Navigation – Plan du site
2015
748

Un « SIG à dires d’acteurs » : décryptage des vulnérabilités environnementales des agro-éleveurs et pasteurs au Bénin

A “stakeholder-guided GIS”: description of environmental vulnerabilities of agro-pastoralists and shepherds in Benin
Elodie Robert et Fabrice Gangneron

Résumés

Au sud-est de la commune de Djougou, les eaux de surface à usage pastoral se raréfient depuis les années 1990. Pour en comprendre l’ampleur et les raisons, nous avons développé un outil permettant une analyse socio-spatiale et socio-environnementale, à l’échelle du finage de deux villages, des dynamiques des ressources, de leurs usages et des stratégies d’accès développées par les populations : un SIG « à dires d’acteurs » associant sur le même support une cartographie classique (réseau hydrographique, forêts, voies de communication, villages, etc.) et l’expertise des populations locales. Cet outil, adossé à des entretiens semi-directifs approfondis, rend possible une description spatio-temporelle très détaillée des dynamiques agraires et des interfaces entre le monde agricole et pastoral. Il rend également compte de l’inquiétante et récente diminution des ressources en eau de surface en saison sèche et les stratégies pastorales des différents groupes d’éleveurs peuls. Enfin, il donne à voir le fait que la raréfaction des ressources n’a pas d’origine climatique, mais qu’elle est la conséquence de modes de production sans régulation des ressources. Les difficultés d’exercice de l’élevage pastoral sont en outre largement dues à une ligne de fracture sociale non pas entre éleveurs et agriculteurs mais entre autochtones et allochtones, conduisant les seconds à pratiquer le pastoralisme dans des espaces de relégation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 ANR ECLIS (Elevage CLImat et Sociétés, 2009/2012), ANR ESCAPE (Environmental and Social Changes in (...)

1Au centre du Bénin, dans la commune de Djougou, les pratiques agricoles et pastorales relèvent d’une exploitation extensive des ressources de l’environnement. L’assolement intègre des jachères longues et des conquêtes de terres neuves. L’élevage, exclusivement pastoral, s’appuie sur les mobilités animales pour l’exploitation de pâturages non cultivés et sur les eaux de surface pour l’abreuvement. Les programmes de recherche pluridisciplinaires auxquels nous avons contribué1 nous ont conduits à nous interroger sur les dynamiques de ces ressources. Il nous est rapidement apparu qu’elles subissaient des dégradations, mais qu’il n’était aisé ni de les situer, ni d’en comprendre les causes : climatiques, pressions d’usage, extensions agricoles et concurrences entre agriculture et pastoralisme.

2Pour accéder à une compréhension fine (temporalités, localisations, causalités sociales et environnementales) de ces dégradations, il nous a semblé nécessaire d’opter pour un outil capable de synthétiser les données physiques de la cartographie et les informations issues directement des acteurs et de leurs pratiques. À l’échelle du finage de deux villages (Alhéri et Sew Sewga, figure 2) sur lesquels porte cet article, nous attendions une description spatio-temporelle très détaillée (par exemple la disponibilité en eau de surface en saison sèche des petites mares) permettant de situer et qualifier la nature des dynamiques et des risques. Il est souvent difficile d’établir des liens robustes entre les informations issues de la cartographie (physique) et celles des enquêtes par entretiens aux échelles des petits territoires villageois. D’un côté, les cartes rendent facilement compte de la dynamique de l’occupation du sol, mais elles n’apportent pas d’informations précises sur l’état des petits cours d’eau, principales sources d’abreuvement sur nos sites, ni sur les qualités pastorales de la végétation, encore moins sur les pratiques. D’un autre côté, les entretiens, même approfondis sans support cartographique, sont porteurs d’irréductibles imprécisions spatiales qui interdisent de situer avec certitude tout évènement.

3L’objectif est donc de proposer une lecture socio-environnementale des contraintes et des stratégies développées par les populations locales, en mettant des mots sur les cartes à partir de leurs témoignages et de leurs pratiques de l’environnement agricole et pastoral. Nous appuyant sur des travaux de prédécesseurs (d’Aquino et al., 2002a ; Saqalli et al., 2009 ; Gueben-Venière, 2011) et adaptant leurs méthodes aux spécificités de notre questionnement, nous avons ainsi élaboré une méthode, un « SIG à dires d’acteurs » qui permet d’associer à la cartographie physique, les pratiques et l’expertise des populations d’éleveurs et d’agriculteurs.

Questionnements scientifiques et contexte

Questions de recherche

  • 2 AMMA-CATCH : Analyse Multidisciplinaire de la Mousson Africaine, Couplage de l’Atmosphère Tropicale (...)
  • 3 Les données de pluies sont issues d’un calcul par krigeage de huit stations (Bassila, Bétérou, Birn (...)

4La raréfaction des ressources environnementales n’est pas, loin s’en faut, la seule fragilité locale ; mais sa rapidité, au cours des dernières années sur notre terrain d’étude, est particulièrement préoccupante. Les changements pluviométriques sont souvent évoqués comme facteurs de cette dégradation, ils ne sont pourtant pas les plus déterminants. En effet, les travaux de climatologues (Le Lay, Galle, 2005 ; Lawin, 2007 ; Lawin et al., 2009) et les données produites par le réseau AMMA-CATCH et la DNM2 montrent une réduction pluviométrique durant la décennie 1980, mais une reprise des pluies pour les décennies suivantes sans toutefois atteindre le niveau des années 1970 (figure 13).

Figure 1 : Cumuls des pluies

Figure 1 : Cumuls des pluies

Sources : AMMA-CATCH et DNM du Bénin

5Une hypothèse forte d’un danger climatique (ou plus exactement pluviométrique) nous paraît donc à écarter, tandis que ce sont les pratiques humaines qu’il semble falloir questionner à travers les dynamiques des systèmes de production agricoles et pastoraux.

  • 4 Il s’agit de la zone qui ceinture la partie centrale de la forêt classée : une bande/interface bois (...)

6L’exploitation agricole du sol poursuit une gestion de la fertilité par des jachères traditionnellement longues (de l’ordre d’une quinzaine d’années) et le défrichage de terres neuves. Cette quête de terres a provoqué l’ouverture au début des années 1990 d’un front pionnier dans la zone tampon4 de la forêt classée de l’Ouémé, pour atteindre en 2012 les limites de cette dernière (figure 2).

  • 5 Littéralement : Peul de Djougou.
  • 6 Les BarguuBe (« Peuls du Borgou ») ont leurs assises territoriales dans le Borgou (région situé à l (...)

7Ces espaces agricoles sont historiquement appropriés, modelés par et pour les agriculteurs Yom qui disposent de la légitimité locale à gérer les hommes et les terres. Dans ce paysage, les pasteurs font leur apparition tardivement, par petites vagues migratoires (suite à des conflits politiques et des sécheresses). Les premiers arrivants peuls, qui sont à l’origine du groupe DjugureeBe5, s’installent à partir de 1830. Ils deviennent rapidement les fidèles alliés de leurs hôtes Yom (Ciavolella, 2013 et en cours). L’antériorité d’installation des Yom est fondatrice de la séparation aujourd’hui constituée entre les autochtones (dont les DjugureeBe se proclament) et les allochtones, notamment les BarguuBe et MbororooBe6. Ces derniers, dont la présence est beaucoup plus récente, pratiquent un pastoralisme fondé sur l’usage de ressources non cultivées (pâturages naturels) et non aménagées (ressources en eau de surface) dans des espaces interstitiels non (encore) investis par les cultures, mais toujours en territoire Yom.

