Navigation – Plan du site
2015
739

Décrire et exploiter la dimension territoriale et historique d’un patrimoine architectural et urbain

Describe and use the territorial and historical dimensions of an urban and architectural heritage
Jacques Autran et Thierry Lochard

Résumés

L’article vise à rendre compte de la conception et de la mise en œuvre de bases de données décrivant l’évolution de territoires urbanisés. Il porte sur la modélisation de la dimension historique d’éléments architecturaux et urbains, qui s’appuie sur une première expérience réalisée dans un cadre d’enseignement et de recherche. Relevant d’une lecture systématique et continue du territoire, la méthode a évoluée lors d’une étude postérieure conduite dans le cadre de l’Observatoire Hommes-Milieux « Bassin minier de Provence ». Prenant en considération les contraintes imposées par la recherche historique dans le domaine du patrimoine architectural et urbain, l’objectif prioritaire est de permettre une production cartographique destinée à appuyer une démarche de recherche historique de nature heuristique.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions Fabricia Fauquet (laboratoire INAMA, ENSA Marseille) et Samuel Robert (UMR Espace, CNRS) pour leur lecture d’une première version de cet article et leurs observations, ainsi que les membres anonymes du comité de lecture qui, grâce à leurs critiques, nous ont permis de clarifier notre propos.

Introduction

1Depuis les années 1990, le fort développement des Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et des Bases de Données Spatiales ont laissé entrevoir aux historiens de l’architecture et du territoire d’importantes potentialités d’usage (Gregory, 2003 ; Pinol 2011). Dans le domaine des systèmes de gestion de bases de données temporelles et des modèles spatio-temporels (Workboys, 1994 ; May, 1996 ; Claramunt et al., 1997 ; Morris et al., 1999 ; Bordin, 2006, 2010 ; Cheylan, 2007) les chercheurs proposent des solutions pour la mise en œuvre de ces bases de données.

2De nombreux travaux ont permis de mettre en œuvre des bases de données de documents historiques (plans et cartes, photographies aériennes, …etc.) de les mettre à disposition (Grosso, 2009) des chercheurs, d’acteurs du territoire ou du grand public, sous forme d’images géoréférencées ou figurées par leur emprise géographique (Baiocchi et al., 2005 ; Conto et al., 2009), ou leurs données vectorielles (Gauthiez, 2008 ; Noizet et al., 2013). De nombreux géoportails (IGN ; Google Earth ; Timemap (Johnson I., 2005) ; EHESS (Cassini) ; services des archives départementales, municipales ; bibliothèque nationale de France ; …etc.) offrent aujourd’hui la possibilité de consulter ou de télécharger des documents anciens numérisés. Certains historiens s’efforcent de constituer des bases de données de fragments de ville, d’édifices ou d’autres éléments architecturaux et urbains, localisés et datés, afin d’en étudier l’évolution (Johnson I., 2005; CERTU, 2008 ; Perret et al., 2009, Rodier et al., 2010).

  • 1 L’Observatoire Hommes-Milieux du bassin minier de Provence est le premier des OHM établi par l’Inst (...)
  • 2 Les structures appartiennent aux grandes catégories décrites dans le Système descriptif de l'Archit (...)

3Les travaux présentés dans cet article relèvent de ce dernier champ. Après les premières expériences réalisées sur des ensembles urbains des villes de Marseille et d’Arles, nous avons entrepris dans le cadre de l’Observatoire Hommes-Milieux(OHM) du bassin minier de Provence1 une étude qui prolonge ces premiers travaux et s’appuie sur une démarche exploratoire. A la différence d’une recherche académique qui aurait pour but l’amélioration ou l’évaluation de modèles spatio-temporels existants issus des recherches conduites dans ce domaine, notre démarche, plus pragmatique, a porté sur la création d’un outil de recherche historique qui tienne compte des méthodes et des contraintes de travail d’un historien de l’architecture et de la ville. L’objet d’étude que l’on peut désigner sous les termes de « patrimoine architectural et urbain » est ici constitué des structures anciennes et nouvelles, voire disparues, qui se juxtaposent et se superposent, et que l’analyse historique de la construction du territoire et le recensement des éléments urbains et architecturaux font ressortir : infrastructures de transport, tissus urbains et tracés parcellaires, ensembles urbains, édifices et édicules, ouvrages du génie civil, etc.2.

L'étude de l'évolution d'ensembles urbains des villes de Marseille et d’Arles

  • 3 Laboratoire INAMA, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille.
  • 4 En particulier, la base de données urbaines de la ville de Marseille établie depuis 1974 par l’ICOR (...)

4Durant les années 1995-2000, nous avons utilisé un SIG à l’occasion de travaux d’analyse historique conduits dans un cadre d’enseignement et de recherche3. L’accessibilité des SIG et la disponibilité de bases de données urbaines4 rendaient alors envisageable la réalisation de bases de données cartographiques et historiques dédiées à la production de cartes. Compte-tenu des contraintes liées à la recherche et aux travaux des étudiants (délais réduits de réalisation, compétence limitée en géomatique des chercheurs en histoire, … etc.), la question était de savoir comment faciliter la mise en œuvre de bases de données spatiales et historiques, en fonction des outils disponibles : le modèle relationnel sur lequel les SIG étaient pour la plupart fondés, étendu à la modélisation des caractéristiques spatiales, et les fonctions associées, ne prenait pas en considération la dimension historique ou temporelle.

5Après examen de plusieurs solutions, un schéma relationnel de base de données permettant de décrire des états des éléments urbains considérés (îlots, voies, bâtiments, ...etc.) a été défini et mis en œuvre. Il consiste, pour chaque table contenant les éléments décrits, à la munir d'un ensemble d'attributs permettant et renseignant leur datation. La méthode de datation, à l’instar de démarches adoptées par d’autres chercheurs (Johnson I., 2005; Rodier et al., 2010) est fondée sur la période d'existence des états des éléments cartographiés, depuis leur « première apparition » jusqu'à leur « dernière apparition » sur les documents figurés recueillis (cadastre napoléonien, cartes d'état-major, ...etc.) (Fig.1). Les datations sont entachées d'incertitude car les sources recueillies ne permettent pas souvent de connaître de façon précise les dates de construction ou de destruction de bâtiments, de voies, …etc. A défaut de données précises (permis de construire, autorisations de travaux, ...etc.), seule la série des documents consultés permet d'attester l'existence d'un élément architectural ou urbain.

Figure 1 : Mode de datation des états des éléments décrits

Figure 1 : Mode de datation des états des éléments décrits

6La série chronologique des sources recueillies indique que l'élément apparaît (respectivement disparaît) pour la première fois (respectivement pour la dernière fois) dans le document Dn (respectivement Dm) ; il n’est pas (respectivement plus) présent sur le document Dn-1 (respectivement Dm+1)

7Les éléments sont décrits par les attributs suivants:

8SDe, SJa: numérique (date de première (respectivement dernière) apparition sur les documents recueillis (le préfixe « S » (« Signalé ») mettant l'accent sur l'incertitude de cette datation et sur le lien entre cette datation et le document figuré qui en fait foi). Les dates sont exprimées en année (approche discrète du temps)).

