Navigation – Plan du site
2015
750

La Chine à la conquête des ressources minières du Canada et de l’Arctique canadien ? Géographie de l’approvisionnement chinois dans le secteur du fer et de l’acier

China to the conquest of mining resources of Canada and the Canadian Arctic? Geography of China’s supply in the Iron and Steel sector
Pierre-Louis Têtu, Éric Mottet et Frédéric Lasserre

Résumés

Poussée par une croissance économique rapide ces trente dernières années, la demande chinoise en minerai de fer a considérablement augmenté au cours de cette période. La montée en puissance de l’économie chinoise, son affirmation politique sur la scène mondiale, et sa diplomatie des ressources perçue comme agressive, ont contribué à développer une perception négative de la Chine au sein de l’opinion publique canadienne. La Chine, par l’entremise de ses entreprises, chercherait-elle à faire main basse sur les ressources minières de l’Arctique canadien ? Cet article vise à déterminer l’importance du territoire Arctique canadien, pour les entreprises chinoises dans le secteur du fer et de l’acier, dans le contexte de leur stratégie d’approvisionnement globale en minerai de fer.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a bénéficié du soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), du Fonds de recherche du Québec - Société et Culture (FRQSC) et d’ArcticNet.

Texte intégral

Introduction

1Poussée par une croissance économique rapide ces trente dernières années avec des taux frisant les 8 % par an, la demande chinoise en minerai de fer a considérablement augmenté au cours de cette période. En dépit de l’importance des réserves que recèle son sous-sol et de sa capacité d’extraction, les volumes de minerai de fer produit par la Chine apparaissent insuffisants pour satisfaire l’importante demande nationale, laquelle est intimement liée au développement économique rapide du pays. Ainsi, selon de nombreux analystes, Pékin tenterait d’accroître ses débouchés commerciaux dans le secteur de l’acier et d’assurer la sécurité de ses approvisionnements en minerai de fer (Buckley et al., 2007 ; Li et al., 2012 ; Moran, 2012 ; Deng, 2013 ; Huang et Wang, 2013 ; Li, 2013 ; Manicom et Lackenbauer, 2013). C’est ce que certains analystes qualifient de « diplomatie des ressources », c’est-à-dire une rivalité entre économies globalisées pour sécuriser leur accès aux ressources nécessaires à la poursuite de leur croissance (Zhao, 2008 ; Lu et al., 2010 ; Song et Panayides, 2012 ; Deng, 2013). En particulier, en ce qui concerne l’approvisionnement en hydrocarbures et ressources minières, on parle d’une diplomatie des ressources très active de la Chine en Afrique, en Asie centrale, en Amérique latine et en Russie.

2L’intérêt de la Chine pour l’Arctique, incarné par sa demande d’admission comme membre observateur au Conseil de l’Arctique, est fondamentalement mû par le souci de préserver un accès aux ressources de la région, que certains estiment fort abondantes. La montée en puissance de l’économie chinoise, son affirmation politique sur la scène mondiale, et sa diplomatie des ressources, perçue comme agressive, ont donc contribué à développer une perception négative de la Chine au sein de l’opinion publique canadienne, notamment dans un contexte de débats et d’inquiétudes sur la question de la souveraineté du Canada dans l’Arctique. La Chine chercherait-elle donc à faire main basse sur les ressources minières de l’Arctique canadien ? S’il est probable que la menace soit faible, on relève, certes, des investissements chinois dans le secteur du fer et de l’acier dans l’Arctique et les régions subarctiques du Canada. L’objectif de cet article vise donc à déterminer l’importance du territoire Arctique canadien pour les entreprises chinoises dans le secteur du fer et de l’acier, dans le contexte des stratégies chinoises d’approvisionnement en minerai de fer.

Méthodologie

Délimitation du territoire arctique canadien

3Le territoire arctique canadien est défini comme la région au nord du 55e parallèle. Cette vaste région englobe quatre provinces : les régions du nord de Terre-Neuve et du Labrador (Nunatsiavut), du Québec (Nunavik), de l’Ontario et du Manitoba, ainsi que les trois territoires que sont le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut.

Étude des stratégies d’approvisionnement de la Chine en matières premières minières : un défi méthodologique considérable

  • 1 Dans cet article, on fait référence à des dollars des États-Unis (US Dollars).

4Déterminer la répartition géographique et la valeur des investissements dans le secteur minier présente un défi méthodologique considérable (Bridge, 2004). Alors que de nombreux pays collectent des données sur les investissements au niveau national, les définitions de référence de ce qu’est un investissement direct à l’étranger (IDE) et les méthodes de collecte des données diffèrent considérablement entre les États. Par exemple, en 2007, les données statistiques du ministère du Commerce chinois (MOFCOM) indiquaient des investissements chinois totaux de 315 millions de dollars1 en Mongolie, alors que l’agence mongolienne des investissements étrangers indiquait un montant d’investissement total de plus de 900 millions de dollars. En effet, « Official estimates of China’s FDI are contradictory, confusing and almost certainly understate their true significance » (Kaplinsky et Morris, 2009, p.11) Par exemple, si l’on se fie aux données officielles chinoises, l’Angola ne figure pas dans les cinq principales destinations des IDE chinois en Afrique, même s’il est bien établi qu’il s’agit d’un des plus importants pays visés par les IDE chinois (Kaplinsky et Morris, 2009 ; Gonzalez-Vincente, 2012). De cet exemple est né le terme « investissement en mode Angola » ou « paquet financier » (financing package) (Kaplinsky et Morris, 2009, p.11), un mode d’investissement typiquement caractérisé par un accord-cadre entre le gouvernement chinois et un autre pays, afin d’entreprendre le développement du territoire en échange de droits d’accès aux ressources naturelles. Puisqu’aucune somme monétaire n’est généralement directement investie dans des infrastructures d’exploitation des ressources naturelles dans l’État bénéficiaire (Kaplinsky et Morris, 2009), il est d’autant plus complexe d’en dresser un portrait exhaustif.

5La difficulté d’obtenir des données compatibles et comparables sur les IDE d’entreprises chinoises dans le secteur minier (Bridge, 2004 ; Yellishety et al., 2010 ; Tan, 2012) rappelle que l’étude des stratégies d’approvisionnement de la Chine en matières premières minières est un sujet d’étude universitaire récent. En effet, peu de publications s’intéressent aux stratégies d’approvisionnement de la Chine dans l’Arctique et aucune publication, à notre connaissance, ne s’intéresse au secteur spécifique du fer et de l’acier.

6Sur les quelques articles scientifiques identifiés, Woo et Zhang (2006) tracent un portrait des politiques mises en place par Pékin afin de favoriser l’investissement direct à l’étranger dans le secteur minier et dressent un portrait statistique des investissements chinois dans le secteur extractif au Canada de 1979 à 2004. Ils précisent, dans leur article, que les données sur les IDE chinois ont été obtenues auprès de Statistique Canada2. Ceci paraît vraisemblable compte tenu du fait que Grant (2012), dans son rapport pour le Conference Board of Canada, souligne que Statistique Canada tient confidentiel le protocole de saisie et les données sur les IDE dans le secteur minier jusqu’en 2008. D’autres auteurs se sont intéressés à la question des investissements chinois dans le secteur minier. Yao et al. (2010), de leur côté, analysent les stratégies d’IDE de l’entreprise chinoise Chinalco et de l’Anglo-Australienne Rio Tinto Alcan de 2007 à 2009, et Shankleman (2011), associé au Woodrow Wilson International Center for Scholars, examinent l'implication d'entreprises chinoises outre-mer sur la compétitivité globale. En ce qui concerne la répartition des IDE chinois à l’étranger, Gonzalez-Vincente (2012), dans un rapport préparé pour le défunt Raw Material Group, aujourd’hui la propriété de SNL Metals & Mining, dresse un portrait de la répartition géographique des IDE chinois dans le secteur minier à travers le monde de 2000 à 2010, et Wilson (2012) fait le tableau des IDE d'entreprises chinoises dans le secteur du minerai de fer de 2000 à 2010 et analyse la politique chinoise de sécurisation de l’accès à ce minerai stratégique. Finalement, dans son rapport pour le Conference Board of Canada, Grant (2012) analyse les amendements possibles à la Loi sur l’investissement au Canada (L.R.C. (1985), ch. 28 (1er suppl.)), dans un contexte d’émergence de la Chine. En ce qui concerne les investissements chinois dans l’Arctique canadien, les travaux de Lajeunesse et Lackenbauer (2014) s’intéressent aux IDE d’entreprises étatiques chinoises dans le secteur extractif dans l’Arctique canadien, puis finalement celui de Têtu et al. (2015) qui s’intéresse aux perspectives d’expansion du trafic maritime dans l’Arctique canadien par la documentation de la logistique des projets des entreprises minières dans cette région, ce qui comprend des entreprises chinoises.

7Selon Bridge (2004), une manière d’aborder le problème des données est d’utiliser des données collectées au niveau du projet, c’est-à-dire à l’échelle géographique de la mine, plutôt que des données compilées à l’échelle nationale. Pour y remédier, il propose l’utilisation de SearchMining.com, une base de données gratuite dont les données sont compilées par le Metals Economics Group, une entreprise de consultants basée à Halifax en Nouvelle-Écosse. Mais en dépit du fait que la couverture des matières premières est large, puisqu’elle répertorie douze produits qui comprennent des métaux de base (cuivre, nickel, zinc, plomb, étain), des métaux précieux (or, argent, platine et palladium) ainsi qu’un petit nombre de minéraux spécialisés (diamant, molybdène et cobalt), cette base de données ne comptabilise pas les projets liés au minerai de fer, ce qui la rend inutile pour notre recherche.