8Les rapports sociaux entre le monde de l’élevage et celui des cultures sont donc tous à lire à travers la dichotomie autochtones/allochtones : les premiers disposant de l’autorité sur les hommes (les rois) et sur le sol (les chefs de terres), les seconds étant en situation de forte sujétion territoriale et politique. Les deux mondes cohabitent mais les méfiances des uns envers les autres interdisent l’élaboration de règles de cogestion des espaces et des ressources. La question de cette cohabitation se pose avec d’autant plus d’acuité que la forte pression démographique (agricole et pastorale) montre les limites d’une exploitation extensive des espaces et des ressources. De plus, contrairement au sol, les ressources ne sont pas à proprement parler gérées, elles sont exploitées tant que la densité des champs reste faible ou que les ressources demeurent suffisamment abondantes.

9Dans ce contexte, un outil pour une analyse socio-spatiale à l’échelle du finage des deux villages s’impose afin d’exprimer à la fois les pratiques et dynamiques d’exploitation des ressources ainsi que les rapports sociaux spatialisés.

Questions de méthode

  • 7 L’analyse de ces images comprend des (pré)traitements, un travail de photo-interprétation et la réa (...)
  • 8 Ces données sont issues d’un travail de télédétection conduits par le laboratoire GET (Robert et al (...)
  • 9 Comptant deux images pour couvrir la zone d’étude, sur trois décennies il faudrait entre une dizain (...)

10L’analyse des images satellitaires extraites des archives Landsat de l’USGS7 (United States Geological Survey) recueillies pour la période 1984-2012 (capteurs Landsat-4 TM, Landsat-5 TM et Landsat-7 ETM+) montre la progression des fronts agricoles et les mitages de la brousse et de la forêt claire8 (Robert et al., soumis). Elle permet d’étudier la dynamique de l’occupation du sol, voire des ressources environnementales (production primaire, ressources en eau à large empreinte spatiale), mais les images ont deux inconvénients rédhibitoires pour répondre à nos questions. Leurs lectures, même à une résolution moyenne de 30 m, ne permettent pas une observation des ressources en eau des petits cours d’eau (largeur inférieure au pixel, présence de ripisylve) qui sont pourtant les seules ressources agropastorales de Sew Sewga et d’Alhéri (outre le barrage de Daringa, figure 2). Les images satellites à plus hautes résolution de type SPOT 6 et 7 (6 m en multi-spectral), Ikonos, QuickBird (inférieure à 2,5 m) apporteraient une meilleure définition spatiale, mais leurs coûts rendent difficile leur usage en routine tel que nous le proposons dans ce texte9. De plus, s’il est possible d’observer les fronts pionniers agricoles, les cartes n’informent pas sur leurs auteurs, leurs usages et les rapports sociaux qui contrôlent les accès à la terre et aux ressources. Pour ne pas faire porter au seul environnement la responsabilité des difficultés croissantes de l’exercice du pastoralisme, il est nécessaire d’inscrire sur les supports cartographiques des informations issues directement des témoignages des populations locales. Il est donc apparu essentiel d’élaborer un outil synthétique, associant la description physique et celle des acteurs impliqués dans les dynamiques environnementales. En d’autres termes, il s’agit de combiner dans un SIG une cartographie « classique » (pour le recueil des dynamiques environnementales : végétations, eaux de surface, espaces mis en culture, etc.) et des données « à dires d’acteurs » constituant ainsi un outil composite en capacité de proposer une lecture socio-spatiale et socio-environnementale des ressources, des pratiques et des stratégies des populations locales.

  • 10 Les termes d’expert et d’acteur renvoient à la distinction entre savoir et croire, description et e (...)

11Les travaux sur les « ZonAges à Dires d’Acteurs : ZADA » (Saqalli et al., 2009) et les « SIG conçus par les acteurs » (d’Aquino et al., 2002a) ont largement inspiré notre méthodologie dans notre volonté d’inscrire sur des supports cartographiques les pratiques et les connaissances locales et de disposer d’une description fine des dynamiques des ressources environnementales. Le but est d’intégrer les savoirs locaux, de les formaliser par « la mise à disposition d’une information (cartographique) externe de qualité » (d’Aquino et al., 2002b). Il ne s’agit pas ici de produire une cartographie mentale (Downs et Stea, 1973 ; Zeigler et al., 1983 ; Brunet, 1987) « reflétant une réalité subjective de l’espace, c’est-à-dire la façon dont un individu se représente une portion de l’espace » (Gueben-Venière, 2011). Notre travail ne porte pas sur les représentations spatiales des agriculteurs et des pasteurs, mais sollicite leurs savoirs sur leur environnement. Précisément, il s’agit d’accéder aux pratiques par l’usage d’images, de fonds cartographiques préconstruits (par nous) sur lesquels chacun s’exprime. Dans ce cas, les acteurs contraignent par apprentissage leurs propres géographies mentales afin de les rapprocher des codes de la cartographie géoréférencée intégrable à un SIG et d’obtenir dans un même système de coordonnées une cartographie composite issue de cartes physiques et des dires des « sujets ». Il ne s’agit pas de mobiliser leurs subjectivités (leurs représentations du monde, ce qui fait sens pour eux) mais leurs expertises (état de faits matériels tels que les localisations et les datations de diminution des ressources en eau, d’augmentation des espaces mis en cultures, etc.). Néanmoins l’expression de cette subjectivité n’est pas – loin s’en faut – considérée comme inutile ou annexe, elle est recueillie en entretiens semi-directifs individuels lorsque la carte est parachevée de leurs descriptions. Ce ne sont plus alors les « experts » qui sont sollicités mais les acteurs10, c’est-à-dire les personnes impliquées, leurs vécus et leurs représentations des phénomènes décrits.

  • 11 PSIG : Programme Systèmes d’Information Géographique. PPSIG : Participation Publique et Système d’I (...)

