Navigation – Plan du site
2015

Cuny C., 2014, Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethnographie du grand ensemble de Marzahn, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Dialogiques », 340 p.

Aude Le Gallou

Texte intégral

1L’ouvrage de Cécile Cuny s’inscrit dans le champ des études de la ville post-socialiste et de ses transformations. À partir du cas du grand ensemble de Marzahn (ex-Berlin-Est), emblématique des ambitions urbaines de l’Allemagne de l’Est et plus vaste grand ensemble d’ex-RDA, l’auteure illustre les mutations urbaines, sociales, mais aussi économiques et politiques que provoque le passage d’un système socialiste à un système capitaliste à partir de 1990. Il s’agit en effet de rendre compte du destin singulier de ce quartier et des importantes évolutions qu’il connaît depuis la réunification, mais surtout de comprendre l’apparent « paradoxe entre, d’une part, la radicalité de [l’]expérience du changement social et urbain […] et, d’autre part, l’échec ou la faiblesse de la mobilisation politique sur laquelle débouche cette expérience » (p. 13).

2La première partie retrace l’évolution du grand ensemble, « emblème de la ville socialiste » (p. 21), depuis sa construction à la fin des années 1970 jusqu’au milieu des années 2000. Celui-ci s’est développé selon des logiques de peuplement propres au système socialiste qui, si elles se distinguent des logiques de marché prévalant en contexte capitaliste, n’en aboutissent pas moins à une forme différente de ségrégation socio-spatiale entre le nord et le sud du grand ensemble. Le chapitre suivant s’intéresse aux évolutions et aux permanences de l’organisation spatiale après la réunification : désindustrialisation et périurbanisation soulignent les disparités héritées de la période socialiste, tandis que la gestion ségrégative du peuplement qui accompagne la rénovation urbaine introduit de nouvelles lignes de fractures à une échelle plus fine. Cette fragmentation est accentuée par la vague de privatisations des années 2000, qui entraîne la multiplication de bailleurs aux stratégies de peuplement distinctes ; étudiées dans un troisième chapitre, celles-ci modifient profondément la morphologie urbaine héritée de la RDA et aboutissent à un « peuplement hétérogène » (p. 90) dont l’auteure analyse ensuite les conséquences sur le rapport au quartier des habitants.

  • 1 L’Intelligenz constitue l’équivalent est-allemand de notre classe moyenne.
  • 2 Le terme Aussiedler désigne les populations d’origine allemande ayant vécu dans d’autres pays du bl (...)

3La deuxième partie s’attache en effet à comprendre comment les habitants du grand ensemble perçoivent les transformations évoquées précédemment. Le premier chapitre est consacré à l’ancienne Intelligenz1 déclassée : face à l’expérience d’une trajectoire sociale descendante que reflètent les évolutions de Marzahn, ses membres réagissent de différentes manières, entre repli sur le logement et investissement du quartier. Le chapitre suivant s’intéresse aux classes populaires et aux Aussiedler2 ; si les premiers accordent une importance particulière aux relations de parenté et à l’espace proche dans lequel elles s’inscrivent, les seconds se caractérisent par un faible investissement du quartier au profit de réseaux familiaux spatialement dispersés à une échelle beaucoup plus vaste. Cette divergence va de pair avec des situations sociales distinctes : les ménages populaires se trouvent souvent dans l’incapacité de s’insérer sur le marché du travail, tandis que l’ascension sociale constitue un objectif assumé pour les familles d’Aussiedler. Le dernier chapitre de cette seconde partie permet à l’auteure d’approfondir ces observations en illustrant la ségrégation des usages du quartier à travers les cas du Théâtre Tchekhov et du Café de la Tour, dont la fréquentation par les différents groupes sociaux révèle tant un « partage temporel de l’espace » (p. 156) qu’une « différenciation socio-spatiale des usages » (p. 166). Cécile Cuny distingue donc en définitive trois types de rapports au quartier : celui des ménages populaires est familier, essentiellement structuré par les relations de parenté et les trajets quotidiens, tandis que celui de l’ancienne Intelligenz entretient un rapport au quartier socialement sélectif qui lui permet de se désolidariser de la dévalorisation sociale et symbolique de ce dernier ; enfin, les Aussiedler « se distinguent […] par la faible pertinence du 'quartier' comme espace d’organisation des pratiques et des relations sociales » (p. 153) du fait d’une inscription spatiale collective beaucoup moins concentrée et d’une mobilité plus importante.

