

  • 74 Ce processus est général pour les femmes, mais il s’applique également massivement pour les hommes  (...)
  • 75 C’est d’ailleurs peut-être là une de leurs particularités par rapport aux hommes, moins nombreux à (...)
  • 76 Cependant, ceci est très rarement explicité : certaines réactions de Gallois, Sagnac, Demangeon et (...)

40En géographie comme dans d’autres secteurs de la science institutionnalisée du XXe siècle, les premières à faire la conquête des « bastions de la masculinité » dans le champ français dans la période allant de la veille de la Grande Guerre à la fin des années 1920, sont donc d’abord des étrangères, formées ailleurs, présentes un peu par hasard, puis rapidement des Françaises mieux implantées. Cette « parenthèse enchantée » des géographes féminines concentre les nouveautés : premiers DES, articles, enseignements et doctorats, de manière largement éphémère et minoritaire cependant. L’existence de ces « pionnières », apparaissant de façon plus discrète qu’éclatante, ne doit pas cacher que les universités françaises comptent bien, entre 1913 et 1928, un certain nombre de femmes « ordinaires » dans les rangs des spécialistes de géographie, singulièrement parmi les étudiants, que ce soit en licence ou en DES, en particulier à Paris et Grenoble, foyers visibles du fait de leurs revues. Les Parisiennes sont plus jeunes mais peu stables, et on doit noter la place relativement faible tenue par les Sévriennes, l’essentiel du contingent des femmes-géographes venant des bancs de la Sorbonne, tandis que les Grenobloises semblent plus âgées et plus durablement présentes. Ces deux milieux féminins sont différents, mais marqués par un turn-over important, au gré des décès, mariages et affectations de celles qui choisissent la carrière d’enseignantes, l’agrégation, un des seuls moyens de professionnalisation pour les femmes-géographes, signifiant le plus souvent dans la pratique l’abandon de la recherche scientifique et de l’université pour le seul enseignement secondaire, à la différence des hommes74. Si Foncin, Vergez-Tricom ou Lefèvre sont des collaboratrices régulières des différentes revues spécialisées françaises pendant les années 1920, cette situation n’est pas la norme : la plupart des publiantes ne signent qu’un seul article, en lien direct avec leur DES, puis sortent du champ disciplinaire75. Au final, cette cinquantaine de noms manifeste l’émergence encore limitée de figures « habituelles » et normales de géographes féminines, même si elles sont certainement ici encore socialement féminisées, assignées à leur genre du fait des obstacles existant dans la discipline à l’égard de la poursuite de leur activité scientifique ou professionnelle, du fait également d’une certaine injonction à garder leur position de filles, épouses, élèves, employées, au service des mandarins, toujours masculins76.

  • 77 Une conjonction de phénomènes explique cet engorgement. D’abord, les titulaires de chaires universi (...)

41Cette présence féminine dans la géographie française a une chronologie. Elle précède la Grande Guerre, mais est indéniablement accélérée par le conflit et finalement rapidement acceptée, voire encouragée par la plupart des enseignants titulaires. Ceci peut être interprété de plusieurs façons. La féminisation de 14-18 est pleinement intégrée dans les cultures de guerre, contribuant à légitimer l’enseignement des professeurs non-mobilisés, et permettant la poursuite d’une activité scientifique témoignant de la résistance de la science nationale à l’agression extérieure, tant dans les amphithéâtres que dans les revues spécialisées qui, toutes, poursuivent vaille que vaille leur publication, notamment grâce aux travaux des étudiantes. « Munitionnettes » de la géographie française, « géographettes » si l’on veut, passant, du fait de l’hécatombe, de l’image d’usurpatrices entrées par effraction, à celle de supplétives légitimes, elles tendent à généraliser une pratique singulière de la division du travail scientifique, à savoir la publication rapide des DES, une dynamique locale de porosité entre l’activité pédagogique des enseignants et leur politique de responsables de revue, le passage d’une étude académique, d’un mémoire d’initiation aux méthodes scientifiques de terrain à un véritable texte savant en résumant les principaux résultats, alors que les travaux légitimes sont plutôt tirés de la thèse de doctorat. Ce raccourcissement de la chaîne de travail scientifique est donc un des marqueurs de la féminisation de la discipline, sans qu’il perde en soi en qualité. Mais les exemples particulièrement renseignés de Dubois, Blanchard et Demangeon montrent un autre enjeu de ce phénomène. Dans la période de Grande Guerre marquée par une certaine pénurie de main d’œuvre scientifique masculine, les géographes féminines, souvent déjà présentes dans le système universitaire et/ou de parenté, accèdent ponctuellement à des enseignements, des responsabilités et des activités scientifiques (à défaut de postes universitaires) mais dans des situations où elles sont utiles à leurs professeurs. Ce processus ne s’est pas vraiment fait contre ces derniers, ni sous leurs yeux de témoins passifs, mais avec eux, grâce à eux et souvent à leur profit en terme de reconnaissance académique, même si ceci concerne surtout des activités savantes situées dans les périphéries de la discipline, dans des fonctions significativement décrites comme « ingrates [et] anonymes [mais] nécessaires » (Blanchard, 1933). C’est que, au même moment et plus encore dans les années 1920, la concurrence sur le marché des postes universitaires est également exacerbée77 et ne leur laisse pour l’heure aucune place.

  • 78 La période de la Grande Guerre doit être intégrée dans une perspective plus large. Ainsi, la table (...)

42En définitive, quelle importance et quel poids les géographes féminines ont-elles eus entre 1913 et 1928 ? Le taux de 10 %, souvent rencontré dans les divers indicateurs que nous avons étudiés78, montre que la féminisation est certes restée faible, mais ne se résume pas à quelques « gouttes d’eau dans un océan » masculin (Broc, 2001). L’année 1928 marque, on l’a dit, une première rupture quantitative et symbolique, mais ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale et plus encore à partir des années 1960 que s’opère réellement l’enracinement des femmes dans la discipline.

Haut de page

Bibliographie

Archives

AN : Archives nationales, Paris : AJ/16/4956 : Répertoire annuel des candidats au diplôme d'études supérieures d'histoire et de géographie à la Faculté des Lettres de l'Université de Paris de 1895 à 1938.

BM : Bibliothèque Mazarine, Paris : fonds Albert Demangeon.

MTB : Archives de l’université de Yale, New Haven : Papiers Millicent Todd Bingham.

Sources imprimées

Arbos P., 1928, « Compte rendu critique : Le Cantal agricole et pastoral », Revue de géographie alpine, vol. 16, No.4, 829-836.

Arbos P., 1930, « Compte rendu : Géographie régionale, thèse de Madeleine Basserre », Etudes Rhodaniennes, vol. 6, No.4, 462-463.

Association amicale des anciens élèves de la Faculté des lettres de Paris, 1934, Annuaire, année 40, No.4, Paris, imp. J. Thevenot.