12Notre travail entend appréhender les rapports des agriculteurs et des éleveurs à leur environnement, rapports « sociaux spatialisés » ; mais, nous ne nous situons pas dans une démarche de recherche-intervention visant à accompagner (ou à produire) des transformations sociales. Nous entendons être des témoins plus que des acteurs des transformations. Néanmoins notre travail pourrait être en amont d’éventuels appuis au développement tels que nous pourrions les penser au travers de démarches d’accompagnement de type PSIG et PPSIG11. En effet, la cartographie dite participative est très souvent un outil d’accompagnement des politiques publiques (Cauvin et al., 2008) et des communautés locales, un outil de géo-prospective (Étienne, 2012) destiné à améliorer les conditions d’existences de populations rurales. En tant que démarche d’accompagnement, elle s’inscrit dans une perspective de recherche-action, c’est-à-dire de transformation du monde social, et ses méthodes consistent à produire de la connaissance par interactions d’acteurs (acteurs locaux entre eux et acteurs locaux/chercheurs). Considérant que la démarche est largement collective, l’un des points d’ancrage de l’approche consiste à produire une ontologie commune servant de base à une compréhension collective et ainsi au dialogue. Cette famille de méthodes postule la possibilité de constituer des espaces de dialogues collectifs où les positions sociales, les rapports de force, les rapports d’autorité sont suffisamment surmontables pour que l’expression individuelle dans l’arène collective soit légitimée et puisse trouver sa place. Les travaux de socio-anthropologues africanistes soulignent cette difficulté, contestant même l’existence d’une société civile (Jacob, 2009) et les approches communautaires (Olivier de Sardan, 2000), pour insister au contraire sur les clivages, l’importance des pouvoirs locaux, et ainsi sur le risque de capture de paroles dans les espaces collectifs par les élites locales. Nous ne nions pas l’existence de communauté (villageoise, de pensée, etc.) mais les apports de la socio-anthropologie ouest-africaine nous invitent à une certaine prudence qui nous a conduit à recourir à des techniques interindividuelles lorsque les acteurs sont impliqués (pratiques et perceptions) ; alors que pour la construction d’un référentiel cartographique commun, la dynamique du groupe nous semble appropriée. Ajoutons que dans le travail que nous présentons ici, nous nous intéressons aux systèmes de productions familiaux, qu’ils soient agricoles ou pastoraux, pour lesquels l’échelle sociale d’analyse est la famille, représentée par le chef d’exploitation. Nous remontons ainsi du particulier au général (pour la cartographie et pour les entretiens) et montrons, par croisement des entretiens et des cartes, les redondances mais aussi les éventuels clivages.

13La méthode a été expérimentée sur un terrain sahélien (Gangneron, 2013), puis mise au point au sud-est de la commune de Djougou.

Zone d’étude

14La commune de Djougou (département de la Donga) relève d’un climat de type soudano-guinéen. Les formations naturelles sont dominées par la forêt claire et les savanes arborées et arbustives.

15La superficie cultivée en 2006 était évaluée à 35,7 % (Judex et al., 2009) avec une rapide expansion des surfaces mises en culture, de + 61 % à + 100 % sur la période 1991-2000 dans la région de Onklou-Bakou-Wéwé (zone d’étude, figure 2). Cette évolution est due à l’accroissement démographique, la densité atteignant 45 hab./km2 dans l’arrondissement d’Onklou (SDAC, 2012) où se situent les deux villages étudiés (Sew Sewga et Alhéri). Dans un contexte de forte pression démographique, la concurrence pour les ressources et les conflits entre agriculteurs et éleveurs croissent sensiblement.

16L’autorité coutumière est détenue par des « petits rois » Yom, comme celui de Sew Sewga qui cumule les fonctions de roi et de chef de terre. Ce village agricole, fondé en 1972 par deux familles en quête de terres neuves, accueille aussi des groupes Ditamari qui, toujours considérés comme étrangers, restent en situation de sujétion politique et territoriale. Aujourd’hui, le village est composé de 27 concessions. À quelques kilomètres au sud-est, Alhéri est un village d’agro-éleveurs DjugureeBe fondé en 1974 ; en 2013, il comporte 25 concessions. Agro-éleveurs de tradition, certains ont toutefois perdu tout ou partie de leurs animaux (essentiellement à cause des épizooties), les autres conservent quelques têtes de bovins, quelques dizaines au maximum. Des BarguuBe, anciens transhumants, se sont durablement installés au sud d’Alhéri dans des campements depuis 6-10 ans sans en référer aux autorités coutumières (de Bakou, d’Alhéri ou de Sew Sewga). Des MbororooBe sont également présents, dans les zones les plus enclavées. Ces deux groupes peuls demeurent essentiellement des éleveurs de bovins.

Figure 2 : Zone d’étude

Figure 2 : Zone d’étude

Sources : Google Earth, Carte IGN de Djougou

17Ce terrain d’étude a été choisi à l’issue d’un travail exploratoire, selon plusieurs critères : la diversité de ses populations (agro-éleveurs, cultivateurs, éleveurs ; Yom, Ditamari, Lokpa, BarguuBe, DjugureeBe, MbororooBe), les fortes dynamiques de conquêtes agricoles notamment en marge (zone tampon) de la forêt classée de l’Ouémé (figure 2) et la raréfaction des ressources pastorales.

Constitution du SIG composite et quelques résultats d’enquêtes

18La méthode s’articule en quatre étapes : réalisation d’une carte simplifiée à moyenne échelle, élaboration collective de la carte définitive, inscription des pratiques en entretiens individuels et enfin, intégration des pratiques dans le SIG composite.

Réalisation d’une carte simplifiée à moyenne échelle

  • 12 Le système de projection retenu a été l’UTM (Universal Transverse Mercator) zone 31, Ellipsoïde et (...)

19Il s’agit de circonscrire le territoire exploré par les villages concernés ainsi que par quelques habitats dispersés de BarguuBe sédentarisés ou de Ditamari. Nous avons intégré dans un SIG12 les différentes couches cartographiques que nous avions construites (à partir de cartes IGN et d’images Google Earth) : le réseau hydrographique, la forêt classée de l’Ouémé, les principaux villages, le barrage de Daringa, les voies de circulation, l’ensemble servant de matrice (figure 3). La carte obtenue est imprimée au format A2, suffisamment grande pour qu’elle puisse être lisible en groupe sans être trop encombrante.

Figure 3 : La zone de Bakou/Wéwé

Figure 3 : La zone de Bakou/Wéwé

Sources : Google Earth, Carte IGN de Djougou

Élaboration collective de la carte définitive

20Les premiers entretiens ont été collectifs. Ils se sont déroulés sous l’égide du chef de village avec les chefs de famille représentant l’autorité familiale et l’unité de production. La carte (figure 3) leur a été présentée et ils l’ont complétée de nouveaux objets, des noms des cours d’eau qui structurent le paysage.

21L’apprentissage de la lecture cartographique est une étape délicate puisque la plupart de nos interlocuteurs n’ont jamais été confrontés à ce type de représentation spatiale. La présence de jeunes scolarisés facilite l’assimilation collective de la lecture de carte qui emprunte parfois des détours, notamment en mobilisant des pratiques comme celle de dessiner sur le sable l’environnement du village. Le passage de la représentation mentale à la carte géoréférencée nécessite du temps, mais les éléments du paysage (village, route, cours d’eau et forêt) et la dynamique de groupe permettent néanmoins à tous de se repérer et de faire consensus sur les lieux et leurs noms pour parvenir à la figure 4. Nous partons de l’expérience de nos interlocuteurs en utilisant les points structurant le paysage (les villages, les cours d’eau et les voies de circulation) et opérons par concentricité depuis le lieu de l’entretien vers les points éloignés, les uns après les autres tels qu’on les atteint en marchant.