9Dac, Dad: logique (précise si les dates correspondent à l'apparition sur le territoire, et non plus uniquement sur le document. Nous distinguons ainsi les périodes « attestées » et « hypothétiques » d'existence ou d'inexistence d'un élément. Dans le cas d'une valeur « vrai », la période d'existence et d'inexistence hypothétique est alors nulle. Les dates d' « apparition » (respectivement « disparition ») peuvent alors être, selon la catégorie d'EAU, comprises comme une « construction », une « mise en activité », une « ouverture », une « extension », ...etc. (respectivement une « destruction », un « abandon », une « fermeture ».)

10SourceSDe, SourceSJa: référence du document attestant la datation. La série des documents recueillis et exploités à un instant donné du cours de la recherche historique joue un rôle fondamental dans la datation des états des éléments, comme dans l’interrogation future de la base de données et l’interprétation des résultats. Cette série fait foi de l’existence et de l’inexistence (avant et après cette période) de chaque état. L’enrichissement progressif de cette série lors de la progression de la recherche en archives permet de mieux circonscrire la période d’existence des états des éléments. Plus les écarts de date entre sources sont faibles, plus les périodes hypothétiques sont réduites.

  • 5 Dans un premier temps l'exploitation de ces bases de données a été réalisée grâce à l'emploi du lan (...)

11Ce schéma d'organisation des données permet la constitution de bases d’éléments historiques offrant une certaine simplicité d’exploitation. Plusieurs bases de données ont été construites et exploitées conformément à ce schéma, en particulier sur les villes de Marseille (1996) et d’Arles (1997)5 (Burle, 2003 ; Autran, 1997 ; Autran, 2010). La saisie des bases de données spatiales et historiques s'est effectuée par interprétation de documents qui couvraient l’ensemble du territoire considéré: la base de données et les cartes produites représentaient alors un ensemble spatialement continu d'éléments (îlots, bâtiments, ...etc.). Cette approche, fondée sur une « lecture continue », s'intéresse donc plus à l'évolution d’ensembles territoriaux qu'à la chronologie de chaque élément du territoire.

L'étude du patrimoine du bassin minier de Provence

  • 6 Voir en particulier l'inventaire urbain et architectural des communes de la Communauté d'Agglomérat (...)

12Situé entre Marseille et Aix-en-Provence, bordé au nord par la montagne Sainte-Victoire et au sud par la chaîne de l’Étoile, le bassin minier de Provence regroupe dix-sept communes. L’histoire est ici fortement marquée par l’exploitation du lignite qui se développe aux XIXe et XXe siècles, avant la fermeture de la mine en 2003. Fondée sur des méthodes et outils documentaires mis en place dans des démarches antérieures6 de structuration des informations résultant de l’interprétation des sources archivistiques recueillies, l'étude menée dans le cadre d’un « Observatoire Hommes-Milieu » sur la structuration historique et patrimoniale de ce territoire apparaît comme l’occasion d’approfondir l’expérience menée sur les villes de Marseille et d’Arles. L'adjonction d'une composante spatiale a conduit à adapter les méthodes et les outils mis en place dans ces démarches antérieures.

Évolution de la conceptualisation des données

Évolution dans l'analyse du territoire : Éléments Architecturaux et Urbains, Interventions Architecturales et Urbaines

  • 7 (De Massary et al., 2009), en particulier à propos de la définition des objets d’étude, p. 27 sq., (...)

13Les recherches en histoire de l’architecture et des villes mettent habituellement l’accent sur l’identification et l’étude des édifices, des édicules, des « ensembles » et des ouvrages d’art, autant d’ Éléments Architecturaux et Urbains (EAU) qui font l’objet de « dossiers » monographiques comportant des données de localisation et de désignation ainsi que des informations historiques et descriptives, etc.7. Or le fait de disposer d’un outil adapté à la production de cartes historiques permet d’envisager le recensement, non pas des EAU, mais des « Interventions Architecturales et Urbaines » (IAU), c’est-à-dire des transformations morphologiques ou des évolutions fonctionnelles datées, et jugées significatives pour l’étude du territoire : le projet d’une cité administrative, les agrandissements successifs d’une cité minière, la rectification d’une portion de chemin, le prolongement et l’alignement d’un boulevard ou la mise en sommeil d’un chevalement lors de l’arrêt de l’extraction…

  • 8 Corboz André, « Le dessous des cartes », Atlas du territoire genevois : permanences et modification (...)
  • 9 Voir également (De Massary et al., 2009), p. 27 : « un simple catalogue d’œuvres, même sommaire, n’ (...)

14L’étude du territoire, dont on sait qu’« il ne suffit pas de [l’]épeler pour savoir la lire »8 et, a fortiori, pour rendre compte de sa construction, se concrétise alors à travers l’identification des interventions, des faits, des « ratures » et des « grattages » laissés par les évolutions et les bouleversements morphologiques et fonctionnels (Corboz, 1993), et non plus seulement par la création d’une collection d’éléments, aussi structurants soient-ils9. Il s’agit bien en effet, par exemple, de rendre compte des réseaux et des structures qui se superposent, du développement des villages et de l’exploitation minière en prenant en compte leurs relations fonctionnelles et spatiales complexes qui remettent en cause les centralités traditionnelles, dans le contexte d’un éclatement urbain et des logiques industrielles fortes (Lochard, 2010).

15Cette identification n’a pour autant rien de naturel car les IAU ne sont pas constituées d’emblée mais, avec leurs relations, elles sont au contraire construites en tant qu’objets de recherche dans le cadre de l’analyse en fonction des aléas de la recherche documentaire ou des repérages de terrain10, ainsi qu’en fonction des questionnements du chercheur et de son « horizon d’attente » (Corboz, 2001). A la différence de l'approche initiale, fondée sur des documents d'archives représentant tous le même territoire de façon continue, nombreuses sont les sources qui ne figurent que des éléments partiels du territoire11.

16La cartographie historique permet alors de produire des représentations de parties du territoire, tant au niveau spatial (l’ensemble du territoire étudié n’est pas représenté de manière homogène) qu’historique (seules les informations recueillies en fonction de l’état d’avancement des recherches documentaires sont cartographiées). Avec la mise en œuvre d’une démarche « exploratoire », elle introduit donc une représentation « discontinue » du territoire et autorise le dépassement de l’exhaustivité d’un recensement. Elle permet ainsi d’approfondir les questionnements sur les objets même de l’étude et sur leurs relations en fonction des enjeux de recherche identifiés : le développement de la ville de Gardanne et de son centre ancien étendu aux faubourgs du XIXe siècle est apparu comme l’un des premiers secteurs d’étude significatif de l’histoire du territoire, particulièrement bien documenté ; de même, l’évolution des implantations minières, celle des cités minières et des puits d’extraction en fonction des contraintes géologiques et des projets industriels constitue un thème majeur de la recherche sur la structuration historique du bassin minier.

