Navigation – Plan du site
2016
763

La diagonale se vide ? Analyse spatiale exploratoire des décroissances démographiques en France métropolitaine depuis 50 ans

Is the french diagonal emptying? An exploratory spatial analysis of demographic decrease in France for the past 50 years
Sébastien Oliveau et Yoann Doignon

Résumés

Cet article souhaite attirer l’attention du lecteur sur les résultats des derniers recensements français et sur les distorsions qui perdurent entre espace et population en termes de dynamiques de peuplement. Une exploration détaillée de plusieurs niveaux géographiques (du département à la commune) montre des espaces dont les dynamiques démographiques s’opposent. Ces dynamiques ne répondent pas aux idées reçues et que l’on retrouve assez répandues, même dans le monde scientifique. Au-delà d’une empreinte encore visible et mesurable, la « diagonale du vide » n’a pas partout fini de se vider. Sa géographie est cependant variée, et ne peut être appréciée qu’avec un regard minutieux et départi d’a priori. C’est ce que nous avons tenté de faire en nous appuyant sur une cartographie fine et des mesures de structure spatiale. Celles-ci mettent en évidence une France dont certains espaces semblent délaissés par les hommes.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
Nous remercions particulièrement Jean-Philippe Antoni et les organisateurs du colloque Théoquant de 2013 qui nous ont permis d’avoir une première discussion avec des collègues géographes. Ce travail s’intègre dans la dynamique de l’observatoire démographique de la Méditerranée - DemoMed (http://demomed.org), dirigé par Isabelle Blöss.

Introduction

1La géographie française a connu dans les années 1970-80 un débat important autour de l’existence et de la qualification d’une « diagonale du vide ». Le terme, dont on ne retrouve pas l’origine exacte (Fumey, 2009), qualifie une diagonale traversant la France du sud-ouest au nord-est et caractérisée par des densités de population plus faibles qu’ailleurs. Le débat portait notamment sur l’interprétation des dynamiques sociales et économiques des espaces de faibles densités. Ces derniers sont une préoccupation ancienne : déjà en 1884, le thème du congrès de la Société des Géographes Français était la dépopulation et la stérilisation de vastes espaces (Mathieu, Duboscq, 1985). J.F. Gravier (1947) établit un lien entre peuplement et économie en considérant la répartition déséquilibrée des hommes comme un frein à l’atteinte de l’optimum économique. A partir des années 1960, dans les textes scientifiques ou les discours officiels, la problématique du désert est associée progressivement à l’exode rural, la dépopulation et la désertification (Mathieu, Duboscq, 1985). Cette position entend la désertification d’un territoire comme la destruction de sa vie sociale et la dégradation définitive de sa végétation et de ses sols. Avec le développement des théories de « seuil de sociabilité » et de « seuil irréversible de dépeuplement », la désertification prend une connotation pessimiste et alarmiste. Dans les années 1970, la gravité de la problématique s’accentue avec la fermeture des services publics dans les régions « désertées » et la dégradation des conditions de vie de ces territoires. Les politiques d’aménagement du territoire se préoccupent alors davantage des régions aux faibles densités de population. Pourtant, des chercheurs prennent position contre le discours du vide et de la désertification (Faudry, Tauveron, 1975 ; Larrère, 1976 ; Bontron, Mathieu, 1976). Ils s’opposent aux notions de désertification et de seuil de viabilité sociale, ainsi qu’au vocabulaire péjoratif et alarmiste (notamment la symptomatique expression La France du vide de R. Béteille (1981)) en préconisant l’utilisation d’un vocabulaire plus neutre.

2L’objet de cet article n’est pas de prendre position dans ce débat, mais d’apporter, 30 ans après, un élément d’éclairage démographique et spatial.

3Depuis quelques années, un certain nombre d’auteurs s’intéressent à nouveau à la question. Ils s’appuient sur l’interprétation des derniers recensements pour envisager que ces espaces connaissent à nouveau une croissance démographique positive. Didier Boutet (2006) parle ainsi de « reconquête démographique du rural isolé », Jean Laganier et Dalila Vienne (2009) de « croissance retrouvée ». Les analyses proposées par Hervé Lebras (2012) sont plus mesurées, mais personne n’envisage sérieusement que la décroissance démographique continue. Pourtant, si certaines parties de cette zone ont connu un renouveau, notamment les villes (Dubuc, 2004), les derniers résultats censitaires montrent la persistance de la décroissance démographique pour une partie importante de cette « diagonale ». L’ampleur du phénomène est d’ailleurs suffisamment importante pour être observée à l’échelle de plusieurs départements. C’est pourquoi nous avons choisi d’explorer le phénomène à différentes échelles, en nous plaçant dans une démarche exploratoire des données (Tukey, 1977 ; Banos, 2001).

4Nous pensons en effet que les dernières données censitaires n'ont peut-être pas reçu l'attention méritée. Si la population française continue de croître dans son ensemble, elle croît inégalement. Lorsque l'on regarde de plus près, on voit que certains espaces ne connaissent pas de croissance démographique, mais continuent au contraire de perdre de la population. Il nous a donc semblé utile d’aller plus loin en proposant une description systématique de l’espace français en distinguant les composantes de la dynamique démographique à l’œuvre, notamment les espaces en dépopulation (baisse de la population liée à un solde naturel négatif) et/ou en dépeuplement (baisse de la population liée à un solde migratoire négatif). Nous nous sommes appuyés sur les chiffres issus des recensements depuis 1968 que propose l’INSEE. Notre étude replace ainsi les espaces et leur population dans la durée, pour ne pas se focaliser sur les seules tendances les plus récentes.

  • 1 Nous avons utilisé pour cela le logiciel GéoDa (Anselin, 2005).

5Ces données ont été géoréférencées afin d’en proposer une cartographie dans un premier temps, puis d’explorer leur configuration spatiale en s’appuyant sur des mesures d’autocorrélation spatiale1 dans un second temps.

