Navigation – Plan du site
2015
746

Géographies sociales et appliquées, entre regards croisés et circulations universitaires : Wolfgang Hartke, les géographes français et les relations académiques franco-allemandes au XXe siècle

Social and applied geographies, between crossed relations and academic circulations : Wolfgang Hartke and French geographers in 20th century french-german relationship
Nicolas Ginsburger

Résumés

Wolfgang Hartke (1908-1997), l’un des fondateurs de la géographie sociale allemande, fut l’un des géographes germaniques les plus liés à ses collègues français, de manière continue entre les années 1920 et la fin du XXe siècle. Ses champs d’études et de recherches, ses amitiés et collaborations scientifiques, son rayonnement académique et intellectuel ainsi que sa réception ont été structurés par une relation franco-allemande singulière, aux dimensions multiples et marquée par d’intenses circulations humaines et intellectuelles. S’il ne fut pas le seul spécialiste germanique à travailler sur et avec la France, surtout après 1945, il fut sans doute le plus visible, lié en particulier avec L’Espace géographique à la fin de sa vie, après une carrière largement nourrie par des échanges nombreux et fructueux, intimement liées aux vicissitudes des relations entre les deux pays.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Notamment comme membre du comité scientifique de L’Espace géographique. Plusieurs géographes encore (...)

1Près de vingt ans après sa disparition, Wolfgang Hartke (1908-1997) est aujourd’hui relativement oublié (Baudelle, 1999), alors qu’il fut l’un des géographes allemands les plus marquants de la seconde moitié du XXe siècle (voir encadré 1). Il mérite cependant d’être connu non seulement comme père-fondateur de la géographie sociale « à l’allemande » (Sozialgeographie) (Werlen, 1998), développée avant son équivalente française (Cailly, 2003), mais aussi comme l’un des acteurs universitaires du rapprochement franco-allemand, aspect de sa vie qui a été souvent négligé, même par ceux qui ont déjà retracé son parcours (Ruppert, 1988 et 1997). Personnalité particulièrement appréciée comme chercheur et professeur, en particulier après 1945 et même après sa retraite en 19731, il s’inscrit donc largement dans l’évolution de la géographie française de son temps, malgré des filtres extrêmement forts, en particulier linguistiques, ce qui est un paradoxe chez cet homme parfaitement bilingue, mais ce qui a suscité la mobilisation d’intermédiaires nombreux et plus ou moins efficaces (lecteurs, traducteurs, prescripteurs), nécessaires à de tels transferts culturels transnationaux.

Encadré 1 : Hartke, un grand géographe (ré)novateur

La carrière de Hartke fut conforme à un certain modèle académique allemand : professeur titulaire à partir de 1948, et pendant 25 ans, en Allemagne de l’Ouest et du Sud (Francfort et Munich), spécialiste de géographie humaine, il publia assez peu, essentiellement des articles dans sa propre langue, « mandarin » typique aux élèves nombreux, mais pas vraiment considéré comme « révolutionnaire » (Ginsburger, 2015a). Pourtant, certains de ses écrits furent originaux et d’un grand poids, posant la question de l’identité disciplinaire par rapport aux sciences sociales, en particulier à la sociologie (Werlen, 1998). A partir de 1947, dans un mouvement de dénazification et de reconstruction de la géographie universitaire allemande et de sa pensée (Ginsburger, 2011), il se joint à son ami et collègue autrichien Hans Bobek (1903-1990) pour réorienter la discipline, sur le modèle explicite des géographes français et anglo-saxons, en s’inspirant notamment de la notion vidalienne des « genres de vie ». La Sozialgeographie qu’ils appellent alors publiquement de leurs vœux (Bobek, 1948) et qu’ils développent par la suite témoigne d’un intérêt nouveau pour les problèmes et les mutations de la société ouest-allemande du « miracle économique » (Wirtschaftswunder), tout en gardant le cadre paradigmatique de la Landschaft (« région-paysage ») mais de manière rénovée (Weichhart, 2008). Dès lors, la perspective change : la Landschaft ne doit plus être considérée de manière traditionnelle et conservatrice, comme « l’objet en soi » de la discipline, mais comme la « plaque d’enregistrement » du changement social, et la région doit être alors définie par les pratiques quotidiennes de la population, comme un espace de vie dont les limites seraient essentiellement de nature sociale (Stock, Werlen, 2003).

  • 2 L’étude des interactions entre Hartke et les géographes français de son temps pourrait être encore (...)
  • 3 Cette étude de cas va confirmer que les notions de « circulations », de « transferts culturels » et (...)
  • 4 Notamment par des congrès internationaux, des colloques ou des échanges entre universités.

2L’angle adopté ici sera essentiellement biographique et chronologique, et cette étude reposera exclusivement sur des sources écrites publiées2. L’objectif est triple : d’abord faire le lien entre les étapes de la carrière et de la pensée de Hartke, et les différentes générations de géographes français ; ensuite préciser les lieux d’ancrage de sa présence dans le champ disciplinaire hexagonal ; enfin étudier les mobilités qui se sont développées par et pour lui, les circulations de personnes, de textes, d’idées et d’images, dans le cadre d’une multitude de regards croisés3 dans un espace scientifique européen et mondial de plus en plus unifié4. Dès lors, il s’agit d’explorer le « cas » Hartke, de lui donner toute sa place dans l’histoire de la géographie universitaire, de le mettre en perspective et de considérer à sa juste valeur d’une part son influence, d’autre part sa spécificité, enfin de le considérer comme un miroir, un révélateur de la structuration et des mutations de la discipline autant en France qu’en Allemagne.

Circulations et trajectoire de Hartke dans une période troublée (1908-1952)

Vers le terrain français : la période de formation (1908-1932)

  • 5 En premier lieu les travaux universitaires de l’école française de géographie humaine, surtout Jean (...)
  • 6 Remarquons qu’il mène ces recherches en solitaire et sans guère d’expérience (il a alors à peine 20 (...)

3Hartke est né à Bonn en 1908, où il fait sa scolarité jusqu’en 1919, dans un milieu familial ancré dans la bourgeoisie protestante et libérale, intellectuelle et universitaire. Au début de la République de Weimar, son père, Wilhelm Hartke (1879-1966), théologien et pasteur d’origine hollandaise, est appelé au ministère berlinois de l’éducation, et la famille s’installe à partir de 1921 à Potsdam, où Wolfgang obtient son Abitur (baccalauréat) en 1926, puis part étudier la géographie, l’histoire et la linguistique à l’université de Berlin (Buttimer, 1983, p. 226). Rapidement cependant, il poursuit ses études à Genève, manifestement suite à une dispute avec son père, et y apprend le français, notamment sous la direction du critique littéraire et professeur de littérature Albert Thibaudet (1874-1936) (Buttimer, 1983, p. 227). Il y lit beaucoup5, consulte de nombreux rapports de la bibliothèque du Bureau international du travail, en particulier sur les migrations de travail ou sur les problèmes d’assimilation en France (Buttimer, 1983, 229), et suit les cours d’universitaires proches des milieux de la SDN, notamment ceux du géographe et ancien diplomate Emile Chaix (1855-1929) (Hartke, 1932, p. 84). De Genève, il aurait fait plusieurs voyages à Paris (sans que l’on sache précisément ce qu’il est allé y faire) et va surtout sur le terrain suisse et français, particulièrement en 1927, dans certaines des régions détruites par la guerre des tranchées, où il est surpris du peu de traces laissées par les combats de la Première Guerre mondiale et des progrès de la reconstruction (Hartke, 1932, p. 5) : ce sera son sujet de thèse de doctorat6. Il rentre à Berlin en 1928, profondément marqué par son séjour en Suisse où il a été en contact avec une pensée européenne foisonnante, en particulier française, et surtout par « l’esprit de Genève », pacifiste et cosmopolite, correspondant bien aux idéaux de son milieu familial d’origine.

  • 7 Ce spécialiste de géographie économique fut le seul Allemand invité à parler au Congrès de l’Union (...)
  • 8 Notamment le géomorphologue Albrecht Penck (1858-1945) et son successeur Norbert Krebs (1876-1947), (...)
  • 9 Cet ouvrage étudie essentiellement la région comprise à l’Est d’une ligne reliant Amiens-Lille, Rei (...)
  • 10 L’équivalent français de Hartke est alors Robert Capot-Rey (1897-1977), qui enseigne à Strasbourg e (...)

4Le jeune homme poursuit ses études dans un milieu universitaire particulièrement actif mais peu francophile, à l’exception notable d’Alfred Rühl (1882-1935)7. Son influence sur Hartke est forte, notamment par ses idées sur « l’esprit économique » (Wirtschaftsgeist) des peuples, ou sur le fait que la géographie générale est une science sociale et non une science naturelle environnementale et déterministe (Buttimer, 1983, p. 230), ce qui est davantage la position des autres spécialistes berlinois8. Le jeune étudiant effectue de nouveau deux voyages d’étude et de terrain en France, à l'été 1929 et au début de l'année 1930 (Hartke, 1932, p. 6), et est finalement diplômé avec une thèse sur les « transformations géographico-culturelles dans la France du Nord-Est depuis la guerre. La reconstruction des territoires détruits » (Hartke, 1932), thème remarquable si peu de temps après la Grande Guerre9, à une époque où les regards géographiques croisés, en particulier franco-allemands, sont « à bien des égards déficitaires » (Kleinschmager, 1994, p. 126) 10.

Spécialisation française et instabilité professionnelle (1932-1946)

  • 11 Mais aussi de son frère Werner (1907-1993), aîné de la famille, lui aussi universitaire et historie (...)
  • 12 En particulier des notes de lecture sur les migrations de travail et l’immigration en France (Hartk (...)
  • 13 Vingt ans plus tard, l’historien Henri Brunschwig (1904-1989), qui séjourna entre 1933 et 1937 à l’ (...)

5A Berlin, Hartke est l’assistant scientifique de Krebs de 1931 à 1933, puis obtient un poste de collaborateur à l’Atlas de l’espace de vie allemand (Atlas des deutschen Lebensraums), à l’Académie prussienne des sciences. Malgré le titre de l’ouvrage, il s’agit en fait d’un « refuge » scientifique, d’un « emploi politiquement sûr », lui permettant de continuer à travailler en Allemagne (Buttimer, 1983, p. 227), malgré les vagues d’épuration scientifique consécutives à la prise de pouvoir par Hitler dont il ne partage pas du tout les idées, ce en quoi il se distingue d’un grand nombre de ses collègues (Ginsburger, 2011)11. Il trouve ainsi divers moyens interstitiels pour poursuivre ses travaux, publie de courts articles sur la population française12 et fréquente la communauté des expatriés français de Berlin13. En 1936, il déménage à Francfort-sur-le-Main, où les perspectives de carrière sont plus favorables (Buttimer, 1983, p. 231) : le professeur Walter Behrmann (1882-1955), nationaliste mais pas national-socialiste, lui propose un poste d’assistant et dirige son habilitation, soutenue en 1938 et consacrée à la région entre Rhin et Main telle que structurée par les migrations pendulaires (Pendelwanderung) (Hartke, 1938).

  • 14 Il publie par exemple des notes sur les résultats du recensement français de 1936 (Hartke, 1937), s (...)
  • 15 Même si la Pragoise germanophone Julie Moscheles (1892-1956) participe elle aussi à la BGI, par exe (...)
  • 16 Il cite « Albert Demangeon [1872-1940], Roger Dion [1896-1981], Georges Chabot [1890-1975], Maximil (...)