Géographie de l’approvisionnement chinois dans le secteur du fer et de l’acier : source des données

8Des contacts préliminaires auprès d’un informateur clé – la Direction des stratégies et analyses du Bureau de l’économiste en chef du ministère des Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada – ont permis d’identifier des jeux de données gratuites et disponibles en ligne.

9Les principaux partenaires d’approvisionnement de la Chine en minerai de fer, de janvier 2009 à janvier 2014, ont ainsi été identifiés à partir des données de Customs China (2015) (Tableau 1). Ces données ont été validées par celles de la China Iron and Steel Association (2014), obtenues via la China Economic Data Database (CEIC). Celle-ci est accessible à partir des serveurs de l’Université Laval (Québec, Canada) et comprend des données chronologiques sur les volumes et la valeur des importations chinoises de minerai de fer.

10En ce qui concerne les investissements directs à l’étranger chinois dans le secteur minier, l’intervenant clé nous a recommandé d’utiliser le China Global Investment Tracker compilé conjointement par l’American Enterprise Institute et l’Heritage Foundation (2014). Cet outil répertorie plus de 1250 transactions – réussies ou non – d’une valeur unitaire minimum de 100 millions de dollars, dans tous les secteurs industriels (incluant l’énergie, les minerais, les transports, le logement). Tan (2012). Il confirme d’ailleurs que parmi tous les jeux statistiques actuellement disponibles publiquement, celui de l’Heritage Foundation est le plus représentatif par le nombre de transactions majeures répertoriées et parce qu’il exclut les achats d’obligations, de commerce, les prêts ou les aides, et les investissements de moins de 100 millions de dollars.

11À partir des données brutes du China Global Investment Tracker, les transactions liées au fer et à l’acier ont été isolées des 141 transactions dans l’industrie minière (dans les secteurs de l’acier et du fer, de l’aluminium, du cuivre, et une trentaine non identifiées). Afin de préciser la nature de ces transactions non identifiées, des recherches ont été effectuées dans la presse générale et celle plus spécialisée, dans les banques de données en ligne (Infomine.com, Mining.com), ainsi que sur les sites Internet des différentes entreprises visées par les investissements d’entreprises chinoises. Il s’agissait plus particulièrement de préciser le secteur visé par ces transactions. L’échantillon final comprend donc 67 transactions liées au fer et à l’acier et qui ont été effectuées par près de 41 investisseurs chinois différents. Les données ont finalement été intégrées puis géoréférencées dans ArcGIS (ESRI, Version 10.2.2) aux fins de cartographie.

Tableau 1 : Présentation des données utilisées.

Jeux de données utilisés

Période de couverture des données

Unité de mesure des données

China Global Investment Tracker (2014)

2005-2012

Valeur des investissements dans le secteur minier par entreprise chinoise (en millions de dollars des États-Unis)

Customs China (2015)

2009-2014

Valeur des importations de minerai de fer dans les ports chinois, des cinq principaux partenaires d’approvisionnement (en milliards de dollars des États-Unis)

USGS China (2012)

(selon Customs China)

1995-2012

Quantité (en millions de tonnes) et valeur des importations de minerai de fer de la Chine (en dollars des États-Unis)

China Iron and Steel Association (2014)
(selon CEIC, 2014)

Production de minerai de fer (2004-2013) ; Exportations (2003-2012) ; Importations (2004-2012)

Volume (millions de tonnes) et valeur (en millions de dollars des États-Unis) du minerai de fer importé/exporté/produit par la Chine

Géographie de l’approvisionnement chinois en minerai de fer

Poids de la Chine dans la production et les réserves mondiales de minerai de fer

12Depuis le début de la révolution industrielle en Occident, l’utilisation de l’acier est devenue une composante essentielle du processus de développement. La Chine ne fait pas exception, en dépit d’une demande nationale croissante, quoique plus lente qu’envisagé (King, 2014), pour des produits en acier. Par conséquent, la production de minerai de fer continue d’augmenter (Ibid.) pour satisfaire la demande mondiale désormais largement tirée par la croissance des économies émergentes.

13La production mondiale de minerai de fer prend place sur l’ensemble des continents à l’exception de l’Antarctique, et concerne près de 48 pays (Yellishetty et al., 2010). Or, l’essentiel des réserves et de la production mondiale est détenue par un nombre limité d’États ; les cinq plus grands pays producteurs de minerai de fer en 2013, en ordre décroissant de production, étaient la Chine (47 %), l’Australie (20 %), le Brésil (10), l’Inde (5 %) et la Russie (3 %). L’Ukraine, l'Afrique du Sud et les États-Unis occupaient les sixième, septième et huitième places, et le Canada se classait neuvième avec une production de 40 millions de tonnes en 2013 (Tableau 2). Les cinq principaux pays producteurs représentent à eux seuls près de 85 % de la production mondiale de minerai de fer. Cependant, en dépit d’une production chinoise de minerai de fer équivalent à près de la moitié de la production mondiale, les réserves du pays ne représentent que 12 % des réserves mondiales. Les réserves les plus importantes se trouvent en Australie (espérance de vie moyenne des gisements estimée à 33 ans), au Brésil (30 ans), en Russie (77 ans) et en Chine (22 ans) (Yellishetty et al., 2010). Finalement, comme le notent Yellishetty et al. (2010), les principaux producteurs de minerai de fer ne sont pas nécessairement les plus grands producteurs d’acier, mais la Chine fait figure d’exception : elle est le plus grand consommateur de minerai de fer et le plus grand producteur d’acier, même si les trois plus grandes entreprises productrices – la Brésilienne Vale, l’Anglo-Australienne BHP-Billiton et l’Anglo-Australienne Rio Tinto – contrôlent la grande majorité de l’offre mondiale.

Tableau 2 : Production de minerai de fer dans principaux pays producteurs du monde, en 2014.

Pays

Production minière (millions de tonnes)

% de la production mondiale en 2014

% de la production mondiale d’acier en 2014**

Réserves

(millions de tonnes)

% des réserves mondiales (minerai brut) en 2014

2013

2014

Minerai brut

Teneur en fer

Australie

609

660

20,49

0,28

53 000

23 000

27,89

Brésil

317

320

9, 93

2,07

31 000

16 000

16,31

Canada

43

41

1,27

0,77

6 300

2 300

3,31

Chine

1 450*

1 500*

46,58

50,25

23 000

7 200

12,10

États-Unis

53

58

1,80

5,39

6 900

2 100

3,63

Inde

150

150

4,65

5,08

8 100

5 200

4,26

Russie

105

105

3,26

4,31

25 000

14 000

13,15

Ukraine

82

82

2,54

1,65

6 500

2 300

3,42

Reste du monde

301

304

9,48

30,2

-

-

15,93

Monde

3 110

3 220

100

100

190 000

87 000

100

Source : USGS, 2014 ; données compilées par les auteurs. * La production minière chinoise est basée sur le minerai brut, plutôt que sur le minerai disponible, comme c’est le cas pour les autres pays, étant donné l’absence de cette information. ** Données issues de la World Steel Association (2014).

Géographie des importations chinoises de minerai de fer : les grands producteurs mondiaux sollicités

14La demande mondiale en minerai de fer a considérablement augmenté depuis le début du XXIe siècle, et la Chine apparaît clairement comme la force motrice de cette augmentation rapide (Friedberg, 2006 ; Yellishetty et al., 2010 ; Ericsson, 2011a). En dépit d’une importante capacité de production nationale, la teneur moyenne en fer du minerai de fer chinois se situe entre 30 % et 40 %, comparativement à 62 % pour le minerai de fer australien, 65 % pour celui du Brésil et de l’Inde, mais elle est du même niveau que la teneur en fer du minerai du Québec (Canada) (Tableau 3) ; la faible teneur en fer du minerai chinois augmente d’ailleurs les coûts de sa transformation. De plus, l’éloignement des principaux gisements de fer chinois, principalement concentrés au Nord et à l’Ouest dans les régions de Beijing, de Benxi, dans les provinces du Sichuan, d’Anhui et en Mongolie-Intérieure, constitue un facteur limitant. Contrairement aux aciéries chinoises qui sont situées au nord-est, à proximité des principaux gisements miniers, il est très coûteux de transporter le minerai de fer vers les aciéries localisées ailleurs dans le pays. Ainsi, en raison de la faible teneur en fer du minerai chinois et des contraintes de transport à l’intérieur du pays, la Chine se voit dans l’obligation de se tourner vers les importations, lesquelles ne répondaient cependant qu’à 40 % de sa demande en 2012 (Wang et Zhu, 2014).