  • 2 Les données utilisées ont été harmonisées par l’INSEE sur l’ensemble de la période. Nous raisonnons (...)

6Un premier volet de notre exploration porte sur la description démographique des départements, nous amenant à considérer une typologie des trajectoires suivies. Cette typologie est reprise pour deux autres niveaux administratifs, les cantons et les communes2, mettant l'accent sur la complémentarité existant entre population et espace. Cette description est ensuite complétée d'une analyse de la structure spatiale du phénomène aux différents niveaux. Afin de comprendre les dynamiques sous-tendant les structures spatiales observées, nous nous concentrons sur les composantes de la dynamique démographique des cantons, qui apparaissent comme le niveau le plus approprié pour notre étude.

7Au final, nous montrons qu’une part importante de l’espace français connaît encore une perte de population, même si la population concernée est faible. Cet article se focalise sur la décroissance démographique et ne souhaite pas aborder la question des dynamiques économiques, qui ne sont pas systématiquement liées.

Quels contours pour la « diagonale du vide » ?

  • 3 Le terme, percutant, de « diagonale du vide » a marqué l’imaginaire collectif de la géographie fran (...)

8Avant d’entrer dans la description géographique des espaces concernés3, un rappel minutieux de leur évolution démographique s’impose. Nous disposons des données à trois niveaux administratifs : les départements, les cantons et les communes. Nous commencerons par une étude au niveau le plus agrégé (i.e. les départements) pour ensuite affiner l’analyse avec le niveau des cantons, qui restera notre niveau de référence, même si les communes seront rapidement évoquées. Il est connu dans la littérature géographique depuis 35 ans que le changement de niveau administratif entraîne des variations dans les résultats obtenus, liés à la forme et aux superficies des mailles (Mathian, Piron, 1999). Ce phénomène est habituellement décrit par le terme de MAUP (Modifiable Areal Unit Problem, Openshaw, 1981). Nous nous attendons donc à le retrouver au cours de notre analyse lors des changements de niveau.

9Depuis 50 ans, et parfois plus, des départements perdent de la population et ce phénomène perdure. Le premier constat que nous avons pu faire est la baisse constante que subissent certains départements. Six d’entre eux (en rouge foncé sur la carte 1) ont connu une baisse régulière de leur population depuis 1968 (Creuse, Haute-Marne, Cantal, Allier, Nièvre, Ardennes). Leur localisation est discontinue, mais ils constituent en quelque sorte le squelette de la diagonale. 6 autres départements (en rouge clair) ont eu des trajectoires moins régulières (baisse et hausse selon les recensements), mais se caractérisent sur l’ensemble de la période par une baisse finale de leur population. D’ailleurs, aucun d’entre eux n’a connu une croissance démographique supérieure à la moyenne française (Paris, Meuse, Lozère, Aveyron, Vosges, Indre). Le cas de Paris est particulier. Il s’agit plus d’un artefact dû à sa délimitation administrative qu’à la véritable dynamique observée de la métropole urbaine : décroissance démographique intra-muros et croissance démographique de la ville bien au-delà des murs.

10Ces 12 départements (en rouge) représentaient 10,6% de la population en 1968 et seulement 7,5% en 2009. Si l’on enlève Paris, ces 11 départements ne représentaient en fait plus que 5,4% de la population en 1968 et seulement 4% de la population aujourd’hui.

Une typologie des trajectoires observées

  • 4 Malgré des croissances intercensitaires variées (baisse et hausse), les unités ont la même populati (...)

11Il apparaît qu’un certain nombre de territoires ont suivi des trajectoires de croissance démographique similaires depuis un demi-siècle. Nous avons donc cherché à définir les types de chemin parcouru. A cet effet, nous avons regardé de façon systématique les croissances intercensitaires pour chacun d’entre eux. La typologie qui en résulte décrit le parcours des territoires entre chaque recensement et donne au final un aperçu de l’évolution entre 1968 et 2009 (figure 1). Ainsi, la typologie est robuste puisque le choix de départ de 1968, 1975 ou une autre année ne change pas fondamentalement les résultats. En effet, une unité qui est en « baisse absolue et régulière » se caractérise par une baisse de population entre chaque recensement. Il n’y a donc pas d’impact de l’année de départ. Par ailleurs, la scission entre croissance positive et négative nous a semblé trop réductrice. C’est pourquoi nous avons choisi d’utiliser la référence à la croissance moyenne intercensitaire pour distinguer au sein des territoires en croissance ceux qui continuent d’augmenter leur concentration de population, et ceux qui malgré une augmentation de population perdent de la vitesse par rapport à l’ensemble des territoires. Il en résulte une typologie qui distingue 3 grands types de trajectoires : perte absolue de population, augmentation de population mais perte de vitesse, augmentation de population et renforcement de la concentration. Chacun de ces types est ensuite divisé entre les unités ayant des parcours uniformes (même comportement entre chaque période intercensitaire) et celles ayant des parcours hétérogènes (possibilité de changement entre les périodes intercensitaires). Une septième catégorie, marginale, est constituée d’unités dont la croissance démographique entre 1968 et 2009 est nulle4.

Figure 1 : Arbre de segmentation de la typologie des trajectoires

Figure 1 : Arbre de segmentation de la typologie des trajectoires

Carte 1 : Croissance démographique : des dynamiques variées au niveau des départements

Carte 1 : Croissance démographique : des dynamiques variées au niveau des départements

12La carte 1 met bien en évidence la concentration des départements les plus dynamiques autour de 3 grands pôles : la région parisienne, le littoral atlantique et, enfin, un grand Sud-Est qui part de la région Toulousaine pour remonter aux Alpes en évitant le massif central. Ces départements montrent en creux une diagonale qui se vide depuis 40 ans ou pour le moins peine à rester peuplée. On remarquera un groupement particulier, celui des départements les plus au Nord de la France qui, sans perdre de population, perdent de leur poids relatif sur toute la période.