6A 30 ans, Hartke est donc un géographe complètement formé et reconnu, notamment pour ses travaux sur la France du Nord et de l’Est14. Cette spécialisation est claire : sur 23 publications entre 1932 et 1942, exclusivement en allemand et dans des revues germanophones, 13 (57%) concernent directement la France. De plus, il établit des contacts scientifiques avec ses homologues d’outre-Rhin, malgré la nouvelle orientation politique de son pays et les tensions politiques qui en découlent. Entre 1931 et 1938, il publie à plusieurs reprises dans la Bibliographie géographique internationale dont il est le seul contributeur allemand15 (Robic, 1991 ; Hallair, 2014, p. 57-59), et semble avoir rencontré « rapidement » plusieurs de ses collègues français16, au moins au cours du Congrès international de l’UGI à Amsterdam en 1938. Lors de cet événement, il participe à une discussion autour de la théorie des lieux centraux de Walter Christaller (1893-1969), où André Gibert (1893-1985) et le géographe de Caen, René Musset (1881-1977), étaient présents et très critiques (Hallair, 2008 ; Djament-Tran, 2014, p. 116-117), et il prend part au débat sur le concept de « paysage » dans la géographie humaine (Hallair, 2010), notamment avec le géographe de Poitiers Théodore Lefebvre (1889-1943) (Ginsburger, 2015b). Son inscription précoce comme intermédiaire entre les communautés disciplinaires des deux pays est donc certaine, bien qu’encore timide, sans réel équivalent (Specklin, 1979 ; Kleinschmager, 1994), à un moment où les relations franco-allemandes en matière de géographie scientifique reposent au pire sur de l’hostilité (Djament-Tran, 2014, p. 116-117 ; Wolff, 2014, p. 73-80), au mieux sur des malentendus (Hallair, 2008 et 2014) ou des rendez-vous manqués (Ginsburger, 2014b), le plus souvent sur une certaine indifférence. Ainsi, Hartke est bien le plus francophile des géographes allemands des années 1930 et, dans son cas, ceci témoigne sans doute, au-delà de sa dimension scientifique, d’un engagement clairement politique, à tonalité sociale-démocrate et pacifiste.

  • 17 Le premier sur les « nouveaux courants de la géographie régionale française » (Hartke, 1940), le de (...)
  • 18 Il aurait alors aidé Pierre George en le ravitaillant en produits alimentaires, mais ne réussit pas (...)

7Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale le voit d’abord mobilisé entre janvier et mai 1940 auprès d’un commando supérieur de l’armée à Berlin, puis comme canonnier et sous-officier en France, en Russie et en Italie (Ruppert, 1988). Il publie encore trois articles (sans doute écrits avant le début du conflit17) sur la France entre 1940 et 1941 dans la revue géographique de l’université de Francfort et semble être resté un long moment à Paris, au sein d’un service cartographique de la Wehrmacht18. A la fin du conflit, à une date indéterminée, il est fait prisonnier en Italie ou en France : des interventions de collègues français pour le délivrer et le faire nommer à l’université de Mayence, sous contrôle des autorités françaises, ne semblent pas avoir abouti (Buttimer, 1983, p. 232). Il est finalement libéré en octobre 1946 et retourne en décembre à l’université de Francfort, réorganisée par les troupes d’occupation américaines (Defrance, 2000).

Restaurer le lien franco-allemand sur de nouvelles thématiques (1946-1954)

  • 19 Faisant suite à un ouvrage de Christaller sur le système des lieux centraux à l’échelle européenne, (...)

8S’ouvre alors une dernière période dans ces années d’instabilité professionnelle. Entre 1946 et 1952, il enseigne à Francfort, comme assistant, maître de conférences, directeur provisoire de l’Institut de géographie puis, en 1948, professeur titulaire. Il réactive et approfondit alors ses relations avec certains de ses collègues français par une intense circulation de textes et de personnes. Ainsi, pour reconstruire un enseignement géographique, il invite pour des conférences ponctuelles des officiers français des troupes d’occupation, collègues d’histoire ou de géographie (Buttimer, 1983, p. 233). En 1951, il fait aussi publier, dans la série des Frankfurter Geographische Hefte (« Cahiers géographiques de Francfort ») qu’il dirige, un livre de Roger Dion (1896-1981), professeur au Collège de France depuis 1948, sur la géographie historique de Paris, ouvrage particulièrement court (28 pages) issu d’un exposé prononcé à Francfort, traduit en allemand mais seul texte d’un non-Allemand dans cette collection19 (Dion, 1951). Il contribue donc à l’introduction précoce d’une certaine géographie française en Allemagne.

9Il trouve également lui-même une réception favorable en France. Reprenant activement la recherche sur le terrain, il se remet, après une période de silence (1942-1947), à publier plusieurs articles en allemand, souvent courts, de nouveau sur la France (Hartke, 1951) mais surtout sur les paysages de bocage, notamment dans la région entre Rhin et Main, travaux que le géographe de Rennes André Meynier (1901-1983) connaît, reprend et approuve, écrivant par exemple : « Peut-on trouver un sens général au paysage d’enclos ? (…) Hartke a suggéré que le sens économique profond du bocage était l’adaptation à un conflit entre un élément fixe (le champ) et un élément mobile (le bétail, le gibier). Il faut, je crois, adopter entièrement cette idée » (Meynier, 1952, cité in Robic, Tissier, Pinchemel, 2011, p. 240). Cette veine ruraliste, déjà développée dans les années 1930, a un écho particulier et remarquable dans les Annales E. S. C. (Hartke, 1949 et 1950), où il est le premier auteur allemand notable d’après guerre, retrouvant ainsi un tropisme qu’il avait eu à Genève à la fin des années 1920. Ainsi, s’il est partiellement vrai que « l’Ecole des Annales contribua au développement de la géographie sociale allemande par l’influence qu’elle exerça sur Hartke » (Riquet, 1996, p. 73), ce dernier revendique cette influence par des articles en français, chose nouvelle chez lui, inédite dans sa stratégie de carrière et très rare dans le champ franco-allemand de l’immédiat après-guerre.

  • 20 Chatelain a pu connaître le nom et les travaux de son collègue allemand dès avant les années 1950, (...)

10Hartke varie cependant ses objets de recherche, ne se cantonne pas à la géographie agraire, mais esquisse déjà une sorte de Sozialgeographie, et trouve outre-Rhin au moins deux interlocuteurs de sa génération. Ainsi, son article sur « Le journal dans sa fonction de relations socio-géographiques dans la région entre Rhin et Main » (Hartke, 1952) suscite l’intérêt du géographe lyonnais Abel Chatelain (1910-1971) (Chatelain, 1953), précurseur marginal et isolé d’une « géographie sociale » tirant vers une « géographie psychologique » (Vant, 1984, 143 ; Béthemont, 1996), qui publie également, comme Hartke, dans les Annales20. Le terme même de « géographie sociale » connaît une certaine faveur en France, dans un sens cependant plus économique et marxiste, en particulier chez son ami Pierre George (George, 1946), central du point de vue institutionnel (Tissier, 2002). Ainsi commence à se dessiner, dans la géographie française du début des années 1950, un groupe de spécialistes plus ou moins installés (Dion et George à Paris, Meynier à Rennes, Chatelain à Lyon) avec lequel Hartke a indéniablement des affinités, voire des contacts scientifiques, encore surtout réduits à des circulations d’écrits.

Un Herr Professor entre Munich et la France (1952-1968)

Un milieu français favorable pour des coopérations scientifiques diversifiées (1955-1965)

11En 1952, Hartke accepte de devenir professeur titulaire à l’université technique (Technische Universität, TU) de Munich, où il enseigne jusqu’en 1973 : c’est là que se situe sans doute d’une part sa période de maturité et de plus grande activité, d’autre part son inscription la plus profonde dans une relation franco-allemande de plus en plus affirmée, en tant qu’organisateur et qu’animateur.

  • 21 Ceci n’est pas vraiment compris à l’époque. Musset indique : « le sous-titre n’est pas « essai de g (...)
  • 22 Le rapprochement entre les deux hommes, pour être précoce, n’est pas sans ambiguïté ni tout à fait (...)
  • 23 A savoir Lucien Perriaux (1898-1982) (Dijon), René Lebeau (1914-1999) (Lyon) et surtout les Nancéie (...)
  • 24 Essentiellement des Allemands de l’Ouest, mais aussi Bobek et sa jeune élève Elisabeth Lichtenberge (...)
  • 25 Ainsi, Anneliese Krenzlin (1903-1993), depuis 1956 professeure à l’université de Francfort, y évoqu (...)

12Dans le prolongement de ses travaux précédents, Hartke est d’abord particulièrement actif dans le cadre de la géographie agraire. Peu de temps après son arrivée dans la capitale bavaroise, il traduit lui-même et fait publier un ouvrage sur le paysage agraire en France dans les Münchner Geographische Hefte (« Cahiers géographiques de Munich ») (Juillard, Meynier, 1955). Le livre est signé par son collègue de Rennes, Meynier, dont il importe en Allemagne les idées en les traduisant, mais aussi par un nouvel interlocuteur, strasbourgeois cette fois, Etienne Juillard (1914-2006). Ce dernier, auteur en 1953 d’une thèse sur la vie rurale alsacienne, sous-titrée « essai de géographie sociale »21, nommé professeur en 1954 à Strasbourg pour une période de 20 ans, connaît dès lors un itinéraire académique parallèle au sien, particulièrement actif à la fois dans l’étude de la région rhénane et dans la mise en place d’intenses relations franco-allemandes (Coyaud, 1976 ; Kleinschmager, 2007)22. Mais Hartke ne se contente plus d’importer les idées des Français en les traduisant, ni de peser de loin sur le champ disciplinaire hexagonal : il multiplie ses liens et contacts scientifiques directs avec des collègues français de plus en plus nombreux et brassant diverses générations. Ainsi, en 1954, il intervient directement dans le Bulletin de l’Association de géographes français, pour préciser et compléter un exposé de Juillard sur la question de la signification des « crêtes de labour » dans plusieurs régions françaises et allemandes : cette note, directement envoyée à son collègue alsacien et traduite par ce dernier, reflète bien tout l’intérêt que le professeur allemand trouve dans les débats à l’œuvre chez ses pairs (Hartke, 1954). Plus tard, du 26 au 31 août 1957, Hartke est à Grenoble au troisième Congrès international des professeurs de géographie organisé par Paul Veyret (1912-1988) et son épouse Germaine (1913-1973), certes au milieu de 350 participants, mais avec une communication, remarquée par Georges Chabot (1890-1975), sur « les idées de la géographie sociale dans l’enseignement » (Chabot, 1957 ; Veyret, 1958). Puis il se trouve à Nancy, début septembre, pour participer à un colloque international de géographie agraire dont le comité directeur est composé de Juillard et d’autres géographes de l’Est23 et qui attire 90 personnes (géographes et historiens, comme Georges Duby) dont plus de 50 Français et 11 germanophones24. Hartke commente certaines des communications, préside une des séances de travail, le 3 septembre, et discute en allemand quatre exposés prononcés par d’autres géographes germanophones, de sa génération ou plus jeunes25.

  • 26 Qui participait également au comité d’organisation du colloque de Nancy.

13Après cette année de forte présence, il ne semble revenir en France de façon officielle qu’au début des années 1960. Ainsi, en 1961, il est invité à l’université de Caen par Pierre Brunet (né en 1923)26, y donne une conférence publique sur « les recherches allemandes récentes dans le domaine de la Géographie sociale » et anime un séminaire de chercheurs sur les « orientations nouvelles des Recherches allemandes en Géographie agraire » (Journaux, Brunet, 1963, p. 118). La même année, à la fin du mois de septembre, il participe à un « colloque de géographie sociale à Ljubljana », en Yougoslavie, avec son collègue de Nancy André Blanc (1922-1977), spécialiste des campagnes yougoslaves (Péchoux, Roux, 1978), et en tire un article de synthèse en français, texte signé par les deux hommes et largement programmatique, source importante (malgré sa brièveté) de diffusion de ses idées géographiques dans la communauté des géographes français (Hartke, Blanc, 1962). Enfin, en 1964, il est présent en Bretagne et dans la vallée de la Loire, avec un groupe d’étudiants (Meynier, 1965).

  • 27 Meynier est en la matière l’auteur d’un premier essai de systématisation (Meynier, 1957), tandis qu (...)
  • 28 Malgré une certaine hostilité à ses théories, affichée en 1961 et 1964 par George (Claval, 1998, p. (...)
  • 29 On doit noter que l’action de Juillard et des géographes alsaciens est tournée vers l’aménagement r (...)