Bigallet A., 1922, « La vie d’hiver dans le Haut-Vénéon », Revue de géographie alpine, vol. 10, No.4, 625-634.

Blanchard R., 1915, « Chronique de l’Institut de Géographie Alpine. Deuxième Semestre 1914-1915 », Revue de géographie alpine, vol. 3, No.4, 457.

Blanchard R., 1924, « Chronique de l’Institut de géographie alpine », Revue de géographie alpine, vol. 12, No.4, 688.

Blanchard R., 1926, « Compte rendu de lecture de Thérèse Sclafert », Revue de géographie alpine, vol. 14, No.3, 665-671.

Blanchard R., 1936, « Nécrologie. Marcelle Billon », Revue de géographie alpine, vol. 24, No.1, 213-215.

Blanchard R., 1962, « Compte rendu de lecture de Thérèse Sclafert », Méditerranée, 3e année, No.1, 81-83.

Blanchard R., 1963, Je découvre l’Université, Douai, Lille, Grenoble, Paris, Librairie Arthème Fayard.

Bloch M., 1929, « Economie française : monographies géographiques », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 1, No.1, 134-137.

Brunhes J., 1926, « Hommage à Andrée Choveaux », Bulletin de l’Association de géographes français, 3e année, vol. 11, No.2, 1.

Collectif (Ecole de Sèvres), 1932, Le Cinquantenaire de l’Ecole de Sèvres, 1881-1931, Paris, Printory Presses.

Demangeon A., 1926, « L’habitat rural en Belgique d’après le livre de Mlle M. A. Lefèvre », Annales de Géographie, vol. 35, No.196, 367-370.

De Martonne E., 1924, « Excursion géographique dans le Morvan et la Côte-d’Or », Bulletin de l’Association de géographes français, 1ère année, No.2, 5-16.

Ficheux R., 1973, « Emmanuel de Martonne », Studii Si Cercetari de Geologie, Geofizica, Geografie, Seria Geografie, vol. XX, No.1, Bucarest, 13-34.

Foncin M., 1920, « Quelques réflexions géographiques à propos du concours (1ère section) pour le Plan d’aménagement et d’extension de Paris », La Vie Urbaine, vol. 2, No.5, 77-90.

Foncin M., 1930, « Habitat rural dans les Maures », in: International Geographical Congress, Cambridge, Report of the Proceedings, Cambridge, Cambridge University Press, 359-360.

Jean-Brunhes M., Oulié M., 1926, La Crète d’aujourd’hui et la Crète d’autrefois, Paris, Société de géographie de Paris.

Veyret P., 1953, « Nécrologie : Anne Dorne », Revue de géographie alpine, vol. 41, No.2, 159-160.

Études

Anderson M., 2006, Women and the politics of travel, 1870–1914, Cranbury (NJ), Fairleigh Dickinson University Press.

Association des Anciens Elèves de l’Ecole Normale Supérieure (AAEENS), 2010, Supplément historique, Paris.

Audoin-Rouzeau S., Becker A., 2000, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard.

Barrera C., 2010, « Les étudiants-soldats américains en France au sortir de la Première Guerre mondiale », Histoire de l’Education, No.125, 27-48.

Berman M., 1987, « Millicent Todd Bingham (1880-1968) », Geographers : Biobibliographical Studies, vol. 11, 7-12.

Boulain V., 2012, Femmes en aventure. De la voyageuse à la sportive (1850-1936), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Broc N., 1991, « Ecole de Grenoble contre école de Paris : les Alpes enjeu scientifique », Revue de géographie alpine, vol. 89, No.4, 95-105.

Broc N., 1993, « Homo geographicus : Radioscopie des géographes français de l’entre-deux-guerres (1918-1939) », Annales de géographie, vol. 102, No.571, 225-254.

Broc N., 2001, « Géographie au féminin : les premières collaboratrices des Annales de Géographie (1919-1939) », Annales de géographie, vol. 110, No.618, 175-181.

Bruhns H., 2014, « Hewig Hintze (1884-1942). Une historienne en avance sur son temps, un destin tragique, une reconnaissance tardive », in : Burguière A., Vincent B. (dir.), Un siècle d’historiennes, Paris, Ed. des femmes – Antoinette Fouque, 98-115.

Cadène N., 2004a, « Vielliard, Jeanne », in : Amalvi C. (dir.), Dictionnaire biographique des historiens français et francophones, Paris, La Boutique de l’histoire, 317-318.

Cadène N., 2004b, « Sclafert, Jeanne, dite Thérèse », in : Amalvi C. (dir.), Dictionnaire biographique des historiens français et francophones, Paris, La Boutique de l’histoire, 286-287.

Charle C., 1999, « Les femmes dans l’enseignement supérieur. Dynamiques et freins d’une présence 1946-1992 », in : Duclert V., Fridenson P. (dir.), Avenirs et avant-gardes en France. Mélanges Madeleine Rébérioux, Paris, La Découverte, 84-105.

Charle C., Verger J., 2012, Histoire des universités XIIe-XXIe siècle, Paris, PUF, coll. Quadrige.

Claval P., Sanguin A.-L. (dir.), 1996, La Géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan.

Compagnon B., Thévenin A., 2001, Histoire des instituteurs et des professeurs, de 1880 à nos jours, Paris, Perrin, coll. Terre d’histoire.

Denis J., 1986, « Marguerite Lefèvre 1894-1967 », Geographers : Biobibliographical Studies, vol. 10, 105-110.

Downs L. L., 2005, « ‘What did you do during the Great War, Mummy?’. L'histoire du genre, l'histoire de la culture et l'histoire des femmes pendant la Grande Guerre », in : Becker J.-J. (dir.), Histoire culturelle de la Grande guerre, Paris, Armand Colin, 183-203

Downs L. L., 1995, L’inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre (1914-1939), Paris, Albin Michel.

Dumoulin O., 1998, « Archives au féminin, histoire au masculin. Les historiennes professionnelles en France, 1920-1965 », in : Thelamon F., Sohn A.-M. (dir.), Une histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Perrin, 343-357.

Efthymiou L., 2003, « Le genre du concours », Clio. Histoire, femmes et sociétés, No.18, « Mixité et coéducation », 91-112.

Eppinga J., 2008, They Made Their Mark. An Illustrated History of the Society of Woman Geographers, Guilford (Conn.), Globe Pequot Press.

Ginsburger N., 2010, « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes universitaires, France-Allemagne-Etats-Unis (1914-1921), thèse de doctorat d’histoire contemporaine, Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense, dir. Annette Becker. [version intégrale en ligne : http://bdr.u-paris10.fr/theses/internet/2010PA100195.pdf]

Ginsburger N., 2014, « Théodore Lefebvre, un bon géographe pour Poitiers ? Identités sociale, professionnelle et disciplinaire entre stratégies, rivalités et affinités dans la géographie française de l’entre-deux-guerres (1933-1934) », Norois. Environnement, Aménagement, Société, No.230, 1, 7-19.