17Par son approche exploratoire qui s'accompagne d'une lecture et d'une représentation discontinue du territoire, l'étude du patrimoine du bassin minier se différencie donc de l'approche initiale fondée sur la « lecture continue » du territoire. La description isolée d'éléments architecturaux et urbains (EAU) et des interventions dont ils sont l'objet (IAU) est l'un des traits caractéristique de l'approche exploratoire.

Dater les IAU

18Pour chacune des IAU, le modèle historique requiert deux dates qui décrivent des changements morphologiques (voir supra SDe et SJa), mais aussi fonctionnels lorsque cela intéresse l’histoire du territoire, celle de l’exploitation minière par exemple. Il impose donc non seulement de préciser les dates significatives des IAU mais aussi d’en donner l’explication, d’en préciser l’ « objet » : les dates d’ « apparition » (respectivement de « disparition ») intéressent les constructions, les aménagements (agrandissements, extensions, prolongements…) ou les projets ( respectivement les destructions, les démolitions, l’abandon ou la fin des projets qu’ils soient réalisés ou non) ; elles peuvent également concerner des premières (respectivement des dernières) mentions d’existence, ou des changements de fonctions.

19Les données historiques occupent donc une place déterminante dans l’étude. C’est pourquoi il est indispensable d’en justifier la « robustesse » : les dates sont « portées » ou attestées par les sources, connues d’après les travaux historiques ou incertaines lorsque plusieurs informations contradictoires existent. Lorsqu’aucune date n’est connue, l’obligation d’informer précisément les IAU pour leur intégration dans la base de données et son exploitation par la cartographie historique trouve une solution satisfaisante dans la saisie d’une date « supposée » dans une rubrique spécifique. Les cas de datation imprécise (« vers (respectivement avant, après) 1860 », « entre 1860 et 1875 », « dans la première moitié (respectivement au début, à la fin) du XIXe siècle », « au Moyen Age, à la Renaissance,… ») sont pour leur part rapportées, par convention à une date unique : ainsi, « mi - XIXe siècle » est rapporté à 1850, « vers 1538 » à 1538, etc.

20Dans l'approche basée sur une lecture continue, il n’est pas nécessaire de spécifier les dates avant et après lesquelles un élément n’existe pas ou plus: dans la série des documents recueillis, ce sont les dates des documents précédant et suivant les documents faisant foi du SDe et du SJa. Dans l'approche exploratoire, l'ensemble des documents recueillis (qui ne constituent plus une série couvrant l'ensemble du territoire) ne permet plus cette datation : deux attributs supplémentaires (PasSDe, PlusSJa, Fig.2) sont alors nécessaires afin d’établir les bornes de la période hypothétique.

21Le mode de datation présenté initialement (Fig.1) a donc évolué afin de répondre à ces besoins (Fig.2).

Figure 2 : Mode de datation du résultat des IAU (états et transformations) - Évolution du mode initial représenté par la Figure 1

Figure 2 : Mode de datation du résultat des IAU (états et transformations) - Évolution du mode initial représenté par la Figure 1

(les modifications sont notées en caractères de couleur rouge)

Effet des IAU : nouvel état ou transformation d'un état précédent

22Les IAU caractérisent des « transformations » mais elles peuvent aussi décrire pour un même EAU des « états » successifs dont la comparaison fait alors seule apparaître les changements. C’est le cas lorsque, comme pour les routes et les chemins, les tracés et les emprises prennent leur sens dans une vision d’ensemble plutôt que dans la succession des nombreuses rectifications ou agrandissements, au demeurant difficiles à cartographier sans alourdir la démarche ; c’est aussi souvent le cas des projets qui caractérisent plus un état particulier dans l’histoire de l’EAU qu’une transformation, lorsqu’ils sont réalisés ; c’est encore le cas de certains EAU lorsque la documentation accessible rend compte de leurs différents états : les IAU ne décrivent donc pas alors les transformations elles-mêmes mais leurs résultats ; c’est enfin le cas de certaines évolutions fonctionnelles plutôt que morphologiques, comme le changement de fonction de certains puits de mine par exemple.

23Effectué au moment de l’identification, le choix de décrire des transformations ou des états n’est pas sans conséquence sur la datation des IAU ni sur le dessin de leur emprise (Fig.3).

Figure 3 : La cité Salonique (EAU) et les interventions (IAU) dont elle a fait l’objet – Transformations successives (Fig. 3.1) versus États successifs (Fig. 3.2),

Figure 3 : La cité Salonique (EAU) et les interventions (IAU) dont elle a fait l’objet – Transformations successives (Fig. 3.1) versus États successifs (Fig. 3.2),

(Fond Scan 25, ®2010, © IGN PFAR 2008)

24Dans le premier cas, les trois IAU décrivant les transformations de cette cité minière sont datées 1924-2012 pour la création d’origine et 1928-2012 et 1946-2012 pour les deux agrandissements, les emprises de chacune des trois IAU étant alors dessinées séparément (Fig. 3.1). La description des différents états successifs de la même cité, quant à elle, nécessite également trois IAU, mais datées 1924-1928, 1928-1946 et 1946-2012, et les emprises rendent alors compte des résultats des différents agrandissements : l’emprise d’origine, puis l’emprise de la cité agrandie en 1928, et enfin l’emprise globale de la cité agrandie en 1946, telle qu’elle existe aujourd’hui (Fig. 3.2).

Caractériser l'existence et l'influence des EAU : permanences, persistances et projets

25La structuration du territoire est fréquemment contrainte ou suscitée par deux éléments : les traces laissées par des EAU « disparus » et les projets d'EAU non encore réalisés ou abandonnés.

26Suite à une période de « permanence », l’existence d’un EAU peut comporter une période de « persistance » (notion inspirée et adaptée de Léveillé, 1993) se terminant ou non par une disparition totale. Un EAU est persistant lorsqu’il en subsiste une trace qui reste visible durant une période et que l'on juge que son effet se perpétue sur la structuration du territoire. Il peut s’agir d’éléments du tissu qui se sont substitués à d’autres en gardant la même position sur le terrain (tracé d’un ancien chemin rectifié et élargi pour une nouvelle route, limite parcellaire qui subsiste à la place d’un caniveau ou d’un fossé canalisé et enfoui, …etc.). C’est ainsi que le territoire du bassin minier de Provence conserve la trace des lignes de transports ferroviaires du charbon, reliant des puits d’extraction aux stations de criblage, l’emplacement délaissé de l’ancien cimetière de la ville de Gardanne, le soubassement de son ancienne église dont la surface d’arasement est aujourd’hui un parking (Autran, 2014). Les zones d'extraction souterraines exploitées durant la période d'activité du bassin minier sont elles aussi persistantes (Fig.6).