14Ainsi, en l’espace de 10 ans, entre 1954 et 1964, on voit se constituer autour du professeur munichois tout un réseau de spécialistes de géographie agraire, autant de l’Est de la France (Juillard, Blanc) que de l’Ouest (Meynier, Brunet). Mais cette spécialisation, pour lui ancienne, dans laquelle il ancre d’ailleurs ses travaux contemporains de géographie sociale (qui ont d’abord pour objet les mutations des espaces ruraux), tend rapidement à se diversifier avec de nouveaux objets, allant notamment à la fin des années 1950 dans le sens de la géographie appliquée et de l’aménagement du territoire, thèmes qui se cristallisent parmi ses interlocuteurs historiques (Caro, Dard, Daumas, 2002)27. En la matière, Hartke trouve un nouvel interlocuteur en la personne de Michel Phlipponneau (1921-2008), élu professeur à Rennes en 1957, collègue de Meynier, qui s’enthousiasme dès lors pour cette thématique, à travers notamment son ouvrage Géographie et action, paru en 196028. En avril 1961, un colloque national de géographie appliquée est organisé à Strasbourg, fondateur pour la constitution du champ et réel « point de départ de la géographie appliquée dans la plupart des universités françaises » (Phlipponneau, 1999, p. 25). Présidé par Chabot, réunissant 60 universitaires français, on y compte également 15 universitaires étrangers représentant 9 pays (CNRS, 1962). Hartke est bien présent aux séances et participe en particulier à celles du 20 avril, concernant les aménagements ruraux, et du 21 avril, dans la discussion sur la géographie appliquée au tourisme et la mise en place de diplômes professionnalisants (CNRS, 1962, p. 12). La production de rapports internationaux lors de ce colloque est ensuite concomitante avec la fondation d’une commission de géographie appliquée en 1964, au Congrès de l’UGI à Londres (Robic, Briend, Rössler, 1996). En 1965, Hartke y rentre comme membre correspondant, Phlipponneau en prend la présidence en 1968. La réflexion commune autour de la géographie appliquée se fait donc par des collaborations internationales et transfrontalières manifestes, où le professeur munichois paraît très impliqué29.

Importations et instrumentalisations : Hartke au cœur des débats franco-allemands

  • 30 Dresch était un spécialiste de géographie physique et du Maroc, connu pour son engagement communist (...)
  • 31 Cette manifestation est organisée dans le cadre des « Conversations franco-allemandes », par le Com (...)
  • 32 Il est cependant frappant de remarquer que pour illustrer cette idée, Dresch prend l’exemple de la (...)

15Ces activités scientifiques s’opèrent selon une volonté manifeste d’assumer de façon critique l’héritage historique de sa discipline et de la réformer, en passant non seulement par un dialogue franco-allemand affirmé, mais aussi par une véritable importation du « modèle français » jugé fertile pour une telle reconstruction. Ainsi, le 6 mai 1955, exactement dix ans après la capitulation allemande, il retrouve Jean Dresch (1905-1994)30 à la Sorbonne, pour un dialogue public31 sur la géopolitique allemande (Hartke, 1955), thème sur lequel on n’attendait pas ces deux orateurs. Leurs exposés sont caractérisés par une condamnation des excès et de l’instrumentalisation de la Geopolitik de Karl Haushofer (1869-1946) par les autorités nazies, mais aussi par une défense explicite de la valeur intellectuelle et pratique intrinsèque de ce courant de pensée, de son actualité et de son utilité possible dans la réorganisation spatiale des sociétés après les guerres, tant la Seconde Guerre mondiale que les conflits coloniaux ou les guerres civiles à dimension révolutionnaire32. Cet événement est donc intéressant à plusieurs titres : il révèle l’engagement de Hartke dans les prémisses de la réconciliation franco-allemande, ses liens tant personnels que professionnels, en particulier avec Dresch, et son positionnement nuancé et assez surprenant à l’égard de l’héritage de sa discipline, entre dénonciation publique des dérives passées et plaidoyer précoce en faveur de la géographie appliquée et de la « planification spatiale » (Raumplanung), avec la caution de collègues français évidemment peu suspects d’affinités avec le modèle nazi.

16Dès lors, Hartke va se faire le chantre de ce modèle français qu’il essaye d’adapter en Allemagne par un regard croisé très présent dans son rapport majeur (rédigé pour la « Communauté allemande de recherche scientifique », Deutsche Forschungsgemeinschaft) sur l’état de la géographie allemande et les réformes à y apporter (Hartke, 1960). Il y montre sa connaissance de la tradition et de l’état de la géographie française, et lui consacre un long développement. Après avoir décrit pour son lecteur allemand la généalogie et les différentes manifestations de la géographie humaine vidalienne, il précise :

Le lien, depuis le début très fort [en France], entre les études en géographie et en histoire, a eu pour conséquence qu’une spécialisation en sciences naturelles n’était possible qu’après la fin de la formation fondamentale. (…) Ainsi, le contact si fructueux de la science géographique avec les autres secteurs des sciences sociales et l’activité des géographes dans la vie publique ont permis des débouchés beaucoup plus favorables en France qu’en Allemagne. (…) Les nouvelles méthodes de la recherche scientifique exigent désormais une réforme de la formation de la nouvelle génération, pour que le contact des géographes, en particulier dans le domaine de la géographie de l’homme et de la géographie appliquée, avec les autres sciences de l’homme et, ainsi, avec l’existence propre de la géographie, ne soit pas perdu. (Hartke, 1960, p. 20-23)

  • 33 Hartke cite en particulier Sorre et ses Rencontres de la géographie et de la sociologie (Sorre, 195 (...)

17Hartke utilise donc la référence française comme un miroir de la géographie allemande, et une incitation à se réformer par plus de proximité avec les sciences sociales (notamment la sociologie33), et par une formation en géographie plus professionnalisante. D’abord destiné au champ disciplinaire allemand, en particulier au milieu des « géographes professionnels » (Berufsgeographen) (Wardenga et al., 2011), ce rapport ne passe pas inaperçu en France. Chabot en fait un résumé détaillé et note :

Hartke, bien connu chez nous pour sa collaboration avec les géographes français (…), met l’accent sur les problèmes cruciaux devant lesquels se trouve l’enseignement supérieur de la géographie. Les géographes français (…) s’associeront à lui pour réclamer l’amélioration des conditions de travail, l’élargissement des débouchés et partager sa confiance dans l’avenir de la géographie. (Chabot, 1961)

  • 34 A l’efficacité contrastée et assez limitée, aboutissant à ce que les mêmes questions se reposent qu (...)
  • 35 Et non par un voyage d’étude dans les instituts allemands de géographie, comme ce fut la tradition (...)

18De son côté, Meynier est tout aussi attentif, mais plus pessimiste : « Faut-il s’en réjouir ou le déplorer ? Les problèmes qui tourmentent les géographes allemands sont, en bien des cas, les mêmes que ceux que cherchent à résoudre leurs collègues français » (Meynier, 1960). Le jeu autour de ce rapport et des questions qui y sont soulevées est donc complexe. Hartke l’utilise pour rapprocher la géographie allemande du modèle français ; Chabot et Meynier citent la référence germanique pour en appeler à la réforme de la discipline en France. Nul doute que cet effort conjoint34 et la circulation transnationale du texte aient reposé d’abord sur les liens d’amitié et de coopération scientifique entre les trois hommes, sur le réseau international personnel du professeur de Munich35.

  • 36 Au même moment, les géographes allemands sont réintégrés dans la communauté disciplinaire internati (...)
  • 37 Du côté français comme allemand, les dernières synthèses sur le voisin datent des années 1930, en p (...)

19Un dernier exemple de regard croisé, au niveau cette fois autant scientifique que politique, est la publication par Hartke d’une monographie sur la France (Hartke, 1963), au moment de la signature du traité de l’Elysée (Defrance, Pfeil, 2012), l’un de ses rares livres, un ouvrage de circonstance en allemand, présentant le voisin et désormais partenaire par le prisme de la géographie appliquée. Le pays, envisagé comme une « unité socio-géographique », est essentiellement décrit sous l’angle de la population et du peuplement, présentant également la régionalisation, les perspectives de la DATAR et le IVe plan. Un compte rendu français de l’ouvrage précise : « Depuis plus de trente ans, aucun ouvrage de géographie humaine sur l’ensemble de la France n’était paru en allemand. (…) Destiné, en principe, aux élèves des classes terminales des lycées (...) cet ouvrage devrait être consulté, avec profit, par les Allemands désireux de mieux connaître un partenaire de la Communauté européenne » (A. C., 1964). Il contribue donc au rapprochement franco-allemand36, par une attention d’autant plus remarquée par ses pairs qu’elle est presque unique au début des années 196037. Il témoigne ainsi de la spécificité de Hartke, de sa position d’intermédiaire, de sa volonté de franchir les frontières et de transgresser la loi implicite consistant à réserver l’étude des espaces nationaux aux spécialistes issus de l’aire culturelle concernée.

Circulation et diffusion françaises de la Sozialgeographie munichoise

  • 38 Notons à ce niveau qu’Estienne traduit correctement la Sozialbrache par l’expression « jachère soci (...)

20Enfin, le géographe participe au rapprochement franco-allemand dans sa dimension humaine et académique, en attirant à lui, par son travail, ses théories et sa personnalité, une nouvelle génération de géographes hexagonaux. Ses idées trouvent ainsi un écho certain, par exemple auprès du géographe grenoblois Pierre Estienne (1923-1996) qui se fait le traducteur et le vulgarisateur de la notion de Sozialbrache (voir encadré 2) que Hartke développe dans un article immédiatement remarqué par ses collègues et devenu canonique (Hartke, 1956). Ceci pose la question des barrières linguistiques comme freins à la diffusion des nouveautés géographiques, singulièrement de la « langue de Hartke ». Ses articles les plus importants sont écrits dans un allemand complexe et très dense, et ne font l’objet d’aucune traduction intégrale en français. Ils bénéficient cependant de l’existence d’un groupe de passeurs français comprenant l’allemand, lisant régulièrement les revues disciplinaires germaniques et capables de rendre compte des nouvelles théories proposées par le professeur munichois38. Un peu plus tard, la géographe du Mans Jeanne Dufour rend compte elle aussi de ses théories les plus récentes dans les pages des Annales de géographie, dans un article précis et abondant où il est cependant rangé parmi d’autres spécialistes allemands de géographie agraire (Dufour, 1966).

  • 39 Armand Frémont (né en 1933), enseignant à l’université de Caen depuis 1960, fait un stage et plusie (...)
  • 40 Elle est fondée en 1961 par Juillard.
  • 41 Elève du Lyonnais Maurice Le Lannou (1906-1992), elle est l’auteure d’une thèse novatrice sur les t (...)
  • 42 Ainsi, elle prend souvent la parole et intervient à plusieurs reprises pour citer le cas italien qu (...)

21Mais Hartke est également en première ligne pour diffuser lui-même en français ses propres idées. Il le fait à l’oral, pour les auditeurs de ses exposés et conférences dans les colloques ou dans les échanges universitaires auxquels il participe, mais aussi en invitant et accueillant volontiers des étudiants ou de jeunes collègues français (normands, lyonnais, strasbourgeois) au début des années 1960 dans son institut bavarois39. Il le fait également à l’écrit, selon des stratégies singulières, choisissant de publier en français uniquement des synthèses et non les résultats de recherches originales (réservées au champ allemand), et choisit pour cela non pas des revues disciplinaires dominantes comme les Annales de géographie, mais des publications plus périphériques, notamment les revues Synthèses (Hartke, 1960), Population (A. C., 1964), et surtout la récente40 Revue géographique de l’Est, où Juillard donne à ses théories une visibilité particulièrement forte (Hartke, Blanc, 1962 ; Zinck, 1963). Cette conjonction de facteurs humains et scientifiques favorables à la circulation des idées de la Sozialgeographie munichoise a pour impact direct l’influence de ses travaux sur la jeune Renée Rochefort (1924-2013)41 : si on ne trouve aucune référence à Hartke dans sa thèse, on note sa présence active42 en 1961 au Congrès national de géographie appliquée de Strasbourg, en qualité de chargée d’enseignement de l’université alsacienne (CNRS, 1962, 9). A-t-elle personnellement rencontré Hartke à cette occasion ? A-t-elle été initiée à ses idées par Juillard ? Toujours est-il que deux ans plus tard, elle y fait très explicitement référence, comme caution scientifique dans sa tentative de fonder une « géographie sociale » à la française, lors de son exposé devant l’Association de géographes français en 1963 (voir encadré 2). Voici donc la Sozialbrache sur les fonds baptismaux de la géographie sociale française, par sa fondatrice même, pourtant alors peu reconnue par ses pairs. C’est sans doute par les mêmes processus de traduction et de diffusion que Paul Claval (né en 1932) démontre également au même moment une bonne connaissance des travaux de l’Ecole munichoise (Claval, 1964, p. 123-137). Ces divers indices concourent à révéler les divers mécanismes, institutionnels et personnels, qui ont permis aux théories de la Sozialgeographie d’être, au début des années 1960, indéniablement présentes dans le débat disciplinaire français.