Tableau 3 : Aperçu de la teneur en pourcentage de fer de certains gisements/mines dans les principaux pays dotés de réserves en minerai de fer

Pays

Teneur moyenne de certains gisements/mines (en % de Fer)

Références

Australie

Gisements détenus par BHP Billiton, dans l’Ouest de l’Australie (56-60 %) ; Mine Hamersley (62 %) ; Mine Chichester Hub (57,6 %) ; Mine de Karara (36,4 %)

BHP Billiton (2015) ; Chichester Hub (Fortescue Metals Group, 2015) ; Hamersley (Rio Tinto, 2015) ;
Karara (Karara Mining Ltd.,
2015)

Brésil

Mine Carajás (66,7 %) ; Mine Samarco Alegria (40,2 %) ; Mine Minas Itabiritos (40-43,8 %)

(Vale, 2015)

Canada

Kami (29,5 %) ; Lac Otelnuk (29,8 %) ; Mary River (64 %) ; Roche Bay (25 %) – Fraser Bay (65 %) ; Lac Bloom, fermé (29,72 %);

Kami (Alderon Iron Ore, 2015) ; Lac Bloom (pas de données de Cliffs Natural Resources ; données de Consolidated Thompson Iron Mines Ltd., 2009) ; Lac Otelnuk (Adriana Resources Inc. Inc, 2015) ; Mary River (Baffinland Iron Mines Corporation, 2015) ; Roche Bay et raser Bay (Roche Bay Pl, 2015) ;

Chine

Teneur moyenne de 22 %

Mining-Technology (2014)

États-Unis

Gisement de Mesabi (30 %) ;

Gisement de Comstock/Mountain Lion (39-43 %) ; Iron Mountain (34 %)

Comstock/Mountain Lion (Utahrails.net, 2015); Iron Mountain (Palladon Ventures, 2015); Mesabi (New Millenium Iron Ore, 2015)

Inde

Gisement de Bailadila (60-68 %) ; Mine de Kheonjhar (54-63 %)

Bailadila (National Mineral Development Corp. Ltd (NMDC), 2015); Kheonjhar (Indian Bureau of Mines, 2012); The Orissa Mining Corporation Ltd. (2009)

Russie

Mine d’Olenegorsk (65,7 %) ; Anomalie magnétique de Kursk (52-66 %)

Kursk (Metalloinvest, 2015) ; Olenegorsk (Severstal, 2015) ;

Ukraine

Mine de Kryvyi Rih (31.1 %) ;

Mine de Shymanivske (32 %)

Black Iron Inc. (2014)

Ailleurs dans le monde

Mine de Kiruna (Suède) (60-70 %)

Projet de Marampa, Sierra Leone (65,5 %)

Projet mine Isua (Groenland) (70 %)

Kiruna (LKAB, 2015) ; Marampa et Isua (Growth Financial, 2013)

Monde

Les ressources mondiales de minerai de fer sont estimées à plus de 800 milliards de tonnes de minerai brut contenant plus de 230 millions de tonnes de fer, à une teneur moyenne de minerai de fer de l’ordre de 28,75 % (Labrador Iron Mines Holding Ltd., 2015).

Source : données compilées par les auteurs via plusieurs sources3

15En dépit d’une croissance rapide des importations chinoises de minerai de fer de 2003 à 2012, de l’ordre de 19,6 % par année, la littérature souligne le besoin urgent pour la Chine de constituer des réserves physiques de minerai de fer afin de garantir le développement économique et social à long terme (Zhang et Wang, 2003 ; Chen, 2005). Ainsi, en termes de valeur totale des importations de minerai de fer, de janvier 2009 à janvier 2014, les principaux pays partenaires d’approvisionnement chinois en minerai de fer étaient l’Australie (258 milliards ; Tcha et Wright, 1999 ; Deng, 2003 ; Zhang et Zheng, 2010 ; Ericsson, 2011a ; Farooki, 2012 ; Garnaut, 2012), le Brésil (près de 120 milliards) et l’Inde (32 milliards). La Chine importe donc du minerai de fer des trois principaux exportateurs mondiaux (Bridge, 2004 ; Firoz, 2008 ; Yellishetty et al., 2010 ; Garnaut, 2012) (Tableau 4). La Chine importe également du minerai de fer provenant d’Afrique du Sud (29,9 milliards ; Dhaka, 2014), d’Ukraine (7 milliards), d’Iran (6,1 milliards), du Canada (5,6 milliards ; Rosen et Hannemann, 2009 ; Lajeunesse et Lackenbauer, 2014) et de Russie (869 millions). À noter également, bien que ces informations n’apparaissent généralement pas dans les données officielles, que la Chine a déjà importé du minerai de fer du Gabon (Alves, 2008 ; Gonzalez-Vincente, 2011), de la Mauritanie (Rajith, 2008), de la Zambie (Haglund, 2008), de la Birmanie (Reuters, 2005) et de la mine de Musan en Corée du Nord (Ikegami, 2011), ceci traduisant bien un souci de diversification des sources ou un réel opportunisme commercial.

Tableau 4 : Valeur des importations chinoises de minerai de fer selon la provenance géographique, de 2009 à 2014 (en millions de dollars).

Pays

2009

2010

2011

2012

2013

2014

Total (09-14)

Russie

869

869

Canada

2 420

2 403

383

405

5 613

Iran

526

1 841

2 395

1 875

6 112

Ukraine

2 386

2 323

2 291

7 001

Afrique du Sud

2 873

4 096

6 399

5 527

6 024

4 927

29 963

Inde

7 638

11 274

9 691

3 711

32 317

Brésil

12 959

17 800

25 762

22 427

20 999

18 223

118 173

Australie

20 054

34 158

49 473

44 851

54 568

54 750

257 855

Source : Custom China (2015), données compilées par les auteurs.

Investissements chinois dans le secteur du fer et de l’acier

De Xiaoping à Jinping : réformes et politiques sur l’investissement direct à l’étranger

16Depuis ses débuts, les investissements directs à l’étranger chinois dans le secteur du fer et de l’acier ont été pensés et approuvés par l’État central, qui conserve encore un grand pouvoir de contrôle (Solidjanov, 2011). Cette forte implication du gouvernement, en grande partie par l’intermédiaire de ses grandes entreprises publiques centrales (SOE centrale) (Choi et al., 2010 ; Yao et al., 2010), a permis à Pékin de s’assurer que les investissements étrangers s’alignent sur la stratégie de développement à long terme du pays (Zhang et Wang, 2003 ; Chen, 2005 ; Li, 2006 ; Robert et Rush, 2012 ; Ayodele et Sotola, 2014 ; Barclays Research, 2014 ; Li et al., 2014). Or, l’image d’une Chine intégrée à l’économie mondiale est un phénomène récent. Désormais deuxième économie mondiale devant le Japon, la transformation de la Chine, d’une position isolée à une position mondialisée, est le résultat direct des aspirations du gouvernement chinois de maintenir une croissance soutenue à long terme (Tan, 2012). En accord avec ces aspirations, de nombreuses réformes et politiques ont été mises en place ces trente dernières années en Chine afin de favoriser l’intégration chinoise au monde extérieur : formulée pour la première fois en 1979 par Deng Xiaoping, la politique du « Go Global » ou « Zou-Chu-Qu » constitue un fait marquant de l’ouverture économique chinoise au monde extérieur. En août 1979, le gouvernement chinois a mis en place des réformes visant à favoriser progressivement les échanges commerciaux avec le reste du monde, en plus d’accueillir favorablement les investissements étrangers. Le Conseil d'État chinois a promulgué quinze mesures pour réformer l'économie chinoise, dont la 13e vise à légitimer les investissements outre-mer (Tan, 2012). Ainsi, de 1979 jusqu’à la fin des années 1980, les entreprises étatiques chinoises centrales, tout comme les entreprises économiques municipales et provinciales, les seules admises à investir à l’étranger (Wu et Chen, 2001), acquirent une autonomie élargie, y compris le droit de produire et vendre des produits sur le marché après avoir rempli les quotas du régime, ainsi que l’autorisation de promouvoir certains gestionnaires sans l’approbation du gouvernement (Qian, 1999). La motivation principale des IDE d’entreprises chinoises à cette période était donc principalement dictée par les objectifs politiques de la Chine, plutôt que par la maximisation du profit (Wu et Chen, 2001). Dans les années 1980, l’Australie était la destination principale, dans des proportions relativement modestes, des investissements directs à l’étranger chinois post-réforme, et par exemple l’entreprise Channar avait des investissements dans un projet de minerai de fer dans la région de Pibara (Drysdale et Findley, 2009). De tous les secteurs d’activité économique en Chine, le secteur minier est un de ceux qui ont eu la croissance la plus rapide pendant cette période (Qian, 1999).

17La dernière décennie du XXe siècle, une période charnière dans l’évolution des réformes de l’IDE chinois, laisse place au développement et à l’évolution d’un processus de système de marché en Chine, en fonction d’un certain nombre d’événements clés. Par exemple, lors du 14e Congrès du Parti communiste chinois en septembre 1992, pendant un voyage en Asie du Sud, Deng Xiaoping se déclara en faveur de l’instauration d’une économie de marché socialiste (Qian, 1999). En novembre 1993, la « Décision sur les questions concernant l’établissement d’une structure économique socialiste de marché » fut adoptée. À noter qu’alors que se débattaient des projets de réformes économiques, de nombreuses politiques et régulations ont été mises en place au niveau national afin de faire face au problème de la fragmentation de l’industrie chinoise de l’acier, c'est-à-dire la multiplication d’entités en sous-entités toujours plus petites, ce qui augmente la concurrence sur le marché. À titre d’exemple, les dix plus grandes aciéries chinoises représentaient 50 % de la production nationale d'acier en 2002, mais n’en représentaient que près de 33 % en 2010 (Jarczyk, 2010).

18C’est, aussi, pendant cette période, que le gouvernement chinois ouvre la porte à la privatisation des entreprises de l’État central, qui s’est intensifiée en 1995. Dans la Décision de novembre 1993, les entreprises sous la tutelle de l’État étaient toujours considérées comme la composante principale de l’économie, tandis que les entreprises privées étaient considérées comme une composante supplémentaire. Il faudra attendre le 15e Congrès du Parti, en septembre 1997, pour que les entreprises privées soient élevées au rang de composante importante de l’économie, les entreprises d’État étant considérées comme des piliers de l’économie. En Chine, ces changements subtils dans la rhétorique signifiaient en fait de grands changements dans l’idéologie. Somme toute, il a fallu attendre mars 1999 avant que les entreprises privées n’obtiennent une réelle autonomie inscrite dans la Constitution chinoise. En effet, l’amendement de l’article 11 de la Constitution chinoise plaçait désormais les entreprises privées sur un pied d’égalité avec celles du secteur public en changeant la clause « l’économie privée est un supplément à l’économie publique » par « le secteur non public, incluant les individus et les entreprises privées, sont une importante composante de l’économie de marché socialiste » (Qian, 1999).