Hancock C., 2004, « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste » in : Bard C. (dir.), Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Angers, Presses de l'Université d'Angers, 165-174.

Hulin N., 2002, Les femmes et l’enseignement scientifique, Paris, PUF.

Jégou A., Chabrol A., de Bélizal E., 2012, « Rapports genrés au terrain en géographie physique », Géographie et cultures, No.83, « Les espaces des masculinités » (http://gc.revues.org/2027).

Lemercier C., Zalc C., 2013, « Le sens de la mesure : nouveaux usages de la quantification », in : Granger, Christophe (dir.), A quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au XXIe siècle, Paris, Autrement, 135-148.

Lethève J., 1993, « Myriem Foncin (1893-1976) », Bulletin d’information de l’Association des Bibliothécaires français, No.158, 99-100.

Löwy I., 2004, « Science et genre », in : Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D. (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, 200-204.

Maddrell A., 2009, Complex Locations: Women’s geographical work in the UK 1850-1970, Chichester, Malden, Royal Geographical Society, Blackwells-Wiley.

Margadant J. B., 1990, Madame le Professeur: Women Educators in the Third Republic, Princeton (NJ), Princeton University Press.

Mayeur F., 1977, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIe République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

MacLeod R., 2014, « Sciences en guerre », in : Winter J. (dir.), La Première Guerre mondiale, t. 2 : États, Paris, Fayard, 477-500.

Monk J., 2003, « Women’s Worlds at the American Geographical Society », The Geographical Review, vol. 93, No.2, 237-257

Monk J., 2004, « Women, Gender and the Histories of American Geography », Annals of the Association of American Geographers, vol. 94, No.1, 1-22

Monk, J., 2008, « Practically All the Geographers were Women », Presentation at Society of Woman Geographers Triennial, May 25, http://www.iswg.org/about1.html (page consultée le 15 avril 2009).

Morin-Rotureau E. (dir.), 2013, Françaises en guerre 1914-1918, Paris, Autrement.

Perrot M., 2001, Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion.

Pumain D., Robic M.-C., Rössler M., 2013, « Géographes : de l’exception à l’innovation (XXe-XXIe siècle) », in : Didier B., Fouque A., Calle-Gruber M. (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Ed. des femmes, 1724-1726.

Rasmussen A., 2004, « Sciences et scientifiques », in : Audoin-Rouzeau S., Becker J.-J. (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 677-688.

Rasmussen A., 2014, « La mobilisation des esprits », in : Winter J. (dir.), La Première Guerre mondiale, t. 3 : Sociétés, Paris, Fayard, 423-449.

Robic M.-C., Rössler M., 1996, « Sirens within the IGU. An analysis of the role of women at International Geographical Congresses (1871-1996) », Cybergeo: http://cybergeo.revues.org/5257, No.14, 14 décembre 1996.

Robic M.-C., 2001, « Des services et laboratoires de la Sorbonne à l'Institut de la rue Saint-Jacques (1885-1930) : divergences et non-convergences », in : Baudelle G., Ozouf-Marignier M.-V., Robic M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Espace et territoires, 81-101.

Robic M.-C., Mendibil D., Gosme C., Orain O, Tissier J.-L., 2006, Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française, Paris, ADPF.

Robic M.-C., 2013, « Lefèvre, Marguerite », in : Didier B., Fouque A., Calle-Gruber M. (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Ed. des femmes, 2511.

Roncière M. de la, 1978, « Myriem Foncin », Annales de Géographie, vol. 87, No.481, 320-325.

Roudinesco E., Schöttler P., 1993, « Lucien Febvre à la rencontre de Jacques Lacan, Paris 1937 », Genèses, No.13, 139-150.

Sanguin A.-L., 1993, Vidal de la Blache 1845-1918, Un génie de la géographie, Paris, Belin.

Schweitzer S., 2010, Femmes de pouvoir. Une histoire de l’égalité professionnelle en Europe (XIXe-XXe siècles), Paris, Payot.

Segalen M., 2002, « Mariel Jean-Brunhes Delamarre (1905-2001). Une œuvre entre géographie et ethnologie », Ethnologie française, vol. 32, No.3, 529-539.

Thébaud F. (dir.), 1992, « Le XXème siècle », in : Duby G., Perrot M. (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, t. 5.

Thébaut F., 2007, Ecrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Editions.

Tikhonov S. N., 2009, « Les femmes et l’université en France, 1860-1914. Pour une historiographie comparée », Histoire de l’éducation, No.122, 53-70.

Virgili F., 2002, « L'histoire des femmes et l'histoire des genres aujourd'hui », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 75, No.3, 5-14.

Waquet F., 2008, Les enfants de Socrate. Filiation intellectuelle et transmission du savoir, XVIIe-XXIe siècle, Paris, Albin Michel, Bibliothèque historique.

Wolff D., 2005, Albert Demangeon (1872-1940). De l’école communale à la chaire en Sorbonne, l’itinéraire d’un géographe moderne, thèse de doctorat de géographie, Université Paris I, dir. Marie-Claire Robic.

Wolff D., 2013, « La pratique de terrain d’un géographe moderne, Albert Demangeon (1872-1940) », Belgeo, 2 (http://belgeo.revues.org/10791)

Zemon Davis N., 1992, « Women and the World of the Annales », History Workshop Journal, No.33, 121-137.

Haut de page

Annexe

Tableau 3 : Éléments sur les principales géographes féminines dans le champ disciplinaire français (1913-1928)

Nom

Prénom

Dates et lieux principaux d’activité

Statut, carrière connue et publications

Allix

Juliette

 ?- ?

Paris

Un article de géographie économique générale dans les AG (1923).

Arviset (-Debesse)

Marie-Louise

1896- ?

Paris

Professeure d’Ecole normale. Un article dans les AG sur la disparition de l’industrie du « flottage à bûches » dans le Morvan (1924). DES sur le Châtillonnais (1926), publié dans les AG (1928). Mariage avec Monsieur Debesse (1927 ou 1928 ?)

Ayral

Madeleine

1903- ?

Paris

DES sur « l’Aubrac, essai de monographie » (1925) publiée dans les AG (1928).

Bass

 ?

 ?- ?

Paris

Agrégée. Membre de l’AGF en 1928.

Basserre

Madeleine

1895- ?

Paris

DES sur « la Planèze de Saint Flour, étude de géographie humaine » (1919), publié dans les AG (1921). Élève de Demangeon. Docteure en géographie (1928), puis se marie et sort du champ disciplinaire.

Ben Aben (-Crouzet)

Jeanne

1868 ?-1960

Paris

Sévrienne (1888), élève de Dubois, agrégée de lettres (1891), professeure au lycée Louis-Pasteur de Neuilly sur Seine.

Bigallet

Aimée

 ?- ?