Les fruits de la coopération franco-allemande autour de Hartke (1968-1997)

Une reconnaissance tardive ? L’apogée de 1968-1972

  • 43 A l’époque professeur à Reims, ce proche de Juillard venait de soutenir sa thèse sur les campagnes (...)
  • 44 Professeur et géomorphologue de Clermont-Ferrand, il est également l’auteur en 1961 d’un Précis de (...)
  • 45 Accentué par le lieu (Munich) et le genre (un hommage) de la publication, rendant le texte difficil (...)

22Dans le volume d’hommages qui lui est consacré pour ses 60 ans (Ruppert, 1968), la position de Hartke dans les relations disciplinaires franco-allemandes prend une très nette visibilité. Sur les 20 auteurs, les 5 premiers, français, signent des textes traduits en allemand traitant de questions de géographie rurale et urbaine, et témoignent de liens intergénérationnels. George, Juillard et Labasse forment un noyau de fidèles, auquel se greffent Roger Brunet (né en 1931)43 et Max Derruau (1920-2004)44. L’article de ce dernier est inattendu, mais particulièrement remarquable, car il traite presque exclusivement - et de façon bienveillante et positive - de l’exposé de Renée Rochefort, cinq ans après celui-ci. Il assume donc un rôle de passeur auprès des Allemands, et non des Français, conscient que, comme Chatelain dans les années 1940 et 1950, Rochefort est, dans les années 1960, une « voix isolée, et non le porte-parole d’un courant, encore moins d’une école », malgré les études qu’elle mène ou dirige à Lyon (Frémont, Hérin, 1984, p. 70 ; Vant, 1984). Ce faisant, il opère un lien spectaculaire entre les géographies sociales française et allemande mais en allemand, dans un article jamais traduit, ni même évoqué en français, passé complètement inaperçu et jamais plus revendiqué ni par son auteur, ni par Rochefort ou par les tenants français de ce courant, alors qu’il aurait pu servir de référence historique majeure. Echec absolu du point de vue stratégique, ce texte témoigne à la fois de l’indéniable filtre linguistique qui a été si fort dans les processus de réception des théories de Hartke45, de la brusque relégation des « mandarins », tant en France en 1968 qu’en Allemagne en 1969 (Ginsburger, 2015a ; Orain, 2015), et de l’inactualité de cette Sozialgeographie développée déjà dix ans auparavant, mais qui semblait désormais plutôt datée face à la New Geography quantitativiste.

  • 46 Marqué par la visite des villes de Munich, d’Augsbourg, de Francfort, de Cologne, les villes de la (...)
  • 47 P. George, P. Brunet, P. Claval, mais aussi Jean Miège (1912-2002), spécialiste de la vie rurale da (...)

23En fait, Hartke lui-même a tourné la page, et s’investit désormais beaucoup dans la géographie appliquée, ce qui n’exclut en rien cependant la poursuite du lien franco-allemand. Il est présent au IVe symposium de la Commission de géographie appliquée de l’UGI, organisée à Rennes, mi-juillet 1971, par Phlipponneau (Phlipponneau, 1973, p. 9) et y prononce un exposé pessimiste sur l’état de la recherche géographique d’aménagement du territoire en RFA (Hartke, 1973). De plus, les Annales de géographie consacrent un numéro entier à la géographie de la RFA en 1972, issu d’un « voyage organisé par le Professeur W. Hartke » sur le terrain, du 15 au 30 septembre 197146, impliquant huit universitaires français47. Les articles publiés à la suite de leurs observations concernent essentiellement l’étude du phénomène urbain en Allemagne de l’Ouest. Hartke en profite pour publier son premier et seul article dans les Annales de géographie, consacré aux singularités de l’organisation décentralisée de la planification allemande (Hartke, 1972) : de la géographie appliquée donc, de nouveau. Cette évolution trouve une reconnaissance éclatante en 1972 : d’une part, Hartke reçoit un doctorat honoris causa de l’université de Strasbourg, reconnaissance pour l’ensemble de son œuvre, sans doute grâce à Juillard ; d’autre part, il accepte de faire partie du comité de patronage de la revue L’Espace géographique fondée cette année-là par R. Brunet (Pumain, Robic, 2012), caution intellectuelle et institutionnelle importante pour une telle revue à ses débuts, mais consécration tardive car, pour Hartke, c’est désormais le temps de la retraite.

A la retraite : présences de Hartke dans L’Espace géographique

  • 48 Cet article est particulièrement intéressant : publié en français sous l’impulsion de Paul Claval, (...)

24En effet, à l’âge de 65 ans, Hartke prend sa retraite académique, devient professeur émérite et quitte définitivement sa chaire en 1975. Les circulations individuelles et intellectuelles continuent certes, mais de façon paradoxale. Elles s’opèrent d’abord et avant tout dans le cercle de L’Espace géographique, notamment par un numéro spécial en 1978 consacré à « la géographie allemande contemporaine » : coordonné par Jean-Luc Piveteau (né en 1928), professeur de géographie humaine à l’université suisse de Fribourg depuis 1961, il contient un nombre conséquent d’articles d’auteurs allemands, en particulier un long article de Dietrich Bartels (1931-1983) (Bartels, 1978), ainsi qu’un article de synthèse sur la géographie sociale allemande d’Eckhard Thomale (Thomale, 1978), et des contributions de Karl Ruppert (né en 1926) et de Robert Geipel (né en 1929), tous deux disciples directs de Hartke. En la matière, la revue met en avant davantage la nouveauté des théories radicales de géographie humaine de Bartels (Bahrenberg, 2003), figure de proue des géographies contestataires allemandes, que celle de l’école munichoise de géographie sociale, par ailleurs objet de critiques chez Bartels (Bartels, 1970)48 comme dans l’article de Thomale ; et on peut se demander comment le professeur émérite a réagi, au sein du comité de patronage de la revue, à ces critiques internes, certes courantes dans le champ de la géographie allemande depuis les années 1950, mais exacerbées dans les années 1970.

  • 49 Lors d’un débat autour de la géographie scolaire, le 18 novembre 1983, son nom apparaît parmi les 2 (...)

25Pourtant, dans les années 1980, plusieurs indices montrent que Hartke vient régulièrement à Paris, en particulier pour assister aux comités éditoriaux et aux débats de L’Espace géographique, mais avec une certaine discrétion, même s’il s’agit souvent de sujets dont il est spécialiste49. C’est d’ailleurs par son intermédiaire que la jeune géographe de Hambourg Mechtild Rössler (née en 1959) publie dans L’Espace géographique un article sur les rapports entre les géographes allemands et le nazisme (Rössler, 1988), montrant son fort intérêt pour le passé troublé de la discipline dans les années 1930, à l’époque peu évoqué dans la mémoire disciplinaire (Ginsburger, 2011), soutenu en la matière par Marie-Claire Robic (née en 1946) et Riquet. En 1990-1991, Hartke fait encore partie du Comité de rédaction de L’Espace géographique, avec seulement trois autres géographes étrangers, bien que l’âge rende sa présence même de plus en plus incertaine : il y reste néanmoins, du moins nominalement, jusqu’à sa mort, en 1997.

L’héritage négligé de Hartke, entre gauche et droite de la géographie française

  • 50 Il signe en 1980 une thèse sur l’histoire de la région Alsace aux XIXe et XXe siècles et se signale (...)

26Le paradoxe de cette présence exclusive de Hartke dans les milieux de L’Espace géographique est qu’elle s’exerce au moment où une certaine géographie sociale « à la française » émerge enfin, non sans que sa figure soit mise en avant, avec réserve cependant. Lors du colloque fondateur à Lyon en 1982 (Rochefort, 1983), Renée Rochefort n’y prononce pas son nom, pourtant utilisé en 1963, laissant ce soin à Roland Schwab (1929-1984) (Schwab, 1983)50. En 1984, l’ouvrage collectif de synthèse Géographie sociale est beaucoup plus précis : le géographe de Caen Robert Hérin (né en 1936) consacre neuf pages à la géographie sociale allemande en général (Frémont, Hérin, 1984, p. 44-52), explicitement écrites à l’aide de synthèses indirectes, de seconde main (six références en français, anglais ou espagnol) (Frémont, Hérin, 1984, p. 84). Après la description des principes généraux, le géographe de Munich est cité, sans surprise, pour son concept de Sozialbrache (voir encadré 2), mais c’est beaucoup plus aux élèves de Hartke que Hérin s’intéresse. Il insiste surtout sur les critiques qui ont émergé en Allemagne contre ce courant de pensée, notamment celle de la géographie économique ou de la sociologie d’inspiration marxiste, concluant ainsi :

La géographie sociale allemande tend à être identifiée avec la géographie sociale fondée par Bobek et Hartke et développée d’abord et principalement à Munich et à Vienne. Bien qu’établie et internationalement reconnue, elle a suscité et continue de susciter en Allemagne même des réserves, voire, on l’a vu, de vigoureuses controverses. (Frémont, Hérin, 1984, p. 52)

  • 51 En mai 1985, L’Espace géographique organise un débat visant à « soumettre les concepts de la « géog (...)

27L’hommage de Hérin au fondateur munichois encore vivant de la Sozialgeographie fait donc surtout le constat de son caractère historique, dépassé dans les années 1980, sans doute, d’une part, en raison de la perspective marxiste de l’analyse dont le géographe de Munich s’est toujours proclamé éloigné, d’autre part, dans un contexte de contestation radicale de l’establishment de la corporation, dont le professeur émérite pouvait être une des images internationales, qui a particulièrement marqué par exemple le Congrès international de Paris de 1984 (Robic et al., 2006, p. 46). Pourtant, deux ans plus tard, Claude Raffestin (né en 1936), professeur de géographie humaine à l’université de Genève depuis 1969, compare Hartke et Rochefort comme les deux auteurs les plus importants pour juger de l’originalité de l’approche socio-géographique des territoires (voir encadré 2). C’est qu’il ne s’agit pas tout à fait de la même « géographie sociale », et les liens entre le mouvement développé autour de Rochefort et L’Espace géographique ne sont pas exempts de méfiance et de divergences51.

  • 52 Après sa thèse soutenue en 1973, il est devenu maître de conférences, puis professeur à l’universit (...)
  • 53 Il est l’auteur en 1969 d’une thèse de géographie urbaine et industrielle en Alsace, soutenue à l’u (...)
  • 54 On y trouve également le Lillois Pierre Bruyelle (1930-2002) le Strasbourgeois Henri Nonn (né en 19 (...)

28Les relations franco-allemandes entre géographes, au niveau humain et institutionnel, se résument d’ailleurs de moins en moins au pionnier Hartke. A ce niveau, Wackermann est particulièrement actif et structure un milieu dense de géographes français germanophiles52, parallèle à la présence beaucoup plus personnelle de Hartke dans le cercle de L’Espace géographique, comprenant par exemple Bernard Dézert (né en 1925)53, auteur de la seule nécrologie française connue qui lui ait été consacrée, dans la revue de la Société de géographie de Paris (Dézert, 1997). Ce groupe germanophile, d’origine strasbourgeoise, mais également influent à Paris54, n’ignore pas complètement le professeur émérite de Munich, mais son orientation plutôt conservatrice et très tournée vers la géographie économique explique sans doute l’absence de contact direct avec lui.

