Navigation – Plan du site
2015

Carré C., Deutsch J.-C., 2015, L’eau dans la ville. Une amie qui nous fait la guerre, Paris, Éditions de l’Aube, Coll. Bibliothèque des territoires, 320 p.

Émilie Lavie

Texte intégral

1Malgré son titre un peu trompeur (non, comme on s’en doutait, l’eau n’est pas présentée par les auteurs comme faisant la guerre aux citadins !), cet ouvrage de 300 pages résume bien les paradoxes (pour le coup bien mis en évidence dans le sous-titre) successifs des attentes des urbains à propos de l’eau, qui ont participé à créer un nouvel hydrosystème urbain. La quatrième de couverture interroge elle-aussi : elle est très générale et pas vraiment attractive, d’autant que, par exemple, la question des pays du Sud, pourtant mentionnée ici, est à peine survolée dans le cœur de l’ouvrage. Il est clair que le terrain est la France, voire l’agglomération parisienne, ce qui aurait pu être spécifié dès le départ.

2Les bémols que l’on peut apporter à cet ouvrage s’arrêtent là. L’introduction est de qualité et devrait sûrement être lue par tout étudiant qui s’engage dans des études sur la géographie de l’eau. Les auteurs expliquent de manière simple mais absolument pas simpliste les difficultés de la gestion des eaux dans les villes françaises, résumées par la phrase suivante : « L’existence même de la ville impose des dispositifs efficaces et opérationnels pour mettre de l’eau potable à disposition de tous, éviter le contact entre les citadins et les eaux souillées, gérer efficacement les eaux de pluie » (p. 14). Trois entrées principales ont été choisies : la question classique des échelles de gestion, notamment avec la mise en place des intercommunalités (i) ; l’aspect technique et parfois déconnecté des sous-hydrosystèmes urbains (ruissellement/gestion des inondations, évacuation des eaux usées, irrigation des arbres….) (ii) ; les changements dans les représentations du rôle de l’être humain, passant d’aménageur à prédateur de son environnement, qui ont modifié les attentes, et notamment suscité le retour de la circulation en surface des eaux (propres) (iii).

3Même si ce découpage n’apparaît pas dans le sommaire, les auteurs ont construit leur ouvrage en trois parties, justifiées en fin d’introduction : un état des lieux des relations des sociétés urbaines à l’eau, puis deux analyses : celle du « petit cycle de l’eau », soit à l’échelle de la ville via les services urbains, puis celle du « grand cycle de l’eau », soit la ville au cœur de son bassin-versant, notamment à travers la question des inondations.

4Le chapitre I « Une approche renouvelée des relations villes-eau » (p. 19-36) justifie la bi-disciplinarité de l’approche de l’eau par ces deux auteurs, une géographe et un ingénieur. Mêlant épistémologie de la recherche sur l’eau et réflexions plus personnelles, ce chapitre évoque le passage de l’approche sectorielle à l’approche intégrée (voire systémique) de la gestion de l’eau en ville, de celle de la gestion par les stocks à la gestion par les flux, la relation entre acteurs, la place des échelles temporelles et spatiales, etc. Le lecteur suit bien les auteurs dans l’exposé de leur positionnement de recherche que constitue en réalité ce chapitre, même si le plan choisi implique beaucoup de répétitions. Peut-être difficilement accessible à des non-initiés, ce chapitre cible plutôt les aménageurs.

