Navigation – Plan du site
2015
744

Quand la situation urbaine favorise la protection des espaces naturels : le cas de Göteborg (Suède)

When the urban location promotes conservation of natural areas: a case study of Gothenburg (Sweden)
Christina Aschan-Leygonie, Agnès Bonnaud et Camille Girault

Résumés

Dans un contexte de prise en compte accrue des questions environnementales par les politiques de la ville et malgré l’écologisation des pratiques territoriales, les notions de développement urbain et de protection de la nature demeurent a priori antinomiques. Il semble néanmoins possible de renverser ce paradoxe au profit d’une interaction constructive entre espaces naturels et espaces urbains. Cette hypothèse est vérifiée dans le cadre de l’étude de la ville de Göteborg, en Suède. A travers sa quinzaine d’espaces naturels protégés, cette ville d’environ 500 000 habitants est confrontée à un ensemble de problématiques urbaines habituelles (aménagements urbains, désindustrialisation, pression foncière…). Le cas de la forêt de Rya Skog, réserve naturelle située dans une zone industrialo-portuaire en expansion, démontre les vertus du maintien d’espaces naturels protégés au cœur du tissu urbain, les menaces liées à l’expansion urbaine renforçant leur valeur, tandis que les contraintes que ces espaces naturels imposent à l’étalement urbain peuvent être fécondes et valorisantes pour la ville. Dans le contexte socioculturel suédois, bien spécifique, l’importance du caractère ancien et identitaire de l’attachement à l’espace naturel est démontré, de même que celle de la mobilisation citoyenne urbaine. Enfin, la prise en compte par les décideurs des avis, intérêts et pratiques objectives de tous les acteurs concernés est déterminante.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La prise en compte des questions environnementales par les nouvelles politiques de la ville s’impose aujourd’hui comme une nécessité. En effet, l’urbanisation croissante à l’échelle mondiale accentue la pression des villes sur les espaces naturels, en termes de consommation de ressources naturelles et de pollution. De fait, ce contexte renforce le rôle des villes dans la protection des espaces naturels et de la biodiversité (Lézy-Bruno L., 2010 ; Shwartz, 2012).

2Cependant, si cette prise de conscience s’est traduite par une écologisation des politiques territoriales, dans les faits, le développement urbain et la protection de la nature restent encore perçus comme antinomiques par de nombreux acteurs. Certes, ces perceptions trop schématiques sont en train d’évoluer, passant d’un antagonisme stérile entre ville et nature à un rapport dialectique moins simpliste (Cavin et al., 2010), mais la tension entre protection des espaces naturels et développement urbain subsiste, notamment dans les représentations collectives (Remy, 2004).

3La définition de la nature en ville est un exercice complexe pour le géographe (Renard, 2014). Nous reprenons ici le présupposé d’Augustin Berque (1997) : « Il y a autant de natures que de cultures. Corrélativement autant de natures que d’urbanités et par conséquent autant de nature dans la ville qu’il y a de villes. »

4En effet, l’usage du terme de nature pour désigner des éléments de la ville reflète « plutôt une représentation du besoin de nature, plus ou moins ressenti par les acteurs et les citadins… », comme l’analyse Laurène Wiesztort dans sa thèse (2011). Ainsi, « dans la ville moderne, la nature entre dans une relation plus symbiotique (éléments très différents mais ne pouvant guère se développer les uns sans les autres -idée de l’interdépendance-) avec les autres éléments de la trame urbaine » (Godard, 2001). On doit donc parler d’hybridité (Renard, 2014) pour définir la nature, dans la mesure où « nature et société font système et celui-ci évolue dans le temps et l’espace en fonction de la culture et des modes d’organisation spatiale dominants. »

5Plus précisément, l’objet de notre article est de nous situer entre deux approches possibles de la nature en ville, à travers l’exemple de Göteborg. Dans ce cas, « le système naturel évolue au contact du système socio-culturel, économique et politique, devenu très actif, « perturbateur », dense… La nature est « maîtrisée » par la société et perd alors ses caractères innés ; la nature devient un élément du système anthropique, mais qui parfois par excès de confiance ou absence de précaution, est débordé par certains aléas naturels qui créent une forte vulnérabilité sociale » (Renard, 2014). Cependant, la nature n’y est pas encore une réalité hybride issue de l’idéal de designers, artistes ou architectes mettant en scène des éléments naturels jugés harmonieux au nom du bien-être des citadins, dans un mouvement de « renaturation » artificielle de la ville. On doit alors parler de « nature filtrée » (Wiesztort, 2011), les espaces produits ayant perdu tout caractère inné ou naturel et pouvant être assimilés au système social, ce qui n’est pas le cas observé à Göteborg.

6Ainsi, dans cet article, le terme « nature » désigne des espaces où les éléments biophysiques sont comparativement plus présents que dans les autres espaces urbains. La distinction ville - nature ne suppose pas une séparation nette entre deux types d’espaces mais la mobilisation d’une grille de lecture reposant sur un gradient artificialité-naturalité de l’espace habité, défini par les critères de densité du bâti et d’intensité de l’artificialisation des sols. Néanmoins, les espaces naturels urbains ne constituent pas nécessairement des écosystèmes recelant une grande variété d’espèces et donc synonymes d’une riche biodiversité.

7A cette dialectique ville - nature héritée s’ajoute une seconde, plus large et sous-jacente à la première : l’opposition entre protection et développement. Tandis que la protection suggère un maintien de l’espace dans son état naturel afin de le préserver d’un danger (Laslaz, 2012), le développement est censé se traduire par une modification du milieu à des fins de progrès humains et d’amélioration de la vie des hommes. A ce titre, l’urbanisation est souvent perçue comme une menace pour la préservation de nature, notamment en raison de la distanciation des citadins vis-à-vis de la nature qui amoindrirait leur volonté de la protéger (Shwartz et al., 2014).

8Dans ce contexte, l’exemple de la ville de Göteborg est d’un grand intérêt, car il prend le contre-pied de ces deux idées dominantes. Nous allons ainsi montrer que le développement urbain ne porte pas nécessairement atteinte aux espaces naturels. Au contraire, il est parfois possible de développer des interactions constructives entre les espaces naturels et les espaces urbains dans lesquels ils sont intégrés, ces derniers pouvant contribuer à la protection de cette nature urbaine.

  • 1 Soulignons que ces chiffres sont partiellement liés aux différentes délimitations des villes europé (...)

9Deux éléments essentiels justifient le choix de Göteborg comme terrain d’étude. Tout d’abord, cette ville est le cadre d’une politique ancienne et variée de protection des espaces naturels urbains. De ce fait, elle possède aujourd’hui une quinzaine d’espaces naturels protégés de divers statuts sur son territoire communal, chiffre élevé pour une ville d'un demi-million d'habitants, et compte la plus grande superficie d’espaces naturels/verts par habitant, en Europe, soit 181 m², tandis que la moyenne européenne est de 44 m², selon un rapport de l'Institut de recherches Ambiente Italia (Bono et al., 2007) qui a étudié l'environnement de 26 grandes villes européennes de plus de 200 000 habitants. Les villes nordiques s’y distinguent d’ailleurs par les chiffres les plus élevés en la matière, Göteborg étant suivie par Helsinki (138 m² par habitant) et Stockholm (98 m² par habitant)1. Cette étude ne différencie pas les espaces verts et les espaces naturels, qui sont pourtant distincts : les espaces verts (parcs urbains, jardins publics, squares, …) reposent sur une intention d’aménagement, tandis que les espaces naturels sont voués à une évolution spontanée. Néanmoins, l’approche comparative de Bono et al. produit des chiffres qui questionnent le lecteur et invitent à approfondir l’étude de la prégnance et du rôle de ces espaces singuliers de la ville.

10Ensuite, Göteborg, située à mi-chemin entre Oslo et Copenhague (carte 1), sur le fleuve Göta Älv non loin de son embouchure, est le principal port de Scandinavie et la deuxième ville de Suède, par sa population - 532 000 habitants dans la commune en 2013, 958 000 dans l’aire urbaine - mais aussi par ses activités industrielles et économiques. La ville est donc suffisamment grande pour être confrontée aux problématiques métropolitaines actuelles (aménagement, transport, désindustrialisation, pression foncière…).

Carte 1 : Localisation de la ville de Göteborg en Scandinavie

Carte 1 : Localisation de la ville de Göteborg en Scandinavie

Source : Adaptée d’une carte de Lantmäteriet

11Ces recherches s'appuient sur des méthodes qualitatives de collecte de données qui, mobilisées ensemble sur un même sujet, permettent de varier les sources et les points de vue et d’obtenir une compréhension globale, fine, nuancée et sensible de réalités complexes et non consensuelles. Documents d’urbanisme (plan directeur de l'aménagement de Göteborg et plans d'urbanisme à l'échelle des quartiers), textes législatifs, articles de presse, entretiens d’enquête et observation de terrain ont été mobilisés pour comprendre l’imbrication entre les logiques d’urbanisation et de protection. Treize entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès d’acteurs locaux dont l’échantillonnage est représentatif de la diversité d’acteurs concernée directement ou indirectement par l’objet « espace protégé urbain » : scientifiques, juristes, militants associatifs, gestionnaires, paysagistes, employés municipaux. Leur recoupement et leur comparaison permettent de construire une analyse distanciée et objectivée à partir de plusieurs discours et représentations (Beaud et Weber, 2010). En complément, une pratique de la ville et de ses espaces naturels, des rencontres fortuites et des échanges spontanés issus d’une immersion prolongée dans le milieu urbain ont rendu possible une approche plus globale et sensible des réalités urbaines observées.