1322 départements ont connu une croissance démographique sur l’ensemble de la période 1968-2009 (en vert foncé), mais suivant des phases où la croissance démographique est inférieure à la moyenne nationale, voire des phases de baisse absolue (croissance négative). Le résultat est une perte régulière de leur poids relatif au cours du temps. Ils représentaient 26,7% de la population en 1968 et n’en représentent plus que 22,8% en 2009.

1421 départements (en vert clair) ont connu aussi une croissance démographique inférieure à la moyenne nationale malgré des périodes de hausse (leur poids est passé de 19,1% de la population en 1968 à 17,8% en 2009). En perte de vitesse comme les précédents, celle-ci est parfois contrôlée par des hausses plus importantes que la moyenne, particulièrement au cours de la dernière décennie.

15Il y a donc 41 départements dont la population a cru plus vite que la moyenne sur la période 1968-2009. Parmi eux, 26 (en bleu clair) ont connu des périodes de croissance démographique, mais également une ou des période(s) de décroissance démographique (absolue ou relative) au cours de la période. Leur poids démographique est passé de 29,3% de la population nationale en 1968 à 32,99% en 2009. Finalement, seuls 15 départements (en bleu foncé) ont connu une hausse régulière supérieure à la moyenne française sur l’ensemble de la période. Ces départements représentent tout de même quasiment 1/5e de la population aujourd’hui, leur poids relatif étant passé de 14,24% de la population française à 18,94%.

Espace et population

16L’étude de la population ne peut pas se faire indépendamment de l’espace qu’elle occupe. Cet espace peut être envisagé selon des résolutions différentes. Lorsque l’on change de niveau géographique, la perception et la mesure du phénomène ne sont pas forcément les mêmes.

17Les données de l’INSEE permettent cette exploration multiscalaire. La dynamique démographique des espaces peut ainsi être observée plus finement (cf. annexe 1). On observe alors que la décroissance démographique concerne en fait bien plus de surface que lorsqu’on la mesure au niveau du département.

18Alors que 12,5% des départements ont connu une diminution absolue de leur population depuis 1968, ce sont 30% des cantons qui sont dans ce cas. Ils ne représentent plus que 26% de la population totale de 2009 (contre 37% en 1968) et surtout 36% de la superficie métropolitaine. Un tiers du pays a vu sa population décroître ces quarante dernières années.

19Comme attendu, le MAUP s’exprime ici : le changement de niveau provoque un changement de perception du phénomène. La perception de ce dernier est rendue plus nuancée si l’on regarde les trajectoires individuelles.

Carte 2 : La dynamique démographique des cantons français de 1968 à 2009

Carte 2 : La dynamique démographique des cantons français de 1968 à 2009
  • 5 L’INSEE définit les bassins de vie comme étant « le plus petit territoire sur lequel les habitants (...)

20Au niveau des cantons, la carte de France devient encore plus lisible (cf. carte 2). On y voit la France se fragmenter entre une frange littorale qui connaît une croissance démographique continue depuis 40 ans et des espaces intérieurs, qui décroissent dès que l’on quitte les grandes métropoles urbaines et leur périphérie. Cette géographie rappelle d’ailleurs celle de Pierre Pistre (2011) menée au niveau des bassins de vie5 lorsqu’il évoque des « campagnes fragiles ».

21Au niveau communal, les proportions de territoires en décroissance démographique absolue s’accentuent : 36% des communes ont une population en 2009 inférieure à celle de 1968. Alors qu’elles abritaient 41% de la population en 1968, elles n’en accueillent plus que 28% aujourd’hui, perdant plus de 3 millions d’habitants (soit 15% de leur population sur la période). On pourra toujours objecter que la plupart des communes connaissent une reprise depuis la dernière décennie, néanmoins 4,8% des communes n’ont connu aucune période de hausse de leur population entre 1968 et 2009. Cela représente tout de même 1,7 million de personnes. En outre, ces communes sont souvent contiguës et forment donc des poches de décroissance démographique.

Carte 3 : La dynamique démographique des communes françaises de 1968 à 2009

Carte 3 : La dynamique démographique des communes françaises de 1968 à 2009

22La structure spatiale observée précédemment continue d’être clairement visible à un niveau de lecture global (cf. carte 3). La répartition des communes selon leur dynamique démographique ne semble pas aléatoire. Les communes qui ont perdu de la population durant les quarante dernières années continuent de former un long ruban qui part des Pyrénées pour remonter jusqu’aux Ardennes. De plus, un plus grand nombre de zones en décroissance démographique aux marges des petits pôles urbains en croissance apparaissent au niveau communal par rapport à la carte des cantons.

23Même si un grand nombre de villes et bourgs ruraux ont connu des reprises et entraîné avec eux leur voisinage direct (voir le travail de Sylvie Dubuc sur l’Aveyron et la Lozère, 2004), les contours de ce que certains ont appelé la « diagonale du vide » se lit encore très bien dans sa dynamique. Au-delà, la Bretagne intérieure, à l’exception de Rennes et son hinterland, a connu elle aussi des pertes constantes. La Corse connaît une dynamique similaire qui oppose littoral et intérieur à l’exception de Corte. Les communes connaissant une perte de vitesse, se trouvent à l’interface des espaces en décroissance démographique et de ceux qui ont connu les hausses les plus fortes.

  • 6 On se reportera avec intérêt à l’article de Wolff et al., 2013 qui se concentre sur la dynamique ur (...)

24Localement, ce sont donc souvent des gradients qui s’observent, plus que des discontinuités. Certaines communes des grands centres urbains connaissent aussi des décroissances démographiques en leur centre (ce qui semble correspondre aux « cratères de densité » décrit par le modèle de Newling, 1969)6. Paris et Marseille apparaissent clairement sur la carte. Néanmoins, elles représentent des superficies assez restreintes, et si le décompte des populations concernées par la décroissance démographique est à prendre avec soin, ces centres urbains ne font varier que modérément les interprétations en termes de superficie.