Encadré 2 : La réception francophone du concept de « jachère sociale » (Sozialbrache) de 1956 : quelques extraits significatifs

Extrait 1 : « Les dégradations récentes du paysage rural ont donné à W. Hartke l’occasion d’une mise au point magistrale sur l’extension de la friche en Allemagne. La friche d’abandon par dépeuplement, si courante en Allemagne, est encore rare. En revanche, on note une extension rapide de la friche péri-urbaine en corrélation avec l’essor économique de l’Allemagne contemporaine et indifférente aux qualités de la terre : ce sont les abandons au moins provisoires de tous ceux des paysans qui ont pris le chemin de l’usine. Hartke donne à cette forme de friche le nom de « jachère sociale », voulant marquer par là qu’elle est le reflet étroit d’un processus de progrès économique et social. Indifférente aux conditions physiques, au remembrement, la friche représente la rétraction d’une économie rurale dont les meilleurs exploitants sont devenus des ouvriers » (Estienne, 1957, p. 783).

Extrait 2 : « On voudrait rappeler que la part des faits sociaux, de la réalité sociale, est de plus en plus prépondérante dans le réseau des explications qui rendent compte des paysages terrestres et des interconnexions spatiales qui sont l’objet même de la géographie. Il faut évoquer en ce domaine l’apport, parmi d’autres, du géographe allemand W. Hartke. N’a-t-il pas démontré par exemple que c’est désormais la cadence de l’industrialisation et non plus la pédologie qui oriente les cultures dans les vieilles régions rurales allemandes et qui les oriente en sens inverse de la logique pédologique : plus l’industrialisation progresse arrachant des hommes aux travaux des champs, plus l’on voit se multiplier sur les meilleures parcelles des terroirs villageois des lambeaux de forêts. » (Rochefort, 1963, p. 19)

Extrait 3 : « Les groupes sociaux ne façonnent pas l’espace seulement par les fonctions qu’ils accomplissent, mais aussi par les appréciations, elles-mêmes changeantes, qu’ils ont de l’espace et du paysage. Par exemple, dans les années 50, on observait en Hesse, une extension rapide de ce que Hartke a appelé la friche sociale, Sozialbrache. » (Frémont, Hérin, 1984, p. 48)

Extrait 4 : « Toute véritable réflexion en géographie sociale doit partir des indices, des traces ou des signes que les pratiques inscrivent dans le territoire. (…) Les phénomènes de friche sociale de W. Hartke ou le travail de R. Rochefort sont à cet égard extrêmement significatifs. (…) D’une grande richesse, la friche sociale permet de poser des questions, de s’interroger sur le phénomène de « déprise territoriale et par opposition sur celui d’emprise. (…) Elle renvoie, en fait, à des processus qui prennent naissance dans les groupes sociaux » (Raffestin, 1986, p. 92).

Conclusion

  • 55 On peut ainsi distinguer sa génération (Chabot, Meynier, George, Dresch, Dion, Juillard, P. Brunet) (...)

29De la fin des années 1920 à son décès en mars 1997, soit pendant près de 70 ans, Hartke a donc entretenu des relations nourries bien que complexes avec ses homologues français, particulièrement pendant ses années de maturité, entre 1955 et 1965. Il a d’abord été, pour un nombre important de ses collègues, un éminent représentant de la « grande tradition » de la géographie allemande. Mais il fut aussi francophone et francophile, passeur entre les deux rives du Rhin, d’abord presque unique, puis simplement dominant, avec des amitiés fidèles et des relations personnelles et professionnelles particulièrement fortes, selon des générations et des lieux bien déterminés55. Il fut enfin le fondateur d’un courant original s’insérant largement dans un débat fondamental extrêmement prégnant en France entre les années 1950 et 1980, tournant autour de la valeur sociale de la discipline géographique, de sa capacité d’action comme de description des mutations des sociétés. En tant que tel, il fut revendiqué, parfois instrumentalisé, par différents camps, idéologiquement et politiquement marqués à gauche ou à droite, d’abord dans le cadre du champ de la géographie rurale ou plutôt agraire (Plet, 2003) dont il fut un des tenants européens depuis les années 1930, puis de la géographie humaine, dans sa nouvelle déclinaison sociale, mais aussi de la géographie appliquée. En ce sens, les relations entre Hartke et ses collègues français sont également un miroir, un révélateur indirect de l’évolution même de la discipline en France au XXe siècle (Robic et al., 2006).

30Mais Hartke, en tant qu’Allemand et scientifique, a aussi constitué une personnalité attractive pour une part significative des géographes français de son époque car, d’une part, il a su, à l’inverse d’autres grands géographes de sa génération (Ginsburger, 2011), ne pas se compromettre avec la pensée et la politique du nazisme entre 1933 et 1945 ; d’autre part, il a représenté et fait directement progresser la réconciliation franco-allemande, à son apogée avec le traité de l’Elysée en 1963. Acteur jusqu’ici négligé de transferts interculturels et transfrontaliers, pourtant comparable aux germanistes français les plus actifs de l’après 1945 (Miard-Delacroix, 2005) et pionnier d’un « paysage européen du savoir » (Wackermann, 2008), il a ainsi été, pour plusieurs générations de géographes français, de façon consciente ou inconsciente, le modèle presque unique du « bon » collègue allemand, autant d’un point de vue personnel qu’historique ou professionnel, à la fois installé et ouvert à la nouveauté, accueillant et intéressé par les travaux sur l’Hexagone. Ces regards croisés et ces circulations de personnes et d’idées autour de Hartke sont certes issus de l’originalité de ses idées et de ses méthodes, mais aussi de stratégies disciplinaires partagées, ayant contribué à lui donner une visibilité singulière dans la réconciliation entre les deux pays.

Haut de page

Bibliographie

Ecrits de Hartke

Hartke W., 1932, Kulturgeographische Wandlungen in Nordostfrankreich [seit dem Kriege. Der Wiederaufbau der zerstörten Gebiete], thèse de doctorat, Berliner Geographische Arbeit, 1, Engelhorn, Stuttgart.

Hartke W., 1933a, « Die Ausländer in Nordfrankreich », Petermanns Geographische Mitteilungen, t. 79, 6-9.

Hartke W., 1933b, « Die Frage der Rückwanderung der ausländischen Arbeiter aus Nordfrankreich », Zeitschrift für Geopolitik.

Hartke W., 1934, « Die Ausländer in Südostfrankreich », Petermanns Geographische Mitteilungen, t. 80, 52-54.

Hartke W., 1936, « Die französische staatliche Kolonisation in Algerien und Tunis », Koloniale Rundschau.

Hartke W., 1937, « Ergebnisse der französischen Volkszählung 1936 », Zeitschrift für Erdkunde, 490-494.

Hartke W., 1938a, « Über einige Quellen und Grundlagen der französischen Landwirtschaftsgeographie », Zeitschrift für Erdkunde, 246-251.

Hartke W., 1938b, Das Arbeits- und Wohnortsgebiet im Rhein-Mainischen Lebensraum. Untersuchungen über Grundlagen der Kultur- und Wirtschaftsgeographie und ihren Raumbegriff am besonderen Beispiel der Pendelwanderung, Rhein-Mainische Forschungen 18, Francfort sur Main.

Hartke W., 1938c, « Zwei Nationalatlanten (Atlas de France et Atlas des Deutschen Lebensraus) », Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, 362-367.

Hartke W., 1940a, « Die neueren Strömungen der französischen regionalen Geographie », Zeitschrift für Erdkunde, 1-13.

Hartke W., 1940b, « Die Rhone als Ersatz des Rheines », Zeitschrift für Erdkunde, 451-453.

Hartke W., 1941, « Die Gemüseanbaugebiete an der französischen Nordwestküste », Zeitschrift für Erdkunde, 1-3.

Hartke W., 1949, « Sur la physionomie actuelle du village allemand », Annales ESC, 4e année, No. 2, 152-158.

Hartke W., 1950, « Quelques aspects de la réforme agraire en Allemagne », Annales ESC, vol. 5, No. 1, 107-111.

Hartke W., 1951a, « Das Problem der geographischen Gliederung Frankreichs », Berichte zur Deutschen Landeskunde, 411-416.

Hartke W., 1951b, « Bemerkungen zu einem Buch über die Limagne », Erdkunde, t. 5, p. 321-322.

Hartke W., 1952. « Die Zeitung als Funktion sozial-geographischer Verhältnisse im Rhein-Main-Gebiet », Rhein-Mainische Forschungen, No. 32, 7-18 et 26-32.

Hartke W., 1954, « A propos des crêtes de labour (« Ackerberge ») comme indice de l’ancienneté des limites agraires », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 31, No. 245, 196-198.

Hartke W., 1955, « Discussion sur la géopolitique », Allemagne. Bulletin bimestriel d’information du Comité français d’échanges avec l’Allemagne nouvelle, No. 38/39, août-novembre, 10-13.

Hartke W., 1956, « Die „Sozialbrache“ als Phänomen der geographischen Differenzierung der Landschaft », Erdkunde, t. 10, No. 4, 257-269.

Hartke W., 1960, « Le problème essentiel de géographie sociale dans le monde », Synthèses, No.166, 393-407.

Hartke W., 1960, Denkschrift zur Lage der Geographie, Deutsche Forschungsgemeinschaft, Wiesbaden, Franz Steiner.

Hartke W., Blanc A., 1962, « Un petit colloque de géographie sociale à Ljubljana », Revue géographique de l’Est, t. 2, 387-392.

Hartke W., 1963, Das Land Frankreich als sozialgeographische Einheit, Francfort sur Main, Berlin, Bonn, Moritz Diesterweg. (2e édition revue et corrigée : 1966)

Hartke W., 1972, « L'organisation de la recherche dans le domaine de l'étude de l'espace », Annales de Géographie, t. 81, No.447, 514-524.

Hartke W., 1973, « Les recherches géographiques, pronostics « à long terme » en République fédérale allemande », in : Phlipponneau M. (dir.), Géographie et perspectives à long terme, Commission de géographie appliquée de l’UGI, IVe Symposium, Editions Coconnier, Rennes, 91-98.

Sources primaires

A. C., 1964, Population, 19e année, No.5, 999.

An., 1935, « Bulletin bibliographique des Alpes françaises pour 1934 », Revue de géographie alpine. t. 23, No.2, 423-436.

An., 1972, « Présentation », Annales de Géographie, t. 81, No. 447, 513.

Annales de l’Est, 1959, Géographie et histoire agraires, Actes du colloque de Nancy. Mémoire No. 21, Nancy.

Bartels D., 1970, « Les conceptions de „Landschaft“ et de „Sozialgeographie“ dans la géographie allemande », Revue géographique de l’Est, No. 1-2, 3-16.

Bartels D., 1978, « Perspectives de base dans la géographie ouest-allemande contemporaine », L’Espace géographique, 3, 155-167.

Bobek H., 1948, « Stellung und Bedeutung der Sozialgeographie », Erdkunde, t. 2, 118–125.

Buttimer A., 1983, The practice of geography, Londres, New York, Longman.

Chabot G., 1957, « Le troisième congrès international des professeurs de géographie », L’information géographique, t. 21, No. 5, 214-215.

Chabot G., 1961, « Compte-rendu de Hartke, Denkschrift zur Lage der Geographie », L’information géographique, t. 25, No. 4, 182.

Chatelain A., 1953, « La géographie du journal et du livre », Revue de géographie de Lyon, t. 28, No. 2, 151.

Claval P., 1964, Essai sur l’évolution de la géographie humaine. Paris, Les Belles Lettres.

Claval P., Guermond Y., 1986, « Présentation », L’Espace géographique,t. 15, No.1, 5-13.

CNRS, 1962, Actes du colloque national de géographie appliquée, Strasbourg, Ed. du CNRS.