12Sur ces bases théoriques et méthodologiques, nous avons tenté de répondre à la question suivante : comment expliquer l’importance des espaces naturels protégés à Göteborg et leur persistance dans le temps, dans un contexte urbain en développement permanent ? Cette question repose sur une hypothèse principale, selon laquelle la situation des espaces naturels protégés au cœur du développement urbain renforce leur protection. 

13De façon secondaire, plusieurs hypothèses sous-tendent cette question centrale : l’importance des facteurs culturels nationaux comme cause de cette situation ; celle de la demande sociale et des pratiques et usages de ces espaces ; celle enfin des modes de gouvernance politique nationaux et locaux, reflets des deux facteurs précédents.

14Ces trois types de facteurs sont donc ici particulièrement étudiés, sur la base de l’histoire récente et de l’actualité d'un espace naturel protégé de Göteborg, pris à titre d’exemple.

Les espaces naturels protégés à Göteborg : nombreux, anciens, de diverses natures et remplissant des fonctions variées

  • 2 Source : INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel) 2010. Ce chiffre exclut les sites Natura (...)

15A l’image de la Suède qui serait un modèle de protection (Laslaz, 2012), la place des espaces naturels protégés est importante à Göteborg. En Suède en 2012, 9,7 % de la superficie terrestre étaient protégés au titre de réserves naturelles (8,3 %) ou de parcs nationaux (1,4 %) et 0,3 % à d’autres titres, hors zones Natura 2000 (tableau 2). A titre de comparaison, en 2012, 4,3 % de la surface terrestre de la France métropolitaine étaient protégés2. A Göteborg, les réserves naturelles (16,4 % de la surface du territoire de la commune) et les zones Natura 2000 (24 %) sont particulièrement étendues, même si l’on compare avec la situation suédoise générale.

Tableau 1 : Espaces protégés dans la commune de Göteborg et en Suède en 2012

Type de protection ou zonage

Göteborg

Suède

Nombre

Superficie en ha

En % de la superficie communale

Superficie en ha

En % de la superficie du pays

Parcs nationaux

0

0

0

632 264

1,4

Réserves naturelles

12

12 290

16,4

3 702 964

8,3

dont superficie réserve terrestre

4 843

10

nc

nc

dont superficie réserve marine

7 747

27

nc

nc

Zones Natura 2000

11

17 748

24

9 264 338

15

Zone de protection de la nature (naturvårdsområde)

1

9

0

71 450

0,16

Zone protection de faune et de flore (djur- och växtskyddsområde)

11

175

0

61 924

0,14

Protection de biotope

0

0

0

23 486

0,05

NB : Les pourcentages des réserves naturelles et des zones Natura 2000 sont calculés à partir de la surface terrestre et marine de la commune

Sources : Statistiska Centralbyrån (SCB) ; Lantmäteriet ; Göteborgs stad (2014)

16La commune de Göteborg possède un grand nombre et une grande variété d‘espaces naturels protégés. On peut distinguer deux grandes catégories d'espaces protégés en fonction du type de milieu : les aires marines protégées pour les côtes, estuaires et archipels ; les espaces protégés terrestres pour les prairies, forêts, rivières, zones humides et lacs. Les aires marines protégées sont parfois très grandes puisqu’elles protègent des populations d’oiseaux et de poissons très mobiles. A l’inverse, les aires protégées terrestres peuvent être très ciblées sur le milieu à protéger, d’où la très faible superficie ou la forme longiligne de certaines (carte 2).

17Variant de 10 à 7 000 hectares, ces territoires se caractérisent par une forte variété biologique et géologique, qui n’est pas proportionnelle à leur superficie. Néanmoins, il existe un gradient superficie de l’espace protégé – proximité du centre-ville : les aires protégées les plus grandes sont toujours les plus éloignées du centre-ville, alors que les aires protégées les plus proches du centre-ville sont généralement de faible superficie. Ceci s’explique par la chronologie de la création des aires naturelles protégées, qui sont pour la plupart mises en place dans le dernier quart du XXème siècle. A ce moment, la commune comptait déjà 380 000 habitants, et la partie centrale de la ville était déjà densément peuplée, empêchant la délimitation de vastes aires naturelles protégées dans cette partie. Cependant, la réserve de Välen, d’une superficie de 69 hectares, a été créée en 2013 dans un environnement urbanisé au sud du centre-ville (carte 2). Sur le territoire de la commune, les espaces protégés progressent clairement. En effet, depuis 2001, cinq nouvelles aires protégées ont été délimitées et deux sont en cours de création (Lärjeån et Stora Amundön och Billdals skärgård) ; plusieurs autres ont été agrandies des années après leur création, comme les réserves naturelles de Vinga, Torsviken et Delsjön.

Carte 2 : Göteborg et ses aires naturelles en 2014

Carte 2 : Göteborg et ses aires naturelles en 2014

Sources : Lantmäteriet (2014) ; Göteborgs stad (2014) ; Plan directeur de l'aménagement de Göteborg (2010)

  • 3 Entretien réalisé en décembre 2009.

18D’après le botaniste Lars Arvidsson3, les aires naturelles protégées ont été créées pour diverses raisons à Göteborg. La première est la préservation d’une biodiversité urbaine relativement riche. L’aire naturelle protégée du Nodre älvs estuarium abrite certaines espèces d’oiseaux et de poissons qui sont menacées, alors que celle de Rya Skog sauvegarde un écosystème floristique fragile. Les aires naturelles protégées sont aussi créées à titre préventif, dans des lieux où la biodiversité est élevée et les écosystèmes remarquables. Ce sont, par exemple, des rivières et leurs abords, comme pour l'aire protégée de Lärjeån au nord-est de Göteborg, ou des zones humides, comme pour les tourbières de l'aire protégée d’Änggårdsbergen (carte 2). Ainsi, la qualité et la fragilité de la biodiversité au regard de menaces réelles ou potentielles qui pèsent sur elle, ont été un facteur essentiel de mise en place des premières formes de protection règlementaire. Plus que des espaces naturels, ce sont bien d’abord des espaces de biodiversité qui ont été protégés. Cependant, d’autres espaces sont protégés plutôt en vertu de leur caractère naturel et des aménités qu’ils offrent aux citadins, sans que leur valeur écosystémique prime dans le processus de protection. La réserve naturelle de Delsjön offre ainsi une vaste superficie de nature « ordinaire » mais ayant une fonction récréative primordiale.

19Cette histoire déjà ancienne explique en partie la diversité des types d’espaces naturels protégés de Göteborg. Leur classification selon ce critère est une manière de traduire les différents objectifs de protection. Selon les statuts juridiques, sept types d’espaces protégés existent sur le territoire communal (seulement quatre sont représentés sur la carte 2) :

  • Les réserves naturelles communales ont pour objectif de protéger la biodiversité, tout en permettant la pratique d’activités de plein air, comme la pêche, la course d’orientation ou la randonnée. Ces espaces protégés sont créés par décision du Conseil municipal et sont en grande partie gérés par la commune. Selon les cas, la dimension écosystémique ou récréative est plus ou moins mise en avant dans les objectifs de protection.

  • Les sites Natura 2000 sont protégés au titre des directives européennes Habitat naturels et Oiseaux sauvages. Les objectifs de protection sont définis en fonction des caractéristiques de chaque site. Les sites Natura 2000 se superposent souvent, au moins partiellement, aux réserves naturelles (carte 2). Lors de leur création, la plupart d’entre eux étaient déjà des sites protégés à un autre titre : c’était par exemple le cas de la réserve naturelle de Sansdjöbacka qui a été créée en 1968 et intégrée au réseau Natura 2000 en 1995. A l’inverse, d’autres espaces naturels ont d’abord été répertoriés dans le réseau Natura 2000, puis sont devenus des réserves naturelles. C’est le cas, par exemple, des sites Natura 2000 de Lärjeån (classés en 1998), qui ont reçu le statut de réserve naturelle communale en 2013.

  • Les zones de protection de faune et de flore désignent souvent des zones de petite taille incluses dans des aires naturelles protégées déjà existantes. Cette mesure vise à protéger certaines espèces nécessitant une protection supplémentaire, au-delà ce qui est déjà prévu dans le Code de l'environnement et les lois sur la chasse et la pêche. Pour ces zones, la municipalité adopte des mesures restreignant les droits de chasse ou de pêche, ou l’accès du public (par exemple pour protéger les oiseaux pendant leur période de nidification).

  • Les zones de « protection de la nature » (non représentées sur la carte 2, du fait de leur faible présence à Göteborg). Ce statut de protection est proche de celui de réserve naturelle, mais avec une plus grande souplesse quant à l’utilisation du terrain par le propriétaire.

  • La « protection du paysage » est un ancien statut juridique qui n’existe plus qu’à Hisingen, mais dont on prévoit la transformation en réserve naturelle communale.

  • Les réserves de pêche délimitent des zones entourant des petites îles, où la pêche est particulièrement règlementée, voire strictement interdite. Ces réserves permettent, soit de protéger une espèce de poisson, soit de protéger d’autres espèces animales ou végétales, notamment les phoques à Göteborg.

  • Les zones d’ « intérêt national » (Riksintressen en suédois) pour la protection de la nature : il s’agit d’une sorte de label supplémentaire attribué à des espaces protégés préexistants, parce qu’ils ont un sens particulier au regard de la politique nationale de protection de la nature. Ce statut permet une protection renforcée par l’apport de moyens financiers supplémentaires de l’État. Plusieurs aires protégées à Göteborg sont définies comme des zones d'intérêt national : elles sont à l'image de la diversité des paysages et des écosystèmes qui existe dans cette ville (Nordre älvs estuarium, Göta och Nordre älvs dalgång, Lärjeån, Änggårdsbergen, Vättlefjäll, Göddered-Hakered et Vargö).