Figure 4 : Carte issue des entretiens collectifs

Figure 4 : Carte issue des entretiens collectifs

Inscription des pratiques en entretiens individuels

22Cette étape constitue le passage de la description des lieux à la description des pratiques saisonnières et historiques. Les entretiens sont alors individuels, semi-directifs et thématiques. Ils traitent de l’histoire de la famille et de l’exploitation, des activités pratiquées par les membres de la famille et des changements observés. Pour la réalisation cartographique, chacun explicite les lieux des pratiques (agricoles, pastorales, d’usages des ressources environnementales : eaux et pâturages) sur un transparent placé au-dessus de la carte matrice. Ils permettent ainsi d’illustrer la saisonnalité, les changements intervenus, les zones de concurrence et les stratégies pour faire face (à la raréfaction des ressources, aux rivalités/conflits, etc.). Chaque personne interviewée produit donc une carte comme l’indique l’exemple ci-dessous (figure 5). Les entretiens individuels permettent la libre expression de chacun, hors de tout contrôle social et la recherche des redondances ou des divergences des pratiques et des points de vue.

  • 13 Nous avons travaillé avec la moitié des chefs d’exploitation pour chaque village. Nous avons d’aill (...)
  • 14 La plus grande difficulté de terrain a été de rencontrer des BarguuBe et des MbororooBe souvent abs (...)

23L’échantillon a été construit après recensement de toutes les familles des villages auprès de chaque chef de village lors des entretiens collectifs afin de représenter le continuum agropastoral et tous les groupes sociaux. In fine, l’échantillon est constitué de 12 chefs de famille à Alhéri et de 14 à Sew Sewga13, ainsi que de personnes hors villages14, éleveurs ou personnes ressources.

Figure 5 : Carte « à dires d’acteurs » individuelle (B. I. de Sew Sewga) des ressources en eau de surface durant la saison sèche

Figure 5 : Carte « à dires d’acteurs » individuelle (B. I. de Sew Sewga) des ressources en eau de surface durant la saison sèche

Intégration des pratiques dans le SIG composite

  • 15 La table attributaire est composée de trois colonnes : ID (un identifiant, par exemple 1 correspond (...)

24Chacune des cartes est numérisée et intégrée au SIG ; des tables attributaires portant sur les changements (types et ancienneté) sont générées15. Pour chaque cours d’eau, nous procédons par requêtes en croisant des informations issues des cartes individuelles pour définir d’abord le principal changement puis son ancienneté. Dans la majorité des cas, pour chaque cours d’eau, un type de changement principal a été énoncé par plus de deux tiers des personnes. Il a donc été retenu et intégré à la carte synthétique des deux villages. Mara, Bakou, Wéwé et Massy présentent des réponses plus nuancées : soit retraits en mares, soit assèchement complet. Ces cours d’eau étant de taille moyenne, on peut supposer que certains habitants connaissent des portions qui peuvent tarir, quand d’autres observent des secteurs présentant une rétraction sous forme de mares. Enfin, seuls deux cours d’eau (Sefonga et Sew) se situent dans une position dans laquelle un type de changement a été identifié sans pour autant avoir été mis en évidence par deux tiers des personnes. À titre d’exemple, la carte de B.I de Sew Sewga expose certaines de ces différences. Concernant la durée, les réponses sont encore plus redondantes : seuls deux cours d’eau ne font pas l’unanimité (Potopoto et Linifor), la durée la plus souvent citée a alors été retenue.

  • 16 Nous situant dans une démarche qualitative (12 cartes pour Alhéri et 14 pour Sew Sewga), nous avons (...)

25Nous obtenons une carte synthétique16 pour chaque village et pour les deux sites (figure 6). La synthèse des cartes a donc été facilitée par la grande redondance des témoignages, y compris entre les deux villages ; elle révèle une certaine homogénéité des savoirs, « une connaissance commune d’un groupe social » (Gueben-Venière, 2011).

Figure 6 : Carte « à dires d’acteurs » synthétique de l’assèchement des eaux de surface en saison sèche, pour les deux villages

Figure 6 : Carte « à dires d’acteurs » synthétique de l’assèchement des eaux de surface en saison sèche, pour les deux villages

26Nous disposons finalement de cartes individuelles, par village, pour l’ensemble des acteurs et de cartes des ressources, des dynamiques agricoles et pastorales, ainsi qu’une explicitation de rapports sociaux liés aux ressources environnementales.

Éléments d’analyse socio-spatiale

Dégradations de saison sèche des ressources en eau

Des descriptions redondantes

27D’après l’ensemble des témoignages, la majorité des bas-fonds et des cours d’eau est concernée par la dégradation des ressources en eau de surface en saison sèche. Les tendances au tarissement sont générales et récentes. Il ne s’agit pas uniquement d’un arrêt des écoulements, mais de la totale disparition de l’eau, donc de l’impossibilité d’abreuver les animaux.

  • 17 Biyigui et Kara sont des termes Peul. Les Yom de Sew Sewga les nomment respectivement Adjeta-Behma (...)

28L’assèchement a d’abord touché les plus petits cours d’eau en tête de bassin, essentiellement à l’est de la route, dans la zone tampon de la forêt de l’Ouémé. Au cours de la période 2006-2012, ce sont Doubiera, Biyigui (Adjeta-Behma)17, Linifor, Komsa et Potopoto qui tarissent complètement entre janvier et mars. Kara (Gnagré) connaît une évolution similaire depuis 2009. Séfonga présenterait un état intermédiaire avec la persistance de quelques mares résiduelles jusqu’en fin de saison sèche (figure 6).

29Les plus grands cours d’eau tels que Massy, Bakou, l’aval de leur confluence, Mara et Wéwé se rétractent en mares entre janvier et avril et certaines portions tarissent complètement entre avril et juin surtout depuis le début des années 2010.

30Deux cours d’eau font exception, Sew Sewga qui ne tarit pas mais qui est peu utilisé (les abords étant trop boueux, les animaux risqueraient de s’envaser) ainsi que Sew qui conserve de l’eau et qui n’a pas connu de changements récents. Le barrage en amont, alimentant la nappe phréatique jusqu’en fin de saison sèche, doit concourir à son maintien en saison sèche.

31Les dégradations les plus remarquables se situent donc dans la zone tampon de la forêt classée, espace de forte extension agricole.

Des explications divergentes

32Les témoignages (des agriculteurs, des agro-éleveurs, des éleveurs autochtones et allochtones) sont redondants et cohérents dans leurs descriptions des changements, des lieux, des années charnières et des saisons. Cependant les interprétations de ces changements diffèrent sensiblement. Trois types de discours émergent :

  • Les Yom, les Ditamari et les Lokpa de Sew Sewga évoquent sans distinction les baisses de la pluviométrie et l’arrivée des Peuls allochtones avec notamment comme conséquences des difficultés pour maintenir des cultures de riz dans les bas-fonds.

  • Les Peuls DjugureeBe d’Alhéri insistent davantage sur la présence des Peuls allochtones (transhumants ou néo-installés) avec force détails (le piétinement des animaux provoquant l’ensablement, le comblement des cours d’eau, les surconsommations d’eau et de pâturages, etc.).

  • Les BarguuBe présents en saison sèche et les MbororooBe redoutent la raréfaction des ressources pastorales, mais ils se plaignent plus encore de la difficile cohabitation avec les groupes sédentaires.

33Les explications des phénomènes ne sont, bien entendu, pas l’expression d’une pure objectivation mais celles des communautés impliquées. Les Yom sont avant tout des agriculteurs, leur dépendance à la pluie est patente, alors que les DjugureeBe d’Alhéri sont en concurrence pastorale avec tout nouvel arrivant. Les témoignages procèdent d’une mise en intelligence, une mise en ordre du monde et le passage de la description à la signification des changements relève de « points du vue ». Ainsi les témoignages reflètent à la fois les communautés – communautés d’existences qui se traduisent en communautés de pensées – et les stigmatisations intergroupes.

