Navigation – Plan du site
2015

Matthey L., 2014, Building up stories. Sur l’action urbanistique à l’heure de la société du spectacle intégré, Genève, A•Type éditions, 157 p.

Élisa Goudin

Texte intégral

1L’ouvrage de Laurent Matthey s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche conduit depuis 2011 par la Fondation Braillard Architectes et qui s’intitule : « Building up stories, Gouverner la ville par le récit ». Il porte, si l’on devait résumer son propos, sur la façon dont les urbanistes constituent la ville comme objet discursif. L’auteur cherche à comprendre les processus par lesquels la ville d’aujourd’hui, à l’exemple de Genève, est articulée sémiologiquement dans le discours de ces personnes. Il existe déjà des études portant sur la façon dont les différents acteurs sociaux s’approprient la ville, comment ils la rendent lisible, lui apportent une signification par une mise en récit, etc. Mais l’enjeu est ici de montrer ce qui est perdu dans ce souci constant de mise en récit, en termes notamment de libre arbitre des habitants et plus généralement de ce qu’il nomme le « droit à la ville ».

2Le récit fonctionne comme une variation autour d’une hypothèse de départ, qui est formulée p. 20 : « Se pouvait-il que la prolifération des discours qui entourait les transformations de la ville fût l’ultime moyen de ne pas en délibérer ? ». On peut le regretter car le récit perd de ce fait un peu en suspense, l’hypothèse de départ étant ensuite étayée avec de nombreux exemples. En fait, l’auteur tire ce fil et met en évidence les corollaires de cette prolifération des discours, montrant ainsi la complexité d’un phénomène protéiforme. Ce faisant, il ne se départit jamais d’une réflexion critique sur sa propre position, qui est celle d’un « observateur participant » qui donc par définition n’observe que des phénomènes infléchis par sa présence. Il va même plus loin et affirme qu’en tant que chercheur, il est aussi dans une position de « traître » (p. 24) car il observe des acteurs sans même les informer qu’il les observe. Au total, l’étude aboutit sur un constat assez sombre : « Dans le même temps que l’on rendait les projets urbains plus prolixes, qu’on les faisait parler plus généreusement d’eux-mêmes, on dépossédait effectivement les habitants de l’information nécessaire à leur compréhension et contestation. On défaisait les capacités de mobilisation collective (…). L’urbanisme d’après l’urbanisme posait ainsi la question du droit à la ville » (p. 145).

3Les conclusions qui sont tirées sur les inflexions récentes du métier d’urbaniste le sont à deux niveaux géographiques distincts, la métropole lémanique et le Grand Genève. L’auteur décrit un champ au sens de Pierre Bourdieu, en expliquant comment la pratique urbanistique semble de plus en plus soumise à des impératifs qui relèvent de la communication (p. 18) et uniquement de cette dernière. Il s’inscrit dans une tradition de recherche clairement identifiée, fondée notamment sur les travaux de Bernardo Secchi en Italie, qui nécessitaient d’être actualisés car ce dernier y décrivait un âge d’or du récit d’urbanisme, un récit du progressisme, paradigme qui n’est plus actuel selon l’auteur (cf. p. 119). L’approche de Guy Debord est également une source d’inspiration, notamment la thèse 1 de La Société du spectacle, une société annoncée dans laquelle « tout ce qui était directement vécu s’est éloigné dans une représentation ». Même si on note parfois une distance critique, le récit de L. Matthey doit beaucoup aux analyses de Guy Debord. De la même façon, il s’appuie, comme on pouvait s’y attendre, sur les travaux de Michel Foucault et notamment la théorie de la « gouvernabilité », pour décrire et comprendre comment on peut agir sur les actions des autres en leur laissant croire que cela les libère.

4L. Matthey commence par analyser la « perte de linéarité » (p. 35) du travail urbanistique et ses conséquences, la colère, l’amertume, le désespoir etc. Les urbanistes doivent désormais travailler à partir d’un paradigme mouvant, et entretiennent le plus souvent un rapport ambigu au politique, en étant à la fois critiques et soumis car les commandes publiques sont une source importante de revenus et que beaucoup sont même directement salariés par l’État. Il opère des parallèles, par exemple avec les transformations de leur métier vécues par les architectes à la fin du XIXe siècle (p. 46).