  • 4 Entretien réalisé en février 2010.

20Selon Henrik Abrahamsson4, responsable de la section « Parcs et Nature » à la ville de Göteborg, d'une manière générale les sites classés Natura 2000 ont une vocation récréative moindre que les réserves naturelles communales. Leur accès n'est pas pour autant restreint, mais les aménagements y sont moins adaptés aux activités récréatives. Par exemple, les jeux pour enfant sont inexistants dans des sites Natura 2000 comme ceux d'Öxnäs ou de Torsviken, alors qu’ils sont plus présents dans les réserves naturelles.

21Les espaces naturels protégés de Göteborg sont multifonctionnels. Quelles que soient leurs caractéristiques (statut, taille, localisation, ancienneté…), les aires protégées de Göteborg ont toujours a minima une double vocation : protéger la biodiversité et les écosystèmes, et rendre les espaces naturels accessibles au public à des fins récréatives. De manière plus générale, dans le « modèle » suédois de protection de la nature, l’établissement de réserves naturelles proches des villes ou à l’intérieur de l’espace urbain a toujours ces deux fonctions complémentaires (Borgström, 2011). Cette double fonction des espaces protégés est due à une politique qui donne une grande importance aux valeurs sociales de la nature : il ne s’agit pas de protéger la nature des activités humaines, mais de mettre en place une protection qui permette la pratique d’activités extérieures de pleine nature dans le respect de l’environnement et qui soit bénéfique pour la société dans son ensemble. Cette dualité, qui s’observe ailleurs en Europe et dans le monde, est ici une caractéristique fondamentale des espaces naturels protégés suédois, issue d’une tradition de proximité entre les citoyens et la nature (cf. infra, partie 4).

22Cette grande diversité des espaces naturels protégés, fondée sur des objectifs de protection et des modes de gestion différents selon les espaces, est une véritable richesse pour la ville de Göteborg, qui dispose ainsi d'espaces naturels nombreux et complémentaires. C’est aussi une spécificité par laquelle la ville se distingue de toutes les autres villes de sa dimension. Malgré cela, elle n’échappe pas au contexte de pression urbaine qui y est associé.

Des espaces verts urbains sous pression permanente : le cas de Rya Skog

23Ainsi, à l'instar des villes de son envergure, Göteborg connaît un développement consommateur d'espace pour de nouvelles infrastructures (industries, transports, logements, etc.). Les espaces naturels urbains sont dès lors considérés comme les principales réserves foncières disponibles pour répondre à ce besoin. Des pressions continues s'exercent sur eux en raison des forts enjeux que représentent leurs situations dans l'espace urbain. Le cas de la forêt de Rya Skog, située dans une zone industrialo-portuaire, en est un bon exemple.

  • 5 Définie dans le programme « Effects of Changed Urban Structures ».

24En dépit d'une densité de population relativement faible, il existe une pression démographique sur les espaces naturels hors centre-ville qui s'explique par la périurbanisation. Celle-ci est cependant freinée par une politique nationale de densification urbaine, mise en place en Suède depuis une quinzaine d'années5. Les effets de cette politique sur les espaces naturels urbains sont nuancés puisque, d'un côté, elle est un frein à la périurbanisation et réduit ainsi la pression sur les espaces naturels périurbains mais, d'un autre côté, elle augmente la pression sur les espaces naturels les plus proches du centre-ville qui deviennent des zones potentiellement utilisables pour la construction de nouveaux logements. Par ailleurs, les activités industrielles et tertiaires ainsi que les infrastructures de transport sont très consommatrices d'espaces, ce qui crée souvent des discontinuités entre les espaces naturels.

25Dans ce contexte, l'enjeu pour Göteborg est de dépasser l’antinomie entre développement urbain et protection de la nature, afin de préserver son patrimoine en espaces naturels et ainsi de maintenir une certaine identité urbaine. Un regard dialectique sur le cas de la réserve de Rya Skog permet d’illustrer ce dépassement, voire la complémentarité potentielle qui existe entre ces deux logiques.

La forêt de Rya Skog : la plus ancienne aire naturelle protégée de Göteborg, en raison de la richesse de sa biodiversité

  • 6 Source : Association ornithologique de Göteborg, 2013.

26Rya Skog, ou « forêt de Rya », est la plus vieille forêt de la ville de Göteborg et sa plus ancienne aire naturelle protégée. Malgré sa faible superficie (16,4 hectares, un des plus petits espaces protégés de Göteborg), Rya Skog est caractérisée par des écosystèmes et une biodiversité de grande qualité ; c’est un des derniers vestiges d'un type de forêt de feuillus autrefois répandu sur la côte ouest de la Suède. Les essences dominantes sont le chêne, le frêne et l'orme (photos 1a et b) et de grandes parties de la forêt sont des zones humides. Les espèces floristiques et faunistiques sont très variées, la richesse ornithologique est particulièrement importante et Rya Skog est un lieu de reproduction privilégié pour les oiseaux6. Pour éviter que toute la forêt ne disparaisse avec le développement industriel de la ville, Rya Skog a été protégée dès 1928, lorsque le naturaliste Axel Liljedahl a su convaincre la municipalité de la nécessaire préservation des plantes et animaux de cette forêt. L'objectif affiché alors était de protéger la forte biodiversité de cette forêt très ancienne, tout en permettant la préservation des valeurs esthétiques et culturelles. Une telle volonté ne va pas de soi pour autant. Hedblom et Söderström (2010) montrent d’ailleurs que des tensions subsistent quant aux objectifs de gestion de certaines forêts urbaines suédoises : les exigences paysagères reposant sur des critères esthétiques culturellement construits, les impératifs de sécurité pour les promeneurs et ceux du maintien d’un écosystème optimal pour la faune sauvage n’étant pas toujours compatibles.

Photos 1a et 1b : La réserve naturelle de Rya Skog

Photos 1a et 1b : La réserve naturelle de Rya Skog

© C. Aschan-Leygonie (juillet 2013)

© C. Aschan-Leygonie (juillet 2013)

Des menaces anciennes et multiples

  • 7 Aujourd'hui Västra Götaland.

27Depuis sa création par le département « Göteborgs et Bohuslän »7, la réserve, localisée sur la rive droite de l’embouchure de Göta Älv (carte 2), a été à plusieurs reprises rognée. En 1946, environ un hectare lui est soustrait dans la partie nord-ouest pour être annexé au réseau routier (carte 3). En 1957, la décision est prise par la commune de construire une station d'épuration (STEP Ryaverket) à la limite nord-est de Rya Skog et trois hectares sont définis en tant que réserve foncière pour la station d'épuration. Quelques années plus tard, plusieurs usines et une raffinerie se sont installées à proximité de la forêt. Après l'inauguration de la STEP en 1972, deux bassins de décantation sont construits sur une partie protégée de la forêt ; une partie au sud de la réserve est soustraite et utilisée pour un projet d'activité au bord de l'eau.

Carte 3 : Rya Skog, une réserve naturelle au cœur d'une zone industrialo-portuaire

Carte 3 : Rya Skog, une réserve naturelle au cœur d'une zone industrialo-portuaire

Adapté à partir de Google Earth (image datant de juin 2011)

28Depuis sa création en 1928, cet espace protégé a perdu environ 5 hectares. Il couvre aujourd’hui 16,2 hectares et se trouve à présent au cœur d’une zone industrialo-portuaire, alors qu’il était initialement situé aux marges de la ville. De plus, des aménagements nouveaux sont en cours. Ils sont liés à l’installation d’une usine de production de gaz naturel aux abords de la réserve (le projet GoBiGas pour la gazéification de la biomasse de Göteborg, en lien avec la STEP). Une partie de l’usine GoBiGas a été inaugurée en mars 2014 et la fin de la deuxième phase d’aménagement est prévue pour 2016 (carte 3).

29Enfin, la partie nord de la forêt est exclue de la réserve naturelle : il s'agit des 3 hectares appartenant à la commune et définis comme réserve foncière pour l'éventuelle extension de la station d'épuration.

30Ce contexte de réhabilitation industrielle et urbaine est donc une menace pour l’aire protégée de Rya Skog. La façon dont cette pression urbaine est gérée peut être considérée comme emblématique de la politique de la ville à l’égard de ses espaces naturels protégés, celui de Rya Skog étant particulièrement ancien, riche et symbolique pour l’identité de Göteborg.

Un premier projet d’urbanisation aux dépens de la forêt contré par la mobilisation citoyenne

  • 8 91/271/CEE du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux urbaines résiduaires.

31La menace principale pour la partie non protégée au nord de Rya Skog est la possible extension de la STEP Ryaverket. Deux projets ont été conçus en ce sens depuis vingt ans, dans le but de mettre la station en conformité avec la directive sur les eaux résiduaires urbaines8.

  • 9 A l’échéance du 31/12/1998 et du 31/08/2006. Les niveaux de traitement requis et les dates d’échéan (...)
  • 10 Des bassins de sédimentation supplémentaires, une installation de filtre à sable, en particulier.
  • 11 A l'époque, le nom était « Koncessionsnämnden för miljöskydd ».

32Le premier projet d'expansion a débuté en 1992 lorsque la réglementation nationale du traitement des eaux usées s’est renforcée9. Les travaux prévus pour améliorer le traitement d'azote10 devaient entraîner, selon le projet d'aménagement, une expansion considérable sur des terrains voisins. En raison du manque d'espace de l'usine de Rya (dont la superficie totale est de 10,3 hectares), l'entreprise Gryaab, gestionnaire de la STEP, a décidé d’utiliser une partie de la réserve foncière, donc de la forêt de Rya. Ce projet a été soumis à l'équivalent de la Cour de justice de l'environnement (Miljööverdomstolen11), qui l'a autorisé en 1993.