27Les projets sont des interventions portant sur la création de nouveaux EAU, la modification ou la destruction d’EAU existants. Ils peuvent être mis en œuvre ou pas, entièrement ou partiellement. Les projets intéressent l’analyse exploratoire et sont pris en considération dans la mesure où ils traduisent une intention significative d'intervention sur le territoire qui conditionne d’autres interventions. Ainsi, un Plan Local d' Urbanisme est un document figuré qui contient des projets dont l’étude peut être pertinente pour la compréhension actuelle du territoire. De même, une réserve foncière est un élément urbain réel qui correspond à un projet, à une intention concrétisée, partiellement réalisée. Fréquemment rencontrés dans les documents d'archive, ils peuvent donc être recensés et décrits.

28Projet, permanence et persistance permettent donc de qualifier de façon plus détaillée la période de l’existence des EAU (Fig.4).

Figure 4 : Qualification de la période d’existence d'un EAU

Figure 4 : Qualification de la période d’existence d'un EAU

29Cinq cas de figure peuvent se présenter : la période de projet, de permanence ou de persistance peut ne pas exister. Une période de persistance n’existe que si elle a été précédée d’une période de permanence.

Désigner et caractériser les EAU et les IAU

30Afin d'être reconnus lors de l'exploitation, les EAU doivent être nommés, classés, localisés par leur adresse et catégorisés (voir supra note 6). Les IAU recensées peuvent elles-aussi être nommées et décrites par une note historique, qualifiées par les changements de forme et de fonction qu'elles opèrent. Les états ou transformations sont qualifiés par la fonction qui leur est attribuée (administrative, industrielle, religieuse, ...etc.) (Fig. 5).

Schéma de données résultant

31Le schéma conceptuel initial fait ainsi l'objet d'un certain nombre d'évolutions : les concepts d'EAU et d'IAU introduisent les deux classes d'objet en relation qui constituent l'armature de la structure de données. Les attributs associés à ces classes permettent d'enrichir leur caractérisation (fonction, catégorie, ...etc.) et de les doter d'une désignation (nom, adresse). Les IAU portent les attributs de datation, qui caractérisent les états (état initial ou état suivant) et les transformations spatiales (extension(s), réduction(s)) ou fonctionnelles (nouvelle fonction ou abandon). Les IAU sont des entités spatiales dont l'implantation zonale décrit l'état ou la transformation résultant de l'intervention (Fig.5).

Figure 5 : Schéma conceptuel de la base de données mise en œuvre

Figure 5 : Schéma conceptuel de la base de données mise en œuvre

32Le schéma conceptuel général est organisé autour de deux classes d'objet : les EAU et les IAU, mis en relation (« objetDe », « agitSur »). La représentation spatiale (contour géométrique géoréférencé) des états ou transformations résultant des interventions est portée par les IAU, ainsi que les attributs de datation. En plus des attributs Sde, Sja, Dac, Dad, SourceSDe, SourceSJa décrits dans la Figure 1,

  • Précision : précise la qualité des dates SDe et SJa

  • Motif : précise la raison pour laquelle un état ou une transformation est décrit(e) ou en remplace un(e) précédent(e)

  • DsSDe, DsSJa : dates permettant, si elles sont spécifiées, de réduire l’incertitude sur la période d’existence des états d’EAU ou de transformations

  • PasSDe, PlusSJa : dates nécessaires dans une lecture discontinue afin d’établir les bornes de la période hypothétique (voir infra)

  • SourceDsSDe, SourcePasSDe,...etc. : référence du document attestant la datation

Exploitation de la base de données réalisée

33L'approche historique sur le bassin minier de Provence est fondée sur une double lecture, à la fois continue et discontinue, tout comme les représentations cartographiques qui en découlent.

34La lecture continue concerne les zones d'extraction, les puits de mine, … etc., soit l'ensemble des éléments dont nous possédions (ou pour lesquels nous avons pu réaliser) un recueil spatialement exhaustif. Pour ces éléments, la cartographie produite représente donc des stades d'évolution du territoire spatialement continus (Fig.6).

Figure 6.1 : L'exploitation des zones souterraines d’extraction du lignite dans le bassin minier de Provence - Série des stades d'évolution (Autran et al., 2014)

Figure 6.1 : L'exploitation des zones souterraines d’extraction du lignite dans le bassin minier de Provence - Série des stades d'évolution (Autran et al., 2014)

(Fond Scan 250, ®2010, © IGN PFAR 2008)

35Le fond des cartes représente l'état du territoire en 2010, et l'ensemble des zones d'extraction du bassin minier (gris foncé). La série cartographique s'appuie sur des données inédites de l'exploitation des zones d'extraction dans les différents quartiers (voir Autran et al., 2014, p. 37 et suivantes). Elle met en évidence un phénomène connu dans ses grandes lignes : le déplacement de l'exploitation du lignite d'est en ouest sur le bassin minier. Elle en précise le déroulement, des phases les plus anciennes aux dernières extractions, avec les séquences intermédiaires qui correspondent aux stratégies des compagnies minières. Elle en montre également l'emprise et la complexité, l'exploitation prenant des formes variées selon les zones d'extraction. Elle pose également la question des sources et de leur hétérogénéité visible sur la série cartographique : les zones ne sont cartographiées que lorsque les données sont disponibles, et en fonction de leur degré de précision. Elle montre enfin les phénomènes complexes qui obligent le chercheur à clarifier et à approfondir l'analyse ; c'est le cas des zones d'exploitation liées à des puits de mines proches et reliés par des galeries.

Figure 6.2 : L'exploitation des zones souterraines d’extraction du lignite dans le bassin minier de Provence - Série de transitions entre deux stades d'évolution (1923/1925)

Figure 6.2 : L'exploitation des zones souterraines d’extraction du lignite dans le bassin minier de Provence - Série de transitions entre deux stades d'évolution (1923/1925)

36La cartographie des transitions entre les stades d'évolution de l'exploitation met en évidence la fermeture et l'ouverture de zones d'exploitation que seule la comparaison entre différents états permet de saisir. Ainsi, par exemple, l'exploitation d'une partie du quartier de Gréasque à partir des puits Léonie et Castellane cesse en deux phases, en 1923 puis en 1924, alors qu'elle se poursuit plus au sud dans le quartier de Valdonne dont la complexité témoigne d'une extraction ancienne. L'exploitation de la partie ouest du quartier de Gréasque débute en 1924, après la mise en service du nouveau puit Hély d'Oissel. Grâce à la cartographie des transitions, il est également possible de suivre en détail l'exploitation dans le Lambeau Charrié, à l'ouest, malgré la superposition des zones d'extraction dans les différentes couches de lignite.