Institutrice au hameau des Etages, commune de Saint-Christophe-en-Oisans, un article dans la RGA (1922).

Billon

Marcelle

 ?-1935

Grenoble

Enseignante à l’Ecole primaire supérieure de La Côte-Saint-André, puis, après 1923, de Grenoble. Un article dans la RGA (1925)

Bouchet

Jeanne

 ?- ?

Grenoble

Un article de géographie économique et humaine dans la RGA (1928).

Chartrou

J.–M.

 ?- ?

Paris

DES sur l’industrie de la pêche à Quiberon, publiée dans les AG (1922)

Choveaux

Andrée

1897-1926

Paris

DES sur le Morbihan (1918). Elève de Demangeon et de Brunhes. Plusieurs articles dans La Géographie et dans les AG (1920, 1922). Membre de l’AGF.

Colani

Jeanne

1871- ? (à la retraite en 1936)

Paris

Sévrienne (1890), élève de Dubois, agrégée de lettres-histoire (1893), professeure aux lycée de jeunes filles de Mâcon (1893-1895), du Havre (1895-1901), enfin de Versailles à partir de 1901, chargée de la préparation de l’entrée à Sèvres et Fontenay, membre de l’AGF.

Pas de travaux géographiques publiés.

Delanglade

 ?

 ?- ?

Paris

DES sur « la transplantation de l’industrie cotonnière dans les Vosges méridionales de 1870 à 1912 » (1928)

Dellozcour

Amélie

1885- ?

Grenoble

DES sur les vestiges préhistoriques dans les Alpes françaises (1923), publié dans la RGA (1924). Elève de Blanchard.

Demangeon

Suzanne

1905-1955

Paris

Fille et élève d’Albert Demangeon. DES sur l'approvisionnement de Paris en fruits et légumes (1927), publié dans les AG (1928). Mariage (1928) et fin de ses études.

Dognon (-Febvre)

Suzanne (Alice)

1897-1985

Paris, Strasbourg

Majore à Sèvres (1916), élève de Demangeon. Agrégée d’histoire (1919).

Professeure au lycée de jeunes filles d’Agen (1919-1920). Assistante de géographie à l’université de Strasbourg (1920-1921).

Mariage avec Lucien Febvre (1921), trois enfants (1922-1927).

Dorne

Anne

1892-1953

Grenoble

Sévrienne (1911), élève de Dubois, agrégée d’histoire (1915), professeure d’abord au Mans et à Versailles, à Antibes et à Chartres, puis à partir de 1918 au lycée de Chambéry pour une période continue de 35 ans, rapidement en contact avec Blanchard. Membre de l’AGF.

Pas de travaux géographiques publiés.

Folliasson

Jeanne

 ? - ?

Grenoble

Professeure au lycée de jeunes filles de Grenoble.

Plusieurs articles dans les Annales de l’université de Grenoble et dans la RGA.

Foncin

Myriem

(Marie, Joséphine, Lucie)

1893-1976

Paris

Fille de Pierre Foncin, élève de Demangeon, DES (1915), bibliothécaire (1920-1942) puis conservatrice en chef à la section de géographie de la Bibliothèque nationale. Retraite en 1963.

Plusieurs articles dans les AG (1916, 1919, 1931), dans La Vie urbaine (1920) et dans le BAGF (1929).

Gadoud

Marie

 ?-1923

Grenoble

Élève de Blanchard, agrégée d’histoire (1921)

Plusieurs articles dans la RGA (1917, 1920).

Girard

O.

 ?- ?

Paris

Un article sur le peuplement de la Bucovine dans les AG (1925), élève de De Martonne ( ?).

Glorieux

Simone

1902 (Alger)- ?

Paris

DES sur Alger (1925).

Hainneville

Renée (Marie, Suzanne, Berthe)

1899- ?

Paris

DES sur « Cherbourg, étude de géographie urbaine », sa ville natale (1919), élève de Demangeon.

Jacq

Félicie

 ?-1944

Sévrienne (1901), agrégée (1904), professeure au lycée de Versailles. Membre de l’AGF en 1928.

Javaugues

Hélène

 ?- ?

Paris

Un article dans les AG sur son Haut-Velay natal (1927).

Jean-Brunhes (-Delamarre)

Mariel

1905-2001

Paris

Fille, secrétaire et compagne de voyage de Jean Brunhes, voyage avec Marthe Oulié en Méditerranée (Crète en 1925, Canada en 1928). Ouvrage sur la Crète (1926). Mariée en 1927.

Lefèvre

Marguerite-Alice

1894-1967

Louvain, Liège, Paris

Élève de Michotte et Demangeon, docteure en géographie à la Sorbonne (1925), puis assistante de géographie en Belgique. Plusieurs articles dans les AG (1922, 1930).

Lemoigne

Lucie (Germaine)

1897- ?

Paris

DES sur « Le Hurepoix méridional, son contact avec la Beauce » (1919), élève de Demangeon

Lenoir

Marthe

1889- ?

Paris

DES sur « la vallée du Loix » (1917)

Long

Cécile (Hélène)

1890- ?

Paris

DES sur « les hautes vallées de l’Aigues et de l’Ouvèze » (1920), élève de Demangeon.

Main

A.

 ? - ?

Grenoble

Élève de Blanchard, un article dans la RGA (1915)

Marre

Jeanne

 ? -1985

Paris, Le Puy, Bordeaux

Sévrienne (1917), élève de Demangeon. Professeure de lettres au Puy (1920-1923), puis à Bordeaux à partir de 1931.

Moncoutié

Rachel

 ? -1971

Paris, Saintes, Niort, Tours

Sévrienne (1919), élève de Demangeon. Professeure au collège de Saintes (1922-1924), puis au lycée de Niort (1924-1927), enfin de Tours (1927- ?)

Moreau

Jeanne Françoise

1898- ?

Paris

DES sur la vie rurale de la région charentaise, à « la lisière du Limousin » (1918), publié dans les AG (1920), élève de Demangeon.

Motte (-Bresson)

Marcelle (Ida, Ernestine, Fernande, Caroline)

1897 (Gand, Belgique)- ?

Paris

DES sur « Belle-Île en mer, étude de géographie locale » (1923), publiée dans les AG (1924), élève de Demangeon.

Nouvel

Suzanne (Marthe)

1897- ?

Paris

DES sur « Les nomades et les sédentaires au Maroc. Leur répartition, leurs migrations », élève de Bernard. Publications dans La Géographie.

Page

Madeleine

1902- ?

Paris

DES sur « la vallée de la Seine et ses abords, de Paris à Mantes » (1923).

Pardes

Marie

 ?- ?

Professeure au lycée de Montpellier, agrégée (1919). Membre de l’AGF en 1928.

Pierrot

Cécile

1902- ?

Paris

DES sur « le pays de Paimpol, étude de géographie humaine » (1922), publié dans les AG (1923).