33Or, le projet a rencontré une grande résistance, les environnementalistes et l'opinion publique assimilant cette partie de la forêt à la réserve naturelle. Ainsi, en réponse à cette décision, une entité locale de la Fondation suédoise de protection de la nature (Naturskyddsföreningen) et d'autres associations ont présenté une motion pour la préservation de la forêt, bien que cette partie ait été réservée à l'agrandissement de la station d'épuration des eaux.

34Prenant acte de ce mouvement, le Conseil municipal de Göteborg a soutenu la demande des associations. L’entreprise Gryaab a ainsi dû proposer une solution alternative permettant de réduire le besoin d'espace, en l’occurrence une construction sur deux étages des bassins de sédimentation, sur le terrain existant de l'usine. Ce nouveau projet, autorisé par la Cour de justice de l'environnement, a été ainsi justifié : il implique des « conditions améliorées par rapport au projet de 1993, d'une part parce qu'aucune partie de Rya Skog ne sera utilisée, d'autre part, parce que la méthode utilisée pour la réduction de l'azote dans les eaux résiduaires a un fort potentiel de durabilité ». Ce nouvel aménagement est pourtant plus ambitieux, plus complexe et plus coûteux à mettre en place que le projet d'origine (Matsson, 2005) et sa réalisation a duré quatre ans (terminée en 1997).

La prise en compte de l’opinion publique et du retour d’expérience dans un second projet d’extension

  • 12 En accord avec la directive européenne de 1991.

35Un second projet d'extension a été initié en 2003, lorsque la Cour de justice de l'environnement (Miljööverdomstolen), sur le conseil de l'Agence de protection de l'environnement (Naturvårdsverket), a imposé une amélioration du traitement de phosphate et de l’azote à Ryaverket12 et décidé la fermeture de trois autres STEP dont les eaux résiduaires urbaines devaient être acheminées vers Ryaverket (Gryaab, 2005). Le projet d'extension a donc répondu à un besoin d'amélioration qualitative de l'assainissement et à une augmentation quantitative du traitement des eaux.

36Le processus de décision concernant le projet d'expansion de Ryaverket de 2003 ressemble beaucoup à celui de 1993, mais suscite moins de controverses. En effet, pour faire face aux nouvelles contraintes qui lui sont imposées, l'entreprise Gryaab élabore six scenarii. De plus, dans un rapport de 2003 (Gryaab, 2003), l'entreprise souligne que la partie de Rya Skog non protégée et définie comme une réserve foncière pour la future expansion de l'usine de Rya peut être assimilée à la partie protégée. Ce rapport précise qu’ « il serait difficile de justifier l'intrusion, même dans cette partie de la forêt » et qu'il y a une opinion publique très forte contre l'exploitation de cette partie de Rya Skog. D'autres options sont donc envisagées dès le début du projet.

  • 13 C'est la plus grande du monde installation de traitement de filtre à disque en rotation du monde.
  • 14 La nouvelle installation d'épuration ne sera utilisée que lorsque Ryaverket sera forcée d'accepter (...)

37La solution retenue, moins coûteuse que ne l’aurait été l’extension de la station sur la forêt, consiste à construire « une petite station d'épuration13, à l'intérieur de l'existante, qui ne fonctionnera qu'en cas de besoin »14 (Ulrika Wahlström, Gryaab). Ainsi, les intérêts de l’entreprise et ceux de la population se sont rejoints, grâce notamment à une solution architecturale innovante.

  • 15 Le prix de Kasper Sahlin est décerné annuellement par l'Association suédoise des architectes à un d (...)
  • 16 Stålbyggnadspriset est décerné tous les deux ans à une œuvre qui utilise l'acier dans sa structure (...)

38En effet, la nouvelle unité d'épuration de Ryaverket, dont la construction a été terminée en 2010, a gagné le prix d'architecture suédois le plus prestigieux, le prix de Kasper Salin15 (en 2010), ainsi que le prix Stålbyggnadspriset16 des « bâtiments en acier » (en 2011). La forme du bâtiment a été pensée comme une goutte d'eau avant l'éclatement ; la présence de la forêt de Rya Skog devait y être évidente, même à l'intérieur du bâtiment (photo 2). Une partie de l'eau traitée est exposée dans une salle ouverte vers la forêt. L'eau dévale dans un bassin en forme de coquillage, conçu par l'artiste Pål Svensson. L’entreprise Gryaab a souhaité offrir l'image la plus positive possible du processus d'épuration des eaux ; elle a ouvert l’usine au public (environ 5 000 visiteurs par an, dont la moitié d’écoliers) et a créé un bel environnement dans la zone industrielle à la limite de la forêt de Rya (Lennart Ekfjorden, Ryaverket).

Photo 2 : L'installation d'épuration à Ryaverket, Göteborg, 2010

Photo 2 : L'installation d'épuration à Ryaverket, Göteborg, 2010

© Kasper Dudzik, 2010

39Ce résultat consensuel a bénéficié de l’héritage des luttes antérieures de la population de Göteborg pour la protection de leur forêt. Ces luttes et les menaces qui y sont associées ont renforcé l’attachement des habitants à leur espace protégé, en permettant une prise de conscience de sa valeur. Ce renforcement de l’attachement à la forêt urbaine explique le choix effectué, lequel démontre l'influence de l'opinion publique sur les décisions politiques et économiques de la ville. Ainsi, la présence de la forêt protégée et la mobilisation des riverains ont induit une réflexion créatrice et novatrice qui a apporté une plus-value au site industriel.

40L'exemple de Rya Skog démontre ainsi les vertus du maintien d’espaces naturels au cœur du tissu urbain grâce à des mesures de protection règlementaire d’écosystèmes sensibles. Les menaces liées à l’expansion urbaine renforçent en outre la valeur de l’ensemble des espaces naturels urbains, bien que la biodiversité de certains soit objectivement moins riche et moins sensible que celle de Rya Skog. Enfin, les contraintes que ces derniers imposent à l’étalement urbain s’avèrent fécondes et valorisantes pour la ville, même si elles entraînent souvent un coût économique plus élévé, au moins à court terme. Dès lors, comment expliquer que ce modèle ne soit pas plus répandu ? Et quelles sont les raisons principales de l’exemplarité du cas ici présenté ?

Un contexte démographique, socioculturel et politique favorable à la protection de la nature en ville

41Les spécificités du cas étudié résultent de facteurs multiples et interdépendants.

Un contexte démographique favorable en Suède et à Göteborg

  • 17 Plus de la moitié (53 %) de la superficie du pays est couverte de forêts, 27,5 % sont d’autres mili (...)

42Tout d’abord, la nature est très présente en Suède en général en raison d’une faible densité démographique. En 2012, la Suède comptait 21 habitants au km² en moyenne - mais cette densité est beaucoup plus élevée dans la moitié sud du pays. La population suédoise est certes urbanisée : un peu plus du quart de la population suédoise habitait dans une agglomération de plus de 100 000 habitants, soit près de 2,7 millions d’habitants parmi les 9,5 millions d’habitants que comptait le pays en 2011. Cependant, 90 % de la surface du pays sont des espaces naturels17, 7,6 % sont agricoles et l’espace bâti et artificialisé représente seulement 2,9 % du territoire.

  • 18 532 222 habitants sur 450 km² en septembre 2013 (source : Statistik Göteborg, 2014).
  • 19 Sources : SCB 2014 pour les chiffres suédois ; INSEE 2014 pour les chiffres français.

43A Göteborg même, dans les limites administratives communales, la densité de population est de 1 183 habitants par km²18, ce qui est faible par rapport aux autres villes européennes (environ 20 000 hab/km² dans Paris intramuros, 9 000 hab/km² à Lyon et 4 200 hab/km² à Stockholm)19. Ainsi, ce facteur démographique facilite la mise en place d’espaces naturels protégés. D’ailleurs, les plus grandes aires protégées sont situées en périphérie de la commune, où la densité de population est plus faible. Cependant, cet argument ne peut pas être considéré comme le facteur explicatif principal des choix de protection.

Un contexte socioculturel très spécifique et essentiel

44Les dimensions sociales et culturelles constituent des facteurs explicatifs forts pour comprendre la présence de nombreux espaces protégés en ville.

45Ainsi, le respect de l’environnement semble partagé par une grande majorité des habitants en Suède : généralement, les Suédois considèrent que leur proximité à la nature fait partie de leur identité nationale (Boverket, 2007). Ainsi, la création d’espaces naturels protégés s’est faite en partie en réponse à une attente de la population.

46Le « droit commun d’accès à la nature » (allemansrätt) en est un bon exemple. Ce droit autorise la population à accéder à tout terrain, y compris privé (à l’exclusion des jardins privatifs et des zones militaires), à condition de ne pas en dégrader la faune, la flore et les écosystèmes. Ainsi, il est possible de traverser les espaces naturels, de ramasser des baies, des fleurs, des champignons ou de camper une nuit sur un terrain privé (à distance suffisante des habitations) sans avoir à demander l’autorisation au propriétaire. Ce droit commun d'accès à la nature est fortement ancré dans la culture collective suédoise et il rend nécessaire la reconnaissance de l'interaction entre protection et récréation puisque les espaces naturels sont considérés dans leur intégralité comme des espaces ouverts au public.

  • 20 Une agglomération est définie à partir d'une population agglomérée de plus de 200 habitants.

