Navigation – Plan du site
2015

Zanghi F., 2014, Zone Indécise. Périphéries urbaines et voyage de proximité dans la littérature contemporaine, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 254 p.

Pascal Clerc

Texte intégral

1Prenez six écrivains, tous plus ou moins branchés sur l’écriture du presque rien et de la banalité du quotidien, des paysages urbains, banlieusards et périurbains, des expériences spatiales d’apparence un peu saugrenues. Certains d’entre eux comme François Bon ou Philippe Vasset, qui mettent les pratiques spatiales au cœur de leur écriture, intéressent depuis longtemps les géographes.

2Ils intéressent aussi les littéraires qui travaillent sur les questions spatiales comme Filippo Zanghi. Celui-ci a constitué un corpus autour de huit textes : un texte de François Bon (Paysage fer, 2000) et un texte de Philippe Vasset (Un livre blanc, 2007) donc, ainsi que deux textes de Jacques Réda (La liberté des rues, 1997 et Le citadin, 1998), deux autres de Jean Rolin (Zones, 1995 et La clôture, 2002), et encore Les passagers du Roissy-Express (1990) de François Maspero (avec des photos d’Anaïk Frantz) et Boulevard des Maréchaux (2000) de Denis Tillinac. Tous ces textes relèvent d’une « littérature du réel », d’une littérature documentaire, d’une « prose non fictionnelle » écrit Zanghi (p. 21) qui voit dans cette caractéristique un élément majeur de l’unité de ce corpus. Ces textes sont aussi le résultat d’expériences spatiales : suivre le boulevard des maréchaux (Tillinac), explorer les blancs de la carte (Vasset), prendre le RER B et descendre pour une nuit au moins à chaque station (Maspero)… Zanghi parle d’« expéditions périphériques » ou de « voyages de proximité » (p. 18). La déambulation, lente le plus souvent, est un élément essentiel de l’écriture de ces espaces.

3Ces espaces sont parisiens, presque parisiens. Plus précisément, proches de Paris, ils tournent le dos à la capitale et à ses quartiers centraux. Pour Zanghi, ce sont des espaces un peu vagues, de la proche banlieue aux communes périurbaines. Tous sauf un, Paysage fer, produit d’une expérience spatiale qui chaque semaine conduit Bon de Paris à Nancy par la voie ferroviaire et dépasse donc largement le cadre des espaces périphériques parisiens ; texte pour lequel Zanghi avoue d’ailleurs à demi-mots (p. 226) qu’en dépit de son intérêt, il entre parfois difficilement dans le corpus.

4La définition des espaces expérimentés est l’objet des premiers développements de Zanghi. Mais entre les arrondissements périphériques de Paris, la proche banlieue, la grande banlieue et les espaces périurbains, les différences sont notables et renvoient à la fois à des questions paysagères, sociales et fonctionnelles. D’un point de vue de géographe, ces espaces et leurs spécificités sont insuffisamment distingués ; le propos qui s’en suit est un peu affaibli par ce flou initial. Zanghi s’intéresse à ce qui est autour, autour de Paris, et l’on peut ici regretter qu’il ne tienne pas plus fermement sur ce qui rassemble et distingue les lieux de cet « autour », à la fois par rapport à la distance au centre, par rapport aux activités économiques et à la composition sociale des espaces. De la même manière, la question de l’échelle des espaces explorés est peu présente.

5À partir de cet ensemble de textes, Zanghi construit une réflexion sur le paysage des périphéries urbaines tel qu’il est vu et mis en mots par ces écrivains, dans la perspective de « mettre au jour la manière qu’a la littérature de se saisir de la ville contemporaine » (p. 25). Il s’appuie pour cela sur un modèle paysager élaboré en 2007 par Backhaus, Reichler et Stremlow. Ce modèle est organisé autour de quatre pôles : le paysage comme matérialité (« objectif-matériel »), le paysage comme projection du regard (« subjectif-individuel »), le paysage comme valeur esthétique (« culturel-esthétique ») et le paysage comme enjeu social et politique (« social-politique »). Mon regret (de géographe) est que l’auteur semble associer la géographie au premier pôle exclusivement, resserrant la discipline sur les matérialités et le concret.

6Zanghi accorde donc une place centrale au paysage dans son analyse. Et il est catégorique : le travail de ces écrivains, à travers le voyage de proximité, « interroge la teneur paysagère de l’urbain contemporain » (p. 25). Mais le voyage, de proximité ou non, n’est-il qu’une prise paysagère ? Quid de la rencontre ? Quid des sensations ? Quid des pratiques spatiales ? Quid de l’usage des autres sens que la vue ? Pour répondre à ces questions, Zanghi ouvre le spectre de la définition habituel du paysage (au risque de dissoudre le concept dans quelque chose de trop général) que l’on pourrait associer grossièrement à une mise à distance – plus ou moins importante – entre le sujet observateur et ce qu’il observe. Il me semble que les textes choisis relèvent en partie d’un type de rapport à l’espace, sensoriel et expérimental, sans distance ni hauteur, que l’approche paysagère classique ne permet pas de recouvrir totalement. Et c’est justement à ce propos que Zanghi livre ses pages parmi les plus intéressantes. Il montre ce que la fréquentation des écrivains peut apporter aux géographes par des approches pluri-sensorielles et au ras du sol qui certes émergent aujourd’hui mais restent rares dans les pratiques traditionnelles de la discipline. À partir des textes de Bon et de Vasset notamment, il distingue des types de « paysages sonores » (p. 64-66) : de la rumeur, sourde, confuse, permanente, aux sons « hi-fi » perceptibles dans leur singularité parce que le niveau sonore n’est pas très élevé. À la spatialisation des décibels, l’approche littéraire ajoute une qualité sonore qui est aussi une qualité de l’espace et une qualité de vie. Elle permet d’envisager la ville, ses banlieues et les communes périurbaines comme des espaces socialement hétérogènes, les uns (les « pauvres ») devant supporter la rumeur tandis que les autres (les « riches ») pourraient accéder à la haute-fidélité de sons singuliers.