Coyaud L.-M. (dir.), 1976, Hommages à Etienne Juillard, géographie rurale, rapports villes-campagnes, analyse régionale, réflexions méthodologiques, Strasbourg, UER de géographie, Recherches géographiques à Strasbourg.

Derruau M., 1968, « Die Sozialgeographie, Fragen zur Methode », in : Ruppert, K. (dir.). Zum Standort der Sozialgeographie. Wolfgang Hartke zum 60. Geburtstag, Münchner Studien zur Sozial- und Wirtschaftsgeographie, 4, 23-28.

Dézert B., 1998, « Nécrologie de Wolfgang Hartke », Acta Geographica, t. 1, No. 113, 96.

Dion R., 1951, Paris, Lage und Werden und Wachsen der Stadt, Francfort, Frankfurter Geographische Hefte.

Dufour J., 1966, « L'Habitat rural en Allemagne de l'Ouest, d'après des publications récentes de géographes allemands », Annales de Géographie, t. 75, No.412, 710-726.

Estienne P., 1957, « A travers les périodiques étrangers », Revue de géographie alpine, t. 45, No.4, p. 783-784.

Frémont A., Chevalier J., Hérin R., Renard J., 1984, Géographie sociale. Paris, Masson.

George P., 1946, Une géographie sociale du monde, Paris, PUF.

Guermond Y., 1986, « La géographie sociale : un nouveau paradigme », L’Espace géographique, t. 15, No. 2, 83-86.

Journaux A., Brunet P., 1963, « Chronique de l'Institut de géographie de la Facultés des Lettres et Sciences Humaines de Caen », Norois, No. 37, 116-120

Juillard E., Meynier A., 1955, Die Agrarlandschaft in Frankreich, Kallmünz-Regensburg, Münchner Geographische Hefte, 9.

Juillard E., Wackermann G., 1958, « Au Centre de géographie appliquée de la Faculté des Lettres de Strasbourg », Bulletin de la Faculté des lettres de Strasbourg, février, 277-286.

Labasse J., 1961, « Structures et paysages nouveaux en Allemagne du Sud », Revue de géographie de Lyon. t. 36, No. 2, 93-116.

Meynier A., 1952, « Signification et évolution du « bocage » », Cahiers de l’Information géographique, 2, 37-46.

Meynier A., 1957, « La géographie appliquée », La géographie française au milieu du XXe siècle, L’information géographique. Paris, 281-287.

Meynier A., 1960, « Compte-rendu de Hartke, Denkschrift zur Lage der Geographie », Norois, t. 28, No. 1, 452-453.

Meynier A., 1965, « L'Institut de Géographie de Rennes en 1964 », Norois, No.45, 76-85.

Musset R., 1955, « Compte rendu de la thèse d’Etienne Juillard », Annales de géographie, t. 64, No. 342, 123-126.

Péchoux P.-Y., Roux M., 1978, « Nécrologie d’André Blanc », Annales de géographie, t. 87, No. 482, 435-444.

Pelletier J., 1959, Alger 1955. Essai d’une géographie sociale, Cahiers de géographie de Besançon, No. 6, Paris, Les Belles Lettres.

Phlipponneau M., 1960, Géographie et action. Introduction à la géographie appliquée, Paris, Armand Colin.

Phlipponneau M. (dir.), 1973, Géographie et perspectives à long terme, Commission de géographie appliquée de l’UGI, IVe Symposium, Editions Coconnier, Rennes.

Piveteau J.-L., 1978, « Problématique et pratique de la géographie humaine en Allemagne fédérale », L’Espace géographique, t. 7, No. 3, 153-155.

Raffestin C., 1986, « Territorialité : concept ou paradigme de la géographie sociale ? », Geographica Helvetica, No. 2, 91-96.

Rochefort R., 1961, Le Travail en Sicile. Etude de géographie sociale, Paris, PUF.

Rochefort R., 1963, « Géographie sociale et sciences humaines », Bulletin de l'Association de Géographes français, No. 314-315, 18-32.

Rochefort R., 1983, « Réflexions liminaires sur la géographie sociale », in : Noin D. (dir.), Géographie Sociale, Actes du colloque de Lyon, Paris, 11-15.

Rössler M., 1988, « Géographie et national-socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction d’une relation problématique », L’Espace géographique, t. 27, No.1, 5-14.

Ruppert K. (dir.), 1968, Zum Standort der Sozialgeographie. Wolfgang Hartke zum 60. Geburtstag, Münchner Studien zur Sozial- und Wirtschaftsgeographie, 4.

Ruppert K., 1988, « Wolfgang Hartke zum 80. Geburtstag », Berichte zur deutschen Landeskunde, t. 62, 1, Trier, 6-11.

Ruppert K., 1997, « In memoriam Prof. Dr. Dr. h.c. Wolfgang Hartke (1908–1997) », Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in München 82, 201–204.

Schwab R., 1983, « La géographie sociale allemande et son évolution récente », in : Noin D. (dir.), Géographie sociale, Actes du colloque de Lyon, Paris, 82-86.

Sorre M., 1957, Rencontres de la géographie et de la sociologie, Paris, Marcel Rivière.

Thomale E., 1978, « Développement et stagnation dans la géographie sociale allemande », L’Espace géographique, t. 7, No. 3, 179-186.

Vant A., 1984, « La géographie sociale lyonnaise en perspective », Revue de géographie de Lyon, t. 41, 131-146.

Veyret P. et G., 1958, « Compte-rendu »,Revue de géographie alpine, t. 46, No. 1, 199.

Wackermann G., 1990, « Réflexions sur le „Geographentag“: l’exemple de Sarrebruck (1989) », Annales de Géographie, t. 99, No. 552, 200-201.

Zinck A., 1963, « La géographie sociale à l’institut de géographie de la Technische Hochschule de Munich », Revue géographique de l’Est, t. 3, No. 4, 419-428.

Publications complémentaires

Bahrenberg G., 2003, « Bartels, Dietrich », in : Lévy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 106.

Baudelle G., 1999, « Retour sur : Wolfgang Hartke, la « jachère sociale » comme indice », Espaces géographiques et sociétés, mars, No. 10, 89-91.

Béthemont J., 1996, « Sur une école lyonnaise de géographie (1923-1973) », in : Claval P., Sanguin A.-L. (dir.), La géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan, 147-155.

Bonnamour J. (dir.), 1984, La géographie rurale en France 1930-1984, Les Cahiers de Fontenay, vol. 35.

Bosquelle D., 2003, « La Maison académique française à Berlin », in : Bock H.-M., Krebs G. (dir.), Echanges culturels et relations diplomatiques. Présences françaises à Berlin au temps de la République de Weimar. Paris, PIA, 143-156.

Cailly L., 2003, « Sociale (Géographie) », in : Lévy J., Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 852-855.

Calbérac Y., 2012, « Ce qui m’intéresse dans ma démarche, c’est moins le cadre que les gens ». Entretien avec Renée Rochefort », Géocarrefour, 3-4, vol. 87, 283-291.

Caro P., Dard O., Daumas J.-C. (dir.), 2002, La politique d’aménagement du territoire. Racines, logiques et résultats, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Claval P., 1998, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan Université.

Débarre S., 2014, « Introduction », Revue germanique internationale, 20, « Géographies entre France et Allemagne ; Acteurs, notions et pratiques (fin XIXe siècle – milieu XXe siècle) », 5-12 (http://rgi.revues.org/1483).

Defrance C., 2000, Les Alliés occidentaux et les universités allemandes, Paris, CNRS édition.

Defrance C., Pfeil U. (dir.), 2012, La France, l’Allemagne et le traité de l’Elysée, Paris, CNRS édition, coll. Biblis Histoire.

Djament-Tran G., 2014, « Révolution scientifique et circulations en géographie : Christaller et la genèse transnationale de l’analyse spatiale », Revue germanique internationale, 20, « Géographies entre France et Allemagne ; Acteurs, notions et pratiques (fin XIXe siècle – milieu XXe siècle) », 107-133 (http://rgi.revues.org/1492).

Freund B., 1993, « Sozialbrache – Zur Wirkungsgeschichte eines Begriffs », Erdkunde, No.47, 12-24.

Ginsburger N., 2011, « La géographie universitaire allemande revisitée. Quarante ans de regard critique (1969-2010) », L’Espace géographique, t. 40, No.3, 193-214.

Ginsburger N., 2014a, « Entre Obst et Chaput : influences européennes et création de l’école turque de géographie (1915-1943) », in : Işıksel G., Szurek E. (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle (1860-1960). Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 251-270.

Ginsburger N., 2014b, « Deux collègues géographes en Anatolie ? Parcours, méthodes et analyses de terrains des professeurs Ernest Chaput et Herbert Louis en Turquie (1928-1939) », Revue germanique internationale, 20, « Géographies entre France et Allemagne ; Acteurs, notions et pratiques (fin XIXe siècle – milieu XXe siècle) », 83-106 (http://rgi.revues.org/1490).

Ginsburger N., 2015a, « Les « enfants terribles » de la Landschaft. Revendications, contestations et révoltes dans la géographie universitaire ouest-allemande (Bonn, Berlin-Ouest, Kiel) en 1968-1969 », Revue d’histoire des sciences humaines, janvier, No.26, « Les « années 1968 » des sciences humaines et sociales », 173-208.

Ginsburger N., 2015b, « Géographie humaine, historiens des Annales et guerres mondiales : l’itinéraire heurté de Théodore Lefebvre (1889-1943) », in : Clerc P., Robic M.-C. (dir.), Des géographes hors-les-murs ? Itinéraires dans un Monde en mouvement (1900-1940), Paris, L’Harmattan, coll. Histoire des Sciences Humaines, 137-182.

Hallair G., 2008, « ‘Paysage’ et ‘Landschaft’ : incompréhensions et malentendus entre les géographes allemands et français dans les années Trente », in : Kellerer S., Nierhoff-Fassbender A., Théofilakis F. (dir.), Missverständnis, Malentendu. Kultur zwischen Kommunikation und Störung. Königshausen & Neumann, 123-137.

Hallair G., 2010, Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle. La géographie du paysage (Landschaftskunde) en question. thèse de doctorat, universités Paris 1 et de Leipzig.

Hallair G., 2014, « Siegfried Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale : mécanismes, enjeux et acteurs de la réception d’un géographe allemand en France », Revue germanique internationale, 20, « Géographies entre France et Allemagne ; Acteurs, notions et pratiques (fin XIXe siècle – milieu XXe siècle) », 41-62 (http://rgi.revues.org/1486).

Kleinschmager R., 1994, « Regards géographiques français sur l’Allemagne entre les deux guerres », in : Freddy R. (dir.), Image de soi, image de l’autre : la France et l’Allemagne en miroir, Chantiers de recherche No. 16, PUS, coll. Maison des Sciences de l’Homme de Strasbourg, 113-129.

Kleinschmager R., 2007, « In Memoriam Etienne Juillard (1914-2006) », Revue d’Alsace, No. 133, 515-516.

Labussière O., Aldhuy J., 2012, « Le terrain ? C’est ce qui résiste. Réflexion sur la portée cognitive de l’expérience sensible en géographie », Annales de géographie, t. 120, No. 687-688, 583-599.

Miard-Delacroix H., 2005, « Les germanistes dans la diplomatie française au milieu du XXe siècle. Générations de passeurs entre intelligence de l’autre et préventions », in : Béhar P., Grunewald (dir.), Frontières, transferts, échanges transfrontaliers et interculturels. Actes du XXXVIe Congrès de l’Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur, Peter Lang, Convergences, Bern, 531-542.

Orain O., 2015, « Mai 1968 et ses suites en géographie française », Revue d’histoire des sciences humaines, janvier, No.26, « Les « années 1968 » des sciences humaines et sociales », 209-242.

Paix C., Petit M., 2002, « Les années de formation : naissance d’une vocation », Strates, Hors série, « Parcours dans la recherche urbaine. Michel Rochefort, un géographe engagé ».

Phlipponneau M., 1999, La géographie appliquée. Du géographe universitaire au géographe professionnel, Paris, Armand Colin.

