Navigation – Plan du site
2015

Ferretti F., Minder P., 2015, « Pas de la dynamite, mais du tabac ». L’enquête de 1885 contre les anarchistes en Suisse romande, Paris, Éditions du Monde libertaire, 168 p.

Christophe Brun

Texte intégral

  • 1 Depuis Maitron, 1964 jusqu’à Vautier, 2015.

1Dans les années 1870, le mouvement anarchiste apparaît dans le paysage politique de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord, où il ne cesse de s’étoffer jusqu’à la Première Guerre mondiale. Il connaît dans les années 1880, puis surtout au cours des années 1890, deux pics successifs de notoriété. Si les procès anarchistes tenus à Paris dans les années 1890-1910 ont suscité depuis longtemps une « littérature d’audiences » significative1, en revanche, les enquêtes et procès des années 1880 sont moins bien connus, qui ont pour objet des actions de moindre éclat et se situent en des lieux géopolitiquement plus périphériques.

  • 2 Le mot « parti » doit s’entendre non pas au sens d’un parti politique organisé, mais comme l’ensemb (...)
  • 3 Cf. par exemple : de Lyon, le 26 octobre 1882, « Le parti anarchiste et ses doctrines », par un « c (...)

2En France, les attentats commis à l’été 1882 à Montceau-les-Mines, puis au cours de l’automne 1882 à Lyon, donnent lieu au procès des Soixante-Six tenu en janvier 1883 au tribunal correctionnel de Lyon, avec parmi les inculpés des figures comme le prince russe Pierre Kropotkine (il avait été expulsé de Suisse en 1881) ou le conférencier anarchiste français Émile Gautier. Dix ans après la Commune de Paris, ces événements donnent le coup d’envoi à divers efforts pour comprendre ce que pourrait être un « parti » anarchiste2 récemment apparu dans le Centre-Est français autour de Lyon3, une région mitoyenne de cette Suisse romande qui abrita l’antiautoritaire Fédération jurassienne (1872-1880), adversaire des marxistes au sein de l’Association internationale des travailleurs.

  • 4 Federico Ferretti (Université de Genève, aujourd’hui University College, Dublin) est spécialiste du (...)

3Federico Ferretti et Patrick Minder4 apportent une nouvelle pièce éditoriale à un dossier international. En effet, au-delà de la rumeur selon laquelle des anarchistes – suisses ou bien de nationalité étrangère mais réfugiés dans la Confédération – prépareraient un attentat contre le palais fédéral de Berne, des pressions allemandes et austro-hongroises expliquent en partie l’enquête menée par les autorités judiciaires helvétiques entre février et mai 1885.

4Les 83 procès-verbaux des auditions (les deux tiers de l’ouvrage), agrémentés d’illustrations souvent extraites des archives elles-mêmes, sont mis en perspective par une « introduction » explicative (un tiers de l’ouvrage) propre à contextualiser l’action judiciaire et à éclairer la personnalité comme les réponses des interrogés. La sécheresse de la retranscription du jeu des « demandes » et « réponses » ne restitue pas intégralement l’ambiance des convocations, ainsi que le montre le cas du Français Jean Grave qui, selon ses dires, a passé plus d’une heure dans le bureau du magistrat instructeur, mais dont l’audition archivée ne rend qu’une série de 27 échanges plutôt brefs.

5Les auteurs soulignent à l’envi l’amateurisme et le ridicule de certaines convocations. Cela contribue à leur charme, et tient au moins à quatre causes. Tout d’abord, les autorités judiciaires helvétiques ne sont pas encore, en 1885, sensibilisées à une surveillance et à une répression systématiques des militants révolutionnaires présents en Suisse. Ensuite, elles cernent mal la mouvance anarchiste et, de ce fait, « ratissent » large : cela va du militant endurci jusqu’au mouchard patenté, en passant par les militants anarchistes occasionnels, ou des militants socialistes qui tiennent à marquer leur distance avec l’anarchisme. Du reste, l’engagement de tel ou tel est singulièrement labile (on entre et on sort aisément du militantisme anarchiste selon les aléas de l’existence) et, comme il est dans la nature de l’anarchisme de révoquer les structures d’organisation hiérarchisées et durables, l’appréhension de cette mouvance repose bien souvent sur le repérage de liens interindividuels, privés et professionnels, parfois ténus. Enfin, comme en France, les autorités suisses pensent que si les théoriciens du mouvement ne s’adonnent pas eux-mêmes aux actions violentes, leurs écrits sont susceptibles de mettre en branle des esprits moins fermes intellectuellement mais davantage portés aux actes dangereux à raison d’une origine sociale plus populaire : nul besoin, pour commettre un attentat, d’être un militant endurci.