37La cartographie produite dans une approche qui s'intéresse plus aux éléments qu'aux ensembles porte le regard sur des EAU d'intérêt singulier (le puit Hely d'Oisel, la cité administrative de Gardanne, ...etc.) ou sur des sous-ensembles d'EAU présentant des parentés (les cités minières, le réseau de transport ferré, un quartier urbain, ...etc.). Ainsi, hormis la représentation cartographique, la description des EAU réalisée permet d'élaborer d'autres figurations, utiles à l'analyse (Fig.7).

Figure 7 : Le puit Hély d'Oissel - Frise chronologique

Figure 7 : Le puit Hély d'Oissel - Frise chronologique

38Les plages vertes et rouges, hachurées ou non, représentent, de la même manière que dans les Figures 1 et 2, les périodes d'existence et d'inexistence attestées et hypothétiques des résultats des interventions successives.

39La démarche exploratoire conduit à l'élaboration de « cartes de travail » tout au long d'un processus qui associe recueil d'information et analyse. Ce sont des brouillons cartographiques dont l'heuristique permet de mieux cerner des relations spatiales et/ou historiques (voisinage, regroupement, éloignement, dispersion, ...) parmi les éléments architecturaux et urbains et leur évolution. Elles peuvent révéler à l'issue de la saisie des incohérences de datation entre éléments de la base de données et contribuer ainsi au contrôle de la qualité des données.

40L'analyse une fois considérée comme aboutie, La base de données est utilisée pour la constitution de dossiers monographiques lorsque l’analyse est considérée comme aboutie. Les résultats de l'analyse peuvent être transmis sous forme de table, rendant ainsi possible leur intégration à d'autres systèmes d'information.

Apports et contraintes de la nouvelle approche : des ensembles urbains aux éléments architecturaux et urbains

41L'adjonction d'une dimension spatiale à la démarche de recensement du territoire nous a permis d’adopter une démarche exploratoire. Les notions d'EAU et d'IAU ont été définies. Une base de données a été organisée en utilisant ces notions, et le mode de datation des EAU et de leurs IAU a été affiné. Les illustrations présentées montrent quelques exemples d'exploitation de cette base de données.

Enrichissement de la cartographie et apports à l'analyse du patrimoine

42L'organisation des données, reliant chaque EAU aux IAU dont il est l'objet durant son existence, permet de rendre compte de son évolution chronologique, ce qui n'était pas réalisable auparavant. Les EAU comme les IAU peuvent être caractérisés, car ils et elles sont modélisés indépendamment les uns des autres. Ces caractères peuvent être exploités dans les requêtes appliquées à la base de données ou dans les opérations de classification des EAU et des IAU. Il est ainsi possible de produire une cartographie qui rend compte des aspects non seulement morphologique mais aussi fonctionnels des EAU et de leurs changements, de la qualité de leur datation, de leur persistance et leur rôle dans la structuration du territoire considéré, ...etc. (Fig.8), Une analyse spatiale d’interventions localisées devient réalisable, accompagnée d'une réflexion sur leur enchaînement ou leur simultanéité.

Figure 8 : Le système cultuel à Gardanne

Figure 8 : Le système cultuel à Gardanne

(Fond : BDORTHO® 2008, © IGN PFAR 2008)

43La figure montre le système cultuel (églises, cimetières, voies d'accès) de Gardanne en 2012 tel qu'il a pu être caractérisé grâce aux documents recueillis et aux observations réalisées. Au fil de la chronologie les cartes montrent les EAU existants (carte de gauche), les interventions réalisées et la qualité des datations (carte centrale), les éléments permanents, persistants ou en projet (carte de droite).

44L’ensemble des fenêtres est généré et mis à jour à chaque stade d'évolution par l'utilitaire « MapHisto », réalisé sur la base de la modélisation présentée (Autran, 2000 – 2012).

Incidences sur la démarche de recherche historique

45Les méthodes et outils mis en place ont conduit à faire évoluer les démarches antérieures de recherche historique. La démarche exploratoire introduit des contraintes de mise en œuvre et a un impact sur la qualité des cartes produites.

46L'introduction des IAU dans l'organisation des données dépend certes de la documentation disponible, mais elle permet également de préciser les phases les plus significatives dans l'histoire d'un EAU, obligeant le chercheur à les documenter, à les dater, les décrire et les analyser pour en faire émerger le sens dans l'histoire urbaine et architecturale : en considérant l'action et la décision humaine, elle met l'accent sur le caractère anthropique du territoire dont l'état, à un instant donné, résulte d'un ensemble de prises de décision passées, individuelles ou collectives, publiques ou privées.

47La représentation discontinue a un impact sur la qualité des cartes produites et l'interprétation que l'historien peut en faire. Avec une représentation continue, les images cartographiques produites reflètent des stades d'évolution historiquement et spatialement cohérents sur l’ensemble de l’étendue de la zone d’étude. Dans le cas d’une lecture discontinue du territoire, le voisinage d’un EAU n’est pas obligatoirement décrit, ou n’est pas représenté dans son stade d'évolution relatif à la même période historique. Cette incomplétude manifeste, qui peut être partiellement compensée grâce à l’emploi d’un fond de carte le plus proche de l’époque concernée, ne remet pas en cause toutefois la production d’une cartographie consacrée au travail de recherche de l’historien, conscient de l’imperfection des sources et de l'incomplétude du recueil archivistique qui se poursuit.

48La mise en œuvre de la dimension cartographique, en complétant la dimension strictement documentaire, a également fait évoluer l’approche de l’analyse historique du territoire. La possibilité d’une cartographie des stades d'évolution du territoire à une date ou durant une période donnée induit un dépassement du recensement des éléments architecturaux et urbains (EAU) par celui d’interventions (IAU), notion plus adaptée à l’étude du territoire en constante évolution. Mais ce faisant, elle requiert, nous l'avons vu, une datation détaillée des faits territoriaux, en particulier les dates de début et de fin de chaque phase d’évolution. L'absence de continuité géographique dans nombre de documents figurés nécessite de spécifier les bornes de la période hypothétique. De plus, la justification de la datation s’impose dans tous les cas. Un commentaire historique permet de préciser l’origine d’une date « supposée » ; les dates attestées, connues ou incertaines, quant à elles, sont justifiées par le lien entre les IAU et la documentation archivistique ou bibliographique que la structuration documentaire mise en place permet de formaliser.

  • 12 La localisation des objets d’étude est souvent réalisée par des représentations simplifiées : trait (...)

49La cartographie historique des IAU nécessite également que soient dessinées les emprises ou la localisation résultant de chacune d’entre elles. C’est là sans aucun doute un autre apport de la méthode : l’obligation de localiser ou de délimiter des emprises cartographiques renseigne de manière précise les interventions12,; le dessin cartographique de l’emprise ou de la localisation, traditionnellement illustratif, devient ici opératoire dans le cadre de l’utilisation d’un SIG en liaison avec une base de données structurée.