25L’annexe 1 reprend de façon détaillée les résultats évoqués plus haut. Méthodologiquement, on observe dans cette annexe un bel effet d’agrégation relevant du MAUP. Le passage d’un niveau à un autre fait fortement varier les trajectoires observées. Ainsi, au plus haut niveau d’agrégation, il n’y a plus d’unités dont la population stagne. De même, la catégorie « perte de vitesse permanente » représente presque un quart des départements, mais seulement 2,66% des cantons et 0,42% des communes...

Mesure de l’autocorrélation spatiale des croissances démographiques : entre continuité et fragmentation spatiales

26A partir de nos cartes, avons-nous raison de considérer que les zones en décroissance démographique forment une « diagonale » en continuité ? En effet, la lecture des cartes est souvent insuffisante ou trompeuse quant à l’intensité des corrélations (Müller, 1977). Leur interprétation peut différer selon les lecteurs, et nous disposons aujourd’hui de méthodes robustes pour mesurer les regroupements locaux, tels que les indicateurs locaux d’association spatiale (aussi connu sous le nom de LISA ; Anselin 1995). Une restriction s’opère néanmoins, puisque ces méthodes numériques ne permettent pas de travailler sur une typologie qualitative et d’intégrer plusieurs dates. Elles nécessitent uniquement des valeurs quantitatives continues. Nous avons donc choisi de ne travailler que sur les taux de croissance démographique entre 1968 et 2009. Les trois niveaux envisagés sont étudiés l’un après l’autre pour examiner si des structures spatiales ressortent. Autrement dit nous avons tenté de voir s’il existe à certains niveaux des regroupements spatiaux d’unités dont le mouvement démographique est statistiquement significatif. On sait par ailleurs que les mesures statistiques des phénomènes spatiaux sont sensibles au niveau d’analyse (Mathian, Piron, 1999) et que les LISA n’échappent pas à la règle (Oliveau, 2010).

27Les LISA sont des formes désagrégées des indicateurs d’autocorrélation spatiale. On peut donc d’abord observer le comportement global des structures spatiales à travers l’étude des indices globaux, puis analyser les effets de changements du mode de voisinage. Afin de pouvoir comparer les niveaux, nous nous sommes appuyés sur un voisinage défini en fonction de la distance. La comparaison de différents niveaux d’agrégation ne permet pas d’utiliser la contiguïté pour définir les voisinages, puisqu’il n’y aurait alors pas de correspondance entre les ordres. La distance permet au contraire de présenter différents niveaux sur un même graphique.

Figure 2 : Autocorrélation spatiale de la croissance démographique entre 1968 et 2009.

Figure 2 : Autocorrélation spatiale de la croissance démographique entre 1968 et 2009.
  • 7 A 50 km, les communes peuvent déjà avoir plus d’un millier de voisins -ce qui n’a peut-être plus ré (...)

28La figure 2 présente les mesures de l’autocorrélation spatiale locale de la croissance démographique pour différents pas de distance (mesurée à partir des centroïdes des unités spatiales) aux trois niveaux de notre étude. Pour les départements, le I de Moran n’a pas pu être calculé pour une distance inférieure à 100 km, car les effectifs sont insuffisants pour une mesure d’autocorrélation spatiale. Pour les mêmes raisons, la mesure au niveau des communes commence à 20 km, mais n’a pas pu se faire au-delà de 60 km, les matrices de voisinage devenant trop importantes pour le logiciel7. Les mesures au niveau cantonal ont été effectuées pour permettre les comparaisons entre les différents niveaux.

  • 8 On note au passage que deux communes de la Meuse (Fleury-devant-Douaumont et Cumières-Le-Mort-Homme (...)

29La première remarque qui doit être faite est l’importance du niveau d’autocorrélation spatiale à faible distance : 0,47 pour les communes8, 0,48 pour les cantons dans un voisinage de 20 km. Autrement dit, presque la moitié de la variabilité observée de la croissance démographique est liée aux valeurs observées dans le voisinage des unités. L’autocorrélation spatiale diminue néanmoins assez rapidement pour passer en dessous de 0,2 après 80 km. La structure spatiale de la croissance démographique est très forte à l’échelle du voisinage immédiat, mais sa structuration régionale est peu marquée. Ceci correspond bien à la lecture faite précédemment de gradients locaux autour de lieux centraux qui polarisent la croissance démographique. Les mesures effectuées au niveau des départements (0,34 dans un voisinage de 100 km) confirment une tendance à leur regroupement, mais ce n’est pas à ce niveau que se manifestent le plus fortement les homogénéités d’évolution.

Carte 4 : La structure spatiale de la croissance des cantons français entre 1968 et 2009.

Carte 4 : La structure spatiale de la croissance des cantons français entre 1968 et 2009.

30La cartographie des valeurs des LISA (carte 4) montre bien la forte structuration spatiale du sens de l’évolution du peuplement à l’échelle française. On y voit la « diagonale du vide », qui bifurque au Nord le long de la frontière belge. On retrouve aussi l’intérieur breton. La dynamique des grandes métropoles apparaît aussi clairement sous la forme de grandes zones de croissance forte, avec des petites communes centres qui se dépeuplent au profit de leurs espaces environnants. De ce point de vue, Toulouse crée une véritable rupture au sein de la diagonale, là où Clermont-Ferrand semble plus en peine.

31Puisque certains auteurs soulignent la reprise de croissance démographique durant la dernière période intercensitaire, il nous a semblé pertinent d’en explorer la dimension spatiale. La structure spatiale de la décroissance démographique a changé sur l’ensemble de la période, passant d’un I de Moran global à 0,22 pour la période 1968-1975 à 0,36 pour la période 1999-2009 (voir la cartographie des LISA dans l’annexe 2). Sur la période 1968-2009, néanmoins, la structure spatiale mesurée par le I de Moran est de 0,38. Cela signifie que les unités spatialement proches ont eu tendance à augmenter leur ressemblance au cours du temps. Les régions qui ont gagné le plus de population sont situées dans les mêmes zones (particulièrement Toulouse, littoraux méditerranéen et atlantique, Rhône-Alpes). A l’inverse, les régions en décroissance ou en perte de vitesse montrent une homogénéité spatiale remarquable au cours du temps : depuis le massif central jusqu’au Nord et à l’Est de la France, la Bretagne intérieure, etc.