5On arrive ensuite dans ce premier chapitre à l’une des thèses centrales de l’ouvrage : l’avènement d’un « post-urbanisme de coordination », que L. Matthey définit comme une pratique « née sur les décombres du grand récit urbanistique » (p. 51), et donc une pratique désillusionnée de la fabrique de la ville. Les niveaux descriptifs et interprétatifs sont constamment mêlés dans ce premier chapitre, ce qui pourra éventuellement gêner certains chercheurs, mais présente l’avantage considérable de rendre l’ouvrage accessible également à un public de non-spécialistes. D’une façon générale, L. Matthey écrit parfois presque sur le mode du récit de voyage : lorsqu’il décrit l’air de piano joué dans le cadre de la troisième édition de la manifestation « Jouez, je suis à vous » à Genève, on pense aux Tableaux de voyage de Heine, et plus généralement à la littérature de voyage, au sens où l’auteur consigne dans son récit des impressions, des analyses, en procédant par associations d’idées. C’est aussi le cas lorsqu’il se remémore un voyage à Saint-Pétersbourg par exemple. On suit l’auteur tour à tour assistant à un colloque, prenant des notes en tant qu’étudiant, participant à une réunion avec des spécialistes du ministère, flânant dans la ville de Genève, etc. Il entrecroise constamment les différents niveaux spatiaux et temporels, ce qui donne beaucoup de fluidité à la lecture de cet ouvrage, qui se présente, rappelons-le, comme un « récit » et non pas un ouvrage scientifique au sens strict. On observe le livre en train de s’écrire, comme si l’auteur avait délibérément choisi de laisser les échafaudages visibles. On suit des associations d’idées, mais il n’en demeure pas moins que les conclusions sont toujours fondées du point de vue théorique avec minutie.

6Ce « récit » s’appuie par exemple sur une référence récurrente à l’intersubjectivité de Habermas (p. 94 et suivantes), en tentant d’apporter des réponses à la question de savoir comment, au moyen de quels outils, les urbanistes peuvent prétendre satisfaire à l’impératif intersubjectif, notamment dans le domaine des formes de participation citoyenne qui sont de plus en plus souvent convoquées pour légitimer certains projets. Cette notion de participation est déjà ancienne, et ne concerne évidemment pas seulement la Suisse. On se souvient que l’idée de rapprocher le citoyen de la décision était l’une des trois lignes directrices justifiant l’adoption des premières lois de décentralisation en France dès 1982. Aujourd’hui, on trouve de façon récurrente cette idée dans les réflexions sur le développement urbain : une « citoyenneté en actes » est par exemple défendue dans le rapport pour une réforme radicale de la politique de la ville de Marie-Hélène Bacqué et Mohamed Mechmache de 2013. L’idée est toujours de renforcer la capacité d’action et d’émancipation des individus, au sens de l’empowerment. D’autres études ont montré que ce discours participatif contient parfois ses propres apories. Mais l’approche de L. Matthey est originale par la mise en relation qu’il fait entre les limites et les pièges de cette injonction participative d’un côté et la profusion de discours, le souci constant de pratiquer le storytelling de l’autre.

7Notons ici que le récit s’appuie aussi sur des sources plus anciennes, comme les analyses de Walter Benjamin sur le concept de « salonisation » de l’espace public dans Paris, capitale du XIXe siècle, où il était montré par quels procédés la ville de la modernité avait tendance à prendre de plus en plus « l’aspect cossu et douillet d’un intérieur » (p. 57). Certaines références mériteraient d’être plus approfondies, comme p. 109 : « on avait affaire à ce que Pierre Bourdieu avait appelé une illusio : les acteurs pensaient spontanément dans le sens idoine – et sans penser à mal ou avec perfidie ». C’est une piste qu’il aurait fallu creuser et peut-être nuancer : on pourrait en effet se demander dans quelle mesure cette pensée est réellement spontanée. Le fait de citer seulement ce concept bourdieusien au détour d'une phrase n’apporte rien à l’argumentation, alors que cette intuition aurait probablement mérité d’être approfondie.