19Le début de ce XXIe siècle marque une période de consolidation de la politique du « Go Global » ou Zou-Chu-Qu » (Qian, 1999 ; Wu et Chen, 2001 ; Woo et Zhang, 2006 ; Buckley et al., 2007 ; Solidjanov, 2011 ; Tan, 2012). Votée en 2001 lors du 10e Plan quinquennal chinois, cette politique veillait, entre autres, à inciter les entreprises chinoises à investir à l’étranger, dans le but de sécuriser les approvisionnements chinois en matières premières et en énergie chinois (Qian, 1999). L’essence de cette stratégie est donc de promouvoir les opérations chinoises outremer afin d’améliorer la disponibilité des ressources et rendre les entreprises chinoises plus compétitives à l’échelle internationale. Ainsi, depuis 2001, l’année où la Chine accède à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), de nombreuses politiques appuyant les investissements à l’étranger ont été introduites. En octobre 2004, par exemple, la National Development and Reform Commission (NDRC) et l’EXPORT-IMPORT Bank of China (EXIM Bank) ont produit conjointement un document encourageant les investissements à l’étranger dans 1) des projets d’exploration des ressources afin d’atténuer l’insuffisance de la production nationale, 2) dans des projets qui permettront d’exporter des produits technologiques nationaux, des équipements et de la main-d’œuvre chinoise, 3) dans la recherche et le développement outre-mer. Enfin, le document incite à 4) effectuer des fusions-acquisitions qui permettraient d’augmenter le niveau de compétitivité internationale des entreprises chinoises et d’accélérer leur entrée sur les marchés étrangers. D’ailleurs, selon Wilson (2012), en dépit d’un projet de Channar en Australie dans les années 1980 (Drysdale et Findley, 2009), les entreprises chinoises n’ont commencé à investir dans des projets de minerai de fer outre-mer qu’à partir de 2005. Les politiques mises en place dans le secteur de l’acier dès 2005 incluent d’ailleurs une diversité de mesures afin d’améliorer la compétitivité des aciéries chinoises (Wilson, 2012). La politique d’investissement direct à l’étranger du gouvernement chinois de 2006, selon Shankleman (2011), souligne et encourage les catégories d’investissements à l’étranger qui prennent en compte « l’importance d’obtenir des ressources ou des matières premières qui font défaut au sein de la Chine et pour lesquels le développement de l’économie en dépend ».

Géographie des investissements des entreprises chinoises dans le monde

20De 2005 à 2013, le nombre de transactions effectuées par des investisseurs chinois dans le monde, dans des projets liés au fer et à l’acier, a certes augmenté rapidement au départ, pour ensuite connaitre une certaine stabilité à partir de 2008 : une seule transaction a été enregistrée en 2005, et respectivement quatre et trois transactions en 2006 et 2007, puis neuf à onze transactions par année, de 2008 à 2013 (Tableau 5). Les données classées par ordre décroissant du montant total des investissements montrent que l’Amérique du Sud, l’Océanie et l’Afrique, qui représentent près de 80 % des investissements totaux entre 2005 et 2013, sont les régions d’investissements prioritaires pour les investisseurs chinois dans le secteur du fer et de l’acier (Figure 1). En Amérique du Sud, le Brésil (12,9 milliards de dollars) et l’Argentine (2,2 milliards) sont les principaux récipiendaires d’IDE chinois dans ce secteur. En Afrique, les investissements se concentrent principalement en Sierra Leone (4,4 milliards de dollars) et à Madagascar (2 milliards) alors qu’en Océanie l’Australie (7,6 milliards de dollars) et l’Indonésie (5,5 milliards) reçoivent la grande majorité des investissements. En Asie, dans l’environnement régional chinois, près de 10 milliards de dollars ont été investis dans le secteur du fer et de l’acier, dont près de 4,3 milliards de dollars investis au Kazakhstan. Quant à l’Amérique du Nord et à l’Europe, elles ont reçu des investissements de respectivement 1,8 milliard et 610 millions de dollars pendant cette période. En Europe, les investissements chinois étaient destinés à l’Allemagne (450 millions) et à l’Ukraine (160 millions). En Amérique du Nord, le Canada a reçu un montant total de 800 millions de dollars répartis entre trois investisseurs, alors qu’aux États-Unis un investisseur chinois a investi près d’un milliard de dollars dans un projet d’aciérie.

Figure 1 : Origine des approvisionnements chinois en minerai de fer.

Figure 1 : Origine des approvisionnements chinois en minerai de fer.

Tableau 5 : Investissements chinois dans le secteur du fer et de l’acier par grands sous-ensembles géographiques, de 2005 à 2013 (en millions de dollars).

Années/Régions

Afriquea

Amérique du Nordb (en deçà du 55e parallèle)

Amérique du Nord - Arctique canadien

(au-dessus du 55e parallèle)

Amérique du Sudc

Asied

Europee

Océanie f

Montant total des investissements

Nombre total de transactions

2005

140

140

1

2006

230

2 540

2 920

4 690

4

2007

100

500

330

900

3

2008

110

200

6 020

2 050

8 380

9

2009

1250

3 800

480

1 390

6 920

11

2010

3 610

9 800

1 310

14 720

9

2011

4 790

120

1 950

500

3 744

11 104

9

2012

1 140

520

410

350

610

1 860

4 890

11

2013

2 690

1 698

2 460

6 848

9

Montant total des investissements

12 670

1 770

120

18 700

9 548

610

16 204

Nombre total de transactions

14

5

1

12

11

2

22

Nombre d’investisseurs

10

4

1

11

10

2

17

a Afrique du Sud, Cameroun, Guinée, Libéria, Ouganda, Sierra Leone, Tanzanie, Zimbabwe ;
b Canada, États-Unis ;
c Argentine, Brésil, Chili, Pérou, Venezuela ;
d Cambodge, Inde, Iran, Kazakhstan, Madagascar, Mongolie, Russie, Vietnam ;
e Allemagne, Ukraine,
f Australie, Indonésie, Malaisie

Tableau 6 : Investisseurs chinois dans le secteur du fer et de l’acier sur la scène internationale, de 2005 à 2014.

Nombre de transactions

Valeur totale des transactions (en millions de dollars des États-Unis)

Investisseur

(Date de fondation de l’entreprise)

Détails sur l’investisseur

Rang mondial en termes de production d’acier (2014) (en millions de tonnes)

Rang « Forbes Largest 2000 Corporations »

Pays récipiendaires des investissements chinois

8

8 270$

Wuhan Iron and Steel (Group) Corp. (WISCO) (1993)

SOE centrale - Aciériste –

possède mines en Chine

4e rang (39,3Mt)

WISCO : 1402

Cliff Natural Resource : 1626
Adriana Ressource : non classée

Allemagne, Australie, Brésil, Canada (360M$), Libéria, Madagascar

7

3 250$

China Steel Corp. (Sinosteel) (1993)

SOE centrale - Aciériste –

possède mines en Chine

25e rang (14,3Mt)

696

Afrique du Sud, Australie, Cameroun, Inde, Zimbabwe

4

3 020$

China Metallurgical Group Corp. Ltd. (MCC) (1982)

SOE centrale –

Entreprise minière

--

759

Argentine, Australie, Indonésie, Vietnam

3

1 120$

China Machinery Industry Group Co. Ltd.(Sinomach) (1997)

SOE centrale -

--

1942

Canada (120M$), Malaisie, Ouganda

690$

Anshan Iron and Steel (Group) Corp. (Ansteel) (1997)

SOE centrale - Aciériste – possède mines en Chine

8e rang (33,7Mt)

1642

Australie

2

3 260$

China International Trust and Investment Corp. (CITIC) (1979)

Fond d’investissement chinois

--

754

Australie, Brésil

1 564$

Shougang Group (1992)

Privé – Aciériste – possède mines en Chine

9e rang (31,5Mt)

--

Malaisie, Pérou

1 500$

China Minmetals Corporation

(Minmetals) (1950)

SOE centrale -

--

1597

Inde, Russie

1 460$

China Nonferrous Metal Mining Group Co., Ltd. (1983)

SOE centrale -

--

--

Iran, Russie

780$

Hebei Iron and Steel (2006)

SOE provinciale - Aciériste – possède mines en Chine

3e rang (45,8Mt)

Hebei Iron and Steel: 1187
Alderon Iron Ore Corp.: non classée

Afrique du Sud,
Canada (400M$)

320$

Sichuan Hanlong (1997)

Problèmes financiers, cadre de l’entreprise exécuté en 2015 pour corruption et association mafieuse…

--

--

Australie

1

34 388$

29 investisseurs

Plusieurs types

---

----

Australie, Brésil, Cambodge, Chili, États-Unis, Guinée, Indonésie, Kazakhstan, Malaisie, Mongolie, Pérou, Russie, Sierra Leone, Tanzanie, Ukraine, Venezuela

