Navigation – Plan du site
2015

Boussingault J.-B., Humboldt A. von (2015), Briefwechsel, édité par U. Pässler et T. Schmuck, Berlin/Munich/Boston, Walter de Gruyter, 574 p.

Laura Péaud

Texte intégral

1Depuis plusieurs dizaines d’années une équipe de l’Académie des Sciences de Berlin prend en charge l’édition et le commentaire de la correspondance d’une grande figure de la géographie et des sciences naturelles européennes, Alexander von Humboldt. Sous le nom d’Alexander-von-Humboldt-Forschungsstelle, puis depuis le 1erjanvier 2015 sous la dénomination Alexander von Humboldt auf Reisen – Wissenschaft aus der Bewegung, cette équipe éditoriale et scientifique contribue à faire connaître une autre dimension de la figure humboldtienne, en publiant ses écrits intimes et personnels, lettres ou journaux de voyages. La dernière parution donne à voir les relations entretenues par Alexander von Humboldt avec un naturaliste français, Jean-Baptiste Boussingault. Ce volume, paru au début de l’année 2015, a été préparé par Ulrich Pässler et Thomas Schmuck, avec l’aide d’Eberhard Knobloch.

2Cet ouvrage de 574 pages contient la correspondance connue entre les deux hommes entre les années 1822 et 1859. Ce sont en tout 125 lettres qui sont présentées ici au lecteur, dont 56 écrites par Alexander von Humboldt, 69 par Jean-Baptiste Boussingault et quelques-unes par d’autres protagonistes de la relation entre Humboldt et Boussingault. Ces lettres proviennent de plusieurs fonds. Des manuscrits originaux, essentiellement de la main de Boussingault, proviennent de la Staatsbibliothek zu Berlin - Preußischer Kulturbesitz, de la Bibliotheka Jagiollonska de Cracovie et de quelques autres fonds de bibliothèques allemandes. Les lettres écrites par Humboldt sont conservées uniquement sous la forme de textes écrits à la machine. Des copies de ces lettres se trouvent depuis les années 1940 dans les archives de l’Académie des Sciences de Paris et à la Staatsbibliothek zu Berlin. Le remarquable travail d’Ulrich Pässler et de Thomas Schmuck a donc d’abord consisté en une recension des échanges entre les deux épistoliers. Toute leur correspondance n’a pu être retrouvée, car elle a été pour une part perdue à l’époque même de la rédaction, ou encore détruite plus tard. Certaines des lettres ne constituent en fait que des fragments, mais que les deux contributeurs ont choisi de garder. Il faut souligner ensuite l’important travail de transcription et de mise en forme qui a été réalisé. Celui-ci est accompagné d’une traduction de toutes les lettres écrites originellement en français, ce qui représente l’essentiel de la correspondance publiée ici. Cette traduction s’explique par une volonté de rendre accessible ce matériau au public germanophone, principal destinataire de cette publication. Il faut en tout cas saluer la volonté de mettre à disposition ce matériel scientifique à un public le plus vaste possible. La traduction se double en outre d’un appareillage bibliographique très conséquent sous forme de notes de bas de page, ce qui permet de rentrer dans l’univers des deux protagonistes de l’échange, ainsi que dans le contexte scientifique de l’époque.

3Qui sont les deux protagonistes de cette correspondance ?

4Alexander von Humboldt, considéré comme un des pères de la géographie moderne, apparaît dans ce volume comme le formidable animateur des réseaux scientifiques européens qu’il était (Buttimer, 2001 ; Gayet, 2006). Alors que d’autres volumes de la même collection mettaient en avant son insertion dans les cercles prussiens et allemands (voir notamment : Humboldt, 2011 ; Humboldt, Ritter, 2010 ; Humboldt, Schumacher, 1979), cet ouvrage permet de saisir en quoi Humboldt est aussi profondément ancré dans les réseaux scientifiques français mais aussi sud-américains. Alexander von Humboldt (1769-1859) est issu d’une famille d’aristocrates prussiens, il reçoit une éducation classique à Tegel près de Berlin et décide très tôt de voir le monde et, surtout, de le comprendre. C’est à travers ses récits de voyage (Humboldt, 1814-1825) et ses très nombreux ouvrages, dont son Kosmos (1845-1859) (Humboldt, 2004) qu’Humboldt présente ses théories scientifiques, qui inspireront plusieurs générations de naturalistes et de géographes, et qui repose sur une vision systémique des phénomènes naturels. Mais si Humboldt, avec Ritter et quelques autres, a contribué à poser les bases de la géographie moderne, il n’en reste pas moins un « savant universaliste » (Gayet, 2006). C’est d’ailleurs bien ce que nous rappelle sa correspondance avec Boussingault.