34Les entretiens expriment une ligne de fracture, non pas entre éleveurs et agriculteurs mais entre autochtones et allochtones, les uns étant perçus comme la cause des soucis des autres. Les éleveurs allochtones sont la cible des éleveurs autochtones qui se font les alliés des agriculteurs. De leur côté, les éleveurs allochtones évitent les populations sédentaires, leurs habitats sont à bonne distance des villages et les stratégies pastorales limitent les interactions avec les agro-sédentaires. Mais cela ne saurait durer sous la pression croissante des deux activités. La cohabitation entre culture et élevage, l’une et l’autre en expansion, sans gestion concertée (sans distinction d’espaces champêtres et pastoraux, sans couloirs de passage, etc.) conduit immanquablement à l’augmentation des conflits (conflits d’usage et divagations animales dans les champs). Moins les éleveurs sont socialement intégrés (BarguuBe et MbororooBe) plus leur légitimité est remise en question par les agro-sédentaires et plus les conflits sont durs.

35Tous, « experts locaux » se trouvent aussi engagés et leurs implications, leurs vécus modèlent fatalement leurs analyses. Quant aux « experts chercheurs », ils continuent de s’interroger, notamment sur l’incidence des changements d’occupation du sol sur les ressources en eau. Le point de vue stigmatisant des éleveurs sédentaires et des agriculteurs – qui relèvent les (sur)consommations et le piétinement – semble être une explication partielle. La zone d’abreuvement entre 1974 et 2002 (figure 7) a connu un changement radical de l’occupation du sol depuis 1992 (Robert et al., soumis), date de l’autorisation de la mise en culture de la zone tampon de la forêt de l’Ouémé, la transformant d’une forêt claire en un maillage de plus en plus serré de champs. Les capacités de stockage de l’eau se sont ainsi probablement affaiblies (accroissement des ruissellements de versant au détriment de l’infiltration) : la vidange dans les petits cours d’eau se faisant plus rapidement provoquant ainsi un arrêt précoce des écoulements et l’assèchement des mares résiduelles.

Stratégies pastorales

  • 18 Dans les années 2000, certains troupeaux, touchés par des épidémies, ne comptent plus que 10 ou 15 (...)
  • 19 Les rapports entre les agriculteurs de la région et les DjugureeBe diffèrent des relations classiqu (...)
  • 20 Des conflits ont éclaté récemment suite à des divagations dans des champs d’habitants de Sew Sewga (...)

36Depuis la fondation en 1974 du village d’Alhéri, les éleveurs organisaient leurs parcours pastoraux proches des petits cours d’eau (Potopoto, Komsa, Sefonga, Biyigui et Mara) et vers Massy (figure 7). La densification des cultures à Massy depuis le début des années 2000, l’arrivée de troupeaux BarguuBe et la raréfaction des ressources en eau de Sokpété et Mabaka-té ont singulièrement compliqué les parcours et ont conduit les troupeaux DjugureeBe à se replier sur Mara à partir de 2002. Mais la pression des BarguuBe sur ce cours d’eau a contraint les petits troupeaux des DjugureeBe (10-15 têtes maximum)18 à un retour vers Massy depuis 2006. Grâce à leur fine connaissance des lieux et leurs bonnes relations avec les agriculteurs19, les bergers menant de petits effectifs parviennent encore à trouver de l’eau et à éviter les conflits malgré les divagations animales dans les champs. Ces stratégies ne sont guère possibles pour les BarguuBe et les MbororooBe dont les troupeaux sont plus gros et les relations avec les agriculteurs tendues20.

Figure 7 : Évolution de l’accès aux ressources en eau pour les troupeaux de la région de Bakou/Wéwé

Figure 7 : Évolution de l’accès aux ressources en eau pour les troupeaux de la région de Bakou/Wéwé

37Ainsi, de 1974 au milieu des années 2000, quelles qu’aient été les saisons, les animaux revenaient chaque soir à la concession. Depuis 2006, les Peuls DjugureeBe d’Alhéri disposant encore d’effectifs relativement importants conduisent leurs animaux de plus en plus loin et vers les zones enclavées. Les mouvements durant la saison des cultures (de juin à décembre) qui ont pour fonction essentielle d’éloigner les animaux des champs s’orientent vers la forêt classée, dernier lieu non soumis à la pression pastorale mais loin de leurs habitats. Comme pour la saison sèche, l’éloignement a obligé les éleveurs à reprendre les systèmes du dumoddi (petite transhumance de saison des pluies) avec l’établissement de campements provisoires. La seule période où les animaux restent proches des concessions est celle comprise entre décembre (après les récoltes) et mars (début de la pénurie d’eau), durant laquelle ils peuvent entrer dans les champs et les jachères.

38Les BarguuBe qui fréquentaient la « zone originelle » (figure 7) ont dû eux aussi changer de stratégie, orientant les mouvements des troupeaux surtout vers Sew au nord (plus rarement vers Wéwé) au contact de la forêt classée, là où les pâturages et surtout les ressources en eau restent abondants. Ces destinations, trop éloignées des habitats pour permettre des retours quotidiens, ont contraint les éleveurs à renouer avec le ceodi (Bierschenk, Le Meur, 1997) : l’ancienne transhumance de saison sèche avec des implantations de campements temporaires sur site, qu’ils avaient pour un temps abandonnée.

39Par ailleurs, les BarguuBe et les MbororooBe mentionnent rarement le barrage de Daringa comme ressource en eau alors qu’ils ont des difficultés récentes pour abreuver le bétail. Le réservoir a pourtant été construit dans une logique GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau) la plus inclusive possible (pastoralisme, maraîchage, pisciculture, etc.), avec une gestion fondée sur la représentativité des communautés. Depuis sa mise en eau en 2004, un comité de gestion dument élu devait organiser son exploitation ; rapidement la communauté peule en a été écartée et les couloirs d’accès mis en culture. L’abreuvement est donc longtemps resté marginal (Gangneron, 2011). Toutefois, les derniers témoignages de 2013 font état d’un timide usage par les trois communautés d’éleveurs.

40Actuellement, les lieux des plus grandes destinations se retrouvent au nord de la zone, dans la région de Sew, et jusque dans la forêt classée. Les ressources en eau de surface et les pâturages y sont encore abondants, la pression agricole moins forte et la circulation des animaux plus facile.

41En définitive, les stratégies des éleveurs se bâtissent en réponse à quatre types de contraintes : l’eau, les pâturages, les circulations animales, les conflits. La recherche de ressources en eau est la plus structurante, les parcours s’organisant toujours autour d’elles par des mouvements quotidiens de pâturage/abreuvement. En milieu soudano-guinéen, la recherche des pâturages n’est pas une contrainte climatique, la pluviométrie est largement suffisante pour produire les herbages. Elle prend sens dans le contexte local agricole. Certes la pression agricole réduit les ressources végétales, mais surtout elle complique les parcours pastoraux spécialement en absence de couloirs de transhumance. À mesure qu’augmente la pression agricole, les divagations animales et les conflits se multiplient.