7La question des types de mobilités et la façon dont elles paysagent les espaces est aussi une entrée du plus grand intérêt. Zanghi montre comment les métriques pédestres adoptées par certains auteurs donnent une sorte de densité au paysage et comment les métriques relatives à des moyens de transport plus rapides (la voiture et le train) sont perçues, chez Maspero surtout, comme des atteintes au paysage. En s’appuyant notamment sur les travaux de Marc Desportes, Paysages en mouvement (2005), Zanghi mobilise son corpus pour analyser les effets de la vision frontale (automobile) et de la vision latérale (train), de la vitesse ou encore du fait d’être séparé du monde par une vitre, sur la production paysagère : la possibilité d’observer des détails ou l’identification de grands ensembles de formes, un accès au monde pluri-sensoriel ou la restriction de l’usage des sens.

8Il y a dans cet ouvrage un présupposé, qui mériterait d’être plus clairement exhibé, du paysage comme harmonie. Cette vision, que l’on retrouve aussi chez Augustin Berque, conduit Zanghi à objectiver ce qui peut être et ne pas être paysage avec le concept d’« anti-paysage » (notamment p. 113 et p. 223) sans que l’on sache néanmoins vraiment s’il s’approprie ou non ce concept. Il me semble que ce présupposé est contredit par les travaux de Zanghi et cela mériterait d’être dit plus fortement. Les auteurs mobilisés tournent le dos à Paris, la ville-paysage par excellence, la ville pensée comme paysage à travers une sanctuarisation de la forme urbaine dans les quartiers centraux en particulier. Ce que montre Zanghi à travers les textes de Maspero, Rolin et autres, c’est le caractère hétéroclite des espaces périphériques, l’enchevêtrement des formes, des matières, des couleurs, des références esthétiques, c’est-à-dire l’inverse de l’harmonie, étymologiquement « ce qui tient ensemble », harmonie qui serait porteuse – mais le mot est à employer avec la plus grande prudence – de beauté. Les espaces périphériques qui sont l’objet de ces voyages de proximité ne sont pas harmonieux ; mais ils peuvent être en mouvement, dynamiques, ouverts sur des possibles, recelant des surprises, d’où le choix du titre de l’ouvrage : « zone indécise ». Zanghi évoque le caractère « émergent » (p. 223) de ces espaces. Ce que disent les auteurs du corpus, c’est la ressource que représentent ces espaces, leur requalification possible alors qu’ils sont souvent déclassés, pour peu que l’on porte sur eux un regard suffisamment patient et empathique, pour peu qu’on les vive comme une forme d’engagement physique (que permet la pratique spatiale lente), pour peu que l’on s’intéresse à ceux qui y habitent, habituellement invisibles (ou visibles dans la catégorie « faits divers », ce qui est pire).

9L’ouvrage de Zanghi participe d’une entreprise de dévoilement du paysage urbain, de certains paysages, ceux qui – hors sous la forme du cliché – sont tenus en lisière de la réflexion scientifique et politique, ces paysages ordinaires, ces paysages du presque rien. C’est aussi une réflexion sur l’urbanité et la possibilité qu’elle advienne dans des espaces que l’on pourrait qualifier hâtivement de non-lieux. En explorant cette « zone indécise » et en choisissant ces auteurs (pas tous peut-être), Zanghi ne s’y est pas trompé ; il montre qu’au-delà des clichés, et grâce au contact avec l’altérité que favorise la déambulation, les écrivains qui la parcourent rendent cette autre ville, parfois cet envers de la ville, habitable. L’écrivain « rend habitable ce qui semble inhabitable » (p. 223). Ces expériences spatiales sont politiques et la réflexion de Zanghi l’est aussi.

10Bien sûr, le géographe sera parfois irrité par l’utilisation un peu flottante de certains concepts et la définition un peu floue des différents types d’espaces. Il regrettera aussi le choix d’inscrire sous la bannière du « paysage » des prises sur l’espace qui relèvent d’autres types de spatialité. Mais au final, ce texte écrit dans une langue fluide et agréable rappelle tout l’intérêt qu’il y a pour les géographes à fréquenter les textes littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Clerc, « Zanghi F., 2014, Zone Indécise. Périphéries urbaines et voyage de proximité dans la littérature contemporaine, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 254 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 21 octobre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27264

Haut de page

Auteur

Pascal Clerc

Maître de conférences en géographie
Université Claude Bernard Lyon 1 / ESPE
clercpascal@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page