50Le recensement prend donc en compte les contraintes de la modélisation au profit d’un enrichissement heuristique offert par la cartographie « exploratoire ».

Conclusions et perspectives

51Le travail de recherche réalisé dans le cadre de l’OHM Bassin minier de Provence nous a permis de réaliser une approche historique du patrimoine architectural et urbain en l'accompagnant d’une dimension cartographique rendant compte de son empreinte territoriale.

52La démarche exploratoire mise au point nous a conduit à mettre en place un recensement plus détaillé que dans un processus strictement documentaire. Les notions d' « élément architectural ou urbain» et d' « intervention », d' « état » et de « transformation », de « projet », « permanence » et « persistance », de « date d'apparition » et de « date de disparition » ont été définis et mis en œuvre. L'incertitude qui résulte de la démarche historique a fait l'objet d'une attention particulière, ainsi que la différenciation entre évolution de « forme » et de « fonction ». Le croisement des dimensions physique, fonctionnelle et historique des éléments du patrimoine étudiés facilite la production à volonté de brouillons cartographiques lors du travail de recherche historique. Associant à la chronologie des transformations, la spatialisation du territoire d’étude, la cartographie du patrimoine recensé accroît ainsi les capacités d’analyse, en particulier lorsqu’une approche heuristique est adoptée. Les cartes produites ont pu renouveler et rendre plus précise l’histoire de territoires ayant déjà fait l’objet de recherches documentaires antérieures : la cartographie révèle des conséquences de faits historiques qui peuvent être imaginés à la lecture de ces recherches, mais qui n'avaient pas été représentés, par manque de temps ou d'outils adéquats (Autran et al., 2014). Une telle démarche offre de bonnes possibilités de mise en forme de monographies, de pérennisation et de diffusion de la connaissance dans le contexte particulier de mutualisation des ressources de l'observatoire Bassin Minier de Provence. Les possibilités d’enrichissement dues à l’ouverture du système d’information permettent d’envisager dans ce contexte l’accueil de nouveaux recensements, la levée ou la réduction d'incertitudes, la production de connaissances renouvelées.

53L’apport de la démarche ne se fait pas sans contrepartie. En particulier, l’utilisation des concepts mis en place et le modèle historique nécessitant des datations et des tracés géographiques précis impose une rigueur dans le travail qui peut paraître rédhibitoire comparée à la démarche déjà exigeante de la recherche historique. La démarche a pour effet de morceler en EAU et IAU la connaissance produite, à la différence de l'approche antérieure plus portée, dès l’analyse, à une vision synthétique du territoire. Enfin, le choix d’orienter l’étude sur les interventions plus que sur les éléments urbains et architecturaux nécessite de prendre position, au moment de la recherche en archive, sur la prise en considération ou non des interventions « de détail » et fixer une échelle d’analyse pertinente pour l’analyse du territoire.

54La démarche se heurte à un certain nombre d’écueils : si certains d’entre eux ont pu être contournés, d'autres n'ont pu trouver de solutions techniques satisfaisantes. Les données recueillies, nous l’avons vu, sont souvent de qualité limitée, même si, à la différence de la recherche archéologique par exemple, la période historique considérée (1800 à aujourd’hui) est plus récente et donc les sources documentaires plus précises et plus riches. Si nous avons su proposer une solution pour la traduction de périodes d’existence hypothétique, les datations imprécises quant à elles doivent être traduites en valeur précise et unique (« milieu XIXe » = 1850) car il est difficilement envisageable, dans les termes du modèle relationnel, d’exprimer et de gérer de façon simple des fourchettes de valeur (c’est le cas aussi des interventions durant plusieurs années, la construction d’une cité minière par exemple). L’utilisation d’outils logiciels fondés sur un modèle plus évolué permettrait d’améliorer cette approche.

55Les SIG imposent de traduire en tracés précis les contours géographiques imprécis, difficiles à situer (à cause par exemple de difficultés du géoréférencement éventuelles des documents figurés par manque de repères sur le territoire actuel, ou d'imprécision de ces documents). Le choix d’une symbolisation graphique adaptée pourrait rendre compte en partie de la qualité des données, mais complexifierait l’image cartographique et rendrait sa lecture moins immédiate.

56Le contenu de la base de données et les résultats de son exploitation à une étape donnée de la recherche historique sont tributaires de la pauvreté ou de la richesse du recueil des sources en archives. Considéré d’un point de vue géographique ou historique, la discontinuité des sources a des répercussions sur la cartographie du territoire étudié, compte-tenu de l’incomplétude de la base de données. Ainsi, un faible nombre d’interventions (ou à contrario de nombreuses) dans une période donnée ne traduit pas obligatoirement une stabilité (versus instabilité) du territoire étudié, mais peut également être l’image d’un manque (versus surcroît) de sources pour cette période et en ce lieu. Un tel constat peut conduire à de nouvelles recherches d’archives, dans le but de compléter la base de données. Au cours de son travail de recherche, l’historien est donc conduit à une exploitation raisonnée de la base de données et à une lecture prudente des cartes produites, qui reflètent l’interprétation des données d’archives recueillies, retenues, incomplètes et imprécises.

57Enfin, la question plus fondamentale de l'identité des EAU se pose (Hornsby et al, 2000). L'« identité » d'un objet dans le domaine des bases de données fondées sur le modèle relationnel est garantie par un identifiant dont la valeur est unique pour chaque instance d'une table. En ce sens, l'identité de chaque EAU recensé est maintenue tout au long de son existence, considérée comme une période de permanence éventuellement précédée d’une période de projet et suivie d’une période de persistance. Cependant, la description comparative consistant à placer face à face deux documents décrivant le même territoire contient une part d’interprétation et de subjectivité. En effet, les cas d’une parfaite concordance des tracés ou du bâti d’un document à l’autre sont rares et les concordances souvent partielles. Si la présence matérielle est le témoin de l’existence physique d’un EAU, ce sera souvent sous une forme immatérielle (axe d’une voie, réserve foncière, …etc.) que se présentera son projet comme sa période de persistance. La permanence d'une fonction, alors que l'édifice qui en assurait l'existence a disparu et a été remplacé, assure-t-elle l'identité d'un EAU ? C'est le cas par exemple de la mairie de Gardanne dont le dossier réunit un projet non réalisé et plusieurs édifices ayant assuré la fonction à des emplacements différents. Dès lors, quand peut-on parler de disparition d'un EAU, de remplacement d'un EAU par un autre EAU ?