8L. Matthey établit des ponts entre des phénomènes a priori indépendants les uns des autres : il montre par exemple le lien entre gouvernance urbaine et planification néo-libérale (p. 62 et suivantes), et, plus intéressant car plus novateur, l’homologie entre les processus qui régissent la production urbaine et la production industrielle (p. 73 et suivantes), en montrant que l’habitant est aujourd’hui en quête de récits, de « climats, d’expériences à vivre plus que de ville réelle » et que dans ce mouvement il devient l’équivalent du consommateur désireux d’acquérir une expérience plutôt qu’un produit. L’opposition terme à terme serait toutefois peut-être à relativiser, entre la ville telle qu’elle est vendue (lorsque l’on vend une expérience, un imaginaire) et la « ville réelle » à laquelle l’auteur se réfère p. 75. Qu’est-ce en effet que cette « ville réelle » ? Peut-elle réellement se définir en dehors des discours sur elle, et de l’imaginaire qui est véhiculé par les récits et qui infléchissent nécessairement nos représentations ?

9Au total, le lecteur peut avoir le sentiment que l’auteur cherche l'expression exacte qui qualifierait le nouvel urbanisme qu’il décrit. Le corollaire est qu’il oscille entre plusieurs notions, « urbanisme spectaculaire » (p. 70), « urbanisme furtif » (p. 141), « urbanisme d’après-urbanisme » (p. 143), etc., afin de décrire finalement une réalité unique : il s’agit d’une pratique narrative dont le but est de se taire en parlant. Un exemple très éclairant est donné p. 104 : le texte Genève, envie, édité récemment par le département de l’urbanisme genevois et qui expliquait comment il convenait de lire le Plan directeur cantonal 2030. L’auteur y voit « une forme de commentaire de texte en mode narratif mais sans référence au texte en somme ». Le récit fonctionne alors de façon autoréférentielle, même si L. Matthey n’utilise pas ce terme et préfère parler, avec Christian Salmon et Ira Chernus, du « syndrome Schéhérazade » : le récit exerçant une fascination, on entre dans son mouvement, on se laisse fasciner. La conséquence directe est que le paratexte devient de plus en plus important pour encadrer la lecture des documents d’urbanisme, et réduire l’incertitude liée à leur réception (p. 142).

10C’est selon nous l’un des grands mérites de l’ouvrage que de ré-affirmer, à l’exemple des pratiques narratives des urbanistes, à quel point l’activité de raconter des histoires peut être liée intrinsèquement avec celle d’en construire la réception. Ici les travaux de Léonie Sandercock sur la construction simultanée d’un récit et d’une réception idoine sont très utiles à l’auteur. Il montre de façon très probante et en déclinant des exemples divers comment la mise en récit devient un instrument de contrôle des opinions (cf. p. 111 et suivantes, où l’auteur s’appuie sur les théories de Christian Salmon). L’activité narrative modélise la ville et lui donne un sens, mais dans un but précis : réduire la complexité, susciter l’adhésion, en ayant très souvent recours à l’infotainment, ce mélange d’information et de divertissement. L. Matthey n’utilise presque pas le mot de marketing (il y a une exception p. 81) mais c’est bien de marketing de projets urbains dont il s’agit dans ces différents dispositifs narratifs de la ville. Au total, on peut certes regretter que l’auteur se répète un peu, notamment sur la notion de « nouvelle gouvernance urbaine ». On pourrait également regretter certains raccourcis : ainsi, il montre comment ce qu’il nomme « la rationalité narrative » prévaut sur la « rationalité technique », mais sans se demander si elles s’opposent nécessairement ou si l’on pourrait imaginer des cas où l’une servirait l’autre par exemple. Mais ceci est induit par la forme : un récit très court, plus succinct qu’un ouvrage scientifique classique, et qui rassemble des impressions, des analyses éparses mais convergentes. L’ouvrage est complété par une très riche bibliographie de sept pages. Les chercheurs qui s’intéressent à la mise en récit de projets urbains, à la construction de la ville comme objet discursif, trouveront un intérêt certain à cet ouvrage, de même qu’un public plus large de non-spécialistes qui pourront apprécier sa forme originale de récit dont la lecture est très agréable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisa Goudin, « Matthey L., 2014, Building up stories. Sur l’action urbanistique à l’heure de la société du spectacle intégré, Genève, A•Type éditions, 157 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 21 septembre 2015, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27232

Haut de page

Auteur

Élisa Goudin

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
elisa.goudin-steinmann@univ-paris3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page