5Le chapitre II « Le bilan de soixante ans de gestion publique de l’eau » (p. 37-86) est une excellente synthèse des changements techniques, réglementaires et des acteurs/usages. Excellente par sa simplicité, malgré l’évidente complexité de la réalité, notamment des changements dans la réglementation aux échelles européenne et française. Les auteurs posent un constat relativement neutre, tout en prenant un peu de distance avec cette course à la normalisation ou en démontrant certaines contradictions entre les textes. Peut-être réservée à des initiés, cette synthèse des philosophies et des avancées des modes de gestions, successivement « hygiéniste », « hydraulique » et « environnementale » (p. 38), n’en demeure pas moins utile. À toujours replacer les textes dans leur contexte historique, les auteurs ne se livrent pas à une critique systématique et laissent le lecteur se faire une opinion, ce qui est appréciable. La fin du chapitre s’arrête un temps sur les acteurs et leurs prérogatives. Il ouvre l’appétit du lecteur sur ce que sera la suite de l’ouvrage, centré sur les usagers et leurs paradoxes. Le foisonnement des acronymes n’est pas de la responsabilité des auteurs, mais de la réglementation actuelle ; pour autant, il reste par moment difficile de saisir le rôle de chacun des acteurs, institutions et textes. Une tentative de schématisation aurait été bienvenue.

6Le chapitre III « Les urbains à la recherche d’une gestion de l’eau partagée » (p. 87-127) est le plus abouti. Tout au long de ce chapitre très géographique dans son approche des acteurs à plusieurs échelons techniques et politiques, les auteurs démêlent l’histoire des relations entre secteurs public et privé, à la fois sur l’eau potable et l’assainissement, et le rôle des citoyens, moins consommateurs mais plus impliqués dans la gestion de leurs services urbains. Le rôle de l’Europe, mais aussi celui moins connu des instituts de recherche ou d’entreprises privées faisant de la R&D dans le domaine des services d’eau et appuyant les politiques ou les syndicats de gestion, sont tout aussi bien présentés. Je recommande notamment la lecture de la fin de chapitre sur les reconfigurations récentes de la gestion de l’eau dans les territoires urbains, qui augure de recherches à venir à la fois utiles et passionnantes.

7La conclusion des chapitres II et III permet aux auteurs, jusque-là assez neutres dans leur rédaction, de se livrer à une analyse plus personnelle, notamment sur les relatives ignorance des citadins et désintérêt des pouvoirs publics pour les enjeux liés à l’eau urbaine.

8Le chapitre IV « L’eau potable en ville, un équipement qui ne va plus de soi » (p. 131-165) est le premier des deux chapitres consacrés au ‘petit cycle de l’eau’, à savoir l’adduction en eau potable et l’assainissement des eaux usées. Un chapitre intéressant en soi, puisqu’il synthétise l’histoire et donc les contextes de la mise en place d’une hydraulique urbaine pour alimenter les villes (il est quand même surtout question de Paris) en eau potable ; reste que l’on s’interroge sur la place dans ce chapitre de la digression sur la minéralisation des villes pour éviter les zones un peu boueuses (de la ville humide à la ville sèche). La curiosité du citadin pour le système d’adduction et de tarification sera comblée, notamment grâce à un grand nombre d’informations factuelles, mais on ne peut pas dire que ce chapitre apporte grand-chose sur le plan de la recherche fondamentale.

9Le chapitre V « L’assainissement soumis à des injonctions contradictoires » (p. 167-204) démontre, comme le précédent, les nombreux paradoxes relatifs à la gestion en réseau. Très intéressant car il démontre bien la complexité de la recherche de techniques optimales, eu égard à la complexité des rejets, des polluants, de la réactivité aux pluies, etc., il va au-delà des questions techniques, notamment par le rôle des acteurs, celui de la fiscalité liée au traitement des eaux usées ou des eaux pluviales, ou encore par le lien avec le secteur énergétique. Peut-être le chapitre le moins neutre, il donne l’occasion aux auteurs de déconstruire le discours sur la soi-disant nécessaire économie de l’eau, qui pose sans aucun doute des problèmes pour l’épuration des eaux usées domestiques et entraîne donc une augmentation des coûts de maintenance, mais aussi parce qu’elle serait excessive dans un pays qui ne manque pas réellement d’eau. Malgré tout, ce chapitre, très technique, n’est peut-être pas à la portée des béotiens de l’assainissement.