Les composantes de la décroissance démographique

32Sans aller trop avant dans une analyse des processus de décroissance démographique à l’œuvre, il faut s’arrêter sur ses composantes. A une même situation de croissance/décroissance démographique peuvent correspondre des dynamiques démographiques très différentes. Deux composantes expliquent la croissance démographique d’une population : la composante naturelle (soustraction des naissances aux décès) et la composante migratoire (soustraction des immigrants aux émigrants). Il existe donc quatre cas de figures de dynamique démographique : lorsque les deux composantes sont positives, quand elles sont toutes les deux négatives, quand une est positive et l’autre négative. Une population en déficit migratoire possède un solde naturel positif (plus de naissances que de décès), mais un solde migratoire négatif (plus d’émigrants que d’immigrants). Une population en déficit naturel est dans la situation inverse. Toutefois, on doit rappeler que la reprise de croissance démographique par excédent migratoire ou par excédent naturel n’a pas les mêmes implications sur la croissance démographique future. En effet, un excédent naturel porte le potentiel du renouvellement d’une croissance démographique future (Chesnais, 2010). Les enfants nés dans ces espaces sont de potentiels futurs parents, une fois l’âge de la maternité atteint. L’impact du phénomène migratoire dépend quant à lui de l’âge des migrants. Des migrants jeunes rajeunissent durablement la population et peuvent induire une relance de la croissance naturelle. A l’inverse, des migrants âgés transforment la structure de la population en la prédisposant à une future décroissance démographique durable. En outre, l’immigration est un phénomène incertain et fluctuant, contrairement au solde naturel qui dépend très étroitement de la structure de la population. On peut donc considérer, sans que cela ne soit un jugement de valeur, que la croissance démographique par excédent naturel est plus durable et moins fluctuante que celle liée aux migrations.

33Nous choisissons d’étudier les composantes de la dynamique démographique au niveau des cantons (figure 3). Ce choix se justifie par une précision plus importante qu’au niveau des départements, tout en éliminant une part du bruit statistique du niveau communal. On doit cependant conserver une certaine prudence dans l’interprétation des résultats présentés. On se rappellera ainsi que les calculs portent sur des données relatives, qui peuvent, en absolu, porter sur de faibles effectifs.

34Sur l’ensemble de la période, le profil de la dynamique démographique des cantons se modifie profondément, avec la forte augmentation des cantons en déficit naturel, et la baisse des cantons en déficit migratoire. L’analogie peut être faite avec les cantons ayant deux composantes positives et ceux en déficit migratoire et naturel.

35On constate une forte modification du profil de dynamique des cantons dans le temps (cf. figure 3). Entre 1968 et 1975, les deux composantes sont positives pour 37% des cantons, contre 22% des cantons ayant leurs deux composantes négatives. Entre 1999 et 2009, ces proportions sont respectivement de 45% et 4%. Ces tendances s’expliquent par la diminution du phénomène de dépeuplement. Il y a de moins en moins de cantons en déficit à la fois naturel et migratoire. Cependant, une autre évolution doit être soulignée : la proportion toujours plus grande des cantons en déficit uniquement naturel. De 10% pendant la période 1968-1975, ils passent à 32% de l’ensemble des cantons pour la dernière période intercensitaire. Parallèlement, la part des cantons en déficit uniquement migratoire diminue de 10 points entre 1968-1975 et 1999-2009.

Figure 3 : Dynamique démographique des cantons entre 1968 et 2009

Figure 3 : Dynamique démographique des cantons entre 1968 et 2009

36Cependant, s’arrêter à ce portrait général serait trompeur dans le sens où il est fallacieux d’attribuer ces profils aux cantons en dépeuplement. Parmi les cantons en déficit naturel et/ou migratoire, certains enregistrent une décroissance démographique et d’autres non. Un déficit naturel peut être compensé par un fort excédent migratoire, et inversement. Il convient alors de se focaliser uniquement sur les cantons en décroissance démographique absolue sur la période et d’en étudier la dynamique démographique (figure 4).

37Comme relevé précédemment, le profil de dynamique démographique se modifie radicalement entre 1968 et 2009. Dans la première période intercensitaire, très peu de cantons sont en situation de déficit uniquement naturel (4%), ou avec les deux composantes positives (5%). Par contre, quasiment la moitié des cantons (48%) ont un déficit naturel et migratoire, quand 43% ont un déficit uniquement migratoire.

38Dans la dernière période intercensitaire, la part des cantons en déficit uniquement naturel augmente sensiblement pour atteindre 58%. On observe un doublement de la proportion des cantons avec les deux composantes positives (12%), les deux autres cas de figure (tout négatif et déficit migratoire) se réduisant fortement.

39Le même constat général est dressé lorsque l’on étudie uniquement les cantons en décroissance démographique de chaque période intercensitaire (cf. figure 5).

Figure 4 : Dynamique démographique des cantons dont la population en 2009 est inférieure à celle de 1968

Figure 4 : Dynamique démographique des cantons dont la population en 2009 est inférieure à celle de 1968

Figure 5 : Dynamique démographique des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009

Figure 5 : Dynamique démographique des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009

40La cartographie permet d’illustrer ce changement de dynamique démographique entre 1968 et 2009. On constate alors que les dynamiques démographiques ne sont pas distribuées aléatoirement dans l’espace. Nous avons retenu la première et la dernière période intercensitaires, emblématiques des changements observés (cf. cartes 5 et 6).

Carte 5 : Dynamiques démographiques (1968-1975) des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009.

Carte 5 : Dynamiques démographiques (1968-1975) des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009.