Raverez

Hélène

1903- ?

Paris

DES sur « les industries féminines du vêtement à Paris » (1927).

Renard

 ?

 ?- ?

En fonction à Paris. Membre de l’AGF en 1928.

Richard

Marcelle

 ?- ?

Grenoble

DES sur le Plateau de Langres (1927), article dans la RGA et dans les AG (1929). Elève de Blanchard.

Richard

Marcelle

 ?- ?

Professeure au collège de jeunes filles de Dax. Membre de l’AGF en 1928. Un article sur Langres dans les AG (1929).

Rivier

Valentine

 ?- ?

Paris

DES sur « La vallée de la Saône de Villefranche à Lyon » (1928), agrégation féminine d’histoire (1930).

Sclafert

Thérèse

1876-1959

Grenoble, Paris

Institutrice, puis directrice de l’Ecole d’application de Grenoble. Élève de Blanchard. Répétitrice de latin et de grammaire à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses. Doctorat d’histoire (1926). Plusieurs articles dans les AG et la RGA (1928, 1933, 1934).

Spindler

 ?

 ?- ?

Professeure à l’école primaire supérieure de Quimperlé. Membre de l’AGF en 1928.

Ténot

Suzanne

 ? - ?

Grenoble

Elève de Blanchard, une étude dans la RGA (1919).

Todd (-Bingham)

Millicent

1880-1968

Boston, Grenoble

Fille du directeur de l’observatoire de Boston, nombreux voyages en Europe et en Asie, auditrice de cours de géographie à Berlin en 1909-1911. Élève du Vassar College, d’Ellen Semple, du Radcliffe College et de Harvard, de Blanchard. M. A. de géographie (1917). Canteen dans une YMCA hut en France en 1918. Enseigne à l’université de Grenoble (1919). Épouse le psychologue Walter VanDyke Bingham (1920), pas d’enfant. Thèse de géographie à Harvard (1923). Un article dans la RGA (1933).

Tolmer

Blanche (Marie)

1889- ?

Paris

DES sur l’« évolution des méandres dans les plaines alluviales » (1921).

Vaughan

D. M.

 ?- ?

Liverpool, Grenoble

Anglaise, M. A. de l’université de Liverpool, élève de Blanchard. Un article dans la RGA (1913).

Vergez-Tricom

Geneviève (Blanche)

1889-1966

Paris, Bucarest, Lille

DES d’histoire (1916). Élève de Demangeon. Chargée de travaux pratiques à la Sorbonne (1922-1926), détachée à l’Institut français de Bucarest (1924-1927), agrégation masculine d’histoire et géographie (1928). Professeure dans divers lycées de province (en particulier à Lille), puis au lycée Jules Ferry, à Paris, dans une classe préparatoire. Plusieurs articles dans les AG (1920, 1921, 1923, 1924, 1927, 1930).

Vessereau

Marcelle

 ?- ?

Paris

Un article sur l’ubac et l’adret dans les Alpes occidentales dans les AG (1921)

Haut de page

Notes

1 Selon des usages aujourd’hui très largement admis dans les études historiques, nous utiliserons ici de manière consciente et assumée les noms communs féminisés (auteure, professeure, docteure), même si ces termes ne sont évidemment pas utilisés dans les textes de l’époque.

2 Par commodité, on appellera ici systématiquement la revue de l’Institut de géographie de Grenoble la Revue de géographie alpine, même si la rigueur devrait nous faire distinguer le Recueil des travaux de l’Institut de géographie alpine de sa création à 1919, puis la Revue de Géographie Alpine. De plus, on utilisera un acronyme pour désigner cette publication (à savoir RGA) comme toutes les autres revues disciplinaires, à partir du moment où le titre de la publication est donné intégralement une première fois.

3 Un tableau récapitulatif des différentes géographes notables que nous rencontrerons est placé en annexe (Tableau 3). Hélas lacunaire, il donne cependant une certaine visibilité à ces femmes méconnues, mais significatives. A ce niveau, remarquons ici que, de la même façon que pour les géographes masculins, leurs noms seront évoqués dans le texte sans faire un usage systématique de leurs prénoms, une fois ceux-ci donnés une première fois (à l’exception de Myriem Foncin et Suzanne Dognon), lorsqu’il y aura un risque de confusion avec leurs pères. Enfin, notons que certains prénoms restent à l’état d’initiales, malgré un genre certifié par la mention « Mlle » ou « Mme » dans le texte : ceci arrive également parfois pour les auteurs masculins.

4 Ainsi, concernant Gadoud, on ne connaît précisément ni son histoire personnelle, ni sa date de naissance, ni les circonstances de son décès, tandis que son dossier de carrière aux Archives nationales est introuvable. Elle est en cela représentative des difficultés que l’on rencontre face aux figures secondaires d’une discipline.

5 On compte près de 9 % d’étudiantes dans les universités françaises en 1913, en 1936 plus de 25 % (Charle, Verger, 2012, p. 112).

6 Ceci est vrai pour d’autres disciplines, par exemple les mathématiques (Hulin, 2002), ou l’histoire, avec comme pionnière la chartiste et médiéviste Jeanne Vielliard (1894-1979) (Cadène, 2004a).

7 On considèrera ici non seulement les personnes identifiées comme femmes ayant une activité savante de type géographique, mais surtout incluses dans des structures académiques disciplinaires légitimes, qu’elles soient physiques ou virtuelles (universités, associations, publications), en tant qu’étudiantes (élèves débutantes ou thésardes avancées), auteures, enseignantes ou chercheuses. Evidemment, on parle d’un groupe restreint : en France, on compte environ 500 professeurs d’université et 12 000 étudiants en 1880, 1050 professeurs et 40 000 étudiants en 1909, 80 000 en 1930 (Compagnon, Thévenin, 2001, p. 124-125 et 208 ; Charle, Verger, 2012, p. 138 et 145).

8 On n’a connaissance d’aucun fonds d’archives spécifique à une géographe féminine française.
Si les archives de Myriem Foncin et de Marguerite Lefèvre par exemple existent, elles sont sans doute encore dans un cadre familial, mais restent à situer, à identifier et à exploiter. Celles de l’Américaine Millicent Todd sont très singulières et particulièrement abondantes (Ginsburger, 2010), mais relativement marginales pour le présent sujet car davantage représentatives de la situation états-unienne. Celles de géographes masculins sont un peu plus nombreuses (par exemple celles d’Albert Demangeon ou de Jean Brunhes), bien que souvent mal connues (Wolff, 2005 ; Ginsburger, 2010), et fournissent des documents précieux (notamment des lettres) émanant directement de géographes féminines, qui sont donc de nouveau indirectement sous tutelle. Comme cela a été évoqué pour le cas de Gadoud, cette asymétrie des sources reproduit et renforce d’une certaine manière l’asymétrie des positions de genre, et l’« invisibilisation » d’autrefois se poursuit aujourd’hui largement par ce biais, doublée d'une assignation au silence pour celles à qui il ne fut que très marginalement possible d’avoir une voix au sein de la discipline.

