Navigation – Plan du site

Une année pour la géographie

Denise Pumain
Traduction(s) :
Un año para la geografía
Geography in the spotlight in 2016

Texte intégral

1L’année 2016 concerne les géographes à plusieurs titres. Sous sa version universitaire 2015-2016, elle a été désignée par les Nations Unies comme « année internationale de la cartographie et de la visualisation » (International Year of Global Understanding, IYGU). Par ailleurs, le Conseil International pour la Science (ICSU), une organisation non gouvernementale qui regroupe une trentaine d’unions scientifiques internationales, a décrété que 2016 serait « l’année internationale du « global understanding ». Cette expression polysémique a l’avantage de pouvoir se comprendre aussi bien comme « entente internationale » que comme « compréhension à l’échelle mondiale ». L’IYGU se situe d’abord dans la seconde acception mais implique aussi la première puisque son objectif est de promouvoir les recherches interdisciplinaires et multiscalaires sur les interactions entre le local et le global, tout en suscitant des initiatives politiques qui permettent d’affronter intelligemment les problèmes mondiaux liés au changement climatique, à la transition écologique, la sécurité alimentaire ou les mouvements de population. En tant que spécialistes de toutes les formes de l’intelligence territoriale – comme l’ont prétendu des géographes présents à la dernière conférence de la société des systèmes complexes à Phoenix en septembre 2015 – les géographes sont pleinement impliqués.

2S’ils ont été assez peu présents dans les nombreuses manifestations associées au succès de la COP21 à Paris en 2015, ils devraient mieux se faire entendre dans un débat que devra trancher en 2016 l’Union Internationale des Sciences Géologiques. Il s’agit de savoir si l’Anthropocène doit être ajouté à l’échelle des temps géologiques. Sans entrer ici dans les controverses sur la datation initiale de cette période (néolithique ? contacts Europe/Amérique au XVe siècle ? première révolution industrielle ? ère nucléaire mi-XXe ?) ou sur ses marqueurs (CO2 atmosphérique ? poubellien sédimentaire ?) retenons qu’une telle appellation officialiserait le rapprochement entre sciences de la nature et sciences humaines, en plaçant ces dernières au centre de l’interrogation scientifique. Le projet initial, projet fou de la « géographie classique » pour « couvrir le monde » (Robic et al., 2006) sera-t-il revisité avec plus d’efficacité grâce aux nouveaux instruments de l’ère numérique, qui tout à la fois transforment notre monde dans une fantastique accélération de mise en relation de toutes ses composantes et nous permettent d’en étudier et représenter les capacités d’adaptation ?

3Le constat d’un monde évoluant à plusieurs vitesses avec des inégalités croissantes souligne plus que jamais l’importance sociale et politique de la géographie, tout comme l’explosion des données et les difficultés concomitantes de sélection des informations pertinentes nous rappellent à notre responsabilité dans la communication de résultats validés par les pairs et structurés par les connaissances acquises. L’année 2016 sera aussi celle de la célébration des vingt années d’existence de Cybergéo, créée en avril 1996 et qui affiche ces principes dans sa politique éditoriale.

4Toute l’équipe de la revue vous souhaite une belle année de travail et de paix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Une année pour la géographie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/27406

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page