Ressources et rapports sociaux

42Dans la région, le sol est contrôlé par des institutions coutumières qui distribuent les droits d’usage aux différents groupes sociaux. Ces droits se sont construits par et pour les populations anciennes d’agriculteurs, principalement Yom, qui ont fondé des lignages « d’aristocraties terriennes » au travers de titres de rois et/ou de chefs de terres. Ils ne sont pas des propriétaires au sens du droit romain mais ils ont la maîtrise foncière (Le Roy, 1996) péri-villageoise qui inscrit la terre dans des rapports de sujétion non pas économiques mais sociaux et politiques. L’appartenance aux lignages des fondateurs garantit une certaine autorité et sécurité qui fait défaut à tous les autres groupes sociaux. Néanmoins, l’ancienneté d’installation des Yom, non apparentés aux lignages fondateurs, et des DjugureeBe contribue à les associer aux délibérations et décisions villageoises. Sur ces bases se constituent des lignes de séparation, non pas entre agriculteurs et éleveurs mais entre agro-éleveurs « autochtones » et pasteurs « allochtones ». Les premiers aspirent à la gestion du sol, ils disposent pour cela des institutions idoines, tandis que les ressources pastorales sont pour leurs pratiques sans grand enjeu. Les seconds aspirent à disposer de ressources saisonnières sans revendiquer d’attaches territoriales fortes, mais ils ne disposent d’aucune institution ni de légitimité, base d’une cogestion des « espaces-ressources » (Barrière et Barrière, 1997). Ainsi, les ressources de l’environnement et les espaces pastoraux n’ont pas de statut coutumier, les lieux de pâturage ne sont que des interstices, des espaces en attente non encore investis par l’agriculture mais susceptibles de l’être.

43La pression démographique complique encore le jeu d’acteurs. Durant les années 1970 et 1980, les cultures péri-villageoises laissaient toute liberté d’action aux troupeaux, soit vers Massy, soit de l’autre côté de la route (zone tampon). Depuis, l’emprise spatiale des cultures s’est considérablement accrue, par densification à Massy et sous forme de fronts pionniers dans la zone tampon de la forêt classée (figure 8). La cartographie, les entretiens et les observations de terrain ont révélé que les agriculteurs ont atteint les limites du front pionnier agricole ouvert depuis 1992 (celle de la zone centrale de la forêt classée de l’Ouémé que la loi interdit aux cultures). Il n’y a plus de terres disponibles, depuis 1998 à Sew Sewga, depuis 2007 à Alhéri. Du fait de cette pression agricole, les conflits entre agriculteurs et éleveurs vont croissants. Les nouvelles mobilités qui se sont déroulées sont des stratégies de repli, essentiellement en direction des dernières zones enclavées, toujours plus loin, compliquant l’exercice de l’élevage.

Figure 8 : Pression agricole depuis 1974 et conséquences actuelles pour les parcours pastoraux des Peuls d’Alhéri

Figure 8 : Pression agricole depuis 1974 et conséquences actuelles pour les parcours pastoraux des Peuls d’Alhéri

44Les deux systèmes, l’un basé sur les cultures et l’autre sur l’élevage pastoral, sont totalement dissociés du point de vue agronomique (absence de fumure animale dans les champs, pas de traction animale pour les cultures, etc.) et social (pas de mariage entre autochtones et allochtones, etc.). Plus encore, ils sont dans des rapports de pouvoir qu’une lecture socio-spatiale des pratiques de l’environnement via un outil tel que le « SIG à dires d’acteurs » est en capacité de révéler. Les stratégies mises en œuvre pour la recherche des ressources pastorales (eaux et pâturages) s’inscrivent toujours dans un triptyque acteurs/ressources/territoire. Les difficultés que connaissent les pasteurs, les conduisant toujours plus loin, ne peuvent se réduire à une simple baisse des capacités de l’environnement à produire des ressources. Elle peuvent alors se voir comme la conséquence d’enjeux asymétriques (disposer du sol pour les cultures vs disposer de ressources pour l’élevage) portés par des communautés distinctes aux « capitaux » (politique, relationnel, symbolique, historique) et légitimités inégalement reconnus. Sur les cartes, cette asymétrie se traduit par des définitions en creux des espaces pastoraux, espaces sans statut, espaces en attente. En situation de pression démographique agricole, ils sont de plus en plus rares, de plus en plus loin ; ils deviennent des espaces de relégation (figure 8).

Conclusion

45La démarche de ce travail sur la raréfaction des ressources pastorales, s’attachant à en comprendre leurs causes, ne consistait pas simplement à nous interroger sur les capacités de l’environnement à produire des ressources et à supporter la pression d’usage. Nous tenions pour fil d’Ariane l’hypothèse de fragilités socio-environnementales plus que climatiques, ce qui nous a conduits à développer deux théories.

46La première consiste à « dénaturaliser » l’environnement, à le concevoir comme un système en interaction, entre l’humain et le non-humain qui l’environne. Aussi les ressources telles que nous les envisageons ne sont-elles pas « naturelles » (Dupré, 1996) mais consistent-elles en une co-production « nature-culture ». Par cette approche, le pastoralisme n’est pas un simple usage de la nature, de ses productions (de ses « services environnementaux ») et de ses potentiels productifs. Les espaces pastoraux sont entretenus par ce mode d’élevage. Le cortège végétal, l’occupation du sol et même l’hydrologie locale sont marqués par les activités pastorales. Ainsi, la charge pastorale compte bien entendu parmi les causes de dégradation des ressources suite à l’arrivée récente de troupeaux BarguuBe et MbororooBe. Néanmoins, la transition rapide du milieu, le faisant passer en une décennie de la forêt claire à un maillage de plus en plus serré de cultures, est un facteur de raréfaction des ressources et plus généralement des difficultés à exercer l’élevage.

47La seconde porte sur la nécessité de décrypter le milieu humain, ou plus exactement le système d’acteurs, d’agriculteurs, d’agro-pasteurs, de pasteurs, de sédentaires ou non, tous usagers de l’environnement. Il s’agit d’éviter l’écueil de l’indifférenciation sociale alors que la société locale est extrêmement clivée, et de conclure à des vulnérabilités sans distinction d’appartenance. En l’occurrence, les plus touchés ne sont pas les éleveurs ni les agriculteurs, mais les pasteurs mobiles, sans assise politique et territoriale, considérés comme étrangers. Les éleveurs DjugureeBe sont eux aussi en difficulté, mais la relative modestie de leurs troupeaux et les bonnes relations qu’ils entretiennent avec les autres groupes sédentaires leur facilitent l’accès aux ressources, même celles qui sont enchâssées dans un réseau dense de champs (pour autant que l’eau y soit encore présente) et les divagations animales ne les conduisent que rarement à de véritables conflits.