41La période 1968-1975 (cf. carte 5) se caractérise par un déficit à la fois naturel et migratoire pour la majorité des cantons observés. Une diagonale partant des Pyrénées et remontant jusqu’au Sud de la Champagne est marquée par un déficit conjoint des soldes migratoires et naturels, tout comme le cœur de la Bretagne. Au-delà, c’est surtout le solde migratoire qui est négatif. Pour la période 1999-2009 (cf. carte 6), la situation a radicalement changé. L’ensemble de la France, à l’exception du Nord-Pas de Calais et de la Champagne-Ardenne, se caractérise avant tout par un déficit du solde naturel, s’expliquant principalement par une reprise positive des migrations. Pour la Lorraine, le Nord-Pas de Calais et la Champagne-Ardenne, il s’agit de territoires relativement spécialisés dans une économie industrielle et subissant une désindustrialisation. Ce phénomène s’observe même pour un grand nombre de petites et moyennes villes industrielles, comme le bassin houiller lorrain, la vallée de la Meuse dans les Ardennes, la région industrielle de Lens, etc.

Carte 6 : Dynamiques démographiques (1999-2009) des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009.

Carte 6 : Dynamiques démographiques (1999-2009) des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009.

42Une partie des cantons sélectionnés connaît certes une reprise de sa population depuis 1968 ou plus récemment, mais, c’est avant tout grâce à la migration (57%). Ces campagnes attirent de nouveaux habitants, majoritairement des retraités (Pistre, 2011). La migration observée ici, reposant largement sur les retraités, projette donc une image de reprise démographique dont la durabilité est questionnable. Les retraités insufflent bien un renouveau démographique dans ces espaces, mais nous pouvons douter de la pérennité de cette croissance démographique dans les prochaines décennies. Plus que d’un renouveau, il semblerait pertinent de parler d’un rebond. D’ailleurs, dans une perspective économique, Emmanuelle Cunningham-Sabot et al. (2010) englobent dans les « shrinking regions » les espaces dont l’économie dépend de l’immigration de personnes âgées. Il y a bien une économie résidentielle (Davenzies, 2009) qui se développent, mais elle est directement liée à la survie des nouveaux arrivants. D’autre part, Claude Grasland identifie les arrivées de personnes âgées, combinées aux départs des jeunes actifs, comme un accélérateur de la décroissance des zones en déprise démographique (2010). Ainsi, parmi tous les cantons en reprise démographique à un moment de la période, 24% d’entre eux se retrouvent à nouveau en situation de décroissance démographique lors de la période intercensitaire suivante. 52% d’entre eux avaient quitté la situation de dépeuplement grâce aux migrations. Ce constat montre à quel point la reprise de la croissance démographique peut être fragile. Le retour de la croissance démographique après une phase de décroissance ne constitue pas une garantie de durabilité. La décroissance démographique peut reprendre, particulièrement lorsque le changement résulte de migrations de personnes âgées.

43Par ailleurs, la partie nord-est de la diagonale continue de connaître localement une dynamique de décroissance démographique liée aux déficits naturels et migratoires, qui pose question quant à son devenir (Milian, Barthe, 2012).

44Au-delà des questions purement démographiques, ces résultats soulèvent des réflexions géographiques, sociales et politiques. La gestion à venir de ces espaces, que les populations présentes ne permettent plus d’entretenir, pose question : fermeture des paysages (Sgard, 1991 ; Le Floch, 2005), retour incontrôlé de la faune sauvage, entretien des voies, etc. D’autre part, que deviendront ces campagnes lorsque cette population aura vieilli et nécessitera une prise en charge sociale ? Ces populations se retrouvent en effet avec peu de services, alors même qu’elles vieillissent et devront, pour une partie d’entre elles, faire face à la dépendance. Beaucoup de services ont fermé au cours des dernières décennies dans les territoires en décroissance, que l’on songe aux services de santé (Savignat, 2013) ou aux écoles nécessaires pour accueillir la population active indispensable à l’activité de prise en charge des aînés. Comme le dit Olivier Véran : « les déserts médicaux frappent là où l’Etat a déjà déserté : transports, écoles, services publics et privés » (2013 : p.82).

45Enfin, et en reprenant une perspective nationale, il paraît assez juste de questionner le poids politique des populations qui peuplent ces espaces, dont la représentation dans les instances nationales (Assemblée Nationale et Sénat) est surévaluée. D’autre part, la composition de ces cantons est très spécifique, marquée par une sous-représentation des jeunes et des actifs (Morin, 2011).

Conclusion

46Cet article se voulait une exploration de la spatialité de la croissance démographique de ces 40 dernières années, vue sous l’angle particulier des espaces qui perdent de la population. Si les ressorts de cette décroissance démographique sont simples (solde naturel et migratoire), leurs interactions rendent leur analyse plus complexe par la variété des trajectoires possibles. Néanmoins, nous avons pu constater que les formes spatiales engendrées étaient encore lisibles : France littorale (la « litturbanisation » de Dumont, 1996) contre France intérieure, étalement urbain et « para-urbanisation » (Dumont, 1996) contre déprise du rural isolé. Nous n’avons pas souhaité entrer dans l’étude des dynamiques différenciées en fonction des types d’espace (rural/urbain).

47La composition de cette dynamique de croissance démographique appelle donc à juger avec prudence les constats de « reprise » démographique du monde rural. On peut penser que c’est finalement plus un étalement de l’urbain qui s’opère, accompagné d’une déprise des espaces ruraux les plus éloignés qui, faute d’habitants et de réservoir de migrants, finira certainement par s’arrêter. Ceci n’est pas sans conséquences, tant sociales que territoriales. Sociales d’abord, car ce sont tout de même plus d’un million de personnes qui sont concernées par ce qu’il faut bien appeler une désertification, rendant la vie toujours plus difficile (disparition des services, augmentation de l’enclavement) (Bontron, 2013). Territoriales ensuite, car ces espaces qui se dépeuplent sont aussi des espaces que l’on maîtrise de moins en moins et pour lesquels une reprise sera d’autant plus difficile qu’ils seront dépeuplés, même si le constat peut être nuancé (Maigrot, 2003).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Anselin L., 1995, "Local indicators of spatial association - LISA", Geographical Analysis, Vol. 27, N°2, 93-115.
DOI : 10.1111/j.1538-4632.1995.tb00338.x

Anselin L., Syabri I., Kho Y., 2005, ""GeoDa: An Introduction to Spatial Data Analysis", Geographical Analysis, Vol. 38, N°1, 5-22.