58Tout en recherchant des solutions aux problèmes évoqués, cette question nous conduit à poursuivre le travail de conceptualisation en explorant les relations qui forment un réseau entre les éléments architecturaux et urbains. Ainsi, « l'église de Gardanne » est un réseau d’EAU qui réunit l'église St-Pierre disparue et l'église actuelle (Ste-Marie) par une relation fonctionnelle; ce réseau fait partie lui-même d’un système cultuel plus complexe l’associant aux cimetières et aux chemins d’accès. L’étude et la formalisation de ces réseaux, en mettant l’accent sur des relations fonctionnelles, architecturales, chronologiques, spatiales, …etc., permettront d’aborder à un niveau supérieur de synthèse la cartographie du territoire étudié et donc la compréhension de son histoire et de son patrimoine architectural et urbain.

Haut de page

Bibliographie

Autran J., 1997, « Analyse des transformations urbaines et Systèmes d'Informations Géographiques - approche, potentialités et limites - Un exemple : l'étude de la croissance de la ville d'Arles », colloque Patrimoine et modernité, Université Saïs Fès, Maroc.

Autran J., 2000, 2012, « Manuel de Maphisto », Notes techniques, version 1 (2000), version 2 (2012).

Autran J., 2010, « Construire une base de données historiques et l’exploiter à l’aide d’un SIG : renouvellement d’une démarche traditionnelle par l’introduction de nouvelles méthodes », Communication aux Rencontres SIG La Lettre, session « Comment gérer et diffuser des données historiques dans un SIG ? », ENSG.

Autran J., Lochard T., Monteau R., 2014, « L’exploitation dans le bassin minier de Provence : quartiers, puits et galeries ». Aix-en-Provence, CNRS – OHM Bassin minier de Provence, TOHM, 2, 92 pages.

Autran J., Lochard T., 2014, « Des documents d’archive figurés à l’analyse historique du patrimoine architectural et urbain : étude du bassin minier de Provence », Communication aux Rencontres DECRYPTAGEO, Session « Quand les SIG se tournent vers le passé pour comprendre le présent », Paris, 8-10 Avril 2014

Autran J., 2014 « Le patrimoine architectural et urbain du bassin minier de Provence - Mise en œuvre d’un dispositif d’observation de terrain », Rapport final de recherche, OHM Bassin minier de Provence, Juin 2014

Baiocchi V., Lelo K., 2005, « Géoréférencement des plans historiques (du XVIIIe au XIXe) de la ville de Rome, et leur comparaison avec des cartes actuelles », Géomatique Expert n° 45.

Bertin J., 1977, « La graphique et le traitement graphique de l’information », éd. Flammarion, Paris.

Bordin P., 2006, « Analyse d’évolutions topographiques élémentaires pour le suivi de phénomènes géographiques », Bulletin d’information scientifique et technique de l’IGN n°75 (2006/1), p. 87-94.

Bordin P., 2010, « L’intégration du temps dans les SIG », Revue XYZ n° 122.

Burle J., 2003, « Essai d'analyse comparée des formes urbaines de Gênes, Marseille et Alexandrie : la ville portuaire du XIXe siècle », Thèse de doctorat en Cultures, sociétés et échanges des pays de la Méditerranée septentrionale.

CERTU, CETE Normandie-Centre, 2008, « Méthodes pour réaliser un historique de l’évolution du bâti – Utilisation de cartes anciennes, du cadastre et de photographies aériennes », éd. Certu.

Chatenet M, Verdier H. (dir.), 1999, « Système descriptif de l' Architecture », Paris : Editions du patrimoine, Documents et méthodes, n° 5.

Cheylan J.P., 2007, « Les processus spatio-temporels : quelques notions et concepts préalables à leur représentation », M@ppemonde 87 (2007,3).

Chias P., Abad T., 2009, « GIS tools for comparing historical and contemporary landscapes through local maps series », e-perimetron, Vol. 4, n°2, p.61-72.

Claramunt C., Parent C., Theriault M., 1997, “ Design Patterns for Spatio-temporal Processes ”, Proceedings: conference IFIP 7-10 October 1997, Leysin, Switzerland , p.455-475.

Conto F., Fanello G., Pillon M. , 2009, “An information system for historical Cadastre of Venice”, e-Perimetron, Vol. 4, n° 4, p. 240-246.

Corboz A., 2001, Le territoire comme palimpseste et autres essais, Besançon : Les Éditions de l’Imprimeur, p. 87. Voir en particulier les contributions suivantes : « La recherche : trois apologues », p. 24 sq. et « La description : entre lecture et écriture », p. 252 sq.

Corboz A., 1993, « Le dessous des cartes », dans Atlas du territoire genevois : permanences et modifications cadastrales aux XIXe et XXe siècles, Département des travaux publics du canton de Genève, Service des monuments et des sites, Chêne-Bourg Genève (Suisse) : Georg Editeur SA, p. 6.

EPFL, UNIL, ULB, IGN, CEMAGREF, STAR INFORMATIC, 2002, “ MurMur Project, Multi Representations - Multi Resolutions ”, Final Report.

Gauthiez B., 2008, « Lyon en 1824-32 : un plan de la ville sous forme vecteur d’après le cadastre ancien  », Géocarrefour, Vol. 83/1 | 2008, 57-67.

Gregory I.N., 2003, “ A Place in History: A guide to using GIS in historical research ”. Oxbow: Oxford.

Grosso E., 2009, « Proposition pour une gestion unifiée des données anciennes », Colloque International de Géomatique et d’Analyse Spatiale SAGEO'09, 25-27 novembre 2009, Paris.

Hornsby K., Egenhofer M., 2000, “Identity –Based Change: A Foundation for Spatio-Temporal Knowledge Representation “, International Journal of Geographical Information Science 14(3), p.207-224.

Johnson I., 2005, “Indexing and delivering Historical Maps Online Using TimeMap”, National Library of Australia Magazine.

Leveille A., 1993, « La forme du territoire », dans Atlas du territoire genevois : permanences et modifications cadastrales aux XIXe et XXe siècles, Département des travaux publics du canton de Genève, Service des monuments et des sites, Chêne-Bourg Genève (Suisse) : Georg Editeur SA, p. 9-11.

Lochard T., 2010, « Gardanne et le Bassin minier de Provence : les incertitudes du territoire », dans : Périurbains : territoires, réseaux et temporalités, Actes du colloque Inventaire général du Patrimoine culturel - CNFPT, Amiens, Lyon : Editions Lieux Dits, p. 133-140.

De Massary X., Coste G. (Red.), 2001, « Principes, méthode et conduite de l’inventaire général du patrimoine culturel », Paris : Centre des monuments nationaux/Monum, Editions du patrimoine, Documents et méthodes, n° 9.

May Y., 1996, « Temporal GIS and Spatio-Temporal Modelling », Proceedings: Third International Conference in Integrating GIS and Environmental Modeling. Santa Fe, New Mexico.

Morris K., Hill D., Moore T., 1999, “ Mapping the environment through three-dimensional space and time ”, Proceedings: 4th International Conference on GeoComputation, Mary Washington College Fredericksburg, Virginia, USA.