47Une tradition de « vie en plein air » s’est ainsi développée et explique la proximité des Suédois à la nature. L’urbanisation tardive, d’abord à travers de petites agglomérations20, les vastes étendues peu densément peuplées, un idéal collectif d’une nature à partager expliquent en partie cette tradition.

48Enfin, les associations de protection de la nature, apparues dès le début du XXème siècle, nombreuses et très présentes sur la scène politique nationale (cf. infra), sont une autre illustration pertinente de ce trait culturel suédois. A titre d’exemple, la plus grande d’entre elles, « Naturskyddsföreningen », créée en 1909, a pour objectif de « réveiller et de maintenir un respect pour la nature et ses valeurs, et d’œuvrer pour sa protection ».

Une politique nationale de cadrage pour la protection des espaces naturels urbains

49L’État enfin a mis en place de façon précoce, dès 1909, une politique de protection de la nature, suite à l’industrialisation et aux premiers signes d’exploitation excessive. Cette politique réglementaire s’appuie aussi sur la dynamique associative, et ses objectifs vont évoluer avec le temps. Ainsi, à la protection des habitats naturels, prédominante au début du XXème siècle, s’est aujourd’hui substituée une politique d’utilisation raisonnable des ressources naturelles, où l’homme a toute sa place.

50A titre d’exemple, dès 1971, le gouvernement suédois (Boverket, 2003) a introduit dans la réglementation de la planification urbaine (l’équivalent des PLU et SCoT en France) l’obligation de délimiter des espaces verts récréatifs à proximité des zones bâties. Aujourd’hui, une distance maximale de 300 mètres entre domicile et espace vert a été retenue comme valeur de référence dans les documents d’urbanisme.

  • 21 Statistiska Centralbyrån.

51Cependant, la protection de la nature a longtemps eu un faible poids dans les conflits d’aménagement face aux avantages perçus de la modernisation, tels que le développement d’industries ou de l’énergie hydraulique. Ainsi, malgré une politique qui favorise l’extension et la protection des espaces naturels, la pression du développement urbain est plus forte et leur superficie est en repli. Une étude, publiée en 2010 par l’organisme statistique officiel suédois (SCB21) concernant l’évolution des espaces verts dans les dix plus grandes agglomérations suédoises entre 2000 et 2005, montre que, dans toutes ces villes, les espaces verts ont reculé en 5 ans (entre -0,6 et -1,5 %) ; pour la ville de Göteborg la diminution se situe à - 1,16 %.

  • 22 Miljökvalitetsmål.
  • 23 Program för skydd av tätortsnära natur.
  • 24 Länsstyrelserna.

52Cette évolution a conduit le gouvernement suédois à introduire, en 1999, le développement d’espaces naturels (y compris des zones humides) en zone urbaine en tant qu’objectif national de qualité environnementale22. Cet objectif s’est traduit par la mise en place, à partir de 2002, d’un programme « de protection de la nature à proximité urbaine »23 (Regeringen, 2002). Il a demandé aux autorités24 des régions dans lesquelles se situent les trois plus grandes villes suédoises (Stockholm, Göteborg, Malmö) de mettre en place des programmes de protection de la nature urbaine dans l’ensemble des agglomérations de leurs territoires. Leur mission était de délimiter, dans l'espace urbain et périurbain, des espaces à haute valeur récréative, faunistique, floristique, puis de proposer des modes de protection et de gestion durables de ces espaces. Le fait que les dimensions sociales (potentiel récréatif) et écologiques (qualités écosystémiques) soient mises au même niveau traduit une évolution du protocole d’identification et de délimitation des espaces à protéger. Un glissement s’opère, d’une protection stricte de la biodiversité en ville vers une protection plus large de la nature urbaine. Dans cette mission, il est précisé que ce travail doit être conduit en partenariat avec les autorités concernées et qu’il doit permettre aux représentants des associations (environnementales ou autres) de participer aux travaux (Göteborgs stadskansli, 2003).

53Ce programme « de protection de la nature à proximité urbaine » est donc un cadre national de protection très utile et favorable à l’appui des actions citoyennes associatives, mais son objectif de protection est très anthropocentrique. Le gouvernement y souligne qu’il est aussi important de protéger les espaces naturels en milieu urbain que de réserver de l’espace pour les routes, les voies ferrées, les logements et les lieux de travail : les espaces naturels font en quelque sorte partie des services que la ville doit offrir à ses habitants, des aménités urbaines que sont en droit d’attendre les citadins.

La protection de la nature : une compétence décentralisée

  • 25 La Suède est composée de 290 communes.

54En Suède la protection de la nature est en grande partie décentralisée. La création et la gestion des réserves naturelles ont longtemps été des compétences régionales mais, depuis le début des années 2000, leur création est aussi une compétence des communes25. Une réserve peut aujourd’hui être créée à l’initiative de la commune ou de la région, en collaboration avec l’Agence nationale de la protection de la nature, mais la gestion et la surveillance restent des compétences régionales. Ainsi, les régions ont demandé aux communes de réagir à leurs propositions d’espaces naturels urbains à protéger (12 dans la commune de Göteborg).

55Ainsi, dans le système décentralisé suédois, la municipalité dispose de larges compétences environnementales et, la plupart des espaces naturels de Göteborg étant des réserves naturelles communales, les élus qui siègent au Conseil municipal de Göteborg sont les principaux acteurs de leur protection.

  • 26 Le dernier plan général d’urbanisme a été adopté en 2009.

56Les décisions locales en termes d’urbanisme sont traduites dans le plan général d’urbanisme de Göteborg (Översiktsplan för Göteborg, 2009), qui est défini tous les 10 ans et complété à l’échelle des quartiers par les plans d’urbanisme plus détaillés26. Il donne les orientations fondamentales de l’organisation du territoire et de l’occupation des sols. Ce document, qui est l’équivalent du schéma de cohérence territoriale (SCoT) français, est essentiel pour appréhender les enjeux environnementaux de la ville. En outre, le conseil municipal a adopté un programme de protection environnementale pour les parcs et la gestion de la nature (Naturvårdsprogram för park- och naturförvaltningen), grâce auquel la municipalité apparait comme l’acteur principal de la protection de ses espaces naturels.

57L'analyse de ces documents révèle l’importance des mesures de protection des espaces naturels urbains dans les politiques municipales. Cette attention est présente depuis les grandes orientations politiques à l'échelle de la ville jusqu'à la mise en œuvre des décisions à l'échelle intra-urbaine. Plus précisément, ces documents mettent l’accent sur la nécessité d’une interaction entre la population et la nature pour rendre la protection de l’environnement durable et efficiente. Ainsi, la décentralisation des décisions de création de réserves naturelles au niveau communal s’est accompagnée d’une plus large participation des citoyens dans le domaine de la protection de la nature (cf. infra).

  • 27 Le terme suédois pour désigner ces espaces est « friytor ».

58Le contexte national est donc très favorable au maintien des espaces naturels en ville. La décentralisation des décisions à l’échelle communale renforce cette réalité et définit la participation de la population à ces politiques de protection comme un critère important de leur efficacité. Cependant, même si les espaces naturels protégés sont en augmentation dans certaines villes, on observe un recul en Suède des espaces urbains non bâtis ou aménagés27 ; et des menaces peuvent peser sur certains espaces naturels protégés lorsque leur localisation est contraignante pour l'expansion ou la densification de la ville. D’autres facteurs explicatifs sont donc à prendre en compte dans la réussite des combats citoyens, comme ceux présentés dans le cas de Rya Skog.

De la perception de la nature aux modalités de l’exercice du pouvoir : les raisons essentielles d’un succès qui n’est pas général

59L’espace urbain n’est pas figé mais en évolution continue et les espaces naturels protégés sont une composante essentielle de ces évolutions spatiales. La manière dont ils interagissent avec les autres espaces urbains révèle les dynamiques dans lesquelles ils s’inscrivent. Ainsi, au-delà des éléments théoriques servant de cadre au développement urbain (principes politiques et réglementations), le maintien des espaces naturels protégés urbains s’explique par les modalités concrètes bien particulières de leur mise en pratique.

Une collaboration de tous les partenaires comme modalité de résolution des tensions

60Les actions de lobbying de la part des associations et des mouvements écologistes sont une des principales modalités d’expression des tensions relatives aux espaces naturels. Lorsqu’en 1946, une partie de la forêt de Rya Skog a été annexée pour construire une route, des naturalistes, des botanistes et d'autres défenseurs de la nature se sont mobilisés pour que la réserve naturelle soit maintenue en dépit du développement industriel d'Hisingen. En 1958, ils se sont organisés au sein d’une entité locale de la Fondation suédoise de protection de la nature en créant le premier groupe d'intérêt pour la conservation de l'aire protégée de Rya Skog.

  • 28 Ale, Göteborg, Härryda, Kungälv, Lerum, Mölndal och Partille.

61Cependant, sans une volonté de collaboration de la part des acteurs politiques et économiques, les demandes citoyennes n'auraient guère d'effet. Ainsi, en réaction à la mobilisation de l'opinion publique face aux projets d'extension de la STEP en 1993 et 2003, c’est la recherche active de solutions consensuelles par les décideurs et par les acteurs économiques de Ryaverket qui a permis d’aboutir au maintien de la forêt. Cependant, l'attitude de l'entreprise exploitante face au conflit s’explique par son statut d’entreprise publique, appartenant aux sept collectivités territoriales28 concernées par l'assainissement de la station d'épuration, dont Göteborg. Ces communes ayant la compétence « environnement », elles ne peuvent ignorer les impacts négatifs potentiels du projet d’extension pour l’environnement. L’entreprise Gryaab est donc un acteur à la fois politique et économique. Il n’est pas certain qu’une entreprise privée, indépendante des collectivités locales, aurait eu la même attitude.