Banos A., 2001, "A propos de l’analyse spatiale exploratoire des données", Cybergeo : European Journal of Geography, [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, N°197, 18 octobre 2001. URL : http://cybergeo.revues.org/4056 ; DOI : 10.4000/cybergeo.4056

Béteille R., 1981, La France du vide, Paris, Editions Litec, Coll. "Géographie économique et sociale".

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boutet D., 2006, "L’importance d’une dynamique résidentielle dans le rural isolé", RERU, N°5, 781-798.
DOI : 10.3917/reru.065.0781

Bontron J.-C., Mathieu N., 1976, La France des faibles densités, II : Documentation – bibliographie – analyses d’études, Paris, SEGESA-ACEAR.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bontron J.-C., 2013, "L’accès aux soins des personnes âgées en milieu rural : problématiques et expériences", Gérontologie et société, Vol.3, N°146, 153-171.
DOI : 10.3917/gs.146.0153

Chesnais J.-C., 2010, La démographie, Que sais-je, Paris, PUF.

Cunningham-Sabot E., Fol S., Grasland C., Roth H., Van Hamme G., 2010, "Shrinking cities et Shrinking regions. Définitions et typologies", in Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière D., Van Hamme G., Villes et régions européenne en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Paris, Hermès Lavoisier, 67-95.

Dubuc S. 2004, "Dynamisme rural : l’effet des petites villes", L’Espace Géographique, N°1, 69-85.

Dumont G.-F., 1996, Les spécificités démographiques des régions et l’aménagement du territoire, Rapport du Conseil économique et social, Paris, Editions des journaux officiels.

Faudry D., Tauveron A., 1975, Désertification ou réutilisation de l’espace rural ?, Grenoble, IREP-INERM.

Fumey G., 2009, "la France en diagonales", Café-géo.net, Vox Geographica, [En ligne] http://cafe-geo.net/wp-content/uploads/france-en-diagonales.pdf

Grasland C., 2010, "Les mécanismes démographiques de la décroissance : 3 boucles de rétroaction", in Baron M., Cunningham-Sabot E., Grasland C., Rivière D., Van Hamme G., Villes et régions européenne en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Paris, Hermès Lavoisier, 97-116.

Gravier J.F., 1947, Paris et le désert français, décentralisation, équipement, population, Paris, Le Portulan.

Laganier J., Vienne D., 2009, "Recensement de la population 2009 ; la croissance retrouvée des espaces ruraux et des villes", Insee Première, 1218.

Larrère G., 1976, Dépeuplement et annexion de l’espace rural : le rôle de la théorie des seuils de sociabilité, Toulouse le Mirail, Coll. Géodoc, N°7, Institut de Géographie.

Lebras H., 2012, "Mobilité et attractivité territoriales : éléments pour 2040", in DATAR, "Des facteurs de changement 1", Territoires 2040, N°6, 37-48.

Le Floch S., Devanne A.-S., Deffontaines J.-P., 2005, "La "fermeture du paysage" : au-delà du phénomène, petite chronique d’une construction sociale", L’Espace Géographique, N°1, 49-64.

Maigrot J.-L., 2003, "Dépeuplement rural, maîtrise agricole et évolution des écosystèmes", L’Espace Géographique, N°3, 253-263.

Mathian H., Piron M., 2001. "Échelles géographiques et méthodes statistiques multidimensionnelles», in : Sanders L. (dir.), Modèles en analyse spatiale, Paris, Hermes Lavoisier, coll. «Information géographique et aménagement du territoire", 61-104.

Mathieu N., Duboscq P. (dir.), 1985, Voyage en France par les pays de faible densité, Toulouse, Editions du CNRS.

Milian J, Barthe L., 2012, "Les espaces de la faible densité", in : DATAR, "Des systèmes spatiaux en perspective", Territoires 2040, N°3, 141-159.

Morin B., 2011, "Qui habite en milieu rural ? ", Informations sociales, N°164, 11-22.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Müller J.-C., 1977, "Comparaison visuelle des cartes et groupements spatiaux", L’Espace Géographique, N°1, 59-72.
DOI : 10.3406/spgeo.1977.1694

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Newling B.E., 1969, "The spatial variation of population densities", Geographical Review, Vol.59, N°2, 242-252.
DOI : 10.2307/213456

Oliveau S., 2010, "Autocorrélation spatiale : leçons du changement d’échelle", L’Espace Géographique, N°1, 51-64.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Openshaw S., 1981, "Le problème de l'agrégation spatiale en géographie", L'Espace Géographique, N°1, 15-24.
DOI : 10.3406/spgeo.1981.3599

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pistre P., 2011, "Migrations résidentielles et renouveaux démographiques des campagnes françaises métropolitaines", Espaces, Populations, Sociétés, N°3,539-555.
DOI : 10.4000/eps.4696

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Savignat P., 2013, "Désert médicaux, vieillissement et politiques publiques : des choix qui restent à faire", Gérontologie et société, Vol.3, N°146, 143-153.
DOI : 10.3917/gs.146.0143

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sgard P., 1991, "Quelques aspects de la gestion paysagère de l’espace rural", Etudes rurales, Vol. 121, N°1, 207-212.
DOI : 10.3406/rural.1991.3322

Tukey J.W., 1977, Exploratory Data Analysis, Reading (Massachusetts), Addison-Wesley.

Véran O., 2013, "Des bacs à sable aux déserts médicaux : construction sociale d’un problème public", Les tribunes de la santé, Vol.2, N°39, 77-85.