21Dans l’Arctique canadien, au-delà du 55e parallèle, l’aciériste chinois Wuhan Iron and Steel Group Corp (WISCO) a investi 120 millions de dollars dans l’entreprise minière canadienne Adriana Resources Inc., qui explore des gisements de fer près du Lac Otelnuk au nord-ouest de Schefferville. WISCO possède ainsi un droit de regard sur 60 % du minerai extrait, dont le contrat d’approvisionnement deviendra opérationnel dans quinze ans (Têtu et al., 2015). Cet investissement de WISCO dans Adriana Resources Inc. est la seule transaction enregistrée dans le secteur du fer et de l’acier au-delà du 55e parallèle canadien. En revanche, les aciéristes Wuhan Iron and Steel Group Corp et Hebei Iron and Steel Group ont des investissements plus au sud. Finalement, Xinxing Ductile Iron and Pipes Co. Ltd., une filiale du conglomérat chinois Xinxing Cathay International Group Co. Ltd., et Shandong Fulun Steel Company Ltd., une filiale de Jinyang Enterprise Group, conjointement avec la China Mining Finance Partner (CMFP), ont investi 5 millions de dollars pour le développement du projet de mine de fer de Roche Bay, dans l’Arctique canadien continental (Têtu et al., 2015). Des investissements de près d’un milliard de dollars ont été avancés, mais rien n’a encore été concrétisé (Ibid). De fait, comme le montant des investissements actuels est bien inférieur aux 100 millions de dollars minimum requis pour être présent dans le China Global Investment Tracker, il n’est pas comptabilisé dans cette dernière. Au Groenland, Xiny Mining, racheté par General Nice Group en 2015 (China Daily USA, 2015), a investi des capitaux estimés à près de 2 milliards de dollars dans l’entreprise London Mining, qui doit entreprendre l’exploitation d’une importante mine de fer à Isua en 2015 (Lasserre et Têtu, 2014). Là encore, étant donné que cette transaction n’est pas comprise dans la période de saisie du China Global Investment Tracker (2005-2014) et que la transaction n’a pas encore été finalisée, elle n’est pas comptabilisée dans nos données sur les investissements.

22Entre 2005 et 2013, près de 60 % des investissements chinois dans le secteur du fer et de l’acier étaient effectués par un peu moins d’une trentaine d’investisseurs différents – des entreprises d’État centrales (SOE centrale), d’autres sous la gouvernance des provinces (SOE provinciale), des entreprises privées (SOEP), des banques et des fonds d’investissement – dans des pays aussi différents que l’Australie, les États-Unis, le Cambodge, la Russie, la Tanzanie, l’Ukraine et le Venezuela (Tableau 6). Les 40 % d’investissements restants sont répartis entre les mains de onze investisseurs, pour la majorité des grands groupes sidérurgiques chinois sous la tutelle de l’État central. Cependant, on retrouve également des entreprises minières chinoises provinciales œuvrant dans le secteur du fer, ainsi que des entreprises spécialisées dans l’extraction de métaux industriels de base (nickel, cuivre, zinc), comme c’est le cas de la China Minmetals Corporation qui a investi en Inde et en Russie, et qui investit dans le fer pour diversifier ses opérations.

23Les groupes sidérurgiques chinois Hebei Iron and Steel et Wuhan Iron and Steel Group Corp. (WISCO), qui ont tous deux investi dans des entreprises d’exploration minières canadiennes, se classent parmi les 50 plus grands groupes sidérurgiques mondiaux. À ce titre, ils occupent respectivement les 3e (45,8Mt) et 5e (39,3Mt) rangs mondiaux en termes de production d’acier en 2014 (World Steel Association, 2014). Par comparaison, ArcelorMittal, premier aciériste mondial en 2014, avait une production de 96,1Mt, et le Sud-Coréen POSCO se hissait au 6e rang (38,4Mt), tandis que l’Américaine US Steel se classait 13e (10,4Mt). Les deux aciéristes chinois se trouvent également dans le classement Forbes des 2 000 plus grandes compagnies publiques mondiales : WISCO, classée 1402e, réalisait des ventes de 14,7 milliards de dollars et des profits de 100 millions de dollars, alors qu’Hebei Iron and Steel, classée 1187e, réalisait en 2014 des ventes de 17,4 milliards de dollars et des profits nuls (Forbes, 2014). À titre indicatif, l’Américaine Cliff Natural Ressources, qui exploitait jusqu’en janvier 2014 des gisements de fer dans la fosse du Labrador au Québec, et qui a été l’objet d’investissements de la part de WISCO en 2012, se hissait au 1626e rang, avec des ventes de 5,6 milliards de dollars et un profit de 400 millions de dollars. Les trois grands – BHP Billiton (44e) Rio Tinto (109e) et Vale (179e) – ont réalisé des profits de plus d’un milliard de dollars au 1er mai 2014, dont BHP Billiton en tête avec 14,8 milliards.

L’indispensable rôle des transports dans la géographie économique minière chinoise

Temps, distance et coûts de transport maritime du minerai de fer : des facteurs logistiques clés

24Dans un deuxième temps, l’analyse de la géographie de l’approvisionnement chinois en minerai de fer souligne l’importance du transport maritime : près de 70 % du minerai de fer chinois serait importé par voie maritime selon Lei (2008), quoique Wang et Zhu (2014) parlent plutôt de la totalité. Cet écart entre les données s’explique en partie par le peu d’étude sur ce thème et la difficulté d’obtenir des statistiques détaillées en ce qui concerne les importations chinoises. Selon la littérature, il apparaît cependant que la stratégie chinoise d’accès aux ressources minières s’appuie, dans un premier temps, sur les grands corridors énergétiques terrestres eurasiens (Schwoob et Caussat, 2012). En effet, la Chine travaille activement à mettre en place une structure d’approvisionnement qui repose sur les corridors énergétiques avec les pays limitrophes (Kudo, 2008 ; Ericsson, 2011a, c ; Schwoobe et Caussat, 2012) : entre la Chine, l’Inde, le Pakistan et l’Afghanistan (Sheraz, 2009), avec la Mongolie (Mayes et Wang, 2003 ; Korniyenko et Sakatsume, 2009), la Russie, où Pékin coopère avec Moscou pour développer les connectivités eurasiennes de leurs réseaux ferroviaires respectifs (Cohen, 2006). Cela implique notamment des travaux majeurs de rénovation sur le Chinese Eastern Railway, principale artère ferroviaire commerciale entre Moscou et l’est de la Chine (Farooki, 2012). Gonzalez-Vincente (2011) laisse d’ailleurs entendre que du minerai de fer est importé d’Ukraine grâce à ce lien ferroviaire qui relie l’Ukraine à la Chine à travers le territoire russe. L’annonce de la mise en place par la Chine de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures en octobre 2015 constitue un pas vers la mise en œuvre des projets liés à ces grands corridors énergétiques (The Australian Business Review, 2015).

25Il apparaît que c’est principalement par voie maritime que le minerai de fer est importé en Chine. L’importance accordée à ce mode de transport souligne d’ailleurs d’importantes questions de logistique. La distance, le temps et les coûts de transport sont des facteurs logistiques prépondérants dans le choix d’une part des sites d’implantation des entreprises chinoises à l’étranger, et d’autre part des partenaires d’approvisionnement. Ainsi, ces facteurs d’ordres logistiques expliquent les avantages que présente le territoire australien (Tcha et Wright, 1999 ; Lei, 2008 ; Ericsson, 2011a ; Castillo et Yu, 2012) pour la Chine (Zhang et al., 2013). En effet, pour les entreprises minières qui exploitent des gisements miniers en Australie, les ports chinois sont une destination d’exportation idéale, étant donné les distances de navigation plus courtes entre les ports d’exportations australiens et d’importations chinois, par exemple par rapport à ceux situés au Japon ou en Corée du Sud (Tableau 7). La proximité entre les ports d’importations chinois et les ports d’exportations australiens place d’ailleurs ces derniers dans une position de force, creusant l’écart concurrentiel avec leurs concurrents brésiliens, sud-africains ou indiens. La faible valeur par tonne de minerai de fer donne un poids plus important aux coûts de transport dans le coût global de production ; de fait, la proximité des ports chinois et australiens permet de tirer profit de coûts de transport du minerai de fer compétitifs (Nolan et Zhang, 2002 ; Deng, 2004).

Tableau 7 : Distance approximative entre les principaux ports d’exportation et d’importation de minerai de fer australien et brésilien.

Pays

Ports d’importation

Ports d’exportation

Port Hedland (Australie)

Tubarão (Brésil)

Distance

Durée du transit

Distance

Durée du transit

Chine

Qingdao

6 648,13 km

10 jours et 16 heures

20 619,21 km

33 jours et 3 heures

Corée du Sud

Incheon

6 862,70 km

11 jours

20 839,23 km

33 jours et 11 heures

Japon

Tokyo

6 982,26 km

11 jours et 4 heures

21 453,88 km

34 jours et 11 heures

Note : distances calculées dans un scénario où il n’y a aucune contrainte politique à la navigation ; distances et durées calculées par les auteurs via http://www.searates.com, vitesse fixée par défaut à 14 nœuds.

26Dans le calcul effectué par les entreprises minières et les compagnies de transport, un itinéraire au départ du port canadien de Sept-Îles, à travers les mers chaudes, se trouve à une distance maritime considérablement plus grande du port de Qingdao que celles qui chargent du minerai vers la Chine à partir de ports australiens (Port Hedland), indiens (Goa) et sud-africains (Richards Bay) (Tableau 8). En effet, la distance entre Sept-Îles et Qingdao via le cap de Bonne-Espérance est légèrement supérieure à celle entre le Brésil (Tubarão) et la Chine (Qingdao). Par le canal de Panama, la route entre Sept-Îles et Qingdao est cette fois inférieure de quelques milliers de kilomètres par rapport à celle entre Tubarão et Qingdao. En ce qui concerne le transit maritime à travers le Passage du Nord-Ouest vers Qingdao en Chine, la distance entre le port de Sept-Îles et Qingdao est plus courte que celle entre Qingdao et l’Afrique du Sud (Saldanha Bay), ou Qingdao et le Brésil (Tubarão), mais près de deux fois plus longue que celle entre Qingdao et l’Inde (Goa) ou Qingdao et l’Australie (Port Hedland).