La recherche du consensus par l’association des citoyens aux choix politiques

  • 29 L'autorité du trafic et du transport public de la ville.

62Par ailleurs, les élus de Göteborg ont une démarche participative et consultent régulièrement les associations sur les questions environnementales. Par exemple, en réponse à la demande du gouvernement en 2002, un programme de protection de la nature urbaine dans Göteborg a été mis en place en partenariat avec les différents services municipaux. Pour cette consultation, la commune a mobilisé cinq services de la ville (services de l’environnement, des zones bâties, des parcs et de la nature, de la culture et de l’habitat), des associations (de protection de la nature, de riverains, ...) et des acteurs de la planification, comme trafikverket29.

63De ce fait, la politique municipale est fortement soutenue par différentes associations environnementalistes. Deux d’entre elles jouent un rôle privilégié et sont particulièrement influentes (figure 1). Depuis 1958, la ville possède une entité locale de la Fondation suédoise de protection de la nature (Naturskyddsföreningen), très active et influente. Elle compte à Göteborg 8000 membres et 50 salariés. L’objectif de cette structure est de préserver l’environnement local en sensibilisant les habitants de Göteborg et les acteurs politiques et économiques aux enjeux de la protection de la nature. Parallèlement mais à échelle régionale, la Fondation de la côte Ouest (Västkuststiftelsens) travaille également à promouvoir la protection de la nature et des activités de plein air.

Figure 1 : Les acteurs de la protection des espaces naturels à Göteborg

Figure 1 : Les acteurs de la protection des espaces naturels à Göteborg

Auteur : Camille Girault 2013

64Les citoyens sont associés de façon directe ou indirecte au processus de prise de décision (figure 1). Cependant, la qualité des décisions adoptées à l’issue d’une telle démarche participative dépend davantage de la nature du processus décisionnel que du nombre de participants et, afin d’éviter toute désillusion de la part de certains acteurs dans la recherche d’un compromis, et si possible de consensus, ce processus doit être clairement institutionnalisé (Reed, 2008). La recherche de consensus, qui ne doit pas être confondue avec la participation active de nombreux citoyens, apparaît comme la spécificité de ce mode de gouvernance : les décisions sont prises en impliquant directement des associations, des acteurs économiques et des habitants au processus décisionnel, à partir d’un mode de participation précisément établi au préalable. Cette forte implication des acteurs « non politiques » permet souvent une issue des conflits d’usage en faveur des espaces naturels et des usagers. La multiplication des partenariats de la part de la ville de Göteborg met en évidence le caractère stratégique et sensible des espaces naturels urbains qui sont au cœur des débats et pleinement inclus dans les politiques urbaines.

Les pratiques territoriales des habitants au cœur des politiques municipales

65Enfin, au-delà de la consultation des structures établies et des habitants, les élus municipaux de Göteborg cherchent clairement à traduire les attentes et pratiques des citoyens dans les politiques publiques.

66Des travaux de recherche récents montrent la nécessité d'utiliser les connaissances et les expériences de la population locale dans le processus de planification (Boverket, 2007), car la nature protégée en ville peut avoir des valeurs autres que celles des planificateurs, écologues ou acteurs politiques. Les élus des deux plus grandes villes suédoises, Stockholm et Göteborg l'ont compris, car ils appuient leurs décisions, entre autres critères, sur la façon dont les espaces urbains sont vécus et appréciés par ceux qui les utilisent.

  • 30 Une partie de la ville est actuellement couverte et les autres cartes sont en cours de réalisation. (...)

67Le développement de cartes de sociotopes a commencé dans les années 2000 à Stockholm, à la suite à de protestations croissantes des citoyens face à la transformation de nombreux espaces naturels. Il s’agissait de proposer une réponse satisfaisante aux coûts croissants du processus de planification dus à la cristallisation des conflits autour de projets d'aménagement (Ståhle, 2006). Pour savoir quels étaient les espaces urbains ayant une forte valeur pour les citadins et les experts (par exemples les écologues), et qui, par conséquent, devaient être préservés, la commune de Stockholm a initié une cartographie détaillée de ces espaces réalisée par quartier (au sens large) à une échelle de 1/10000. Ces cartes ont ainsi été un outil de réflexion à une stratégie permettant de combiner la protection de la nature (imbriquée dans le tissu urbain) et la densification urbaine. Göteborg a suivi ces réflexions et publié la première carte de sociotopes en 200430 et, en 2009, la ville d'Uppsala a dressé une carte de sociotopes à l'échelle de la commune.

68L'objectif des cartes de sociotopes est de décrire les usages et la perception de chaque espace de la ville par les citadins. Chaque carte de sociotopes est le fruit d'un long travail de terrain et de nombreuses enquêtes. A Göteborg ce travail a été réalisé en plusieurs étapes. Suite à un inventaire des espaces non bâtis ou aménagés, des enquêtes, des entretiens, des réunions publiques et des groupes de travail auprès des habitants ont été mis en œuvre pour chaque quartier. Des promenades de discussion collectives ont également été utilisées et cette forme de consultation a donné des résultats très intéressants concernant la perception et la pratique des espaces urbains (Ask, 2013).

69Par exemple, les cartes de sociotopes montrent quelles sont les activités majoritaires dans les espaces naturels et le lieu précis où elles sont pratiquées. A titre d’exemple, le sud-ouest du quartier de Lundby Nord (carte 4) est caractérisé par une forte présence de « sociotopes » de nature variée (des espaces verts gérés par la ville : parcs, cimetières…, des espaces non bâtis de type pelouse associés à l’habitat individuel ou collectif) et d’aires influences de portées différentes (sociotopes fréquentés surtout par la population vivant à proximité et sociotopes attirant la population de l’ensemble du quartier de Lundby Nord).

  • 31 Les cartes des biotopes sont fondées sur des inventaires de la faune et de la flore des espaces nat (...)

70Dès lors, ces pratiques spatiales deviennent un élément à part entière de la demande sociale et un des critères à prendre en compte dans la définition des politiques publiques. Ainsi, cet outil de planification cartographique constitue, avec les cartes des biotopes31, une base pour planifier la ville, définir les espaces à protéger et à introduire dans l’équivalent du SCoT (översiktsplan).

71Si ces cartes ne sauraient être considérées comme des outils participatifs au sens strict, elles jouent néanmoins un rôle très important dans la politique urbaine puisqu'elles permettent de planifier la ville à partir d'éléments pratiques et pas seulement théoriques, issus d'une analyse en termes d'enjeux de l'espace urbain pour les habitants. Elles sont un outil de planification majeur au service des multiples acteurs de la ville.

72Enfin, cet outil de planification est révélateur d’une conception de la nature qui lui est sous-jacente et qu’il est nécessaire d’intégrer à notre analyse des causes premières des politiques urbaines de protection de la nature.

Carte 4 : Les sociotopes d'un quartier de Göteborg (Södra Lundby)

Carte 4 : Les sociotopes d'un quartier de Göteborg (Södra Lundby)

Source : Göteborgs stad 2014 (http://www.goteborg.se)

Une conception de la nature centrée sur les besoins des citadins

  • 32 Le service des Parcs et de la Nature de la ville de Göteborg qui gère les espaces naturels et de lo (...)

73En Suède, la nature en ville a longtemps été pensée et planifiée comme un contrepoids au développement et à la densification urbaine, mais surtout pour répondre à la demande sociale d'espaces ouverts et verts (Lundgren et al. 2004). Dès les premières discussions concernant les fonctions des espaces naturels en ville (dans les années 1980 en Suède), il était surtout question de récréation, « d’expériences naturelles » et de l'importance sociale de ces espaces. L'intérêt pour la protection de la nature et de la diversité biologique était faible à l'époque et, à ce titre, le cas de Rya Skog apparaît comme l’exception confirmant la règle : sa protection règlementaire s’appuie d’abord sur les propriétés d’un écosystème forestier singulier avant de prendre en compte la valeur sociale de cette forêt. Même si la biodiversité est autrement considérée aujourd'hui32, Lundgren et al. (2004) montrent à travers un ensemble d'études de villes suédoises que, souvent, même lorsqu'il est question de biodiversité, ce sont les attentes des citadins qui justifient les décisions. À partir de l’étude du rôle de la biodiversité dans la gouvernance et la planification urbaine en Suède, Elander et al. (2005) confirment que la biodiversité est toujours une composante des politiques environnementales des villes suédoises, mais que ces dernières entendent cette notion de manière variable (biodiversité paysagère, écosystémique, génétique ou encore simple variation biologique) et souvent confuse. En outre, les auteurs démontrent qu’une prise en compte efficiente de la biodiversité par les politiques urbaines requiert nécessairement son association avec d’autres valeurs et objectifs tels le bien-être des citadins et la récréation des habitants. La citation, extraite du document de planification de la commune de Borås (Borås stads Översiktsplan, 2006), illustre cette posture : « La nécessité de conserver et d’améliorer la biodiversité dans la ville est basée sur le besoin des gens de vivre près de la nature ». Un autre argument justifie parfois la planification verte : le rôle de la nature comme ressource éducative, notamment pour les enfants. Dans le document de planification de la ville d'Uddevalla (Översiktsplan för Uddevalla kommun, 2010), par exemple, il est précisé que « plus les écosystèmes des espaces verts sont variés et riches en espèces végétales et animales, plus les enfants peuvent découvrir et apprendre ».

74Cette conception très anthropocentrée des planificateurs et décideurs en Suède explique le rôle central de la fonction sociale dans les réserves naturelles urbaines. Rya Skog en est un bon exemple car, même si elle est située dans une zone fortement urbanisée, cette réserve est une véritable forêt qui permet aux visiteurs d'échapper aux paysages de la ville. Elle est certes desservie par des sentiers, mais elle ne comprend aucun aménagement de loisirs et est peu adaptée aux activités récréatives, comme par exemple les pique-niques familiaux du week-end. Les visiteurs y sont pourtant relativement nombreux.