Plet F., 2003, « La géographie rurale française : quelques jalons », Sociétés contemporaines, No. 49-50, 85-106.

Pumain D., Robic M.-C., 2012, « Les Quarante Glorieuses de l’Espace Géographique », L’Espace géographique, t. 41, No. 1, 1-3.

Riquet P., 1996, « Les géographes français face à l’Allemagne et aux géographes allemands entre 1918 et 1960 », in : Claval P., Sanguin A.-L. (dir.) La géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan, 69-78.

Robic M.-C., 1991, « La Bibliographie internationale (1891-1991), témoin d'un siècle de géographie : quelques enseignements d'analyse formelle », Annales de Géographie, t. 100, No.561-562, 521-577.

Robic M.-C., Briend A.-M., Rössler M. (dir.), 1996, Géographes face au monde. L'Union géographique internationale et les Congrès internationaux de géographie, Montréal, Paris, L'Harmattan, coll. Histoire des Sciences Humaines.

Robic M.-C., Mendibil D., Gosme C., Orain O., Tissier J.-L., 2006, Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française, Paris, ADPF.

Robic M.-C., Tissier J.-L., Pinchemel P., 2011, Deux siècles de géographie française. Une anthologie, Paris, CTHS.

Robic M.-C., 2013, « Rochefort, Renée », in : Didier B., Fouque A., Calle-Gruber M. (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Ed. des femmes, 3700.

Schultz H.-D., 2003, « Alfred Rühl – ein Nonkonformist unter den (Berliner) Geographen », Die Erde, t. 134, No.3, 317-342.

Specklin R., 1979, La géographie de la France dans la littérature allemande (1870-1940), thèse d’Etat, Strasbourg.

Stock M., Werlen B. (2003). « Hartke, Wolfgang », in : Lévy, J., Lussault, M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 445.

Thouret J.-C., Lageat Y., 2004, « Hommage à Max Derruau », Géomorphologie: relief, processus, environnement, t. 10, No. 10-3, 255-259.

Tissier J.-L., 2002a, « Dresch (Jean) », in : Julliard J., Winock M. (dir.), Dictionnaire des intellectuels français. Paris, Seuil, 438-439.

Tissier J.-L., 2002b, « George (Pierre) », in : Julliard J., Winock M. (dir.), Dictionnaire des intellectuels français. Paris, Seuil, 634-636.

Wackermann G., 2008, « Démarches transfrontalières pionnières sur le Rhin supérieur – Une rétrospective des débuts du façonnement d’un paysage européen du savoir », Revue géographique de l’Est, vol. 48, 3-4.

Wardenga U., Henniges N., Brogiato H.-P., Schelhaas B., 2011, Der Verband deutscher Berufsgeographen 1950–1979. Eine sozialgeschichtliche Studie zur Frühphase des DVAG, Leipzig, Forum IfL, 16.

Weichhart P., 2008, Entwicklungslinien der Sozialgeographie. Von Hans Bobek bis Benno Werlen, Franz Steiner Verlag, Francfort sur Main.

Werlen B., 1998, « Wolfgang Hartke – Begründer der sozialwissenschaftlichen Geographie », in : Heinritz G., Helbrecht I. (dir.) Sozialgeographie und Soziologie. Dialog der Disziplinen, Münchner Geographische Hefte, 78, Passau, L.I.S. Verlag , 15-41.

Werlen B., 2008, Sozialgeographie. Eine Einführung, Haupt Verlag, Bern.

Wolff D., 2014, « Albert Demangeon, l’Allemagne et les géographes allemands : entre admiration et appréhension, ouverture et vigilance, une relation complexe (1902-1940) », Revue germanique internationale, 20, « Géographies entre France et Allemagne ; Acteurs, notions et pratiques (fin XIXe siècle – milieu XXe siècle) », 63-81 (http://rgi.revues.org/1489).

Haut de page

Notes

1 Notamment comme membre du comité scientifique de L’Espace géographique. Plusieurs géographes encore en activité en ont un souvenir toujours très vif, ce qui a contribué à susciter cet article, à la suite d’un tableau plus général de la géographie universitaire allemande du XXe siècle (Ginsburger, 2011) et sous l’impulsion de Marie-Claire Robic notamment. Qu’elle en soit ici remerciée.

2 L’étude des interactions entre Hartke et les géographes français de son temps pourrait être encore approfondie par l’exploitation de ses abondantes archives personnelles et professionnelles (à l’Institut für Länderkunde de Leipzig et dans ses universités d’exercice) ou de celles de ses collègues (en particulier George, Juillard, Phlipponneau ou Pinchemel par exemple) si elles sont disponibles.

3 Cette étude de cas va confirmer que les notions de « circulations », de « transferts culturels » et de « regards croisés » sont particulièrement opérantes dans l’étude des géographies européennes des XIXe et XXe siècles (Débarre, 2014).

4 Notamment par des congrès internationaux, des colloques ou des échanges entre universités.

5 En premier lieu les travaux universitaires de l’école française de géographie humaine, surtout Jean Brunhes (1869-1930), de jeunes historiens (Marc Bloch et Lucien Febvre) et de psychologues et psychiatres (notamment Le Bon, Freud, Adler et Jung).

6 Remarquons qu’il mène ces recherches en solitaire et sans guère d’expérience (il a alors à peine 20 ans), attirant d’ailleurs l’attention des autorités et passant quelques jours dans une prison française de la frontière pour soupçon d’espionnage (Buttimer, 1983, p. 228).

7 Ce spécialiste de géographie économique fut le seul Allemand invité à parler au Congrès de l’Union Géographique Internationale (UGI) de Paris en 1931 (Schultz, 2003).

8 Notamment le géomorphologue Albrecht Penck (1858-1945) et son successeur Norbert Krebs (1876-1947), le directeur de thèse de Hartke, mais aussi les jeunes Herbert Louis (1900-1985) et Bobek, d’abord spécialisé dans la géomorphologie de l’Iran, tous deux plus tard sur le terrain turc (Ginsburger, 2014a). Ces derniers restèrent proches de Hartke après 1945, l’un comme professeur à l’université de Munich, l’autre comme professeur à Vienne et co-fondateur de la Sozialgeographie

9 Cet ouvrage étudie essentiellement la région comprise à l’Est d’une ligne reliant Amiens-Lille, Reims-Verdun et les Ardennes, à travers les destructions du terrain, des habitations et de l'industrie sucrière, mais aussi de villages et de la ville de Reims, en situation de déprise urbaine.

10 L’équivalent français de Hartke est alors Robert Capot-Rey (1897-1977), qui enseigne à Strasbourg entre 1925 et 1935 et soutient une thèse sur la région industrielle de la Sarre (1934), sujet choisi en 1923 par dépit après l’amputation de sa jambe droite pour blessure de guerre en 1917. Capot-Rey était cependant d’abord attiré par le terrain algérien et développa par la suite une spécialisation coloniale affirmée.

11 Mais aussi de son frère Werner (1907-1993), aîné de la famille, lui aussi universitaire et historien de la Rome antique, qui devient en 1934 assistant à l’université de Königsberg et prend la carte du NSDAP en 1937 pour poursuivre sa carrière académique.

12 En particulier des notes de lecture sur les migrations de travail et l’immigration en France (Hartke, 1933a et b ; 1934), remarqués en France même (An., 1935), ou sur la colonisation de l’Algérie et de la Tunisie (Hartke, 1936).

13 Vingt ans plus tard, l’historien Henri Brunschwig (1904-1989), qui séjourna entre 1933 et 1937 à l’Institut français de la capitale prussienne (Bosquelle, 2003), le décrit comme un « vieil ami (…) connu autrefois à Berlin » (Hartke, 1955).

14 Il publie par exemple des notes sur les résultats du recensement français de 1936 (Hartke, 1937), sur les sources et principes de la géographie agraire française (Hartke, 1938) ou une comparaison entre l’Atlas de France et l’Atlas des Deutschen Lebensraums (Hartke, 1938).

15 Même si la Pragoise germanophone Julie Moscheles (1892-1956) participe elle aussi à la BGI, par exemple concernant les ouvrages de Passarge (Hallair, 2014, p. 57).

16 Il cite « Albert Demangeon [1872-1940], Roger Dion [1896-1981], Georges Chabot [1890-1975], Maximilien Sorre [1880-1962], et Pierre George [1909-2006] », mais ne précise pas les circonstances (Buttimer, 1983, p. 231).

17 Le premier sur les « nouveaux courants de la géographie régionale française » (Hartke, 1940), le deuxième sur « le Rhône comme substitut du Rhin » (Hartke, 1940), le dernier sur les cultures maraîchères sur la côte normande (Hartke, 1941).

18 Il aurait alors aidé Pierre George en le ravitaillant en produits alimentaires, mais ne réussit pas à empêcher Musset d'être déporté à Sachsenhausen, puis à Buchenwald, entre 1942 et 1945, ce dont il semble avoir conservé un grand regret après le conflit, selon certaines confidences faites dans les années 1980 à Mechtild Rössler et Marie-Claire Robic notamment.

19 Faisant suite à un ouvrage de Christaller sur le système des lieux centraux à l’échelle européenne, ce qui donne à la série une certaines coloration de géographie urbaine.

20 Chatelain a pu connaître le nom et les travaux de son collègue allemand dès avant les années 1950, car il était d’abord spécialisé dans l’étude de l’histoire des migrations de travail, thème sur lequel Hartke avait publié des articles dans les années 1930.

21 Ceci n’est pas vraiment compris à l’époque. Musset indique : « le sous-titre n’est pas « essai de géographie régionale », mais « essai de géographie sociale » (le terme est un peu vague ; au vrai, il s’agit plutôt de géographie rurale) » (Musset, 1955, 123). Mais cette mention de « géographie sociale » dans le sous-titre, en lieu et place de « humaine », rurale, urbaine ou régionale, n’est pas unique (Pelletier, 1959).

22 Le rapprochement entre les deux hommes, pour être précoce, n’est pas sans ambiguïté ni tout à fait isolé, comme en témoigne Gabriel Wackermann (né en 1928) : « Juillard m’a aimablement conseillé initialement de ne pas choisir l’Allemagne d’en face comme terrain de recherche ; il est vrai que des universitaires strasbourgeois influents voyaient encore d’un mauvais œil, durant les années 1950, la main tendue vers l’Allemagne. Mon directeur de thèse d’Etat m’a toutefois laissé faire sans a priori, me recommandant aussitôt auprès du professeur Annaheim (Bâle) et de l’un et l’autre de ses collègues à Heidelberg » (Wackermann, 2008).

23 A savoir Lucien Perriaux (1898-1982) (Dijon), René Lebeau (1914-1999) (Lyon) et surtout les Nancéiens A. Guilcher (1913-1993) et Xavier de Planhol (né en 1926).

24 Essentiellement des Allemands de l’Ouest, mais aussi Bobek et sa jeune élève Elisabeth Lichtenberger (née en 1925), soit le deuxième groupe en termes de nationalité.

25 Ainsi, Anneliese Krenzlin (1903-1993), depuis 1956 professeure à l’université de Francfort, y évoque la structure parcellaire comme expression des formes économiques agraires en Allemagne. Wilhelm Evers (1906-1983), depuis 1950 professeur à la TU de Hanovre, analyse le paysage agraire et le peuplement paysan au Moyen Âge. Helmut Jäger (né en 1923), bientôt professeur à Göttingen et à Würzburg, fait un exposé sur les forêts en Europe centrale (Annales de l’Est, 1959, 9). D’autres Allemands sont présents, comme Carl Rathjens (1914-1994), le prédécesseur de Hartke à la TU de Munich, depuis 1952 professeur à l’université de Sarrebruck, Ingeborg Leister (1926-1990), originaire de Kiel, enseignante à l’université de Marbourg depuis 1953, mais spécialiste de la géographie de l’Irlande, ou encore Harald Uhlig (né en 1922), futur professeur à l’université de Giessen. Ce groupe de géographes germaniques spécialistes de questions liés aux paysages et aux structures agraires, en particulier de l’Europe centrale, s’exprime et est publié en allemand, langue encore considérée à l’époque comme égale au français et à l’anglais, en tout cas potentiellement compréhensible par tous. Ils témoignent donc de l’existence de liens franco-allemands ne se résumant pas au seul Hartke, qui a cependant une autorité certaine et émet des critiques très fortes notamment contre Krenzlin dont il ne partage ni les options scientifiques, ni les idées politiques très conservatrices.