Wolff M., Fol, S., Roth, H., Cunningham-Sabot, E., 2013, "Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 661, 08 décembre 2013. URL : http://cybergeo.revues.org/26136 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26136

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Synthèse des dynamiques démographiques aux différentes échelles étudiées9.

Annexe 1 : Synthèse des dynamiques démographiques aux différentes échelles étudiées9.

Haut de page

Notes

1 Nous avons utilisé pour cela le logiciel GéoDa (Anselin, 2005).

2 Les données utilisées ont été harmonisées par l’INSEE sur l’ensemble de la période. Nous raisonnons donc à territoire constant en fonction du maillage le plus récent.

3 Le terme, percutant, de « diagonale du vide » a marqué l’imaginaire collectif de la géographie française. Il manque évidemment de nuance et porte en lui une idéologie de la croissance économique qui considère les faibles densités comme des espaces de non-développement. Pour notre part, nous dissocions la notion de croissance économique de celle de croissance démographique, c’est pourquoi nous réservons notre analyse à cette dernière sans envisager la première.

4 Malgré des croissances intercensitaires variées (baisse et hausse), les unités ont la même population en 2009 qu’en 1968. Si aucun département n’a connu de stagnation, le canton de Saint-Pé-de-Bigorre (65) voit sa population de 2009 strictement égale à celle de 1968. Cette situation anecdotique concerne aussi 157 communes.

5 L’INSEE définit les bassins de vie comme étant « le plus petit territoire sur lequel les habitants ont accès aux équipements et services les plus courants. On délimite ses contours en plusieurs étapes. On définit tout d’abord un pôle de services comme une commune ou unité urbaine disposant d’au moins 16 des 31 équipements intermédiaires. Les zones d’influence de chaque pôle de services sont ensuite délimitées en regroupant les communes les plus proches, la proximité se mesurant en temps de trajet, par la route à heure creuse. Ainsi, pour chaque commune et pour chaque équipement non présent sur la commune, on détermine la commune la plus proche proposant cet équipement. Les équipements intermédiaires mais aussi les équipements de proximité sont pris en compte » (http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=zonages/bassin-vie-2012.htm).

6 On se reportera avec intérêt à l’article de Wolff et al., 2013 qui se concentre sur la dynamique urbaine française.

7 A 50 km, les communes peuvent déjà avoir plus d’un millier de voisins -ce qui n’a peut-être plus réellement de sens-, et la matrice de voisinage dépasse la vingtaine de millions de paires de voisins.

8 On note au passage que deux communes de la Meuse (Fleury-devant-Douaumont et Cumières-Le-Mort-Homme), mortes pour la France, ont une population non nulle en 1968, mais nulle en 2009. Leur prise en compte dans les mesures induit un biais de mesure important. Le I de Moran passe ainsi de 0,34 à 0,47 lorsqu’elles sont retirées. Nous avons donc décidé de ne pas les prendre en compte.

« Les six communes « mortes pour la France » (Beaumont-en-Verdunois, Bezonvaux, Cumières-le-Mort-Homme, Fleury-devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux et Louvemont-Côte-du-Poivre) ont été totalement dévastées après la bataille de Verdun en 1916 et ne furent jamais reconstruites, en raison de la présence trop importante de munitions non explosées et de sols bouleversés et pollués » (wikipédia.fr).

9 Les écarts observés entre communes et cantons pour la population de 1968 et 2009 ainsi que pour la superficie correspondent aux communes de Saint Symphorien (35317), Carolles (50102), Ruffiac (47227), Tremilly (52495), Plevenon (22201) qui n’apparaissent pas dans les calculs, car elles n’ont pas de population en 1999, suite à des rattachements administratifs.

Les écarts observés (moins de 0,1%) aux différentes échelles pour la superficie correspondent à des changements de fonds géographiques dans le SIG. Nous avons utilisé la base GEOFLA de l’IGN pour les communes. Pour les cantons et les départements, ce sont les fonds proposés par le GADM de l’université de Californie à Davis qui ont été mobilisés. Les fonds GEOFLA au niveau des cantons ne proposaient pas de correspondance avec les données de l’INSEE pour cette échelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Arbre de segmentation de la typologie des trajectoires
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 1 : Croissance démographique : des dynamiques variées au niveau des départements
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 2 : La dynamique démographique des cantons français de 1968 à 2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Carte 3 : La dynamique démographique des communes françaises de 1968 à 2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 2 : Autocorrélation spatiale de la croissance démographique entre 1968 et 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-5.png
Fichier image/png, 46k
Titre Carte 4 : La structure spatiale de la croissance des cantons français entre 1968 et 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 3 : Dynamique démographique des cantons entre 1968 et 2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 4 : Dynamique démographique des cantons dont la population en 2009 est inférieure à celle de 1968
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 5 : Dynamique démographique des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 5 : Dynamiques démographiques (1968-1975) des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Carte 6 : Dynamiques démographiques (1999-2009) des cantons en décroissance démographique entre 1968 et 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Annexe 1 : Synthèse des dynamiques démographiques aux différentes échelles étudiées9.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Annexe 2 : cartographie des LISA de l’autocorrélation spatiale de la croissance démographique des cantons français entre 1968 et 1975 et entre 1999 et 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/27439/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Oliveau et Yoann Doignon, « La diagonale se vide ? Analyse spatiale exploratoire des décroissances démographiques en France métropolitaine depuis 50 ans », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 763, mis en ligne le 20 janvier 2016, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/27439 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27439

Haut de page

Auteurs

Sébastien Oliveau

Univ. Nice Sophia Antipolis, Avignon Université, Aix-Marseille Université, CNRS, ESPACE UMR 7300, 06204, Nice, France
Maître de conférences
Sebastien.oliveau@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Yoann Doignon

Univ. Nice Sophia Antipolis, Avignon Université, Aix Marseille Université, CNRS, ESPACE UMR 7300, 06204, Nice, France
Aix-Marseille Université, CNRS, LAMES UMR 7305, 13094, Aix-en-Provence
Doctorant
Yoann.doignon@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page