6L’intérêt principal du dossier judiciaire publié par Ferretti et Minder réside dans le kaléidoscope composé par les 76 hommes et 3 femmes entendus (certains le sont à plusieurs reprises). Il peut aussi bien rassurer qu’inquiéter une autorité étatique car, du point de vue de cette dernière, si la faiblesse organisationnelle et la diversité des acteurs mis en cause laissent augurer un manque d’efficacité à nuire à l’ordre sociopolitique, elles offrent une prise malaisée à une action éventuellement répressive. C’est sans doute pourquoi, dans tous les États confrontés à l’anarchisme, les institutions veulent voir un mouvement qui leur ressemble. Elles fabriquent elles-mêmes un véritable « parti » structuré dont la dangerosité est ipso facto surestimée, mais dont l’existence supposée leur évite aussi d’analyser trop précisément les rapports de force sociaux qui nourrissent contre elles toutes sortes de mécontentements.

7Les deux auteurs concluent que si la vaste action inquisitoriale de 1885 ne se traduit que par l’expulsion de quelques anarchistes, elle constitue en Suisse un tournant dans la professionnalisation de la surveillance et de la répression politiques. Ce processus accompagne logiquement la mise en forme de la mouvance anarchiste comme de toutes sortes de socialismes. Il s’intensifie au cours de la décennie suivante, dans l’ensemble du monde occidental.

8L’une des voies d’émergence de la géographie moderne fut celle que tracèrent au XIXe siècle des géographes anarchistes dont les plus connus sont Élisée Reclus, Pierre Kropotkine, Léon Metchnikoff ou encore Michel Dragomanov (Pelletier, 2013 ; Lefort, Pelletier, 2013 ; Ferretti, 2014). L’ouvrage de Ferretti et Minder intéresse donc les historiens de la géographie en ce qu’il contribue à rendre plus concrète une facette de la vie de ces savants confrontés aux exils politiques, liés pour des motifs politiques à des individus appartenant à des milieux sociaux plus populaires que le leur, et affrontés aux autorités judiciaires de leur pays d’origine ou bien d’un pays d’accueil comme le fut, pour eux, la Suisse.

Haut de page

Bibliographie

Ferretti F., 2014, Élisée Reclus, pour une géographie nouvelle, Paris, éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, 448 p.

Lefort I, Pelletier P. (dir.), 2013, Élisée Reclus et nos géographies, textes et prétextes, Paris, éd. Noir et Rouge, 453 p.

Maitron J., 1964, Ravachol et les anarchistes, Paris, Gallimard/Julliard, 216 p.

Pelletier P., 2013, Géographie et anarchisme, Élisée Reclus, Pierre Kropotkine, Léon Metchnikoff et d’autres, Paris et Saint-Georges d’Oléron, Éditions du Monde libertaire et éd. libertaires, 632 p.

Vautier S., 2015, Quand on jugeait les anarchistes : Ravachol, Vaillant, Caserio, Louise Michel. Chroniques judiciaires d’Albert Bataille (1856-1899), Flaujac-Poujols, éd. La Louve, 447 p.

Haut de page

Notes

1 Depuis Maitron, 1964 jusqu’à Vautier, 2015.

2 Le mot « parti » doit s’entendre non pas au sens d’un parti politique organisé, mais comme l’ensemble des partisans de l’anarchisme, de la même manière qu’au XVIIe siècle on évoquait à la cour de France le « parti dévot ».

3 Cf. par exemple : de Lyon, le 26 octobre 1882, « Le parti anarchiste et ses doctrines », par un « correspondant spécial » du quotidien parisien de centre droit Le Temps, article paru sur trois colonnes le 29 octobre 1882, p. 1f-2b ; Joseph Garin (1851-1919), avocat inscrit au barreau de Lyon, L’Anarchie et les anarchistes, Paris, Guillaumin, 1885, v-312 p. Ces deux textes sont disponibles sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France.

4 Federico Ferretti (Université de Genève, aujourd’hui University College, Dublin) est spécialiste du géographe Élisée Reclus, qui est l’un des militants interrogés en 1885. Patrick Minder (Université de Fribourg) a étudié la vision suisse du monde colonial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Brun, « Ferretti F., Minder P., 2015, « Pas de la dynamite, mais du tabac ». L’enquête de 1885 contre les anarchistes en Suisse romande, Paris, Éditions du Monde libertaire, 168 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 16 septembre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27203

Haut de page

Auteur

Christophe Brun

Professeur d’histoire-géographie
Lycée Gustave Eiffel de Cachan
christophbrun@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page