4La troisième partie de l’ouvrage entend montrer les conséquences de ces évolutions sur la vie politique locale grâce à une étude des dispositifs participatifs mis en place après la réunification : il s’agit de comprendre si le nouveau contexte institutionnel, qui favorise en apparence la participation, offre réellement de nouveaux espaces d’implication politique aux habitants et notamment aux catégories sociales dominées. Le premier chapitre propose une étude généalogique de la participation à Berlin. Cécile Cuny constate ainsi la prédominance à Marzahn d’une approche technocratique d’abord expérimentée dans les grands ensembles de Berlin-Ouest, au détriment de la vision plus politisée et radicale qui prévalait dans les quartiers centraux de la partie occidentale de la ville. Si les dispositifs qui en sont issus reconnaissent une expertise spécifique aux habitants, ils sont néanmoins symptomatiques du tournant managérial des politiques urbaines berlinoises qui favorisent l’individualisation de la participation et tendent à en évacuer tout enjeu collectif. Le second chapitre, qui s’appuie sur le parcours de trois habitants, montre que ces dispositifs constituent cependant de nouveaux espaces de réaffiliation politique et de mobilisation pour certains habitants, essentiellement issus de l’ancienne Intelligenz ; cette sélectivité sociale représente toutefois une limite de taille, accentuée par l’instrumentalisation de la participation politique au profit des différents acteurs institutionnels et associatifs étudiée dans le troisième chapitre. Cécile Cuny souligne en définitive le paradoxe d’une participation dont les modalités et les finalités posent d’emblée leurs propres limites, favorisant la défection des habitants qui expriment leur défiance vis-à-vis de dispositifs pourtant nombreux. L’auteure conclut son étude par un plaidoyer pour un renouvellement des formes de coopération entre acteurs de la recherche et des politiques urbaines, appelant de ses vœux « une collaboration plus étroite entre la sphère scientifique et politique, mais sur un autre mode que celui de l’expertise » (p. 310).

5Tiré de la thèse de l’auteure soutenue en 2009, l’ouvrage s’appuie sur un travail de terrain réalisé à Berlin entre 2005 et 2007. Bien qu’il s’inscrive dans le champ de l’ethnographie urbaine et politique, sans oublier de fréquents éclairages sociologiques, il intéresse le géographe pour son étude fine des processus socio-spatiaux à l’œuvre dans ce quartier emblématique des transformations consécutives à la réunification. Fondé sur une méthodologie essentiellement qualitative, ce travail fait la part belle à l’expérience de terrain de son auteure et se distingue par une mobilisation très poussée du matériau récolté : extraits d’entretiens, descriptions de situations d’enquêtes mais aussi portraits photographiques y occupent une place de choix. Une singularité de l’ouvrage tient d’ailleurs à l’usage approfondi de la photographie, envisagée à la fois comme méthode et comme source documentaire ; regroupées en quatre cahiers couleur, les images de Cécile Cuny confèrent à cette étude une dimension visuelle intéressante en ce qu’elles invitent le lecteur à appréhender le propos différemment. Cette importance accordée à la dimension concrète du terrain constitue ainsi un angle d’approche particulièrement stimulant. Par ailleurs, la clarté de la structuration de cet exposé est appréciable : l’insertion de nombreux encadrés, qui permettent à l’auteure d’expliciter certains points sans alourdir le propos, favorise une lecture fluide malgré l’importance des précisions théoriques et méthodologiques nécessaires à la compréhension. Toutefois, en dépit de cette précaution, les considérations théoriques touchant à la sociologie ou à l’ethnographie peuvent parfois dérouter le novice.

6Cécile Cuny brosse en définitive un tableau très documenté de l’engagement des habitants dans la vie politique locale et des facteurs socio-spatiaux qui en déterminent les caractéristiques et les évolutions. Si l’on peut regretter que les analyses développées à propos de Marzahn trouvent dans cet ouvrage peu de prolongements théoriques généraux sur les questions abordées, celui-ci n’en propose pas moins un exemple passionnant et d’une grande actualité des enjeux et des limites actuels de la participation citoyenne dans nos démocraties occidentales.

Haut de page

Notes

1 L’Intelligenz constitue l’équivalent est-allemand de notre classe moyenne.

2 Le terme Aussiedler désigne les populations d’origine allemande ayant vécu dans d’autres pays du bloc soviétique avant de revenir s’installer en Allemagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Le Gallou, « Cuny C., 2014, Changement urbain et démocratie participative à Berlin. Ethnographie du grand ensemble de Marzahn, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Dialogiques », 340 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27235

Haut de page

Auteur

Aude Le Gallou

École normale supérieure de Paris
audelegallou@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page