9 En la matière, on se gardera de leur faire des procès d’intention, et on ne jugera de leur éventuelle hostilité à la féminisation de la discipline qu’à l’aide de preuves explicites issues des sources. On essaiera ainsi de différencier ce qui relève d’une certaine méfiance à l’égard des femmes en géographie, et ce qui tient de la subordination ordinaire de tous les étudiants de l’époque (masculins et féminins) à l’égard de leurs maîtres.

10 Je remercie les quatre lecteurs (-rices) anonymes qui ont évalué une première version de cet article, pour leurs réactions souvent très encourageantes et leurs remarques parfois critiques mais toujours constructives concernant notamment les restes de « regard masculiniste » qui émaillaient mon étude malgré mes efforts pour m’en défaire et m’en prémunir. L’expression « femmes-géographes » fut ainsi particulièrement discutée comme essentialisante et faisant prévaloir une assignation de genre sur l'identité professionnelle, et les termes « géographes féminines » ou « géographes féminisées » furent proposés. Les discussions que j’ai eues à ce propos avec mes collègues et amies Marie-Claire Robic, Ségolène Débarre et Sylvaine Guyot, m’ont été, comme toujours, d’une grande aide pour approfondir et clarifier certaines de ces questions, même si j’assume évidemment seul les options finalement adoptées. Je remercie enfin Stéphane Weber, Carole Chassin et Béatrice Mikanda pour leur relecture attentive et leur soutien.

11 L’étude déjà très riche de Numa Broc sur les AG (Broc, 2001) sera étendue à la RGA à partir de 1913, et au BAGF à partir de 1924. Toutes ces revues sont accessibles sur www.persee.fr, nous y renvoyons pour ne pas alourdir les références bibliographiques de cet article.

12 En plus de la liste des anciens élèves de l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres (AAEENS 2010), on dispose de plusieurs listes nominatives de diplômes d’études supérieures (DES) : les AG en rendent compte à partir de la fin du XIXe siècle au niveau national, mais pas entre 1903 et 1923 ; pour Paris, un registre détaillé des DES soutenus en histoire et géographie (AN, AJ/16/4956) indique pour chaque année l’état civil des étudiants ainsi que les sujets principaux de l’examen, en particulier des mémoires. De plus, la liste des lauréats de l’agrégation de 1809 à 1950, établie par André Chervel (http://rhe.ish-lyon.cnrs.fr/?q=agregsecondaire), constitue un instrument de travail utile. Par ailleurs, le BAGF publie régulièrement la liste de ses adhérents, mais seulement à partir de 1924.

13 « Triomphe de la division sexuelle » après une parenthèse de liberté (Thébaud, 1992) ou redéfinition des normes du travail, en l’occurrence scientifique, dans le sens d’une accélération de mutations antécédentes dans l’emploi et l’organisation du travail, d’une rationalisation (Downs, 1995 et 2005 ; Morin-Rotureau, 2013, p. 35).

14 Ainsi, la question de la féminisation et de ses limites ne sera pas étudiée ici à travers les textes, tant les démarches et les méthodes scientifiques adoptées par les géographes féminines en question ne paraissent pas significativement différentes de celles de leurs homologues masculins pour la période considérée, en tout cas pour le type de textes universitaires extrêmement normés envisagé ici. Selon nous, parler de l’émergence d’une « géographie de femmes », géographie proprement et explicitement féministe, est certainement prématurée, voire anachronique pour la période que nous considérons : elle se développe surtout à partir des années 1970.

15 Dès lors, si les femmes représentent 6 % des bacheliers en 1914, elles sont 12 % en 1920, 18 % en 1926 et 36 % en 1938 (Schweitzer, 2010, p. 54-57).

16 Brissaud n’est pas évoqué par Bérillon, qui en fut cependant sûrement l’élève.

17 Lors de la première session en 1895, ce concours accepte 5 lauréates ; à l'agrégation « d’histoire et de géographie » pour les hommes, il y a 15 candidats, parmi lesquels Demangeon et De Martonne. En 1913, le nombre de postes a peu changé : 8 admises, 18 reçus, et bien peu de géographes, sinon Georges Chabot (1890-1975). Pour les hommes, la bidisciplinarité est en vigueur depuis 1860 et le reste jusqu’en septembre 1943, date de l’autonomisation de l’agrégation de géographie, singulière à l’époque car mixte.

18 Elle était la fille de Timothée Colani (1824-1888), docteur en théologie et pasteur protestant alsacien, dont elle publia à partir de 1920 de nombreuses œuvres inédites. Elle était également la sœur de Madeleine Colani (1866-1943), institutrice et professeur d’histoire naturelle en Indochine, docteure en géologie en 1917, membre du service géologique de l’Indochine de 1917 à 1927, puis chargée de mission à l’Ecole française d’Extrême-Orient et pionnière du CNRS.

19 Ce terme évidemment significatif, est issu d’un rapport d’inspection générale de 1901, contenu dans ses dossiers administratifs (F/17/24437 et AJ/16/1017), qui prend son sens par le contexte : « Modeste, simple, courageuse (s’est brûlé les mains et continue à faire son cours). Esprit viril (…) Méthode un peu sèche, mais excellente ; sommaires modèles. » « Viril » est donc ici synonyme de courageux. Les rapports de Colani sont très louangeurs, mais indiquent essentiellement d’une part sa préférence pour l’histoire, d’autre part la qualité de ses cours, mais la rigidité de son caractère. Ses notices individuelles indiquent qu’elle enseigne bien les deux disciplines, à raison de 7 heures pour l’histoire, 3 heures pour la géographie au début des années 1930.

20 Contre presque 30 % en Suisse (Tikhonov, 2009).

21 Un dixième dans celles des sciences, tandis que les facultés de droit et de médecine sont très peu féminisées (Compagnon, Thévenin 2001, p. 133)

22 BM, 1912, S12.

23 Nous sommes conscient du fait qu’un tel pourcentage, établi à partir d’un échantillon relativement faible et d’une donnée chiffrée imprécise, est sujet à caution, mais nous pensons qu’il permet de donner un ordre d’idée, sans être, ici en tout cas, définitif.

24 Feyel est condisciple de Demangeon à Ulm (promotion 1892), agrégé d’histoire en 1898 et auteur, en 1911, d’un ouvrage de pédagogie intitulé Les jeunes filles et le problème de l’éducation.

25 BM, 1912, F4.

26 Pour la session de juin 1913, sur 34 candidats, on ne compte qu’une femme, Eugénie Maurel (soit environ 3 % de féminisation), admise avec un mémoire sur « les mouvements de la population autour de Paris depuis 1846 », ce qui n’est pas loin d’être un sujet de géographie.