48La démarche est donc socio-environnementale (anthroposystémique pour reprendre la terminologie de Lévêque et al., 2003), plus thématique que disciplinaire, empruntant à la géographie, à la sociologie, à l’anthropologie ainsi qu’à des travaux de télédétection et d’hydrologie. Les cartes physiques ont donné tout leur potentiel d’information grâce à l’apport des « experts locaux », nommant les lieux, indiquant les zones de contact entre agriculture et élevage, désignant les ressources une à une et datant à l’année prêt leurs dégradations. La construction collective de la carte définitive (étape 2) participe de ce travail d’expertise, de même que les entretiens individuels (étape 3) pour les pratiques de chaque famille. L’étape individuelle permet de tester les redondances – raréfaction, lieux et dates – qui se sont révélées extrêmement bonnes. Ces entretiens approfondis ont permis de recueillir les paroles expertes et au-delà, les paroles engagées : expression de l’insertion des acteurs dans le tissu socio-environnemental et de tout ce qui, pour eux, fait sens, notamment les phénomènes de concurrence pour les ressources, les asymétries des points de vue. Notre logique étant autant celle d’une approche explicative (au sens durkheimien) que compréhensive (au sens wébérien), la préoccupation de l’enquêteur « n’est pas de juger de la validité de la proposition, mais de comprendre ce qu’elle signifie en tenant compte du contexte dans lequel elle est énoncée » (Ingold, 2012, p. 172).

49Ne pas juger n’interdit pas au chercheur d’apporter son savoir aux savoirs locaux, d’apporter son expertise aux intéressés eux-mêmes et de contribuer à faire émerger des formes contractuelles telles que les conventions locales (Djiré, 2004 ; Touré, 2011). Ces conventions ont l’avantage de constituer une forme hybride d’accord impliquant des acteurs institutionnels (administratifs, techniques et scientifiques) et l’ensemble des populations locales concernées. La légitimité (et donc la pérennité) de ces conventions est d’autant plus assurée que le processus d’élaboration est interactif et coopératif. L’un des obstacles majeurs n’est pas tant d’apaiser les relations sociales, toujours tendues entre agro-sédentaires autochtones et pasteurs allochtones, mais de mettre en place des espaces de négociation (et donc d’expression des disputes) dans lesquels les voix de tous soient d’égale légitimité. Le chemin n’est évidemment pas tout tracé, mais des outils existent qui permettent ces confrontations, notamment ceux de la géographie participative déployés par la recherche-action dont il est question plus haut dans la discussion sur la méthode, en s’appropriant les résultats élaborés par les « SIGs à dires d’acteurs ».

Haut de page

Bibliographie

d’Aquino P., Seck S. M., Camara S., 2002a, "Un SIG conçu par les acteurs : l’opération pilote POAS au Sénégal", L’Espace géographique, vol. 1, 23-37.

d’Aquino P., Le Page C., Bousquet F., Bah A., 2002b, "Du jeu de rôle à la simulation : pour des systèmes d’information à référence spatiale conçus directement par les acteurs. Résultats d’une expérience menée au Sénégal", L’Information géographique, No.4, 310-324.

Barrière O., Barrière C., 1997, Le foncier-environnement. Fondements juridico-institutionnels pour une gestion viable des ressources naturelles renouvelables au Sahel, FAO, collection études législatives No.60.

Bierschenk T., Le Meur P.-Y., 1997, Trajectoires peules au Bénin : six études anthropologiques, Paris, Karthala.

Brunet R., 1987, La carte, Mode d’emploi, Paris, Fayard/Reclus.

Cauvin C., Escobar F., Serradj A., 2008, Cartographie thématique 5. Des voies nouvelles à explorer, Paris, Hermès Science, Lavoisier.

Ciavolella R., 2013, Les dilemmes du pastoralisme. Entre marginalisation chez les éleveurs Peuls à Djougou (Bénin), livrable n° 4.5 ANR VMCS (Vulnérabilité Milieu Climat Sociétés) ECLIS (Elevage Climat Société), 2009-2012.

Ciavolella R., en cours, La Politisation latente des marges. Subalternité, économies morales et tentatives d’initiative politique chez les pasteurs peuls à Djougou.

Djiré M., 2004, Les conventions locales au Sahel n° 2. Les conventions locales : une grande nébuleuse au Mali et un pragmatisme en GRN, IIED (International Institute for Environment and Development).

Downs R.M., Stea D., 1973, Cognitive Mapping: Images of Spatial Environments, Chicago, Aldine, Atherton.

Dupré G., 1996, "Y a-t-il des ressources naturelles ?" in Weigel J.-Y., Les ressources naturelles renouvelables pratiques et représentations, Cahiers des sciences humaines, vol. 32, No.1, 17-27.

Étienne M., 2012, "La modélisation d’accompagnement : une forme particulière de géoprospective", L’Espace géographique, vol. 41, No.2, 128-137.

Gangneron F., 2011, "Heurs et malheurs de la gestion communautaire du barrage de Daringa dans la commune de Djougou au Bénin", Mondes et développement, No.155, 23-36.

Gangneron F., 2013, "Ressources pastorales et territorialité chez les agro-éleveurs sahéliens du Gourma des buttes", VertigO, vol. 13, No.3, https://vertigo.revues.org/14427.

Gueben-Venière S., 2011, "En quoi les cartes mentales, appliquées à l’environnement littoral, aident-elles au recueil et à l’analyse des représentations spatiales", EchoGéo, No.17, 1-11, https://echogeo.revues.org/12573.

Ingold T., 2012, "Culture, nature et environnement. Vers une écologie de la vie", Tracés, No.22, 169-187.

Jacob J.-P., 2009, Comment les politiques publiques prennent-elles corps ? A propos de l’usage de la notion de société civile au Burkina Faso, in Sophie Mappa, les impensés de la gouvernance. La société civile, réponse à la crise ? Paris, Karthala.

Judex M., Rohrig J., Schutz O., Thamm H.-P., 2009, IMPETUS Atlas du Bénin. Résultats de recherche 2000-2007. Troisième édition. Département de Géographie, Université de Bonn, Allemagne.

Lawin A.E., Afouda A., Lebel T., 2009, Rainfall trend analysis in five climatic regions in Benin? Third International AMMA Conference, Ouagadougou, July 20-24.

Lawin A.E., 2007, Analyse climatologique et statistique du régime pluviométrique de la Haute Vallée de l’Ouémé à partir des données pluviographiques AMMA-CATCH Bénin, Thèse de climatologie, Institut National Polytechnique de Grenoble et Université d’Abomey-Calavi.

Le Lay M., Galle S., 2005, "Variabilité interannuelle et intra-saisonnière des pluies aux échelles hydrologiques. La mousson oust-africaine en climat soudanien", Journal des sciences hydrologiques, 50(3), 509-524.

Le Roy E., 1996, "La théorie des maîtrises foncières" in Leroy E., Kersenty A., Bertrand A., La sécurisation foncière en Afrique. Pour une gestion viable des ressources renouvelables, Paris, Karthala, 59-76.

Lévêque Ch. et van der Leeuw S. (dir.) 2003, Quelles natures voulons-nous ? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement, Paris, Elsevier.

Ministère de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement territorial de la République du Bénin, 2012, Schéma Directeur d’Aménagement Communal (SDAC), Commune de Djougou, 136 p.

Olivier de Sardan J.-P., 2000, "La gestion communautaire sert-elle l’intérêt public ?", Politique africaine, No.80, 153-168.