5Jean-Baptiste Boussingault (1802-1887) est un naturaliste français, né à Paris. Autodidacte, il se forme à la géologie, à la chimie et aux sciences agraires, les deux derniers champs devenant ses spécialités. Il acquiert une certaine renommée à la suite d’un voyage de dix ans en Amérique du Sud (1822-1832), réalisé à travers la Bolivie, en Équateur ou encore au Venezuela. Boussingault s’embarque dans cette aventure car il est recommandé par Humboldt pour participer à un établissement scientifique fondé par Simon Bolivar au Venezuela. Lors de son séjour, il est fait colonel par Bolivar et mène de nombreuses recherches en compagnie de Rivero. C’est au Venezuela qu’il commence à s’intéresser aux questions agricoles. Fidèle à sa formation initiale d’ingénieur des mines, il s’intéresse, comme Humboldt, à la production minière de la Colombie. Et comme Humboldt, il tente l’ascension du Chimborazo, un volcan d’Équateur. Le parallélisme du séjour sud-américain avec celui que Humboldt a fait entre 1804 et 1799 est frappant et contribue à souder leur amitié scientifique. À son retour d’Amérique du Sud, parce qu’il ne supporte plus la situation politique du continent, Boussingault obtient une chaire de chimie à Lyon. Il mène des recherches sur des substances chimiques, notamment le curare ou encore l’azote, ce qui l’amène à se spécialiser en agronomie.

6La correspondance entre les deux hommes donne à voir une grande partie des champs scientifiques européens du XIXe siècle. Car Humboldt comme Boussingault appartiennent encore à une génération de savants universalistes, touche-à-tout, même s’ils se spécialisent peu à peu dans un domaine particulier, dans leur cas la géographie et la chimie. Mais leurs échanges laissent pourtant entrevoir une curiosité scientifique encyclopédique. Géologie, minéralogie, climatologie, zoologie, botanique, ce sont presque tous les champs des sciences naturelles qui sont présents au fil de l’ouvrage. C’est d’ailleurs à travers la variété des questionnements scientifiques discutés par les deux hommes que l’on peut mesurer l’intérêt de cette lecture.

7La correspondance Humboldt-Boussingault peut être envisagée de manière plurielle et fournir un matériau d’étude à plusieurs niveaux. Les échanges épistolaires présentés dans le volume renferment d’abord de précieuses informations sur la biographie des deux protagonistes. D’un point de vue biographique, les lettres permettent en effet de renseigner le lecteur sur deux trajectoires individuelles. Elles donnent à voir un voyageur, Boussingault, et peuvent ainsi intéresser une recherche sur l’histoire du voyage, tant les détails donnés sont riches et précis. Au-delà du voyage d’un homme, cette correspondance renseigne aussi sur le contexte de son entreprise et sur l’histoire politique de l’Amérique du Sud, marquée par des mouvements indépendantistes dans les années 1820. Ces lettres présentent un savant au sommet de sa carrière, Humboldt, déjà plongé dans la rédaction de son Kosmos. Elles montrent aussi une facette peu connue de Humboldt, celle d’un savant tendu vers la création d’un centre scientifique au Mexique :

« Je suis fixé dans ma résolution de quitter l’|18|Europe et de vivre sous les Tropiques, dans l’Amérique espagnole, dans un endroit où j’ai laissé quelques souvenirs et dont les institutions sont en harmonie avec mes vœux. Je me suis si souvent trompé dans mes pronostics sur le temps de mon départ que je tremble de prononcer ; mais j’espère de pouvoir partir en 15 ou 18 mois d’ici. Vous voyez que je serai tout établi pour vous recevoir. Je compte d’abord aller au Mexique, y faire mon établissement et mon centre. Vous savez que des sommes considérables m’ont été données pour l’Inde ; pour combiner ce devoir, j’irai peut-être pour un an de Acapulco aux Philippines, mais je reviendrai à Mexico pour y rester, ou si les institutions ne m’y plaisent pas, dans l’Amérique du Sud plus près de vous. » Lettre de Humboldt à Boussingault de Paris le 22 août 1822, p. 65-66)

8Mis à part dans quelques lettres à son frère Guillaume, ce projet n’apparaît que très peu dans la correspondance humboldtienne. Or, cette idée renseigne aussi sur les schèmes mentaux qui animent Humboldt et sur sa conception de la science.

9Mais, plus encore qu’une collection de lettres à vocation monographique, ce recueil est surtout le reflet d’une amitié scientifique. On pourrait même dire d’une collaboration scientifique. En effet, Alexander von Humboldt et Jean-Baptiste Boussingault nouent une relation interpersonnelle très étroite, notamment alors que ce dernier se trouve en Amérique du Sud (1822-1832). Toute la première partie de l’ouvrage donne ainsi à voir un processus de co-construction scientifique : Humboldt, parce qu’il connaît les lieux sur lesquels se rend Boussingault pour y être lui-même allé au début du siècle, fournit à son jeune collègue des instructions de voyage, mais aussi des instruments. L’entreprise menée par Boussingault et ses compagnons de voyage (il part avec Roulin et Rivero) doit ainsi servir de prolongements au voyage américain de Humboldt, en confirmant ou infirmant certaines observations :