27 Son dossier aux Archives Nationales (F/17/28300) est malheureusement actuellement indisponible.

28 Parfois définitivement, mais parfois seulement pour quelques années. Remarquons malgré tout qu’ils restent majoritaires en 1915, ce qui relativise la féminisation de l’université parisienne en 1914-1915.

29 BM, 1914, F9.

30 Pas du tout spécialiste du Sud de la France ni de ce sujet en particulier.

31 Titulaire d’un M. A. de l’université de Liverpool.

32 Ce réfugié du Nord, exempté en raison de son amputation de la jambe droite et de son âge, est alors chargé des cours de géographie à l’université bordelaise depuis novembre 1915, en remplacement du titulaire de la chaire, Pierre Camena d’Almeida (1865-1943), mobilisé dans les services de renseignement pendant tout le conflit (Ginsburger, 2010).

33 BM, 1916, S1.

34 Sauf W. M. Davis, parfaitement francophone.

35 MTB, Serie I, Select Correspondance, Boîte 21, Family Correspondence, dossier 341, lettre de Millicent Todd à sa mère du 2 avril 1919.

36 MTB, Serie VII, Boîte 135, Diaries (1918-1925), dossier 55, journal de 1919, p. 118.

37 Même si on repère le nom de Geneviève Vergez-Tricom, jeune femme de 27 ans ; elle soutient un mémoire d’histoire sur « l’esprit public dans le département du Rhône depuis 1852, à la proclamation de l’Empire », choisit comme option la géographie physique générale et semble déjà attirée par la discipline de Demangeon.

38 Cette géographe coloniale n'est probablement pas une élève de Dubois décédé en 1916, mais d’Augustin Bernard (1865-1947), son remplaçant à la Sorbonne ; elle publie son étude deux ans plus tard, non dans les AG, mais dans La Géographie, la revue de la Société de géographie de Paris.

39 Publiant son étude dans les AG en 1920, elle est sans doute alors élève à la fois de Demangeon et de Brunhes, à l’époque professeur au Collège de France, collaborant par ailleurs avec son condisciple Pierre Deffontaines (1894-1978) ; son étude est également publiée par La Géographie, mais elle fait paraître un autre article en 1922 dans les AG, sur une région industrielle britannique (Broc, 2001, p. 177).

40 Faut-il voir dans ces initiales le prénom « Jeanne-Marie » ?

41 BM, 1914, G1.

42 BM, 1915, B6. Seule sa version féminine est organisée entre 1915 et 1918.

43 Le jeune Théodore Lefebvre (1889-1943), récent agrégé mobilisé, écrit ainsi à son maître Demangeon : « A quoi travaillez-vous, en ce moment ? M. Vacher, qui m’a écrit l’autre jour, m’annonce qu’il prépare les jeunes filles à l’agrégation. Votre public doit être de plus en plus féminin, n’est ce pas ? » (BM, 1916, L18).

44 Évidemment très marginales dans des promotions d’une vingtaine de jeunes filles pour les lettres.

45 Cette personnalité est relativement bien connue par les historiens de l’école des Annales, notamment pour la suite de sa vie. Son dossier aux Archives nationales (F/17/28134) est malheureusement encore indisponible.

46 Après les fortes perturbations de l’agrégation masculine pour cause de mobilisation alors que l’agrégation féminine est stable, le nombre de postes retrouve une certaine « normalité » en 1923 : 21 hommes pour 8 femmes.

47 Elle est une des premières femmes à être recrutée par la Bibliothèque nationale, et y reste 43 ans, devenant conservateur en chef du département des Cartes et plans en mars 1942, et prenant sa retraite en mars 1963 (Lethève, 1993).

48 Ce poste de secrétaire n’est pas forcément vu par les contemporains comme négligeable. Ainsi, lorsqu’Yvonne Delhorne devient vice-secrétaire de la Société géologique française (SGF), élue le 5 mars 1917, à la suite de Mme Oelhert, vice-présidente en 1910, puis secrétaire en titre en janvier 1919, le président de la SGF, Emmanuel De Margerie déclare avec éclat : « Pour la première fois, dans nos Annales, le féminisme franchit une étape importante : Mlle Delhorne devient, en effet, notre secrétaire en titre, et c’est à ses mains que vont se trouver confiées, désormais, les affaires courantes de la Société. Je suis certain qu’elle apportera dans l’accomplissement de sa tâche les qualités d’ordre, d’intelligence et de finesse qui lui ont conquis, à la Sorbonne, l’estime et la déférente sympathie de tous ses camarades. » (CR des séances de la SGF, 1919, p. 8). Elle meurt cependant en mai 1919, de « fièvre typhoïde » après un voyage dans le midi.

49 Elle fonde ainsi en 1923 la branche féminine des Équipes sociales où elle anime des cercles d'études et de lecture à destination des ouvriers dans les usines. Elle est également à partir de 1938 membre active de l'Association des bibliothécaires français, constituant un groupe informel d’éducateurs populaires, d'éditeurs et de bibliothécaires professionnels, qui réfléchissent ensemble aux critères de la sélection des livres pour les bibliothèques de masse (Roncière, 1978).

50 BM, 1917, G3.

51 Qui épouse en 1920 le psychologue Walter VanDyke Bingham (1880-1952), mais n’a pas d’enfant.

52 Cette situation est symbolique de l’alliance traditionnelle (mais dissymétrique) entre la géographie et l’histoire, dans un creuset strasbourgeois célèbre pour avoir vu collaborer entre autres Febvre, Bloch, Baulig ou Halbwachs dans une optique de pluridisciplinarité. Elle est cependant aujourd’hui considérée par les historiens des femmes comme l’archétype de ces « femmes oeuvrant dans l’ombre » par un « travail gratuit » non reconnu par leurs savants époux (Thébaud, 2007, p. 39), de ces femmes « invisibles » (Virgili, 2002, p. 6) et pourtant fondamentales, ici dans le quotidien de la discipline historique, en particulier dans la première école des Annales.

53 Aucune des Sévriennes (lettres et sciences) de l’année 1916 ne soutient de doctorat, tandis qu’en 1931, 13 sur 14 sont professeures de lycée ou de collèges, 10 sont mariées.

54 BM, 1917, V4.

55 Par exemple le canal de Panama, la population néo-zélandaise, l’hydrologie de la Yougoslavie, la culture du coton aux Etats-Unis ou l’Amérique centrale.

56 Bref, discret et circonscrit à un public très singulier de soldats démobilisés en attente d’être rapatriés.

57 La présence de femmes dans l’enseignement de la géographie britannique est précoce et bien installée dès avant 1914 et encore davantage dans les années 1920 (Maddrell, 2009, chapitre 6).

58 Semple enseigne régulièrement à l’université de Chicago dans les années 1910, et à la Clark University dans les années 1920 (Ginsburger, 2010). En 1925 est fondée la Society of Woman Geographers (Eppinga, 2008).