10Le chapitre VI « Citadins et débordements des cours d’eau : quelle compréhension pour quelle prise de risque » (p. 205-241) s’intéresse à une des thématiques les plus prisées des hydro-géographes (et des étudiants) de la dernière décennie : les inondations. Parce que ce sujet est très étudié, ce n’est pas ce chapitre qui apporte le plus de nouveautés. Mais comment reprocher aux auteurs d’avoir abordé la question des inondations, quand on leur aurait reproché de ne pas l’avoir fait ? Prenant des exemples classiques en France (Val de Loire, Nord, Bassin méditerranéen et Paris), les auteurs s’appuient sur la bibliographie française de référence et rappellent les paradoxes entre le retour de l’eau en ville, le rôle de la culture urbaine et la non-mémoire du risque en milieu urbain. Cette synthèse, bien faite, très bien documentée, pourra intéresser le lecteur non-spécialiste ; c’est sans aucun doute le plus abordable.

11Enfin, le chapitre VII « L’eau dans l’aménagement urbain : une valorisation toujours ambigüe » (p. 243-285) propose une synthèse des paradoxes mis en valeur dans cet ouvrage, dans les relations entre citadins et eau urbaine. Une première partie explique les raisons du retour de l’eau à la surface des villes, notamment par la réhabilitation de la place du fleuve et de ses berges dans les politiques d’urbanisme, depuis les années 1990, et récemment mis en exergue depuis la Directive Cadre européenne sur l’Eau (DCE) ou encore l’avènement des trames vertes et bleues depuis le Grenelle de l’environnement. À travers une succession d’exemples pris à l’échelle de la ville ou du quartier, les auteurs nous proposent une analyse de ce renouveau de la ville humide. Une deuxième partie s’intéresse aux conditions de ce renouveau, notamment les contraintes (juridiques, économiques, sanitaires, etc.) freinant cette nouvelle orientation. La toute fin revient sur toute l’ambiguïté des différentes ambitions de valorisation de l’eau en ville, et notamment la pluralité de ces ambitions et le rôle des citadins dans le débat public.

12La conclusion résume relativement bien les apports de l’ouvrage, et les paradoxes de l’eau en ville sur les plans technique, pratique (usages) et institutionnels, au travers de la dépendance aux réseaux. Elle s’ouvre sur une série de pistes de réflexion prospective, notamment sur le lien fort et évident entre eau domestique, agriculture et énergie. Les pistes de recherches appliquée et fondamentale sont nombreuses et difficiles à résumer, nous laisserons donc à chacun le loisir d’aller lire ces dernières pages.

13En résumé, il s’agit là d’un essai (comme cela est explicitement écrit sur la couverture) qui remplit bien son rôle : bien documenté, sachant rester neutre lors des passages factuels et n’hésitant pas à s’engager dans une voie lorsque les auteurs le pensent nécessaire. De grande qualité, légèrement hétérogène – des chapitres sont d’une parfaite limpidité tandis que d’autres sont plus ardus – cet ouvrage démontre de manière argumentée un positionnement de recherche sur la ville et sa gestion par l’eau. Parmi les bémols, il y a ceux cités en début de cette recension : le sous-titre a un côté aguicheur et ni le titre général, ni les titres de chapitre, ni la quatrième de couverture ne disent clairement qu’il s’agit d’une étude sur la France. Il y a aussi l’iconographie, qui est peu fournie, pas assez légendée (en particulier les photos) et parfois peu lisible. Mais cela n’enlève rien à son intérêt pour le lecteur s’intéressant aux réseaux urbains, qu’il soit étudiant, chercheur sur les réseaux ou hydrogéographe, voire ingénieur hydraulicien. Vu qu’il s’agit d’un essai, il sera difficile pour le lecteur d’aller « piocher » dans un chapitre en particulier puisque l’ensemble fait un tout assez cohérent. Pour autant, on y trouvera quelques exemples développés et assez appliqués, comme les réglementations liées aux eaux pluviales (p. 62-66) ou les difficultés de simuler la gestion de la crise de la future crue importante de la Seine (p. 236-238).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lavie, « Carré C., Deutsch J.-C., 2015, L’eau dans la ville. Une amie qui nous fait la guerre, Paris, Éditions de l’Aube, Coll. Bibliothèque des territoires, 320 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 08 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27257

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page