Tableau 8 : Distance approximative entre le port chinois de Qingdao et certains ports mondiaux d’exportations de minerai de fer

Port/Itinéraire

Tonnage moyen des navires

Distance maritime(en km)

Coût moyen du transport par tonne (dollars US)

Point de restitution du navire

Port Hedland (Australie)

170 000

6 648,13

8,50$

Singapour

Goa (Inde)

120 000

8 642,89

10,00$

Singapour

Saldanha Bay (Afrique du Sud)

150 000

13 227,21

13,50$

Singapour

Tubarão (Brésil)1

170 000

20 619,2

21,75

Singapour

Sept-Îles (Québec, Canada)

Via le cap de Bonne-Espérance

150 000

21 119,81

17,97$

Singapour

29,75$

Sept-Îles

Via le Passage du Nord-Ouest**

150 000

14 778

13,31$

Singapour

18,66$

Sept-Îles

Nuuk(Groenland)

Via le Passage du Nord-Ouest**

Aucun grand navire ne peut accoster au Groenland

11 698

Ne s’applique pas encore

Ne s’applique pas encore

  • 4 En supposant qu’aucun droit de passage ne soit appliqué par le gouvernement du Canada pour mainteni (...)

Note : distances calculées dans un scénario où il n’y a aucune contrainte politique à la navigation. Source : distances calculées par les auteurs via http://www.searates.com, vitesse fixée par défaut à 14 nœuds4. Données pour Tubarão (Brésil) obtenues via Platts McGraw Hill Financial (2014).

27Outre le temps et la distance, une autre composante importante est le coût du transport du minerai de fer, qui est estimé en dollars par tonne pour le transport maritime uniquement, hors chargement ou déchargement. Un élément de ces coûts est le point de restitution pour le navire. Puisqu’aucun grand navire ne peut être chargé de minerai de fer dans les ports chinois, entre autres parce que les autorités chinoises n’ont pas approuvé l’entrée de ces navires dans ses ports, Singapour est un point de départ idéal pour une location d’un navire de transport de vrac dans la région asiatique (King, 2014). Ainsi, une compagnie qui loue un navire qui déchargera du minerai de fer en provenance d’Australie dans un port chinois, devra ensuite retourner à Singapour pour être chargé à nouveau de marchandises.

28À l’heure actuelle, le coût de transport pour les cargaisons de minerai de fer en provenance d’Australie (port de Hedland) vers la Chine (port de Qingdao) est de 8,5 dollars par tonne. Comme le montre le tableau 8, les coûts de transport de maritime du minerai de fer les plus faibles sont ceux en provenance de l’Australie, de l’Inde et de l’Afrique du Sud. En ce qui concerne le port de Sept-Îles, situé à une distance maritime plus grande que les autres partenaires d’approvisionnement, les coûts de transport à partir de ce port canadien sont considérablement plus élevés, soit près de deux fois ceux du trajet entre Port Hedland (Australie) et Qingdao (Chine). Cependant, pour un mouvement entre Sept-Îles et Qingdao, avec restitution à Sept-Îles, le prix commercial actuel de près de 30 dollars par tonne implique également que l’opérateur du navire ramène le navire vide, ce qui augmente considérablement les coûts.

Conclusion

29Au Canada, au 1er juin 2015, aucune mine de fer avec des intérêts chinois n’était en exploitation. Les importations chinoises de minerai de fer en provenance du territoire canadien représentaient d’ailleurs à peine 1 % de la valeur totale des importations chinoises entre 2009 et 2013. Par comparaison avec la valeur des importations de minerai de fer en provenance de l’Australie, du Brésil, d’Inde ou d’Afrique du Sud, celles en provenance du Canada sont très réduites.

30Dans le même ordre d’idées, la géographie des investissements chinois dans le secteur du fer et de l’acier montre bien que l’Amérique du Nord – le Canada et l’Arctique canadien de surcroît – n’est pas une région prioritaire d’investissement pour les entreprises chinoises dans ce secteur entre 2005 et 2013. De plus, contrairement aux quarante autres entreprises chinoises qui investissaient outre-mer dans le secteur du fer et de l’acier de 2005 à 2013, les investisseurs chinois au Canada – Wuhan Iron and Steel (WISCO) et Hebei Iron and Steel – se classent parmi les 2 000 plus grandes entreprises mondiales selon Forbes. En 2014, elles se classent également parmi les plus grands groupes sidérurgiques mondiaux en termes de production d’acier. Il ne s’agit donc pas d’entreprises inconnues ni d’entités grises, et les montants investis au Canada (et dans l’Arctique canadien) sont marginaux.

31À l’image des réflexions stratégiques des entreprises occidentales, les entreprises chinoises dans le secteur du fer et de l’acier font face aux mêmes contraintes que leurs concurrents, étrangers ou locaux. Dans une optique de maximisation des profits, de nombreux facteurs guident et orientent les investissements des entreprises chinoises. Outre les facteurs de temps, de distance et de coût de transport du minerai par tonnes, les entreprises chinoises s’intéressent à la qualité du gisement et à sa teneur moyenne en fer, à son accessibilité, au climat d’investissement du territoire lui-même, ce qui va de la stabilité politique jusqu’aux détails des exigences règlementaires, les conditions d’exploration et l’absence de corruption. Les entreprises chinoises, qui constituent des partenaires financiers importants pour des entreprises d’exploration minières canadiennes et dont les projets se situent d’ailleurs principalement au sud de la limite nordique, négocient des contrats à long terme pour l’approvisionnement futur en minerai de fer. Le nouveau quai multi-usager en eaux profondes récemment construit à Sept-Îles (Québec) est d’ailleurs un avantage compétitif du territoire québécois.

32Dans les latitudes nordiques, au-delà du 55e parallèle, l’incertitude liée au développement de projets miniers complexifie la logistique d’acheminement des matériaux de construction de même que l’exportation des matières premières par voie maritime. De fait, la viabilité du développement minier dans l’Arctique canadien, comme ailleurs dans l’Arctique, est lié à une large gamme de conditions, ce qui inclut les investissements directs à l’étranger pour le développement et la construction des infrastructures, les conditions de marché et la situation de la demande mondiale (qui détermine le prix des matières premières et la profitabilité d’un projet), la perspective de sources alternatives de compétitivité, les conditions climatiques extrêmes, le coût élevé des opérations dans ces latitudes nordiques, la réglementation en vigueur sur le territoire donné, la signature d’accords avec les communautés autochtones, etc. En outre, il ne faut pas négliger le fait que la navigation dans les eaux arctiques canadiennes nécessite des navires dotés d’un équipement spécialisé. Ainsi, à travers le Passage du Nord-Ouest, bien que cette situation ne soit qu’hypothétique, si la distance et le temps de navigation sont légèrement inférieurs aux routes traditionnelles entre la Chine et le Brésil, elles demeurent toujours bien supérieures à celles entre la Chine et l’Australie.

33En somme, de nombreux facteurs contraignent l’exploitation minière et la logistique d’acheminement des matières premières dans les latitudes nordiques. De fait, il apparaît clairement que les entreprises chinoises ne sont en aucun cas à l’assaut du minerai de fer du Canada et de l’Arctique canadien. Certes des investissements chinois dans le secteur du fer et de l’acier sont réalisés au Canada, mais ils se concentrent au Sud. De fait, la région arctique canadienne ne constitue pas un territoire prioritaire d’investissement pour les entreprises chinoises dans ce secteur. Dans le contexte des changements climatiques mondiaux qui augmentent l’accessibilité des gisements miniers du Nord et en dépit de tout ce qui a été écrit à propos de l’intérêt et de la rentabilité d’un itinéraire à travers le Passage du Nord-Ouest, la rentabilité de ce dernier est difficile à évaluer. Finalement, le manque d’infrastructures adéquates dans le Nord canadien, les réalités environnementales, ainsi que les contraintes de capacité institutionnelles, y compris des informations insuffisantes, auront contribué à augmenter le coût du commerce dans le Nord, qui demeure un marché de niche.

Haut de page

Bibliographie

Alves A., 2008, China and Gabon : A Growing Resource Partnership, The South African Institute of International Affairs, No.4, Url : http://dspace.africaportal.org/jspui/bitstream/123456789/29914/1/China%20and%20Gabon%20a%20growing%20resource%20partnership.pdf ?1.

Ayodele T., Sotola O., 2014, China in Africa : An Evaluation of Chinese Investment. Initiative for Public Policy Analysis (IPPA), Working Paper Series, Url : http://www.ippanigeria.org/china_africa_working.pdf.

Beyer A., 2008, « Le contact des réseaux ferrés à écartement russe et européen. Héritage embarrassant ou futur trait d'union continental ? », Strates, vol. 15, 153-170.

Bridge G., 2004, « Mapping the Bonanza : Geographies of Mining Investment in an Era of Neoliberal Reform », The Professional Geographer, vol. 56, No.3, 406-421.

Buckley P.J., Clegg J.L., Cross R.A., Liu Xin, Voss H., Zheng P., 2007, « The determinants of Chinese outward foreign direct investment », Journal of International business Studies, vol. 38, 499-518.

Castillo J.C.E.D., Yu K.D.S., 2012, « Liberalizing the Philippine Mining Industry : A CGE approach into analyzing its sectoral impacts on the economy », Business & Economics Review, vol. 23, No.2, 1-20.

Chen J.-B., 2005, « Situation of Supply & Demand for Iron Ore in China and its Supplying Prospect between Foreign Countries », Conservation and Utilization of Mineral Resources (article en chinois - non disponible en ligne).