Robert E., Merlet S., Auda Y., Gangneron F., Hiernaux P., soumis, “Dynamiques de l’occupation du sol en milieu agro-pastoral dans la commune de Djougou au Bénin à partir d’images Landsat acquises entre 1984 et 2012 : une approche régressive associant télédétection et enquêtes de terrain”, Photo-interprétation : European Journal of Applied Remote Sensing.

Saqalli M., Caron P., Defourny P., Issaka A., 2009, "The PBRM (perception-based regional mapping): A spatial method to support regional development initiatives", Applied Geography, No.29, 358-370.

Toure E. H., 2011, "Les conventions locales pour la gestion des ressources naturelles au Sénégal : entre autonomisation et problème d’appropriation”, VertigO, vol. 11, No.1, https://vertigo.revues.org/10863.

Zeigler D.J., Brunn S.D., Johnson JR., 1983, Technological Hazards, Washington D.C., Association of American Geographers, 103.

Haut de page

Notes

1 ANR ECLIS (Elevage CLImat et Sociétés, 2009/2012), ANR ESCAPE (Environmental and Social Changes in Africa: Past, Present and futurE, 2011/2015).

2 AMMA-CATCH : Analyse Multidisciplinaire de la Mousson Africaine, Couplage de l’Atmosphère Tropicale et du Cycle Hydrologique. DNM : Direction Nationale de la Météorologie.

3 Les données de pluies sont issues d’un calcul par krigeage de huit stations (Bassila, Bétérou, Birni, Djougou, Ina, Parakou, Partago, Penessoulou). Elles forment un quasi degré carré au centre duquel se trouve la zone d’étude.

4 Il s’agit de la zone qui ceinture la partie centrale de la forêt classée : une bande/interface boisée jusqu’au début des années 1990. Les grands textes qui régissent les forêts ne font pas référence à ce terme, toutefois la politique forestière nationale fait état de « zone rurale périphérique ». Nous avons préféré parler de zone tampon car c’est la terminologie utilisée localement par tous les francophones (les agents forestiers, les élus, les notables, etc.).

5 Littéralement : Peul de Djougou.

6 Les BarguuBe (« Peuls du Borgou ») ont leurs assises territoriales dans le Borgou (région situé à l’est au-delà de la commune jusqu’à la frontière avec le Nigeria). Ils viennent traditionnellement sur la commune en transhumance pastorale de saison sèche. Certains se sont installés sur la commune depuis le milieu des années 2000.
Les MbororooBe (« Peuls Mbororos »), originaires du Nord Nigeria, n’ont généralement pas gardé de liens forts avec leur région d’origine. Ils sont installés en petits campements dans les zones enclavées de la commune où ils peuvent rester quelques semaines à quelques années.

7 L’analyse de ces images comprend des (pré)traitements, un travail de photo-interprétation et la réalisation de classifications supervisées et de post-classifications.

8 Ces données sont issues d’un travail de télédétection conduits par le laboratoire GET (Robert et al., soumis) qui a montré que l’emprise humaine (terroirs agricoles : jachères et cultures) s’est accrue (de 23 à 40 %) au détriment de la forêt claire et de la savane arbustive.

9 Comptant deux images pour couvrir la zone d’étude, sur trois décennies il faudrait entre une dizaine (tous les cinq ans) et une soixantaine d’images (chaque année).

10 Les termes d’expert et d’acteur renvoient à la distinction entre savoir et croire, description et explication.

11 PSIG : Programme Systèmes d’Information Géographique. PPSIG : Participation Publique et Système d’Information Géographique.

12 Le système de projection retenu a été l’UTM (Universal Transverse Mercator) zone 31, Ellipsoïde et Datum, WGS 84 Nord.

13 Nous avons travaillé avec la moitié des chefs d’exploitation pour chaque village. Nous avons d’ailleurs pris la précaution de visiter des exploitants les plus divers, évitant de ne travailler qu’avec les personnes les plus en vue.

14 La plus grande difficulté de terrain a été de rencontrer des BarguuBe et des MbororooBe souvent absents de leurs campements, aussi les avons-nous rencontrés hors contexte (à la mosquée après la prière du vendredi, au marché à bétail de Daringa).

15 La table attributaire est composée de trois colonnes : ID (un identifiant, par exemple 1 correspond à Doubiera, 2 à Biyigui/Adjeta-Behma, etc.), le code du type de changement (0 : pas de changements, 1 : raréfaction des mares en saison sèche, 2 : assèchement complet) et le nombre d’années depuis le changement.

16 Nous situant dans une démarche qualitative (12 cartes pour Alhéri et 14 pour Sew Sewga), nous avons réalisé cette carte de synthèse à partir des différentes cartes sans recourir à des traitements statistiques.

17 Biyigui et Kara sont des termes Peul. Les Yom de Sew Sewga les nomment respectivement Adjeta-Behma et Gnagré.

18 Dans les années 2000, certains troupeaux, touchés par des épidémies, ne comptent plus que 10 ou 15 têtes (de l’ordre du dixième des effectifs des années 70) ; Mara qui avait accueilli des gros troupeaux redevenait alors une ressource possible pour les propriétaires de petits troupeaux.

19 Les rapports entre les agriculteurs de la région et les DjugureeBe diffèrent des relations classiques cultivateurs/éleveurs qui sous-tendent souvent des conflits. Ce rapport particulier s’explique pour deux raisons : le fait que les DjugureeBe soient également des cultivateurs et leur présence ancienne dans la région de Djougou leur confère un statut d’autochtone.

20 Des conflits ont éclaté récemment suite à des divagations dans des champs d’habitants de Sew Sewga et d’Alhéri et certaines cultures sont de moins en moins pratiquées telles que le riz de bas-fond (qui rentre en concurrence avec l’abreuvement des bovins) et le manioc (dont le cycle cultural est plus long que les autres productions).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Cumuls des pluies
Crédits Sources : AMMA-CATCH et DNM du Bénin
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2 : Zone d’étude
Crédits Sources : Google Earth, Carte IGN de Djougou
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 3 : La zone de Bakou/Wéwé
Crédits Sources : Google Earth, Carte IGN de Djougou
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Figure 4 : Carte issue des entretiens collectifs
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27285/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Figure 5 : Carte « à dires d’acteurs » individuelle (B. I. de Sew Sewga) des ressources en eau de surface durant la saison sèche
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Figure 6 : Carte « à dires d’acteurs » synthétique de l’assèchement des eaux de surface en saison sèche, pour les deux villages
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27285/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 7 : Évolution de l’accès aux ressources en eau pour les troupeaux de la région de Bakou/Wéwé
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27285/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Figure 8 : Pression agricole depuis 1974 et conséquences actuelles pour les parcours pastoraux des Peuls d’Alhéri
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27285/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1010k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Robert et Fabrice Gangneron, « Un « SIG à dires d’acteurs » : décryptage des vulnérabilités environnementales des agro-éleveurs et pasteurs au Bénin », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Cartographie, Imagerie, SIG, document 748, mis en ligne le 11 novembre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27285 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27285

Haut de page

Auteurs

Elodie Robert

GET, Université de Toulouse UPS (OMP), IRD, CNRS, chercheuse en géographie, elo33.robert@gmail.com

Fabrice Gangneron

GET, Université de Toulouse UPS (OMP), IRD, CNRS, ingénieur en sciences humaines et sociales, fabrice.gangneron@get.obs-mip.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page