« Nous trouvons par nos observations faites avec beaucoup de soin et en prenant la hauteur du baromètre à la Guayra, absolument la même hauteur que vous, aussi la silla n’a pas descendu de 90 à 60 toises lors du tremblement. » (Lettre de Boussingault à Humboldt de Caracas le 19 janvier 1823, p. 94)

10Il est d’ailleurs remarquable de noter qu’à plusieurs reprises, Humboldt sollicite son jeune collègue pour qu’il contredise ses propres travaux, ou, du moins, qu’il améliore ses recherches. C’est donc bien un processus de co-construction scientifique que l’on voit à l’œuvre dans les lettres. D’ailleurs, ce mouvement n’est pas limité au duo Humboldt-Boussingault, puisque les lettres convoquent souvent d’autres figures scientifiques (Rivero, Zea, Arago, etc.), qui interviennent aussi dans les échanges et les recherches scientifiques des deux hommes.Au-delà d’un simple échange entre deux figures scientifiques, les lettres mettent aussi en évidence les réseaux scientifiques qui se structurent au début du XIXe siècle. Il est d’abord remarquable de noter que malgré la distance parfois très grande qui les sépare (entre Europe et Amérique du Sud) et le contexte politique parfois troublé, les lettres circulent. Elles dessinent ainsi la géographie de la science du XIXe siècle, en mettant en avant les pôles de concentration (Paris ici et Berlin, dans une moindre mesure) et les réseaux de la production et de la diffusion scientifique (axe transatlantique, circulation au sein de l’Europe entre les capitales). La question de la circulation et de la diffusion de la science, très chère à Humboldt, constitue d’ailleurs une thématique récurrente des échanges entre les deux hommes. Humboldt sert en effet de relais pour la publication des travaux de Boussingault quand il est en Amérique du Sud et, plus tard, lui permet de nouer des liens entre France, Prusse et Grande-Bretagne. Parmi les enjeux de la publication, la traduction est fréquemment évoquée :

« Vous m’avez écrit que je pourrais faire de votre mémoire ce que je voulais, le publier sous une forme quelconque, vous avez ajouté généreusement que vous voulez que cela fût comme une lettre qui me fut adressée. Je mets à vos pieds la traduction excellente que M. Poggendorf[f] en a fait[e] pour les Annales. J’ai laissé l’intrépide voyageur [parce que] vous l’ordonniez, je n’ai ajouté que les mots : "Extrait d’une lettre à M. de Humboldt" » (Lettre de Humboldt à Boussingault de Berlin le 27 février 1835, p. 366)

11La question de la circulation de l’information prend place dans un faisceau de problématiques développées en histoire spatiale des sciences. En effet, le spatial turn qui s’est imposé depuis quelques années dans l’ensemble des sciences socialesse révèle particulièrement utile pour l’histoire des sciences (Livingstone, 2003). Le matériau épistolaire peut tout à fait s’inscrire dans une réflexion sur les lieux et les circulations de la production scientifique. Ce recueil particulier ouvre à une grande variété de recherches.Nul doute que les échanges entre Alexander von Humboldt et Jean-Baptiste Boussingault donneront matière à penser à tous les chercheurs intéressés par l’histoire des sciences, et en particulier par l’histoire et l’épistémologie de la géographie. En offrant au lecteur une perspective internaliste de la production scientifique, cette correspondance constitue une entrée heuristique pour qui réfléchit aux modalités de la production scientifique d’hier et d’aujourd’hui. Dans la mesure où elle met en scène un géographe prussien et un naturaliste français, elle présente un intérêt à l'échelle européenne, dans une perspective transnationale. À l’heure d’une internationalisation, voire d’une mondialisation, croissante de la production scientifique, cette correspondance permet, par un détour historique, de réinscrire dans un temps long les processus de production et de circulation scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Buttimer A., 2001, « Alexander von Humboldt », Archives du Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges, http://archives-fig-st-die.cndp.fr/dossiers/f01/humbolt.html.

Gayet M., 2006, Alexandre de Humboldt, dernier savant universel, Paris, Vuibert.

Humboldt A. de, 2011, Alexander von Humboldt. Familie Mendelssohn. Briefwechsel, édité par S. Panwitz et I. Schwarz, Berlin, Akademie Verlag.

Humboldt A. de, 2004, Kosmos, Entwurf einer physischen Weltbeschreibung [1845-1859], Francfort-sur-le-Main, Eichborn Verlag.

Humboldt A. de, Ritter C., 2010, Briefwechsel, édité par U. Päßler, Berlin, Akademie Verlag.

Humboldt A. de, Schumacher H. C., 1979, Briefwechsel zwischen Alexander von Humboldt und Heinrich Christian Schumacher, édité par K.-R. Biermann, Berlin, Akademie Verlag.

Livingstone D. N., 2003, Putting Science in its Place. Geographies of Scientific Knowledge, Chicago/London, The University of Chicago Press, 234 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Péaud, « Boussingault J.-B., Humboldt A. von (2015), Briefwechsel, édité par U. Pässler et T. Schmuck, Berlin/Munich/Boston, Walter de Gruyter, 574 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27310

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page