75Selon Borgström (2011), cette articulation entre valeurs sociales et valeurs naturelles est à l’origine de la création des espaces protégés en ville. Elle est également une des conditions à l’efficacité de la protection de la nature urbaine dans la durée, en renforçant l’appropriation des espaces naturels par les citadins. Ainsi, ces espaces sont souvent déjà investis par la population avant même leur protection.

76Enfin, les espaces naturels urbains, en particulier s’ils sont anciens et protégés, sont importants pour l'histoire culturelle et l'identité des quartiers, qui sont marqués par leurs caractéristiques. La mobilisation citoyenne pour le sauvetage de Rya Skog montre l’importance de cette problématique identitaire dans le maintien de ce type d’espaces. Le cas de la partie nord de Rya Skog montre en particulier que lorsque l’appropriation identitaire des espaces naturels urbains est forte, l’existence d’un statut de protection formelle devient presque inutile.

Conclusion

77Le cas de Rya Skog démontre les vertus du maintien d’espaces naturels protégés au cœur du tissu urbain. Les menaces liées à l’expansion urbaine renforcent la valeur des espaces naturels qui imposent en retour des contraintes à l’étalement urbain pouvant être fécondes et valorisantes pour la ville.

78Au final, les causes expliquant le renforcement de la protection par le caractère urbain de l’espace naturel protégé dans le cas de Rya Skog sont d’une part très spécifiques, d’autre part très complexes et imbriquées, ce qui rend difficile toute généralisation et toute définition de clés de réussite valables dans d’autres situations. On peut toutefois souligner l’importance

  1. du caractère ancien et identitaire de l’attachement à l’espace naturel, lié à son unicité : une forte valeur écologique et récréative, une identité particulière liée à l'histoire et la valeur culturelle d'un espace naturel peuvent être des compléments très utiles à une protection règlementaire ;

  2. de la mobilisation citoyenne urbaine, les habitants organisés en associations pouvant peser de façon déterminante sur les choix urbanistiques, aux côtés d’acteurs économiques aux intérêts parfois contraires ;

  3. de la prise en compte par les élus décideurs non seulement des avis et intérêts de tous les acteurs concernés, à commencer par la population, mais aussi des pratiques objectives des espaces considérés.

79Ces modalités de mise en œuvre des décisions en termes de politique environnementale s’inscrivent dans un contexte socioculturel particulier et vont bien au-delà de ce que l’on appelle communément une gouvernance participative.

80Cette étude est loin de faire le tour de la vaste question posée par la protection des espaces naturels en ville et à Göteborg en particulier et trois nouvelles pistes de recherche seraient particulièrement riches à explorer de manière complémentaire.

81Tout d’abord, si la protection réglementaire des espaces naturels est renforcée et élargie, qu’en est-il de l’efficacité de cette protection en termes de biodiversité, dans un contexte de forte fréquentation des espaces naturels urbains ?

82Ensuite, si le développement urbain conforte la protection des espaces naturels, l’inverse est-il aussi vrai ? Ainsi, dans quelle mesure les espaces naturels protégés de Göteborg constituent-ils un réel facteur d’attractivité et de développement pour cette ville ? Des retombées, diverses et plus ou moins directes, liées à la présence de nombreux espaces naturels protégés dans la ville, sont-elles observables et quantifiables en termes économiques, de santé des habitants, d’appropriation de la ville par ses habitants, de bien-être, de connaissance de la nature, d’évolutions des pratiques citoyennes, etc. ?

83Enfin, qu’en est-il de la valeur de ce modèle face au défi actuel de la densification urbaine qui permet d’économiser les surfaces artificialisées et ainsi de réduire les nuisances de l’urbanisation sur le fonctionnement des écosystèmes naturels ? Ces deux perspectives offertes au développement urbain sont-elles compatibles et, si oui, comment concilier densification et protection, ou du moins préservation d’espaces naturels urbains ?

84Dans tous les cas, même si le modèle suédois de développement urbain est atypique et difficilement généralisable, sa connaissance renverse bien des idées reçues et présente des solutions intéressantes à des problématiques actuelles très partagées. De plus, certaines logiques qui ressortent de son étude pourraient servir de référents à des politiques de la ville, au niveau européen voire à l'échelle mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ask E., 2013, Att kartlägga sociala värden i stadens utemiljö - sociotopkartering som metod i Stockholm och Göteborg, Kandidatexamensarbete, Sveriges lantrbruksuniversitet (SLU), 53 p.

Beaud S. et Weber F., 2010, Guide de l’enquête de terrain, La Découverte, 331 p.

Berque A., 1997, « Des toits, des étoiles », Les Annales de La Recherche Urbaine n° 74, pp. 5-11

Bono L., Castri R., Tarzia V., 2007, The Urban Ecosystem Europe report, Institut de recherches Ambiente Italia, Milan.
http://informed-cities.iclei-europe.org/fileadmin/template/projects/primus/files/ECOURB-UE07-FINALREPORT-EN6.pdf

Borås stad, 2006, Borås stads Översiktsplan, Antagen av kommunfullmäktige 01/06/2006
http://www.boras.se/download/18.7ddc63f213dd203cec580005159/1390353228032/ %C3 %96versiktsplan.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Borgström S., Lindborg R., Elmqvist T., 2013, « Nature Conservation for What ? Analyses of Urban and Rural Nature Reserves in Southern Sweden 1909–2006 ». Landscape and Urban Planning, no.117, 66‑80.
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2013.04.010

Borgström S., 2011, Urban shades of green : Current patterns and future prospects of nature conservation in urban landscapes. Doctoral thesis, Stockholms universitet Naturvetenskapliga fakulteten, Systemekologiska institutionen.
http://www.diva-portal.org/smash/get/diva2 :382544/FULLTEXT01.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Borgström S., 2009, « Patterns and challenges of urban nature conservation - a study of southern Sweden », Environment and planning, no. 41, 2671-2685.
DOI : 10.1068/a41312

Boverket, 2007, Bostadsnära natur, Rapport Boverket, Stockholm.
http://www.boverket.se/Global/Webbokhandel/Dokument/2007/Bostadsnara_natur.pdf

Boverket, 2003, Fördjupad utvärdering av miljömålsarbetet Fysisk planering och hushållning med mark och vatten samt byggnader, Rapport Boverket, Stockholm.
http://www.boverket.se/Global/Webbokhandel/Dokument/2008/God_bebyggd_miljo_fordjupad_2007.pdf

Cavin J., Rugg J., Carron C., 2010, « La ville des défenseurs de la nature : vers une réconciliation ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 18, 13-121.
http://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2010-2-page-113.htm

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dogsé P., 2004, « Toward Urban Biosphere Reserves », Annals New York Academy of Sciences, vol. 1023, no. 1, 10-48.
DOI : 10.1196/annals.1319.002

Elander I., Lundgren Alm E., Malbert B. and Sandström U.G., 2005, « Biodiversity in Urban Governance and Planning: Examples from Swedish Cities », Planning Theory & Practice, vol. 6, no. 3, 283-301
http://www.diva-portal.org/smash/get/diva2:174112/FULLTEXT01.pdf

Godard F., 2001, La ville en mouvement, Gallimard, Coll. Découvertes, 128 p.

Göteborg Stad, Stadsbyggnadskontoret, 2009, Översiktsplan för Göteborg. Inriktning för stadens utveckling. Antagen av kommunfullmäktige 26/02/2010.
http://goteborg.se/wps/wcm/connect/d1f790ad-263d-4a42-ad8f-8777f65a094c/Del1.pdf ?MOD =AJPERES

Gryaab, 2006, Miljödom 2003 – förstudie av utbyggnadsalternativ för att uppnå lägre utsläppshalter av fosfor och kväve, rapport 4, Göteborg.
http://www.gryaab.se/admin/bildbank/uploads/Dokument/Miljorapporter/Miljorapport20052006-05-15ver3EGu.pdf

Hedblom M. et Söderström B., 2010, « Importance of urban and peri-urban woodlands for the avi-fauna in urban forest fragments: an analyses of 34 Swedish cities », Journal of Biogeography, vol. 37, 1302-1316

Joelene H., Pretty J., Macdonald D.W., 2013, « Nature as a Source of Health and Well-Being », in: Mcdonald D.W., Willis K.J. (eds.), Key Topics in Conservation Biology 2, John Wiley & Sons, 143‑160.
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/9781118520178.ch9/summary

Länsstyrelsen Stockholms län, 2003, Aldrig långt till naturen. Program för skydd av tätortsnära natur i Stockholmsregionen, Rapport 2003 :20, Stockholm.
http://www.lansstyrelsen.se/stockholm/SiteCollectionDocuments/Sv/publikationer/2003/R2003Aldrig_langt_till_naturen_hela.pdf

Länsstyrelsen Västra Götaland, 2003, Den tätortsnära naturen i Göteborgsregionen. Förslag till program för skydd av tätortsnära naturområden. Remisshandling juni 2003, Göteborg.
http://www.lansstyrelsen.se/vastragotaland/SiteCollectionDocuments/Sv/djur-och-natur/skyddad-natur/naturreservat/tatortsnara_031115.pdf

Laslaz L. (dir.), 2012, Atlas mondial des espaces protégés. Les sociétés face à la nature. Autrement, 96 p.

Lézy-Bruno L, 2010, Nature urbaine - Enjeux et stratégies de gestion durable des aires protégées dans et autour des grandes métropoles, Rapport du programme Urban Protected Areas Network, PIRVE.