China Economic Data Database (CEIC), 2014, consulté le 15 mars 2015, Url : http://www.ceicdata.com/en,.

China Iron and Steel Association (CISA), 2014, consulté le 15 mars 2015, Url : http://www.chinaisa.org.cn.

Choi J.J., Sami H., Zhou H., 2010, « The Impacts of State Ownership on Information Asymmetry : Evidence from an Emerging Market », China Journal of Accounting Research, vol. 3, No.1, 1-38.

Customs China, 2015, Customs-info, consulté le 15 mars 2015, Ur : http://china-trade-research.hktdc.com/business-news/article/Fast-Facts/China-Customs-Statistics/ff/en/1/1X000000/1X09N9NM.htm

Dhaka A., 2014, « Factoring Central Asia into China’s Afghanistan policy », Journal of Eurasian Studies, vol. 5, No.1, 97-106.

Deng P., 2003, « Foreign Investment by Multinationals from Emerging Countries : The Case of China », Journal of Leadership and Organizational Studies, vol. 10, No.2, 113-124.

Deng P., 2004, « Outward investment by Chinese MNCs : Motivations and Implications », Business Horizons, vol. 47, No.3, 8-16.

Deng P., 2013, « Chinese Outward Direct Investment Research : Theoretical Integration and Recommendations », Management and Organization Review, vol. 9, No.3, 513-539.

Drysdale P., Findlay C., 2014, « Chinese foreign direct investment in the Australian resource sector », in Garnaut R., Song L. (eds.), China’s New Place in a World in Crisis : Economic, Geopolitical and Environmental Dimensions. Camberra, Australie, Anu E Press.

Du J., 14 décembre 2014, Iron ore demand forecast to stay steady in 2015, consulté le 15 mars 2015, Url : http://usa.chinadaily.com.cn/business/2014-12/04/content_19021685.htm.

Du J., 13 janvier 2015, « Firm to take over Greenland mine », China Daily USA, consulté le 15 mars 2015, Url : http://usa.chinadaily.com.cn/epaper/2015-01/13/content_19307352.htm.

Economy E.C., Levi M., 2014, By all means necessary : How China’s Resource Quest is changing the World, Oxford University Press.

Ericsson M., 2011a, « Mineral supply from Africa : China’s investment inroads into the African mineral resource sector », The Journal of The Southern African Institute of Mining and Metallurgy, vol. 111, No.7, 497-500.

Ericsson M., 2011b, Geography of steel raw materials – policy implications, OECD Workshop on steelmaking raw materials, Url : http://www.oecd.org/sti/ind/49205554.pdf.

Farooki M., 2012, « China and mineral demand – more opportunities than risks ? », POLINARES Consortium, Working paper, vol. 75, 1-10.

Firoz A.S., 2008, « Mineral Policy Issues in the Context of Export and Domestic Use of Iron Ore in India », Indian Council for Research on International Economic Relations, vol. 207, 1-144.

Friedberg A.L., 2006, « Going Out : China’s Pursuit of Natural Resources and Implications for the PRC’s Grand Strategy », NBR Analysis, vol. 17, No.3, 1-40.

Garnaut R., 2012, « The contemporary China resources boom », Australian Journal of Agricultural and Resource Economics, vol. 56, No.2, 222-243.

Gonzalez-Vicente R., 2011, « Mineral supply from Africa ; China’s investment inroads into the African mineral resource sector », The Journal of The Southern African Institute of Mining and Metallurgy, vol. 111, 497-500.

Gonzalez-Vicente R., 2012, « Mapping Chinese Mining Investment in Latin America : Politics or Market ? », The China Quarterly, vol. 209, 35-58.

Grant M., 2012, Fear the Dragon ? Chinese Foreign Direct Investment in Canada, The Conference Board of Canada, Report June 2012, Url : http://www.casselsbrock.com.cn/files/file/docs/FearTheDragon.pdf.

Heritage Foundation, 2014, China Global Investment Tracker, consulté le 15 mars 2015, Url : http://www.heritage.org/research/projects/china-global-investment-tracker-interactive-map.

Huang Y., Wang B., 2013, « Investing Overseas Without Moving Factories Abroad : The Case of Chinese Outward Direct Investment », Asian Development Review, vol. 30, No.1, 85-107.

Ikemagi M., 2011, « New Imperial China ; A Challenge for the Us-Japan Alliance », Asia Pacific Bulletin, No.122, 1-2.

Jarczyk A., 2010, The Prospects for Consolidation in China’s Steel Industry. SAIS China Studies – Student Working Paper Series, Url : https://www.sais-jhu.edu/sites/default/files/resource-article/files/China-Studies-Working-Paper-2010-Jarczyk.pdf.

Kaplinsky R., Morris M., 2009, « Chinese FDI in Sub-Saharan Africa : Engaging with Large Dragons », The European journal of Development Research, vol. 21, No.4, 551-569.

King J.F., 2014, Economic adviser to the industrial metals and raw materials industries. Communication personnelle le 6 décembre 2014.

Korniyenko Y., Sakatsume T., 2009, « Chinese investment in the transition countries », European Bank for Reconstruction and Development, Working paper No.107, Url : http://www.ebrd.com/downloads/research/economics/workingpapers/wp0107.pdf.

Kudo T., 2008, « Myanmar’s economic relations with China : who benefits and who pays ? », in Skidmore M., Wilson T. (eds.), Dictatorship, Disorder and Decline in Myanmar, Australia, The Australian National University Press.

Lajeunesse A., Lackenbauer W., 2014, « Chinese Mining Interests and the North American Arctic », in Berry D., Jones H. (eds.). Governing the North American Arctic : Lessons from the Past, Prospects for the Future, London, Palgrave MacMillan.

Lasserre F., Têtu P-L, 2014, « La Chine en Arctique ? », Revue Diplomatie, Grand Dossier de Diplomatie : Géopolitique de la Chine, No.20.

Lei D., 2008, « China’s New Multi-Faceted Maritime Strategy », Orbis, vol. 52, No.1, 139-157.

Li J.C., 2006, China’s Rising Demand for minerals and Emerging Global Norms and Practices in the Mining Industry, Foundation for Environmental Security & Sustainability, Working paper No.2, Url : http://www.fess-global.org/workingpapers/chinas_rising_demand_for_minerals.pdf.

Li J.C., Newenham-Kahindi A., Shapiro D.M., Chen Victor Z., 2012, « Foreign Direct Investment in Natural Resources Industries in Africa : Chinese versus Western Models », Working Paper, Center for Asia Pacific Business Studies, Simon Fraser University.

Li Z., 2013, « How Foreign Direct Investment Promotes Development : The Case of the People's Republic of China's Inward and Outward FDI », ADB Economics - Working Paper Series, No.304, 1-26.

Li F., Song Z., Liu W, 2014, « China’s energy consumption under the global economic crisis : Decomposition and sectoral analysis », Energy Policy, vol. 64, 193-202.

Luo Y., Xue Q., Han B., 2010, « How emerging market governments promote outward FDI : Experience from china », Journal of World Business, vol. 45, No.1, 68-79.

Mangal S., 25 mai 2010, Illegal Mining Continues in Khost, Pajhwok, Afghan News, consulté le 2 mars 2015, Url : http://archive.pajhwok.com/en/2010/05/25/illegal-mining-continues-khost.

Manicom J., Lackenbauer P.W., 2013, « East Asian States, The Arctic Council and International Relations in the Arctic », Policy Brief, vol. 26, 1-12.

Mayes D.G., Wang J., 2003, China After WTO Membership : A CGE Analysis of the Impact of Trade Liberalisation : The impact of the WTO Agreement on Low Income Countries, UNU/WIDER Research Programme.

Moran T.H., 2012, Chinese Foreign Direct Investment in Canada : Threat or Opportunity ?, Canadian Council of Chief Executives, Url : http://www.ceocouncil.ca/wp-content/uploads/2012/03/Chinese-Foreign-Direct-Investment-in-Canada-Theodore-H-Moran-March-2012.pdf.

Nolan P., Zhang J., 2012, The Challenge of Globalization for Large Chinese Firms, United Nations Conference on Trade and Development, Discussion paper No.162, Url : http://unctad.org/en/docs/dp_162.en.pdf.

Peng Z., 2004, « Preliminary Discussion on the Current Situation of Iron Ore Resources of Our Countryand the Development Countermeasures », Express Information of Mining Industry (article en chinois - non disponible en ligne).

Platts McGraw Hill Financial, 2014, Dry Freight Wire, vol. 1, No.1, Url : http://www.platts.com/IM.Platts.Content/ProductsServices/Products/dry-freight-wire.pdf.

Qian Y., 1999, « The Process of China’s Market Transition (1978-98) : The Evolutionary, Historical, and Comparative Perspectives », Journal of Institutional and Theoretical Economics symposium on Big-Bang Transformations of Economic Systems as a Challenge to New Institutional Economics, 9-11 juin 1999, Wallerfangen/Saar, Germany.

Rajith S., 2008, China - Africa Investments : An Analysis of China's Investments in Africa, Url : http://www.amcham-shanghai.org/NR/rdonlyres/4435B6F6-EB50-46BC-AAF8-0741C1CDBEE1/7956/ChinaAfricaInvestments.pdf.

Reserve Bank of Australia, 2010, China's Steel Industry, Url : http://www.rba.gov.au/publications/bulletin/2010/dec/pdf/bu-1210-3.pdf.

Reuters, 2015, China Nonferrous Group Plans Ferro-Nickel Plant in Myanmar, Url : http://www.ibiblio.org/obl/docs2/copperMetal.pdf.