59 Marguerite Lefèvre est à partir de 1926 assistante au séminaire de géographie de l’université de Louvain. Elle ne supplée Michotte qu’avec sa maladie, à partir de 1938, le remplaçant à partir de 1940 comme directrice de l’Institut de géographie. Elle est finalement nommée professeur titulaire (la première à Louvain), mais seulement en 1960.

60 BM, 1917, V4.

61 Dont celui de son élève tardive Jacqueline Beaujeu-Garnier (1917-1995).

62 Blanchard a également eu comme élèves et collaborateurs de nombreux instituteurs, professeurs d’école normale et professeurs de lycée de la région grenobloise, du Sud-Est de la France d’une manière générale ; c'est un cas typique du rayonnement régional d’un professeur et de son enseignement dans la période de l’entre-deux-guerres, stratégie cependant très particulière qui lui a permis par exemple de former Ernest Bénévent (1883-1967) ou Daniel Faucher (1882-1970).

63 La liste des DES publiée en 1926, concernant la période de 1923 à 1925, indique que sur les 23 DES notés pour Paris, seulement 3 sont signés par des femmes (13 %). Mais cette source omet le mémoire de Glorieux, néanmoins bien mentionné dans le registre des DES, conservé aux Archives nationales, ce qui montre que la liste des AG est parfois à prendre avec distance, en raison de certaines lacunes.

64 Elle épouse dès 1927 le sculpteur Raymond Delamarre (1890-1986), dont elle a quatre enfants (Segalen, 2002).

65 Marthe Oulié est une personnalité singulière et intéressante. Titulaire du baccalauréat à l'âge de seize ans, diplômée de l'École du Louvre, menant en particulier des fouilles archéologiques en Crète, elle est docteure ès lettres à la Sorbonne en 1926 avec une thèse d’histoire moderne. En 1925, elle organise une croisière sur la Méditerranée, entre Marseille et Athènes, avec un équipage exclusivement féminin composé de cinq jeunes filles, dont Mariel Jean-Brunhes (Boulain, 2012, p. 259 et 321).

66 Cette question concerne peu de personnes : à l’époque « le corps professoral de l’enseignement public est restreint : 7000 en 1890 et 14 000 en 1931, dont 2000 femmes » (Compagnon, Thévenin, 2001, p. 115). En 1907, il y a environ 300 agrégées pour 29 lycées et 41 collèges de jeunes filles en 1900.

67 A savoir Choveaux, Colani, Dorne, Foncin et Nouvel.

68 Colani, Dorne, Vergez-Tricom, Lefèvre, Bresson, Brunhes-Delamarre et Foncin.

69 Mlles Félicie Jacq et Marie Pardes, Mmes Bass, Richard, Spindler, Marie-Louise Debesse-Arviset et Renard.

70 Elle demeure répétitrice à Fontenay jusqu’en 1935, date à laquelle sa protectrice Grauvogel quitte la direction après près de 20 ans sur ce poste. Sclafert, désormais sexagénaire, s’établit alors à Manosque et poursuit des recherches sur les Alpes méridionales, en particulier sur les questions de déboisement au Moyen Âge, publiant en 1959 une synthèse reconnue mais critiquée par Georges Duby, s’éteignant la même année, à plus de 80 ans.

71 Ce qui est comparable au champ de l’histoire, puisque Hedwig Hintze, la première dans cette discipline, soutient sa thèse de doctorat en 1924 et son habilitation en 1928 à Berlin (Bruhns, 2014, p. 100)

72 Moscheles est juive et doit fuir l’Europe à la veille de la Seconde Guerre mondiale face aux persécutions nazies, trouvant refuge en Australie. C’est un autre point commun avec Hintze qui meurt cependant dès 1940.

73 La critique contre la thèse de Lefebvre, un autre élève de Demangeon s’intéressant aux Pyrénées cette fois, était également très acide (Ginsburger, 2014).

74 Ce processus est général pour les femmes, mais il s’applique également massivement pour les hommes : le pourcentage des étudiants de DES faisant véritablement carrière dans la discipline est extrêmement faible, ne serait-ce qu'à cause de la sélectivité extrême du concours de l’agrégation, passeport souvent nécessaire pour les cimes académiques.

75 C’est d’ailleurs peut-être là une de leurs particularités par rapport aux hommes, moins nombreux à publier leur mémoire de DES, mais lorsqu’ils le font, c’est le début d’une carrière plus longue. Ceci est moins vrai pendant la guerre, où les DES des hommes qui sont tués sur le champ de bataille sont abondamment publiés comme hommages posthumes.

76 Cependant, ceci est très rarement explicité : certaines réactions de Gallois, Sagnac, Demangeon et Arbos, sans doute également de De Martonne et de Bloch, vont dans ce sens mais, d’une part, dans les contextes singuliers des débuts de la Grande Guerre et, d’autre part, d’une forte rivalité entre écoles de pensée. De plus, il est difficile de distinguer en la matière les racines sociales et les mécanismes disciplinaires de cette assignation, d’autant que les élèves masculins sont également contraints de respecter les mêmes liens hiérarchiques constitutifs de l’université de l’époque. Enfin, il faut remarquer que, lorsqu’il y a des commentaires désobligeants sur les géographes féminines du fait de leur genre, ils sont toujours très minoritaires par rapport à des remarques plus neutres à dimension savante. C’est en partie pour cela que l’expression générale de « géographe féminisée » nous a semblé excessive, du moins pas tout le temps justifiée, sinon en sur-interprétant les sources.

77 Une conjonction de phénomènes explique cet engorgement. D’abord, les titulaires de chaires universitaires des années 1920 souvent nommés juste avant 1914, sont encore relativement jeunes. Ensuite, les étudiants en fin de thèse sont nombreux, soit retardés dans leurs travaux par la mobilisation, soit ayant échappé aux combats du fait de leur âge et ayant commencé leurs « chefs-d’œuvre » aux lendemains de la guerre. Enfin, les créations de poste sont alors très rares. Cette situation se débloque relativement au milieu des années 1930 (Ginsburger, 2014).

78 La période de la Grande Guerre doit être intégrée dans une perspective plus large. Ainsi, la table décennale des AG entre 1912 et 1921 dénombre 154 auteurs, dont 6 femmes (4 %), publiant chacune un article, sauf Foncin (deux articles) et Vergez-Tricom (trois), comptant entre 2 et 21 pages. De 1916 à 1928, on note dans cette revue seulement 25 articles signés par 17 femmes. La table des auteurs pour l’année 1928 montre encore bien la persistance du déséquilibre des sexes : sur 37 noms d’auteurs (dont 10 signent au moins deux articles), on compte seulement 4 femmes (11 %), toutes auteures d’un seul article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Les premières géographes universitaires en France : enquête sur les débuts d’une féminisation disciplinaire (1913-1928) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 734, mis en ligne le 09 septembre 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27138 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27138

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page