Noizet H., Bove B., Costa L. (dir.), 2013, « Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l'espace parisien médiéval et moderne », éd. Presses universitaires de Vincennes-Comité d'histoire de la Ville de Paris, Paris, 354 p.

Perret J., Ruas A., Boffet Mas A., 2009, « Understanding urban dynamics : the use of vector topographic databases and the creation of spatio-temporal databases », proceedings of the 24th International Cartography Conference (ICC 2009), Santiago, Chile.

Pinol J.L., 2011, « Les systèmes d'information géographique et la pratique de l'histoire », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 2011/5 n° 58-4bis, p. 111-126.

Rodier X., 2006, « L’archéologue et la carte », M@ppemonde 83 (2006,3).

Rodier X., Saligny L., 2010, « Modélisation des objets historiques selon la fonction, l’espace et le temps pour l’étude des dynamiques urbaines dans la longue durée », Cybergeo, article 502.

Workboys M.F., 1994, “ A unified Model for Spatial and Temporal Information “, The Computer Journal, Vol.37, n°1.

Sites

ALPAGE, « AnaLyse diachronique de l'espace urbain PArisien : approche GEomatique », http://alpage.tge-adonis.fr/fr/

EHESS, « Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui », http://cassini.ehess.fr

Gregory, I., « The Historical GIS Research Network », site web, http://www.hgis.org.uk/bibliography.htm

IGN, Geoportail, « Cartes historiques », http://www.geoportail.gouv.fr/donnees?thematique=Cartes+historiques&type=thematique

Johnson I., "Mapping the fourth dimension: the TimeMap project", http://www.timemap.net

OHM, « Observatoire Hommes-Milieux du bassin minier de Provence », http://www.ohm-provence.org/

University of Portsmouth, JISC,” A vision of Britain through Time ” http://visionofbritain.org.uk/

Haut de page

Notes

1 L’Observatoire Hommes-Milieux du bassin minier de Provence est le premier des OHM établi par l’Institut Écologie et Environnement (INEE) du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Il est motivé par l'étude des changements d'un territoire provoqués par l'arrêt de l'exploitation minière en 2003 (http://www.ohm-provence.org/).

2 Les structures appartiennent aux grandes catégories décrites dans le Système descriptif de l'Architecture de l’Inventaire général. Voir Chatenet M, Verdier H. (dir.), 1999, p. 26 sq. : urbanisme, architecture religieuse, scolaire, domestique, industrielle, etc. Leurs dénominations s’appuient sur le Thésaurus de l'architecture, sous la direction de Monique Chatenet et Hélène Verdier, Paris : Editions du patrimoine, 2000, Documents et méthodes, n° 7. A propos des objets d’étude, voir également (De Massary et al., 2009), p. 27 sq.

3 Laboratoire INAMA, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille.

4 En particulier, la base de données urbaines de la ville de Marseille établie depuis 1974 par l’ICOREM, et la base de données établie quelques années plus tard par la ville d’Arles

5 Dans un premier temps l'exploitation de ces bases de données a été réalisée grâce à l'emploi du langage de manipulation de données du SIG utilisé (MapInfo ©) et des fonctions complémentaires associées permettant la production de cartes. Cette exploitation a été facilitée ultérieurement grâce à la programmation de fonctions spécifiques utilisables dans l'environnement MapInfo (Autran, 2000, 2012).

6 Voir en particulier l'inventaire urbain et architectural des communes de la Communauté d'Agglomération Hérault-Méditerranée (Saint-Thibéry, Montagnac, Portiragne) réalisé en 2003-2009 (document consultable à la Communauté d'Agglomération à Saint-Thibéry).

7 (De Massary et al., 2009), en particulier à propos de la définition des objets d’étude, p. 27 sq., et des dossiers d’Inventaire, p. 47 sq.

8 Corboz André, « Le dessous des cartes », Atlas du territoire genevois : permanences et modifications cadastrales aux XIXe et XXe siècles, Département des travaux publics du canton de Genève, Service des monuments et des sites, Chêne-Bourg Genève (Suisse) : Georg Editeur SA, 1993, p. 6.

9 Voir également (De Massary et al., 2009), p. 27 : « un simple catalogue d’œuvres, même sommaire, n’aurait que peu de sens s’il n’était enrichi de la reconnaissance d’un "système d’œuvres" ».

10 « Un objet scientifique ne se dégage pas comme une statue antique. Il se construit au moyen d’une suite d’opérations où le réel et le chercheur interagissent intensément » (Corboz, 2001).

11 Consulter le catalogue Cat'BMP mis en œuvre par l'OHM (https://www.ohm-provence.org/spip.php?rubrique74)

12 La localisation des objets d’étude est souvent réalisée par des représentations simplifiées : trait de façades des édifices ou point centré sur le corps de bâtiment principal (Massary et al. , 2001).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Mode de datation des états des éléments décrits
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-1.png
Fichier image/png, 7,6k
Titre Figure 2 : Mode de datation du résultat des IAU (états et transformations) - Évolution du mode initial représenté par la Figure 1
Légende (les modifications sont notées en caractères de couleur rouge)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 3 : La cité Salonique (EAU) et les interventions (IAU) dont elle a fait l’objet – Transformations successives (Fig. 3.1) versus États successifs (Fig. 3.2),
Crédits (Fond Scan 25, ®2010, © IGN PFAR 2008)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4 : Qualification de la période d’existence d'un EAU
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-4.png
Fichier image/png, 6,5k
Titre Figure 5 : Schéma conceptuel de la base de données mise en œuvre
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-5.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 6.1 : L'exploitation des zones souterraines d’extraction du lignite dans le bassin minier de Provence - Série des stades d'évolution (Autran et al., 2014)
Crédits (Fond Scan 250, ®2010, © IGN PFAR 2008)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-6.png
Fichier image/png, 799k
Titre Figure 6.2 : L'exploitation des zones souterraines d’extraction du lignite dans le bassin minier de Provence - Série de transitions entre deux stades d'évolution (1923/1925)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-7.png
Fichier image/png, 147k
Titre Figure 7 : Le puit Hély d'Oissel - Frise chronologique
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-8.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre Figure 8 : Le système cultuel à Gardanne
Crédits (Fond : BDORTHO® 2008, © IGN PFAR 2008)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27221/img-9.png
Fichier image/png, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Autran et Thierry Lochard, « Décrire et exploiter la dimension territoriale et historique d’un patrimoine architectural et urbain », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 739, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27221 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27221

Haut de page

Auteurs

Jacques Autran

Laboratoire ABC, École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille, Architecte, Géomaticien

jacques.autran@marseille.archi.fr
http://www.marseille.archi.fr/acteurs/chercheurs/autran-jacques/

Thierry Lochard

Laboratoire INAMA École Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille, Architecte, Historien de l’architecture et de la forme urbaine

thierry.lochard@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page