Robert I., Rush A., 2012, « Understanding China’s demand for resource imports », China Economic Review, vol. 23, No.2, 566-579.

Rosen D.H., Hanemann, T., 2009, China’s Changing Outbound Foreign Direct Investment Profile : Drivers and Policy Implications, Peterson Institute for International Economics, No.14, Url : http://www.iie.com/publications/pb/pb09-14.pdf.

Sagers M.J., 1999, « The Iron Ore Industry in Kazakhstan : A Research Report », Post-Soviet Geography and Economics, vol. 40, No.3, 215-221.

Schwoob M.-H., Caussat Paul, 2012, « Politiques énergétiques comparées de l’Inde et de la Chine : contexte et approche régionale », Cahiers de la Sécurité, No.21, 70-83.

Shankleman J., 2011, Going Global : Chinese Oil and Mining Companies and the Governance of Resource Wealth, Woodrow Wilson International Center for Scholars, Url : http://www.wilsoncenter.org/sites/default/files/Shankleman_Going%20Global.pdf.

Sheraz U., 2014, « Foresight as a tool for sustainable development in natural resources : The case of mineral extraction in Afghanistan », Resources Policy, vol. 39, 92-100.

Shroder J.F., 2009, « Saving Afghanistan : redevelopment one resource at a time », Earth, vol. 54, No.7, 38-47.

Solidjanov N., 2011, « Going Out : An Overview of China’s Outward Foreign Direct Investment », USCC Staff Research Report, U.S.-China Economic & Security Review Commission.

Song D.-W., Panayides P., 2012, Maritime Logistics : A Complete Guide to Effective Shipping and Port Management. Kinkle Edition, Kogan Page.

Tan X., 2012, « China’s overseas investment in the energy/resources sector ; Its scale, drivers, challenges and implications », Energy Economics, vol. 36, 750-758.

Tcha M., Wright D., 1999, « Determinants of China’s import demand for Australia’s iron ore », Resources Policy, vol. 25, No.3, 143-149.

Têtu P.-L., Lasserre F., Pelletier J.-S., 2015, « The Canadian Mining Industry North of the 55th parallel : a maritime traffic generator ? », Polar Geography, vol. 38, No.2, 107-122.

The Australian Business Review, 27 mars 2015, Asian Infrastructure Investment Bank could help Australian miners, consulté le 4 avril 2015, Url : http://www.theaustralian.com.au/business/financial-services/asian-infrastructure-investment-bank-could-help-australian-miners/story-fn91wd6x-1227280344331.

USGS, 2012, Minerals Yearbook – China [Advance Release], Url : http://minerals.usgs.gov/minerals/pubs/country/2012/myb3-2012-ch.pdf.

USGS, 2014, Iron Ore, Url : http://minerals.usgs.gov/minerals/pubs/commodity/iron_ore/mcs-2014-feore.pdf.

Wang L., Zhu J., 2014, « Seasonality Analysis of Imported Iron Ore Throughput in China’s Coastal Ports », Applied Mechanics and Materials, vol. 505-506, 950-954.

Wilson J.D., 2012, « Chinese resources security policies and the restructuring of the Asia-Pacific iron ore market », Resources Policy, vol. 37, No.3, 331-339.

Woo Y.P., Zhang K., 2006, China Goes Global ; The Implications of Chinese Outward Direct Investment for Canada, Url : http://economics.ca/2006/papers/0892.pdf.

World Steel Association, 2014, World Steel in Figures 2014, Url : http://www.worldsteel.org/dms/internetDocumentList/bookshop/World-Steel-in-Figures-2014/document/World%20Steel%20in%20Figures%202014%20Final.pdf.

Wu H.-L., Chen C.-H., 2001, « An Assessment of Outward Foreign Direct Investment from China’s Transitional Economy », Europe Asia Studies, vol. 53, No.8, 1235-1254.

Yao S., Sutherland D., Chen J., 2010, « China's Outward FDI and Resource-Seeking Strategy : A Case Study on Chinalco and Rio Tinto », Asia-Pacific Journal of Accounting & Economics, vol. 17, No.3, 313-325.

Yellishetty M., Ranjith P.G., Tharumarajah A., 2010, « Iron ore and steel production trends and material flows in the world : Is this really sustainable ? », Resources, Conservation and Recycling, vol. 54, No.12, 1084-1094.

Zhang D.-C., Wang Y.-J., 2003, « Indicators of Assessment for Mineral Resource Security », Geological Technoeconomic Management (article en chinois - non disponible en ligne).

Zhang Y., Zheng C., 2010, « The Implications of China’s Rapid Growth on Demand for Energy and Mining Products Imported from Australia », Economic Papers, vol. 27, No.1, 95-106.

Zhao S., 2008, « China's Global Search for Energy Security : cooperation and competition in Asia-Pacific », Journal of Contemporary China, vol. 17, No.55, 207-227.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, on fait référence à des dollars des États-Unis (US Dollars).

2 http://www.statcan.gc.ca/start-debut-fra.html

3 BHP Billiton, 2015, www.bhpbilliton.com/ ; RioTinto, 2015, Operations & financial report – Hamersley Iron, http://www.riotinto.com/annualreport2007/operationsfinancialreview/iron_ore_group/operations/hammersley/ ; Fortescue Metals Group, 2015, http://www.fmgl.com.au/our_business/Chichester_Hub ; Karara Mining Ltd., 2015, www.kararamining.com.au/ ; Vale, 2015, http://www.vale.com/EN/investors/home-press-releases/Press-Releases/ReleaseDocuments/PREPORT1T15_i.pdf; Alderon Iron Ore Corp., 2015, Projet de minerai de fer Kami, http://french.alderonironore.com/projects/kami/ ; Adriana Resources Inc. Inc., 2015, Lac Otelnuk Iron Project, http://www.adrianaresources.com/s/LacOtelnuk.asp ; Baffinland Iron Mines Corporation, 2015, Geology and Exploration, http://www.baffinland.com/the-project/geology-and-exploration/?lang=en ; Roche Bay Plc, 2015, Roche Bay, http://rochebay.com/properties/roche-bay/ ; Consolidated Thompson Iron Mines Ltd., 2009, http://ca.hotstocked.com/docs/show/consolidated_thompson_iron_mines_limited/annual_information_form_french/clmaiff.pdf ; Mining-Technology.com, 2015, Ferro faints- the world’s biggest iron ore producers, http://www.mining-technology.com/features/featureferro-giants--the-worlds-biggest-iron-ore-producers-4280601/ ; New Millennium Iron Corp, 2013, Entering the Iron Ore Market, http://www.nmliron.com/data/attribute/upload/20130626%20Revised%20HDJ%202013%20AGM%20Presentation%20for%20Website%20-%20final.pdf ; Utah Rails, 2015, Utah’s Iron Ore Industry, http://utahrails.net/mining/iron-mountain.php ; Palladon Ventures, 2015, Iron Ore Mountain Project, http://www.palladonventures.com/s/IronCounty.asp ; Geologydatainfo, 2015, Iron Ore Deposits of India, http://www.geologydata.info/ironore_deposits.htm ; Indian Bureau of Mines, 2015, Indian Minerals Yearbook 2012 (Part-III: Mineral Reviews), http://www.ibm.nic.in/writereaddata/files/07092014125520IMYB_2012_iron%20ore.pdf ; The Orissa Mining Corporation Ltd., 2009, http://www.orissamining.com/tender/Seized%20iron%20ore%20Tender.pdf ; Severstal, 2015, http://olcon.severstal.com/rus/index.phtml ; Metalloinvest, Mikhailovsky GOK – Mikhailovski GOK, http://www.metalloinvest.com/en/business/mining-segment/mgok/ ; Black Iron Inc, 2014, Black Iron’s Shymanivske Project Awarded Mining Allotment From Ukraine Government, http://www.blackiron.com/News/Press-Release-Details/2014/Black-Irons-Shymanivske-Project-Awarded-Mining-Allotment-From-Ukraine-Government/default.aspx ; LKBA, 2015, Home to the world's largest underground iron ore mine, https://www.lkab.com/en/About-us/Overview/Operations-Areas/Kiruna/. Labrador Iron Mines Holding Ltd., 2015, Iron Ore Products & Markets, www.labradorironmines.ca/invest_iron_ore_products_and_markets.php. Growth Financial, 2013, London Mining - Benefiting From The Current Iron Ore Price Strength, http://growthfinancial.net/2013/09/11/london-mining-benefiting-from-the-current-iron-ore-price-strength/.

4 En supposant qu’aucun droit de passage ne soit appliqué par le gouvernement du Canada pour maintenir le Passage du Nord-Ouest ; aucun navire chinois n’a jusqu’à ce jour effectué de trajet Sept-Îles-Qingdao via cette route.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Origine des approvisionnements chinois en minerai de fer.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27300/img-1.png
Fichier image/png, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Louis Têtu, Éric Mottet et Frédéric Lasserre, « La Chine à la conquête des ressources minières du Canada et de l’Arctique canadien ? Géographie de l’approvisionnement chinois dans le secteur du fer et de l’acier », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 750, mis en ligne le 13 novembre 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27300 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27300

Haut de page

Auteurs

Pierre-Louis Têtu

Doctorant en sciences géographiques, Département de géographie, Université Laval, Québec (Canada), Pierre-Louis.Tetu.1@ulaval.ca

Éric Mottet

Professeur agrégé, Département de géographie, Université du Québec à Montréal, Québec (Canada), Directeur adjoint du Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG), Mottet.Eric@uqam.ca

Frédéric Lasserre

Directeur du Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG), Département de géographie, Université Laval, Québec (Canada), Frederic.Lasserre@ggr.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page