26 Qui participait également au comité d’organisation du colloque de Nancy.

27 Meynier est en la matière l’auteur d’un premier essai de systématisation (Meynier, 1957), tandis que plusieurs géographes strasbourgeois (notamment Juillard, le géomorphologue Jean Tricart (1930-2003) ou son élève Michel Rochefort (né en 1927)) sont très actifs au sein du Centre de Géographie appliquée, fondé la même année (Juillard, Wackermann, 1958 ; Philipponneau, 1999, 24 ; Mainguet, 2003, 192). Il faut cependant nuancer ce constat de synergie, par exemple avec le témoignage de M. Rochefort qui indique que les géographes alsaciens avaient certes « des relations avec ceux de Nancy, avec les géographes allemands aussi. Mais cela n’allait pas très loin » (Paix, Petit, 2002).

28 Malgré une certaine hostilité à ses théories, affichée en 1961 et 1964 par George (Claval, 1998, p. 284-289), ce combat se développe ensuite à travers une association bretonne de géographie appliquée et est soutenu notamment par le Parisien Chabot.

29 On doit noter que l’action de Juillard et des géographes alsaciens est tournée vers l’aménagement régional, ce qui a pour conséquence, d’une part, une réflexion sur l’armature urbaine régionale, voire transfrontalière et, d’autre part, une coopération avec les géographes germanophones dont Hartke n’est qu’un exemple parmi des synergies plus larges. En la matière, il y a des coopérations, concernant notamment le développement de la région sud-rhénane, entre Français de l’Est (par exemple François Reitel (1928-1996), issu du cercle de Juillard et nommé en 1962 professeur à Metz), Allemands des universités frontalières (comme le géographe de Heidelberg Werner Fricke (né en 1929), et celui de Sarrebruck Wolfgang Brücher) et Suisses allemaniques, en particulier le géographe de Bâle Hans Annaheim (1903-1978), professeur extraordinaire en 1955, puis titulaire de 1961 à 1971 (Wackermann, 2008).

30 Dresch était un spécialiste de géographie physique et du Maroc, connu pour son engagement communiste affirmé et tout à fait central dans le champ disciplinaire de l’époque (Tissier, 2002).

31 Cette manifestation est organisée dans le cadre des « Conversations franco-allemandes », par le Comité français d’échanges avec la RFA dont le bulletin, Allemagne, était dirigé par le germaniste Joseph Rovan (1918-2004). Elle est présidée par Brunschwig, historien de l’Allemagne et de la colonisation, alors professeur à l’Ecole nationale de la France d’Outre-Mer. A l’issue des deux exposés, de nombreux spectateurs interviennent, parmi lesquels les germanistes Edmond Vermeil (1878-1964) et Alfred Grosser (né en 1925).

32 Il est cependant frappant de remarquer que pour illustrer cette idée, Dresch prend l’exemple de la Chine de Mao, qu’il venait de visiter et qu’il considérait comme la nouvelle référence en terme d’action publique sur l’espace, à l’égal de l’URSS…

33 Hartke cite en particulier Sorre et ses Rencontres de la géographie et de la sociologie (Sorre, 1957).

34 A l’efficacité contrastée et assez limitée, aboutissant à ce que les mêmes questions se reposent quelques années plus tard, avec une acuité redoublée, lors du « moment 1968 » des géographies allemande et française (Ginsburger, 2015a ; Orain, 2015).

35 Et non par un voyage d’étude dans les instituts allemands de géographie, comme ce fut la tradition à la fin du XIXe siècle, attestée par plusieurs rapports de De Martonne et Brunhes sur le modèle universitaire germanique, alors considéré comme la référence internationale.

36 Au même moment, les géographes allemands sont réintégrés dans la communauté disciplinaire internationale après une dizaine d’années de marginalisation, phénomène incarné par le professeur de Bonn Carl Troll (1899-1975), élu président de l’UGI entre 1960 et 1964.

37 Du côté français comme allemand, les dernières synthèses sur le voisin datent des années 1930, en particulier le tome de la Géographie universelle signé par De Martonne qui inclut d’ailleurs l’Allemagne dans l’Europe centrale. Il faut attendre la fin des années 1960 pour observer en la matière un renouvellement des tableaux géographiques de l’Allemagne, avec les manuels de Reitel en 1969, puis de Pierre Riquet (né en 1937) en 1970 (Kleinschmager, 1994).

38 Notons à ce niveau qu’Estienne traduit correctement la Sozialbrache par l’expression « jachère sociale », notion passée dans le vocabulaire disciplinaire français sous le terme impropre de « friche sociale » (Baudelle, 1999), avec une nuance sémantique importante, également présente en allemand (Freund, 1993), renvoyant à la question de l’abandon provisoire ou définitif du territoire rural concerné, et donc de la stratégie des acteurs spatiaux, en l’occurrence les agriculteurs. Il s’agit indéniablement du concept le plus connu de Hartke en France, même si on ne peut absolument pas réduire son œuvre à cette seule notion (Werlen, 1998).

39 Armand Frémont (né en 1933), enseignant à l’université de Caen depuis 1960, fait un stage et plusieurs excursions avec lui à Munich, le Lyonnais Jean Labasse (1918-2002), plus âgé, banquier et spécialiste de géographie appliquée aux affaires, le remercie d’avoir « préparé et guidé [son] voyage » en 1961 (Labasse, 1961), tandis qu’en 1963, Alfred Zinck, jeune élève de Juillard à Strasbourg, indique avoir eu « l’occasion de passer un mois à l’institut du professeur Hartke, un mois d’initiation à la problématique et à la méthodologie propres à la géographie sociale, un mois également de prise de contact avec un certain nombre de travaux, au travers desquels transpire l’orientation d’esprit particulière qui préside à la recherche de géographie sociale », dont il fait une description très précise (Zinck, 1963, p. 419).

40 Elle est fondée en 1961 par Juillard.

41 Elève du Lyonnais Maurice Le Lannou (1906-1992), elle est l’auteure d’une thèse novatrice sur les travailleurs en Sicile (Rochefort, 1961), sous-titrée « Etude de géographie sociale » (Calbérac, 2012 ; Labussière, Aldhuy, 2012 ; Robic, 2013).

42 Ainsi, elle prend souvent la parole et intervient à plusieurs reprises pour citer le cas italien qu’elle connaît bien ou les psychologues et sociologues qu’elle utilise dans ses travaux (par exemple CNRS, 1962, p. 85-90).

43 A l’époque professeur à Reims, ce proche de Juillard venait de soutenir sa thèse sur les campagnes toulousaines en 1965.

44 Professeur et géomorphologue de Clermont-Ferrand, il est également l’auteur en 1961 d’un Précis de géographie humaine (Thouret, Lageat, 2004).

45 Accentué par le lieu (Munich) et le genre (un hommage) de la publication, rendant le texte difficilement accessible et en soi peu porteur de nouveauté pour les jeunes géographes de l’époque.

46 Marqué par la visite des villes de Munich, d’Augsbourg, de Francfort, de Cologne, les villes de la région industrielle houillère de la Ruhr, Berlin-Ouest, Hambourg, Hanovre et Nuremberg.

47 P. George, P. Brunet, P. Claval, mais aussi Jean Miège (1912-2002), spécialiste de la vie rurale dans le sillon alpin et géographe de Nice, le couple de géographes parisiens Geneviève et Philippe Pinchemel (1923-2008), André Fel (1926-2009), spécialiste du Massif Central, et enfin Riquet (né en 1937), jeune et récent spécialiste de la géographie de l’Allemagne (Riquet, 1970), ce qui montre un renouvellement important des interlocuteurs français de Hartke.

48 Cet article est particulièrement intéressant : publié en français sous l’impulsion de Paul Claval, alors professeur à Besançon, il est issu d’une conférence donnée en mars 1968, un an donc avant le « Congrès de géographes allemands » (Geographentag) de Kiel, en 1969, moment décisif de diffusion des idées nouvelles de Bartels (Ginsburger, 2015a). Il témoigne ainsi de l’intérêt et de l’écho que trouvaient certains des penseurs germaniques les plus originaux chez leurs collègues français de la fin des années 1960.

49 Lors d’un débat autour de la géographie scolaire, le 18 novembre 1983, son nom apparaît parmi les 20 participants, mais sans prise de parole, malgré l’ouverture du débat sur les autres modèles européens de formation des enseignants d’histoire-géographie (Claval, Guermond, 1986). A l’été 1984, au cours du congrès international de géographie de l’UGI à Paris, une journée est organisée à la Maison des Sciences de l’homme par, entre autres, Michelle Guillon (née en 1938), sorte de « contre-congrès » autour de la géographie sociale, lors de laquelle il est présent et rencontre par exemple Marie-Claire Robic pour la première fois, trouvant un point commun particulièrement important dans leur intérêt mutuel pour la figure de Christaller (témoignage de Marie-Claire Robic, recueilli le 06 mai 2013). Enfin, en janvier 1988, une discussion sur l’« aménagement du territoire en France et en Europe » l’amène à intervenir pour préciser le cas allemand.

50 Il signe en 1980 une thèse sur l’histoire de la région Alsace aux XIXe et XXe siècles et se signale comme un spécialiste strasbourgeois des « recherches rurales de géographie sociale » (Bonnamour, 1984, p. 16).

51 En mai 1985, L’Espace géographique organise un débat visant à « soumettre les concepts de la « géographie sociale » française actuelle à une analyse critique », afin que faire éclore « une démarche théorique consciente et explicitée, qui [devait] aboutir à ce que la géographie sociale soit autre chose qu'une mode » (Guermond, 1986).

52 Après sa thèse soutenue en 1973, il est devenu maître de conférences, puis professeur à l’université de Strasbourg entre 1980 et 1990. En 1982, il fonde l’Association de Géographes franco- et germanophones et la « Rencontre de Géographes Français et Allemands », patronnée par les Comités nationaux de Géographie de France et de la RFA, puis des Rencontres de Géographes Franco- et Germanophones à partir de 1985, cadre dans lequel il participe au Geographentag de Sarrebruck de 1989, ce dont il témoigne dans les Annales de géographie (Wackermann, 1990). Ces associations semblent avoir cessé leurs activités en 1992, peu de temps après sa nomination à la Sorbonne en 1990.

53 Il est l’auteur en 1969 d’une thèse de géographie urbaine et industrielle en Alsace, soutenue à l’université de Paris, enseignant à l’université de Nanterre (1964-1985), puis professeur de géographie humaine et régionale à l’université Paris IV-Sorbonne (1985-1994).

54 On y trouve également le Lillois Pierre Bruyelle (1930-2002) le Strasbourgeois Henri Nonn (né en 1929) et le Lyonnais Michel Laferrère (né en 1924), mais aussi des spécialistes plus jeunes, comme Jean-Marc Holz (né en 1948, professeur à Perpignan) et Richard Kleinschmager (né en 1947, professeur à l’IEP de Strasbourg et titulaire d’une thèse soutenue en 1990).

55 On peut ainsi distinguer sa génération (Chabot, Meynier, George, Dresch, Dion, Juillard, P. Brunet), celle des années 1950 (Juillard, Labasse, P. Brunet, Blanc) et enfin celle des années 1960 (Rochefort, Frémont, Zinck, R. Brunet). Du point de vue de la géographie académique, ses contacts furent concentrés dans les universités de Paris, de l’Ouest (Rennes, Caen) et de l’Est (Strasbourg, Nancy, Lyon, Grenoble).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Géographies sociales et appliquées, entre regards croisés et circulations universitaires : Wolfgang Hartke, les géographes français et les relations académiques franco-allemandes au XXe siècle », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 746, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27271 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27271

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page