Lundgren Alm E., Korhonen P., Castell. P., Tornberg J, Malbert B., 2004, Grönstrukturens synliggörande. En förutsättning för integration av kunskaper om grönstrukturen i stadsplaneringen, Rapport Chalmers Tekniska högskola, Göteborg.
https://document.chalmers.se/download?docid=1399014862

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mathieu N. et Guermond Y. (dir.), 2005, La Ville durable, du politique au scientifique. Cemagref, Cirad, Ifremer et Inra, 286 p.
DOI : 10.3917/quae.guerm.2011.01

Matsson A., 2005, Skivfilteranläggning på Ryaverket. rapport Gryaab 2005 :4, Göteborg.
http://gryaab.se/admin/varor/docs/Skivfilteranlaggning_pa_Ryaverket.pdf

Menozzi M.-J. (dir.), 2014, Les jardins dans la ville entre nature et culture. Presses universitaires de Rennes, Rennes, 362 p.

Niemelae J., 1999, « Ecology and urban planning », Biodiversity and conservation. vol. 8, no. 1, 119-13.

Uddevalla kommun, Miljö och Stadsbyggnadsnämnden, 2010, Översiktsplan för Uddevalla kommun. Antagen av kommunfullmäktige 08/09/2010
http://www.uddevalla.se/byggabomiljo/detaljochoversiktsplan/oversiktsplankommunen.4.1ced821ff9985787280007024.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Qiu L., Lindberg S., Nielsen A.B., 2013, « Is biodiversity attractive? On-site perception of recreational and biodiversity values in urban green space », Landscape and Urban Planning, vol. 119, 136-146
DOI : 10.1016/j.landurbplan.2013.07.007

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Reed M., 2008, « Stakeholder participation for environmental management: A literature review », Biological Conservation, vol. 141, 2417–2431.
DOI : 10.1016/j.biocon.2008.07.014

Regeringskansliet, 2001, En samlad naturvårdspolitik, Regeringens skrivelse 2001/02 :173.
http://www.regeringen.se/content/1/c4/28/92/e96aa060.pdf

Remy J., 2004, « Compte rendu thématique. La ville et la nature : de la mise à distance à l’imbrication », Espaces et Sociétés, no. 118, 251-266
http://www.cairn.info/article.php ?ID_ARTICLE =ESP_118_0251

Renard J.-P., 2012, « La Nature ? Un concept bien complexe pour le géographe ! », Territoire en mouvement - Revue de géographie et aménagement, vol. 13, http://tem.revues.org/1646

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shwartz A., Turbé A., Simon L., Julliard R., 2014, « Enhancing urban biodiversity and its influence on city-dwellers: An experiment », Biological Conservation, vol. 171, 82-90.
DOI : 10.1016/j.biocon.2014.01.009

Shwartz A., 2012, The interaction between people and biodiversity in the heart of a large metropolis. Thèse de doctorat, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Museum National d’Histoire Naturelle, Paris, 229 p.
http://www.assafshwartz.com/wp-content/uploads/2013/01/ThesisFinal.pdf

Ståhle A., 2006, « Sociotop mapping - exploring public open space and its mulitple use values in urban landscape planning practice », Nordisk architekturforskning, vol. 19, no.4, 59-72.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Standish R.J., Hobbs R.J., Miller J.R., 2013, « Improving city life: options for ecological restoration in urban landscapes and how these might influence interactions between people and nature », Landscape ecology, vol. 28, no. 6, 1213‑21.
http://link.springer.com/article/10.1007/s10980-012-9752-1#page-1
DOI : 10.1007/s10980-012-9752-1

Terrin J.-J. (dir.), 2013, Jardins en ville, villes en jardin : gardens in the city, Parenthèses éd., 317 p.

Wiesztort L., 2011, La réinsertion de la nature en ville et le développement durable. Etudes de cas dans l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, Thèse de géographie, Université d’Artois, 519 p.
www.theses.fr/2011ARTO0004.pdf

Haut de page

Notes

1 Soulignons que ces chiffres sont partiellement liés aux différentes délimitations des villes européennes utilisées par les auteurs.

2 Source : INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel) 2010. Ce chiffre exclut les sites Natura 2000 dont la superficie est imposée par l’Union Européenne et qui ne traduisent pas nécessairement une volonté politique nationale ou locale.

3 Entretien réalisé en décembre 2009.

4 Entretien réalisé en février 2010.

5 Définie dans le programme « Effects of Changed Urban Structures ».

6 Source : Association ornithologique de Göteborg, 2013.

7 Aujourd'hui Västra Götaland.

8 91/271/CEE du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux urbaines résiduaires.

9 A l’échéance du 31/12/1998 et du 31/08/2006. Les niveaux de traitement requis et les dates d’échéance de mise en conformité sont fixés en fonction de la taille des agglomérations d’assainissement et de la sensibilité du milieu récepteur du rejet final. Les deux règlements à l'origine des projets d'extension de Ryaverket imposent un traitement plus rigoureux pour les agglomérations de plus de 10 000 habitants.

10 Des bassins de sédimentation supplémentaires, une installation de filtre à sable, en particulier.

11 A l'époque, le nom était « Koncessionsnämnden för miljöskydd ».

12 En accord avec la directive européenne de 1991.

13 C'est la plus grande du monde installation de traitement de filtre à disque en rotation du monde.

14 La nouvelle installation d'épuration ne sera utilisée que lorsque Ryaverket sera forcée d'accepter de très grandes quantités d'eau, telles que des pluies abondantes ou l’eau de fonte des neiges. Selon les prévisions de Naturvårdsnämnden, elle doit permettre de réduire l'eutrophisation de la mer, car les émissions de phosphates diminueront de 10 à 15 tonnes par an.

15 Le prix de Kasper Sahlin est décerné annuellement par l'Association suédoise des architectes à un des travaux de construction suédois ou groupe de bâtiments de niveau architectural élevé.

16 Stålbyggnadspriset est décerné tous les deux ans à une œuvre qui utilise l'acier dans sa structure d'une manière architecturale innovante et attrayante.

17 Plus de la moitié (53 %) de la superficie du pays est couverte de forêts, 27,5 % sont d’autres milieux naturels (tourbières, pelouses naturels…) et 8,9 % correspond à des zones lacustres (SCB 2005).

18 532 222 habitants sur 450 km² en septembre 2013 (source : Statistik Göteborg, 2014).

19 Sources : SCB 2014 pour les chiffres suédois ; INSEE 2014 pour les chiffres français.

20 Une agglomération est définie à partir d'une population agglomérée de plus de 200 habitants.

21 Statistiska Centralbyrån.

22 Miljökvalitetsmål.

23 Program för skydd av tätortsnära natur.

24 Länsstyrelserna.

25 La Suède est composée de 290 communes.

26 Le dernier plan général d’urbanisme a été adopté en 2009.

27 Le terme suédois pour désigner ces espaces est « friytor ».

28 Ale, Göteborg, Härryda, Kungälv, Lerum, Mölndal och Partille.

29 L'autorité du trafic et du transport public de la ville.

30 Une partie de la ville est actuellement couverte et les autres cartes sont en cours de réalisation. Les cartes achevées sont disponibles sur le site de la ville de Göteborg : http://www.goteborg.se

31 Les cartes des biotopes sont fondées sur des inventaires de la faune et de la flore des espaces naturels.

32 Le service des Parcs et de la Nature de la ville de Göteborg qui gère les espaces naturels et de loisirs à Göteborg, y compris plusieurs réserves naturelles et des sites Natura 2000, a précisé dans son programme de conservation lancé en 2005 que le maintien et le développement de la biodiversité est un de leurs principaux objectifs à côté de la fonction sociale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation de la ville de Göteborg en Scandinavie
Crédits Source : Adaptée d’une carte de Lantmäteriet
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Carte 2 : Göteborg et ses aires naturelles en 2014
Crédits Sources : Lantmäteriet (2014) ; Göteborgs stad (2014) ; Plan directeur de l'aménagement de Göteborg (2010)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Photos 1a et 1b : La réserve naturelle de Rya Skog
Crédits © C. Aschan-Leygonie (juillet 2013)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Crédits © C. Aschan-Leygonie (juillet 2013)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Carte 3 : Rya Skog, une réserve naturelle au cœur d'une zone industrialo-portuaire
Légende Adapté à partir de Google Earth (image datant de juin 2011)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Photo 2 : L'installation d'épuration à Ryaverket, Göteborg, 2010
Crédits © Kasper Dudzik, 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 1 : Les acteurs de la protection des espaces naturels à Göteborg
Crédits Auteur : Camille Girault 2013
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 4 : Les sociotopes d'un quartier de Göteborg (Södra Lundby)
Crédits Source : Göteborgs stad 2014 (http://www.goteborg.se)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27258/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christina Aschan-Leygonie, Agnès Bonnaud et Camille Girault, « Quand la situation urbaine favorise la protection des espaces naturels : le cas de Göteborg (Suède) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 744, mis en ligne le 20 octobre 2015, consulté le 30 mai 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/27258 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27258

Haut de page

Auteurs

Christina Aschan-Leygonie

Université Lumière Lyon 2 - UMR 5600 – Environnement Ville Société - IMU
Maître de conférences en géographie
christina.aschan@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Agnès Bonnaud

Université Lumière Lyon 2 - Laboratoire d’études rurales (EA 3728)
Maître de conférences en géographie
agnes.bonnaud@univ-lyon2.fr

Camille Girault

Université de Savoie - laboratoire EDYTEM (UMR 5204)
Doctorant en géographie
camille.girault@univ-savoie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page